Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Annexe 2. Les visites régulières de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps aux XVIIe et XVIIIe siècles

Didier Mehu

Texte intégral

1C’est par ces mots que commence le septième article de la Charte de charité* de l’ordre de Cîteaux selon la version entérinée par le pape Alexandre III en 1165. Les statuts de l’ordre compilés entre la fin du XIIe et le milieu du XIVe siècle ont précisé le déroulement de la pratique.

La pratique des visites conventuelles et la production de la « carte de visite »

2Les visiteurs disposent généralement de trois jours pour dresser un état précis des affaires spirituelles et temporelles du monastère, comprenant le service divin, la discipline régulière (notamment l’observance de la chasteté et du silence), les activités intellectuelles, les officiers conventuels (chambrier, cellérier, portier, hôtelier, infirmier, chantre, sacristain), l’organisation du travail, la nourriture et le vêtement, l’approvisionnement, l’état des bâtiments, la réception des hôtes, les aumônes, l’économie du monastère et l’obéissance à l’égard des supérieurs.

3Le premier jour, les moines sont rassemblés dans la salle du chapitre où lecture leur est faite des définitions les plus récentes prises par le Chapitre général et, le cas échant, des décisions prises à l’issue de la visite de l’année précédente. S’ensuivent les dénonciations des sujets que les moines souhaitent voir réformer, puis commence la visite proprement dite. Le deuxième jour, après avoir prononcé un sermon dans la salle du chapitre, le visiteur inspecte l’état financier, passant en revue les revenus des granges, puis il fait l’inventaire des services religieux dus par les moines. Si le visiteur constate un endettement excessif, il doit en référer au Chapitre général qui pourra demander de vendre des biens meubles ou immeubles ; cela ne se fera néanmoins qu’avec le consentement de l’abbé et des moines les plus âgés et ce jusqu’à ce que les dettes soient réduites à un niveau tolérable. Si les inspections n’ont pas pu être effectuées pendant les deux jours, elles seront poursuivies le troisième, au terme duquel le visiteur sera tenu de rédiger une carta (carte ou charte), soit un compte rendu détaillé de tout ce qui devra être corrigé. En signe de validation, il fera pendre son sceau en bas de la charte et nul autre que lui et l’abbé ne pourra sceller le document. La charte sera conservée dans le monastère pour être lue au moins trois fois par an lors du chapitre conventuel avec les définitions du Chapitre général de l’année en cours et ce sous peine, pour l’abbé, d’une pénitence légère de trois jours, dont un au pain et à l’eau. La charte devra également être lue au début de la prochaine visite afin d’en vérifier l’application.

4À notre connaissance, ni les archives d’Aulps, ni celles de l’abbaye de Clairvaux dont elle dépendait n’ont conservé de cartes de visite de l’abbaye alpine avant la fin du XVe siècle. Le document le plus ancien connu est un compte rendu dressé par l’abbé Simon de Balerne en 1485 à la suite de la visite avortée qu’il devait y effectuer. Empêché de pénétrer dans le monastère par les moines, il dressa un réquisitoire accablant contre les mœurs dissolues de ces religieux qui, écrivait-il, « ne détestent rien de plus que d’honorer Dieu et de le servir ». Les inventaires des archives d’Aulps témoignent de plusieurs visites effectuées au début du XVIe siècle, notamment pour régler les conditions de vie matérielle et la nourriture au sein du convent (voir supra le règlement au sujet de la nourriture, entériné le 4 octobre 1524, transcrit partiellement par Arnaud Delerce), mais les documents les plus nombreux et détaillés datent des XVIIe et XVIIIe siècles. Ils proviennent soit de la Chambre des comptes des ducs de Savoie, soit des instances dirigeantes de l’ordre de Cîteaux.

Les visites de la Chambre des comptes des ducs de Savoie

5Après avoir été dominé par les Valaisans réformés pendant trente ans, de 1536 à 1569, le Chablais est redevenu savoyard. Les ducs de Savoie considèrent les abbayes comme leurs biens patrimoniaux, nommant les abbés parmi leurs pairs ou les membres de leur famille, et contrôlant étroitement les revenus des moines. Au printemps 1638, alors que le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier s’efforce de collecter des subsides à un moment crucial de la guerre qui l’oppose au roi de France, l’abbé de Sainte-Marie d’Aulps, le cardinal Maurice de Savoie qui n’est autre que le fils cadet du duc, lance une vaste enquête pour connaître l’état et les revenus des abbayes savoyardes. Jacques Béraud, avocat patrimonial et fiscal au service du duc, est mandaté pour visiter les lieux, faire estimer les réparations à entreprendre dans les bâtiments et vérifier les comptes des fermiers qui administrent les terres monastiques. Entouré de son secrétaire, d’un serviteur, de trois maîtres maçons et de deux charpentiers de la région, Jacques Béraud séjourne à Aulps du 4 au 11 juin 1638.

