Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 7. Mobiliers et identification culturelle au Bronze final

Hélène Barge, Fabien Convertini, Éric Thirault et Joël Vital

Texte intégral

7.1. La céramique (J. V.)

7.1.1. Introduction

1Les contextes de découvertes des mobiliers de l’âge du Bronze final sont de qualité inégale. Dans la salle II, le faible taux de sédimentation et la qualité des observations n’autorisent pas d’autre classement que celui effectué par tri typologique. Dans la salle I, la synthèse stratigraphique fournie pour la bande E (§ 2.2.4.3. ; fig. 31) ne permet pas de détailler la séquence céramique des couches B3/G4 à B5 qui se développe sur 0,40 m d’épaisseur maximale. La position chronographique de la datation CRG-530, 2880 ± 80 B. P., soit vers 1125-1010 av. J.-C., apparaît même assez profonde. Ce n’est que dans la bande G, dans la diaclase qui concentre un épais éboulis, que nous avons pu distinguer et restituer un assemblage céramique conséquent du début du Bronze final selon des contours stratigraphiques cohérents (fig. 31, fig. 90), auquel succède une série de récipients du Bronze final 2.

Inventaire

Localisation spatiale

Corrélations

Vase 1

D5, E5-6-7

Vase 2

D5, D7, E5, F4-5

Vase 3

E3-5, CD3-4, D6, E8, F3-5, G5

E-F-G

Vase 4

E5

Vase 5

H7, éboulis 1986

Vase 6

G6, éboulis 1986-87, E7, salle 2 (A2)

E-G-éboulis-salle II

Vase 7

G6

Vase 8

G5-6-7, éboulis 1985-86

G-éboulis

Vase 9

D4, E2, E5, F4-5, éboulis 1986

E-éboulis

Vase 10

G5-6, F5

Tesson 11

E6

Vase 12

DE8

Vase 13

F3-5, G5-6, éboulis 1986

G-éboulis

Vase 14

G6, éboulis 1985-87

G-éboulis

Vase 15

FG6, G5, éboulis 1985-87

G-éboulis

Vase 16

E4, E7, éboulis 1985-86, salle 2 (A1)

E-éboulis-salle II

Vase 17

G5-6, éboulis 1986

G-éboulis

Vase 18

G6, éboulis 1985

Fig. 90 - Bronze final 1. Tableau d’identification, de localisation spatiale et d’insertion stratigraphique de 18 céramiques représentatives.

2L’illustration qui est donnée des séries du Bronze final a été réalisée à partir des pièces originales. Les planches de mobilier des rapports d’opération de R. Chemin indiquent que quelques tessons, une demi-douzaine, ont pu être égarés. Leur typologie ne diffère en rien de celle des unités figurées ici, à l’exception d’un récipient confié au CDPA de Grenoble et qui n’a pu être retrouvé (fig. 99, n° 2), que nous avons reproduit à partir d’un relevé antérieur (Benamour 1979, n° 34). Le corpus céramique prend en compte tous les éléments typologiques significatifs. Nous avons considéré comme redondants nombre de fragments de taille limitée de panses digitées, fonds, bords et rebords, non figurés ici et qui ne pouvaient en outre alimenter aucun décompte en l’absence de contextes spatio-temporels fiables pouvant faire l’objet de comparaisons.

3L’état de conservation des récipients en terre cuite est excellent, ce qui nous a conduit à tenter des rapprochements à visées chronologiques à partir des caractéristiques physiques des formes céramiques les moins fragmentées. Les critères pris en compte sont les états de surface et la coloration, ainsi que la structure de la pâte et la taille des particules ajoutées. Des confrontations ont également été faites avec des ensembles céramiques régionaux, tels ceux de l’abri du Châtel (fouilles J.-C. Ozanne inédites) ou encore d’Aussois Le Coin (Ozanne, Vital 1999), à quelques kilomètres en aval, de manière à identifier d’éventuelles cohérences matérielles suivant la technologie des productions.

7.1.2. Caractères morphologiques généraux

4Le classement typologique adopté s’appuie sur des travaux antérieurs et sur les critères descriptifs alors retenus (Vital 1990a). Nous distinguons ainsi dans une première étape les catégories des formes non segmentées, à profil continu ou discontinu, et des récipients segmentés. Au sein des formes non segmentées, nous séparons les coupes des bols selon le degré d’aplatissement plus ou moins marqué des volumes. Parmi les céramiques à profil segmenté, les plus volumineuses sont les jarres, puis viennent ensuite les pots, et enfin les gobelets ou des variantes de plus grand diamètre ou de moindre hauteur regroupées parmi les jattes. Dans cette catégorie, nous pouvons préciser la forme cylindrique ou convergente du profil de la partie supérieure, formant parfois un épaulement dans le cas des jattes et des gobelets. La présence d’un rebord ou d’un col est considérée comme critère cumulatif. Un diagramme de corrélation diamètre maximum sur hauteur permet d’isoler les différentes catégories et les types (fig. 91).

Fig. 91 - Diagramme de corrélation Hauteur/Diamètre maximum des formes céramiques des collections P. Benamour (PB) et R. Chemin (RC) du BF1 (BzD), du BF2a (HaA1) et du BF2b-3a (HaA2, HaB1 ancien).

7.1.3. Cadre chronoculturel de référence

5Depuis le milieu du XXe siècle, nous disposons de deux systèmes conventionnels de classement des productions matérielles du Bronze final, métalliques et céramiques, celui de H. Müller-Karpe pour le monde germanique oriental et de J.-J. Hatt pour la France. Le premier a connu des prolongements pour le vaste ensemble géographique alpin et circum-alpin nord-occidental à partir de la synthèse de L. Sperber (1987). Dans ces systèmes conventionnels, l’évolution de la culture matérielle fonde la chronologie et, par voie de conséquence, le découpage chronométrique selon la mesure orientée du temps universel. La synthèse de L. Sperber a été l’objet de critiques du fait d’une correspondance imparfaite entre les styles céramiques définis classiquement et les propositions de découpage chronologiques (David-Elbiali 2000 ; Moinat, David-Elbiali 2003). La phase SBIIc, qui comprend encore des types céramiques qui définissent le HaA2 au sens de H. Müller-Karpe, est mise en parallèle avec le HaB1 (Sperber 1987 : 254), stade durant lequel se développe le style « riche » helvétique. Mais ces décors complexes couvrants intègrent également le SBIIIa qui est synchronisé avec le HaB2. Ces problèmes d’ajustement des chronologies de L. Sperber et de H. Müller-Karpe pour la transition SbIIb/SbIIc/SbIIIa ou HaA2/HaB1sont illustrés sur le tableau de synchronisation proposé par W. Brestrich à l’issue de l’étude du mobilier des tombes de la nécropole bronze final de Singen am Hohentwil dans le Bade-Wurtemberg (Brestrich 1998, fig. 37). Cet auteur propose également quelques modifications chronologiques mineures qui contractent la phase SbIIc dans le temps. Il subsiste néanmoins des contradictions entre ces découpages chronologiques et le développement des styles céramiques dont l’évolution laisse la place à des chevauchements de l’ordre du demi-siècle (Rychner et al. 1995), rendant hasardeuse toute tentative de segmentation rigide.

6Redoutant à la suite de cette critique de fond de V. Rychner un abandon précipité des chronologies relatives, c’est pourtant à cet exercice que se livrent M. David-Elbiali et P. Moinat à partir de l’étude de la nécropole de Vidy, dans la banlieue lausannoise. Les observations de grande valeur scientifique qui sont produites permettent aux auteurs d’élaborer un nouveau canevas chronologique pour le Plateau suisse, qui bénéficie cette fois du classement de nombreux ensembles mobiliers des stations littorales dont les occupations sont datées en dendrochronologie (Moinat, David-Elbiali 2003). Sur cette base, une partition du HaB en cinq phases d’une durée arbitraire de 50 ans est proposée. Cet intervalle « correspond à la durée minimale qui permet d’observer une évolution et un renouvellement des types » dans un développement stylistique continu (David-Elbiali, Dunning 2005). L’existence d’un horizon HaB1 à l’échelle d’une bonne partie de l’Europe constitue alors un argument décisif pour positionner ce stade entre 1060 et 950 av. J.-C. ; une bipartition du HaB1 étant en outre proposée autour de l’an-1000. Le début du HaA2 qui précède n’est pas daté sur les sites palafittiques alors que L. Sperber (1987) retient respectivement les dates de 1155 et 1085 av. J.-C. pour les transitions HaA1/HaA2 et HaA2/HaB1.

7La chronologie des premières phases du Bronze final (BzD-HaA1, BF1-2a) fait aussi l’objet de débats. M. David-Elbiali proposait d’ailleurs il y a peu de regrouper ces phases sous l’appellation Bronze récent en Suisse occidentale (Moinat, David-Elbiali 2003 : 18), à l’image de la chronologie italienne. La séquence datée proposée par L. Sperber (1987) pour cette période, avec un début du Bronze final vers 1365 av. J.-C. n’a pas résisté au renouvellement des données et à l’élaboration de nouvelles hypothèses chronologiques. Les arguments chronométriques ont été tirés de la datation dendrochronologique des cercueils d’Europe du Nord (transition Montélius II/III) et des mesures radiocarbones sur les nécropoles et sites de Suisse orientale, replacés dans un contexte plus large (Fischer 1997), étendu à l’échelle de l’Europe (Della Casa, Fischer 1997). Ainsi, P. Della Casa et C. Fischer, à l’issue d’une confrontation entre ensembles typologiques bénéficiant de données chronométriques fiables, placent-ils le début du Bronze final (BzD, BF1) dans le dernier quart du 14e s. av. J.-C. C’est aussi cette limite que retient simultanément L. Sperber à partir des datations obtenues dans le nord de l’Europe (Sperber 1999), avec un développement du Bronze D en deux phases comprises entre 1325 et 1205 av. J.-C. Cependant, la fouille de foyers à pierres chauffées du site zurichois d’Elgg Breiti a livré plusieurs pièces de chêne calcinées qui ont fait l’objet de mesures dendrochronologiques plaçant l’utilisation de deux des foyers dans l’intervalle 1250-1230 av. J.-C. (Mäder, Sormaz 2000), alors que le mobilier relève bien du Bronze D, dans une phase non évoluée.

8Nous constatons donc que la séquence Bronze D2-HaA1-HaA2 est actuellement moins bien documentée que l’intervalle HaB1-HaC et qu’elle doit se développer durant le 12e s. av. J.-C. et un peu au-delà. De plus, les corpus céramiques étudiés par ces différents auteurs germanophones ne recoupent que bien imparfaitement l’éventail typologique des premiers siècles du Bronze final des Alpes occidentales, ce qui ajoute une difficulté supplémentaire pour les confrontations à longue distance, moins pénalisantes pour la seconde moitié de cette période.

9Nous avons eu l’occasion de dresser un bilan résumé du développement chronoculturel en Italie nord-occidentale à l’occasion de l’analyse de la séquence Bronze moyen - Bronze récent de Provence (Vital 1999). La succession et la répartition des groupes du Bronze récent - encore dénommé Bronze tardif - italiques (Bronze D, Bronze final 1) n’ont pas été fondamentalement modifiées depuis. Les bases de la chronologie actuellement la plus couramment utilisée en Lombardie occidentale et en Piémont ont été exposées en premier lieu par R. De Marinis à partir de l’étude des épées des nécropoles lombardes du Bronze moyen au Bronze récent. Cette analyse conduit à proposer une succession dans le temps des cultures de Scamozzina et de Canegrate au sein du Bronze D, puis deux ans plus tard une évolution du faciès Scamozzina-Monza sur une phase de transition entre Bronze C et Bronze D. M. Primas arrive à la même conclusion et elle identifie deux zones d’implantation, est et ouest, entre les tombes de faciès Scamozzina-Monza et Canegrate de la nécropole éponyme (Primas 1975). Cette nécropole de Canegrate (Rittatore 1954a, 1957) joue toujours un rôle de pivot dans les constructions typochronologiques paneuropéennes occidentales. En 1991, à partir de l’analyse comparative des nécropoles de l’âge du Bronze du Tessin et de la Lombardie, R. Janke subdivise en deux la phase Bronze D commune à Scamozzina et à Canegrate (Janke 1991). Un troisième stade (HaA1) est individualisé à partir de la présence d’un fragment d’épingle de type Binningen dans la tombe 151 et de l’identification de jattes à épaulement spécifiques d’une phase évoluée. Les développements plus récents iraient plutôt dans le sens d’un resserrement de ces trois phases dans le Bronze D, en deux temps, avec une série de tombes relevant indubitablement du Bronze D1 et les ensembles du troisième stade de R. Janke correspondant au BzD2 (Della Casa 2000). En outre, R. Janke ne reconnaît pas d’évolution dans le temps de l’organisation spatiale de la nécropole de Canegrate. C’est au même schéma que parvient L. Domanico dans son étude de la succession chronologique et de l’identité culturelle du mobilier des nécropoles d’Italie nord-occidentale entre le Bronze moyen et le Bronze récent. Elle confirme un développement en trois stades de ces ensembles, correspondant au BzC2, au BzD1 et au BzD2 de la chronologie nord-alpine. La principale phase d’utilisation de la nécropole de Canegrate est alors rapportée au Bronze D1, le Bronze D2 étant représenté par des éléments le plus souvent isolés (Domanico 1998, 2000). Ces ajustements conduisent au schéma actuel qui reconnaît une succession entre Scamozzina et Canegrate dans une première phase du Bronze D, le premier trouvant son origine dans le Bronze C (BzC2), le second se développant jusqu’au début du Ha A1. L’origine nord-italique et non nord-alpine de la culture de Canegrate en sort renforcée (De Marinis 2000a).

10En Piémont, les découvertes de ces dernières décennies permettent de dresser un schéma qui peut servir de référence pour les Alpes occidentales. Le faciès Alba-Scamozzina-Monza connaît les premières nécropoles à incinérations et se développe dès le Bronze C2 dans toute l’Italie nord-occidentale (Alba-Scamozzina I), marqué par la multiplication des formes céramiques à double carène. La phase suivante (Alba-Scamozzina II, Bronze récent 1, Bronze D1) se place dans la continuité culturelle d’Alba-Scamozzina I et elle est synchronisée avec le début du Bronze récent des terramares d’Italie centro-padane. Enfin, le Bronze récent 2-3 (Bronze D2) voit une segmentation des groupes culturels avec, au nord du Po, Canegrate de la Lombardie occidentale à la Doria Riparia, puis sur le piémont alpin un groupe occidental du faciès Alba-Solero puis, au sud du Po, la principale zone d’extension de ce dernier en région piémontaise, peu influencé par le groupe de Canegrate et qui développe un style céramique propre (Gambari 1995, 2004a et 2004b). L’évolution des corpus céramiques durant ces trois stades à fait l’objet d’une première analyse (Venturino Gambari, Giaretti 2004). L’hypothèse et l’extension géographique d’un groupe périphérique, nord-occidental et/ou alpin (Valais, Val d’Aoste, Canavese) de Canegrate rendent encore plus complexe l’articulation chronoculturelle du Bronze D transalpin (David-Elbiali 2000 ; Rubat Borel 2006b).

11Nous constatons que la chronologie de la nécropole et du mobilier de Canegrate vue du sud des Alpes s’oppose à la conception qu’en livrent les chercheurs d’optique nord-alpine, les premiers favorables à une datation de la majorité des tombes au Bronze D2, comme R. De Marinis (2000a), les seconds au Bronze D1. La question de la synchronie partielle des styles Scamozzina et Canegrate se pose à nouveau, interrogation déjà soulevée par N. Negroni Catacchio (1981, 1997), et qui aurait pour cadre chronologique le Bronze D1.

12Au Bronze final (HaA-B1), le Piémont et la Ligurie sont occupés par plusieurs entités distinctes. La culture Protogolasecca se développe peu ou prou selon les contours de celle de Canegrate au BzD et se distingue de son pendant Proto-Villanovien plus oriental. C’est toujours la nécropole d’Ascona San Materno, en Tessin, qui permet la meilleure distinction entre les phases HaA1-HaA2 (De Marinis 2000 ; Gambari 2006). Cependant, la phase Ha A du Protogolasecca (PG I et PG II) demeure insuffisamment documentée en dehors du site funéraire tessinois, le développement chronoculturel devenant plus détaillé à partir du HaB1 classique (De Marinis 2000b, 2005 ; De Marinis, Gambari 2005). Cet état de fait est une difficulté pour l’étude des relations culturelles transalpines à cette époque.

13Ensuite, la zone nord-occidentale est pour partie redevable des influences clairement attestées du groupe Rhin-Suisse-France orientale et du Protogolasecca aux XI-Xe s. av. J.-C. Cette influence culturelle est à l’origine de la définition du faciès Pont-Valperga (Rubat Borel 2006a). De la Ligurie interne au littoral méditerranéen s’étend une entité particulière Proto-Ligure, qui se superpose à l’aire du faciès précédent Alba-Solero (Gambari 2004b ; Del Lucchese, Gambari 2006). La publication de la nécropole piémontaise de Morano sul Po (Venturino Gambari 2006) souligne l’existence de connexions nord-occidentales, qui sont essentiellement illustrées par du mobilier métallique, des épingles notamment, et par quelques parentés entre formes biconiques lacustres et urnes funéraires du Protogolasecca (Giaretti, Rubat Borel 2006). Les corpus céramiques de cette culture sont en effet limités par la standardisation des effectifs des nécropoles, comme le montre bien ceux des tombes de Morano. La mise en parallèle des séquences HaB1 ancien-HaB3 nord et sud-alpines permet une extension en Italie nord-occidentale de la chronologie absolue obtenue sur les stations littorales de la région des Trois lacs (David-Elbiali, Dunning 2005 ; Gambari 2006).

14Dans les Alpes occidentales et la vallée du Rhône, la chronologie des styles céramiques n’est pas encore clairement établie. Les premières tentatives menées sur les séries du défilé de Donzère (Drôme ; Vital 1990a) sont à ce jour en partie dépassées. En Provence, deux phases sont postulées pour le Bronze final 1 (Vital 2004a). La première (BzD1) serait illustrée dans les Alpes-Maritimes à Vence (Baou des Noirs et grotte des Poteries) et dans l’abri Pendimoun à Castellar. Les formes spécifiques sont les coupes carénées étroites ou à épaulement, les jarres sinueuses à cordon, les gobelets à bandeau. L’absence de cannelure bouclée dans les bons ensembles clos du BM3 indique qu’il pourrait s’agir d’un décor de cette phase ancienne (aven de Vauclare à Esparron-de-Verdon, nécropole Youri à Nice). Les affinités typologiques sont à rechercher avec le faciès Alba-Solero et la Ligurie. Un second stade (BzD2) a pu être ensuite dégagé à l’issue d’une relecture critique de la série de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence), opérée à la lumière de l’ensemble clos de Claparouse à Lagnes (Sauzade, Vital 2002a ; Buisson Catil, Vital 2002b : 137), aboutissant à la nécessité d’une révision de la séquence Bronze moyen-récent provençal. Les principales formes céramiques du Bronze final 1 récent sont les écuelles carénées ou cintrées à bandeau ou à méplat, les coupes carénées étroites, les pots à carène digitée haute, les jarres à ressaut digité, les gobelets et jarres à décors de cannelures horizontales, en arceaux ou obliques. Ces céramiques semblent se dégager progressivement de la stylistique italique nord-occidentale de la seconde phase du Bronze moyen. La série vauclusienne de l’aven des Fourches 1 à Sault conserve un certain nombre d’éléments rhodaniens (Buisson-Catil, Sauzade 1997). En Provence, les bons ensembles manquent ensuite pour une sériation affinée du Bronze final 2 et 3, jusqu’à l’apparition des styles du Bronze final 3b.

15Dans la vallée du Rhône et les Alpes occidentales, à l’issue de quelques tentatives limitées de définition de la première phase du Bronze final (Vital 1989a et b) qui ont rapidement montré leurs limites, quelques caractéristiques ont pu être dégagées. Dans les Alpes du Nord, un style de céramique à larges cannelures horizontales et bandeaux externes semble en connexion avec les groupes d’Italie nord-occidentale, de Canegrate notamment, comme dans le dépôt de vase de la grotte de La Rousse à Sainte-Marie-du-Mont en Isère, élargissant ainsi l’aire d’influence de ce groupe (Bocquet, Vital 1989 ; Ozanne, Vital 1999). Dans la vallée du Rhône, et plus largement dans l’axe Saône-Rhône, les productions semblent par contre conserver une certaine spécificité en liaison avec les cultures nord-ouest alpines (Vital 1990b ; Jacquet 1998). Il semble qu’un stade Bronze final 2a puisse être isolé ; les décors cannelés orthogonaux couvrants constituent un bon marqueur, avec la présence de coupes coniques à rebord naissant (Thiériot 1989). Le Bronze final 2b et 3a voit l’empreinte du style Rhin-Suisse-France orientale (Brun, Mordant 1988), surtout marquée dans la région lyonnaise (Vital 1988), mais dont les composantes jurassiennes sont perceptibles jusqu’en Ardèche (grotte des Cloches, Vital 1986). L’accumulation des matériaux dans l’Est lyonnais (Guillet et al. 1999 ; Hénon, Caclin, Bertrand 2001 ; Hénon, Joly, Lalai 2002 ; Thiériot 2005) devrait assez rapidement déboucher sur l’élaboration d’une séquence céramique indépendante pour le Bronze final régional. Un important point d’ancrage en chronologie absolue est fourni par la séquence relevée dans le port de Tougues à Chens-sur-Léman, en Haute-Savoie (Billaud, Marguet, 1992 ; Rychner et al. 1995). Trois niveaux organiques livrant des assemblages céramiques significatifs ont été corrélés à trois phases principales, mais non exclusives, d’abattages de pieux datés en dendrochronologie :-1071-1054 (ensemble 3, avec des bois horizontaux datés), - 1017-965 (ensemble 2) et-905-805 (ensemble 1). Ce mobilier montre certaines spécificités par rapport aux productions du Plateau suisse. Ces différences sont également sensibles sur le lac du Bourget (Bocquet, Marguet, Orcel 1988 ; Kerouanton 1999, 2002). Le Bronze final apparaît dans le sud-est de la France comme une période de basculement des relations à longue distance, les connexions continentales tendant progressivement à l’emporter sur les relations méridionales.

16Depuis une décennie environ, ce sont donc les mesures physiques, dendrochronologie en premier lieu et datations radiocarbones très secondairement, qui ont permis d’inverser la prééminence d’un des termes du couple typologie et chronométrie, le temps fondant cette fois l’analyse dynamique des systèmes techniques, ou chronotypologie, ainsi que l’illustrent les recherches conduites en domaine nord-alpin (Sperber 1987 ; Borrello1992, 1993 ; Rychner et al. 1995 ; Moinat, David-Elbiali 2003). Nous disposons donc et utiliserons spécifiquement les deux systèmes, la nomenclature typochronologique (BF1, 2, 3) lorsque c’est le mobilier qui permet une scansion du temps, la succession chronotypologique lorsque nous pourrons nous rattacher à elle (HaA2, B1, B2, B3). Le passage entre les phases Bronze final 2b et Bronze final 3a du système conventionnel pose problème dans la mesure où un stade évolutif intermédiaire (HaB1a) a été identifié entre autres en Suisse occidentale. Ce n’est pas encore le cas en domaine rhodanien, ce qui nous laissera souvent dans un état d’indécision qu’il conviendra de réduire en donnant, autant que faire se pourra, les précisions correspondantes.

7.1.4. Comparaisons et affinités chronoculturelles

17Comme pour les ensembles de vestiges du Néolithique final, les comparaisons ont été recherchées à l’échelle de l’Ouest européen. Le découpage géographique reprend peu ou prou la zonation établie lors de l’étude du mobilier de l’âge du Bronze de la Baume des Anges à Donzère (Drôme ; Vital 1990a, fig. 55), avec un souci de détail supplémentaire pour les régions nord-ouest alpines. Nous retenons les dix entités géographiques suivantes : vallée du Rhône moyen, Alpes, Auvergne (RAA), Italie nord-occidentale et sud des Alpes (INSA), Provence (PROV), Languedoc et marges sud et sud-est du Massif Central (LANG), Centre-Ouest et Sud-Ouest (CSO), Bourgogne et Jura (BJ), Bassin parisien et de la Loire moyenne (BPL), Plateau suisse et nord des Alpes (PSNA), France de l’Est (FdE) et enfin Allemagne du Sud (AdS).

7.2. Les céramiques attribuables au Bronze final 1 (J. V.)

7.2.1. Contexte stratigraphique et spatial

18Dans la salle I, la série céramique peut être décomposée en cinq sous-ensembles selon les conditions de gisement :
- Dans la bande E, plusieurs récipients constituent un groupe cohérent d’un point de vue stratigraphique (fig. 31 ; § 2.2.4.2.). Ils ont été identifiés par un numéro d’ordre : vases nos 3, 5 à 10 et 13 à 17 (fig. 90). Les raccords opérés avec des tessons issus de la fouille de l’éboulis durant les années 1985 à 1987 confirment bien la datation présumée du Bronze final 1 pour les formations plus particulièrement extraites en 1986-87 (§. 2.2.4.1.) ; dans cette partie de la cavité, l’unité chronographique que nous avons circonscrite (fig. 31, 33) ne livre aucun élément postérieur.
- Sur la base de cette attribution, cinq nouveaux vases tirés de l’éboulis peuvent compléter cet inventaire (fig. 92, nos 9, 11, 12 ; fig. 94, nos 6, 7).
- Un troisième groupe de récipients de la même période, localisé dans la bande G et alentours, est identifié par l’analyse typologique, mais également par le jeu des relations spatiales. Le vase n° 3 se disperse entre des carrés des bandes C à G, les formes nos 9, 6 et 16 montrent des raccords entre la bande E et la zone de l’éboulis (bande G), alors que des fragments de ces deux dernières unités ont également été recueillis dans la salle II (respectivement, carrés A2 et A1).
- La dispersion des vases nos 1, 2, 4 et 12 correspond en E à celle des précédents.
- Enfin, des pièces découvertes en contextes confus sont rattachées à l’ensemble sur des considérations morphologiques ou sémiotiques (fig. 92, n° 2 ; fig. 93, nos 3, 4, 6, 7 ; fig. 94, nos 2-5).

19La salle II a livré aussi un nombre conséquent de céramiques du début du Bronze final (fig. 97-99 ; fig. 100, n° 2), mais l’analyse de leurs affinités chronoculturelles ne peut reposer sur aucun argument stratigraphique du fait de la faiblesse de la sédimentation accumulée dans cette salle.

7.2.2. Inventaire et comparaisons

Les coupes

Coupe segmentée à arête vive et lèvre aplatie (vase n° 2 ; fig. 92, n° 1)

20INSA : en Piémont, dans la vallée du Tanaro, une forme moins anguleuse, mais de module comparable, est issue de l’us 4 d’une fosse du sondage G d’Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 170, n° 3) rapportée à la phase de transition BM/BT et au Bronze tardif (BF1) ; une comparaison dans la tombes 83 de la nécropole de Canegrate en Lombardie (Rittatore 1954a, pl. XII), qui conservait en outre un gobelet à épaulement et décor de lamelles à base métallique d’une phase avancée du Bronze final 1 (Bronze D2 ; Della Casa 2000) ; un fragment d’inspiration proche est issu de la tombe 123 (Rittatore 1957, pl. XI).

21PROV : dans la fosse 1 de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence ; Vital 1999, fig. 21, n° 1) dans un ensemble mobilier dont la datation a été révisée, du Bronze final 1 (Buisson-Catil, Vital 2002b).

22LANG : un fragment à anse découvert hors contexte dans la grotte sépulcrale bronze ancien du Baptème à Saint-Privas-de-Champclos (Gard ; Roudil, Tscherter 1995, fig. 18, n° 3).

23Bilan : les comparaisons sont essentiellement méridionales, avec la nécropole lombarde de Canegrate notamment et le Midi de la France.

Coupe segmentée (fig. 97, n° 1)

24PROV : dès la fin du Bronze moyen, sur le site de La Rouyère au Beaucet (Vaucluse ; Sauzade, Vital 2002b, fig. 45, n° 2) ; une forme un peu plus grande dans le silo AX de Tourtour plateau Saint-Pierre, de même datation (Var ; Vital 1999, fig. 36, n° 3) ; à Châteauvieux, grotte des Fées, hors contexte (ibid., fig. 23, n° 2) ; au Bronze final 1 à Vence Le Baou des Noirs (ibid., fig. 50, n° 2).

25RAA : un exemplaire de dimensions plus réduites dans la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain ; Gillot 1999, pl. 13, n° 2) et avec un décor incisé sur le site du boulevard périphérique nord de Lyon (Rhône ; Jacquet et al. 1998 : 174, n° 967), dans les deux cas au Bronze final 1.

26INSA : une forme identique parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, en Ligurie, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Scotti, Vicino 1996, fig. 4.8, n° 1).

27Bilan : forme bien répartie dans le sud-est de la France et secondairement en Ligurie, de la fin du Bronze moyen au Bronze final 1.

Coupe segmentée à rebord convexe (fig. 97, n° 2)

28PROV : à partir de la fin du Bronze moyen à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc (Alpes-Maritimes ; Vital 1999, fig. 27, nos 3 à 5) ; au Bronze final 1 dans l’aven des Fourches 1 à Sault (Vaucluse ; Buisson-Catil, Sauzade 1997, fig. 8, n° 3), dans la fosse 2 de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (Vital 1999, fig. 20, nos 3 et 4) et dans la fosse de Claparouse à Lagnes (Vaucluse ; Sauzade, Vital 2002b, fig. 69, nos 2 et 3) ; une même forme un peu plus large dans la grotte des Poteries à Vence (Alpes-Maritimes ; Vital 1999, fig. 45, n° 4) ainsi qu’à Vence Le Baou des Noirs (ibid., fig. 50, n° 7), probablement à la même période.

29INSA : parmi le mobilier de l’occupation du Bronze récent sur le site de hauteur du Castellaro di Zignago en Ligurie (Scarani, Mannoni 1974, fig. 2 ; Mannoni, Tizzoni 1980) ; en Ligurie également, une pièce un peu plus large, de profil identique, a été recueillie dans l’us 5 du sondage F d’Alba Borgo Moretta durant la première phase du Bronze final 1 (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 167, n° 10).

