Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 2. La trame spatio-temporelle du site

Pierrette Benamour, Éric Thirault, Annie Vital et Joël Vital

Texte intégral

2.1. Les données initiales (J. V., P. B.)

2.1.1. Les limites documentaires

1Dans la salle II, les enregistrements sédimentaires sont souvent de puissance réduite et occupent des volumes restreints dispersés parmi l’amoncellement des blocs de taille variable (fig. 9). Les vestiges sont localisés par quarts de mètres carrés, mais aucun relevé en plan n’est disponible.

2Dans la salle I, les données graphiques issues du terrain se résument à trois relevés stratigraphiques d’extension limitée (fig. 9), que complète la coupe du témoin étudié en 1994. Nous disposons également de quatre plans de zones qui paraissent montrer une structuration de l’espace (dallages, foyers...) dont nous aurons à juger de la pertinence (§ 12.1.3.). Cette dispersion des observations trouve en partie son origine dans le rythme annuel des travaux conduits sur de courtes périodes. Mais les causes de cette discontinuité des enregistrements semblent avant tout à imputer à l’option de fouille par mètres carrés adjacents, échelonnée dans le temps et à but principalement stratigraphique. Ce choix méthodologique est certes bien alimenté par la notation systématique des cordonnées cartésiennes des objets. Mais les relevés des coupes sur le pourtour des carrés, comme la connaissance topographique des interfaces lithologiques, en principe partie intégrante de l’approche par mètre carré, font trop systématiquement défaut. Ils ne pouvaient donc prétendre servir en cours de fouille une vérification et une validation de l’attribution des vestiges à leurs contextes chronographiques et culturels. L’absence de lecture géoarchéologique ad hoc des continuités/discontinuités sédimentaires sur la durée ne permettra pas de compenser ces lacunes. De plus, les recherches débutent en 1980 dans la zone où la sédimentation est la plus compactée et où la discrimination stratigraphique exige en conséquence la plus grande finesse d’observation. Ce handicap est encore renforcé par un pendage accusé des formations dans cette partie de la salle I, et par l’important volume occupé par des blocs de classes pluri-décimétrique à métrique, comme dans la salle II.

2.1.2. Les enregistrements stratigraphiques et enseignements de la salle II

3Un carroyage par quarts de mètres carrés constitue le référentiel utilisé durant les travaux conduits dans la salle II pour la localisation des objets extraits d’une couverture de sédiments lacunaire. Un premier sondage réalisé dans le carré A1 (fig. 9) révèle la densité des vestiges céramiques. La poursuite de la fouille permet de dresser plusieurs coupes. Elles montrent des successions globalement comparables de dépôts de nature très proche, mais localement perturbés et contraints par les inégalités de l’éboulis basal (fig. 12).

Fig. 12 - Relevés stratigraphiques réalisés lors des fouilles 1972-1973 dans la salle II.

4Les topographies d’ensemble établies en 1994-95 ont permis de relever le plan des masses rocheuses présentes dans cette salle II. Nous avons ensuite tiré parti des repères que constituent des rochers ayant subsisté depuis les années 1970, notamment sur les coupes A/B-I-5 et IV/V-F-I (fig. 12), pour situer les relevés stratigraphiques et les zones de fouille de René Chemin. Un secteur, en J-L-1-5, est localisé à la jonction des salles I et II, le long de la paroi ouest. Mais nous ne disposons pas des précisions nécessaires à un report sur le plan général. Dans cette zone, une importante couche de terre infiltrée scelle un niveau du Bronze final sans charbon dans lequel ont été recueillis, entre autres, un gobelet pratiquement entier (fig. 109, n° 1) et deux fusaïoles. Le rocher apparaît directement dessous.

5La coupe longitudinale située sur la limite A/B, déjà publiée (Bocquet, Chemin 1976, fig. 68), prend appui au nord sur une grande dalle (fig. 12). Elle est la plus développée et les autres relevés confirment une séquence globale qui présente, de haut en bas :

  • Un niveau organique récent emballant des pierres issues de la dégradation de la paroi, des ossements de faune sauvage, des grelots et lames de couteaux métalliques.

  • Un mince plancher de calcite.

  • Deux formations argileuses d’épaisseur centimétrique.

  • Sur la coupe longitudinale A/B et sur le relevé transversal selon la limite 1/2, une couche grise d’aspect poudreux ou cendreux (ép. 10 cm) livre des tessons de l’âge du Bronze final.

  • Une couche noire de sédiments gras très charbonneux, d’épaisseur pluri-décimétrique aux points les plus bas, renferme un abondant mobilier céramique du Bronze final. Le plus souvent posés à plat, les tessons constituent localement un véritable sol. Leur densité décroît en profondeur, au sommet de l’éboulis aéré qui forme un tampon avec la salle III située en dessous. Un échantillon de ce sédiment noirâtre a pu être prélevé en 1995 (§ 3.1.).

  • En A4-A3, un niveau sablonneux de coloration jaune, à cailloutis, s’intercale entre les formations archéologiques et le substrat. Quelques objets sont recueillis (poinçon en A, gaine de hache en bois de cerf et hache en pierre en H, etc., § 5.6.). La nature de cette formation permet un parallèle avec les couches 5 et surtout 7 de la zone D/E3 de la salle I (§ 2.1.3.1.), d’aspect comparable et globalement datées de la fin du Néolithique moyen.

6La localisation des vestiges identifiés se réduit à quelques cas. La coupe transversale selon IV/V se prolonge vers le centre de la cavité jusqu’à un plan de clivage entre deux dalles horizontales (fig. 12), dans l’espacement duquel sont extraites deux céramiques fragmentées du Bronze ancien ; des tessons du Bronze final sont également présents. Il semblerait que le dépôt d’objets de bronze découvert en 1975 soit issu de l’intervalle compris entre cette zone et celle du témoin de 1994. Des tessons du Bronze final sont exhumés d’un peu de sédiment noirâtre dans la diaclase des carrés F-H de la bande VI. En GI et GII, trois galets de rivière ayant servi de percuteurs sont trouvés ensemble, ainsi qu’un objet à gorge en cargneule. Des fragments de vases brisés en place sont mentionnés en C3-4-5, D3-4, E3, scellés par un éboulement de la paroi. Des graines carbonisées sont découvertes en A2. La fouille d’une zone en surplomb dans l’angle S-E de la salle II, à deux mètres au-dessus du sol, permet de recueillir une aiguille à chas et un vase à provision écrasé sur place (fig. 114).

7L’ensemble des observations conduit alors à l’hypothèse d’un habitat de l’âge du Bronze final dans la salle II, marqué par la présence d’importants dépotoirs. La sédimentation néolithique est très réduite en regard de celle conservée dans la salle I, ce qu’illustre une coupe longitudinale synthétique réalisée entre les deux secteurs (fig. 8C).

8Une datation radiocarbone sur charbons extraits par A. Bocquet d’un sédiment gras noirâtre vers les carrés AI-A3, en 1973, donne les résultats suivants : Ly-880, 2450 ± 110 B. P., soit vers 760-410 av. J.-C. Aucun mobilier ne semble se rapporter précisément à cet intervalle centré sur le Hallstatt C-D.

2.1.3. Les enregistrements stratigraphique de la salle I

2.1.3.1. Les fouilles 1980-1990

9Trois coupes synthétiques ont été produites. Elles illustrent le maillage stratigraphique de la salle I de façon discontinue (fig. 9). Les deux premières, perpendiculaires (fig. 13), sont relevées en 1983 en CDE2/3 et en E3-4 et se raccordent sur la limite E2/3. La partie inférieure de la coupe CDE2/3 sera complétée l’année suivante (fig. 14), permettant en 1989 un raccord avec un nouveau développement, perpendiculaire et d’axe NNE-SSO, en C/D1-2 (fig. 15).

Fig. 13 - Relevés stratigraphiques perpendiculaires réalisés à l’issue des fouilles 1983 dans la salle I, en CDE2/3 et en E3-4 ; ils se raccordent sur la limite E2/3.

Fig. 14 - Vue, dans les bandes D et E, sur l’effondrement de dalles de la couche 3B. Au fond, sous les dalles, on observe à la base les sédiments correspondant au Néolithique moyen. À droite, la séquence du Néolithique final au Bronze final suit la mise en place de cet important niveau d’éboulis.

Fig. 15 - Relevé stratigraphique, sous une dalle de l’éboulis 3B, des niveaux les plus anciens de la séquence néolithique (Néolithique moyen) sur la limite des carrés C/D1-2.

10La synthèse de ces trois graphes permet d’identifier à l’origine 7 niveaux, auxquels il convient de rajouter deux formations de surface évacuées dès les premiers jours de fouille. Nous en reprenons les descriptions originales, de haut en bas :

  • Un niveau superficiel de sédiments pulvérulents ; l’absence d’échantillon ne permet pas de se prononcer sur l’éventualité de dépôts liés à une bergerie.

  • Un niveau de plaquettes hétérométriques issues des parois et de la voûte ; elles recouvrent le sol de manière assez uniforme avec une densité supérieure dans la bande E (ép. 10 cm). Des blocs et dalles de taille plus importante émergent du remplissage en F4-5 (fig. 16).

  • Couche C2 : couche plus homogène, noire, très grasse mais très caillouteuse et comportant encore de petits blocs (ép. 10-15 cm à 40 cm), dans laquelle il n’a pas été établi de stratigraphie plus fine. Cette unité est localement plus aérée (F5) et semble servir d’assise à un gros bloc centré sur E-F5. Des foyers sont présents en E2-E3. En E/F3-4, les foyers plus nombreux et étendus se recoupent ; ils sont mal limités et prennent la forme de grandes traînées de cendres. Ces niveaux sont riches en matériel de l’âge du Fer et du Bronze final.

  • Couche C3 : en D2/3, formation jaune sableuse claire mêlée de cailloutis, quasiment stérile en matériel, qui repose sur de gros blocs et dalles. Pour les besoins de l’exposé à venir (fig. 20 et 24) nous appellerons ce sédiment 3A ; le niveau d’effondrement généralisé de gros blocs et dalles sera identifié à 3B.

