Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Résumés

Texte intégral

Résumé

1La cavité des Balmes, à Sollières-Sardières (haute Maurienne, Savoie, 1350 m d’altitude), a été occupée entre le Néolithique moyen 2 et le Second âge du Fer. Elle est constituée d’une suite de salles qui se sont formées à la suite du détachement d’une large écaille rocheuse du massif du Mont Cenis. Le gisement, qui domine la vallée de l’Arc, a été découvert au début des années 1970. Les premiers ramassages et les premiers travaux ont été conduits par l’abbé Bochet, puis sous la direction de René Chemin. Ils ont concerné la salle II, plongée dans la pénombre. La salle I, qui bénéficie d’un éclairage naturel, a fait l’objet de fouilles programmées sous la direction de P. Benamour et de F. Ballet (1980), puis sous celle de Pierrette Benamour ensuite (1981-1990). La conduite et les techniques de fouille mises en oeuvre n’ont pas permis à l’époque de documenter la répartition spatiale des vestiges, ni la succession lithologique fine des formations sédimentaires. La qualité intrinsèque du gisement, l’un des plus importants sites en cavité des Alpes pour l’Holocène récent, et l’abondance du mobilier, de toute nature, nécessitaient pourtant d’en livrer une publication qui alimente les différentes problématiques de recherches en cours dans le sud-est de la France et dans l’arc alpin, relatives au Néolithique et à l’âge du Bronze.

2Une étape préalable a donc consisté, en 1994, à documenter les champs de l’histoire sédimentaire, paléoenvironnementale, fonctionnelle, et la chronologie des occupations, par une fouille limitée sur un témoin subsistant, conduite par J. Vital. Elle visait à passer au crible d’une évaluation critique l’ensemble des données recueillies jusqu’alors (chap. 1).

3À partir de ces observations fiables, des quelques relevés stratigraphiques antérieurs, des inventaires d’objets, qui avaient tous bénéficié de cotations tridimensionnelles, l’analyse a permis une recontextualisation de l’ensemble des vestiges. Elle a été opérée sur la base d’un canevas chronologique restitué à partir de la succession des différents ensembles culturels définis en premier lieu par l’étude de la répartition verticale des céramiques, en nombre suffisant. Cette succession, confirmée par celle de plus de 200 parures, a été validée par deux séries (1980-90, 1994) d’une douzaine de datations radiométriques chacune (chap. 2).

4L’analyse sédimentologique et micromorphologique indique que la cavité a été essentiellement occupée par des troupeaux d’herbivores domestiques dès le Néolithique moyen, avec une perduration de cette fonction au Néolithique final, au Bronze ancien et au Bronze final, mais selon des modalités différenciées (composition du troupeau, nombre d’animaux, rythmicité, gestion des litières, des stockages et des fumiers). À partir du Bronze ancien, les dépôts coprogènes deviennent plus riches en phytolites, alors que ceux du Néolithique sont généralement à sphérolites dominants. Le parcage apparaît plus diversifié, avec des temps d’occupation du troupeau plus courts et des passages plus fréquents liés à d’autres préoccupations que celles des seules activités pastorales. L’analyse antracologique confirme les résultats paléobotaniques régionaux et indique qu’aucune sélection des espèces végétales, dans un but combustible, ou alimentaire pour les animaux, ne peut être mise en évidence (chap. 3).

5L’approche planigraphique permet de documenter la répartition des vestiges au sol sur les objets les plus caractéristiques (chap. 12), et de prolonger et confirmer les hypothèses de succession chronoculturelle. Si les données sont trop lacunaires pour le Néolithique moyen 2 (chap. 4), la spécificité des céramiques, de la technique du sciage des roches tenaces, et l’origine géographique des parures, bien représentées dans tous les niveaux, conduisent à conclure à l’existence de deux ensembles de groupes culturels différents pour le Néolithique final. L’un est d’origine nord-orientale, d’influence Horgen-Sippligen pour les niveaux NFI1 et NFI2 (-3300-3000), puis Auvernier-Cordé pour la séquence NFS (-2650-2550). Le second relève de la sphère méridionale, Ferrières notamment pour les occupations NFI1 et NFI2. Un tesson de céramique à décor métopal (« Remedello ») provient du niveau NFI2. L’étude des objets lithiques (mouture, roches polies et taillées) et en matière dure animale (os, bois de cerf) confirme ces attributions. Des regroupements de parures par affinités culturelles dans les niveaux de fumiers minéralisés évoquent la possibilité d’un marquage de certaines bêtes, en relation avec leur origine géographique. L’hypothèse d’une mise en mouvement des populations en lien avec les activités pastorales est développée, alors que la cavité abrite secondairement des activités de façonnage de parures en roches d’origine piémontaise (chap. 5).