30PSNA : dans la salle 3 de la grotte In-Albon à Viège (Valais ; David-Elbiali 1987, pl. 1, nos I/3.2 et I/3.5 ; David-Elbiali 2000), dans un ensemble céramique attribué au Bronze Final 1-2a (BzD2/HaA1) d’affinités italiques.

31Bilan : les éléments convergent pour une datation au Bronze final 1 en ambiance méridionale, correspondant en Italie nord-occidentale au faciès Alba-Solero.

Les jattes

Jatte à bord droit, à arête vive (vase n° 3 ; fig. 92, n° 3)

32PROV : à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc dès le stade récent du Bronze moyen (Vital 1999, fig. 26, nos 6 et 7) ; au Bronze final 1 avec une paroi plus cintrée, dans la fosse 2 de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (ibid., fig. 20, n° 1).

33LANG : un exemplaire de diamètre plus réduit dans la fosse 4 de l’Euze à Bagnols-sur-Cèze, (Gard ; Convertini et al. 2010, fig. 19, no 1) qui a livré un ensemble céramique important daté sur os vers 1375-1260 av. J.-C. (GrA-23314 : 3055 ± 40 BP) en probabilités maximales.

34Bilan : cette forme large à arête vive est essentiellement présente dans le Midi au Bronze final 1.

Fig. 92 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.

Jatte à rebord divergent et à cannelure horizontale légère discontinue (vase n° 1 ; fig. 92, n° 4)

35RAA : le parallèle le plus satisfaisant est en domaine alpin dans la grotte Joubert à Sigottier (Hautes-Alpes ; Bocquet 1976, fig. 40, n° 8), mais hors contexte ; un tesson isolé à plus large rebord parmi le mobilier recueilli dans la Baume des Anges à Donzère (Drôme ; Vital 1990a, fig. 18, n° 15), de datation probable du début du Bronze final.

36PROV : dès le stade récent du Bronze moyen, mais sans décor au-dessus de l’arête, à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc (Vital 1999, fig. 27, nos 6 et 13), puis au Bronze final 1 à Vence Le Baou des Noirs (ibid., fig. 50, n° 4) ; une forme plus refermée et plus étirée, à cannelure horizontale unique, à Plan d’Aups grotte des Monnaies (Var ; ibid., fig. 19, n° 9) sans contexte ; un autre exemplaire de même facture dans la fosse 2 de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (ibid., fig. 20, n° 7) au Bronze final 1.

37INSA : en Lombardie occidentale, ces formes, non décorées, servent de couvercle aux urnes des tombes bronze final 1 de la nécropole de Scamozzina à Albairate (Vanacci Lunazzi 1971, pl. 1, nos 3 et 7).

38Bilan : les confrontations les plus nettes s’opèrent dans les Alpes et le sud-est de la France, avec une connexion dans la Plaine padane, au Bronze final 1.

Tesson de jatte à cannelures doubles horizontales (vase n° 11 ; fig. 92, n° 5)

39RAA : un profil complet dans la structure 14 de Jons les Batailles, site rattaché au Bronze final 2a (Rhône ; Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 36, n° 1). Le corpus céramique de cette fosse correspond probablement plus au stade antérieur ; parmi le mobilier hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 15, n° 6). Bilan : ce tesson connaît des rapprochements dans la vallée du Rhône au début du Bronze final.

Jatte à bandeau étroit (vase n° 12 ; fig. 92, n° 7)

40PROV : au Bronze final 1 dans la fosse 2 et en surface de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (Vital 1999, fig. 20, n° 12 ; fig. 22, nos 5 et 6) et dans la Grande Grotte de Vidauque, sans contexte (Vaucluse ; Buisson-Catil, Vital 2002, fig. 73, n° 2).

41INSA : ce type fait partie de l’inventaire du faciès piémontais Alba-Solero d’une phase avancée du Bronze tardif (Venturino Gambari, Giaretti 2004, fig. 1, n° 5) ; une forme à décor cannelé vertical dans le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, en Ligurie, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Falcetti et al. 1994, fig. 5, n° 9).

42RAA : dans la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Gillot 1999, pl. 12, n° 1) au Bronze final 1.

43Bilan : ce fragment trouve des comparaisons de part et d’autre des Alpes occidentales ; la fragmentation ne permet pas un diagnostic plus précis qu’un renvoi aux contextes méridionaux au sens large.

Jatte à bandeau large et rebord (vase n° 13 ; fig. 92, n° 8)

44PROV : dans la fosse 1 de la grotte du Puits à Esparronde-Verdon (Vital 1999, fig. 21, n° 2) au Bronze final 1, comme dans la fosse de Claparouse à Lagnes (Sauzade, Vital 2002b, fig. 69, n° 7).

45LANG : dans la fosse 23046 de Lattes Port Ariane (Hérault ; Vital 2007b, fig. 1, n° 3) au Bronze final 1 également, dans une phase tardive probable ; un tesson dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus, qui mélange des mobiliers du Bronze final 1 au Bronze final 3a, dont une proportion non négligeable de la phase la plus ancienne (Gard ; Dedet, Roudil 1994, fig. 17, n° 19).

46RAA : dans la grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Vital 1986, fig. 8, n° 15), hors stratigraphie ; dans le massif de Chartreuse, les bandeaux larges sont dominants sur les céramiques du Bronze final 1 du dépôt de la grotte de la Rousse à Sainte-Marie-du-Mont (Isère ; Bocquet, Degueurce 1976, fig. 83, n° 5 ; Bocquet, Vital 1989).

47Bilan : c’est un élément qui peut trouver des ascendants provençaux au Bronze moyen, mais qui trouve plus largement les parallèles les meilleurs dans le Sud-Est au Bronze final 1 (éventuellement Bronze D2).

Jatte à rebord court, décor cannelé vertical et circulaire (vase n° 5 ; fig. 92, n° 10)

48PROV : un profil d’inspiration proche dans l’aven de Vauclare à Esparron-de-Verdon (Vital 1999, fig. 34, n° 5), mais sans contexte stratigraphique précis ; le décor est connu sur une jatte à rebord d’une incinération du tumulus 5 de la nécropole de Champ-Crose à Chabestan, rapportée au début du Bronze final (Hautes-Alpes ; Vital 1990c, fig. n° 2).

49RAA : une unité non décorée dans la structure 4 de Jons les Batailles, site rattaché au Bronze final 2a (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 22, n° 5).

50Bilan : aucune comparaison satisfaisante pour cette jatte ; quelques affinités avec des pièces du sud-est de la France dont les datations convergent vers le début du Bronze final.

Jattes à bandeau étroit, col tronconique cintré et/ou rebord, à décor de cannelures verticales, de cupules et d’oculus cannelés simples ou doubles (vase nos 6 et 10 ; fig. 93, nos 1, 2 ; fig. 97, n° 11 ; fig. 101, n° 4)

51INSA : les formes à rebord trouvent un excellent parallèle à oculus cannelé double, quoique sur un bandeau plus développé, dans la nécropole de Rovio, au Tessin (Castelfranco 1875, pl. III, n° 1 ; Janke 1991, pl. 1, n° 2) dont le mobilier hors contexte ne permet pas de précision chronologique, avec comme marqueurs métalliques un couteau à manche à griffe classé dans le deuxième groupe combinatoire de A. Beck, synchronisé avec la phase BzD1 de L. Sperber (Beck 1980 ; Sperber 1987), et une agrafe circulaire à bouton et bélière du HaA1. Les jattes à col cintré trouvent des confrontations morphologiques dans la même région à Gudo Progero (Primas 1972, fig. 9, nos 1 et 2 ; Janke 1991, pl. 5, nos 2 et 5), sans contexte archéologique fiable là non plus. Dans la nécropole de Locarno San Jorio, d’autres comparaisons s’imposent (Primas 1972, fig. 2 ; Janke 1991, pl. 14, nos 1 et 3 ; Janke 1998, fig. 32, n° 10) parmi le mobilier mélangé issu de plusieurs tombes et qui regroupe notamment des parures (épingles, bracelets, couteau, lame de type Voghera) relevant du dernier stade du Bronze moyen et du Bronze D1. Plusieurs comparaisons en Ligurie parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Falcetti et al. 1994, fig. 5, nos 8 et 9). Dans la nécropole lombarde de Canegrate, les gobelets à profil très segmenté sont postulés succéder à ceux à profil moins discontinu (Della Casa 2000). Les associations de mobiliers métalliques accréditent cette hypothèse, les gobelets à bandeau large ou à épaulement peu marqué relevant du Bronze D1. Les exemplaires à épaulement marqué et décor cannelé vertical, généralement plus aplatis, correspondraient au Bronze D2 (Della Casa, Fischer 1997 ; Domanico 1998, 2000), comme dans les tombes 16, 25, 27, 43, 64,... (Rittatore 1954a, pl. IX à XI). Les décors cannelés obliques et circulaires sont encore présents dans une tombe d’enfant de la nécropole tessinoise d’Ascona San Materno au HaA1, avec deux épingles de type Sover (De Marinis 2000b, fig. 3, n° 10).

52RAA : une jatte à col très cintré et épaulement cannelé verticalement accompagnait une grande jarre biconique à cordon lisse dans l’incinération du site du Châtelard à Bourg-Saint-Maurice, datée du BzD2-HaA1 (Savoie ; Ozanne, Vital 1999, fig. 7, n° 2) ; des jattes à bandeau plus large, comme dans la nécropole de Canegrate, figurent dans le dépôt de céramiques du Bronze final 1 de la grotte de la Rousse à Sainte-Marie-du-Mont (Bocquet, Degueurce 1976, fig. 83, nos 2 et 4 ; Bocquet, Vital 1989). Le décor d’oculus cannelés est connu sur des jattes attribuées au Bronze final 2a découvertes hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 24, nos 21 et 22).

53PROV : des jattes de taille inférieure, à décor cannelé horizontal, sont connues dès la fin du Bronze moyen à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc (Vital 1999, fig. 28, nos 16 et 17) ; nous devons aussi évoquer les gobelets, de diamètre inférieur, mais de profil comparable du Bronze final 1 de Vence Le Baou des Noirs (Vital 1999, fig. 50, nos 10 et 13) ainsi qu’un exemplaire à bandeau non cannelé découvert hors contexte dans la grotte de Peygros à Mons (Var ; ibid. fig. 35, n° 3).

54Bilan : sans conteste, c’est avec plusieurs nécropoles tessinoises et avec celle de Canegrate en Lombardie que les affinités sont les plus évidentes, ce que confirme la découverte de Tarentaise. La chronologie est resserrée sur le Bronze final 1, éventuellement dans une phase récente. Les parallèles provençaux sont moins directs.

Fig. 93 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.

Jatte à arête vive et rebord (fig. 92, n° 9)

55RAA : en trois exemplaires sur l’habitat de Jons les Batailles attribué au Bronze final 2a, dans la structure 30 (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 40, n° 11) et dans la structure 14 (ibid., fig. 36, nos 2 et 3) que nous placerions plus volontiers au Bronze final 1 ; une pièce à arête moins marquée dans la grotte des Sarrasins à Seyssinet-Pariset (Isère ; Bocquet 1969, fig. 99, n° 18). Toujours en Isère, une jatte de la grotte de La Balme porte les traces d’un probable décor de bandes d’étain et est attribuée au début du Bronze final (Bocquet, Reymond 1976, fig. 80, n° 9 ; 2007, fig. 19, n° 7) ; au Bronze final 1 dans un thalweg sur le site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 24, n° 184) ; enfin, parmi le mobilier sans contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 19, n° 7).

56BJ : parmi le mobilier hors stratigraphie de la grotte de la Fontaine de la Roche à Courchapon (Doubs ; Richard 1980, n° 172).

57LANG : un exemplaire à décor de cannelures obliques dans la fosse 23046 de Lattes Port Ariane (Vital 2007b, fig. 1, n° 11), datée du 12e s. av. J.-C. ; deux éléments dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus, entre le BF1 et le BF2b, mais probablement durant la phase la plus ancienne du Bronze final (Dedet, Roudil 1994, fig. 17, nos 7 et 8).

58PROV : dans l’aven des Esclargades à Lagnes (Vaucluse ; Sauzade, Vital 2002c, fig. 64, n° 17) probablement au Bronze final 1.

59Bilan : la comparaison provençale apparaît isolée. La répartition de cette forme couvre plutôt l’axe rhodanien, avec des prolongements en Franche-Comté et en Languedoc, au Bronze final 1. Cette forme est ensuite attestée au Bronze final 2 dans la vallée du Rhône.

Jatte à décor de doubles cannelures horizontales (fig. 92, n° 11)

60PROV : une jatte de taille supérieure et à décor de cannelures plus larges à Gattières dans la Baume d’Emboules (Alpes-Maritimes ; Vital 1999, fig. 17, n° 3) sans contexte.

61PSNA : un large récipient, de profil comparable sur le promontoire de Zeneggen-Kasteltschuggen, en Valais, au Bronze final 1 (David-Elbiali 1994, pl. 4, n° 4 ; pl. 5, n° 5).

62INSA : plusieurs profils proches à décor comparable à Viverone (Bertone, Fozzati 2004, fig. 21, nos 2 et 3) mais au plein Bronze moyen.

63Bilan : la fragmentation réduit les comparaisons, de pertinence limitée en outre.

Jatte carénée à rebord et décor de métopes cannelées (fig. 97, n° 4)

64INSA : le thème décoratif est connu sur les bandeaux d’une jatte de Gudo Progero (Tessin ; Primas 1972 ; Janke 1991, pl. 5, n° 2) qui pourrait relever du Bronze D2 (Della Casa 2000), et sur un gobelet du Bronze récent de San-Antonino à Perti, en Ligurie (Scotti, Vicino 1996, fig. 4.8, n° 5) dont le décor est réalisé en cannelures moins étroites. La forme et le traitement du décor par cannelures étroites rappellent la jatte de faciès Canegrate découverte à Bisognina Casalgiate (Fumagalli 1970, fig. 8).

65PROV : ce thème décoratif, avec un motif plus lâche, est connu au début du Bronze final dans la grotte des Poteries à Vence (Vital 1999, fig. 46, n° 3).

66RAA : un motif similaire sur une forme à épaulement dans la grotte de La Balme, hors contexte (Isère ; Bocquet, Reymond 2007, fig. 22, n° 2).

67BJ : une jatte du niveau V de la Baume de Gonvillars présente un motif en métope, sur un profil de style régional connu par exemple à Vaux-les-Prés (Pétrequin 1970, fig. 40, n° 6).

68Bilan : l’association de la forme et du décor ne renvoie qu’en Italie du Nord au Bronze récent.

Jatte à rebord et cannelures horizontales (fig. 97, n° 8)

69PROV : au Bronze moyen, phase récente, les formes provençales approchantes ne portent pas de cannelure et sont munies d’une anse ad ascia (Vital 1999, fig. 36, n° 8 ; fig. 26, n° 17), ce qui les différencie de l’unité de la Balme.

70RAA : un exemplaire un peu plus large découvert hors contexte dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 22, n° 7) et attribué au Bronze final 1.

71LANG : la meilleure comparaison certainement, bien que la forme soit plus aplatie, dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles dans le Bas-Quercy albigeois (Tarn ; Carozza 1994, fig. 35, n° 1), dont le mobilier ne semble cependant pas être antérieur au Bronze final 2.

72BPL : une forme à peine plus large dans l’Orléanais, sur le site du Petit Montault à Lanthenay (Loiret ; Cordier 1977, fig. 15, n° 13) dans une phase ancienne du Bronze final.

73INSA : un fragment de l’us 2/3 du sondage C d’Alba Borgo Moretta semble bien appartenir au même type morphologique, durant le Bronze tardif (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 142, n° 5).

74Bilan : d’assez larges comparaisons, mais dont l’axe principal est d’orientation est-ouest, du Bassin ligérien et du Massif central au Piémont, le plus probablement au Bronze final 1.

Jatte carénée à rebord et cannelures obliques légères (fig. 97, n° 10)

75RAA : une forme à cannelures horizontales attribuée au Bronze final 1 provient de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 22, n° 14).

76PSNA : un exemplaire un peu plus étroit, mais de profil et décor identiques, dans la salle 3 de la grotte In-Albon à Viège (David-Elbiali 1987, pl. 1, n° I/3.1), dans un ensemble céramique daté du Bronze Final 1-2a (BzD/HaA1).

77Bilan : de rares parallèles en domaine alpin et rhodanien au Bronze final 1.

Les gobelets

Gobelet à bandeau large et rebord (fig. 92, n° 12)

78RAA : un gobelet à bandeau et à partie inférieure incisée de la grotte de La Balme (Isère ; Bocquet, Reymond 1976, fig. 79, n° 2 ; 2007, fig. 19, n° 1) relève du début du Bronze final, comme une forme à décor cannelé de l’us 19/96 d’un dépotoir du site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 21, n° 199) ; deux gobelets à bandeau incisé de la couche C1 et hors stratigraphie de la Baume Sourde de Francillon (Drôme ; Vital 1990b, fig. 6, nos 1 et 2) sont attribués au début du Bronze final. Une forme un peu plus large est issue de l’occupation du BF1 de Montélimar Fortuneau (Drôme, inédit).

79INSA : la nécropole lombarde de Canegrate a livré de nombreux gobelets à décor horizontal ou incisé, de diamètre supérieur à la hauteur (Rittatore 1954a, 1957), que le mobilier métallique associé place dès le Bronze D1 (Della Casa, Fischer 1997 ; Domanico 1998).

80PROV : dans l’aven de Vauclare à Esparron-de-Verdon (Vital 1999, fig. 34, nos 6 et 9), mais sans contexte stratigraphique précis.

81Bilan : cette forme est bien représentée dans le Sud-Est ; ses homologues italiques sont souvent plus larges, comme dans la grotte de la Rousse à Sainte-Marie-du-Mont (Bocquet, Vital 1989), à la même période, au Bronze final 1.

Gobelet à bandeau étroit et col cintré (fig. 92, n° 13)

82PROV : un exemplaire moins élancé avec un décor de cannelure bouclée du Bronze final 1 à Vence Le Baou des Noirs (Vital 1999, fig. 50, n° 10).

83LANG : une forme un peu plus large mais de profil comparable dans la couche 3 du sondage 2 du site de Tonnerre II à Lansargues que l’on peut attribuer au début du Bronze final (Dedet 1985, fig. 77, n° 18).

84INSA : un gobelet de profil semblable, mais sans bandeau, est daté de la transition Bronze moyen-tardif dans les us 102-105 du sondage A d’Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 125, n° 9).

85Bilan : il s’agit de productions méridionales, de part et d’autre des Alpes, dont des formes plus anciennes de jattes à bandeaux sont connues dès le Bronze moyen, comme à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc ou dans le silo AX du plateau Saint-Pierre à Tourtour (Vital 1999).

Gobelets à anse horizontale et décors cannelés (fig. 97, nos 5, 6)

86INSA : ce type d’anse apparaît de façon sporadique dans la zone terramaricole d’Emilie occidentale au Bronze récent, mais sur des formes très différentes, à Casaroldo di Samboseto (Mutti 1993, fig. 149, n° 1) ou dans les niveaux supérieurs du grand village de Santa Rosa di Poviglio (Bernabo Brea, Cardarelli 1997, fig. 188, n° 4). Vers l’ouest, cette préhension est attestée dans les Grisons à Mesocco Tec Nev couche B, dans un ensemble mobilier du Bronze récent rapproché du faciès de Canegrate (Della Casa 2000, fig. 2.45a, n° 268) ; une anse horizontale occupe le bandeau lisse d’un gobelet de la couche 4 du site de Castello di Salto à Cuorgnè (Piémont), qui fournit un ensemble majoritairement attribuable au stade récent du Bronze moyen semble-t-il (Cima 1988, pl. LIIIA).

87RAA : le décor cannelé figure sur un tesson hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 22, n° 19).

88Bilan : les anses horizontales sont inconnues dans les Alpes occidentales, hormis les deux témoins des Balmes. Des comparaisons évidentes conduisent en Italie, où ce type de prise abondera ensuite au Bronze final, au sens italien du terme. Une origine depuis les civilisations de la Méditerranée orientale est probable.

Les pots

Pot sinueux à cannelures horizontales (vase n° 9 ; fig. 93, n° 5)

89RAA : une attestation régionale, en Tarentaise, à Bourg-Saint-Maurice Derrière La Motte, sondage 1 (Rey, Moulin 2006, fig. 24).

90LANG : dans la fosse 5 de l’Euze à Bagnols-sur-Cèze, qui renfermait un important ensemble céramique bronze final 1 daté sur os vers 1410-1325 av. J.-C. en probabilités maximales (Gard, Convertini et al. 2010, fig. 23, no 3 ; GrA-23316 : 3120 ± 40 BP).

91PSNA : sur le site de hauteur de Lumbrein Crestaulta (Grisons ; Burkart 1946, fig. 3, n° 4) dans une séquence d’habitat du Bronze moyen-Bronze récent.

92INSA : un gobelet à décor cannelé horizontal plus couvrant provient de la tombe à incinération n° 17 de la nécropole piémontaise de la coopérative San Cassiano à Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 192, n° 17.1) dont le mobilier métallique de style Canegrate permet une datation dans le Bronze final 1, éventuellement dans une phase ancienne.

93Bilan : les rapprochements intéressent à nouveau le Midi et le Piémont au début du Bronze final, ainsi que le pied nord des Alpes.

Pots à rebord court ou bord cintré, ou arête et lèvre digitées (fig. 94, n° 2 ; fig. 98, nos 4, 8 ; fig. 96, nos 7, 8)

94PROV : dans la fosse 1 de la grotte du Puits à Esparron-de-Verdon (Vital 1999, fig. 21, nos 4 et 6) dans un ensemble mobilier du Bronze final 1 ; dans le Chaos de Buoux probablement à la fin du Bronze moyen (Vaucluse ; Vital 2002b, fig. 36, n° 5).

95INSA : dans la nécropole de Locarno San Jorio, parmi le mobilier mélangé issus de plusieurs tombes probablement d’une phase ancienne du BF1 (Janke 1991, pl. 15, n° 11 ; Janke 1998, fig. 32, n° 13). Pour la forme n° 4 : une pièce identique, à la seule différence près que la partie inférieure est totalement couverte de cannelures digitées, parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, en Ligurie, au 14e s. av. J.-C. (Scotti, Vicino 1996, fig. 4.7, n° 3) ; un profil proche, à languette horizontale également, dans la tombe 70 de la nécropole de Canegrate (Rittatore 1954a, pl. XI) au Bronze récent.

96RAA : dans un thalweg pour partie comblé au Bronze final 1 du site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 22, n° 201) ; plusieurs pièces attribuables au Bronze final 1 parmi le mobilier hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 31, nos 8 et 12).

97Bilan : ce type connaît une répartition large de part et d’autre des Alpes occidentales au Bronze récent ou Bronze final 1.

Fig. 94 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.

Pot à rebord court, lèvre et arête digitée (vase n° 17 ; fig. 95, n° 2)

98RAA : en Isère, dans la grotte de Comboire, à Claix, hors contexte (travaux inédits R. Picavet) ; un récipient identique issu de l’occupation du Bronze final 1 de Montélimar Fortuneau (Drôme, inédit).

99PSNA : c’est une forme connue au Bronze moyen sur le site de hauteur de Lumbrein Crestaulta, dans les Grisons (Burkart 1946, pl. XV).

100INSA : sur le site de hauteur du Castellaro di Zignago en Ligurie, parmi le mobilier du Bronze récent (Scarani, Mannoni 1974, fig. 2 ; Mannoni, Tizzoni 1980).

101PROV : dans l’aven des Fourches 1 à Sault, en contexte du Bronze final 1 (Buisson-Catil, Sauzade 1997, fig. 10, n° 6).

102LANG : à plusieurs exemplaires sur les sites du littoral montpelliérain comme Camp-Redon à Lansargues (Hérault ; Prades et al. 1985, fig. 36), mais sans contexte stratigraphique.

103Bilan : la répartition de ce type de récipient est assez large, mais concerne toutefois les régions situées au nord-ouest et à l’ouest des Alpes, avec un point en Ligurie, le plus souvent au Bronze final 1.

Pot à rebord et arête digitée (vase n° 15 ; fig. 95, n° 3)

104INSA : parmi le mobilier hors contexte de Gudo Progero (Primas 1972, fig. 8, n° 10 ; Janke 1991, pl. 6, n° 8) classé au Bronze D ; une forme de module proche, à profil sinueux, date du Bronze tardif (BF1) dans l’us 604 du sondage G d’Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 171, n° 3).

105Bilan : peu nombreuses, les comparaisons conduisent en Italie nord-occidentale au Bronze D.

Fig. 95 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.

Pot cannelé à col cintré (fig. 93, n° 3)

106INSA : une forme à Mesocco Tec Nev couche B (Della Casa 2000, fig. 2.45a, n° 258) parmi un mobilier du Bronze récent de style Canegrate ; un col de jarre de forme comparable est issu de l’us 2/3 du sondage C d’Alba Borgo Moretta, au BF1 (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 142, n° 1).

107Bilan : les rapprochements italiques doivent être considérés en tenant compte de la fragmentation de ce tesson. Plus largement, les cols surmontant des panses cannelées sont fréquents au début du Bronze final dans le Sud-Est, comme en Provence (Vital 1999).

Pots à paroi digitée (fig. 98, nos 1, 2, 6, 7 ; fig. 94, n° 3 ; fig. 96, nos 3, 4)

108RAA : sur le site de Jons les Batailles attribué au Bronze final 2a, dans la structure 1 datée, sur charbons, dans le 14e s. av. J.-C. (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 20) et dans la structure 34 datée sur os dans le 10e s. av. J.-C. (ibid., fig. 26, nos 1 et 2). Les deux mesures sont incompatibles avec l’attribution typologique. En surface de l’occupation du Bronze final 1 de l’habitat du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain ; Vital 1993, fig. 53, nos 5, 6, 8) ; un élément hors contexte provenant de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 32, n° 8). Localement, parmi le mobilier remanié du site d’Aussois Le Coin (Savoie ; Ozanne, Vital 1999, fig. 5, n° 8 ; fig. 6, nos 3 et 4).

109PROV : ces pots sont bien attestés dès la fin du Bronze moyen comme dans le silo AX du plateau Saint-Pierre à Tourtour (Vital 1999, fig. 38), mais dans le cas méridional avec la lèvre systématiquement digitée.

110INSA : un récipient à bord court du sondage « corso Langhe n° 72 » est identique à deux pièces des Balmes (nos 1 et 7) et fait figure d’exception parmi la céramique grossière d’Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 182, n° 4) ; sa datation est imprécise durant la séquence Bronze moyen-Bronze tardif ; un pot entier dans la tombe 10 de la nécropole de Canegrate (Rittatore 1954a, pl. VIII), avec un mobilier métallique de typologie Bronze D1 (Della Casa, Fischer 1997 ; Domanico 1998). Des affinités en Tessin, sur quelques tessons issus d’un contexte stratigraphique confus, sur le Castello di Tegna (Janke 1994, fig. 3, nos 4 et 5).

111Bilan : la région Rhône-Alpes livre la plupart des comparaisons, au Bronze final 1, alors que des éléments assez comparables apparaissent en Provence dans la seconde moitié du Bronze moyen. Ces profils semblent assez peu représentés en Piémont et en Lombardie, mais le parallèle tessinois permet de pondérer cette impression.

Fig. 96 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles P. Benamour.

Fig. 97 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.

Pot à lèvre biseautée digitée (fig. 98, n° 5)

112RAA : un parallèle parmi les céramiques sans contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 33, n° 4), mais relevant probablement du début du Bronze final ; un autre profil dans la structure 19 de Jons les Batailles, site de la région lyonnaise rattaché au Bronze final 2a (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 35, n° 1), cette fosse 19 relevant probablement du Bronze D2/HaA1 ; un tesson dans la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Gillot1999, pl. 29, n° 4) au Bronze final 1.

113Bilan : les références sont rhodaniennes, du début du Bronze final.

Fig. 98 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.

Pots à parties inférieures à digitations ou cannelures pincées couvrantes (fig. 94, nos 6, 7)

114INSA : les cannelures pincées sont présentes sur plusieurs formes hors contexte de Gudo Progero (Tessin ; Primas 1972, fig. 8, nos 1 et 2 ; Janke 1991, pl. 6) classées au Bronze D ; en Ligurie également parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Scotti, Vicino 1996, fig. 4.7, n° 3). Plusieurs pots entiers à décor comparable dans les tombes 2, 19 et 70 de la nécropole de Canegrate en Lombardie (Rittatore 1954a, pl. VIII, IX et XI), dans le premier cas en association avec une épingle de type La Rente Neuve, qui apparaît au Bronze moyen ; les deux autres profils de ce site, à rebord ou à lèvre décorée, peuvent être un peu plus tardifs.

115PROV : dès la fin du Bronze moyen, sur le site vauclusien de La Rouyère au Beaucet (Sauzade, Vital 2002a, fig. 46, n° 5).

116RAA : parmi le mobilier hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 30, n° 4 ; fig. 33, n° 3).

117Bilan : la présence marquée en Italie nord-occidentale au Bronze final 1 se double d’une fréquence au moins aussi importante à la même période sur les sites Rhône-Alpins, mais dont les séries sont encore pour la plupart inédites.

Pot à paroi digitée et lèvre biseautée (fig. 98, n° 3)

118RAA : dans les niveaux du Bronze final 1 de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme ; inédits et Vital 2007a) ; dans la zone F du site de Communay La Raze de la Dame (Rhône ; Sandoz, Thiériot, Vital 1993, fig. 15, nos 1 et 2) au Bronze final 1-2a ; dans un dépotoir constitué au Bronze final 1 sur le site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 21, n° 458).

119PROV : dans la fosse bronze final 1 de Claparouse à Lagnes (Sauzade, Vital 2002b, fig. 68, n° 2) ; un profil de pot non décoré dans l’abri des Seguins à Buoux (Vital 2002b, fig. 39, n° 8).

120Bilan : les parallèles sont essentiellement rhodaniens au BF1, avec une extension en Provence occidentale.

Pot à panse et lèvre digitée (fig. 96, n° 2)

121RAA : un profil comparable, sur un récipient de diamètre plus important, dans la structure 2 de Jons les Batailles attribuée au BF2a (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 19, n° 1) ; parmi le mobilier hors stratigraphie de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 31, nos 4 et 12), mais de datation probable du début du Bronze final.

122PROV : profils et décors proches pour des jarres du BF1 de l’aven des Fourches 1 à Sault (Buisson-Catil, Sauzade 1997, fig. 10, nos 5 et 7).

