Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 6. Mobiliers et identification culturelle au Bronze ancien

Éric Thirault et Joël Vital

Texte intégral

6.1. La céramique (J. V.)

1Les confrontations typologiques sont beaucoup moins aisées pour le Bronze ancien que pour les phases antérieures du Néolithique final. En Italie du Nord, de la Lombardie au Trentin, des sites comme Lavagnone et Fiavé (De Marinis 2002 ; Perini 1994) fournissent des séquences chronoculturelles bien documentées en milieu humide. Mais elles sont relativement éloignées des Préalpes occidentales. En Toscane (Sarti, Martini 2000), le passage du Campaniforme au Bronze ancien est également bien illustré, mais les faciès céramiques de cette dernière période sont différents de celui des Balmes. D’autres régions sont beaucoup plus avares en documentation. Les parallèles que l’on peut réaliser entre la Ligurie et la Provence permettent de postuler une même entité culturelle, mais nous avons là encore affaire à un déficit documentaire en Ligurie. Dans le Piémont, les styles céramiques du début de l’âge du Bronze sont tout aussi mal définis (Gambari 1996, 1998), avec de rares sites au mobilier fragmenté (Bertone, Fozzati 1998). Cette lacune est aussi flagrante sur le Plateau suisse occidental, dont les contextes funéraires fournissent des associations avec objets en métal, mais dont les ensembles céramiques ne deviennent fournis qu’à partir du 18e siècle av. J.-C., dans un stade récent du Bronze ancien (Hafner 1995 ; David-Elbiali 2000), dans les habitats littoraux notamment (Wolf et al. 1999). En Suisse orientale, une révision des datations de sites importants (lac de Zürich et de Greifen) vient pallier cette déficience nord-alpine (Conscience 2001 ; Conscience, Eberschweiller 2001). Dans les Alpes occidentales, nous ne disposons que de quelques séries peu étoffées, comme à Saint-Véran (Barge 2003) ou dans la grotte des Sarrasins à Seyssinet-Pariset (Bocquet 1976c). La moyenne vallée du Rhône bénéficie d’une situation un peu plus favorable à la suite de la fouille de plusieurs établissements de surfaces et d’occupations stratifiées en grotte (Vital 2004b, 2004c, 2006).

2Les comparaisons que nous pourrons établir seront donc à considérer en tenant compte de ces fortes disparités documentaires, qui touchent malheureusement en premier lieu les régions alpines et circum-alpines les plus proches de la nôtre.

6.1.1. Les contextes de découverte

3Nous postulons aux Balmes deux à trois temps d’occupation au Bronze ancien (§ 2.2.4.3.). La plus ancienne serait représentée par trois récipients bien conservés (fig. 49, n° 11 ; fig. 85, nos 4, 5), centrés sur GH7, et par un tesson (fig. 85, n° 9), juste avant ou pendant la séquence 1920-1830 av. J.-C., ou encore vers 2005-1890 av. J.-C. si l’on tient compte des dates plus distantes obtenues sur le témoin fouillé en 1994. Un autre ensemble de tessons divers, au sein duquel deux profils plus ou moins bien conservés et un tesson à cordon digité ont été identifiés (fig. 85 nos 3, 7, 8), pourrait se placer entre 1920-1830 et 1735-1660 av. J.-C., voire correspondre ou succéder à cette dernière mesure. Ils sont localisés au débouché de la diaclase (G5). Un récipient cylindroïde à anse en ruban est fragmenté en de nombreux tessons qui n’ont pu être assemblés. Leur zone de concentration est centrée sur E6, dans l’intervalle-140-146 cm, avec une dispersion, éventuellement réalisée au Bronze final, en limite ouest de F6 et F7.

4Tous les autres éléments typologiques proviennent de niveaux remaniés, comme au Bronze final dans la zone de l’éboulis et dans la bande 2, ou bien de zone de compaction sédimentaire, comme en F3. D’autres sont issus du premier décapage de surface. La salle II a également fourni des céramiques souvent bien conservées (fig. 86), mais sans qu’aucune relation n’ait pu être établie entre elles, si ce n’est la proximité immédiate d’une tasse à décor barbelé et d’un gobelet à segmentation haute (fig. 86, nos 2, 3) protégés sous une dalle en FG-IV/V (fig. 12, coupe selon IV/V). On peut toutefois noter vers la diaclase qui longe la paroi est la proximité spatiale de la plupart des céramiques bien conservées des salles I et II (fig. 49, n° 11 ; fig. 85, nos 4, 5 ; fig. 86, nos 2, 3, 7).

