Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 5. Mobiliers et identification culturelle au Néolithique final

Hélène Barge, Noëlle Provenzano, Éric Thirault et Joël Vital

Texte intégral

5.1. La céramique, les fusaïoles (J. V.)

5.1.1. Introduction

1Bien que numériquement peu abondant, le mobilier des Balmes attribuable au Néolithique final présente un bon état de conservation, une diversité remarquable et constitue une réelle nouveauté dans les Alpes internes occidentales. Ces traits sont propices à une confrontation aux différents schémas d’évolution des cultures de l’ouest et du nord-ouest de l’arc alpin. L’état des connaissances est toutefois très déséquilibré, et le degré de définition des séquences stylistiques céramiques antérieures aux développements du Campaniforme variable d’une région à l’autre.

2Dans la vallée du Rhône et en Dauphiné, les gisements qui peuvent constituer des référentiels chronoculturels sont rares. La grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) fait figure d’exception avec une série d’occupations entre le 31e et le 23e siècle av. J.-C. (Vital 2007a). Les deux niveaux organiques du site littoral de Charavines Les Baigneurs (Isère) correspondent à des établissements qui se succèdent rapidement, entre 2669-2645 et 2610-2592 av. J.-C. (Bocquet 1976a, 2005). D’autres observations plus ponctuelles et peu documentées ne contribuent que très modestement à l’établissement d’une chronologie régionale, comme celles réalisées en Isère dans les grottes de Balme-Rousse à Choranche (Vital, Bintz et al. 1991) et des Sarrasins à Seyssinet-Pariset (Bocquet 1976c).

3Les sites lacustres et en tourbière du nord des Alpes fournissent sans conteste la base documentaire la plus riche, constituée par les données de fouilles de grande ampleur qui se poursuivent entre le Léman et la Haute-Souabe depuis les années 1970. Des synthèses et des modèles géochronologiques et culturels ont ainsi pu être proposés pour les IVe et IIIe millénaires (Hafner, Suter 1999, 2002 ; Hafner 2002). Dans les Alpes internes, les hautes vallées du Rhône et du Rhin ne bénéficient pas d’une bonne couverture chronométrique, à la différence de celle obtenue à partir de nombreuses datations dendrochronologies dans le Jura et en Suisse occidentale, en Suisse centrale et sur le lac de Zürich, ou encore en Suisse orientale et sur le lac de Constance. Plus près de la Maurienne, les gisements palafittiques du pourtour lémanique et de la région savoyarde demeurent mal connus, avec des ensembles mobiliers réduits qui ne bénéficient pas systématiquement d’un bon calage chronométrique (Marguet, Billaud, Magny 1995 ; Marguet, Rey 2007).

4Au nord des Alpes, les successions suivantes ont été définies pour le Néolithique récent et final (Hafner, Suter 1999, tab. 4) :

  • Dans le Jura et en Suisse occidentale, succédant au Cortaillod (fin vers-3500, apparition des fonds aplatis sous influence orientale), le style Lattrigen se développe (-3400-31e siècle av. J.-C. : pots ovoïdes à fonds plats, puis pots grossiers tronconiques à bords incisés ou cannelés). Vers-3000/2950, le Lüscherz se constitue sous influence méridionale, du sud-est de la France (pots à fonds ronds, bords pastillés). Entre 2700 et 2440 av. J.-C. se développe ensuite l’Auvernier-Cordé, symbiose d’éléments antérieurs (complétés de pots à cordons multiples) et d’apports de la culture de la céramique cordée (vases à fonds plats, cordons digités/pincés, décors cordés, imprimés et incisés).

  • En Suisse centrale et sur le lac de Zürich, après les faciès régionaux du Néolithique moyen (d’affinités méridionales, puis orientales), le Horgen (-3250-28e siècles av. J.-C. : pots grossiers tronconiques et en tonneau à fonds plats, bords cannelés, incisés et perforés) précède la culture de la céramique cordée.

  • En Suisse orientale et sur le lac de Constance, au terme du Pfyn (vers-3500), le style Sipplingen (34e -32e siècles av. J.-C. : coupes tronconiques, pots sinueux d’ascendance Pfyn, puis progressivement pots tronconiques et cylindriques à bords perforés et cordons digités) précède la culture de la céramique cordée (-2750-24e siècle av. J.-C. ?).

5Aux 32e -31e siècles av. J.-C., on trouve dans les Grisons le style de Tamins-Carasso (pots tronconiques à fonds plats et cordons multiples) et en Haute-Souabe l’ensemble de Bad Buchau Dullenried (pots à fonds plats, cordons digités et bords perforés).

6Les céramiques à fonds plats constituent un marqueur de l’influence orientale, issue du Lengyel au milieu du Ve millénaire, qui se propage vers l’ouest en vagues successives (Pfyn, Lattrigen/Horgen) pour connaître un terme vers-3000, avant que la culture de la céramique cordée ne marque de son empreinte la Suisse occidentale.

7Aux 25-24e siècles av. J.-C., les groupes à céramiques campaniformes se répartissent sur l’ensemble de ces régions.

8En Franche-Comté, à partir des fouilles conduites sur les stations littorales des lacs de Clairvaux et de Chalain, un schéma détaillé de succession des productions céramiques a été obtenu, formant pendant à celui proposé pour la Suisse occidentale (Giligny et al. 1995 ; Pétrequin, Magny, Bailly 2005) :

  • Aux 32-31e siècles av. J.-C. environ, des occupations Horgen-Lattrigen sont attestées par des céramiques caractéristiques, décrites sommairement supra. Un déplacement de population de directions opposées, depuis le Languedoc, serait à l’origine de la présence des premières céramiques d’affinités Ferrières.

  • Durant le 31e siècle av. J.-C., une rupture s’opère, au profit d’un fort courant d’ascendance méridionale issu du Ferrières ardéchois ; c’est le stade Ferrières-Clairvaux (vases à fonds ronds, décors incisés, puis boutons, languettes et monocordons) constitutif du style de Clairvaux ancien qui dure jusque vers 3000 av. J.-C. Une évolution ultérieure se produit à nouveau sous impact méridional Ferrières – Les Treilles. Les céramiques se chargent en majorité de cordons multiples durant le stade Clairvaux moyen (première moitié du 29e siècle av. J.-C.), puis de cannelures multiples au Clairvaux récent, jusque vers 2700 av. J.-C. environ.

  • Le style de Chalain, aux 27e-26e siècles av. J.-C., sous influence de la culture de la céramique cordée relayée par l’Auvernier-Cordé, développe les fonds aplatis, les cordons et languettes profondément digités, les prises multiforées verticalement.

  • L’érosion sédimentaire ne permet pas de décrire l’évolution ultérieure des céramiques du groupe de Chalain, avant les premières implantations campaniformes.

9En Languedoc oriental et en Provence, les datations radiocarbones pour les sites en ambiance terrestre ne constituent pas un aussi bon chronomètre que la dendrochronologie appliquée en milieu humide. La construction du cadre chronoculturel de référence des 4e - 3e millénaires av. J.-C. achoppe sur deux paliers radiocarbone importants (3350-3000 et 2880-2570 av. J.-C. environ) parfois ignorés. La chronométrie des sites relevant de cet intervalle est donc le plus souvent théoriquement indécidable. Ce phénomène n’est pas sans conséquence car il induit des chevauchements culturels, comme entre le Ferrières et le Fontbouisse en Languedoc (Guilaine et al. 2001, fig. 20), ou conduit à des synchronies difficilement vérifiables, comme en Provence (Cauliez 2009, fig. 393) où des limites de phases et de styles céramiques correspondent de façon alarmante à celles d’un palier radiocarbone (Vital à paraître).

10Au terme de l’évolution des styles chasséens, vers 3500 av. J.-C., coexistent d’ouest en est les groupes de Ferrières et du Fraischamp, avec des formes céramiques tirées de la sphère : grands récipients à cordons et cannelures, petits récipients à décors poinçonnés et incisés – sur lesquels apparaît la gravure dans le second groupe – et dont l’évolution est suivie entre 3400 et 2900 av. J.-C. environ (Gutherz, Jallot 1995 ; D’Anna 1995). Plusieurs ensembles céramiques à formes simples arrondies s’intercalent ensuite avant les styles récents du Néolithique final : Couronnien en Provence, qui présente la particularité de chevaucher largement les deux phases (3100-2600 av. J.-C. environ) ; styles à pastilles au repoussé des Vautes (Jallot 2003), faciès rhodaniens inornés de La Roquette, des Bruyères, de Donzère (Vital 2007a), du Nord-Vaucluse (vers 3000-2500 av. J.-C. environ). C’est sur ce substrat que se développe le Fontbouisse, en plusieurs groupes régionaux dont les contours se calquent sur ceux identifiés pour le Ferrières, mais dont l’unité stylistique apparaît à l’inverse moins nette que pour ce dernier dès que l’on s’éloigne de la zone centrale, entre Montpellier et Nîmes. Les pastilles au repoussé et les décors en damiers et métopes incisés et cannelés ornent les récipients, parmi lesquels les formes carénées et à épaulement sont fréquentes. En Provence, le groupe du Rhône-Ouvèze est synchrone à la fois du Couronnien et du Fontbouisse (2900-2400 av. J.-C. environ), mais partage plus de traits communs avec le second.

11En moyenne vallée du Rhône, les décors fontbouisses d’incisions en bandeaux ou en damiers apparaissent tardivement (après 2450 av. J.-C.), sans qu’il soit possible de généraliser ce constat à l’ensemble des faciès géographiques (Vital 2007a). Les différentes déclinaisons du Campaniforme semblent largement contemporaines de cette dernière phase, mais paraissent ensuite connaître des prolongements spécifiques (Lemercier 2004, Vital 2004b).

12En Italie du Nord, à partir de 3500 av. J.-C. (fin du Néolithique Tardif, Lagozza, Fiavé 1°,...), la définition et l’enchaînement des productions céramiques et des groupes culturels se heurtent à une raréfaction de la documentation. Certains styles sont même considérés comme communs à plusieurs groupes, comme la céramique à décor métopal (Bagolini, Biagi 1988). Dans d’autres cas, les successions observées, comme dans le Riparo Valtenesi à Manerba del Garda (Barfield 2001 ; Vital 2007a, 2010), peuvent masquer des contemporanéités qui rendent alors hasardeuse toute tentative de classification. Les séquences stratigraphiques développées de l’Énéolithique (ou Età del Rame / âge du Cuivre suivant les auteurs) sont rares : Monte Covolo à Villanova sul Clisi (Barfield, Biagi, Borrello 1979), Riparo Valtenesi à Manerba del Garda (Barfield 2007) et Lovere Via Decio Celeri en Lombardie (Poggiani Keller 2000), Isera La Torretta dans le Trentin (De Marinis, Pedrotti 1997). Les datations radiocarbones sont peu nombreuses, notamment en séquences. La nécropole lombarde de Remedello fait un peu figure d’exception ; une tentative de sériation (ibid.) ne fait cependant pas l’unanimité (Barfield 2001 ; Vital 2010). Un groupe de sépultures collectives, d’obédience plus occidentale, fonctionne parallèlement aux nécropoles à tombes individuelles. Mais les imprécisions chronologiques liées à une longue durée d’utilisation ne permettent pas de mobiliser utilement les céramiques associées. La Toscane échappe un peu à ce constat, par la présence de sites stratifiés et d’ensembles clos dont l’articulation chronologique est servie par plusieurs radiodatations (Sarti 1998 ; Sarti, Carlini, Martini 2000). Mais cette situation est en train d’évoluer rapidement sous le double effet des opérations d’archéologie préventive, en Émilie-Romagne et en Toscane notamment, et de campagnes de datations radiocarbones systématiques de certains sites emblématiques (L’Età del Rame in Italia 2008).

13Un premier horizon typologique présentant des caractères spécifiques, pots tronconiques à fonds plats, à décors de multicordons horizontaux, souvent digités, ou de grosses pastilles (Fiavé 1°, Isera La Torretta phases 4 et 3, Ferrari et al. 2003), est mis en parallèle avec le Pfyn et le groupe d’Altheim et caractérise la fin de la première moitié du IVe millénaire. La phase 5 d’Isera La Torretta, qui livre un pot tronconique à plusieurs cordons lisses superposés, est mise en relation avec le groupe de Tamins-Carasso, dans les Alpes centrales, entre les 33e et 31e siècles av. J.-C. (De Marinis, Pedrotti 1997). La séquence lombarde de Lovere Via Decio Celeri est particulièrement importante pour suivre l’évolution céramique durant l’intervalle compris entre 3500 et 2500 av. J.-C. De l’us 41, à la base (correspondances avec Isera 4), à l’us 37, on constate une rapide inversion des fréquences des pots tronconiques et cylindriques à cordons lisses ou digités, au profit des formes à bords « a fori passanti » ou « a fori non passanti » (à perforations traversières ou borgnes), ou encore à surfaces balayées (Besenstrich) (Poggiani Keller 2000). Une illustration graphique en a été donnée récemment (Barfield et al. 2003, fig. 16). Cette succession est scellée par plusieurs témoins d’occupations campaniformes, dont les dates systématiquement trop récentes suggèrent des remaniements durant la première phase du Bronze ancien. Ce gisement confirme que les décors à perforations traversières, et surtout borgnes, observées sur les céramiques probablement contemporaines de type « White Ware » (ou Civate) définies à Monte Covolo, ne constituent pas un bon marqueur chronologique, à l’image des pastillages au repoussé du Languedoc. Si une origine depuis la sphère Horgen est possible pour les perforations traversières, leur présence en dépasse largement les termes chronologiques, comme cela avait été suggéré antérieurement (Gambari, Venturino Gambari 1987).

14La récente publication de la nécropole lombarde sous abri de Manerba Riparo Valtenesi fournit quelques précisions chronoculturelles intéressantes, malgré l’idée selon laquelle l’âge du Cuivre en Italie du Nord ne présente pas d’évidence d’évolution culturelle et qu’il doive être considéré comme un tout (Barfield 2007 : 424-426). Une succession Civate (cf. Horgen) / Céramique à bandes de chevrons incisés (d’affinités métopale), datée par le 14C et en dendrochonologie de manière parfaitement concordante dans la chambre 133, et par la fosse à crémations postérieure, s’opère durant le 29e siècle av. J.-C. Sur ce site, la céramique à décor métopal accompagne cependant le style de Civate en fin d’évolution. Les céramiques à bord perforé, les cordons lisses et les fonds plats débordants apparaissent dans le niveau qui précède l’établissement de la nécropole. C’est probablement à la transition des IVe et IIIe millénaires qu’il faut placer deux sites piémontais, Briona Cascina Le Coste et Castello d’Anone (Gambari, Venturino Gambari 1990 ; Venturino Gambari 1995a et b), qui ont livré des céramiques à cordons digités, des bords perforés ou à impressions borgnes ou digitées et des tessons à décor métopal incisé. Ils pourraient succéder à l’occupation identifiée à Tortona corso Romita (infra) qui illustrerait plutôt l’Énéolithique ancien, avec quelques rapprochements avec Volpaia couche 5. Les céramiques « a squame » (décor en écailles) occupent aussi cette période et leur façonnage se poursuit dans la première moitié du IIIe millénaire (Spilamberto).

15Le mobilier lithique, métallique et céramique de la nécropole lombarde à tombes individuelles de Remedello a fait l’objet d’une tentative de classement chronologique utilisant une série de datations radiocarbones (De Marinis et Pedrotti 1997). Le stade le plus ancien, Età del Rame 1, Remedello 1 (entre 3400 et 2900-2800 av. J.-C. environ) livrerait les vases à bords rentrants et décor incisé, des tombes 75 (vers 2900 av. J. - C. environ) et 71. La phase récente, Età del Rame 2, Remedello 2 (entre 2900-2800 et 2400 av. J.-C. environ), correspondrait à l’utilisation des céramiques à décor métopal. Ces dernières ont été fréquemment mises en regard des productions méridionales de style Fontbouisse. Si l’on accepte l’hypothèse de telles relations à longue distance, la séquence rhodanienne, la plus proche des confins italiques, s’oppose à cette succession, qui apparaît inverse (Vital 2010 et à paraître). À la phase Remedello 1 doit probablement être rapporté un bol à tétons d’une tombe non précisée de la nécropole de Fontanella Mantovana, ainsi que les pots des tombes 2 et 9 (Acanfora 1956), qui peuvent être rapprochés, au nord de la série de Bad Buchau Dullenried (Hafner, Suter 1999 ; Bollacher 2001) ou au sud de certaines pièces de la couche 5 de Volpaia (Sarti, Carlini, Martini 2000), dans les deux cas datées des 33e -32e siècles av. J.-C. Cette longue durée de construction des sépultures individuelles et la diversité des séries céramiques s’opposent à une attribution culturelle univoque. Dans les piémonts alpins occidentaux, les couches 10 et 6 de Roure Balm’Chanto (Nisbet, Biagi, 1987) sont datées vers 2660-2480 av. J.-C. Le mobilier céramique illustre une production d’affinités occidentales. Des rapprochements sont faits avec l’Auvernier-Cordé du Plateau Suisse, comme pour l’us 38 de Lovere Via Decio Celeri. Cette période précède la mise en place du Campaniforme.

5.1.2. Comparaisons et affinités chronoculturelles

16Les comparaisons ont été établies dans 4 macrorégions de l’ouest européen : Le Jura et la Suisse occidentale (JSO), le sud de l’Allemagne et la Suisse centrale et orientale pour le nord des Alpes (NA), l’Italie du Nord et secondairement la Toscane pour le sud des Alpes (SA) et enfin le Midi, la vallée du Rhône et les Alpes occidentales (MRA). Quelques renvois à des régions plus occidentales seront inclus dans l’entité NA (Bassin parisien notamment) et concernent plus particulièrement le groupe du Montet, prolongation de composantes du Horgen dans le bassin moyen de la Loire (Hamon 1997, 2007 ; Brunet et al. 2004). Cette recherche suit l’ordre stratigraphique restitué à partir des projections sur un plan vertical (fig. 30, 32, 33 et 45).

Fig. 45 - Néolithique final. Tableau d’identification, de localisation spatiale et d’insertion stratigraphique de 24 céramiques représentatives.

5.1.3. L’ensemble Néolithique final inférieur 1

Coupe tronconique à fond plat, à surface lissée (vase n° 1 ; fig. 46, n° 1)

17NA : présente sur le lac de Constance à Sipplingen Osthafen, c. 11, au début du 34e siècle av. J.-C., (Hafner, Suter 1999, fig. 9, n° 4) dans le groupe de Sipplingen, phase ancienne (synchrone du Horgen ancien), ou encore à Arbon Bleiche 3, toujours sur le lac de Constance, en 3384-3370 av. J.-C. (TG ; de Capitani et al. 2002, fig. 346, n° 6) dans le même contexte culturel.

18SA : dans l’horizon chronoculturel Tardonéolithique-Enéolithique Fiavé 1 ° du palafitte Carera (Trento ; Perini 1994, pl. 4, n° c 55), avec une datation sur os vers 3780-3660 av. J.-C. (Ferrari et al. 2003). En Toscane, dans le faciès énéolithique moyen de la couche 5 de Volpaia à Sesto Fiorentino (Sarti 1998 ; Sarti, Carlini, Martini 2000, fig. 3, n° 2) entre 3350 et 3150 av. J.-C. environ. Deux pièces accompagnaient les dépôts funéraires de la chambre 133 de la nécropole sous abri de Manerba Riparo Valtenesi. Les datations par le 14C et en dendrochonologie ne sont pas trop éloignées : vers 3000 av. J.-C. pour la première et à partir de 2968-2930 pour la seconde (Barfield 2007, fig. 113, nos P102 et P103). Mais les formes à fond plat débordant apparaissent dans le niveau sur lequel est établie la nécropole (ibid., fig. 121, n° P150).

19Bilan : les comparaisons sont très distantes, aussi bien vers le lac de Constance qu’à proximité du lac de Garde, mais significatives de connexions transalpines nord-sud et est-ouest.

Fragment à pied débordant (vase n° 2 ; fig. 46, n° 2)

20Cette morphologie est aussi bien attestée dans l’horizon de transition Pfyn/Horgen de Suisse orientale, à Oberrieden Riet (ZH ; Hügi, Michel-Tobler 2004, fig. 2, n° 19, 20) daté par comparaisons régionales aux alentours du 33e siècle av. J.-C., terminus post-quem des datations absolues obtenues, qu’en Lombardie à Lovere Via Decio Celeri, us 41 basale (Poggiani Keller 2000, fig. 20, n° 5).

21Bilan : il ne s’agit pas d’un marqueur chronoculturel fin ainsi que l’indiquent les deux exemples auxquels nous nous sommes limités.

Fig. 46 - Mobilier céramique du Néolithique final inférieur.
1 à 4, 7, 8 : NFI1.
5, 6 : NFI2.

Pot tronconique à cordon digité modelé (vase n° 3 ; fig. 46, n° 3)

22Le décor plastique comprend un cordon horizontal digité pré-oral et une série de cordons, sinueux et verticaux, qui couvrent la partie inférieure du récipient, à surface non lissée. Un tesson isolé à cordons digités et un fragment de fond plat large peuvent être associés à ce type (niveau NFI1 : fig. 46, n° 8 ; niveau NFI2 : fig. 46, n° 4).

23JSO : une forme très comparable, mais à décor de boutons appliqués de style Lüscherz, provient de Delley Portalban II, des ensembles de la phase A2 (Lüscherz ancien), dans l’intervalle 2920-2790 av. J.-C. (FR; Ramseyer 1987, fig. 26, n° 1; Giligny 1993, pl. 39, n° 1; Giligny, Michel 1995). La datation plus récente de Delley Portalban II ne permet pas de synchronisation acceptable. Un meilleur parallèle provient des fouilles H. Iseli sur la station Binggeli de Lüscherz ; il est attribué au Horgen (ou Lattrigen moyen selon Hafner, Suter 1999), en 3156-3148 av. J.-C. (Gross 1991, pl. 41, n° 1). Un profil à ouverture rétrécie de Twann Bahnhof, ensemble MH, en 3176-3166 av. J.-C. (BE ; Hafner, Suter 1999, fig. 10, n° 11 ; Furger 1981, pl. 3, n° 56) évoque des exemplaires du style Lattrigen de Suisse occidentale, mais le profil en tonneau et le pied débordant diffèrent de la pièce évoquée. Dans le même horizon chronologique, mentionnons le décor de cordons orthogonaux de Chalain 3, couche VIII (Jura ; Giligny 1997, pl. 15, n° 1), mais sur un pot dont le volume en tronc de cône est inverse par rapport à celui des Balmes. Une dernière pièce, non décorée et de profil identique, provient de la station d’Yvonand 4 Geilinger, sur le lac de Neuchâtel, de la couche 8c Horgen (Hefti-Ott 1977, pl. 21, n° 7). Cette morphologie est spécifique des deux niveaux les plus anciens de la séquence Horgen-Lüscherz de ce gisement (ibid., fig. 9 et 10).

24NA : un pot tronconique à fond large, à décor au repoussé depuis l’intérieur, à Castaneda Pian del Remit, couche II/III, attribué à l’intervalle 3300-3000 av. J.-C. (GR ; Vogt 2000, fig. 4.13, n° 33). On doit encore évoquer le mobilier des couches 13A-13 de Sipplingen Osthafen, notamment des jarres et pots à profil certes plus élancés, mais qui portent des cordons digités et incisés en position haute sur la paroi (Kolb 1999, fig. 3, nos 1, 3, 6). Ces niveaux, dont le mobilier est apparenté à celui du groupe de Cham, renvoyant à une phase tardive du style Sipplingen (Hafner, Suter 1999), ne sont datés en dendrochronologie qu’indirectement, entre 3306 (couche 11) et 3101 av. J.-C. (couche 14), avec une date approchée vers 3149 av. J.-C. Un pot à base large et profil probablement convergent dans le locus 2F des Roches à Videlles, dans le Bassin parisien (Essonne ; Letterlé 1994, fig. 3, n° 24).

25SA : une référence avec un vase de plus petite taille, non décoré mais de forme identique, qui accompagne la sépulture individuelle du Val Merci à Castione de La Presolana, dans la région de Bergame (Lombardie ; Poggiani Keller 1989, fig. 1), mais de datation peu précise au sein de « l’âge du Cuivre » d’Italie du Nord. Les cordons sinueux digités sont bien représentés dans un faciès énéolithique moyen limité à la Toscane, à Volpaia à Sesto Fiorentino (Sarti 1998 ; Sarti, Carlini, Martini 2000, fig. 3, n° 1 ; fig. 5, nos 3 et 4), entre 3350 et 3150 av. J.-C. environ (couche 5). Un tesson à cordon sinueux digité dans une ensemble de mobilier récolté hors contexte à Gropello Cairoli, Vigna Gilardoni, dans la basse vallée du Ticino, en Lomellina, qui comprend en outre quelques tessons à décor incisé évoquant le style métopal, de la céramique à écailles et à bord perforé (Vanacci Lunazzi 1993, fig. 4, n° 5).

26Bilan : aucune comparaison directe. Les rapprochements convergent vers le Horgen et ses dérivés alpins. Les rapports italiques doivent à nouveau être replacés dans le cadre de rapports bipolaires nord-sud.

Gobelet à rebord et suite horizontale de boutons (vase n° 24 ; fig. 46, n° 7)

27JSO : de bonnes comparaisons à Saint-Blaise Bains des Dames, dans le bloc céramologique 2, au Lüscherz récent, entre 2786 et 2702 av. J.-C. (Michel 2002, pl. 12, n° 427), et dans le niveau C de la station 2 AC du lac de Chalain, en ambiance culturelle méridionale Ferrières, dans le 30e siècle av. J.-C. (Jura ; Giligny et al. 1995, fig. 7). Sur des formes différentes, on peut aussi mentionner les séries de boutons du Horgen de Muntelier Platzbünden, sur le lac de Morat, en 3179-3118 av. J.-C. (FR ; Ramseyer, Michel 1990, pl. 16 et pl. 17, n° 12).

28NA : cette forme évoque les pots à décors de tétons obtenus au repoussé de l’horizon de transition Pfyn/Horgen de Suisse orientale, à Oberrieden Riet (ZH ; Hügi, Michel-Tobler 2004, fig. 1 et 2) daté par comparaisons régionales aux alentours du 33e siècle av. J.-C. Mais la technique de décor au repoussé et le plus grand volume des formes-supports constituent deux différences notables avec l’exemplaire savoyard.

29SA : le musée Pigorini de Rome conserve un récipient tronconique qui présente une série de tétons, provenant d’une tombe non précisée de la nécropole de type Remedello de Fontanella Mantovana, en Lombardie (Acanfora 1956, fig. 4 ; fig. 6g). Des éléments plastiques semblables figurent sur plusieurs céramiques du faciès énéolithique de Volpaia à Sesto Fiorentino, dans la couche 5 datée entre 3350 et 3150 av. J.-C. environ, qui correspond à un faciès régional de Toscane (Sarti, Carlini, Martini 2000, fig. 4, n° 6 ; fig. 5, n° 3). Plus près en Piémont, une suite de boutons sur une coupe conique à Tortona corso Romita (Venturino Gambari, Traversone, Cattaneo Cassano 1998, pl. VIII, n° 10), dans un faciès Énéolithique ancien qui suggère quelques parallèles avec Volpaia couche 5.

30Bilan : les exemples du Jura et de la Suisse occidentale constituent la référence la moins ténue par la technique des boutons appliqués, comme à Sollières, sur des formes compatibles ; observons à nouveau une connexion nord-sud, impliquant le Piémont cette fois.

Bord de pot à décor horizontal digité (tesson n° 8 ; fig. 47, n° 5)

31Trois autres tessons aux contextes de découverte confus sont à rapprocher de cet élément par l’aspect rugueux et la coloration des surfaces (fig. 47, n° 1 ; fig. 47, n° 3-tesson n° 7 et fig. 47, n° 4).

32JSO : dans les complexes 6 à 8 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, durant le 26e siècle av. J.-C., dans les phases moyenne et récente de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 66, 78, 86), mais sur des formes différentes et dans des contextes chronoculturels peu compatibles.

33NA : plusieurs sites de Suisse orientale et du sud de l’Allemagne, occupés au 32e siècle av. J.-C., présentent des céramiques à décors d’impressions dont la parenté est plausible, comme à Nussdorf Strandbad ou à Bad Buchau Dullenried (Hafner, Suter 1999, fig. 12, n° 10 ; Bollacher 2001, pl. 43, n° 14 ; pl. 45, n° 23). Ce décor est plus sporadique à Arbon Bleiche 3, dans le Sipplingen, en 3384-3370 av. J.-C. (de Capitani et al. 2002, fig. 347, nos 7 et 9). SA : les niveaux Tardonéolithique-Enéolithique de Fiavé-Carera 1 ° fournissent quelques bords de pots à paroi digitée (Perini 1994, pl. 1, nos c 4 et c 14 ; pl. 2, n° c 33 ; pl. 3, nos c 40 et c 43), mais pour une période plus ancienne, vers 3850-3650 av. J.-C. Également dans les us 41 et 40 du site de Lovere Via Decio Celeri, dans la région de Bergame, au nord du lac d’Iseo, en Lombardie (Poggiani Keller 2000, fig. 19, n° 6 ; fig. 24, n° 1), dans deux horizons culturels où les céramiques à cordons digités sont supplantées par les bords à impressions traversières ou borgne (« vasi à fori passanti » ou à « fori non passanti » des auteurs italiens). Décor présent aussi dans le niveau à céramique de type White Ware de Villanova sul Clisi Monte Covolo, en Lombardie (Barfield, Biagi, Borrello 1979, fig. 22, nos P106 et P108). Deux bords à impressions profondes de Briona Cascina Le Coste, en Piémont (Gambari, Venturino Gambari 1990, fig. 3) proviennent d’un niveau énéolithique érodé et perturbé, qui livre aussi des bords perforés ou à cordons digités et des tessons à décor métopal incisé, ce qui conduit les auteurs à mettre en doute l’homogénéité de l’ensemble. Un fragment d’écuelle à bord rentrant à languette horizontale biforée peut en effet accréditer cette idée.

34Bilan : les confrontations s’équilibrent entre le nord et le sud des Alpes, pour les mêmes périodes.

