Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Chapitre 4. La vie agraire

François Favory, Cécile Jung, Benoît Ode et Thierry Odiot

Texte intégral

4.1. Le peuplement et le réseau centurié

1Les données acquises grâce aux prospections pédestres systématiques, aux prospections aériennes et aux travaux des programmes collectifs de recherche H 13, puis H 11 (Occupation des sols à l’époque romaine en Narbonnaise), et du programme Archaeomedes, ont permis de dresser une cartographie archéologique particulièrement fine de la partie occidentale du Tricastin. Cette cartographie, critiquée et pondérée statistiquement, est un outil permettant une approche du système de peuplement. L’analyse chronologique et géographique est centrée sur la période des Ier et IIe siècles ap. J.-C. : toutefois les travaux de Benoît Ode sur le Bas-Empire et l’Antiquité tardive sont intégrés dans la réflexion globale et permettent une ouverture chronologique salutaire.

4.1.1. Évolution du peuplement dans la plaine du Tricastin

2La plaine rhodanienne et les coteaux qui la bordent semblent relativement inexploités avant l’époque augustéenne, pour autant que l’on puisse en juger à l’heure actuelle (cf. ch. 1.3). Cette période marquerait donc le début de la mise en valeur systématique du terroir étudié. Plusieurs outils ont été utilisés par les colons pour mettre en valeur le territoire, le structurer et rentabiliser au mieux ses ressources.

  • 1 Sur le sujet, voir l’Atlas Topographique des villes de Gaule méridionale, 3, Saint-Paul-Trois-Châte (...)

3Parmi ceux-ci, la voie d’Agrippa, ou du moins le réaménagement de l’éventuel tracé protohistorique, la création ou la restructuration des habitats groupés, l’installation du réseau centurié et ses corollaires : le contrôle de l’utilisation des terroirs et des sols, la dépossession (ch. 2.2.3) d’une partie du terroir des Tricastins, les assignations, l’amendement des sols, le drainage, l’irrigation et l’ouverture vers de nouveaux débouchés économiques pour les deux productions majeures connues actuellement : la pierre du Midi et le vin. C’est aussi à cette période qu’Augusta Tricastinorum est doté d’un rempart (fig. 11) dont le tracé s’intègre de façon quasi parfaite dans la centurie DD V CK IX. Ce rempart est pour nous un élément permettant d’attester le nouveau statut de capitale politique des Tricastins au détriment de l’oppidum de Barry1.

4.1.1.1. Mise en valeur du territoire à la période augustéenne

4Au nord de la plaine de Montélimar (plaine de Marsanne), en limite du réseau B, la présence de la centuriation est moins marquée dans le paysage, voire inexistante. Dans ce secteur (fig. 37), de grands domaines comme celui de Rouveyre semblent pouvoir s’implanter et développer leur propre organisation agraire. Dans le cœur du réseau, l’installation des sites augustéens est nettement structurée par le cadastre B (cf. ch 3.1.5). De plus, un axe majeur a déterminé le cadre des implantations : le cardo maximus de la centuriation, qui sépare la plaine rhodanienne en deux parties d’inégale superficie ; de part et d’autre de cet axe, les implantations s’effectuent selon des modalités différentes.

Fig. 37 - Limites parcellaires identifiées autour de la villa de Rouveyre (Marsanne) (Chouquer, Jung 1996).

Implantations dans la plaine à l’ouest du cardo maximus

5Les sites sont surtout regroupés dans la plaine du Rhône au sud de la ville actuelle de Pierrelatte (fig. 38 et 40) ; cette région est située au sud du dixième decumanus et à l’ouest du cardo maximus. Dans la partie de la plaine au nord du dixième decumanus, seuls deux sites (sur un total de 12) font exception à cette règle : le site du Molard à Donzère (n° 15) dont on connaît le caractère exceptionnel et le site de Surel à la Garde-Adhémar (n° 31) qui reste à étudier (fig. 39, 40 et 41).

Fig. 38 - Les sites de Pierrelatte n° 71, 81 et 65 (clichés Odiot).

Fig. 39 - Liste générale des établissements de Donzère, la Garde-Adhémar et Roussas (Ode).

6La partie située au nord du dixième decumanus semble ne pas avoir été mise en valeur avant cette période. L’instabilité des cours du Rhône et de la Berre peut expliquer en partie ce phénomène. Pourtant, quelques années plus tard, de nombreux sites s’installeront dans cette partie nord de la plaine et le cadastre B d’Orange montre que la majorité des assignations coloniales se sont effectuées dans ce secteur.

  • 2 Ces deux hypothèses ne sont pas contradictoires, mais les propositions de G. Chouquer, supra, sur l (...)

7Le choix de cette partie de la plaine, et surtout les limites bien marquées du dixième decumanus et du cardo maximus, résulteraient d’une décision politique plutôt que d’une contrainte naturelle. Plusieurs arguments peuvent étayer cette hypothèse. G. Barruol et G. Chouquer ont déjà noté que les marbres d’Orange mentionnaient les Tricastins seulement à l’est du cardo maximus. Ils en déduisent ainsi que cet axe majeur du cadastre pouvait être la concrétisation d’une frontière politique, entre Cavares et Tricastins (pour G. Barruol) ou entre le territoire des Tricastins et celui de la cité d’Orange (pour G. Chouquer)2. Quoi qu’il en soit, le cardo maximus marque réellement une limite dans le mode d’implantation des sites.

8Le dixième decumanus, quant à lui, matérialise la partie nord de la zone d’échange est-ouest entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et le Rhône. Cette attirance économique vers le fleuve et l’Helvie, sur la rive droite, est l’une des constantes historiques de la région. D’une part les carrières de la « pierre du Midi », proches de Saint-Paul-Trois-Châteaux, exportaient leurs productions vers Lyon et Vienne, d’autre part l’approvisionnement de la capitale faisait largement appel aux importations par voie d’eau. Ainsi, c’est dans cette zone d’échanges intenses que s’installent les premiers sites augustéens (fig. 42).

9La bonne conservation du dixième decumanus, jusqu’à la période actuelle, montre son importance économique et structurante. La proximité du cours du Rhône et son rôle économique (échanges entre les deux rives, commerce nord-sud) devaient représenter un élément important dans l’organisation de cette partie du terroir. Près de 70 % des sites localisés à l’ouest du cardo maximus et au sud du 10e decumanus sont implantés à moins de 2 000 m du fleuve actuel. Toutefois, en l’absence d’études plus poussées, il est impossible de déterminer si les structures internes des sites sont modifiées par leur lieu d’implantation : greniers ou celliers de grande taille à proximité du fleuve ; productions plus diversifiées à proximité de la capitale, par exemple.

10Si l’on admet une datation haute pour la voie (fig. 7, n° 20) reliant l’oppidum de Saint-Étienne de Dion en Ardèche, au sud, et l’oppidum du Moulon à Roussas, en passant par Le Logis de Berre, on notera, au sud du dixième decumanus, que les implantations augustéennes sont majoritairement situées, à plus de 50 %, à moins de 400 m de cet axe. Il s’agit du seul cas où un axe antérieur à la romanisation structure les implantations. Dans ce quadrant, il faut donc considérer que deux axes ont influencé la mise en valeur des sols : d’une part, la voie protohistorique et, d’autre part, le dixième decumanus.

Implantations à l’est du cardo maximus

  • 3 « Il faut en premier lieu assigner les confins,... ensuite on assignera les parties internes de la (...)

11Dans la partie située à l’est du cardo maximus, les implantations sont soumises à d’autres influences. Les sites créés à cette période, de façon préférentielle en périphérie des habitats groupés (Le Logis de Berre, Saint-Paul-Trois-Châteaux), profitent ainsi d’un débouché immédiat pour leurs productions. Les axes n° 26 et 20 (fig. 18) qui correspondent, pour l’un, à un chemin attribué à la Protohistoire et pour l’autre au chemin reliant Augusta Tricastinorum au Rhône, jouent un rôle majeur dans le choix des implantations. D’autre part le réseau ne semble pas être déterminant dans la situation des implantations. On peut envisager une cause évoquée par les arpenteurs : l’inachèvement du réseau centurié3.

Implantations et centuriation B

12Les implantations de la période augustéenne sont celles qui entretiennent le rapport le plus important avec la centuriation, là où elle est matérialisée. De plus, tous les points remarquables des centuries sont sujets à des implantations (au milieu d’un cardo, dans l’angle de la centurie, au centre de la centurie, etc.) ; Ce phénomène ne se reproduira pas dans les périodes suivantes (cf. infra). Ces situations préférentielles sont peut-être dues à la contemporanéité de la centuriation et des implantations augustéennes. Une décision d’ordre politique aurait pu avoir le même effet.

13La centuriation B d’Orange apparaît comme un réseau de voirie qui a structuré l’économie des campagnes du Tricastin. Elle draine une partie des communications vers la ville d’Augusta Tricastinorum, comme le montre le site du Valladas (fig. 11, n° 132 et fig. 40 ; Bel et Benoit 1986) où les résultats de fouilles permettent d’affirmer qu’une des principales voies d’accès de la ville était le 8e decumanus (fig. 41, n° 26 et fig. 18).

Fig. 40 - Liste générale des établissements des Granges-Gontardes, de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Châteauneuf-du-Rhône (Ode).

14En revanche, la centuriation semble avoir joué un rôle moins contraignant dans le choix des terrains où se sont installés les sites, car tous les types de sols ont été exploités : c’est la seule période où des sites s’implantent sur des sols de type V. L’intérêt évident pour les terrains lourds (65,54 % des implantations), durant toute la première moitié du Ier siècle, sera commenté plus loin (cf. 4.2).

Le problème des assignations

15Les assignations sont abondantes dans le cadastre B notamment dans la partie nord de la plaine de Pierrelatte. Dans le secteur où les terres données aux colons sont majoritaires, la carte archéologique montre une quasi-absence d’implantations. Seul un site est situé dans une centurie désignée par les marbres d’Orange comme totalement assignée (site n° 28 : fig. 41). Les colons ne semblent pas avoir d’habitat sur les terres qu’on leur attribue. Dès la période augustéenne, ils auraient donc préféré habiter dans les habitats groupés existants (Donzère, Logis de Berre/Novem Craris, et surtout à proximité de la ville d’Augusta Tricastinorum, si l’on ne prend pas en compte les lacunes des marbres.

Fig. 41 - Carte des établissements, sur fond centurié, avec les centuries renseignées par les fragments de marbre (Odiot et Sarazin del.).

16Une particularité fait figure d’exception dans les trois cadastres d’Orange : la centurie DD XIV CK XVIII mentionne 118,5 jugères assignés, 40 jugères rendus aux Tricastins et 41,5 jugères loués au tarif de 3 as le jugère à un locataire dont le nom n’a jamais été gravé. L’interprétation de cette lacune est difficile : d’une part, A. Piganiol a montré les nombreuses erreurs, voire les contradictions des graveurs. Le cas de la voie d’Agrippa dont le dessin s’interrompt au niveau du Logis-de-Berre incite en effet à la prudence. D’autre part, il est aussi possible d’envisager que les lots pouvaient parfois être déterminés sans être adjugés – mais à quelle fin ? –, ou sans trouver preneur. Dans ce cas le rôle de Vespasien aura été de faire constater cette lacune et d’entériner le statut de ces terres en déshérence.

4.1.1.2. Implantations dans le courant du Ier siècle

17Pendant cette période, les implantations se font rarement à proximité des sites augustéens. Ce phénomène est très marqué à l’ouest du cardo maximus (fig. 42).

Fig. 42 - Mobilité de peuplement de la plaine du Tricastin durant l’Empire et l’Antiquité tardive (Odiot 1994).

Mise en valeur du terroir à l’ouest du cardo maximus

18Seuls trois sites (11,5 % des implantations de la période) s’installent au sud du 10e decumanus. En revanche, des sites apparaissent dans la partie nord de la plaine de Pierrelatte jusqu’alors délaissée. Ces nouvelles créations évitent systématiquement le nord de la zone de confluence du Rhône et de la Berre ainsi que l’ensemble de la plaine de Donzère avec les plateaux et collines qui la dominent. Les contraintes naturelles, qui peuvent être importantes, semblent ici encore entérinées par une décision politique de répartition des implantations. Les limites géographiques seraient fixées par le cours de la Berre, le cardo maximus et le 10e decumanus.

19La proximité du Rhône est un facteur conséquent dans le choix des implantations (83 % des sites du secteur sont à moins de 2 000 m du fleuve), ce qui tend à montrer une relative stabilité du cours du fleuve. La série des sites n° 84, 108, 83, 73 et 89 (fig. 41) dessine une courbe régulière qui suit le tracé d’un cours fossile du Rhône. Le cours antique du fleuve pouvait être proche de ces habitats ; ils sont de plus longés par l’itinéraire n° 19 (cf. C. Jung, chapitre 3) qui correspond, à la période médiévale, au chemin reliant Donzère à Bourg-Saint-Andéol.

Mise en valeur du terroir à l’est du cardo maximus

20La cité d’Augusta Tricastinorum attire peu de nouvelles installations en milieu rural : deux nouveaux sites à moins de 1 000 m de la capitale (n° 132 et 128, fig. 41). Les campagnes autour de la ville étaient déjà mises en valeur dès la période précédente. En revanche, dans les campagnes autour de Novem Craris de nombreuses créations de sites sont à noter. Le carrefour de la vallée de la Berre semble alors jouer un rôle économique très important.

Implantations et centuriation B

21Le rôle de la centuriation dans le choix des implantations est moins déterminant qu’à la période augustéenne : 58 % des sites sont directement dépendant du réseau contre 64 % à la période précédente. De plus, aucun site n’est situé au milieu d’un cardo et dans un angle de centurie.

22Comme à la période précédente, les sols lourds et riches (type II et III) accueillent le maximum des installations (53 %). Les sols légers et de bon rapport (type I) sont en revanche plus appréciés qu’à la période précédente (en progression de 10 %). L’intérieur des terres attire peu de nouveaux sites, sauf pour les campagnes proches des habitats groupés.

23La centuriation semble continuer à structurer les grandes lignes de la politique de création de sites mais en étant moins omniprésente dans le détail des implantations.

Le problème des assignations

  • 4 Si toutefois les colons ne vivent pas dans les habitats groupés. Si l’on suit l’hypothèse de G. Cho (...)

24Pour cette période très peu de sites sont répertoriés dans les zones assignées décrites sur les marbres d’Orange : les sites 102, 108, 84, 43 (fig. 41), en sont les seuls exemples. Ces quelques créations pourraient indiquer une mise en valeur de ces terres qui s’effectue très progressivement et non pas de façon immédiate et massive4. Cette période connaît tout de même le maximum des implantations dans des centuries intégralement assignées.

4.1.1.3. Dernier tiers du Ier siècle et début du IIe siècle (fig. 42)

25Cette période chronologique correspond à la réalisation de la remise en ordre de Vespasien. Elle marque un tournant dans l’histoire des implantations de l’habitat dispersé. D’une part, elles sont nettement moins nombreuses qu’auparavant et, d’autre part, le choix des sites d’implantation obéit à d’autres règles.

4.1.1.3.1. Mise en valeur des terroirs à l’ouest du cardo maximus

26Le secteur de la plaine de Pierrelatte est alors « délaissé ». Aucune nouvelle création ne s’effectue au sud du 10e decumanus et seuls deux sites s’installent au nord (sites n° 50 et 16, fig. 41). Tous deux s’installent au nord à proximité d’axes du réseau centurié. Cette partie de la plaine pourrait donc avoir connu le maximum de ses implantations lors des périodes précédentes, à moins qu’une volonté politique n’ait redéfini le choix des terroirs à mettre en valeur.

4.1.1.3.2. Mise en valeur des terroirs à l’est du cardo maximus

27Un changement radical s’opère dans la dynamique des implantations de cette partie du terroir.

28Les campagnes proches de la capitale ne reçoivent aucune implantation, et seul un site est répertorié à proximité des autres habitats groupés (site n° 26, près du Logis de Berre). Les nouvelles installations paraissent parfois « combler des vides » ; ainsi le groupe des sites 34, 35, 36 et 42 est situé dans une petite plaine intérieure jusqu’alors délaissée (fig. 41).

4.1.1.3.3. Implantations et centuriation B

29Le comportement des sites par rapport à la centuriation est différent de celui des périodes précédentes. Les implantations en relation avec un decumanus sont minoritaires ou inexistantes, tout comme le sont celles situées au centre ou dans l’angle d’une centurie. Il est difficile, en raison du faible nombre de sites et en l’absence de comparaison avec d’autres réseaux centuriés, de proposer une interprétation de ces variations.

30Toutefois, si le réseau centurié structure l’économie interne des échanges de la microrégion, la position préférentielle des sites sur les axes est-ouest dans les deux premières périodes est totalement inversée au moment de la révision du cadastre par Vespasien. Les échanges nord-sud deviennent alors prépondérants.

31Le choix des terroirs est lui aussi modifié par rapport aux périodes antérieures. Des sites sont créés sur tous les types de terroirs (pas d’implantation sur les collines à la période augustéenne, pas d’implantation sur les plateaux à la période suivante), avec une nette préférence pour les coteaux (48,28 %). Les sols lourds et denses (type III) reçoivent plus d’un tiers des sites : ce taux est le plus élevé de toutes les périodes étudiées. Les sols II, sur lesquels de nombreux sites ont été répertoriés jusqu’alors, sont maintenant délaissés (on ne recense aucune implantation). En revanche, davantage de sites sont créés sur des sols légers (sols de type IV : 38,90 % contre environ 8 % pour les périodes précédentes). Cette période matérialise la conquête de nouveaux sols. Ce contraste très marqué dans le choix des sols (absence d’implantation sur les meilleures terres) peut s’expliquer par une politique de mise en valeur d’autres types de terrains. Il peut s’agir d’un choix délibéré de la part de particuliers développant des productions agricoles différentes et complémentaires de celles pratiquées sur les sols I et II. Il peut s’agir aussi de la traduction d’une évolution de l’économie locale. Nous pouvons aussi envisager qu’il n’existait plus de terres libres dans les secteurs des bonnes terres. Cependant, il est tentant d’y voir une des matérialisations de la réforme de Vespasien.

32Ce changement radical dans le choix des types de sols n’est pas explicable par un phénomène d’origine naturelle, puisque les sites implantés durant les phases précédentes continuent de fonctionner. Ainsi une volonté politique aurait pu fixer de nouvelles zones d’implantations. Un des buts de la colonie, après la révision de Vespasien, aurait été de compléter, voire d’équilibrer l’exploitation des ressources naturelles du secteur.

4.1.1.3.4. Le problème des terres assignées

33Seul le site n° 38 est implanté dans une centurie où les terres sont totalement assignées. Une fois encore, il est difficile de mettre en relation les informations de la forma d’Orange avec la réalité des implantations sur le terrain. Les assignations, qu’elles soient augustéennes ou flaviennes, ne semblent pas être à l’origine de création d’habitats, dans la centurie concernée. En revanche, dans certaines centuries où locations et assignations sont mentionnées, des habitats ont été découverts lors de prospections. Mais il est impossible de déterminer à quel type de propriétaires appartiennent les structures retrouvées. Les locations n’impliquent pas forcément la création d’habitats à l’emplacement même des terres louées (domaines éclatés, résidences urbaines, etc.). En revanche, il est difficile de comprendre pourquoi l’attribution de lots coloniaux, toujours de faibles superficies (33 ou 66 jugères), n’entraîne pas la création d’habitats. Il est possible que les colons se soient installés dans les habitats groupés dans la mesure où les centuries intégralement assignées se situent toujours à moins de 4 km des habitats groupés.

34Quoi qu’il en soit, la bonne fossilisation du réseau centurié, dans les secteurs intégralement assignés, montre que les terrains ont été mis en valeur à une période où son rôle dans le découpage interne du parcellaire était prépondérant. Bien entendu, nous ne sous-estimons pas ici l’isomorphie postérieure, mais nous considérons que le réseau était intensément marqué dans le paysage.

4.1.1.3.5. La révision cadastrale de Vespasien : quel impact sur l’occupation des sols et les dynamiques de peuplement ?

35La période augustéenne et la première partie du Ier siècle sont caractérisées par la multiplication de l’habitat dispersé. Le mouvement se maintient pendant plus d’un demi-siècle, puis décroît dans le courant du dernier tiers du Ier siècle. C’est à cette époque que le cadastre est révisé et de grandes modifications s’opèrent dans les choix d’implantation (types de sols, terroirs, etc.).

36Tandis que les deux premières phases d’implantation étaient axées sur la mise en valeur des bonnes terres (sols I et II), la seconde moitié du Ier siècle correspond à une vague d’implantations sur des sols différents (sols III, IV et V).

37L’opération de révision de Vespasien est concomitante d’un tournant dans l’histoire agraire locale : on pourrait y voir les prémices des changements du second siècle.

38Si, entre la période augustéenne et les deux premiers tiers du Ier s., le solde des implantations par rapport à celui des abandons de sites est largement positif (52 implantations pour 3 abandons), la tendance semble s’inverser entre le dernier tiers du Ier siècle et le début du second siècle (12 implantations pour 11 abandons), avec un solde quasiment nul. Vers le début du IIe s., se situe la fin de la grande phase d’implantation de l’habitat dispersé. Dans le courant du IIe s., les implantations sont inexistantes, alors que l’on observe 35 abandons de sites. Quoi qu’il en soit, les tarifs de location affichés dans le cadastre montrent peut-être, en raison de leur modestie, la volonté de la colonie de mettre en valeur des terres jusqu’alors peu exploitées (faible tarification des sols de type III et IV). Il est évident que, dans la mesure où nous ne connaissons pas les tarifs éventuellement précédemment utilisés, on ne peut pas donner une portée politique au choix des tarifs pratiqués. On notera toutefois que les locataires implantés parfois depuis plus d’un demi-siècle sur les terres lourdes paient un vectigal plus important que celui demandé aux locataires de terrains plus légers. À l’intérieur du réseau centurié, des sites interprétés comme des chefs-lieux d’exploitation ont été créés et continuent de se développer à la période flavienne montrant la diversité des formes de mise en valeur des sols.

39En effet si Vespasien fait remettre de l’ordre dans le corpus des terres publiques, on imagine mal que la forma ne prenne pas en compte les modifications topographiques dues aux évolutions du cours du fleuve et de ses affluents par exemple. La mention des nova iugera, vers Saint-Just-d’Ardèche, est en ce sens explicite (cf. 4.2.3.2.3).

40La réforme de Vespasien marque donc une évolution dans l’exploitation des terroirs et signale, avec la fin de la phase de l’expansion de l’habitat groupé, le début d’une nouvelle phase de l’exploitation des sols. En effet, c’est dans le cadre du cadastre révisé que s’effectueront toutes les modifications de l’occupation des sols du second siècle. D’une façon hypothétique, nous admettrons ici que, si la première partie du Ier siècle installe l’habitat (front pionnier), la seconde partie de ce siècle complète le maillage de l’habitat et l’ajuste. L’instrument centurié (réseau de communication, d’irrigation et de drainage) fonctionne désormais pleinement.

4.1.1.4. Le IIe siècle (fig. 39, fig. 40, fig. 41)

41Dans le courant du IIe siècle, les implantations sont inexistantes, alors que l’on observe 35 disparitions de sites. Il est possible de suivre l’évolution des abandons et d’affirmer, si les datations des céramiques retrouvées en prospection le permettent, que la disparition des habitats dispersés s’effectue surtout dans la seconde moitié du IIe siècle (27 abandons de sites pour cette seule période). À cette époque, entre 150 et 180, le site du Molard, à Donzère (fig. 39, n° 15), va changer radicalement de fonction puisque les structures de transformation et de stockage des matières premières sont détruites. Le site continue de fonctionner mais avec un autre système de production. Dans la périphérie d’Augusta Tricastinorum, le site de Saint-Vincent (n° 141) semble lui aussi abandonné. Toutefois, comme à Donzère, l’établissement est démantelé, mais le site continue a être occupé jusqu’au Ve siècle, avec un type d’occupation différent.

4.1.1.4.1. Première moitié du IIe siècle

42Durant la première moitié du IIe siècle, à l’ouest du cardo maximus, les sites n° 61 et 63 (Pierrelatte, quartier des Perrotines), créés à la période augustéenne, sont abandonnés. Ne subsiste alors que le site n° 62 (Pierrelatte, Les Perrotines, créé au milieu du Ier siècle) qui, avec une superficie réduite (200 m2), ne semble pas en mesure de remplacer les sites précédents.

43En effet, si l’on accepte comme a priori qu’une villa, chef-lieu d’un domaine, possède, du fait de son statut, des éléments de luxe relatif (variété des céramiques et de ses éléments architecturaux), le site n° 62 n’a aucun de ces attributs. Il n’y aurait donc pas, dans ce cas, de captation d’un domaine au profit de l’autre (tout du moins les prospections ne permettent pas de l’appréhender). Il est quand même possible d’envisager cette hypothèse, les terres des domaines proches étant regroupées par un seul propriétaire. Toutefois aucune preuve de ce type n’a été apportée par les prospections. À proximité de ce groupe de sites abandonnés, au nord du dixième decumanus, le site n° 68 (Pierrelatte, Les Armes) est délaissé. Le long de la voie d’Agrippa, le site du Péage (La Garde-Adhémar n° 28) subit le même sort. À Donzère, le site n° 22 (Le Navon) pourrait correspondre à un dépôt votif et ne doit donc pas être inscrit sur la liste des sites abandonnés. Plus au sud de la commune, le site n° 8 (Le Devois) est la seule implantation de plateau qui disparaît à cette période.

44À l’est du cardo maximus et au nord du dixième decumanus, seul le site n° 117 (Les Granges-Gontardes, Les Grêzes, implantation augustéenne) est abandonné. Il est pourtant situé dans la vallée de la Berre. La proximité de cet axe de circulation (n° 21, fig. 18) n’a donc pas été un facteur permettant la survie de ce site où pourtant une certaine opulence a été constatée (thermes privés, mosaïques, bassins).

45À proximité de la capitale, le site de Font Freide (Saint-Paul-Trois-Châteaux n° 122) est lui aussi abandonné. Si les résultats de la prospection sont pertinents, la spécialisation du site (atelier de céramiques et peut-être d’amphores) serait à prendre en compte pour expliquer cet abandon.

4.1.1.4.2. Seconde moitié du IIe siècle

46Dans la seconde moitié du IIe siècle, les abandons se multiplient. La position topographique des sites, leur taille, leur apparente richesse, leur implantation par rapport au cardo maximus, la proximité de la voie d’Agrippa, ou d’une agglomération, ne semblent pas être des éléments favorisant ou empêchant ce phénomène d’abandon. Pour beaucoup de sites, le matériel recueilli peut permettre d’envisager un statut d’entrepôts : faible superficie, pas de trace d’activité et de richesse (près de 50 % des sites sont dans ce cas). Les villae ou centres d’exploitations agricoles sont-ils aussi abandonnés ?

47Il est possible d’affirmer que les quatre sites augustéens et le site fondé au milieu du Ier siècle, occupés durant tout le haut Moyen Âge et jusqu’à la période moderne, sont dès le Haut Empire de grosses villae, sans doute spécialisées dans un type particulier de production. On prendra les exemples de la villa du Molard (viticulture), de celle de Saint-Vincent (fig. 41 n° 141) à proximité de la capitale (marché urbain ?) et de celle de Roussas (n° 53 : Le Fayn) où les prospections ont mis en évidence un cellier viticole.

48Toutefois, dans le cas du Molard, comme dans celui de Saint-Vincent (fig. 41 n° 141), de grandes restructurations modifient ces villae : on constate un abandon de l’activité spécialisée du site comme si le marché ne permettait plus d’écouler en abondance les productions du domaine. Pour la vigne, ce phénomène semble attesté dans toute la moyenne vallée du Rhône avec le début de la diminution des productions d’amphores gauloises qui s’amorce (Schmitt, Laubenheimer 2009).

49Le phénomène de rétraction de l’habitat constaté dans les campagnes se reproduit à l’intérieur même de la capitale où les rares fouilles effectuées semblent montrer des restructurations et surtout des abandons de domus (sites des Sablières au sud de la ville, de la rue des Écoles, dans le centre, et fouilles du jardin Messié (Lert et al. 2009 : 82-84 et 113-114).

50L’abandon simultané de la majeure partie de l’habitat dispersé (même s’il faut retrancher à ces sites les « cabanons », entrepôts, etc.) marque donc un changement radical dans le mode d’exploitation des campagnes (fig. 43, fig. 44).

Fig. 43 - Nombre d’établissements par période en fonction des types de sols (Odiot).

Fig. 44 - Nombre d’établissements fonctionnant par période (histogramme) et courbe du nombre des abandons (Odiot in Van der Leeuw ed. 1995, 277).

51Les données paléoenvironnementales étant malheureusement inexistantes pour cette époque, il est impossible de proposer une restitution du paysage qui nous semble induite par cette diminution du maillage de l’habitat. Toutefois, c’est à cette époque que semble commencer une phase intense d’érosion (exprimée par les colluvions recouvrant les sites de bas de pentes) qui pourrait traduire l’absence de maîtrise des sols et surtout l’abandon de secteurs autrefois cultivés.

52Quelle que soit la nature de l’utilisation des terrains situés sur les plateaux ou à flanc de collines (pâturages intensifs, friches ?), les sols ont été dénudés et fragilisés. De plus, l’abandon d’une partie de l’entretien des fossés du réseau B d’Orange a pu favoriser l’engorgement des sols et même l’érosion. Dans le cadre du huitième decumanus, à proximité de la nécropole du Valladas (Saint-Paul-Trois-Châteaux, n° 132), on observe des colluvions torrentielles qui colmatent les fossés à partir du moment où ils ne sont plus curés (Lert et al. 2009 : 186-188). Une opération réalisée en 1993 au sud du rempart sud d’Augusta Tricastinorum (Clos des Frères Maristes) a permis d’étudier un très important colluvionnement (2,50 m), daté des IIIe-Ve siècles, qui pourrait confirmer, là aussi, une fragilisation des coteaux (Lert et al. 2009 : 117).

53Le second siècle marque donc un tournant dans l’occupation de la plaine et, semble-t-il, de son économie.

4.1.2 Évolution du peuplement entre le IIIe et le IVe siècles (fig. 45)

54Le choix retenu pour présenter cet état des connaissances sur l’occupation tardive du Tricastin rhodanien (cf. Ode 1995a) a été celui de distinguer quatre « fenêtres » contiguës, géographiquement cohérentes : la rive droite du Rhône, le massif de la rive gauche du Défilé de Donzère, les collines et vallons à l’est de la Plaine de Pierrelatte, et enfin la partie drômoise de la Plaine de Pierrelatte. Les trois premières fenêtres représentant une trentaine de kilomètres carrés, et la dernière près du double.

Fig. 45 - Chorématique de l’occupation d'après les données de Jung, Odiot, Sarazin, Saulnier et Seris ; état du Rhône au XVIIIe siècle d’après la carte de Cassini (Ode).

55Il a paru nécessaire d’élargir l’enquête à la rive droite du Rhône. La première raison de ce changement de focale est liée à la taille du corpus documentaire, le nombre de sites étant nettement moins fourni pour l’Antiquité tardive que pour le Haut-Empire. La deuxième raison de cette transgression outre Rhône est liée au sujet même de l’étude ; ne se concentrer que sur le territoire dont le paysage fut structuré par le cadastre B d’Orange pour étudier l’évolution de ce territoire, à une période où l’influence de la centuriation sur le réseau des implantations est moins évidente, risquait de biaiser fortement la perception de cette évolution. La dernière raison, enfin, est liée à l’importance du fleuve, élément structurant majeur du secteur, qui imposait la comparaison des situations sur les deux rives.

4.1.2.1. Le sillon rhodanien et ses agglomérations

56Le Rhône, très certainement le principal axe de communication nord-sud, semble particulièrement attractif, et l’occupation de ses abords apparaît comme particulièrement dynamique au Bas-Empire et durant l’Antiquité tardive. Il semblerait que le cours du Rhône ait connu un épisode de calme hydrologique relatif entre le IIe siècle av. J.-C. et le IVe siècle ap. J.-C., avant de connaître une crise hydrologique à la fin de l’Antiquité, peut-être liée à des facteurs climatiques (Provansal et al. 1999). Selon J.-F. Berger (ibid.), la moyenne vallée du Rhône aurait également connu une autre crise hydrologique, de moindre importance, entre la fin du Ier siècle et la fin du IIIe siècle ap. J.-C. Il est néanmoins possible que cette crise ait plus affecté ses affluents que le Rhône lui-même. Les sources archéologiques semblent en tout cas indiquer que le fleuve joue un rôle attractif qui ne cesse de croître entre le Haut-Empire et le début du haut Moyen Âge. À noter que, si aucune voie ne longe le Rhône sur la rive tricastine, la voie de la rive droite du Rhône, dite de Valérien (cf. 3.1), chemine au plus près du fleuve. Les sites établis le long de cette voie sont donc pour la plupart également très proches de la rive.