6.1.2. Ensemble présumé le plus ancien (salle I)

Gobelet tronconique à fond plat (fig. 49, n° 11)

5On trouve cette forme dans la Plaine padane, dans la tourbière de Polada à Desenzano, au sud du lac de Garde, mais sans digitation sur la lèvre, dès une phase ancienne du Bronze ancien de style Polada, mis en parallèle avec la phase Lavagnone 2 de cet autre palafitte de Desenzano (Barich 1971, fig. 22 ; De Marinis 2002), dans le 21e siècle av. J.-C., puis, avec anse, dans la phase Lavagnone 3° dans le 20e siècle av. J.-C. (De Marinis 2002, fig. 3, n° 6), ainsi que dans la phase suivante (BA II), à partir du 18e siècle av. J.-C., dans les niveaux E et D, phase Fiavé 3°, de la tourbière de Fiavé-Carera dans le Trentin (Perini 1994, pl. 5, n° c 77, c 78, c 94 ; pl. 48). Dans la moyenne vallée du Rhône, il est attesté de manière isolée dans la fosse F8 du site de plein air de Chabrillan Saint-Martin 3, dans la fourchette chronologique 1880-1780 av. J.-C. (Drôme ; Blaizot, Rimbault 2005 et inédit).

Gobelet à épaulement et rebord peu marqués (fig. 85, n° 4 ; fig. 30, bande G, triangle équilatéral)

6En Italie du Nord, il s’agit d’un profil de tradition campaniforme, présent en association avec deux gobelets décorés dans la tombe individuelle de Ca’di Marco dans la région de Brescia (Nicolis 2001, fig. 6), et qui fait aussi partie des inventaires du Bronze ancien archaïque, comme à Valbusa La Vela dans le Trentin (Fasani 1990, fig. 7, n° 2). Il figure en Lombardie dans la tourbière de Polada à Desenzano, dans une phase ancienne du Bronze ancien (Barich 1971, fig. 26, n° 1) et dès la phase 2 (BA IA, culture de Polada) du palafitte de Lavagnone (Perini 1981, pl. II, nos 1 et 2). Ces deux ensembles sont datés dans le 21e siècle av. J.-C. (De Marinis 2002). Au pied ouest du Vercors, un exemplaire à peine plus étroit et de profil identique provient de l’abri 1 des Bressonnières à Beauregard-Baret (Drôme, inédit) avec deux datations bien plus récentes, dans la seconde moitié du 18e siècle av. J.-C., mais dont le décor évoque le style helvétique des Roseaux. En Languedoc oriental, on trouve une pièce proche dans le dolmen 1 de Coste Rigaude à Saint-Gervais-les-Bagnols (Gard ; Arnal 1963 ; Bill 1973, pl. 59, n° 4 et étude en cours), avec des rapprochements avec les gisements méridionaux de Goult Irrisson (Vaucluse, infra) et de Bagnols-sur-Cèze L’Euze (Gard, Convertini et al. 2010), vers 1900 av. J.-C., dans un stade moyen du Bronze ancien.

Fig. 85 - Salle I. Mobilier céramique hors contexte et associé (nos 4 et 5 et fig. 49, n° 11) (nos 3, 7, 8) du Bronze ancien.

Pot à anses et lèvre digitée (fig. 85, n° 5 ; fig. 30, bande G, cercle)

7Les comparaisons conduisent sur les stations littorales helvétiques de Greifensee Starkstromkabel, vers 1950-1820 av. J.-C. (Conscience, Eberschweiller 2001, fig. 7, n° 8), ou encore de Zürich Mozartstrasse, couche 1 (Conscience 2001, fig. 6, n° 7) vers 1880-1840 av. J.-C., mais avec une languette supplémentaire dans un cas et sans digitation de la lèvre.
Cette forme figure aussi dans les collections des fouilles Rambotti dans la tourbière de Polada à Desenzano (Lombardie ; Barich 1971, fig. 35), ensemble attribué à une phase ancienne du Bronze ancien (De Marinis 2002).

8Bilan : les comparaisons établies pour ces trois récipients s’inscrivent dans une fourchette chronologique des 20e-19e siècles av. J.-C. pour la zone transpadane et le lac de Zürich, en concordance avec les résultats des datations radiocarbones des Balmes. Les relations vers le sud-est de la France sont moins marquées et tendent vers une chronologie à peine plus récente. Le tesson à cordon lisse de section triangulaire s’inscrit bien dans cet ensemble.