Fig. 47 - Mobilier céramique du Néolithique final inférieur.
1, 3 à 6, 15 : NFI1.
2, 8, 11 à 13 : NFI2.
7, 9, 10, 14 : NFI générique.

Bord de pot perforé (tesson n° 6 ; fig. 47, n° 6)

35La perforation est effectuée de l’extérieur, après cuisson. La fragmentation de la céramique ne permet pas d’assurer la finalité de cette action : réparation ou décoration.

36JSO : un bord perforé sur le site horgen de Muntelier Platzbünden, sur le lac de Morat, en 3179-3118 av. J.-C. (Ramseyer, Michel 1990, pl. 12, n° 12). Un bord perforé à cuit également dans le Lüscherz ancien du Parc La Grange à Genève, entre 2947 et 2792 av. J.-C. (GE ; Pugin, Corboud 2006, pl. 3, n° 5).

37NA : si l’on retient la possibilité d’un décor, une connexion identique à celle effectuée pour les pots à décor horizontal impressionné, comme à Sipplingen Osthafen sur le lac de Constance, c. 13, entre 3306 (couche 11) et 3101 av. J.-C. (couche 14), vers 3149 av. J.-C. avec une date approchée (Hafner, Suter 1999, fig. 12, n° 16).

38SA : cette technique de perforation ne peut être assimilée aux « fori passanti » d’Italie. Dans la nécropole à coffres de Manerba Riparo Valtenesi, les céramiques à bord perforé sont attestées dans le niveau qui précède la fondation de la tombe 133 datée du 30e siècle av. J.-C., mais également avec les dépôts primaires de la chambre 132 (Barfield 2007, fig. 110, P86 ; fig. 114, P111).

39Bilan : les parallèles se localisent sur le Plateau suisse et en Italie du Nord.

Fond plat à décor cruciforme de cordons (fig. 47, n° 15)

40SA : sur le site de Casalecchio di Reno, en Emilie-Romagne, mais hors contexte stratigraphique ; cette attestation tendrait à accréditer l’idée d’une certaine homogénéité chronoculturelle de la plupart du mobilier de ce site rapporté à un horizon White Ware/Spilamberto (Steffé 1984, pl. 4, n° 7). Aussi en association dans la couche 5 de Volpaia à Sesto Fiorentino avec un mobilier céramique de l’Énéolithique moyen Toscan, entre 3350 et 3150 av. J.-C. environ (Sarti 1998 ; Sarti, Carlini, Martini 2000, fig. 6, n° 3). Bilan : les comparaisons italiques paraissent isolées, mais fiables. Précisons qu’ultérieurement, au Bronze ancien poladien, de tels motifs seront à nouveau réalisés, à base de cannelures cette fois. En France, les cordons cruciformes sur fond de vase caractérisent la séquence Campaniforme-Bronze ancien atlantique (Rousseau, Forré, Brunie 2006).

5.1.4. L’ensemble Néolithique final inférieur 2 (NFI2 : entre 3010 et 2890-2880 av. J.-C. environ)

Gobelet en tonneau à languette horizontale (vase n° 4 ; fig. 46, n° 5)

41JSO : par hypothèse, il pourrait s’agir d’une forme à fond plat renvoyant aux exemplaires de Suisse occidentale du 34e siècle av. J.-C. (Hafner, Suter 1999, fig. 8).

42Bilan : peu de comparaisons pour cette pièce incomplète, avec une datation difficilement compatible avec celles de son contexte de fossilisation.

Gobelet en tonneau à bourrelet horizontal non rapporté digité (vase n° 5 ; fig. 46, n° 6)

43L’ouverture, au-dessus du cordon, montre une tendance au resserrement.

44JSO : la tendance au resserrement, sans être aussi accusée, constitue un caractère fréquent sur les productions de style Lattrigen de Suisse occidentale du 32e siècle av. J.-C. (Hafner, Suter 1999, fig. 10, nos 4 et 13). NA : la position et la nature du cordon constituent à l’inverse un marqueur plus oriental, comme sur les stations du lac de Constance, Nussdorf Strandbad, Sipplingen Osthafen, c. 13-13A, entre 3306 (couche 11) et 3101 av. J.-C. (couche 14), avec une date approchée vers 3149 av. J.-C. (Hafner, Suter 1999, fig. 12, nos 10 et 17), ou encore de Haute-Souabe à Bad Buchau Dullenried (Bollacher 2001, pl. 47, n° 40), dans le 32e siècle av. J.-C. En Suisse centrale à Feldmeilen Vorderfeld, ensemble III, un gobelet à cordon non digité de proportions comparables, est isolé dans le Horgen (Winiger 1981, pl. 94, n° 7).

45SA : les niveaux Tardonéolithique-Enéolithique de Fiavé-Carera 1° livrent une proportion importante de récipients à cordons digités en position haute, avec un parallèle direct, fragmenté (Perini 1994, pl. 2, n° c 30), mais avec une datation plus ancienne vers 3780-3660 av. J.-C.

46Bilan : Les rapprochements concernent le Plateau suisse et la Haute-Souabe, secondairement le Trentin.

Bord de pot perforé (tessons n° 12 ; fig. 47, n° 8)

47Cet exemplaire et les perforations réalisées depuis les deux faces du récipient correspondent mieux aux formes connues de réparation, possibilité évoquée pour la pièce de l’ensemble NFI1.

Un fragment de pot à paroi verticale et un gobelet (tesson n° 10 et vase n° 13 ; fig. 47, nos 11 et 12)

48Ils sont relativement ubiquistes et présentent un traitement de surface fréquent sur les céramiques des deux ensembles NFI1 et NFI2 des Balmes, raclage ou brossage, dont les stigmates sont nets. Des parallèles sont attestés en Haute-Souabe à Bad Buchau Dullenried, dans le 32e siècle av. J.-C. (Bollacher 2001, pl. 41, n° 1), ainsi que dans plusieurs concentrations céramiques du site du Clos des Sablons à Sandillon (Loiret) qui fournit une datation dans les 31-30e siècles av. J.-C. (GrA-29747 : 4400 ± 35 B. P.) (Hamon 2007, pl. 1 ; pl. 4, n° 3 ; pl. 5, nos 7, 9 ; pl 6, nos 2, 4). En Lombardie, quelques fragments sont connus en contexte funéraire, comme dans la partie supérieure de la chambre 133 de la nécropole de Manerba Riparo Valtenesi (Barfield 2007, fig. 113, nos P110).

Bord de jarre à cordon lisse de section triangulaire proche de l’ouverture (tessons n° 11 ; fig. 47, n° 2)

49NA : la forme évoque les séries des Alpes internes, comme à Tamins Crestis (GR ; Primas 1979, fig. 9), dans une fourchette chronologique large due à l’imprécision de la courbe de calibration, entre les 33e et 31e siècles av. J.-C. Il s’en différencie cependant par la présence d’un cordon en chevron ou sinueux.

50SA : un bord à réseaux de cordons est identifié à Briona Cascina Le Coste (Gambari, Venturino Gambari 1990, fig. 13), dans un ensemble qui paraît hétérogène et où sont aussi présents des bords perforés ou à impressions borgnes ou digitées et des tessons à décor métopal incisé. Un autre assemblage piémontais très comparable est pourtant attesté à Castello d’Anone (Venturino Gambari 1995a, fig. 5 ; 1998, fig. 8). Cette situation, si elle venait à se répéter, pourrait créditer l’hypothèse alternative d’une certaine homogénéité chronologique de ces deux séries. On notera l’absence de cordon lisse à Fiavé.

51MRA : le motif de cordon en chevron ou sinueux est à l’inverse connu sur les Grands Causses dans la grotte I des Cascades à Creissels (Aveyron ; Costantini 1984, fig. 43c, n° 1), mais en contexte qualifié à l’époque de terminal – puis actuellement de final (ibid. 2004) – du groupe des Treilles, incompatible avec la chronologie de l’ensemble NFI2.

52Bilan : aucune comparaison directe ne peut être établie. Nous rappellerons seulement la présence dès le niveau NFI1, d’un cordon digité sinueux (vase 3) qui peut s’inscrire dans un même contexte stylistique.

Bord à décor de métopes incisées avant cuisson (tesson n° 19 ; fig. 47, n° 13)

53Une bande de peinture noire appliquée sur la lèvre paraît souligner le niveau de l’ouverture (fig. 50, n° 1).

54SA : d’excellentes comparaisons dans les productions padanes de « style métopal », à Colombare di Negrar sur le Monte Lessini (Fasani, Visentini 2003, fig. 5, nos 6 et 7), et dans la tombe 46 de la nécropole de Remedello Sotto (Cornaggia Castiglioni 1971, pl. XIV, n° 1). Cette dernière est classée par R. De Marinis et A. L. Pedrotti dans la seconde phase de la culture Remedello, dans la première moitié du IIIe millénaire av. J.-C. (De Marinis, Pedrotti 1997). Plusieurs fragments sont présents dans les niveaux 5, 3 et 2 des fouilles Bernabo’Brea-Cardini dans la grotte des Arene Candide à Finale Ligure (Maggi, Starnini 1997, fig. 39, nos 1 à 13) ; quelques pièces du Bronze ancien-moyen sont intrusives dans cette séquence dont la base (couche 5) fournit une datation sur charbons à partir de 2920-2900 av. J.-C. (Maggi 1997) tout à fait compatible avec les mesures obtenues pour le NFI2 des Balmes. Cette observation donne un certain crédit à l’hypothèse émise supra à propos du bord de jarre à cordon lisse de section triangulaire de Sollières, puisque le décor métopal fait partie des traits typologiques relevés sur les sites de Briona Cascina Le Coste (Gambari, Venturino Gambari 1990, fig. 3) et de Castello d’Anone (Venturino Gambari 1995a, fig. 5 ; 1998, fig. 8) qui regroupent des céramiques à perforations traversières ou borgnes placées à la transition du Néolithique tardif à l’Énéolithique, à partir du milieu du IVe millénaire. Ce décor métopal figure aussi parmi le mobilier récolté hors contexte à Gropello Cairoli, Vigna Gilardoni, dans la basse vallée du Ticino, en Lomellina (Vanacci Lunazzi 1993, fig. 4). Un gobelet à décor de chevrons incisés en bande, assimilé aux thèmes de la céramique métopale, provient du deuxième dépôt sépulcral de la chambre 133 de l’abri de Manerba Riparo Valtenesi. Un second accompagnait les inhumations primaires de la chambre 135. Leur datation doit être, de peu, postérieure à celle des sépultures du fond de la chambre 133, datée vers 3000 av. J.-C. par le radiocarbone et à partir de 2968-2930 en dendrochronologie (Barfield 2007, fig. 107, nos P63 et P64).

55Bilan : il s’agit d’un marqueur important de l’entité connue sous la dénomination de Remedello, le plus occidental à ce jour. Si ce tesson est totalement isolé aux Balmes, son contexte de découverte identifié par projection et à partir d’un cliché en place réalisé en cours de fouille (base des limons ocre correspondant aux d11-d10 de 1994) ne semble pas devoir être remis en cause. La chronologie est compatible avec l’intervalle de chevauchement des phases Remedello 1 et 2 de De Marinis et Pedrotti (1997) et avec ces deux périodes par voie de conséquence.

5.1.5. L’ensemble Néolithique final supérieur (NFS : entre 2660-2575 et 2550-2470 av. J.-C. environ)

Coupe à carène arrondie (vase n° 14 ; fig. 48, n° 1)

56JSO : un exemplaire dans le groupe des céramiques lisses de l’ensemble C de Delley Portalban II, entre 2700 et 2630 av. J.-C., attribué à l’Auvernier-Cordé ancien (FR ; Ramseyer 1987, fig. 39, n° 1 ; Giligny 1993, pl. 139, n° 7 ; Giligny, Michel 1995).

57MRA : ce type apparaît en Provence occidentale dans la première moitié du IIIe millénaire, dans le Couronnien (D’Anna 1995, fig. 1, n° 10) et figure dans la couche 2 de l’hypogée des Crottes à Roaix (Vaucluse ; Sauzade 1983, fig. 78, n° 4) dans les 26-25e siècles av. J.-C. En moyenne vallée du Rhône, il est présent dès la séquence inférieure de la grotte de la Chauve-Souris, à Donzère, à partir de 3000 av. J.-C. environ (surface 15LS), et voit sa fréquence augmenter légèrement dans le 25e siècle av. J.-C. (Vital 2007a, fig. 13, n° 3). En Basse-Ardèche, les sites des Bruyères et de la Véssignée appartiennent à un même phylum à céramique peu décorée, que nous situerions volontiers entre les 27e et 24e siècles av. J.-C., en synchronie avec le style du Nord-Vaucluse (Vital 2007a). Ces deux gisements montrent des éléments comparables (Gilles 1979, fig. 9, n° 6 ; Beaume 1996, fig. 6, n° 9). Dans le Dauphiné et dans le Vercors, sur la station littorale de Charavines Les Baigneurs, niveau supérieur, à partir de 2610-2592 av. J.-C. (Isère ; Ferrer-Joly 1988, pl. 106, n° 1302 ; Bocquet 2005, pl. 6, n° 2) et dans l’unité du foyer OP/14 de la grotte de Balme-Rousse à Choranche (Isère ; Vital, Bintz et al. 1991, fig. 20, nos 7 et 9) qui relève d’influences méridionales du groupe de Fontbouisse.

58Bilan : il s’agit d’un élément d’origine méridionale (bassin du Rhône moyen et inférieur), dont la production se développe durant la première moitié du IIIe millénaire, et principalement dans les 26-25e siècles av. J.-C. Il diffuse vers le nord dès l’Auvernier-Cordé ancien.

Coupe conique à cordon et bord à décor imprimé (tessons n° 15 ; fig. 48, n° 2)

59JSO : elle ne trouve pas de comparaison directe. Cependant, le décor poinçonné sous la lèvre au-dessus d’un cordon imprimé est à l’inverse bien représenté sur des rebords de pots ou des jarres dans le complexe 6 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, au début du 26e siècle av. J.-C., dans la phase moyenne de l’Auvernier-Cordé (VD ; Wolf 1993, pl. 67, n° 12 ; 79, n° 7), comme dans l’ensemble C de Delley Portalban II, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 135, n° 3), dans une ambiance culturelle très marquée par la composante cordée dans les deux cas. Un autre tesson d’Yverdon est non stratifié (Wolf 1993, pl. 95, n° 12). Pour la forme et le cordon, on trouve une comparaison sur le site d’Auvernier La Saunerie (fouilles 1964-65), entre 2634 et 2434 av. J.-C. (NE ; Ramseyer 1988b, pl. 25, n° 11 ; Michel 2002 : 35).

60NA : l’organisation du décor est classique des jarres du Cordé, comme à Zürich Kan San, couches D et B/C, en 2749-2700 et 2700-2675 av. J.-C. (Gerber, Haenicke, Hardmeyer 1994, pl. 63, 69).

61Bilan : le décor est une composante de la céramique cordée du nord des Alpes, connue dès l’Auvernier-Cordé ancien. Les coups de poinçon sous la lèvre sont attestés sur un autre récipient des Balmes (vase 18 ; fig. 48, n° 5). La forme est un support essentiellement présent dans des contextes rhodaniens et méridionaux (Donzère). Il s’agit probablement d’un transfert stylistique de l’un à l’autre.

Pot convergent à cordons lisses (vase n° 16 ; fig. 48, n° 3)

62JSO : dans les complexes 3.1, 3.2 et 4 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, vers 2700-2650 av. J.-C., dans la phase ancienne de l’Auvernier-Cordé (VD ; Wolf 1993, pl. 15, 23, 32, 33). Également dans le même horizon culturel à Delley Portalban II, ensemble C, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 127, n° 1), avec un seul cordon au niveau de l’encolure.

63SA : quelques tessons à cordons superposés sont connus sur le site de Roure Balm’Chanto, sur le versant oriental piémontais des Alpes (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 22, n° P26 ; fig. 23, n° P47 ; fig. 27, nos P139-P140), plutôt dans les complexes stratigraphiques supérieurs (A, B), postérieurs à la couche 6 (complexe C) datée vers 2570-2480 av. J.-C.

64MRA : ce profil céramique et les décors de cordons rapportés, parfois associés sur les mêmes pièces, sont abondants dans le groupe des Treilles, sur les Grands Causses, dans la phase finale, comme dans la grotte I des Cascades à Creissels (Costantini 1984, fig. 43b ; ibid. 2004).

65Bilan : une ascendance méridionale est probable à partir des Grands Causses et du groupe des Treilles, dont la chronologie absolue des différents stades d’évolution n’est pas encore très assurée. L’attestation de ce type est nette dès l’Auvernier-Cordé ancien sur le Plateau suisse.

Pot large à ouverture cylindrique (vase n° 17 ; fig. 48, n° 4)

66JSO : avec un décor poinçonné d’affinités cordées dans le complexe 6 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, au début du 26e siècle av. J.-C., dans la phase moyenne de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 65, n° 7) et sur la station d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C. (Ramseyer 1988b, pl. 32, n° 4 ; pl. 35, n° 30).

67SA : un profil approchant à bord poinçonné dont les principaux éléments proviennent du complexe E de Roure Balm’Chanto, de la couche 10 datée vers (2830) 2660 et 2580 av. J.-C. (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 27, nos P127 à P129). Bilan : la pâte et le traitement de ce récipient sont identiques à ceux du vase 18, qui suit (fig. 48, n° 5). Les rapprochements attestent des connexions transalpines nord-sud, du Plateau suisse aux Alpes occidentales internes, convergentes durant le 26e siècle av. J.-C.

Fig. 48 - Mobilier céramique du Néolithique final supérieur.

Pot cylindrique à fond rond et décor d’impressions (vase n° 18 ; fig. 48, n° 5)

68JSO : dans le Lüscherz de Delley Portalban II (Ramseyer 1987, fig. 26, nos 6 et 7), aussi bien lors de la phase ancienne, entre 2920 et 2790 av. J.-C., que lors d’un stade plus récent en 2790-2700 av. J.-C. (Giligny, Michel 1995, fig. 6, n° 15 et fig. 7, n° 12), mais aussi dans l’Auvernier-Cordé ancien, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 111, n° 2 ; Giligny, Michel 1995). Également à Saint-Blaise Bains des Dames, dans le Lüscherz récent, de 2739 à 2702 av. J.-C., (Michel 2002, pl. 6, n° 405, pl. 13, n° 786). Une référence plus proche dans le Lüscherz ancien du Parc La Grange à Genève, entre 2947 et 2792 av. J.-C. (Pugin, Corboud 2006, pl. 3, n° 4).

69SA : forme à rapprocher d’un vase à bord poinçonné évoqué supra, de la couche 10 de Roure Balm’Chanto, entre (2830) 2660 et 2580 av. J.-C. (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 27, nos P127 à P129).

70Bilan : une attestation ancienne dans le Lüscherz, sur le lac de Neuchâtel et le Léman. Des prolongements sont identifiés dans l’Auvernier-Cordé ancien au 27e siècle av. J.-C. La répartition des tessons du vase 18 fournit une très bonne corrélation avec la date CRG-988, dans le 26e siècle av. J.-C.

Pot cylindrique à rebord peu marqué (vase n° 20 ; fig. 48, n° 6)

71JSO : le profil évoque les jarres du groupe de Chalain, des 27-26e siècles av. J.-C. (Giligny et al. fig. 23), du Lüscherz récent, phase B2, entre 2790 et 2700 av. J.-C., et de l’Auvernier-Cordé ancien, phase C de Delley Portalban II, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 84, n° 1 ; pl. 104, nos 3 et 4 ; Giligny, Michel 1995) ; également à Saint-Blaise Bains des Dames, dans l’Auvernier-Cordé ancien, en 2702-2673 av. J.-C., avec une languette horizontale ou un cordon (Michel 2002, pl. 26, n° 799, pl. 31, n° 335).

72MRA : à Rochegude grotte des Meules, sur l’ensemble de la séquence Ferrières-Fontbouisse (Gard ; Gutherz, Jallot 1995, fig. 9) et dans le Couronnien en Vaucluse (D’Anna 1995, fig. 1, n° 6). En Dauphiné, sur la station littorale de Charavines Les Baigneurs, couche supérieure, à partir de 2610-2592 av. J.-C. (Ferrer-Joly 1988, pl. 113, n° 314 ; pl. 114, n° 6 ; Bocquet 2005, pl. 15, n° 1 ; pl. 16, n° 4).

73SA : les fragments d’un pot cylindrique ont été recueillis dans le remplissage supérieur de la tombe 133 de la nécropole de Manerba Riparo Valtenesi, vers 2600-2500 av. J.-C. (Barfield 2007, fig. 113, nos P110).

74Bilan : il s’agit d’un élément ubiquiste, présent dès le Lüscherz, dans l’Auvernier-Cordé ancien et dans le groupe de Chalain, aux 27 et 26e siècles av. J.-C., mais aussi dans le bassin rhodanien et le Midi, éventuellement en Italie du Nord. Le traitement des surfaces, peu lissées, évoque plutôt les vases 17 et 18 – avec lesquels il partage le même contexte spatial et chronographique – et donc une ascendance plutôt septentrionale.

Bord de jarre à cordon lisse et languette peu proéminents (tessons n° 21 ; fig. 48, n° 7)

75JSO : on trouve les mono-cordons dans le groupe de Chalain ancien, au 27e siècle av. J.-C. (Giligny et al. fig. 20), et dans le complexe 3.2 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, vers 2700 av. J.-C., date à partir de laquelle ils se raréfient sur le site, dans la phase ancienne de l’Auvernier-Cordé (VD ; Wolf 1993, pl. 23, n° 6) ; pour le profil, sur le site d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C. (Ramseyer 1988b, pl. 5, n° 2 ; Michel 2002 : 35).

76SA : sur le site de Roure Balm’Chanto, sur le versant oriental piémontais des Alpes, dans la couche 10 datée vers (2830) 2660 et 2580 av. J.-C. (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 21, n° P10).

77MRA : abondant dans le groupe des Treilles en Aveyron (Costantini 1984, fig. 32, 36a, 44a,... ; ibid. 2004). Dans les Alpes du Nord, sur le lac du Bourget, à Conjux La Chatière, ensemble inférieur (Conjux, Savoie ; Marguet, Billaud, Magny 1995, fig. 30 ; Marguet, Rey 2007, pl. 6) entre 2525 et 2427 av. J.-C., et à Brison Saint-Innocent Mémars 1 (ibid., pl. 3) ; ce mobilier hors contexte de Mémars est à considérer en regard de dates d’abattage de pieux datés entre 2595 et 2475 av. J.-C. En Dauphiné, sur la station littorale de Charavines Les Baigneurs, couche supérieure, à partir de 2610-2592 av. J.-C. (Ferrer-Joly 1988, pl. 117 ; Bocquet 2005, pl. 15, n° 5).

78Bilan : il s’agit d’une pièce attestée aussi bien dans le Jura au 27e siècle av. J.-C. (Chalain et Auvernier-Cordé anciens), que dans le Bassin rhodanien au 26e siècle av. J.-C. Ce décalage signerait-il une production secondaire septentrionale sous un impact méridional antérieur ?

Pot à fond rond, rebord, languette triforée (vase n° 22 ; fig. 48, n° 8)

79JSO : le profil est attesté dans le Clairvaux récent, à Clairvaux La Motte-aux-Magnins, ensemble B, dès le 28e siècle av. J.-C. (Jura ; Giligny et al. fig. 11), alors que les prises multiforées sont présentes dans des niveaux du site dont la cohérence stratigraphique n’est pas assurée, comme l’ensemble K inf., vers les 27-26e siècle av. J.-C. (ibid. fig. 18), ainsi qu’à Saint-Blaise Bains des Dames, dans le bloc céramologique 3 Auvernier-Cordé ancien, entre 2702 et 2673 av. J.-C., sur des gobelets sans rebord (Michel 2002, pl. 14, n° 344 ; pl. 18, nos 348 et 817). Également dans les complexes 3.2 et 4 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, vers 2700 av. J.-C. et tout au long du 27e siècle, dans la phase ancienne de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 20 et 31). À Delley Portalban II, les languettes multiforées apparaissent dans l’ensemble C Auvernier-Cordé ancien, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 116) ; des profils proches, sans rebord marqué, sont issus des phases A2, Lüscherz, entre 2920 et 2790 av. J.-C., et C2, de l’Auvernier-Cordé ancien, entre 2700 et 2630 av. J.-C. (ibid ., pl. 32, n° 1 ; pl. 157, nos 3 et 6). Une languette horizontale biforée est attestée dans le Lüscherz ancien du Parc La Grange à Genève, entre 2947 et 2792 av. J.-C. (Pugin, Corboud 2006, pl. 5, n° 7).

80MRA : le profil est connu en Provence dans le Couronnien (D’Anna 1995, fig. 1, n° 22). Une languette horizontale biforée figure sur une forme un peu plus basse de la couche inférieure de Charavines Les Baigneurs (Bocquet 2005, pl. 6, n° 3).

81Bilan : la forme générale connaît des antécédents dès le Lüscherz aux 30e -28e siècles av. J.-C. Les prises multiforées sont un bon marqueur de l’Auvernier-Cordé ancien, principalement au 27e siècle av. J.-C., et du groupe de Chalain ensuite. Les combinaisons forme-préhension permettent de privilégier l’influence jurassienne. On notera la rareté des comparaisons avec rebord clairement distinct.

Gobelet cylindrique à fond rond (vase n° 23 ; fig. 48, n° 9)

82JSO : dans le Jura, dans le groupe de Chalain 27-26e siècle av. J.-C. (Giligny et al., fig. 23), à Saint-Blaise Bains des Dames, phase Auvernier-Cordé ancien, entre 2702 et 2673 av. J.-C. (Michel 2002, pl. 26, n° 401 et 27, n° 527), dans les complexes 3.2, 4 et 6 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, vers 2700 av. J.-C. et tout au long des 27-26e siècles, dans les phases ancienne et moyenne de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 15, 30, 53).

83MRA : dans le Gard, à Rochegude grotte des Meules, sur l’ensemble de la séquence Ferrières-Fontbouisse (Gutherz, Jallot 1995, fig. 9), dans une fourchette large 3400-2400 av. J.-C., et dans le groupe du Fraischamp en Vaucluse (Sauzade, Carry, Chambert 1990, fig. 8, n° 7), entre 3300 et 3000 av J.-C. environ. Dans le Dauphiné, sur la station littorale de Charavines Les Baigneurs, dans le niveau inférieur à partir de 2669-2645 av. J.-C. (Bocquet 1976a, fig. 21, n° 5) et dans le niveau supérieur en 2610-2592 av. J.-C. (Bocquet 2005, pl. 16, n° 1, pl. 17).

84Bilan : cette forme ubiquiste dans le Jura, le bassin rhodanien et le Midi connaît une longue période d’utilisation au Néolithique final.

5.1.6. Les céramiques Néolithique final hors contexte

Coupe en calotte (fig. 49, n° 1)

85JSO : à l’état de tessons, sur le site d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C. (Ramseyer 1988b, pl. 35, nos 8 à 15).

86MRA : dans l’ensemble stratigraphique le plus récent Fontbouisse de la grotte des Meules à Rochegude et dans le Ferrières rhodanien (Gutherz, Jallot 1995, fig. 9, fig. 6A) ; en Provence occidentale, dans le groupe du Fraischamp, avec un décor particulier à ce style, dans la seconde moitié du IVe millénaire (Sauzade, Carry, Chambert 1990, fig. 9, n° 2), comme ensuite dans le Couronnien (D’Anna 1995, fig. 1, n° 16) ; dans les Alpes du Nord, dans la couche supérieure de Charavines Les Baigneurs (Bocquet 2005, pl. 1, n° 17), vers 2610-2592 av. J.-C.

87Bilan : en position secondaire au niveau d’une occupation du Bronze final 1, cette pièce ne bénéficie pas de confrontations chronologiques très assurées, sauf peut-être au plus près à Charavines. L’origine méridionale ne semble par contre faire aucun doute.

Écuelle à bord rentrant (fig. 49, n° 2)

88JSO : dans le Jura, la forme apparaît à Claivaux La Motte aux Magnins, ensemble C, au 28e siècle av. J.-C., avec un décor incisé (Giligny et al. 1995, fig. 12).

89SA : un élément à languette horizontale biforée sur le site de Briona Cascina Le Coste (Gambari, Venturino Gambari 1990, fig. 3) dont l’homogénéité chronoculturelle n’est pas assurée.

90MRA : en Provence, dans le Couronnien (D’Anna 1995, fig. 1, n° 18) et à nouveau dans le groupe du Fraischamp (Sauzade, Carry, Chambert 1990, fig. 11, n° 1) ; dans la moyenne vallée du Rhône, dans la séquence stratigraphique dilatée de la grotte de la Chauve-Souris, à Donzère, cette forme apparaît sur la surface 15AS, en contexte Fontbouisse peu décoré, bien daté aux alentours de 2500-2450 av. J.-C. (Vital 2007a, fig. 13, nos 2 et 7), ainsi qu’en Basse-Ardèche sur le site des Bruyères (Gilles 1979, fig. 9, n° 10 ; 10, n° 7). Forme localisée également sur la station littorale de Charavines Les Baigneurs, niveau inférieur, dans le deuxième quart du 27e siècle av. J.-C. (Ferrer-Joly 1988, pl. 105, n° 202 ; Bocquet 1976a, fig. 21, n° 7 ; 2005, pl. 9, n° 8).

91Bilan : les comparaisons conduisent dans une phase ancienne du Néolithique final méridional, dans le groupe des Bruyères si l’on privilégie le critère de proximité, vers les 27-26e siècles av. J.-C.

Pot cylindrique à lèvre convergente (fig. 49, n° 3)

92JSO : dans le Horgen de Chalain station 3, couche VIII et VI, vers les 32-31e siècles av. J.-C. (Giligny 1997, pl. 5, 22) ; à Twann Bahnhof, ensembles MH et OH, Horgen, en 3176-3166 et 3070 av. J.-C. (Furger 1981, pl. 3, nos 55, 56, 58 ; pl. 7, n° 154) ; sur le site Horgen de Muntelier Platzbünden, en 3179-3118 av. J.-C. (Ramseyer, Michel 1990, pl. 2, n° 2) ; à Saint-Blaise Bains des Dames, bloc céramologique 1, Horgen, à décor de doubles incisions, entre 3139 et 3124 av. J.-C. (Michel 2002, pl. 4, n° 451). Également sur la station d’Yvonand 4 Geilinger, couches 8c et 8ab, essentiellement Horgen (Hefti-Ott 1977, pl. 17 à 19 ; fig. 6). Ensuite dans le Lüscherz, à Pont-de-Thielle, Thielle-Wavre, vers 2789-2736/2701 av. J.-C. (NE ; Schwab1999, fig. 20, n° 19 ; fig. 22, n° 32 ; Hafner 2002) ainsi qu’à Delley Portalban II, phase A1 (Lüscherz ancien), vers 2917-2912 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 5, n° 4), puis dans le complexe 6 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, au début du 26e siècle av. J.-C., dans la phase moyenne de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 54, n° 1).

