Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 1. Le site des Balmes : localisation, historique et problématique des recherches

Pierrette Benamour, René Chemin, Serge Fudral et Joël Vital

Texte intégral

1.1. Localisation et morphogenèse du site (P. B., S. F., J. V.)

1.1.1. Localisation

1Au cœur des Alpes internes, le site des Balmes est localisé en Maurienne, l’une des vallées les plus sèches des Alpes (fig. 1). Cette cavité abrite à ce jour le plus important gisement archéologique témoignant de la pénétration humaine néolithique et des âges des Métaux dans cette région. Il est situé sur le flanc occidental du verrou rocheux qui constitue la terminaison aval du petit bassin de Termignon où convergent les eaux de deux rivières, le Doron, issu du massif de la Vanoise, et l’Arc (fig. 2). Ces deux vallons permettent l’accès au nord à la vallée de la Tarentaise, par Entre-Deux-Eaux et le col de la Vanoise vers Pralognan. Au sud-est, le proche val de Susa et au-delà la plaine du Pô, sont accessibles depuis la vallée de l’Arc et le site des Balmes par plusieurs voies. Une dizaine de kilomètres en amont, le col du Mont Cenis (2081 m) constitue un premier point de passage. La jonction avec l’Italie nord-occidentale est également possible par une voie parallèle méridionale. Cet accès plus proche emprunte le col de Sollières (2639 m), après un dénivelé de 1300 mètres par rapport aux Balmes, puis les cols du Petit Mont Cenis (2183 m) et de Savine (2477 m) avant de redescendre sur la vallée de la Doire Ripaire. Ce dernier col est aussi accessible depuis le vallon d’Ambin, 5 km au sud, par une voie à plus basse altitude connue au moins depuis l’époque carolingienne, jusqu’au XIIIe-XIVe siècle (Gauchon 2004). Mais sur la soixantaine de kilomètres qui séparent la pointe de Ronce à l’est du mont Thabor à l’ouest, on dénombre une dizaine de passages qui permettent de franchir la crête des Alpes à des altitudes égales ou inférieures à 2500 m (Thirault 1999).

Fig. 1 - Localisation de la grotte des Balmes à Sollières-Sardières, dans les Alpes nord-occidentales, en haute Maurienne (Savoie).

Fig. 2 - Implantation du promontoire et du replat des Balmes (SOB), qui surplombent le petit bassin de Termignon depuis la rive gauche de l’Arc.
Les cercles 1, 2 et 3 indiquent d’autres replats potentiellement favorables à l’implantation humaine pré et protohistorique.

2Le gisement est localisé en rive gauche de l’Arc, sur la commune de Sollières-Sardières, entre Termignon et le hameau de Sollières-Envers. L’accès en est aisé par un chemin ancien, élargi il y a une trentaine d’années. Il relie les deux villages et passe à quelques mètres des Balmes avant de rejoindre Termignon par la sole d’Arc, zone de champs cultivés de rive gauche, après un passage par l’étage supérieur forestier. Le gisement occupe le cœur d’un édifice rocheux dolomitique. Ce dernier, détaché de l’Ubac, en est séparé par un replat d’axe NNO-SSE qui offre une topographie propice à l’implantation humaine pré- et protohistorique (fig. 2). Deux cavités décalées d’une cinquantaine de mètres sont connues (Personnaz 1992). Le site qui est l’objet de cette étude est le plus élevé, à une quinzaine de mètres sous la ligne de crête du promontoire qui culmine vers 1370 m. Il occupe ainsi une position dominante par rapport à la rivière qui s’écoule à une centaine de mètres en contrebas, à 200 m de distance (fig. 3, 4).

Fig. 3 - Au centre du cliché se détache le promontoire au sommet duquel s’ouvre la grotte des Balmes. On distingue à droite le replat qui opère la jonction avec le versant montagneux de rive gauche de l’Arc, qui coule en contrebas. Au fond, la haute vallée de la Maurienne remonte entre les massifs de la Vanoise et ceux du Petit et du Grand Mont Cenis.