6.1.3. Association de la salle II (FG-IV/V)

Tasse à décor barbelé (fig. 86, n° 2)

9Aucun parallèle exact n’a été trouvé. Des rapprochements peuvent cependant être opérés avec un des profils à décor barbelé de l’hypogée n° 1 du Perpétairi à Mollans-sur-Ouvèze (Drôme ; Courtin 1961 et étude en cours) et de l’abri du Fraischamp 2 à La Roque-sur-Pernes (Vaucluse ; Paccard 1957, fig. 8, n° 1 et étude en cours). Dans le Midi, les poteries à décor barbelé du Bronze ancien occupent la fourchette chronologique 2050-1800 av. J.-C. (Vital 2004b, 2004c). En Italie du Nord, les céramiques à décor barbelé de la zone orientale sont de facture et sur des supports différents, et relèvent des faciès du karst de Trieste et de Slovénie (Nicolis 1999).

Fig. 86 - Salle II. Mobilier céramique hors contexte, du Bronze ancien (nos 2 à 8), et éventuellement du Néolithique final (n° 1).

Gobelet à segmentation haute (fig. 86, n° 3)

10Les gobelets à carène haute appartiennent par comparaison à une phase ancienne du Bronze ancien (BzA1) en Bourgogne, dans la grotte de Rizerolles à Azé (Saône-et-Loire) ou à Broye-les-Pesmes (Haute-Saône) (Bill 1973, pl. 18, n° 2 ; pl. 20, n° 6). C’est à ce groupe qu’il faut vraisemblablement rattacher l’unité exhumée dans la zone du triple enclos funéraire qui jouxte l’habitat de Genlis Le Joannot (Côte-d’Or ; Dartevelle 1996, fig. 2). Ce type de gobelet est probablement un peu plus récent dans le Midi, comme dans la grotte de Vesson à La Cadière (Gard ; Roudil 1972, fig. 10, n° 1).

11Bilan : on peut accepter pour ces deux pièces une datation probablement peu éloignée de celle suggérée pour les trois unités qui précèdent. Par contre, les connexions géographiques sont totalement opposées, vers le Midi pour la forme décorée, vers la Bourgogne pour la seconde. L’analyse en lame mince de la pâte de la tasse à décor barbelé indique qu’elle renferme naturellement des carbonates et qu’elle est dégraissée à la calcite pilée, deux marqueurs méridionaux (§ 7.5.7.).

6.1.4. Ensemble présumé plus récent (salle I)

Gobelet sphérique à anse et rebord (fig. 85, n° 3 ; fig. 30, bande G, carré)

12Dans le nord de l’Italie, deux profils comparables, dont un à anse coudée, proviennent de la sépulture féminine de Valbusa La Vela dans le Trentin (Fasani 1990, fig. 7, nos 1 et 3 ; Marzatico, Tecchiati 2001), attribuée à une phase archaïque du Bronze ancien, à parures de tradition campaniforme. Un parallèle moins net – le rebord est moins marqué – dans la phase Lavagnone 3 ° du palafitte de Desenzano, dans le 20e siècle av. J.-C. (De Marinis 2002, fig. 3, n° 7). Dans le sud-est de la France, les profils à rebord clairement individualisés sont attestés en Vaucluse, dans la grotte sépulcrale à Buoux (Vital 2002a, fig. 22, n° 5) dans une ambiance plutôt récente du Bronze ancien. Ce diagnostic est confirmé par une référence sur le site de plein air d’Espeluche Lalo (Drôme ; Vital 2002e, fig. 4, n° 2) daté vers les 18e-17e siècles av. J.-C.

Gobelet à bord digité (fig. 85, n° 7 ; fig. 30, bande G, triangle allongé)

13La fragmentation ne permet pas de long développement pour ce type, que l’on identifie par exemple dans la fosse 50 du site de Rouvres-en-Plaine Fin Lassus (Côte-d’Or ; Dartevelle 1996, fig. 12). Cette forme paraît assez ubiquiste dès lors que la lèvre n’est pas digitée.

14Bilan : les comparaisons régionales paraissent confirmer un décalage chronologique vers un pôle plus récent du Bronze ancien, au moins pour le gobelet sphérique.