  • Couche C4 : en E/F4, couche très noire semblable à C2 et riche en matériel alors attribué au Bronze ancien (céramique à cordons digités) et au Néolithique final (parures) ; de nouveaux niveaux de foyers sont identifiés.

  • Couche C5 : en D2/3, couche plus claire, très caillouteuse, peu de charbons, avec quelques ossements animaux, corrélée avec la couche C5 en E/F4, qui repose sur des blocs aérés non jointifs qui semblent constituer le sol d’origine.

  • Couche C6 : en D2/3, foyer très étendu constitué d’une couche ayant l’apparence de cendres grises, caillouteuses ; sous ces cendres, on note une couche très charbonneuse, riche en matériel archéologique et en graines carbonisées, du Néolithique.

  • Couche C7 : couche jaune semblable à C3, sédiment mêlé de cailloutis, stérile.

Fig. 16 - Vue, au début des fouilles, du niveau superficiel de dallettes qui parsèment le sol de la salle I. Deux dépressions sont visibles sur la droite, correspondant à des creusements opérés dans l’intervalle des travaux conduits successivement dans les salles II et I.

11Des interrogations que soulèvent alors les rapports entre la succession lithologique et la chronologie de certaines céramiques justifieront la réalisation d’une série de datations 14C destinées à lever les indécisions.

12Une première observation réalisée à partir des relevés décrits illustre assez bien ces incertitudes. La corrélation des couches 4 et 5 sur les deux graphes de CDE2/3 et de E3-4 ne va pas sans soulever une incohérence, qui tient essentiellement à la double position de la couche 5 à la fois sur (E/F4), et sous (DE2/3), l’important niveau de dalles C3B qui marque la séquence. Nous postulons plutôt une corrélation de la couche C3A de D2/3 avec la couche C5 de E/F4, hypothèse qui nous permet de proposer l’enchaînement suivant : C7, C6, C5, C4, C3B (en D2/3), puis C3A = C5 (en E/F3-4), puis enfin C4, C2 et C1 de ce dernier relevé. Sur un cliché photographique de la coupe en E3-4 (fig. 21), un niveau éventuel de cendres gris foncé est intercalé entre la couche 5 de base et le premier niveau blanc d’aspect cendreux, mais il n’est pas représenté sur le graphe (fig. 13).

13Il est alors possible de dresser un inventaire des radiodatations qui tienne compte de ces corrections, pour les 3 secteurs dans lesquels les mesures se concentrent, dans les bandes des carrés E, D et G. Les résultats sont donnés en âge brut et en âge calibré avant notre ère mentionné par convention « av. J.-C. ». Les fourchettes après calibration sont réduites aux maxima de probabilités, degré d’appréciation que valident d’autres synthèses chrono-culturelles régionales (Vital 2004c). Cette liste est établie suivant un classement vertical, toujours de haut en bas, pour lequel nous avons précisé les attributions stratigraphiques lorsque cela était possible.

Bande des carrés E
  • Couche C1 : datation sur charbons de bois, carré E6, z = -102 cm (fouille 1982), sous un rocher : CRG-529, 1270 ± 90 B. P., soit autour du VIIIe siècle de notre ère.

  • Couche C2 : datation sur charbons de bois, carré E6, z = -135 cm (1982), « couche Bronze final » : CRG-530, 2880 ± 80 B. P., soit vers 1125-1010 av. J.-C.

  • Couche 4 probable : datation sur charbons de bois, carrés E5-F5, z = -170 cm (1985) : CRG-616, 4250 ± 90 B. P., soit vers 2890-2880 av. J.-C.

  • Couche 4 probable : datation sur charbons de bois, carré E5, z = -184 cm (1985) : CRG-617, 4650 ± 95 B. P., soit vers 3500-3375 av. J.-C.

  • Couche non corrélée (voir § 2.2.2.) : datation sur charbons de bois, carrés D7-F7, z = -232 cm (1990) : CRG-1066, 4520± 80 B. P., soit vers 3340-3010 av. J.-C.

  • Couche non corrélée : datation sur charbons de bois, carré E7, z = -223-220 cm (1989) : CRG-987, 3945 ± 75 B. P., soit vers 2470-2460 av. J.-C.

Bande des carrés D
  • Couche C2 probable : datation sur charbons de bois, carré D2, z = -120 cm (1987) : CRG-820, 6265 ± 400 B. P., soit, compte tenu du très large écart-type, autour de 5300-5100 av. J.-C.

  • Couche C6 : datation sur graines carbonisées, carrés D1/D2, z = -140 cm (1988) : CRG-907, 4840 ± 90 B. P., soit vers 3645-3540 av. J.-C.

  • Couche C6 : datation sur charbons de bois, carré D3, z = -203 cm (1982) : CRG-531, 4730 ± 150 B. P., soit vers 3625-3510 (3385) av. J.-C.

14Trois nouvelles datations radiocarbones, AMS, ont été réalisées en 2009 sur les graines recueillies en amas en D1/D2 (1988), correspondant à la couche C6, de manière à vérifier la validité de l’association néolithique de blé et de seigle (§ 9.1.) :

  • Blé, datation sur graines carbonisées : UBA-12671, 4531 ± 31 B. P., soit vers (3385) 3340-3010 av. J.-C.

  • Seigle, datation sur graines carbonisées : UBA-12672, 488 ± 27 B. P., soit vers 1450 ap. J.-C.

  • Seigle, datation sur graines carbonisées : Lyon-5331 (SacA-11468), 470 ± 25 B. P., soit vers 1440 ap. J.-C. L’association néolithique de blé et de seigle ne peut in fine être retenue, sans qu’aucun argument ne puisse expliquer un tel décalage des résultats dans un assemblage de paléocarpes estimé clos. Seule une reprise de la fouille dans ce secteur pourrait apporter de nouvelles données, plus fiables.

Bande des carrés G
  • Couche non corrélée : datation sur charbons de bois, carrés G7/H7, z = -203 cm (1988) : CRG-906, 3560 ± 70 B. P., soit vers 1920-1830 av. J.-C.

  • Couche non corrélée : datation sur charbons de bois, carré G5, z = -200 cm (1987) : CRG-819, 5825 ± 190 B. P., soit vers 4670-4520 av. J.-C.

  • Couche non corrélée : datation sur charbons de bois, carré G7, z = -238-228 cm (1989) : CRG-988, 4025 ± 75 B. P., soit vers 2570-2490 av. J.-C.

  • Couche non corrélée : datation sur charbons de bois, carré G7, z = -282 cm (1989) : CRG-989, 4365 ± 70 B. P., soit vers 3070-2920 av. J.-C.

  • Couche non corrélée : datation sur graines carbonisées, carré G6, z = -335 cm (1990) : Ly-14305, 4400 ± 40 B. P., soit vers 3080-2925 av. J.-C.

  • Vestiges non corrélés, datation sur ossements (bassin humain, éboulis 1987) Ly-7510, 3395 ± 41 B. P., soit vers 1735-1660 av. J.-C.

2.1.3.2. Le témoin fouillé en 1994

15L’opération de 1994, dont les objectifs ont été définis supra (§ 1.2.3.), a été restreinte à la fouille d’un témoin conservé entre deux dalles inclinées dans le secteur EF7-8 (fig. 17). Nous avons procédé à une quinzaine de décapages tenant compte de la lithostratigraphie, sans difficulté majeure. Ces décapages regroupent le plus souvent de deux à quatre unités sédimentaires d’extension limitée, entrecroisées, jusqu’à ce qu’une interface marquée se présente. L’ensemble des déblais a fait l’objet d’un tamisage mettant à profit l’eau courante de l’Arc, dans la vallée, précédé d’un flottage de manière à recueillir les macrorestes carbonisés.

Fig. 17 - Plan et carroyage métrique de la salle I. Localisation des grandes dalles supérieure et inférieure (GDS, GDI), des blocs de surface, du témoin fouillé en 1994, des trois bandes de projections verticales du mobilier (E, G-H, 5/6, en grisé) et des relevés stratigraphiques synthétiques (en gris foncé). La coupe restituée en E5-7 est indiquée en trait interrompu court (fig. 20). À l’ouest, les différents paliers rocheux conduisant de l’accès au centre de la salle I ont été figurés.

16Préalablement, la stratigraphie avait été dressée et relevée, et les unités sédimentaires décrites et échantillonnées (fig. 18). Ce travail a été doublé par une série de prélèvements orientés permettant de préciser la nature des formations mais aussi de décrire les microlaminations difficiles à isoler dans une séquence dont le découpage et la complexité (§ 3.1.2.2.) laissent entrevoir les limites des observations globalisantes antérieures. Une suite de 18 échantillons palynologiques a également été constituée.

Fig. 18 - Vue de la coupe décrite en 1994 préalablement à la fouille partielle d’un témoin dans le secteur EF7-8.

17La succession des unités sédimentaires, les mobiliers et les datations 14C associées sont les suivants, de haut en bas, par ensembles décapés à la base desquels correspond terme à terme une surface/interface (fig. 19) :

  • Décapage 1, en amont : limon noir charbonneux à nodules de sédiments roux.

  • Décapage 2, en aval : limon noir à dallettes ; le d1 correspond au d2, mais remanié ; ces deux décapages ne figurent pas sur la coupe.

  • Décapage 3, en aval : limon gris foncé à noir, puis gris-marron, à dallettes ; une équivalence avec le d2 est possible ; datation sur charbons de bois du décapage 3 : Ly-7501, 3158 ± 42 B. P., soit vers 1475-1320 av. J.-C. environ ; les rares vestiges céramiques évoquent le Bronze final 1 et 2b.

  • Surface 1-2 (ne figure pas sur la coupe) : s1, en amont, à dallettes bordées de limon ocre-roux (niveau supérieur du dispositif présent à la surface 3, fig. 232) ; surface 3, en amont, amas de dallettes sur deux niveaux croisés (ne figure pas sur la coupe).