123BPL : sans lèvre digitée dans la fosse F2 de transition Bronze final 2a/2b du Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne (Seine-et-Marne ; Mordant et al. 1977, fig. 34, n° 48).

124Bilan : les confrontations suivent un axe nord-sud de la Provence au Bassin Parisien, au Bronze final 1-2a, avec une fréquence non négligeable en moyenne vallée du Rhône si l’on considère d’autres découvertes inédites.

Pot à rebord cintré (fig. 98, n° 10)

125PROV : à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc durant le stade récent du Bronze moyen (Vital 1999, fig. 26, n° 8).

126RAA : une jatte de profil comparable découverte hors contexte dans la grotte de Comboire, à Claix (travaux inédits R. Picavet).

127INSA : à Pare propriété Botti, en Lombardie, durant la phase récente de remplissage des fosses attribuée au Bronze D2/HaA1 (Poggiani Keller, Raposso 2004, fig. 2, n° 6), avec une lèvre incisée.

128Bilan : les connexions sont orientées vers le domaine méridional, de part et d’autre des Alpes occidentales.

Les jarres

Jarre à col tronconique et rebord, à bandeau large à décors cannelés (vase n° 8 ; fig. 93, n° 8)

129INSA : en Tessin, à Locarno San Antonio (Janke 1991, pl. 15) probablement durant une phase ancienne du Bronze final ; en Lombardie, à Pare propriété Botti, durant la phase récente de remplissage des fosses attribuée au Bronze D2/HaA1 (Poggiani Keller, Raposso 2004, fig. 2, n° 8). On retrouve aussi cette forme dans les tombes 13 et 38 de la nécropole lombarde de Canegrate (Rittatore 1954a, pl. IX et X), avec d’autres objets déposés, céramique ou bracelets, de typologie Bronze D1 (Della Casa, Fischer 1997 ; Domanico 1998) ; le décor du vase des Balmes est une synthèse des thèmes des pots des tombes 13 et 25 de cette nécropole. Un bon parallèle en Vénétie occidentale, notamment pour le décor, mais à une date un peu plus récente, dans les niveaux du Bronze final initial de l’habitat de Montebello Vicentino (Bagolan, Leonardi 1998, fig. 7, n° 1).

130PROV : forme héritée de la fin du Bronze moyen comme à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc ou dans le silo AX du plateau Saint-Pierre à Tourtour (Vital 1999, fig. 29, n° 1 et fig. 37, n° 1), puis présente au début du Bronze final de la sériation provençale dans la grotte des Poteries à Vence (ibid., fig. 46, n° 4).

131RAA : parmi le mobilier hors contexte, mais attribué au Bronze récent, de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 16, n° 13), avec un décor cannelé moins complexe.

132Bilan : les confrontations sont principalement réalisées avec des sites du Bronze final 1 d’Italie du Nord, de faciès Canegrate, ou de leur zone d’influence, au Bronze D.

Jarre à rebord et panse digitée (vase n° 14 ; fig. 94, n° 1)

133PSNA : dans l’ensemble céramique, attribué au Bronze Final 1-2a (BzD2/HaA1), de la salle 3 de la grotte In-Albon à Viège (David-Elbiali 1987, pl. 1, n° I/3.12).

134INSA : une forme identique à décor digité plus couvrant à Solero Cascina Urbana (Piémont ; Luzzi 1998, fig. 4, n° 2) au Bronze récent. Une attestation en Tessin en contexte stratigraphique confus, sur le Castello di Tegna (Janke 1994, fig. 3, nos 4 et 5).

135PROV : un pot du silo AX du plateau Saint-Pierre à Tourtour présente un profil comparable, à lèvre digitée, dès la fin du Bronze moyen (Vital 1999, fig. 38, n° 12).

136RAA : une jarre hors contexte dans la grotte de Comboire à Claix (inédit, travaux R. Picavet).

137Bilan : comme pour la forme qui précède, les comparaisons sont principalement établies avec des sites du Bronze final 1 d’Italie et des Alpes nord-occidentales, avec un antécédent dans la seconde moitié du Bronze moyen en Provence.

Jarre à rebord court et lèvre digitée, à cordons orthogonaux (vase n° 16 ; fig. 95, n° 1)

138RAA : un récipient très comparable, mais à cordons lisses, paraît incongru dans l’ensemble céramique du Bronze final 3b de la station de La Bonne Conduite à Sassenage (Isère ; Bocquet 1969, fig. 96, n° 31) ; il pourrait bien relever du Bronze final 1. Une vérification de cette proposition est fournie par la jarre datée de cette période issue de la grotte du Pissoir à Torcieu (Ain ; Treffort 1994, pl. 15, n° 2).

139PROV : un profil comparable d’une jarre plus volumineuse, mais à cordon horizontal unique, dans l’aven des Fourches 1 à Sault, en contexte du Bronze final 1 (Buisson-Catil, Sauzade 1997, fig. 13, n° 1).

140Bilan : si les cordons orthogonaux apparaissent dans le Midi sur des jarres de la seconde moitié du Bronze moyen (Le Beaucet ; Sauzade, Vital 2002a), ce critère sur des profils comparables conduisent plutôt du Bugey aux Préalpes au Bronze final 1.

Jarre à anse et rebord, à mamelon cerclé d’une cannelure peu marquée (vase n° 18 ; fig. 96, n° 1)

141PROV : forme héritée de la fin du Bronze moyen, comme à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc (Vital 1999, fig. 30, n° 5) ; une jarre sans rebord marqué dans la grotte des Poteries à Vence, au Bronze final 1 (ibid., fig. 46, n° 1) ; dans une cavité indéterminée du Chaos de Buoux probablement au Bronze moyen (Vital 2002b, fig. 38, n° 3).

142RAA : une forme identique, à cannelures horizontales, dans une série du Bronze final 1 de la grotte des Chèvres à Sassenage (Isère ; inédit et Bocquet 1969, fig. 94).

143INSA : un profil identique parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino à Perti, en Ligurie, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Del Lucchese, Scotti 2006, fig. 3, n° 9) ; un profil tout à fait semblable à mamelons cerclés et à décor très riche de faciès Scamozzina, en Lombardie occidentale, dans la tombe de Gambolo Dosso della Guardia n° 1, au Bronze moyen 3 (Simone 1991, pl. 16, n° 1 ; Domanico 1998, 2000) ; également dans les tombes 6B, 11 et 15 avec des urnes non décorées, sans anse ni mamelon cerclé (Simone 1991, pl. 7, n° 18 ; pl. 10, n° 1 ; pl. 12, n° 1), avec un fragment de torque à décor incisé du Bronze D1 dans le dernier cas.

144Bilan : les meilleurs indices chronotypologiques renvoient à la sphère italique, à la fin du Bronze moyen et au Bronze récent.

Grande jarre à lèvre biseautée (fig. 99, n° 1)

145RAA : dans un dépotoir constitué au Bronze final 1 sur le site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 21, n° 473).

146PROV : une forme à décors digités de l’aven des Fourches 1 à Sault, en contexte du Bronze final 1, évoque cette pièce (Buisson-Catil, Sauzade 1997, fig. 11, n° 3).

147Bilan : les lèvres biseautées sont sans conteste un marqueur fiable du Bronze final 1 en moyenne vallée du Rhône. Les comparaisons demeurent cependant limitées, à l’axe rhodanien principalement, probablement du fait de la fragmentation qui affecte le plus souvent ces grands contenants.

Fig. 99 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.

Jarre à épaulement cannelé (fig. 100, n° 2)

148INSA : parmi le mobilier hors contexte du site de Gudo, en Tessin, avec un pot à col et cannelures orthogonales attribué au Bronze D (Primas 1972, fig. 9, n° 6 ; Janke 1991, fig. 5, n° 6) ; une bonne comparaison parmi les urnes funéraires bronze final 1 de style Canegrate de la nécropole détruite de Glisente à Castelleto Ticino en Lombardie (Rittatore 1954b : 158, n° 1) ; une forme de même inspiration, à cannelures légèrement obliques, parmi le mobilier du Bronze récent du site de hauteur ligure de San-Antonino à Perti, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Falcetti et al. 1994, fig. 5, n° 7), mais qui est occupé jusqu’au Bronze final.

149PSNA : un gobelet à bandeau cannelé verticalement, à rebord moins marqué, découvert anciennement sur la colline de Sion Tourbillon (Valais ; David-Elbiali1997, fig. 4B, n° 2), tout comme un pot biconique cannelé réceptacle d’une incinération du BzD2/HaA1.

150PROV : une forme approchante au début du Bronze final dans la grotte des Poteries à Vence (Vital 1999, fig. 47, n° 1).

151LANG : un exemplaire de taille inférieure et à col cylindrique dans la grotte du Hasard à Tharaux (Gard), parmi un abondant ensemble mobilier où l’on identifie des pièces du Bronze final 1 au Bronze final 2b (salle II, secteur K, couche 1 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 29, n° 23).

152Bilan : si l’on privilégie les rapprochements avec l’Italie du Nord, une datation du Bronze final 1 paraît l’emporter sur une chronologie immédiatement postérieure.

Fig. 100 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1-2a, fouilles R. Chemin.

Les fragments décorés

Tesson à décor de cupule et d’incisions (fig. 94, n° 4)

153INSA : plusieurs céramiques portent des cupules associées à des motifs cannelés ou à des décors de faisceaux verticaux incisés parmi le mobilier du Bronze récent de San-Antonino de Perti (Falcetti et al. 1994, fig. 5, nos 6 et 12) ; cupule et motif incisé cruciforme figurent dans l’us 105 du sondage A d’Alba Borgo Moretta (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 136, n° 5) durant une phase de transition du Bronze moyen au Bronze tardif (BM-BF1).

154Bilan : ce motif semble essentiellement italique, de faciès Alba-Solero au Bronze récent.

Décor cruciforme cannelé sur partie inférieure (fig. 97, n° 7)

155PROV : à Châteauneuf-de-Grasse Le Brusc dès le stade récent du Bronze moyen (Vital 1999, fig. 27).

156LANG : sur la partie inférieure d’une jatte à méplat de la fosse 4 de l’Euze à Bagnols-sur-Cèze, qui renfermait un ensemble céramique important daté sur os vers 1375-1260 av. J.-C. en probabilités maximales (Convertini et al. 2010, fig. 19, no 5).

157INS : sur un gobelet à cannelure large de l’habitat de hauteur du Castellaro di Zignago en Ligurie, dès le Bronze moyen (Scarani, Mannoni 1974, fig. 2 ; Mannoni, Tizzoni 1980).

158Bilan : ce décor de cannelures étroites est de large répartition, mais toutefois d’essence méridionale, du Bronze moyen au Bronze récent.

159D’autres tessons fragmentés attribués au Bronze final 1 par leur contexte ou à la suite de comparaisons limitées ne permettent pas de développement typochronologique particulier : une probable jatte à cannelures horizontales (vase n° 4 ; fig. 92, n° 6), un fond à pied annulaire sans contexte dont la datation demeure incertaine (fig. 92, n° 2), un tesson à décor cannelé horizontal (fig. 93, n° 4), deux fragments d’anse dont l’une, de section subcirculaire, provient d’un récipient à décor cannelé (fig. 93, nos 6, 7), deux bords à cordon et lèvre digités (fig. 94, n° 5 ; fig. 99, n° 2), un bord de jarre à lèvre biseautée et digitée (fig. 96, n° 6), un fragment à cordon digité (fig. 96, n° 5), un tesson de gobelet décoré d’au moins deux cupules (fig. 97, n° 9), comme la jarre à bandeau n° 8 (fig. 93, n° 8), la partie inférieure d’un microvase (fig. 98, n° 9) et deux tessons d’une jatte à décor cannelé (fig. 101, n° 6).

7.2.3. Conclusions sur la céramique du Bronze final 1 (BzD)

160Les ensembles céramiques exhumés des salles I et II ne montrent pas de différence significative selon le volume ou les proportions des céramiques, qui auraient pu nous informer sur des fonctions spécifiques à chacune de ces cavités. Les caractéristiques physiques indiquent deux tendances. Deux unités recueillies dans le centre de la salle I (fig. 92, nos 4, 6) montrent une pâte et une surface de coloration rouge à marron-rouge, semblables à celles de la grotte de la Rousse à Sainte-Marie-du-Mont, dans le massif de Chartreuse. Un autre groupe de pâtes, à dominante noire et épiderme externe rouge est assez présent, notamment dans la zone de l’éboulis (vases nos 1, 7, 8, 10), mais aussi dans la bande E (vases n° 2 et tesson 11). Enfin, deux récipients portent des traces internes de façonnage très comparables au niveau du col, pouvant indiquer une unité de production (fig. 92, n° 13, fig. 93, n° 2). Ces quelques traits constituent une validation des tentatives de restitution des contextes chronographiques. Les confrontations stylistiques ne révèlent pas par contre de localisation céramique particulière liée à l’une ou l’autre composante des régions du cadre de compréhension. Le décompte des occurrences géographiques est même relativement équilibré entre les salles I et II. Dans les deux cas, ce sont les connexions établies entre les deux versants des Alpes qui dominent, avec 40 % du total (fig. 124). Les rapprochements avec les productions d’Italie nord-occidentale totalisent 27 % des cas, aussi bien avec les faciès Canegrate que Alba-Solero, mais semble-t-il avec un ascendant du premier sur le second. La composante rhodanienne vient ensuite avec 21 %, une valeur inférieure à la précédente qui doit être causée par un éloignement géographique plus accusé par rapport à la source de ces confrontations. Le nombre très réduit de pots et jarres à lèvres épaissies biseautées, caractéristiques des productions de moyenne et basse vallée du Rhône, confirme ce retrait rhodanien. Ce marqueur de la morphologie de l’embouchure des récipients semble surtout fréquent durant un stade avancé du Bronze final 1. Cette dimension chronologique ne semble pas pouvoir expliquer la rareté des lèvres épaissies aux Balmes, les comparaisons révélant aussi bien la présence de l’une et l’autre phase du Bronze D (BzD1 et D2). Les faibles fréquences relatives enregistrées pour les Alpes et les Préalpes (6 %) ainsi que pour le littoral méditerranéen (6 %) doivent être accueillies avec prudence car l’indigence des sites de comparaison pourrait très bien expliquer ce déficit.

161Ce sont donc les rapports italiques qui dominent dans cette série céramique, mais qui attestent aussi le dynamisme plus large des connexions est-ouest, de part et d’autre des Alpes. Une jatte à rebord et cannelures horizontales (fig. 97, n° 8) est même assez emblématique de ces rapports à longue distance, alors qu’une autre céramique, une jatte à arête vive et rebord (fig. 92, n° 9), correspond à des rapports privilégiés suivant l’autre vecteur géographique majeur des Alpes, perpendiculaire, qui correspond au sillon Rhône-Saône. Cependant, les relations avec les régions situées au nord de Lyon et du cours supérieur du Rhône apparaissent extrêmement faibles.

162Il ne semble pas que la différence de statut fonctionnel des gisements appelés dans les comparaisons puisse intervenir de manière prépondérante dans l’image qu’ils fournissent et remettre ainsi en cause les grandes tendances mises en évidence. Le décompte des tombes et nécropoles de la Plaine padane contraste avec un nombre plus réduit d’habitats étudiés sur des surfaces comparables, mis à part le cas d’Alba dans la vallée du Tanaro. À l’ouest des Alpes, ce sont ces nécropoles qui font défaut, ou n’atteignent pas loin s’en faut, comme à Chabestan (Hautes-Alpes), le volume de leurs homologues lombardes ou piémontaises. Les cavités livrent à l’inverse des corpus de céramiques souvent bien conservées, qui illustrent les différents éléments constitutifs des vaisseliers de l’époque à la différence du domaine funéraire. Ces derniers pêchent souvent par la rareté des pots et jarres destinés à la conservation, à la différence des sites d’habitat. Le cas d’Alba indique toutefois que les confrontations limitées conduites entre ces pots et jarres des piémonts alpins occidentaux relèvent de choix stylistiques différents.

163L’intervalle d’occupation ne peut être fixé avec précision du fait des conditions de fouille. Celles-ci n’ont pas visé à la distinction des plus petites unités spatiales et stratigraphiques qui auraient éventuellement autorisé une chronologie plus détaillée. Les comparaisons céramiques montrent un héritage du Bronze moyen sur certaines formes non exclusives de cette période, comme les coupes. Mais la quasi-totalité des indices typo-chronologiques concerne l’ensemble du Bronze final 1 (Bronze D1 et D2), lorsque dans quelques cas ce degré de finesse est accessible.

7.3. Les céramiques attribuables au Bronze final 1-2a (J. V.)

7.3.1. Inventaire et comparaisons

Jatte à bandeau et cannelures obliques, à col cintré (fig. 101, n° 1)

164RAA : une jatte identique est issue du scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine (Isère ; Bocquet 1969, fig. 62, n° 5) parmi un groupe de récipients du Bronze final 2a ; un bon parallèle régional dans une possible tombe du Châtelard à Bourg-Saint-Maurice, en Tarentaise (Savoie ; Ozanne, Vital 1999, fig. 7, n° 2).

165INSA : la jatte à épaulement et cannelures obliques, très comparable, tirée de la deuxième tombe de Gorduno (Tessin ; Primas 1972, fig. 1, n° 1) était associée à une épingle de type Tragno, du HaA1 (Carancini 1975, nos 1698-1709), et à 4 armatures de flèches en bronze, moulées, qui trouvent leur parallèle exact dans la couche 5b de l’habitat de Bavois En-Raillon (Vaud ; Vital, Voruz 1984, fig. 56, n° 49), à la même période.

166LANG : un décor cannelé oblique couvre une jatte de la fosse 23046 de Lattes Port Ariane (Hérault ; Vital 2007b, fig. 1, n° 11) durant le stade récent du Bronze final 1.

167Bilan : plusieurs associations donnent un peu de consistance à une datation BF2a/HaA1 et à des connexions transalpines à cette période. La position de cette jatte dans la bande G, au-dessus du fuseau des céramiques bronze final 1, est conforme à la proposition de datation.

Fig. 101 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1-2a-2b-3a, fouilles P. Benamour.

Jatte à épaulement cannelé et col cintré incisé (fig. 101, n° 2)

168LANG : un décor sur une jatte à rebord du Bronze final 2b présente une thématique comparable dans la fosse 3 de la Gravette à Cavannac, datée de cette phase moyenne du Bronze final (Aude ; Carozza 1997, fig. 86, n° 6).

169PSNA : on doit également mentionner deux jattes à épaulement qui offrent une même thématique décorative sur la station littorale neuchâteloise d’Hauterive Champréveyres, et ses possibles fréquentations suggérées par la dendrochronologie durant la première moitié du 11e s. av. J.-C., voire antérieurement (Rychner et al., 1995, fig. 4).

170Bilan : les comparaisons sont réduites et contradictoires. Toute datation précise au sein de la séquence Bronze D-HaA2 semble donc illusoire. Cependant, la verticalité des cannelures et le décor d’oculus cannelés doubles rapprochent cette pièce des jattes à épaulement du Bronze final 1 de la salle I. Ces caractères différencient cette pièce des autres gobelets à épaulement à paroi plus fine et cannelures réellement torses du site (fig. 101, nos 12-14).

Jatte arrondie à rebord (fig. 101, n° 5)

171PSNA : en Suisse orientale, au Bronze D2 à Oberendingen ou encore à Fällanden Wigarten 1972 Areal Bachofen (Unz 1973, pl. 33, n° 11 ; Bauer 1992, pl. 15, nos 377, 380 et 387 ; Fischer 1997) et au HaA1 à Andelfingen Auf Bollen 1967 (Bauer 1992, pl. 52, n° 1106 ; Fischer 1997). Une réplique dont la base porte un décor cruciforme au début du Bronze final à Knittelsheim dans la moyenne vallée du Rhin (Unz 1973, pl. 21, n° 6) ; deux formes d’inspiration proche dans les sépultures du Bronze D2 d’Oberimsingen (Bade-Wurtemberg ; Grimmer-Dehn 1991, pl. 105, n° 4 ; pl. 108, n° 2), parfois avec un décor incisé horizontal (ibid., pl. 107, n° 7).

172BPL : plusieurs pièces à peine plus larges, décorées ou non, dans les inhumations 7 et 27 de la nécropole de Barbey Les Cents Arpents (Seine-et-Marne ; Gouge, Mordant, Pihuit 1994, fig. 7, n° 2 ; fig. 11/27, nos 1 et 2) probablement au Bronze D1 ; deux formes de modules comparables, un peu plus tassées, proviennent de la nécropole des Vicreuses à Pougues-les-Eaux, de l’incinération 10 et de l’inhumation 21, dans les deux cas accompagnées d’une épingle à tête cylindro-bitronconique décorée (Nièvre ; Bouthier, Daugas, Vital 1988, fig. 2 et 3) ; la sépulture 21 pourrait signer une utilisation récente de ces épingles généralement datées du BzD-HaA1.

173RAA : une pièce, à décor cannelé vertical, dans l’ensemble Bronze final 2 probablement ancien de la fosse KL34 du quartier Saint-Pierre de Vaise à Lyon (Rhône ; Thiériot 1989, fig. 6, n° 5).

174Bilan : la chronologie couvre le Bronze D et le Hallstatt A1. Les rapprochements les moins distants, à Lyon et Pougues-les-Eaux, inclineraient à pencher pour une datation du BF2a. Les connexions géographiques s’établissent de manière préférentielle en domaine septentrional, du bassin supérieur du Rhin à celui de la Loire.

Pot biconique à rebord et décor cannelé orthogonal (fig. 101, n° 3)

175RAA : un exemplaire plus large dans la zone F du site de Communay La Raze de la Dame (Sandoz, Thiériot, Vital 1993, fig. 15, n° 9) au BF1-2a ; une pièce inédite dans la fosse 80 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme), parmi un assemblage de style comparable à celui du scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine en Isère, du Bronze final 2a, qui a lui aussi livré deux pots très comparables (Bocquet 1963, fig. 2, n° 6 et inédit) ; une forme proche à faisceaux cannelés verticaux dans la structure 1 du site de Jons les Batailles attribuée au Bronze final 2a (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 16, n° 2) ; un fragment isolé parmi des céramiques plus tardives dans la grotte du Fortin à Veyrier-du-Lac (Haute-Savoie ; Oberkampf 1997, pl. 56, n° 5) ; un élément hors contexte dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 26, n° 2).

176BPL : deux parallèles, mais de taille supérieure, dans l’incinération 2 de la nécropole de L’Étourneau à Chissayen-Touraine (Loir-et-Cher ; Cordier 2000, fig. 7), ainsi que dans l’incinération 6, associée à une épingle à tête biconique décorée (ibid., fig. 9) correspondant au type 80 de L. Sperber en domaine RSFO (Sperber 1987), attribuée au SBIIa ou Bronze final 2a ; une forme un peu plus surbaissée, à décor identique, dans l’inhumation 8 de la nécropole des Vicreuses à Pougues-les-Eaux (Bouthier, Daugas, Vital 1988, fig. 1), en association avec une épingle à tête en crosse qui suggère une chronologie du BzD-HaA1.

177PSNA : plusieurs tessons à cannelures orthogonales dans la couche 5a de l’habitat de Bavois En-Raillon (Vaud ; Vital, Voruz 1984, fig. 66), durant un stade ancien du BF2b daté de la première moitié du 12e s. av. J.-C.

178Bilan : voici un troisième récipient qui concentre les références au Bronze final 2a, selon un axe qui conduit de la région Rhône-Alpes au bassin moyen de la Loire.

Jarre à rebord et décor cannelé orthogonal (fig. 100, n° 1)

179BPL : décor identique sur les jarres de l’inhumation de Pont-sur-Yonne, au Bronze D2 (Yonne ; Unz 1973, pl. 37, nos 8 et 12 ; Sperber 1987) ; un décor dont l’organisation est similaire dans l’incinération 10 de la nécropole des Vicreuses à Pougues-les-Eaux (Bouthier, Daugas, Vital 1988, fig. 1), en association avec une épingle à tête cylindro-bitronconique décorée qui suggère une chronologie du Bronze D2-HaA1, probablement même au HaA1 ainsi que le précise l’association de cette parure avec un gobelet biconique dans l’inhumation 21 de la même nécropole (ibid., fig. 3).

180FdE : un gobelet de profil identique à décor cannelé et imprimé, mais de taille inférieure, à Sweighouse au BF1 (Bas-Rhin ; Unz 1973, pl. 30, n° 5), probablement dans son stade le plus récent.

181RAA : un pot de proportions comparables, à décor de triangles cannelés alternes et de cannelures orthogonales, provient du scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine (Bocquet 1963, fig. 2, n° 6) ; cet ensemble marque une évolution des corpus régionaux du Bronze final 1 et définit l’étape suivante (BF2a).

182INSA : parmi le mobilier mélangé de la nécropole tessinoise de Locarno San Jorio dont le mobilier métallique semble attribuable au BzC2-BzD1 (Janke 1991, pl. 14, n° 2 ; Janke 1998, pl. 32, n° 11) ; un fragment de pot dans la tombe 8 de la nécropole lombarde de Canegrate (Rittatore 1954, pl. VIII), mais que l’absence de mobilier métallique ne permet pas de caler précisément au sein du Bronze D.

183LANG : cette forme biconique à rebord est présente dans la fosse 23046 de Lattes Port Ariane (Vital 2007b, fig. 2, n° 1), datée du BF1, dans une phase tardive probablement ; un décor cannelé orthogonal sur un gobelet de Camp-Redon à Lansargues (Prades et al. 1985, fig. 30, n° 11), mais sans contexte stratigraphique.

184Bilan : les confrontations portent sur une vaste région géographique, à l’ouest et au nord-ouest des Alpes. La chronologie couvre l’intervalle Bronze D2-Hallstatt A1 (Sperber 1987, pl. annexe 2).

7.3.2. Conclusions sur la céramique attribuable au Bronze final 1-2a (BzD2-HaA1)

185Trois (fig. 101, nos 1, 3, 5) à quatre récipients illustrent la possibilité d’une occupation relevant de la phase Bronze final 2a aux Balmes. Les connexions transalpines s’effacent au profit de rapprochements marqués avec des productions livrées par plusieurs nécropoles réparties de l’est de la France au bassin moyen de la Loire. Ce constat peut conduire à un classement dans ce groupe de la jarre à rebord et décor cannelé orthogonal (fig. 100, n° 1) qui montre la même inclination géographique dominante. Alors que les trois premiers vases proviennent de la salle I, le dernier est le seul dont les fragments ne sont dispersés que dans la salle II. Quelques autres tessons pourraient éventuellement grossir ce corpus du Bronze final 2a, car situés au-dessus des niveaux à céramiques du Bronze final 1 (fig. 101, nos 7-10), mais sans qu’une datation postérieure, du BF2, puisse être considérée comme sûre.

Fig. 102 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.

7.4. Les céramiques attribuables au Bronze final 2b-3a (J. V.)

7.4.1. Contexte stratigraphique et spatial

186Plus des deux-tiers des céramiques qui présentent des caractéristiques typologiques significatives proviennent de la salle II. Extraites parmi les sédiments de colmatage de l’éboulis du proche substrat, elles ne bénéficient d’aucun contexte stratigraphique, pas plus que dans la salle I. C’est donc uniquement à la suite de la recherche des comparaisons que nous pourrons proposer un classement typo-chronologique et quelques conclusions relatives aux rapports géographiques que suggèrent ces poteries.

7.4.2. Inventaire et comparaisons

Les coupes

Coupe à lèvre biseautée (fig. 103, n° 1 ; fig. 106, n° 1)

187LANG : sur le site des Esquérades à Tresques (Gard ; Goury 1990, fig. 7, n° 35) du Bronze final 2b ; dans la couche 1, qui mélange des mobiliers du BF1 au BF2b, de la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Gard ; Dedet, Roudil 1994, fig. 20, nos 1, 8,...).

188RAA : dans l’ensemble 2 de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman, daté en dendrochronologie à partir de 1017-965 av. J.-C. (Haute-Savoie ; Billaud, Marguet 1992, fig. 22 ; Launay 2001, fig. 22, nos 156 et 260).

189PROV : parmi le mobilier ramassé à Martigues Les Salins de Ferrières (Bouches-du-Rhône ; Legros 1986, fig. 6, nos 3 et 4).

190PSNA : sur la station littorale neuchâteloise de Hauterive Champréveyres zone A, couches 4/5 et couche 3, à partir de 1051-1042 et 1050-1030 av. J.-C. (Borrello1993, pl. 1, nos 3 et 5 ; pl. 8, n° 3 ; pl. 9, n° 11), jusqu’au 9e s. av. J.-C. dans les zones occupées postérieurement (Borrello 1992, pl. 12, n° 11).

Coupe à lèvre cannelée (fig. 106, n° 3)

191PROV : parmi le mobilier de Martigues Les Salins de Ferrières (Legros 1986, fig. 6, n° 1).

192LANG : dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Dedet, Roudil 1994, fig. 20, nos 2, 4,...).

193RAA : dans les ensembles 3 et 2 de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman, respectivement datés en dendrochronologie entre 1071-1054 et 1017-965 av. J.-C. (Billaud, Marguet 1992, fig. 23 ; Launay 2001, fig. 18 ; fig. 17, nos 386 et 484).

194PSNA : sur la station littorale de Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1992, pl. 9, n° 5 ; pl. 10, n° 8) de 1050-1030 av. J.-C. au 9e s. av. J.-C. (ibid., pl. 12, pl. 4, n° 6 ; pl. 6, n° 1).

195Bilan : les comparaisons sont limitées à quelques cas de compatibilité chronoculturelle et géographique régionales pour ces deux formes très ubiquistes. Les lèvres cannelées des coupes méridionales montrent souvent un seul tracé, étroit, notamment au BF2b.

Coupe à rebord peu dégagé, à cannelures internes larges (fig. 106, n° 2 ; fig. 103, n° 11)

196RAA : dans la grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Vital 1986, fig. 7, n° 5), hors stratigraphie, comme les coupes à piédestal de la grotte de La Balme (Isère ; Bocquet, Reymond 2007, fig. 13) ; dans la fosse A96 de la place de la Paix à Vénissieux (Rhône ; Hénon 1999, fig. 71, n° 1) et à Pommiers-en-Forez La Maniriat (Loire ; Vaginay 1982, fig. 5, n° 1) au Bronze final 2b (HaA2) ; dans la grotte des Gitans à Saint-Sorlin-en-Bugey (Ain ; Voruz 1986, fig. 3, n° 4) à la même époque ; au BF2b/HaA2 (Moinat, David-Elbiali 2003), dans l’ensemble 3, daté en dendrochronologie à partir de 1071-1054 av. J.-C., de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Billaud, Marguet 1992, fig. 22).