Fig. 4 - Vue sur la grille d’entrée principale de la grotte des Balmes au sein de l’édifice rocheux dolomitique redressé détaché de l’ubac. En arrière-plan, la haute vallée de l’Arc et les contreforts du massif de la Vanoise.

1.1.2. Contexte géologique et morphogenèse du gisement

3Le versant rive gauche de l’Arc dans lequel sont percées les cavités des Balmes correspond à une boutonnière d’érosion d’un antiforme de nappes (Debelmas et al. 1989 ; Fudral et al. 1994). On observe en effet sur ce versant, du haut en bas (fig. 5) : l’unité liguro-piémontaise dite du Charbonnel-Rocciamelone-Signal du Petit Mont Cenis, unité de schistes lustrés issus du paléodomaine océanique téthysien et comportant à sa base une semelle de péridotites serpentinisées ; des unités briançonnaises internes formées par du matériel quartzitique et métadolomitique triasique ainsi que par des successions de marbres s’étalant du Lias au tout début du Tertiaire. Ces dernières unités apparaissent toutefois dilacérées au sein d’énormes masses d’évaporites et de cargneules (blocs-klippes de la Nappe des gypses de F. Ellenberger 1958). L’ensemble de l’édifice dessine un pli antiforme dont l’un des flancs à pente moyenne vers l’O-NO forme la rive gauche de l’Arc entre Termignon et Modane (Fudral 1998).

Fig. 5 - Localisation des Balmes sur le schéma structural des mégaplis isoclinaux de la forêt des Tannes et de la Porteille, en rive gauche de l’Arc.

4Le petit promontoire qui abrite les cavités des Balmes est relativement isolé du versant principal de rive gauche de l’Arc. Son origine résulte de deux phénomènes généraux :

  • De la tectonique alpine tout d’abord ; les grottes se sont développées dans les assises métadolomitiques du Trias moyen qui prolongent celles du grand pli isoclinal couché de la Porteille. Dans le détail, ces dolomies sont redressées à la verticale et en même temps fortement plissées en plis métriques à décamétriques d’orientation NE-SO.

  • Des épisodes tardi à postglaciaires ensuite ; aux empreintes glaciaires et notamment au poli et aux stries localement bien conservés sur le site, se superposent les marques classiques du retrait glaciaire : décompression des versants et, tout naturellement, des masses rocheuses incluses dans le gypse ; écroulements des parois du massif de la Porteille et, enfin, incision profonde effectuée par le torrent latéral du Merderel.

5Le massif des Balmes montre ainsi des vides créés à la fois par l’ouverture après décompression des assises dolomitiques du Trias moyen et par la position des pans de strates écroulés des corniches de la Porteille.

1.1.3. Morphologie du gisement

6L’ouverture tardi à postglaciaire de l’édifice rocheux des Balmes, dans lequel aucun matériel d’origine morainique n’a été observé, aboutit à la formation d’un ensemble important de cavités de morphologies et de volumes très inégaux, où l’on enregistre peu de variations de température. Cet ensemble est compartimenté par des masses rocheuses disloquées constituées de blocs et de dalles de dimensions impressionnantes en position subverticale. Il est orienté suivant le même axe que le promontoire rocheux (fig. 6) et il est obturé au nord sur un miroir de faille ou plutôt d’effondrement. Ce réseau comprend une partie supérieure constituée de deux salles en enfilade (I et II), dont les parois convergent au sud vers une étroiture ménagée parmi une accumulation de blocs. Cette plate-forme de surface réduite donne accès à un prolongement important sous la forme de deux diaclases parallèles et de développement inégal (fig. 6). À l’est, l’une d’elles, d’une vingtaine de mètres de longueur, est localisée pratiquement à l’aplomb des ruines d’un chalet édifié sur le plateau. La seconde diaclase, côté vallée, forme localement un troisième élargissement, plus conséquent (salle III) mais de longueur légèrement inférieure. Depuis l’étroiture d’accès en salle II, on surplombe le sol de cette troisième salle de 7 m environ (fig. 7). Ce réseau de diaclases connaît ensuite un prolongement sur plus de 25 m et son niveau-plancher se situe encore une dizaine de mètres plus bas.