6.1.5. Mobilier hors contexte (salle I, fig. 85 ; salle II, fig. 86)

Anse en ruban à butée (fig. 49, n° 12)

15Une seule comparaison directe a été trouvée pour cette préhension, dans la grotte ligure de l’Arma del Anime (Giuggiola et al. 1966, fig. 79). Pour ce site, l’attribution ancienne au Néolithique moyen doit être révisée, comme pour les tessons à décor barbelé découverts dans les mêmes conditions (Nicolis 1999). Dans le Midi de la France, les quelques exemplaires de ce type sont bien moins développés (grotte de la Treille à Mailhac, Aude).

Fragment de gobelet sphérique (fig. 49, n° 13)

16L’absence de bord et de diamètre ne permet pas d’identifier la forme d’origine, qui peut en l’état renvoyer aussi bien aux gobelets sphériques du début du Bronze ancien de la culture de Polada, qu’aux composantes rhodaniennes et provençales plus récentes.

Bords à lèvres digitées (fig. 49, n° 7 ; 85, nos 1, 2)

17Ces tessons viennent s’ajouter aux formes décrites précédemment (fig. 85, nos 5, 7). En Italie du Nord, les lèvres digitées, sur des pots de profils différents, le plus souvent tronconiques à large ouverture, sont assez nombreuses dans les horizons de la phase finale du Bronze ancien du Trentin, comme Fiavé 3° (Perini 1994, pl. 27, 33 à 36, 44, 62, 63...), dans les 18e et 17e s. av. J.-C. On les trouve plus tardivement encore, comme en Lombardie dans l’habitat du Bronze ancien-moyen de Milzanello (Cattaneo Cassano 1996, pl. XIII à XV). Dans la vallée alpine de la Doire Ripaire, en Piémont, les pots à lèvres digités, à cordons ou languettes, sont fréquents dans les séries céramiques rapportées au Bronze ancien sans plus de précision, comme à Caselette, Foresto Orido ou encore Vaie (Bertone, Fozzati 1998, fig. 26 et 27). À Asti, les fouilles de l’autoroute A21, en Piémont toujours, ont aussi fourni plusieurs fragments de pots et jarres à bord digités du début de l’âge du Bronze (Barello et al. 2007, pl. LXXVII-LXXVIII).

18Une datation identique est proposée pour les récipients découverts dans les Hautes-Alpes sur le site minier de Saint-Véran (Barge 2003 : 52). Dans le Sud-Est, comme en Vaucluse par exemple (Buisson-Catil, Vital 2002), les productions céramiques à lèvres digitées sont bien plus rares.

Tesson caréné décoré (fig. 85, n° 6)

19Les premières jattes de ce module à décor poinçonné géométrique sont attestées en Lombardie, dans la phase Lavagnone 3°, dans le 20e siècle av. J.-C. (De Marinis 2002, fig. 3, n° 6).

Pièce à prise nasiforme (fig. 86, n° 1)

20La chronologie de ce genre de préhension s’étend du Néolithique final au Bronze ancien : dans le Dauphiné, dans la grotte de Balme-Rousse à Choranche (Vital, Bintz et al. 1991, fig. 20, n° 11) et dans la couche inférieure de Charavines Les Baigneurs, à partir de 2669-2645 av. J.-C. (Bocquet 2005, pl. 1, n° 21) ; en Lombardie, dans la séquence stratigraphique du cône d’éboulis du site de Lovere Via Decio Celeri, dans la région de Bergame, principalement depuis l’us 35 à mobilier campaniforme et poladien, jusqu’à l’us 30 durant la seconde phase du Bronze ancien (Poggiani Keller 2000, fig. 37, 39, 41 et 45) ; dans les Grisons, dans l’horizon céramique I de Cazis-Cresta, attribué au 19e siècle av. J.-C. (Murbach-Wende 2001, fig. 7 et 8). La chronologie s’étend donc potentiellement du Néolithique final au Bronze ancien dans les Alpes et sur le pourtour de ce massif.

Gobelet caréné à paroi concave (fig. 86, n° 5)

21Attesté dans la grotte des Pierottes à Scey-en-Varais (Doubs) en association avec des éléments de parure caractéristiques du BzA1 (Bill 1973, pl. 18, n° 1). Cette date ancienne est confirmée sur l’habitat de Roynac Le Serre 1 (Drôme ; Vital 2004c, fig. 4A), dans les structures 79 et 80 datées vers 2100-1950 av. J.-C.