6Le compte rendu de sa visite fournit des renseignements précis sur l’organisation du site abbatial avec son enceinte, sa porterie flanquée d’un bâtiment d’accueil pour les hôtes et les pèlerins, la tour de la prison divisée en cellules appelées « crottes » ou « crottons », chacune étant réservée à une catégorie de coupables, criminels ou civils. Dans chaque lieu, une attention précise est portée à l’état des maçonneries, des couvertures et des fermetures. Les visiteurs s’attardent longuement sur le mobilier et les vêtements liturgiques de l’église, les reliquaires et les tableaux qui ornent les chapelles ou les autels. On connaît le nombre des fenêtres et parfois leurs dimensions :

Au chœur sont trois fenêtres vitrées, celle du milieu rompue en divers endroits, comme aussi celle à gauche de l’autel en un endroit, d’un pied carré chacune […] »,

7et parfois les dimensions des chapelles ou d’un bâtiment :

Le couvert de la chapelle Saint-Loup a de large vingt-neuf pieds et de longueur dix-neuf pieds, fait huit toises et demi. Le toit des cloîtres a vingt-huit toises en longueur à sa carrure, et dix-sept pieds de large.

8Le rapport de Jacques Béraud apporte aussi des renseignements précieux à l’historien du patois chablaisien, en particulier pour le vocabulaire de l’architecture que les visiteurs ont restitué selon les termes employés par les charpentiers et maçons locaux. Ainsi les ais, angives, carrons, coacles, tralaysons désignent-ils respectivement des planches, contreforts, carreaux, latrines et des solives.

9L’enquête terminée, les visiteurs procèdent à l’estimation des réparations selon une méthode alors courante, les enchères au rabais appelées dans la région les enchères diminuttrices. Au lieu de faire monter les prix, l’enchère au rabais vise à diminuer le coût d’un travail à effectuer. Les charpentiers et maçons proposent un montant, chacun sous-enchérissant pour obtenir le contrat. Le temps de l’enchère est fixé par la durée d’un sablier ou la combustion d’une chandelle. À la fin de l’opération, le moins offrant est retenu. Les jours suivants, on convoque un notaire pour rédiger les contrats de travail en fonction des montants prévus. Ces contrats sont appelés des prix-faits. Lorsqu’ils sont conservés, ils permettent de compléter nos connaissances sur l’état des bâtiments et les étapes de construction.

10La Chambre des comptes des ducs de Savoie ne s’intéresse pas aux moines d’Aulps qu’en temps de guerre et de recherche de subsides. À la mort de l’abbé, l’ensemble du patrimoine monastique revient provisoirement au fisc ducal, à charge pour ses administrateurs d’en dresser l’inventaire et d’en investir le prochain abbé commendataire. Généralement, l’opération se déclenche promptement. Deux jours seulement après la mort de l’abbé Antoine de Savoie, le 26 février 1688, la Chambre des comptes envoie son président ordinaire, Joseph de Bertrand, enquêter sur les revenus de l’abbaye d’Aulps avant d’en transférer l’administration à un nouveau membre de la Maison de Savoie. Joseph de Bertrand part de Chambéry le 27 février pour arriver à Aulps le 2 mars, après plusieurs étapes en pays genevois. Le 3 mars, il explore les archives de l’abbaye. Le lendemain matin il vérifie les livres de reconnaissances dans lesquels sont répertoriées les possessions foncières des moines. Dans l’après-midi du 4 mars, il effectue une visite complète des bâtiments monastiques en compagnie d’un maître maçon de Samoëns et d’un maître charpentier du Biot.

11Les visiteurs inspectent d’abord l’enceinte dont les 211 toises de long pour 12 pieds de haut (près de 4 m) sont alors en bon état. Ils passent ensuite dans l’église pour en observer l’intérieur, l’extérieur, la couverture puis le portail. Dans l’ensemble, les travaux à effectuer sont mineurs. Descendant vers la porte principale du monastère, au nord, ils constatent les dégâts causés par un incendie qui, l’année précédente a détruit le pavillon de la porterie. La visite se poursuit par les bâtiments adjacents : à l’est la prison, à l’ouest la grange et les écuries refaites après l’incendie. Poursuivant dans les parties basses du monastère, on suit le cheminement des visiteurs à travers le jardin des moines et le four, puis on pénètre dans le cloître. La relative bonne impression qui émanait de l’église et des bâtiments domestiques disparaît alors. Les galeries du cloître, le réfectoire, les chambres des moines et la maison de l’abbé sont ruinés. Le dortoir et la salle capitulaire ne subsistent plus que dans le souvenir des anciens moines :

Le dit ancien bâtiment s’appelait autrefois le dortoir, au-dessous de celui-ci se trouvait autrefois une salle où l’on tenait le chapitre ; le dit ancien bâtiment contenait soixante-six pieds de longs et quarante pieds de large, tout y est tombé en ruine et il n’y reste qu’une petite muraille du côté des cloîtres de vingt pieds de hauteur, et du côté du levant et du midi que quarante-quatre toises et demi de muraille qui sont toutes en fort méchant état et presque ruinées […].