Fig. 6 - Le promontoire des Balmes domine la vallée de l’Arc. En noir, développement et structure du réseau de diaclases parallèles à la falaise (topographie de 1973 d’après I. Bouvier et R. Durand). La flèche indique l’entrée principale. En trame hachurée, extension du chalet ruiné. Le point noir localise la fouille de sauvetage réalisée en juin 2005 en limite d’une piste forestière nouvellement tracée.

Fig. 7 - Topographie des salles I, II et III. En trait gras : contours du niveau supérieur du réseau. A, B, C : coupes transversales et longitudinale du massif (fig. 8A à 8C). F : restes funéraires et mobilier associé. D : dépôt de Bronzes. Les flèches blanches indiquent les passages étroits entre les salles II et I. Les flèches incurvées correspondent aux surplombs et à la poursuite des diaclases en profondeur. Les dalles figurées dans la salle I ont été laissées en place à l’issue des travaux. Grande dalle inclinée supérieure : GDS. Grande dalle inclinée inférieure : GDI.

7Les salles I et II sont séparées par une grande dalle oblique (GDS) de plusieurs dizaines de m3 (fig. 8C et 27) qui en abrite une seconde (GDI), de taille plus réduite (fig. 8A et 27), toutes deux détachées anciennement de la voûte où l’on observe le négatif de leurs contours. Elles reposent sur une dalle de volume encore supérieur qui constitue le sol d’une bonne partie de la salle II. Ce niveau de sol surplombe la salle I d’un mètre environ (fig. 8C). La séparation entre ces deux secteurs avait d’ailleurs été accentuée par un mur construit sur toute la hauteur et la largeur considérées dans le but de transformer la salle I en cave à fromage. Cette fonction nous a été rapportée par plusieurs personnes, aujourd’hui décédées, qui gardaient les bêtes à proximité du chalet d’alpage ruiné qui était en activité au XIXe et au début du XXe siècle. La salle I constituait ainsi un local de stockage idéal car peu sujet aux variations importantes de température. La construction du mur doit être postérieure au premier quart du XVIIIe siècle, période à laquelle est rapporté un fauchon d’artillerie de l’armée française, modèle 18311, découvert dans la salle II durant les premières incursions qui suivirent l’ouverture du mur de séparation, au début des années 1970. Des douilles retrouvées en surface de la salle I attestent une utilisation postérieure à des fins militaires, les ouvertures sur l’extérieur permettant une surveillance de la vallée.

Fig. 8 - Coupes transversales et longitudinale synthétiques du massif. L’accès principal apparaît au niveau de la coupe A ; l’accès secondaire selon l’axe B. Les coupes schématiques réalisées dans la salle II (fig. 12), décalées par rapport à l’axe du relevé (fig. 7 et 9), sont projetées en figure 8C. Grande dalle inclinée supérieure : GDS. Grande dalle inclinée inférieure : GDI. La grande dalle supérieure (GDS) marque la limite entre les deux salles. Trame hachurée : dépôts de l’âge du Bronze ; trame pointillée : dépôts du Néolithique final.

8La salle I forme un quadrilatère irrégulier de 7 m x 6 m environ (fig. 9). La salle II s’allonge en un trapèze de 9 m de longueur pour une largeur s’amenuisant de 6 à 3 m environ vers le sud. Leurs plafonds se situent à plusieurs mètres de hauteur, non loin de la surface du plateau (fig. 8A). L’accès n’est possible que par deux ouvertures au niveau de la salle I (fig. 4, 7 et 9). L’une est surbaissée (fig. 8B), au nord-ouest, et se situe à l’origine des bandes 1 et 2 (fig. 7 et 9). La seconde, au sud-ouest (carrés A6-8), affecte une pente de 30° vers l’intérieur (fig. 8A et 9) mais elle est de la taille d’un individu et de pratique plus aisée (fig. 4).

Fig. 9 - Extension des fouilles dans les salles I et II. Les coupes relevées au cours des travaux sont indiquées en trait gras. Une diaclase se développant en G et H sous les blocs de la salle II est figurée en pointillé et en coupe selon la limite 6/7.

