Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 8. Le mobilier de l’âge du Fer aux périodes historiques

Loïc Serrières et Joël Vital

Texte intégral

8.1. Le mobilier de l’âge du Fer (L. S.)

1Seuls quatre éléments, recueillis hors stratigraphie, indiquent une occupation de la grotte à l’âge du Fer. Il s’agit de deux fragments de fibules en bronze, d’une perle en verre et d’une céramique tournée (fig. 141). Un fragment de tissu provenant des niveaux de surface en B6 a fait l’objet d’une étude dont les conclusions conduisent à accepter par comparaison une datation de « l’âge du Fer » (Masurel 1991).

Fig. 141 - Mobilier protohistorique laténien.
1 : céramique tournée.
2 et 3 : arc et fibule en bronze.
4 : perle en verre.

8.1.1. Les accessoires de vêtement

2Une fibule est quasiment complète (fig. 141, n° 3). Elle mesure 75 millimètres de longueur pour 27 de hauteur. C’est une fibule à ressort à quatre spires et corde interne. Le porte-ardillon est manquant. L’arc est mouluré à sa base ; il prend la forme d’une languette qui se termine en pointe. Cette forme particulière peut lui valoir les qualificatifs de fibule « à ailettes naissantes ». Elle s’apparente à la Knotenfibeln de la typologie allemande et aux types n° 8 des classifications respectives d’Ettlinger (Ettlinger 1973) et de Feugère (Feugère 1985). Cette fibule renverrait peut-être plus directement au type 8b de Michel Feugère daté de 50 à 10 av. J.-C. ou au type 8a2 qui couvre la même période avec cependant un arrêt de la production plus précoce, en 20/15 av. J.-C.

3La seconde fibule (fig. 141, n° 2), elle aussi à corde interne, n’est malheureusement représentée que par un fragment. L’ardillon et le porte-ardillon sont manquants. L’arc, non mouluré à sa base, est pour partie détruit. L’aspect simple de ce dernier ainsi que la corde interne rappellent les fibules dites laténiennes et plus particulièrement les types « La Tène II » (type 1 de Michel Feugère) ou « La Tène III » (type 2 du même auteur). Cependant, étant donné l’état de la fibule, toute datation est hypothétique. En tout cas, les deux analogies évoquées ci-dessus pourraient renvoyer chacune au Ier siècle av. J.-C. voire au milieu de ce siècle. Cela irait dans le sens d’une contemporanéité de nos deux exemplaires.

8.1.2. La parure

4La parure n’est indiquée que par la découverte d’une petite perle en pâte de verre noir (fig. 141, n° 4). Mesurant 17 millimètres de diamètre extérieur pour une hauteur de 10 millimètres, elle possède un diamètre interne réduit à 5 millimètres. La perle est décorée par une ligne ondulée irrégulière, de couleur blanchâtre tirant sur le jaune. En soi, cette découverte peine à être datée (Feugère 1989). Deux bracelets en verre bleu découverts à Saint-Sorlin-d’Arves possèdent une décoration similaire. Trouvés hors contexte, ils sont rapprochés par Jean Prieur d’exemplaires rhénans et suisses. Ce dernier propose une datation aux IIe-Ier s. av. J.-C. (Prieur 1981). On sait aussi que des perles bichromes apparaissent assez fréquemment dans les contextes La Tène C et La Tène D suisses (Nagy 1999).

5La même décoration apparaît également sur une perle de verre découverte dans une nécropole à Lanslevillard L’Adroit, lors d’une fouille de sauvetage en 1997 (Bellon et al. 2002). Cette perle, appartenant à la sépulture n° 7, diffère cependant de l’exemplaire de la grotte des Balmes. De couleur verte, elle est surtout plus grosse avec un diamètre interne de 12 millimètres. De même, l’existence de trois petites perforations pourrait indiquer d’anciennes incrustations. Une fibule de Nauheim, en association, permet de proposer l’intervalle chronologique 150-75 av. J.-C. À titre d’hypothèse, les auteurs de la contribution de synthèse sur la nécropole de L’Adroit proposent l’appellation de « type Lanslevillard » pour qualifier une deuxième fibule de la sépulture n° 7. Affichant de fortes affinités avec des productions italiques, cette fibule pourrait indiquer plus précisément le début du Ier s. av. J.-C.