197PSNA : à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1993, pl. 15, nos 9, 11) à partir de 1050-1030 av. J.-C., soit au HaB1 ancien (Moinat, David-Elbiali 2003), et encore sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 57, 100, 150), mais le plus souvent à rebord et face interne décorés, en 1051-1042 av. J.-C.

198BJ : dans la fosse 30 de l’habitat de Dampierre-sur-le-Doubs, au BF2b (Doubs ; Pétrequin, Urlacher, Vuaillat 1969, fig. 15, n° 8 ; Pétrequin 1988).

199LANG : dans l’aven de la Boucle à Corconne (Gard ; inédit, fouilles S. Cours et H. Duday ; Cours, Duday, Vital 1999), dans un ensemble du BF2b ; dans le Gard, dans les grottes du Hasard à Tharaux, (salle II, secteur K, couche 1 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 33, n° 8) et du Prével Supérieur à Montclus, couche 1 (Dedet, Roudil 1994, fig. 20, n° 23).

200PROV : parmi l’abondant mobilier de Martigues Les Salins de Ferrières (Legros 1986, fig. 4, n° 1).

201Bilan : régionalement, cette forme apparaît au Bronze final 2b (HaA2) et connaît des prolongements au HaB1a. La cartographie, tous types confondus, réalisée à l’occasion du colloque de Nemours, indique qu’il s’agit d’une des formes standard du groupe Rhin-Suisse-France orientale (RSFO), mais avec une forte fréquence du Brisgau au Languedoc.

Fig. 103 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.

Coupe conique profonde à rebord et séries de cannelures étroites (fig. 103, n° 2)

202PSNA : une forme proche à larges cannelures internes vers 1051-1042 av. J.-C. (HaB1a) sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 73).

203BJ : dans la fosse 25 de l’habitat de Dampierre-sur-le-Doubs, au Bronze final 2b (Pétrequin, Urlacher, Vuaillat 1969, fig. 15, n° 1 ; Pétrequin 1988).

204RAA : dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 41, n° 7), hors contexte.

205INSA : à quelques différences près, sur le site de Mondovi Breolungi, au HaB1 et sous influence occidentale (Traversone 2001, fig. 104, n° 2).

206Bilan : peu de rapprochements pour cette unité, pour laquelle les connexions géographiques sont équivoques. Cette forme est absente de la couche 3, zone A, de Hauterive Champréveyres au HaB1a. Sur ce site, les coupes à cannelures étroites de la zone E, dans le premier quart du 9e s. av. J.-C. (Borrello1992, pl. 48), affectent des profils différents, au niveau de la lèvre notamment, et le décor intègre, de plus, des motifs incisés.

Coupe segmentée à cannelures internes (fig. 103, n° 3)

207RAA : dans la grotte des Gitans à Saint-Sorlin-en-Bugey (Voruz 1986, fig. 3, n° 3) au BF2b ; dans la fosse A31 de Vénissieux place de la Paix et dans la structure 1042 de Saint-Priest Les Luèpes (Rhône ; Hénon, Caclin, Bertrand 2001, fig. 25, n° 1) au Bronze final 2b ; un récipient à décor externe d’incisions parallèles dans l’ensemble 3 de Tougues à Chens-sur-Léman, à partir de 1071-1054 av. J.-C. (Launay 2001, fig. 35, n° 363) à la même époque.

208Bilan : il semble qu’il puisse s’agir d’une production particulière au nord de Rhône-Alpes, au HaA2. En effet, cette forme est absente de l’inventaire de la couche 3, zone A, de Hauterive Champréveyres au HaB1a, vers 1050-1030 av. J.-C.

Fig. 104 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.

Coupe segmentée (fig. 107, n° 8)

209AdS : dans la tombe 114 de la nécropole de Singen am Hohentwiel, à l’ouest du lac de Constance (Brestrich 1998, pl. 3, n° 9) attribuée au HaA2 (BF2b) ; dans la vallée du Rhin moyen, à Mainz-Laubenheim (Eggert 1976, pl. 9A, n° 5) et à Worms, tombe 2 (ibid., pl. 28C, n° 2) à la même période ; dans une tombe de la vallée de la Sarre à Gerolstein (Kolling 1968, pl. 1, n° 11) attribuée au groupe chronologique 6 que l’on peut corréler avec le HaB1 ancien (HaB1a).

210FdE : de largeur moindre dans l’incinération d’Oberentzen (Haut-Rhin ; Zumstein 1965, fig. 54, n° 348) au Bronze final 2b (HaA2).

211PSNA : un exemplaire dans la couche 4c de l’habitat de Bavois-en-Raillon (Vital, Voruz 1984, fig. 69, n° 873), dans un stade ancien du Bronze final 2b ; une forme à rebord divergent, toujours présente au HaB1 ancien à partir de 1051-1042 av. J.-C. à Greifensee Böschen, habitat littoral de Suisse orientale (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 18 et 35).

212RAA : à Pommiers-en-Forez La Maniriat au BF2b (Vaginay 1982, fig. 5, n° 10) ; un tesson dans l’ensemble 3, à partir de 1071-1054 av. J.-C., de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 33, n° 363) au HaA2 (Moinat, David-Elbiali 2003).

213LANG : avec un piédestal cylindrique dans la sépulture à inhumation double de Nîmes Mas de Vignoles (Gard ; Fabre, Hasler, Thuillier 2006, fig. 6, n° 8) probablement au BF2b/HaA2.

214PROV : dans la grotte Sépulcrale à Buoux (Vaucluse ; Vital 2002c, fig. 70, n° 3) avec de rares tessons qui évoquent le Bronze final 2b.

215Bilan : les datations convergent vers le HaA2 dans les régions les plus septentrionales, où ces formes abondent ; dans la vallée du Rhin moyen, elles sont un héritage de la période qui précède. On peut aussi relever sa présence au HaB1a. En domaine Rhône-Alpin, les contextes indiquent également le HaA2 en priorité.

Fig. 105 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.

Fig. 106 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Coupe à ressaut et cannelures internes, à décor de bande d’étain (fig. 107, n° 10)

216RAA : la coupe à décor de bandes d’étain de la fosse des Martres-d’Artières (Puy-de-Dôme ; Daugas, Vital 1988, fig. 5, n° 1) présente un motif qui correspond pour partie à celui de l’exemplaire des Balmes avec des faisceaux d’incisions obliques alternes et des rayons. Cet ensemble paraît plus récent que celui de Pommiers-en-Forez (où l’on note la présence d’un gobelet sphérique cannelé et l’absence de coupes segmentées) et pourrait relever du HaB1a helvétique (Moinat, David-Elbiali 2003). Des profils proches non décorés proviennent de la « grande sépulture » de la grotte de La Balme (Isère ; Bocquet, Reymond 2007, fig. 15) qui a connu une utilisation de longue durée.

217PSNA : les coupes à bord décroché sont un marqueur du HaA2, mais elles sont encore présentes, en nombre réduit, dans les ensembles littoraux du HaB1a comme Greifensee Böschen et Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 49 ; Borrello1993) vers 1050-1030 av. J.-C.

218LANG : un motif décoratif d’inspiration comparable obtenu par incisions orne une coupe segmentée à rebord, de typologie BF2b, de la couche 2a du carrefour de la salle I de la grotte du Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, fig. 18, n° 4) ; un bord à décor de chevrons sur le site de plein air des Esquérades à Tresques (Goury 1990, fig. 6, n° 23) au Bronze final 2b.

219Bilan : les traces d’application d’étain permettent de restituer le thème du décor à base de chevrons emboîtés et de pendentifs ; mais aucun tracé incisé préalable n’a servi de guide pour sa réalisation, à la différence des gobelets et pots de Lausanne Vidy (Moinat, David-Elbiali 2003) ou de la grotte des Planches-près-Arbois (Jura ; Pétrequin et al. 1985). Le décor de bande d’étain est de datation ancienne en domaine nord-ouest alpin, depuis le BzD (Fischer 1997). Il est bien attesté dans le Jura sur plusieurs formes céramiques de l’horizon D2 de la grotte des Planches (Pétrequin et al. 1985), dont le corpus peut globalement être mis en parallèle avec celui de la station de Cortaillod-Est (Borrello 1986), à partir de 1010-955 av. J.-C., soit au HaB1c (HaB1classique ; Moinat, David-Elbiali 2003). L’association de la forme à ressaut interne et d’une application exempte de tracé préalable paraît constituer un archaïsme et une datation du HaA2, voire du HaB1a peut être postulée, une certaine spécificité du décor étant possible, commune à une large fraction sud-est du Massif Central. Un autre récipient à décor de bandes d’étain est connu dans le bassin moyen du Rhône. Il est issu de fouilles anciennes dans la grotte du Déroc, à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche ; Coutier, Sordes 1939). La forme est une jatte aplatie à paroi convexe, à rebord court. La face externe porte un décor de bandes horizontales et de chevrons couchés sur la partie supérieure, puis de demi-cercles emboîtés sur la partie inférieure et sous lesquels a été observé un tracé préalable incisé. Le motif hémi-circulaire incisé fait partie des marqueurs du HaA1-A2 du groupe RSFO. Le décor de bandes de chevrons couchés renvoie à des contextes du HaA2 comme l’incinération B des Basses-Godernes à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne ; Senée 1988, fig. 3) ou encore, dans le Midi, la fosse 3 de La Gravette à Cavannac (Carozza 1997, fig. 87). Ces éléments convergent donc pour une datation également dans le HaA2, éventuellement HaB1a, de la jatte du Déroc, renforçant l’hypothèse d’une production de l’est du Massif Central à cette époque.

Fig. 107 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Les bols

Bols (fig. 106, nos 11-16)

220PSNA : à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1993, pl. 25) en 1050-1030 av. J.-C. et dans les zones occupées postérieurement, jusqu’au 9e s. av. J.-C. ; (Borrello 1992, pl. 15) ; à Greifensee Böschen, à partir des années 1051-1042 av. J.-C. (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 2, 44, 140), soit dans la phase ancienne du HaB1 (HaB1a) de la chronologie de Suisse occidentale récemment actualisée, mais cette forme reste présente durant le HaB2 (Moinat, David-Elbiali 2003). Elle correspond au type 145 du domaine RSFO selon L. Sperber (1987) et n’apparaît pas pour cet auteur avant le SBIIc (HaA2) pour se maintenir jusqu’au terme du Bronze final.

221RAA : dans la fosse A94 de la place de la Paix à Vénissieux (Hénon 1999, fig. 70, nos 7 et 8) au Bronze final 2b ; dans les ensembles 3 et 2 de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 35, nos 476, 384), respectivement à partir des intervalles 1071-1054 et 1017-965 av. J.-C. ; dans la fosse des Martres-d’Artières (Daugas, Vital 1988, fig. 5, n° 13) probablement au HaB1a. Une forme à anse à Pommiers-en-Forez La Maniriat (Vaginay 1982, fig. 6, n° 10) ; à nouveau à Tougues ensemble 3 (Billaud, Marguet 1992, fig. 22), au BF2b.

222LANG : dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Dedet, Roudil 1994, fig. 21, nos 11, 12, 17) ; ce niveau regroupe du mobilier daté du BF1 au BF2, mais peu de pièces du BF3a.

223Bilan : la chronologie est centrée sur le HaA2-HaB1 et les régions de répartition privilégiée couvrent le nord et l’ouest des Alpes occidentales. Les pièces d’essence méridionale se différencient le plus souvent par un bord convergent et une lèvre épaissie biseautée, cannelée ou non, comme dans les ensembles audois du Baous de la Salle à Bize ou de La Gravette à Cavannac (Lauriol 1958 ; Carozza 1997).

Bols à décors incisés et cannelés (fig. 108, nos 1, 2 ; fig. 103, n° 13)

224CSO : dans la grotte sépulcrale de Sindou à Sénaillac-Lauzès, vers 1100-1050 av. J.-C. (Lot ; Briois, Crubézy, Carozza 2000, fig. 5) au Bronze final 2 ; une coupe à lèvre épaissie et larges cannelures internes dans la grotte de Roucadour à Thémines (Lot ; Arnal, Couchard, Lorblanchet 1969, fig. 11, n° 6) ; une jatte profonde à rebord de l’Igue de Cuzals, à Sauliac (Lot), de proportions comparables, porte des cannelures internes larges (Clottes 1969, fig. 44) et peut être attribuée au Bronze final 2b ; un peu plus large, une coupe à bord biseauté de la grotte de la Fontanguillère à Rouffignac-de-Sigoulès (Dordogne ; Chevillot 1989, pl. 293, n° 2) est aussi décorée de larges cannelures internes.

225RAA : avec un bord non mouluré dans la fosse des Martres-d’Artières (Daugas, Vital 1988, fig. 5, n° 12) au HaB1a probablement, avec de fortes récurrences HaA2 ; au Bronze final 2b dans la structure 3 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Hénon 1999, fig. 42, n° 2), puis au Bronze final 3a dans la structure 24 du même site, avec un décor de méandres incisés (Hénon, Caclin, Bertrand, 2001, fig. 23, n° 6) ; parmi les céramiques hors contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 37, nos 31 à 33) attribuées au Bronze final 2b ; une forme apparentée par le bord rentrant et les cannelures internes dans la grotte des Cloches à Saint-Martin-d’Ardèche (Vital 1986, fig. 7, n° 11), hors contexte, comme la précédente.

226LANG : profil attesté sur le Roc de Conilhac à Gruissan au BF2b et BF2b-3a (Aude ; Carozza 1997, fig. 20, nos 28 et 35 ; fig. 22, nos 13 et 14) et dans la fosse 3 de La Gravette à Cavanac, au Bronze final 2b (Carozza 1997, fig. 84, n° 4 ; fig. 87, n° 1) ; dans la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès (Aude ; Carozza 1997, fig. 126, n° 17) en contexte mélangé, comme dans l’abri du Collier à Lastours (ibid ., fig. 141, nos 1 et 3) pour une pièce à décor cannelé ; sur le site du Pech-Egos à Penne, secteur PE1 (Tarn ; Carozza 1997, fig. 314).

227PSNA : sur l’habitat littoral de Hauterive Champréveyres zone A, couche 3, avec une lèvre moins moulurée (Borrello1993, pl. 26, nos 9 à 11) vers 1050-1030 av. J.-C.

228Bilan : comme nous l’avons suggéré au moment du bilan dressé à propos des bols inornés, et plus anciennement déjà (Vital 1990a), les formes à bord mouluré, mais portant souvent des cannelures internes, sont une spécificité des pourtours méridionaux du Massif Central. Dans ces régions, leur chronologie relève majoritairement du Bronze final 2, mais n’exclut pas l’éventualité d’une utilisation durant la phase suivante plus à l’est.

Fig. 108 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Les jattes

Jatte à cannelures horizontales et rebord (fig. 103, n° 17 ; fig. 108, n° 7)

229RAA : sur le site du quartier Saint-Pierre de Vaise à Lyon, dans la fosse KL34 qui a livré un ensemble mobilier caractéristique du Bronze final 2 débutant (Thiériot 1989, fig. 6, n° 6) ; plusieurs éléments hors contexte dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 22, nos 1, 5, 6) ; une forme dans le dépotoir de Montboucher-sur-Jabron Pancrace, au BF2b (Drôme ; Vermeulen 2002a, fig. 4, n° 21).

230Bilan : les trois indices rhodaniens, du BF2a au BF2b, suggèrent que c’est plutôt au sud de la Loire et au Bronze final 2 qu’il faut attendre ce genre de production.

Jattes à épaulement cannelé et col ouvert rectiligne (fig. 108, n° 3 ; fig. 103, n° 18)

231RAA : des pièces identiques découvertes hors contexte dans la grotte de Comboire, à Claix (inédit, travaux R. Picavet ; Picavet 1989, 1991) et dans les ensembles du Bronze final 2b de la place de la Paix à Vénissieux, fosses A96 et A31 (Hénon 1999, fig. 71, n° 6 et fig. 69, n° 9 ; Hénon, Caclin, Bertrand, 2001, fig. 26, n° 9), en Haute-Savoie dans la grotte du Fortin à Veyrier-du-Lac (Oberkampf 1997, pl. 56, n° 3) ; dans la grotte de La Balme (Isère ; Bocquet 1997, fig. 26, n° 3) ; dans le bassin ligérien à Pommiers-en-Forez La Maniriat (Vaginay 1982, fig. 6, n° 7) au BF2b.

232LANG : dès le Bronze final 1 dans la fosse 5 de l’Euze à Bagnols-sur-Cèze (Gard, Convertini et al. 2010, fig. 21, no 8), datée vers 1410-1325 av. J.-C. en probabilités maximales, puis avec un décor cannelé vertical dans un ensemble du Bronze final 2b dans l’aven de la Boucle à Corconne (Cours, Duday, Vital 1999, fig. 4, n° 4) ; au moins quatre récipients de ce type, mais à col cannelé et épaulement souligné par des cannelures obliques, dans la sépulture à inhumation de Nîmes Mas de Vignoles (Fabre, Hasler, Thuillier 2006, fig. 5, nos 6 à 13) probablement au Bronze final 2b ; plusieurs exemplaires non décorés dans la grotte du Hasard à Tharaux (salle I, couloir, couche 2 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 12, nos 1 à 3).

233BJ : dans la nécropole de Granges (Saône-et-Loire ; Bonnamour 1969, pl. XXII, n° 171).

234BPL : une forme large, mais à col cylindrique, de l’incinération 30 de la nécropole des Sept-Coups d’Épée à Buno-Bonnevaux (Essonne ; Bédard et al. 1988, fig. 7/30, n° 2) au Bronze final 2b ; plus au nord dans la fosse 30 de La Plaine du Marais à Chevrières, rattachée au BF3a (Oise ; Blanchet, Talon, 2005, fig. 8, n° 1).

235PROV : des jattes plus larges de typologie plus méridionale sur l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône, en domaine rhodanien, avec plusieurs datations centrées sur la première moitié du 11e s. av. J.-C. (Vaucluse ; Billaud 2002b, fig. 6, nos 7 et 8).

236Bilan : comme nous venons tout juste de l’indiquer pour le site de Laprade, les productions méridionales montrent une tendance accusée à la confection de jattes souvent larges, et aplaties par voie de conséquence. Les meilleurs parallèles sont Rhône-Alpins et, secondairement, suivant l’axe de la Saône vers le Bassin parisien. Les différents classements typochronologiques indiquent le Bronze final 2b, mais le site de Laprade, qui bénéficie de datations radiocarbones relativement précises, peut suggérer une transition avec les débuts du stade suivant (HaB3a).

Jatte à épaulement et col cylindrique court cintré (fig. 108, n° 4)

237LANG : un exemplaire non décoré dans le secteur Q de la grotte du Hasard à Tharaux, d’où est issu un ensemble que l’on peut attribuer au Bronze final 2b (Gard ; Roudil, Dedet 1993, fig. 10, n° 5) ; un deuxième, et un dernier à décor cannelé, dans le secteur K de la même cavité (ibid., fig. 41, n° 7 ; fig. 31, n° 2) ; une forme identique à profil plus anguleux dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles dans le Tarn (Carozza 1994, fig. 43, n° 5) dans un ensemble avant tout attribuable au Bronze final 2b ; dans la grotte 5 de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon (Aveyron ; Costantini et al. 1985, fig. 38, nos 20 et 21) sans datation assurée, comme pour la pièce à décor cannelé de la grotte du Gaougnas à Cabrespine (Aude ; Carozza 1997, fig. 170, n° 2).

238CSO : deux unités d’inspiration comparable, dont une au moins à larges cannelures internes, dans la couche A2 mélangée de Roucadour à Thémines (Niederlender, Lacam, Arnal 1966, pl. XIII, nos 4 et 5).

239RAA : un profil d’inspiration semblable dans la grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche ; inédit, musée régional de préhistoire d’Orgnac-l’Aven), hors contexte.

240Bilan : c’est une forme dont la répartition couvre avant tout une bonne partie du sud et sud-est du Massif Central, probablement au Bronze final 2b de manière prépondérante, mais non exclusive.

Jatte à épaulement cannelé et col ouvert cintré (fig. 108, nos 5, 6 ; fig. 103, n° 21)

241LANG : deux éléments, non décorés, sur le site de plein air des Esquérades à Tresques (Goury 1990, fig. 6, nos 10 et 12), du Bronze final 2b, et dans la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Dedet, Roudil 1994, fig. 19, n° 19).

242RAA : des récipients quasiment identiques, à décor à la fois cannelé et incisé, parmi le mobilier de la station littorale de Conjux La Chatière (Savoie ; Bocquet, Marguet, Orcel 1988, fig. 2A, nos 1 et 2), vers 1054 av. J.-C., et dans la grotte des Gitans à Saint-Sorlin-en-Bugey (Voruz 1986, fig. 3, n° 1) au Bronze final 2b ; avec un décor de cannelures horizontales et en arceau dans la Baume Sourde à Francillon (Drôme ; Vital 1988, fig. 8, n° 2).

243PROV : avec un épaulement non décoré dans le style méridional sur l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône, en domaine rhodanien (Billaud 2002b, fig. 6, n° 9).

244PSNA : un fragment à décor incisé et cannelé à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello1993, pl. 34, n° 17) à partir de 1050-1030 av. J.-C.

245Bilan : dans les Alpes du Nord, les jattes à décor incisé et cannelé passent pour être partie intégrante d’un style régional (Rychner et al. 1995 : 466), qui renvoie aussi à des thématiques de style RSFO. Plus au sud, en moyen et bas bassin rhodanien, les profils sont le plus souvent à décor cannelé horizontal, comme les deux unités des Balmes. Les indices chronologiques suggèrent un rattachement aux stades HaA2 et HaB1a.

Jatte à épaulement cannelé et col facetté (fig. 108, n° 10)

246LANG : dans le bassin de l’Aude, dans la fosse 3 de La Gravette à Cavanac (Carozza 1997, fig. 86, n° 3) qui constitue un ensemble fiable du BF2b méridional ; dans les secteurs Q et R de la grotte du Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, fig. 10, nos 3 et 7 ; fig. 39, n° 1) et probablement aussi dans la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Dedet, Roudil 1994, fig. 18, nos 8 et 10) ; dans la Baume Layrou à Trèves, fréquentée semble-t-il essentiellement au Bronze final 2b (Gard ; Fages 1991, fig. 6, n° 2). Des cols facettés sur des jattes ou des gobelets dans la grotte de La Clapade à Millau, (Aveyron ; Louis, Taffanel 1955, fig. 30, n° 22 ; fig. 32, n° 9).

247CSO : un gobelet qui présente la même morphologie particulière du col proviendrait d’un tumulus de Campets à Saint-Léon-sur-Ourbise (Lot-et-Garonne ; Mohen, Coffyn 1968, fig. 1, n° 1). Les formes à col facetté sont un marqueur BF2b au sud du Massif Central, comme en Quercy (Saint-Sever 2008, fig. 2).

248RAA : un profil comparable, hors contexte, dans la grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche : inédit, musée régional de préhistoire d’Orgnac-l’Aven).

249Bilan : les comparaisons conduisent à nouveau vers les franges méridionales du Massif Central. On peut postuler une datation du Bronze final 2b, à la réserve près que les ensembles méridionaux qui devraient correspondre à une phase ancienne du Bronze final 3a (HaB1a de la séquence helvétique) n’ont pas encore été identifiés.

Fragments de jattes à décor cannelé oblique (fig. 101, nos 12-14)

250INSA : décor bien attesté à Gorduno et dans la tombe 21 de la nécropole d’Ascona San Materno, en Tessin (Primas 1972, fig. 1, n° 1 ; Crivelli 1953, fig. XXIX, nos 1 et 4) qui caractérise la première phase d’occupation de cette nécropole, mais dans les deux cas du HaA1 (De Marinis 2000b). En Ligurie, les gobelets à épaulement à cannelures obliques associées à deux cannelures horizontales semblent faire partie de l’inventaire du mobilier du Bronze récent du site de San-Antonino à Perti, daté sur charbons du 14e s. av. J.-C. (Falcetti et al. 1994, fig. 5, n° 8), mais qui est occupé jusqu’au Bronze final. Dans le Piémont nord-occidental, des comparaisons au 10e s. av. J.-C. sur l’habitat de Santa Maria à Pont Canavese (Rubat Borel 2006a, fig. 11, n° 10), qui participe à la définition du faciès Pont-Valperga qui se développe dans cette zone géographique entre les 11e -9e s. av. J.-C. Les cannelures obliques sur bandeau semblent plutôt présentes lors des phases d’utilisation 2 et 3 de la nécropole de Morano sul Po (Gambari 2006).

251AdS : des profils identiques dans la fouille de 1982/6 de Sasbach (Bade-Wurtemberg ; Grimmer-Dehn 1991, pl. 84, nos 25 à 28) attribuée au BF2b/HaA2.

252PSNA : en 1051-1042 av. J.-C. (HaB1 ancien), sur des gobelets étroits ou larges de la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 424, 450, 516).

253RAA : dès le Bronze final 2a, en Isère, une jatte à épaulement est issue du scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine (Bocquet 1969, fig. 62, n° 5) ; à Pommiers-en-Forez La Maniriat (Vaginay 1982, fig. 6, n° 6) au Bronze final 2b ; ce décor sur une jarre biconique de l’ensemble 2 (-1017-965 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 101, n° 441).

254LANG : ce décor sur une série de jattes à col subcylindrique de la sépulture à inhumation de Nîmes Mas de Vignoles IV, au Bronze final 2b (Fabre, Hasler, Thuillier 2006, fig. 5), mais également sur des jattes biconiques dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles (Carozza 1994, fig. 44) dans une ambiance typologique renvoyant à la même période ; deux tessons à carène dans la grotte 5 de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon (Costantini et al. 1985, fig. 38, nos 8 et 9), probablement à la phase moyenne du Bronze final, comme la jarre de la grotte du Luc à Lanuéjols (Gard ; ibid., fig. 45, n° 5).

255BPL : des cannelures obliques sur deux gobelets étroits au moins des incinérations de la nécropole des Grèves de La Villeneuve à Barbuise-Courtavant (Aube ; Piette, Mordant 1988, fig. 5, B et fig. 7A, B) ; également sur des gobelets à épaulement du Bronze final 2b (HaA2) de la nécropole des Vicreuses à Pougues-les-Eaux, des incinérations 15 et 16 (Nièvre ; Bouthier, Daugas, Vital 1988, fig. 2).

256Bilan : les confrontations ont été limitées à quelques cas illustratifs. Les plus anciens témoignages de ce décor à l’ouest du massif alpin datent du BF2a. Une datation du BF2b est ensuite dominante, mais non exclusive, avec les exemplaires présents dans le groupe de Pont-Valperga au 10e s. av. J.-C. (HaB1), ou encore sur le Plateau suisse. La fréquence des cannelures obliques paraît augmenter au sud de la Loire, et en direction de la côte atlantique comme du Sud-Ouest. La chronologie ancienne dans les Alpes occidentales et les densités géographiques apparentes s’opposent à une diffusion depuis le nord-est de la France, hypothèse avancée depuis le Bassin parisien (Piette, Mordant 1988 : 353). Une dynamique est-ouest semble à privilégier dans le sud-est.

Jatte à décor cannelé (fig. 97, n° 3)

257PROV : cette forme apparaît sporadiquement à la fin du Bronze moyen dans le silo AX du plateau Saint-Pierre à Tourtour (Vital 1999, fig. 36, n° 2), puis en Provence orientale au Bronze final 1 à Vence Le Baou des Noirs (ibid., fig. 50, nos 5 et 6) mais sans décor dans les deux cas.

258INSA : une forme non décorée dans l’us 102 du sondage A d’Alba Borgo Moretta, du Bronze moyen-tardif (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 134, n° 5) ; un meilleur parallèle dans l’habitat de Calcinato Ponte San Marco, en Lombardie, au Bronze final (Poggiani Keller et al. 1998, fig. 3, n° 1), correspondant à la phase moyenne de cette période en France. D’autres exemples, en Vénétie occidentale, dans les niveaux du Bronze final de l’habitat de Montebello Vicentino dont le mobilier évoque le HaB1a (Bagolan, Leonardi 1998, fig. 6, nos 8 et 9).

259Bilan : aucune comparaison n’est réellement satisfaisante, hormis les références en Lombardie et en Vénétie, relativement éloignées et sans relais intermédiaire, mais significatives. L’exclusivité des rapprochements avec la Provence et l’Italie du Nord mérite d’être notée.

Les gobelets

Gobelet élancé à épaulement et col subcylindrique bombé (fig. 103, n° 15)

260LANG : dans la salle V de la grotte du Hasard à Tharaux, d’où est issu un ensemble que l’on peut attribuer au Bronze final 2b (Roudil, Dedet 1993, fig. 55, n° 19) ; à plusieurs exemplaires, décorés ou non, dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles dans le Bas-Quercy albigeois (Carozza 1994, fig. 34), dans un ensemble qui semble relever majoritairement du BF2b ; dans la fosse de Pigasso à Rabasten (Tarn ; Carozza 1994, fig. 92, n° 1) en ambiance cette fois plutôt Bronze final 3a, mais dans un contexte éventuellement funéraire qui peut induire un certain conservatisme des objets déposés.

261CSO : sous le porche de la grotte de Roucadour à Thémines (Gasco 2004, fig. 9, n° 1), hors contexte ; dans la grotte sépulcrale de Sindou à Sénaillac-Lauzès, vers 1100-1050 av. J.-C. (Briois, Crubézy, Carozza 2000, fig. 5) probablement au Bronze final 2.

262Bilan : un commentaire comparable à celui produit à propos de la jatte à épaulement cannelé et col facetté peut être avancé car les comparaisons conduisent à nouveau exclusivement vers le sud et le sud-est du Massif Central. Les propositions chronologiques, HaA2, HaB1a, sont également identiques.

Gobelet sphérique à col (fig. 107, nos 1, 2)

263RAA : des pièces étroites ou larges à décor incisé et épaulement peu dégagé, à col cylindrique concave, figurent dans l’ensemble 3, daté en dendrochronologie à partir de 1071-1054 av. J.-C., de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Billaud, Marguet 1992, fig. 22) ; ensuite, dans l’ensemble 2, à partir de 1017 et 965 av. J.-C., les gobelets étroits sont à profil plus sphériques, portent des cannelures, et sont alors munis d’un col ouvert convexe (ibid., fig. 23).

