Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Résumés

Texte intégral

Résumé

1Dernier vestige de l’architecture militaire du Dauphiné le « castrum Bressiacum » est campé sur une hauteur située en bordure de la plaine de Bievre. Le château féodal de Bressieux témoigne encore par l’ampleur des ruines en brique rose de sa beauté primitive et du rôle militaire et social qu’il a joué dans le Dauphiné du Moyen Âge à la renaissance. Haut lieu de l’histoire de l’ancienne province dont l’occupation est attestée depuis l’époque néolithique, Bressieux fut de l’An Mil à la Révolution, siège d’un fief seigneurial important et l’une des quatre Baronnies du Dauphiné. Grands barons de la province, les seigneurs de Bressieux ont longtemps su préserver leur fief et leur indépendance. Puissants et respectés ces derniers étaient les alliés des Dauphins et des Comtes de Savoie, ainsi que de toutes les grandes familles dominantes de la Province. Ils ont été pendant les guerres d’Italie des alliés précieux des rois de France et ont alors transformé leur forteresse en résidence.

2Cet ouvrage s’attache à montrer comment, par une analyse conjointe des sources d’archives, des données de fouilles archéologiques et des vestiges monumentaux – avec une approche systématique relevant de l’archéologie du bâti – de répondre à la problématique posée par les origines. L’existence des deux mottes castrales sur le territoire, pose le problème de l’édification de la demeure des barons primitifs mais toutefois les sources écrites permettent d’établir, que la première famille châtelaine a affermir son autorité sur le pays apparaît dans le cartulaire de l’abbaye de saint Bernard de Romans en 1205, et la première mention du château est attestée en 1107 dans la bulle du pape Pascal II lors du partage définitif du Comté de Salmorenc entre Guy archevêque de Vienne et Hugues évêque de Grenoble.

3De 1983 à 1992 le château de Bressieux a fait l’objet de dix campagnes de fouilles archéologiques, couplées avec l’étude du bâti et les opérations de restauration. Le travail entrepris consistait à assurer une meilleure connaissance des différentes étapes de construction du château et à apporter un certain nombre de résultat archéologiques très probants, bien que des points d’interrogation n’ont pas toujours pu être éclaircis.

4Cet ouvrage débute par une présentation géographique qui met en évidence que la plaine du Bièvre, située au cœur du bas Dauphiné, a servi de couloir pour le passage des glaces émises par les Alpes lors des différents refroidissements climatiques ; la présence de la moraine affleurante a livré des blocs grossiers mal équarris (calcaire, granit, rochers métamorphiques) qui ont été collectés au hasard des affleurements pour construire les remparts et courtines, et enfin que les dépôts fins (limons) ont fourni le matériau utilisé pour la fabrication des briques. En fait les matériaux employés pour la construction du château résument la géologie mais aussi domestique et confirme l’occupation des seigneurs de Bressieux au début du XIe siècle.

5Un important chapitre, cœur de l’ouvrage est consacré aux résultats archéologiques du piémont du bas Dauphiné.

6Après une évocation de l’occupation préhistorique et antique du site, une part plus importante est consacrée à étudier l’origine du terroir environnant le château qui comporte deux fortifications de terre dont l’une – la Boulle Billon – partiellement étudiée a livré un riche mobilier archéologique datable du XIe siècle qui confirme une double utilisation de l’habitation militaire. Pour ce faire nous avons eu recours à la confrontation des trois méthodes complémentaires :

  • l’enquête historique dans la documentation textuelle (fonds privés) dont on doit souligner l’apport irremplaçable à l’archéologie médiévale ;

  • l’étude et l’analyse architecturale approfondie ;

  • enfin la fouille archéologique tant par l’analyse des structures, des stratigraphies et par l’étude du matériel recueilli.

7Par son rôle de prototype et la précision de sa datation, le château de brique de Bressieux (XIIIe siècle) constitue un repère important pour l’étude de l’évolution de l’architecture castrale régionale. La caractéristique principale du château est d’être constituée de trois constructions superposées, une motte, un édifice de pierre et un château de brique construits successivement au cours d’une période antérieure à deux siècles vraisemblablement à partir du début du XIIe siècle. Cette particularité relevée lors des fouilles a constitué une occasion intéressante d’analyser les formes castrales anciennes et leur évolution.

