Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 10. Les niveaux néolithiques du replat : l’intervention de 2005

Éric Thirault

Texte intégral

10.1. Introduction

1Durant les fouilles de la grotte des Balmes, aucune investigation n’a été menée à l’air libre. Pourtant, les lieux s’y prêtent. Le replat proprement dit (fig. 2, 6), large d’une quinzaine de mètres, est occupé par une pelouse rase qui laisse entrevoir des substructions rectilignes ensevelies. Le rocher affleure sur son flanc occidental et septentrional, formant au nord une paroi contre laquelle un bâtiment ruiné est adossé. Les retombées du replat sont couvertes d’une forêt de reboisement, sauf sur le flanc oriental couvert par une prairie (fig. 218). Les alentours portent les témoins d’une mise en culture à une période récente : murs, chemins et terrassements. Durant l’été 2004, René Chemin remarqua l’ouverture récente d’une piste carrossable sur le flanc oriental du replat, destinée au débardage du bois dans une parcelle située en contrebas. En coupe, il observa une couche rouge qui l’intrigua et nous en fit part peu après. Une visite le 4 octobre permit de comprendre que la couche rouge correspondait à un sol rubéfié enfoui, surmonté par un niveau noir qui contenait des charbons de bois et quelques tessons de céramique non tournée. Une courte intervention fut menée du 6 au 17 juin 2005 avec une équipe de 6 bénévoles, afin de relever la stratigraphie des lieux et de déterminer le statut taphonomique des vestiges : couche unique ou polyphasée, colluvion de pente, existence de structures en place, etc. Incidemment, la chronologie des occupations devait être établie sur la base du mobilier recueilli.

Fig. 218 - Sollières-Sardières, le replat des Balmes. Vues générales de la piste forestière.
A : vue depuis l'est, dans la cuvette en contrebas du replat ; la zone étudiée est au centre de l'image.
B : vue depuis le sud, en fin de fouille, en juin 2005 ; le promontoire des Balmes est sur la droite, en suivant la crête.

10.2. La stratigraphie

10.2.1. Méthode

2Le talus du chemin a été nettoyé en plusieurs points sur 50 m de long environ, afin d’évaluer la stratigraphie, depuis l’ensellure du replat jusqu’à la cuvette en contrebas. Très vite, il est apparu que la partie anthropisée couvre une longueur limitée. Un redressement et un nettoyage soigné ont donc été effectués sur 11 m de longueur de manière à dégager l’intégralité du niveau archéologique et établir la stratigraphie des dépôts. La coupe a été divisée en deux tronçons pour tenir compte de la courbe du chemin (fig. 219), qui descend en écharpe sur le flanc du replat avant de partir plus franchement vers l’est. Une coupe amont, de 5 m de longueur, a été redressée de manière à être le plus transversal possible par rapport à la pente. Cette manœuvre a entraîné la fouille d’une surface subtriangulaire d’environ un mètre de côté à son extrémité nord, ce qui a permis de mieux comprendre l’organisation des dépôts archéologiques en plan et d’établir une petite coupe dans l’axe de la pente (coupe transversale). Dans la continuité, une seconde coupe (coupe aval) a été redressée sur 6 m de longueur, en suivant cette fois la courbure du chemin.

Fig. 219 - Le replat, intervention 2005 : plan de masse et profil du replat établi au droit de la piste de débardage.

10.2.2. Description sédimentaire

3Implanté à mi-pente entre le replat des Balmes et la cuvette qui le borde à l’est, le chemin de débardage offre une vision stratigraphique complète des dépôts de pente dans un secteur relativement escarpé (28 % environ ; fig. 218, 219). Du bas vers le haut, 16 unités sédimentaires ont été individualisées sur 1,20 m d’épaisseur (fig. 220, 221).

Fig. 220 - Le replat, sondage 2005 : coupes stratigraphiques relevées le long du chemin de débardage. Implantation en fig. 219.