57Trois agglomérations sont attestées à proximité du Rhône : Donzère, Viviers et Bourg-Saint-Andéol. La localisation de ces agglomérations est assez stratégique pour que leur activité fluviale ne laisse que peu de doute : Viviers, probable port d’Alba, est installée à l’entrée nord du Défilé de Donzère, et Donzère à l’entrée sud. Le courant y est si violent que des ruptures de charge devaient être nécessaires. Bourg-Saint-Andéol se situe à un carrefour routier (cf. 3.1) et à proximité immédiate d’un haut-fond attesté par les sources textuelles et confirmé par les données archéologiques (Jung et Odiot 1999 : 84).

58L’évolution de l’agglomération antique de Donzère est relativement mal connue (Feuillet 1989). Les données archéologiques semblent néanmoins indiquer une occupation continue depuis le Ier siècle jusqu’à nos jours : deux nécropoles des IIIe-Ve siècles (Saint-Benoît n° 12, Coupe Aureille n° 14), une construction circulaire datée des IIIe-IVe siècles dans les substructions d’une des tours médiévales du château. D’autres vestiges, ainsi que du mobilier archéologique de cette même période, ont d’ailleurs été mis au jour en plusieurs points de l’agglomération : Grande Rue de Donzère, bâtiment daté du IVe siècle sous l’église actuelle, bâtiment occupé du Ier à la fin du IIIe siècle sous l’église Saint-Benoît, nécropole des IVe-VIe siècles, toujours à Saint-Benoît, trésor monétaire trouvé dans le parc du Château de Donzère (cf. Odiot 1988 et Feuillet 1989). Les sources écrites attestent l’existence d’un port à Donzère dès le IXe siècle, et ce jusqu’à l’époque moderne (Peloux 1983). Pour les Ve-VIe siècles, hormis les nécropoles, aucune preuve archéologique d’occupation n’est attestée. L’abbaye de Donzère, fondée en 673, sur un fisc royal donné par Thierry II à l’abbaye normande de Fontenelle (cf. Feuillet 1989) témoigne de la continuité de l’occupation. Donzère connaîtra une relative prospérité au Moyen Âge sous la forme d’un bourg monastique.

59Sur la rive droite, à proximité du Rhône et de la voie dite de Valérien (cf. 3.1), les agglomérations de Viviers et de Bourg-Saint-Andéol semblent particulièrement dynamiques au cours du IIIe siècle.

60L’exemple de Viviers est particulièrement illustratif. On peut émettre l’hypothèse que Viviers fut le port d’Alba dès le Haut-Empire : un collège d’utriculaires est attesté à Alba, ainsi qu’un collège de dendrophores (cf. Dupraz et Fraisse 2001 : 157). Si les découvertes archéologiques sont peu nombreuses, les arguments topographiques ne manquent pas : les deux sites « rhodaniens » les plus proches de la capitale sont le Teil et Viviers, deux sites souvent proposés comme ports antiques d’Alba dans l’historiographie locale. La vallée de l’Escoutay constitue un axe de communication naturel depuis Alba vers Viviers, de plus implantée dans un secteur de rupture de charge pour la navigation sur le Rhône. Le site de Viviers apparaît donc comme nettement plus stratégique que celui du Teil, où, de surcroît, on ne connaît pas de vestiges gallo-romains notables (hormis les bornes milliaires). À Viviers, si les découvertes du Haut-Empire sont plutôt rares, les témoins archéologiques sont assez nombreux pour les IIIe, IVe et Ve siècles. C’est au cours du IIIe siècle, ou au début du siècle suivant, qu’est aménagé un centre monumental, avec portique et édifice public (Esquieu 1988 : 120). On est tenté de conclure à un essor de cette agglomération entre le IIIe et le milieu du Ve siècle, jusqu’à ce que, vers 475, Viviers soit promu siège épiscopal et chef-lieu de la cité aux dépens d’Alba. L’autre agglomération de la rive droite, pour ce secteur, est Bourg-Saint-Andéol, attestée sous le nom de Bergoiate au VIe siècle. Si le site est occupé dès le Haut-Empire, les indices matériels sont nettement plus nombreux pour les IIIe et IVe siècles que pour les siècles précédents : mobilier céramique, nombreuses monnaies des IIIe-IVe siècles, mithraeum de Bourg-Saint-Andéol de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle. (Dupraz et Fraisse 2001 : 218-223). Bourg-Saint-Andéol a bénéficié d’une situation particulièrement favorable aux échanges Le site est installé au bord du fleuve et au croisement de plusieurs itinéraires routiers. Il est probable que la voie dite « de la rive droite » traversait l’agglomération du nord au sud : ce serait l’actuelle Grande Rue (Lauxerois 1983 : 113). Vers le nord-ouest, une route secondaire vers Alba est attestée par plusieurs milliaires dédiés à des empereurs de la fin du IIIe et du IVe siècle (Maximien et Constantin II) et, vers l’est, le franchissement du Rhône était rendu possible par un haut-fond (cf. chapitre 3.1) qui permettait de rejoindre deux itinéraires identifiés par les travaux de Cécile Jung, l’un menait vers la vallée de la Berre et l’arrière-pays tricastin, l’autre vers Saint-Paul-Trois-Châteaux.

4.1.2.2. L’occupation rurale de la rive droite

61Une étude sommaire de l’occupation rurale antique de la rive droite du Rhône permet d’esquisser une image des réseaux d’habitat, et de leur évolution, assez différente de celle de la rive gauche tricastine. Entre la vallée de l’Escoutay, au nord, et celle de l’Ardèche, au sud (soit les communes de Viviers, Saint-Montan, Bourg-Saint-Andéol, Saint-Marcel, Saint-Just et Saint-Martin-d’Ardèche), 34 sites d’habitat antique sont attestés.

62Sur les 31 sites d’habitat rural recensés pour le Haut Empire, 20 sont encore en activité au IIIe siècle et 14 perdurent au moins jusqu’au Ve siècle (Saulnier 1989 ; Dupraz et Fraisse 2001).

63Ce secteur est remarquable par le statut des établissements recensés. Sur les 22 sites d’habitat occupés entre le IIIe et le VIe siècle, 16 ont livré des indices de confort caractéristiques d’établissements privilégiés (colonnes, mosaïques, équipement thermal) sans que l’on puisse précisément savoir si ces indices de confort sont liés ou non à l’occupation tardive des établissements. Le statut de ces sites comme pôles de peuplement durable est confirmé dans 9 cas par la présence d’une ou plusieurs nécropoles à proximité et, dans 10 cas, par un hagiotoponyme, avec soit une église préromane attestée, soit une mention textuelle du haut Moyen Âge (dans la Charta Vetus, recueil des chartes du haut Moyen Âge du diocèse de Viviers).

64Le relief très contraint de la rive droite a induit un réseau d’implantations antiques très linéaire, avec la quasi-totalité des occupations dans un fuseau de 1 à 2 km de large, sur les coteaux et surtout sur les terrasses, entre le massif et le lit du Rhône.

65Les nécropoles datées des IIIe -VIe siècles sont particulièrement nombreuses (15), mais aucune n’a fait l’objet de fouilles récentes et leur datation précise est difficile. 8 de ces nécropoles sont situées à proximité d’un site d’habitat antique, 7 en sont trop éloignées et permettent de supposer à proximité un habitat encore non localisé.

66Seuls deux sites d’habitat, Trignan à Saint-Marcel-d’Ardèche et La Joinnade à Saint-Just, semblent fondés entre le IIIe et le IVe siècle. Connus seulement par des prospections pédestres, ils ont livré des fragments de béton de tuileau et de dolium, pour le premier, des fragments d’amphores et une pierre de pressoir antique pour le second. Ces deux sites sont abandonnés avant le Ve siècle. L’interprétation de ces 2 sites comme des établissements viticoles du Bas-Empire semble néanmoins hasardeuse.

67Seuls 6 sites d’habitat fondés au Haut-Empire sont abandonnés entre le IIIe et le début du Ve siècle. Il s’agit, pour l’un, d’un modeste établissement rural (site de Transformateur/Cuisignac à Bourg-Saint-Andéol) et, pour les autres, d’établissements de classe supérieure avec mosaïques et/ou thermes (sites de Mirtailla et d’Ellieux à Saint-Montan, sites des Mures et de Roche Colombe à Bourg-Saint-Andéol, site de Nia à Saint-Just-d’Ardèche).

68Sur les 14 sites encore occupés après la fin du IVe siècle, 8 semblent abandonnés au cours du Ve siècle et 6 connaissent une pérennité au moins jusqu’au haut Moyen Âge. De riches villae ne semblent pas dépasser la fin de l’Antiquité, comme les sites de la villa de la Roudière, à Viviers (vaste villa fouillée au XVIIIe siècle ayant livré des mosaïques polychromes tardives), le site du Pontet, à Saint-Martin d’Ardèche (riche villa de 7 000 m² occupé du début du Ier au milieu du Ve siècle), les établissements du Cheylard, de Pied Bouchard et de Chanelette, sur la commune de Bourg-Saint-Andéol ou du Coutelas/L’Hermitage à Saint-Montan (4 établissements de 2 500 à 4 000 m², avec éléments de confort de type mosaïque et enduits peints pour les deux premiers et éléments de thermes pour les deux derniers).

69D’autres établissements ont des destins différents et semblent plus durablement polariser un habitat dont la forme nous échappe en l’absence de fouille. Les sites de Saint-Marcellin du Liby, de Saint-Ferréol (tous deux sur la commune de Bourg-Saint-Andéol), de Saint-Julien de la Renne (à Saint-Marcel-d’Ardèche), de Saint-Pierre la Mûre (à Saint-Montan) et de Saint-Just (à Saint-Just), tous dotés d’un hagiotoponyme, sont de riches établissements fondés au Haut-Empire, avec des nécropoles datées, au sens large, de l’Antiquité tardive, et des églises, attestées au Haut Moyen Âge.

70Un autre type d’établissement apparaît dans la seconde moitié du Ve siècle, celui des habitats de hauteur (cf. infra). À Saint-Marcel-d’Ardèche, le site perché de Saint-Étienne de Dion, ancien oppidum protohistorique abandonné vers le changement d’ère, est réoccupé vers le milieu du Ve siècle. Il s’agit alors d’un habitat groupé, occupant une surface d’un hectare, doté d’un imposant rempart maçonné, d’une nécropole datée des Ve-VIIIe siècles et d’une église apparemment fondée au VIe ou au VIIe siècle. À moins de 2 km au sud de Viviers, la colline Saint-Michel pourrait également avoir accueilli un site de hauteur à la fin de l’Antiquité. Seule l’église, Saint Victoret, et sa nécropole ont fait l’objet de fouille en 1981 et 1982, l’ensemble a été daté des Ve-VIe siècles (Esquieu 1988 : 21-22).

71Tout semble donc indiquer que, du côté helvien, l’habitat rural se maintient assez bien au IIIe et au IVe siècle et les agglomérations semblent se développer. À partir du Ve siècle, le réseau de peuplement connaît une phase de concentration accrue, et certains sites ruraux perdureront durant tout le haut Moyen Âge. À la fin de l’Antiquité, alors que la capitale, Alba, périclite peu à peu, les sources archéologiques indiquent qu’agglomérations et sites ruraux du secteur rhodanien connaissent une phase plutôt favorable à leur développement. La promotion de Viviers comme chef-lieu de la cité, au cours de la seconde moitié du Ve siècle, confirme la vitalité de ce secteur, même s’il est envisageable que le déclassement d’Alba au profit de Viviers soit dû à un facteur d’origine politique.

4.1.2.3. Le défilé de Donzère

72Le défilé de Donzère est un massif karstique, de calcaire urgonien, marqué par des falaises de plus de 100 m dominant le Rhône. D’une dimension de 4 à 6 km du nord au sud, et de près de 4 km d’est en ouest. Au nord s’étend la plaine de Montélimar, au sud, la plaine de Pierrelatte, à l’ouest le Rhône et, à l’est, le massif est séparé des reliefs plus orientaux par le col de Montceau (ou Montchamp) et le plateau des Échirouzes.

4.1.2.3.1. L’occupation du Haut-Empire

73Ce massif est relativement peu investi par les implantations du Haut-Empire, avec seulement 4 établissements connus : Les Opillas (site n° 06), le Devès (site n° 08), Chevrières (site n° 07) et Saint-Vincent de Barnavon (site n° 146). Les deux premiers ne semblent pas perdurer au-delà du milieu du IIe siècle. Le site de Chevrières, interprété comme une petite villa (4 000 m ²), est occupée du milieu du Ier siècle au milieu du IIIe siècle. Le mobilier archéologique recueilli lors des prospections indique un habitat « privilégié » (éléments de colonnes, de thermes, d’enduits peints). Le site de Saint-Vincent est interprété comme un établissement rural, dont le mobilier céramique date l’occupation des Ier au IIIe siècles. Le site n’a livré de traces d’activité ni pour le IVe, ni pour le Ve siècle. Au tout début du Moyen Âge, un habitat groupé semble se développer avec une église, Saint-Vincent de Barnavon, et un cimetière. Ce site est attesté par les textes comme une villa carolingienne, dépendance de Saint-Pierre du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (site n° 148) (Vaireaux 1993). Alors que ce terroir apparaît comme une zone de marge au Haut-Empire, il semble connaître un investissement tout particulier à la fin de l’Antiquité, comme un signe de conquête de nouvelles terres. Aux IIIe et IVe siècles, le site de Saint-Vincent est la seule exploitation connue qui pourrait avoir été occupée.

4.1.2.3.2. Les occupations en grotte

74À cette même période, l’occupation de plusieurs grottes dans les falaises dominant le Rhône nuance néanmoins l’apparente désertion du secteur. En l’absence d’étude sérieuse du mobilier archéologique mis au jour dans ces cavités (fouilles anciennes, pillages répétés), il est difficile d’interpréter ces occupations. Un rapide examen des collections, souvent dispersées, permet toutefois d’affirmer que ces occupations sont diverses, tant pour ce qui est des datations que des types d’occupation. L’occupation de la Grotte de la Chauve-Souris (site n° 3) est caractérisée par un riche mobilier des IIIe-IVe siècles (céramique fine, plusieurs centaines de monnaies). La Baume des Anges (site n° 4), également riche en mobilier, connaît une occupation plus tardive, Ve-VIe siècles (mobilier céramique, peigne en os). C’est dans cette cavité qu’auraient été trouvées des sépultures d’enfants sous tuiles, qui interrogent sur les pratiques rituelles des populations à cette période, d’autant plus qu’à proximité, de l’autre côté du fleuve, sur la colline Saint-Michel, lors de la fouille de l’église Saint-Victoret, une douzaine de sépultures avaient été mises au jour ; dix contenaient des enfants, la plupart inhumés dans des coffres en tegulae (Esquieu 1988 : 21-22).

75D’autres grottes (Baume Écrite, Abris de Jonas (site n° 23), Grotte de l’Escalade) ont livré un mobilier céramique plus modeste, étalé entre le IVe et le VIIe siècle. Pour certaines, la fonction de bergerie peut être avancée, pour d’autres, l’accès particulièrement escarpé nous incite à y voir plutôt des sites de refuge et de stockage (cache de denrées agricoles).

4.1.2.3.3. Les castra tardo-antiques

76À la fin de l’Antiquité (ré) apparaît un type d’établissement que l’on commence à mieux cerner depuis une dizaine d’années dans le sud-est de la France, celui des établissements de hauteur, ou castra tardo-antiques. Deux sites de ce type sont fondés sur les hauteurs du défilé entre le milieu et la fin du Ve siècle, Saint-Saturnin (site n° 1 sur la commune de Donzère) et Château Porcher (site n° 149, sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône). Ces deux sites sont installés sur deux plateaux distincts, séparés par un profond ravin. Tous deux dominent le Rhône, qui coule 130 m environ en contrebas, et font face à Viviers, de l’autre côté du fleuve. On note que l’implantation de ces deux sites semble contemporaine du transfert du chef-lieu du Vivarais d’Alba vers Viviers. On ignore si leur fondation émane de la même puissance publique ou s’il s’agit d’un effet de limite entre des territoires distincts. Les trois sites sont toutefois de nature fort différente.

77On a du mal à appréhender les dimensions et la nature du site de Viviers au Ve siècle, mais on entrevoit une agglomération dynamique, du fait de son nouveau statut, l’érection de ses remparts, dont témoignent les textes, et par le nombre d’édifices religieux et de nécropoles attestés pour la fin de l’Antiquité.

Château Porcher (Châteauneuf-du-Rhône)

78Le site de Château Porcher apparaît comme une forteresse édilitaire, ayant bénéficié d’un très lourd investissement de la part d’une puissance publique qu’il reste à identifier. Situé sur la rive gauche du défilé de Donzère, le site a fait l’objet d’une campagne d’évaluation en 1996 (prospection, sondages, relevés). Installé sur un petit plateau de 1,2 ha, le site a connu deux phases d’occupation, reconnues par les prospections et les sondages. La première occupation est datée du début du premier âge du Fer. La seconde occupation du site, de loin la plus importante, semble avoir débuté à la fin du Ve siècle, pour durer moins de deux siècles. Les sondages réalisés intra-muros ont mis au jour des vestiges d’habitats, dont les niveaux d’occupation ont été datés du dernier tiers du Ve siècle au VIIe siècle. Deux des trois habitats sondés sont caractérisés par des constructions soignées, et par des indices matériels témoignant d’un statut privilégié (verre à vitre, amphores vinaires africaines…). Le système défensif, encore en partie en élévation, est particulièrement imposant. Côté plateau, le rempart est constitué d’un mur maçonné de 3.30 m d’épaisseur, flanqué de redans atypiques et monumentaux. Dans un second temps, la fortification est renforcée par un avant-mur maçonné de 2,5 m d’épaisseur. Deux fossés défensifs extérieurs, taillés dans le roc, complètent le dispositif. Coté à pic, au sud, la courtine est composée d’un mur maçonné d’un mètre d’épaisseur. Côté fleuve, le dispositif est composé, d’une part, par un mur d’enceinte nord-sud – large de 1,80 m et d’une élévation conservée de 2,30 m, il est encore conservé à certains endroits – qui clôt la partie sommitale du site et, d’autre part, dans la pente, de deux courtines, orientées est-ouest qui permettaient visiblement de relier la partie haute du site aux rives du Rhône.

Saint-Saturnin (Donzère)

79Le site de Saint-Saturnin est installé sur un autre plateau, à quelques centaines de mètres au sud de Château Porcher. Le site a fait l’objet d’une première campagne d’évaluation en juin 1994. Il connaît une première occupation à la fin du second Âge du Fer, puis durant l’Antiquité tardive. Le rempart ceint une superficie de 6 hectares. De nombreux murs ruinés sont visibles sur toute la surface du site, mais la végétation dense rend difficile toute vision d’ensemble. L’habitat n’a pas fait l’objet de sondages, mais les prospections ont permis de dater les occupations des IIe-Ier siècles av. J.-C., puis de la fin du Ve au VIIe siècle. L’église éponyme est un édifice roman en partie ruiné, situé dans l’angle nord-est du site. Un sondage réalisé à l’intérieur de ce bâtiment a permis de mettre en évidence un premier édifice, attribué par l’auteur au haut Moyen Âge. Les relevés, complétés par une étude ethnobotanique (étude Stéphane Crozat : Ode 1995c), ont permis de montrer que l’église formait un des côtés d’un ensemble bâti quadrangulaire organisé autour d’une cour centrale. Un texte de 1105 cite Saint-Saturnin dans les possessions de l’abbaye de Donzère. L’étude du rempart a permis de dater sa construction du dernier tiers du Ve siècle. La courtine, maçonnée, d’un mètre d’épaisseur, est homogène sur tout son tronçon occidental. À l’angle sud-ouest du site, le rempart est chaîné à une tour quadrangulaire, dont le seul côté dégagé mesure 8,50 m. Le site de Saint-Saturnin semble correspondre au modèle des agglomérations perchées et fortifiées désormais relativement bien perçues dans le sud de la France : Roc de Pampelune à Argelliers – Hérault –, Lombren à Vénéjan – Gard – et, plus près, Saint-Étienne de Dion, à Saint-Marcel d’Ardèche (Schneider 2004).

Le Palais (site n° 148, Châteauneuf-du-Rhône)

80Au nord du défilé de Donzère, le réseau local antique est dominé par le site du Palais (commune de Châteauneuf-du-Rhône), connu depuis le XIXe siècle pour la richesse de ses vestiges. Le site a été successivement interprété comme une agglomération secondaire, puis comme une grande villa. Les sources archéologiques indiquent une occupation du Ier siècle avant J.-C. jusqu’au XIe siècle. Les fouilles réalisées récemment par J.-C. Béal ont mis au jour ce qu’il interprète comme la pars urbana d’une villa de 0,5 à 1 ha de surface, particulièrement florissante aux IVe et Ve siècles (Béal 2002 : 281-285). Les prospections pédestres, les découvertes anciennes et les sondages ponctuels (Jung 1994 : 34-46 ; Jung 1999 : chapitre n° 3.1.7) inciteraient plutôt à interpréter le site du Palais comme une agglomération secondaire, dont la superficie peut être estimée à environ 8 ha. Il est difficile de trancher définitivement sur la nature du site, mais on ne peut exclure que les vestiges interprétés par J.-C. Béal comme la « pars urbana » d’un centre domanial aient pu constituer un ensemble monumental public. La continuité de l’occupation entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge est attestée par la découverte d’une série de bâtiments et de structures datés des Ve et VIe siècles ; avec probablement un atelier de verrier. Au haut Moyen Âge, les sources écrites mentionnent le site comme le chef-lieu d’une vicaria carolingienne, sous le nom de cors Ladornaio, ou Latronacum, qui possédait un établissement religieux dédié à saint Pierre et dépendant de Saint Césaire d’Arles. La fouille d’une partie de la nécropole médiévale de Saint Pierre du Palais a mis au jour des inhumations d’adultes et d’enfants datables des IXe, Xe et XIe siècles. Il semblerait que l’on ait là un exemple d’habitat aggloméré antique (peut-être autour d’un centre domanial), fixé au haut Moyen Âge par la présence d’un établissement religieux. La création au XIIe siècle du bourg castral de Châteauneuf-du-Rhône semble avoir entraîné son abandon.

81Les voies de communication dans le secteur du défilé, nous renseignent particulièrement sur l’évolution de l’occupation des sols. Le relief très marqué ne permet que trois axes nord-sud. Le premier correspond au tracé de l’actuelle RD 144, dite route du défilé (cf. supra, chapitre 3) qui passe par le plateau, au plus près du Rhône : elle est jalonnée par un certain nombre de sites protohistoriques. Le deuxième axe, plus à l’est, correspond à la Route Royale réalisée au XVIIe siècle, actuelle RD 844 et ancienne N 7 ; aucun site archéologique n’est reconnu le long de ce tracé. Le troisième axe naturel était emprunté par la Voie d’Agrippa, et il est aujourd’hui occupé par l’autoroute A 7 et par la Nationale 7. Seuls deux sites antiques connus sont installés le long de la Voie d’Agrippa dans ce secteur : le site de la Riaille, ou de Termini (cf. infra chapitre 4.4.1.3.) dont la pérennité provient peut-être de sa fonction liée à la voie, et le site des Brugières (site n° 112). Ce dernier semble correspondre à une vaste villa dont le premier état pourrait remonter au Ier siècle av. J.-C. (céramique campanienne B, amphore italique) et la fin de l’occupation au milieu du Ve siècle (céramique DSP, céramique commune kaolinitique). Cette villa, dont l’emprise restituée avoisine les 2 ha, est la seule exploitation agricole connue dans le secteur du Plateau des Échirouzes/Bois des Mattes. On observe que cet établissement est installé à égale distance du site de la Riaille et de la station routière du Logis de Berre (4 000 m environ, cf. infra). Seule la villa des Brugières semble dominer l’occupation de ce secteur. Le finage particulier de ce domaine (terrasses glaciaires naturellement bien drainées, proximité de sols variés), situé le long de la voie impériale, a probablement favorisé cet établissement à la longévité remarquable. Il semblerait qu’à la fin de l’Antiquité, l’itinéraire le Palais/Château Porcher/Donzère, prolongé par l’itinéraire Donzère/Le Logis de Berre ait été l’axe viaire le plus actif. L’absence d’occupation médiévale dans le secteur du Plateau des Echirouzes et du Bois des Mattes semble confirmer l’hypothèse de l’attraction de l’axe le Palais/Château Porcher/Donzère aux dépens de la Voie d’Agrippa, à cette latitude.

82Si la Voie d’Agrippa semble avoir été l’axe majeur des liaisons terrestres de longue distance, nord-sud, durant toute l’Antiquité, il semblerait que cet axe n’ait pas favorisé la pérennité des établissements à ses abords. Entre la Riaille et le Lez (soit une vingtaine de km environ) sur les 15 pôles d’implantation attestés au Haut-Empire, seuls 8 subsistent aux IIIe-IVe siècles, et 4 seulement perdurent jusqu’au Ve siècle : les sites de la Riaille, des Brugières, du Logis de Berre (site n° 111) et de Saint-Pierre de Sénos. Ces deux dernières, Novem Craris et Senomagus, sont des agglomérations routières, mutationes attestées par les itinéraires, occupées du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au haut Moyen Âge.

83En revanche, l’itinéraire du Palais au Logis de Berre, par Donzère, soit une douzaine de km environ, apparaît beaucoup plus dynamique du point de vue du nombre de sites desservis à la fin de l’Antiquité. Sur les 10 pôles de peuplement reconnus pour les Ier et IIe siècles, 6 perdurent aux IIIe-IVe siècles, et 6 implantations sont attestées aux Ve-VIe siècles, toutes de probables agglomérations.

4.1.2.4. Les collines à l’est de la plaine de Pierrelatte

84Ce secteur correspond à une mosaïque de paysages situés du Moulon, au nord, au Barry, au sud, et de la plaine de Pierrelatte, à l’ouest, à Clansaye et au plateau du Rouvergue, à l’est. Cet espace, au cœur du territoire de la cité tricastine, est composé de nombreux reliefs, très arides, aujourd’hui en garrigue, et de dépressions et petites vallées alluviales plus favorables à l’agriculture.

85Dans ce secteur, qui a fait l’objet de prospections pédestres moins systématiques que dans les autres fenêtres d’observation, une trentaine d’établissements ruraux sont connus pour le Haut-Empire. À partir du IIIe siècle, seuls 10 sites continuent à être occupés. Ces derniers ont tous été fondés au Ier siècle. Cette apparente chute doit être largement nuancée. Entre la vallée de la Berre et le ruisseau des Echaravelles, les établissements semblent particulièrement bien résister aux mutations agraires opérées entre le début du IIe et le début du IIIe siècle (cf. supra, chapitre 3). 8 établissements sont encore occupés, et des 7 sites abandonnés avant la fin du IIe siècle, 5 sont situés à moins de 400 m d’un établissement qui perdure. La plupart des pôles de peuplement restent donc vivaces, avec probablement des restructurations. Au nord de la vallée de la Berre, la villa du Fayn (site n° 53, commune de Roussas) correspond à une vaste villa viticole, étudiée par sondages par Damien Séris (Jung, Odiot et al. 2001 : 115 ; cf. infra 4.4.1.2.). Si l’immense cellier semble démantelé à la fin du Haut-Empire, le site est occupé au moins jusqu’à la fin du IIIe siècle.

86À proximité de la Berre, les deux établissements de Chalabray (site n° 55, commune de Roussas) et de Billiard (site n° 115, commune des Granges-Gontardes) sont des établissements très comparables d’après les données de prospection. Il s’agit d’établissements reconnus tous deux sur une surface de 5 000 m2, qui pourraient avoir eu une activité viticole envisageable par des concentrations importantes de dolia, pouvant évoquer la présence d’un chai. Ces deux sites, apparemment occupés du Ier au IVe s., sont dotés d’éléments de confort (éléments de thermes pour le site de Billiard, mosaïques pour Chalabray) qui les identifient comme de petites villae.

87Dans la zone de coteaux et de combes au sud de la commune de la Garde-Adhémar, 5 établissements antiques reconnus subsistent aux IIIe et IVe siècles. Le site de Rabaste (site n° 33), installé sur un coteau dominant la plaine, est un petit établissement rural, repéré sur 2 600 m2, abandonné au milieu du IIIe siècle. Les sites de Salvador (site n° 36), du Colombier (site n° 34), d’Esplouret (site n° 35) et de la Ferme Mandin (site n° 30) sont de probables villae dont les surfaces estimées varient de 1,5 à 2,5 ha et qui seront abandonnées entre le milieu du IIIe et le milieu du IVe siècle. Il apparaît donc que la zone entre Berre et Echaravelles ne semble pas connaître de sensible restructuration de son réseau d’occupation avant la fin du IIIe siècle. En revanche, aucun site d’habitat n’est connu dans ce secteur entre le milieu du IVe et la fin du Ve siècle. À partir de la fin du Ve, ou peut-être au début du VIe siècle un nouveau pôle de peuplement émerge sur le plateau à l’est du bourg castral de la Garde-Adhémar, dans le secteur du Val des Nymphes (site n° 46) et du Val de Magne. Les travaux de François Vaireaux ont mis en évidence l’existence d’une concentration dense d’églises paléochrétiennes et la présence d’au moins un site d’habitat groupé protomédiéval (Hernandez et Vaireaux 1995).

88Plus au sud, dans la proche campagne de Saint-Paul-Trois-Châteaux, la mutation du maillage rural du IIe siècle semble plus brutale. Sur les 15 sites d’habitats ruraux du Haut Empire repérés dans un rayon de 4 km de la capitale, seuls 2 subsistent au début du IIIe siècle, les Miegesolles (site n° 126) et Saint-Vincent (site n° 139). Ces deux sites sont des établissements viticoles apparemment démantelés au milieu du IIIe siècle. Le site de Saint-Vincent connaîtra des phases de réoccupation jusqu’au milieu du Ve siècle. Il semblerait donc que la capitale tricastine ait concentré la majeure partie de l’habitat exploitant son finage à partir du IIe siècle.

89On connaît assez mal l’évolution de Saint-Paul-Trois-Châteaux entre la fin du Haut-Empire et le début du Moyen Âge. Les opérations réalisées au centre-ville ont toutefois toujours livré du mobilier céramique des IIIe-Ve siècles (sigillée claire B, Luisante, céramique DSP), quelquefois mis au jour dans des contextes d’habitat (comme l’opération Rue des Ecoles, réalisée par Bernard Guillaume) (Lert et al. 2009 : 80).

90Le fait qu’Augusta Tricastinorum soit demeurée capitale des Tricastins, apparemment sans discontinuité entre le Ier et le Ve siècle, constitue un indicateur de son dynamisme, dans un contexte régional qui connaît à cette époque un certain nombre d’autres chefs-lieux de cités évincés au profit de « nouvelles » agglomérations alors promues (Alba/Viviers chez les Helviens, Saint-Paulien/Le Puy chez les Vellaves, Carpentras/Vénasque chez les Meminiens). Augusta Tricastinorum, devenue Saint-Paul-Trois-Châteaux, devient chef-lieu d’évêché au plus tard au Ve siècle.

91Au sud de Saint-Paul-Trois-Châteaux, le site du Barry, faute d’études récentes, est trop mal connu pour que l’on puisse établir une continuité d’occupation durant les siècles de l’Antiquité tardive. L’ancien oppidum protohistorique, l’un des plus vastes de Gaule méridionale, semble avoir subsisté sous la forme d’une agglomération au moins aux premiers siècles de notre ère, comme le laisse supposer les très nombreuses découvertes de mobilier archéologique des Ier -IIe siècles après J.-C. La proximité du Barry et de la capitale des Tricastins, distante de moins de 2 km, constitue un ensemble original qui mériterait un réexamen.

4.1.2.5. La plaine de Pierrelatte

92Pour la partie drômoise de la Plaine de Pierrelatte, qui a fait l’objet de prospections quasi systématiques (cf. supra chapitre 3), 75 sites d’habitat antique sont inventoriés. Mais seuls 13 sites ont une phase d’occupation attestée pour les IIIe-IVe siècles et seulement 4 sites pour les Ve - VIe siècles.

93Aux IIIe et IVe siècles, seuls les sites les mieux placés par rapport aux voies de communication semblent mieux résister aux mutations agraires du IIe siècle que les établissements isolés, même si d’autres critères semblent intervenir. À proximité de la Voie d’Agrippa, au niveau du 15e decumanus, 4 établissements viticoles de dimensions variant entre 2 000 et 3 000 m2, et de classe apparemment équivalente, subissent des destins différents. Les sites du Péage et de Gamet (sites n° 28 et n° 39, commune de La-Garde-Adhémar), tous deux situés à moins d’une centaine de mètres à l’ouest de la voie, sont abandonnés fin IIe /début IIIe siècles. En revanche, les sites de Vignoulas (site n° 41) et de Besson (site n° 51), situés à l’est de la voie, en piémont, perdurent au moins jusqu’au IVe siècle.