8L’archéologie a permis la restitution des différents états qui nous entraine pour les niveaux les plus anciens du début du XIIe siècle et pour une série d’aménagement les plus récents à l’époque moderne. Le principal acquis est la restitution de l’organisation spatiale du château et son phasage de construction et réaménagement.

9Les trois logis du château du XIIIe siècle forment un plan dont le pivot est l’espace central de la cour autour de laquelle se structure l’ensemble de la demeure. Une étude a mis l’accent sur la mise en œuvre des matériaux de construction et décoration : galets, briques, éléments du couvert, les sols et leurs revêtements, clouterie et huisserie, verres à vitres.

10Enfin l’êtements, clouterie et huisserie, verres à vitres.

11Enfin, l’exploration archéologique a permis de mettre au jour nombre d’objets à vocation militaire et maints témoignages de la vie que menaient ses occupants. Une partie de cet ouvrage est donc consacrée à l’étude de divers mobiliers livrés par la fouille (vaisselle de terre, verrerie, objets métalliques et en os, jeux, faune…). Puis une partie est consacrée au château moderne avec le recours précis aux sources écrites pour retranscrire sa physionomie et la publication des deux principales sources en annexe (textes de 1659 et 1721).

12Enfin, un recueil de sources iconographiques (XIXe et début XXe siècle) vient « illustrer » l’ensemble et permet d’établir une progression dans la dégradation des vestiges et d’appréhender des élévations de murs disparues aujourd’hui.

13Destiné à devenir le centre de la circonscription seigneuriale et un point de défense important sur la frontière entre le comté de Savoie (enclave de la Côte Saint André) et le Dauphiné le château de Bressieux a été élevé sur un site propice à ces trois fonctions : de surveillance d’administration et de résidence.

*

Summary

14The abbey of Sainte-Marie d’Aulps in Chablais is made different from other cistercian foundations by its origins and its peculiar development. Coming from Molesme at the end of the 11th century, the abbey was attached to Citeaux by Saint Bernard. Following the example of other mountain monasteries, Sainte-Marie developed a pasture economy. Since the Middle Ages it has also been a place of pilgrimage for the second abbot Saint Guérin who later became bishop of Sion.

15In the past fifteen years, historical and archaeological studies done on the site for different purposes (academic works, scheduled operations) have highlighted the construction of a flourishing abbey which history is closely linked to the history of Chablais. The very good preservation of the monastery in its modern state and the diversity of the archeological research compared to numerous archive sources give a clear view of the evolution of the abbey from the 12th to the 18th century. Moreover works started by the district of the Aulps valley provided the opportunity to highlight the different structures that constituted the abbey and that served as a basis for building the Interpretive Center.

16Following the mountain relief, the monastery was erected on the hillside above the Dranse river. It is constituted of an economic area differentiated from the cloister by a lay-out of terraces following the natural slope of the land. The topographical and hydraulic studies have shown the importance of preliminary works on the building site. The study of the remains of the abbey church, which is the only medieval building still standing, has shown that master-builders got supplies in different local stones to erect the walls of the abbey.

17The modern history of the abbey was marked by different crises on spiritual and economic levels. It was first saved by the Valaisans who proceeded to numerous restorations inside the monastery. It was also saved by the actions of some commendatory abbots thanks to whom the cloister was rebuilt.

18However, the pilgrimage for Saint Guérin brought a large amount of pilgrims, both men and women, who disturbed conventual life. At the end of the 17th century, some calls to order from the abbey of Tamié led to a redevelopment of the accesses that significantly changed the topography of the abbey.

19The study of the abbey of Sainte Marie d’Aulps at modern times also includes the archaeological analysis of a farm built on the demolished walls of an older building. In addition to the matter of the existence and the role of barns, arises the question of the economic organization of the monastery.

20This publication also presents the history of the abbey through the analysis of archives, and most importantly the spectacular reconstruction of its charters.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540