9Seules les trois salles mentionnées ont livré des vestiges archéologiques. Cependant, le contexte local s’est récemment enrichi à la suite d’une découverte réalisée par René Chemin à la faveur de l’ouverture d’une piste forestière sur le flanc oriental du replat des Balmes (fig. 6). Une opération de sauvetage conduite par Eric Thirault (Thirault 2006b) a mis en évidence une séquence sédimentaire qui a livré un mobilier rattaché à une phase ancienne du Néolithique final attestée dans la grotte (§ 10.).

1.2. Historique et problématique des recherches (P. B., R. C., J. V.)

1.2.1. Histoire de la découverte et des premiers travaux, salles II et III (1972-1979)

10Au printemps 1972, des étudiants et jeunes du village, spéléologues amateurs, visitent les lieux sans but précis. Ils sont déjà entrés auparavant dans la grotte : vont-ils plus loin ? Sont-ils mieux éclairés ou équipés ? Ce jour-là, après avoir pratiqué une ouverture dans la partie supérieure du mur condamnant le passage entre les salles I et II, ils trouvent « une poterie presque entière » (notes manuscrites de F. Couvert) qui signe l’identification d’un site majeur pour la préhistoire de haute Maurienne. Les inventeurs ont le réflexe de confier leur découverte au curé du lieu, l’abbé Bochet. Celui-ci, par l’intermédiaire de Jean Prieur, porte ces évènements à la connaissance de la Direction régionale des Antiquités préhistoriques de Rhône-Alpes. En juillet 1972, avec quelques jeunes de Sollières, l’abbé Bochet organise des séances de « fouilles » au cours desquelles sont découverts au pied d’une paroi et entre des pierres, à une dizaine de mètres de profondeur, « plusieurs vases presque entiers et de nombreux tessons » (notes manuscrites de F. Couvert). Cette mention correspond vraisemblablement au ramassage par l’Abbé Bochet « dans un puits » (salle III, fig. 7, F) « d’un vase en céramique fine noire à col cylindrique intact » (fig. 107, n° 1 ou 2), ainsi que « d’un fragment de calotte crânienne calcinée » (Chemin, Bocquet 1978) et de deux épingles. Le tout est provisoirement conservé à la cure de Sollières. En mai 1973, la Direction régionale des Antiquités préhistoriques demande à Aimé Bocquet d’apprécier l’intérêt scientifique du site et prend ensuite les premières mesures de sauvegarde. À cette fin, elle mandate son correspondant pour la Maurienne, René Chemin, qui fait installer une porte métallique à l’entrée de la grotte (Combier 1977). Ce dernier dirige une première campagne de fouille de sauvegarde, principalement dans la salle II (fig. 8C et 9), aidé de membres du Foyer des Jeunes et d’Éducation Populaire de Modane, dans cette « nouvelle station du Bronze en haute Maurienne » (Bellet, Prieur, Chemin 1973). En septembre 1973, l’Abbé Bochet et François Couvert, originaire de la commune, suscitent la création d’une section d’archéologie rattachée au Foyer rural de Sollières-Sardières.

11En 1974, René Chemin, toujours aidé de jeunes de Modane et de Sollières-Sardières, mais aussi de l’Abbé Bochet et de François Couvert, effectue de nouvelles fouilles. De gros travaux d’aménagement sont organisés : consolidation des clôtures d’accès (porte, fenêtre), évacuation de pierres. Le mur de séparation qui délimitait la cave à fromage (salle I) de la salle II, et qui la protégeait des courants d’air, est entièrement démoli par une équipe de 16 personnes. En 1975 quelques séances de fouilles ont lieu sous la direction de René Chemin : un petit dépôt d’objets en bronze est découvert et localisé approximativement (fig. 7, D), comprenant 20 boutons et une plaque décorée à bélière, deux spirales et deux bracelets en bronze (Chemin 1975 ; Chemin, Bocquet 1978 ; Combier 1977).