94Le secteur de Novem Craris semble particulièrement mieux résister que d’autres secteurs. L’agglomération routière semble prospérer (même si la qualité des informations issues des fouilles anciennes ne permet pas une analyse précise) et, à proximité, plusieurs établissements connaissent une meilleure longévité que la majorité des sites de la plaine. Le site du Chemin du Loup (site n° 25) est interprété comme une villa viticole, d’une surface de près d’1 ha, installée sous Auguste et occupée jusqu’au début du IVe siècle, comme les sites de Billiards et de Chalabray situés à l’est du Logis de Berre. Au nord-ouest de la station routière, en direction de Donzère, les trois sites connus (la Laurence, site n° 17, Bognets, site n° 20 et Bastets, site n° 24) ne sont occupés qu’au Haut-Empire. Mais, à proximité de ces sites, deux nécropoles (Petits Boisniers, site n° 18, et Saint-Christol, site n° 19) attestent la continuité de l’occupation de ce secteur.

95La voie de la Berre, mise en évidence par les travaux de C. Jung, permettait de relier l’arrière-pays tricastin (Le Pègue, le bassin de Valréas) avec la voie d’Agrippa et la vallée du Rhône. Cet axe paraît particulièrement structurant dans le réseau de peuplement tricastin des IIIe-IVe siècles. Le long de cet axe, entre le Logis de Berre et Bourg-Saint-Andéol, 6 pôles de peuplement sont repérés pour cette période sur 9 connus pour le Haut-Empire. Il s’agit des sites du Chemin du Loup (cf. supra), de Charagon/La Cloche (site n° 109 : l’établissement n’a pas été identifié mais la présence d’une nécropole à tombes sous tuiles associée à la proximité du site de la Cloche, mal daté, mais repéré par un épandage de 2 000 m2 de tuiles antiques, permet de restituer un établissement), du site de l’Orient (site n° 84 : vaste villa de 3 ha, occupée du milieu du Ier siècle à la fin du IVe siècle), du site de la Cousinotte (site n° 83 : petite villa abandonnée au milieu du IIIe siècle), du site de Sainte-Foy (site n° 71 : riche villa viticole reconnue sur près de 4 ha) et enfin du site du Radelier (site n° 73 : petite villa face à Bourg-Saint-Andéol).

96Pour les autres sites de la plaine encore occupés aux IIIe - IVe siècles, la relation avec des axes viaires est fréquente mais ne paraît pas automatique. Le site de Surel (site n° 31), mis au jour lors des opérations préventives préalables à l’aménagement du TGV, est installé au bord d’une voie secondaire permettant de cheminer de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Donzère. Le site des Perrotines (site n° 62), petit établissement rural occupé du milieu du Ier au milieu du IIIe siècle, n’est pas à proximité d’une voie reconnue, mais il est proche du fleuve. Les sites du Pin (site n° 65), établissement viticole occupé du Ier siècle au début du IVe siècle, et de Beauregard (site n° 75), riche villa de 2,5 ha de surface estimée, sont tous deux installés sur le Xe decumanus qui semble avoir constitué un axe viaire (cf. supra chapitre 3).

97À partir du Ve siècle le réseau d’occupation de la plaine de Pierrelatte devient encore plus clairsemé. Au nord et au nord-est, seules les agglomérations de Donzère et du Logis de Berre semblent occuper le territoire. Au cœur de la plaine, seul le site de Beauregard (site n° 75) semble encore occupé jusqu’au début du VIe siècle. Il est néanmoins possible que le site de Pierrelatte ait été occupé sans discontinuité depuis le Haut-Empire. À l’ouest, le site de Sainte-Foy (site n° 71), installé presqu’en face de Bourg-Saint-Andéol, est occupé au moins jusqu’au VIe siècle ; un prieuré s’y installe durant le haut Moyen Âge.

98Les travaux menés par Cécile Jung et Jean-François Berger ont montré que, dès le IIIe siècle, l’entretien des fossés du réseau centurié est moins régulier, certains se colmatent et sont abandonnés, soit définitivement, soit temporairement (exemple de Lapalud, les Girardes ou Mondragon, Les Brassières). L’abandon de certains fossés n’est pas forcément le signe d’un manque d’entretien du réseau de drainage, mais peut indiquer un changement des besoins (lié à de nouvelles pratiques agraires ou à l’évolution du drainage naturel des sols) ou une réorganisation du parcellaire, avec des parcelles plus grandes (cf. Jung 1999 : 336).

99La diminution de la culture de la vigne, par rapport au Haut-Empire, est très probablement une des raisons de ces changements. La majorité des sites à vocation viticole sont abandonnés entre le milieu du IIe siècle et le début du IIIe siècle, et seules les fosses de plantation du site des Malalones, datées du IIIe siècle attestent la présence de vignes pour cette période (cf. infra 4.4.2). Les analyses paléobotaniques, menées lors de l’opération archéologique du TGV-Méditerranée, indiquent une très forte déprise de la viticulture et une diversification des cultures à partir du IIe siècle, laquelle s’accentue au cours des IIIe et IVe siècles.

100Le IIIe siècle apparaît donc comme la suite de l’apparente désertification du siècle précédent. Les abandons se poursuivent et seuls deux sites survivront à la fin du siècle dans la plaine de Pierrelatte : leur position en bordure du Rhône et le long du Xe decumanus semble être un facteur de pérennité. L’entretien de certains fossés, les découvertes de structures agraires, plus rares que pour les deux premiers siècles mais toujours présentes, laissent penser que la plaine tricastine est toujours exploitée par une agriculture plus axée vers la polyculture et basée sur un réseau d’occupation moins dispersé. Ici encore, se pose la question de l’existence d’un habitat groupé antique au centre de la plaine, peut-être sous le bourg actuel de Pierrelatte. Au IVe siècle, les réoccupations légères de certaines villae, démantelées aux siècles précédents, comme celles de Saint-Vincent (à Saint-Paul-Trois-Châteaux), du Molard (à Donzère), ou du Fayn (à Roussas), pourraient correspondre à des annexes agraires, pour des populations vivant désormais plus loin des terres cultivées.

101Aux Ve et VIe siècles, le réseau de drainage hérité de la centuriation B d’Orange ne semble plus entretenu qu’en quelques zones, comme à Mondragon, Les Brassières/Ribauds (Berger et Jung dir. 1999 : 323). Les analyses paléoenvironnementales nous présentent le paysage de la plaine de Pierrelatte totalement modifié, avec une extension des prairies humides et du couvert forestier.

4.1.2.6. Conclusion

102La documentation disponible apparaît donc plus lacunaire pour la seconde moitié de l’Antiquité que pour les deux premiers siècles de notre ère. Alors que la quasi-totalité de la plaine tricastine est occupée au Haut-Empire, la réorganisation du maillage initiée au IIe siècle se poursuit durant les siècles suivants. Les établissements ruraux qui perdurent ont tous été fondés au cours du Ier siècle Les seuls sites créés entre le IIe et le milieu du Ve siècle ne sont pas identifiés comme des habitats (sépultures isolées ou groupées, occupations en grotte). Si le nombre de sites occupés connus décroît indiscutablement, l’évolution des surfaces cumulées des sites occupés relativise ce phénomène et incite à le qualifier de concentration plus que de raréfaction de l’habitat.

103Ce processus de concentration de l’habitat semble donc bien caractériser les IIIe et IVe siècles en Tricastin, à l’instar de ce qui a été mis en évidence dans d’autres régions, comme le Languedoc (Archaeomedes 1998 : 88-115 ; Raynaud 2003 : 345). Les habitats intercalaires qui subsistent au IIIe siècle sont soit situés à proximité des voies de communication les plus dynamiques, soit installés à proximité de terroirs variés, comme les piémonts et les coteaux des massifs calcaires. Il apparaît que le système agraire semble s’être adapté en délaissant certains types de sols difficiles à travailler, surtout rentables dans un système d’agriculture spéculative, au profit de la complémentarité des ressources. Cette société agricole des IIIe et IVe siècles semble alors moins subir les initiatives extérieures (agriculture spéculative, assignation de colons,…) ; Alors que la culture matérielle n’indique pas de paupérisation notable, la région semble parfaitement intégrée dans les réseaux d’échanges de la vallée du Rhône (importations nombreuses, rôle important du fleuve et des voies).

104À partir du Ve siècle les sites occupés sont encore moins nombreux. Si la concentration de l’habitat se poursuit, elle semble être le fait de causes tant structurelles (évolution des modes agro-pastoraux, fragilisation du paysage) que conjoncturelles (christianisme et polarisation de l’habitat à proximité des églises, effondrement de l’Empire, émergence de nouveaux cadres institutionnels, conflits territoriaux). Les sites qui perdurent jusqu’au milieu du Ve siècle, voire jusqu’au haut Moyen Âge, sont soit les agglomérations, soit les établissements de classe supérieure de type villa. On remarque que la plupart de ces sites sont dotés d’une église paléochrétienne (souvent mal datée, entre le Ve et le VIIIe siècles) : Sainte-Foy, Saint-Pierre la Mure, Saint-Pierre du Palais.

105La situation de la micro-région à la fin de l’Antiquité apparaît donc fort différente à celle du Haut-Empire : diminution du nombre de sites occupés, concentration de l’habitat, occupation différentielle des terroirs aux dépens des plaines. Néanmoins, les investissements publics persistent (remparts, églises), et la nature de certains biens de consommation (importations lointaines de vin, de verrerie), comme la qualité de certains équipements privés (comme les mosaïques du Ve siècle sur le site du Palais, à Châteauneuf-du-Rhône) révèlent une économie productrice de richesse. À partir du milieu du Ve siècle émerge un nouveau type de site, les castra tardo-antiques, véritables agglomérations fortifiées de hauteur. La micro-région en compte au moins trois : Saint-Saturnin, Château Porcher et Saint-Étienne de Dion. Ces sites sont installés dans des terroirs « de marge », relativement peu investis lors des premiers siècles de l’Antiquité. La mise en valeur de ces nouveaux terroirs pourrait expliquer en partie l’implantation de ce nouveau type d’agglomération. Néanmoins, le niveau d’investissement inciterait plutôt à y voir des fondations d’initiative publique locale (évêque, comte ?) ou royale. Les sites tels que Saint-Vincent de Barnavon ou le Val de Magne, non fortifiés, qui apparaissent un peu plus tard que la catégorie précédente, sembleraient peut-être mieux correspondre à cette nouvelle entreprise de front pionnier.

106Si les limites de cité, durant l’Antiquité, ne furent que de simples limites administratives, qui n’ont probablement eu qu’une influence limitée sur l’occupation des sols, il est probable qu’il n’en fut pas de même avec certaines limites territoriales de la fin de l’Antiquité. En effet, à partir du milieu du Ve siècle, certaines limites deviennent de véritables frontières entre divers « États », souvent en conflit. Dans le dernier tiers du Ve et le premier tiers du VIe siècle, la zone comprise entre Viviers et Avignon est au cœur de tous les conflits territoriaux, entre royaumes burgonde, ostrogoth, wisigoth et franc (Delaplace 2005). On ne connaît pas précisément les limites méridionales du royaume burgonde et encore moins ses évolutions précises entre 476 et 534. S’il ne semble pas évident que le Tricastin se soit retrouvé en position de frontière, il est notable qu’une petite agglomération, naturellement bien fortifiée, Viviers, est alors promue siège de l’évêché, probablement autour de 475-480, et que deux sites de hauteur, Saint-Saturnin et Château Porcher, sont fortifiés dans le dernier quart du Ve siècle, dans un rayon d’1 km.

107Ce panorama visant à saisir l’évolution du peuplement entre la fin du Haut-Empire et les débuts du Moyen Âge permet d’esquisser un modèle évolutif des structures de peuplement de cette micro-région. Ici, comme ailleurs en Gaule méridionale (cf. Raynaud 2003), on perçoit le passage d’une structure de peuplement dominée par l’habitat dispersé, en partie issue d’un processus de colonisation planifiée, à un habitat mixte aux IIIe et IVe siècles. À cette période, si un grand nombre d’établissements ruraux disparaissent, les agglomérations secondaires et certains centres domaniaux semblent connaître une phase de croissance. À partir du milieu du Ve siècle, on observe la mise en place d’une nouvelle structure de peuplement dominée clairement par l’habitat groupé. Toutes les agglomérations, existant depuis plusieurs siècles semblent perdurer, certaines connaissent même une période particulièrement faste et un nouveau type d’agglomération, les sites de hauteur, vient compléter ce nouveau maillage.

4.2. Mise en rapport des données tarifaires du cadastre B d'Orange avec le potentiel pédologique actuel et antique

4.2.1. Les contrats de location

108Entre autres informations (fig. 10), les textes gravés sur le plan cadastral de la centuriation B de la colonie romaine d’Orange mentionnent les cas où la colonie loue les terres publiques dont elle a la jouissance et la charge (fig. 46). Le plan cadastral précise, pour les centuries qui contiennent des terres publiques mises en adjudication, la superficie concernée, en nombre de jugères (un jugère représente un quart d’hectare), le tarif de location, en as, le montant du loyer et le nom du locataire ou de l’adjudicataire qui a pris à ferme le montant de la location due à la colonie (fig. 47).

Fig. 46 - Centuries où tout ou partie appartient à la colonie (d’après Piganiol 1962, Sarazin del.).

TEXTE LATIN
l. 1. D(extra) D(ecumanum) XVIII C(itra) K(ardinem)I
l. 2. EXTR(ibutario solo) CLXXXIX
l. 3.... TRIC(astinis) REDD(iti)
l. 4. CVLT(i) XIIII S...
l. 5. RELI(qua) COL(oniae) VII, A(era)
l. 6. XVI, (denarios) VII, SOL(vit)
l. 7.
IVL(ius) FLORVS

TRADUCTION
l. 1. Centurie XVIII à droite du decumanus maximus
I en deçà du kardo maximus
l. 2 et 3. 178 jugères 1/4 hors sol tributaire ( = assignés à des colons Romains, exemptés du tribut)
l. 3 et 4. 14 jugères 3/4 rendus cultivés aux Tricastins
l. 5 et 6. 7 jugères laissés à la colonie
l. 6 et 7. au tarif de 16 as ( = 1 denier) par jugère, soumis à une rente de 7 deniers que paie l'adjudicataire Iulius Florus.
[total : 200 jugères]

Fig. 47 - Lecture et traduction de l’inscription de la centurie DD XVIII CK I (Favory).

4.2.1.1. Variation de la taille des lots adjugés et des tarifs de location pratiqués

109Dans la plupart des cas connus à partir des fragments de ce plan, la terre proposée à l’adjudication par la colonie représente une fraction de centurie. Mais dans 7 cas, c’est une centurie entière qui est proposée pour être louée.

110Dans de nombreux autres cas, la colonie loue différentes fractions d’une même centurie (jusqu’à 5 en SD X CK X) à des taux variés. En effet, la colonie pratique différents tarifs qui varient pour l’essentiel entre une poignée et une vingtaine d’as mais qui peuvent atteindre, dans un cas énigmatique, le taux tout à fait exceptionnel de 80 as (en SD VI VK I : Odiot 1994, 97).

111La question qui est posée est de savoir ce qui fonde cette variation des tarifs de location. L’hypothèse est que cette variation de tarifs s’explique, entre autres facteurs, par leur adaptation à la qualité agrologique des sols concernés. Dans la mesure où l’on a pu projeter les fragments de ce plan cadastral sur la carte topographique (fig. 8) et pédologique, il est possible de s’interroger sur le rapport entre tarifs de location, qualité des sols concernés et superficie des terres louées (fig. 48).

112Pour enquêter sur le fondement agrologique des tarifs de location pratiqués par la colonie d’Orange, il importait de vérifier que les tarifs les plus élevés s’appliquaient à des sols estimés excellents par les experts agronomiques antiques et que les tarifs moyens ou modestes s’appliquaient à des terrains jugés de rentabilité passable ou médiocre. Il convenait donc d’interroger les agronomes latins et de comparer leurs opinions pour tenter d’établir la perception moyenne que livre la culture agronomique latine de l’époque classique. La littérature agronomique latine propose une typologie des sols qu’il est possible, en partie, de comparer avec les typologies contemporaines de la pédologie et de l’agrologie (i. e. la discipline qui étudie les sols dans leurs rapports avec l’agriculture). Nous nous intéresserons à l’agronomie antique du Ier siècle ap. J.-C. (Columelle et Pline l’Ancien), plus ou moins contemporaine de l’intervention de Vespasien à Orange.

4.2.1.2. Les sols concernés par les contrats de location de terres

113La majeure partie de la vallée du Rhône est couverte par une série de relevés et de cartes pédologiques. Ces cartes de la nature des sols actuels ont été effectuées conjointement aux restructurations agraires liées aux aménagements du cours du Rhône dans l’immédiate après-guerre. Plus d’une quarantaine de types de sols sont décrits et cartographiés au 25 000e. Dans un premier temps, nous avons choisi de les regrouper en grandes unités correspondant aux grandes familles pédologiques (fig. 48). Cinq grandes classes de sols distinctes ont ainsi été créées et cartographiées. Les critères choisis sont les capacités de réserve en eau et le pouvoir de drainage naturel des terrains ; ils nous renseignent sur la lourdeur relative des terres, leur capacité d’engorgement, leur fragilité à l’érosion ou la sécheresse, etc. Ces données sont enrichies par des indices complémentaires concernant l’importance des cailloutis dans le sol (caillouteux, mixte, non caillouteux) et la teneur en argile (argileux, très argileux).

Fig. 48 - Types de sols en regard des tarifs de location indiqués sur les marbres dans la plaine de Pierrelatte (Odiot et P. Sarazin del.).

114Dans la première partie de la démarche, il faut considérer ces données comme formellement indicatives. En effet, la nature de ces sols actuels n’est pas forcément celle de la période romaine.

115Afin de faciliter l’utilisation de la terminologie décrite ici, des qualificatifs ont été attribués aux différents sols :

  • type I : sols bons et légers ;

  • type II : sols très bons et lourds ;

  • type III : sols médiocres et lourds ;

  • type IV : sols pauvres, légers et variables ;

  • type V : sols riches, lourds et variables.

4.2.1.2.1. Sols de type I

116Ces sols, caractérisés par une faible réserve en eau et un bon drainage interne, se développent sur les terrasses anciennes du Rhône. Ils se subdivisent en trois sous-groupes :

  • Ia : au nord-est sur les plateaux de la Vialle (à l’est de Donzère) et sur celui des Echirouses (au nord du Logis de Berre sur la commune des Granges-Gontardes), les sols sont très caillouteux.

  • Ib : au sud-ouest de la commune de Donzère, sur la terrasse d’alluvions anciennes, les sols sont plus irréguliers et des poches plus argileuses voisinent avec des zones très caillouteuses.

  • Ic : au sud de la commune de Pierrelatte, ils sont très caillouteux et acides ; des landes et forêts (Blaches) sont mentionnées sur le cadastre napoléonien.

4.2.1.2.2. Sols de type II

117Une texture légère à moyenne et une bonne perméabilité caractérisent ces terrains formés sur les alluvions récentes du Rhône. Ils sont relativement homogènes (bonne réserve en eau et bon drainage interne) mais peuvent, par secteur, être de profondeur limitée et/ou fortement chargés en graviers et en galets du Rhône.

4.2.1.2.3. Sols de type III

118Ces sols ont une texture très lourde et de faible perméabilité (bonne réserve en eau et drainage interne moyen). Il s’agit de sols d’apports alluvial et colluvial.

119Ici encore, il est possible de discerner trois sous-groupes :

  • IIIa : dans la zone du terrain d’aviation de Pierrelatte, les sols sont de texture très lourde et de perméabilité moyenne.

  • IIIb : dans le secteur de la centrale atomique de Pierrelatte, la texture lourde est dotée d’une perméabilité faible.

  • IIIc : sols distribués par poches isolées, où la perméabilité est réduite.

4.2.1.2.4. Sols de type IV

120Ces sols sont très hétérogènes et généralement bien représentés dans les terrains accidentés (pentes, talus) et sur les plateaux calcaires.

121Deux sous-types de sols se dégagent en fonction de la nature de la roche mère (calcaires durs ou tendres et colluvions) :

  • IVa : sur les pentes et les plateaux miocènes (marnes du plateau de Saint-Restitut, par exemple).

  • IVb : sur les pentes et plateaux de calcaires urgoniens du défilé de Donzère.

4.2.1.2.5. Sols de type V

122Il s’agit des gleys et pseudos-gleys déjà mentionnés. Actuellement, ils sont hétérogènes et peuvent présenter une réserve en eau faible à bonne ou un engorgement souvent généralisé. Leur structure est lourde.

4.2.1.3. Cartographie des sols antiques

Limites de la cartographie utilisée

123Si la cartographie ainsi réalisée s’étend du nord de la plaine de Montélimar au nord à Orange au sud, elle s’arrête à la hauteur de Saint-Paul-Trois-Châteaux à l’est. Nous avons donc dû vérifier au sol les centuries situées dans le bassin de Grignan/Valréas et proposer notre propre estimation cartographique.

Réserves sur l’utilisation de la carte pédologique

124Comme nous l’indiquons plus haut la comparaison des sols actuels avec ceux de l’Antiquité demande en liminaire des vérifications au sol et des validations précises.

125Les travaux réalisés dans le cadre du PCR Tricastin et surtout ceux réalisés au cours de l’opération TGV-Méditerranée (J.-F. Berger, C. Jung), ont permis de pondérer cette carte (Berger et al. 1997a : 139-150), avec les remarques suivantes :

  • Sols de type I : processus érosif ne remettant pas en cause les potentiels agricoles, appauvrissement possible.

  • Sols de type II : accrétion depuis l’Antiquité dans certains secteurs ne remettant que ponctuellement en cause le potentiel agronomique originel.

  • Sols de type III : changements possibles, colluvions récentes pouvant masquer les sols antiques, mais le plus souvent en améliorant les sols anciens.

  • Sols de type IV : érosion probable ou certaine, le potentiel originel n’est pas remis en cause.

  • Sols de type V : forts changements possibles : soit très lourds et humides s’ils ne sont pas drainés, soit très productifs, dans le cas d’un bon entretien.

126Après une série de vérifications sur l’ancienneté de la pédogénèse des sols de type I, II et III, nous avons jugé possible de mettre en rapport les cartes des sols actuels avec les indications foncières fournies par le cadastre B d’Orange. Cette démarche avait pour but de vérifier, et éventuellement d’affiner, les analyses et les conclusions d’A. Piganiol quant à l’interprétation proposée pour les différents tarifs de location des terres à l’intérieur du cadastre.

4.2.2. Intégration des données des agronomes

127Pour approcher la vision des sols et du potentiel agricole du point de vue des agriculteurs et éleveurs de l’Antiquité, nous avons tenté de mettre en perspective le discours des agronomes antiques.

4.2.2.1. Pline l’Ancien

128Tout d’abord Pline l’Ancien qui, dans sa compilation encyclopédique, offre l’avantage d’être contemporain de l’intervention de Vespasien.

129Pline, comme l’ensemble des auteurs qu’il a compilés, conçoit la connaissance des sols selon des critères qui renvoient à différents registres descriptifs et analytiques. Le travail de dépouillement du Livre XVII de son Histoire Naturelle a été effectué par Marie-Pierre Zannier dans le cadre du programme Archeomedes. Alors doctorante à l’université de Franche-Comté (Besançon, France) elle a livré un corpus de près de 150 énoncés dont elle a exploité les informations avec un formulaire d’enquête portant sur les formes de désignation et de qualification des sols, leurs caractéristiques apparentes (couleur, toucher…), leur localisation topographique et géographique, leur rapport avec l’eau et les formes de leur exploitation agro-pastorale telles que façons culturales, amendements, espèces végétales spontanées associées, espèces cultivées et rendements (fig. 49 ; cf. fiches http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr). Ce travail a permis de proposer un catalogue raisonné des types de sols cultivés mentionnés par Pline (fig. 50). Nous donnons ici quelques exemples tirés du travail de M.-P. Zannier, sans que la liste des occurrences soit exhaustive. Pour connaître la qualité d’un terrain à cultiver, Pline considère comme pertinents les critères suivants :

Associations végétales
  • 5 Agri ipsius bonitas quibus argumentis iudicanda sit, quamquam de terrae genere optimo disserentes a (...)

N. H., XVIII, 34.
« Quant aux signes qui permettent de juger de la qualité du terrain, bien que, dans notre exposé sur la meilleure sorte de terre, on puisse trouver que nous en avons assez dit, nous consignerons pourtant encore quelques indices empruntés à Caton : « L’hièble, ou le prunier sauvage, ou la ronce, les plantes à petit bulbe, le trèfle, l’herbe de pré, le chêne, le poirier et le pommier sauvages sont les indices d’une terre à blé, de même la couleur noire ou cendrée de la terre. »5.

130D’emblée, les espèces végétales mentionnées par Pline l’Ancien ont représenté un des facteurs les plus efficaces pour l’identification des sols qui leur étaient associés. Nous avons pu ainsi établir un catalogue d’espèces cultivées liées à des types de sols soit recherchés, soit tolérés, à certaines conditions, soit, enfin, rejetés (fig. 51).

Lecture du sol par la végétation existante
  • 6 Argumenta quoque iudicantium saepe fallunt. Non utique laetum solum est, in quo procerae arbores ni (...)

N. H., XVII, 26.
« Souvent aussi les signes d’après lesquels on juge sont trompeurs. Un sol où prospèrent des arbres de haute taille n’est pas toujours riche, si ce n’est pour ces arbres. Qu’y a-t-il, en effet, de plus haut, que le sapin ? Mais quel autre végétal pourrait avoir poussé dans le même lieu ? »6

  • 7 Ne luxuriosa pabula pinguis soli semper indicium habent. Nam qui laudatius Germaniae pabulis ? At s (...)

N. H., XVII, 26.
« La luxuriance des prés n’est pas toujours l’indice d’un sol gras. Quoi de plus renommé, en effet, que les pâturages de Germanie ? Cependant, on rencontre le sable immédiatement sous la mince couche de gazon7. »

  • 8 Nec semper aquosa est terra, cui proceritas herbarum... (J. André 1964).

N. H., XVII, 26.
« La terre qui produit de hautes herbes n’est pas toujours humide8. ».

  • 9 ... frigidam autem retorride nata... (J. André 1964).

N. H., XVII, 33.
« ... une terre froide, (se reconnaît) aux plantes rabougries9… »

Toucher et texture du sol
  • 10 ... non, Hercules, magis quam pinguis, adhaerens digitis, quod in argillis aguitur (J. André 1964).

N. H., XVII, 26.
« ... pas plus, ma foi, que n’est grasse celle (la terre) qui adhère aux doigts, comme le prouve l’argile10. »

Notions topographiques
  • 11 Neque fluminibus adgesta semper laudabilis, quando senescant sata quaedam aqua. Sed neque illa quae (...)

N. H., XVII, 27-28.
« Les alluvions des cours d’eau ne sont pas toujours recommandables, puisqu’il est des plantes dont l’eau hâte la vieillesse. Mais on voit que même celles qu’on loue ne sont bonnes longtemps que pour le saule11. »

  • 12 Nec colles opere nudantur, si quis perite fodiat... (J. André 1964).

N. H., XVII, 29.
« Les collines ne sont pas dénudées de leur sol par la culture si on sait les fouir... »12

  • 13 ... et multo campestribus magis quam clivosis respondet eadem (H. Le Bonniec, coll. A. Le Bœuffle 2 (...)

N. H., XVIII, 34.
« ... d’autre part, les mêmes sols ont un rendement bien meilleur dans les plaines que sur les coteaux13. »

  • 14 Idem agrum optimum iudicat ab radice montium plantie in meridiem excurrente, qui est totius Italiae (...)

N. H., XVII, 36.
« Caton regarde encore comme le meilleur terrain celui qui s’étend en plaine du pied d’une montagne en direction du midi, ce qui est l’exposition de l’Italie entière... »14

Couleur et texture
  • 15 ... rubricam oculi argillamque, operi difficilimas quaeque rastros aut vomeres ingentibus glaebis o (...)

N. H., XVII, 33.
« ... on reconnaît à l’œil la terre rouge et l’argileuse, qui sont difficiles à travailler et chargent les bêches et les socs de mottes énormes, bien que ce qui est un désavantage pour le travail n’en soit pas un pour le rapport15. »

Goût et odeur
  • 16 Cicero, lux doctrinarum altera : « Meliora, inquit, unguenta sunt quae terram, quam quae crocum sap (...)

N. H., XVII, 38-39.
« Cicéron, autre lumière des lettres, a dit : « Meilleurs sont les parfums au goût de terre que les parfums au goût de safran ». Il a en effet préféré « goût » à « odeur ». Nous dirons aussi : « La meilleure terre est celle qui a un goût de parfum ». « S’il nous faut des indications sur l’odeur requise de la terre, elle se rencontre souvent, sans même que la terre soit remuée, au coucher du soleil, là où l’arc-en-ciel a placé ses extrémités, et quand, après une sécheresse continue, la pluie l’a mouillée. Elle exhale alors cette haleine caractéristique, conçue du soleil, à laquelle aucun arôme n’est comparable. C’est cette haleine que, remuée, elle devra répandre, et qui, rencontrée, ne trompera personne, et l’odeur sera le meilleur indice de la qualité de la terre. Telle est d’ordinaire celle des terrains défrichés, après l’abattage d’une vieille forêt, qu’on s’accorde à louer16. »

1°) Substantif précis. Il s'agit d'un type de sol exprimé par un seul terme qui en signifie précisément la nature :
sabulum = sable (cf. XVIII, 34). Substantif précis + qualificatif. Par ex., un sable blanc (XVII, 25 : sabulum album) ou un sable rouge (XVII, 25 : sabulum rubrum).
2°) Substantif vague (+ qualificatif). Par ex., macrum solum, sol maigre (XVII, 93), solum pullum, sol noir (XVII, 163).
3°) Action. Les effets du sol sur certaines plantes : par ex., « Tout terrain crayeux brûle, à moins qu'il ne soit très maigre. » (XVII, 25).
4°) Amendement. Formes d’amélioration des qualités agrologiques d’un sol. Ex. : « Etcarbunculus, quae terra ita vocatur, emendari marra videtur. » : « La terre qu'on appelle charbon semble s'améliorer à la marra » (XVII, 28).
5°) Associés. Pline crée tout un réseau de relations entre les différents types de sol, suivant un certain nombre de paramètres. L'argile peut être rapprochée de la craie parce qu'elles sont toutes deux « préférées à toute autre terre pour la vigne » (critère : type de culture), ou bien de la terre rouge (rubrica) parce qu'elles sont dures à travailler (critère : force de travail).
6°) Climat, saison. L’influence du climat et de la saison sur le travail du sol.
7°) Culture, élevage. Propriétés agro-pastorales du sol.
8°) Érosion. Phénomène peu évoqué.
9°) Évaluation. Modes d'évaluation de la nature ou des qualités d'un sol par le moyen de diverses opérations pratiques.
10°) Façon. Les travaux agricoles touchant le sol.
11°) Hydrographie.
12°) Indices. Les indices permettant de déterminer le caractère d'un sol.
13°) Mesurage. Mesures de longueur et de surface concernant les terrains, les fosses ou les tranchées, dont les valeurs chiffrées peuvent être modulées selon la nature du sol.
14°) Modèle géographique. Les régions où l'on trouve de façon privilégiée un certain type de sol.
15°) Opposés. Catégorie symétrique de la cinquième (associés). Ici, un sol est opposé à un autre afin de mieux le caractériser. Ex. : la terre humide (aquosus) s'oppose à la terre chaude (calida loca) par la période d'ensemencement.
16°) Qualificatifs. Métaphores, comparatifs, etc.
17°) Rendement. La productivité, critère de base pour l’estimation d’un sol.
18°) Réputation.
19°) Topographie.
20°) Végétation. La végétation, indicateur de la nature et de la fertilité d'un sol.

Fig. 49 - Bordereau de dépouillement de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (Zannier).

  • 1 Virgile, Géorgiques, 2, 255-256, étend à tous les sols le critère de la couleur. Mais Columelle, 2, (...)

I - 1. ARGILLA.
Pline, XVII, 25 ; 27 ; 33 ; 63 ; 128.
Traduit par : ARGILE.
1) Substantif précis (+ qualificatif).
5) Associés : CRAIE (grasse, préférée à toute autre pour la vigne), TERRE ROUGE (travail difficile, rendement), TERRE DURE ET CHAUDE (culture amandier), TERRAIN SEC (culture olivier, saison de plantation de l'olivier).
6) Climat, saison : pour les oliviers, les planter entre l'automne et le solstice d'hiver.
7) Culture, élevage : vigne, olivier, amandier, prés.
9) Évaluation : à l’œil nu1.
12) Indice : adhérant aux doigts, hautes herbes.
14) Modèle géographique : Afrique (pour culture olivier).
16) Qualificatifs et spécifications : molle, très grasse, pas toujours grasse, difficile à travailler, charge les bêches et les socs de mottes énormes.
17) Rendement : désavantageuse pour le travail, mais non pour le rapport.
20) Végétation : hautes herbes.