12Surpris, les visiteurs s’enquièrent des raisons d’une telle désolation et l’on voit, fait rare dans un document administratif, un pan de la vie monastique surgir du passé. Les moines s’efforcent de prouver leur bonne foi. Ce n’est pas leur faute, mais celle de leur supérieur qui, malgré des plaintes répétées, ne leur a rien accordé pour reconstruire les bâtiments conventuels ; et comme les revenus propres des moines suffisent à peine, disent-ils, à les nourrir et les vêtir, comment envisager de lourds travaux de construction. Tenaces, les visiteurs ne s’en laissent pas compter aussi facilement. Poursuivant la visite des lieux, ils découvrent de nombreux matériaux de construction au milieu du cloître, dont plusieurs dizaines de pierres taillées. Un prix-fait conservé dans les archives et daté du 29 août dernier atteste d’un devis de construction dressé à la demande de l’abbé Antoine de Savoie. Une fois n’est pas coutume, celui-ci était alors descendu de sa résidence chambérienne pour rendre visite aux moines d’Aulps et s’était ému de leurs piètres conditions de vie :

touché de leur misère, il avait résolu de leur faire un bâtiment qu’ils pussent habiter, et où ils pussent rester en tout temps et y faire leurs exercices religieux ; que pour cela, il avait contracté avec des maçons et avait convenu du prix des toises de muraille, des fenêtres, portes et marches d’escalier, et s’était engagé a leur donner annuellement 800 florins selon son bon vouloir.

13Improvisant une réunion de chantier avec les maçons et charpentiers présents, les visiteurs s’accordent pour un nouveau compromis : les maçons acceptent de réduire l’ensemble des dépenses à 4 000 florins, les charpentiers fixent les coûts de leurs travaux à 3 000. Ces dépenses seront honorées grâce à la rente annuelle promise par le feu abbé que son successeur devra assurer. Quant aux moines, ils devront mettre la main à la pâte en transportant eux-mêmes les matériaux de construction, bois et pierres, des lieux d’extraction jusqu’à l’abbaye, ou du moins en payant les transporteurs qui s’en acquitteront.

Les visites de l’ordre cistercien réformé

14Longtemps impuissantes à réformer les monastères de Savoie, les autorités cisterciennes se montrent plus présentes dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Les moines sont alors divisés entre les partisans du rétablissement de la discipline inspirée des idéaux de saint Bernard, et ceux qui se contentent du mode de vie peu rigoureux dans lequel ils se sont installés depuis plusieurs siècles. La tendance réformatrice est notamment incarnée par les abbayes de Clairvaux et de Pontigny. L’abbaye d’Aulps, fille de Clairvaux, se voit ainsi concernée par la réforme, ce qui lui vaut une visite du vicaire général de l’Ordre de Cîteaux en Savoie, le 15 décembre 1663, et une autre menée par l’abbé de Clairvaux en personne, Monseigneur Bouchu, le 26 septembre 1687.

15Dans le même temps, une personnalité émerge parmi les tenants de la rigueur monastique, l’abbé Armand Jean de Rancé qui, en 1664, introduit une réforme très stricte dans l’abbaye normande Notre-Dame-de-La-Trappe, bientôt chef de file des cisterciens de « l’Étroite observance » plus connus sous le nom de Trappistes. Les liens entre La Trappe et la Savoie se font par l’intermédiaire de l’abbaye de Tamié. Dès son élection en 1665, l’abbé de Tamié, Jean-Antoine de la Forêt de Somont, annonce un changement de cap vers le rétablissement de la discipline cistercienne. Ses succès rapides lui attirent la bienveillance du Chapitre général qui lui confie, en mai 1672, la tâche de réformer les abbayes cisterciennes de Savoie, et tout particulièrement celles d’Aulps et d’Hautecombe. Soucieux de mener la réforme selon les principes les plus stricts, Jean-Antoine de la Forêt de Somont effectue un séjour à La Trappe en 1677. De retour à Tamié, il entreprend une reconstruction complète des bâtiments. À Aulps et à Hautecombe, il prend des mesures pour tenter d’en faire autant.

16Un registre conservé aux Archives départementales de la Savoie contient une sélection des pièces relatives à l’administration de quatre abbés de Tamié : Jean-Antoine de la Forêt de Somont dont l’abbatiat de trente-sept ans (1665-1702) imprima une marque durable sur les monastères cisterciens de Savoie, Jean-François Cornuty (1702-1707), Arsène Jougla (1707-1727) et Antoine Pasquier (1727-1733). Le manuscrit contient plusieurs « cartes de visite » qui présentent le compte rendu détaillé des inspections effectuées dans l’abbaye d’Aulps par les abbés de Tamié en tant que vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie. Les « cartes » datent de 1674, 1679, 1700, 1717, 1726, 1730, auxquelles il faut ajouter le procès-verbal d’une visite effectuée en 1666 à l’occasion de l’installation d’un nouveau prieur et un compte rendu de visite effectuée en 1676 par le vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Bourgogne agissant comme remplaçant de l’abbé de Tamié.

17Les visiteurs suivent toujours le même processus. Ils commencent par s’enquérir du nombre de religieux avant de s’informer sur le mode de vie communautaire : aspects liturgiques, gestion des dons, respect de l’exemplarité monastique (chasteté, pauvreté, obéissance, silence, vêtement, repas…), relations avec les laïcs, administration du temporel et répartition des tâches au sein de la communauté. Les visiteurs s’efforcent de transmettre aux moines d’Aups les directives de la Réforme selon les termes de la lettre du pape Alexandre VII adressée le 19 avril 1666 à tous les cisterciens. Et pour l’heure, ces directives sont loin d’être appliquées.