12Durant ces trois années, les opérations prendront la forme de fouilles de sauvetage, justifiées par la fréquentation des lieux et les risques d’effraction. Elles viseront essentiellement à développer la visibilité archéologique de cette région des Alpes internes. Les résultats sont probants, avec d’abondants vestiges recueillis : plusieurs dizaines de céramiques dont subsistent des portions importantes, faune et outillage en matière dure animale parfaitement conservés, présence de macrorestes végétaux et de pièces de mouture, objets de bronze, le tout pouvant être attribué à une phase moyenne du Bronze final. Des éléments plus anciens, néolithiques, sont également identifiés (gaine de hache, céramique). Les principaux acquis de ces travaux sont tirés à la faveur de la tenue en France du IXe Congrès de l’UISPP (Bocquet, Chemin 1976).

13La fouille des salles II et III est alors terminée. Avant même d’envisager la poursuite des travaux dans la salle I, dont le remplissage demeure intact (fig. 8C, fig. 16), une pause s’avère nécessaire de manière à conduire le traitement, l’enregistrement et l’étude du mobilier. La commune de Sollières-Sardières accompagne cette prise d’intérêt pour le site, dont elle acquiert les terrains, classés en 1978 au titre des Monuments historiques. À l’initiative de François Couvert, l’Association d’Archéologie et d’Histoire de Sollières-Sardières est créée en 1979 dans le dessein de soutenir et d’encourager la suite des travaux. Un premier état et une analyse préliminaire du mobilier sont effectués dans le cadre d’un travail universitaire (Benamour 1979).

14Une convention associant les différents partenaires, notamment le Musée Savoisien à Chambéry, permet, à partir de 1982, une présentation dans la commune même de la plupart des pièces exhumées. Enfin, un musée spécifiquement consacré à l’ensemble des découvertes et à la description de leur contexte voit le jour ; il est inauguré le 18 septembre 1999.

1.2.2. Reprise des travaux et problématique dans la salle I (1980-1990)

1.2.2.1. Les objectifs premiers

15De nouvelles fouilles sont entreprises en 1980 sous la direction de Françoise Ballet et de Pierrette Benamour. Ce retour sur le terrain est guidé par un souci de protection que le classement du site ne garantit pas totalement dans cette région très touristique. La porte d’accès sera d’ailleurs fracturée à plusieurs reprises. Parmi les visées scientifiques affichées, la fréquentation du milieu montagnard par les populations de la préhistoire récente occupe une place centrale, reposant sur l’abondance du mobilier exhumé lors des interventions conduites par René Chemin. L’étude des rites funéraires de la « Civilisation des Champs d’urnes », selon le vocable qui a cours alors, figure aussi parmi les objectifs (Benamour 1984), sur la base des quelques restes osseux humains découverts et des vases, supposés funéraires, dont l’interprétation (Combier 1977) est par ailleurs objet de réserves (Bocquet, Chemin 1976). À l’inverse, la problématique métallurgique évoquée par ces deux auteurs n’est que peu (Benamour 1984) ou pas reprise (ibid. 1993).

16Les travaux sont ensuite placés sous la conduite de Pierrette Benamour. Rapidement (1981-82), les questions chronostratigraphiques, l’organisation de « l’espace domestique », la question de l’habitat et des « genres de vie », occuperont le premier plan dans la perspective de doubler et de préciser dans la salle I les observations faites par René Chemin dans la salle II (fig. 9). La réalisation de sondages profonds vise à la recherche des premières traces d’occupation et à relativiser le poids pris par l’âge du Bronze depuis les années 1970. Mais la fouille de ces premiers carrés, comme en D3, s’interrompt rapidement sur un amoncellement de blocs et de dalles.

17Il s’avère également nécessaire d’intégrer le site des Balmes dans son contexte alpin afin de mettre en évidence les courants culturels en présence durant la fin de la Préhistoire.

18S’il ne figurait pas parmi les objectifs initiaux de fouiller l’ensemble de la salle I, les déprédations dont le site est l’objet en 1984 avec la dégradation de la coupe en E3/E4, ainsi que les difficultés éprouvées pour maintenir des témoins et des stratigraphies en place, à cause de la présence de dalles et de blocs massifs (fig. 10), conduisent à la poursuite des recherches sur la plus large surface possible.