6S’il est difficile de dater la perle avec certitude, force est de constater qu’elle s’intègre parfaitement au contexte chronologique indiqué par les accessoires de vêtement. En conséquence, il y a tout lieu de postuler une contemporanéité des éléments métalliques du vêtement avec cet accessoire de parure.

8.1.3. La céramique

7La grotte des Balmes n’a livré qu’un vase attribuable à l’âge du Fer (fig. 141, n° 1). C’est une céramique tournée de teinte noire. La forme est globalement restituable, à l’exception du bord qui pourrait être assez nettement divergent (rebord éversé). À cette panse, visiblement très ventrue (20 cm de diamètre maximum, soit un peu moins que la hauteur du vase), s’ajouterait donc un col et un rebord dessinant la forme d’un sablier. Le fond porte une marque cruciforme réalisée au lissoir, tronçon éventuel d’un motif plus développé ? À vrai dire, cette forme très spécifique ne trouve aucun parallèle dans les productions tournées du sud-est de la Gaule. En revanche, elle rappelle les vases dits a trottola (en forme « de toupie ») considérés comme emblématiques des productions celtiques de la Péninsule italique (Lépontiens, Insubres...). On en retrouve dans le Tessin, dès La Tène C2 (autour de 200 av. J.-C.) (Nagy 1999).

8Le vase des Balmes trouve avec la céramique de la sépulture 7 de Lanslevillard L’Adroit un parallèle franc, en particulier au niveau de la panse. Le col plus fin et le bord, marquant une ouverture plus restreinte, divergent néanmoins tout comme la technologie. Le vase de Lanslevillard est, en effet, modelé et non pas tourné. Il pourrait donc être – c’est l’hypothèse des auteurs – une imitation des vases a trottola italiens.

9Les vases a trottola servaient au service du vin, d’où cet aspect de « flacon ». L’exemplaire des Balmes possède cependant des caractéristiques qui l’éloignent de l’archétype : une ouverture plus large, une forme plus haute (aplatissement moindre) et un décor a stralucido. Les vases a trottola sont souvent peints, mais le décor a stralucido est très spécifique. C’est un décor peint lissé sur un fond noir, composé de lignes obliques (et parfois, mais ce n’est pas le cas ici, de triangles) qui vont ressortir en luisance. Quoique emblématique de la culture de Golasecca (du 9e au 5e-4e s. av. J.-C.), ce mode de décoration paraît perdurer en Italie aux périodes historiques (Olcese et al. 1998). Ce n’est donc pas un bon critère de datation.

10En définitive nous retiendrons donc plutôt la forme du vase, a priori dérivé des vases a trottola et qui trouve à Lanslevillard L’Adroit un écho proche. Le type est également attesté à Aoste (chez les Salasses). Cette céramique indique donc des échanges privilégiés avec l’Italie et paraît dessiner une aire culturelle commune. Au niveau chronologique, il est difficile d’être précis. Le vase des Balmes pourrait renvoyer aux deux derniers siècles avant notre ère. Sa contemporanéité avec les accessoires de vêtement et la parure est donc très probable.

8.1.4. Bilan

11En l’absence de contexte stratigraphique, le fait que ces éléments aient appartenu à un même ensemble chronoculturel reste hypothétique. Pour autant, c’est très certainement l’option la plus probable, la datation du fragment de tissu ayant été rappelée supra à titre indicatif. Ces trop rares éléments indiqueraient une occupation ou une fréquentation de la grotte au Ier siècle av. J.-C. avec un pic de probabilité au milieu de ce même siècle. Il reste difficile de se prononcer sur la vocation de la grotte des Balmes à cette époque. La céramique dérivée des formes a trottola était à Lanslevillard L’Adroit constitutive des rites et du mobilier funéraires. Les fibules, tout comme la parure, sont également bien attestées dans les contextes funéraires. Pour autant, les vases a trottola sont, avant tout, des vases dévolus au service du vin. De même, les éléments de parures et les accessoires de vêtement sont souvent perdus dans les contextes d’habitat, voire abandonnés s’ils sont déjà abîmés. De surcroît, l’inhumation en grotte n’est pas documentée pour La Tène finale dans les vallées internes savoyardes.