Pot à lèvre et doubles cordons digités (fig. 86, n° 6)

22Ce type est identifié dès le niveau à céramique campaniforme du site lombard de Villanova sul Clisi Monte Covolo (Barfield, Biagi, Borrello 1979, fig. 35, n° P298). On le retrouve à Roynac Le Serre 1, en deux exemplaires dans la fosse 112 datée vers 2200-2050 av. J.-C. (Vital 2004c, fig. 4A). Il est présent sur le site de Haltnau Oberhof, en Allemagne du Sud (Köninger 2001, fig. 12, n° 18), mais dans une phase très tardive du Bronze ancien de style Arbon.

Gobelet cylindrique à lèvre et anse décorées (fig. 86, n° 7)

23La seule forme identique identifiée, non décorée, figure dans les collections des fouilles de l’abri Martin à Sigottier (Hautes-Alpes ; Bocquet 1976b, fig. 40, n° 3).

Pot caréné ansé à rebord (fig. 86, n° 8)

24Des formes très comparables au début du Bronze ancien de style Polada, dans la phase Lavagnone 2° du palafitte de Desenzano, de la seconde moitié du 21e siècle av. J.-C. (Perini 1981, pl. IV, n° 2 ; 1988, pl. I, n° 10 ; De Marinis 2002). Plus proche de la Maurienne, un excellent parallèle vauclusien dans la fosse bronze ancien de Goult Irrisson, vers 1900 av. J.-C. (Buisson-Catil 2002, fig. 11, n° 13).

25Bilan : si diverses propositions chronologiques peuvent être avancées pour le mobilier recueilli hors stratigraphie, les connexions géographiques confirment un pôle italique fort (bords à lèvres digitées, tesson caréné décoré, pièce à prise nasiforme ?). Une seconde zone, d’orientation plus occidentale et rhodanienne, est représentée par quelques individus (gobelet caréné à paroi concave, pot à lèvre et doubles cordons digités ( ?), gobelet cylindrique à lèvre et anse décorées, pot caréné ansé à rebord). Dans cette seconde aire, les céramiques de la Drôme ou du Vaucluse peuvent aussi relever d’influences italiques.
La localisation et les affinités typologiques des tessons extraits des couches bronze final, dans la zone de l’éboulis, sont compatibles avec la datation ancienne suggérée pour les trois vases de l’ensemble présumé plus ancien au-dessus desquels ils ont été découverts.

6.1.6. Rondelle perforée décorée

26Cette pièce (fig. 87, n° 8 ; fig. 50, n° 5) appartient à une catégorie d’objets de forme circulaire décorés de motifs linéaires rayonnants. Ils sont généralement façonnés en terre cuite, sauf dans le cas des Balmes où la rondelle est tirée d’une roche schisteuse fine. Ils présentent une perforation centrale d’un diamètre n’excédant pas 2 mm le plus souvent, cette taille réduite du canal ne permettant pas de les classer dans la même catégorie fonctionnelle que les fusaïoles. De ce centre perforé rayonnent des lignes incisées auxquelles se surimposent de courtes traverses obtenues de la même façon, voire des cupules creusées par rotation sur la pièce des Balmes. Ces techniques et motifs décoratifs évoquent directement le mode de réalisation des décors barbelés des céramiques du Bronze ancien méridional, à la différence près qu’il s’agit d’une incision et d’impressions diachrones et non pas d’une réalisation synchrone avec un outil monobloc (barbelé vrai) comme pour les impressions sur poteries. Cette production doit être rattachée à celle des « oggetti enigmatici » décrits en Italie du Nord et des « Brotlabidol » d’Europe Centrale, où elles figurent en forte densité (Köninger 1998). Dans ces régions, les formes sont généralement allongées et portent des motifs incisés et estampés transversaux parallèles ou isolés. Les contextes de découverte intéressent principalement le Bronze ancien et la transition avec le Bronze moyen. Un exemplaire de Serbie montrant des traces de peinture rouge suggère un tampon. Une utilisation à des fins d’étiquetage est induite de la présence d’un lien pour un cas du nord de l’Italie. Une association avec une alêne losangique dans la tombe 205 de la nécropole de Franzhausen I en Basse-Autriche évoque la possibilité d’un nécessaire à tatouage (Köninger 1998). Si les découvertes en contexte fonctionnel explicite manquent cruellement, il ne semble guère faire de doute qu’il puisse s’agir d’un objet destiné au marquage ou à l’identification, voire à la quantification.