I - 2. ARGILLOSUM SOLUM.
Pline, XVII, 80.
Traduit par : TERRAIN ARGILEUX.
2) substantif vague (+ qualificatif).
5) Associés : sol dur.
13) mesurage : la profondeur des trous de plantation sera de trois coudées.

II - 1. ARIDUM SOLUM.
Pline, XVII, 170 ; 187 ; XVIII, 175.
Traduit par : TERRE SECHE, SOL SEC, ARIDE.
2) Substantif vague (+ qualificatif).
5) Associés : TERRAIN SEC (culture : ne réussit pas au plant-vif), TERRAIN MAIGRE ET BRÛLANT (culture vigne ; façon : jougs), TERRAIN TRES LEGER (saison de labour), TERRAIN FERTILE ET UNI (culture vigne).
6) Climat, saison : labourer peu avant les semailles.
7) Culture : vigne sauf plant-vif.
10) Façon : jougs bas pour la vigne.
15) Opposés : TERRAIN FERTILE ET UNI (façon : jougs d'autant plus hauts).

Fig. 50 - Catalogue des unités de sol décrites par Pline l’Ancien : exemple de trois notices (Zannier).

Fig. 51 - Association des végétaux aux types de paysages (Odiot et Fabre, d’après Zannier).

131À partir de ce corpus, nous avons essayé d’identifier la ou les classes de sols que décrit l’érudit romain et que l’enquête a individualisées (fig. 52). Avec cette information, nous sommes en mesure de préciser la représentation que se faisait l’agronomie antique contemporaine de l’initiative de Vespasien, des potentialités agrologiques des différents sols. On peut établir la hiérarchie des qualifications : sol excellent, bon, facile ou difficile à travailler, mais fertile, médiocre, mauvais, etc., et intégrer cette appréciation agrologique dans l’analyse statistique des données épigraphiques du cadastre B d’Orange.

Fig. 52 - Végétaux et sols mentionnés par Pline (Berger et al. 1997a).

4.2.2.2. Columelle

132Bien qu’antérieur à Pline et très critiqué par cet auteur (de notre point de vue plutôt sur un plan idéologique et, bien souvent, en toute mauvaise foi), Columelle, qui rédige son ouvrage De re rustica sous les règnes de Claude et de Néron, apporte lui aussi un point de vue utile à la connaissance des terroirs. Il distingue trois types de terrains (II, 2, 4-7) : plaines, collines, montagnes. Pour chacun d’eux, il envisage six catégories de sols possibles : gras ou pauvre, léger ou compact, humide ou sec. Il classe ensuite les sols en fonction de leur potentiel agricole :

  • A : le meilleur des sols est celui qui a le meilleur rendement pour le moins d’effort, il est « riche et léger » (ideoque maximos quaestus ager praebet idem pinguis ac putris, quia cum plurimum reddat, minimum poscit, et quod postulat exiguo labore atque impensa conficitur, II, 2, 5).

  • B : viennent ensuite les sols « gras et compacts » (proximum deinde huic pinguiter densum, quod impensam coloni laboremque magno fetu remuneratur, II, 2, 5) car ils récompensent le travail du cultivateur par une importante production.

  • C : puis viennent les sols « humides » (locus riguus), car ils peuvent produire leurs fruits sans dépense (quia sine impensa fructum reddere potest, II, 2, 6).

  • D : en dernier lieu se place le pire des sols, celui qui est à la fois « sec, compact et maigre » (quam quod est pariter siccum et densum et macrum…, II, 2, 7).

133Les descripteurs proposés sont suffisamment généraux pour être appliqués à n’importe quelle région de l’Empire, du moins aux pays distribués autour du bassin occidental de la Méditerranée. Il est alors possible d’appliquer cette classification aux sols de la moyenne et basse vallée du Rhône, et singulièrement aux unités de sols recensées en Tricastin.

134Par hypothèse, les sols de type I pourraient être assimilés aux meilleurs sols de Columelle (A). En effet, ces sols fersiallitiques, plus graveleux que caillouteux, développés sur les terrasses alluviales anciennes du Rhône, sont légers, ont un bon rendement, ne nécessitent pas la mise en œuvre de système de drainage ou d’irrigation et ne sont pas menacés d’engorgement ou de sécheresse.

135Les sols de type II sont rattachables aux sols B de Columelle. Ce sont des sols bruns calcaires épais, développés sur les alluvions et limons du Rhône, à la fois riches et gras, pulvérulents dès lors qu’ils sont régulièrement labourés ; ils ont une excellente productivité. En revanche, la nécessité d’un système de drainage, constamment entretenu, rend ces sols coûteux pour leur propriétaire ou l’exploitant qui les prend à ferme. Les sols de type III semblent être les plus proches des mauvais sols décrits par Columelle (D : densum, sicum et macrum). Ces sols lourds, bruns calcaires épais, argileux, développés sur des alluvions et des colluvions, sont sensibles à la sécheresse et à l’engorgement généré par les pluies.

136Les sols de type IV et V sont, par leur hétérogénéité, à classer parmi les mauvais sols du catalogue de Columelle. Mais on veillera à différencier les sols de type IV, sols d’érosion associés à des rendzines, des sols bruns calcaires peu épais et des lambeaux de sols fersiallitiques, formations caractéristiques de la garrigue, et les sols de type V, sols hydromorphes tapissant les dépressions mal drainées. En effet, les sols légers et généralement peu profonds des terrains actuellement occupés par la garrigue convenaient aux pratiques aratoires des cultivateurs antiques, qui pouvaient mettre en valeur les versants peu inclinés, les petits bassins et les dépressions bien drainées nichées au sein des collines et des plateaux calcaires (Poupet 1989 : 242-243 et 265).

4.2.3. Lecture agrologique des tarifs de location mentionnés dans le cadastre de la centuriation B d’Orange

137Il n’y a pas lieu de douter de l’attention portée par l’administration fiscale romaine à la valeur des sols et de leurs formes d’occupation agro-pastorale.

4.2.3.1. Fiscalité et estimation de la valeur des sols dans la littérature latine

138En témoigne le développement qu’Hygin l’Arpenteur consacre au problème de la limitation des terres arcifinales provinciales soumises au vectigal (ager arcifinius vectigalis : 204, 16 La = 167, 17 Th) :

  • 17 Cf. Appien, I, 7, à propos du revenu des terres vectigaliennes sous la République : « ils faisaient (...)

« Or, les terres vectigaliennes ont un grand nombre de régimes. Dans certaines provinces, les prestations sont à part de fruit, tantôt en nature le cinquième, tantôt le septième, et ailleurs elles sont levées en argent et, dans ce cas, par estimation du sol17. En effet, des prix fixes ont été établis pour les terres, comme en Pannonie : terres labourées de première catégorie, de deuxième catégorie, prés, forêts à glands, forêts ordinaires, pâtures (arvi primi, arvi secundi, prati, silvae glandiforme, silvae vulgaris, pascuae). Pour toutes ces terres, le vectigal a été fixé pour chaque jugère en fonction de la fertilité. » (205, 9-16 La = 168, 9-169, 1 Th ; trad. Clavel-Lévêque et al. 1996 : 155-156).

139On procède donc à une estimation fiscale jugère par jugère (ad modum), pour éviter la fraude. Hygin l’Arpenteur rapporte les cas de fraude qui ont provoqué des désaccords au sujet de la valeur des différentes catégories de sol en Phrygie, dans toute l’Asie et en Pannonie (206, 1-3 La = 169, 2-4 Th). L’expression se retrouve ailleurs, comme chez Siculus Flaccus, quand deux particuliers à qui on a rendu leurs terres échangent des terrains :

« … elles procédaient, pour avoir une possession d’un seul tenant, à une évaluation mesure pour mesure (modum pro modo), selon la qualité du sol » (Th 119, 21-24 = La 155, 16-19 ; trad. Clavel-Lévêque et al. 1993 : phrase 216).

140Ce type d’enquête est également illustré par le jurisconsulte Ulpien, dans un texte datant des Sévères où il précise les modalités d’enregistrement d’un domaine lors d’un recensement, selon les formes d’exploitation des terrains :

« On prendra garde que les domaines soient inscrits ainsi, dans les documents du cens : on indiquera le nom du domaine, dans quelle cité et dans quel pagus il se trouve et quels sont ses deux plus proches voisins ; et les champs : combien de jugères seront labourés dans les dix prochaines années ; les vignes : combien de pieds ; les oliviers : combien de jugères et combien d’arbres ; les prés : combien de jugères seront fauchés dans les dix prochaines années ; les pâtures : combien de jugères il semble y avoir : de même pour les bois de coupe. Que celui qui déclare fasse lui-même l’estimation » (Digeste, 50, 15, 4).

141On est donc fondé à croiser des données agrologiques avec les données fiscales livrées par les marbres d’Orange. La localisation précise des fragments conservés autorise une lecture, en termes pédologiques et agrologiques, des centuries où sont attestés des contrats de location de terrains appartenant à la colonie d’Orange. Dès lors que les contrats livrent, dans une centurie donnée, la superficie louée et le tarif de location, et qu’on peut connaître, pour cette centurie, la valeur des sols qu’elle contient, il est possible de travailler sur les ressorts hypothétiques de la variation des tarifs pratiqués par la colonie d’Orange.

4.2.3.2. Tarifs utilisés et nature des sols

142À la suite d’A. Piganiol, nous avons tenté de vérifier si les variations observées entretenaient un rapport logique avec les potentialités agrologiques des sols, en projetant le quadrillage des centuries sur la carte pédologique (Odiot 1994a : 74-75 et 96-102 ; fig. 53).

Fig. 53 - Projection des types de sols sur la totalité des marbres conservés (Odiot et Sarazin del.).

Estimation de la valeur des sols de type I (sols, bons et légers) (fig. 53, fig. 54 et http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr)

143Les centuries intégralement situées en sols de type I sont peu nombreuses (quatre exemplaires). Les exemples conservés sont compris dans une fourchette de 4 à 7 as qui pourrait éventuellement se rattacher à des différences pédologiques. Il est possible, en effet, de séparer les sols de type Ia, moyennement graveleux, de ceux de type Ib, très graveleux et de type Ic, généralement riches en galets. Dans les quatre cas de centuries intégralement situées en sols I, les superficies louées dépassent la demi-centurie. Dans le cas des centuries où plusieurs types de sols sont représentés, on notera qu’à chaque fois que la superficie louée dépasse 37 jugères, le tarif de location est bas (4 ou 5 as). Il est donc situé dans la fourchette des tarifs utilisés pour les centuries intégralement situées sur les sols de type I. Au contraire, le tarif est élevé quand les locations sont de faibles superficies : de 1 à 10 jugères (8 à 16 as) c’est-à-dire proche des normes des sols de type II.

144Il semble possible d’affirmer que les sols de type I étaient loués à un tarif variant entre 4 et 7 as, les autres tarifs s’appliquant à d’autres types de sols.

Estimation du prix des sols de type II (sols très bons et lourds, à drainer) (fig. 53-55 et http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr)

145Sur un total de près de trente centuries intégralement situées sur les sols de type II, neuf d’entre elles sont à proximité de zones humides et sont toujours louées au tarif de 4 as. Dans ces centuries, on notera la présence de nova iugera, de subseciva (fig. 56) et même de terres dites remissa in aquam. Ces tarifs contrastent avec ceux appliqués sur les terres moins soumises aux risques d’engorgement permanent et aux inondations. Les deux centuries louées au tarif de 6 as sont, elles aussi, situées près d’un cours d’eau.

146Ainsi pour des sols de type II loués à proximité de zones sensibles aux variations des cours d’eau, le tarif avoisinerait généralement 4 as. Le tarif de 6 as semble rester dans la norme des tarifs bas utilisés dans le cadastre B. La seule exception notable est celle de la centurie SD II VK IX qui est en bordure du fleuve. Les 128 jugères y sont loués au tarif de 7 as mais ce sont là des restitutions des lacunes épigraphiques, tant pour les superficies louées que pour le tarif.

147Au total, sept centuries sont louées au tarif de 8 as. Ces terres sont toujours à l’écart des risques d’inondation, dans des zones apparemment saines. L’homogénéité du tarif et du type de sol peut faire penser à une taxation sur la nature pédologique des sols.

148Dans l’échantillon concerné (26 centuries), dix-huit centuries sont louées pour une superficie de moins de 31 jugères et, dans aucun des cas, nous n’avons l’assurance qu’une centurie pouvait être louée pour la moitié, voire la totalité de sa surface.

149Les lots de petite taille pourraient donc être une des caractéristiques des locations sur ce type de sol. Il serait possible, en revanche, d’affirmer que ces terrains sont taxés beaucoup plus fortement que les autres. Leur bon potentiel agricole est un élément de compréhension du tarif appliqué.

150Les tarifs sont de 4 as quand la location est proche d’un cours d’eau et ils augmentent si l’on s’en éloigne. Les loyers de 11, 17 et surtout celui de 80 as expriment une taxation basée sur une autre échelle de valeur que celle de la qualité du sol.

Estimation du prix des sols de type III (sols médiocres et lourds, à drainer) (fig. 53 ; fig. 55 et 57 ; http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr)

151Sur les quatorze centuries totalement situées sur des sols de type III, nous disposons de douze exploitables en terme de tarifs. Les exemples conservés ne permettent pas de cerner avec précision si une superficie de location pouvait être préférée à une autre : on remarque toutefois que la classe des superficies situées entre 4 et 67 jugères est la mieux représentée. Les trois centuries où la location dépasse les 67 jugères font figure d’exception. Le tarif de 4 as est majoritairement utilisé (9 centuries sur 12) et les tarifs de 3 ou 5 as ne semblent pas marquer de grandes différences de nature pédologique. En effet, par hypothèse, les sols tarifés à 3 as peuvent être reliés avec ceux de type III b (très argileux) et les sols tarifés à 5 as se rapprochent de ceux classés en catégorie III a. En revanche, le tarif de 16 as apparaît comme une anomalie.

Fig. 54 - Tableau de répartition des sols de type I, de type I associés à d’autres sols et de type II (Odiot, d’après Piganiol 1962).
NOTES :
1 : Firmus et Firmius, sans doute la même personne.
2 : Sur d'autres fragments, l'orthographe est Kareius, mais il doit s'agir de la même personne.
3 : 1 jugère loué à un tarif différent, c'est un cas unique de faible surface louée.
4 : D'après A. Piganiol : 188 j. = 4 as.
5 : Les 25 jugères loués par Iulius Florus sont inculta, cas unique.
6 : L'inscription mentionne : subseciva nova. D'autres terres (75 jugères) sont mentionnées.
7 : Actuellement traversée par le Rhône mais pas de gravure du cours antique.
8 : En bordure de la Berre antique.
9 : En bordure de la Berre antique, il n'est pas fait mention des 54 jugères manquants.

Fig. 55 - Tableau de répartition des sols de type II, de type II associés à d’autres sols et de type III (Odiot, d’après Piganiol 1962).
NOTES :
10 : 12,5 jugères remises en eau.
11 : Le Rhône traverse la centurie.
12 : Bloc de 4 centuries dont les coordonnées manquent. La première localisation proposée par A. Piganiol est plausible, mais J.-C. Meffre et C. Leyraud proposent de la localiser plus au nord.
13 : Plus de 100 jugères assignés d'après A. Piganiol.
14 : A. Piganiol se demande si la location n'était pas de 200 jugères.
15 : A. Piganiol pense à un temple.
16 : Au croisement du decumanus maximus et du kardo maximus.
17 : Il manque 115,25 jugères pour une centurie complète.
18 : A. Piganiol propose de lire Ext. 170 Col. 30 pour un tarif de 3 as.
19 : Le nom du locataire n'est pas gravé, une rivière traverse les deux centuries, sans doute le Lez.
20 : L'inscription distingue subseciva et subseciva nova, les seconds semblent être loués.

Fig. 56 - Localisation des subseciva et nova iugera (Odiot et Sarazin del.).

Fig. 57 - Tableau de répartition des sols de type III, de type III associés à d’autres sols et de type IV (Odiot, d’après Piganiol 1962).
NOTES :
21 : Il n'est pas fait mention du statut des terres rendues aux Tricastins.
22 : A. Piganiol propose ici le passage d'un aqueduc.
23 : Impossible de déterminer les autres tarifs.
24 : Impossible de connaître la répartition des terres cultes et incultes.
25 : Plus de la moitié de la centurie rendue aux Tricastins.

Fig. 58 - Tableau de répartition des sols de types IV et V (Odiot, d’après Piganiol 1962).
NOTES :
26 : Localisation incertaine, mais qui marque la limite de la centuriation d'après A. Piganiol : fragment 157, p. 197.
27 : A. Piganiol suppose une erreur du graveur, il s'agirait en fait des Tricastins.
28 : A. Piganiol propose 20 jugères.
29 : Manquent 90 jugères, chaque locataire prend 16 jugères de nova iugera à 2 as.
30 : Les terres louées à 2 as sont les nova iugera.
31 : Les terres louées à 2 as sont les nova iugera.

LÉGENDE DES TABLEAUX (figures 54, 55, 57 et 58) :
Dans de nombreux cas, les marbres sont très lacunaires et ne permettent que de certifier la présence d’un terme ou d’un autre (par exemple : COL(oniae) lacune, sans surface, idem pour les terres louées ou rendues aux Tricastins. Nous avons pris le parti d’intégrer dans le tableau cette information sous la forme Col : « X » qui indique la présence de terres de cette catégorie.
La première colonne correspond à la nature pédologique des sols d’après nos propositions, les deux suivantes présentent la géographie et la localisation dans la forma, par le numéro des fragments donné par A. Piganiol (les numéros manquants sont considérés comme non localisables) et par les coordonnées par rapport au cardo et decumanus maximus. Le statut des terres se décline ensuite selon :
Nova iugera : considérées comme des terres nouvellement mises en culture. Remissa in aqua : considérées comme des terres abandonnées aux cours d'eau.
Subseciva : centurie incomplète, par exemple en limite de la forma.
Tric. Inculta : rendues aux Tricastins incultes.
Tric. Culta : rendues aux Tricastins cultivées.
Ex tributario : terres assignées.
Surface louée : mention de terres louées par la colonie ou surface louée par la colonie.
Tarif 1 : Tarif de location mentionné en premier sur les marbres.
Tarif 2 : tarif mentionné en second (une seule centurie mentionne trois locataires).
Locataire 1 : nom du locataire ou présence attestée.
Locataire 2 : nom du second locataire ou présence attestée.
Locataire 3 : nom du troisième locataire ou présence attestée.

Essai d’estimation du prix des sols de type IV (sols pauvres, légers et variables (fig. 53, fig. 57-58 ; http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr)

152Les centuries intégralement situées sur des sols de type IV sont peu nombreuses. Les superficies louées sont, en outre, très variables. Pourtant le prix des terres de type IV paraît être fixé entre 2 et 4 as. Ces terrains appartiennent au groupe le moins taxé à l’époque.

Essai d’estimation du prix des sols de type V (sols riches, lourds et variables) (fig. 53, fig. 58 ; http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr)

153La nature de ces terrains (évolution possible selon leur mode de mise en valeur) peut parfois être comparée aux sols de type II ou aux sols de type III, il est alors difficile de proposer une tarification fixe. Toutefois pour une centurie où les sols de type I et V sont présents, si les locations sont de grande superficie (c’est-à-dire dans les normes définies pour les sols de type I), le tarif est de 4 as. Au contraire, si les locations sont de superficie plus restreinte, le tarif varie entre 5 et 6 as. Dans le cas de la centurie SD X CK X, où les sols de type IV avoisinent les sols de type V, les superficies louées au tarif de 8 as sont identiques à celles des sols V. Les sols IV seraient alors loués au tarif de 2 as, correspondant à la norme définie. Le tarif des sols de type V peut donc être estimé dans une fourchette de 4 à 10 as, en liaison avec l’évolution pédogénétique de ces sols.

Le problème des loyers élevés

154Certains tarifs de location semblent en effet être induits par des critères différents des baux attribués à proximité et sur les mêmes sols.

155Plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène :

  • La politique de récupération des subseciva développée par Vespasien : il rétablit les limites du territoire colonial et éventuellement punit les abus sous la forme d’une amende sur les terres usurpées.

  • La location possible, par les locataires mentionnés, des terres anciennement mises en valeur. Ainsi certaines cultures (comme la vigne), étant au meilleur de leur rendement, valorisent le terrain. Dans tous ces cas, la tarification ne devrait plus être considérée comme uniquement basée sur la nature réelle des sols.

156Deux exemples peuvent illustrer ces hypothèses (fig. 59) :

  • L’exemple 1, une location au tarif de 17 as (à proximité d’une zone instable dite (iugera) remissa in acquam), présente une anomalie. De plus, immédiatement à côté, le locataire paie un vectigal de 4 as pour des sols de même nature.

  • Le tarif de l’exemple 2 (fig. 59) est le plus élevé du cadastre B. Il dépasse largement la moyenne admise pour les sols de type II et pose le problème de la taxation en fonction de la nature de l’occupation du terrain. L’inscription incomplète (… p. Sa…) peut être un nom de locataire ou, d’après A. Piganiol, la mention d’un temple : (Tem) p. Sa... Mais le dossier archéologique est bien maigre pour aller plus loin dans le raisonnement. « Le site de Notre-Dame-des-Plans [Mondragon, 84)], sur la rive droite du Canal de Donzère-Mondragon, semble construit sur un édifice antérieur, dont les vestiges subsistent à l’est du transept nord de la chapelle. Cependant, à en juger par les éléments visibles, ce bâtiment préexistant n’est pas antique » (Roumégous 2009 : 169-170). Aucun vestige antique ne vient étayer l’hypothèse. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une tarification en fonction de l’utilisation du terrain ne peut pas être écartée. Cet exemple prouve que le tarif des locations n’était pas toujours étalonné sur une base uniquement agrologique.

Fig. 59 - Tableau des deux exemples de loyers élevés (Odiot).

4.2.4. Analyse multivariée des contrats de location du cadastre B

157Le problème est, maintenant, de cerner au mieux le rapport entre taux de location, superficie louée et qualité des sols, rapport que nous avons entrepris d’étudier en recourant à l’analyse factorielle des correspondances.

4.2.4.1. Description et renseignement du contenu des contrats de location

158À cette fin, nous avons exploité le dépouillement du cadastre B, qui a recensé 94 mentions de location, concernant environ 70 centuries différentes, superposables aux cartes pédologiques disponibles, certaines comportant 2, 3, 4 voire 5 contrats de location (Odiot 1993 : pl. 22 à 33 : fig. 53 et http://tricastinromain.univ-fcomte.fr). Après avoir éliminé 10 contrats, en raison d’une lacune documentaire concernant soit le tarif pratiqué, soit la superficie louée, nous disposons d’un corpus de 84 contrats concernant 60 centuries différentes. Ce sont les individus soumis à l’analyse statistique, codés de 1 à 84 (fig. 60). Pour caractériser ces contrats, nous avons décrit leur information selon trois descripteurs : deux ont été renseignés à partir des textes épigraphiques du cadastre antique (nombre de jugères loués et tarif de location), tandis que le troisième est la classification des potentialités agrologiques établie à partir des cartes pédologiques disponibles présentée plus haut.

Fig. 60 - Tableau des contrats renseignés par les fragments du cadastre B d’Orange. À gauche, les 84 contrats de location retenus sont classés dans l‘ordre de la matrice soumise à l’analyse multivariée (tri par type de sol mentionné) (Favory et Odiot).

159Après tri et première classification des superficies et des tarifs, nous avons retenu 5 classes de superficie et autant pour les tarifs (fig. 61-62).

Fig. 61 - Structuration du descripteur de la superficie louée (Favory et Odiot).

Fig. 62 - Structuration du descripteur du tarif de location (Favory et Odiot).

160En réalité, dans cette dernière classe, tous les tarifs varient entre 9 et 17 as, à l’exception du taux anormalement élevé de 80 as, évoqué plus haut.

161En ce qui concerne la valeur agrologique des sols, nous avons conservé la typologie établie en croisant, d’une part, l’information fournie par les cartes pédologiques et les cartes d’aptitude des sols à la mise en valeur (Odiot 1994 : 74) et, d’autre part, la hiérarchie qualitative proposée par l’agronome latin Columelle (ibid. : 97-98) (fig. 63).

Fig. 63 - Structuration du descripteur de la valeur agrologique des sols (Favory et Odiot).

162Le nombre anormalement élevé des occurrences de sols par rapport au nombre de contrats analysés s’explique par le fait que les différents types de sols entrent dans des combinaisons observées au sein des centuries concernées (fig. 64). On est, bien entendu, contraint de prendre en compte cette combinaison de types de sols différents lorsque toute la centurie est mise en adjudication. Dans le cas où la colonie loue une fraction de centurie, on est obligé de prendre en compte les divers types de sols cartographiés dans le cadre de cette centurie puisque l’on ne peut pas savoir quelle portion des 50 hectares est mise en location. On notera que, dans notre corpus, les unités de sols de type 5 ne remplissent jamais le cadre d’une centurie entière.

Fig. 64 - Tableau des fréquences des différents types de sols dans les contrats de location (Favory et Odiot).

4.2.4.2. Exploitation statistique du contenu des contrats de location

163Un premier examen du fichier des données triées en lignes en fonction du tarif de location livre déjà quelques règles régissant les rapports entre taux de location et valeur agrologique des sols (fig. 65-66).

Fig. 65 - Tableau des tarifs de location ordonnés selon leur montant (Favory et Odiot).

Fig. 66 - Tableau des tarifs de location triés selon l'ordre décroissant des fréquences (Favory et Odiot).

164Le tarif le plus bas (2 as) est uniquement appliqué aux sols de type 4 et 5, estimés les moins fertiles, les plus ingrats et les plus coûteux en force de travail. Le tarif de 3 as n’est attesté qu’une seule fois et s’applique à un sol médiocre, de type 3.

165Le tarif de 4 as est le plus fréquemment utilisé (40 %), avec le tarif de 8 as (21 %). Il s’applique :

  • 15 fois à des centuries comportant des sols de type 2 ;

  • 11 fois à des centuries comportant des sols de type 3 ;

  • 7 fois à des centuries comportant des sols de type 1 et autant à des centuries comportant des sols de type 5 ;

  • 5 fois à des centuries comportant des sols de type 4.

166Quand il s’applique à des sols de type 1 ou à des combinaisons comportant ce type de sols, le tarif de 4 as concerne toujours des lots supérieurs à 39 jugères, alors qu’il ne s’applique aux sols de type 4 et, pour 5 cas sur 7, aux sols de type 5, que dans des lots égaux ou inférieurs à 20 jugères.

167Le tarif de 5 as s’applique pour l’essentiel (4 cas sur 5), à des sols de type 1, puis à des sols de type 3 (3 cas sur 5) : une fois à des sols de type 5, combinés aux sols de type 1.

168Les tarifs de 6 ou 7 as s’appliquent à des sols de type 1 et 2 (1 cas avec des sols 5).

169Le tarif de 8 as s’applique à des sols de type 2 dans la majorité des cas (14 sur 18), tandis que l’on recense un seul contrat où il s’applique à des sols de type 1. Il s’applique à des sols de type 4 dans 4 cas et de type 5 dans 6 cas.

170Le tarif de 9 as s’applique toujours à des sols 2 (4 cas) et, dans 3 cas, à des sols 1.

171Le tarif de 10 as s’applique dans 4 cas sur 5 à des sols de type 1 et, en égale proportion, à des sols de type 5, qui leur sont associés. Dans ce cas, et vu le tarif pratiqué, on peut supposer que ce sont plutôt les bons sols, de type 1, qui sont concernés. Dans deux cas, le tarif s’applique à des sols de type 2.

172Les tarifs supérieurs à 10 as s’appliquent à des sols de type 2 dans 4 cas sur 5 ; dans un cas à des sols de type 3 et dans un autre à des sols de type 5, associés à des sols de type 2, qui sont sans doute ceux qu’on a loués.

173Une conclusion s’impose à propos de la valeur des sols mis en location par la colonie d’Orange. À s’en tenir à l’échantillon que les vestiges du plan cadastral nous permettent d’analyser, on constate que l’ager publicus concédé par Auguste à la colonie, et confirmé par Vespasien, n’est pas constitué de mauvaises terres, des rebuts de l’assignation qu’on n’aurait pas osé distribuer aux vétérans méritants (voir à ce propos l’opinion des arpenteurs romains, dans Chouquer et Favory 1992 : 27-36 et 44-45). Bien au contraire, on retrouve les meilleurs sols, de type 1 et 2, dans les deux tiers des contrats. Les sols de type 2, les plus riches, apparaissent dans plus du tiers des contrats et seuls, donc sans risque de confusion avec d’autres sols qui n’apparaissent pas dans les centuries concernées. Les sols médiocres, plus ingrats, plus difficiles et plus coûteux à mettre en valeur, ne représentent qu’un tiers des contrats où l’on ne peut les confondre avec les meilleurs sols (sols 3, 4 et combinaisons 4-5).

174Si l’on totalise maintenant la superficie mise en location par type de sols (Tableau III, A et B), c’est le type 3 qui constitue la part la plus importante (22 %), suivie des très bons sols de type 2 (18 %) et de la combinaison peu attractive des sols de types 4 et 5 (14 %). Si on ajoute à ce dernier pourcentage la part des sols de type 4, les sols 4 et 5 représentent 23 % des terrains loués, soit un taux légèrement supérieur à celui des sols de type 3. Au total, ces sols difficiles à travailler ou peu fertiles représentent donc 45 % de la superficie des sols mis en location pour à peine plus d’un tiers des contrats (Tableau III, C et D) : autrement dit, moins de contrats pour les sols pauvres et difficiles mais plus de terres offertes par contrat. En revanche, les meilleurs sols (types 1, 2 et combinaison 1-2) sont impliqués dans une proportion plus grande de contrats (47 %) mais pour un tiers des terres louées : on a donc plus de contrats pour de bonnes terres, mais moins de terres proposées par contrat. Et ce rapport ne change pas si l’on ajoute aux situations claires les contrats où les sols 1 et/ou 2 sont combinés avec des sols moins bons : si, au total, ils apparaissent dans les deux tiers des contrats, comme on l’a vu, ils représentent à peine plus que la majorité des terres louées (54 %).

4.2.4.3. Analyse multivariée des contrats de location

  • 18 Analyse de données réalisées avec le logiciel ANACONDA, de J.-J. Girardot, UMR 6049 ThéMA, CNRS-Uni (...)

175On a donc soumis ce fichier de 84 individus décrits selon 15 caractères (Tableau IV) à une analyse factorielle des correspondances (AFC) et à une classification ascendante hiérarchique calculée (AHC) sur les résultats de l’AFC18.

176L’analyse factorielle distingue nettement les contrats à bas tarifs, égaux ou inférieurs à 4 as, regroupés à droite de l’axe 1 (fig. 67), et les contrats aux tarifs plus élevés, égaux ou supérieurs à 8 as, regroupés à gauche de ce même axe. Les tarifs médians (de 5 à 7 as) ont bien une position intermédiaire mais ils se distinguent par leur localisation singulière en haut de l’axe 2.

Fig. 67 - Graphe de l’analyse multivariée appliquée au corpus des contrats (axes 1 et 2 : 84 contrats et 15 caractères analysés. Inertie de l’axe 1 : 16,20 % ; inertie de l’axe 2 : 14,29 %) (Favory ; Clatot del.).

177Les modalités du descripteur consacré à la superficie des terres louées accompagnent la progression des modalités relatives à la valeur des tarifs, mais dans un sens inverse, exprimant clairement ce que le tableau des pourcentages nous a déjà suggéré : les superficies les plus petites ont tendance à être louées aux tarifs les plus élevés (30 % des contrats de 10 jugères et moins loués au tarif de 8 as et 45 % à un tarif supérieur), alors que les superficies les plus importantes (de 166 à 200 jugères) sont louées à 57 % à un tarif de 4 as. Les contrats pour surfaces moyennes, comprises entre 51 et 165 jugères, respectent cette règle, avec 23,5 % des contrats tarifés à 5, 6 ou 7 as et 35 % à 4 as.