  • Décapage 4 (ne figure pas sur la coupe) : limon noir soyeux à dallettes de classe 3-6 cm ; remplissage de la cuvette qui reçoit les dallettes de la surface 3 (et de s1) ; il repose sur la surface s5 ; datation sur charbons de bois du décapage 4 : Ly-7502, 3386 ± 48 B. P., soit vers 1720-1640 av. J.-C. environ.

  • Surface 3-(4) (limon rosé) : en F/E dôme de matériaux agglomérés blancs, ocre-rouge à la base, très induré, auréole marron-rouge en périphérie, en légère cuvette (ép. 2 cm) (fig. 232) ; une extension aval de limon rosé, par la rubéfaction, est visible en coupe, en légère cuvette aussi ; en amont (surface 4) on retrouve le même sédiment en concentrations très limitées en surface, toujours en cuvette.

  • Décapage 5 : limon gris à gris foncé à dalles et dallettes, à faune plus fréquente en amont qu’en aval ; datation sur charbons de bois du décapage 5 aval : Ly-7504, 3597 ± 44 B. P., soit vers 2005-1890 av. J.-C. environ ; datation sur charbons de bois du décapage 5 amont : Ly-7503, 3591 ± 50 B. P., soit vers 2005-1890 av. J.-C. environ ; un bord droit à lèvre digitée s’inscrit dans le Bronze ancien, alors que des intrusions du Bronze final 1 sont possibles.

  • Surface 5 : interface très nette, matérialisée par une extension limitée de limon sableux ocre-jaune à rose orangé.

  • Décapage 6 : 2 couches différentes partiellement superposées : un limon brun-ocre à rougeâtre, puis un limon gris-noir cendro-charbonneux à passées gris clair ; datation sur charbons de bois du décapage 6 : Ly-7505, 3968 ± 44 B. P., soit vers 2550-2470 av. J.-C. environ ; les tessons céramiques évoquent le Néolithique final.

  • Surface 6 : une structure de combustion sur 1/4 de m2 comprend une zone centrale de cendres blanches et une zone périphérique de limon rosé ocre, le tout reposant sur un hérisson de 10 cm d’épaisseur de dallettes à fort pendage mélangées aux sédiments précédents ; un gros galet à plat.

  • Décapage 7 : succession de niveaux d’épaisseur réduite constante avec, de bas en haut : limon brun-noir cendro-charbonneux à nombreux cailloux et dalles, limon gris mélangé, limon brun-ocre-jaune à cailloutis épars, limon ocre verdâtre induré à nodules de sédiments blanc/jaune ; les tessons céramiques évoquent le Néolithique final et des raccords ont été opérés avec des pièces des fouilles antérieures.

  • Surface 7 : interface marquée.

  • Décapage 8 : limon gris mélangé sur un film de limon blanc-beige, puis limon gris cendro-charbonneux en amont, superposé en aval à un limon gris rosé à cailloux ; plaquettes et blocs abondants ; datation sur charbons de bois du décapage 8 : Ly-7506, 4084 ± 41 B. P., soit vers 2660-2575 av. J.-C. environ.

  • Surface 8 : mince niveau de sédiment mélangé clair à boulettes ocre à blanc.

  • Décapage 9 : amas de dalles en aval provenant soit d’un éboulement, soit de la dégradation de la grande dalle en biais au-dessus (fig. 27), enrobés par un rare limon gris à gris foncé.

  • Datation sur charbons de bois de l’interface décapage 9/surface 9 : Ly-7507, 4245 ± 55 B. P., soit vers 2890-2880 av. J.-C. environ.

  • Surface 9 : interface sédimentaire très nette.

  • Décapage 10 : sédiment « nougaté », limon argileux ocre-jaune paille et orangé hétérogène, en boulettes ; une dizaine de dallettes se concentrent à l’aval, où l’on observe une sédimentation microlitée ; on note quelques charbons épars et de rares éléments de parure du Néolithique final ; un tesson est hérité des niveaux plus profonds.

  • Surface 10 : concentration de charbons de bois à cette interface ; datation sur ces restes carbonisés de la surface 10 : Ly-7508, 4252 ± 90 B. P., soit vers 2890-2880 av. J.-C. environ.

  • Décapage 11 : sédiment « nougaté », limon argileux ocre-jaune paille et orangé à gris-beige, hétérogène, en boulettes, puis limon gris mélangé ; on observe en amont des dépôts microlités ; des blocs et dalles reposent en aval sur la surface 11.

  • Surface 11 : des blocs du décapage 13 émergent à ce niveau d’une dizaine de centimètres ; datation sur charbons de bois de la surface 11 : Ly-7509, 4029 ± 69 B. P., soit vers 2580-2490 av. J.-C. environ ; base du sédiment « nougaté ».

  • Décapage 12 : limon brun-ocre puis limon jaune-verdâtre mêlés de nodules de sédiment argileux blanc, orangé, verdâtre, comprenant quelques plaquettes, en amont ; il comble le sommet et les interstices d’un éboulis de classe décimétrique à pluridécimétrique en aval et s’enrichit en limon gris clair microlité ; des éléments de parure du Néolithique final ont été recueillis.

  • Surface 12 : limon cendro-charbonneux gris foncé ; datation sur charbons de bois de la surface 12 aval, sous une dalle présente au décapage 12 : CRG-1382, 4411 ± 80 B. P., soit vers 3085-2930 av. J.-C. environ.

  • Décapage 13 : limon noir à gris foncé très charbonneux scellant des dalles et blocs nombreux, de classe granulométrique moyenne décimétrique, qui suivent la pente, puis limon cendro-charbonneux plus clair ; les fragments céramiques évoquent le Néolithique final et des raccords ont été opérés avec des pièces des fouilles antérieures, comme dans le décapage 14 suivant.

  • Surface 13 : arrivée sur un limon gris-noir cendro-charbonneux.

  • Décapage 14 : limon gris-noir cendro-charbonneux, puis limon sableux à graviers gris à gris clair ; datation sur charbons de bois du décapage 14 amont : CRG-1381, 4465 ± 107 B. P., soit vers 3330-3050 av. J.-C. environ.

  • Surface 14 : limon gris noir charbonneux.

  • Décapage 15 : limon gris à tendance sableuse et gravillonneuse qui colmate le sommet d’un important éboulis à blocs et dalles enchevêtrés et aérés. Pour ce dernier, un test de profondeur réalisé avec un mètre à ruban suppose une puissance d’au moins 3 mètres dans ce secteur.

Fig. 19 - Relevé stratigraphique de la coupe du témoin EF7-8. Localisation des ensembles sédimentaires regroupés parmi les 15 décapages. Entre ces entités, les interfaces et les surfaces les plus nettes sont identifiées.

18L’ensemble de ces observations et de ces caractérisations réalisées à l’oeil nu en cours de fouille ont été précisées à l’issue des analyses sédimentologiques (§ 3.1.).

2.2. À la recherche des cohérences (J. V., É. T., A. V.)

2.2.1. Possibilités et choix méthodiques

19Face aux conditions d’enregistrement décrites (§ 2.1.1.), il paraissait hasardeux de chercher à relier directement les observations stratigraphiques réalisées durant les différentes campagnes, car les coupes les plus proches (en E3-4 et en EF7/8 en 1994) sont tout de même séparées par près de trois mètres de distance (fig. 17). Il apparaît aussi que le degré de finesse des observations et de ces relevés est très variable. Ils constituent toutefois une base de départ pour la localisation, la coloration et la variation latérale des faciès lithologiques.

20Pour tenter de combler les lacunes documentaires, nous avons mobilisé tous les clichés photographiques, fort opportunément nombreux, qui pouvaient confirmer et enrichir les notes de terrain. La séquence chronographique et sédimentaire apparaît ainsi incidemment sur bon nombre de photos d’objets, de parures notamment, réalisées alors qu’ils sont encore en position de découverte. Une caractérisation minimale de ces formations peut être suggérée par leur couleur et leur aspect (fin, grumeleux, à charge caillouteuse ou non). La localisation précise des pièces isolées, en plan et verticale, nourrit les tentatives de rapprochement de leurs contextes et environnements sédimentaires en regard de ceux définis en 1994. Paradoxalement, ces observations indirectes sont tout aussi riches en informations que les clichés des stratigraphies. Ces derniers ne bénéficient pas toujours des repères nécessaires et sont rarement dans un état de verticalité et de netteté qui permette une lecture claire et détaillée2. Fréquemment, les quelques objets photographiés en place fournissent aussi des informations chronologiques intrinsèques. Les contenants sédimentaires des vestiges bénéficiant de cotations ont également été enregistrés dans les carnets de fouille. Mais cette observation demeure cependant limitée à la coloration des couches et surtout aux premiers décimètres des quelques mètres carrés ouverts à la fouille durant les deux campagnes initiales uniquement (1980-81).

21Pour cette raison factuelle, ce sont les carrés D-E 3-6 qui seront les plus riches en informations. Fouillés durant les premières années (1980-83), ils fourniront les éléments permettant d’établir la « stratigraphie de référence ». Cet acquis répond à l’une des principales visées des opérations, si ce n’est à son objectif central. Il semble conduire à l’arrêt de tout enregistrement des informations relatives à la séquence et aux observations de surface dans les carnets, exception faite de la cotation des pièces exhumées. En 1982-83, les bandes F-G ne seront pas documentées ; une coupe photographiée en limite des carrés EFG4-5 n’est pas relevée (fig. 25). Il en sera de même des bandes DE7-9, dès 1984. La progression de la fouille vers la salle II ne bénéficie plus du même intérêt que précédemment, alors que la sédimentation s’épaissit et qu’elle peut se prêter à une lecture bien plus détaillée ainsi que l’ont montré les fouilles de 1994. La restitution de la séquence dans la bande E (fig. 20) illustre bien cet état de réduction drastique du volume des données exploitables vers l’aval. Il est vrai que la lithologie gagne en complexité à partir de E5 et que la présence de la grande dalle inclinée inférieure (GDI) appuyée sur la paroi interdit toute possibilité de relevé stratigraphique continu à la jonction des carrés E/F en 6 et 7. Plus généralement, les différents enregistrements, stratigraphies, topographies, inventaires, plans de structures, photographies, descriptions, ne s’inscrivent dans aucune trame relationnelle cohérente.