18Il faut tout d’abord réorganiser l’administration du monastère. Le prieur, supérieur de la communauté en l’absence de l’abbé commendataire, surveille et corrige les moines qui lui doivent une obéissance parfaite. Il est entouré d’un groupe d’officiers monastiques : un sous-prieur pour le remplacer en toute chose lors de son absence, un chantre pour diriger les offices, un infirmier pour le soin des malades, un sacristain pour administrer les revenus de l’église, lui-même aidé d’un sous-sacristain qui sonne les offices et revêt les autels de leurs ornements liturgiques. Le procureur perçoit les dîmes et les revenus fonciers qu’il reverse ensuite au cellérier pour les dépenses communes. Véritable trésorier, le cellérier gère également les revenus des prébendes. Dès le XIIIe siècle, l’habitude s’est prise d’attribuer à chaque moine un ensemble de biens-fonds pris sur les possessions communautaires, la prébende, afin que chacun dispose d’un revenu pour ses vêtements. Aux yeux des réformateurs, cette pratique est devenue intolérable, comme un premier pas vers le vice de la propriété dont tout moine doit s’abstenir. Aussi, les visiteurs n’ont-ils de cesse d’exiger le versement de toutes les prébendes au cellérier. Une telle mesure implique de déposer l’argent dans un coffre commun en distinguant ce qui « appartient » à chaque moine. Le coffre est pourvu de trois serrures. Les clefs sont gardées séparément pour éviter toute fraude, l’une par le prieur, la deuxième par le cellérier et la troisième par un ancien de la communauté. Les moines sont peu nombreux, huit ou neuf en général, pas plus de quatre en 1700. Mais c’est sans compter les absents, envoyés à l’Université de Paris ou au séminaire de Dole pour obtenir un diplôme en théologie, ou résidant momentanément à Tamié ou Hautecombe où les conditions de vie sont meilleures et la discipline plus rigoureuse. Le prieur lui-même séjourne fréquemment à Tamié, quand il n’occupe pas la double fonction de prieur d’Aulps et de Tamié. Sans doute doit-on voir dans ces mouvements des efforts pour mieux diffuser les pratiques réformatrices. Lors de la visite de 1700, la mention d’un moine fugitif depuis plusieurs années sans qu’on sache ou il est, cité dix-sept ans plus tard comme fugitif depuis très long temps sans qu’on en aie jamais eu de nouvelles indique aussi des départs moins honorables, sans doute pour échapper à la réforme ou aux sanctions encourues par une vie plutôt dissolue.

19Tous les moines sont prêtres, ce qui leur permet de célébrer la messe à tour de rôle selon un roulement hebdomadaire et de se répartir la célébration des messes votives demandées par des familles laïques. Certains portent le titre de confesseur, pour entendre leurs confrères et les fidèles qui viennent se confesser dans l’église abbatiale. La pratique devait être fréquente si l’on en croit le nombre de moines confesseurs : en 1679, on en compte trois pour une communauté de sept moines. Les novices restent dans l’ombre. On en dénombre un seul en 1663 et un en 1792. Sans doute d’autres échappent-ils à la documentation, car on imagine mal une communauté se maintenir autour de quinze religieux pendant soixante ans sans l’apport de nouvelles têtes, mais force est de constater un très faible recrutement qui témoigne de la crise traversée par les cisterciens en cette fin du XVIIe siècle. Les auxiliaires laïques se divisent en convers et domestiques. Les premiers sont généralement comptés parmi les moines, même si on leur réserve des tâches artisanales ou agricoles. Ils sont très peu nombreux, un en 1700 et 1717, deux en 1726 et 1730, car l’essentiel du travail est effectué par les valets. On les trouve à la cuisine, dans le jardin ou à l’infirmerie. Pour éviter le scandale et sans doute parce qu’ils sont logés dans le monastère, on leur interdit d’être marié, ce qui vaut au cuisinier un ordre de renvoi en 1674. Seul l’infirmier jouit d’un valet pour son propre service. Les autres sont employés à différentes tâches sans qu’aucun moine, pas même le prieur, ne puisse en revendiquer un pour lui-même. Peu instruits et sans doute peu versés dans les affaires religieuses, les domestiques sont astreints au catéchisme et aux exhortations hebdomadaires du sacristain, chaque dimanche, voire deux fois par semaine entre l’Avent et Pâques.

20Si l’on s’en tient aux constats des visiteurs, les domestiques ne sont pas les seuls négligents. Le rappel fréquent de l’assistance obligatoire aux sept offices quotidiens semble attester bien des manquements. Et quand bien même les moines d’Aulps font-ils l’effort de se rendre à l’église aux heures canoniques, ils font souvent preuve d’un empressement exagéré pour en finir au plus vite, négligeant les pauses entre les différents versets. La cacophonie est un autre souci. L’office monastique se doit d’être chanté à l’unisson, afin qu’une seule voix résonne sous les voûtes de l’église, symbolisant l’unité de la communauté ecclésiale réunie dans la louange du Seigneur. Ceux qui ignorent les pièces à chanter et ceux qui, incapables de trouver le ton juste, troublent manifestement l’harmonie du chœur, seront réduits au silence comme le précise sans ambages l’abbé de Tamié en 1674 :