178Si l’on considère maintenant le rapport entre les tarifs et la valeur agrologique des sols, on constate que les tarifs les plus élevés, supérieurs à 8 as, sont appliqués à des terrains occupés par des sols de type 1, à 35 %, et surtout 2, à 57 %. Le tarif de 8 as est appliqué, on l’a vu, aux trois quarts à des terrains avec sols de type 2, le reste des contrats de ce niveau tarifaire portant sur des sols de types 4 et 5. Les tarifs moyens, variant entre 5 et 7 as, portent également majoritairement, sinon presque exclusivement, sur les meilleurs sols (type 1 à 60 %, type 2 à 30 %), à l’exception d’un contrat concernant des sols de type 3. Les contrats de 4 as, les plus nombreux, s’appliquent encore à 44 % à des sols de type 2 mais, pour un tiers aussi, à des sols nettement moins bons, ceux de type 3 : le tarif standard peu élevé pourrait servir ici de tarif attractif pour la mise en valeur de terres ingrates et nécessitant de gros investissements à la fois au plan financier et en force de travail. Les tarifs les plus bas s’appliquent pour l’essentiel à des terrains indubitablement difficiles à travailler ou ingrats du point de vue de leur fertilité (sols 4-5 aux trois quarts, sols 4 dans un cas et sols 3 dans un autre). Il est clair que ces très bas tarifs ont pour objectif d’attirer les entrepreneurs agricoles sur des terrains plutôt répulsifs.

179Le plan des axes 2 et 3 de l’AFC permet d’éclairer les distinctions subtiles entre tarifs proches (fig. 68). L’axe 2 exprime et explicite la différenciation entre les tarifs plutôt élevés qui, tous, s’appliquent à des sols de type 2. Le tarif de 8 as s’applique, on l’a déjà souligné, à des sols 2 mais aussi, pour un tiers, à des sols 4. Les tarifs de 5 à 7 as et ceux qui dépassent les 8 as s’appliquent aux mêmes sols : 1 et 2. Mais les tarifs les plus élevés s’appliquent majoritairement à des sols de type 2 (57 %) tandis que les tarifs médians ont plutôt tendance à concerner des sols de type 1 (60 %). De même, ces trois classes de tarifs se distinguent par les superficies louées : les tarifs les plus élevés portent majoritairement (64 %) sur les surfaces les plus petites, inférieures à 10 jugères ; le tarif de 8 as s’applique préférentiellement aux petites superficies (pour un tiers à des lots de 10 jugères et moins, pour 27 % à des lots compris entre 11 et 20 jugères et pour 22 % à des lots compris entre 21 et 50 jugères) ; quant aux tarifs médians, ils s’appliquent plutôt à des terrains variant entre 21 et 165 jugères (pour 30 % sur des lots compris entre 21 et 50 jugères et pour 40 % sur des lots compris entre 51 et 165 jugères).

Fig. 68 - Graphe de l’analyse multivariée appliquée au corpus des contrats (axes 2 et 3 : 84 contrats et 15 caractères analysés. Inertie de l’axe 2 : 14,29 % ; inertie de l’axe 3 : 13,82 %) (Favory ; Clatot del.).

180L’axe 3 expose la distinction entre les deux classes de tarifs les plus bas, qui s’explique essentiellement par les types de sols concernés. Les tarifs les plus bas s’appliquent, on l’a vu, aux sols les plus difficiles à cultiver ou les moins fertiles (sols de type 4 et 5) tandis que le tarif de 4 as s’applique majoritairement aux sols 2 et 3, pour des surfaces variant entre 11 et 50 jugères (35 % de tailles comprises entre 11 et 20 jugères et 23,5 % de tailles comprises entre 21 et 50 jugères), même si c’est le tarif réservé à 4 des 7 centuries dont toute la superficie est louée. En revanche, les tarifs les plus bas concernent, aux trois quarts, des terrains dépassant les 20 jugères et, pour moitié, les 50 jugères.

181La classification calculée sur les résultats de l’AFC livre 7 classes de contrats (fig. 69).

Fig. 69 - Graphe de la classification ascendante hiérarchique calculée sur les résultats de l’analyse multivariée. Caractérisation des classes de contrats de location (Favory ; Clatot del.).

182La classe A comprend 12 contrats concernant aux trois quarts des sols de type 1 (43 % du caractère) et, aux deux tiers, une superficie comprise entre 51 et 165 jugères (47 % du caractère) et un tarif compris entre 5 et 7 as (80 % du caractère). Les terrains loués se localisent d’une part sur les coteaux de la bordure occidentale des collines et plateaux du Tricastin et, d’autre part, en plaine, entre la vallée de la Berre et Lapalud (fig. 70).

Fig. 70 - Spatialisation de la classification, calculée sur les résultats de l’analyse multivariée : projection des classes de contrats dans les centuries concernées et dans les unités morphopédologiques identifiées dans la plaine du Tricastin (Odiot et Favory ; Sarazin del.).

183La classe B réunit 11 contrats concernant à 100 % des sols de type 3 loués au tarif standard de 4 as. Dans ce contexte peu attractif du point de vue agrologique, la colonie offre des lots de taille importante : 4 lots compris entre 165 et 200 jugères (36 %), un lot de 62 jugères, 3 lots compris entre 21 et 50 jugères, pour 2 lots compris entre 10 et 50 et un lot de 4 jugères. Les terrains concernés par les contrats de la classe B sont, en partie, également situés sur la bordure occidentale des reliefs du Tricastin et, pour l’essentiel, dans la plaine de Pierrelatte, entre cette agglomération et la vallée de la Berre. On en trouve aussi dans un autre secteur cohérent, en plaine alluviale, réunissant à l’ouest d’Orange quatre centuries contiguës, traversées par la rivière Aigues, non loin du Rhône.

184La classe C regroupe 12 contrats concernant à 92 % de très bons sols, de type 2, et loués à 75 % au tarif élevé de 8 as : les superficies louées sont plutôt petites (la moitié des lots ont une taille inférieure à 10 jugères, un lot une taille comprise entre 11 et 20 jugères et un quart une taille comprise entre 21 et 50 jugères). Les terrains concernés sont tous localisés dans la plaine alluviale du Rhône et, pour l’essentiel, occupent les berges du fleuve qui traverse les centuries où ils se trouvent : au sud-ouest de Montélimar, au sud-ouest de Lapalud, à l’ouest de Mornas. On en trouve également dans un secteur traversé par un affluent du fleuve, le Roubion, au sud-ouest de Montélimar.

185La classe D compte 9 contrats, concernant dans la quasi-totalité des cas des sols de type 2, les meilleurs, mais loués à un tarif relativement modeste de 4 as pour des terrains de petite taille, tous compris entre 7 et 55 jugères. Ces terrains se regroupent pour l’essentiel de part et d’autre du decumanus maximus de la centuriation B, entre Lapalud et Pont-Saint-Esprit, et le long de la vallée de la Berre, donc dans la plaine alluviale. La classe E rassemble 10 contrats, concernant tous de très bons sols, de type 2, occupant des lots de petite taille, toujours comprise entre 11 et 20 jugères. Dans cette remarquable homogénéité, les tarifs surprennent puisqu’ils passent du simple (4 as pour 6 des contrats) au double (8 as pour les 4 autres), tout en respectant les taux standards. Ce cas intéressant mérite que l’on poursuive l’enquête, car la cartographie de cette classe révèle que le tarif de 4 as s’applique uniformément aux centuries groupées de part et d’autre du decumanus maximus, à proximité des méandres du cours antique du Rhône, près de Lapalud, tandis que le tarif de 8 as s’applique, d’une part, à deux des centuries de ce secteur et, d’autre part, à une centurie traversée aujourd’hui par le Rhône, au sud-ouest de Montélimar ainsi qu’à une centurie partiellement occupée par le lit actuel du Rhône, à l’ouest de Mornas. Cette classe concerne donc des locations de terrains bordant le cours antique du Rhône et on peut imaginer que la variation du tarif tient compte des difficultés liées à l’endiguement des berges du fleuve et aux contraintes imposées par le drainage des terres inondables ou marécageuses.

186La classe F, la plus nombreuse, réunit 14 contrats, concernant toujours des sols de type 1 ou 2 (4 fois sols 1, 7 fois des sols 2, 5 fois des sols 1 ou 2). Près des trois quarts de ces contrats portent sur des lots inférieurs à 10 jugères, soit la moitié de cette classe de terrains, et 12 d’entre eux (85 %) comportent un tarif supérieur à 8 as, soit la quasi-totalité de ce caractère représenté ici, à deux exceptions près. C’est donc la classe des contrats aux tarifs les plus élevés, appliqués aux meilleurs sols. Ces terrains sont localisés dans la plaine alluviale à l’ouest du kardo maximus, entre la Berre, au nord, et Mondragon, au sud. La classe G rassemble 7 contrats concernant tous des sols de type 4, pauvres et légers, toujours liés à des sols de type 5, sols hydromorphes qu’il convient de drainer si l’on veut les cultiver, sauf dans un cas. Dans tous les cas, le terrain est loué à un des tarifs les plus modestes, inférieurs à 4 as. Les superficies louées varient en proportions équivalentes entre 21 et 200 jugères. Ces terrains occupent le même secteur et, en partie, les mêmes centuries que ceux de la classe H : il s’agit de terrains accidentés, aujourd’hui occupés par la garrigue, situés sur les coteaux, les replats et dans les dépressions mal drainées du massif calcaire d’Uchaux, entre Piolenc, Bollène et Rochegude.

187La classe H regroupe également des contrats concernant tous des terrains occupés par des sols classés 4 ou 4 et/ou 5. Dans 5 cas, le tarif de location est 4 as, dans les 4 autres cas il passe au double. On observe donc, dans ce cas de figure relatif à de piètres sols, la même variation surprenante entre les mêmes tarifs standards que celle qu’on a recensée dans la classe E, portant sur les meilleurs sols. Les terrains concernés se trouvent, comme ceux de la classe G, sur les reliefs calcaires du massif d’Uchaux situés entre Bollène, Rochegude et Piolenc.

188Comme on l’a déjà souligné plus haut, l’ager publicus concédé par Auguste à la colonie, et confirmé par Vespasien, n’est pas constitué de sols médiocres, de rebuts de l’assignation indignes des vétérans établis à Orange.

189Cette observation nous conduit à concevoir un processus complexe de mise en valeur des terres stimulée par l’État impérial et la colonie d’Orange. Les terrains loués se trouvent massivement dans les secteurs assignés aux colons d’Orange, c’est-à-dire dans les plaines alluviales du Rhône et de ses affluents. S’y ajoutent les terrains accidentés et les dépressions humides du Massif d’Uchaux (fragment Piganiol 104-105 ? 107-108 : cf. Meffre et Ballais 1996 : 71, fig. 6). C’est dans ce secteur que le cadastre B mentionne des nova jugera et des centuries complètement ou majoritairement louées : sur 13 centuries concernées, 6 sont totalement louées et 5 sont louées pour 75 à 98 % de leur superficie (fig. 71).

Fig. 71 - Les contrats de location des centuries des fragments 104, 107 et 108 (Favory).

190Que les terres ainsi offertes à la location se trouvent dans la plaine alluviale du Rhône ou dans le Massif d’Uchaux, la géoarchéologie prouve, dans tous les cas, l’intensité de la mise en valeur opérée au Ier siècle après. J.-C. en liaison avec la diffusion massive de l’habitat rural dispersé : réseau dense de canaux en plaine, révélé par les investigations menées le long du tracé du TGV Méditerranée (Berger, Jung 1996 ; Berger et al. 1997b) ; Troncatures à l’époque historique de sols fersiallitiques traduisant une intense activité agro-pastorale dans le massif d’Uchaux (Meffre et Ballais 1996 : 77-79). Le cadastre B d’Orange fonctionne comme le cadre d’une ample opération de bonification des terres, entre autres par drainage des terrains hydromorphes, tant en bordure du Rhône que dans les dépressions mal drainées au pied des collines du Tricastin et dans le massif d’Uchaux. La mention des nova iugera gagnés sur des terrains difficiles témoignent concrètement de la réalité du « front pionnier » attesté par ailleurs par la diffusion de l’habitat dispersé (Archaeomedes 1998 : 75 sq. ; 220-224) : la location des terres constitue ainsi un complément à l’assignation pour la conquête des terrains les plus exigeants dans la mise en valeur agricole et dans la maintenance des aménagements hydrauliques.

4.2.5. Essai d'interprétation des tarifs utilises et des superficies louées

4.2.5.1. Tarifs et sols

Sols de type I

191Si ces terrains sont à considérer comme les meilleurs de l’époque, on peut alors être étonné de la modicité des tarifs utilisés (4 as en moyenne, soit 50 % de la valeur relative des sols de type II).

Sols de type II

192Pour ces sols, le nécessaire entretien des systèmes de drainage mobilise de façon importante une partie de la familia. La main d’œuvre est donc soustraite des tâches plus directement rentables pour le domaine. Le tarif moyen utilisé, 8 à 9 as, donne un jugère d’une valeur d’un peu plus de 8 deniers. Ces terres sont louées au tarif le plus élevé dans le cadastre B. Ces sols peuvent être utilisés de façon complémentaire à d’autres terrains et offrent des possibilités de bons rapports pour les oseraies, les vignes de basse qualité, les vignes mères, les jardins, etc...

Sols de type III

193Nous pouvons noter une relative cohésion des tarifs appliqués sur ces sols. Ils sont loués dans une fourchette de 3 à 5 as.

Sols de type IV

194Ils sont généralement loués au tarif de 2 as. Les superficies sont variables de 20 à 200 jugères.

Sols de type V

195La grande hétérogénéité de ces terrains et leur faible superficie dans le territoire étudié ne permettent pas de fixer un tarif et de déterminer les superficies qui y sont réellement louées.

4.2.5.2. Loyer des terres et volonté politique

196Il est possible d’affirmer que les données pédologiques ont servi de base à l’élaboration des tarifs des baux. Quelques rares exceptions montrent que d’autres paramètres ont été utilisés par la colonie. Seules les indications épigraphiques illustrent actuellement cette éventualité. Il est donc difficile de déterminer si les anomalies de tarifications sont totalement dues au mode de mise en valeur des sols (cultures antérieures aux baux décrits par le cadastre ou nouvelles mises en valeur).

197Il ne faut pas non plus sous-estimer le fait que ces loyers peuvent aussi concerner des façons culturales particulières et non documentées par l’archéologie. Forêts, sylvo-pastoralisme et élevage sont absents du présent dossier, mais doivent intervenir dans notre raisonnement. Dans cette optique, les tarifs sont à la fois liés à la nature des sols, mais aussi potentiellement aux pratiques culturales déjà pratiquées préalablement à la révision de Vespasien.

198La volonté de la colonie dans sa politique d’imposition foncière reste donc à déterminer. Les sols les plus faciles à cultiver (type I), qui sont de bon rapport, sont taxés à la moitié de la valeur des sols de type II. Ces derniers terrains qui demandent un lourd investissement (drainage, endiguement) sont donc loués à un taux plus élevé. La bonne conservation de la trame du réseau centurié et de ses limites internes sur ces sols montre une intense activité de mise en valeur de ces terrains pouvant permettre de dégager des gains substantiels.

199Mis à part le problème des sols de type II, la tarification semble modérée. Les baux supérieurs à 10 as apparaissent donc plutôt comme une taxation indexée sur un mode de mise en valeur plutôt que sur la valeur agricole intrinsèque du terrain.

4.2.5.3. Superficie des domaines dans le cadastre B d’Orange

200On peut s’interroger sur la pertinence de cette question. Les contrats de location attestés par les fragments du cadastre B concernent des terres soumises à un vectigal fixé et perçu en monnaie par la colonie d’Orange. C’est une des deux modalités de prélèvement du vectigal comme le souligne Hygin l’Arpenteur dans le passage cité plus haut (205, 9-16 La = 168, 9-169, 1 Th ; trad. Clavel-Lévêque et al. 1996 : 155-156) :

« … les terres vectigaliennes ont un grand nombre de régimes. Dans certaines provinces, les prestations sont à part de fruit,... et ailleurs elles sont levées en argent et, dans ce cas, par estimation du sol. »

201Reste ensuite à comprendre ici le type de location et le statut des locataires. Car il s’agit bien de locataires et non de propriétaires des terres publiques de la colonie. C’est un point à préciser dans la mesure où les données exceptionnelles fournies par les marbres d’Orange ont ouvert la porte à de nombreuses exégèses, sur la taille des domaines, les modes d’exploitation, les tarifs de location et la nature des exploitations. Comme l’a rappelé M. Christol, l’inscription monumentale de Vespasien a pour but de rappeler aux locataires « qu’en tant qu’occupants du domaine public, ils doivent le vectigal ». Il ne s’agit pas, dans ces contrats, d’assignations individuelles en toute propriété.

202Tout d’abord les locataires d’Orange ne disposent de la terre qu’à titre précaire. Ensuite, il ne faudrait pas considérer que les statuts de possessor et de tenancier définissent des catégories sociales et économiques totalement étanches. Un possessor peut louer certaines de ses terres et exploiter une autre partie de son domaine dans le cadre d’un contrat de fermage.

203C’est André Pelletier qui a présenté la première étude sur la superficie des exploitations agraires dans le cadastre B d’Orange (Pelletier 1976). Il a mis en évidence que les plus grandes surfaces louées par un même particulier sont de 73, 83 et 97 ha. Il en déduit qu’il s’agit de « moyens propriétaires, à la tête d’exploitations dont certaines devaient dépasser cent hectares ». En effet il part du principe que les locataires mentionnés sur le marbre sont des colons déjà lotis par la colonie d’un lot standard de 66 jugères, ce qui n’est nullement démontré. Il évoque ici des propriétaires de classe moyenne, qu’il distingue des petits propriétaires et surtout des propriétaires de grandes exploitations, les latifundia, se référant ici au système publié peu après par R. Agache :

« En résumé,… les villas décelées correspondent à la mise en valeur systématique des riches plaines de limon et à une exploitation de caractère « capitaliste » et « colonial »... » (Agache, 1978, 364).

204Toutefois il est désormais clair que l’on ne peut aborder cette question de la taille des exploitations en Tricastin à partir des seuls contrats de location de terres qui complètent des domaines, dont on ignore la superficie initiale.

4.2.5.4. Le statut des adjudicataires

205G. Chouquer, à la suite de M. Christol, et, plus tôt, d’A. Piganiol (Piganiol 1962 : 60), a déjà émis plus haut (ch. 3) l’hypothèse selon laquelle il faut compter, parmi les adjudicataires, non pas des exploitants, mais bien des fermiers généraux, de possesseurs qui louent non pas les terres, mais prennent à ferme le prélèvement du vectigal pour en tirer un profit. Cette nouvelle lecture amène à compliquer l’interprétation de ces contrats. Si l’on admet cette hypothèse, quelques interrogations subsistent. On est en droit de s’interroger sur la modestie relative des tarifs pratiqués par la colonie d’Orange, comme le soulignait déjà A. Piganiol (1962 : 59-60). Quel profit pouvait en tirer les « fermiers généraux » adjudicataires ? Faut-il penser que ces investisseurs ont là le moyen de se constituer une clientèle à moindre coût ? Mieux encore : quel est le profit pour la colonie ?

206De plus, malgré la modicité des coûts, il semblerait que la colonie n’ait pas pu louer l’ensemble des terres prévues comme pourrait l’indiquer le texte de la centurie DD XIV CK XVIII qui mentionne : 118,5 jugères assignés, 40 jugères rendus aux Tricastins et 41,5 jugères loués au tarif de 3 as le jugère à un locataire dont le nom n’a jamais été gravé (Piganiol 1962 : 150). Le simple oubli du graveur paraît être une explication une peu facile. On connaît un exemple de repentir du graveur (Piganiol 1962 : 245, centurie SD II VK VII) ; mais, au vu de la qualité de cette œuvre fiscale et juridique, une absence ne semble pas être due au hasard. Dans cette centurie des terres sont assignées, d’autres rendues aux Tricastins et donc une surface de 41,5 jugères est prévue pour être louée. L’observation de la carte pédologique permet d’obtenir les informations suivantes. Cette centurie située à proximité du hameau de Margerie (Colonzelle) comporte au moins trois types de sols : sols légers des collines (IV) pour un peu plus la moitié de la surface (colline de la Serre du Pont), sols alluviaux récents (II) pour un quart de la surface (Plan du Lez), et un ancien étang, aujourd’hui asséché (V) pour le quart restant (l’Estanier). Il est tentant de voir, dans cette zone actuellement humide, les terres promises à la location sans bien sûr qu’il soit possible d’attribuer telle ou telle partie de la centurie à un des trois acteurs (colons, Tricastins, locataire) de la mise en valeur des sols. Cet exemple montrerait que les lots pouvaient parfois être déterminés de façon administrative, dans le cadre de projets, comme des sortes de réserves de terres que la colonie pourrait louer dans le futur.

207Par ailleurs, l’un des arguments utilisés pour introduire l’hypothèse de « fermiers généraux du vectigal » est topo-épigraphique. La dispersion géographique des contrats obtenus par certains adjudicataires est utilisée comme un argument significatif indiquant que les fermiers de l’impôt cherchaient à louer des terres dans tous les secteurs géographiques de la centuriation. En soi, rien n’empêche un même propriétaire d’avoir un ou plusieurs domaines et des terres dispersées. D’autre part le modèle du domaine d’un seul tenant semble être un idéal, décrit par les agronomes, sans doute tout aussi près de la réalité que le domaine autarcique de Columelle. Nous considérons donc l’argument instaurant ces fermiers de l’impôt méthodologiquement stimulant, mais peu fondé dans le cadre de la centuriation ici étudiée.

4.2.5.5. Locations et habitat

208Enfin, l’analyse de la répartition des sites dans les centuries concernées par un ou plusieurs contrats de location laisse perplexe. Nous avons constaté plus haut que, dans les centuries intégralement assignées, un seul site est implanté ce qui pose donc la question de la localisation de l’habitat des colons. À l’inverse, les sites localisés dans des centuries louées par la colonie sont moins rares. Plusieurs occurrences montrent la présence de sites d’occupation, villae ou au moins sites d’exploitations agricoles (présence de céramiques fines, dolium, meules, et...) dans ces centuries. Dans la centurie DD XIX CK I, trois sites sont concernés : n° 111 : le Logis de Berre qui est une station sur la voie d’Agrippa ; n° 44 : Agot, site ne livrant que de la tegula, et n° 25 : le chemin du Loup. Cette villa, dont le plan est connu par photographie aérienne, est implantée durant la première moitié du Ier siècle de notre ère. Toutefois, cette centurie comprenant à la fois des terres louées et assignées, il est impossible d’attribuer l’habitat à un statut foncier particulier.

209Dans la centurie DD XX CK I, un seul site est concerné : n° 24, Bastet, établissement livrant de la tegula, des moellons de calcaire urgonien et de pierre du Midi, implanté vers le milieu du Ier siècle de notre ère). Cette centurie comprenant à la fois des terres louées et assignées, ainsi que des terres rendues aux Tricastins, il est impossible d’attribuer l’habitat à telle ou telle catégorie de terres.

210La centurie DD XV CK I contient trois sites : n° 28, le Péage, site implanté à la période augustéenne et disparaissant à la fin du Ier siècle ; n° 51, Besson, site implanté au milieu du Ier siècle de notre ère ; n° 41, Vignoulas site implanté à la fin du Ier siècle de notre ère). Cette centurie comprend à la fois des terres louées et assignées, ainsi que des terres rendues aux Tricastins : on ne peut donc attribuer ces habitats à un statut particulier de terres.

211Dans la centurie DD V VK II, un seul site est concerné, Freyssinet, n° 76, qui pourrait être une nécropole du Haut-Empire et n’est donc pas directement concerné par cette recherche sur l’habitat.

212Dans la centurie DD XV VK III, le site n° 110 ne livre aucun élément de datation autre que la tegula, comme, dans la centurie DD V VK II, les sites n° 96 et 97.

213Cette enquête archéologique s’avère décevante et ne permet pas d’avancer dans l’identification du statut des particuliers louant des terrains à la colonie. Mais on n’oubliera pas de rappeler que les terres concernées sont des extensions de tenures, louées, ou sous-louées, pour accroître l’assise d’une exploitation. Quoi qu’il en soit, il nous a paru utile de nous interroger sur ces locations en termes agronomiques, sachant que ces terres louées sont des compléments à des exploitations dont l’habitat nous est inconnu, tout comme le statut des exploitants : vétérans disposant de lots et souhaitant agrandir leurs surfaces cultivées, propriétaires d’un domaine hors assignation coloniale, romain ou pérégrin). Il nous a paru intéressant d’exploiter les possibilités qu’offre l’utilisation des cartes pédologiques relues par la géoarchéologie, afin d’analyser ces surfaces louées et d’analyser les potentialités de ces terrains.

4.2.6. Les adjudicataires mentionnés dans le cadastre B d'Orange

214On rappellera que cette enquête est conduite à partir d’une documentation lacunaire, tant à l’échelle de la pertica révélée partiellement par le cadastre B (245 centuries attestées sur 1700 conjecturales, soit 1/7) qu’à celle du détail du contenu épigraphique des centuries. Le cadastre B représente, au minimum, 5844 ha de terres assignées aux vétérans de la légion II Gallica, 3977 ha de terres rendues aux Tricastins et 1177 ha laissées à la colonie (Piganiol 1962 : 145).

215L’index onomastique établi par A. Piganiol permet de distinguer 68 dénominations différentes de locataires, en comptant les 13 noms mutilés de part et d’autre, dont certains peuvent éventuellement se rapporter à des locataires identifiés. Sur la totalité des 66 locataires identifiés par l’épigraphie du cadastre B, 39 présentent un nom singulier, même très lacunaire. La grande majorité d’entre eux (37) apparaissent dans des contrats lacunaires, où manque la superficie louée, sinon la localisation même de la centurie concernée (fig. 72-73). L’enquête qui suit ne concerne donc qu’une minorité de locataires dont on peut examiner le comportement dans plusieurs contrats de location, concernant plusieurs centuries localisables, ce qui nous permet de tenter d’articuler les variables en jeu dans chaque contrat : superficie louée, tarif de location et qualité des sols concernés.

Fig. 72 - Dénominations incomplètes et localisation impossible ou hypothétique (Favory et Odiot).

Fig. 73 - Dénominations incomplètes et/ou localisation restituée, superficie en tout ou partie mutilée (Favory et Odiot).

4.2.6.1. Sextus Careius

  • 19 Cet affleurement de calcaire urgonien, sur lequel s’est implanté le château médiéval, a servi de ca (...)
  • 20 Sondages géologiques du Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

216Quatre centuries mentionnent Sextus Careius (fig. 74). Les terres louées par Sextus Careius sont situées au centre de la plaine de Pierrelatte, à l’emplacement de la ville actuelle. Au centre de la centurie DD XIII VK IV se dresse le Rocher de Pierrelatte de forme et de superficie inconnues pour l’Antiquité19. Sa superficie actuelle est de l’ordre de 1 ha, mais pouvait être beaucoup plus importante à l’origine20.

Fig. 74 - Tableau des adjudications de Sextus Careius connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

217Dans cette centurie, c’est une superficie de 3 ha qui est louée : elle peut correspondre à l’emplacement d’une carrière. La présence de ce gisement de pierre à bâtir et à chaux, au centre de la plaine de Pierrelatte, où bon nombre de sites prospectés livrent ce matériau, amène à envisager la possibilité d’une carrière durant l’Antiquité. En effet, l’affleurement le plus proche, en dehors de celui de Pierrelatte, se situe à 8 km au nord, dans le défilé de Donzère.

218La majorité des locations concernent des sols de type I :

  • 139 jug. et 10/12e en DD XII VK IV ;

  • une superficie inconnue en DD XIV VK IV qui est intégralement sur ce type de sols ;

  • au moins 88 jug. en DD XIII VK IV puisque, dans cette centurie, les sols de type I et III occupent chacun 50 % de la superficie.

219Il est impossible de déterminer quelle surface de terres de type III était louée, mais il est certain que Careius en louait. Nous savons que ces sols sont en général proposés à la location pour moins d’une demi-centurie, entre 50 et 70 jugères.

220Le tarif relativement élevé (9 as) et la faible superficie louée en DD XIII VK V (4 jug.) laissent penser que la location concernait des sols de type II (cf. plus haut).

221La partie des locations de Careius connue grâce au cadastre, apparaît comme complémentaire au niveau agronomique :

  • une grande superficie de sols I, sûrement l’équivalent d’une centurie (peut-être plus) ;

  • un lot moyen de sols de type III ;

  • uniquement 4 jugères de sols de type II.

222Le coût total des locations renseignées par le cadastre B pour Sextus Careius s’élève à au moins 1344 as, pour une superficie minimale de 331 jugères et 10/12e.

4.2.6.2. Aufustius Evaristus

223Quatre centuries mentionnent ce locataire (fig. 75). En ce qui concerne la dernière centurie (DD ? VK VII), la mention subseciva et surtout la mention VK VII, bien conservée, permettent de proposer sans hésitation des sols de type II. Dans cette partie de la plaine, la bande des centuries numérotées en VK VII est toujours située sur ces sols. Le tarif de 6 as utilisé pour la location de 33,5 jugères en DD IV VK V pourrait s’appliquer aux sols de type V. Aufustius Evaristus est un des plus gros locataires de la plaine de Pierrelatte. Ses terrains sont apparemment majoritairement situés sur des sols de type I, comme Careius. Aufustius, lui aussi, donne l’impression de louer d’autres sols complémentaires dans des centuries voisines et, plus particulièrement, dans des subseciva. Le coût total des locations renseignées pour Aufustius Evaristus est de 1351 as pour une superficie minimale de 283 jugères.

Fig. 75 - Tableau des adjudications de Aufustius Evaristus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

4.2.6.3. Duvius Septuminus

224Quatre centuries mentionnent ce locataire (fig. 76). Ces terres sont regroupées à proximité du confluent actuel du Rhône et de l’Ardèche. Situés exclusivement en plaine, les lots loués n’occupent que des sols de type II. Duvius Septuminus apparaît comme l’un des plus grands locataires de ce type de terrains. Contrairement aux locataires précédents (mais peut-être à cause des lacunes des marbres), il n’y a qu’un seul type de sols offert à la location. Les faibles tarifs de location sont peut-être explicables par la précarité et la nouveauté d’une partie des mises en valeur (nova, subseciva). Le coût total des locations renseignées pour Duvius Septuminus s’élève à 872 as pour une superficie minimale de 150,5 jugères.

Fig. 76 - Tableau des adjudications de Duvius Septuminus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

225Le cadastre B permet de mettre ici en évidence une agriculture en phase d’expansion. De nouvelles terres sont conquises sur le fleuve ou, peut-être délaissées par celui-ci après une crue : elles appartiennent à la colonie, peut-être systématiquement aux termes de la législation en vigueur, et sont donc louées par la collectivité. La proximité du Rhône et le choix de ces terrains désignent une agriculture d’un type très différent des exemples précédents. Des investisseurs prennent le risque de louer des terres en bordure du Rhône, et de perdre leurs terres d’une année sur l’autre en fonction des crues et des modifications du cours du fleuve.

4.2.6.4. Les pupilli Maccii, Gratus et Maternus

226Trois centuries mentionnent ces deux locataires (fig. 77). Les locations de Gratus et de Maternus sont situées au sud de Bollène, essentiellement sur les reliefs calcaires. Ils sont aussi au contact de la plaine rhodanienne et des petites plaines de l’intérieur des terres. La présence de sols de type V n’est donc pas surprenante dans ces petites dépressions mal drainées naturellement. Le plus souvent ce sont des étangs asséchés ou en voie d’assèchement naturel. Dans le cadre géographique de la centurie SD VI CK V, on peut d’ailleurs lire le toponyme de l’Estang. Dans le cas de l’étang, la mention nova, concernant 5,5 jugères, désigne une mise en valeur récente, sur terres louées à la colonie. On notera que, si notre hypothèse est valide, le tarif est de 2 as pour des sols de type IV considérés comme des nova iugera.

Fig. 77 - Tableau des adjudications des Pupilli Maccii, Gratus et Maternus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

227Si les informations cartographiques et nos restitutions sont fiables, les pupilli Maccii louaient majoritairement des terres de type IV (au tarif de 2 as) et, dans une moindre mesure, des sols de type V. La mention nova pour des sols de type IV, loués au tarif de 2 as, pourrait indiquer un développement récent des mises en valeur et l’existence de tarifs différents pour cette catégorie de terres pouvant aller du simple au double (de 2 à 4 as). Le coût total des locations attestées pour les pupilli Maccii est de 870 as pour une superficie minimum de 389 jugères.

4.2.6.5. Marcius Firmus

228Six centuries portent le nom de ce locataire (fig. 78). Marcius Firmus est locataire en bordure du Rhône, une partie des terres louées est dans un subsecivum. Il loue dans un secteur où les locations sont nombreuses.

Fig. 78 - Tableau des adjudications de Marcius Firmus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

229En DD I VK V, la superficie actuelle des sols de type I est infime (6 jugères) et la totalité de la location pourrait être effectuée sur des sols de type II. Pourtant, le tarif utilisé est de 4 as, ce qui est une exception sur des terres de cette nature (en effet le tarif de 4 as est bien plus fréquent sur les terres légères). La zone concernée semble en effet être hors d’eau lors des inondations courantes du fleuve.

230En DD II VK V, les superficies des sols de type V et II sont de l’ordre de 50 jugères chacune. Il est donc difficile de déterminer quels sols la location concernait. Le tarif de 8 as pourrait indiquer un bon terrain.