2.2.2. La séquence stratigraphique restituée dans la bande E

22C’est à partir de la coupe originale réalisée dans les carrés E3-4, située à 30-40 cm de la limite E/F (fig. 13), que nous avons pu développer l’argumentation chronostratigraphique générale. Cette réévaluation permet une nouvelle synthèse graphique dans ce secteur (fig. 20). Elle mobilise les observations tirées des clichés photographiques, dont les descripteurs sont principalement la coloration des unités sédimentaires, les altitudes et parfois la densité des pierres. Trois documents illustrent cette coupe : en E3-4 (fig. 21), le détail de la partie inférieure en E4 (fig. 22) et celui de la partie supérieure en E/F5 (fig. 23). La prise en compte des données contextuelles des mobiliers intéresse à l’inverse la totalité des carrés de la bande E. Dans la majorité des cas, la localisation des pièces dans la moitié est de la bande E réduit les effets négatifs du pendage E-O des formations sédimentaires sur la fiabilité des projections. Les implications de cette analyse chronographique sont mineures sur la coupe perpendiculaire de la limite 2/3 (fig. 24) et sans résultat significatif pour le troisième et dernier graphe initial en C/D1-2 (fig. 15).

Fig. 20 - Graphe synthétique des coupes et projections stratigraphiques en E et E/F3-7, entre la coupe perpendiculaire selon 2/3 (fig. 13 et 24) et le log stratigraphique tiré du relevé du témoin en 1994 (fig. 19).

Fig. 21 - Vue générale de la stratigraphie en E3-4. On remarque à la base une certaine continuité latérale des formations d’aspect cendreux ou charbonneux.

23Nous décrirons cette fois la séquence établie de bas en haut, sens qui correspond à un degré décroissant de confiance. La nomenclature des unités sédimentaires reprendra celle de la coupe d’origine pour les deux plus anciennes. Ensuite, nous identifierons autant que faire se pourra les différentes couches à la suite des décapages ou surfaces du témoin fouillé en 1994, qui fournit la succession la plus détaillée. Dans les cas contraires, nous introduirons de nouvelles appellations (fig. 20).

24- Les couches C7 à C4 n’ont pas été observées dans cette zone de fouille E3-E7.

25- La base de la stratigraphie est occupée en amont par un niveau de dalles et de blocs qui correspond à la couche C3B de la coupe B-F2/3 (fig. 24). Sur ce relevé, les deux fragments dolomitiques à pendages inverses situés de part et d’autre de la limite D/E appartiennent originellement à une même dalle, ce qui permet de confirmer que cet effondrement constitue bien un épisode majeur de la sédimentation qui intervient entre la mise en place des couches 4 et 3A.

26- Le niveau caillouteux brun correspondant probablement à C3A n’apparaît plus en aval de E5. Il doit se biseauter bien en amont, en E3.

27- En liaison avec ce phénomène, nous pouvons placer l’origine de la formation gris-noir charbonneuse qui nappe l’éboulis basal. On doit pouvoir lui rattacher la datation CRG-1066, 4520 ± 80 B. P., soit vers 3340-3010 av. J.-C. (D7-F7, z =-232 cm). Une seconde mesure est en contradiction avec la précédente, CRG-987, 3945 ± 75 B. P., soit vers 2470-2460 av. J.-C. (E7, z = -223-220 cm). Cette couche gris-noir charbonneuse correspond en aval aux décapages d14-15 du témoin fouillé en 1994.

28- Un cliché photographique (fig. 21) confirme cette proposition. Il indique en effet que la couche C3A cède alors la place en E3 à un niveau gris (G1) qui se développe semble-t-il vers l’intérieur de la cavité et peut être corrélé à celui du décapage d13 du témoin.

29- Deux couches continues de sédiments blanc (B1), puis noir (N1) sont spatialement très liées (fig. 21). Nous ne pouvons proposer aucune correspondance aval, probablement en raison de leur biseautage plus au sud. Une datation sur charbons de bois pourrait renvoyer au niveau charbonneux noir sommital, CRG-617, 4650 ± 95 B. P., soit vers 3500-3375 av. J.-C. (E5, z = -184 cm), mais en contradiction nette avec les deux précédentes ; nous devons supposer un héritage taphonomique ou un mélange de matière carbonisée plus ancienne pour cet échantillon. Une grande dalle fine et fragmentée de taille métrique, qui n’apparaît pas dans la coupe, occupe une partie des carrés D4 et E4 à l’interface des unités B1 et N1.

30- En E5, plusieurs cas permettent de localiser des sédiments ocre, roux, beige, blanchâtre, très fréquemment d’aspect grumeleux, à pierres éparses (fig. 22), et qui évoquent ainsi les différentes unités observées des décapages d9 inférieur à d12 sur le témoin 1994. Ils sont également entrecoupés de minces niveaux poudreux évoquant des cendres ou des charbons en E5 et E6, mais dont l’extension n’est pas connue. Tout juste peut-on proposer une liaison entre le plus net d’entre eux et celui correspondant à la surface s10. La partie supérieure de cette couche enregistre une datation, CRG-616, 4250 ± 90 B. P., soit vers 2890-2880 av. J.-C. (E5-F5, z = -170 cm).

Fig. 22 - Vue de détail de la partie inférieure de la coupe en E4.

31- Des couches mal documentées de limons marron à noir (MN1 et MN1 ?) à cailloux et blocaille prennent place ensuite en E4-5 (fig. 22). Elles doivent correspondre à l’une des nombreuses lentilles plus ou moins foncées, charbonneuses, à dallettes (d9), observées au cours des décapages d9 et d8. Plus en amont (E3-4), il n’est pas assuré que les sédiments gris-brun identifiés comme MN1 ( ?) appartiennent bien à cet épisode. Ils sont intercalés entre deux formations charbonneuses foncées (N1 et partie supérieure de MN1), à l’image des limons ocre qui se développent en aval et dont ils pourraient éventuellement constituer une extension.

32- Deux couches se développent ensuite vers l’aval à partir du milieu du carré E4 (fig. 22). La première, d’aspect cendreux gris clair à gris crème (G2), évoque les sédiments marbrés de coloration claire rencontrés à la fin du décapage d7. La couche qui la surmonte (B2) apparaît plus hétérogène, blanchâtre et le seul raccord qui puisse être opéré en aval renvoie à un mince filet de cendres micritiques du sommet du même décapage d7 en F. On pourrait accorder une certaine valeur à ces correspondances malgré l’absence de continuité des carrés E5 à E7. En amont (E4-3), un passage latéral à une sédimentation différente de coloration plus foncée est probable. Dans cette occurrence, la continuité de G3 ( ?) (en E3) avec G3 (en E4) ou avec la variation latérale amont éventuelle de G2-B2 ne peut être décidée sur ces seules bases d’observations sédimentaires.
La partie supérieure de la coupe, au-dessus de -150 cm environ, montre sur la stratigraphie du témoin disséqué en 1994 une sédimentation bien plus irrégulière. Les décapages associent fréquemment plusieurs unités en positions latérales, avec des cas de superpositions qui restent soit rares, soit partielles. Il résulte de cet état et de la lacune rédhibitoire d’observation en E6-E7 une quasi-impossibilité de restituer l’étagement des formations sédimentaires entre E5 et le témoin de la zone basse de la fouille.

33- À la base de cette séquence supérieure, en E5, nous pouvons suivre une couche gris foncé (G3), dont la variation chromatique s’étend du brun au bleu, chargée localement de quelques cailloux (fig. 21). Elle prend appui au nord sur les dalles C3B, mais son devenir vers l’aval n’est pas connu. Une équivalence avec le décapage d6 est possible.

34- Dans le même mètre carré, une masse de sédiment blanchâtre/beige/rosé (B3) prend place ensuite, accompagnée latéralement par des sédiments caillouteux gris foncé à gris-brun (G4). En E4, cette épaisse couche G4 se subdivise en une partie inférieure gris foncé (G4B) et une partie supérieure plus brune (G4A). Dans ce carré, comme en D4, la présence de céramique laténienne jusqu’à-141 cm – comme d’un tesson du Néolithique final à-120 cm – suggère une perturbation en profondeur. Dans cette zone limitée, une concentration de blocaille qui touche le toit de G3 va dans le sens de cette possibilité. Elle évoque en effet l’aspect de la couche G6 au sommet de laquelle se répartissent en E4-E5 plusieurs dizaines de tessons du même vase dont le profil nous est parvenu (fig. 141, n° 1). L’unité d’aspect cendreux (B3), restreinte à E5 (fig. 23), doit être rapprochée de celle figurant sur le cliché du haut de la coupe dégagée à la limite FG4/5 (fig. 25) et qui occupe une position chronographique équivalente. On peut considérer qu’il s’agit de l’extension de l’unité décrite en E5. Ces deux masses d’aspect cendreux trouvent des comparaisons dans des formations poudreuses de taille tout aussi limitée fouillées en 1994 au niveau de la surface s5 et du décapage d3/s3, mais sans que nous puissions a priori privilégier une corrélation. Les mobiliers issus de l’intervalle occupé par l’unité B3 datent du Bronze final.

Fig. 23 - Vue de détail de la partie supérieure de la coupe en E5.

Fig. 24 - Relevé de la coupe selon B-F2/3 (fig. 13), corrigé à partir des propositions synthétisée sur le relevé en E et E/F3-7.

Fig. 25 - Cliché et restitution de la séquence stratigraphique de l’âge du Bronze en F-G4/5. L’aspect rubané et le poinçonnement par tassement de plusieurs formations indiquent la probabilité d’une accumulation de sédiments de bergerie minéralisés, pour les couches brunes et blanc rosé notamment.