93NA : en Suisse centrale, à Feldmeilen Vorderfeld, dans l’ensemble III, Horgen, (Winiger 1981, pl. 87, n° 1), comme à Zürich Kan San, couches 4 et 3.2, phase Horgen ancien entre 3250-3150 av. J.-C., avec décors classiques de perforations ou de cannelures étroites (Gerber, Haenicke, Hardmeyer 1994, pl. 36, n° 2 ; pl. 47, n° 5). Egalement en Haute-Souabe à Bad Buchau Dullenried (Bollacher 2001, pl. 42, n° 9), dans le 32e siècle av. J.-C.

94Plusieurs parallèles dans le locus 12-2, couche I, des Roches à Videlles, dans le Bassin parisien, en association avec des vases à bord aplati (Letterlé 1994, fig. 11, nos 21 et 35).

95Bilan : la durée d’utilisation de ces formes est longue, des 32e au 26e siècles av. J.-C. Mais leur fréquence diminue progressivement entre le Lattrigen-Horgen et l’Auvernier-Cordé ; les connexions typologiques sont uniquement en direction du nord et du nord-ouest des Alpes.

Fig. 49 - Mobilier céramique hors contexte du Néolithique final et du Bronze ancien.

Bord à incisions verticales profondes (fig. 49, n° 4)

96JSO : décor bien attesté sur des encolures de jarres du complexe 7 de la station d’Yverdon Avenue des Sports, au milieu du 26e siècle av. J.-C., dans la phase moyenne de l’Auvernier-Cordé (Wolf 1993, pl. 77, nos 1 et 2), ainsi que dans la phase D1, de l’Auvernier-Cordé récent, entre 2630 et 2440 av. J.-C., de Delley Portalban II (Giligny 1993, pl. 221, n° 1 ; Giligny, Michel 1995) ; décor connu à plusieurs exemplaires sur le site d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C., plutôt dans les niveaux les plus anciens (Ramseyer 1988b, pl. 26, nos 1 à 5).

97SA : à Lovere Via Decio Celeri, us 38 (Poggiani Keller 2000, fig. 30, n° 14), dont une partie du mobilier est mise en parallèle avec l’Auvernier ; une date de l’us 38, vers 2470-2420 av. J.-C., se situerait à la fin de cette évolution de l’Auvernier-Cordé, à moins de la considérer comme un peu trop récente. Dans le complexe stratigraphique B du site de Roure Balm’Chanto, postérieur à la couche 6 datée vers 2570-2480 av. J.-C. (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 26, n° P108).

98Bilan : les datations convergent vers les 27-26e siècles av. J.-C., selon un gradient nord-sud du Plateau suisse à la Plaine padane.

Bol ou pot à impressions digitées (fig. 49, n° 5)

99JSO : sur le site d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C. (Ramseyer 1988b, pl. 2, n° 6 ; pl. 3).

100NA : en Haute-Souabe à Bad Buchau Dullenried, dans le 32e siècle av. J.-C. (Bollacher 2001, pl. 43, n° 14 ; pl. 45, n° 23).

101Bilan : l’origine semble nord-alpine mais la chronologie est imprécise.

Bord à décor poinçonné à la tige creuse (fig. 49, n° 8)

102JSO : dans le Lüscherz ancien, à Delley Portalban II, phase A1, vers 2917-2912 av. J.-C. (Giligny 1993, pl. 1, n° 1) et plus proche des Alpes du Nord sur la station du Parc La Grange à Genève, entre 2947 et 2792 av. J.-C. (Pugin, Corboud 2006, pl. 5, nos 4 et 5). Également sur des jarres de la station d’Auvernier La Saunerie 1964-65, entre 2634 et 2434 av. J.-C. (Ramseyer 1988b, pl. 5, n° 2; pl. 15, n° 6; pl. 22, n° 6).

103SA : à Balm’Chanto, en majorité dans les niveaux supérieurs, à partir de la couche 6 datée vers 2570-2480 av. J.-C. (Nisbet, Biagi, 1987, fig. 26, nos P115 à P123).

104Bilan : l’origine septentrionale est probable, dès le Lüscherz, avec des prolongements méridionaux plus tardifs contemporains de l’Auvernier-Cordé.

5.1.7. L’intervalle Néolithique final – Bronze ancien

Bord à décor unguiforme sur les deux faces et la lèvre (fig. 49, n° 6 ; fig. 50, n° 4)

105NA : Ce tesson correspond aux céramiques décorées de type Geiselgasteig, spécifiques de la Bavière méridionale et caractéristiques de la fin de l’évolution du cycle Cordé (Engelhardt 1998 ; Wolf 1993, carte 10). Malgré quelques discordances entre les sériations chronologiques (Engelhardt 1998, fig. 13 ; Heyd 2000, pl. 10) cette production, mal calée en chronologie absolue, est à placer selon les auteurs à partir du milieu et jusque dans le dernier tiers du IIIe millénaire av. J.-C. probablement. Ce fragment de bord à décor à l’ongle sur les deux faces et la lèvre peut être rapporté à un gobelet de type II à décor poinçonné ou imprimé, le plus récent de la sériation proposée par B. Engelhardt, avec des comparaisons directes dans la tombe 2 de Grünwald Geiselgasteig et dans la sépulture sous tumulus de Schöngeising Grafrath (Engelhardt 1998, fig. 13, nos 13 et 18). Dans les deux cas, les céramiques portent des décors caractéristiques en métope et une ligne d’impressions sur la partie interne du bord à Schöngeising Grafrath.

Fig. 50 - Photographies de quelques objets spécifiques.
1 : tesson à décor métopal et lèvre peinte en noir, NFI2.
2 : fragment de pendeloque en quille à décor gravé NFI1.
3 : alêne en bronze du Bronze ancien.
4 : tesson décoré de style Geiselgasteig.
5 : rondelle en schiste à motif linéaire cruciforme et traverses, gravés, du Bronze ancien.
6 et 7 : parures en matière dure animale du Néolithique final, d’affinités septentrionales.
8 et 9 : parures en matière dure animale du Néolithique final, d’affinités méridionales.
10 : pendeloque en crochet et ébauches en roches.
11 : armatures de flèches en silex, en bois de cerf et en serpentinite.

106Bilan : la position de ce tesson dans la séquence des Balmes, en G5 entre les ensembles NFS et bronze ancien (fig. 30, étoile cerclée ; fig. 33, G), est conforme à l’identification typologique que nous proposons. Aucun autre élément ne semble correspondre à cet intervalle chronologique. Une origine depuis la sphère cordée semble indéniable.

5.1.8. Divers

Fragment de paroi à prise nasiforme (fig. 86, n° 1)

107MRA : Des comparaisons dans la grotte de Balme-Rousse à Choranche (Vital, Bintz et al. 1991, fig. 20, n° 11) et dans la couche inférieure de Charavines Les Baigneurs (Bocquet 2005, pl. 1, n° 21) plaident pour une datation du Néolithique final. En l’absence de tout ou partie du profil, il n’est guère possible de pousser les confrontations.

5.1.9. Les fusaïoles

108Une fusaïole en terre cuite de section plano-convexe brisée doit être attribuée à la séquence du Néolithique final supérieur en fonction de sa position (fig. 87, n° 9).

109Deux autres pièces circulaires, en roche schisteuse, ne bénéficient pas de localisation stratigraphique précise. La plus grande vient d’une zone de compactage de niveaux du Néolithique final supérieur au Bronze final (fig. 87, n° 10), alors que la seconde a été extraite de sédiments proches de la surface (n° 11). Les comparaisons typologiques plaident cependant pour une datation néolithique. Les fusaïoles plates en terre cuite ne semblent pas attestées en Suisse occidentale durant la période correspondant à la séquence NFS des Balmes. Elles sont présentes antérieurement, avec un gradient de datation de plus en plus récente d’ouest en est dans l’intervalle 3900-3050 av. J.-C. (Hafner, Suter 2000, fig. 101). Par contre, les fusaïoles en pierre sont une spécificité des sites littoraux de cette région au Néolithique récent et final, entre 2850 et 2500 av. J.-C., où elles se substituent aux fusaïoles en terre durant les phases Lüscherz et Auvernier (ibid.). Ces formes plates sont présentes sur les sites littoraux de la Combe d’Ain vers 2750 av. J.-C., découpées dans des tessons, puis un siècle plus tard sur des supports en pierre, comme à l’est du Jura, dans les ensembles Clairvaux récent et surtout dans ceux du groupe de Chalain (Pétrequin, Pétrequin 1988). Dans les Alpes et en Dauphiné, les sites littoraux occupés dans des tranches chronologiques comparables en ont livré, aussi bien à Charavines Les Baigneurs durant le 27e s. av. J.-C. qu’en Savoie et en Haute-Savoie (Marguet, Rey 2007). En Valais, deux fragments de fusaïoles en pierre proviennent des sites de Sion La Gillière 1 et 2, entre 2550 et 2150 av. J.-C. environ (Baudais, Schmidt 1995). Ces éléments convergent pour une attribution des trois pièces des Balmes à la séquence NFS.

5.1.10. Bilan

110L’ensemble NFI1 montre une absence totale de connexions céramiques avec le couloir rhodanien et le Midi de la France aux 33-31e siècles av. J.-C. Les rapprochements les plus nets sont opérés avec les groupes culturels qui se répartissent de la Suisse orientale à la partie jurassienne de la Confédération helvétique, et notamment avec les styles du Horgen, du Sipplingen et du Lattrigen. Les fourchettes chronologiques pour ces cultures sont centrées sur les 33-32e siècles av. J.-C., en parfait accord avec les mesures sur le NFI1 des Balmes. Les rares comparaisons de cet ensemble avec le Lüscherz sont douteuses, car cette période (29-28e siècles av. J.-C.) n’est pas matérialisée dans la stratigraphie de la grotte des Balmes. Cependant un certain nombre de marqueurs septentrionaux horgéniens font défaut en Savoie : les cannelures et les bords amincis, les perforations réalisées avant cuisson, les fonds digités, à l’exception d’un petit bord souligné par une cannelure de la grotte des Sarradins à Traize (Savoie ; Rey 1999, pl. 6, n° 6). Les digitations, sur cordons ou non, occupent par contre une place importante, comme en Suisse orientale et en Haute-Souabe aux 32e -31e siècles av. J.-C. (Hafner, Suter 1999, fig. 14). Cette situation est aussi celle que l’on observe, sous d’autres aspects (fréquence des éléments plastiques), dans le Jura français sur les sites du lac de Chalain à la même période. Mais ce constat ne suffit pas à rapprocher les éléments francs-comtois de ceux exhumés en haute Maurienne. De plus, un certain nombre de confrontations peuvent être effectuées avec des sites du sud des Alpes, dont la position chronologique n’est pas toujours assurée, mais compatible, et dont l’attestation géographique, avant tout, ne paraît pas due au hasard, même dans les cas éventuellement les plus éloignés, comme en Toscane (Volpaia c. 5 à Sesto Fiorentino).

111L’ensemble NFI2 renvoie à nouveau aux références nord-alpines. Comme précédemment, elles sont héritées d’un fond plus ancien (Pfyn, Altheim), ce qui suggère une certaine proximité chronologique, mais aussi culturelle avec l’ensemble NFI1. La zone alpine intermédiaire, Valais, Grisons, est encore peu documentée. Mais c’est certainement dans cette dynamique qu’est à placer l’occupation du site de Savièse La Soie, vers le 31e siècle av. J.-C. (Baudais 1995). Les connexions italiques anciennes (Fiavé 1°...) vont dans le sens d’un gradient est-ouest de progression des composantes culturelles orientales au sud des Alpes, en résonance avec celles mises en évidence au nord des Alpes entre le milieu du Ve et la fin du IVe millénaire (Hafner, Suter 2003).

112Jusqu’alors, le tesson de gobelet à décor métopal aurait pu paraître totalement étranger à ce contexte. Les comparaisons que l’on propose de retenir pour les ensembles NFI1 et NFI2 en Piémont et en Toscane iraient dans le sens de l’importance de ce lien transalpin à la transition des IVe et IIIe millénaires, incluant alors des éléments de l’entité Remedello de Padanie centre-orientale. L’hypothèse de ce front de progression des marqueurs orientaux est aussi à l’origine des rapprochements opérés entre la céramique métopale d’Italie et l’aire balkanique (Heyd, Harrison 2007).

113Les documents situés dans la zone géographique qui sépare les bassins du Léman et du cours supérieur du Rhône sont très clairsemés. Récemment, le groupe de Lüscherz a été clairement identifié dans la rade de Genève. La fouille du Parc La Grange illustre une phase ancienne de son développement avec un mobilier significatif et des dates dendrochronologiques entre 2947-2899 et 2830-2792 av. J.-C. (Pugin, Corboud 2006). Il n’est pas à exclure que les mesures enregistrées en plusieurs points du lac d’Annecy entre 2925 et 2843 av. J.-C. (Haute-Savoie ; Marguet, Rey 2007) correspondent également à cette culture. Une présence du Horgen ne peut être que suggérée à partir de dates dendrochronologiques qui occupent l’intervalle correspondant, à Thonon-les-Bains Rives 1 vers 3094-3049 av. J.-C., et à Chens-sur-Léman Beauregard 1 en 3043-3035 av. J.-C. La seule céramique qui pourrait être rattachée à ce courant culturel est une jarre en tonneau à fond plat de Chens-sur-Léman Sous le Moulin/Hermance (ibid., pl. 7B). En Savoie, dans la grotte des Sarradins à Traize, nous pouvons aussi rappeler la présence conjointe, dans des conditions stratigraphiques mal établies, d’un tesson dont le bord souligné par une cannelure est attribué au Horgen et d’un niveau sépulcral qui renfermait des perles en tonnelets en calcaire et en roche verte d’affinités nettement méridionales (Rey 1999). Une datation obtenue sur des ossements a donné comme résultat 4420 ± 60 B. P., (Lyon-1161 (GrA), Blazin 2002), soit vers 3100-3030 av. J.-C., en conformité avec la chronologie du Ferrières et du Horgen.

114Les différences stylistiques attestées avec les composantes céramiques Sipplingen-Horgen-Lattrigen semblent fréquentes à mesure que l’on pénètre ou que l’on franchit les massifs jurassiens et alpins. C’est le cas dans les régions que nous venons d’évoquer, comme en direction du Centre de la France et du Bassin parisien. Dans le bassin moyen de la Loire, le groupe du Montet correspond actuellement à l’extension la plus occidentale d’influences Horgen, sans en posséder plusieurs des caractéristiques diagnostiques, comme c’est le cas à Sollières (Hamon 1997, Brunet et al. 2004). Le gisement de Sandillon Le Clos des Sablons (Loiret) fournit une datation (GrA-29747 : 4400 ± 35 B. P.) dans les 31-30e siècles av. J.-C. (Hamon 2007).

115Nous pouvons alors suggérer que les occupations des Balmes entre les 33-30e siècles av. J.-C., se situent dans le cadre d’une progression de l’emprise culturelle orientale qui semble issue des régions nord-alpines. Elles pourraient représenter une extension périphérique, soit depuis cette zone nucléaire, soit en marge de relations privilégiées entre le nord et le sud des Alpes. Cette seconde proposition a actuellement notre faveur. Nous verrons si les futurs développements des recherches dans la Plaine padane vont dans ce sens car des découvertes récentes en Toscane et en Émilie-Romagne, à Florence S. Loreno, à Castenaso Stellina et à Cesena Provezza, laissent ouverte la possibilité de relations plus soutenues avec la Péninsule italique qu’il ne paraît en regard de la documentation publiée. Les bords perforés, les récipients à lignes de tétons ou de digitations et les pots à cordons digités rectilignes et sinueux sont autant de marqueurs communs (L’Età del Rame in Italia 2008). En outre, l’état lacunaire des connaissances sur l’âge du Cuivre d’Italie du Nord ne permet pas encore de tester une troisième hypothèse, celle de relations avec le monde oriental par cette voie sud-alpine. Dans ce cas, des sites du Trentin (Fiavé) et de Lombardie (Lovere) pourraient constituer des relais géographiques. En effet, les pots à cordons digités, segmentés ou non, parfois à profil tronconique, ainsi que les formes ouvertes comptent parmi les marqueurs de la seconde moitié du IVe millénaire dans les sites des marais de Ljubljana (phases LB III et LB IV de Parzinger), en Slovénie (Parzinger 1984, pl. 2 et 3 ; Veluscek 2006, fig. 6).

116Une lacune de vestige céramique marque l’intervalle entre les séquences NFI et NFS, correspondant aux épisodes de bergerie, puis de combustion et d’éboulis de la partie inférieure du décapage d9 (et d10 ?) du témoin de 1994 (fig. 33). Ces sédiments sont dans la continuité de ceux qui caractérisent l’ensemble NFI2 et appartiennent à la fin de ce cycle de dépôts ainsi que le suggère la datation obtenue pour l’interface décapage 9/surface 9 (§ 2.2.4.2.).

117Un hiatus d’occupation centré sur les 29e-27e siècles est ensuite enregistré dans la séquence des Balmes. Il correspond en grande partie au développement du Lüscherz en Suisse occidentale et du style de Clairvaux récent dans le Jura, sous forte influence méridionale (Wolf 1993, fig. 57 ; Pétrequin, Viellet, Illert 1999, fig. 14).

118Concernant le groupe des céramiques du Néolithique final tirées de contextes sédimentaires confus ou le plus souvent remaniés pendant l’âge du Bronze, il est possible de proposer quelques possibilités d’insertion dans la séquence restituée. Deux pièces renvoient aux productions de l’Auvernier-Cordé (fig. 49, nos 4 et 8) et une à celle des complexes méridionaux (fig. 49, n° 2), dans tous les cas dans les 27e-25e siècles av. J.-C., correspondant à l’ensemble NFS. Trois autres unités sont de datation moins précise, qui correspond à la totalité de la séquence des Balmes (fig. 49, nos 1, 3 et 5). Aucune ne renvoie de manière univoque aux deux phases NFI.

119L’ensemble céramique NFS est l’objet de comparaisons qui attestent un héritage depuis un fond Lüscherz, que ne contredisent pas les confrontations directes réalisées dans l’Auvernier-Cordé, aussi bien dans une phase ancienne au 27e siècle av. J.-C., que moyenne au 26e siècle av. J.-C. Des rapprochements secondaires sont effectués dans le groupe de Chalain et éventuellement un peu plus tardivement dans le Dauphiné et les Alpes occidentales. Les fusaïoles renvoient aussi au Jura. Face à cette nouvelle référence au domaine nord-alpin, la composante méridionale directe, du sud-est de la France, apparaît assez effacée, alors qu’à la même époque elle semble mieux représentée à Charavines Les Baigneurs pendant les deux occupations datées entre 2669-2645 av. J.-C. et 2610-2592 av. J.-C. L’influence rhodanienne du style des Bruyères impose peut-être sa marque de manière plus nette dans ce secteur, ce que la présence d’une perle en cuivre d’origine languedocienne ne saurait contredire (Vital à paraître). Deux formes signalent cependant une connexion avec le Midi, auxquelles deux autres unités recueillies en contexte remanié peuvent être ajoutées. Il s’agit sans doute d’une évolution significative par rapport à l’ensemble NFI.

120La rareté des décors spécifiquement cordés doit être soulignée et peut être mise au compte de deux phénomènes. L’éloignement géographique peut constituer une première explication, puisque l’influence cordée directe ne dépasse pas le Léman au sud. Les assemblages céramiques des couches 10 et 6 de Roure Balm’Chanto, datées vers 2660-2480 av. J.-C. et à corrélations Auvernier-Cordé très réduites (Nisbet, Biagi, 1987), s’inscriraient dans ce schéma. Une seconde explication peut être chronologique. Le développement du NFS des Balmes peut ainsi correspondre à celui de la phase Yverdon de la station d’Yverdon Avenue des Sports, vers 2700-2600 av. J.-C. environ, durant laquelle l’influence cordée reste très discrète (Wolf 1993). Les références au groupe de Lüscherz immédiatement antérieur pour certaines céramiques de la phase NFS du site mauriennais peuvent aller dans le sens de cette attribution chronologique. La datation obtenue pour le décapage 8 (1994), vers 2660-2575 av. J.-C. (Ly-7506), s’accorde aussi parfaitement avec cette proposition, puisque les premiers tessons de la plupart des céramiques NFS sont antérieurs aux « fumiers » du décapage 7.

121Nous aurions alors affaire dans les Alpes occidentales à une dichotomie géographique, avec une zone-frontière entre les cluses de Grenoble-Voreppe et de Savoie, qu’illustre bien une cartographie de cette région (Wolf 1993 : 251, carte 8). À l’ouest, avec Charavines Les Baigneurs et les couches 10 à 8 de la grotte des Sarrasins à Seyssinet-Pariset (Bocquet 2005, 2006, 1976c), nous pouvons localiser une zone de forte influence méridionale (Bruyères, puis Fontbouisse ; Vital à paraître). Nous ne partageons donc pas l’idée selon laquelle les assemblages céramiques de Charavines Les Baigneurs sont en rapport avec le développement de l’Auvernier-Cordé et une influence du Cordé (Cauliez 2009). À l’est, nous aurions une emprise plus marquée des groupes du Jura et de Suisse occidentale et une composante du Midi plus réduite, avant que ne progresse à nouveau plus nettement le courant méridional dans les 26e-24e siècles av. J.-C., comme sur les stations de Mémars 1 et de Conjux 3 sur le lac du Bourget (Marguet, Rey 2007). Les influences Rinaldone relevées à Charavines au 27e siècle av. J.-C. (Bocquet 2005, 2006) comme en moyenne vallée du Rhône ensuite, vers 2500-2450 av. J.-C. dans la fosse 1 du Pâtis 2 à Montboucher-sur-Jabron (Drôme ; Margarit, Saintot et coll. 2002) et dans la couche 3 de Beaussement à Chauzon (Ardèche ; Montjardin 1992, fig. 3b2 et fig. 4/1), succéderaient à celles qui véhiculent la céramique à décor métopal et selon un cheminement un peu plus méridional. On doit accepter pour le NFS des Balmes soit une durée d’occupation sur deux siècles, les 27e -26e siècles av. J.-C., soit plus recentrée sur le terme le plus ancien, ce que ne permettent pas de trancher les datations 14C conformes à ces deux hypothèses (entre 2660-2575 et 2550-2470 av. J.-C. environ), hormis pour une majorité de céramiques. Si, comme pour les deux ensembles NFI, il semble bien que la séquence NFS se développe sous emprise septentrionale dominante, il est très difficile de mesurer le lien avec les productions italiques faute de contextes fiables, notamment en Italie nord-occidentale où ces périodes sont mal représentées. Nous rappellerons cependant l’origine cordée probable de l’épingle en argent de la tombe BSII de la nécropole lombarde de Remedello Sotto, vers les 27e -26e siècles av. J.-C. (De Marinis, Pedrotti 1997). Une hypothèse alternative rapproche cependant cette pièce des productions balkaniques (Heyd, Harrison 2007). Cette prégnance du lien nord-alpin, la dispersion des documents italiens doublée des inconnues encore nombreuses relatives à l’évolution culturelle dans la Plaine padane et les piémonts, l’attestation cependant de relations à longue distance (sphère culturelle Rinaldone, Midi de la France), ne nous semblent pas de nature à confirmer l’hypothèse du groupe régional DCA (Dora-Chisone-Arc), crédité d’une certaine autarcie (Bertone et al. 2002) ou autonomie (Bocquet 1997 : 323) au Néolithique final. Il faut en outre soustraire la seule pièce céramique des Balmes utilisée dans la construction de ce concept (Bertone 1990), qui relève clairement du Bronze ancien méridional à décor barbelé (fig. 86, n° 2 ; § 6.1.3.).

122Le tesson décoré de type Geiselgasteig doit renvoyer à la fin du Cordé. Aucune datation ne lui correspond, si ce n’est de façon indirecte par son insertion stratigraphique entre les ensembles NFS et Bronze ancien (fig. 30, étoile cerclée ; fig. 33, G).

5.2. L’industrie lithique du Néolithique final (É. T.)

5.2.1. Préliminaires

123Pour des raisons déjà exposées, les objets provenant des niveaux du Néolithique final ne sont pas attribués avec toute la précision souhaitable. Par ailleurs, 14 pièces, bien que découvertes dans les niveaux postérieurs ou non attribués, et de facture néolithique au sens large, peuvent être ajoutées au corpus. Ainsi, le niveau du Néolithique final inférieur 1 est fort de 9 objets et le niveau du Néolithique final inférieur 2 regroupe 23 pièces, soit 38 objets en comptant ceux qui ne peuvent être ventilés entre les niveaux inférieurs 1 et 2. Le niveau Néolithique final supérieur comporte 12 objets. La répartition par niveau permet de constater une forte disparité typologique et fonctionnelle entre les occupations, ce qui autorise à séparer chaque niveau pour l’analyse, mais aussi à proposer des attributions plausibles pour des objets non rattachés mais comparables à d’autres qui eux, sont bien calés dans certains niveaux.

5.2.2. Le Néolithique final inférieur 1

124Les 9 objets attribués avec certitude à ce niveau se répartissent en trois catégories fonctionnelles : la mouture et/ou le broyage (1 objet), la percussion lancée (7 objets) et, peut-être, le travail de la chloritite (1 objet).

5.2.2.1. Mouture/broyage

125Le seul élément pouvant être associé aux activités de mouture et/ou de broyage provient du décapage 14 du sondage 1994 (fig. 51). La dalle travaillée, en roche métamorphique à grain fin et un peu schisteuse, incomplète, est épaisse de 3,6 cm. La face inférieure est relativement régulière, bien que non travaillée. La face supérieure, polie par l’usage, affecte un profil rectiligne dans la longueur, et légèrement concave dans sa largeur. La fonction précise de ce répercutant est difficile à percevoir, faute de comparaisons dans le mobilier de la grotte et en l’absence de données tracéologiques et contextuelles.

Fig. 51 - Néolithique final inférieur 1.
1 : galet de chloritite cassé, percuté et frotté.
2 : galet de roche tenace très dure, utilisé comme percutant, objet trouvé hors stratigraphie, mais très semblable aux n° S89 E5 620 et S88 G5 261, d'où la proposition de rattachement chronologique.
3 : fragment ( ?) de meule ou de molette en gneiss ou schiste ?

5.2.2.2. Percuteurs/bouchardes

126L’outillage de percussion lancée diffuse est représenté par 6 pièces auxquelles nous ajoutons une septième sur des bases morphologiques (fig. 51-53). Deux catégories se distinguent. La première est formée par 4 percuteurs ou bouchardes de faibles dimensions et de volume ramassé (fig. 51, n° 2, fig. 52, nos 1, 2, 3), qui sont les plus petits pour l’ensemble des occupations reconnues aux Balmes (fig. 54, 55). Il s’agit de petits outils à main réalisés sur galets, de forme sphéroïde à ovoïde, certains avec une prise ergonomique. Les surfaces actives sont de position variable : aux extrémités dégagées (fig. 51, n° 2 ; fig. 52, n° 2), sur les arêtes (fig. 52, n° 3) ou sur tout le pourtour (fig. 52, n° 1), mais toujours avec une surface finement piquetée. Le fait s’explique partiellement par les matériaux employés. Trois sont en roches tenaces vertes non identifiées à grain fin et très dense, visiblement très résistantes aux chocs ; le quatrième est en chloritite (fig. 52, n° 3). Un tel matériau surprend à double titre : la chloritite massive est rare à l’affleurement en haute Maurienne, encore plus sous forme de galet (nous y reviendrons) ; il s’agit en outre d’un matériau de faible dureté (1 à 2,5 sur l’échelle de Mohs ; Thirault, Santallier, Véra 1999) bien que sa résistance aux chocs (la ténacité) soit équivalente à celle de la serpentinite. Les nombreuses fissures dont ce percuteur est affecté témoignent de son imparfaite adéquation à sa fonction.

Fig. 52 - Néolithique final inférieur.
1 : percuteurs et/ou bouchardes ; 1 : roche tenace verte, percussion sphérique.
2 : galet de roche tenace verte, percussion fine aux extrémités et sur le corps.
3 : galet de chloritite, percussion sur les arêtes.
4 : galet de serpentinite, percussion violente sphérique.

Fig. 53 - Néolithique final inférieur.
1 : instruments de percussion ; 1 : galet de serpentinite portant des impacts de percussion et de frottement.
2 : lame de hache en métabasite épizonale réutilisée pour une percussion distale.

Fig. 54 - Distribution des percuteurs selon leur masse et leur longueur.

Fig. 55 - Distribution des percuteurs et des broyons selon leur largeur et leur longueur.

127Trois percutants sont de plus grands modules. L’un, sur galet de serpentinite, est cassé, mais les surfaces subsistantes laissent apparaître une percussion intégrale dont le grain important indique une action violente (fig. 52, n° 4). Cependant, son aspect terne suggère une chauffe qui pourrait être, plus que la percussion, à l’origine du bris. Un second galet de serpentinite a été également utilisé et brisé (fig. 53, n° 1). Il est plus massif (section de 9,9 x 5,4 cm), de forme ovale et porte deux types de stigmates : au centre des deux faces et sur une extrémité, des impacts de percussion plus ou moins diffus et intenses ; en superposition aux premiers sur une face, des stries orientées transversalement au grand axe. La nature exacte de ces stries demeure conjecturale, dans la mesure où elles sont partiellement oblitérées par la percussion lancée et se distinguent mal des stries de polissage naturel du galet, qui elles, ne présentent aucune orientation préférentielle. Quoi qu’il en soit, l’utilisation de ce galet, si on en juge par l’intensité des impacts eu égard à sa faible dureté (3 à 4 : Thirault, Santallier, Véra 1999), n’a pas dû être très longue avant son bris.