Fig. 87 - Fusaïoles en terre cuite (nos 1 à 6, 9) et en pierre (nos 10 et 11). Pièces circulaires en os (n° 7) et en roche schisteuse (n° 8).
1 à 7 : Bronze final ; 8 : Bronze ancien ; 9 à 11 : Néolithique final.

27La rondelle des Balmes montre sur un de ses rayons deux tracés successifs de traverses, l’un antérieur, l’autre postérieur à l’état ultime de l’incision rayonnante. Il est possible de considérer le premier groupe de 5 traverses comme un échec, suivi d’une reprise ne comptant plus que 4 traverses. Nous pourrions avoir affaire à la correction d’une erreur, l’ensemble des groupes de traverses et cupules ayant toujours pour base un nombre pair, quelle que soit la face. Cette observation va à nouveau dans le sens d’un système strict de codage.

28La forme circulaire spécifique des pièces du sud-est de la France, qui compte une petite dizaine d’unités, permet de définir un ensemble européen occidental, pendant pour l’ouest des Alpes des groupes identifiés plus à l’est (Vital 2004b ; Garcia, Vital 2006). Leur densité suggère que cette région soit à l’origine d’une diffusion vers le nord (fig. 88). Leur position chronologique peut être précisée dans le Sud-Est, entre 2050 et 1830 av. J.-C. L’exemplaire des Balmes (cote-206, fig. 33, projection G, R) correspond à la datation CRG-906, 3560 ± 70 B. P. (cote-203), vers 1920-1830 av. J.-C. Dans les Bouches-du-Rhône, la pièce en terre cuite d’Alleins La Coste est associée à des tessons de céramique à décor barbelé. Leur répartition dans cette même aire géographique permet de distinguer deux groupes (fig. 88). L’un, à l’ouest du Rhône, des Cévennes au littoral méditerranéen, rassemble les découvertes qui portent un nombre de rayons assez constant, de 8 à 9. Deux pièces assez comparables à celles de cet ensemble languedocien ont été découvertes à l’ouest du lac de Constance, l’une à Singen (Krause 2001, fig. 2, no 1), la seconde à Walhausen (Köninger 2001, fig. 18). L’autre groupe, à l’est du Rhône, des Alpes internes à la basse plaine, regroupe les sites qui ont livré des rondelles à 4 rayons, comme dans le cas des Balmes. Nous pouvons en outre observer que seule la pièce de Sollières, la plus à l’est, montre des impressions circulaires, à l’instar des exemplaires d’Europe centrale et d’Italie du Nord-Est. Ce caractère en fait un type techniquement et géographiquement intermédiaire.

Fig. 88 - Cartographie des rondelles à décor. Sud-Est de la France : 1 : Sollières-Sardières, La Balme ; 2 : Donzère, Baume des Anges ; 3 : Alleins, La Coste ; 4 : Remoulins, grotte de la Sartanette ; 5 : Seynes, grotte de Seynes ou des Trois Ours ; 6 : Laissac, La Baume ; 7 : Armissan, grotte de la Foun d’Al Gorb. 8 : Frouard, Saule Gaillard. 9 : Singen. 10 : Walhausen.

6.1.7. Conclusions

29Il semble bien que la synthèse des comparaisons permette de distinguer deux aspects différents, selon que les céramiques proviennent de la salle I ou de la salle II.

30Dans la salle I, l’ensemble présumé ancien regroupe majoritairement des formes du premier Bronze ancien italique et éventuellement de son substrat campaniforme, des 21e -19e siècles av. J.-C. Les pots à lèvre digitée, l’anse à butée et le tesson caréné décoré hors contexte relèvent également de cette influence. Les rapprochements avec les productions de moyenne et basse vallée du Rhône s’inscrivent aussi dans une ambiance méridionale, dans l’aire de répartition du style barbelé que l’on peut opposer au style rhodanien en moyenne vallée du Rhône (Vital 2004b). Mais leur part semble très en deçà de ce que ces productions rhodaniennes et méridionales riches et variées pourraient fournir, conduisant à relativiser la part qui avait été attribuée à cette mouvance rhodanienne (Bocquet 1997 : 332). La rondelle perforée à décor cruciforme s’inscrit cependant dans cette ambiance chronoculturelle, tout en constituant un relais transalpin. La seule parure bronze ancien éventuelle, une canine d’ours brisée au niveau de la perforation (fig. 71, n° 22), n’apporte aucune autre précision.