Fig. 221 - Le replat, intervention 2005 : aperçu photographique des coupes.
A : extrémité nord de la coupe amont.
B : coupe transversale ; le plancher du décapage suit le pendage de la couche archéologique sombre visible en coupe (n° 4).
C : partie médiane de la coupe aval. Localisation en fig. 219 et 220.

4« Sans n° ». Niveau de base reconnu dans la partie sud de la coupe amont. Graviers millimétriques inclus dans un sable gris, avec des galets et blocs émoussés à anguleux, jusqu’à 20 cm de longueur. Localement, une coloration plus jaune apparaît. Il s’agit de dépôts (péri) glaciaires de versant, antérieurs à la formation des sols holocènes.

51. Coupes amont, transversale et aval. Limon sableux rouge à graviers et localement amas de galets émoussés de 4 à 10 cm de longueur. Des traces de racines indiquent une pédogenèse ancienne. Dans la partie sud de la coupe amont, ce niveau a une épaisseur de 20 à 30 cm et repose directement sur le niveau antérieur, bien que sa coloration soit localement plus jaune foncé que rouge (fig. 220). Ailleurs, seul son sommet a été dégagé et son épaisseur est inconnue.

62. Coupe aval. Sédiment identique à 1 mais plus chargé en gravillons roulés et en petites pierres. Forme une poche circonscrite au sommet de 1, dont la nature est inconnue.

73. Coupe aval. Limon sableux brun-rouge avec très rares pierres et gravillons. Forme une poche en creusement dans 1, à côté de 2. Pourrait être un comblement de petit chenal de ravinement.

84. Coupes amont, transversale et aval. Limon un peu sableux, brun-noir, avec gravillons et pierres, quelques charbons de bois. Mobilier archéologique abondant. Épaisseur : 10 à 25 cm.

95. Coupe aval, à l’extrémité nord et sous-jacent à 4. Creusement dans 1, comblé par un sédiment identique à 4 mais plus clair. Probable terrier.

106 et 7. Coupe aval, partie nord. Limon sableux brun sombre gravillonneux avec petites pierres, très proche de 4. Forment deux lentilles, l’une « posée » (n° 6), l’autre creusée (n° 7) sur et dans 1. Il s’agit du comblement de petits chenaux avec le sédiment de 4. Les deux contiennent des charbons de bois et du mobilier archéologique.

118. Coupes transversale et aval. Limon sableux brun un peu rouge très chargé en gravillons et pierres de toutes dimensions. Grande couche qui recouvre 4, 6 et 7. Épaisseur moyenne 10 cm, parfois 20 cm.

129 et 10. Coupes transversale et aval. Limon gris clair gravillonneux, sans pierre (n° 9) ou avec rares grosses pierres (n° 10). Grande couche qui recouvre 8, tronquée en trois points dans la coupe aval. Épaisseur : 5 à 15 cm.

1311. Coupes amont, transversale et aval. Limon très gravillonneux gris à brun-clair, avec de nombreuses pierres de toutes dimensions. Grande couche qui recouvre 8, 9, 10 et 15 et forme la partie haute de la stratigraphie. Les 10 cm supérieurs contiennent des racines. Épaisseur : 30 à 50 cm.

1412. Coupe aval. Creusement circonscrit dans 4, depuis son sommet. Limon brun assez pur. Terrier postérieur à 4, de remplissage proche de la couche 8.

1513. Coupe aval, extrémité nord. Petit placage de composition identique à 8, mais de couleur brun sombre. Est stratifié entre les couches 8 et 9.

1614. Coupe aval. Petite lentille de gravillons aérés gris clair interstratifiée dans la couche 9.

1715. Coupes amont et transversale. Grand limon un peu sableux brun-jaune avec nombreux gravillons et petites pierres moins nombreuses que le niveau 4 sous-jacent. Scelle les n° 1 (au nord), 4 et 8 (coupe transversale), et est recouvert par 9 (ibid.) et 11. Épaisseur : 10 à 25 cm.