128Le troisième percutant se distingue par son matériau et son origine (Thirault 2004, pl. 14 ; fig. 53, n° 2). Il s’agit en effet d’une lame polie entière réutilisée au moyen d’un aménagement sur la partie distale : le fil et les biseaux du tranchant ont été transformés en surface percutante, de même, probablement, que l’extrémité proximale. La postériorité de cette action sur le polissage des surfaces est bien perceptible sur la partie distale, affectée d’enlèvements plats qui empiètent sur le poli. Dans ce cas, la forme de l’outil préexistant dont on voit mal, par ailleurs, pourquoi il a été recyclé, détermine le remploi. La roche constituante, une métadolérite épizonale, est d’une dureté très forte (5 à 6,5) et d’une ténacité exceptionnelle (Thirault, Santallier, Véra 1999), qualités importantes pour les lames polies mais plus généralement pour tout outillage travaillant en percussion lancée. Pour ces raisons, l’hypothèse d’un travail de la pierre dure peut être avancée pour cet objet.

129L’ancienne lame polie ainsi recyclée mérite l’attention. Sa forme massive, son façonnage par bouchardage latéral et polissage facial (sans bouchardage préalable) s’inscrivent dans le standard du Néolithique final au sens large que nous avons défini pour les Alpes occidentales (type B ; Thirault 2004 : 124-126). Le polissage des faces s’est effectué en deux temps : d’abord, comme en témoignent de larges stries sous-jacentes sur une face (fig. 53, n° 2, droite), une action transversale et irrégulière ; puis un polissage plus soigné avec des variations d’inclinaison de l’objet sur le polissoir qui conduisent à la formation de facettes longitudinales nettes. Le travail s’effectue alors transversalement ou longitudinalement, le relevé des stries rendu sur le dessin indiquant les nombreux changements d’orientation lors du façonnage. Une telle technique est conforme aux données établies pour le Néolithique final au sens large (ibid. : 118-121). Nous y reviendrons au terme de ce chapitre.

5.2.2.3. Divers

130Dans la liste des objets difficiles à interpréter, plaçons un fragment de galet de chloritite transformé par l’homme (fig. 51, n° 1). Les piètres qualités techniques de la roche employée, soulignées plus haut, peuvent expliquer sa fracture. Cependant, aucun impact de percussion active n’est visible sur l’objet. Les seules traces évidentes en binoculaire sont celles de raclage en divers points, formant de petites séries de stries parallèles. À une extrémité, un enlèvement évoque un détachement intentionnel, tandis que des fissures soulignent l’existence de chocs. Ces indices laissent penser que ce galet pourrait avoir servi de support pour le détachement d’éclats, hypothèse que nous approfondirons plus loin (§ 5.4.).

5.2.3. Le Néolithique final inférieur 2

131De manière certaine, 23 objets en pierre sont rattachés à ce niveau, duquel nous rapprochons 6 autres pièces sur des bases typologiques ou technologiques (fig. 56-60). L’éventail fonctionnel est bien plus diversifié que dans le niveau sous-jacent, pourtant rattaché au même horizon culturel.

5.2.3.1. La mouture ou le broyage

132Le matériel de mouture est représenté par deux fragments de molette qui pourraient bien appartenir à une même pièce (fig. 56) : même roche grenue (gneiss ?), largeur équivalente (19 cm), mise en forme identique par bouchardage sur le pourtour après une taille à grands éclats. Découverts à 1 m de distance, ces deux fragments appartiennent, au moins pour le plus gros, à une molette de section transversale légèrement dissymétrique dont la face active est faiblement convexe en largeur, et concave en longueur. Le litage de la roche n’est pas exactement parallèle au plan de travail, ce qui facilite un auto-entretien de son abrasivité.

133Faute de traces conservées, l’utilisation comme outil de mouture ne peut être que supposée, mais aucune fonction alternative ne peut être avancée.

Fig. 56 - Néolithique final inférieur 2. Matériel de mouture.
1 : fragment de molette en roche grenue (gneiss ?).
2 : éclat de meule ou de molette en roche identique.
Les deux objets ont été trouvés à 1 m de distance et pourraient correspondre à une seule molette.

5.2.3.2. La percussion lancée diffuse

134Deux pièces correspondent à cette catégorie. L’une est un petit galet de serpentinite à léger litage de section ovalaire de 4,3 x 1,7 cm, brisé net dans sa longueur, qui porte sur une face un bouchardage diffus, et sur une extrémité, une plage bouchardée plus nette qui a conduit à un petit enlèvement accidentel (fig. 57, n° 1). Un tel percutant ne peut avoir qu’une fonction peu violente, de type retouchoir. Tout autre est le galet ovalaire en roche carbonatée, probablement un calcaire, métamorphisé et lité dans le plan principal de la pièce (fig. 57, n° 4). Son usage en percussion est démontré par la grande surface bouchardée qui occupe l’une des faces, ainsi que par les plages plus diffuses sur le sommet de la face opposée et les arêtes latérales, mais pas les extrémités. Etant donné sa faible résistance aux chocs, ce percutant massif a dû travailler des matières peu dures, à l’image des gros percuteurs en calcaire de Chalain 3 interprétés comme des outils de fracturation de l’os (Monnier et al. 1997).

5.2.3.3. Les galets travaillés

135Trois galets en roche tenace verte ont été travaillés. L’un d’eux est réduit à un minuscule éclat dont l’intentionnalité est aléatoire (fig. 61, n° 1). Un bel éclat de serpentinite provient d’un détachement intentionnel à partir d’un galet, comme en atteste le bulbe de percussion et le néo-cortex sur la face supérieure (fig. 57, n° 2). Le produit obtenu est très allongé (13,8 x 4,8 cm) et de peu d’intérêt pour le façonnage d’objets, puisque la zone corticale est fissurée et irrégulière. La finalité de cet effort demeure donc inconnue.

Fig. 57 - Néolithique final inférieur 2. Percuteurs et galets taillés.
1 : percutant en serpentinite.
2 : éclat de galet en serpentinite.
3 : galet taillé (nucléus ?) en chloritite.
4 : percutant en calcaire métamorphisé.
Les nos 1 et 4 ont été découverts à 40 cm de distance.

136Plus intéressant est un galet débité en chloritite (fig. 57, n° 3). Il peut être interprété comme un nucléus à éclats centripètes : un gros éclat cortical a été détaché du galet (face inférieure avec stigmate de taille, face supérieure avec néo-cortex), puis l’éclat obtenu a subi des enlèvements irréguliers sur la face inférieure, négatifs scalariformes et épais. Le dernier enlèvement se place sur la face supérieure. L’explication la plus plausible est l’obtention d’éclats de chloritite, irréguliers si on en juge par ce nucléus quasiment épuisé, mais qui ont pu être, dans une phase antérieure du débitage, de meilleure facture. Ces éclats de chloritite constituent le support des pendeloques en forme de griffe dont la production est étudiée dans un chapitre spécifique (§ 5.4.).

5.2.3.4. Les polissoirs

137Le niveau Néolithique final inférieur 2 a livré 7 fragments de polissoir, dont deux recollent (fig. 58, nos 1 à 6). La très forte homogénéité formelle et pétrographique de ce lot permet sans grand risque d’erreur de le compléter par deux pièces d’attribution plus incertaine (Néolithique final inférieur 1 ou 2 : fig. 58, nos 7 et 8) et une pièce hors stratigraphie (fig. 58, n° 9).

Fig. 58 - Néolithique final inférieur 2 et assimilé : fragments de polissoirs en marbre siliceux / quartzite carbonaté.

138Le premier élément frappant est l’identité de matériau tant à l’œil nu qu’à l’analyse en lame mince, réalisée sur 3 d’entre eux (fig. 58, nos 1, 3 et 6 ; annexe 1). Il s’agit de roches sédimentaires et/ou détritiques à grain fin et à léger litage plan, contenant en proportion à peu près équivalente des quartz et des carbonates, faiblement métamorphisées avec présence de minéraux opaques et de micas blancs et bruns. Ils peuvent donc être dénommés aussi bien grès/quartzites carbonatés que marbres siliceux, selon le taux respectif des deux constituants principaux (Thirault, Santallier, Véra 1999 : 273-274). Le délitage selon les plans naturels facilite l’obtention de plaque(tte)s, ce qui suppose un approvisionnement au plus près des gîtes autochtones. La roche et les supports ainsi sélectionnés sont en parfaite adéquation entre les deux contraintes techniques du polissage : abrasivité (grains de quartz) et auto-entretien par arrachage progressif (matrice carbonatée). Les polissoirs des Balmes témoignent donc d’un choix strict parmi les matériaux disponibles dans le métamorphisme alpin.

139Trois catégories peuvent être distinguées :

  • Des plaquettes minces (< 2 cm), de dimensions inconnues mais faibles (12 cm de long pour le plus grand fragment, presque complet), aux bords arrondis, dont les plans de travail, unifaciaux ou bifaciaux, sont plans ou très légèrement concaves (5 cas : fig. 58, nos 1-4, 8, 9).

  • Des plaques plus épaisses (4 cm environ) et plus grandes (au moins 20 cm), aux plans de travail plus étendus, sur une face (fig. 58, n° 7) ou deux (fig. 58, n° 6) avec, dans ce dernier cas, une surface de profil transversal concave et l’autre avec deux légères dépressions juxtaposées.

  • Un bloc incomplet, mais dont le volume se distingue nettement des précédents par une massivité importante malgré des dimensions intermédiaires entre les deux catégories décrites (fig. 58, n° 5). Les surfaces actives se développent sur les deux faces et sur le côté conservé.

140Pour information, un fragment de polissoir de la première catégorie a été retrouvé lors de la fouille sur le replat (§ 10.), ce qui confirme le lien très fort entre ce type d’outil et l’occupation du Néolithique final inférieur 2.

141Ce petit lot correspond à une même fonction, avec des polissages plans ou légèrement concaves, soit un travail de matériaux eux-mêmes plans et de faibles dimensions. Nos expérimentations sur les flèches polies en serpentinite vont dans le même sens (Thirault 2007). Pour le niveau du Néolithique final inférieur 2, une ébauche de pointe en cours de polissage pourrait correspondre aux polissoirs (infra, fig. 61, n° 4), mais cette activité est peu développée sur le site, contrairement au façonnage de pendeloques en griffe en chloritite, pour lesquelles lesdits polissoirs conviennent parfaitement (§ 5.4.). Il ne peut être exclu que certains d’entre eux, les plus grands, aient également servi pour le façonnage ou l’entretien d’autres objets, lames polies (infra) ou outils en os.

5.2.3.5. Les affûtoirs/pendeloques ?

142Un objet singulier mérite une attention particulière (fig. 59, n° 1). Très allongé et aplati (L : 10 cm), il affecte une forme subtrapézoïdale avec des arêtes arrondies. La surface est un peu brillante, probablement suite à un lustrage d’usage, ce qui interdit toute lecture tracéologique. Il en est de même pour la perforation proximale réalisée sur un amincissement de la pièce, de section bitronconique, avec un léger décrochement sur une face qui indique l’usage d’un forêt rotatif. Cet objet mousse peut, de prime abord, être qualifié de pendeloque et pourrait être catalogué comme élément de parure. L’aspect lustré des surfaces ainsi que le matériau constituant, une roche brun-gris à grain très fin, probablement une roche carbonatée/détritique métamorphisée, plaident cependant pour une fonction utilitaire de type affûtoir.

Fig. 59 - Pendeloques / affûtoirs.
1 : Néolithique final inférieur 2, roche détritique/sédimentaire indéterminée.
2 : hors contexte, roche métamorphique à grain fin.

143Un objet similaire, bien que plus irrégulier, provient de collectes hors stratigraphie (fig. 59, n° 2). Son extrémité proximale est brisée, mais ses proportions, le lustre bien développé sur une face, l’absence de stries visibles malgré une mise en forme intentionnelle, plaident pour une fonction similaire. La roche constituante est de dureté supérieure à l’acier, gris-noir à gris-clair, terne, faciès probablement sédimentaire/détritique métamorphisé.

144Ces pendeloques/affûtoirs ne trouvent guère de comparaison pour le Néolithique. Elles peuvent être rapprochées, sans conviction, des pendeloques trapézoïdales lisses dont les rares exemplaires connus en Languedoc sont en schiste, mais plus petits et irréguliers (Barge 1982 : 48 et 132). Les fouilles Bernabò Brea dans les niveaux chasséens des Arene Candide (Ligurie, Italie) ont livré un objet de forme proche, dit en « roche verte », mais de faibles dimensions (Starnini, Voyteck 1997). Un objet similaire, mais en schiste poli et plus petit (environ 7 cm de long) a été découvert anciennement sur le site de La Louvaresse à La Balme-les-Grottes (Isère), en contexte Néolithique final (Bocquet 1969 : 200, fig. 29). Cet outil est plus connu pour l’âge du Bronze, où le lien avec l’aiguisage du métal est proposé (par exemple, Pautreau 1979 : 235, fig. 86).

5.2.3.6. Les lames polies

145Trois exemplaires proviennent du niveau du Néolithique final inférieur 2 (Thirault 2004, pl. 14 ; fig. 60, nos 1 à 3). Le plus informe est un éclat plat en éclogite fraîche, façonné par bouchardage sur une face (fig. 60, n° 1). La face inférieure, éclatée selon un plan régulier, est d’interprétation délicate : accident de travail ou détachement intentionnel ? Le point important est la présence, sur un côté, d’une trace de sciage conservée sur une partie de la longueur. Une petite lame polie entière de 3,5 cm de long en clino-enstatite est façonnée sur un éclat plat, à peine mis en forme par retouches taillées sur la face supérieure puis polissage rapide des deux faces et des biseaux (fig. 60, n° 2). Une moitié proximale de fort module (4 x 2,2 cm de section) en pyroxénite3 complète le lot (fig. 60, n° 3). Elle présente un remarquable polissage transversal des faces par facettes longitudinales qui sont, dans ce cas, particulièrement nombreuses. Les côtés sont tout aussi instructifs : l’un est bouchardé pour adoucir partiellement un grand enlèvement de taille préalable ; l’autre présente deux traits de sciage opposés, issus de chaque face. L’ébauche a donc subi une mise en forme par double sciage puis cassure centrale. La cassure, irrégulière, a été légèrement polie pour arrondir le profil.

Fig. 60 - Lames polies du Néolithique final inférieur 2 (nos 1 à 3) et du Néolithique final inférieur non différencié (nos 4 et 5).
1 : éclat de lame polie en éclogite bouchardée et sciée.
2 : lame polie en clino-enstatite.
3 : lame polie en pyroxénite, façonnée par sciage.
4 : éclat de sciage en pyroxénite.
5 : ébauche en cours de polissage, éclogite.

146Deux autres objets polis doivent être décrits dans ce paragraphe. Ils proviennent des niveaux du Néolithique final inférieur, sans qu’un rattachement plus précis puisse être opéré. Tous deux attestent le travail des roches tenaces sur place (Thirault 2004, pl. 14). L’un est un déchet de sciage de faible dimension (fig. 60, n° 4). L’autre est une ébauche entière en éclogite fraîche, de 12,4 cm de longueur, qui documente de manière précise le façonnage de ces outils, puisqu’elle a été abandonnée à demi-achevée (fig. 60, n° 5). La mise en forme de la plaque-support, dont le mode d’obtention nous échappe mais qui est probablement débitée, est initiée par des enlèvements bifaciaux envahissants à partir des côtés et des extrémités, en particulier la future partie distale. Un bouchardage fin et régulier est ensuite réalisé sur les deux côtés et sur une face, suivi d’une légère retouche du tranchant par taille. Puis les deux faces sont polies de manière transversale par grandes plages qui conduisent à un facettage longitudinal. Pour une raison inconnue, peut-être des fissures internes, le façonnage est demeuré inachevé à ce stade.

5.2.3.7. Les armatures perçantes

147Le niveau Néolithique final inférieur 2 a livré 5 armatures perçantes (fig. 61, nos 2-6) auxquelles nous ajoutons une sixième pièce provenant du Néolithique final inférieur sans plus de précision (fig. 61, n° 7). Une seule armature est en silex, de nature indéterminable car brûlé (fig. 61, n° 2). Il s’agit probablement d’une armature plate à retouches couvrantes et base convexe, mais la forme et la technique de façonnage sont difficiles à reconstituer.

Fig. 61 - Néolithique final inférieur 2.
1 : petit éclat de galet en roche tenace.
2 à 6 : armatures de flèche perçantes. 2 : silex. 3 à 6 : serpentinite (4 : ébauche).
Néolithique final inférieur 1 ou 2.
7 : armature de flèche en serpentinite.
8 : fragment mésial de lamelle en silex.

148Les 5 autres armatures sont en serpentinite de couleur vert sombre uniforme, à l’exception du n° 6 de la figure 61, de teinte vert clair. Dans deux cas, une analyse RX a permis d’identifier le minéral antigorite, constituant essentiel des serpentinites massives (fig. 61, nos 4, 7). Une pièce est une ébauche en cours de polissage (fig. 61, n° 4), les autres sont achevées et entières, à une exception près (fig. 61, n° 6). Toutes sont façonnées par polissage facetté de petits éclats plats, technique décrite par ailleurs (Thirault 2007 ; Padovan, Thirault 2007a). Les formes sont variées : ovalaire (fig. 61, nos 3, 6, 7) ou pédonculée (fig. 61, n° 5 ; fig. 50, n° 11). Ces armatures polies sont bien connues dans les Alpes occidentales où elles sont utilisées dans toutes les vallées intra-alpines (Thirault 2006a). La présence d’une ébauche aux Balmes confirme l’existence de productions en Maurienne. Cependant, d’après les données étudiées par ailleurs, il nous semble que la production d’armatures polies sur le site ne soit pas à retenir, ou alors de manière très partielle, comme par exemple l’achèvement d’ébauches préparées ailleurs. En effet, l’existence d’un site producteur à Bessans ne laisse guère de doute quant au déplacement de groupes humains sur les gîtes de serpentinite, pour une production qui tire parti des potentialités optimales de la roche. Les pointes utilisées aux Balmes proviennent donc certainement de Bessans. La présence de 5 voire 6 pointes de flèche dans ce niveau, alors qu’elles étaient absentes du niveau antérieur, démontre la présence d’une fonction précise qui est ainsi représentée : chasse ou guerre. Deux pièces (fig. 61, nos 2 et 6) présentent une cassure typique de l’emmanchement, ce qui laisse penser que la hampe pourvue de la pointe brisée a été amenée dans la grotte. La seule pointe en silex est brûlée, indice supplémentaire en ce sens. Une tête de flèche amygdaloïde en os, de morphologie très comparable aux armatures ovalaires en serpentinite, provient du niveau immédiatement antérieur NFI1 (§ 5.6.4.3.2.).

5.2.3.8. Lame en silex

149Une unique petite lame en silex brûlé peut être rapportée au Néolithique final inférieur sans plus de précision (fig. 61, n° 8). Ses bords sont rectilignes, à retouches marginales semi-abruptes directes. Elle provient d’un débitage laminaire de bonne venue, avec probablement 3 pans déterminant une section trapézoïdale. Ce type d’outil, à la même période, est bien attesté dans le Horgen de Suisse et en particulier dans la région des Trois-Lacs où il représente entre 20 et 50 % des outils, tandis qu’il devient très rare ensuite (type 221 de Honegger 2001 : 145-160).

5.2.3.9. Une gamme d’outils variés

150Le niveau du Néolithique final inférieur 2 offre une grande diversité d’outils et d’armes en pierre et partant, fournit l’image d’activités variées : percussion, travail de la chloritite (débitage d’éclats, polissage : synthèse ; § 5.4.), façonnage de lames polies, travail du bois (lames polies), chasse et/ou état armé (pointes de flèche), sans compter d’autres activités non discriminables sur la base des outils retrouvés (lame en silex).

5.2.4. Le Néolithique final supérieur

151Ce niveau a livré 13 objets en pierre de fonctions diverses (fig. 62-66).

5.2.4.1. La mouture

152Fait exceptionnel, les deux éléments retrouvés, distants de 2 mètres environ, s’accouplent parfaitement pour former un appareil de mouture complet. La partie passive ou répercutante est une grande plaque de 58 cm de long pour 29,5 cm de large en roche grenue (granite ou plus probablement gneiss), délitée selon le plan de schistosité et épannelée sur le pourtour (fig. 62). Une extrémité a été régularisée par bouchardage. La table de travail, de forme concave dans les deux axes, se développe dans la partie centrale de la pièce sans atteindre les extrémités. La pièce active, en gneiss, longue de 28 cm est façonnée de même, mais le bouchardage est bien plus développé et concerne quasiment toute la surface opposée à la surface active, lui conférant une forme arrondie en section transversale et rectiligne en vue longitudinale (fig. 63, n° 1). La surface active est de forme à peine concave dans le grand axe et convexe en vue transversale. Une telle configuration implique que lors du travail, un léger espace existe entre les deux outils, qui a pu faciliter le placement de la matière à moudre.

Fig. 62 - Néolithique final supérieur. Meule entière en gneiss ou granite.

5.2.4.2. Les éclats et fragments de galets

153Cinq éclats et fragments de galets sont rattachés à ce niveau. Deux d’entre eux, découverts lors du sondage1994 (décapage 6), sont de petits éclats corticaux (2,2 et 4,8 cm de long) dont l’intentionnalité, et encore plus la finalité, sont incertaines. Deux autres sont des fragments de galets dont l’interprétation est également impossible. L’un, en serpentinite, présente une large plage corticale avec de nombreuses stries orientées selon un axe à peu près identique, stries dont l’origine intentionnelle ne peut être formellement démontrée (fig. 63, n° 2). Certaines cassures, en particulier la face inférieure, ont un aspect patiné, d’autres non, ce qui indique que cet objet a été collecté alors qu’il était naturellement brisé, et qu’il a subi des enlèvements d’origine anthropique. Un autre galet, en roche tenace verte brûlée et fissurée (fig. 63, n° 3), est probablement éclaté suite à un choc thermique, comme nous l’avons expérimenté sur ce matériau (Thirault 2007).

Fig. 63 - Néolithique final supérieur.
1 : molette en gneiss.
2 : fragment de galet en serpentinite.
3 : fragment de galet en roche tenace verte, brûlé et éclaté.

154La pièce la plus intéressante est un éclat intentionnel de galet en chloritite qui présente un talon percuté à plusieurs reprises (amorce de bouchardage) et un bulbe de percussion très net sur sa face inférieure (fig. 64, n° 1). L’intentionnalité de l’opération ne fait pas de doute, et cet éclat est à relier à la production de parures en chloritite (§ 5.4.).

Fig. 64 - 1 : Néolithique final supérieur, éclat intentionnel de galet en chloritite.
2 : Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur : percutant (broyeur) sur galet de serpentinite, avec cupule.

5.2.4.3. Outil de percussion

155Le seul percutant de ce niveau4 est aussi unique par sa forme au sein de toute la séquence (fig. 64, n° 2). De proportions ramassées et de forme ergonomique offrant une bonne prise en main, il présente des zones percutées sur toutes les surfaces avec des intensités variables, mais surtout, une face inférieure plane qui présente un bouchardage grossier mais très lustré, avec, au centre, une cupule percutée très régulière. Le support, un galet de serpentinite, offre, d’après nos expérimentations, de bonnes qualités techniques à la percussion, mais l’aspect plus ou moins grossier des impacts de percussion ne reflète pas obligatoirement la force de frappe. Ainsi, peut-on seulement dire que ce percutant a eu des fonctions différentes, dont une percussion posée de type broyage sur la face inférieure, postérieure à un usage en percussion lancée.

5.2.4.4. Les lames polies

156Trois éléments proviennent de la base du niveau Néolithique final supérieur (fig. 65, nos 1-3). Un déchet de sciage en pyroxénite est identique à celui attribué au niveau sous-jacent, précédemment décrit (fig. 65, n° 1). De ce fait, il est probable que ce fragment soit remonté et donc de datation antérieure. Une moitié distale en jadéitite provient d’une lame polie de médiocres dimensions (3,5 x 1,5 cm de section ; fig. 65, n° 2). Son polissage, avec deux facettes à poli transversal sur une face, n’est pas intégral ; les côtés sont bouchardés, également de manière partielle. Une extrémité distale de lame polie en éclogite, réalisée sur un bel éclat ou une plaque, est brisée transversalement (fig. 65, n° 3). La largeur de la pièce (5,5 cm), le fil parfaitement tranchant et symétrique, une légère brillance sur les biseaux, font de cette pièce un outil de fort module, accidenté en plein travail. La technique de polissage est conforme aux autres pièces du Néolithique final : polissage direct des faces selon un geste transversal ou oblique par rapport au grand axe, création de facettes aux arêtes longitudinales et d’angles marqués aux liaisons entre les faces et les côtés.

Fig. 65 - Lames polies du Néolithique final supérieur (nos 1 à 3) et hors contexte (nos 4 à 6).
1 : éclat scié en pyroxénite.
2 : moitié distale en jadéitite.
3 : extrémité distale en éclogite.
4 : ébauche en éclogite fraîche (découverte par R. Chemin sur le tas de déblais).
5 : lame polie entière en pyroxénite (hors stratigraphie).
6 : éclat de tranchant en probable éclogite (découverte dans le niveau Bronze final).

5.2.4.5. Les armatures perçantes

157Deux pointes sont attribuées avec certitude au niveau du Néolithique final supérieur : l’une en serpentinite (fig. 66, n° 1), l’autre en silex (fig. 66, n° 2 ; fig. 50, n° 11). La première est façonnée sur une mince plaquette polie et biseautée pour obtenir une pointe sublosangique, soit une forme à pédoncule nettement affirmé, dont les côtés, à peine concaves, sont équarris par polissage, conférant à cette partie proximale une section rectangulaire. Le polissage est mené avec de nombreux changements d’orientation, sans pour autant faire disparaître toutes les irrégularités de la plaquette.

Fig. 66 - Petit outillage lithique taillé et poli du Néolithique final supérieur (nos 1 et 2), du Néolithique final indéterminé (nos 3 et 4) et hors contexte (nos 5 à 7).
1 : armature perçante polie en serpentinite.
2 : armature perçante foliacée à retouches couvrantes en silex.
3 : armature perçante à pédoncule en silex.
4 : armature perçante polie en serpentinite.
5 : fragment de lamelle en silex (découverte dans le niveau Bronze final).
6 : ébauche d'armature perçante polie en serpentinite.
7 : fragment de lame en silex à retouches abruptes.

158La pointe en silex, de plus grande dimension (plus de 6,6 cm contre 4,8 cm), affecte une forme similaire. Le pédoncule, brisé à la base, occupe un tiers de la longueur totale. Le support n’est plus identifiable, car entièrement repris par retouches bifaciales plates et couvrantes.

159Ce type d’armature trouve quelques comparaisons régionales. À Bessans Le Château, un exemplaire entier provient de la couche 8e du sondage 1 en association avec deux pointes en quartz hyalin, un fragment de pointe plate en os poli et trois ébauches de pointes plates en serpentinite et amphibolite (Thirault 2006a, fig. 5 n° 16). Aucune datation absolue ne peut être avancée pour ce niveau, placé dans la plus ancienne phase Néolithique final du site. À Aime Le Replat en Tarentaise, le coffre funéraire n° 6, de type Chamblandes, a livré une armature lancéolée et foliacée associée à une armature triangulaire à base concave (Gély, Ougier-Simonin, Porte 1991). Deux dates 14CAMS placent ce coffre à inhumations collectives dans la fourchette 4550-4250 av. J.-C., comme 4 autres tombes de la même nécropole mais en contradiction avec une date obtenue sur une sixième tombe (3740-3100 av. J.-C. ; Gély 2005). Les armatures foliacées sont inconnues à une date aussi ancienne dans le bassin du Rhône, mais sont attestées en Provence dans la grotte de l’Église supérieure à Baudinard et à Fontbrégoua à Salernes, en contextes Chasséen ancien et Pré-Chasséen, en lien avec les VBQ où ces armatures sont également connues (Binder 1991 ; Bagolini, Pedrotti 1998). À Aime, il convient donc de considérer que la pièce foliacée du coffre n° 6 n’a rien à voir avec les exemplaires de Bessans et de Sollières, bien plus tardifs. Toujours en Tarentaise, à Bozel Chenêt des Pierres, les armatures foliacées sont absentes des niveaux en place du Néolithique moyen (Perrin 2007). Dans la séquence du Néolithique final de Chalain-Clairvaux (documentée à partir de 3200 av. J.-C. environ), ce type d’armature est toujours présent en quantité à peu près équivalente (20 à 25 % environ), sauf pour la tranche 3050-3010 (soit au moins 100 ans avant le niveau Néolithique final inférieur 2 des Balmes) où le taux monte à 41 % (Saintot 1998). En Suisse, les armatures lancéolées sont présentes durant le Néolithique final, avec un pic d’extension géographique vers l’est vers 3000-2800 av. J.-C. environ (type 152 de Honegger 2001 : 136-145). En Valais, ces armatures sont présentes dès le milieu du Ve millénaire av. J.-C. (ibid.).

160Les armatures losangiques à lancéolées et foliacées des Balmes se placent donc sans problème dans la mouvance des influences méridionales qui imprègnent les Alpes occidentales, le Plateau suisse et le Jura à la charnière des IVe et IIIe millénaires av. J.-C.

5.2.5. Les objets Néolithiques récoltés hors contexte

161Parmi le mobilier lithique découvert dans les niveaux de l’âge du Bronze, non attribuable autrement qu’au Néolithique final, voire non attribuable du tout, 11 pièces peuvent être cataloguées comme néolithiques du point de vue typologique.

5.2.5.1. Les lames polies

162Trois lames polies peuvent être attribuées aux niveaux néolithiques sans plus de précision.

163Un éclat de tranchant en probable éclogite, brisé net lors d’un choc, provient du niveau Bronze final (fig. 65, n° 6). Malgré la petitesse de l’éclat conservé, la convexité du fil tranchant, parfaitement affûté, est remarquable, de même que la brillance sur les quelques millimètres qui bordent le fil. Une lame polie découverte hors stratigraphie durant les premières années de fouille est d’une facture beaucoup plus grossière (fig. 65, n° 5). Elle est façonnée sur un éclat de pyroxénite, taillé sur les côtés, régularisé par bouchardage latéral et rapide polissage des faces et des biseaux. Au final, l’objet est dissymétrique et façonné à l’économie, y compris pour les biseaux du tranchant, dont le fil est convexe et segmenté. Néanmoins, une petite facette de polissage est présente sur une face, et le polissage est mené de manière transversale à oblique, critères typiques du Néolithique final. Cette lame polie a été utilisée, comme en témoignent la brillance des biseaux et le léger lustre développé sur une face.