31Il est plus difficile de se prononcer pour la concentration céramique du niveau supérieur en G5 présumée plus récente et ses deux éléments typologiques. En privilégiant la proximité géographique, le gobelet sphérique confirmerait un décalage chronologique et un rapprochement de l’axe rhodanien à une époque un peu plus récente.

32Dans la salle II, les unités renvoyant sans équivoque à la sphère italique sont minoritaires et se limitent aux deux pots à lèvre digitée, types dont la présence au cœur des Alpes à Saint-Véran doit être rappelée. Encore que l’exemplaire à double cordon digité, comme le pot caréné ansé à rebord et le gobelet à paroi concave, nous oriente également vers l’axe rhodanien. C’est également le cas du gobelet à décor barbelé d’affinités provençales. Le gobelet cylindrique signe un ancrage alpin, alors que le vecteur jurassien-bourguignon est bien présent. C’est donc à une assez grande variété de connexions géographiques que nous avons affaire avec les vestiges de la salle II, phénomène bien illustré par l’association dans l’espace des deux pièces des carrés FG-IV/V. La datation de ces fréquentations semble toujours relever des 21e-19e siècles av. J.-C.

33On observera enfin que les faciès céramiques des Balmes s’éloignent assez nettement des styles circonscrits dans la partie piémontaise de la plaine du Pô (Gambari 1996), alors que nous avons identifié un lien italique nord-oriental, contradiction qu’il sera nécessaire d’expliquer dans le futur. Il est possible que des décalages chronologiques puissent fournir une explication, montrant la relativité des conclusions auxquelles nous amènent les témoins des Balmes face à un cadre de référence encore peu fourni.

6.2. Le mobilier métallique (J. V.)

34Le seul outil est une alêne (fig. 129, n° 1 ; fig. 50, n° 3) parfois attribuée à tort au Néolithique récent (Bocquet 1997 : 324). La position stratigraphique de cet objet en assure la datation au Bronze ancien (fig. 33, en G6, A), corrélée par hypothèse à la mesure CRG-906, 3560 ± 70 B. P., vers 1920-1830 av. J.-C. La forte densité de ces pièces en Languedoc a été soulignée depuis longtemps (Roudil 1972 ; Gallay 1976), mais les nécropoles du sud de l’Allemagne, comme de Basse-Autriche, en ont aussi livré un certain nombre (Ruckdeschel 1978 ; Krause 1988). En Italie, les exemplaires ligures sont attribués aux contacts préférentiels établis avec la Provence, alors que ceux de Molina di Ledro peuvent être mis en relation avec le domaine nord-alpin. Dans les Alpes occidentales, les alênes losangiques sont rares. On peut signaler une alêne trouvée en surface sur le site du Rocher du Château à Bessans, une vingtaine de kilomètres en amont (information J.-C. Ozanne). Dans les nécropoles de Singen, à l’ouest du lac de Constance, et de Gerzat Chantemerle, en Basse-Auvergne, les alênes losangiques sont des attributs réservés aux femmes (Krause 1988 ; Vermeulen 2002b). Il s’agit d’ailleurs d’une constante en Europe centrale (David-Elbiali 2005a, fig. 81).

35Une analyse métallographique par spectrographie d’arc, réalisée en 1992 par les soins de J. R. Bourhis (UMR 6566 du CNRS, Civilisations atlantiques et archéosciences, Rennes), donne les résultats suivants. Le cuivre est dosé par différence ; la valeur pour l’étain s’inscrit dans la fourchette 2-4 %.

Cu

Sn

Pb

As

Sb

Ag

Ni

Bi

Fe

Zn

Mn

(96,8)

3

0,003

0,001

-

0,05

0,015

-

-

-

-

36La synthèse des analyses réalisée par R. Krause pour le Néolithique et le Bronze ancien de la mer Noire à l’Atlantique indique que les cuivres purs à Ag dominant (groupe IIIa) se répartissent en Europe continentale du moyen Danube à l’Allemagne du Sud, au Plateau suisse et à la basse vallée du Rhône (Krause 2003, fig. 83). Dans son étude des poignards à manche massif, de chronologie compatible et dont la typologie est abordée d’un point de vue détaillé à l’échelle de l’Europe, S. Schwenzer confirme que les proportions relevées de Ni et Ag caractérisent les domaines géographiques rhodanien et alpin au Bronze ancien, et plus particulièrement le domaine rhodanien pour des proportions globalement correspondantes (Schwenzer 2004, fig. 127 et 128).