35- Dans les trois cas précédemment décrits, on doit observer la présence d’un mince niveau de sédiment noir charbonneux venant coiffer le sommet des masses de limons clairs. Ce niveau N2 est identifiable dans la bande E et sur la coupe perpendiculaire en FG4/5 (fig. 20 et 25). Il a dû connaître une certaine extension vers le sud de la bande E ainsi que le suggère un cliché du décapage supérieur des fouilles en 1983 qui montre à une altitude parfaitement concordante un niveau noir et gras (fig. 11). À proximité de la coupe E, à la profondeur de-126 cm, un profil céramique du Bronze final 1 a été recueilli à la surface de N2. On enregistre à faible distance la présence d’un autre tesson, du Bronze final 2b (E6, z = -130 cm) et d’une datation radiocarbone sur charbons de bois CRG-530, 2880 ± 80 B. P., soit vers 1125-1010 av. J.-C. (E6, z = -135 cm). La position de ces vestiges paraît contradictoire, mais les projections verticales de la céramique (§ 2.2.4.2.) confirment la perturbation des témoins du début du Bronze final à ce niveau par des occupations immédiatement postérieures (BF2b).

36- En limite nord du relevé, un mince horizon de sédiment blanchâtre à ocre (B4) constitue éventuellement le pendant d’autres unités de combustion d’épaisseur réduite comprises entre les couches G3 et G6 sur la coupe perpendiculaire B-F2/3 (fig. 24). Ce niveau B4 peut être rapporté au Bronze final 2b d’après une projection locale des céramiques.

37- Une couche brun-gris à passée plus sombre (G5), puis une couche comparable chargée en cailloutis et blocs (G6) occupent la partie sommitale de la séquence en E5. Un cliché photographique confirme que c’est de l’un de ces niveaux, probablement de G5, que provient la portion de profil du Bronze final 2b que nous avons mentionnée. Nous pouvons proposer un rapprochement entre ces deux couches et les différentes unités du décapage d3 du témoin.
La couche caillouteuse G6 sert d’assise à un important bloc d’effondrement qui couvre une partie des carrés EF4-6. Cet évènement intervient entre le Bronze final 2/3 et la période de La Tène dont un niveau d’occupation prend appui sur le bloc.
La sédimentation des Balmes connaît un dernier développement, uniquement attesté sur la coupe ONO-ESE en B-F2/3 (fig. 24).

38- Une lentille épaisse de sédiment blanchâtre ocre surmonte le niveau G6.

39- Enfin, un niveau de plaquettes incluses dans un sédiment gris pulvérulent semble correspondre à un épisode de creusement probablement d’époque historique (G7). Il affecte les couches antérieures, mais sa datation demeure inconnue.

40- Un niveau remanié de piétinement coiffe l’ensemble.

2.2.3. Les observations isolées

41Il existe deux autres points de la salle I où l’on peut observer une succession sédimentaire contrastée à partir des clichés photographiques. Deux niveaux, blanc, puis noir, sont superposés à l’interface D5/6, à quelques centimètres sous une dalle qui reposait sur le sol moderne. Une corrélation avec le niveau N2 de la bande E est plausible. À une altitude qui paraît comparable, trois niveaux de nature proche, de coloration grise, puis blanche et noire au sommet ont été fouillés à la jonction des carrés B4 et C4 entre -105 et -120 cm. Au-delà de cette parenté de situation et d’aspect, aucune synchronisation fiable ne peut être proposée.

2.2.4. La séquence stratigraphique synthétique et les données chronologiques

2.2.4.1. Principes et perspectives

42Outre la documentation graphique et photographique, la restitution de la séquence sédimentaire et chronoculturelle synthétique s’est appuyée sur deux autres ensembles de résultats relatifs aux chronologies, objective comme relative : les datations radiocarbones dans le premier cas, la dynamique de dispersion – verticale par voie de projections, et horizontale – et la caractérisation des mobiliers céramiques dans le second.

43Dans les Alpes occidentales, l’état des connaissances des productions céramiques est plus avancé pour l’âge du Bronze final que pour le Bronze ancien, l’évolution culturelle durant les 4e et 3e millénaire av. J.-C. étant encore bien méconnue (Rey 1999, Marguet et al. 2008). C’est donc selon cet ordre, du plus récent au plus ancien, que nous avons dressé les premiers plans de dispersion des tessons, qui révélaient les zones de densité maximale, toutes périodes confondues. C’est sur cette base, après un premier contrôle et une validation de la succession des plans par grandes phases chronologiques, que nous avons choisi de restreindre les projections verticales d’objets à deux zones métriques parallèles d’axe NNE-SSO. Elles couvrent les bandes des carrés E et G-H, qui correspondent en outre à deux entités topographiques distinctes (fig. 17). Une troisième bande de projections, perpendiculaire aux précédentes et toujours d’un mètre de large, est élaborée de part et d’autre de la limite 5/6 (fig. 17). Elle permet une première mise en relation des deux graphes construits dans les bandes E et G-H. Elle double de fait un axe de coupe générale au travers du gisement (fig. 8A).

44Le croisement des trois champs des datations radiocarbones, des projections et des répartitions céramiques, traités individuellement dans un premier temps, permet de tenter ensuite des rapprochements entre les observations issues des trois zones principales de fouille. Ces trois secteurs sont ceux qui conservaient les plus importants dépôts. La bande des carrés E et le témoin fouillé en 1994 appartiennent à un même ensemble de sédiments accumulés entre deux bordures de dalles inclinées dont l’effondrement caractérise la couche C3B (fig. 26). Le relevé effectué à la limite des bandes 2 et 3 illustre parfaitement bien cette situation (fig. 24). En aval, la séquence supérieure, correspondant au Bronze final, montre une lacune sédimentaire en E7-8 (fig. 20). Celle-ci résulte peut-être d’un creusement destiné à ouvrir un nouveau passage entre les salles I et II ou plus probablement d’une « fouille » non autorisée, pratiquée durant la période 1975-1980 indépendamment des premières recherches.

Fig. 26 - Vue sur la dépression ménagée entre les dalles de l’éboulis 3B dans la bande E. Sur la droite, les deux coupes perpendiculaires (en E, fig. 20 ; en F-G4/5, fig. 25) montrent bien la continuité et l’extension large de plusieurs ensembles de couches d’aspect cendreux.

45Le second ensemble de sédiments accumulés est localisé entre la dalle inclinée de FG6-7 (GDI) et la paroi est de la cavité (fig. 17 et 27). Ce secteur diaclasé, centré sur H7-9, est identifié comme « zone d’éboulis » et l’accrétion sédimentaire y est particulièrement active, notamment à l’âge du Bronze. Il n’est pas exclu qu’une certaine proportion des dépôts trouve son origine depuis la salle II avec laquelle une jonction existe en hauteur. L’enregistrement du mobilier archéologique est irrégulier dans cette zone d’éboulis. En 1984 et 1985, un simple ramassage est opéré entre les blocs qui apparaissent depuis la surface. En GH7, la fouille de 1985, entre -150 et -160 cm, livre en proportions à peu près équivalentes des céramiques du Bronze final 1 et du Bronze final 2b-3a ; les projections permettront ultérieurement une précision chronologique supplémentaire (§ 2.2.4.2. ; fig. 31 et 33). Ensuite, une lacune correspond aux travaux des années 1986 et 1987, entre-160 et-210 cm. La période la plus récente (BF2b-3a) est très minoritaire dans la fouille de 1986, dont la céramique relève en volume à plus de 90 % du Bronze final 1. En 1987, l’éboulis fournit encore des céramiques BF1, peu nombreuses, et d’autres du Bronze ancien. De rares tessons de cette phase et du Néolithique final (5 pièces) sont hérités parmi les produits de 1986. Le Bronze ancien est ensuite exclusif dans le mobilier tiré de l’éboulis en 1988, sous la cote-210 cm. Il correspond à cette altitude à la première occupation de la cavité après la fin du Néolithique. Pour trois années de fouille de l’éboulis nous pouvons mettre en parallèle une dominante céramique à valeur chronologique : le Bronze ancien en 1988 de manière très significative, le Bronze final 1 très largement majoritaire en 1986, et une présence du Bronze final 2b-3a qui, sans être exclusive, marque l’année 1985. Les héritages taphonomiques ou les infiltrations de mobilier entre les différents blocs céramo-chronologiques successifs ne sont pas absents, mais restent toujours limités. Nous ne disposons, par contre, d’aucune caractérisation fine des sédiments qui se sont déposés dans cette diaclase sur près de 2 mètres de puissance. Nous ne bénéficions que d’indications limitées à une cinquantaine de centimètres d’épaisseur relevées à partir d’un cliché photographique des restes du caisson de dalles du carré H8 (fig. 236), ajustées à un relevé sommaire (fig. 235 et fig. 28). L’ensemble montre une succession de couches cendreuses et charbonneuses qui correspondent en quasi-totalité à la séquence du Bronze ancien (fig. 33).

Fig. 27 - Vue vers le sud. On aperçoit sur la gauche la zone d’éboulis accumulé entre la dalle inclinée de FG6-7 (GDI) et la paroi est de la cavité. De l’autre côté de la dalle, la séquence sédimentaire observable sur la coupe, située à la limite des carrés 5/6, est comparable à celle de la coupe de 1994 (fig. 18 et 19) et montre le pendage des couches vers l’ouest. La grande dalle inclinée au niveau supérieur (GDS) coiffe l’ensemble et sépare les salles I et II.