164En 2005, R. Chemin, de passage sur le site, ramassa une ultime lame polie sur les déblais de tamisage de la fouille de P. Benamour (fig. 65, n° 4). La pièce est remarquable car il s’agit d’une ébauche en éclogite fraîche dont les surfaces nous instruisent sur les étapes de façonnage : le support, si on en croit l’aspect des faces, est un éclat détaché d’un bloc altéré, voire roulé (face de gauche sur le dessin). La mise en forme est réalisée par détachement de grands éclats couvrants sur la face supérieure, puis enlèvements plus courts sur les biseaux et les côtés ; un bouchardage fin et un polissage sont partiellement présents sur une face et les côtés. Leur chronologie respective est difficile à établir, mais il semble que les retouches des biseaux soient postérieures au bouchardage/polissage. Il est donc possible que cette ébauche ait été mise en forme dans son volume global, régularisée, avant de dégager les biseaux du tranchant. Ces observations révèlent la complexité des gestes et de l’emploi des techniques, dont la succession, comme nous l’avons déjà relevé, n’est pas obligatoirement celle souvent évoquée (taille-bouchardage-polissage : Thirault 2004, chapitre 4). Le module de la pièce, longue de 7,8 cm, donne une bonne idée du format des ébauches qui circulent à travers les Alpes à cette période, lesquelles ne sont pas toutes de dimensions exceptionnelles.

5.2.5.2. Les armatures perçantes

165Trois exemplaires en silex et en serpentinite rentrent dans cette catégorie. La pointe en silex, de 3,1 cm de long, possède un pédoncule dégagé à bords concaves façonné sur une partie corticale (fig. 66, n° 3 ; fig. 50, n° 11). La pointe est mise en forme par retouches semi-abruptes bifaciales. Une comparaison proche peut être établie avec la couche 7 du sondage 1 de Bessans Le Château, laquelle est placée dans une phase antérieure à l’occupation « campaniforme »5 et postérieure à la plus ancienne phase Néolithique final du site, précédemment évoquée (Thirault 2004). A Chalain-Clairvaux, ce type d’armature est connu à partir de 3100 av. J.-C. environ et jusqu’à la fin de la séquence néolithique mais toujours en faible proportion (entre 2 et 10 % ; Saintot 1998).

166Des deux armatures en serpentinite, l’une, de 3,9 cm de long, est achevée et affecte une forme losangique allongée à pédoncule net à bords rectilignes (fig. 66, n° 4). La seconde est une ébauche irrégulière abandonnée en cours de polissage (fig. 66, n° 6).

5.2.5.3. Les lames en silex

167Deux exemplaires sont hors contexte : une lame étroite à 4 pans, conservée dans sa partie mésiale (fig. 66, n° 5), qui se rapproche de l’exemplaire du Néolithique final inférieur (fig. 61, n° 8), et un fragment de forte lame à 2 pans et retouches directes abruptes, dont la forme et le gabarit rentrent dans les standards des grandes lames du Néolithique final (fig. 66, n° 7).

5.2.5.4. Le débitage du quartz hyalin

168Trois éléments de cristal de roche ont été identifiés : une pyramide et deux prismes, dont la datation ne peut être assurée. Leur présence aux Balmes signe probablement un débitage sur place (la pyramide doit être ôtée pour entamer le débitage des prismes), mais aucune information sérieuse ne peut être inférée de ce faible corpus, bien que le site contemporain de Bessans Le Château ait livré des séries plus fournies en quartz hyalin.

5.2.6. Approche technique et économique : approvisionnements en matériaux, filiations techniques et stylistiques

169Bien que la caractérisation des matériaux constituant l’outillage lithique des Balmes ne soit pas aboutie pour tous les types, une recherche des provenances peut être effectuée, en lien avec les filiations techniques et stylistiques connues dans le bassin du Rhône et les Alpes occidentales durant le Néolithique final. Nous distinguerons trois catégories de mobilier :

  • Des outils dont l’acquisition de la matrice et/ou du support peut se faire directement durant des déplacements journaliers autour du site.

  • Des outils et armes dont l’arrivée sur le site s’inscrit dans une trame spatiale locale (haute Maurienne), mais qui sont introduits déjà façonnés (tout ou partie) sur les lieux.

  • Des outils extérieurs à la haute Maurienne, dont l’acquisition et le façonnage impliquent des liens avec d’autres groupes humains.

5.2.6.1. Des ressources locales largement mises à profit

170La complexité géologique des Alpes internes entraîne une grande diversité des ressources lithiques en haute Maurienne, sur les gîtes autochtones ou en dépôts secondaires. L’obtention de matrices aptes au débitage et/ou à la mise en forme d’outils s’est donc effectuée sans grand déplacement autour du site pour la plupart des catégories documentées aux Balmes : mouture, broyage, percutants, polissoirs. Les matériaux utilisés peuvent être trouvés en quelques heures de marche autour du site, ce qui est un indice fort en faveur d’un acquis direct de la part des groupes résidant aux Balmes, dans le cadre de déplacements quotidiens.

171Le mobilier de mouture, de broyage et de percussion lancée diffuse (percutants variés) est réalisé sur des roches disponibles à faible distance du site dans la vallée, dans les gîtes subautochtones et dans les dépôts allochtones : dépôts de pente, transports glaciaires, alluvions.

172Les 9 polissoirs du Néolithique final inférieur 2 sont tous composés d’une roche identique, à quelques nuances près : un grès/quartzite carbonaté/marbre siliceux. Un tel matériau peut être collecté à faible distance du site, dans le versant au droit des Balmes, ou, selon les faciès, à quelques heures de marche au sud-est, en altitude autour de la pointe de Bellecombe et sur les flancs occidentaux de la cuvette du Mont Cenis. Les faciès pétrographiques les plus adéquats appartiennent au Trias carbonaté, avec la série TC, dépôts détritiques/sédimentaires peu métamorphisés (Fudral et al. 1994)6. En tout état de cause, il s’agit donc d’une ressource locale.

5.2.6.2. Les pointes polies en serpentinite : des armes au statut particulier

173Les pointes polies ont fait l’objet d’une recherche approfondie, développée ailleurs, qui permet de réfléchir sur les modalités de déplacement et d’acquisition des biens en haute Maurienne (Thirault 2006a, 2007 ; Padovan, Thirault 2007a). Aux Balmes de Sollières, les pointes polies parviennent sous une forme achevée, ou, à tout le moins, déjà ébauchée. Jusqu’à preuve du contraire, le site producteur est celui du Rocher du Château à Bessans, pour une raison technique : nécessité de travailler sur les gîtes (sub)autochtones pour l’obtention des supports. La distance est de 20 km environ en remontant la vallée à flanc, soit environ 6 heures de marche aller et un peu moins au retour. Les modalités de production des pointes polies au Rocher du Château permettent de proposer que les producteurs résidaient un temps certain sur les lieux, dans le cadre d’un parcours ou d’un déplacement ponctué de haltes (Thirault 2007). Nous proposons donc que les deux sites puissent avoir fonctionné en relation l’un par rapport à l’autre, avec des statuts et des fonctions différentes qui demeurent encore difficiles à préciser.

5.2.6.3. Des matériaux et des objets extérieurs à la haute Maurienne

174Trois catégories sont étrangères à la haute Maurienne, avec des statuts différents : les lames polies en roches tenaces, le quartz hyalin et les outils en silex.

5.2.6.3.1. Les lames polies en roches tenaces

175Les lames polies des Balmes, bien que peu nombreuses, constituent une série stratifiée qui apporte un peu de renouveau à la question des évolutions de cet outillage durant le Néolithique final dans les Alpes françaises.

176Aux Balmes, les niveaux du Néolithique final inférieur sont datés vers 3350-3000 av. J.-C. environ (occupation 1) et vers 3100-2900 av. J.-C. (occupation 2), et rapprochés, sur la base de la céramique, des groupes nord-orientaux et orientaux de type Horgen-Sipplingen-Lattrigen, alors que la parure est à dominante méridionale (§ 11.). Le Néolithique final supérieur, rapproché sur la même base de l’Auvernier-Cordé ou du groupe de Chalain, et de façon secondaire des cultures méridionales (§ 11.), se place vers 2650-2450 av. J.-C. Deux traits techniques liés, qui signent le Néolithique final dans les Alpes françaises, sont présents dans les deux phases : le polissage transversal et le facettage. Ils sont associés dans le Néolithique final inférieur (3 cas) et dans le Néolithique final supérieur (1 cas). Dans ce dernier, un second cas de polissage transversal est attesté sur un fragment distal dont nous ignorons tout de la morphologie mésiale. Il faut donc convenir que ces deux traits techniques sont étroitement associés durant les occupations successives du Néolithique final.

177Le sciage est présent en trois exemplaires dans le Néolithique final inférieur, dont deux sont des déchets de production. Un déchet identique se retrouve dans le niveau Néolithique final supérieur, ce qui conduit à s’interroger sur son insertion chronologique réelle : ne s’agit-il pas d’un objet plus ancien remonté ? Rien ne permet de le démontrer, mais la probabilité est forte (§ 12.8.1.).

178Retenons donc que ces trois traits techniques (polissage transversal, facettage et sciage) sont présents aux Balmes sur une longue plage de temps et, en particulier, dès la fin du IVe millénaire av. J.-C. Le fait est en concordance avec les données externes aux Grandes Alpes : à Chalain 3 (Jura), seul le niveau IV, daté environ de 3050-3000 av. J.-C., contient deux exemplaires de lames polies à poli transversal et facettes (sur 5 pour ce niveau), si on se fie aux dessins publiés (Jeudy et al. 1997). Le sciage est absent de toute la séquence de ce site (3200-2900 av. J.-C.). Culturellement, la céramique du niveau IV renvoie aux contextes méridionaux et particulièrement à ceux du Ferrières (Giligny et al. 1995 ; Pétrequin 1998a). Sur le lac d’Annecy, le site d’Annecy-Port a livré des lames polies qui présentent à la fois le polissage transversal et le facettage, tandis qu’à Annecy-le-Vieux Petit-Port a été découverte une ébauche sciée (Thirault 2004). Dans les deux cas, les datations sont très imprécises puisqu’elles couvrent la tranche 3000-2400 av. J.-C. pour le premier, et l’intégralité du Néolithique final pour le second (Marguet, Rey 2007). À Genève Parc de la Grange, une série est bien calée par dendrochronologie vers 2950-2750 av. J.-C. dans un contexte Lüscherz ancien. Là sont présents le sciage, le polissage transversal et le facettage (Pugin, Corboud 2006).

179L’hypothèse d’une filiation technique entre le Cortaillod du Valais, du Léman et de Haute-Savoie, où le sciage et le polissage transversal sont connus (Thirault 2004), et le Néolithique final du Léman et des Savoie, où s’ajoute le facettage des faces, sort renforcée de ces nouvelles données. On serait tenté, en forçant les données des Balmes, de penser que l’emploi du sciage est un épisode de moindre durée que le polissage facetté et transversal. Cependant, à Charavines Les Baigneurs, daté environ de 2670-2590 av. J.-C., les trois traits techniques sont attestés : 14 polissages transversaux dont 12 avec facettes sur 18 objets étudiés, dont un cas avec sciage (Thirault 2004). Restons donc prudents et considérons, en l’état, que ces traits techniques sont attestés durant tout le Néolithique final en Savoie et en Isère. L’apport des Balmes est le calage plus précis de l’apparition du facettage, dès les derniers siècles du IVe millénaire av. J.-C.

180L’étude des matériaux utilisés, réalisée en collaboration avec Danielle Santallier et Ruben Véra, apporte un contrepoint important à la discussion (Thirault, Satallier, Véra 1999 et analyses complémentaires : annexe 1). De manière globale, tous les matériaux proviennent du Piémont, et les gîtes les plus proches sont dans les massifs entaillés par les vallées de Lanzo et le val de Suse, à 1 à 2 jours de marche à l’est des Balmes par-delà la ligne de partage des eaux. Bien qu’aucune preuve directe d’exploitation préhistorique n’ait été découverte à notre connaissance dans ce secteur, les données archéologiques régionales permettent de le retenir avec une bonne vraisemblance (discussion in Thirault 2004). Néanmoins, la présence d’une lame achevée en jadéitite pure (fig. 65, n° 2) dans le niveau néolithique final supérieur des Balmes oblige à nuancer le propos. En effet, selon les dernières recherches publiées sur la question, les seules sources probantes pour la jadéitite massive et pure sont les contreforts sud-est du Mont Viso où des carrières néolithiques sont reconnues (Pétrequin et al. 2007a et b). À moins de supposer que d’autres gîtes de jadéitite pure et de composition chimique identique à celle du Mont Viso existent et demeurent inconnus dans les Alpes, il faut considérer que l’exemplaire des Balmes provient du Mont Viso. Remarquons que la lame polie en question est issue du niveau néolithique final supérieur, aux affinités méridionales établies – quoique secondaires par rapport à l’influx Auvernier-Cordé –. Nous avons donc là un nouvel indice de circulations à travers la partie méridionale du massif alpin. En outre, une face est facettée par polissage transversal, preuve supplémentaire de l’existence de liens nord-sud ou sud-nord très forts au plein cœur des Grandes Alpes autour du milieu du IIIe millénaire av. J.-C. Liens qui s’étendent jusqu’au lac de Chalain dans le Jura, sur l’habitat CH 2 N 59 daté du 27e siècle av. J.-C. où sont identifiées des jadéitites du Mont Viso (Pétrequin et al. 2006b).

181La complexité des réseaux de circulation des lames polies apparaît donc au fur et à mesure de l’avancée de la recherche. L’état actuel des connaissances concernant les éclogites et les omphacitites ne permet pas de distinguer les zones d’approvisionnement au sein des massifs alpins, ce qui implique que ces roches puissent avoir plusieurs provenances pour un même site archéologique. La présence d’ébauches en cours de façonnage aux Balmes place Sollières comme un maillon entre les sites carriers et ceux récepteurs d’outils finis. Aux Balmes, les occupants ont accès aux ébauches et non pas seulement aux produits finis. Sont-ils pour autant producteurs ? Il est possible que les conditions de fouille n’aient pas permis la récolte des éclats de taille ou des déchets de façonnage difficiles à distinguer pour un œil profane. La faiblesse de la série ne permet pas de trancher, et seule la prise en compte de nouveaux sites encore à fouiller permettra un raisonnement plus subtil. Chatalamia à Villarodin-Le Bourget, en position perchée en aval dans la vallée, pourrait apporter des précisions en ce sens, puisque nos prospections ont livré une petite série d’éclats de taille en éclogite ainsi que des éléments de datation du Néolithique final (inédit).

5.2.6.3.2. Les quartz hyalins

182La quasi-absence de quartz hyalin aux Balmes pose question, dans la mesure où ce matériau est bien représenté aux côtés du silex sur le site proche de Bessans Le Château (Thirault 2006a), comme il est de mise sur les sites intra-alpins jusqu’à la fin du Néolithique (par exemple, en Valais : Honegger 2001). Nous avons un moment pensé qu’il pouvait s’agir d’une question de collecte lors de la fouille, mais le quartz hyalin est tout aussi rare dans le sondage de 1994 et dans celui mené en 2005 en contrebas du replat. La question demeure donc ouverte. Outre un éclat calé dans le niveau éventuel du Néolithique moyen 2, trois fragments sont hors stratigraphie et difficiles à attribuer à l’une ou l’autre des occupations. Il s’agit en outre de deux prismes et d’une pyramide, dont la finalité n’est pas clairement établie.

183La provenance de ces quartz hyalins demeure inconnue, faute d’avoir été recherchée. Cependant, les analyses menées par S. Cousseran sur les séries du Château à Bessans démontrent des circulations depuis plusieurs sources, dont probablement l’Oisans (Cousseran 2001). Depuis, les prospections de P. Rostan ont démontré la réalité de l’exploitation ancienne du quartz hyalin dans ce massif (Rostan 2005, 2007 ; Renault et al. 2005), et les premiers sondages archéologiques permettent de dater les premières extractions du Néolithique moyen, au moins (travaux P. Rostan et E. Thirault, inédits). Mais l’Oisans n’est pas, de loin, le seul massif exploité : l’extension des prospections aux Alpes du Nord fournit des indices multiples d’exploitation ancienne en Beaufortain, en Tarentaise et en basse Maurienne près de Saint-Jean-de-Maurienne (Rostan 2008 et travaux Rostan et Thirault inédits).

184Il est donc impossible, à ce jour, de se prononcer sur la provenance exacte des quartz hyalins des Balmes. Les prospections que nous avons menées en haute Maurienne permettent néanmoins d’exclure cette haute vallée, car aucun gîte probant n’a pu être mis au jour. Il s’agit donc d’une ressource acquise après un ou plusieurs jours de marche à travers les massifs.

5.2.6.3.3. Les silex

185Faute d’analyses pétrographiques, l’origine des silex taillés des Balmes demeure inconnue. Cependant, deux certitudes peuvent être établies : ils sont exogènes, puisque la prospection systématique de tous les accidents siliceux mentionnés sur la carte géologique a démontré l’absence de silex exploitable en haute Maurienne, et probablement dans toute la vallée. En second lieu, ils sont parvenus sous forme d’outils sur le site, puisque le nombre d’éclats est très faible (10, tous indatables) et qu’ils correspondent essentiellement à de la retouche.

186Sur ce point encore, les Balmes se distinguent du Château à Bessans, où le silex taillé est abondant et probablement pour partie façonné sur place (Thirault 2006a). Comme pour le quartz hyalin, l’hypothèse d’un biais lors de la collecte à la fouille est difficile à argumenter. Nous sommes donc bien face à une question fonctionnelle.

5.2.6.4. Un site intégré dans un vaste territoire

187Malgré le caractère inégal des données acquises aux Balmes, l’analyse de l’outillage lithique indique clairement deux tendances fortes :

  • Une maîtrise approfondie des ressources accessibles dans un rayon très proche autour du site.

  • L’insertion dans des circulations qui outrepassent de loin la haute Maurienne et qui rayonnent, pour ce que nous pouvons démontrer, dans toutes les directions sur des distances pouvant dépasser une semaine de marche aller-retour (jadéitite du Mont Viso) (fig. 67).

Fig. 67 - Carte des approvisionnements connus pour les différentes catégories de matériaux lithiques.
Le cercle placé autour des Balmes regroupe les matériaux alluviaux ou prélevés sur des gîtes en place dans l'environnement proche du site : granites et gneiss, grès, galets de serpentinite, chloritite, quartzite et divers.

188Une interprétation possible, dans l’hypothèse d’un habitat sédentaire, serait celle d’une disjonction entre le mobilier pondéreux, façonné sur des ressources locales, et des biens acquis par un réseau de circulation (échanges, etc.) développé dans des directions différentes selon les matériaux. Or, précisément, le caractère pérenne de l’occupation des Balmes est loin d’être une certitude. Il convient donc d’envisager une mobilité intrinsèque des groupes humains qui résident aux Balmes, et qui ne sont pas les mêmes d’une occupation à l’autre. Nous pouvons donc proposer, à l’inverse, que la présence de matériaux exotiques souligne l’instabilité du peuplement de la haute Maurienne au Néolithique final, dont les groupes humains sont étroitement reliés à des régions lointaines. La bonne connaissance des ressources locales pourrait alors s’expliquer par l’intensité et la répétition des parcours dans la vallée, réalisés pour d’autres raisons. Ainsi, comme à Bessans Le Château, le lithique témoignerait d’une occupation de l’espace fortement inféodée à des pratiques de mobilité : chasse à Bessans, pastoralisme à Sollières ?

5.3. Les objets de parure (H. B.)

5.3.1. Généralités

189Les différentes occupations des Balmes ont fourni un peu plus de deux cents (202) objets de parure entre le Néolithique final inférieur et le Bronze final. La salle II n’a livré que 4 parures indubitables (1 glycymeris, 3 dents). La quasi-totalité provient donc de la fouille de la salle I. L’attribution chronologique a été obtenue sur la base du découpage opéré à partir de la dispersion des céramiques de la salle I, comme pour l’ensemble des témoins archéologiques, hormis pour les objets recueillis dans le témoin fouillé en 1994 (§ 2.2.4.1.). Les photographies in situ ont souvent autorisé un degré de précision supplémentaire. Il faut cependant prendre les résultats de cette sériation en termes de tendance et non comme un classement de valeur équivalente à celui que permettrait une fouille à analyse stratigraphique fine. Des pièces semble-t-il anachroniques des niveaux bronze ancien et bronze final nous rappellent en outre que plus l’on progresse dans le temps, plus les héritages taphonomiques sont possibles (§ 12.8.1.).

190Cent quarante-quatre pièces ont été illustrées, soit un peu plus de 71 % du total. Cette sélection a porté sur les objets les plus complets et visait à éviter les redondances typologiques flagrantes. Leur inventaire est donné en annexe (annexe 2). Trente-quatre (17 %) ne bénéficient d’aucun contexte fiable. Cependant, onze d’entre elles découvertes près de la surface contribuent à la compréhension de l’histoire sédimentaire (§ 12.8.1.). Neuf autres, en ambre ou en verre, peuvent être attribuées au Bronze final sur des bases typologiques. Quatorze (7 %) sont issues de contextes stratigraphiques qui n’ont pu être finement précisés par la méthodologie de reclassement mise en oeuvre. Le solde, qui bénéficie d’une attribution chronostratigraphique, représente tout de même un total de 154 unités, soit 76 % du total. La seule parure possible du Néolithique moyen 2 NM2 (NF) est représentée par une mandibule de fouine portant une perforation (§ 14.3.2. ; fig. 183).

191La séquence du Néolithique final des Balmes regroupe à elle seule cent trente-neuf objets de parure qui constituent un ensemble exceptionnel pour la Savoie et d’une façon générale pour les Alpes du Nord. Il faut leur adjoindre les pièces de typologie néolithique, estimées à une vingtaine, découvertes en position secondaire dans des niveaux postérieurs ou dans des sédiments remaniés.

192Ces objets sont en majorité fabriqués à partir de roches et de matières dures animales (test de coquillage, os, dent ; fig. 50, nos 6 à 10). Leur état de conservation est excellent, tout comme les conditions d’enfouissement liées à une sédimentation dont l’accrétion est par nature rapide (§ 3.1.). Une portion de collier a d’ailleurs été découverte en position d’abandon ou de chute dans la partie profonde de l’ensemble néolithique final inférieur 2 (Vital et al. 2008, fig. 2 ; fig. 70, n° 3 à 10)

5.3.2. Les parures spécifiques du Néolithique final inférieur

5.3.2.1. Néolithique final inférieur 1 et 2

193Les quatre pendeloques à ailettes en calcaire de la grotte des Balmes, issues des niveaux Néolithique final inférieur 1 et 2, sont de grande taille. Elles possèdent un anneau large, une base rectiligne et, de profil, leurs ailettes ne sont pas individualisées (fig. 68, nos 12, 25 ; fig. 70, nos 1, 2). Leur taille plus grande que la normale et le fait qu’elles aient conservé des facettes de façonnage ou de polissage laisse supposer qu’elles sont inachevées. L’exemplaire le plus proche, lui aussi en cours de fabrication, est celui découvert dans la grotte de la Roquette à Conqueyrac, Gard (Barge 1982). Ces pendeloques sont très fréquentes dans les cultures du Néolithique final méridional (Ferrières, Treilles). Les modèles de pendeloques à ailettes à base rectiligne ne sont pas les plus répandus (Barge, Bordreuil 1990-1991). Dans le Midi de la France, on les rencontre essentiellement en milieu sépulcral, très rarement en habitat. Elles sont très répandues sur les Grands Causses de l’Aveyron (grotte de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon ; grotte des Fées à Roquefort ; niveau 3 de la grotte des Treilles), dans le Quercy, sur les petits causses de l’Hérault (Rouet), en Vaucluse (hypogée de Grillon, grotte de Saint-Gervais à Bonnieux). Ces parures sont le plus souvent associées à des perles discoïdes en roche verte ou en calcaire, éléments intermédiaires pour les colliers. Elles sont datées vers 3250-3050 av. J.-C. (4460 ± 70 B. P.) dans le tumulus de Dignas en Lozère et vers 2300-2200 (3800 ± 130 B. P.) dans la couche VI de la grotte de Sargel 1 (Barge-Mahieu, Bordreuil 1992). On les retrouve dans les Hautes-Alpes, sur le site du Col des Tourettes à Montmorin, locus 2 (Muret 2006), en milieu chalcolithique vers 2830-2470 av. J.-C. (4100 ± 160 B. P., 3950 ± 130 B. P.). En basse Provence, la même association de parures existe dans des contextes sépulcraux datés de la fin du 3e millénaire.

194En Suisse occidentale, les pendeloques à ailettes sont peu répandues. On en connaît dans un niveau Lüscherz à Portalban II (FR ; Ramseyer 1987). Un exemplaire à base rectiligne provient de Gerolfingen (BE ; Strahm 1970). En Suisse orientale, elles sont signalées dans un niveau Horgen à Feldmeilen/Vorderfeld (ZH ; Winiger 1981) et dans un niveau de transition Horgen-Cordé, daté de 2869-2850 av. J.-C., à Sennweid près de Steinhausen (ZG) où elles sont associées à des dents percées de canidé, de suidé et d’ours, et à des coquillages méditerranéens (Elbiali 1990). Elles sont également connues en contexte Horgen dans le sud de l’Allemagne, à Sipplingen (Kolb 1986) et à Bodman-Ludwigshafen (Schlichtherle 1988). Elles sont fréquentes dans le nord de l’Italie (Ligurie, Lombardie, Vénétie) où elles sont associées à des pendeloques à pointe en calcaire et à des perles discoïdes en calcaire et roche verte, sur le site de Tana Bertrand à Badalucco (Impéria ; Barfield 1980), mais aussi à des coquilles de Dentalium et à de menus objets de cuivre de Gra di Marmo à Réaldo (Impéria ; Ricci, Lanteri-Motin 1965). Un exemplaire à base rectiligne provient de la grotte di Andrea à Zogno (Bergamo).

195Deux pendeloques à pointe et à bélière en calcaire sont issues du Néolithique final inférieur générique et du NFI2 (fig. 70, n° 20 ; fig. 69, n° 30). Deux autres sont en milieu remanié (fig. 71, nos 13, 14). Cet ornement est généralement associé aux pendeloques à ailettes dans la culture de Ferrières. À Clairvaux, la Motte-aux-Magnins, vers 2850-2750 av. J.-C., elles côtoyaient des pendeloques en bois de cerf en griffe ou coniques ornées d’incisions parallèles ou en croisillons, des Dentalium, des perles en stéatite (Maréchal et al. 1998). Deux pendeloques en défense de suidé, l’une elliptique et l’autre arciforme, sont uniquement et respectivement attestées dans le Néolithique inférieur 1 et 2 (fig. 68, n° 11 ; fig. 69, n° 27).

5.3.2.2. Néolithique final inférieur 1

196Deux éléments se rencontrent exclusivement dans l’ensemble du Néolithique final inférieur 1 (NFI1 : entre 3330 et 3010 av. J.-C. environ). Il s’agit d’une pendeloque elliptique en test de coquillage, munie de deux perforations à une extrémité (fig. 68, n° 7), et d’une extrémité distale de pendeloque conique en os à décor de croisillons incisés (fig. 68, n° 10 ; fig. 50, n° 2). Cette dernière est une variante des pendeloques en os et en bois de cerf, ornées de cannelures ou d’incisions, nombreuses et variées, que l’on rencontre en Suisse et dans le Jura méridional (Sauter, Gallay 1969). En Suisse, leur attribution au Cordé et au Cortaillod (Port Conty) reste toujours incertaine (Maréchal et al. 1998). Dans le Jura, celles de Clairvaux et Chalain (2800 et 2700 av. J.-C.) succèdent aux pendeloques en quille, en bois de cerf, lisses ou à gorges (Chalain 2, couche C, 3030-2935 BC), connues dans le Lüscherz de Suisse occidentale à Delley-Portalban II (Ramseyer 1987). En Valais, le dolmen M XII de la nécropole du Petit-Chasseur III à Sion livre un exemplaire comparable dans une séquence de dépôts sépulcraux datés dans l’intervalle 3000-2600 av. J.-C. environ (Favre, Mottet 1995, fig. 67, n° 11). Des modèles similaires sont attestés dans le sud de la France, surtout en Languedoc, comme dans la grotte de Lauriol à Olargues, Hérault (Barge 1982 ; Barge-Mahieu 1990-1991).

Fig. 68 - Parure. Néolithique final inférieur 1 :
1 : Dentalium fossile ; 2 : Dentalium vulgare ; 3 : canine de petits carnassiers percée ; 4 et 5 : métapodes de canidés percés ; 6 : métapode de léporidé percé ; 7 : pendeloque elliptique en test ; 8 : plaquette biforée en défense de suidé ; 9 : plaquette biforée en test ; 10 : pendeloque conique en os ornée de stries ; 11 : pendeloque elliptique en défense de suidé ; 12 : pendeloque à ailettes en calcaire ; 13 à 22 : perles discoïdes et ovoïdes (13 à 16 : calcaire ; 17 à 21 : roche verte ; 22 : os).
Interface Néolithique final inférieur 1/2 :
23 : Conus ; 24 : Dentalium vulgare ; 25 : pendeloque à ailettes en calcaire ; 26 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 27 : galet percé de forme ovalaire en roche verte ; 28 : perle discoïde en roche verte ; 29 : perle discoïde en schiste.

5.3.2.3. Néolithique final inférieur 2

197Trois éléments de parure de la grotte des Balmes apparaissent au Néolithique final inférieur 2.