264BPL : comme les formes de Tougues, celle représentée dans l’incinération 0 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine, décorée au peigne à dents fines et à col cylindrique, relève de la phase classique du Bronze final 2b (Seine-et-Marne ; Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 7, n° 5).

265BJ : un parallèle au premier gobelet dans la grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Jura ; Magny et al. 1984, fig. 10, n° 1) dont le mobilier est attribué au Bronze final 3a.

266CSO : on peut encore mentionner une forme à décor uniquement incisé du site du Bois du Roc à Vilhonneur (Charente ; Gomez 1980, fig. 56, n° 3) ; un gobelet plus large comparable au second exemplaire des Balmes, mais non décoré, est signalé sur le site de La Roque Saint-Christophe à Peyzac-le-Moustier, alors qu’un autre, à décor de doubles incisions, provient de la fosse de l’Étang à Plazac attribuée au Bronze final 3a (Dordogne ; Chevillot 1981, fig. 74, n° 13 ; fig. 77, n° 1).

267PSNA : dans la couche inférieure de Zürich Grosser Hafner, à partir de 1055 av. J.-C., un gobelet est considéré comme une importation (Ruoff 1974, pl. 30, n° 7 ; Primas, Ruoff 1981 ; Seifert 1997).

268Bilan : ce sont deux des très rares éléments céramiques qui sont issus de la salle II des Balmes. Le premier montre des connexions avec la Haute-Savoie, le Centre-Ouest, mais plus encore avec le Jura, au Bronze final 3a. Cette proposition de datation est conforme à celle que l’on peut établir par les parallèles évidents avec les séries de la grotte des Planches-près-Arbois ou de Cortaillod-Est au HaB1 classique. Les rapports avec le pied occidental du Massif Central se confirment à la même période (HaB1a-HaB1c) avec le second gobelet. La tendance à l’arrondissement des épaulements est un caractère commun au domaine RSFO, phase SBIIc (HaB1a) de L. Sperber (1987).

Gobelet à épaulement et col cylindrique (fig. 107, n° 5)

269RAA : une forme apparentée dans l’ensemble 3 (1071-1054 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 93, n° 370A).

270Bilan : cette pièce pourrait rejoindre le type qui précède et bénéficier des mêmes commentaires.

Gobelet à rebord cintré et décor cannelé et incisé (fig. 107, n° 3)

271PSNA : un tesson dans la couche 5a de l’habitat de Bavois-en-Raillon (Vital, Voruz 1984, fig. 66, n° 189), durant un stade ancien du Bronze final 2b daté de la première moitié du 12e s. av. J.-C., ainsi que dans l’incinération ST3 de Vufflens-la-Ville En Sency, également dans le canton de Vaud (David-Elbiali 2005b, fig. 102, n° 5) et dont le mobilier est attribué par comparaison au Bronze final 2b (HaA2).

272Bilan : les meilleurs parallèles sont helvétiques, de style RSFO, au Bronze final 2b.

Gobelet tronconique à épaulement peu marqué, à rebord et décor incisé (fig. 103, n° 19 ; fig. 107, n° 4)

273AdS : deux profils comparables, mais à décor cannelé horizontal, dans les tombes 173a et 171, du Bronze final 2b, de la nécropole de Singen am Hohentwiel (Brestrich 1998, pl. 55C et 55H, n° 5) ; d’autres cas, à décor incisé, dans le bassin du Rhin moyen à Gau-Odernheim, In den Hartwiesen et Schornsheim (Eggert 1976, pl. 4C, n° 2 ; pl. 20D, n° 5) au BF2b/HaA2 toujours.

274PSNA : deux comparaisons, dans les couches 5a et 3 de l’habitat de Bavois En-Raillon (Vital, Voruz 1984, fig. 64, n° 1136 ; fig. 77, n° 689), durant un stade ancien du Bronze final 2b daté de la première moitié du 12e s. av. J.-C. pour la couche 5a. Une pièce plus tardive, mais isolée, en 1051-1042 av. J.-C. (HaB1a) sur le site de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, 384).

275RAA : un parallèle avec le gobelet à col cintré et décor simplement cannelé de la structure 5 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Hénon 1999, fig. 44, n° 2) au BF2b ; localement, parmi le mobilier hors contexte d’Aussois Le Coin qui ne livre aucun témoin postérieur au Bronze final 2b, période à laquelle deux gobelets sur lesquels un décor cannelé et/ou incisé remplace les incisions, sont attribués (Ozanne, Vital 1999, fig. 8, n° 3 ; fig. 9, n° 11) ; un profil à décor incisé et aussi peu segmenté dans l’ensemble 3 (1071-1054 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 94, n° 360).

276BPL : un gobelet inorné dans l’incinération 21 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine, durant la phase classique du Bronze final 2b (Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 18, n° 4).

277INSA : les deux unités des Balmes évoquent les gobelets des tombes 17 et 18 de la nécropole d’Ascona San Materno, en Tessin (Crivelli 1953, fig. XXVIII) de la première phase d’occupation au HaA1.

278Bilan : les meilleurs parallèles proviennent du bassin rhénan moyen et supérieur et de Suisse occidentale, au BF2b/HaA2 de style RSFO.

Gobelet à épaulement et col tronconique, 2 cannelures fines sur l’encolure (fig. 107, n° 6)

279AdS : un récipient identique dans la fosse de Bad Krozingen 1974 (Bade-Wurtemberg ; Grimmer-Dehn 1991, pl. 63, n° 8) placée à la fin du Bronze final 2a, mais qui correspond bien à un prototype de style RSFO ; deux gobelets de la tombe 174 de la nécropole de Singen am Hohentwiel (Brestrich 1998, pl. 48, nos 2 et 3) rapportée au Bronze final 2b ; à Alzey et dans la tombe16 d’Armsheim (Eggert 1976, pl. 15A, n° 4 ; pl. 16C, n° 4) dans le bassin du Rhin moyen, au Bronze final 2b ; durant la phase A2 de Kolling ou SBIIb de Sperber dans la tombe A10 de Ballern dans la vallée supérieure de la Sarre (Kolling 1968, pl. 14, n° 7), jusqu’au B1 dans la tombe D6 de la même nécropole (ibid., pl. 22, n° 12).

280FdE : une forme identique, à lèvre non décorée, dans l’incinération d’Oberentzen (Haut-Rhin ; Zumstein 1965, fig. 54, n° 350) au Bronze final 2b.

281BPL : deux pièces semblables dans les incinérations 0 et 1 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine, durant la phase classique du Bronze final 2b (Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 7, n° 6 ; fig. 9, n° 1), une troisième dans l’incinération 3 du Bois de Bailly à Courcelles-en-Bassée (Seine-et-Marne ; Gouge, Mordant, Pihuit 1994, fig. 4/3, n° 2).

282PSNA : une forme proche à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1993, pl. 31, n° 4) à partir de 1050-1030 av. J.-C., ou encore dans la couche 1 dans laquelle le mobilier ne bénéficie pas de corrélation stricte avec les datations dendrochronologiques plus récentes (ibid., pl. 97, n° 8). Un bon parallèle en 1051-1042 av. J. - C. sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 499).

283RAA : une pièce sans décor dans la structure A de Saint-Priest Les Luèpes (Hénon 1999, fig. 67, n° 4) et avec un décor horizontal peigné dans la série hors contexte, mais probablement d’un stade ancien du Bronze final 2b, du Vieux Bourg à Vénissieux (Hénon, Caclin, Bertrand, 2001, fig. 20, n° 5).

284PROV : un récipient non décoré sur l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône, en domaine rhodanien (Billaud 2002b, fig. 6, n° 1).

285INSA : le gobelet de la tombe 12 de Briona San Alessandro, en Piémont, attribuée au Protogolasecca IIa/HaA2, est très comparable (Gambari 2006, fig. 254, n° 1). Cependant, la face interne du rebord n’est pas cannelée, alors qu’elle l’est très fréquemment dans les ensembles BF2b de moyenne vallée du Rhône.

286Bilan : les comparaisons les plus convaincantes, alliant forme et décor de doubles cannelures étroites, proviennent toutes du sud-est de l’Allemagne et d’Alsace, et par contrecoup du Bassin parisien. La chronologie couvre la séquence HaA1-HaB1a, mais elle est essentiellement du HaA2.

Gobelet à épaulement et col subcylindrique (fig. 107, n° 7)

287BPL : dans les incinérations 36 et 52 de la nécropole de La Croix de la Mission à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne ; Peacke, Delattre, Pihuit 1999, fig. 12, n° 3 et fig. 14, n° 4) attribuées au groupe RSFO « dans une phase tardive » ; une pièce incomplète dans l’incinération 18 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine, durant la phase classique du Bronze final 2b (Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 13, n° 2) ; dans l’incinération 9 de Villeneuve-la-Guyard Terres de Prépoux au Bronze final 2b (Yonne ; Mordant, Coudray, Parruzot 1979, fig. 22, n° 4) ; dans l’incinération 2 des Sept-Coups d’Épée à Buno-Bonnevaux (Essonne ; Bédard et al. 1988, fig. 3/2, n° 2), qui appartient au groupe de sépultures du Bronze final 2b de la nécropole ; en Champagne, dans la tombe B13 de la nécropole d’Aulnay-aux-Planches, au Bronze final 2b (Marne ; Brisson, Hatt 1953, fig. 49, n° 12) ; dans la sépulture 7 du Bois des Hauts à Tigy (Loiret ; Cordier 1977, fig. 10, n° 7g), qui forme un ensemble de typologie BF2b.

288PSNA : un gobelet décoré au peigne à dents souples sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 524) en 1051-1042 av. J.-C. ; cette forme est présente à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1993, pl. 31, n° 5) en 1050-1030 av. J.-C.

289RAA : un gobelet identique à décor uniquement cannelé sur la rive sud du Léman, à Collonges-sous-Salève, hors contexte (Haute-Savoie ; Oberkampf 1997, pl. 15, n° 14), ainsi que dans la fosse A189 de la place de la Paix à Vénissieux (Hénon 1999, fig. 72, n° 7) au Bronze final 2b ; un exemplaire de la grotte du Fortin à Veyrier-du-Lac allie cannelures et incisions au peigne sur une forme moins large (Haute-Savoie ; Oberkampf 1997, pl. 56, n° 1) ; un gobelet plus large avec un même décor dans l’ensemble 3 (1071-1054 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 98, n° 404A).

290LANG : une forme assez proche à décor uniquement incisé dans la grotte du Hasard à Tharaux, (salle II, secteur R, couche 1 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 37, n° 2) probablement au BF2b en fonction de l’absence d’élément caractéristique du BF3a languedocien ; un gobelet plus étroit dans la grotte du Puech-Buisson à Lanuéjols, hors contexte, avec comme décor une unique série de coups de poinçon (Gard ; Costantini et al. 1985, fig. 48, n° 9).

291Bilan : il s’agit d’un type de style RSFO, mais d’une production probablement originaire du Bassin parisien ainsi que l’indiquent les bons parallèles établis avec plusieurs nécropoles de cette région. Une large diffusion selon l’axe NNO-SSE est évidente, durant le HaA2 et se terminant probablement durant le HaB1a.

Gobelet sphérique à décor cannelé étroit (fig. 109, n° 1)

292Aucun parallèle convaincant n’a été trouvé à cette pièce.

Les pots

Pot à bord cintré et décor de fausse cordelette (fig. 104, n° 2)

293INSA : cette forme, non décorée, est attestée dès la fin du Bronze moyen à Trino Vercellese Ricodino en Piémont (Giomi, Traversone 1998, fig. 2, n° 3) ; un profil identique, toujours sans décor, provient de l’us 604 du sondage G d’Alba Borgo Moretta, rapportée en majorité au Bronze final 1 (Venturino Gambari et al. 1995, fig. 171, n° 2), comme l’unité de la couche B de Mesocco Tec Nev (Della Casa 2000, fig. 2.44c, n° 226) ; le profil, toujours, évoque le pot de la tombe 5 de la nécropole d’Ascona San Materno, en Tessin, associé à une épingle de type Fontanella (Crivelli 1953, fig. XXVI ; Carancini 1975, pl. 46) du HaB1a-B1c et qui peut être mise en parallèle avec la phase 1 de la nécropole de Morano sul Po (Giaretti, Rubat Borel 2006 ; Gambari 2006). Dans le Piémont nord-occidental, des rapprochements dans le groupe Pont-Valperga, au 10e s. av. J.-C. (HaB1c) sur l’habitat de Santa Maria à Pont Canavese (Rubat Borel 2006a, fig. 8, nos 3 et 4) et dans la nécropole de Santa Apollonia à Valperga (ibid., fig. 22, n° 1 ; fig. 23, n° 3).

294Bilan : La datation est malaisée, car les formes du groupe de Pont Valperga, comme celles qui servent de couvercle aux urnes des incinérations de la nécropole de Morano sul Po, montrent en général un rebord individualisé. L’absence de ce façonnage de l’ouverture sur l’exemplaire des Balmes, comme les comparaisons au BM-BR, pourraient indiquer un certain archaïsme. Cependant, le décor de fausse cordelette (falsa cordicella des auteurs transalpins) n’apparaît pas dans la nécropole piémontaise avant la phase 2, du HaB1c, et se développe durant la phase 3, du HaB2. Ce caractère technique et la forme signent une appartenance de ce récipient à la sphère italique nord-occidentale, au HaB1 probablement. Le développement des différents tracés varie de 22 à 44 mm.

Pot à décor double de cannelures et d’incisions (fig. 109, n° 2)

295LANG : dans la couche 6, du BF3a, de la grotte I de Castelvielh à Sainte-Anastasie (Gard ; Dedet, Pène 1991, fig. 22, n° 6).

296PSNA : à titre d’exemple, plusieurs tessons des couches 5a à 3 de l’habitat de Bavois En-Raillon portent des décors similaires, de style RSFO (Vital, Voruz 1984, fig. 66, n° 1189 ; fig. 68, n° 1248 ; fig. 71, n° 820...).

297Bilan : les confrontations sont des plus limitées et le degré de représentativité de la comparaison languedocienne également. Les inventaires lacustres sont tout aussi dépourvus de rapprochements. Doit-on en tirer un argument en faveur d’une chronologie du BF2b comme peut le laisser penser la série céramique de Bavois ?

Fig. 109 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Pot à décor de cannelures triples (fig. 109, n° 3)

298Aucun parallèle satisfaisant n’a été trouvé pour cette pièce, rejoignant en cela le constat dressé pour le pot qui précède. Des formes de proportions comparables sont connues régionalement au Bronze final 2b-3a, comme dans la structure 24 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Hénon, Caclin, Bertrand, 2001, fig. 22 et 23).

Pot biconique à col et décor incisé (fig. 109, n° 4)

299RAA : trois pots à col divergent de proportions identiques, dans la grotte de La Balme (Isère ; Bocquet, Reymond 1976, fig. 78, n° 5 ; 2007, fig. 25, n° 1) ; dans l’incinération 2026 de Quincieux La Terre de Vaux (Pichon, Hénon, 2005, fig. 10, n° 1), associée à une épingle qui trouve des comparaisons avec les trouvailles d’une localité indéterminée du Rhin moyen, du dépôt de Villethierry (BF2a) ou d’une sépulture de Mimbach, en Sarre (BF2b ancien), toutes formes apparentée aux épingles à tête de pavot (Kubach 1977, pl. 63, n° 945) ; dans l’incinération 24 de la nécropole de Croix Tombée à Pérouges (Ain ; Vital 1988, fig. n° 3) au Bronze final 2b (HaA2).

300BPL : une pièce légèrement plus large à décor uniquement cannelé dans l’incinération 48 de la nécropole de La Croix de la Mission à Marolles-sur-Seine (Peacke, Delattre, Pihuit 1999, fig. 13, n° 2) attribuée au groupe RSFO « dans une phase tardive » ; un pot à profil comparable dans l’incinération 9 de Villeneuve-la-Guyard Terres de Prépoux au BF2b (Mordant, Coudray, Parruzot 1979, fig. 22, n° 3) ; deux vases, pot et jarre de profils semblables, mais avec un décor plus élaboré, dans l’incinération 1 de Balloy Les Réaudins (Seine-et-Marne ; Gouge, Mordant, Pihuit 1994, fig. 4, nos 1 et 2) que l’on peut rattacher à la phase 6 de Kolling (HaB1).

301AdS : une forme d’inspiration comparable dans la tombe 189 de la nécropole de Singen am Hohentwiel, de la phase SiIIb correspondant au stade SBIIc (HaB1a) de L. Sperber (Brestrich 1998, pl. 57B, n° 3).

302Bilan : cette forme est d’affinités septentrionales et sa datation couvre les phases HaA2 à HaB1. En Rhône-Alpes, les incinérations de la région lyonnaise tirent la datation vers le pôle le plus ancien. Corroborant cette observation, le cran marqué sur la face externe de la partie supérieure de cette pièce peut être considéré comme un archaïsme ainsi que l’indiquent les comparaisons établies pour deux jarres sans contexte de la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 28, nos 3 et 4) attribuées au BF2a. Cependant, une jarre à col de la station de Greifensee Böschen, en 1051-1042 av. J.-C., montre le même façonnage au HaB1a (Bolliger Schreyer, Seifert 1998, fig. 27, n° 9), mais qui peut être un héritage HaA2.

Pot à rebord et partie supérieure digités (fig. 115, n° 1)

303RAA : deux pièces identiques, dans l’ensemble 3 (à partir de 1071-1054 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Launay 2001, fig. 46, n° 321) et en Tarentaise dans le sondage 1 du Châtelard à Bourg-Saint-Maurice, Derrière La Motte (Rey, Moulin 2006, fig. 24).

304FdE : sur le site de hauteur de Hohlandsberg Linsenbrunnen à Wintzenheim (Haut-Rhin ; Bonnet, Plouin, Lambach 1985, fig. 17, n° 26) probablement au HaB1 ancien.

305PSNA : à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello 1993, pl. 41, n° 13) en 1050-1030 av. J.-C. (HaB1a).

306INSA : dès le Bronze final 1 dans la nécropole de Locarno San Jorio, en Tessin, mais sans lèvre digitée (Janke 1991, pl. 15, n° 10).

307Bilan : la comparaison la plus fiable renvoie aux productions de style RSFO, du HaA2-B1a.

Pot à rebord cintré, à impressions cunéiformes (fig. 115, n° 2)

308RAA : un profil identique non décoré dans la fosse A189 de la place de la Paix à Vénissieux (Hénon 1999, fig. 72, n° 7) au Bronze final 2b, puis au Bronze final 3a dans la structure 24 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Hénon, Caclin, Bertrand, 2001, fig. 22, n° 5) ; dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 40, n° 10), hors contexte ; ultérieurement, ces formes persistent bien au Bronze final 3a, comme dans la fosse A25deSimandres La Plaine datée de la première moitié du 10e s. av. J.-C., mais avecun rebord cannelé et non un col (Rhône ; Thiériot 2005, fig. 10, n° 6 ; fig. 11, n° 5) ; ces formes portent un décor cannelé dans le locus B de Saint-Alban à Creys-Pusignieu (Isère ; Guillet et al. 1999, fig. 11, d33) au BF3a.

309LANG : dans la couche 6, du Bronze final 3a, de la grotte I de Castelvielh à Sainte-Anastasie (Dedet, Pène 1991, fig. 17, n° 6).

310CSO : dans la grotte des Poteries à Vers (Lot ; Carozza 1997, fig. 377), hors contexte.

311Bilan : de nombreuses comparaisons régionales au HaA2-HaB1, avec une extension vers le sud-ouest.

Pots à rebord, à impressions cunéiformes (fig. 115, nos 4, 5)

312RAA : une pièce d’inspiration comparable dans l’incinération 14 de la nécropole de Croix Tombée à Pérouges (Ain ; Vital 1988, fig. 2, n° 3) au Bronze final 2b-3a.

313LANG : sur le site du Clot à Castres, dans la st. 1104 au Bronze final 3a (Tarn ; Carozza, Lagarrigue, Pons 1997, fig. 7, n° 1).

314Bilan : l’origine de ce type, comme sa datation précise, sont malaisées à établir.

Pots à rebord, à arête digitée-pincée (fig. 105, n° 2 ; fig. 115, nos 3, 6 ; fig. 116, nos 5, 6)

315RAA : un profil identique à impressions simples sur l’arête dans la fosse A96 du site de la place de la Paix à Vénissieux (Joly, Taras, 1994, pl. 22) au Bronze final 2b ; dans la Baume des Anges à Donzère (Vital 1990a, fig. 40, n° 8), hors contexte ; un tesson pratiquement identique à Aussois Le Coin, dans une série hors contexte mais qui ne livre aucun témoin postérieur au Bronze final 2b, période à laquelle ce tesson est rattaché (Ozanne, Vital 1999, fig. 10, n° 5).

316PROV : sur l’habitat rhodanien de Laprade à Lamotte-du-Rhône, durant la première moitié du 11e s. av. J.-C. (Billaud 2002b, fig. 7, n° 6) ; sur la station des Fabrys à Bonnieux (Vaucluse ; Buisson-Catil, Vital 2002, fig. 75, n° 5).

317LANG : deux éléments dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus, qui regroupe des mobiliers du Bronze final 1 au Bronze final 3a (Dedet, Roudil 1994, fig. 9, nos 6 et 12) ; dans la grotte du Hasard à Tharaux (salle I, couloir, couche 3 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 13, n° 17), hors contexte ; dans la grande fosse 2 du Baous de la Salle à Bize (Aude ; Lauriol 1958, fig. 1, n° 25).

318Bilan : de nombreuses comparaisons dans le sud-est de la France, au BF 2b (HaA2), mais avec des prolongements possibles au BF3a (HaB1a), ainsi que le suggère le site de Laprade.

Pot cylindrique à lèvre et encolure digitées (fig. 116, n° 3)

319PSNA : les profils identiques, à encolure non digitée, des fouilles anciennes d’Auvernier, sur le lac de Neuchâtel, ont été rattachés au HaA2 par V. Rychner sur la base des comparaisons avec des ensembles d’Allemagne du sud (Rychner 1979, fig. 27, n° 2 et 33, n° 15). Ces comparaisons restent valables, même après que les travaux plus récents classent désormais ce type de vestige au HaB1a (David-Elbiali, Dunning 2005, note 23), comme l’attestent les ensembles de Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello1993, pl. 43, n° 1 ; pl. 45, n° 4,...) à partir de 1050-1030 av. J.-C.

320AdS : sur le site de Burkheim, au Bronze final 3a (Bade-Wurtemberg ; Grimmer-Dehn 1991, pl. 30).

321Bilan : il s’agit d’un type essentiellement nord-alpin, du HaA2 au HaB1.

Pot à rebord, à arête et/ou lèvre digitée (fig. 116, n° 4 ; fig. 117, nos 3, 4)

322RAA : dans la structure 25, du Bronze final 2a, de Jons Les Batailles (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 30, n° 1) ; un pot à peine plus étroit dans la fosse A96 de la place de la Paix à Vénissieux (Joly, Taras, 1994, pl. 22) au Bronze final 2b ; hors contexte dans la grotte de Comboire, à Claix (Picavet 1991, fig. 2, n° 3).

323LANG : dans le secteur K de la grotte du Hasard à Tharaux (Roudil, Dedet 1993, fig. 42, n° 2).

324Bilan : ces quelques exemples du Sud-Est sont confirmés par d’autres témoins dans des séries encore inédites, au Bronze final 2.

Les jarres

Jarre à rebord et décor de digitations à l’encolure (fig. 102)

325RAA : un bord et son encolure dans un remplissage de thalweg du Bronze final 1 sur le site du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998, fig. 23, n° 100) ; au Bronze final 2a dans le scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine (Bocquet 1963, fig. 4, n° 13) ; un profil comparable, mais à cordon digité, dans la zone F du site de Communay La Raze de la Dame (Sandoz, Thiériot, Vital 1993, fig. 16, n° 3) au Bronze final 1-2a ; dans le secteur H2 du parc de Cybèle à Lyon (Rhône ; inédit, fouilles A. Desbat) parmi un corpus céramique d’un stade ancien du Bronze final 2b.

326PSNA : un rebord dans la couche 4 de l’habitat de Bavois-en-Raillon (Vaud ; Vital, Voruz 1984, fig. 67, n° 898), durant un stade ancien du Bronze final 2b ; dans la couche 3 des secteurs A et B de Hauterive Champréveyres, à partir de 1054-1037 av. J.-C. (Borrello1993, pl. 52, nos 1 à 3 ; pl. 115, n° 8), au HaB1a.

327LANG : dans la couche 1, mélangée, de la grotte du Prével Supérieur à Montclus (Dedet, Roudil 1994, fig. 9, n° 8).

328Bilan : il s’agit d’une forme connue dans l’axe rhodanien durant la première moitié du Bronze final au moins. Le rebord à tendance épaissi/biseauté, d’extension réduite, plaiderait pour une datation ancienne dans la séquence BF2b-3a. À Hauterive, les rebords sont plus développés durant le Hallstatt B.

Jarre à épaulement et rebord, à décor imprimé sur l’épaulement et l’encolure (fig. 105, n° 3)

329INSA : dans la tombe 3 de la nécropole d’Ascona San Materno, en Tessin (Crivelli 1953, fig. XXV ; De Marinis 2000b, fig. 7, n° 3) qui relève de la seconde phase d’occupation, Protogolasecca II, du HaA2-B1a (Gambari 2006 ; De Marinis 2000b).

330Bilan : Un excellent parallèle en Tessin, qui reste isolé dans le vaste domaine italique nord-occidental faute de données quantitatives suffisantes pour l’intervalle HaA1-B1a.

Jarre biconique à rebord et décor cannelé (fig. 104, n° 1)

331INSA : un exemplaire très proche dans la tombe 112 de la nécropole de la Ca’Morta, au sud du lac de Côme (Rittatore Vonwiller 1966, pl. 26), que l’on peut considérer parmi les premières tombes Protogolasecca, du HaB1. Le décor est représenté sur le gobelet de la tombe 12 de Briona San Alessandro et sur l’urne de la tombe 60 de Morano sul Po, en Piémont, attribués respectivement au Protogolasecca IIa/HaA2 et Protogolasecca IIb/HaB1a (Gambari 2006) ; la forme évoque plusieurs urnes de la nécropole de Santa Apollonia à Valperga, en Piémont (Rubat Borel 2006a, fig. 21, n° 2 ; fig. 23, n° 2 ; fig. 24, n° 2) synchronisées avec le HaB1 de Suisse occidentale, mais surtout avec l’urne à arête vive de la tombe 1/94 de Morano sul Po (Giaretti, Rubat Borel 2006, fig. 72, n° 1) de la phase 1 de la nécropole, du Protogolasecca IIb/HaB1a (Gambari 2006).

332Bilan : les confrontations avec le mobilier funéraire de la nécropole de Morano sul Po indiquent une prévalence de datation pour la phase HaB1a, voire HaB1. Une datation du HaA2 (Briona) n’est pas à exclure pour les plus anciennes de ces jarres. Les parallèles géographiques sont exclusivement italiques.

Jarre à col segmenté et décor incisé riche (fig. 109, n° 5)

333AdS : une forme de dimensions inférieures – un gobelet à col cylindrique – à décor gravé et peigné riche de la tombe 2 d’Armsheim, du HaA2 de style RSFO, dans la vallée du Rhin moyen (Eggert 1976, pl. 15C, n° 7) ; le motif est présent sur une jarre biconique de la phase 6 (HaB1a) de A. Kolling, dans la tombe A du tumulus 27 de Wintersdorf (Kolling 1968, pl. 5, n° 2) dans la vallée de la Moselle ; décor également attesté dans la tombe 166 de la nécropole de Singen am Hohentwiel (Brestrich 1998, pl. 39, n° 11), de la phase SiIIc ou HaB1 classique de la chronologie de Suisse occidentale, mais sur une forme à col tronconique correspondant aux productions de cette phase.

334BPL : un décor de plusieurs bandes parallèles aux motifs comparables sur un gobelet à col d’une probable sépulture unique à Villemandeur Le Chesnoy, d’où provient également un couteau à soie perforée, au moins de datation BF2b au plus récent (Loiret ; Cordier 1977, fig. 13, n° 1a).

335BJ : décor sur la jarre biconique de la fosse 5 de l’habitat de Dampierre-sur-le-Doubs, au Bronze final 2b (Pétrequin, Urlacher, Vuaillat 1969, fig. 3, n° 1).

336RAA : un gobelet à décor riche comparable et un décor incisé en position semblable sur un pot, dans les deux cas de l’ensemble 3 (1071-1054 av. J.-C.) de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman (Billaud, Marguet 1992, fig. 22 ; Launay 2001, fig. 98, n° 409 ; fig. 64, n° 325) au BF2b ; un décor proche dans la grotte du Trou Noir à La Buisse, sur l’épaulement d’une jatte à col ouvert rectiligne (Isère ; Bocquet 1969, fig. 41, n° 1) ; localement, des triangles hachurés sur le site d’Aussois Le Coin (Ozanne, Vital 1999, fig. 9, n° 15).

337LANG : une forme décorée de deux simples cannelures dans l’aven de la Boucle à Corconne au Bronze final 2b (Cours, Duday, Vital 1999, fig. 4, n° 5) ; une autre non décorée à Roquemaure La Ramière (Gard ; Georjon 2002, fig. 2, n° 1).

338Bilan : cette forme correspond au type 22 de la cartographie réalisée à l’occasion du colloque de Nemours consacré au groupe RSFO, qui indiquait jusqu’alors une dispersion limitée aux bassins du Rhin moyen-supérieur et parisien. Cette origine septentrionale est indubitable, y compris pour les formes plus méridionales. Les meilleures associations forme-décor plaident plutôt pour une datation au HaA2, avec prolongement possible au HaB1 ainsi que l’indique la sériation de L. Sperber (1987). La thématique du décor de l’exemplaire des Balmes diffère cependant de celle qui combine différents motifs géométriques de base du style riche de Suisse occidentale, comme dans les zones D et E de Hauterive Champréveyres, entre le milieu du 10e s. et le premier quart du 9e s. av. J.-C. (Borrello1992, pl. 24 et 54).

Jarre biconique à col cylindrique et rebord, à décor horizontal cannelé et incisé (fig. 110, n° 3)

339RAA : une jarre uniquement cannelée dans la fosse A96 de la place de la Paix à Vénissieux (Hénon 1999, fig. 73, nos 1 et 2), au BF2b ; un autre exemple, attribué à la même période, parmi le mobilier hors contexte de la Balme à Gontran à Chaley (Ain ; Treffort, Nicod 2000, fig. 15, n° 11).