231En DD III VK V, la superficie actuelle des sols de type V est de l’ordre de 135 jugères, celle des sols de type I est d’environ 10 jugères et celle des sols de type II est de 55 jugères. Il est difficile de déterminer quels sols étaient loués. Le tarif de 4 as utilisé pour une partie des terres peut correspondre aux sols de type I.

232En DD IV VK V, la superficie des sols I est de l’ordre de 40 jugères, la catégorie agrologique des terrains loués ne peut pas être déterminée. Le tarif de 5 as peut s’adapter aux deux types de sols présents.

233Les terres louées par Marcius Firmus paraissent donc essentiellement situées sur des sols de type II. Le coût total des locations renseignées pour Marcius Firmus s’élève à 2128,5 as (133 deniers) pour une superficie minimale de 299,25 jugères.

4.2.6.6. Iulius Florus

234Iulius Florus loue des terres dans la vallée de la Berre à proximité du Logis de Berre, habitat groupé sur le tracé de la voie d’Agrippa, commune des Granges-Gonthardes (fig. 79).

Fig. 79 - Tableau des adjudications de Iulius Florus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

235Les centuries concernées sont intégralement localisées sur des sols de type III. Iulius Florus est un des rares locataires à louer ce genre de terrains. De plus, dans ce secteur, ces sols sont particulièrement irréguliers. En effet, au pied des collines calcaires de la Garde-Adhémar, la Berre a longtemps divagué et laissé des traces de son passage, cours fossiles, alluvions grossières ou très argileuses, etc.

236On notera que c’est dans ce secteur que la Berre adopte un cours rectiligne sur les marbres. Le tracé semble anormal à l’endroit même où la topographie ne contraint plus cet affluent du Rhône. Plus à l’ouest, d’ailleurs, les marbres montrent clairement le méandrage naturel de ce cours d’eau. Il nous paraît donc probable que la Berre ait pu être endiguée dans ce secteur stratégique : franchissement de la voie d’Agrippa, pression foncière importante (habitat groupé et villa), présence de colons, de locataires et de Tricastins. On peut penser que l’ensemble de ces contraintes a pu influer sur les tarifs de location de ces terrains, puisqu’il est exceptionnel que ces terres dépassent 3 as en coût de location.

237Quatre éléments peuvent avoir concouru à établir le tarif surprenant de 16 as en DD XVIII CK I :

  • la présence de la Berre et son possible endiguement, à la charge des riverains ;

  • le passage de la voie d’Agrippa ici dotée de puissants fossés et dont l’entretien est lui aussi à la charge des riverains ;

  • la présence, dans la centurie, d’une villa (site 25, Le Chemin du Loup) : dans ce cas, le tarif élevé pourrait être lié à la présence de ces bâtiments, si toutefois la villa n’était pas détenue en toute propriété ;

  • une pratique agricole antérieure à la révision du cadastre B.

238Il convient de signaler une autre particularité de Florus : dans deux des centuries où il loue des terres, il est voisin des Tricastins et ce sont les rares terres qui leur sont rendues cultivées et en plaine. On notera aussi que ses locations ne sont pas contiguës, puisqu’une centurie où il ne loue pas de terre le sépare de la partie méridionale de ses locations. En outre, il loue des terres à l’ouest et à l’est du tracé figuré de la voie d’Agrippa.

239Au total, dans les locations décrites ici, la fourchette des montants à acquitter est comprise entre 47,5 deniers au minimum et 133 au maximum, sachant que ces sommes sont des estimations basses, les données étant tronquées par les lacunes des marbres.

240Les locataires importants du cadastre B d’Orange (fig. 80).
En cumulant la totalité des locations connues par les marbres d’Orange, pour le seul cadastre B, le revenu de la colonie était de l’ordre de 2000 deniers, ce qui paraît dérisoire par rapport aux autres exemples dont nous disposons (Piganiol 1962, 59-60 ; cf. Richmond et Stevens 1942 : 70).

Fig. 80 - Tableau des adjudicataires importants connus grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).

4.3. Mise en valeur des terres

241La déclinaison des éléments constitutifs du réseau centurié en fossés, routes ou haies permet d’appréhender la centuriation comme instrument de mise en valeur des terres. L’importance des fossés dans la matérialisation des axes centuriés et des limites parcellaires montre que le rôle du réseau dans le drainage des terres est de loin le plus important. Cependant, il se décline de façon différente suivant les secteurs qui sont mis en valeur et peut également participer à l’irrigation de certains quartiers de culture. Enfin certaines observations tendent à prouver que d’importants travaux de terrassements ont également été effectués et qu’ils peuvent être liés à la mise en valeur des terres centuriées.

4.3.1. Le drainage

4.3.1.1. L’évacuation et la canalisation des eaux de pluie dans les secteurs à bon drainage naturel

242Les terrasses pléistocènes du Rhône et les cônes de déjection pléistocènes graveleux recouverts par des formations pédologiques évoluées constituent des unités à bon drainage naturel. Les sols développés dans ces unités de paysage sont rarement sujets à l’hydromorphie. Les fossés situés dans ces secteurs servent donc essentiellement à la canalisation et à l’évacuation des précipitations dont le caractère méditerranéen peut présenter une certaine violence.

243La morphologie de ces fossés confirme la fonction de ces structures. Ceux-ci présentent généralement un petit module (1 m à 1,5 m de large à l’ouverture sur 0,6 m de profondeur en moyenne, si l’on restitue les niveaux de sols antiques), mais ils sont fréquemment élargis par le passage de flux hydriques abrasifs et les curages liés à leur entretien. Le remplissage des fossés est constitué de façon récurrente par des sédiments présentant une fraction sédimentaire grossière (sables, graviers ou nodules carbonatés remobilisés) qui attestent un écoulement hydrique de forte compétence dans l’axe du creusement et qui confirme le rôle important que jouent ces fossés dans la canalisation et l’évacuation des eaux pluviales.

244Enfin, les traits pédosédimentaires des dépôts constituant le remplissage des fossés ne révèlent pas un engorgement prolongé de la structure, mais témoignent d’une activité biologique développée (Berger 2000). Ces traits impliquent un assèchement rapide de ces structures lors de leur abandon.

4.3.1.2. Le drainage des basses plaines alluviales et des dépressions hydromorphes

245Le drainage dans ces unités de paysage se concrétise par une double fonction des fossés. En effet, les structures fossoyées servent à évacuer les eaux de ruissellement canalisées dans les fossés mais également à abaisser les nappes phréatiques.

246Le creusement des fossés provoque des incisions dans le sol qui permettent l’abaissement du niveau de la nappe phréatique. En effet, les eaux vont s’écouler préférentiellement et plus rapidement dans ces saignées linéaires et engendrer une baisse du niveau de la nappe accentuée par l’évaporation qui sera d’autant plus importante que les fossés du réseau seront nombreux et profonds.

247Le rabattement artificiel ou naturel des nappes phréatiques provoque une modification des caractères pédologiques des sols associés (Berger 2000). Dans les cuvettes hydromorphes, les sols associés aux fossés, lorsqu’ils sont conservés, présentent des traits d’oxydation, qui montrent une meilleure aération des sédiments. De plus, on observe une porosité développée et une structuration bien marquée des sédiments, induites par une forte activité biologique. Ces caractères tranchent avec ceux des sols hydromorphes sous-jacents, de couleur grise à verdâtre, à structure massive et porosité fermée, qui révèlent un engorgement quasi-permanent (Berger et Jung dir. 1999).

248Les analyses micromorphologiques réalisées par Jean-François Berger sur les sols des cuvettes humides du sud de la Valdaine lui ont permis de mettre en évidence une exploitation intensive des sols au cours du Haut-Empire dans ces secteurs. Il la relie à la mise en place du réseau de drainage orienté sur le cadastre B d’Orange qui a permis d’assainir les sols dans ces cuvettes (Berger 1995 : 91-96).

249La plupart des fossés étudiés dans la plaine du Tricastin sont situés dans ce contexte de basse plaine alluviale et parfois de dépression humide. Les nombreux fossés analysés permettent de mettre en évidence la double fonction dans le drainage de ces zones (incision et évacuation). Leur module, souvent supérieur à celui rencontré précédemment (ouverture de 1 à 3 m et profondeur souvent supérieure à 1 m), permet une incision linéaire qui induit le rabattement du niveau de la nappe phréatique.

250Ces structures sont également organisées afin d’évacuer les eaux de pluie vers les exutoires naturels, par exemple le ruisseau des Echaravelles. On remarque en effet une hiérarchisation dans la taille des fossés et dans leur répartition spatiale afin de procéder à l’écoulement des eaux. Les fossés secondaires, de taille réduite, se déversent ainsi dans des collecteurs plus importants qui conduisent l’eau vers les exutoires naturels (les cours d’eau) (Berger et Jung 1996).

251Ce type de fonctionnement a été observé à plusieurs reprises dans la plaine du Tricastin (Mondragon, Le Duc ; Mondragon, Les Brassières).

252Les fossés constituant le réseau du Duc à Mondragon reprennent l’orientation de la centuriation B d’Orange (fig. 81). Ceux-ci présentent des tailles et surtout des profondeurs variées. Le mode de fonctionnement de ce réseau a pu être esquissé grâce à des indices morphologiques, topographiques et sédimentaires. Le collecteur principal correspond au decumanus SD VIII. Il se présente sous la forme d’un puissant fossé de plus de 2 m de profondeur et de plus de 3 m de large qui canalise les eaux drainées des parcelles avoisinantes. On observe en effet son raccordement avec plusieurs fossés nord-sud, de plus petite taille et de moins grande profondeur qui se déversent dans ce limes cadastral. Il conduit les eaux collectées en direction du Lez, distant de quelques centaines de mètres à l’est. D’après les données archéologiques et chronostratigraphiques, le fonctionnement de ces structures perdure pendant le Moyen Âge et l’époque moderne, quand de nouvelles limites sont creusées, reprenant l’orientation et la place des fossés antiques.

Fig. 81 - Mondragon, Le Duc. Exemple de hiérarchisation d'un réseau de fossés, orientés selon la centuriation (Berger et Jung 1996).

4.3.1.3. Le drainage des zones humides en lien avec la topographie

253Les décapages extensifs que nous avons réalisés sur certains secteurs du Tricastin nous ont permis d’appréhender l’organisation du réseau au sein de la centurie et d’en constater la complexité.

254Si, on l’a souligné, le cadre géographique influe sur l’orientation générale des réseaux centuriés, l’organisation du parcellaire au sein des centuries peut également dépendre de contraintes naturelles et physiques. Cette constatation se fonde sur la souplesse que l’on observe concernant le découpage des parcelles et l’orientation de certains fossés centuriés.

255Certains fossés fonctionnant avec des axes de centurie ou des limites internes à la centurie ne présentent pas forcément cette même orientation. Le parcellaire antique structuré par la centurie s’organise donc parfois avec des axes non orthonormés.

256Ces axes présentent un fonctionnement synchrone avec la centuriation, malgré une orientation divergente. Ils sont creusés en fonction de la topographie ou de la paléotopographie du site. Souvent, ils servent de collecteurs principaux des eaux et sont logiquement adaptés à la topographie.

257Ainsi, à Mondragon, Les Brassières, on voit que le collecteur principal, qui fonctionne dès le Ier siècle av. J.-C., s’inscrit dans un paléochenal en cours de colmatage terminal durant l’âge du Fer. La forme du talweg et la texture sablonneuse de son remplissage laissent penser qu’il s’agissait d’un axe d’écoulement privilégié des eaux de ruissellement. L’ensemble des fossés cadastraux du site se greffe à ce collecteur creusé dans l’axe du paléochenal (fig. 82) (Vermeulen 2002 ; Berger et Jung 1999).

Fig. 82 - Mondragon, Les Brassières. Exemple d’assouplissement de l’orientation du réseau fossoyé centurié en fonction de la topographie de la plaine tricastine. Ici les paléochenaux contraignent l’implantation des fossés (Berger et Jung dir. 1999).

258Sur le site de Lapalud, Les Girardes, le secteur de la zone humide présente un découpage parcellaire beaucoup plus complexe que le reste du site où les fossés sont tous orientés selon la centuriation B d’Orange (fig. 83). On remarque à cet endroit la contemporanéité de structures aux orientations divergentes. Une fois encore, la présence d’un chenal constituant un écoulement privilégié pour les eaux pluviales, infléchit la structuration du parcellaire (Berger et Jung 1999 ; Jung 1999).

Fig. 83 - Lapalud, Les Girardes. Orientation divergente des fossés fonctionnant avec le réseau centurié, dans le secteur du paléochenal (Jung 1999).

259Les exemples de fossés de drainage présentés plus haut montrent la forte diversité de ces structures. Ils matérialisent un limes, une limite interne de la centurie ou un collecteur lié à une topographie particulière. Ces différents éléments constitutifs de la centuriation permettent de caractériser une limite parcellaire à vocation foncière d’un aménagement agraire spécifiquement créé en vue de la bonification des terres. Un fossé peut effectivement avoir un strict rôle de drain, sans matérialiser une limite foncière. Il constitue de fait une certaine forme de limite puisqu’il crée un obstacle dans l’exploitation de la parcelle, mais sa présence et son emplacement sont dictés uniquement par des préoccupations de mise en valeur et de développement agronomique.

260Aussi, faut-il penser que certains fossés, retrouvés dans des secteurs hydromorphes ou des zones soumises à des ruissellements récurrents, correspondent à ce deuxième type de structure.

261Il faut également rappeler que le mode de découpage du parcellaire centurié paraît induit par des contraintes pédosédimentaires. Les travaux d’Alain Chartier et de Gérard Chouquer (Chartier 1996) ont soulevé le problème en montrant l’adéquation du découpage parcellaire avec le type de sol. Leurs observations tendent à démontrer que les sols lourds présentent systématiquement un découpage laniéré qui indique l’importance des aménagements de drainage sur ces terres. En revanche, les sols légers présentent un découpage parcellaire différent, sous forme de parcelles trapues, qui pourraient laisser penser que le drainage des terres n’était pas une contrainte. Il n’est, bien sûr, pas avéré que le découpage parcellaire subactuel à partir duquel ces chercheurs ont fait leurs observations corresponde à celui mis en œuvre durant l’Antiquité. Cependant, d’après les résultats des différents sondages réalisés dans ce secteur, cette distinction pédologique serait déjà sensible à l’époque romaine (Berger et al. 1997a) ; il est donc fort probable que les communautés rurales antiques aient déjà pratiqué un découpage plus laniéré favorisant le drainage des sols, dans les secteurs le nécessitant.

262Enfin, le schéma général du fonctionnement du réseau centurié dans la plaine du Tricastin, présenté dans le chapitre précédent, montre également des aménagements spécifiques du réseau centurié, matérialisés par de grands axes transversaux, en fonction des écoulements privilégiés et des paléo-vallées.

263Ces observations archéologiques et morphologiques montrent donc combien la matérialisation et le développement du réseau centurié est complexe à tous les niveaux de son organisation. Le travail des arpenteurs, qui consiste en un découpage du paysage au niveau des structures intermédiaires de la centuriation, ne s’affranchit pas totalement du contexte géomorphologique et pédologique de la plaine. Les agriculteurs qui ont une perception plus fine du milieu dans lequel ils évoluent, et qui mettent en culture les terres arpentées, complètent ces aménagements liés à la gestion de l’eau.

264Ces exemples montrent donc que les schémas standardisés et orthonormés, que l’on envisage habituellement pour le découpage des parcellaires centuriés, sont à réviser et à assouplir dans certaines circonstances, notamment là où les contraintes hydrologiques sont fortes (haut niveau des nappes phréatiques, ruissellements récurrents…).

4.3.2. La mise en évidence de parcellaires irrigués en Tricastin

265Le site des Bartras, sur la commune de Bollène, a livré les vestiges d’un réseau parcellaire irrigué d’époque antique qui s’inscrit dans le cadre de la centuriation B d’Orange. Jusqu’à présent on a toujours insisté sur l’importance des axes centuriés dans l’évacuation des eaux de ruissellement et dans la régulation de la nappe phréatique dans la plaine du Tricastin. Ces vestiges permettent donc d’attester, pour la première fois, le rôle du réseau centurié dans l’irrigation des terres du Tricastin.

266Ce réseau d’irrigation, composé d’au moins sept fossés, s’organise selon la trame du réseau B d’Orange (fig. 84). Il présente deux modules : un grand fossé mesurant près de 5 m de large sur 1,50 m de profondeur et six fossés de taille plus réduite, nettement moins profonds (1,50 m de largeur sur 0,80 m de profondeur en moyenne). Le canal principal présente un tracé en baïonnettes successives qui reprend cependant sur près de 300 m l’orientation et l’emplacement du troisième decumanus (DD III) de la centuriation B d’Orange. La plupart des fossés secondaires sont aussi orientés selon la trame centuriée.

Fig. 84 - Plan général du réseau d'irrigation découvert à Bollène, Les Bartras (84) (Berger et Jung dir. 1999).

267Ces fossés présentent un remplissage caractéristique, rappelant celui de chenalisations naturelles, où alternent des couches de sables jaunes plus ou moins grossiers, souvent microlités, parfois sous forme de lentilles, et de couches de limons sableux de coloration jaune-verte à grise. Des figures d’accrétion latérales ont aussi été observées. Ces faciès sédimentaires traduisent une forte compétence des flux hydriques, dans une plaine où la déclivité moyenne n’excède pas 0,6 pour 1 000.

268Les sédiments piégés dans ces fossés correspondent à des sables et des limons mollassiques. L’observation de la séquence sédimentaire du site permet d’affirmer le caractère allochtone de ces alluvions. En effet, les sols associés à ce réseau et les formations antérieures apparaissent très argileux, et de coloration brun-noire (sols à caractère vertique). Le substrat est constitué par les graviers et les sables würmiens du Rhône pour la plupart d’origine cristalline. Le faciès sédimentaire du site et de l’ensemble de la dépression concernée par le réseau fossoyé ne peuvent donc pas expliquer le remplissage de ces fossés. En revanche, l’origine des sédiments sableux de coloration jaune est sans conteste liée aux collines mollassiques situées à l’est de la plaine du Tricastin (fig. 85-86).

Fig. 85 - Photographies du canal principal et d’un des canaux secondaires (cliché Jung).

Fig. 86 - Bollène, Les Bartras. Schéma du fonctionnement du réseau d'irrigation. (Berger et Jung dir. 1999).

269Le remplissage sableux de coloration jaune que l’on retrouve systématiquement dans le colmatage de l’ensemble des fossés permet d’imaginer que ce réseau a fonctionné suivant une arborescence particulière qui correspond à celle des réseaux d’irrigation. Le colmatage des canaux secondaires est constitué par des limons sableux mollassiques similaires à ceux qui comblent le canal principal. Il ne peut s’expliquer que par le déversement des eaux du grand canal dans les autres fossés. Ce schéma de fonctionnement où un canal principal alimente des canaux secondaires correspond à celui d’un réseau d’irrigation et il est inverse à celui d’un réseau de drainage.

270Le matériel archéologique retrouvé très roulé dans certaines lentilles sableuses est exclusivement antique. Il comprend de très nombreux tessons (tegulae et céramiques gallo-romaines). Par ailleurs, le canal principal est scellé par un foyer aménagé auquel est associé du mobilier céramique (dérivée sigillée paléochrétienne provençale) caractéristique du Ve siècle. Cette structure datée fournit un terminus post quem à l’utilisation du canal d’amenée et à celle de l’ensemble du système.

271Le système d’irrigation mis en évidence aux Bartras est très lacunaire et il est délicat de raisonner dans le détail sur la hiérarchisation et l’arborescence de ce réseau. Les données archéologiques et archéomorphologiques montrent néanmoins un canal d’amenée, et des fossés secondaires qui forment un parcellaire très laniéré. Le fossé principal correspond soit à un canal de dérivation de la rivière du Lauzon, exutoire naturel de la plaine d’Avril et des collines mollassiques de Saint-Restitut, soit à la rivière elle-même, qui aurait été canalisée.

272La présence des sables mollassiques dans l’ensemble du réseau fossoyé antique des Bartras aurait pu refléter un colmatage instantané du réseau par une ou plusieurs crues du Lauzon. Auquel cas, le réseau retrouvé ne serait qu’un simple réseau de drainage dont la fin du fonctionnement aurait eu un caractère catastrophique. Cependant plusieurs arguments s’opposent à cette hypothèse.

273Tout d’abord, on remarque que l’ensemble des fossés du réseau est envahi par ces sédiments, et ce, en tous points du système. Ces observations tendent à montrer qu’il ne s’agit pas d’un colmatage par une ou des crues répétées. En effet, les sédiments auraient alors envahi préférentiellement les fossés adjacents du Lauzon et sur une partie seulement de leur tracé, mais n’auraient pas concerné l’ensemble du réseau.

274De plus, on n’observe pas de limons de crues de même nature exhaussant les sols du site. Les quelques rares indices de limons mollassiques bordant certains fossés, ne sont pas synchrones des phases torrentielles observées dans les structures fossoyées des Bartras, et correspondent aux phases calmes. On peut donc émettre l’hypothèse qu’il s’agisse plutôt de traces de limonage, c’est-à-dire une fertilisation des terres par un apport de limon.

275De plus, l’alternance entre des phases plus calmes (sédiments fins, développement de processus pédologiques, activité biologique) et des phases plus torrentielles moins maîtrisées (sables et graviers peu pédogénéisés, formation de litages), que l’on perçoit dans le remplissage de chacun des fossés du site, indique une histoire complexe de leur colmatage, et aucunement celle d’une ou de plusieurs crues violentes qui scelleraient le réseau.

276Lorsque l’on se réfère à la carte pédologique et à la séquence sédimentaire du site on observe une succession de sédiments limono-argileux de coloration sombre révélateurs des sols hydromorphes nécessitant un drainage. Cependant le côté vertique prononcé de la plupart de ces sols indique de forts contrastes saisonniers et des cycles d’humectation-dessiccation. On peut donc envisager que le déficit hydrique estival entraîne un besoin d’irrigation des sols. Le réseau fossoyé provoquant une incision dans les sols, ce système a également pu servir au rabattement de la nappe l’hiver, comme cela est le cas avec les réseaux d’irrigation actuels du midi de la France.

277Il est important de souligner la singularité de ce site, car les vestiges archéologiques de parcellaires antiques pour l’irrigation restent jusqu’à présent inconnus dans nos régions, dans des contextes ruraux. En effet seules des rigoles d’irrigation dans des zones péri-urbaines sont attestées sur la fouille de la ZAC de Nîmes (Monteil et al. 1993) et sur celle des Horts à Lunel-Viel (Favory et al. 1994 : 177). Il s’agit alors d’irrigation de jardins sur des secteurs très circonscrits. À Nîmes, la mise en évidence de petits canaux plus ou moins construits avec des dalles calcaires et la présence de bassins maçonnés liés au réseau de canaux, permettent d’attester la pratique d’irrigation au Ier siècle av. J.-C. À Lunel-Viel, la morphologie des fossés et du parcellaire (rigoles de taille réduite et parcelles laniérées), d’une part, et le contexte géographique du parcellaire, à proximité de l’habitat, d’autre part, permettent de proposer l’hypothèse de l’irrigation plutôt que du drainage des parcelles identifiées comme des jardins liés à l’habitat proche.

278Le parcellaire mis en évidence à Bollène, les Bartras, est d’un tout autre ordre. En effet, il se situe en contexte rural et concerne un secteur de plusieurs hectares. Le gabarit du canal principal, avec une ouverture de plus de 5 m de large, est totalement inédit par rapport à la morphologie classique des canaux d’irrigation. Ceux-ci se présentent généralement sous la forme de petits canaux et de rigoles de moindre importance. Il faut certainement interpréter ce canal comme une dérivation de la rivière du Lauzon ou la rivière elle-même qui aurait été canalisée. Les canaux secondaires retrouvés sur l’ensemble du site, moins larges et peu profonds, présentent un faciès moins atypique.

279La position topographique du site occupe un contexte de plaine avec un pendage quasi inexistant. Il est donc délicat de le comparer aux sites où se pratique une irrigation gravitaire comme dans les fonds de vallée et les coteaux des zones semi-arides du bassin méditerranéen. Il est difficile de savoir comment l’irrigation des champs s’effectuait. Les canaux retrouvés en fouille sont la plupart du temps arasés nous empêchant de connaître leur position par rapport aux champs qu’ils irriguaient. La présence de limons-sableux de part et d’autre de certains canaux secondaires peut évoquer des pratiques de limonages et témoigner d’une irrigation par submersion des parcelles. Ces pratiques sont attestées, sur cette même zone, dans les textes d’archives du XIXe siècle.

280Ce texte illustre le rôle que jouent la mayre Sableuse et la mayre Neuve, qui traversent ou bordent le site des Bartras, pour l’arrosage des terres

« … Les propriétaires riverains non contents d’avoir détruit les chaussées qui devaient contenir les eaux de cette maire enfreignent nos règlements d’une manière encore plus fâcheuse pour le quartier en faisant répandre dans leur terres les eaux qui coulent dans cette maire qui bonifient à la vérité leur propriétés par le crément qu’elles laissent mais qui ruinent les terres intérieures dans lesquelles elles filtrent après avoir comblé les fossés maitres et particuliers.

Nous avons retrouvé le même arbitraire en tête de la maire neuve ici comme la maire sableuse on crève les chaussées à bras d’homme pour faire répandre les eaux dans les terres mais comme on ne prend aucune mesure pour maitriser une masse d’eau imprévue il arrive que les cours des chaussées sont endommagées au point qu’on vient vous demander des nouveaux impôts pour les réparer et comment sont-elles réparées ? de manière qu’a la première inondation ou avec un travail facile les eaux puissent recommencer à couler sur les terres. » (Archives de Bollène 5Z3, 1824, mairie de Bollène).

281Dans la zone sud du site des Bartras, un canal (F.1), peut-être d’origine antique, et fonctionnant encore au XIXe siècle, présente un système de prise d’eau à sa jonction avec un canal secondaire (F.3). Cet aménagement correspond à un rétrécissement du fossé qui se transforme en un petit canal étroit et peu profond sur environ 50 cm de long qui se raccorde au fossé F. 3. On peut imaginer que cette prise d’eau pouvait être bouchée ou ouverte par une martelière en matériau périssable. Les textes modernes mentionnent des systèmes assez sophistiqués de canaux d’arrosage avec des écluses et des vannes dans l’ensemble de la plaine du Tricastin.

« Arrest du conseil du Roy, Concernant le recreusement du lit de la rivière Lauzon en 1744, dans lequel on apprend comment le nouveau canal sera creusé, les aménagements qui seront effectués et comment et à quelle période il servira à l’arrosage des terres riveraines. »
« … 6°/Ladite communauté de Bollène s’obligera de faire à ses dépens
un canal depuis le pont de Ravrenche jusqu’au Lez, pour y dériver les eaux du Lauzon, suivant le devis qu’en donnera le Sr Causan, dont la largeur sera proportionnée au volume d’eau que contient à cet endroit le Lauzon et à la pente qu’il y aura jusqu’à la rivière du Lez en faisant à l’endoit de cette coupure deux martellières en maçonnerie, l’une au canal actuel du Lauzon qui sera fermée en hiver et dans les temps des orages en été, pour contenir dans le nouveau canal les eaux qui se rendront au Lez, et l’autre dans le canal projeté pour retenir dans le canal actuel du Lauzon les eaux vives pour les arrosages des fonds voisins, au moyen d’une vanne dont la hauteur sera proportionnée et que ladite communauté sera obligée de faire ôter dès que les temps des arrosages aura fini et lorsqu’en été on sera menacé d’un orage afin de laisser couler sans obstacle ces eaux du côté du Lez et en ouvrant la martellière d’un de ces canaux on fermera l’autre : et afin que cet ordre soit exactement observé pour ne pas priver d’arrosage les particuliers qui ont droit à ces eaux, la communauté de Bollène fera mettre des cadenats aux vannes de ces martellières dont elle confiera les clefs à quelque particulier voisin de ce pont de Ravrenche pour en faire usage dans les cas ci-dessus énoncés. » (Archives de Bollène C 281/6, mairie de Bollène)

282L’approvisionnement en eau durant les périodes estivales pose néanmoins quelques questions. En effet, le débit du Lauzon en été ne correspond qu’à un mince filet d’eau qui ne peut suffire à l’irrigation des terres de la plaine. Il faut donc envisager un système de retenue d’eau qui permette l’irrigation des cultures durant ces périodes d’assèchement de la rivière.

Conclusion

283Même si le réseau fossoyé des Bartras apparaît comme atypique par rapport aux schémas des parcellaires irrigués que l’on connaît dans des régions plus méditerranéennes (péninsule Ibérique, Afrique du Nord, Moyen-Orient), il semble qu’il faille bien parler de système d’irrigation antique pour ce site. Certaines questions sur son fonctionnement restent néanmoins en suspens (origine de l’eau durant les périodes estivales, écoulement des eaux dans les parcelles…), mais la démonstration sur l’apport allochtone des sédiments et l’identification de phases de fonctionnement distinctes reconnaissables dans l’ensemble des structures fossoyées du site permettent d’assurer à la fois le sens de circulation des eaux et le caractère récurrent de cette opération. Ainsi les eaux s’écoulent depuis un collecteur principal (une dérivation du Lauzon ou le Lauzon lui-même) vers des canaux secondaires, attestant, par-là même, le schéma de hiérarchisation d’un système d’irrigation plutôt que celui d’un drainage.

284D’autres canaux d’amenée d’eaux d’époque romaine (Mondragon, Les Brassières), mais également moderne (Pierrelatte, Les Malalones), ont été mis en évidence lors des sondages archéologiques effectués en Tricastin au cours de l’opération TGV-Méditerranée. Néanmoins, il s’agit de fossés isolés, et seul le site des Bartras montre un fonctionnement en réseau.

4.3.3. Les aplanissements ponctuels

285Les multiples études géoarchéologiques réalisées dans la moyenne vallée du Rhône (Berger et Brochier 2006) mettent en évidence la paléotopographie qui régissait la basse plaine alluviale du Rhône. Si cette unité, à l’heure actuelle, nous paraît plane et homogène, les terrasses pléistocènes présentent, durant le Tardiglaciaire, un relief vallonné rythmé par des chenalisations plus ou moins prononcées. Au Néolithique, ce relief est encore sensible (avec 1 à 3 m d’amplitude) et a joué un rôle important concernant la taphonomie des sites de cette période. Ce paléorelief s’atténue durant la Préhistoire récente et la Protohistoire avec le colmatage progressif de ces talwegs, même si on note parfois des reprises de l’activité de ces chenaux en voie de comblement. Un léger relief subsiste donc au début de la période historique avec des amplitudes faibles, de l’ordre de 0,50 m à 1 m (Brochier 1997).

286Les observations réalisées par Jacques-Léopold Brochier sur différents secteurs du Tricastin permettent d’attester l’existence de ce paléorelief durant les périodes historiques et d’identifier des travaux d’aplanissements localisés de ces surfaces déprimées au cours de l’Antiquité et du Moyen Âge (Brochier 1997 ; Brochier in Berger et al. 1997b).

287Sur le site du Gournier (commune de Montélimar : fouille d’A. Beeching), l’analyse des séquences sédimentaires des 84 tranchées réalisées sur 100 hectares montre la volonté de l’homme au cours de l’Antiquité et du Moyen Âge de combler rapidement les zones basses, en arasant la partie supérieure des buttes en relief. Les remblais de terre issus du nivellement des points hauts sont déposés sur le tombant de la terrasse rhodanienne ce qui permet de gagner, d’après les calculs effectués par Jacques-Léopold Brochier, 2 hectares de terrain cultivable.

288Le site de Pierrelatte-L’Espitalet, étudié sur une superficie de 30 hectares (Savino 1995 ; 2002), montre une paléotopographie proche de celle du Gournier, avec un système de talwegs formant une surface en forme de tôle ondulée. L’une des zones dépressionnaires identifiées sur le site correspond à une incision récente, protohistorique ou du début de l’Antiquité qui forme une chenalisation d’une trentaine de mètres, sur une profondeur de 0,80 m. Ce secteur est remblayé en plusieurs phases (fig. 87). J.-L. Brochier résume ces étapes de cette manière :

« Après des aménagements du fond, discrets et hypothétiques, destinés à l’écoulement de l’eau, son comblement est décidé. Il consiste d’abord en l’apport de graviers et sables du substrat alluvial, dont le rôle, à la base, pourrait être l’amélioration du drainage. Le nivellement final est obtenu par l’apport brutal d’un matériel plus hétérogène et mélangé, provenant essentiellement de l’arasement des buttes latérales de graviers. Ce matériel limono-argileux brun, graveleux, remanié, porte des traces de pédogenèse, et se trouve être meilleur pour l’agriculture que le matériel sous-jacent. Les restes de tegulae et de tessons épars qui s’y rencontrent évoquent des amendements. Ils appartiennent au Ier siècle ap. J.-C. L’hypothèse d’un dépôt secondaire de ces vestiges avec les terres déportées ne pouvant être exclue, cette datation ne peut être considérée que comme un terminus ante quem, pour cette opération d’aménagement agricole » (Brochier in Berger et al. 1997b).