198Deux épingles sont tirées d’os compacts. La première sur esquille est brisée à son extrémité distale et possède une tête de forme elliptique perforée (fig. 69, n° 16). Il pourrait s’agir d’une variante de l’épingle à tête annulaire en bois de cerf, forme répandue en Suisse au Néolithique final (Concise, VD ; Camps-Fabrer 1990-1991), au Horgen, au Lüscherz (Portalban) et au Cordé (Neuchâtel). On la trouve aussi dans le Jura (Chalain 19, Clairvaux IV), dès la fin du 31e s. av. J.-C., en synchronie avec le NFI2 des Balmes. Sa présence dans le Jura à cette époque, avant les premiers contacts avec le Cordé, est attribuée à des relations avec le Remedello (Maréchal et al. 1998 : 149). La seconde est constituée d’une tige de section ronde et d’une tête cylindrique perforée transversalement (fig. 69, n° 15). Elle évoque les épingles à tête en béquille connues en Suisse occidentale, à Portalban, à Yverdon, Bevaix, Neuchâtel, au Néolithique final, le plus souvent en contextes du Cordé (Strahm 1979). On en trouve aussi en Franche-Comté à la Motte-aux-Magnins ensemble F, vers 2750-2700 av. J.-C. (Maréchal et al. 1998, pl. 20, n° 2), où elles paraissent singulièrement plus récentes.

Fig. 69 - Parure. Néolithique final inférieur 2.
1 à 9 : Dentalium fossiles ; 10 : Dentalium vulgare ; 11 et 12 : canines de petits carnassiers percées ; 13 : canine de canidé percée ; 14 : pendeloque elliptique sur dent ; 15 : pendeloque « en béquille » en os ; 16 : épingle ou aiguille en os ; 17 : pendeloque arciforme en os ; 18 : plaquette biforée en défense de suidé ; 19 : métapode de léporidé percé ; 20 : plaquette biforée en test ; 21, 22, 24 à 26 et 28 : pendeloques en griffe en roche verte ; 23 : pendeloque arciforme en roche verte ; 27 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 29 : bloc elliptique facetté en bauxite ; 30 : pendeloque à pointe en calcaire.

199Enfin, un bloc d’hématite facetté (fig. 69, n° 29) est similaire à ceux du Néolithique final découverts dans l’Hérault, dans un niveau de la grotte de Camprafaud à Saint-Pons-de-Thommières, ou encore à Saint-Etienne-de-Gourgas (Barge 1982).

5.3.3. Les parures du Néolithique final inférieur ou supérieur

200Le lot de parures le plus important est commun aux deux phases du Néolithique final inférieur (NFI1 et NFI2, fig. 68, nos 23-29 et fig. 70, nos 16-28). Il n’a pu être attribué qu’un nombre réduit de pièces à l’ensemble du Néolithique final supérieur (fig. 70, nos 29-35), daté entre 2660-2575 et 2550-2470 av. J.-C. environ. Ces parures néolithiques comprennent des coquillages marins, des dents et des os percés et des éléments façonnés sur os, coquillage et pierre. Elles ont été par le passé l’objet d’études synthétiques et les sites de comparaison sont nombreux (Barge 1982 ; Maréchal et al. 1998). Nous en limitons l’exposé aux plus significatifs d’entre eux.

Fig. 70 - Parure. Néolithique final inférieur 2 :
1 et 2 : pendeloques à ailettes en calcaire ; 3 à 10 : éléments d’un collier respectant la succession observée lors de la découverte (roche verte, sauf 6 calcaire) ; 11 à 15 : perles discoïdes en roche verte.
Néolithique final inférieur 1 ou 2 :
16 : métapode de léporidé percé ; 17 et 18 : Dentalium fossiles ; 19 : perle discoïde en os ; 20 : pendeloque à pointe en calcaire rouge.
Néolithique final :
21 et 22 : Dentalium vulgare ; 23 : Dentalium fossile et vulgare emboîtés ; 24 : perle discoïde en schiste ; 25 : perle discoïde en calcaire.
Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur :
26 : Dentalium fossile ; 27 : Dentalium vulgare ; 28 : Columbella rustica.
Néolithique final supérieur :
29 et 30 : Dentalium fossiles ; 31 : pendeloque en griffe en roche verte ; 32 : pendeloque biforée en défense de suidé ; 33 à 35 : perles ovoïde et discoïdes en calcaire.

5.3.3.1. Les coquillages

201Les coquillages marins sont essentiellement des dentales utilisés bruts ou aménagés par usure. On trouve deux espèces. La première à coquille lisse, Dentalium vulgare, possède très souvent des extrémités régularisées. La seconde est une espèce fossile de plus grande taille, dont la coquille ornée de fines côtes est souvent sectionnée et façonnée. Une ou les deux extrémités peuvent être polies ainsi que le pourtour de la coquille, parfois abrasé jusqu’à l’obtention de facettes régulières. Le façonnage rend difficile leur détermination exacte. Il pourrait s’agir, sous toutes réserves, de Dentalium (Antalis) decussatum Sowerby, espèce fossile mesurant 10 mm de diamètre sur 80 mm de long qui est fréquente dans le Crétacé inférieur des Alpes françaises (d’Apt à Grenoble, Chambéry, Annecy). Mais il pourrait aussi s’agir de coquilles importées. Les deux espèces apparaissent dès la première phase du Néolithique final inférieur (fig. 68, nos 1, 2), mais sont plus nombreuses dans la seconde phase (fig. 69, nos 1-10). Elles perdurent jusqu’au Néolithique final supérieur (fig. 70, nos 29, 30) et à l’âge du Bronze ancien et final (fig. 71, n° 18, fig. 131). Mais pour l’âge du Bronze, un héritage depuis les niveaux plus anciens n’est pas à exclure (§ 12.8.1.).

202Une coquille de Conus mediterraneus tronquée à l’apex se trouve à l’interface du Néolithique final inférieur 1 et 2 (fig. 68, n° 23) et une Columbella rustica percée à la dernière spire provient de l’interface Néolithique final inférieur 2/NF supérieur (fig. 70, n° 28).

5.3.3.2. Les dents de carnivores et les os percés

203Des pendeloques ont été aménagées sur des canines de petits carnivores (canidés comme renard et chien) perforées au sommet de la racine. D’autres sont tirées de métapodes de canidés (renard et chien) ou de léporidés perforés à l’extrémité distale. L’orifice est toujours obtenu par abrasion bilatérale de l’os jusqu’à la spongiosa ainsi que le montrent les facettes de polissage couvertes de fines stries. Les dents percées sont quasi exclusives du Néolithique final inférieur 2 (fig. 69, nos 11-14 ; fig. 68, n° 3). Les métapodes sont légèrement plus fréquents dans le NFI1 que dans le NFI2 (fig. 68, nos 3-6 ; fig. 70, n° 16). Ce type d’ornement reste dans la tradition de la culture de Horgen où elles sont très répandues ; une pendeloque sur métapode de loup est connue à Yverdon, avenue des Sports, Suisse (Wolf 1993 ; Voruz 1984). On les rencontre également sur les sites de Chalain 3 (couche 6, 3150 av. J.-C.) et Chalain 4 (phases 1 à 4, 3050 av. J.-C. ; Maréchal et al. 1998), mais aussi dans les cultures du Midi de la France, en particulier dans le Saint-Ponien.

5.3.3.3. Les parures façonnées en matière dure animale et les parures en pierre (annexe 1)

204Les plaquettes biforées sont bien représentées. Deux exemplaires de type 3a (Barge 1982) sont issus de la phase ancienne NFI1 (fig. 68, nos 8, 9). De petite taille, de forme rectangulaire, l’un est en défense de suidé, l’autre en test de coquillage. Dans la phase récente NFI2, il s’agit d’une petite plaquette en test de coquillage de type 2 dont les deux orifices sont centrés (fig. 69, n° 20). Une autre plaquette sur défense de suidé est de taille supérieure (fig. 69, n° 18). Enfin, le modèle du Néolithique final supérieur, plus atypique, de forme subtriangulaire et aux orifices excentrés, est en défense de suidé (fig. 70, n° 32). Ces objets sont connus dans le Néolithique Moyen Bourguignon, les cistes Chamblandes du Valais et en Suisse occidentale dans les groupes Horgen et Auvernier-Cordé. Ils témoignent aussi de contacts avec le Seine-Oise-Marne ou le Midi méditerranéen.

205Les pendeloques arciformes ou en griffe sont de forme et de taille variées. Celles en défense de suidé simplement façonnées pour conserver la forme anatomique de la dent sont plutôt anciennes, du NFI1 au NFI2 (fig. 68, nos 11, 26 ; fig. 69, n° 27). Les imitations en os apparaissent au NFI2 (fig. 69, n° 17). Ces parures se rencontrent aussi bien dans la culture de Horgen que dans le Néolithique final du Midi de la France.

206À partir du NFI2, les pendeloques arciformes se multiplient et se diversifient avec l’apparition de modèles plus petits et plus arqués dits « en griffe », pour la plupart en roche verte parfois translucide (fig. 69, nos 21-26). Elles perdurent à la grotte des Balmes jusqu’au Néolithique final supérieur (fig. 70, n° 31), voire au Bronze ancien (fig. 71, n° 20).

207Leur perforation est biconique, plus rarement cylindrique. La découverte d’un grand nombre d’exemplaires en cours de fabrication indique que ces ébauches, probablement des copies de pièces importées, ont été fabriquées sur place (§ 5.4.).

208Ce type d’ornement, confectionné en os ou en pierre (roche verte, jayet, bauxite) est très courant dans le Ferrières et le groupe des Treilles. Toutefois, la forme très arquée des exemplaires de la grotte des Balmes évoque les pendeloques en os trouvées par dizaines en Provence occidentale (Sauzade 1983). Par exemple, dans l’hypogée de Grillon (Vaucluse), ces dernières sont associées à des dentales, des pendeloques à ailettes et à pointe en calcaire, des perles discoïdes en stéatite et en calcaire, des pendeloques sur dent et défense de suidés. Dans la grotte de Onze Heures à Trets (Bouches-du-Rhône), elles côtoient des dentales, des pendeloques à ailettes en calcaire, des perles discoïdes en stéatite ou en calcaire, et une plaquette biforée en test de coquillage. Dans le dolmen des Gavots à Orgon (Bouches-du-Rhône), elles sont associées à des dentales, Pectunculus glycymeris, des pendeloques sur métapode et défense de suidé, des pendeloques à ailettes en calcaire, des perles discoïdes en stéatite ou en calcaire. Les pendeloques en griffe en roche verte de la station de La Fare à Forcalquier et de la grotte de Carluc à Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence) sont également très arquées. C’est cette adaptation provençale du modèle Ferrières qui a peut-être inspiré les artisans de la grotte des Balmes.

209Les perles en roches diverses sont des éléments de collier communs pour ces périodes. Les plus nombreuses sont de forme discoïde, réalisées en roche verte, en calcaire tendre, plus rarement en roche schisteuse ou en os. Elles sont surtout présentes au Néolithique final inférieur 1 et 2. Les perles discoïdes en calcaire sont plus fréquentes dans les niveaux du Néolithique final supérieur et perdurent dans ceux de l’âge du Bronze. Les perles en pierre, connues dès le Chasséen, sont particulièrement nombreuses dans le Néolithique final du sud de la France. Dans le Jura, les perles en calcaire apparaissent vers 3000 sur le site de Chalain 4, phases 3 et 4.

5.3.4. Les parures du Néolithique final supérieur ou du Bronze ancien

210Cinq éléments de parure sont inscrits dans les contours des fuseaux stratigraphiques définis par la céramique du Bronze ancien (fig. 71, nos 18-22). Ils proviennent exclusivement du secteur de la diaclase-éboulis en F-H4-8, mais de niveaux correspondant à des zones où des compactages sédimentaires ou des héritages sont suspectés avec le Néolithique final (fig. 30, FG6, G4, H8). Nous ne pouvons dès lors estimer une datation plus précisément que dans une fourchette Néolithique final supérieur - Bronze ancien. La pendeloque sur canine d’ours est la seule pièce, en G9, à provenir d’un horizon à mobilier bronze ancien, antérieur à l’installation du caisson de dalles en H8, mais superposé au niveau NFS. Les canines d’ours sont utilisées dès le Néolithique final dans le Midi de la France (Saint-Ponien) et en Suisse et on les rencontre souvent en contexte bronze ancien. Il en est de même pour les coquilles de Dentalium vulgare, la pendeloque arciforme en défense de suidé, la pendeloque en griffe en roche verte, et les perles discoïdes en roche verte ou en calcaire. À titre de comparaison, des pendeloques en griffe en jayet ont été trouvées dans le Bronze ancien des Grands Causses de l’Aveyron (Barge 1982). La pendeloque arciforme en défense de suidé (fig. 71, n° 21) gisait en présence de tessons du vase n° 18 du Néolithique final supérieur (fig. 48, n° 5) et cette datation serait à privilégier.

5.3.5. Les parures hors stratigraphie

211Un lot de vingt-cinq parures de la grotte des Balmes est hors contexte. La plupart des pièces en matière dure animale ou en pierre peuvent être rattachées au Néolithique final voire à l’âge du Bronze pour certaines (fig. 71, 131). La plaquette biforée en défense de suidé et les deux pendeloques à pointe en calcaire sont à rattacher au Néolithique final (fig. 71, nos 9, 13, 14). Les autres objets comme les coquilles de Dentalium, la dent de suidé percée, les perles discoïdes en roche verte sont plus ubiquistes. Si elles peuvent bien appartenir à l’âge du Bronze, il est plus probable qu’elles proviennent de niveaux du Néolithique final (§ 12.8.1.).

212Les deux coquillages perforés (fig. 71, nos 7, 8), Pectunculus glycymeris (de la salle II) et Cerithium vulgatum, sont des espèces largement utilisées au Néolithique final mais aussi au Bronze ancien dans le Midi de la France. Il en est de même pour la perle ovoïde en jayet (fig. 71, n° 15).

Fig. 71 - Hors stratigraphie.
1 à 3 : Dentalium fossile ; 4 à 6 : Dentalium vulgare ; 7 : Cerithium vulgatum ; 8 : Pectunculus (salle II) ; 9 : plaquette biforée en défense de suidé ; 10 : dent de suidé percée ; 11 : défense de suidé polie ; 12 : peigne en bois de cerf ; 13, 14 : pendeloques à pointe en calcaire ; 15 : perle ovoïde en jayet ; 16 : perle discoïde en roche verte ; 17 : perle discoïde en test. Parures éventuellement du Bronze ancien : 18 : Dentalium vulgare ; 19 : perle discoïde en roche verte ; 20 : pendeloque en griffe en roche verte ; 21 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 22 : pendeloque en canine d’ours perforée.

5.3.6. Comparaisons et conclusions

213Quelques parures sont présentes exclusivement dans la phase ancienne du Néolithique final inférieur. Il s’agit d’une pendeloque elliptique en test de coquillage, munie de deux perforations à une extrémité, d’une pendeloque elliptique en défense de suidé et d’une extrémité distale de pendeloque conique à décor de croisillons incisés. Six types d’ornements sont très dominants ou exclusifs au Néolithique final inférieur 2 : une coquille de Columbella, des dents percées, des pendeloques arciformes ou en griffe en os ou en roche verte, des pendeloques à pointe en calcaire, un bloc d’hématite facetté, des épingles en os. D’autres parures sont communes au Néolithique final inférieur 1 et 2, telles les coquilles de Dentalium vulgare, les métapodes percés, les plaquettes biforées en test, les pendeloques à ailettes en calcaire, les perles discoïdes en os et en roche verte. On peut ajouter à ce groupe les pièces présentes uniquement à l’interface Néolithique final inférieur 1/2 comme Conus ou la perle discoïde en schiste. Enfin, quelques éléments ont perduré du Néolithique final inférieur 1 au Néolithique final supérieur comme les coquilles de Dentalium fossiles côtelées, les plaquettes biforées en défense de suidé et les perles en calcaire.

214Les parures du Néolithique final de la grotte des Balmes constituent un ensemble relativement bien calé chronologiquement et témoignent de deux influences culturelles.

215La première en provenance de Suisse occidentale s’exprime aux Balmes par la présence d’objets fréquents dans le Horgen, dès le Néolithique final inférieur 1, puis de façon plus discrète dans le Néolithique final supérieur. Ce sont les pendeloques sur métapodes de canidé et de léporidé, ou sur canines de petit carnassier et de suidé. C’est le cas aussi pour la pendeloque conique en os à décor de croisillons incisés, inspirée des modèles suisses en bois de cerf. Pour exemple, le site Horgen de Montilier en Suisse occidentale a livré la même association de parures que la grotte des Balmes : dents percées, pendeloques en quille cannelées en bois de cerf, plaquettes biforées en test de coquillage et en défense de suidé, perles discoïdes en stéatite ou en calcaire, galets percés (Ramseyer, Michel 1990). Toutefois, ces éléments sont également connus dans les cultures du Néolithique final de Provence et du Languedoc, en particulier dans le Saint-Ponien et le Ferrières.

216L’influence méridionale semble plus importante. Dans le Midi de la France, les parures de la phase ancienne du Néolithique final sont issues du fonds commun chasséen comprenant : coquillages marins (Dentalium), pendeloques arciformes en défense de suidé ou en os, métapodes de léporidé ou de canidé, canines percées de canidé ou autres petits carnivores, épingles en os à tête en palette, perles discoïdes en calcaire ou roche verte (Barge 1988). Des ensembles culturels du sud de l’Hérault, le Gourgasien (Saint-Etienne-de-Gourgas) et le Saint-Ponien (grottes Tournié, Bonnefont, Limousis, Resplandy, Camprafaud), comptent des pendeloques sur défense de suidé, sur os longs ou dents de petits carnivores, des pendeloques en os décorées de gorges ou de stries, des perles en calcaire ou en lignite (Ambert, Barge 1982). Ces mêmes parures se retrouvent au Néolithique final en Languedoc oriental et en Ardèche (Ferrières), sur les Grands Causses (groupe des Treilles), à côté de nouveautés dont les plus caractéristiques sont les pendeloques en griffe, à ailettes ou à pointe (Barge 1982). La plupart existent aussi dans le Néolithique final provençal (Bouches-du-Rhône, Vaucluse). Ces mêmes assemblages (plaquettes et galets percés en roche verte, perles discoïdes en roche verte ou en lignite, coquilles de Dentalium, pendeloques à ailettes, etc.) se retrouvent dans le Piémont italien (Traversone 1996).

217Cette influence méditerranéenne se manifeste à la grotte des Balmes dès le début du Néolithique final inférieur par la présence de coquillages marins, d’artéfacts en matière dure animale et en pierre, pour la plupart inachevés, imités de modèles importés (pendeloques à ailettes, arciformes et en griffe).

218Les premières influences Ferrières dans le sud du Jura sont attestées dès 3150 av. J.-C. à Chalain 3 (Pétrequin 1998a). Les objets de parure qui s’y rattachent reflètent l’importance des échanges commerciaux entre 3040 et 2800 av. J.-C. entre le Midi de la France, les rivages méditerranéens et la Suisse occidentale (Pétrequin, Thevenot 1984 ; Pétrequin, Pétrequin 1978 ; Pétrequin 1998a ; Maréchal et al. 1998). Ainsi, dans la phase ancienne du Néolithique final (Clairvaux ancien), se mêlent des influences Horgen/Ferrières, illustrées par des pendeloques en quille, des pendeloques coniques incisées en bois de cerf, des dents percées, des perles discoïdes, des pendeloques à pointe striées, des petits galets percés (Claivaux IV et Chalain 2).

219Lors de la deuxième vague d’influences Ferrières, aux alentours de 2800-2400 av. J.-C. (Clairvaux récent), l’utilisation des matières dures animales, os et dent, est en forte diminution. Celle de la pierre devient prépondérante et les objets sont fabriqués sur place avec des roches locales. On trouve des pendeloques en griffe, à ailettes et à pointe en calcaire, à coches en os, des perles en roche verte et en calcaire. Pour exemple, le site de la Motte-aux-Magnins, Clairvaux, a livré des dents et des métapodes percés, des pendeloques en quille, des pendeloques en griffe, à ailettes, à pointe, des perles discoïdes en roche verte, calcaire et test.

220Les parures découvertes dans les lacs jurassiens montrent de grandes similitudes avec celles de la grotte des Balmes. Aussi est-il permis d’envisager que ce lieu a pu servir de relais dans la diffusion des éléments de parure du Midi vers les régions plus septentrionales comme le Jura ou la Suisse. La présence de pendeloques à ailettes en calcaire et de pendeloques en griffe en roche verte dès la première phase du Néolithique final inférieur (datée de 3300-3000 av. J.-C.) laisse même envisager une influence méridionale contemporaine voire antérieure à la première vague Ferrières reconnue dans le sud du Jura.

5.4. Une production de pendeloques en forme de griffe (É. T.)

221Les pendeloques en forme de griffe décrites plus haut (§ 5.3.) ont été réalisées sur le site, ce dont témoignent des ébauches brisées ou abandonnées en cours de polissage, des polissoirs, un probable nucléus et un possible éclat-matrice, ainsi que des éclats plats servant de support (fig. 50, n° 10). Etant donné l’abondance des objets de pierre collectés lors de la fouille, une sélection sévère a été nécessaire avant de trouver un fil conducteur pour cet ensemble. En effet, près de 85 objets en « roche verte » de la famille des serpentinites pouvaient, après un premier tri, s’insérer dans le déroulement technique de la fabrication des pendeloques en griffe. Deux écueils à la compréhension de l’ensemble étaient perceptibles : la difficulté de distinguer des variétés minérales à l’œil nu entre les différentes « roche verte » et la large répartition stratigraphique de tous ces objets. Une analyse technologique, stratigraphique et minéralogique serrée a donc été menée.

222Pour déterminer à quelle(s) occupation(s) se rapporte la production des pendeloques en griffe, la projection stratigraphique des ébauches, des pièces achevées et des polissoirs a été menée (fig. 72). Le résultat est net : 90 % de ces objets sont attribués au Néolithique final inférieur ; deux pendeloques achevées proviennent du niveau Néolithique final supérieur et un polissoir n’a pu être attribué à une couche précise. En regardant plus en détail, il semble que la production appartienne à la seconde occupation de cette période, mais 4 ébauches sont sans conteste attribuées à la première phase, discordance difficile à expliquer.

Fig. 72 - Distribution stratigraphique des éléments liés à la production des pendeloques en griffe.

223L’analyse en diffraction aux rayons X de toutes les ébauches et pendeloques a mis en lumière une autre difficulté (Thirault et al. 1999 : 281) : 10 des 11 pendeloques achevées sont en chlorite d’aspect vert clair plus ou moins translucide, alors que le nombre d’objets en chlorite et en antigorite (minéral de la serpentinite) est équilibré pour les ébauches, avec en plus une pièce de composition mixte (fig. 73). Le fait implique un choix des chlorites pendant la phase de polissage, ou au contraire une sélection par l’usage, les pendeloques en chlorite, moins dures, se brisant plus facilement que celles en antigorite. La distinction entre chlorite et antigorite étant difficile à l’œil, il est probable que la sélection est le résultat d’un jeu, volontaire ou non, sur les qualités techniques des deux minéraux.

224L’analyse aux rayons X a également porté sur un échantillon aléatoire de 12 petits éclats supposés être des supports et des ébauches taillées, soit 14 % des éclats retenus comme rentrant potentiellement dans ces deux catégories (fig. 73). La chlorite pure n’est représentée qu’à un seul exemplaire, et les roches associant chlorite + antigorite représentent la moitié du corpus analysé. Un tel résultat est difficile à commenter : peut-on parler véritablement d’une sélection des éclats en chlorite ? Il est possible que la chlorite ait constitué des lits intercalés dans des lits d’antigorite, mais le seul probable nucléus est en chloritite pure, ce qui s’oppose à cette idée. La projection stratigraphique, réalisée après les analyses, autorise une autre interprétation : seuls 2 éclats parmi les 12 analysés appartiennent au niveau Néolithique inférieur, ce qui implique que nombre d’éclats en serpentinite ou roche intermédiaire (antigorite + chlorite) ne sont pas rattachables, du point de vue stratigraphique, à la production de parure (fig. 72). Relevons aussi que la seule des 3 perles en chlorite sombre qui soit attribuable à un niveau appartient au Néolithique final inférieur 2, ce qui renforce l’idée d’un lien particulier avec ce matériau durant cette occupation.

Fig. 73 - La production des pendeloques en griffe : décomptes des analyses RX par catégories techniques. Données reprises de Thirault, Santallier, Véra 1999.

225Du point de vue technique, la succession des opérations peut se résumer ainsi :

  • Obtention de matrices en chlorite plus ou moins pure ou mélangée avec de l’antigorite. Si l’éclat de galet en chloritite débité est bien un nucléus, comme nous le proposons (§ 5.2.3.3. ; fig. 57, n° 3), la collecte a pu s’effectuer dans des dépôts secondaires, peut-être le lit de l’Arc, idée soutenue par la présence de percuteurs sur galets de chloritite dans les niveaux Néolithique final inférieur 1 (fig. 51, n° 1 et 52, n° 3) et Bronze final (fig. 132, n° 3).

  • Débitage de petits éclats plats, selon le délit naturel de la roche, éclats dépassant rarement 3,5 cm de long x 2,5 cm de large pour 0,6 cm d’épaisseur. Faute d’expérimentation, les percuteurs destinés à cette tâche ne peuvent pas être identifiés dans le mobilier, pour autant qu’ils aient été en pierre.

  • Mise en forme par fines retouches (fig. 74, nos 1 à 3, n° 6).

  • Polissage et perçage, les deux étapes pouvant être interverties si on en juge par les éléments conservés (fig. 74, n° 4 et nos 7-13). Les polissoirs utilisés à cette fin ont été décrits dans le chapitre consacré au mobilier lithique du Néolithique final (§ 5.2.3.4. ; fig. 58).

Fig. 74 - Ébauches de parure en chlorite, antigorite et roche mixte.
1 : Néolithique final indéfini.
2 : Bronze ancien.
3 : Bronze final.
4 à 6 : Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur.
7 : Néolithique final supérieur.
8 et 9 : Néolithique final inférieur 2.
10 à 13: Néolithique final inférieur 1.
Références: 1: S87 G5 238; 2: S88 G7 14; 3: S84 F7 z= 133; 4: S88 F4 229; 5: S89 F4 272; 6: S89 H9 z= 247; 7: S88 G6 z= 230; 8: S89 G6 z= 268; 9: S85 E5 731; 10: S90 G6 492; 11: S90 G7 z= 316; 12: S86 E5 790; 13: S90 G6 451.

5.5. Parures et convergences culturelles et économiques (J. V.)

226L’analyse des parures néolithiques indique la prépondérance des productions méridionales par rapport à celles qui renvoient à la Suisse occidentale (§ 5.3.). Les confrontations avec les sites de la plaine du Pô sont très diffuses. Dans le Piémont, les assemblages de parures extraits des rares cavités occupées au pied des Alpes à la fin du Néolithique, comme Roreto Balm’Chanto (Nisbet et Biagi 1987), ou à vocation sépulcrale comme Cuorgnè Boira Fusca de datation éventuellement plus récente, campaniforme (Fedele 1990), ne rassemblent qu’un nombre réduit de pièces. Le statut et la durée d’occupation peuvent influer sur cet état. L’éventail typologique n’en reste pas moins peu diversifié en regard des décomptes et de la variété déjà constatés à l’ouest des Alpes, comme par exemple dans la sépulture collective de Comboire à Claix, en Isère (Picavet 1989), dans le locus sépulcral 2 du Col des Tourettes à Montmorin, dans les Hautes-Alpes (Muret 2006), ou encore dans l’hypogée du Capitaine à Grillon, en Vaucluse (Sauzade 1983), sites qui se distribuent dans le 3e millénaire av. J.-C. Les cavités ou abris sépulcraux de Lombardie ne livrent pas non plus d’assemblages typologiques totalement superposables (Bagolini, Pedroti 1998), car la représentation des types est différente comme l’illustrent les séries de Manerba Riparo Valtenesi et du Riparo Cavallino à Villlanova sul Clisi (Barfield 1984 ; Barfiel 2007 ; Barfield, Buteux, Bocchio 1995). Des parallèles pertinents concernent par contre la catégorie des plaquettes quadrangulaires biforées, en test de coquillage ou sur canines de suidés. Ces parures sur coquillages sont particulièrement bien représentées dans les tombes 61, 69 et 83 de la nécropole lombarde de Remedello Sotto qui totalisent 268 unités (Cornaggia Castiglioni 1971, Girod 2004). Les contours sont subrectangulaires à rectangulaires, comme dans la majorité des cas des Balmes dont 5 des 6 unités proviennent du Néolithique final inférieur. Il apparaît par contre que les pièces étroites et allongées, avec un exemple aux Balmes, sont plus fréquentes sur le Plateau suisse, le plus souvent sur canines de suidés. C’est le cas en contextes bien datés, du Horgen à l’Auvernier, avec les exemples de Montilier Platzbünden, de Delley Portalban II et d’Yverdon avenue des Sports (Schwab 1982 ; Ramseyer 1987 ; Wolf 1993). Ces plaquettes en matière dure animale sont encore attestées jusqu’au Campaniforme.

227Si la plupart des plaquettes biforées des Balmes doivent être rapprochées des productions padanes, les autres éléments renvoient bien aux deux origines opposées identifiées, du nord-ouest des Alpes et du Midi. La fréquence des types de parures en fonction de ces deux régions d’appartenance et celle de la part prise par la chasse parmi les restes de faune (fig. 154, 155) peuvent maintenant être confrontées aux diagrammes établis pour la séquence détaillée des lacs de Chalain et de Clairvaux, dans le Jura (Maréchal et al. 1998, fig. 14 et 34), avec laquelle la succession culturelle restituée aux Balmes peut être globalement synchronisée, entre 3340-3050 et 2550-2470 av. J.-C. Les effectifs sont variés, regroupant pièces illustrées et non dessinées : 32 unités en NFI1, 53 en NFI2, 24 en NFI générique et seulement 10 en NFS.