Fig. 10 - Vue générale de la salle I en direction de la paroi est et de la coupe dégagée dans la bande des carrés E. On remarque la fréquence des dalles et blocs à différents niveaux de la fouille.

19Ce sont in fine les seules considérations chronologiques et stratigraphiques qui l’emporteront au fil du temps. Dans cette perspective, le mobilier, abondant, occupe une place privilégiée (Benamour 1984). Cela ne va pas sans créer des difficultés d’ajustement entre les observations stratigraphiques et l’homogénéité des ensembles de vestiges : la séparation stylistique entre céramiques de l’âge du Fer et du Bronze final n’est pas acquise ; la base de la séquence atteinte dès les premières années livre au même niveau des parures attribuées au Néolithique final et de la céramique à cordons digités rattachées à la « Civilisation du Rhône » (Benamour 1993), qui font porter un doute sur la cohérence de l’assemblage. L’hypothèse de creusement des formations néolithiques à l’âge du Bronze est avancée. Ce n’est que postérieurement (1994-95) que la vaisselle à fond plat et cordons digités sera identifiée comme relevant bien de la fin du Néolithique. Ce défaut d’identification aura cependant eu pour conséquence de subordonner la fouille à cette quête des origines, renforcée par la présomption de niveaux du Néolithique moyen. La réalisation de plusieurs datations 14C contribuera toutefois à préciser certains points de la chronologie (Benamour 1988, 1989). L’informatisation des données de terrain – réduite aux cotations en coordonnées tridimensionnelles – est entreprise pour faire bénéficier la fouille d’une plus grande finesse et pour faciliter l’analyse des zones où des blocs ont par exemple gêné la progression des travaux, mais sans succès.

20La problématique de départ sera donc confrontée à une certaine indécision, réduisant progressivement les questions touchant au statut fonctionnel du site, paradoxalement enrichies par les premiers résultats des analyses archéobotaniques (Benamour 1993).

1.2.2.2. Méthodes de fouille (1980-1990)

21Les recherches conduites dans la salle I doivent porter à l’origine sur une surface de 35 à 40 m2 (fig. 9). Le statut d’opération programmée permettra de regrouper annuellement de 7 à 10 personnes durant 3 à 4 semaines d’été. Un référentiel spatial tridimensionnel est matérialisé par un carroyage fixe. La fouille est conduite par mètres carrés adjacents, jusqu’à épuisement du remplissage qui repose sur de grandes dalles. La cavité et la coloration foncée du sédiment exigent un éclairage artificiel d’ensemble, complété par des sources lumineuses individuelles. La fouille s’effectue à l’outil fin et au pinceau (fig. 11). Le matériel est relevé dans les trois axes sur des carnets de fouille. Journellement, le mobilier est lavé, marqué, consolidé, reconstitué si possible : l’objectif est de familiariser le fouilleur, même débutant, avec tout ce qu’il est susceptible de trouver sous son pinceau, dans un tamis, au lavage. L’absence de point d’eau sur place conduit à un tamisage à sec sur deux tamis successifs, de maille 5 et 3 mm environ, réalisé sur le petit promontoire situé en contre-haut de la grotte. La présence de grandes plaques ou de blocs détachés du plafond est un handicap permanent par le volume qu’ils occupent ; la plupart d’entre eux seront éliminés par l’intervention de carriers professionnels.

Fig. 11 - Vue générale des conditions et techniques de fouille dans la bande des carrés E. On observe une certaine continuité latérale des strates dans la coupe. La tranche et la succession des sédiments comprises entre les décapages inférieur et supérieur correspondent à celles décrites sur le témoin fouillé en 1994. Les sédiments charbonneux de la fin de l’âge du Bronze occupent la surface la plus haute.