12Il s’agirait donc ici d’une occupation très ponctuelle et très modeste à la fin de l’âge du Fer, peut-être en lien avec le pastoralisme ? On ne peut que s’étonner de la faible fréquentation de la grotte à l’âge du Fer, tant en termes de volume (quatre artéfacts, grande modestie des structures, fig. 242) qu’en termes de temps (hiatus du Bronze final 3a au Ier s. av. J.-C.). Malgré cela, les éléments entrevus permettent quelques apports :

  • La mise en évidence d’une occupation de La Tène finale dans un contexte archéologique local qui n’était auparavant que funéraire (absence d’habitat).

  • La découverte d’un type céramique particulier, en lien avec une découverte récente de Lanslevillard. Nous ne savions rien des faciès céramiques laténiens de la Maurienne (et nous savons bien peu des faciès hallstattiens). Se dessine aujourd’hui un lien net avec l’Italie du Nord. D’une certaine manière, les deux vases de Maurienne attesteraient la consommation du vin dès le Ier s. av. J.-C. Ce jalon pourrait sans doute être vieilli.

  • L’éventualité d’une pratique du pastoralisme au Ier s. av. J.-C. Alors que ce phénomène est aujourd’hui bien connu pour les périodes anciennes (voir supra), quelques indices permettent de postuler la continuité de cette pratique à l’âge du Fer en Vercors et en Chartreuse. Plusieurs études la mettent en évidence en Isère au Bronze final, au Hallstatt et à La Tène à La Grande Rivoire à Sassenage (Nicod, Picavet 2006) et à L’Aulp du Seuil à Saint-Bernard-du-Touvet (Bintz, Serrières 2008). D’autres découvertes pourraient être reconsidérées sous cet angle, dont les abris et cavités du cirque de Choranche par exemple (Vital, Bintz et al. 1991). Les découvertes de la grotte des Balmes complèteraient alors, certes modestement, ce panorama.

8.2. L’Antiquité et les périodes historiques (J. V.)

13Plusieurs éléments épars signalent des fréquentations d’âge antique et postérieures. De la salle II, outre le fauchon d’artillerie de l’armée française, modèle 1831, dont il a déjà été fait mention (§ 1.1.3.), des fragments de récipient en pierre ollaire ont été découverts en B4. Des vestiges plus récents, témoins des pratiques de chasse, sont représentés par des grelots et des lames de couteaux métalliques. Une pendeloque rectangulaire en étain ou en plomb provient des déblais (23,5 x 12 x 2 mm). La fouille de la salle I a permis de recueillir, proches de la surface :

  • En C4, une épingle à petite tête subsphérique décorée d’une spirale, en argent (L = 42 mm).

  • En B6, un crochet en fer.

  • Dans la zone d’éboulis (GH5-7), deux barrettes demi-circulaires perforées (83 x 10 x 15 mm) en matière dure animale, assemblées par 4 rivets de bronze qui ont dû maintenir la plaquette d’un peigne à double rangée de dents.
    Une datation sur charbons de bois de la couche C1, carré E6, z =-102 cm (fouille 1982), sous un rocher, donne un résultat éventuellement compatible avec la chronologie de cet objet : CRG-529, 1270 ± 90 B. P., soit autour du VIIIe siècle de notre ère. Elle ne correspond pas, à l’inverse, à la datation retenue pour la fibule découverte à proximité (Ier siècle av. J.-C. ; § 8.1.).

  • En surface, des douilles, déchets d’activités militaires dont la région a été victime.

Table des illustrations

Légende Fig. 141 - Mobilier protohistorique laténien.1 : céramique tournée.2 et 3 : arc et fibule en bronze.4 : perle en verre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540