228Si l’on reprend la classification à valeur géographique des chercheurs jurassiens (ibid., fig. 14), nous obtenons une image différente de la représentation mauriennaise. Les plaquettes quadrangulaires biforées, absentes à Chalain et Clairvaux, en sont exclues. Dans notre cas, la fréquence des parures d’affinités méridionales (coquillages, perles annulaires, ovoïdes et à ailettes, pendeloques à pointe, pendeloques arciformes et en griffe ; fig. 50, nos 8-10) comme celle de la production d’ascendance septentrionale (pendeloque conique à décor gravé, épingles à tête perforée, métapodes et supports dentaires percés ; fig. 50, nos 2, 6, 7) connaît en premier lieu une certaine stabilité. Ensuite, nous observons que l’attrait pour les marqueurs méridionaux est acquis dès le niveau NFI1 avec une fréquence minimum de 81 %. Cette tendance est plus précoce dans les Alpes que dans les niveaux Horgen/Ferrières de Chalain station 3, plus proches de l’aire horgenienne dont les produits représentent au moins 60 % entre 3200 et 3050 av. J.-C. À Sollières, du NFI1 au NFS, la proportion des parures d’origine nord-alpine s’établit à 19 % pour le NFI1, 21 % pour le NFI2 et 10 % pour le NFS. Inversement, la fréquence des éléments méridionaux passe de 81 % à 79 puis à 90 %. Si l’on additionne l’ensemble des unités du NFI prises globalement, nous obtenons les valeurs respectives de 17 et 83 %.

229La tendance s’inverse ensuite par rapport au Jura au moment de la mise en place du style céramique de Chalain sous influence orientale. La fréquence des parures méridionales est en nette diminution (de moitié), alors qu’elle est la plus haute aux Balmes au niveau NFS avec 90 %.

230Cette relative stabilité des fréquences relevant de chacune des deux tendances culturelles aux Balmes renvoie sans doute à celle constatée à partir de l’identification des céramiques, avec une forte représentation des schémas typologiques nord-ouest alpins cette fois. La seule variation significative, pour des contextes sédimentaires de bergeries comparables, notamment entre les ensembles NFI2 et NFS, paraît être représentée par la chute des effectifs en valeurs absolues qui passe de 56 à 11 entre les deux périodes. Les pendeloques en griffe, une forme méridionale (Barge 1982 ; § 5.3.3.), présentent la particularité d’avoir connu un façonnage sur place (§ 5.4.).

231Ce déclin du nombre de parures, d’essence méridionale à plus de 80 %, peut être mis en parallèle avec une certaine progression de cette composante dans la constitution du vaisselier de l’ensemble NFS. Ainsi, la nécessité d’un marquage identitaire à partir de la parure pourrait-il perdre de son importance alors même que l’ambiance culturelle globale connaît un changement avec une emprise accrue des cultures méridionales (Bruyères, Fontbouisse ; Vital à paraître). Il n’est pas indifférent, sur un effectif certes réduit, de constater que les 3 perles annulaires et ovoïdes du NFS sont en calcaire et ne font plus appel aux ressources régionales en roches plus tenaces, réservées aux autres pendeloques.

232Une perle en ambre a été découverte dans le carré G6 (-224 cm) et correspond sans doute à l’une des pièces privées de référence (fig. 131, nos 13-15). Elle s’inscrit dans deux zones de concentration, des tessons du vase 20 (fig. 48, n° 6) et d’un groupe, d’extension à peine plus large, de parures d’affinités méridionales (fig. 229). Un anneau en métal cuivreux de facture bronze final découvert au même niveau (fig. 129, n° 31) laisse planer un doute sur la datation réelle de cette parure d’ambre. Une datation du Néolithique final reste compatible avec la situation en Europe à cette époque et avec la présence de deux exemplaires en domaine alpin et péri-alpin, dont un à Charavines Les Baigneurs (du Gardin 2002).

233Les fragments qui pourraient témoigner d’un façonnage sur place des parures en coquillage ou sur canines de suidés se limitent à 4 pièces. Deux fragments de Pectunculus glycymeris sont issus des salles I et II. Le premier, avec des traces d’abrasion et de perforation, pourrait être une parure semblable à celle de la salle II (fig. 71, n° 8), mais brisée. Le second provient aussi de la salle II et il est également privé de contexte. Trois éclats de canines de suidés seulement sont attestés. Deux mesurent 55 mm de longueur et proviennent des couches NFI1 et NFI2. Le troisième vient de la salle II, hors contexte (fig. 71, n° 11). Ainsi, rien ne plaide pour la fabrication sur place des parures autres que les pendeloques en griffe en roche verte. Si les fragments de canines de suidés autorisent un doute très relatif pour certaines productions d’ascendance septentrionale, aucun élément n’est à mentionner pour les parures d’affinités méridionales. Ce constat rejoint celui fait à propos des parures sur coquillages du Néolithique ancien et moyen, pour lesquelles est suspecté un façonnage près des zones côtières de récolte (Borrello, Micheli 2006).

234La part relative des matériaux peu transformés (canines perforées, métapodes) par rapport aux parures façonnées évolue peu, mais passe tout de même de 79 et 77,5 % de pièces façonnées au NFI1 et NF12, à 86 % au NFS. Elle demeure toutefois très en deçà de ce qui est enregistré à Chalain-Clairvaux (Maréchal et al. 1998, fig. 33). Cependant, comme dans le Jura aux 32e-30e siècles av. J.-C., la fréquence des parures qui renvoient au monde animal est concomitante d’un pic de faune sauvage, principalement représentée par le bouquetin (§ 9.2.3.2. ; fig. 156). Cet état de choses est interprété dans le Jura en termes de renforcement de pratiques d’affichage statutaire masculin, conséquence d’une croissance démographique, d’un basculement entre symbolique du chasseur et symbolique du guerrier, ou encore entre ambiances culturelles septentrionale et méridionale, alors que ce changement suit également un gradient progressif de transformation du couvert forestier, dont il peut aussi relever.

5.6. L’équipement domestique en os et bois de cervidé (N. P.)

5.6.1. Introduction

235À ce jour, la grotte des Balmes a livré 78 outils en matières dures animales issus des niveaux datés de la fin du Néolithique moyen au Bronze final. Un seul objet, fragmenté, relève du Néolithique moyen 2 éventuel, fouillé sur une faible surface. Aucun élément d’industrie osseuse n’a été recueilli pour le niveau de La Tène. Seuls deux types de matières premières ont été utilisés pour cet outillage : l’os et le bois de cerf. Le matériel est dans son ensemble en assez bon état, le taux de fragmentation taphonomique est relativement faible et les états de surfaces sont suffisamment conservés pour obtenir une lecture acceptable. Le grand nombre d’objets à position stratigraphique incertaine et le faible effectif d’industrie chronologiquement diagnostiqué nous ont conduits à présenter cette industrie d’une manière globale par grands groupes typologiques. Par ailleurs, l’absence de tout déchet de fabrication a rendu difficile une analyse technologique précise des modes de transformation.

236Un premier examen microscopique de surface des pièces, à visée technologique et fonctionnelle, avait été engagé à l’université de Turin à l’issue de la fouille de 1994 (Aimar 1996), mais il n’a donné lieu à aucune publication significative.

5.6.2. Origines et choix des matières premières

237En adéquation avec les données issues de l’analyse archéozoologique (§ 14), l’exploitation des matières dures animales se porte essentiellement sur les espèces domestiques (bovinés et caprinés) qui représentent 77 % du matériel et s’élèvent à 92 % si l’on exclut le bois de cerf (fig. 75). Le spectre des espèces sauvages est extrêmement réduit puisqu’il n’est représenté que par le cerf (3 tibias de jeunes cerfs et 13 éléments de ramure) et le lièvre (2 métapodes). Le façonnage du petit manche aménagé sur métapode de suidé (fig. 81, n° 8) est trop poussé pour que l’on puisse déterminer avec certitude s’il appartient à un sanglier ou à un porc domestique. Par ailleurs, un petit manche sur tronçon de métapode (fig. 81, n° 7) pourrait appartenir à un chevreuil, mais il relève de l’horizon du Néolithique final inférieur 2 dans lequel aucun élément de squelette de chevreuil n’a été recueilli.

Fig. 75 - Utilisation de l'os selon les espèces.
PM : petits mammifères ; GM : grands mammifères.
Pour le cerf, les éléments de ramure n’ont pas été pris en compte.

238Le choix des matières premières montre une nette préférence pour l’os (83 %) par rapport au bois de cervidé (17 %) sans qu’aucune tendance chronologique ne soit discernable (fig. 76). On peut noter que ce sont plutôt les os de petits et moyens mammifères (léporidés, caprinés et suidés) qui ont été mobilisés (63 %). Comme à l’habitude pour ce type d’industrie, ce sont très majoritairement les os longs qui ont été exploités (métapodes pour l’essentiel, mais aussi tibias, puis radius et humérus de manière anecdotique) et plus rarement les côtes de grands mammifères (boeuf et/ou cerf). Un grand nombre d’esquilles, obtenues par l’éclatement d’os devenus de ce fait indéterminables, a également été utilisé comme support pour ces outillages (fig. 77). Le bois de cervidé n’est que très peu présent dans cet assemblage, puisqu’il n’est attesté que par 13 individus (9 objets finis pour 3 déchets de fabrication et une ébauche). Tous les éléments de la ramure sont représentés : merrain, andouillers, épois et base de ramure et ils sont, par ailleurs, tous issus de bois de moyen module.

Fig. 76 - Exploitation de l'os et du bois de cerf.

Fig. 77 - Distribution des types d'os exploités selon les espèces.

5.6.3. Processus de transformation

239Sur l’ensemble de la séquence chronologique, on observe une très forte continuité, aussi bien dans les modes de débitage que dans les procédés de façonnage et les techniques utilisées.

5.6.3.1. Modes de débitage

240Le débitage se limite ici à trois modes opératoires : l’éclatement, la bipartition et le tronçonnage.

241L’éclatement semble à première vue le mode de débitage le plus facile, puisqu’il se résume à la fracturation d’un os et à la sélection, parmi les esquilles, des supports les plus appropriés. Même s’il est rapide et ne demande que peu d’investissement, l’éclatement nécessite néanmoins un certain savoir-faire et une bonne maîtrise de la fracturation. Il a été amplement utilisé pour les objets recueillis dans la grotte, pour la confection des nombreuses petites pointes sur esquilles (fig. 78, nos 11, 13-15) mais aussi pour la fabrication de certains biseaux et outils de fortune (fig. 79, nos 4, 8 ; fig. 80, n° 6).

Fig. 78 - 1 à 6 : pièces ogivales plates à encoches de façonnage premier ou secondaire (n° 6). 7 à 10 : spatulettes. 11 à 15 : pointes. 16 et 17 armatures de flèches. Os, sauf 4 (bois de cerf). 7 : NM2. 2 : NF. 1, 3, 4, 8, 9, 12, 16 : NFI1. 11 : NFI2. 6, 13, 14 : NFS. 15 : BF. 17 : surface. 5, 10 : salle II.

Fig. 79 - Biseaux en os. 1, 4 : NFI1. 5, 6 : NFI2. 9 : NFI2-NFS. 7 : NFS. 10, 11 : NFS-BA. 2, 3 : BF. 8 : salle II. Os.

242La bipartition, qui consiste à la division en deux du bloc de matière première, a été utilisée pour la production des supports issus des métapodes et des côtes. C’est le mode de débitage majoritairement choisi à Sollières pour l’aménagement des pointes sur métapodes notamment, mais aussi pour débiter les supports sur côtes destinés soit aux pièces ogivales plates à étranglement (fig. 78, nos 1-5) soit aux spatulettes (fig. 78, nos 7, 9, 10).
Les procédés utilisés pour la bipartition des os longs sont ici remarquablement peu variés. On a en effet la plupart du temps affaire à une bipartition longitudinale par fracturation sans aucune préparation préalable du bloc de matière première. Seuls quatre outils (fig. 80, nos 3, 5 ; fig. 81, nos 1, 6) portent encore les stigmates d’un rainurage du métapode pour faciliter la bipartition (fig. 84, nos 3, 4). Cet abandon du rainurage pour la fracturation directe est un phénomène connu qui se produit dès le début du Néolithique final (Sénépart 1995 ; Choi 1998 ; Maigrot 2003). Malheureusement, deux des quatre objets n’ont pas de contexte stratigraphique précis (fig. 80, n° 5 ; fig. 81, n° 6). Ils proviennent de la salle II ou de la surface de la salle I. Un autre est issu de l’horizon du Néolithique final inférieur 1, ce qui est cohérent avec ce que l’on observe habituellement (fig. 81, n° 1) et le dernier d’une couche attribuée au Néolithique final supérieur, ce qui représenterait une perduration tardive de l’emploi de ce procédé (fig. 80, n° 3).
Si la technique du rainurage est encore quelquefois employée, on assiste en revanche à l’abandon total du raclage au profit de l’abrasion (fig. 84, n° 5). En effet, toutes les séquences de mise en forme des parties actives sont ici menées par une abrasion généralement opérée sur des meules à grains fins. Ce phénomène qui est également connu pour l’ensemble du Néolithique final est ici particulièrement précoce et marqué, tout comme on a pu l’observer sur les sites suisses de Muntelier-Fischergässli (Sidéra 2000) ou de Delley-Portalban (Ozainne 2003).

Fig. 80 - Pointes en os. 1, 6, 7 : NFI1. 2 : NFI2. 8 : NFI. 11 : NFI2-NFS. 3 : NFS. 10 : NFS-BA. 4 : BA. 12 : BA ? 5, 9, 13, 14 : salle II. Os.

243Pour le bois de cerf, c’est le tronçonnage qui semble avoir prévalu. Le débitage en tronçons des andouillers ou du merrain permet par la suite une transformation en gaine de hache ou en manche (fig. 81, nos 9-13 ; fig. 82, nos 4, 5). Mais le débitage par tronçonnage a également été grandement utilisé pour l’os, notamment pour la confection de petits manches sur radius de capriné et de suidé (fig. 81, nos 7, 8). L’absence de déchet nous interdit d’identifier le mode de débitage de la seule baguette sur bois de cerf recueillie et du fragment de petite pointe perforée (fig. 82, nos 2, 5). Les supports respectifs de ces deux objets ont pu être obtenus soit par extraction soit par bipartitions successives d’un tronçon de bois de cerf. Néanmoins, si l’on considère leur attribution chronologique, il y a de fortes chances pour que ce soit la seconde solution qui ait prévalu.

Fig. 81 - Pointes, manches et gaines de haches. 1, 8, 11 : NFI1. 2, 7 : NFI2. 10 : NFS 3 : BA. 9 : BF. 4 à 6 : surface. 12, 13 : salle II. 1 à 8 : os. 9 à 13 : bois de cerf.

5.6.3.2. Modes de façonnage

244Les modes de façonnage identifiés sont fort peu variés. Ils se résument en grande majorité à l’abrasion plus ou moins sommaire des parties actives des outils pointus et biseautés. Les bords issus de la fracturation ne font que rarement l’objet d’une régularisation, toujours par abrasion si elle a lieu. Néanmoins, quelques outils ont fait l’objet d’un façonnage plus élaboré.

245Tout d’abord, les pièces ogivales plates à étranglement, sans être extrêmement soignées (cf. infra), ont entièrement été reprises et mises en forme par abrasion et dans deux cas leur tête a été dotée d’une perforation biconique réalisée à l’aide d’un outil lithique utilisé dans un mouvement semi-rotatif (fig. 84, n° 2).

246Seules quelques rares pointes et biseaux ont fait l’objet d’une abrasion poussée de leur face inférieure et de leurs bords (fig. 78, nos 10, 16 ; fig. 80, nos 4, 8). Deux gaines de haches (fig. 81, nos 12, 13) sont le fruit d’un façonnage plus complexe. Leur surface a été dans un premier temps partiellement (n° 13) ou totalement (n° 12) décortiquée. Elles ont ensuite subi une perforation quadrangulaire opérée par entaillage, mais le creusement de la cavité de réception est malheureusement en trop mauvais état de conservation pour que l’on puisse en déterminer la morphologie exacte.

247Le seul objet ayant connu un façonnage réellement soigné est le fragment mésial de pointe perforée en bois de cerf (fig. 82, n° 5), dont la surface révèle un fin polissage qui a effacé toutes les traces précédentes de transformation.

Fig. 82 - Bois de cerf. 1 à 3 : NFS. 4 : BA-BF. 5 : BA.

248Notons, enfin, une catégorie d’outils n’ayant connu aucune phase de façonnage : les os tronqués sur tibia de cerf (fig. 83) qui ont été débités par percussion diffuse transversale et utilisés tels quels. Tout au plus ont-ils pu connaître une ou deux petites percussions distales pour éliminer une proéminence gênante (Maigrot à paraître ; Maigrot, Provenzano à paraître).

Fig. 83 - Tibias tronqués de jeunes cerfs. 1 : BA. 2 : NF générique.

5.6.4. Corpus et analyse des artefacts reconnus

249La cavité n’a livré qu’une petite série d’artefacts en matières dures animales, composée de 78 éléments qui se répartissent en 3 déchets de fabrication en bois de cerf, 1 ébauche en bois de cerf et 74 outils finis en os et bois de cerf.

5.6.4.1. Les déchets de fabrication

250Les trois déchets sont en bois de cerf et proviennent chacun d’une partie différente de la ramure. Le premier (non figuré) est un andouiller sectionné par entaillage à son extrémité proximale qui montre de nombreux stigmates de rongeurs à son extrémité distale. Il ne révèle aucune trace d’utilisation et provient des niveaux du Néolithique final inférieur I. Le deuxième, un très court tronçon de merrain, porte à ses deux extrémités les marques d’un débitage par entaillage à la hache polie (fig. 82, n° 3). Il est issu des niveaux du Néolithique final inférieur (NFI 1 ou 2). Enfin, le troisième est constitué par la meule et le merrain A (fig. 82, n° 4). Il a été sectionné par entaillage dans son extrémité distale et c’est la même technique qui a été employée pour l’ablation de l’andouiller de base. Cet entaillage semble également avoir été opéré avec une hache polie, mais l’état de surface n’étant pas optimum un doute peut subsister quant à la matière de l’outil utilisé. Son attribution est peu précise car il a été recueilli dans les horizons de l’âge du Bronze.

5.6.4.2. L’ébauche

251Une seule ébauche a été reconnue : une baguette en bois de cerf, grossièrement décortiquée et dont la mise en forme en pointe est à peine amorcée (non figurée). Cette ébauche n’étant qu’à la première étape de sa transformation, on ne peut pas augurer de la typologie exacte du futur outil. Par ailleurs son extrémité proximale est brisée. Compte tenu de l’épaisseur et de la disposition de la corticale, la baguette a probablement été confectionnée à partir d’un merrain. Elle provient des niveaux du Néolithique final inférieur I.

5.6.4.3. Les outillages

252Par soucis de clarté et de facilité d’utilisation, la terminologie adoptée pour la description du matériel est d’ordre morphotypologique, l’élément discriminant majeur étant la forme de la partie active. Même réduite, la série recueillie aux Balmes est variée et recouvre quatre grands groupes : les outils biseautés, les outils pointus, les outils creux (également nommés récepteurs) et les outils à partie active massive.

5.6.4.3.1. Les outils biseautés

253Les outils biseautés sont au nombre de 22 et se répartissent en 3 grandes catégories : les outils à biseau distal mono ou bifacial, les spatulettes (outils à fin biseau distal ou latéral fréquemment appelés lissoirs) et les pièces ogivales plates à étranglement (dont les bords actifs sont biseautés jusqu’à l’extrémité appointée).

254Les outils à biseau distal sont très peu nombreux : les 12 objets représentent à peine 15 % de l’ensemble du matériel, alors que d’ordinaire leur nombre croît considérablement au Néolithique final. Comme une bonne partie de l’outillage, ils ne font l’objet que d’un façonnage sommaire, ceci qu’ils soient aménagés sur support d’anatomie (os conservé entier) ou d’artifice (os fendu ou grande esquille d’os). Pour les outils sur support d’anatomie, l’épiphyse (distum ou proximum) est parfois supprimée par une percussion oblique, et seul le biseau est mis en place par abrasion. Aucune autre intervention n’est engagée sur l’outil (fig. 79, nos 1 à 3). Il en est de même sur les outils aménagés sur support d’artifice : après bipartition du métapode ou du tibia par fracturation (fig. 78, n° 6 ; fig. 79, nos 5 à 7, 9, 11) ou éclatement d’une diaphyse par percussion diffuse (fig. 79, nos 4, 8, 10), seule la partie distale est abrasée pour mettre en place le biseau.
La plupart des outils présentent de petits, mais robustes biseaux bifaciaux à fil coupant droit ou légèrement convexe et à front étroit. Seuls les deux biseaux sur métapode et tibia de capriné sont dotés d’un simple chanfrein sur la face inférieure distale (fig. 79, nos 2, 3). Tous ces biseaux sont plus ou moins également répartis entre le Néolithique final inférieur I et le Bronze final (7 du Néolithique, 2 de datation imprécise NFS-BA, 2 du Bronze et 1 hors stratigraphie de la salle II) et on ne note aucune évolution ou particularité chronologique. Tout au plus peut-on faire remarquer que le biseau sur tibia de capriné (fig. 79, n° 3) eut été plus à sa place dans l’horizon Néolithique final et, qu’en règle générale, les biseaux sur os sont assez peu nombreux à partir de la fin du Bronze ancien. Une unité a été recyclée comme pièce ogivale après avoir subi une série de retouches bilatérales dégageant notamment un étranglement (fig. 78, n° 6).

255Les spatulettes, objets ubiquistes tout au long du Néolithique et de l’âge du Bronze, sont la plupart du temps aménagées sur côte fendue. Longtemps appelées « lissoirs », cette terminologie a été abandonnée en raison de sa connotation fonctionnelle trop restrictive et déterministe. Elles sont au nombre de 6, dont 5 fragmentaires (fig. 78, nos 7, 9, 10 ; 2 fragments ne sont pas figurés). Seule une pièce a fait l’objet d’une attention particulière par une régularisation soignée des bords par abrasion et l’aménagement d’un petit pédoncule peut-être destiné à un emmanchement (fig. 78, n° 10). Cet objet plus particulier est malheureusement hors stratigraphie, alors que la plus ancienne spatulette, brisée, est le seul outil en os découvert dans la couche du Néolithique moyen 2 (fig. 78, n° 7). Tous ces produits ont de fins biseaux dans leur partie distale présentant des fils courbes et coupants, biseaux qui s’auto-affûtent lors de leur utilisation en frottement.

256La troisième famille d’objets regroupés dans la catégorie des outils biseautés est plus singulière. On retrouve ces pièces dans la littérature sous les divers noms de pendeloques, pendeloques-idoles, navettes de tisserand, baguettes à tête, retouchoirs, lissoirs, formules qui dénotent le défaut de compréhension de leur fonction (Barge 1982 ; Barge-Mahieu, Camps-Fabrer, Ramseyer 1992 ; Billamboz 1977 ; Eogan 1989 ; Mano 1992 ; Patou-Mathis 2002). En fait, toutes ces dénominations recouvrent différents objets à morphologies similaires et les mélangent souvent indûment. Nous avons en réalité affaire à deux grandes familles d’objets distincts qui n’ont pour caractéristique commune que leur morphologie générale d’objet allongé doté d’un appendice individualisé en partie proximale. Les premiers, reconnus comme retouchoirs, sont tous réalisés sur baguette en bois de cerf avec une épaisseur comprise entre 5 et 12 mm et surtout avec une partie distale massive. Les seconds, qui nous intéressent ici, sont aménagés sur bois de cerf ou sur côte de grand herbivore ; ils ont surtout une épaisseur n’excédant jamais 3 mm et présentent une partie distale ogivale.
Les objets illustrés sont de facture moyennement soignée et se présentent sous la forme d’une longue lame plate appointée sur laquelle une large échancrure en partie proximale dégage une tête quadrangulaire ou losangique, parfois perforée. Leur longueur, pour les objets entiers, est comprise entre 99 et 106 mm et leur épaisseur se situe entre 2 et 3 mm. Trois sont aménagés à partir d’une côte de grand bovidé fendue (fig. 78, nos 1-3). Le quatrième est peut-être en bois de cerf (fig. 78, n° 4). Un cinquième fragment sur côte appartient sans aucun doute – d’après sa morphologie et les traces lisibles – à la partie distale d’un objet de ce type (fig. 78, n° 5). Une dernière pièce est un biseau réutilisé (fig. 78, n° 6).
L’aspect soigné de ce genre d’outil pourrait faire penser à un objet de parure, mais l’observation macroscopique ne révèle pas le polissage de finition qui sied à cette catégorie d’objet : l’ensemble de la pièce a été sommairement abrasé et les dérapages, tels ceux de la perforation qui est opérée en dernier, n’ont en rien été effacés (fig. 84, nos 2, 6). Bien au contraire, bords et surfaces révèlent une forte utilisation. Les bords distaux dévoilent de courtes et incisives stries obliques qui partent du fil de l’outil et se développent en même temps sur les deux faces. Elles sont accompagnées de stries plus longues et plus sinueuses, toujours incisives, qui se développent sur la surface de l’outil, mais selon une trame beaucoup plus lâche. L’essentiel de ces stries est inscrit sur la partie distale de l’outil et elles sont accompagnées de micro-éclats le plus souvent partiellement effacés par l’utilisation qui s’est poursuivie. La même signature tracéologique a été relevée sur un outil de Chianocco (Piémont italien) et a été interprétée comme les résultats d’une utilisation en tant que couteau de tisserand (Mano 1992). Notons, cependant, que les perforations ne révèlent aucune trace liée à l’éventuelle traversée d’un lien pouvant indiquer une suspension ou une fonction de passage de fil (fig. 84, n° 2). Cette catégorie d’objet mériterait l’élaboration d’un protocole expérimental poussé sur sa cinématique exacte, et surtout les matières d’œuvre, de manière à valider ou invalider l’hypothèse pour l’instant la plus communément admise : celle d’une utilisation dans le tissage, mais aussi peut-être permettre d’envisager d’autres usages (§ 12.3.3).

Fig. 84 - 1 : entaillage à la hache polie sur merrain.
2 : perforation biconique.
3-4 : rainurage sur métapode de capriné.
5 : stigmates d'abrasion et de perforation pivotante.
6 : aspect de surface des pièces ogivales plates à encoches.
7 : stigmates de percussion sur partie proximale de manche sur merrain.
Trois de ces objets bénéficient du même contexte précis : le Néolithique final inférieur I (fig. 84, nos 1, 3, 4). Les autres exemplaires sont en position stratigraphique plus incertaine (fig. 78, nos 2, 5), mais ils peuvent néanmoins raisonnablement être attribués au même horizon. En premier lieu parce qu’ils ont été recueillis dans des secteurs semblables, en périphérie, de la salle I (§ 12.3.1.), parfois proches les uns des autres, mais surtout parce qu’ils sont plus caractéristiques de cette période. La dernière unité issue d’un recyclage de biseau est issue de l’ensemble du Néolithique final supérieur (fig. 78, n° 6). Si les retouchoirs sur baguettes à tête – avec lesquels ils sont souvent confondus – apparaissent dès le Néolithique moyen dans le nord des Alpes et le Jura, ils poursuivent leur évolution au Néolithique final (Gallay 1977 ; Ramseyer, Michel 1990 ; Sidéra 2000 ; Suter 1981). Les objets de Sollières participent indéniablement de la même filiation et, même s’ils demeurent fort rares, les premiers exemplaires de ce type apparaissent dès le début du Néolithique en Suisse. Les quelques autres unités connues, que ce soit en Haute-Savoie, à la Balme-de-Thuy (Ginestet et al. 1984) ou plus au sud, mais toujours en contexte alpin, à Balm’Chanto et Chiomonte dans les Alpes italiennes, appartiennent tous à des horizons plus tardifs, Néolithique final avancé ou Chalcolithique (Bertone 1992 ; Biagi 1987 ; Mano 1992).

5.6.4.3.2. Les outils pointus

257Sans surprise, les outils pointus sont les plus nombreux avec 39 artefacts, ce qui représente près de la moitié de l’effectif (48 %). Pour l’essentiel outils de transformation utilisés dans la vie domestique, ils se répartissent en 5 grandes catégories : les pointes sur support d’anatomie, les pointes sur support bipartite ayant conservé une épiphyse, les pointes sur diaphyse fendue, les pointes sur esquille ou éclat et les pointes de flèche.

258Les pointes sur support d’anatomie, pour lesquelles l’os a été utilisé entier, sont peu nombreuses : 2 solides pointes sur tibia de capriné, 1 pointe robuste sur humérus de bovidé et 2 petites pointes sur métapodes de lapin. La première (fig. 80, n° 10), privée de son épiphyse a simplement été grossièrement fracturée et aménagée en pointe par une abrasion très localisée. Pour la seconde (fig. 80, n° 11), plus émoussée, la pointe a également été dégagée par fracturation oblique, mais l’ensemble de la partie distale a en revanche été soigneusement abrasée sur tout son pourtour. La troisième (fig. 80, n° 12), très utilisée, également dégagée par fracturation oblique, a été soigneusement abrasée dans sa partie distale de façon à mettre en forme une puissante pointe à pans facettés. Les deux pointes sur métapodes de léporidé sont de minuscules objets très affûtés (fig. 78, n° 12) et à partie active fragile.

259Les pointes aménagées sur support d’artifice sont beaucoup plus nombreuses. La plupart sont tirées de diaphyses de caprinés ou de petits et/ou moyens mammifères.

260Les pointes ayant conservé leur épiphyse sont toutes sur métapode de caprinés : 6 ont conservé leur distum (poulie) (fig. 80, nos 1-5) et trois ont conservé leur proximum (fig. 80, nos 7-9). Les premières présentent de longues pointes effilées, alors que les secondes, plus courtes, montrent des pointes plus robustes. Elles ont toutes été obtenues au moyen d’une bipartition longitudinale par fracturation à l’exception de deux exemplaires (fig. 80, nos 3, 5) qui ont bénéficié d’un rainurage bifacial préalable. Un autre (fig. 80, n° 1) pourrait avoir subi le même traitement, mais l’abrasion de l’ensemble des bords interdit toute certitude. L’abrasion a en revanche été le seul procédé de mise en forme de l’ensemble de ces pointes, abrasion fine et soignée qui intéresse non seulement la partie active pointue, mais également parfois les bords et la face inférieure.

261Les pointes sur diaphyse fendue (6 exemplaires), toutes sur diaphyses de mammifères moyens (fig. 81, nos 2-6) ont connu les mêmes modes de débitage et de façonnage (fracturation puis abrasion) à l’exception de deux exemplaires (nos 1 et 6) qui révèlent les traces d’un rainurage bifacial préalable au débitage. En revanche, ici, les pans de fracturation ont été laissés bruts de débitage et seule la partie distale pointue a été mise en forme par abrasion.

