Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Préfaces

Jean-François Carenco, Jean-Jack Queyranne et Hervé Gaymard

Texte intégral

1Les périodes pré et protohistoriques ne constituent actuellement pas les phases chronologiques les mieux documentées par l’archéologie contemporaine dans le nord des Alpes. En effet, souvent situé à l’écart des grands aménagements dédiés au développement économique, l’étage montagnard n’a que peu bénéficié du développement de l’archéologie préventive et de l’accroissement considérable des connaissances concernant les sociétés anciennes qui a été engendré par cette évolution. L’archéologie de montagne a souvent été le fait de chercheurs bénévoles ou universitaires qui ont su faire évoluer leurs pratiques au gré des développements méthodologiques qui ont caractérisé l’évolution de la discipline archéologique depuis maintenant plusieurs décennies.

2La publication scientifique des résultats des campagnes de fouilles menées dans la Grotte des Balmes à Sollières-Sardières est symptomatique de ces évolutions. Les fouilles conduites entre 1981 et 1990 ont servi de base à une étude qui a réussi la gageure de faire travailler de concert : archéologues aux spécialisations chronologiques variées, paléo botanistes, archéozoologues et géologues. Cette approche pluridisciplinaire est aujourd’hui la seule apte à tirer la quintessence des données issues de la fouille archéologique. Les résultats développés dans cette publication en sont l’illustration la plus brillante. En effet, les différents auteurs, par la mise en perspective et le croisement de leurs contributions spécialisées ont réussi à documenter de manière précise la vie quotidienne des populations de la préhistoire récente pendant plus de trois millénaires. Ils ont ainsi démontré que le milieu montagnard a été marqué par l’impact de l’homme dès le 4ème millénaire avant notre ère par le biais d’une activité à vocation pastorale qui semble ensuite perdurer tout au long de l’âge du Bronze. À la fin de cette séquence les groupes humains de la fin de l’âge du Bronze semblent s’installer de manière plus pérenne sur le site avec la mise en place dans la grotte d’un espace dédié au stockage alimentaire. Par la suite l’occupation humaine de la cavité semble plus diffuse et ne connaîtra plus l’intensité des phases précédentes. Les auteurs ont réussi à évaluer de manière précise et argumentée l’inévitable impact qu’ont pu avoir ces activités humaines sur le milieu alpin ainsi que la façon dont l’homme a pu tirer profit de ce contexte aux multiples potentialités.

3Il faut ainsi rendre hommage à Pierrette Benamour † qui a, pendant neuf années, eu la patience et la rigueur de fouiller la grotte des Balmes de manière exhaustive. Elle a su également produire une documentation (photographique notamment) qui a pu être reprise et complétée de manière à alimenter aujourd’hui cette publication synthétique. Il faut également noter le travail prépondérant de Joël Vital qui a lui-même conduit une petite intervention complémentaire dans la grotte en 1994 et a su s’entourer des meilleurs spécialistes régionaux de chaque discipline (archéologue néolithicien, géologue, paléo botaniste, archéozoologue...) afin de finaliser ce travail de synthèse.

4Cette publication, qui fera date dans la connaissance des sociétés de la préhistoire récente du nord des Alpes, trouve toute sa place dans la collection des Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne qui confirme ici de manière éclatante sa pertinence en tant qu’éditeur de monographies.

Jean-François Carenco,
préfet du Rhône

*

5Aux confins de la vallée de la Maurienne, à Sollières-Sardières, la cavité des Balmes a été découverte au début des années 1970. Ce gisement, qui domine la vallée de l’Arc, a depuis lors fait l’objet d’un travail de grande ampleur. Dans le présent ouvrage, l’Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) nous donne l’opportunité de prendre toute la mesure de l’importance de ce site dans la longue histoire de Rhône-Alpes.

6La cavité des Balmes fait partie de ces sites exceptionnels que compte le territoire rhônalpin. Je pense aussi, bien sûr, à la Grotte Chauvet Vallon-Pont-d’Arc, la plus ancienne et la plus riche « grotte ornée » connue au monde. Conscients de sa valeur inestimable, nous oeuvrons aujourd’hui, avec l’Etat et le Conseil général de l’Ardèche, au classement de cette grotte au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO et nous participons également à la création d’un Espace de restitution.

7Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui se sont associés à l’élaboration de cet ouvrage. Notre région est fortement impliquée dans l’accompagnement du travail de l’ALPARA, dans le cadre des compétences du Service de l’Inventaire. Elle entend mettre en œuvre une politique patrimoniale régionale ambitieuse et dynamique, au service de la connaissance partagée entre tous les habitants de Rhône-Alpes.

Jean-Jack Queyranne,
président de la région Rhône-Alpes,
ancien ministre

*

8Depuis plusieurs décennies, le Département de la Savoie accompagne la recherche archéologique et le Conseil général vote chaque année un budget, géré par l’Association pour la Recherche Archéologique en Savoie, consacré aux opérations d’archéologie programmée.

9C’est ainsi que le Département a porté une attention toute particulière aux travaux réalisés dans la Grotte des Balmes à Sollières-Sardières.

10Fouillé d’abord par René Chemin dans les années 1970, puis par Pierrette Benamour pendant une dizaine d’années, ce site a apporté des renseignements fondamentaux pour l’étude des premières occupations de la vallée de Maurienne et plus largement des hautes vallées alpines à partir de la préhistoire.

11L’importance du matériel découvert et le souci de sa conservation ont poussé la commune à transférer la propriété des collections au Département qui en a mis la partie la plus représentative en dépôt à Sollières-Sardières. Sous l’impulsion de la commune et de François Couvert, président-fondateur de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Sollières-Sardières une première salle d’archéologie voit le jour en 1982. La poursuite des fouilles et le grand intérêt des découvertes aboutissent à la construction d’un musée toujours sous l’impulsion de la commune et avec l’aide scientifique et financière du Conseil général. Inauguré en 1999, il fait partie depuis 2004 du Réseau des musées et maisons thématiques de Savoie.

12Il manquait encore la publication scientifique, car études et analyses se sont poursuivies pendant toutes ces années. C’est maintenant chose faite avec la réalisation de cet ouvrage, qui voit le jour sous la direction de Joël Vital et qui ne manquera pas d’intéresser les Savoyards passionnés par la vie de leurs lointains ancêtres.

Hervé Gaymard,
président du Conseil général de Savoie

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540