10.2.3. Synthèse

18La succession des dépôts est relativement aisée à lire grâce aux contrastes colorimétriques et granulométriques (fig. 220, 221), bien que des subdivisions internes aux niveaux identifiés soient probablement invisibles à l’œil. La preuve en est l’existence de lits de pierres dans la couche archéologique noire (n° 4 ; cf. infra § 10.3.) et l’observation ponctuelle d’une lentille (n° 14) dans la couche 9.

19La succession chronologique des dépôts peut être restituée comme suit (fig. 220) :
- Dépôt de pente (sans n° ) hétérométrique, non pédogénéisé.
- Formation d’un sol dont seul l’horizon d’altération est préservé (n° 1). Il s’agit d’un « sol rouge » ou terra rossa, type identifié depuis les années 1950 dans le Valais (Guélat et al. 1998) et reconnu plus récemment dans le Lyonnais (Franc 2005) et en Tarentaise (Rey, Moulin 2006). Nos prospections en haute Maurienne ont montré que ces sols y sont présents en plusieurs points (Thirault 2005). Le statut précis de ce sol n’est pas certain : nous ne pouvons écarter l’hypothèse d’un remaniement colluvial. Il témoigne cependant, lors de sa formation, d’une stabilité du versant liée à une protection végétale.
- Troncature générale. La surface résultante est relativement horizontale au centre des coupes dégagées, et plus pentue au nord et au sud. Un léger replat semble donc préexister à l’implantation humaine, qui va favoriser l’accumulation sédimentaire.
- Dépôt de la « couche noire » archéologique (n° 4), selon des modalités précisées plus loin. Ce dépôt tronque au sud (coupe amont) un limon stérile (n° 15) qui a commencé à se déposer sur le sol rouge et qui scellera ensuite la couche noire, preuve d’une stratification interne non observable à la fouille, malgré tout le soin apporté à cette partie de la coupe. Ce niveau archéologique est quasiment horizontal dans la coupe amont, mais il affecte un net pendage dans l’axe du versant (coupe transversale) et suit un pendage faible et régulier dans la coupe aval. Il finit par disparaître par troncature vers l’aval.
- Troncatures liées à des ravinements. Ces phénomènes affectent la couche noire (n° 4) et le sol rouge (n° 1) dans la moitié nord de la coupe inférieure, c’est-à-dire dans la partie la plus basse relevée. Il s’agit de petits chenaux comblés de sédiments variés, dont certains sont identiques à la couche archéologique (nos 6 et 7).
- Dépôts successifs de limons de pente qui viennent recouvrir les dépôts archéologiques et dont la succession, sans interruption dans la coupe supérieure, est imbriquée dans la coupe inférieure avec des troncatures par ravinement. Il s’agit des nos 8, 9, 10, 11, 13 et 15, qui forment un dépôt total de 40 à 60 cm d’épaisseur. Le sol actuel, peu évolué, se développe dans la partie supérieure de la couche 11.

20En résumé, la succession des dépôts traduit une déstabilisation du versant initiée avant le dépôt de la couche archéologique. Il existe donc un impact humain préalable, et qui n’a pas cessé depuis lors. Cependant, il est impossible de dire si le colluvionnement a été constant depuis le Néolithique ou si des phases de stabilité ont existé et ont été tronquées par les déstabilisations postérieures.