Le supérieur veillera soigneusement à ce qu’on observe la modestie et les cérémonies requises à l’office divin, et que l’on chante posément avec uniformité de voix pour éviter les cacophonies qui sont si ordinaires au chant. Nous dispensons dom Claude Mudry de chanter en aucune manière au chœur à cause de son peu de voix, même de psalmodier, d’entonner et de lire quoi que ce soit. Nous ordonnons encore à dom Jean Rolay de n’entonner en plain chant ni hymne, antienne, ni psaume pour ne savoir son chant. Comme le chantre doit régler le chœur, nous ordonnons à tous de prêter l’oreille pour le suivre, et le supérieur imposera silence à ceux qui discorderont, et leur imposera même des pénitences pour les rendre plus attentifs.

21En 1663, le visiteur souligne que le chant de l’office divin est la principale fonction de notre institut, mais sans le respect d’un mode de vie qui sied à ceux qui ont renoncé au monde pour se consacrer à la prière il ne vaut rien. Force est donc de rappeler aux moines négligents les règles de base qui caractérisent leur statut. Le vêtement doit être sobre, long et en bon état. Si l’on trouve une robe rapiécée, on la fera recoudre ou on la changera. On supprimera toutes les tenues scandaleuses comme les robes ouvertes sur le devant ou les chemises ajustées, ces « justaucorps » que les moines portent lorsqu’ils sortent du monastère. À l’intérieur comme à l’extérieur, on n’oubliera jamais que l’habit fait le moine :

En exécution des décrets des chapitres généraux de 1683 et 1686 qui ordonnent aux abbés et aux religieux de ne porter hors du monastère que des habits longs et un manteau noir par-dessus ou une casaque longue et large, nous défendons à qui que ce soit de porter des justaucorps ou casaques étroites et des petits capuces qui ne sont pas cousus au scapulaire, et nous chargeons le supérieur de ne laisser sortir personne qui ne soit décemment vêtu. En exécution dudit bref d’Alexandre VII, tous porteront des chemises de serge en tous temps, tant dedans que dehors du monastère, et chaque religieux en aura quatre pour son usage.

22L’habit n’est pas tout. Le moine doit se distinguer physiquement par sa tonsure — que le prieur veillera à rafraîchir une fois par mois — et par sa conduite, conformément aux vœux de pauvreté, de chasteté, d’obéissance et de stabilité. Les visiteurs le soulignent avec une telle récurrence, année après année, que l’on est en droit de douter de la bonne volonté des moines d’Aulps dans ce domaine. L’un des principaux problèmes semble la fréquentation des femmes qui pénètrent parfois jusque dans les chambres des moines ou que les religieux rencontrent lorsqu’ils sortent, soit dans les tavernes (fig. 173), soit dans leurs maisons. Le hameau de l’abbaye, qui s’est installé contre la muraille au chevet de l’église, est réputé pour ses cabarets, à la fois taverne et lupanar. S’ils se sont installés si près du monastère et non au cœur du village de Saint-Jean-d’Aulps, on devine que la « clientèle » devait être assidue. D’ailleurs, la très lente mise en œuvre des travaux de réparation des murailles, dont les visiteurs constatent régulièrement la ruine, abonde dans le même sens. Les brèches dans l’enceinte constituent un bon moyen de s’échapper momentanément sans être vu. Et que dire des « assemblées nocturnes » des moines dans le dortoir décriées en 1730 ?

Nous savons qu’il se fait des assemblées nocturnes dans les cellules du dortoir où les religieux s’entretiennent pendant la plus grande partie de la nuit, ce dont nous avons été nous-mêmes témoins dans le temps de notre présente visite, et ce que nous savons par voies indubitables arriver souvent, ce qui est une déplorable prévarication de toutes les règles et une occasion manifeste de perdition. C’est pourquoi nous défendons, sous peine de désobéissance et sous les autres peines très sévères que nous infligerons aux contrevenants, qu’aucun religieux entre dans la cellule d’un autre ou qu’il fasse entrer aucune personne du dehors dans la sienne ou dans celle d’un autre religieux sans la permission expresse et actuelle de Dom prieur, à qui nous ordonnons avec toute instance de nous avertir si quelqu’un vient à transgresser notre présente défense.

Fig. 173 - Hameau de Saint-Jean-d’Aulps, ancien cabaret.

23Le souci de rétablir des comportements réguliers va de pair avec une nécessaire mise à l’écart des laïcs. Si l’on s’en tient aux prescriptions du temps de saint Bernard, la situation est claire : les moines cisterciens doivent éviter autant que possible les contacts avec eux. Mais dans l’abbaye d’Aulps, il faut composer avec le culte de saint Guérin, premier abbé, sanctifié semble-t-il par la vox populi dès la fin du XIIe siècle. La piètre réputation des moines d’Aulps ne semble pas avoir rejailli sur la vertu de leur père fondateur. Au contraire, les témoignages se multiplient dès la fin du XVIe siècle pour attester la dévotion croissante auprès des reliques de saint Guérin que les moines conservent dans l’église abbatiale. Les aumônes versées aux reliques ou à la clef de saint Guérin constituent l’un des principaux postes budgétaires de l’abbaye. Le sacristain se doit de le gérer consciencieusement afin que toutes les demandes de messes soient honorées décemment et que l’argent versé à cet effet ne soit pas détourné pour d’autres fins. Trois troncs sont installés dans la chapelle du saint pour recueillir l’argent. Tous les quinze jours, le sacristain fait ouvrir les troncs en présence de tous les moines pour faire les comptes. Il dépose l’argent dans une bourse que l’on enferme ensuite dans le reliquaire du saint,

sans qu’on en puisse tirer la moindre chose sans un ordre particulier de nous [l’abbé de Tamié], sous peine d’excommunication ipso facto ; et quand il surviendra quelque cause urgente pour en prendre, toute la communauté en corps nous écrira les causes de nécessité sur lesquelles nous pourvoirons.