Fig. 87 - Pierrelatte, L'Espitalet. Remblaiements anthropiques antiques (Brochier 1997).

289On peut néanmoins rapprocher ces travaux de nivellement du terrain avec l’implantation dans le secteur nord de la zone d’un établissement rural du Ier siècle de notre ère qui jouxte le 11e decumanus (DD XI) du réseau B d’Orange et reprend son orientation. On voit à travers cet exemple la pratique du drainage, de bonification et d’amendement des terres, dans le cadre de la mise en place du réseau centurié.

290Ces deux exemples observés dans le Tricastin, mais qui ne sont pas isolés en moyenne vallée du Rhône (cf. les autres exemples dans le valentinois, Brochier 1997), montrent l’importance de certains travaux agricoles afin d’améliorer les surfaces cultivées et de bonifier les sols de cultures. Dans notre aire d’étude, on peut se demander si ces aménagements, qui semblent datés de l’Antiquité, ne sont pas en lien direct avec le travail de planification et de distribution des terres lié à la mise en place du réseau centurié.

4.4. L’espace agricole

291La production agricole, majoritairement attestée par l’archéologie, dans le cadre du réseau centurié B d’Orange, est sans aucun doute la viticulture. Les aménagements spécifiques liés à la transformation du raisin ou la mise en évidence de vignes sont en effet relativement aisés à mettre en évidence lors d’investigations archéologiques. En revanche, la céréaliculture reste plus discrète et l’oléiculture est rarement attestée en Tricastin, par les analyses polliniques. Ces deux dernières activités sont uniquement renseignées par les analyses paléobotaniques réalisées dans les remplissages des fossés centuriés.

  • 21 Les éléments rapportés ici sont en grande partie issus d’un article paru dans le n° 58 de Gallia, d (...)

292Le dossier sur l’espace cultivé présenté ici est donc quelque peu disproportionné avec une large part à la viticulture mieux documentée par de nombreuses occurrences21.

4.4.1. Les centres de production et de transformation viticole

293Plusieurs sites présentant des vestiges d’activités vitivinicoles ont été identifiés dans la plaine du Tricastin (fig. 88). Nous avons choisi de présenter plus particulièrement trois d’entre eux qui correspondent à des établissements de tailles et de niveaux d’activité très différents illustrant par-là même le panel d’infrastructures qui existe dans cette région.

Fig. 88 - Localisation des sites viticoles et des plantations de vignes antiques du Tricastin (Jung, Odiot et al. 2001).

4.4.1.1. La villa de Donzère, le Molard

294La villa du Molard est le plus grand centre de transformation viticole, mis au jour en Tricastin et compte parmi les plus importants de Narbonnaise (fig. 89). Elle est implantée à 15 km au nord-ouest d’Augusta Tricastinorum (Saint-Paul-Trois-Châteaux). Elle est située à proximité de l’agglomération antique de Donzère implantée au bord du Rhône à un point de rupture de charge. Celle-ci devait probablement être dotée d’un port dès la période romaine même s’il n’est mentionné pour la première fois qu’en 840.

Fig. 89 - Plan de la villa du Molard à Donzère (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).

295Les premières traces d’occupation relevées sur le site sont datées de la période augustéenne sans que l’on sache la destination des architectures (Odiot 1996). C’est au milieu du Ier siècle qu’est construit un ensemble de bâtiments, formant une villa d’une superficie de 10 000 m2. Ces bâtiments ont été construits en une seule phase, selon un programme architectural homogène. La totale symétrie du plan et l’utilisation de modules systématiques garantissaient aux utilisateurs des axes de circulation et une bonne organisation des espaces de travail.

296Les bâtiments sont divisés en deux parties (fig. 90) :

  • Au nord deux blocs (T, E, O) encadrent symétriquement un grand entrepôt (pièces F) bordée d’une galerie (G) : il s’agit de la pars rustica.

  • Au sud, séparé de la partie nord de la villa par une grande cour rectangulaire (H), un ensemble de bâtiments (B, C, A) moins bien conservés s’organise, lui aussi, de façon symétrique autour d’une cour et pourrait être interprété comme la pars urbana. Toutefois, l’absence de sols conservés ne permet qu’une interprétation architecturale. La totalité des bâtiments, situés dans la partie nord du site, est interprétable (aires de pressurage, cellier, galeries de circulation, cour, fontaines et systèmes de gardiennage (cf. infra). En revanche, les logements de la familia, les écuries, étables, râteliers, greniers pour les récoltes des cultures fourragères et vivrières, etc., restent à localiser. La partie sud du site pourrait, par son organisation, remplir cette fonction.

Fig. 90 - Plan de la villa du Faÿn à Roussas (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).

297Les chemins d’accès au site confirment cette organisation bipolaire. Au sud, deux petites habitations filtrent le double accès à la pars urbana, tandis qu’au nord, le double accès au cellier est fermé par de lourds vantaux. Cette surveillance des circulations dans la villa et l’isolement du cellier par rapport à la pars urbana renforcent une impression de système très hiérarchisé (cf. infra).

Le cellier

298Le cellier correspond à un grand bâtiment rectangulaire de 67,5 m de long sur 14,90 m de côté. Il est séparé en deux travées symétriques par un mur central porteur de dés de pierre du Midi, espacés de 3,50 m chacun. Chaque dé supportait une colonne en pierre du Midi d’un diamètre de 0,90 m.

299Une couche d’argile épaisse nivelle le fond des terrassements et sert d’assise à l’installation des dolia. Ceux-ci sont alignés, à raison de trois rangées par travée, permettant ainsi d’installer 200 dolia au total dans le cellier. Seuls cinq dolia ont été retrouvés in situ dans la partie fouillée. Mais le décapage de la couche d’argile leur servant d’assise a permis de restituer leur agencement dans le cellier. Après l’installation des dolia, l’ensemble du cellier a été remblayé de façon à ce que les sols de circulation (constitués de terrazzo) arrivent aux trois quarts de la hauteur des vases. Entre chaque travée de dolia, un espacement d’environ 0,30 m permettait une circulation entre les ouvertures des vases. Dans l’axe central, de part et d’autre de la colonnade, tout comme aux extrémités est et ouest, une banquette large de 2 m assurait un espace de travail et de circulation. Ce n’est qu’après ces étapes du chantier que l’on a construit les murs et la toiture. Les murs étaient recouverts par un enduit mural rouge en plinthes, hautes de 0,80 m, et uniformément blanc en élévation. Si le cellier semble ne pas avoir eu d’ouverture de plain-pied au nord, trois ouvertures, au minimum, donnant sur la galerie, sont restituables sur le côté sud du bâtiment. À l’est et à l’ouest, les fouloirs dominent le cellier et ouvrent l’espace vers les pressoirs.

300La capacité de stockage de ce chai est à souligner. Peu d’établissements en Narbonnaise présentent ce potentiel. On peut citer en Languedoc la villa de Vareilles à Paulhan (34) qui comporterait 350 dolia (Mauné 2003) ou celle de la Domergue à Sauvian (34) qui pourraient en accueillir 250, répartis dans trois chais (Buffat et Pellecuer 2001). On est donc en présence d’une exploitation à la production exceptionnelle.

Les dolia

301Les mesures effectuées sur les dolia permettent de restituer leur taille et leur capacité comprise entre 1 200 et 1 500 litres. Une série d’inscriptions en urnae imprimées sur les rebords de ces dolia avant cuisson, corroborent ces estimations (XCV : = 95 urnae et 2/12, soit 1 244,7 l). La capacité maximale du cellier devait donc avoisiner 2 500 hectolitres. Par ailleurs, l’analyse par chromatographie en phase gazeuse effectuée par Françoise Formenti (Laboratoire de Chimie Analytique et Industrielle, CPE Lyon) sur les dépôts noirs reconnus sur la partie interne des dolia atteste la présence de résine et de poix. Ces éléments et l’organisation générale du site permettent avec certitude de confirmer la fonction vinicole du site.

Le fouloir et les pressoirs

302De part et d’autre du cellier, sur ses côtés est et ouest, se trouvent deux structures symétriques très arasées. Un espace central (fouloir), long de 8,80 m et large de 2,10 m, est flanqué au nord et au sud d’une cuve latérale carrée (lacus) de 2,10 m de côté. Le sol est constitué par une couche de mortier de tuileau reposant sur un lit de galets damés sur un niveau d’argile. Le fouloir est, mieux conservé, gardait sur les parois de la cuve des traces de mortier de tuileau. Les fouloirs dominaient le cellier comme le préconisera plus tard Palladius (I, XVIII). De part et d’autre du cellier, les pièces E et O abritaient quatre pressoirs de type catonien (Brun 1986) dont le sol était constitué de terrazzo. Au sud de ces pièces, huit cuves desservant les pressoirs recueillaient le jus de presse.

La cour agricole

303Au sud du cellier, une galerie ouvre sur une grande cour rectangulaire. Sur les petits côtés, deux abreuvoirs sont les seules traces d’alimentation en eau du site. Au moins deux portes charretières donnent accès à l’extérieur du site et une porte centrale permettait d’accéder directement de la cour vers les bâtiments de la pars urbana.

La partie sud

304Elle est constituée de deux bâtiments en « L » symétriquement inversés. L’aile ouest est composée d’une série de six pièces construites d’un seul tenant, subdivisant un corps de bâtiment, long de 40 m et large de 10. La fonction des pièces reste impossible à déterminer. Tout au plus l’étroitesse de la pièce 24, qui pourrait correspondre aux fondations d’un escalier, laisse penser que le bâtiment comportait un étage. Au sud, une cave s’inscrit dans le retour vers l’est du bâtiment.

  • 22 La collecte, en prospection, dans le secteur non fouillé, de tubuli d’hypocauste ne prouve pas non (...)

305Bien isolés de la partie vinicole du site (par une série de portes et de systèmes de gardiennage), les bâtiments sud de la villa restent difficiles à interpréter. Rien ne prouve que la maison du maître22 puisse se trouver dans cet ensemble. Celle-ci pouvait être à proximité, dans l’agglomération de Donzère, à Saint-Paul-Trois-Châteaux ou dans une autre capitale. L’absence de pars urbana de grande superficie et agrémentée de signes luxueux de richesse (bassin, marbres rares, importation, mosaïques et autres matériaux précieux) comme on aurait pu l’attendre, peut traduire le rôle particulier du site.

Nature du site

306La proximité du cours du Rhône permet de l’interpréter comme un centre de production tourné directement vers l’exportation (Tchernia 1986). Le site du Molard est contemporain de la phase de multiplication des ateliers d’amphores gauloises en Narbonnaise, datés du milieu du Ier siècle (Tchernia 1986). Il n’est donc pas surprenant qu’un gros investisseur cherchant un profit sur ce marché en plein développement s’installe dans la région à proximité d’un point de rupture de charge sur le Rhône. En ce qui concerne la durée du fonctionnement vinicole du site, le matériel céramique retrouvé dans les niveaux de destruction permet d’affirmer que, dans le dernier tiers du IIe siècle, l’établissement connaît d’importantes modifications. Au sud, la cave est remblayée avec de nombreux fragments d’architecture, montrant que des murs et des toitures sont détruits. Dans le cellier, les dolia sont récupérés et certains sont cassés au moment de cette récupération. L’ensemble du cellier est ensuite nivelé pour laisser place à un sol qui sera occupé durant l’Antiquité tardive. Cette destruction du cellier est contemporaine d’une phase de rétraction des indices de la viticulture dans le Tricastin (cf. infra).

4.4.1.2. La villa du Faÿn (fig. 90)

307En 1994, une série de sondages a mis au jour le plan partiel d’une villa vinicole sur 2 500 m2 (Seris 1996).

308Elle est implantée sur une terrasse artificielle de 6 000 m2 et s’inscrit au centre de la centurie DD XXIV CK V du réseau B d’Orange. Au sud, en contrebas des structures archéologiques, subsistent les ruines de la ferme du Fay, mentionnée sur la carte de Cassini. La villa vinicole fut probablement construite à la fin du Ier siècle et abandonnée à la fin du IIe siècle ou au début du IIIe siècle. Une réoccupation sporadique est attestée au IVe siècle.

309Une occupation antérieure du début du Ier siècle ap. J.-C. a été mise au jour sans que l’on puisse être plus précis.

  • 23 L’analyse par F. Formenti (C.P.E. Lyon) n’a pas révélé la présence d’acide gras.

310Une salle de 47,50 m x 12,30 m abritant des dolia, et dont le mur nord est rythmé par dix contreforts, est interprétée comme un cellier. La quasi-totalité des dolia a disparu. Seul le fond de l’un d’entre eux a pu être localisé in situ23 et le quart d’un col de dolium a été trouvé en surface, à l’emplacement d’une fosse. Ces vestiges attestent une vaine tentative de récupération lors de l’abandon du cellier. La superficie de la pièce (584 m2) permet cependant d’estimer un espace pouvant recevoir plus de 100 dolia et de caractériser un établissement dédié à une production vinicole, de bonne envergure.

311En retour d’aile, à l’est du cellier, un ensemble de structures rectangulaires et carrées rappellent des emplacements de cuves, mais aucun élément archéologique ne permet de les identifier comme tel. Enfin, du fait de l’état d’arasement du site, les sondages n’ont pas permis de mettre en évidence les structures de pressurage et de foulage.

312Au sud du cellier, une série de murs est édifiée au milieu du IIe siècle ap J.-C. Le fort pendage N.-E./S.-O. implique une construction en terrasse du bâti qui vient s’appuyer sur la terrasse du Quaternaire. Une pièce au sol de terrazzo vient s’accoler au nord-ouest des structures rectangulaires précédentes, mais selon une orientation différente. Ses murs sont recouverts d’un enduit peint de couleur rouge. La présence de ce sol construit et des peintures murales pourrait désigner le secteur d’habitat. Cependant, ces indices sont insuffisants pour une telle identification. Comme on l’a vu sur le site du Molard, il existe des pièces à vocation agricole recouvertes d’enduits peints.

4.4.1.3. Le site de Malataverne, Termini

313En 1968, lors de la construction de l’autoroute A7, Claude Latarche est intervenu pour assurer le dégagement d’une partie d’un édifice gallo-romain (Boucher 1971). Les vestiges situés à proximité de la voie d’Agrippa, à son franchissement de la Riaille (fig. 91), couvrent une superficie de 176 m2, qui ne représentent qu’une partie des bâtiments. La végétation et les remblais de l’autoroute rendent difficile une estimation de la surface totale du site et les observations rapides qui ont pu être faites sur les vestiges, posent le problème du statut de cet établissement.

Fig. 91 - Plan de la villa de l’établissement de Termini, à Malataverne (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).
1 : Impluvium (transformé en citerne).
2 : Citerne intermédiaire.
3 : Petite citerne.
4 : Dolium.
5 : Pierre du dolium.
6 : Pièce pavée de mosaïques avec cercle central.
7 : Entrée par escalier accédant au perron.
8 : Glacis de mortier (recouvrant d'autres mosaïques).
9 : Mur de soutènement de la cave.
10 : Contrefort au bas du mur nord.
11 : Conduites en tuiles creuses traversant le mur vers la citerne.

Plan du bâtiment

314Les bâtiments dégagés sont constitués d’une pièce principale de 63 m2 (8 sur le plan), interprétable comme un fouloir avec sa cuve de recueil dont le fond est à 1, 20 m en dessous de la margelle. La pièce 6 correspond à un pressoir avec ses cuves (n° 1 et 2 sur le plan) et il faut probablement localiser la salle de manœuvre à l’ouest des cuves. Il existait une troisième cuve reliée à la cuve 2 par un caniveau de pierre muni d’une plaque de plomb. Au sud de ces structures de transformation, un chai a été partiellement dégagé dans lequel un dolium a été dégagé (n° 4 sur le plan). Sa capacité a été estimée par H. Latarche à environ 1 700 litres. Les parois de cette jarre étaient recouvertes de poix, ce qui permit au fouilleur d’envisager une fonction viticole pour le site. À proximité du dolium, le bloc de pierre 5 pourrait correspondre à un pilier. Un escalier (n° 7 sur le plan) permettait d’accéder à d’autres constructions situées en contrebas.

315Le sol du fouloir était recouvert de mosaïques et présentait une légère pente. Dans l’angle sud-est de cet espace était installée une pièce carrée de 3, 40 m de côté. Son sol « est orné d’une mosaïque faite de cubes bleuâtres disposés autour d’un tapis central circulaire (diamètre 1,9 m) de cubes blancs » (Leglay 1971). Dans un deuxième temps, les mosaïques sont recouvertes d’une chape de mortier de tuileau.

Datation des structures

316Les deux phases décrites correspondent sûrement à des réfections de l’édifice au cours de son utilisation, mais pas forcément à une transformation radicale de sa fonction. Il semble que, durant les deux périodes décrites, les bâtiments dégagés aient eu une vocation viticole. Durant la première phase, la petite pièce mosaïquée peut correspondre à un pressoir. Durant la deuxième phase, les trois cuves ont pu remplir la même fonction.

317La datation de cet édifice reste incertaine : le matériel que nous avons pu observer recouvre une tranche chronologique allant du début de l’ère au IIIe siècle sans qu’il soit possible de mettre en relation une phase chronologique précise avec un état du bâtiment. Il est donc impossible de confirmer les datations proposées par le fouilleur qui pensait que l’état viticole de la villa de Malataverne datait du IIIe siècle. Une datation plus haute serait tout à fait envisageable.

4.4.1.4. Autres établissements viticoles

318Trois autres sites fouillés peuvent correspondre à des installations viticoles.

319L’établissement de Saint Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux (fouille de Thierry Odiot : Bel, Bois et Odiot 1992 : 115-132 ; Lert et al. 2009 : 151) a livré les vestiges de bassins enduits de mortier hydraulique. Le bâtiment initial se développe sur 66,80 m de long et 16 m de large. Il est subdivisé en 4 espaces. La pièce centrale de 38,20 m de long est flanquée à l’ouest de deux bassins également attenants à une plus petite pièce. Ces vestiges pourraient refléter l’espace de pressurage et le chai.

320À Lapalud, Les Girardes, les probables vestiges d’un pressoir ont été découverts (Boissinot et Roger 2003). Cet établissement se trouve à proximité d’un vaste vignoble attesté par les fouilles (cf. infra).

321À Pierrelatte, les Malalones, un établissement agricole se développe au cours du Ier et du IIe siècles. Il est restructuré au IIIe siècle et abandonné à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle (Henry et Linossier 1997 : 100 ; Henry 2002). Éric Henry a mis en évidence des socles de construction qui pourraient correspondre à des bases de pressoir, mais il reste prudent sur cette identification, n’ayant pas trouvé d’autres indices qui attesteraient de façon définitive une production viticole (zone de stockage, fouloirs…).

4.4.1.5. Les autres indices de présence de la viticulture

Les données des prospections archéologiques

322Lors des prospections pédestres systématiques réalisées dans la plaine de Pierrelatte et dans le sud du bassin de Montélimar, sept sites ont livré des fragments de dolia en quantité importante. Ceux-ci peuvent illustrer un lieu de stockage probablement lié à la production de vin (fig. 92). Sur les sites de Sainte-Foy, à Pierrelatte, et de Ceras, à Chantemerle-les-Grignan, les éléments de dolia sont associés à des morceaux de béton de tuileau qui peuvent correspondre à des éléments de bassins. Les bassins qui ont été dégagés à Céras ont le même module que ceux qui étaient au débouché de l’écoulement des pressoirs de la villa du Molard.

Fig. 92 - Inscriptions sur bord de dolium « XCIIS ► (92 1/2) » (Jung, Odiot et al. 2001).

Les inscriptions sur bords de dolia

323Les inscriptions de contenance sur les bords de dolia avant cuisson retrouvées à la villa du Molard méritent d’être soulignées. Une des particularités de ce site est d’avoir livré des dolia portant (pour certains) des indications de capacité en urnae, inscrites avant cuisson sur les lèvres des vases. Un diagnostic de l’INRAP a permis de retrouver de nouvelles inscriptions (information C. Ronco, INRAP). Ces marques de capacité se retrouvent dans quelques sites du département mais ne semblent pas utilisées en Ardèche ou dans le nord Vaucluse. Parmi les inscriptions similaires on notera : à Montélimar, rue Chatrouse, une lèvre de dolium (31 x 18 m ; épaisseur 10 cm) porte la marque X (Fl. Valentin, Bull. Épig. Gaule II, 1882 : 259) et, à Saint-Gervais-sur-Roubion, quatre bords inscrits : inscription incomplète :…] X [… ; XLIIS (42 semis) ; XLIII ; inscription incomplète :…] XLV [… (CIL XII, 5684, 3).

324Ces observations demeurent très rares en Narbonnaise. Récemment, on a retrouvé ce même type de marques en Languedoc sur l’établissement de Montferrier, à Tourbes, mais celles-ci seraient destinées à compter des muids de blé (Compan 2011). L’impression avant cuisson de la capacité demande une parfaite maîtrise du façonnage, une grande connaissance de l’argile utilisée et de la cuisson.

  • 24 Dans le cadre d’une bonne gestion du stock, il est nécessaire d’en connaître la capacité exacte. De (...)

325Ces inscriptions peuvent également être interprétées comme la marque d’une viticulture particulière. Leur présence, à une faible distance de la vallée du Rhône et dans un secteur restreint, pourrait être directement liée à un type d’exploitation tournée vers l’exportation24. Quoi qu’il en soit, le savoir-faire demandé pour ce type de production et, en conséquence, le coût de la mise en œuvre d’un cellier aussi grand que celui du Molard, impliquent une fortune importante du commanditaire et également une production de masse tournée vers l’exportation.

4.4.2. Terroirs et façons culturales

326Malgré le nombre restreint des exploitations viticoles antiques connues en Tricastin, les données recueillies sur ces établissements apparaissent exceptionnelles. Par ailleurs, la mise en évidence d’un grand nombre de fosses de plantation de vigne dans la plaine de Pierrelatte vient confirmer et étoffer l’impression d’une viticulture intensive dans cette région (fig. 93). En effet, les travaux archéologiques réalisés dans le cadre du TGV-Méditerranée ont permis de reconnaître, sur des dizaines d’hectares, des fosses de plantations de vigne, structures désormais bien connues dans toute la Narbonnaise (Boissinot 1997 et 2001 ; Monteil et al. 1999 ; Pomarèdes et al. 2005). De plus, les analyses paléoenvironnementales réalisées sur le remplissage des fossés de la centuriation B d’Orange ont également mis en évidence l’extension de cette culture (Berger et Jung dir. 1999 ; Jung 1999).

Fig. 93 - Localisation des traces de plantation mises en évidence au cours des sondages et des évaluations lors des opérations du TGV-Méditerranée.
Source IGN France orthophotographie 84-2005 (0785-1925, 0785-1930, 0790-1925 et 0790-1930, Jung, Sarazin del).

4.4.2.1. Les fosses de plantation

327Les tranchées systématiques réalisées lors des travaux du TGV-Méditerranée ont mis en évidence une série presque ininterrompue de fosses de plantation de forme carrée sur la commune de Lapalud (Vaucluse). Dans ces sondages, les fosses de plantation sont datées de l’époque romaine sans plus de précision (Alfonso et al. 1996). Les fenêtres sur lesquelles des études approfondies ont été réalisées (sites des Girardes et des Devès) permettent de les dater entre la fin du Ier siècle av. J.-C et la fin du Ier siècle ap. J.-C. (Boissinot et Roger 2003 ; Gelot 1996 ; Berger et Jung dir. 1999 ; Jung 1999).

328Ces fosses présentent un module régulier. De forme carrée, elles mesurent entre 0,60 et 0,70 m de côté et sont espacées de 1 m environ. Elles ont été retrouvées sur 2 km de tranchée, de manière presque systématique dans chacun des sondages réalisés tous les 35 m (fig. 93). Cette bande d’investigation sur près de 100 m de large représente un vignoble attesté sur 200 hectares environ, orienté selon la centuriation B d’Orange. Il est cependant impossible de savoir si l’ensemble de ces plantations est contemporain ou s’il correspond à des vignobles successifs. Les données recueillies lors des fouilles sur ces secteurs donnent des réponses différentes. Ainsi, sur le site des Girardes, la plantation de 15 hectares mise en évidence lors d’un décapage étendu (Boissinot et Roger 2003), n’était initialement pas morcelée, les fossés étudiés se surimposant aux fosses de plantation (Berger et Jung dir. 1999) (fig. 94). En revanche, le site des Devès (Gelot 1996) montre deux plantations successives sur une superficie de 2 000 m2 (fig. 95). La première, dans la partie nord du site, est mise en culture au cours de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. ; elle est abandonnée au début du Ier siècle ap. J.-C. La deuxième parcelle est exploitée dans le courant du Ier siècle ap. J.-C (Jung 1999).

Fig. 94 - Photographie du vignoble des Girardes (Boissinot 1997).

Fig. 95 - Le vignoble des Devès (Lapalud 84) (Gelot 1996).

329Cette forme de plantation de vignoble (fosses carrées) est spécifique à cette partie de la vallée du Rhône. En effet, les plantations retrouvées en Narbonnaise, de façon désormais récurrente, se présentent généralement sous la forme de fosses allongées de type alvei ou de tranchées de défonçage. Les fosses de vigne carrées retrouvées systématiquement dans la plaine du Tricastin illustrent une pratique culturale particulière pour l’implantation du vignoble. De rares exemples en Languedoc peuvent se rapprocher de ce mode de plantation. Il s’agit des plantations découvertes à Montpellier, sur le site des Cauquillous (fouille de Laurent Sauvage : Sauvage 1998) où des fosses ramassées, plus ou moins circulaires (entre 0,30 et 0,50 m de diamètre), pourraient s’apparenter à celles du Tricastin. L’autre exemple concerne les fouilles du Mas de Vignole IV, à Nîmes (fouille de Luc Jallot : Jallot dir. 2004), où des fosses plus ou moins quadrangulaires présentent un module et un espacement proches des exemples rhodaniens. L’ensemble est en revanche mal daté.

330Les sondages du TGV-Méditerranée ont également montré la présence de probables plantations de vignes sur le site des Malalones, à Pierrelatte près de l’établissement vinicole de Surel (Ferber et Ronco 1996 ; Jung 1999) (fig. 88). Ces fosses carrées, présentant un module d’un mètre de côté, sont espacées d’un mètre environ et sont, elles aussi, orientées selon la centuriation B d’Orange. Un fragment de dolium et de la céramique commune claire ont été retrouvés dans le remplissage de ces structures et du matériel du Bas- Empire a été mis en évidence dans le niveau de sol associé à ces fosses (Ferber et Ronco 1996 : 47). Même si ces fosses sont plus grandes que celles retrouvées sur les sites des Girardes et des Devès, leur espacement paraît trop réduit pour qu’il puisse s’agir d’un verger.

4.4.2.2. Les données paléobotaniques mettant en évidence la culture de la vigne

  • 25 Ces analyses, réalisées en 1996 et 1999, ont été prises en charge par les personnes suivantes : ana (...)

331Le cortège d’analyses paléoenvironnementales (anthracologie, palynologie, carpologie et malacologie25) qui a été effectué dans chacune des unités stratigraphiques constituant le remplissage des fossés du réseau centurié, a permis de caractériser plus précisément le milieu dans lequel s’inscrivent ces structures fossoyées. Les analyses aident également à reconstituer les paléovégétations, à reconnaître les types de cultures réalisées à proximité du fossé et également à identifier des variations paléohydrologiques et climatiques. Bien qu’il soit délicat d’échafauder des hypothèses sur la restitution des paléopaysages par le biais d’analyses paléoenvironnementales peu nombreuses, ou à partir d’échantillons trop pauvres, la confrontation d’informations issues de différentes analyses peut confirmer ou infirmer les hypothèses émises sur les paléomilieux et c’est ce que l’on a tenté de faire au cours de l’opération archéologique sur le réseau centurié.

4.4.2.3. Superficie du vignoble et taille des domaines

332Les travaux d’archéologie préventive ont permis de reconnaître les vestiges de plantations de vigne dans le sud de la plaine de Pierrelatte sur de grandes superficies (fig. 93). Certains secteurs, où des décapages extensifs ont été réalisés, permettent d’approcher ponctuellement la taille des parcelles plantées, mais les données demeurent très lacunaires. Les sites viticoles semblent se développer de manière synchrone avec l’extension maximale des fosses de plantations. Ces observations croisées illustrent la présence d’un grand vignoble dans la moyenne vallée du Rhône, au nord de la région où sont recensés les ateliers d’amphores liés aux domaines. Pour ce vignoble méconnu, il reste à aborder les problèmes des superficies des centres de production sans oublier la nature des cépages, le type de plantation, la qualité des sols et la durée de stockage dans le cellier.

4.4.2.4. Le rendement du vignoble

333Une première question porte sur le rendement de la vigne en hectolitres/hectare, dans ce secteur géographique. Les agronomes antiques proposent des réponses variées (fig. 96).

Fig. 96 - Rendements des vignobles d'après Varron et Columelle (Odiot).

334André Tchernia (Tchernia 1995) a fait le point sur la question et propose, comme calcul de base, une fourchette allant de 35 à 60 hectolitres/ha. Dans le cas du terroir du Molard, les textes fiscaux dans la région de Pierrelatte, pendant l’Ancien Régime, attestent un rendement entre 8 et 12 hl/ha (Peloux 1985). Cependant, il s’agit de chiffres réunis dans le cadre de mesures de taxation et qu’il faut peut-être majorer.

335Nous choisirons donc, pour calculer la superficie possible de terres plantées en vignes dans le cadre du domaine du Molard, une fourchette allant de 15 à 30 hl/ha. La capacité de stockage du cellier étant de l’ordre de 2 500 hl, le vignoble aurait donc une superficie maximum de 167 hectares et minimum de 71 ha. A. Tchernia propose pour le même vignoble une fourchette allant de 41,60 à 85,40 ha ce qui paraît parfaitement plausible.

4.4.2.5. Mode de plantation, sols et gestion du stock

  • 26 Rust., V, IV, 1 :... maxime probantur velut arbusculae brevi crure sine adminiculo per se stantes.

336L’estimation proposée n’est valable que si le type de plantation de la vigne correspond à l’un des types décrits par Columelle26, c’est-à-dire des ceps plantés avec un espacement de l’ordre de 3 pieds. Les données sur la densité des plantations, issues des fouilles archéologiques, semblent le confirmer.

337Il faut aussi évoquer le problème des types de sols cultivés. En effet, sur la plupart des sols alluviaux proches du Rhône, en zone parfois inondable, ou sur les sols hydromorphes de la vaste cuvette humide située à l’est de la plaine du Tricastin dans laquelle ont été repérées des fosses de plantation (site des Malalones), la vigne aura un rendement plus important que sur les coteaux ou sur les sols légers calcaires et peu profonds des plateaux. Le rendement peut ainsi passer de 1 à 3 en fonction de ces éléments naturels.

338Enfin, la gestion du stock et, par conséquent, le type même de la production (vin de qualité ou vin de qualité courante) induisent des superficies de vignoble différentes. Les vins de qualité étaient conservés plus longtemps en cuve que ceux de consommation courante. Le temps de fermentation allait de quelques semaines à plusieurs années (Varron, R., 1, 65 ; Caton, XIV, 11 ; Columelle, LIII, XXI, 6).

339L’ensemble de ces paramètres met en évidence la difficulté qu’il y a à proposer une superficie pour le vignoble d’un domaine. Si l’on peut émettre des hypothèses sur la superficie du terroir de la villa du Molard ou de celle du Faÿn, grâce à la connaissance de leur chai, il n’en va pas de même pour les autres exploitations tricastines. André Pelletier (Pelletier 1976) a proposé une superficie moyenne de 100 jugères (25 hectares) pour les exploitations du cadastre B d’Orange, mais en se fondant sur les seules superficies louées par la colonie. Compte tenu du caractère lacunaire des données fournies par les marbres d’Orange, de la taille des chais connus, on peut envisager des domaines dont la taille pourrait atteindre, voire dépasser, les 200 jugères de vignoble.

4.4.3. Commerce : axes et centres de consommation

340L’importance de la culture de la vigne dans cette région est illustrée par l’étendue des vignobles, les différents établissements viticoles reconnus et l’installation d’un chai d’une taille exceptionnelle. Ce développement pose le problème de l’insertion des domaines dans les réseaux de communication à petite, moyenne et grande échelle.

4.4.3.1. Insertion des établissements viticoles dans les réseaux de communication

341Les réseaux de communication en Tricastin durant l’Antiquité s’organisent à plusieurs échelles.

342L’échelle locale est constituée par une série de chemins s’inscrivant dans le cadre de la centuriation B d’Orange ou reliant directement les agglomérations secondaires entre elles. Ces itinéraires sont dédiés à la desserte des champs depuis les établissements ruraux et aux transports des personnes et des biens vers les agglomérations les plus proches.