10.3. La vision planimétrique

21La nécessité d’obtenir une coupe verticale et transversale à la pente a permis de fouiller en plan une surface triangulaire, dite « triangle », de 1 m de côté et 3,5 m de longueur (fig. 219). Après enlèvement rapide des sédiments stériles (niveaux n os 11 et 15), la fouille de la couche archéologique (n° 4) a été menée par décapages successifs, sans relevés mais en numérotant les décapages et en conservant le mobilier extrait par décapage. Le contrôle stratigraphique a été facilité par l’existence des deux coupes adjacentes (coupe amont et transversale). La fouille s’est arrêtée lorsque le sol rouge (niveau n° 1 des coupes) a été atteint. Les décapages ont suivi le pendage général des dépôts, fort accentué dans le sens de la pente comme cela est visible sur la coupe transversale (fig. 220, 221). Un premier nettoyage a permis de mettre en évidence une rupture sédimentaire assez nette entre le sommet de la couche noire (n° 4) et la base du limon (n° 15) brun-jaune. La base de ce dernier contenait quelques rares tessons de céramique identiques à ceux de la couche noire, indice supplémentaire d’une troncature des dépôts.

22Dès les premiers décapages, de nombreuses pierres sont apparues, posées selon le pendage général de la couche, ce qui indique l’existence de lits successifs que nous avons suivis. Les six décapages effectués correspondent donc, au moins pour ceux de la partie inférieure de la couche (à partir du décapage 4), à des subdivisions stratigraphiques réelles. En conséquence, la couche noire n’est pas un remblai ou une colluvion subite, mais une succession de minces dépôts. La dimension des pierres semble croître du haut vers le bas, formant à la base un véritable lit posé en plan sur le sol rouge ; les tessons de céramique de dimensions importantes suivent le pendage général.

10.4. Les anomalies sédimentaires

23Par contraste net avec les lits de pierre orientés selon le pendage, des anomalies sont apparues dans la fouille du « triangle » et lors du dégagement des coupes. À la base de la couche noire, des pierres verticales laissaient penser à des perturbations drastiques. Dans plusieurs cas, les pierres verticales étaient associées à des perturbations du sédiment. Nous avons donc porté la plus grande attention à ces anomalies ; huit ont été identifiées, puis fouillées ou observées de manière précise en coupe. L’examen des coupes a posteriori a permis d’affiner les observations. Toutes apparaissent dans la partie inférieure de la couche noire, mais elles sont de plusieurs ordres (fig. 222).
- Anomalie A1. Une ondulation de la surface de la couche rouge entraîne un pendage plus accentué des pierres sus-jacentes dans la couche noire ; il s’agit donc d’un processus entièrement naturel. À regarder la coupe inférieure, de telles ondulations sont fréquentes et traduisent sans doute des ravinements (fig. 220).
- Anomalie A2. Visible dans la coupe inférieure, l’anomalie A2 a été suivie sur 70 cm (fig. 222). Il s’agit de pierres verticales plus ou moins alignées qui suivent le pendage général et s’enfoncent plus ou moins dans la couche rouge. L’interprétation n’est pas certaine : la verticalisation des pierres est liée à la présence d’une dépression linéaire dans la couche rouge, mais son origine pourrait être tout autant naturelle (ravinement) qu’humaine (drain, sablière basse ?).
- Anomalies A4, A7 et A8. Celles-ci comprennent des pierres verticales constituant un groupement à la base de la couche noire, sans creusement perceptible. A4 forme un groupe de 40 x 50 cm de diamètre (fig. 222) ; A7 a été observée à l’angle des coupes transversale et aval (fig. 224) ; A8 est à faible distance de A7, dans la coupe aval (fig. 220).
- Anomalies A3, A5 et A6. Celles-ci sont formées de pierres verticales à la base de la couche noire, qui, après nettoyage, occupent un cercle noir sur la surface de la couche rouge. La fouille révèle un creusement intentionnel comblé de sédiment noir. Dans le cas de l’anomalie A3, la présence d’un tesson vertical, ainsi que la régularité et le profil du creusement (diamètre environ 20 cm pour une profondeur de 20 cm), plaident pour un négatif de poteau implanté dans la couche rouge (fig. 222). Dans le cas de A5 (fig. 222) et de A6, la certitude est moins grande eu égard à la faiblesse du creusement.

Fig. 222 - Le replat, intervention 2005 : relevés des anomalies probablement anthropiques. Localisation en fig. 219.