24Parmi les « causes urgentes », figure le manque d’argent pour pourvoir à la nourriture et aux vêtements des moines et, en 1676, l’abbé de Tamié est contraint de céder devant les suppliques des moines qui lui présentent leur indigence. L’abbé visiteur n’est pas dupe du marchandage : consentir à détourner l’argent du saint pour les besoins de la communauté, en échange d’une promesse de bien suivre les décrets réformateurs. Sa concession résonne comme une désolation aux accents bien contemporains :

Et puisque nous sommes dans un siècle où l’intérêt règle les actions même dans les cloîtres et parmi les religieux, contre la pureté des motifs que nous devons avoir dans le service de Dieu, et que l’on nous a représenté que difficilement on obligerait les religieux de s’acquitter de ce devoir s’ils n’y étaient invités autant par l’espérance d’en tirer quelque avantage que par l’obéissance et principe de conscience, nous consentons à ce que l’on détourne à la fin de l’année quelque somme de l’argent qui se trouve des messes et oblations à saint Guérin, tant pour habiller les dits religieux que pour subvenir à leurs nécessités, au cas où les revenus des prébendes ne suffisent à cela. Et c’est seulement après en avoir fait connaître la nécessité au vicaire de la province, et à condition que les sommes distraites pour cet effet seront remises entre les mains du cellérier pour en accepter les choses et denrées qui seront ensuite distribuées selon la nécessité de chacun, ce qui sera jugé à propos par le supérieur.

25Trésor de la communauté monastique dans lequel reposent les reliques du saint, l’argent des oblations, mais aussi l’une des clefs du dépôt d’archives et les registres de comptes du sacristain, le reliquaire de saint Guérin attire une dévotion très populaire. Les montagnards du Chablais viennent régulièrement implorer le saint pour protéger leur bétail ou intercéder pour leur salut. Ils veulent s’approcher du reliquaire, le toucher, voire en rapporter un fragment en grattant l’or ou la peinture, au grand scandale des visiteurs qui souhaitent rétablir un simple contact visuel avec les reliques. Les moines se voient contraints de construire une barrière entre la nef et le chœur pour empêcher aux laïcs d’y pénétrer. En 1674, les premiers travaux sont ordonnés :

Les jours de grande solennité, on exposera seulement pour la grande messe les reliques sur le grand autel. Comme la foule du peuple trouble l’office divin et incommode beaucoup les religieux, nous ordonnons que l’on fasse incessamment une porte à jour vers la chapelle de saint Guérin.

26Trois ans plus tard, rien n’a été fait et les visiteurs se montrent plus insistants :

On ne permettra que dans des occasions extraordinaires à des particuliers d’entrer au-dedans des balustres, ordonnant que l’on refuse cette grâce ordinairement au peuple dont la dévotion est si peu réglée et dont les empressements indiscrets à toucher et gratter le tombeau de saint Guérin troublent le repos de la communauté, l’embarrassent dans les divins offices et défigurent ce saint mausolée.

27Il faut attendre les dernières années du XVIIe siècle pour que les moines construisent les balustrades prescrites entre la nef et le chœur et une rampe qui donne un accès direct de la porterie à la nef de l’église sans permettre aucune communication avec les bâtiments conventuels. Mais les constructions ne résolvent pas tout. En 1717, les visiteurs constatent que des femmes, à qui les statuts de l’ordre de Cîteaux interdisent théoriquement toute entrée dans le monastère, pénètrent encore dans le chœur pour recevoir le sacrement de l’eucharistie et, en 1730, la présence féminine dans le monastère reste un problème non résolu :

Nous défendons sous les peines et censures de l’Ordre de laisser jamais entrer aucune personne de sexe, de quelque qualité et condition qu’elle soit, dans l’enclos du monastère, ni par conséquent dans l’appartement abbatial qui est enfermé dans ledit enclos. Nous espérons que l’on contreviendra d’autant moins à notre présente défense qui est aussi celle de l’Église, qu’il y a un hospice à la porte du monastère où il y a quantité de lits et de chambres propres et très capables de loger ces sortes de personnes.