340BJ : un bon parallèle avec la jarre de l’incinération de Sassenay Le Pionny (Saône-et-Loire ; Bonnamour 1969, pl. XXIII, n° 173).

341PSNA : un fragment décoré dans les couches 4a-4b de l’habitat de Bavois-en-Raillon (Vaud ; Vital, Voruz 1984, fig. 71, n° 820), durant un stade ancien du Bronze final 2b ; une réplique, mais de taille bien plus réduite, ainsi qu’une jarre de proportions comparables, en 1051-1042 av. J.-C., au HaB1a, sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 433, 542 ; Bolliger Schreyer, Seifert 1998, fig. 27, n° 9) ; une forme comparable à décor plus élaboré à Hauterive Champréveyres zone A, couche 3 (Borrello1993, pl. 36, n° 7) à partir de 1050-1030 av. J.-C.

342FdE : une forme un peu plus aplatie, critère du HaB1ancien, durant la phase 5 de l’occupation de Linsenbrunnen II sur le site de Hohlandsberg à Wintzenheim (Bonnet, Plouin, Lambach 1985, fig. 17, n° 30).

343AdS : une unité cannelée sur le site de Burkheim, au Bronze final 3a (Bade-Wurtemberg ; Grimmer-Dehn 1991, pl. 28, n° 2).

344LANG : dans la grotte du Collier à Lastours (Carozza 1997, fig. 150, n° 7), hors contexte.

345Bilan : c’est un type de jarre du groupe RSFO, dont la chronologie occupe le HaA2 et le HaB1.

Fig. 110 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre à col subcylindrique (fig. 111, n° 2), à partie supérieure cannelée (fig. 112, n° 3)

346AdS : une forme de plus petites dimensions, mais de profil identique, dans la tombe 174 de la nécropole de Singen am Hohentwiel (Brestrich 1998, pl. 48, n° 5), attribuée au BF2b/HaA2 ; d’autres urnes de cette nécropole montrent des cols tronconiques, lors de la phase SiIIb (corrélée avec HaB1a), comme dans les tombes 170, 186 et 187 (ibid., pl. 46B ; pl. 56, n° 6 ; pl. 57, n° 3).

Fig. 111 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

347PSNA : un important fragment lui aussi non décoré sur le site de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 544) en 1051-1042 av. J.-C. (HaB1a).

348BPL : une jarre de la nécropole du Bois des Hauts à Tigy (Cordier 1977, fig. 6, n° 2a) au Bronze final 2b ; dans l’incinération 1 des Gours aux Lions à Marolles-sur-Seine (Mordant 1970, fig. 33, n° 1) probablement dans une phase avancée du Bronze final 2b, ou HaB1a.

349RAA : une portion de jarre dans le locus B de Saint-Alban à Creys-Pusignieu (Isère ; Guillet et al. 1999, fig. 12, d35) au Bronze final 3a et un profil identique, en contexte mal assuré, dans la grotte de La Balme en Isère également (Bocquet, Reymond 2007, fig. 22, n° 9).

350Bilan : ces deux pièces de même morphologie trouvent des parallèles dans les régions de développement du groupe RSFO, durant le siècle et demi qui correspond au HaA2-HaB1a.

Fig. 112 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Grande jarre à rebord court (fig. 113)

351PSNA : sur le lac de Neuchâtel, les occupations de la station de Hauterive Champréveyres livrent des jarres de morphologie approchante, à bord plus large dans la couche 3 de la zone A, à partir de 1050-1030 av. J.-C. (Borrello 1993, pl. 57, n° 3 ; pl. 59, n° 1), mais surtout une jarre de même profil, quoique deux fois moins volumineuse, dans la couche 1 de la même zone, à laquelle correspondent encore des phases d’abattage entre 958-942 et 940-879 av. J.-C. (ibid ., pl. 95, n° 3) ; de bons parallèles, avec des pièces décorées ou non, sur la station de Cortaillod-Est, à partir de 1010-955 av. J.-C., soit au HaB1c (HaB1classique) (Borrello 1986, pl. 69) ; une datation estimée à partir de 920 av. J.-C. pour une jarre de proportions comparables de la couche 1, secteur 3, du site littoral de Vinelz-Ländti, au sud du lac de Bienne (Gross 1986, pl. 54, n° 2) ; dans les niveaux inférieurs et supérieurs du premier établissement de Zug Sumpf, en Suisse orientale, durant la seconde moitié du 10e s. et la première moitié du 9e s. av. J.-C. (Seifert 1997, pl. 53, n° 832 ; pl. 55, n° 853).

352Bilan : l’état de conservation de la jarre des Balmes conduit à des parallèles avec les sites littoraux helvétiques. La récurrence des appels indique qu’il ne s’agit pas de rapprochements aléatoires. Du point de vue chronologique, les récipients les plus proches datent du Hallstatt B, du HaB1 avant tout.

Fig. 113 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre biconique à col ouvert et cordon guilloché (fig. 114)

353AdS : dès le Bronze D, dans la tombe 12 de Reutlingen dans le Bade-Wurtemberg (Unz 1973, pl. 3, n° 5) ; puis dans une tombe de Homburg-Schwartzenbach, en Sarre (Kolling 1968, pl. 5, n° 5) attribuée au HaA2 ; une forme proche, à col cylindrique cependant, dans le mobilier de style Main-Souabe de la tombe 1 de Heilbronn, bien datée du Bronze final 2b (HaA2), dans la vallée du Neckar (Dehn1972, pl. 6A, n° 10).

354FdE : en Alsace dans l’incinération I de Rouffach (Haut-Rhin ; Zumstein 1965, fig. 64, n° 404) qui relève du Bronze D2 (Unz 1973) ; dans la fosse d’Uffheim (Haut-Rhin ; Piningre 1988, fig. IV, n° 1) au BF2b/HaA2.

355PSNA : un fragment avec même décor dans la couche 5b de l’habitat de Bavois-en-Raillon (Vital, Voruz 1984, fig. 59, n° 861), durant un stade ancien du Bronze final 2b ; plusieurs répliques sur le palafitte de Greifensee Böschen, en 1051-1042 av. J.-C. (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 545, 546, 555, 561) au HaB1 ancien.

356BPL : dans la couche du Bronze D2 du secteur 6 du Camp de la Vergentière à Cohons (Haute-Marne ; Lepage 1992, fig. 188, n° 2) ; une jarre pratiquement identique en Champagne dans la fosse de Pierre-Morains La Terre Grasse, un bon contexte du BF2b/HaA2 (Marne ; Brisson, Hatt 1966, fig. 14, n° 1).

357BJ : plusieurs profils comparables à cordon imprimé dans les fosses 17 et 46 de l’habitat de Dampierre-sur-le-Doubs, au BF2b/HaA2 (Pétrequin, Urlacher, Vuaillat 1969, fig. 13, nos 5 et 6 ; fig. 20, n° 3 ; Pétrequin 1988).

358RAA : un tesson de la structure 5 de la ZAC des Perches à Saint-Priest (Hénon 1999, fig. 44, n° 12) au BF2b.

359Bilan : tous les rapprochements conduisent vers les régions couvertes par le groupe RSFO. Les plus anciens témoins de cette forme datent du Bronze D. Les plus nombreux renvoient au HaA2, avec de rares prolongements au HaB1a.

Fig. 114 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Fig. 115 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre à rebord vertical et arête digitée (fig. 116, n° 1)

360RAA : dans la grotte de Comboire, à Claix, hors contexte (inédit, travaux R. Picavet ; Picavet 1989, 1991).

361LANG : dans la grande fosse 2 du Baous de la Salle à Bize (Lauriol 1958, fig. 2, nos 29 et 42) au Bronze final 2b selon L. Carozza (1997) ; dans la fosse 3 de La Gravette à Cavanac à la même période (Carozza 1997, fig. 93, n° 1), ainsi que dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles (Carozza 1994, fig. 49, n° 7).

362Bilan : des connexions essentiellement méridionales, en Languedoc occidental au BF2b, avec un relais dans la région grenobloise.

Fig. 116 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre à encolure digitée (fig. 116, n° 2)

363AdS : dans la vallée du Rhin sur le site de Burkheim, au BF3a/HaB1 (Grimmer-Dehn 1991, pl. 30).

364FdE : sur le site de hauteur de Hohlandsberg Linsenbrunnen à Wintzenheim (Haut-Rhin ; Bonnet, Plouin, Lambach 1985, fig. 13, n° 87) probablement au HaB1ancien.

365PSNA : plusieurs comparaisons sur la station de Greifensee Böschen (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, nos 221, 235, 295, 296) en 1051-1042 av. J.-C. (HaB1a).

366BPL : dans la couche du Bronze D2 du secteur 6 du Camp de la Vergentière à Cohons (Lepage 1992, fig. 189, nos 8 à 11) ; dans l’incinération 0 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine, probablement durant la phase classique du Bronze final 2b (Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 6, n° 1).

367RAA : un profil de typologie BF2b de l’ensemble 3 de la station littorale de Tougues à Chens-sur-Léman, à partir de 1071-1054 av. J.-C. (Launay 2001, fig. 61, n° 391).

368Bilan : comme pour le pot cylindrique à lèvre et encolure digitées, de volume inférieur, mais d’inspiration identique (fig. 116, n° 3), la majorité des correspondances conduisent vers le groupe RSFO, de la vallée du Rhin au Bassin parisien et au Plateau suisse, durant les stades HaA2-HaB1.

Jarre à rebord, à arête et lèvre digitées (fig. 117, n° 1)

369LANG : en Aveyron, un pot sans lèvre digitée dans la grotte 4 de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon (Costantini et al. 1985, fig. 37, n° 7) ; un autre dans la grotte de La Clapade à Millau (Louis, Taffanel 1955, fig. 33, n° 32).

370PROV : sur l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône, en domaine rhodanien (Billaud 2002b, fig. 7, n° 2) durant la première moitié du 11e s. av. J.-C. (HaA2-B1a ?).

371RAA : un pot décoré dans la structure 25, du Bronze final 2a, de Jons Les Batailles (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 28) ; localement, sur le site d’Aussois Le Coin, probablement au BF2b (absence d’élément HaB1) (Ozanne, Vital 1999, fig. 11, nos 1 et 2).

372Bilan : les données chronologiques fiables sont lacunaires ; il s’agit d’une forme de tradition du BF2a-2b dans le sud-est de la France.

Fig. 117 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre à arête digitée et rebord (fig. 117, n° 2 ; fig. 105, n° 4)

373LANG : des parallèles sur plusieurs sites aux contextes flous ou remaniés, dans la couche 1 de la grotte du Prével Supérieur à Montclus, qui regroupe des mobiliers du BF1 au BF3a (Dedet, Roudil 1994, fig. 9, n° 7), dans la grotte 4 de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon (Costantini et al. 1985, fig. 37, n° 8) et un second, à rebord cintré, dans la grotte XIII de Saint-Tchaouzou à Balsièges (Lozère ; Costantini et al. 1985, fig. 69, n° 2) ; sur le Roc de Conilhac à Gruissan (Carozza 1997, fig. 21, n° 30) ; au BF2b dans la Baume Layrou à Trèves (Fages 1991, fig. 7, n° 3 ; fig. 10, n° 4), dans la grande fosse 2 du Baous de la Salle à Bize (Lauriol 1958, fig. 3, n° 75) et dans la fosse 3 de La Gravette à Cavanac (Carozza 1997, fig. 92/6 ; fig. 93/2) ; avec la lèvre digitée, sur le site du Clot à Castres, dans la st. 1104 bis au Bronze final 3a (Carozza, Lagarrigue, Pons 1997, fig. 8, n° 11).

374RAA : un pot de profil comparable dans la structure 1 du site de Jons les Batailles attribuée au Bronze final 2a (Hénon, Joly, Lalai 2002, fig. 18, n° 1) et dans le secteur du Vieux Bourg à Vénissieux (Hénon 1999, fig. 64, n° 5) dans un stade ancien du Bronze final 2b.

375PROV : à Bollène Les Bartras 03 (Vaucluse ; Billaud 2002a, fig. 84, n° 8) au BF2b.

376BJ : seulement deux tessons parmi l’abondant mobilier sans contexte de la grotte de la Fontaine de la Roche à Courchapon, qui couvre une bonne partie du Bronze final (Doubs ; Richard 1980, nos 238 et 264).

377Bilan : il s’agit d’une forme essentiellement répartie dans les régions du sud et sud-est du Massif Central. Les très rares éléments septentrionaux (Courchapon) renforcent ce diagnostic. La chronologie de cette forme semble resserrée sur le BF2b/HaA2.

Jarre à rebord, à arête digitée (fig. 118, n° 1)

378LANG : une jarre à carène à décor pincé dans la grotte du Hasard à Tharaux (salle II, secteur K, couche 1 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 26, n° 12), parmi un abondant ensemble mobilier mélangé, du BF1 au BF3a, tout comme dans la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès (Carozza 1997, fig. 25, n° 3) ; au BF2b, dans la fosse 2 du Baous de la Salle à Bize (Lauriol 1958, fig. 5, n° 91 ; Carozza 1997).

379RAA : dès le Bronze final 1 sur l’habitat du Boulevard périphérique nord de Lyon (Jacquet et al. 1998 : 161, n° 1741 ; 167, n° 84) et durant une phase ancienne du Bronze final 2b sur le site de Montboucher-sur-Jabron Pancrace (Drôme ; Vermeulen 2002a et inédit).

380PROV : un pot de profil comparable à décor digité pincé sur l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône, dans le bassin rhodanien (Billaud 2002b, fig. 7, n° 6) durant la première moitié du 11e s. av. J.-C. (HaA2-B1a ?).

381Bilan : c’est une forme présente du Languedoc à la région Rhône-Alpes, probablement au BF1-BF2.

Fig. 118 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.

Jarre à bord subvertical et arête digitée (fig. 118, n° 2 ; fig. 105, n° 1)

382LANG : un pot de profil semblable dans la grotte du Hasard à Tharaux (salle I, couloir, couche 3 ; Roudil, Dedet 1993, fig. 13, n° 18) ; dans la grande fosse 2 du Baous de la Salle à Bize (Lauriol 1958, fig. 5, n° 89) au BF2b ; des profils non digités et digités dans la Baume Layrou à Trèves (Fages 1991, fig. 8, n° 1 ; fig. 10, n° 3), très probablement à rapporter à l’occupation du BF2b ; avec différents décors sur des formes très comparables dans la grotte de la Borie-Basse à Livers-Cazelles probablement à la même période (Carozza 1994, fig. 48, nos 1 et 3).

383CSO : dans la grotte des Poteries à Vers (Carozza, fig. 377, n° 6), hors contexte.

384Bilan : les comparaisons sont essentiellement réalisées avec des sites du Languedoc et du Massif Central dans sa partie méridionale, mais les contextes de découverte sont rarement explicites du point de vue chronologique. Une fois encore le stade BF2b semble à privilégier.

Les fragments

385Plusieurs fragments peuvent être rapprochés des éléments de formes décrits, mais sont de taille trop réduite pour susciter un commentaire particulier. Des coupes et jattes à bord convexe sont assez ubiquistes au BF2-3 et ne se prêtent pas au jeu des comparaisons (fig. 103, n° 12 ; fig. 106, nos 8, 9 ; fig. 107, n° 9). Il en est de même de bords de coupes et d’un fragment de jatte à arête et surface lisses (fig. 103, nos 4-10 et n° 14 ; fig. 106, nos 4-7), d’un fond cupulé à décor cruciforme incisé (fig. 103, n° 16), d’un fond plat à décor cannelé interne (fig. 106, n° 10), de rebords et cols, de fragments à décors incisés, cannelés, ou imprimés (fig. 95, nos 4, 5 ; fig. 104, nos 3-13 ; fig. 108, nos 8-12), de tessons de jarres (fig. 110, nos 1, 2 ; fig. 111, n° 1 ; fig. 112, nos 1, 2 et 4 ; fig. 117, n° 5 ; fig. 118, n° 4). Un tesson de jatte montre un décor de pendentif incisé sous une cannelure de style RSFO, probablement du HaA2 (fig. 103, n° 20). Une forme de jarre à col cylindrique et paroi digitée, avec une trace d’arrachage de préhension (fig. 118, n° 3) ne trouve pas de parallèle convaincant.

7.4.3. Conclusions sur le mobilier du Bronze final 2-3 (HaA2-HaB1)

386À l’issue des comparaisons conduites à aussi large échelle géographique que pour les périodes qui précèdent, nous pouvons distinguer 8 groupes de récipients. Deux n’ont pas de valeur d’un point de vue chronoculturel, puisqu’ils concernent soit 5 pièces qui n’ont pas trouvé de comparaisons satisfaisantes, soit 3 coupes très ubiquistes, pour un total de 11 %. Avec 14 % des cas environ, un autre ensemble comprend des pièces de répartition très large, du nord-est au sud de la France, que l’on peut globalement rattacher au style RSFO (fig. 119, A). Le quatrième groupe est plus spécifique de ce même complexe culturel RSFO et de la zone rhénane d’origine, au HaA notamment, avec une fréquence relativement importante de 19 % (fig. 119, B et C). Un corpus céramique assez documenté regroupe toutes les formes dont la répartition préférentielle semble être la région Rhône-Alpes, avec des extensions en direction des plaines de Saône, du Midi et du Massif Central, avec un total de 29 % (fig. 120). Il est toutefois possible qu’un déséquilibre marque les équipements peu fournis en vaisselle grossière du domaine rhénan, essentiellement représenté par des sites funéraires au HaA2, comme ceux des établissements rhodaniens en grotte ou en plein air à corpus fragmentés. La surprise des comparaisons vient de l’identification d’un groupe de poteries dont les parallèles ont été trouvés sur les pourtours méridionaux du Massif Central, du Lot au Languedoc oriental et qui représentent tout de même 15 % de l’ensemble (fig. 121). Paradoxalement, pour une proximité géographique supérieure, les types céramiques d’origine italique sont peu nombreux, avec 5,5 %. La même valeur peut être affectée au dernier groupe qui comprend des formes nord-alpines qui se dispersent selon l’axe est-ouest, mais qui semblent de datation indubitablement postérieure à la majorité des autres récipients, du BF3a/HaB1 classique.

Fig. 119 - Synthèse typologique des céramiques de style Rhin-Suisse-France orientale du Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien).
A : types ubiquistes ; B et C : types principalement rhénans et helvétiques.

Fig. 120 - Synthèse typologique des céramiques d’affinités RSFO du Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien), principalement des bassins de la Saône et du Rhône, ou de dispersion plus large encore.

387Si l’on peut identifier plusieurs tendances parmi les corrélations géographiques, le degré de finesse chronologique reste en deçà de celui atteint au nord des Alpes (Sperber 1987, 1999 ; Moinat, David-Elbiali 2003 ; David-Elbiali, Dunning 2005). Les plus anciennes productions semblent être celles qui renvoient au Bassin rhénan et au Plateau suisse (malgré un déficit du nombre de sites, hormis le cas de Bavois En-Raillon pour ce dernier) au Hallstatt A2, avec les coupes et les gobelets (fig. 119, B). Deux formes attestées aux Balmes, un gobelet à décor cannelé et une coupe segmentée (fig. 107, nos 6, 8), figurent même dans un unique ensemble sépulcral HaA2 d’Oberentzen dans le Haut-Rhin (Zumstein 1965, fig. 54). Les pots et les jarres se classent plus globalement au HaA2-HaB1a, avec un prolongement possible pour certains au HaB1c (fig. 119, C), comme pour les récipients de dispersion plus ubiquiste (fig. 119, A). Le groupe Sud-Est (fig. 120), pris dans une acception spatiale large, couvre la même plage temporelle. Le cadre chronologique régional est encore trop incertain pour tenter de préciser un classement des formes au sein de la séquence HaA2-HaB1. Ce sont cependant les deux moments les plus anciens, HaA2 classique et HaB1a, qui reviennent le plus souvent au terme des comparaisons. La situation est identique, voire un peu plus confuse encore pour la composante du sud du Massif Central et languedocienne (fig. 121). De bons ensembles clos existent dans le bassin de l’Aude au BF2b et quelques pistes pour une évolution des corpus ont été tracées (Carozza 1994, 1997). Mais ces bons référentiels audois sont les plus éloignés et des différences typologiques sont sensibles à telle distance. Aucun décalage chronologique marqué n’apparaît cependant si l’on considère l’ensemble de ces productions de la moitié sud de la France. En Quercy, les travaux en cours devraient à terme alimenter cette problématique des relations ouest-est au milieu du Bronze final, avec là aussi quelques bons ensembles de référence (Saint-Sever 2008). La dernière composante, d’origine italique, est relativement effacée. Mais il faut considérer que la recherche des confrontations reste probablement lacunaire faute d’une séquence d’évolution céramique reposant sur des données quantitativement significatives en Italie nord-occidentale, à l’exception de la nécropole de Morano sul Po. La chronologie des récipients de style italique couvre plutôt le HaB1a-HaB1c (fig. 122, B).

Fig. 121 - Synthèse typologique des céramiques d’un style que nous identifions sur le pourtour méridional du Massif Central au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien).

388En conclusion, la plage couverte dans la plupart des cas concerne les phases HaA2 classique et HaB1a, périodes d’occupation marquée de la cavité. La phase HaB1c voit aussi une fréquentation du site attestée par quelques récipients spécifiques (fig. 122, A), que pourraient potentiellement rejoindre quelques unités de la phase immédiatement antérieure. Mais la rareté des comparaisons avec les importantes séries de Cortaillod-Est, de la grotte des Planches, du Landeron, de Hauterive zones D et E, ne plaide pas pour une chronologie nettement étendue aux périodes dont témoignent ces établissements (HaB1c-HaB3a). Des différences stylistiques ne semblent pas uniquement expliquer cette carence car la composante BF3a régionale représentée dans l’ensemble 2 de Tougues à Chens-sur-Léman (-1017-965), sur les sites de Simandres La Plaine et Les Estournelles, également de la première moitié du 10e s. av. J.-C., ou encore dans le locus B de Saint-Alban à Creys-Pusignieu, est pratiquement absente aux Balmes (Billaud, Marguet, 1992 ; Rychner et al. 1995 ; Thiériot 2005 ; Guillet et al. 1999).

Fig. 122 - Synthèse typologique des céramiques du Bronze final 3a (HaB1).
A : de style RSFO du Plateau suisse ; B : d’Italie du Nord.

389Les résultats de ce bilan chronologique sont finalement assez précis compte-tenu de la durée de vie des styles céramiques (Rychner et al., 1995) et il serait illusoire de vouloir affiner celui-ci davantage sur des bases uniquement comparatistes.

390En l’état des observations de fouille, il n’est pas possible de préciser si ces différentes composantes géographiques interviennent simultanément ou alternativement au sein de la séquence majeure de fréquentation du HaA2-B1a. La répartition des marqueurs géographiques céramiques dans les salles I et II laisse entrevoir quelques spécificités, bien qu’une bonne part des récipients relevant des différents styles régionaux occupent des zones identiques, notamment dans la salle II qui regroupe la majorité des fragments du milieu du Bronze final. Les trois pots et jarres d’affinités italiques – la jatte cannelée étant de datation malaisée – proviennent de la salle I et nous avons donc là une localisation préférentielle. Parmi le groupe des formes du pourtour méridional du Massif Central, des tessons de 4 sur 10 d’entre elles proviennent du puits de la salle III, qui livrent de rares fragments appartenant à d’autres composantes géographiques. C’est aussi de la salle III que proviennent les deux gobelets HaB1qui prolongent ainsi cette connexion vers le sud-ouest à cette période.

Fig. 123 - Localisation des principaux sites, éléments céramiques et vecteurs de diffusion du style identifié sur le pourtour méridional du Massif Central au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien). R : localisation du dépôt de Rivaltes à Saint-Chély-du-Tarn (Lozère).

391Les différentes catégories morpho-dimensionnelles sont représentées parmi les ensembles à valeur régionale. Le groupe des jattes, seul, manque dans le corpus RSFO rhénano-suisse. À l’inverse, les vaisseliers de chacune de ces régions sont incomplets à Sollières.

392Les distances auxquelles s’opèrent les rapprochements typologiques sont supérieures au Bronze final 2b-3a par rapport aux contours tracés au Bronze final 1. Un basculement très net des emprises culturelles va de pair avec ce constat (fig. 124). Les relations transalpines au Bronze final 1, qu’accentue encore la fréquence des pièces italiques, cèdent le pas devant la transgression culturelle issue des zones de formation du style RSFO au HaA, dans les bassins rhénan et mosellan. Les relations à longue distance s’opèrent désormais suivant un axe globalement N-S, décalé vers l’ouest, incluant le Bassin parisien et les plaines de Saône. Aux deux périodes, la composante rhodanienne et pré-alpine reste à peu près constante avec 25-29 % des occurrences. Seul le groupe des marges nord-languedociennes constitue une spécificité sur laquelle nous reviendrons plus loin (§ 13.6.).

Fig. 124 - Histogramme de la contribution des différentes régions à la constitution des ensembles céramiques de la grotte des Balmes de Sollières-Sardières au Bronze final 1 (BzD) et au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1 ancien).

393Ces observations sont en concordances avec celles réalisées sur le mobilier de la Baume des Anges à Donzère, en moyenne vallée du Rhône, entre le début et le milieu du Bronze final (Vital 1990a). Cette tendance à la réactivation de l’emprise culturelle septentrionale était déjà amorcée avec le corpus de typologie et probablement de chronologie du BF2a, dans son faciès cannelé (BzD2/HaA1), et non incisé (Kolling ph. 3, Sperber SbIIa). De fait, ce stade BF2a/HaA1 paraît se rattacher du point de vue de la dynamique culturelle à la séquence HaA2-HaB1, bien que le Bassin ligérien puisse occuper une place différente selon l’une ou l’autre période, la céramique cannelée du BF2a se rapprochant plus de celle du domaine Rhône-Alpin que des styles rhénans.

7.5. Étude en lames minces d’une série de céramiques du Bronze final 2b-3a (F. C.)

7.5.1. Introduction

394L’étude a été entreprise afin de connaître la nature et l’origine des terres employées pour la fabrication d’un choix de vases attribués à trois styles régionaux géographiquement très distincts (§ 7.4.3.). Il s’agissait de déterminer le statut, local ou étranger, de ces céramiques.

395L’analyse a été conduite selon deux volets. Le premier concerne la détermination des inclusions naturelles afin de mettre en évidence les caractéristiques des terres utilisées et le second volet traitera de l’ajout d’inclusions. Enfin, les deux approches seront associées afin de cerner la nature de la production céramique de la fin de l’âge du Bronze dans cette grotte située au coeur des Alpes.

7.5.2. Contexte géologique

396Le contexte morphogénétique général ayant été décrit (§ 1.1.2.), nous nous attacherons à préciser l’environnement géologique et sédimentaire de la haute vallée de l’Arc. La grotte des Balmes est située à proximité de la zone de contact de deux entités structurales alpines majeures : les unités briançonnaises internes au sein desquelles elle se place et les unités de schistes lustrés (Deville et al., 1991). Elle s’ouvre dans les marbres et les dolomies du Trias carbonaté moyen à supérieur des unités briançonnaises internes (fig. 125). Toujours dans les mêmes unités, à l’est et au sud, affleurent les gypses et anhydrites (évaporites) du Trias supérieur (Carnien) et les cargneules post-triasiques. Ces dernières présentent un faciès de brèches à matrice dolomitique et éléments hétérométriques des séries briançonnaises et des diverses séries de schistes lustrés. La série des schistes lustrés la plus proche de la grotte correspond à des alternances de calcschistes et de marbres impurs. Les horizons détritiques sont représentés par les prasinites l. s. des auteurs. Elles correspondent à d’anciennes arénites de gabbros ou de basaltes et renferment parfois des éléments de serpentinites. Des gneiss d’origine para, albitiques ou non, et des gneiss prasinitiques sont également bien individualisés et régulièrement stratifiés avec les calcschistes et les marbres.

Fig. 125 - Localisation de la grotte des Balmes dans le contexte géologique régional.

397Les formations alluviales de l’Arc renferment un cortège pétrographique varié correspondant à l’érosion de formations traversées en amont de son cours et de celui de ses affluents. Ainsi, des dolomies, des gneiss albitiques, des prasinites, des quartzites, des serpentinites des unités liguro-piémontaises, des marbres à débris d’ophiolites du Jurassique et, dans la partie supérieure de son cours, des formations métamorphiques les plus anciennes de socle et des orthogneiss du Grand Paradis (unité piémontaise) peuvent être potentiellement présents dans les alluvions. La série métamorphique de socle la plus ancienne (Fudral et al., 1994) montre des alternances de gneiss albitiques à grains fins et à rubanement millimétrique, de micaschistes lamelleux à micas blancs, glaucophanes, grenats et biotites, de métaconglomérats et de quartzites feldspathiques. Les orthogneiss du Grand Paradis sont plus ou moins déformés et l’attribution des minéraux reliques et des minéraux néoformés se fait aisément au microscope polarisant. Les minéraux reliques correspondent à de grands microclines souvent perthitiques pouvant inclure des plagioclases et des biotites, des biotites subautomorphes en cours de déstabilisation (décoloration et présence d’aiguilles de rutile), avec inclusions d’apatites et de zircons, quelques grands quartz xénomorphes. Les minéraux néoformés soulignent la foliation : quartz en tablettes polycristallines, biotites vertes, micas blancs associés à l’albite et quelques granules d’épidotes provenant de la déstabilisation d’anciens plagioclases, plus du chloritoïde, du glaucophane, de la jadéite, du grenat, de la chlorite, de l’actinote et du sphène. D’autres faciès de gneiss plus clairs et à grains plus fins que le terme précédent sont à micas blancs seuls ou à micas blancs et rares biotites. Au microscope, des micas blancs en amas polycristallins, associés à de rares biotites brun sombre et de la chlorite, adoptent une disposition lépidoblastique. Le fond de la roche montre parfois les reliques d’anciens feldspaths potassiques. Il adopte généralement une disposition granoblastique avec un caractère fortement hétérogranulaire et une constitution comprenant : quartz, microcline, albite, micas blancs en fin feutrage associé à l’albite. Accessoirement, s’observent du sphène, de rares épidotes, du zircon et des minéraux opaques. Un affluent de rive droite rejoignant l’Arc un peu en amont de la grotte traverse des terrains cristallins détritiques correspondant à des micaschistes albitiques à quartz, albite généralement granoblastique, chlorite, mica blanc, biotite, épidote, amphibole bleue, sphène, ankérite, calcite interstitielle, apatite, hématite. De la même façon, la composition des moraines traduit celle des formations rabotées et la moraine de l’Arc est caractérisée par la présence de gneiss et de schistes lustrés.