262Par ailleurs, 11 petites pointes sont aménagées sur de simples esquilles osseuses régularisées et appointées par une abrasion localisée ou envahissante (fig. 78, nos 11, 13-15 ; fig. 80, nos 13, 14). Parmi ces pointes fines et allongées, certaines pourraient être utilisées en pointes de projectiles.

263Enfin, 3 fragments distaux de grosses pointes tirées d’ossements de grands mammifères ont également été recueillis. Leur état par trop fragmentaire interdit de leur attribuer une typologie précise et ils n’ont pas été figurés.

264Dans l’ensemble ces pointes, à l’exception de leur mode de transformation, ne sont pas révélatrices d’une culture précise. Les pointes sur esquilles et diaphyses fendues sont largement diffusées sur toutes les périodes et aires géographiques, tout comme les pointes à épiphyse en poulie qui deviennent cependant beaucoup plus rares dans le sud de la France à partir du Néolithique final alors qu’elles demeurent fréquentes dans les zones plus septentrionales. En revanche, on peut aussi noter que si le rainurage disparaît quasiment au Néolithique final dans le sud, il reste fortement utilisé dans le nord (Maigrot 2003 ; Sénépart 1995). Il faut noter également l’absence des doubles-pointes, habituellement nombreuses à cette période, mais cette lacune est sans aucun doute liée plus à la fonction de la grotte de Sollières qu’à une particularité culturelle.

265La dernière catégorie d’objets pointus est celle des pointes de projectiles, représentées par deux éléments (fig. 78, nos 16, 17). La première (n° 16) est une petite pointe de flèche amygdaloïde du niveau Néolithique final inférieur 1, aménagée à partir d’un éclat osseux de grand mammifère et finement abrasée (fig. 50, n° 11). Elle est en tous points semblable aux armatures de flèches en pierre polie recueillies dans le niveau NFI2 (§ 5.2.3.7.). La seconde (n° 17) est une fine et petite pointe de flèche fusiforme aménagée sur une esquille osseuse presque entièrement abrasée de façon à dégager une pointe très acérée et un long pédoncule (brisé dans sa partie proximale). Elle a été découverte en surface de la salle I.

5.6.4.3.3. Les outils récepteurs

266Ce groupe réunit les pièces qui présentent une cavité destinée à recevoir un outil. Il comprend deux gaines de hache, un fragment d’une troisième et 4 manches en bois de cerf ou en os.

267Les deux gaines de hache, en assez mauvais état de conservation, sont de type à perforation transversale, et présentent quelques différences. La première, brisée dans toute sa longueur (fig. 81, n° 12), a été réalisée sur une portion de merrain indéterminé et a fait l’objet d’un décorticage total et soigné sur toute sa surface. La seconde (fig. 81, n° 13) a été conçue sur la base d’une ramure. Sa partie proximale est constituée par la surface d’un médaillon de bois de chute. Si le cercle de pierrure et l’andouiller de base ont été soigneusement supprimés par décorticage, la perlure du reste du corps de la gaine n’a été réduite que par endroits. Ces deux courtes gaines (respectivement 106 et 112 mm de hauteur) offrent des cavités d’insertion (24 x 20 mm et 29 x 24 mm environ) tout à fait en adéquation avec les haches en pierre polie recueillies sur le site des Balmes (§ 5.2.). Les fortes traces d’abrasion lisibles sur les bords de la cavité sont dues au réaffûtage de la hache en pierre polie laissée en place et démontrent leur intense utilisation. L’aspect du fragment (fig. 81, n° 11) évoque fortement la première, mais il s’agit bien d’une pièce distincte.

268Connues depuis le Néolithique moyen, ces gaines de haches ont une aire de répartition liée au nord de l’Europe (Belgique, Allemagne, France, Suisse) et sont particulièrement abondantes dans tout l’arc jurassien, notamment au Néolithique récent et final (Maigrot 2003 ; Ramseyer 1988a). Le second exemplaire n’a pas d’attribution stratigraphique précise en salle II, mais il peut être rattaché sans problème au même horizon que le premier (fig. 81, n° 12), qui appartient aux couches du Néolithique final inférieur (probablement NFI1). Le fragment est issu du Néolithique final supérieur.

269Des quatre manches droits à insertion distale, deux sont en bois de cerf, deux sont en os.

270Le premier manche sur bois de cerf, élancé, est aménagé à partir d’un petit andouiller qui a été simplement sectionné et dont la surface a été entièrement régularisée par une fine abrasion (fig. 81, n° 9). Sa cavité réceptrice est très réduite (7 x 8 mm d’ouverture pour une profondeur de 22 mm) et était donc destinée à un outil de faibles dimensions bloqué par un petit tenon transversal si l’on en juge par la petite perforation circulaire effectuée sur le bord de la partie distale. Cet objet est également doté de trois gorges creusées par une succession de courtes entailles, gorges destinées probablement à consolider l’outil en y installant un petit manchon de cordelettes végétales ou en lanières de cuir. Ce cas a déjà été maintes fois reconnu, par exemple sur le Plateau suisse dans le Horgen de Montilier (Camps-Fabrer, Ramseyer 1993 ; Ramseyer, Michel 1990). Aux Balmes, il provient d’un contexte céramique bronze final 2b-3a en salle II. Le deuxième manche, droit (fig. 81, n° 10), est aménagé sur un tronçon de gros andouiller (ou de petit merrain) de 73 mm de longueur avec une large cavité d’insertion de (30 x 29 mm). La perlure n’a pas été supprimée, mais l’on note que les lèvres de la cavité portent des traces de réaffûtage de la lame en pierre polie qui y fut encastrée. Par ailleurs, la partie proximale révèle des traces de percussion et de tassement de la matière spongieuse (fig. 84, n° 7). Issu des horizons du Néolithique final supérieur, ce manche est semblable aux exemplaires particulièrement abondants au Néolithique final dans toutes les aires où le bois de cerf a été intensément utilisé, comme l’arc jurassien, le sud de l’Allemagne et la Suisse (Winiger 1987 ; Camps-Fabrer, Ramseyer 1993).

271Les deux petits manches en os ont été confectionnés à partir de tronçons d’os longs ayant conservé leurs épiphyses : un métapode de capriné (peut-être un chevreuil) pour l’un (fig. 81, n° 7) et un métapode de suidé pour l’autre (fig. 81, n° 8). Les deux métapodes ont simplement été sectionnés, puis grossièrement et rapidement abrasés pour régulariser le plan de fracture. Le premier conserve encore inséré dans sa cavité un fragment de petite pointe en os brisé. Ces types de manches sont très répandus aussi bien à l’échelle chronologique que géographique, mais il est relativement rare d’y retrouver un outil encore inséré (Barge 1990).

272On peut néanmoins noter que même si ces manches droits sont connus dès le début du Néolithique, ils se généralisent largement au Néolithique final, notamment dans le Horgen et l’Auvernier du Plateau suisse où ils sont particulièrement fréquents (Billamboz 1977 ; Maigrot 2003 ; Ramseyer, Michel 1990).

5.6.4.3.4. Les outils à partie active massive

273Ce groupe n’est représenté que par 2 catégories d’outils : les os tronqués (fig. 83) et les outils mousses sur baguette en bois de cerf (fig. 82, nos 1, 2).

274Les os tronqués sont au nombre de trois dont deux entiers (fig. 83, n° 1) et un fragment distal (fig. 83, n° 2), tous obtenus à partir de tibias de jeunes cerfs non encore parfaitement épiphysés (le distum du premier exemplaire a été retrouvé dans la faune) qui ont été fracturés en milieu de diaphyse. Il s’agit de petits outils (avec une longueur de 116 et 130 mm sans les épiphyses) présentant de forts écrasements et des éclats en partie distale active. Objets frustes et peu caractéristiques, ces outils n’ont été qu’assez rarement signalés (Stordeur 1988 ; Vital, Bintz et al. 1991). Cependant, l’identification croissante de ces outils, souvent oubliés dans la faune, démontre qu’ils sont en fait relativement fréquents quelle que soit leur origine géographique ou chronologique (Hajduk, Lezcano 2005 ; Maigrot à paraître ; Maigrot, Provenzano à paraître ; Stordeur, Christidou sous presse). Ces outils demeurant néanmoins difficiles à cerner, nous avons été amenés à développer un protocole expérimental (en collaboration avec Y. Maigrot) pour appréhender aussi bien leur mode de transformation que leur fonctionnement. Les schémas de transformation sont désormais acquis : les os longs (tibia, fémur, humérus ou radius) sont sectionnés dans le milieu de leur diaphyse (sans préparation préalable) par une percussion perpendiculaire sur enclume à l’aide d’un lourd galet. L’examen de la partie tronquée, qui révèle un fort écrasement des fibres (parfois également retroussées) et de nombreux éclats scalariformes sur les bords de la partie distale, indiquent également avec certitude qu’ils ont été employés en percussion lancée diffuse sur support dur. Diverses expérimentations sont en court pour identifier la matière travaillée à l’aide de ces percuteurs osseux. L’écrasement des tendons secs de cervidés (de façon à séparer les fibres) a donné une signature tracéologique similaire à celle observée sur plusieurs artefacts archéologiques. D’autres signatures ne sont pas encore identifiées et sont en cours d’expérimentation (Maigrot à paraître ; Maigrot, Provenzano à paraître).

275Des trois percuteurs sur os tronqués de Sollières, l’un provient de l’horizon Bronze ancien (fig. 83, n° 1), le second (n° 2) du Néolithique final (dans une zone de compactage stratigraphique) et le troisième (non figuré) provient des niveaux où l’âge du Bronze est mélangé. Étant donnée l’homogénéité de ces objets (aussi bien pour leur origine anatomique, leur typologie, leur mode de transformation et leur utilisation), on peut imaginer qu’ils ont fonctionné en même temps et qu’ils sont à attribuer au Bronze ancien.

276Les deux outils mousses sur baguettes en bois de cerf appartenant à ce groupe sont quelques peu singuliers. Ils proviennent de niveaux du Néolithique final supérieur.

277Le premier est un long outil de 207 mm aménagé à partir d’un grand époi refendu longitudinalement (fig. 82, n° 1). Parfaitement régularisé, il porte encore les traces de son sectionnement en partie proximale. La partie distale, amincie mais massive, révèle en extrémité et sur la face inférieure de nettes facettes d’écrasement et porte sur la face supérieure de profondes, larges et nombreuses entailles qui se développent sur 27 mm de longueur. Nous sommes très certainement en présence d’un outil, dont la fonction première est inconnue, qui a été réutilisé dans un mouvement de levier sur une matière particulièrement dure (pierre) qui a profondément endommagé sa partie distale.

278Le second outil est une longue baguette en bois de cerf de 151 mm prélevée sur merrain (fig. 82, n° 2). L’aspect peu soigné (perlure et bords de débitage non retouchés) et irrégulier de l’objet démontre un faible investissement pour sa réalisation. Les deux extrémités, massives et émoussées, révèlent de profondes mais peu incisives traces abrasives, multidirectionnelles, qui indiquent une utilisation en frottement sur une matière semi-rigide de type végétal. De plus amples investigations tracéologiques seraient nécessaires pour comprendre cet outil.

279Enfin un dernier outil complète la collection osseuse de Sollières : une longue esquille issue d’une diaphyse de grand mammifère qui n’a subi aucun aménagement de mise en forme mais dont les bords distaux démontrent qu’elle a été utilisée en frottement sur une matière abrasive (fig. 80, n° 6).

5.6.4.3.5. Le peigne en bois de cerf

280Un superbe peigne en bois de cerf mérite une attention particulière, tant par sa rareté que par la complexité de son élaboration (fig. 71, n° 12). Il s’inscrit dans une figure quadrangulaire, presque carrée, de 6 cm de hauteur pour 5 cm de largeur. Il est constitué essentiellement par une grande poignée arciforme qui se développe en 3 pans, un corps central très réduit qui débute sous 2 encoches latérales et se termine à la naissance des dents, et une rangée de 13 dents (dont une brisée) longues et régulières. Les deux dents extérieures, plus larges, s’intègrent au contour général du peigne par des bords extérieurs concaves. Inorné, ce robuste peigne a néanmoins fait l’objet d’une fabrication soignée. Tiré d’un merrain de gros module, le support a probablement été obtenu par l’extraction d’une plaquette, bien que plus aucune trace de cette étape ne subsiste. La mise en forme du contour général s’est effectuée par un décorticage précis des bords. La perlure a presque totalement été supprimée par décorticage, puis par raclage. Seuls quelques fonds des reliefs de perlure persistent de-ci de-là sur la surface supérieure. Quelques traces d’abrasion de régularisation sont également discernables en quelques points discontinus des faces supérieure et inférieure, en revanche, aucun polissage n’a été effectué. Les dents, obtenues par rainurage, sont toutes nettement détachées et finement calibrées. Le haut du peigne est doté d’une large perforation cylindrique ne présentant aucune trace d’usure. Les dents, elles, dénotent d’une utilisation : de section nettement quadrangulaire à leur naissance, elles s’arrondissent rapidement dans le dernier quart. Si à leur naissance, les bords des dents montrent encore nettement les sillons du rainurage, ceux-ci disparaissent totalement, effacés par le poli d’usage. Bien que la déformation de l’extrémité des dents ne soit pas aussi intensive que ce que l’on observe sur des peignes de l’âge du Bronze utilisés dans le tissage, on peut néanmoins rapprocher ce peigne de ce type d’activité, du moins était-il probablement utilisé dans la même gestuelle (Provenzano 1991).

281Bien qu’issu d’un contexte stratigraphique extrêmement perturbé, on peut sans doute, sur la base des similitudes morphologiques, attribuer le peigne de Sollières à la fin du 4e millénaire. En effet, les meilleurs éléments de comparaisons dont nous disposions proviennent des abords du lac de Zurich (Suisse), dans les niveaux Horgen, où ils sont tous en bois, à l’exception de l’exemplaire en bois de cerf de Zurich Kleiner Hafner (Ramseyer 1995). Bien que de forme quelque peu différente, le peigne de Sollières appartient certainement au même contexte chronoculturel. C’est aussi la tendance qui ressort de l’analyse spatiale des parures en position secondaire (§ 12.8.1.)

5.6.5. Les outillages en matière dure animale dans leur contexte chronoculturel

282La série d’outillages en matières dures animales révèle quelques données intéressantes malgré un effectif réduit et des attributions stratigraphiques parfois imprécises. Le second facteur a été le plus limitant. En effet, à peine un tiers des artefacts bénéficie de cette précision : 16 proviennent des niveaux du Néolithique inférieur, 8 de ceux du Néolithique supérieur, 2 du Bronze ancien et un seul du Bronze final. De manière plus globale, 35 peuvent être rapportés aux horizons néolithiques, 2 sont issus des couches Néolithique final/Bronze ancien et 5 des horizons de l’âge du Bronze sans plus de précision. Les autres sont tous hors stratigraphies ou proviennent des niveaux fortement perturbés où Néolithique et âge du Bronze sont mélangés. Ils seraient alors le produit d’héritages taphonomiques, comme certaines parures (§ 12.8.1. ; § 5.3.5.). Néanmoins, par analogies typologiques ou techniques, la majeure partie des industries « remaniées » peut être attribuée au minimum à un Néolithique final générique et parfois être plus précisément datée. C’est le cas pour des éléments très caractéristiques comme les gaines de haches, les pièces ogivales plates à étranglement, et même pour la majorité des outils pointus dont les répartitions typologiques et les modes de transformation sont similaires à ceux du Néolithique final. Du point de vue géographique, si l’on considère l’ensemble de la série, on ne peut que la rattacher à une aire nord-alpine et jurassienne (à titre d’exemple : Billamboz 1977 ; Maigrot 2003 ; Murray 1982 ; Voruz 1984).

283La rareté des déchets de fabrication, si elle empêche de reconstituer les schémas opératoires propres à la grotte, est néanmoins palliée par les connaissances issues d’autres gisements. Elle met surtout en évidence le fait que les outillages étaient élaborés en un autre lieu. Il est d’ailleurs significatif que nombre d’outils étaient utilisés jusqu’à la limite de leur efficacité ou abandonnés seulement après leur bris. Enfin, une autre indication de la spécialisation de la grotte en ce domaine est la faible variété des types d’outils, qui plus est affectés à des travaux spécifiques : pour l’essentiel le perçage des peaux et du bois végétal, peut-être le tissage (si les pièces ogivales plates à étranglement s’avèrent réellement être des navettes) et le fendage et/ou l’abattage du bois (indiqué par les manches et gaines de hache). Les autres activités, qu’elles soient d’acquisition (chasse, pêche, agriculture) ou de transformation (raclage des peaux, travail de l’argile et autres), semblent absentes.

Table des illustrations

Légende Fig. 45 - Néolithique final. Tableau d’identification, de localisation spatiale et d’insertion stratigraphique de 24 céramiques représentatives.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 46 - Mobilier céramique du Néolithique final inférieur.1 à 4, 7, 8 : NFI1.5, 6 : NFI2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 47 - Mobilier céramique du Néolithique final inférieur.1, 3 à 6, 15 : NFI1.2, 8, 11 à 13 : NFI2.7, 9, 10, 14 : NFI générique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 48 - Mobilier céramique du Néolithique final supérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 49 - Mobilier céramique hors contexte du Néolithique final et du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 50 - Photographies de quelques objets spécifiques.1 : tesson à décor métopal et lèvre peinte en noir, NFI2.2 : fragment de pendeloque en quille à décor gravé NFI1.3 : alêne en bronze du Bronze ancien.4 : tesson décoré de style Geiselgasteig.5 : rondelle en schiste à motif linéaire cruciforme et traverses, gravés, du Bronze ancien.6 et 7 : parures en matière dure animale du Néolithique final, d’affinités septentrionales.8 et 9 : parures en matière dure animale du Néolithique final, d’affinités méridionales.10 : pendeloque en crochet et ébauches en roches.11 : armatures de flèches en silex, en bois de cerf et en serpentinite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 51 - Néolithique final inférieur 1.1 : galet de chloritite cassé, percuté et frotté.2 : galet de roche tenace très dure, utilisé comme percutant, objet trouvé hors stratigraphie, mais très semblable aux n° S89 E5 620 et S88 G5 261, d'où la proposition de rattachement chronologique.3 : fragment ( ?) de meule ou de molette en gneiss ou schiste ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 52 - Néolithique final inférieur.1 : percuteurs et/ou bouchardes ; 1 : roche tenace verte, percussion sphérique.2 : galet de roche tenace verte, percussion fine aux extrémités et sur le corps.3 : galet de chloritite, percussion sur les arêtes.4 : galet de serpentinite, percussion violente sphérique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 53 - Néolithique final inférieur.1 : instruments de percussion ; 1 : galet de serpentinite portant des impacts de percussion et de frottement.2 : lame de hache en métabasite épizonale réutilisée pour une percussion distale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 54 - Distribution des percuteurs selon leur masse et leur longueur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 55 - Distribution des percuteurs et des broyons selon leur largeur et leur longueur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 56 - Néolithique final inférieur 2. Matériel de mouture.1 : fragment de molette en roche grenue (gneiss ?).2 : éclat de meule ou de molette en roche identique.Les deux objets ont été trouvés à 1 m de distance et pourraient correspondre à une seule molette.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 57 - Néolithique final inférieur 2. Percuteurs et galets taillés.1 : percutant en serpentinite.2 : éclat de galet en serpentinite.3 : galet taillé (nucléus ?) en chloritite.4 : percutant en calcaire métamorphisé.Les nos 1 et 4 ont été découverts à 40 cm de distance.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 58 - Néolithique final inférieur 2 et assimilé : fragments de polissoirs en marbre siliceux / quartzite carbonaté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 59 - Pendeloques / affûtoirs.1 : Néolithique final inférieur 2, roche détritique/sédimentaire indéterminée.2 : hors contexte, roche métamorphique à grain fin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 60 - Lames polies du Néolithique final inférieur 2 (nos 1 à 3) et du Néolithique final inférieur non différencié (nos 4 et 5).1 : éclat de lame polie en éclogite bouchardée et sciée.2 : lame polie en clino-enstatite.3 : lame polie en pyroxénite, façonnée par sciage.4 : éclat de sciage en pyroxénite.5 : ébauche en cours de polissage, éclogite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 61 - Néolithique final inférieur 2.1 : petit éclat de galet en roche tenace.2 à 6 : armatures de flèche perçantes. 2 : silex. 3 à 6 : serpentinite (4 : ébauche).Néolithique final inférieur 1 ou 2.7 : armature de flèche en serpentinite.8 : fragment mésial de lamelle en silex.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 62 - Néolithique final supérieur. Meule entière en gneiss ou granite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 63 - Néolithique final supérieur.1 : molette en gneiss.2 : fragment de galet en serpentinite.3 : fragment de galet en roche tenace verte, brûlé et éclaté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 64 - 1 : Néolithique final supérieur, éclat intentionnel de galet en chloritite.2 : Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur : percutant (broyeur) sur galet de serpentinite, avec cupule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 65 - Lames polies du Néolithique final supérieur (nos 1 à 3) et hors contexte (nos 4 à 6).1 : éclat scié en pyroxénite.2 : moitié distale en jadéitite.3 : extrémité distale en éclogite.4 : ébauche en éclogite fraîche (découverte par R. Chemin sur le tas de déblais).5 : lame polie entière en pyroxénite (hors stratigraphie).6 : éclat de tranchant en probable éclogite (découverte dans le niveau Bronze final).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 66 - Petit outillage lithique taillé et poli du Néolithique final supérieur (nos 1 et 2), du Néolithique final indéterminé (nos 3 et 4) et hors contexte (nos 5 à 7).1 : armature perçante polie en serpentinite.2 : armature perçante foliacée à retouches couvrantes en silex.3 : armature perçante à pédoncule en silex.4 : armature perçante polie en serpentinite.5 : fragment de lamelle en silex (découverte dans le niveau Bronze final).6 : ébauche d'armature perçante polie en serpentinite.7 : fragment de lame en silex à retouches abruptes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 67 - Carte des approvisionnements connus pour les différentes catégories de matériaux lithiques.Le cercle placé autour des Balmes regroupe les matériaux alluviaux ou prélevés sur des gîtes en place dans l'environnement proche du site : granites et gneiss, grès, galets de serpentinite, chloritite, quartzite et divers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 68 - Parure. Néolithique final inférieur 1 :1 : Dentalium fossile ; 2 : Dentalium vulgare ; 3 : canine de petits carnassiers percée ; 4 et 5 : métapodes de canidés percés ; 6 : métapode de léporidé percé ; 7 : pendeloque elliptique en test ; 8 : plaquette biforée en défense de suidé ; 9 : plaquette biforée en test ; 10 : pendeloque conique en os ornée de stries ; 11 : pendeloque elliptique en défense de suidé ; 12 : pendeloque à ailettes en calcaire ; 13 à 22 : perles discoïdes et ovoïdes (13 à 16 : calcaire ; 17 à 21 : roche verte ; 22 : os).Interface Néolithique final inférieur 1/2 :23 : Conus ; 24 : Dentalium vulgare ; 25 : pendeloque à ailettes en calcaire ; 26 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 27 : galet percé de forme ovalaire en roche verte ; 28 : perle discoïde en roche verte ; 29 : perle discoïde en schiste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 69 - Parure. Néolithique final inférieur 2.1 à 9 : Dentalium fossiles ; 10 : Dentalium vulgare ; 11 et 12 : canines de petits carnassiers percées ; 13 : canine de canidé percée ; 14 : pendeloque elliptique sur dent ; 15 : pendeloque « en béquille » en os ; 16 : épingle ou aiguille en os ; 17 : pendeloque arciforme en os ; 18 : plaquette biforée en défense de suidé ; 19 : métapode de léporidé percé ; 20 : plaquette biforée en test ; 21, 22, 24 à 26 et 28 : pendeloques en griffe en roche verte ; 23 : pendeloque arciforme en roche verte ; 27 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 29 : bloc elliptique facetté en bauxite ; 30 : pendeloque à pointe en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 70 - Parure. Néolithique final inférieur 2 :1 et 2 : pendeloques à ailettes en calcaire ; 3 à 10 : éléments d’un collier respectant la succession observée lors de la découverte (roche verte, sauf 6 calcaire) ; 11 à 15 : perles discoïdes en roche verte.Néolithique final inférieur 1 ou 2 :16 : métapode de léporidé percé ; 17 et 18 : Dentalium fossiles ; 19 : perle discoïde en os ; 20 : pendeloque à pointe en calcaire rouge.Néolithique final : 21 et 22 : Dentalium vulgare ; 23 : Dentalium fossile et vulgare emboîtés ; 24 : perle discoïde en schiste ; 25 : perle discoïde en calcaire.Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur : 26 : Dentalium fossile ; 27 : Dentalium vulgare ; 28 : Columbella rustica.Néolithique final supérieur : 29 et 30 : Dentalium fossiles ; 31 : pendeloque en griffe en roche verte ; 32 : pendeloque biforée en défense de suidé ; 33 à 35 : perles ovoïde et discoïdes en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 71 - Hors stratigraphie.1 à 3 : Dentalium fossile ; 4 à 6 : Dentalium vulgare ; 7 : Cerithium vulgatum ; 8 : Pectunculus (salle II) ; 9 : plaquette biforée en défense de suidé ; 10 : dent de suidé percée ; 11 : défense de suidé polie ; 12 : peigne en bois de cerf ; 13, 14 : pendeloques à pointe en calcaire ; 15 : perle ovoïde en jayet ; 16 : perle discoïde en roche verte ; 17 : perle discoïde en test. Parures éventuellement du Bronze ancien : 18 : Dentalium vulgare ; 19 : perle discoïde en roche verte ; 20 : pendeloque en griffe en roche verte ; 21 : pendeloque arciforme en défense de suidé ; 22 : pendeloque en canine d’ours perforée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 72 - Distribution stratigraphique des éléments liés à la production des pendeloques en griffe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 73 - La production des pendeloques en griffe : décomptes des analyses RX par catégories techniques. Données reprises de Thirault, Santallier, Véra 1999.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 74 - Ébauches de parure en chlorite, antigorite et roche mixte.1 : Néolithique final indéfini.2 : Bronze ancien.3 : Bronze final.4 à 6 : Néolithique final inférieur 2 ou Néolithique final supérieur.7 : Néolithique final supérieur.8 et 9 : Néolithique final inférieur 2.10 à 13: Néolithique final inférieur 1.Références: 1: S87 G5 238; 2: S88 G7 14; 3: S84 F7 z= 133; 4: S88 F4 229; 5: S89 F4 272; 6: S89 H9 z= 247; 7: S88 G6 z= 230; 8: S89 G6 z= 268; 9: S85 E5 731; 10: S90 G6 492; 11: S90 G7 z= 316; 12: S86 E5 790; 13: S90 G6 451.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 75 - Utilisation de l'os selon les espèces.PM : petits mammifères ; GM : grands mammifères.Pour le cerf, les éléments de ramure n’ont pas été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 76 - Exploitation de l'os et du bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 77 - Distribution des types d'os exploités selon les espèces.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 78 - 1 à 6 : pièces ogivales plates à encoches de façonnage premier ou secondaire (n° 6). 7 à 10 : spatulettes. 11 à 15 : pointes. 16 et 17 armatures de flèches. Os, sauf 4 (bois de cerf). 7 : NM2. 2 : NF. 1, 3, 4, 8, 9, 12, 16 : NFI1. 11 : NFI2. 6, 13, 14 : NFS. 15 : BF. 17 : surface. 5, 10 : salle II.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 79 - Biseaux en os. 1, 4 : NFI1. 5, 6 : NFI2. 9 : NFI2-NFS. 7 : NFS. 10, 11 : NFS-BA. 2, 3 : BF. 8 : salle II. Os.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 80 - Pointes en os. 1, 6, 7 : NFI1. 2 : NFI2. 8 : NFI. 11 : NFI2-NFS. 3 : NFS. 10 : NFS-BA. 4 : BA. 12 : BA ? 5, 9, 13, 14 : salle II. Os.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 81 - Pointes, manches et gaines de haches. 1, 8, 11 : NFI1. 2, 7 : NFI2. 10 : NFS 3 : BA. 9 : BF. 4 à 6 : surface. 12, 13 : salle II. 1 à 8 : os. 9 à 13 : bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 82 - Bois de cerf. 1 à 3 : NFS. 4 : BA-BF. 5 : BA.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 83 - Tibias tronqués de jeunes cerfs. 1 : BA. 2 : NF générique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 84 - 1 : entaillage à la hache polie sur merrain.2 : perforation biconique.3-4 : rainurage sur métapode de capriné.5 : stigmates d'abrasion et de perforation pivotante.6 : aspect de surface des pièces ogivales plates à encoches.7 : stigmates de percussion sur partie proximale de manche sur merrain.Trois de ces objets bénéficient du même contexte précis : le Néolithique final inférieur I (fig. 84, nos 1, 3, 4). Les autres exemplaires sont en position stratigraphique plus incertaine (fig. 78, nos 2, 5), mais ils peuvent néanmoins raisonnablement être attribués au même horizon. En premier lieu parce qu’ils ont été recueillis dans des secteurs semblables, en périphérie, de la salle I (§ 12.3.1.), parfois proches les uns des autres, mais surtout parce qu’ils sont plus caractéristiques de cette période. La dernière unité issue d’un recyclage de biseau est issue de l’ensemble du Néolithique final supérieur (fig. 78, n° 6). Si les retouchoirs sur baguettes à tête – avec lesquels ils sont souvent confondus – apparaissent dès le Néolithique moyen dans le nord des Alpes et le Jura, ils poursuivent leur évolution au Néolithique final (Gallay 1977 ; Ramseyer, Michel 1990 ; Sidéra 2000 ; Suter 1981). Les objets de Sollières participent indéniablement de la même filiation et, même s’ils demeurent fort rares, les premiers exemplaires de ce type apparaissent dès le début du Néolithique en Suisse. Les quelques autres unités connues, que ce soit en Haute-Savoie, à la Balme-de-Thuy (Ginestet et al. 1984) ou plus au sud, mais toujours en contexte alpin, à Balm’Chanto et Chiomonte dans les Alpes italiennes, appartiennent tous à des horizons plus tardifs, Néolithique final avancé ou Chalcolithique (Bertone 1992 ; Biagi 1987 ; Mano 1992).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2798/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 571k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540