6Au Bronze ancien (-2000-1650), des fréquentations de nature différente, avec un coffre sépulcral ruiné, sont attestées. Les céramiques indiquent des relations avec le Midi, le val de Saône et la moyenne vallée du Rhône. Une grande proximité avec la sphère italique est également relevée, confirmée par la présence d’une rondelle perforée incisée apparentée au oggetti enigmatici d’Italie et du domaine danubien (chap. 6).

7Mais c’est surtout pour le Bronze final que la répartition des vestiges indique que les deux phases principales d’occupation, au Bronze final 1 et au Bronze final 2b-3a ancien, ne relèvent plus seulement d’activités pastorales. Par rapport au Néolithique final, les surfaces de la salle I dévolues respectivement aux animaux et aux hommes s’inversent alors au profit des seconds. La salle II est utilisée à des fins de stockage alimentaire et recueille également un dépôt de parures de bronze du Bronze final 1. Entre le Bronze final 1 et le Bronze final 2b-3a ancien, les affinités culturelles du mobilier montrent un basculement des relations, du domaine italique proche, vers les cultures d’origine septentrionale (RSFO, Saône-Rhône). Au BF 2b-3a ancien, un groupe de céramiques est issu du pourtour méridional du Massif Central, quelques analyses pétrographiques ciblées allant dans le sens de la discrimination typologique. Cette présence surprenante est également à mettre au compte de mouvements pastoraux, éventuellement en relation avec le développement des réseaux métallurgiques et la diffusion des biens fortement valorisés. Des connexions avec le Plateau suisse et la plaine du Pô sont ensuite observées au BF3a classique (chap. 7).

8Quelques rares objets témoignent de passages à l’âge du Fer et aux périodes historiques (chap. 8).

9Les analyses paléobotaniques et archéozoologiques fournissent des corpus de données importants pour les Alpes internes. L’élevage domine nettement les spectres fauniques, alors que deux lots de graines carbonisées constituent des échantillons carpologiques significatifs pour le Néolithique moyen et final. Des restes humains, peu abondants et souvent issus de contextes remaniés, sont replacés dans leur contexte (chap. 9).

10Des données complémentaires à l’occupation des Balmes sont fournies par les résultats d’une fouille limitée, conduite dans l’environnement immédiat de la cavité, qui atteste une présence en plein air, vraisemblablement contemporaine de celle de l’occupation du NFI (chap. 10).

11La succession des différentes composantes culturelles, d’un point de vue diachronique, est ensuite résumée et exposée en regard des éléments permettant de statuer sur le statut et le fonctionnement de la cavité lors de chaque phase de fréquentation (chap. 11 et 12).

12Un dernier chapitre intègre les acquis de l’étude dans une approche économique et territoriale à large échelle. Il aborde les modalités de l’occupation humaine et des dynamiques de peuplement de ce secteur de l’arc alpin, en lien avec les informations paléoenvironnementales. Une revue de ces dernières, pour les Alpes françaises, permet de constater que les occupations coïncident assez bien avec des périodes d’amélioration climatique, incidentes à cette altitude (chap. 13).

13Malgré des conditions de fouille lacunaires, l’étude fournit des données fondamentales relatives à la présence des différentes cultures du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les Alpes internes, dans leur cadre européen occidental, à leurs productions matérielles, à la vocation importante de la haute Maurienne dans les échanges, au rôle structurant de la mobilité liée aux activités pastorales en milieu de montagne, à l’organisation spatiale et aux fonctions secondaires d’une grotte bergerie de petites dimensions, fouillée dans son intégralité.

Summary

14The Balmes cave, in Sollières-Sardières (Haute-Maurienne, Savoy, 1350m high), was occupied between the Middle Neolithic Age and the second Iron Age. It is composed of a series of rooms which were formed after a large flake of stone came off the Mont-Cenis massif. The deposit, dominating the Arc valley, was discovered at the beginning of the 1970s. The first collectings and works were undertaken by abbé Bochet, and directed by René Chemin. They concerned the 2nd room, plunged into half-light. The 1st room, which receives daylight, was the object of excavations directed by P. Benamour and F. Ballet (1980), and then by Pierrette Benamour (1981-1990). The excavation techniques did not enable, at the time, to provide information about the spatial division of the remains, or about the fine lithological succession of sedimentary formations. The intrinsic quality of the deposit, one of the most important cave sites in the Alps for recent Holocene, and the abundance of artifacts, of every nature, required a publication about the different research problems which were came across in the South-East of France and the Alps, concerning the Neolitic and Bronze Ages.

15In 1994, a preliminary stage consisted in researching sedimentary, paleoenvironmental and functional history, and the chronology of occupation, through a limited excavation on an unaltered parcel of land supervised by J. Vital. Its aim was to carry out a critical evaluation of all the data gathered by then (Chapter 1).

16Based on these reliable observations and on previous stratigraphic readings and inventories of objects (which were all measured in three-dimensions) the analysis made possible to put into context the whole of the remains. It was done on the basis of a chronology constructed from the succession of different cultures defined by the study of the vertical distribution of a sufficient number of ceramics. This succession was confirmed by the study of more than 200 sets of jewels and validated by two series of a dozen radiometric dating each (Chapter 2).