398Les différentes unités structurales ont connu une histoire métamorphique complexe et polyphasée au cours de laquelle plusieurs épisodes de métamorphisme alpin se sont succédé. Plusieurs paragenèses ont été mises en évidence. La première de haute pression et basse température, de faciès éclogitique, concerne les roches du cours supérieur de l’Arc, en amont de Bessans (unités piémontaises et liguro-piémontaises inférieures), dans lesquelles le glaucophane, la zoïsite, le chloritoïde, le rutile, entre autres, sont les minéraux remarquables. La seconde paragenèse de haute pression et de basse température, de faciès schiste bleu, concerne les unités liguro-piémontaises médianes et supérieures et la zone briançonnaise interne, c’est-à-dire toutes les formations situées de part et d’autre de l’Arc, en aval de Bessans. Les minéraux caractéristiques correspondent au glaucophane, la lawsonite, la zoïsite, l’épidote, la pumpellyite, la phengite, le grenat et la jadéite.

7.5.3. Étude pétrographique

399L’ensemble des 15 vases échantillonnés a fait l’objet d’une analyse en microscopie polarisante. La liste des principaux constituants minéralogiques et leur abondance est résumée dans un tableau (fig. 126). La méthodologie et le vocabulaire descriptif ont donné lieu à plusieurs publications. Nous renvoyons le lecteur à ces différents ouvrages (Courtois 1971 ; Échallier 1984 ; Convertini 1996).

Fig. 126 - Synthèse des principaux éléments renfermés dans la pâte des céramiques analysées de la Grotte des Balmes.
Légende : phy : phylliteuse ; calc : calcique ; qz : quartz ; FK : feldspath potassique ; plagio : plagioclase ; glauc : glaucophane, épid/zoïs : épidote/zoïsite ; frag roches plut : fragments de roches plutoniques ; frag roches mét : fragments de roches métamorphiques carb natur : carbonates naturels ; ajout carb : ajout de carbonates ; + : rare à peu abondant ; ++ : moyennement abondant ; +++ : abondant ; tr : trace.

7.5.3.1. Description des familles et des groupes

Famille 1 : terres de composition « zone interne des Alpes »

400La plupart des éléments sont issus de contextes métamorphiques, plus ou moins marqués. La matrice des vases est toujours phylliteuse s. s.

Groupe A : terres avec quartz et feldspaths renfermant de fines inclusions et avec zoïsites (vases nos 3, 5, 6, 9, 10 11, 13 et 15)

401La matrice est cotonneuse, mais renferme une fraction d’acicules. Les inclusions sont abondantes et hétérométriques, dominées par le quartz, émoussé à usé. Le feldspath potassique est moyennement abondant. Plusieurs quartz et feldspaths potassiques renferment de fines aiguilles de taille comprise entre 50 et 300 µ m. Difficilement identifiables, elles peuvent correspondre à plusieurs espèces minéralogiques : apatite, rutile, sillimanite ( ?)… Le plagioclase est très rare ou absent. Le mica noir, parfois moyennement abondant (vase n° 5), est le plus souvent peu abondant. Le mica blanc est, quant à lui, relativement bien représenté. Plusieurs types d’amphiboles sont présents, toujours en très petite quantité : amphibole incolore (vases nos 3, 5, 6, 9, 11, 13, 15), amphibole bleue (glaucophane) (vase n° 9). L’épidote (pistachite) est souvent présente (vases nos 6, 9, 10, 11, 13, 15), mais toujours en très petite quantité. Hormis pour un individu (vase n° 15) pour lequel elle est peu abondante, la zoïsite est toujours moyennement abondante. Les fragments de roches sont constitués de ces différents minéraux. La majorité est manifestement d’origine métamorphique, mais d’autres lithoclastes, de taille trop réduite pour être identifiés ou non caractéristiques, pourraient correspondre à des fragments de roches plutoniques. Des éléments carbonatés sont également présents : calcites ou dolomites individualisées (vases nos 5, 10, 15) ou fragments de marbres (vase n° 10). La calcite (ou dolomite) est parfois incluse dans les assemblages cristallins (vases nos 5, 6, 10, 11).

402Ce groupe de terres est homogène et, malgré le fait que les proportions de minéraux et de fragments de roches soient variables, provient d’un même ensemble de dépôts situés dans un secteur géographique réduit.

Groupe B : terre moyennement riche en micas blancs et avec rares feldspaths renfermant de fines inclusions (vase n° 4)

403La matrice est cotonneuse et fluidale. Les inclusions sont abondantes et de taille relativement réduite (< 400 µ m). Elles sont émoussées à usées. Le quartz domine. Il est parfois granoblastique. Le feldspath potassique est peu abondant et renferme parfois des inclusions. Le plagioclase est très rare. Le mica blanc est relativement bien représenté tandis que le mica noir est peu abondant. De rares amphiboles dont le glaucophane sont présentes. La zoïsite est peu abondante et l’épidote rare. Les fragments de roches d’origine probablement plutonique sont peu abondants et constitués de quartz, de feldspaths potassiques, de micas blancs et noirs et de zoïsites.

Groupe C : terre avec éléments d’origine gneissique (vase n° 7)

404La matrice est aciculaire à structure maillée. Les inclusions sont abondantes et très hétérométriques. Elles sont émoussées à usées. Le quartz domine. Le feldspath potassique est peu abondant et le plagioclase et le microcline sont très rares. Le mica blanc est bien représenté contrairement au mica noir, peu abondant. La zoïsite et l’épidote sont très rares. En revanche, les fragments de roches d’origine métamorphique (gneiss) sont moyennement abondants. Il s’agit d’assemblages constitués de ces différents minéraux avec une part de zoïsite relativement importante. Des baguettes d’actinote sont incluses dans un des assemblages.

Famille 2 : terres de composition de type « Alpes cristallines »

405La plupart des éléments sont issus de contexte métamorphique et plutonique. Comme la matrice des vases de la famille 1, elle est toujours phylliteuse s. s.

Groupe D : terre riche en micas blancs (vase n° 12)

406La matrice est aciculaire et maillée. Les inclusions sont abondantes et hétérométriques. Le mica blanc est abondant et majoritaire. Le mica noir est rare. Le quartz, émoussé à usé, est moyennement abondant. Le feldspath potassique est peu abondant et le plagioclase est très rare. La zoïsite est rare et une seule épidote a été détectée. Les fragments de roches semblent être d’origine métamorphique et plutonique. Il s’agit d’associations entre quartz, feldspath potassique, plagioclase, mica blanc et zoïsite.

Groupe E : terre riche en micas blancs et avec carbonates (vase n° 2)

407La matrice est aciculaire et à structure maillée. Les inclusions sont abondantes. Le mica blanc est majoritaire, le mica noir étant peu abondant. Le quartz est moyennement abondant, émoussé à usé. Le feldspath potassique est peu abondant et un seul plagioclase a été détecté. La zoïsite et l’épidote sont très rares. Les fragments de roches d’origine plutonique sont constitués de quartz et de micas (blancs et noirs). Il est probable que quelques fragments de roches métamorphiques soient présents : quartz et micas orientés. Les carbonates sont peu abondants. Il s’agit de calcites ou de dolomites émoussées et de fragments de sparites de couleur brun. D’autres lithoclastes sont constitués de quartz, de micas blancs et de calcites/dolomites.

Famille 3 : terres de composition « Alpes externes » voire extérieures aux Alpes

408Cette famille de terres n’est pas homogène car les matrices et les inclusions à la base du découpage en groupes sont variées. Les matrices sont d’origine phylliteuse ou calcique.

Groupe F : terre renfermant essentiellement des carbonates (vase n° 1)

409La matrice est phylliteuse, cotonneuse et fluidale. Les inclusions sont abondantes. Les carbonates dominent l’ensemble du cortège pétrographique. Il s’agit de calcites ou dolomites, émoussées ou usées, individualisées ou de fragments de calcaires ou dolomies parfois détritiques (quartz) et de fragments de micrites. Le quartz émoussé est moyennement abondant. Le feldspath potassique est peu abondant, rarement perthitique. Un microcline est présent. Les micas, blancs et noirs, sont peu abondants. Les fragments de roches sont de plusieurs types. Les lithoclastes d’origine plutonique sont rares et constitués de quartz et de micas blancs. Les fragments de roches métamorphiques sont un peu plus abondants. Le quartz est recristallisé et associé à des micas blancs ou noirs et au feldspath potassique.

Groupe G : terre d’origine calcique avec inclusions carbonatées (vase n° 8)

410La matrice renferme des traces de calcites microcristallines. Elle est cotonneuse et fluidale. Les inclusions sont peu abondantes, dominées par les carbonates constitués de fragments de calcaires micritiques et d’un fragment de coquille fossile. Le quartz émoussé est peu abondant. Le mica blanc est rare.

Groupe H : terre à quartz de taille réduite (vase n° 14)

411La matrice est phylliteuse, d’aspect cotonneux et à structure maillée. Les inclusions sont abondantes et de taille réduite (< 300 µ m). Elles sont émoussées à usées, dominées par le quartz. Le feldspath potassique et le mica blanc sont peu abondants. La zoïsite, l’épidote et le zircon sont très rares.

7.5.3.2. Propositions d’origine pour les terres exploitées

412Les terres de la famille 1 renferment des espèces minéralogiques présentes dans les différentes unités des Alpes internes. Rappelons que le site se place au sein de ces unités. Ces espèces minéralogiques sont présentes dans les zones métamorphiques de haute pression caractérisées entre autres par le glaucophane, la zoïsite et l’actinote, présents dans le cortège des inclusions. Les dolomies, les marbres détritiques, l’abondance des micas blancs et surtout les gneiss du Grand Paradis, sont de bons marqueurs pétrographiques. Il est difficile de déterminer quels ont été précisément les matériaux exploités par les occupants de la grotte car la localisation et l’extension des dépôts meubles et fins sont inconnues, mais peut-être s’agit-il d’argiles glaciaires. Les terres du groupe A sont homogènes et constituent les argiles les plus employées. Elles sont certainement à l’origine d’une production locale. La pâte du vase du groupe B contient les mêmes types de feldspaths renfermant des inclusions que les pâtes des récipients du groupe A. La pâte du vase du groupe C renferme des fragments de gneiss du massif du Grand Paradis, source de l’Arc.

413Les terres de la famille 2 (groupes D et E) sont plus difficiles à caractériser car elles renferment des types de particules bien représentés dans la famille 1, comme le mica blanc, ou simplement présents, comme les carbonates parfois inclus dans les lithoclastes, mais pas d’éléments traceurs, hormis la zoïsite. Ces terres sont d’origine alpine et probablement situées dans un environnement peu éloigné des argiles de la famille 1.

414Les terres de la famille 3 sont hétérogènes. Elles correspondent à des matériaux pétrographiquement distincts. La terre du groupe F, qui renferme beaucoup de carbonates, provient d’une zone où affleurent des massifs calcaires, mais a intégré également des éléments cristallins. Le secteur le plus proche de la grotte correspond à la zone en aval de Saint-Jean-de-Maurienne, dans la couverture secondaire et tertiaire de la zone externe des Alpes. La terre à l’origine du seul vase du groupe G correspond à une marne. Comme pour le groupe précédent, la même zone géographique peut être proposée. Toutefois, les terres de ces deux vases pourraient provenir de plus loin voire de beaucoup plus loin car leur cortège minéralogique est relativement banal. Enfin, l’argile du groupe H est une terre mature, issue d’un contexte alluvial relativement éloigné de sa source. La présence de zoïsites et d’épidotes en fait une terre alluviale originaire des Alpes à attribuer au domaine rhodanien ou padan.

7.5.4. Ajout de particules

415La présence d’ajouts de particules minérales non plastiques dans la terre brute reste toujours difficile à prouver. Dans le cas de la série de la grotte des Balmes, un seul exemple indéniablement attesté d’ajouts de minéraux a été mis en évidence, tandis qu’un autre cas est moins évident et peut être discuté.

Ajout d’un sable d’origine essentiellement métamorphique (vase n° 8)

416Une fraction de particules correspondant à quelques minéraux isolés (zoïsite, mica noir, feldspath potassique renfermant des inclusions en bâtonnet, amphibole) mais surtout à des fragments usés et hétérométriques de roches cristallines a été manifestement introduite dans une terre déficitaire en inclusions naturelles. Les différents minéraux constitutifs sont le quartz recristallisé ou non, le feldspath potassique, le mica blanc, rarement noir, la zoïsite, la calcite et le glaucophane. La plus grosse composante minéralogique provient des gneiss du Grand Paradis avec un de ses minéraux traceurs, le glaucophane. Les grains de sable ont été probablement recueillis dans le lit de l’Arc. L’origine de ce sable donne lieu à un questionnement. En effet, il a été introduit dans une terre marneuse (groupe G), c’est-à-dire étrangère au contexte local du site. Deux hypothèses peuvent être émises. Soit le sable a été récolté plus en aval dans la vallée de l’Arc dans la zone externe des Alpes et introduit dans une marne avant fabrication sur place du vase. Soit la marne brute a été recueillie dans un contexte carbonaté, puis transportée à la grotte, mélangée avec du sable local avant la fabrication du vase sur le site.

Ajout de calcites (vase n° 1)

417La pâte du seul vase du groupe F renferme des carbonates naturels, calcites/dolomites et fragments usés de sparites et micrites, mais aussi une fraction relativement importante de calcites rhomboédriques émoussées, rarement anguleuses. Dans ce contexte, peut se poser la question du statut, naturel ou ajouté, de ces cristaux. Sur la base de l’état de fraîcheur de quelques cristaux, il semble légitime d’identifier ces minéraux comme étant des ajouts au sein d’autres particules également carbonatées. Rappelons que l’introduction de carbonates pilés au moment de la préparation des terres est largement répandue dans le monde méditerranéen. Contrairement au cas de l’ajout précédent de sable, elle n’a pas pour but de pallier un quelconque déficit, mais correspond à une pratique culturelle multimillénaire.

7.5.5. Synthèse des données obtenues sur l’origine des terres exploitées

418L’étude en lames minces a permis de cerner les zones potentielles d’extraction des terres et de mettre en évidence des ajouts de particules qui permettent de compléter les données strictement pétrographiques.

419Un groupe majoritaire (groupe A) et homogène renferme huit céramiques fabriquée avec des matériaux tout à fait compatibles avec la nature géologique des dépôts meubles. Ces récipients sont considérés comme étant de fabrication locale au sens large. À côté de ces vases existent deux individus (groupes B et C) présentant quelques différences dans la composition de leurs terres, mais qui restent toujours dans la même famille des argiles locales. Dix vases sur les quinze analysés ont donc été fabriqués dans un environnement géographique proche de la grotte. Deux autres individus analysés présentent des caractéristiques approchantes (groupes D et E) permettant de leur attribuer une origine dans les Alpes cristallines. Enfin, l’origine des trois derniers vases est plus difficile à déterminer du seul point de vue pétrographique car très peu d’éléments sont discriminants. Heureusement, pour deux d’entre eux, les particules ajoutées permettent de proposer une origine plus ou moins précise selon l’individu. Le récipient confectionné avec une marne géologiquement et géographiquement non localisée (groupe G), mais dans la pâte duquel a été introduit du sable de l’Arc, est donc alpin. La détermination de l’origine du second vase (groupe F) se heurte à l’absence de données fiables sur l’extension géographique de récipients dégraissés avec de la calcite pilée. D’après les données en notre possession, ce vase pourrait provenir du domaine méditerranéen ou de zones carbonatées encore plus lointaines pour lesquelles l’ajout de calcites pilées est attesté, mais avec l’obligation d’être en périphérie de massifs cristallins et cristallophylliens. Bien sûr des zones relais peuvent être envisagées à condition qu’elles correspondent aux caractéristiques pétrographiques de la pâte du vase (Préalpes, garrigues ardéchoises…). Enfin, l’origine de la pâte du dernier vase (groupe H) reste indéterminée dans un contexte toutefois marqué par la présence de dépôts périphériques en provenance des Alpes : bassin du Rhône ou du Pô ?

7.5.6. Croisement avec les attributions stylistiques

420Les données stylistiques sont comparées à celles qui ont été obtenues par l’analyse en lames minces (fig. 127). Les zones géographiques mentionnées dans la colonne « Style » correspondent aux grandes aires culturelles, par conséquent géographiques, au sein desquelles les types de récipients analysés sont représentés. Les aires d’origine Rhin-Suisse et Sud Massif central sont situées à plusieurs centaines de kilomètres de la grotte des Balmes. L’aire Italique correspond en fait à la plaine padane qui est géographiquement la plus proche du site. À noter qu’aucun style local n’est identifié, fondu dans le groupe typologique le plus ubiquiste qui concerne aussi bien la région Rhône-Alpes, les plaines de Saône, le Midi et le Massif Central.

Fig. 127 - Croisement entre les données pétrographiques et les ensembles stylistiques céramiques.

421Le groupe A local et, plus généralement, la famille 1 rassemblent des vases rapportés aux trois grandes aires. Les récipients originaires des Alpes cristallines (famille 2) sont stylistiquement des vases Rhin-Suisse et Sud Massif Central. La céramique avec les carbonates pilés (groupe F) présente un style Sud Massif Central tandis que celle du groupe H, rhodanienne ou padane, est stylistiquement italique. Enfin, le vase fabriqué à base de marne correspond à un style Sud Massif Central.

422Plusieurs constatations s’imposent. Tout d’abord, chose assez banale, les populations sillonnaient la vallée de l’Arc au cours du Bronze final ce qui est attesté par les ressources nécessaires à la fabrication de la céramique du groupe G. Ensuite, la très grande majorité des vases analysés sont de fabrication locale ou alpine au sens large. À la grotte des Balmes, la plupart des vases sont donc fabriqués avec des normes morphologiques et décoratives mises en œuvre à l’extérieur de la zone dans laquelle ils sont fabriqués. Localement, des personnes confectionnent et décorent des récipients dont les modèles sont situés à plusieurs dizaines de kilomètres vers l’est et plusieurs centaines de kilomètres vers le sud-ouest et vers le nord. Enfin, une autre constatation, qui découle de la précédente, correspond au fait que très peu de vases analysés étrangers au contexte local sont présents, mais ils existent et le lieu d’origine de la fabrication de l’un d’entre eux, le vase Italique, peut être avancé : la plaine padane. Quant à l’autre récipient, son origine méridionale est suspectée mais non prouvée. Le domaine d’origine Rhin-Suisse n’est pas directement représenté dans l’échantillonnage analysé. Au moins deux récipients exogènes issus peut-être chacun d’une zone stylistique différente (Italique et Sud Massif Central) sont présents et il est légitime de faire l’hypothèse que d’autres puissent exister sur le site, dont des individus originaires de la zone Rhin-Suisse, non représentés dans l’échantillonnage.

7.5.7. Discussion

423Que signifie la présence de vases stylistiquement étrangers au domaine alpin en plein cœur des Alpes ? Une chose est sûre : cette présence implique des déplacements d’individus. À partir de là, deux hypothèses principales peuvent être envisagées :

  • Les récipients ont été ramenés par des individus qui occupent cette partie de la vallée de l’Arc à la fin de l’âge du Bronze, au cours de déplacements vers le nord, l’est et le sud-ouest. De retour dans les Alpes, ils les auraient copiés et imités.

  • Au contraire, des personnes originaires de ces zones éloignées sont venues, pour des raisons inconnues, dans la vallée avec leurs céramiques, se sont établies là et ont fabriqué des vases selon leur style avec des ressources argileuses locales.

424La première des hypothèses semble peu vraisemblable. On imagine mal des individus ou des populations partir dans des directions opposées sur des centaines de kilomètres puis revenir et imiter les vases des populations rencontrées au cours de leur périple. La seconde hypothèse, malgré également sa part d’invraisemblance, semble devoir être privilégiée. Malheureusement, la position relative des récipients qui aurait pu renseigner sur l’antériorité ou la contemporanéité des vases exogènes sur les autres récipients est inconnue du fait de l’absence de stratigraphie dans la grotte pour ces horizons. La situation n’est évidemment pas identique si les vases exogènes sont localisés à la base de la série signant une arrivée précoce, voire pionnière des individus étrangers ou s’ils sont interstratifiés avec les récipients locaux, indiquant des apports successifs ou des contacts réguliers.

425Mais la présence de récipients étrangers dans la grotte des Balmes ne date pas de la fin de l’âge du Bronze. En effet, l’analyse de quatre vases attribués au Bronze ancien a montré la présence, au côté de trois vases fabriqués avec des terres locales, d’une céramique dont la pâte renfermait naturellement des carbonates (Vital et al. 2003). De plus, cet individu a été dégraissé à la calcite pilée. Ce vase, qui porte un décor barbelé (fig. 86, n° 2), est donc doublement étranger au contexte local. Son origine précise reste inconnue, mais ses caractéristiques sont identiques à celles qui ont été décrites pour les céramiques médio-rhodaniennes, en aval de Valence, bas-provençales ou gardoises.

426C’est donc au moins à deux périodes de l’âge du Bronze qu’arrivent à la grotte des récipients provenant de zones dans lesquelles les traditions céramiques exigent d’introduire de la calcite pilée.

427Le résultat de l’étude a permis d’avancer sur le statut des vases, mais génère une nouvelle question : pour quelles raisons des gens d’horizons culturels et géographiques différents sont-ils passés, ou se sont installés dans cette grotte des Alpes internes ?

7.6. Le mobilier métallique du Bronze final (J. V.)

7.6.1. Contexte stratigraphique et spatial

428Le mobilier métallique provient de différentes localisations. Les salles I et II ont livré la majorité des pièces (fig. 128, 129), alors que deux épingles seulement ont été recueillies sur le sol de la salle III (fig. 128, nos 1, 2). Les salles II et III ne présentent aucune stratigraphie détaillée pour le Bronze final et nous ne disposons en conséquence d’aucun argument pouvant aider au classement chronotypologique. Dans la salle I, plusieurs situations se présentent. Trois unités sont issues des fuseaux stratigraphiques rapportés au Néolithique final (fig. 129, nos 31, 33, 34) mais la typologie et leur taille réduite conduisent à penser qu’il s’agit de pièces infiltrées dans les sédiments. De la zone de l’éboulis, en G-H4-8, proviennent quelques éléments de parure dispersés selon les contours du fuseau stratigraphique bronze final 1 ; d’autres, selon leur année de découverte, peuvent aussi être rapportés au début du Bronze final (fig. 129, nos 2-15). Enfin, 25 pièces constituaient un petit dépôt découvert dans une zone de jonction entre les salles I et II (fig. 130).

429Une proportion très importante des objets regroupe des éléments de parure. Le solde est constitué de quelques rares outils et fragments.

7.6.2. Inventaire et comparaisons

Les outils

Pointe de flèche à ailerons et pédoncule courts en tôle, à double perforation, dite de type « Le Bourget » (fig. 128, n° 8)

430Elle a été recueillie en dehors de la cavité, sur les déblais issus de la fouille de la salle II. Des traces d’oxydation localisées entre 5 et 7 mm des bords indiquent sans doute les limites de l’extrémité de la hampe. Ces armatures ont surtout une répartition occidentale (Wegner 1978 ; Kerouanton 1999, fig. 96) de la Belgique au Languedoc, via la Champagne, le bassin Saône-Rhône et les sites littoraux du Jura et des Alpes, secondairement le Centre-Ouest. Cette dispersion correspond peu ou prou aux contours de l’entité RSFO, dans une seconde phase de développement (Brun 1988). Leur chronologie n’est cependant pas limitée au BF2b-3a. Elle concerne aussi le début du Bronze final et elle déborde également sur le Premier âge du Fer. L’exemplaire des Balmes se distingue des pièces standard par la présence d’ailerons et d’un pédoncule légèrement dégagé. La fiabilité des comparaisons et une distinction typologique à partir de la forme de la base se heurtent, pour les formes sans pédoncule et ailerons, ou alors peu marqués comme dans le cas qui nous occupe, à la qualité des illustrations, fort variable, et aux méfaits de l’oxydation. La figuration de pièces du sud du Massif Central (Combier, Gros 1972, fig. 7, nos 11 et 13) ouvrait quelques possibilités, non confirmées à l’examen des illustrations princeps (Soutou 1958, 1962). Quelques armatures peuvent toutefois être retenues comme parallèles morphologiques possibles. La plus convaincante est conservée parmi les collections du lac du Bourget, sans localisation ni datation précises (Kerouanton 1999, fig. 264, n° 4). Deux autres pièces proviennent de sites méridionaux, de la grotte du Noyer à Esclauzels pour une armature à ailerons dégagés en contexte BF2 (Lot ; Clottes, Lorblanchet 1972, pl. 4, n° 2, à droite) et de la grotte de la Clapade à Millau pour une unité sur laquelle ce critère est moins assuré (Clottes, Costantini 1976, fig. 4, n° 3). Il semble que ce soit dans le Midi et plus particulièrement sur la bordure sud-est du Massif Central que l’on rencontre les plus anciennes pièces en contexte, dans le dépôt de Cabanelle à Castelnau-Valence et dans la grotte du Hasard à Tharaux (Gard ; Dedet, Roudil 1994), au Bronze final 1-2a. Il s’agit là de l’une des deux zones de forte densité, avec la région jurassienne (Kerouanton 1999, fig. 96).

Fig. 128 - Parures et petit outillage en alliage cuivreux des salles II et III, Bronze final.

Hameçon à tête crantée (fig. 128, n° 9)

431Cette pièce de section quadrangulaire de la salle II trouve de nombreuses comparaisons sur la station neuchâteloise d’Hauterive Champréveyres au HaB1a (Rychner-Faraggi 1993, pl. 9 à 15). Avec une largeur de 20,5 mm de la pointe à la hampe, l’hameçon des Balmes figure parmi les pièces les plus grandes sur l’histogramme établi à partir de l’important échantillonnage fourni par cet habitat littoral ; ces grandes pièces sont destinées à la pêche aux poissons carnassiers (ibid. fig. 28). Ce genre d’objet figure aussi parmi les inventaires des nécropoles du milieu du Bronze final, de datation compatible avec celle de la majorité des céramiques de la salle II, comme dans l’incinération 23 des Gobillons à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne ; Bontillot, Mordant, Paris 1975, fig. 14, n° 7) et dans l’incinération 30 de la nécropole piémontaise de Morano sul Po (Giaretti, Rubat Borel 2006, fig. 162).

Aiguille à chas ovale (fig. 128, n° 6)

432Elle a été découverte en surface d’un surplomb de l’angle S-E de la salle II, à deux mètres au-dessus du sol, avec les tessons d’un vase à provision écrasé sur place daté du HaA2 (fig. 114) et un manche en corne (fig. 81, n° 9). Par comparaison avec les unités d’Hauterive Champréveyres, nous pouvons confirmer une datation du Bronze final, phase moyenne, pour cette pièce (Rychner-Faraggi 1993). Sur le lac du Bourget, une cinquantaine d’aiguilles à chas médian non datées sont principalement issues des stations de Grésine et de Conjux (Kerouanton 1999).

433Parmi les outils métalliques ne permettant pas de commentaire particulier, on peut noter une pointe-burin et un fragment de tranchant de hache (fig. 129, nos 28, 15).

Les parures et les épingles

Épingle à tête évasée et appendice conique (fig. 128, n° 2)

434Cette épingle doit être rapprochée d’une catégorie généralement de taille supérieure bien représentée dans les Alpes (Audouze, Courtois 1970, pl. 1, nos 7 à 9). La protubérance sur la tête est également commune aux pièces à fût décoré (ibid., pl. 2, nos 21 et 23 à 25), notamment du type Canegrate (Carancini 1975, pl. 43), dont un exemplaire a été récemment découvert sur l’habitat de Sinard Blachette-sud (Isère ; Ozanne 2007, fig. 7), ou encore de type Yonne (Beck 1980, pl. 64). La pièce des Balmes s’inscrit sur un axe de répartition NO-SE, du Bassin parisien à la Lombardie occidentale, au Bronze final 1.

Épingle à tête sphérique (fig. 128, n° 1)

435La chronologie de cette forme ubiquiste n’est pas très précise. Les pièces du lac de Viverone en Piémont (Bertone, Fozzati 2004) et le moule de la station littorale HaB1a de Greifensee Böschen, à partir de 1051-1042 av. J.-C. (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 1025) s’accordent avec une datation de la phase moyenne du Bronze final.

Épingles à tête enroulée (fig. 128, nos 3, 4 ; fig. 129, nos 13, 27)

436Il s’agit d’une forme banale connue sur toute la durée de l’âge du Bronze. Une pièce de la salle II (fig. 128, n° 4) a été découverte sous la couche bronze final, mais l’absence d’analyse métallographique ne permet pas de retenir l’éventualité d’un classement au Bronze ancien. En regard du volume des céramiques du Bronze final, cette datation plus tardive est probable. La dernière unité (fig. 129, n° 27) est de section carrée et sa forme ne permet pas d’exclure une chronologie plus récente. Son niveau de découverte correspond à la profondeur jusqu’à laquelle les perturbations de l’âge du Fer sont postulées sur la limite D-E4.

Fragments de tiges appointées (fig. 128, n° 5 ; fig. 129, nos 29, 30)

437Il s’agit très probablement des restes d’épingles cassées.

Anneaux rubanés à décor cannelé (fig. 128, n° 10 ; fig. 129, nos 14, 16-21), anneaux circulaires lisses (fig. 128, nos 11-13 ; fig. 129, nos 4-6, 31) ou à bord cranté (fig. 128, n° 14 ; fig. 129, n° 7), tubes spiralés (fig. 129, n° 3 ; fig. 130, nos 7, 8)

438Prises isolément, ces pièces ne présentent pas un grand pouvoir de discrimination chronoculturelle. Cependant, la présence conjointe de certaines d’entre elles dans la zone de l’éboulis de la salle I (bandes G-H), dans l’amas bronze final 1 ou dans le produit des fouilles de 1986 globalement de même chronologie (§ 2.2.4.1. ; fig. 129, nos 2-14), plaident pour une certaine cohérence d’ensemble. Dans cette occurrence, nous pouvons tenter un rapprochement avec des parures de l’horizon de Binningen (BzD2-HaA1), pectoraux ou ceintures de sépultures féminines helvétiques, telles celles de Belp Hohliebe ou Binningen (Wels-Weyrauch 1997 ; Beck 1980, pl. 20 et 21).