46Les confrontations intersecteurs sont de deux ordres. Nous pouvons a minima synchroniser les mesures radiocarbone, en l’absence de continuité stratigraphique directe, entre la diaclase-éboulis et le reste du site (fig. 28). Bien plus pertinentes, des corrélations peuvent être proposées entre plusieurs unités sédimentaires des bandes des carrés D et E et du témoin fouillé en 1994. Elles s’appuient à la fois sur les mêmes bases chronométriques du radiocarbone, mais bénéficient aussi des rapprochements chronographiques qui ont pu être opérés (§ 2.2.2. ; fig. 29). Les projections sur le plan vertical des céramiques les plus significatives d’un point de vue chronoculturel constituent un apport essentiel dans cette recherche de cohérence chronologique d’ensemble. Cependant, le pendage parfois important des couches selon les secteurs (fig. 27) réduit le degré de précision que nous sommes en droit d’attendre des projections. Une fois encore, les clichés photographiques permettent dans un certain nombre de cas de valider les hypothèses émises concernant le contexte sédimentaire des poteries, en l’absence d’attribution issue de la fouille. Les plans de répartition et de raccords céramiques contribuent également à lever les indécisions.

Fig. 28 - Coupes et projections entre D et E dans les bandes des carrés 7 et 8. En H-G8, la coupe est relevée en arrière d’une structure en pierres plates (fig. 235) ; en E-F, il s’agit du relevé du témoin en 1994 (fig. 19). Sept datations radiocarbones sont synchronisées de part et d’autre de la dalle GDI, montrant les décalages importants de l’accrétion sédimentaire entre ces deux zones.

2.2.4.2. Les projections des céramiques sur un plan vertical : observations

47Nous avons réalisé deux graphes pour chacune des bandes de projection en E et G (avec une extension en H) (fig. 17). L’un concerne les céramiques du Néolithique et de l’âge du Bronze ancien (fig. 30), le second les céramiques de l’âge du Bronze final (fig. 31). Dans le premier cas, chaque unité céramique a été affectée d’un numéro d’ordre (de 1 à 24, fig. 45) pour les exemplaires du Néolithique final et identifiée par un symbole géométrique pour le Bronze ancien. Sur le graphe illustrant le Bronze final, nous avons eu recours aux deux types de renvoi : tableau (des nos 1 à 18, fig. 90) et symboles. En amont (carrés E2 et G3-4), la sédimentation est compactée et la distribution verticale des pièces n’est pas fiable. À la différence du Bronze final, les céramiques de la fin du Néolithique et du début de l’âge du Bronze étaient jusqu’alors mal caractérisées sur le site. Si des éléments de parure et la production en roche verte ouvraient des pistes chronologiques, une masse importante de mobilier n’était pas clairement identifiée. Surtout, leur position dans la séquence sédimentaire restait à établir. Les calages chronologiques proposés infra, obtenus en aveugle, ont donc constitué un réel progrès en même temps qu’un résultat surprenant. Un troisième diagramme, perpendiculaire aux précédents (fig. 17) a été élaboré sur la jonction des carrés 5/6, prenant en compte les pièces selon une bande de 50 cm de part et d’autre de cette limite (fig. 32). Enfin, quelques récipients connaissent une fragmentation qui touche deux ou trois des bandes de projection, facilitant les mises en parallèle chronologiques et la cohérence de l’ensemble de cette construction.

48L’insertion stratigraphique des céramiques est établie (fig. 45), par ordre de finesse décroissante, par le décapage ou la couche correspondant, déterminés en cours de fouille et/ou à l’issue des projections, ou encore par superposition des répartitions avec celles d’autres unités elles-mêmes rattachées à une phase sédimentaire précise. Dans les carrés adjacents aux bandes sur lesquelles ont été réalisées les projections, l’attribution chronologique des récipients est plus aléatoire (carrés D, H), voire impossible dans une sédimentation perturbée (carrés B, C, éboulis). Dans ce cas, en nombre réduit pour le Néolithique (7 pièces sur 33, soit 21 %), comme pour les tessons isolés, des rapprochements ont été obtenus en tirant parti de l’aspect physique des pâtes et sur des critères morphologiques.

49La séquence inférieure du Néolithique final est particulièrement bien détaillée sur la bande E (fig. 30). Une phase plus récente est plutôt mieux marquée sur le graphe réalisé en G. Pour le Néolithique final inférieur, deux unités céramiques sont particulièrement structurantes. Le vase 3 est réparti des carrés E3 à E7, alors que le vase 5, légèrement décalé en amont, semble bien lui succéder. Une autre projection, transversale, limitée aux carrés D4 et E4, non reprise ici, confirme cette observation. En effet, le dépôt des unités 3 et 5 intervient respectivement avant et après la mise en place d’une grande dalle, dont la base est à légère contre-pente générale O-E, déposée à l’interface des unités B1/N1. En aval, le vase 1 appartient à la même entité stratigraphique que l’exemplaire n° 3 et fournit un raccord avec le témoin fouillé en 1994. Il en est de même des fragments n° 24, l’un issu en 1989 du niveau équivalant au décapage d14, d’autres du décapage d6-7 (E8 en 1994) ; nous retenons donc la datation fournie par l’élément le plus ancien. Le vase 2 occupe une position légèrement supérieure, centrée sur E4-5. On peut encore associer les tessons nos 6 et 8 à cet ensemble 1 du Néolithique final inférieur (NFI1). Trois datations radiocarbones s’inscrivent dans les contours de ce premier ensemble (fig. 29) : CRG-1066, CRG-1381, CRG-987. Cette dernière mesure, dont le résultat est plus récent, peut être rejetée. En effet deux autres datations, CRG-1382, correspondant au décapage d12 (sommet de NFI1) et CRG-989 (en G7, sous le NFI2) lui sont bien antérieures et constituent un terminus ante quem solide. On accepte donc une fourchette chronologique comprise entre les 33e et 31e s. av. J.-C. pour le NFI1.

Fig. 29 - Inventaire et structure chronologique des données chronométriques du radiocarbone. Les datations, les formations sédimentaires et les ensembles et unités stratigraphiques identifiés sur le témoin fouillé en 1994 et dans les bandes D-E et G sont soit corrélés, soit synchronisés, par grands épisodes. Les dates rejetées, car ne s’accordant pas avec la chronologie générale, sont figurées en italique.

50Le Néolithique final inférieur, dans un stade ultérieur (NFI2), outre le vase n° 5 et le tesson 10, intègre avec un léger décalage dans le temps les unités nos 11, 12 et probablement 13. Il semble bien qu’il faille rattacher à cet ensemble le tesson n° 19 et le vase n° 4, éloignés de la coupe E/F, mais s’inscrivant dans le fuseau NFI2 en D5 (fig. 32). À la partie supérieure de cette séquence NFI2 correspondent trois datations du début du 29e s. av. J.-C. : CRG-616, Ly-7507 et Ly-7508.

51L’entité chronographique supérieure du Néolithique final (NFS) est clairement identifiée par les unités céramiques nos 17, 18, 16, 14, 20 et 23 sur la bande G. On retrouve ces marqueurs sur le graphe de la bande E, où cette séquence peut encore être complétée par les tessons 15 et 21. Deux datations peuvent être attribuées à cette entité : CRG-988 et Ly-7505, qui couvrent la seconde moitié du 26e s. av. J.-C. et la première moitié du 25e. Sur la partie aval de la projection de la bande E, les ensembles du NFI et du NFS paraissent même séparés par une passée stérile (entre-160 et-190 cm), se biseautant en E6, qui semble bien à corréler à la partie inférieure du décapage d9 de 1994 (et peut-être aussi de d10 ?), mais sans que nous puissions caractériser la sédimentation correspondante. La partie supérieure de l’éboulis de d9 ne trouve pas de bonne correspondance en E5 : éventuellement avec les quelques pierres situées à la base de MN1 ? Dans cette hypothèse, la datation Ly-7506 (d8 1994) pourrait dater le début de la phase NFS, alors que la datation Ly-7505 (d6 1994) correspondrait au sommet de cette entité chronographique.

52Le Bronze ancien est très lacunaire dans la bande E (fig. 30). Un mince horizon à mobilier est localisé en E6 immédiatement sous la cote-140 cm. Cette période est plus nettement représentée dans la séquence des bandes G-H où lui correspond globalement une tranche de sédiments d’une bonne cinquantaine de centimètres d’épaisseur. Deux nuages de points paraissent correspondre à deux ensembles de tessons étagés dans cet intervalle. Le plus profond, sous la cote-200, comprend les fragments de deux récipients et une troisième pièce complète, tous répartis en G7-G8-H8. Un ensemble de fragments isolés parsème la pente en amont. Ce niveau supérieur occupe les carrés G3-G7 dans la tranche-140-160 cm. Deux unités typologiques s’inscrivent dans ces limites. Il n’est pas possible de vérifier si nous avons affaire à deux ensembles diachrones. L’absence de recoupement des dispersions des tessons de chacun de ces deux espaces, leur concentration et le décalage d’altitudes correspondant iraient plus volontiers dans le sens d’une succession. Dans cette occurrence, un horizon intermédiaire pourrait correspondre à la datation CRG-906, peu ou prou centrée sur le 19e s. av. J.-C. À ce niveau ont été découvertes une rondelle en schiste à motif gravé rayonnant et une alêne losangique en bronze. À l’inverse, les éléments du Bronze ancien sont en contact direct avec ceux du Bronze final en E5-6.

Fig. 30 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Néolithique et du Bronze ancien dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E. Les unités chiffrées renvoient au Néolithique final alors que les tessons identifiés par un symbole géométrique correspondent au Bronze ancien. L’étoile inscrite dans un cercle noir correspond à la localisation du tesson d’un gobelet de type Geiselgasteig (Cordé tardif). Le tracé pointillé supérieur indique la limite inférieure de présence des vestiges du Bronze final. Les traits interrompus indiquent les limites entre Néolithique final inférieur 1, NFI2 et Néolithique final supérieur.