22La surface de départ semble peu affectée par des creusements antérieurs. Deux excavations sont décelables, la première en E7-8, la seconde centrée sur le carré C5 et débordant ses contours (fig. 16). Ces atteintes inopportunes semblent avoir été pratiquées dans l’intervalle 1975-1980, période durant laquelle la protection et la surveillance du site s’étaient relâchées.

23La fouille sera confrontée à une difficulté majeure relative à la nature et à la dynamique de la sédimentation, qui ne pourra trouver des éléments de réponse que tardivement (1994). En effet, des formations marquées par d’intenses phénomènes de combustion sont assimilées à des foyers, pour lesquels les recoupements et l’absence de contour net, comme les lacunes de description fine et de caractérisation, montrent bien, à la fois, les limites d’une interprétation globalisante et le poids conceptuel du vocable utilisé. La fréquence des blocs et des dalles ajoute encore aux problèmes de lecture stratigraphique par la place que l’on peine à leur accorder dans l’histoire sédimentaire (fig. 10 et 11).

1.2.3. Ajustement des champs culturel, stratigraphique et chronométrique (1994-1995)

24Lors des quatrièmes Rencontres Néolithique de Rhône-Alpes, en 1987, à Lyon, Pierrette Benamour communique un bilan des travaux qu’elle dirige depuis quelques années sur le site (Benamour 1988). L’intérêt des éléments archéologiques présentés suscite en 1992 une collaboration qui visera à replacer et à valoriser ces données dans un cadre de connaissance alors alimenté par des recherches, à vocation synthétique, conduites par Joël Vital sur l’âge du Bronze, du Massif Central aux Alpes (Daugas, Vital 1988 ; Vital 1988 ; Bocquet, Vital 1989 ; Vital 1989a, 1990a à 1990e). En retour, cette analyse monographique ne pouvait manquer d’enrichir les problématiques culturelles et économiques plus larges de la protohistoire régionale. Nous retenions dans un premier temps les questions relatives aux relations transalpines ou à plus longue distance, illustrées par les témoins de la culture matérielle, comme celles touchant au statut du site dans le cadre d’activités agro-pastorales.

25Après 11 campagnes de fouilles, plusieurs interrogations demeuraient en raison de l’ambiguïté des observations stratigraphiques et chronoculturelles. Il était indispensable de lever ces hypothèques préalablement à toute approche synthétique destinée à être publiée. La nature et l’origine de la sédimentation n’étaient pas connues. La compréhension de la structuration spatiale, qui semblait être intimement liée à la dynamique sédimentaire, exigeait de documenter cet aspect, tout comme de réduire les incohérences chronologiques relevées supra. Ce qui subsistait en volume des sédiments abrités à l’origine dans la cavité ne permettait plus une observation significative des aménagements humains liés à l’occupation. Mais au moins pouvait-on envisager une caractérisation sédimentaire autorisant un commentaire des observations antérieures par un échantillonnage en vrac et en blocs orientés pour des analyses micromorphologiques. Nous pouvions aussi espérer confronter les témoins de la culture matérielle susceptibles d’être découverts aux pièces déjà exhumées. Une nouvelle série de datations radiocarbones devait permettre de clarifier le rythme et les périodes d’occupation.

26Plus globalement, il s’agissait d’inscrire l’ensemble des données – descriptions, mobiliers, clichés photographiques, coupes, plans, radiodatations – dans une trame spatio-temporelle commune.