28Ce n’est pas le moindre mérite des « cartes de visite » que de montrer les relations étroites entre les mesures réformatrices et les travaux de construction. Dès l’Antiquité tardive, réformer l’Église signifie construire ou reconstruire. La réforme du XVIIe siècle se construit selon des principes similaires et il est nécessaire de redresser les murs des bâtiments, les flanquer de contreforts, ou les reconstruire de fond en comble pour recréer les conditions d’une vie conventuelle régénérée. Les fouilles archéologiques dont les résultats sont rassemblés dans le présent ouvrage ont mis au jour les nombreux travaux que les visiteurs ont encouragés voire ordonnés. Si les bâtiments conventuels apparaissent en piteux état dans toutes les visites comprises entre 1663 et 1688, la situation change graduellement dans les années suivantes. En 1700 et en 1717, le monastère apparaît comme un véritable chantier où il est difficile d’obtenir le silence à cause des travaux de maçonnerie. En 1730, les moines d’Aulps montrent toujours quelque réticence à observer le silence

en tous temps, de nuit et de jour, dans les lieux réguliers, à savoir dans l’église, le chapitre, le cloître, le réfectoire, dans le chauffoir commun excepté les heures de conférences régulières, et très singulièrement dans le dortoir.

29N’empêche que désormais ces « lieux réguliers » existent et le monastère commence à reprendre un visage conventuel.

30Faut-il pour autant en conclure à un succès de la réforme dans l’abbaye d’Aulps ? Ce serait se montrer bien optimiste. L’opiniâtreté d’un Jean-Antoine de la Forêt de Somont, sous l’abbatiat duquel les moines d’Aulps ont subi au moins sept visites (1666, 1674, 1676, 1679, 1687, 1688, 1700), a porté ses fruits. Les reconstructions en sont l’aspect visible. Cependant, la quasi-totalité des griefs relatifs à la vie quotidienne que les visiteurs reprochaient aux moines en 1663 sont encore de mise trois quarts de siècle plus tard. On se demande d’ailleurs si les successeurs de De Somont ne se sont pas lassés. François Cornuty ne semble guère se montrer à Aulps qu’en 1702, tout juste après son accession à l’abbatiat de Tamié et au moment où les moines viennent de subir un incendie. Arsène de Jougla se rend à Aulps en 1717. Sa visite ne comprend rien de très original, si ce n’est l’interdiction de fumer du tabac dans l’église. Il s’appuie toujours sur le bref du pape Alexandre VII, maintenant vieux de quarante ans, pour justifier ses remontrances au sujet de l’entrée des femmes, du respect de la durée des offices, du bon gouvernement du prieur ou de la tenue régulière des comptes. Lorsqu’il revient à Aulps en 1726, c’est pour renouveler brièvement les articles publiés neuf ans plus tôt et se décharger de toute responsabilité auprès de l’abbé de Clairvaux :

Comme nous avons fait ci-devant une carte de visite assez exacte, nous en renouvelons et nous en recommandons l’observation ; et parce que dans ladite carte il pourrait y avoir quelque article qui dans la situation présente pourrait avoir besoin de quelque modification ou de quelque changement, Dom prieur consultera là-dessus Monseigneur de Clairvaux pour se conformer à sa décision et à ses ordres.

31En 1730, Jacques Pasquier, nouvel abbé de Tamié, dresse un compte rendu sans complaisance de sa visite à Aulps. La répétition des anciennes recommandations atteste une certaine continuité dans l’esprit des réformateurs, mais aussi le faible écho qu’ils ont rencontré. Jacques Pasquier, comme ses prédécesseurs, termine son procès-verbal en demandant aux moines d’en prendre connaissance au moins quatre fois par an, au commencement de chaque saison. Lucide, il sait bien que ses injonctions risquent de subir le même sort que celles de ses devanciers :

Notre présente carte de visite sera exactement lue dans le chapitre assemblé en réunion plénière aux temps prescrits : savoir dès le jeudi et jours suivants des Quatre-temps de chaque saison de l’année. Et comme nous avons remarqué que l’on a négligé céans de lire les cartes des visites précédentes, nous chargeons expressément la conscience de Dom prieur et des autres supérieurs de faire lire celle-ci aux susdits temps prescrits, afin que tous s’instruisent de leur devoir, et qu’elle soit exactement observée dans tous les points par toutes les personnes de ce monastère présentes et à venir ; ce que nous ordonnons formellement, et sous les peines de l’Ordre.

32On perd ensuite la trace des visiteurs et il est probable que l’état spirituel de la communauté ne s’est pas franchement amélioré. Un aperçu sur l’état matériel est donné par quelques comptes rendus dressés par des architectes mandatés sur place pour estimer les travaux à mettre en œuvre. En 1742, la maison de l’abbé présente de nombreuses défaillances dans les murs, la toiture et les fenêtres. Si les réparations sont effectuées, elles ne suffisent pas à éviter la ruine et, en 1787, il est décidé de la détruire. Les bâtiments occupés par les religieux ne paraissent pas non plus en très bon état et, malgré les reconstructions partielles, le manque de moyens empêche de réparer ce qui reste. Il est donc prévu de détruire la maison de l’abbé et d’utiliser les matériaux pour les reconstructions.