24Au bilan, l’étroitesse de la bande dégagée contre la coupe aval limite fortement la compréhension des anomalies A2, A4, A7 et A8. Dans le « triangle », au contraire, trois anomalies ont été observées en plan (A3, A5 et A6) et dans un cas au moins, nous penchons fortement pour un négatif de poteau. Pour progresser dans ce travail, une vision planimétrique large serait nécessaire, en relevant le pendage de toutes les pierres dans la couche noire, afin de pister toutes les anomalies, avant d’observer la surface de la couche rouge pour identifier les creusements intentionnels et les corréler avec les pierres sus-jacentes. Néanmoins, l’existence de poteaux plantés en lien direct avec le dépôt sédimentaire archéologique démontre la volonté d’aménager la pente. Le ressaut notable du niveau archéologique est donc lié à la fois à la préexistence d’une surface moins pentue, comme cela est visible en coupe (fig. 220), mais sans doute aussi à l’existence de structures bâties qui ont maintenu le sédiment en place. La nature de ce bâti est impossible à préciser : terrassement, soutien d’un chemin d’accès, construction en élévation ?

10.5. La culture matérielle

25Le mobilier récolté provient essentiellement de la couche noire (n° 4 des coupes). Il a été mis au jour lors de la fouille du « triangle » et de la rectification de la coupe aval. L’intégralité du sédiment extrait a été tamisée à sec puis à l’eau courante. Les niveaux colluvionnés sus-jacents ont livré quelques tessons dans les premiers centimètres au-dessus de la couche noire, c’est-à-dire dans la couche n° 15 de la coupe amont. Quelques tessons ont également été ramassés dans les déblais de la pelleteuse. Le diagnostic chronoculturel a été établi en collaboration avec J. Vital par comparaison avec le mobilier découvert dans la grotte.

10.5.1. La céramique

26Elle est abondante mais fragmentée, et de nombreux tessons se sont brisés lors de l’extraction du sol. Les éléments caractéristiques issus de la couche noire sont des fragments de bords et de fonds plats appartenant à des formes simples, hautes, relativement droites ou rétrécies. Aucune préhension n’a été identifiée, tandis que les décors d’impressions au doigt et à l’ongle et les décors de cordons rapportés, de section triangulaire ou semi-circulaire, horizontaux ou organisés selon plusieurs directions, ne sont pas rares.

27Ces éléments renvoient à la phase d’occupation la plus ancienne du Néolithique final identifiée dans la grotte (NFI), qui montre une très nette influence des cultures nord-orientales type Horgen ou Tamins (§ 5.1.10.). A contrario, aucun élément ne se réfère à la phase plus récente du Néolithique final de la grotte (NFS), ni à l’âge du Bronze. Le niveau noir est donc très homogène du point de vue chronoculturel, et aucune différence n’est perceptible entre les six décapages effectués dans le « triangle ». Les tessons récoltés hors stratigraphie et dans le niveau postérieur peuvent se rattacher à cet ensemble, à quelques rares exceptions près.

10.5.2. Le lithique

28Le silex taillé n’est attesté que par deux minuscules éclats bruts ; cette extrême rareté trouve son écho dans les ensembles issus de la grotte. En revanche, les roches tenaces polies sont bien représentées : une pointe de flèche entière de 3,3 cm de long (fig. 223) et un fragment de pointe brisée, un fragment mésial/proximal de lame polie brûlée de longueur supérieure à 7 cm, de section massive (environ 4 x 2,5 cm), ainsi qu’un éclat de 2 cm de long portant une nette trace de sciage. Ajoutons 27 éclats plats en roches tenaces diverses, d’une masse totale de 40 g, dont certains correspondent à des déchets de façonnage d’objets de parure, voire de pointes de flèche. Un galet en roche grenue de 10,2 cm de long et pesant 283 g porte sur une face et un côté des enlèvements qui pourraient être intentionnels, assortis d’un enlèvement sur la face opposée. Un gros éclat de quartz hyalin brut de 5,4 cm de long correspond à un fragment éclaté de galet ou plus probablement à la base d’un gros prisme brisé. Un fragment de petit polissoir, retrouvé en deux morceaux distants, est identique dans la forme et le matériau à ceux découverts dans la grotte.