Pendeloque circulaire (fig. 129, n° 2)

439Bien qu’aucun parallèle direct n’ait été identifié, cette pendeloque s’apparente aux formes bilobées (Herzförmiger) répandues dans le bassin des Carpates dès le début du Bronze moyen (Hänsel 1968, pl. 1 et 2 ; Bona 1975, pl. 266). Elle évoque aussi les pendentifs circulaires à pointe plus ou moins développée de cette même région (Stachelscheiben), connus jusque dans les nécropoles tumulaires du Jura Souabe (Wels-Weyrauch 1978, pl. 15, n° 285 ; Pirling, Wels-Weirauch, Zürn 1980, pl. 18C, n° 4) au moins jusqu’à la fin de cette période. Ce genre de parure entre dans la catégorie des éléments distinctifs du costume funéraire féminin des différents groupes culturels d’Allemagne occidentale (Wels-Weyrauch 1990). Sa position dans l’éboulis (fouille 1987) atteste une datation antérieure au Bronze final 2a.

Fig. 129 - Parures et petit outillage en alliage cuivreux de la salle I. Bronze final, sauf : 1 : Bronze ancien ; 27 et 33 : datation incertaine.

Tronc de cône à rebord non perforé (fig. 129, nos 10, 11)

440Ces pièces à bord généralement perforé sont fréquentes dès le Bronze ancien en Allemagne du Sud, en Bavière (Ruckdeschel 1978) comme dans la nécropole de Singen (Krause 1988). Sous des formes plus ou moins parentes, elles font ensuite partie du costume funéraire féminin dans de nombreuses régions où elles servent, comme les pendeloques circulaires, à tracer les contours des différents groupes culturels (Wels-Weyrauch 1990). Un groupe de pièces est également connu en Languedoc (Roudil 1972, fig. 29). De bonnes comparaisons conduisent à nouveau dans le bassin moyen du Danube au Bronze moyen (Hänsel 1968, pl. 14 ; Bona 1975, pl. 267), mais aussi au Bronze D (Furmanek 1996, fig. 8 et 9). Cette datation la plus récente serait conforme à la localisation des deux cônes dans le niveau d’éboulis rapporté à cette période.

Anneaux à section en V (fig. 128, nos 17, 18)

441Ils proviennent de la salle II. En Italie nord-occidentale, la nécropole de Gambolo comprend plusieurs tombes qui renfermaient ce type d’objet (Simone 1991). Une datation dans l’intervalle de la fin du Bronze moyen au Bronze récent, au BzC2-D1 (Domanico 1998), ou couvrant l’ensemble du Bronze récent (Janke 1991) est acquise.

Fibules (fig. 128, n° 7 ; fig. 129, n° 34)

442Deux fragments peuvent appartenir à ce type d’agrafe. L’un peut être assimilé à un ardillon à décor de fausses torsades moulées, mais d’un type du Bronze récent à final indéterminable précisément (fig. 129, n° 34). La seconde unité pourrait être une fibule cassée dépliée à décor incisé oblique de l’arc (fig. 128, n° 7). La largeur du porte-ardillon plaiderait plutôt pour une forme du Bronze final italique (HaA-B1), comme dans la nécropole de Morano sul Po (Giaretti, Rubat Borel 2006), plutôt que pour une forme en archet de violon du Bronze D. D’autres parures, bagues (fig. 128, nos 15, 16), bracelet (fig. 129, n° 9) sont de formes banales. Le bracelet peut être daté du début du Bronze final en fonction de son contexte stratigraphique, dans l’éboulis (en G6). Des fragments, de tiges, de lamelles, de tôle à décor concentrique estampé (fig. 129, n° 8, nos 22-26, n° 32) complètent cet ensemble de bronzes. Une pièce moulée à bossettes ne trouve pas de comparaison et peut être de datation plus tardive (fig. 129, n° 33).

7.6.3. Le dépôt de la salle II

Composition

443Cet assemblage de parures a été découvert en 1975 entre la coupe transversale de la salle II selon IV/V et le témoin de 1994 (fig. 9). Il regroupe 25 objets, parmi lesquels vingt appliques à bélières en calotte, une applique à bélière plate décorée, deux bracelets circulaires de section losangique et deux tubes spiralés (fig. 130).

Appliques à bélière en calotte de sphère (fig. 130, nos 1-5)

444Vingt appliques étaient regroupées dans le dépôt. Une pièce isolée supplémentaire provient de l’éboulis (fouille 1986, fig. 129, n° 12). Dans le dépôt, les diamètres se répartissent en 5 catégories qui regroupent chacune de 2 à 7 exemplaires. Pour J. -P. Thevenot, à partir de l’analyse du dépôt bourguignon de Blanot, cette forme n’apparaîtrait guère avant le HaA2 (Thevenot 1991 : 93), le dépôt des Balmes servant de référence à cette occasion.

Grande applique à bélière et à bord chanfreiné (fig. 130, n° 6)

445La face supérieure, pratiquement plate, porte un décor concentrique de doubles lignes poinçonnées et d’arceaux incisés. Cette forme est présente dès le HaA1 en Allemagne, puis en France au HaA2 selon J.-P. Thevenot (ibid. : 92). Dans les Hautes-Alpes, le dépôt de L’Areste-Longue à L’Épine, enfoui à partir du Bronze final 3b, renfermait une pièce sans ornementation (Courtois 1960, fig. 45, n° 5). Cependant, les appliques à bélière et bouton décorées sont attestées dès la fin du Bronze moyen dans l’incinération 7 de Gambolo, en Lombardie occidentale (Simone 1991, pl. 7A). La station de Peschiera, au sud du lac de Garde, dont une grande partie du mobilier hors contexte relève du Bronze D, livre une applique plate à décor de spirales dans le style du bassin moyen du Danube (Müller-Karpe 1959, pl. 105, n° 27). Dans la même région, ainsi qu’au sud du Pô, la décoration de bordures pointillées et d’arcs de cercles incisés trouve de bons parallèles sur les têtes d’épingles larges du type Gazzale de la fin du Bronze moyen et du Bronze récent de la zone terramaricole (Carancini 1975, pl. 82). Au nord des Alpes cette fois, le dépôt de Niedernberg, dans le bassin du Main, renfermait une applique inornée faisant certainement partie d’un ensemble de harnachement (Kubach 1984, pl. 31, n° 2). Il est rapporté au stade Wölfersheim du Bronze D.

Fig. 130 - Petit dépôt de parures en alliage cuivreux regroupant 25 pièces découvertes dans une zone de jonction entre les salles I et II.

Tubes spiralés (fig. 130, nos 7, 8)

446Un commentaire global a été donné supra.

Bracelets circulaires décorés de section losangique (fig. 130, nos 9, 10)

447Le premier porte un décor cranté sur les trois arêtes externes ; le second montre une succession d’incisions sur les deux flancs adjacents les plus extérieurs. De bons contextes permettent une datation précise. L’incinération de Mels Heiligkreuz, en Suisse orientale, constitue un ensemble de référence du Bronze D1 parmi lequel figure une pièce entière et un fragment à décor de chevrons (Beck 1980, pl. 21, n° 9 ; Fischer 1997). De tombes détruites à Sierre Muraz, en Valais, proviennent d’autres unités semblables (Paszthory 1985, nos 335 à 338). En Bavière, la tombe de femme d’Aislingen Am Aschberg livre deux anneaux sans décor d’un diamètre légèrement inférieur, du Bronze D toujours (Wels-Weyrauch 1997, fig. 4, nos 17 et 18). Au sud des Alpes, les incinérations 73 et 83 de la nécropole de Canegrate fournissent chacune une série de fragments d’une paire de bracelets (Rittatore 1954a, pl. XVIII, nos 1 et 2 ; pl. XIX, nos 2 et 3). La tombe 83 contenait en outre trois céramiques, dont un gobelet caréné à épaulement décoré de lamelles à base métallique attribué à une phase avancée du Bronze final 1 (Bronze D2 ; Della Casa 2000). Une dernière comparaison avec une parure du dépôt de Pinerollo (Piémont ; Gambari, Venturino Gambari 1994, pl. VIII, n° 5) classé dans le stade récent du Bronze D (BzD2) confirme la prévalence de cette datation.

Bilan chronoculturel

448Comme les tubes spiralés considérés isolément, les appliques à bélière en calotte de sphère ne présentent pas un grand pouvoir d’identification chronoculturelle au sein du Bronze final. La datation généralement admise peut sans doute être repoussée jusqu’au début de cette période à partir de l’analyse du dépôt des Balmes et de certaines nécropoles padanes. La grande applique à bélière et à bord chanfreiné et plus encore la paire de bracelets circulaires décorés de section losangique sont, de ce point de vue, plus discriminantes. Elles indiquent que le dépôt de bronze de la salle II des Balmes se place dans le cadre de pratiques communes et/ou d’échanges entre le nord et le sud des Alpes au Bronze D, avec un ancrage particulier en Italie du Nord si l’on prend en compte la thématique et les techniques décoratives. Les différentes comparaisons suggèrent que nous avons certainement affaire à un équipement ayant appartenu ou destiné à un individu de sexe féminin.

7.6.4. Conclusions

449La grande majorité des pièces métalliques identifiables et des parures qui en représentent l’essentiel se rapportent au Bronze final 1. Le dépôt est à mettre au compte de la dynamique d’échange intense entre le nord et le sud des Alpes à cette période, du bassin du Pô au Bassin parisien et au Sud de l’Allemagne (Beck 1980). Malgré des effectifs très réduits, la fréquence des outils semble ensuite comparable à celle des parures. Cette raréfaction du nombre d’objets attribuables au HaA2-B1 peut être reliée à un recul de la prépondérante de cette dynamique transalpine, à laquelle se substituent des échanges plus dispersés d’un point de vue géographique, voire plus diffus au plan quantitatif en fonction de l’importance symbolique ou statutaire accordée aux productions du groupe Rhin-Suisse-France orientale dans le sud-est de la France, comme en Italie du Nord. L’armature de flèche de type « Le Bourget » peut constituer un élément qui confirmerait le lien avec le sud du Massif Central révélé par la céramique.

7.7. Les parures non métalliques et les fusaïoles du Bronze final (H. B., J. V.)

7.7.1. Les parures

450Les parures découvertes dans les niveaux relevant principalement du Bronze final regroupent 35 unités. Deux seulement ont été recueillies en salle II ; le solde est issu de la salle I (fig. 131). Quelques-unes demeurent dans la tradition du Néolithique final, mais des mélanges de sédiments de plusieurs périodes peuvent expliquer cette présence, comme pour le Bronze ancien (fig. 234-237 ; § 12.8.1.). Ce sont principalement les coquilles de Dentalium vulgare et de Dentalium fossile côtelé, les trois perles discoïdes en roche verte et la perle discoïde en calcaire trouvée à la transition Bronze ancien-Bronze final, qui sont concernées par cette suspicion (fig. 131, nos 2-5). La pendeloque en os compact de forme triangulaire allongée ayant pu servir de pendeloque, d’épingle ou d’aiguille (fig. 131, n° 1) a été découverte à proximité d’une céramique du Bronze final 2 (fig. 105, n° 2) et cette attribution doit prévaloir. D’autres éléments, en ambre et en verre, sont plus spécifiques au Bronze final (fig. 131, nos 6-27). Le décompte de ces deux groupes de parures s’établit à un minimum de 12 perles en ambre (dont 2 en salle II) et 14 en verre. Les premières comprennent surtout des formes discoïdes (nos 8 à 11, 14), une pendeloque à profil elliptique à perforation double convergente (n° 6) et une perle biconique (n° 7). D’autres sont de formes plus sphériques ou plus irrégulières (nos 13, 16, 17), les deux dernières de calibres comparables provenant de la salle II. Les perles en verre regroupent deux types : neuf perles discoïdes bleues et vertes (nos 18 à 22) et cinq perles ovoïdes épaisses en tonnelet, vertes à bleu-vert, ornées de filets blancs spiralés transversaux (nos 23 à 27). Une des 3 perles annulaires en verre des bandes FG relève du Bronze final, car elle provient de la fouille de l’éboulis en 1986 ; la localisation des deux autres pièces, de FG4, ne permet pas de préciser leur datation. Par contre, la majorité des éléments de parure répartis en D7 et sur son pourtour immédiat se concentrent dans l’intervalle altimétrique-120-133 cm, qui correspond aux formations du Bronze final et au décapage d3 du témoin de 1994 (BF1-BF2b-3a). C’est le cas notamment des cinq perles en tonnelet à spirale et d’autant de formes annulaires monochromes, bleues et vertes. L’altitude de trois petites perles annulaires correspond au niveau proche de la surface à éléments de l’âge du Fer.

Fig. 131 - Parures attribuables au Bronze final de la salle I (nos 1 à 15 et 18 à 27) et de la salle II (nos 16 et 17).
1 : épingle ou aiguille en os ; 2 : Dentalium fossile ; 3 : Dentalium vulgare ; 4 et 5 : perles discoïdes en roche verte ; 6 : pendeloque elliptique en ambre ; 7 à 12 : perles biconique ou discoïdes en ambre ; 13 à 15 : perles en ambre privées de référence (15 : Néolithique final supérieur ou âge du Bronze) ; 16 et 17 : perles en ambre de la salle II ; 18 à 22 : perles discoïdes en verre, bleues et vertes (20 à 22 privées de référence) ; 23 à 27 : perles ovoïdes en verre, vertes à bleu-vert, à filets blancs spiralés.

451Si nous excluons la grosse perle de l’âge du Fer en C4 (§ 8.2.) et un exemplaire pratiquement en surface en C9, leur répartition n’est pas aléatoire au Bronze final. Associant les deux matériaux, un premier groupe avec 3 individus est dispersé le long de la paroi est, alors qu’une importante concentration est centrée sur le carré D7 (fig. 239-241). Nous décomptons 6 perles en verre, dont 4 formes bichromes, et 3 perles en ambre dans ce carré, ainsi que 4 perles en ambre et 6 en verre de C6-7 à E6-7.

452Si le site des Balmes n’apporte pas de grande précision sur le contexte chronologique de ces parures, les comparaisons, pour les perles en verre notamment, permettent quelques observations. La typologie des formes annulaires et en tonnelet est compatible avec les productions du Bronze final 2b-3a des contextes RSFO, comme méridionaux. Plusieurs unités du Bronze final 3 ont été découvertes dans le Jura, dans la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey et sur le site de Roche Noire à Montagnieu, dans l’Ain (Treffort 2007 : 58). Plus au sud, l’habitat de Laprade à Lamotte-du-Rhône a livré 46 perles annulaires du BF2b (Billaud 2002b). Le mobilier métallique de la croupe de Casse Rousse à Villar-d’Arène (Hautes-Alpes ; Rossi, Gattiglia 1999) assure une datation également dans le BF3a. Les analyses réalisées indiquent une origine italique très probable à partir des ateliers de Vénétie, de Frattesina di Fratta Polesine notamment où a été identifiée une zone de production intensive qui diffuse jusque dans le Bassin égéen (Bellintani 1997 ; Bellintani et al. 2006). Leur concentration dans un grand quart sud-est de la France est en accord avec ces résultats (Billaud, Gratuze 2002). Sur le Plateau suisse, les découvertes bien datées des villages littoraux de Hauterive Champréveyres zone A, couches 5-3, à partir de-1051-1030, fournissent d’excellentes et très nombreuses comparaisons (Rychner-Faraggi 1993, pl. 114-120). Elles s’accordent avec une chronologie de la phase moyenne du Bronze final. Il en est de même sur la station littorale HaB1a de Greifensee Böschen, à partir de-1051-1042 (Eberschweiler, Riethmann, Ruoff 2007, n° 1028). Si là aussi les analyses conduites à Hauterive plaident pour une origine d’Italie du Nord, l’hypothèse alternative d’atelier helvétique a pu être évoquée en regard de la prévalence des types en tonnelet et filet spiralé (Bellintani et al. 2006).

7.7.2. Les fusaïoles

453Une dizaine de pièces à perforation centrale dont les diamètres varient entre 3 et 6 cm peuvent être interprétées comme des fusaïoles (fig. 87, nos 1-7 et 9-11). Quatre unités en terre cuite (nos 1 à 4) proviennent de la salle II qui a livré en grande quantité des céramiques du Bronze final 2b-3a (HaA2-HaB1a). Dans la salle I, une des deux fusaïoles de cette zone est issue des niveaux du Bronze final (n° 6) alors que la seconde, découverte dans la diaclase à éboulis des bandes G-H en 1987, relève plus probablement du début du Bronze final (n° 5). Un objet circulaire comparable a été tiré d’une probable épiphyse de grand ruminant (n° 7). Il a été découvert durant la fouille de l’éboulis en 1986, en association avec une perle en ambre de forme bitronconique (fig. 131, n° 7), et une datation du Bronze final est à nouveau à privilégier. Par ses dimensions, cette pièce diffère des boutons ou disques en os tronconique ou plus généralement de section plano-convexe des contextes funéraires du Bronze ancien. En effet, avec un diamètre de 6 cm pour 3 à 4 cm dans le cas des boutons plano-convexes les plus gros (Bill 1973), l’interprétation de l’unité des Balmes tend plus vers la fusaïole que vers un élément de parure.

7.8. L’industrie lithique du Bronze final (É. T.)

454Le niveau du Bronze final contient 10 outils en pierre, dont 4 d’attribution non certaine (fig. 132-136). La gamme fonctionnelle est réduite : percussion lancée ou posée.

7.8.1. Les percuteurs

455Outre un éclat de percuteur en quartzite, trois outils complets sont à relever. L’un, en calcaire métamorphisé, est de petit module à tendance sphéroïde (5 x 4 cm environ ; fig. 132, n° 1). La percussion concerne la totalité des surfaces, dont une est nettement aplanie. Un galet de chloritite est également utilisé en percussion, action qui a généré des enlèvements bifaciaux sur la surface active (fig. 132, n° 3). L’une d’elles présente en outre des stries de raclage orientées de manière oblique par rapport au grand axe. Un troisième matériau, le quartzite, est utilisé pour un percutant sur galet subovoïde de forme ergonomique, utilisé sur ses trois pôles (fig. 135, n° 1). Cet ensemble est quelque peu disparate et traduit des fonctions différentes, de finalité difficile à discerner. L’usage d’un galet de chloritite, comme pour le niveau néolithique, est remarquable dans la mesure où ce matériau, peu tenace, est peu apte à la percussion. Nous pouvons supposer que sa forte ressemblance avec la serpentinite, plus tenace, a induit son utilisateur en erreur lors de la collecte des galets.

Fig. 132 - Percutants de l'âge du Bronze final.
1 : percuteur/boucharde en calcaire métamorphique. 2 : broyon en quartzite. 3 : percuteur/frotteur en chloritite.

7.8.2. Les broyons

456Comme plus généralement dans la région, ces outils ne semblent pas apparaître avant le Bronze final aux Balmes. Ils sont présents en trois exemplaires, en quartzite et roche grenue indéterminée, assez bien calibrés dans leurs dimensions (9 à 11 cm de long environ ; fig. 132, n° 2 ; fig. 133, 134). Les surfaces actives se développent aux deux extrémités en de larges plages convexes d’aspect finement percuté et raclé. L’usage en percussion posée est le plus probable ce qui, eu égard à la résistance du matériau, en fait des outils longuement utilisés.

Fig. 133 - Broyon de l'âge du Bronze final en roche grenue (illustration É. Thirault).

Fig. 134 - Broyon de l'âge du Bronze final en quartzite.

457La fonction de ces outils doit être commentée. Dans la région, ils ne semblent pas apparaître avant le début de l’âge du Bronze (Les Mongets à Sévrier, Haute-Savoie ; Billaud, Marguet 1999) et se rencontrent fréquemment au Bronze final. Sans prétendre à l’exhaustivité, mentionnons leur présence à Genas Sous Genas (Rhône ; Vital et al. 1992, 1997) et Montagnieu Le Pré de la Cour (Ain ; Vital 1993). Sur les rives du lac de Neuchâtel, le village de Cortaillod-Est a fourni une série importante de percutants à surfaces facettées, souvent (26 cas) associés à la fouille avec des meules passives, ce qui suggère que ces broyons remplacent la molette utilisée au Néolithique dans le couple de mouture/broyage (Ribaux 1986 : 93-96, pl. 11-17).

7.8.3. Meule et molette

458Deux pièces appartiennent à cette catégorie typologique : une meule en probable schiste vert, réduite à l’état de fragment fortement concave (fig. 136, n° 2) et une molette entière probablement en schiste métamorphisé (fig. 136, n° 1). Cette dernière, réalisée sur un bloc roulé, longue de 30 cm, présente une table de travail qui couvre intégralement la face supérieure, très légèrement concave selon le grand axe, et plus nettement convexe selon l’axe transversal. Il pourrait s’agir d’un couple fonctionnel, comparable à celui identifié dans le niveau Néolithique final supérieur.

Fig. 135 - Lithique rattaché à l'âge du Bronze final sous réserve.
1 : percuteur/boucharde sur galet de quartzite. 2 : galet de serpentinite brisé.

Fig. 136 - Matériel de mouture rattaché à l'âge du Bronze final sous réserve.
1 : molette en schiste métamorphisé ( ?). 2 : fragment de meule en schiste vert ( ?).

7.8.4. Un galet cassé

459Un galet de serpentinite est cassé net dans sa section transversale pour une raison inconnue (fig. 135, n° 2). Aucune trace d’utilisation n’est perceptible sur les surfaces.

7.9. Le mobilier lithique non attribuable (É. T.)

7.9.1. La mouture

460Deux éléments de mouture ne peuvent être rattachés en stratigraphie. Une molette entière en roche grenue (gneiss ou granite) présente une large table de travail ovale de 28,5 x 17,5 cm couvrant intégralement la face supérieure (fig. 137, n° 3). Elle est façonnée sur un bloc roulé offrant une forme naturelle courbe dans les deux axes. La partie active, au contraire, est façonnée par l’usage, plane dans la longueur, un peu convexe dans la largeur. Un fragment de meule en roche grenue (gneiss ou granite) est plus élaboré (fig. 137, n° 1). La pièce est façonnée sur une roche un peu litée, mise en forme par enlèvements semi-abrupts sur la face inférieure, puis bouchardage sur les arêtes pour régulariser le tout. La surface active est globalement desquamée, hormis par endroits ou un poli s’est conservé. Une dépression marquée occupe le centre de la table, soulignée par une couleur sombre qui évoque un dépôt de matière.

Fig. 137 - Lithique pondéreux hors contexte.
1 : fragment de meule en gneiss ou granite. 2 : bloc irrégulier en cargneule à gorge aménagée. 3 : molette en gneiss ou granite.

7.9.2. Un objet énigmatique

461Une pièce particulière découverte lors des fouilles de la salle II a déjà fait l’objet de commentaires dans les publications préliminaires (fig. 137, n° 2). Il s’agit d’un bloc de cargneule, roche locale de nature bréchique et vacuolaire peu tenace, de 12,5 cm de long, dont le seul aménagement est une gorge irrégulière qui occupe la partie médiane de la pièce sur tout son pourtour. La forme, le volume et l’aménagement lui ont valu le qualificatif de « maillet à gorge », par analogie avec les percutants utilisés dans les travaux miniers préhistoriques. Cependant, la nature tendre de la roche interdit tout usage efficace comme percutant ; le terme de « votif » a donc été suggéré, hypothèse quelque peu hardie. Il est sans doute préférable, dans l’attente de termes de comparaison, d’évoquer un usage au moyen d’un lien, tel, par exemple, une suspension comme poids de métier à tisser. La fonction réelle demeure inconnue.

7.9.3. Les broyons

462Trois pièces sont hors contexte, mais, vu l’insertion stratigraphique des broyons bien calés, la probabilité d’une attribution au Bronze final n’est pas négligeable. Deux sont en quartzite (fig. 138) et un en roche tenace verte (fig. 139, n° 3). Tous présentent des plages finement percutées aux extrémités, plus ou moins développées. L’un (fig. 138, n° 2) est brisé, peut-être suite à un passage au feu.

Fig. 138 - Broyons sur galets de quartzite, hors contexte.

7.9.4. Les percuteurs

463Deux percuteurs sont à noter. L’un est entier, sur galet trapu de serpentinite et a travaillé sur ses deux extrémités, avec l’une d’elles très développée selon 4 plages coalescentes et liées à des enlèvements plats (fig. 139, n° 2), dont une partie a piégé un dépôt noir dans les creux de la percussion. Des stries de raclage sont présentes à proximité de cette partie active. Une telle configuration rapproche cet outil d’un percuteur similaire trouvé dans le niveau du Néolithique inférieur 1 (fig. 51, n° 1).

464Un autre percuteur en serpentinite, brisé dans sa longueur, présente une section carrée, et a travaillé sur toutes ses surfaces (fig. 139, n° 1). Les faces principales ont chacune une dépression percutée.

Fig. 139 - Percutants sur galet de roche verte tenace hors contexte.
1 : pièce à cupules percutées, serpentinite. 2 : percuteur/boucharde en serpentinite. 3 : broyon.

7.9.5. Divers

465Pour être complet, ajoutons un galet plat de 5,4 cm de diamètre, cassé et percé de manière oblique et décalée vers le bord (fig. 140). La perforation irrégulière semble naturelle, mais une telle curiosité a attiré l’attention puisque le galet a été ramassé et amené sur le site. Il pourrait s’agir d’un objet de parure tout autant que d’une pièce de collection.

Fig. 140 - Galet naturellement percé en calcaire ( ?), hors contexte.

Table des illustrations

Légende Fig. 91 - Diagramme de corrélation Hauteur/Diamètre maximum des formes céramiques des collections P. Benamour (PB) et R. Chemin (RC) du BF1 (BzD), du BF2a (HaA1) et du BF2b-3a (HaA2, HaB1 ancien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 92 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 93 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 94 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 95 - Salle I. Mobilier céramique de l’ensemble stratigraphique du Bronze final 1, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 96 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 97 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 98 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 99 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 100 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1-2a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 101 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 1-2a-2b-3a, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 102 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 103 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 104 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 105 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles P. Benamour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 106 - Salle I. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 107 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 108 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 109 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 110 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 111 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 112 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 113 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 114 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 115 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 116 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 117 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 118 - Salle II. Mobilier céramique attribué au Bronze final 2b-3a, fouilles R. Chemin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 119 - Synthèse typologique des céramiques de style Rhin-Suisse-France orientale du Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien).A : types ubiquistes ; B et C : types principalement rhénans et helvétiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 120 - Synthèse typologique des céramiques d’affinités RSFO du Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien), principalement des bassins de la Saône et du Rhône, ou de dispersion plus large encore.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 121 - Synthèse typologique des céramiques d’un style que nous identifions sur le pourtour méridional du Massif Central au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 122 - Synthèse typologique des céramiques du Bronze final 3a (HaB1).A : de style RSFO du Plateau suisse ; B : d’Italie du Nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 123 - Localisation des principaux sites, éléments céramiques et vecteurs de diffusion du style identifié sur le pourtour méridional du Massif Central au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1ancien). R : localisation du dépôt de Rivaltes à Saint-Chély-du-Tarn (Lozère).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 124 - Histogramme de la contribution des différentes régions à la constitution des ensembles céramiques de la grotte des Balmes de Sollières-Sardières au Bronze final 1 (BzD) et au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1 ancien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 125 - Localisation de la grotte des Balmes dans le contexte géologique régional.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 126 - Synthèse des principaux éléments renfermés dans la pâte des céramiques analysées de la Grotte des Balmes.Légende : phy : phylliteuse ; calc : calcique ; qz : quartz ; FK : feldspath potassique ; plagio : plagioclase ; glauc : glaucophane, épid/zoïs : épidote/zoïsite ; frag roches plut : fragments de roches plutoniques ; frag roches mét : fragments de roches métamorphiques carb natur : carbonates naturels ; ajout carb : ajout de carbonates ; + : rare à peu abondant ; ++ : moyennement abondant ; +++ : abondant ; tr : trace.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 127 - Croisement entre les données pétrographiques et les ensembles stylistiques céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 128 - Parures et petit outillage en alliage cuivreux des salles II et III, Bronze final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 129 - Parures et petit outillage en alliage cuivreux de la salle I. Bronze final, sauf : 1 : Bronze ancien ; 27 et 33 : datation incertaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 130 - Petit dépôt de parures en alliage cuivreux regroupant 25 pièces découvertes dans une zone de jonction entre les salles I et II.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 131 - Parures attribuables au Bronze final de la salle I (nos 1 à 15 et 18 à 27) et de la salle II (nos 16 et 17).1 : épingle ou aiguille en os ; 2 : Dentalium fossile ; 3 : Dentalium vulgare ; 4 et 5 : perles discoïdes en roche verte ; 6 : pendeloque elliptique en ambre ; 7 à 12 : perles biconique ou discoïdes en ambre ; 13 à 15 : perles en ambre privées de référence (15 : Néolithique final supérieur ou âge du Bronze) ; 16 et 17 : perles en ambre de la salle II ; 18 à 22 : perles discoïdes en verre, bleues et vertes (20 à 22 privées de référence) ; 23 à 27 : perles ovoïdes en verre, vertes à bleu-vert, à filets blancs spiralés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 132 - Percutants de l'âge du Bronze final.1 : percuteur/boucharde en calcaire métamorphique. 2 : broyon en quartzite. 3 : percuteur/frotteur en chloritite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 133 - Broyon de l'âge du Bronze final en roche grenue (illustration É. Thirault).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 134 - Broyon de l'âge du Bronze final en quartzite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 135 - Lithique rattaché à l'âge du Bronze final sous réserve.1 : percuteur/boucharde sur galet de quartzite. 2 : galet de serpentinite brisé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 136 - Matériel de mouture rattaché à l'âge du Bronze final sous réserve.1 : molette en schiste métamorphisé ( ?). 2 : fragment de meule en schiste vert ( ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 137 - Lithique pondéreux hors contexte.1 : fragment de meule en gneiss ou granite. 2 : bloc irrégulier en cargneule à gorge aménagée. 3 : molette en gneiss ou granite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 138 - Broyons sur galets de quartzite, hors contexte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 139 - Percutants sur galet de roche verte tenace hors contexte.1 : pièce à cupules percutées, serpentinite. 2 : percuteur/boucharde en serpentinite. 3 : broyon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 140 - Galet naturellement percé en calcaire ( ?), hors contexte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2802/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540