53La séquence du Bronze final est avant tout développée dans la bande G, dans le secteur de l’éboulis. À partir de l’identification typologique des céramiques les plus caractéristiques, nous avons même pu distinguer deux stades (BF1 et BF2) dans cette zone (fig. 31), précisant ainsi les données chronologiques fournies lors de la fouille des formations de cette période dans l’éboulis durant l’année 1985. L’ensemble le plus profond, du début du Bronze final (fig. 90, nos 1 à 18), est inscrit dans les contours d’un fuseau de section concave qui regroupe les vases nos 3, 5 à 10 et 13 à 17, avec des raccords longitudinaux pour les unités 10, 13 et 8. Dans la bande E, les dépôts semblent perturbés par l’enfouissement d’un grand récipient qui mélange l’ensemble des vestiges du Bronze final. D’autres tessons et les fragments d’un second vase du Bronze final 2b confirment cette hypothèse. Cependant, on observe sur les deux graphes, entre les bandes E et G, une même succession verticale cohérente de 3 formes céramiques, nos 3, 13 et 9, de bas en haut, qui demeure inexpliquée. En E, un hiatus sédimentaire sépare ces deux groupes qui offrent les apparences d’une stratigraphie inversée (fig. 31). Une autre observation présente un intérêt, tant pour une validation d’un creusement au BF2b et du rejet en position secondaire d’éléments qui lui sont antérieurs, que pour la recherche de cohérences liant les aspects taphonomiques et chronoculturels. En effet, les deux jarres du Bronze final 2b (fig. 102 et 104, n° 1) occupent une aire limitée au carré E5 (fig. 31, ronds et triangles noirs), correspondant bien à la nature d’un dépôt primaire. À l’inverse, les céramiques de typologie antérieure se dispersent sur 2 à 4 m de périmètre (fig. 31, nos 1 à 3), à la différence des unités de la bande G dont les tessons restent proches, ce qui irait dans le sens d’un déplacement à l’occasion d’un terrassement anthropique. Sur cette base analytique taphonomique, nous pouvons postuler que les unités céramiques nos 1, 2, 4, 12 et 16 ont appartenu à un même ensemble, globalement synchrone par les connexions spatiales de celui de la bande G rapporté au Bronze final 1. Ces remaniements ne semblent pas affecter le carré E6.

Fig. 31 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Bronze final dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E (cf. fig. 17). Les unités chiffrées correspondent à un stade ancien (BF1). Elles se concentrent dans les limites d’un fuseau figuré en trait interrompu, alors que les tessons identifiés par un symbole géométrique renvoient à une phase ultérieure. Le tracé pointillé inférieur indique la limite supérieure de présence des vestiges du Néolithique et du Bronze ancien.

54En G6, quelques raccords préférentiels postérieurs, qui présentent aussi la particularité de s’opérer verticalement, permettent ensuite de supposer l’existence d’un stade du Bronze final plus récent (BF2). En E6, la base de cette séquence plus tardive correspond au niveau d’une datation radiocarbone : CRG-530, dans le 11e s. av. J.-C.

55Le graphe correspondant à la bande D-H5/6 (fig. 32) valide l’ensemble des observations qui précèdent concernant la séquence Néolithique final-Bronze ancien. Il confirme également, par les raccords céramiques, le fort décalage des sédimentations enregistrées de chaque côté de la dalle inclinée inférieure (GDI), ainsi que le suggéraient les séquences et les dates 14C dans les bandes 7 et 8 (fig. 28). Les niveaux du Bronze ancien s’amenuisent fortement vers le nord en G (fig. 30 et 33) et cette période n’est pratiquement pas marquée en E5/6, les vestiges ayant été de surcroît très probablement remaniés par un creusement et le dépôt d’une jarre datée du Bronze final 2b (supra). Quelques tessons néolithiques se sont infiltrés en FG7 dans le vide le long de la grande dalle et se trouvent en position non fiable (vases nos 18, 20, 23, fig. 30, 32 et 33). On doit supposer un cheminement comparable pour les graines datées en G6 à-335 cm, vers 3080-2925 av. J.-C. (Ly-14305). Cette date apparaît en effet synchrone de la mesure de la surface s12 du témoin vers 3085-2930 av. J.-C., mais surtout avec celle réalisée en G7 à-282 cm, vers 3070-2930 av. J.-C.

Fig. 32 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques dans les deux moitiés tangentes des carrés des bandes 5 et 6 (cf. fig. 17). La paroi, les blocs et la dalle inclinée sont figurés en grisé. Un log stratigraphique repère, correspondant à la succession restituée à la limite E/F/5/6 (fig. 20), a été projeté.

2.2.4.3. Synthèse chronostratigraphique

56Nous pouvons articuler les diagrammes construits successivement pour le Bronze final, puis pour les périodes antérieures, dans les bandes E et G (fig. 33). Nous devons postuler un pendage important des dalles de la couche C3B dans les carrés G4 et G5 à partir du profil des limites des différentes entités chronostratigraphiques proches de la paroi.

Fig. 33 - Diagramme de synthèse de la répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E (cf. fig. 17). En marge, sont figurés les logs stratigraphiques du témoin fouillé en 1994 (bande E) et du caisson de dalle de H8 (bande E) (fig. 235, 236 et 28). Nous pouvons identifier 6 entités céramostratigraphiques : Néolithique final inférieur 1 (NFI1), Néolithique final inférieur 2 (NFI2), Néolithique final supérieur (NFS), Bronze ancien (BA), Bronze final 1 et 2 (BF1, BF2). A : alêne en bronze du Bronze ancien. G : tesson décoré de style Geiselgasteig. R : rondelle en schiste à motif linéaire cruciforme et traverses, gravés, du Bronze ancien.

57Le détail du découpage chronostratigraphique obtenu à l’issue des projections céramiques opérées dans la bande E est le suivant, des témoins d’occupation les plus anciens aux plus récents :

  • La répartition des vases 1 à 3 laisse entrevoir la possibilité que les d14 et d13, ainsi que les unités G1 et B1, appartiennent à un premier cycle NFI1, entre 3330 et 3010 av. J.-C. environ. En G5, une mesure dans la première moitié du 5e millénaire est incompatible avec ce résultat (CRG-819, z =-200 cm : 5825 ± 190 B. P.). Mais le point d’échantillonnage est très décalé vers le nord, dans une zone de réduction de la séquence.

  • La répartition des vases 5, 11 et 4 permet une correspondance de la phase NFI2 avec les limons d12 à s10 et suggère surtout que l’unité MN1 ? en E3-4 peut en constituer une variation latérale. C’est ce qu’indique aussi un cliché sur lequel apparaît en E4 un important fragment de molette qui chevauche les deux formations. À la base, le niveau N1 peut probablement être rattaché à cet ensemble NFI2. Des tessons du récipient 4 au niveau du décapage d9 sont éventuellement en position secondaire, alors que des fragments du vase 5 remontent très en amont jusqu’à la coupe B-F2/3, avec laquelle les raccords sont approximatifs dans une zone de compactage des sédiments. En E/F3, l’articulation de G3 ? avec les niveaux situés en aval ne peut donc être définitivement assurée. La datation de cette phase NFI2 est comprise entre celle obtenue pour NFI1 (à partir de 3010 av. J.-C.) et 2890-2880 av. J.-C. en fin de séquence NFI2 (d9/s9, d10). La partie supérieure de cet ensemble, du d10 aux dalles et blocs sommitaux du d9 (fig. 19), n’a pas livré de témoin céramique significatif. Mais les sédiments paraissent de même nature que ceux des décapages d10 à d12, la surface s10 fournissant une datation de très peu antérieure à celle de d9/s9. Nous bénéficions d’une datation pour la surface s12 vers 3085-2930 av. J.-C. Ce résultat renforce la logique de succession chronométrique mais elle ne permet pas d’augmenter notre degré de précision pour la séquence NFI1-NFI2.

  • La dispersion des tessons des unités 17, 23 et 21 concerne principalement les couches G2 et B2, ainsi que les différentes formations MN1 pour les fragments les plus profonds, qui définissent une troisième phase néolithique finale NFS. La couche MN1 en E5 peut être incluse dans ce groupe ainsi que le suggère la projection en 5/6 (fig. 32). Si l’on retient une équivalence entre G3 et le décapage d6 de 1994, cette séquence NFS serait comprise entre 2660-2575 av. J.-C. (décapage d8 = MN1 en E5) et 2550-2470 av. J.-C. (décapage d6).

  • La lentille s5, intercalée entre le Néolithique final (d6, vers 2550-2470 av. J.-C.) et le Bronze ancien (d5, 2005-1890 av. J.-C.) n’est pas datée plus précisément.

  • Très compacté dans la bande E, le Bronze ancien n’est présent de manière significative qu’en E6 (fig. 30), où un fuseau réduit de mobilier correspond à la couche G3, constat qui hypothèque un peu plus les possibilités de continuité, d’unité chronoculturelle et de corrélation de cette formation sur le graphe de la bande E (fig. 20). Rapprochée du décapage d6 de 1994 (§ 2.2.2.), une mise en parallèle avec le décapage d5 est tout aussi possible. Le Bronze ancien est surtout bien représenté dans la bande G, dont les projections (fig. 30 et 33) sont essentielles à la structuration d’ensemble. Dans cette zone de l’éboulis proche de la paroi, la séquence du début de l’âge du Bronze semble édifiée en plusieurs temps, que l’on peut suggérer à partir de quelques pièces céramiques, des datations radiocarbones et d’une structure en caisson en H8. Trois récipients proviennent en G7 d’un niveau au sommet duquel (cote-203) correspond la datation CRG-906, 3560 ± 70 B. P., soit vers 1920-1830 av. J.-C. Le caisson de dalles et pierres de H8 paraît reposer à, ou sur ce niveau. Si l’hypothèse d’un réceptacle d’inhumation est valide (§ 12.7.3.1.), la datation sur bassin humain peut fournir une donnée chronologique cohérente avec la précédente (Ly-7510, 3395 ± 41 B. P.) vers 1735-1660 av. J.-C., soit deux siècles environ plus récente, et en synchronie parfaite avec le décapage 4 du témoin de 1994 (fig. 29). Le mobilier céramique de l’ensemble supérieur en G3-G6 pourrait alors être éventuellement rapproché de cette mesure du d4, sinon postérieur. Si l’on admet une antériorité non démontrée des trois récipients de G7 par rapport à la datation CRG-906, deux résultats du décapage 5 du témoin, parfaitement concordants, pourraient être corrélés à ce premier épisode d’occupation du Bronze ancien, vers 2005-1890 av. J.-C. (Ly-7503 et 7504). Une alternative peut considérer au contraire que ces deux mesures correspondent aux deux récipients extraits sous une dalle de la salle II (fig. 12, coupe IV/V).