6.3. L’industrie lithique (É. T.)

37Seuls cinq objets en pierre peuvent être attribués au niveau de l’âge du Bronze ancien, dont deux avec doute (fig. 89). Le répertoire est très réduit : mouture, percussion et débitage.

Fig. 89 - Lithique de l'âge du Bronze ancien (nos 1 à 3, 6) et indéterminé (nos 4 et 5). 1 : percutant en omphacitite. 2 : éclat de galet en serpentinite (attribution non certaine). 3 : éclat intentionnel de galet en serpentinite (attribution non certaine). 4 : éclat de galet en serpentinite. 5 : éclat de galet en roche tenace verte. 6 : molette en gneiss.

6.3.1. Mouture

38Une molette entière provient du niveau Bronze ancien ou Néolithique final supérieur (fig. 89, n° 6). Elle est réalisée sur un bloc de gneiss mis en forme par taille puis bouchardage sur le pourtour et la face inférieure. Les surfaces sont érodées et encroûtées, ce qui rend la lecture de la table de travail impossible, mais la forme de celle-ci est franchement convexe dans les deux axes. La surface active occupe la presque totalité de la face supérieure, soit 23 x 17 cm environ. Cet outil ne peut être utilisé sans pièce passive, mais aucun objet de ce type n’a été identifié dans le mobilier prélevé à la fouille.

6.3.2. Percussion

39Un seul percutant est identifié, en omphacitite (fig. 89, n° 1). Ce matériau étant classiquement utilisé pour les lames polies, il est possible qu’il s’agisse d’un remploi, voire d’un objet néolithique, mais, en l’absence de preuve contraire, nous le considérons comme utilisé au Bronze ancien. La section, de 4,6 x 4 cm, pourrait être celle d’une lame polie trapue, ou plus vraisemblablement d’une boucharde destinée au façonnage de lames polies. Les surfaces travaillées, aux impacts fins, sont convexes, mais avec en deux points des concavités nettes. L’instrument est manifestement brisé, indice d’une utilisation très violente, eu égard à la ténacité du matériau. Sa fonction, dans un contexte Bronze ancien, demeure énigmatique.

6.3.3. Éclats de galets

40Outre un fragment de galet en roche tenace dont la finalité n’est pas assurée, deux éclats de galet en serpentinite sont d’attribution non certaine (fig. 89, nos 2, 3). Un seul, de 3 cm de long, (fig. 89, n° 3) est intentionnellement débité : le bulbe et le talon lisse sont aisément perceptibles. La face supérieure présente deux négatifs d’enlèvement. La finalité en est inconnue.

Table des illustrations

Légende Fig. 85 - Salle I. Mobilier céramique hors contexte et associé (nos 4 et 5 et fig. 49, n° 11) (nos 3, 7, 8) du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 86 - Salle II. Mobilier céramique hors contexte, du Bronze ancien (nos 2 à 8), et éventuellement du Néolithique final (n° 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 87 - Fusaïoles en terre cuite (nos 1 à 6, 9) et en pierre (nos 10 et 11). Pièces circulaires en os (n° 7) et en roche schisteuse (n° 8).1 à 7 : Bronze final ; 8 : Bronze ancien ; 9 à 11 : Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 88 - Cartographie des rondelles à décor. Sud-Est de la France : 1 : Sollières-Sardières, La Balme ; 2 : Donzère, Baume des Anges ; 3 : Alleins, La Coste ; 4 : Remoulins, grotte de la Sartanette ; 5 : Seynes, grotte de Seynes ou des Trois Ours ; 6 : Laissac, La Baume ; 7 : Armissan, grotte de la Foun d’Al Gorb. 8 : Frouard, Saule Gaillard. 9 : Singen. 10 : Walhausen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 89 - Lithique de l'âge du Bronze ancien (nos 1 à 3, 6) et indéterminé (nos 4 et 5). 1 : percutant en omphacitite. 2 : éclat de galet en serpentinite (attribution non certaine). 3 : éclat intentionnel de galet en serpentinite (attribution non certaine). 4 : éclat de galet en serpentinite. 5 : éclat de galet en roche tenace verte. 6 : molette en gneiss.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540