Fig. 223 - Le replat, intervention 2005 : pointe de flèche polie issue du décapage 2 de la couche 4. Longueur : 3,3 cm ; masse : 1 g.

10.5.3. Économie animale et végétale

29Les os animaux sont bien conservés sous les pierres, mais réduits à des esquilles dans la plupart des cas. En outre, nombre d’os ont éclaté lors du prélèvement. Malgré tout, les pièces anatomiques ne sont pas rares, mais n’ont pas été déterminées. Les charbons de bois, de faibles dimensions, sont bien présents dans la couche et sont surtout apparus au tamisage. Aucune étude n’a été entreprise.

10.6. Une occupation contemporaine de la grotte

30Tous les éléments de la culture matérielle sont exactement comparables à ceux découverts dans les niveaux du Néolithique final inférieur de la grotte, ce qui suggère une contemporanéité archéologique entre les deux points. L’étroitesse du sondage et partant, la faiblesse du corpus assemblé, n’autorisent cependant aucune approche économique ou technologique fine qui seule permettrait de proposer des hypothèses complémentaires sur l’occupation des lieux.

31La courte intervention de 2005 complète utilement les données issues de la grotte. Nous sommes certains aujourd’hui qu’il a existé une occupation humaine en plein air, au moins dans la phase ancienne du Néolithique final. Il faut donc raisonner, pour comprendre la fonction du site, en termes de complémentarité entre une occupation de plein air et souterraine sur le même lieu. Pour autant, la fonction et le statut de l’occupation de plein air ne peuvent être compris sur les bases de cette intervention. Son caractère restreint et son implantation marginale par rapport au replat sont autant de facteurs limitants. Cependant, la reconnaissance de négatifs de poteaux autorise à parler d’aménagements de pente en contrebas du replat, et non pas seulement de dépôt de pente ou de dépotoir. Si le statut taphonomique et fonctionnel de la « couche noire » n’est pas complètement éclairci, son homogénéité chronoculturelle et son lien direct avec au moins un négatif de poteau, permettent de penser qu’elle signe une présence forte sur le replat et sur les pentes, ce qui ouvre une perspective nouvelle pour une compréhension plus globale du site. Du point de vue paléoenvironnemental, un lien direct peut être établi entre l’occupation humaine et l’anthropisation du versant : la pente du replat a enregistré les traces de l’implantation des hommes et de la déstabilisation des sols dès le Néolithique final.

Table des illustrations

Légende Fig. 218 - Sollières-Sardières, le replat des Balmes. Vues générales de la piste forestière.A : vue depuis l'est, dans la cuvette en contrebas du replat ; la zone étudiée est au centre de l'image.B : vue depuis le sud, en fin de fouille, en juin 2005 ; le promontoire des Balmes est sur la droite, en suivant la crête.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 219 - Le replat, intervention 2005 : plan de masse et profil du replat établi au droit de la piste de débardage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 220 - Le replat, sondage 2005 : coupes stratigraphiques relevées le long du chemin de débardage. Implantation en fig. 219.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 221 - Le replat, intervention 2005 : aperçu photographique des coupes.A : extrémité nord de la coupe amont.B : coupe transversale ; le plancher du décapage suit le pendage de la couche archéologique sombre visible en coupe (n° 4).C : partie médiane de la coupe aval. Localisation en fig. 219 et 220.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 222 - Le replat, intervention 2005 : relevés des anomalies probablement anthropiques. Localisation en fig. 219.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 223 - Le replat, intervention 2005 : pointe de flèche polie issue du décapage 2 de la couche 4. Longueur : 3,3 cm ; masse : 1 g.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540