  • La sériation stratigraphique des différentes phases du Bronze final n’est pas possible dans la bande E, le Bronze final 1 apparaissant en positon secondaire. L’ensemble des unités sédimentaires B3, G4, N2, G5, s’inscrit dans cette séquence et semble principalement relever du Bronze final 2b et 3a. La corrélation de la datation vers 1125-1010 av. J.-C. ne peut être précisée, pas plus que les rapports avec le sommet du témoin fouillé en 1994 et la mesure vers 1475-1320 av. J.-C. obtenue au niveau du décapage d3.

58Ce cadre synthétique élaboré à partir du mobilier céramique et la constitution d’ensembles supposés archéologiquement contemporains ont ensuite constitué la trame à partir de laquelle a été opéré le reclassement des autres vestiges mobiles. Ce travail a été effectué sur plusieurs années avec de nombreuses reprises et ajustements. Mais tous les témoins enregistrés n’ont pu bénéficier de cette recontextualisation. Dans les zones d’interfaces indécidables entre entités chronoculturelles, et dans la zone de l’éboulis surtout, pour les raisons exposées supra, la précision chronologique demeure lacunaire et les reclassements impossibles.

59De plus, cette méthodologie a posteriori ne permet aucune prise en compte des relations topographiques de détail entre les différentes catégories de vestiges. Si les caractéristiques extrinsèques de temps et de lieu pour les pièces façonnées sont le plus souvent accessibles, il n’en est pas de même des restes culinaires par exemple, faune notamment. L’interprétation en termes culturels de ces derniers et leur implication réelle dans l’analyse fonctionnelle du site (§ 12.) devront donc être considérées avec les précautions d’usage.

60Une interrogation subsiste à ce jour, relative à l’existence d’une occupation de la fin du Néolithique moyen, qui n’a été reconnue que sur une faible surface dans la partie nord-est de la cavité (fig. 224). En effet, des datations radiocarbones contradictoires ont été obtenues pour le Néolithique en deux points de prélèvement de la couche C6 (§ 2.1.3.1.). Dans le carré D3, la mesure CRG-531 (4730 ± 150 B. P., soit vers 3625-3510 (3385) av. J.-C.) paraît la plus fiable pour une datation du mobilier recueilli à proximité (fig. 224). Sous la grande dalle de la couche 3B, en D1/D2, l’amas de graines carbonisées est affecté de mesures discordantes pour le Néolithique. L’une, CRG-907 (4840 ± 90 B. P., soit vers 3645-3540 av. J.-C.), renvoie au Néolithique moyen 2, alors qu’une autre date correspond à la chronologie des occupations du Néolithique final du site, UBA-12671 (4531 ± 31 B. P., soit vers (3385) 3340-3010 av. J.-C.). Nous rappelons également, dans le même lot de graines datées, la présence de seigle carbonisé du XVe siècle de notre ère (UBA-12672, Lyon-5331 (SacA-11468)), sans que ce mélange trouve une explication plausible, de nouvelles fouilles pouvant seules désormais lever cette contradiction flagrante. Nous devons accepter un degré d’incertitude concernant la datation de la couche C6, suivant les zones où elle a été observée, avec l’adoption d’une nomenclature spécifique : NM2 (NF).

Table des illustrations

Légende Fig. 12 - Relevés stratigraphiques réalisés lors des fouilles 1972-1973 dans la salle II.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 13 - Relevés stratigraphiques perpendiculaires réalisés à l’issue des fouilles 1983 dans la salle I, en CDE2/3 et en E3-4 ; ils se raccordent sur la limite E2/3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 14 - Vue, dans les bandes D et E, sur l’effondrement de dalles de la couche 3B. Au fond, sous les dalles, on observe à la base les sédiments correspondant au Néolithique moyen. À droite, la séquence du Néolithique final au Bronze final suit la mise en place de cet important niveau d’éboulis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 15 - Relevé stratigraphique, sous une dalle de l’éboulis 3B, des niveaux les plus anciens de la séquence néolithique (Néolithique moyen) sur la limite des carrés C/D1-2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 16 - Vue, au début des fouilles, du niveau superficiel de dallettes qui parsèment le sol de la salle I. Deux dépressions sont visibles sur la droite, correspondant à des creusements opérés dans l’intervalle des travaux conduits successivement dans les salles II et I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 17 - Plan et carroyage métrique de la salle I. Localisation des grandes dalles supérieure et inférieure (GDS, GDI), des blocs de surface, du témoin fouillé en 1994, des trois bandes de projections verticales du mobilier (E, G-H, 5/6, en grisé) et des relevés stratigraphiques synthétiques (en gris foncé). La coupe restituée en E5-7 est indiquée en trait interrompu court (fig. 20). À l’ouest, les différents paliers rocheux conduisant de l’accès au centre de la salle I ont été figurés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 18 - Vue de la coupe décrite en 1994 préalablement à la fouille partielle d’un témoin dans le secteur EF7-8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 19 - Relevé stratigraphique de la coupe du témoin EF7-8. Localisation des ensembles sédimentaires regroupés parmi les 15 décapages. Entre ces entités, les interfaces et les surfaces les plus nettes sont identifiées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende Fig. 20 - Graphe synthétique des coupes et projections stratigraphiques en E et E/F3-7, entre la coupe perpendiculaire selon 2/3 (fig. 13 et 24) et le log stratigraphique tiré du relevé du témoin en 1994 (fig. 19).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Fig. 21 - Vue générale de la stratigraphie en E3-4. On remarque à la base une certaine continuité latérale des formations d’aspect cendreux ou charbonneux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 22 - Vue de détail de la partie inférieure de la coupe en E4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 23 - Vue de détail de la partie supérieure de la coupe en E5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 24 - Relevé de la coupe selon B-F2/3 (fig. 13), corrigé à partir des propositions synthétisée sur le relevé en E et E/F3-7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 25 - Cliché et restitution de la séquence stratigraphique de l’âge du Bronze en F-G4/5. L’aspect rubané et le poinçonnement par tassement de plusieurs formations indiquent la probabilité d’une accumulation de sédiments de bergerie minéralisés, pour les couches brunes et blanc rosé notamment.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 26 - Vue sur la dépression ménagée entre les dalles de l’éboulis 3B dans la bande E. Sur la droite, les deux coupes perpendiculaires (en E, fig. 20 ; en F-G4/5, fig. 25) montrent bien la continuité et l’extension large de plusieurs ensembles de couches d’aspect cendreux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 27 - Vue vers le sud. On aperçoit sur la gauche la zone d’éboulis accumulé entre la dalle inclinée de FG6-7 (GDI) et la paroi est de la cavité. De l’autre côté de la dalle, la séquence sédimentaire observable sur la coupe, située à la limite des carrés 5/6, est comparable à celle de la coupe de 1994 (fig. 18 et 19) et montre le pendage des couches vers l’ouest. La grande dalle inclinée au niveau supérieur (GDS) coiffe l’ensemble et sépare les salles I et II.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 28 - Coupes et projections entre D et E dans les bandes des carrés 7 et 8. En H-G8, la coupe est relevée en arrière d’une structure en pierres plates (fig. 235) ; en E-F, il s’agit du relevé du témoin en 1994 (fig. 19). Sept datations radiocarbones sont synchronisées de part et d’autre de la dalle GDI, montrant les décalages importants de l’accrétion sédimentaire entre ces deux zones.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 29 - Inventaire et structure chronologique des données chronométriques du radiocarbone. Les datations, les formations sédimentaires et les ensembles et unités stratigraphiques identifiés sur le témoin fouillé en 1994 et dans les bandes D-E et G sont soit corrélés, soit synchronisés, par grands épisodes. Les dates rejetées, car ne s’accordant pas avec la chronologie générale, sont figurées en italique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 30 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Néolithique et du Bronze ancien dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E. Les unités chiffrées renvoient au Néolithique final alors que les tessons identifiés par un symbole géométrique correspondent au Bronze ancien. L’étoile inscrite dans un cercle noir correspond à la localisation du tesson d’un gobelet de type Geiselgasteig (Cordé tardif). Le tracé pointillé supérieur indique la limite inférieure de présence des vestiges du Bronze final. Les traits interrompus indiquent les limites entre Néolithique final inférieur 1, NFI2 et Néolithique final supérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 31 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Bronze final dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E (cf. fig. 17). Les unités chiffrées correspondent à un stade ancien (BF1). Elles se concentrent dans les limites d’un fuseau figuré en trait interrompu, alors que les tessons identifiés par un symbole géométrique renvoient à une phase ultérieure. Le tracé pointillé inférieur indique la limite supérieure de présence des vestiges du Néolithique et du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 32 - Diagramme de répartition par projection sur un plan vertical des céramiques dans les deux moitiés tangentes des carrés des bandes 5 et 6 (cf. fig. 17). La paroi, les blocs et la dalle inclinée sont figurés en grisé. Un log stratigraphique repère, correspondant à la succession restituée à la limite E/F/5/6 (fig. 20), a été projeté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 33 - Diagramme de synthèse de la répartition par projection sur un plan vertical des céramiques du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les bandes des carrés G (avec extension en H7-8) et E (cf. fig. 17). En marge, sont figurés les logs stratigraphiques du témoin fouillé en 1994 (bande E) et du caisson de dalle de H8 (bande E) (fig. 235, 236 et 28). Nous pouvons identifier 6 entités céramostratigraphiques : Néolithique final inférieur 1 (NFI1), Néolithique final inférieur 2 (NFI2), Néolithique final supérieur (NFS), Bronze ancien (BA), Bronze final 1 et 2 (BF1, BF2). A : alêne en bronze du Bronze ancien. G : tesson décoré de style Geiselgasteig. R : rondelle en schiste à motif linéaire cruciforme et traverses, gravés, du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2792/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540