17The sedimentological and micromorphological analysis indicates that the cave was mostly occupied by herds of domestic herbivores from the Middle Neolithic Age. This occupation continued through the Late Neolithic Age and the Bronze Age, but on different terms (herd composition, number of animals, rhythms, litter, storage and manure control). From the Early Bronze Age, deposits of fossilized dejection become high in phytoliths while those of the Neolithic Age are generally high in spherulite. The penning is more diversified with shorter periods of occupation by the herd and more frequent comings and goings linked to other concerns than pastoral activities. The study of charcoal confirms regional paleobotanic results and indicates that no selection of plant species as combustible or as food for the animals can be highlighted (Chapter 3).

18The horizontal approach of excavation enables to provide information on the distribution of remains on the ground for the most characteristic artifacts (Chapter 12), and to extend and confirm the hypothesis of chronocultural succession. Whereas there is not enough data for the 2nd Middle Neolithic Age (Chapter 4), the specificity of ceramics, the sawing of rocks and the geographic origin of jewels, well represented at all levels, lead to conclude to the existence of two different cultural groups for the Later Neolithic Age. One originates from the North-East, of Horgen-Sippligen influence for the Late Neolithic (NFI1 and NFI2) levels (3300 to 3000 BC), then Auvernier-Cordé for the NFS (2650 to 2550 BC). The other one comes from the Southern sphere, notably Ferrières for the NFI1 and NFI2 occupations. A ceramic shard with a metope pattern (« Remedello ») comes from the NFI2 level. The study of lithic objects (milling, polished and carved rocks) and of artifacts made from hard animal matter (bone, deer antlers) confirms these observations. The gathering of jewels by cultural affinity in mineralized manure levels brings up the possibility of a marking of cattle in connection with their geographic origin. The hypothesis that populations were set in motion in relation to pastoral activities is developed, when the cave secondarily hosts activities of shaping of jewels with stones of Piedmontese origins (Chapter 5).

19In the Early Bronze Age (2000 to 1650 BC), activities of different natures are proved, with a wrecked sepulchral chest. Ceramics indicate that there were connections with the South of France, the Saône valley and the middle Rhône valley. A great closeness with the Italian sphere is also observed and confirmed by the presence of a perforated and incised collar related to Danubian and Italian oggetti enigmatici (Chapter 6).

20This is mostly for the Late Bronze Age that the distribution of remains indicate that two principle phases of occupation, in the Late Bronze Age 1 and the Late Bronze Age 2b-3a, do not only come close to pastoral activities. Compared with the Late Neolithic Age, the surface areas of the 1st room reserved respectively to animals and to humans are inverted to the benefit of the latter. The 2nd room was used for food stocking and also for the storage of bronze jewels in the Late Bronze Age 1. Between the Late Bronze Age 1 and the Late Bronze Age 2b-3a, the cultural kinship of artifacts shows a turnaround of connections, from the close Italian territory to Northern cultures (RSFO, Saône-Rhône). In the Late Bronze Age 2b-3a, a group of ceramics is determined by targeted petrographic analysis as coming from the Southern border of the Massif Central. This surprising presence is also connected to pastoral movements, which were related to the development of metallurgical networks and the distribution of much-valued goods. Connections with the Swiss plateau and the Po Valley are noticed in the Final Bronze Age 3a (Chapter 7).

21Some scarce artifacts give evidence of comings and goings in the Iron Age and in historical periods (Chapter 8).

22Paleobotanical and zooarchaeological analyses provide important bodies of data for the Internal Alps. Farming is highly prevailing in faunistic spectra, while two batches of charred seeds make up significant carpological samples for the Middle and Final Neolithic Ages. Human remains, scarce and often coming from altered backgrounds, are set back into context (Chapter 9).

23Further data on the occupations of the Balmes cave are provided by the results of a limited excavation, undertaken in the close environment of the cave and proving an open-air occupation, probably contemporary of the Final Neolithic Age I occupation (Chapter 10).

24The succession of different cultural components in time is then summed up and compared with elements showing the status and the functioning of the cave at each stage of occupation (Chapters 11 and 12).

25The last chapter integrates the acquired knowledge of the study in an economical and territorial approach on a large scale. It tackles the terms of human occupation and populating dynamics in this area of the Alps, in connection with paleoenvironmental data. An examination of the latter, for French Alps, show that occupations coincided well with periods of climate improvement, which are incidental at this altitude (Chapter 13).

26Despite non-comprehensive conditions of excavation, the study provides essential data relating to the presence of different cultures of the Neolithic and Bronze Ages in the internal Alps, to their material production, to the vocation of Haute Maurienne for trade, to the structuring role of mobility linked to pastoral activities in mountain regions, to spatial organization and to the secondary functions of a small pastoral cave dug in its entirety.

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540