343Grâce à une étude régressive et morphologique du réseau routier relevé sur les cartes topographiques et les photographies aériennes, on a pu mettre en évidence un réseau régional, constitué par une série de voies probablement antiques qui desservent les cités voisines (cf. chapitre 3).

344Enfin, au niveau provincial, deux grands axes permettent le commerce à grande distance. Il s’agit du Rhône et de la voie d’Agrippa (Jung et Odiot 1999 ; Jung 2009).

  • 27 Il faut cependant préciser que ce moyen de transport n’est assuré qu’en Italie et en Tarraconaise a (...)
  • 28 Montélimar. H. Desaye propose : — - / [—-Are] late nu-/ [merario, patr] ono eius-/ [dem corp (oris) (...)

345Dans le cas du domaine du Molard, sa situation géographique peut également illustrer son importance dans les relations économiques de la région. En effet, s’il est implanté à 3,5 km de la voie d’Agrippa, il se trouve en revanche le long d’un diverticulum de cette voie qui relie le Logis de Berre (Novem Craris, mutatio située sur la voie d’Agrippa) à l’habitat groupé de Donzère, avant de rejoindre la voie impériale à hauteur de Montélimar. Sa proximité immédiate de l’agglomération portuaire de Donzère permet en outre d’envisager un commerce fluvial des productions de la villa. Cette hypothèse s’accorderait tout à fait avec l’absence d’atelier d’amphores à proximité du site, qui pose problème pour envisager une exportation de masse. En effet, le transport fluvial pouvait s’effectuer, comme le transport maritime (Tchernia 1986), par bateaux-citernes chargés de dolia27 et les ateliers de mise en amphores pouvaient être fort éloignés. De plus, il faut envisager l’utilisation de tonneaux et d’outres dont les mentions régionales attestent l’existence. Ainsi, l’inscription de Montélimar (CIL XII, 174228), qui cite les utriculaires de Lyon et révèle des liens économiques entre les différentes agglomérations situées le long du Rhône, pourrait être versée à ce dossier (cf. aussi Verdin 2005).

346Dans la même logique, le monolithe réutilisé comme linteau sur la façade méridionale de la chapelle romane de Saint-Pierre de Colonzelle, est un élément méconnu (fig. 97). La scène représente une embarcation, lourdement chargée de trois amphores, d’au moins quatre tonneaux contenant chacun 1300 litres (Marlière 2002 : 177 ; 179) et d’un volumineux ballot. Il s’agit sans doute d’un fragment de monument funéraire (mausolée). Le type de représentation (scène commerciale) permet d’envisager que le défunt devait être membre d’une corporation de nautes.

Fig. 97 - Bas-relief de Saint Pierre de Colonzelle (Jung, Odiot et al. 2001).

347Les sites du Molard et de Sainte-Foy, à Pierrelatte, sont les plus proches du Rhône et des ports supposés. Les autres sites viticoles connus en Tricastin sont tous situés à proximité immédiate d’axes de communication locaux et régionaux. La plupart sont liés à la voie d’Agrippa ou à ses diverticules. Leur positionnement privilégié au sein d’un réseau de communications régionales peut indiquer l’importance de la production viticole en Tricastin et sa commercialisation. Dans le cas du Molard, la rationalisation des espaces de travail et la taille du cellier font penser à un grand domaine tourné vers la spéculation.

4.4.3.2. Commerce et centres de consommation

348Aucun texte mentionnant le vin de Narbonnaise ne cite le Tricastin. Les grands crus allobroges se situent à une centaine de kilomètres plus au nord et seul la carbunica, cépage helvien qui produit du raisin de table (Pline, XIV, 43), est proche géographiquement (Lauxerois 1983). L’absence de textes mentionnant un cru ou un cépage dans le Tricastin est contrebalancée par la relative abondance des vestiges archéologiques.

  • 29 Il faut cependant évoquer la présence d’un atelier proche de notre zone d’étude : dans la commune d (...)
  • 30 CIL XII, 2669. La dédicace funéraire retrouvée à Rochemaure sur la rive droite du Rhône, mentionne (...)

349De même, l’absence d’ateliers d’amphores en Tricastin29 reste à expliquer (lacunes des prospections, utilisation d’un autre contenant ?), mais les inscriptions de Montélimar et de Rochemaure30, en Helvie, à 15 km au nord de Viviers, attestent qu’une partie de la société de la moyenne vallée du Rhône s’est spécialisée dans le commerce. Les exportations de la capitale des Helviens et surtout les produits du cépage carbunica vitis jouent un rôle important dans l’activité commerciale de cette région (Lauxerois 1983 : 95). Les relations entre Alba et Lyon et les échanges commerciaux dans la vallée du Rhône sont largement favorisées par l’appartenance au conseil municipal d’Alba de Marcus Inthatius Vitalis, négociant en vin et membre, entre autres, de la corporation des nautes de la Saône. La présence de tonneliers, d’utriculaires, les sites de productions connus ou supposés, à proximité ou non loin du fleuve, ne permettent pas de déterminer avec certitude que la région était plus particulièrement orientée vers la viticulture. Toutefois, cette production est somme toute banale dans le contexte de la moyenne vallée du Rhône. Au nord, les Allobroges possèdent un grand cépage qui fait leur renommée et, si les cépages tricastins ne sont pas connus, leur culture intensive contribue à l’essor économique de la Narbonnaise.

350L’existence de grands domaines viticoles dans cette région ne doit pas faire oublier les cultures vivrières permettant la subsistance des cités et les productions laissant moins de traces facilement reconnaissables par l’archéologie, comme la céréaliculture, dont la pratique est clairement attestée au cours du Haut-Empire dans le sud du Tricastin par les analyses carpologiques et palynologiques (Berger et Jung dir. 1999).

351Le dossier sur la viticulture antique en Tricastin présente la particularité d’être documenté par un faisceau d’informations variées : archéologiques, paléobotaniques et iconographiques. L’ensemble de ces données souligne la place éminente de cette culture durant le Haut-Empire. Elle semble s’étendre sur l’ensemble de cette région comme le montre la répartition spatiale des établissements viticoles et les vestiges de plantation de vigne. Dès la période augustéenne et, surtout, dès le milieu du premier siècle de notre ère, la moyenne vallée du Rhône semble être un espace d’investissements spéculatifs. De riches propriétaires investissent dans la viticulture en plantant de vastes surfaces en vigne et en essaimant sur le territoire des villae spécialisées. Les hypothèses que l’on peut avoir sur les quantités produites indiquent une production probablement tournée vers l’exportation. Cependant, le fait qu’aucun atelier d’amphores soit pour le moment reconnu à proximité des sites viticoles laisse penser que le vin était exporté en vrac, sans soin particulier et devait probablement être de qualité moyenne, sinon médiocre.

4.4.4. La céréaliculture et les autres cultures identifiées

4.4.4.1. La céréaliculture

352Les résultats des analyses carpologiques, palynologiques et même anthracologiques, réalisées sur les prélèvements réalisés dans le remplissage des structures fossoyées liées au réseau B d’Orange et dans les paléosols associés, attestent la pratique d’une céréaliculture bien répandue dans l’ensemble de la plaine du Tricastin durant l’Antiquité. Les taxons de céréales ou de plantes adventices des cultures céréalières d’automne ont été retrouvés sur les sites de Lapalud, Les Girardes et Les Devès, de Mondragon, Les Brassières et Le Duc (Berger et Jung dir. 1999). Par ailleurs, les analyses palynologiques réalisées dans le sud de la Valdaine sur les formations pédosédimentaires et les sites des piémonts marneux montrent également la culture des céréales dans le courant du Ier siècle ap. J.-C. et le milieu du IIe siècle (Berger 1995 : 101).

4.4.4.2. Les autres plantes cultivées

353On note la présence de l’olivier autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Les analyses palynologiques réalisées sur le site de l’Esplan montrent que cet arbre est présent depuis les niveaux du Ier siècle av. J.-C. jusque dans le courant du Ier siècle ap. J.-C. On retrouve également des carporestes lors de la fouille de la nécropole du Valladas où des noyaux d’olives calcinés ont été recueillis dans plusieurs tombes de la fin du Ier siècle ap. J.-C. Enfin son bois a été utilisé pour la crémation d’une des sépultures à incinération (Bel, Bois et Odiot 1992 : 210).

354De plus, un bloc d’assise de jumelles, pouvant appartenir à un bloc de pressoir de type C2, (typologie de Jean-Pierre Brun, Brun 1986 : fig. 28 ; Brun 2004 : 13-20), a été retrouvé dans un jardin de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Ce type de pressoir peut être utilisé pour la fabrication de l’huile d’olive.

355Ces quelques indices d’oléiculture localisés aux abords de Saint-Paul-Trois-Châteaux montrent que cette culture n’est pas répandue durant l’Antiquité sur l’ensemble du Tricastin. Les études sur le développement de l’oléiculture en Provence montrent que celle-ci se développe très localement sur la côte varoise et aux alentours de Cassis et de l’Étang de Berre (Leveau et al. 1991). Cette culture est étroitement liée à quelques domaines spécialisés. Les diagrammes polliniques réalisés dans l’arrière-pays provençal ne montrent son développement qu’à partir du Moyen Âge et surtout de l’époque moderne ; son emprise sur le terroir agricole s’étend alors fortement (Leveau et al. 1991 : 92).

356La culture du noyer paraît probable au cours du Haut-Empire dans les piémonts du sud-est de la Valdaine (Berger 1995 : 95). En effet, de nombreux charbons de bois de noyer ont été retrouvés dans les séquences sédimentaires et les sites des piémonts marneux qui bordent le bassin valdainais, au sud. Des charbons de bois ont également été recueillis dans le remplissage d’un des fossés du site de Bollène, Les Bartras, au cours des Ier -IIe siècles, ainsi que dans le remplissage du decumanus SD IX à Mondragon, Le Duc (Berger et Jung dir. 1999).

357Si sa présence est récurrente en Valdaine et ne laisse que peu de doute sur sa culture, on ne peut l’attester avec certitude dans le Tricastin, où elle paraît plus discrète et peut correspondre à des arbres éparpillés.

4.4.5. Proposition d'évolution chronologique

  • 31 Ces données chronologiques reprennent les propositions de J. F. Berger publiées en 2001 (Berger 200 (...)

358L’ensemble des résultats issus de l’archéologie et des analyses paléobotaniques réalisées dans le Tricastin permet de dresser le tableau du paysage cultivé dans ce secteur et son évolution au cours de l’Antiquité31.

4.4.5.1. Le Haut-Empire

359Le paysage semble alors dans l’ensemble très ouvert. Les analyses palynologiques réalisées sur les sites de la plaine du Tricastin indiquent en effet un écho lointain des espèces forestières (moins de 10 %). En revanche, il semble que l’on puisse saisir des phases à caractère moins anthropisé qui peuvent correspondre à un abandon momentané de la culture sur certains sites ou dans un rayon plus large.

360L’importance et la récurrence des phénomènes érosifs sur les versants et des accumulations sédimentaires alluviales dans les cônes détritiques ou les lits majeurs, à l’échelle du Tricastin et de la Valdaine et durant tout le Haut-Empire, confirment indirectement cette emprise agro-pastorale. La présence permanente de charbons de bois dans les séquences sédimentaires, attestent un défrichement important des terroirs exploités. L’identification dans les sols de traits agricoles spécifiques d’une exploitation intensive des sols médio-rhodaniens affirme l’extension maximale des cultures et le faible degré de protection des sols en surface, dans l’ensemble de la région (Berger 1995).

361Durant cette période, la viticulture est bien attestée par les carporestes, les charbons de bois, les pollens conservés dans les fossés et par les vestiges archéologiques.

362La plupart des plantations semblent mises en culture dès le début de notre ère et perdurer durant le Ier siècle. Les analyses palynologiques effectuées sur le site des Girardes semblent indiquer un arrêt de cette culture à la fin du Ier siècle. Aux Devès, une deuxième série de plantations est réalisée dans le courant du Ier siècle, mais nous ignorons sa durée de vie.

363Les établissements sur lesquels des vestiges de pressoirs ou des lieux de stockage ont été identifiés permettent également de montrer l’importance de cette culture sur l’ensemble de la plaine et des piémonts. Ceux-ci sont implantés au début ou au cours du Ier siècle ap. J.-C. et montrent une activité viticole jusqu’à la fin du IIe siècle.

364La pratique d’une céréaliculture bien répandue dans l’ensemble de la plaine du Tricastin est attestée par les résultats des analyses paléobotaniques (Berger et Jung taxons de vignes et de céréales dans le remplissage des fossés permet d’envisager une culture en complants (vigne et céréales). Cependant, l’écart très réduit entre les fosses de plantation (1 m à 1,50 m) tend à infirmer cette hypothèse. De plus, on observe des parcelles limitrophes à la vigne qui ne présentent pas de fosses de plantation et qui ont pu recevoir des cultures annuelles céréalières.

365Malgré les conditions climatiques chaudes et humides régnant au moment du changement d’ère (Berger 2000), favorables au développement de la culture de l’olivier, de rares éléments localisés aux abords de Saint-Paul-Trois-Châteaux minimisent l’importance de la culture de l’espèce durant cette période.

366La culture du noyer peut également être envisagée au cours du Haut-Empire dans les piémonts du sud-est du bassin de Montélimar (Berger 1995 : 95). On ne peut l’attester avec certitude dans le Tricastin, où elle paraît plus discrète et peut correspondre à des arbres disséminés en lisière de champs, ou isolés en bordure de chemin.

4.4.5.2. L’Antiquité tardive

367Au cours de cette période, on remarque, sur l’ensemble des sites étudiés, des moments de déprise culturale et de reconquête de la végétation. Sur le site de Mondragon, Les Brassières-Ribauds, la récurrence des alluvionnements perturbe également la mise en culture de cette partie de la plaine.

368Des taxons de mauvaises herbes ont été retrouvés fréquemment dans les niveaux de cette période. Ils attestent de manière indirecte la pratique de cultures céréalières, vivrières ou viticoles. Ils peuvent être divisés en deux groupes : les adventices d’automne, que l’on trouve dans les champs de céréales semées en cette saison, et les adventives de printemps et de cultures sarclées (légumineuses, jardins, vergers, vignes). On n’observe pas cependant de répartition chronologique ou spatiale distincte entre ces deux groupes, ce qui donnerait des indications sur l’évolution des types de cultures exploitées. Les deux groupes apparaissent souvent de façon concomitante dans une même station et dans un même niveau, la domination étant dans la plupart des cas en faveur des cultures sarclées de printemps (Berger, et Jung dir. 1999).

369Les taxons d’olivier n’apparaissent plus présents dans les diagrammes polliniques durant cette période, sinon de manière très anecdotique. En revanche, la culture du noyer est encore attestée dans les piémonts du sud de la Valdaine (Berger 1995 : 95).

370Les fossés du site de Lapalud, Les Devès, présentent des taux importants de pollens et de phytolithes de graminées dans les niveaux de l’Antiquité tardive. La présence de phytolithes de graminées à revêtement organique calciné permet d’envisager des brûlis pastoraux. Le développement de prairies, lié à une activité plus pastorale, semble également attesté dans les cuvettes humides de la Valdaine à la fin de l’Antiquité. Les indices sont d’ordre pédologique et malacologique : développement de sols de coloration brun sombre associés à des spectres de malacofaune se développant dans des contextes de milieu ouvert humide et de milieu palustre (Berger 1995 ; Frédéric Magnin, in Berger 1996b).

371La viticulture paraît durant l’Antiquité tardive plus localisée que durant le Haut-Empire : la plupart des sites à vocation viticole sont abandonnés à la fin du IIe siècle ap. J.-C et les analyses paléobotaniques attestent également le recul de cette culture. Les fosses de plantations retrouvées sur le site de Pierrelatte, Les Malalones, associées à du mobilier du IIIe siècle ap. J.-C., sont les seuls vestiges archéologiques de champs de vignes reconnus pour cette période. En Valdaine, Jean-François Berger évoque la présence de vignes durant le Bas-Empire (Berger 1995 : 95). Si la viticulture est encore attestée durant la fin de l’Antiquité, elle paraît néanmoins nettement en recul par rapport à la phase précédente. Il semble donc qu’il faille envisager à cette période des terroirs à l’occupation plus diversifiée que durant le Haut-Empire.

Notes

1 Sur le sujet, voir l’Atlas Topographique des villes de Gaule méridionale, 3, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Lert et al. 2009 : 157-166.

2 Ces deux hypothèses ne sont pas contradictoires, mais les propositions de G. Chouquer, supra, sur l’évolution du statut politique de la cité d’Augusta Tricastinorum durant le Ier siècle de n. è. nous semblent particulièrement adaptées à l’état des connaissances actuelles.

3 « Il faut en premier lieu assigner les confins,... ensuite on assignera les parties internes de la pertica », Hygin l’Arpenteur, L’établissement des limites, La 201, 9-11 = Th 164, 8-11 (trad. F. Favory).

4 Si toutefois les colons ne vivent pas dans les habitats groupés. Si l’on suit l’hypothèse de G. Chouquer, faut-il conclure que les exploitants travaillant les terres louées par les mancipes n’habitaient pas dans des exploitations agricoles autonomes ?

5 Agri ipsius bonitas quibus argumentis iudicanda sit, quamquam de terrae genere optimo disserentes abunde dixisse possumus videri, etiamnum tamen traditas notas subsignabimus Catonis maxime verbis : « Ebulum vel prunus silvestris vel rubus, bulbus minutus, trifolium, herba pratensis, quercus, silvestris pirus, malus frumentari soli notae, item nigra terra et cinerei coloris » (H. Le Bonniec, coll. A. Le Bœuffle 2003).

6 Argumenta quoque iudicantium saepe fallunt. Non utique laetum solum est, in quo procerae arbores nitent, praeterquam illis arboribus. Quid enim abiete procerius ? At quae vixisse possit alia in loco eodem ? (J. André 1964).

7 Ne luxuriosa pabula pinguis soli semper indicium habent. Nam qui laudatius Germaniae pabulis ? At statim subest harena tenuissimo caespitum corio (J. André 1964).

8 Nec semper aquosa est terra, cui proceritas herbarum... (J. André 1964).

9 ... frigidam autem retorride nata... (J. André 1964).

10 ... non, Hercules, magis quam pinguis, adhaerens digitis, quod in argillis aguitur (J. André 1964).

11 Neque fluminibus adgesta semper laudabilis, quando senescant sata quaedam aqua. Sed neque illa quae laudatur diu praeterquam salici utilis sentitur (J. André 1964).

12 Nec colles opere nudantur, si quis perite fodiat... (J. André 1964).

13 ... et multo campestribus magis quam clivosis respondet eadem (H. Le Bonniec, coll. A. Le Bœuffle 2003).

14 Idem agrum optimum iudicat ab radice montium plantie in meridiem excurrente, qui est totius Italiae situs... (J. André 1964).

15 ... rubricam oculi argillamque, operi difficilimas quaeque rastros aut vomeres ingentibus glaebis onerent, quamquam non quod operi, hoc et fructui adversum (J. André 1964).

16 Cicero, lux doctrinarum altera : « Meliora, inquit, unguenta sunt quae terram, quam quae crocum sapiunt ». Hoc enim maluit dixisse quam redolent. Ita est profecto, illa erit optima quae unguenta sapiet. Quod si admonendi sumus qualis sit terrae odor ille qui quaeritur, contingit saepe etiam quiescente ea sub occasum solis, in quo loco arcus caelestes deiecere capita sua, et cum a siccitate continua immaduit imbre. Tunc emittit illum suum halitum divinum ex sole conceptum, cui comparari suavitas nulla possit. Is esse <e> commota debebit repertusque neminem fallet, ac de terra odor optime iudicabit (J. André 1964).

17 Cf. Appien, I, 7, à propos du revenu des terres vectigaliennes sous la République : « ils faisaient proclamer que pourrait l’exploiter sur-le-champ qui voudrait, moyennant une redevance annuelle en fruits : savoir, du dixième pour les terres qui étaient susceptibles d’être ensemencées, et du cinquième pour les terres à plantations. Ils fixèrent aussi une redevance sur le pâturage pour le gros et petit bétail. » (Combes-Dounous, Voisin 1993 : 35).

18 Analyse de données réalisées avec le logiciel ANACONDA, de J.-J. Girardot, UMR 6049 ThéMA, CNRS-Université de Franche-Comté, 32 rue Mégevand, 25030 Besançon Cedex.

19 Cet affleurement de calcaire urgonien, sur lequel s’est implanté le château médiéval, a servi de carrière avant la Révolution et jusqu’au début du XXe siècle.

20 Sondages géologiques du Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

21 Les éléments rapportés ici sont en grande partie issus d’un article paru dans le n° 58 de Gallia, dans le dossier consacré à la viticulture (Jung, Odiot et al. 2001).

22 La collecte, en prospection, dans le secteur non fouillé, de tubuli d’hypocauste ne prouve pas non plus l’existence d’un bâtiment thermal.

23 L’analyse par F. Formenti (C.P.E. Lyon) n’a pas révélé la présence d’acide gras.

24 Dans le cadre d’une bonne gestion du stock, il est nécessaire d’en connaître la capacité exacte. De plus, dans le cas de l’achat du vin « en cuves », le négociant visitant le cuvage pourra apporter du crédit aux inscriptions imprimées avant cuisson.

25 Ces analyses, réalisées en 1996 et 1999, ont été prises en charge par les personnes suivantes : analyses anthracologiques : Laurence Rousseau (sous la direction de Stéphanie Thiébault). Analyses palynologiques : Solange Farbos (CEPAM) et Antonio Lopez Saez : analyses palynologiques et micro-fossiles non polliniques (Université de Madrid). Étude carpologique : Laurent Bouby (AFAN, Toulouse). Étude malacologique : Dominique Peyric avec la collaboration de Frédéric Magnin (IMEP, Marseille). Étude des phytolithes : Pascal Verdin (CEPAM).

26 Rust., V, IV, 1 :... maxime probantur velut arbusculae brevi crure sine adminiculo per se stantes.

27 Il faut cependant préciser que ce moyen de transport n’est assuré qu’en Italie et en Tarraconaise au cours du I er siècle ap. J.-C.

28 Montélimar. H. Desaye propose : — - / [—-Are] late nu-/ [merario, patr] ono eius-/ [dem corp (oris) collegi] um utri-/ [culariorum Lu] guduni/ [consistentium — - ] /— - « À…, à Arles, trésorier, patron du même corps, le collège des utriculaires installés à Lyon… » : CIL XII, 1742 et add., p. 827.

29 Il faut cependant évoquer la présence d’un atelier proche de notre zone d’étude : dans la commune de Saint-Just-d’Ardèche, en rive droite du Rhône, face à Lapalud, un atelier d’amphores semble avoir fonctionné durant une très courte période au tournant de l’ère (Laubenheimer, Odiot et Leclere 1989). Par ailleurs l’hypothèse d’un four ou d’un atelier d’amphores à Saint-Paul-Trois-Châteaux, lors de la fouille à l’emplacement de la maison de retraite, a été évoquée.

30 CIL XII, 2669. La dédicace funéraire retrouvée à Rochemaure sur la rive droite du Rhône, mentionne le collège des cuparii Vocronnenses. La présence de ces tonneliers au bord du Rhône montre l’existence d’une activité directement liée à la présence du fleuve et au commerce du vin.

31 Ces données chronologiques reprennent les propositions de J. F. Berger publiées en 2001 (Berger 2001).

Notes de fin

1 Virgile, Géorgiques, 2, 255-256, étend à tous les sols le critère de la couleur. Mais Columelle, 2, 2, 15, se moque des agronomes, dont Celse, qui jugent d’après la couleur du terrain ce qui peut conduire à des confusions : ainsi les terres marécageuses ou salées sont noires comme une bonne terre.

Table des illustrations

Légende Fig. 37 - Limites parcellaires identifiées autour de la villa de Rouveyre (Marsanne) (Chouquer, Jung 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 38 - Les sites de Pierrelatte n° 71, 81 et 65 (clichés Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 39 - Liste générale des établissements de Donzère, la Garde-Adhémar et Roussas (Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 40 - Liste générale des établissements des Granges-Gontardes, de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Châteauneuf-du-Rhône (Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 41 - Carte des établissements, sur fond centurié, avec les centuries renseignées par les fragments de marbre (Odiot et Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 42 - Mobilité de peuplement de la plaine du Tricastin durant l’Empire et l’Antiquité tardive (Odiot 1994).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 43 - Nombre d’établissements par période en fonction des types de sols (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 44 - Nombre d’établissements fonctionnant par période (histogramme) et courbe du nombre des abandons (Odiot in Van der Leeuw ed. 1995, 277).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 45 - Chorématique de l’occupation d'après les données de Jung, Odiot, Sarazin, Saulnier et Seris ; état du Rhône au XVIIIe siècle d’après la carte de Cassini (Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 46 - Centuries où tout ou partie appartient à la colonie (d’après Piganiol 1962, Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 48 - Types de sols en regard des tarifs de location indiqués sur les marbres dans la plaine de Pierrelatte (Odiot et P. Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 51 - Association des végétaux aux types de paysages (Odiot et Fabre, d’après Zannier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 52 - Végétaux et sols mentionnés par Pline (Berger et al. 1997a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 53 - Projection des types de sols sur la totalité des marbres conservés (Odiot et Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 54 - Tableau de répartition des sols de type I, de type I associés à d’autres sols et de type II (Odiot, d’après Piganiol 1962).NOTES : 1 : Firmus et Firmius, sans doute la même personne.2 : Sur d'autres fragments, l'orthographe est Kareius, mais il doit s'agir de la même personne.3 : 1 jugère loué à un tarif différent, c'est un cas unique de faible surface louée.4 : D'après A. Piganiol : 188 j. = 4 as.5 : Les 25 jugères loués par Iulius Florus sont inculta, cas unique.6 : L'inscription mentionne : subseciva nova. D'autres terres (75 jugères) sont mentionnées.7 : Actuellement traversée par le Rhône mais pas de gravure du cours antique.8 : En bordure de la Berre antique.9 : En bordure de la Berre antique, il n'est pas fait mention des 54 jugères manquants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 55 - Tableau de répartition des sols de type II, de type II associés à d’autres sols et de type III (Odiot, d’après Piganiol 1962).NOTES : 10 : 12,5 jugères remises en eau.11 : Le Rhône traverse la centurie.12 : Bloc de 4 centuries dont les coordonnées manquent. La première localisation proposée par A. Piganiol est plausible, mais J.-C. Meffre et C. Leyraud proposent de la localiser plus au nord.13 : Plus de 100 jugères assignés d'après A. Piganiol.14 : A. Piganiol se demande si la location n'était pas de 200 jugères.15 : A. Piganiol pense à un temple.16 : Au croisement du decumanus maximus et du kardo maximus.17 : Il manque 115,25 jugères pour une centurie complète.18 : A. Piganiol propose de lire Ext. 170 Col. 30 pour un tarif de 3 as.19 : Le nom du locataire n'est pas gravé, une rivière traverse les deux centuries, sans doute le Lez.20 : L'inscription distingue subseciva et subseciva nova, les seconds semblent être loués.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Fig. 56 - Localisation des subseciva et nova iugera (Odiot et Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 57 - Tableau de répartition des sols de type III, de type III associés à d’autres sols et de type IV (Odiot, d’après Piganiol 1962).NOTES : 21 : Il n'est pas fait mention du statut des terres rendues aux Tricastins.22 : A. Piganiol propose ici le passage d'un aqueduc.23 : Impossible de déterminer les autres tarifs.24 : Impossible de connaître la répartition des terres cultes et incultes.25 : Plus de la moitié de la centurie rendue aux Tricastins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Fig. 58 - Tableau de répartition des sols de types IV et V (Odiot, d’après Piganiol 1962).NOTES : 26 : Localisation incertaine, mais qui marque la limite de la centuriation d'après A. Piganiol : fragment 157, p. 197.27 : A. Piganiol suppose une erreur du graveur, il s'agirait en fait des Tricastins.28 : A. Piganiol propose 20 jugères.29 : Manquent 90 jugères, chaque locataire prend 16 jugères de nova iugera à 2 as.30 : Les terres louées à 2 as sont les nova iugera.31 : Les terres louées à 2 as sont les nova iugera.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 59 - Tableau des deux exemples de loyers élevés (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 60 - Tableau des contrats renseignés par les fragments du cadastre B d’Orange. À gauche, les 84 contrats de location retenus sont classés dans l‘ordre de la matrice soumise à l’analyse multivariée (tri par type de sol mentionné) (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 61 - Structuration du descripteur de la superficie louée (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 62 - Structuration du descripteur du tarif de location (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 63 - Structuration du descripteur de la valeur agrologique des sols (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 64 - Tableau des fréquences des différents types de sols dans les contrats de location (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 65 - Tableau des tarifs de location ordonnés selon leur montant (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 66 - Tableau des tarifs de location triés selon l'ordre décroissant des fréquences (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 67 - Graphe de l’analyse multivariée appliquée au corpus des contrats (axes 1 et 2 : 84 contrats et 15 caractères analysés. Inertie de l’axe 1 : 16,20 % ; inertie de l’axe 2 : 14,29 %) (Favory ; Clatot del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 68 - Graphe de l’analyse multivariée appliquée au corpus des contrats (axes 2 et 3 : 84 contrats et 15 caractères analysés. Inertie de l’axe 2 : 14,29 % ; inertie de l’axe 3 : 13,82 %) (Favory ; Clatot del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 69 - Graphe de la classification ascendante hiérarchique calculée sur les résultats de l’analyse multivariée. Caractérisation des classes de contrats de location (Favory ; Clatot del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 70 - Spatialisation de la classification, calculée sur les résultats de l’analyse multivariée : projection des classes de contrats dans les centuries concernées et dans les unités morphopédologiques identifiées dans la plaine du Tricastin (Odiot et Favory ; Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 71 - Les contrats de location des centuries des fragments 104, 107 et 108 (Favory).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 72 - Dénominations incomplètes et localisation impossible ou hypothétique (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 73 - Dénominations incomplètes et/ou localisation restituée, superficie en tout ou partie mutilée (Favory et Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 74 - Tableau des adjudications de Sextus Careius connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 75 - Tableau des adjudications de Aufustius Evaristus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 76 - Tableau des adjudications de Duvius Septuminus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 77 - Tableau des adjudications des Pupilli Maccii, Gratus et Maternus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 78 - Tableau des adjudications de Marcius Firmus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 79 - Tableau des adjudications de Iulius Florus connues grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 80 - Tableau des adjudicataires importants connus grâce au cadastre B d'Orange (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 81 - Mondragon, Le Duc. Exemple de hiérarchisation d'un réseau de fossés, orientés selon la centuriation (Berger et Jung 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 82 - Mondragon, Les Brassières. Exemple d’assouplissement de l’orientation du réseau fossoyé centurié en fonction de la topographie de la plaine tricastine. Ici les paléochenaux contraignent l’implantation des fossés (Berger et Jung dir. 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 83 - Lapalud, Les Girardes. Orientation divergente des fossés fonctionnant avec le réseau centurié, dans le secteur du paléochenal (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 84 - Plan général du réseau d'irrigation découvert à Bollène, Les Bartras (84) (Berger et Jung dir. 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 85 - Photographies du canal principal et d’un des canaux secondaires (cliché Jung).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 86 - Bollène, Les Bartras. Schéma du fonctionnement du réseau d'irrigation. (Berger et Jung dir. 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 87 - Pierrelatte, L'Espitalet. Remblaiements anthropiques antiques (Brochier 1997).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 88 - Localisation des sites viticoles et des plantations de vignes antiques du Tricastin (Jung, Odiot et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 89 - Plan de la villa du Molard à Donzère (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 90 - Plan de la villa du Faÿn à Roussas (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 91 - Plan de la villa de l’établissement de Termini, à Malataverne (Drôme) (Jung, Odiot et al. 2001).1 : Impluvium (transformé en citerne).2 : Citerne intermédiaire.3 : Petite citerne.4 : Dolium.5 : Pierre du dolium.6 : Pièce pavée de mosaïques avec cercle central.7 : Entrée par escalier accédant au perron.8 : Glacis de mortier (recouvrant d'autres mosaïques).9 : Mur de soutènement de la cave.10 : Contrefort au bas du mur nord.11 : Conduites en tuiles creuses traversant le mur vers la citerne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 92 - Inscriptions sur bord de dolium « XCIIS ► (92 1/2) » (Jung, Odiot et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 93 - Localisation des traces de plantation mises en évidence au cours des sondages et des évaluations lors des opérations du TGV-Méditerranée.Source IGN France orthophotographie 84-2005 (0785-1925, 0785-1930, 0790-1925 et 0790-1930, Jung, Sarazin del).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 94 - Photographie du vignoble des Girardes (Boissinot 1997).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 95 - Le vignoble des Devès (Lapalud 84) (Gelot 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 96 - Rendements des vignobles d'après Varron et Columelle (Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 97 - Bas-relief de Saint Pierre de Colonzelle (Jung, Odiot et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2836/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 768k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540