33Le 25 juin 1792, Antoine Gabet, abbé de Tamié, vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie, effectue une ultime visite dans l’abbaye d’Aulps. Rien ne signale les récents événements français qui ont conduit à la sécularisation des biens d’Église et à la dispersion des communautés religieuses. Il reste encore dans l’abbaye cinq moines de chœur et un novice, sans compter deux moines qui effectuent les fonctions d’aumôniers chez les religieuses de Bonlieu. Comme à l’accoutumée, les visiteurs déplorent le piètre état des bâtiments et exhortent les moines à se réformer. Leurs propositions sont organisées autour de cinq thèmes, des plus classiques : la nécessité de célébrer convenablement l’office divin, la pratique assidue de la méditation, l’interdiction de fréquenter les enfants du siècle en raison de la fidélité due à Dieu, l’observance de la pauvreté individuelle en vertu de la conformité avec la fraternité apostolique, la pratique de la charité fraternelle qui se caractérise notamment par la lecture de la carte de visite lors des Quatre-temps de l’année. On est loin du compte rendu exigeant que les visiteurs dressaient en 1730. En soixante ans, la réforme cistercienne s’est réduite à un squelette passéiste, déconnectée de la société dans laquelle elle souhaitait encore s’inscrire au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Quelques semaines après le passage des visiteurs, les troupes révolutionnaires françaises entrent en Savoie et les moines quitteront définitivement l’abbaye entre la fin de l’année 1792 et les premiers mois de 1793.

Cartes de visites de l’abbaye d’Aulps, 1485-1792

34Les actes 2 à 14 sont édités dans A. DELERCE et D. MÉHU, Les visites de l’abbaye cistercienne Sainte-Marie d’Aulps du XVIe au XVIIIe siècle, Mémoires et documents de l’Académie chablaisienne, 2009. Le texte publié ici reprend une partie des propos publiés en introduction de cet ouvrage.

  1. 1485 : Arch. dép. de l’Aube, 3 H 235. Procès-verbal de la visite des abbayes cisterciennes de Savoie par l’abbé Simon de Balerne, édité et commenté par J.-M. ROGER, « La visite des abbayes cisterciennes de Savoie par l’abbé de Balerne (1486) », dans Mélanges à la mémoire du Père Anselme Dimier, t. II : Histoire cistercienne, vol. 3, Ordres, moines, éd. B. CHAUVIN, Pupillin, 1984, art. n° 154, p. 157-216. Le rapport sur l’abbaye d’Aulps se trouve aux fol. 22-23 et 35 (p. 196-198 et 211 de l’édition de J.-M. Roger).

  2. 1524, 4 octobre : AD de Savoie, SA 3435, fol. 131v-133v, n° 849 et Arch. dép. de Haute-Savoie, 57 J 38, fol. 508r, n° 849. Inventaire des archives de l’abbaye d’Aulps dressé en 1678 : transcription de l’accord de 1524 au sujet de la vie matérielle et de la nourriture des religieux d’Aulps.

  3. 1638, 4 au 12 juin : AD de Savoie, SA 3434, fol. 3r-18v. Procès-verbal de la visite de Jacques Béraud, sénateur à la Chambre des comptes au Sénat de Piémont, sur les biens et revenus de l’abbé commendataire d’Aulps, Maurice de Savoie, éd. A. DELERCE, « La visite de Jacques Béraud à l’abbaye d’Aulps en 1638 », Mémoires et documents publiés par l’Académie chablaisienne, t. LXX, 2005, p. 371-430.

  4. 1663, 15 décembre : AD de Savoie, B 1689. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps dressé par François de Montholon, abbé de Saint-Sulpice et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  5. 1666, 16 octobre : AD de Savoie, 4 B 122. Procès-verbal de la visite de François de Montholon, abbé de Saint-Sulpice et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie, rédigé à l’occasion de l’installation du prieur Blaise Leaulté.

  6. 1674, été : AD de Savoie, SA 206, p. 51-63. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Jean-Antoine de la Forest de Somont, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  7. 1676, 26 novembre : AD de Savoie, B 1689. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Georges Meillardet, proviseur de l’ordre de Cîteaux au séminaire de Dole et vicaire général de l’ordre de Cîteaux dans la Comté de Bourgogne.

  8. 1679, 7 octobre : AD de Savoie, SA 206, p. 112-120. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Jean-Antoine de la Forest de Somont, abbé de Tamié, vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  9. 1688, 2 au 9 mars : AD de Savoie, SA 3435, fol. 1r°-45v°. Procès-verbal de la visite de l’abbaye d’Aulps par Joseph de Bertrand, président ordinaire de la Chambre des comptes de Savoie, consécutive au décès de l’abbé commendataire d’Aulps, Antoine de Savoie.

  10. 1700, 9-10 juillet : AD de Savoie, SA 206, p. 193-201. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Jean-Antoine de la Forest de Somont, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  11. 1717, 16 août : AD de Savoie, SA 206, p. 307-311. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Arsène de Jougla, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  12. 1726, 13 octobre : AD de Savoie, SA 206, p. 350-351. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Arsène de Jougla, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  13. 1730, 17 au 25 mai : AD de Savoie, SA 206, p. 396-405. Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Jacques Pasquier, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

  14. 1792, 25 juin : Carte de la visite régulière de l’abbaye d’Aulps effectuée par Antoine Gabet, abbé de Tamié et vicaire général de l’ordre de Cîteaux en Savoie.

Table des illustrations

Légende Fig. 173 - Hameau de Saint-Jean-d’Aulps, ancien cabaret.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

Université Laval, Québec

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540