27En 1994, une courte opération limitée en surface à un petit mètre carré à l’intersection des bandes EF7-8 (fig. 9) fut organisée dans ce but, et coordonnée par Joël Vital. L’année suivante, une exploration de l’ensemble du réseau, à laquelle prit part René Chemin, permettait des précisions notables concernant la topographie d’ensemble et le calage relatif des travaux qui s’étaient succédé durant deux décennies. Plusieurs documents furent élaborés de manière à illustrer l’insertion géomorphologique du site dans le massif de rive gauche. Ces développements devaient affiner la compréhension de la chronologie et de la nature des fréquentations du site, dont les retombées ne firent l’objet que de présentations très limitées (Benamour 1997 ; Vital 1998 ; Ozanne, Vital 1999 ; Rey 1999 ; Vital et al. 2008). Quelques informations ont été fournies dans une plaquette publiée à l’issue des « travaux » conduits dans le cadre du projet Interreg IIIA, qui ont certes bénéficié d’un pilotage institutionnel de rêve, mais n’ont pas jugé utile de s’appuyer sur les résultats des recherches alors en cours (Padovan, Thirault 2007b). La seule synthèse publiée à ce jour à l’issue de la thèse d’Éric Thirault concerne les productions en roches vertes néolithiques (Thirault 2004).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Localisation de la grotte des Balmes à Sollières-Sardières, dans les Alpes nord-occidentales, en haute Maurienne (Savoie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2 - Implantation du promontoire et du replat des Balmes (SOB), qui surplombent le petit bassin de Termignon depuis la rive gauche de l’Arc.Les cercles 1, 2 et 3 indiquent d’autres replats potentiellement favorables à l’implantation humaine pré et protohistorique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 3 - Au centre du cliché se détache le promontoire au sommet duquel s’ouvre la grotte des Balmes. On distingue à droite le replat qui opère la jonction avec le versant montagneux de rive gauche de l’Arc, qui coule en contrebas. Au fond, la haute vallée de la Maurienne remonte entre les massifs de la Vanoise et ceux du Petit et du Grand Mont Cenis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4 - Vue sur la grille d’entrée principale de la grotte des Balmes au sein de l’édifice rocheux dolomitique redressé détaché de l’ubac. En arrière-plan, la haute vallée de l’Arc et les contreforts du massif de la Vanoise.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5 - Localisation des Balmes sur le schéma structural des mégaplis isoclinaux de la forêt des Tannes et de la Porteille, en rive gauche de l’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 6 - Le promontoire des Balmes domine la vallée de l’Arc. En noir, développement et structure du réseau de diaclases parallèles à la falaise (topographie de 1973 d’après I. Bouvier et R. Durand). La flèche indique l’entrée principale. En trame hachurée, extension du chalet ruiné. Le point noir localise la fouille de sauvetage réalisée en juin 2005 en limite d’une piste forestière nouvellement tracée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 7 - Topographie des salles I, II et III. En trait gras : contours du niveau supérieur du réseau. A, B, C : coupes transversales et longitudinale du massif (fig. 8A à 8C). F : restes funéraires et mobilier associé. D : dépôt de Bronzes. Les flèches blanches indiquent les passages étroits entre les salles II et I. Les flèches incurvées correspondent aux surplombs et à la poursuite des diaclases en profondeur. Les dalles figurées dans la salle I ont été laissées en place à l’issue des travaux. Grande dalle inclinée supérieure : GDS. Grande dalle inclinée inférieure : GDI.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 8 - Coupes transversales et longitudinale synthétiques du massif. L’accès principal apparaît au niveau de la coupe A ; l’accès secondaire selon l’axe B. Les coupes schématiques réalisées dans la salle II (fig. 12), décalées par rapport à l’axe du relevé (fig. 7 et 9), sont projetées en figure 8C. Grande dalle inclinée supérieure : GDS. Grande dalle inclinée inférieure : GDI. La grande dalle supérieure (GDS) marque la limite entre les deux salles. Trame hachurée : dépôts de l’âge du Bronze ; trame pointillée : dépôts du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 9 - Extension des fouilles dans les salles I et II. Les coupes relevées au cours des travaux sont indiquées en trait gras. Une diaclase se développant en G et H sous les blocs de la salle II est figurée en pointillé et en coupe selon la limite 6/7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 10 - Vue générale de la salle I en direction de la paroi est et de la coupe dégagée dans la bande des carrés E. On remarque la fréquence des dalles et blocs à différents niveaux de la fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 11 - Vue générale des conditions et techniques de fouille dans la bande des carrés E. On observe une certaine continuité latérale des strates dans la coupe. La tranche et la succession des sédiments comprises entre les décapages inférieur et supérieur correspondent à celles décrites sur le témoin fouillé en 1994. Les sédiments charbonneux de la fin de l’âge du Bronze occupent la surface la plus haute.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2787/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540