Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Conclusion

Anne Baud et Joëlle Tardieu

Texte intégral

1Outre l’aspect attachant des ruines de l’abbatiale de Sainte-Marie d’Aulps, les études historique et archéologique menées sur ce monument et son site ont révèlé de nombreux aspects originaux qui distinguent ce monastère des autres fondations régionales.

2- Sainte-Marie d’Aulps n’est pas, en premier lieu, une création cistercienne. L’abbaye est, en effet, issue d’un monastère plus ancien réformé et c’est à la personnalité charismatique de ses premiers abbés Guy et Guérin qu’elle doit son succès et l’originalité de son destin. À partir de la fondation d’un monastère pratiquant une plus grande austérité encore qu’à Molesme, on assiste peu à peu à l’édification d’une abbaye florissante qui, sur la ferme recommandation de Bernard de Clairvaux, est rattachée à l’ordre de Cîteaux. Sainte-Marie d’Aulps est, par ailleurs, le parfait exemple d’une fondation monastique en milieu alpin. Son site est stratégique : implantée dans une importante vallée qui lui assure revenus et échanges, elle est également proche des grands centres urbains du bord du lac Léman (Genève, Thonon, Évian...). Toutefois c’est sa proximité avec les vallées helvètes qui a favorisé ses multiples contacts avec le Valais et qui va déterminer son devenir. L’obtention de reliques des martyrs de la Légion thébaine provenant de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, puis l’accession de l’abbé Guérin au trône épiscopal de Sion, illustrent l’étroitesse de ces liens entretenus par l’abbaye avec ces contrées ; de même ils participent à sa renommée et sa richesse.

3Bien qu’elle soit précoce par rapport aux établissements religieux voisins, la fondation de l’abbaye en 1094, n’est pas un phénomène isolé. La montagne est bien sûr un lieu propice au « désert » prôné par la règle de saint Benoît, mais les alpages, les voies de communication et de transhumance ont attiré tous les ordres réformés. Le site du « désert » de la Grande-Chartreuse (Cartusia maior) fondé par Bruno en 1084 est, à ce titre, emblématique. Cet ordre est essentiellement montagnard et plus particulièrement alpin, puisque la plupart des établissements se trouvent dans la province cartusienne dite « de Chartreuse » : la chartreuse de Vallon est fondée en 1138 (Bellevaux-en-Chablais), celle du Reposoir en 1151, Pomier en 1170 (Pressilly), Saint-Hugon en 1173 (Arvillarde), Aillon en 1178 (Aillon-le-Jeune), Mélan en 1282 (Taninges) ou encore Currière dans le massif de la Grande Chartreuse en 1296. Le cas de Chalais (Voreppe), autre abbaye de montagne, est également remarquable : simple ermitage fondé en 1110 et chef d’ordre bénédictin, l’établissement chercha d’abord à s’affilier à Cîteaux à travers un rattachement à l’abbaye dauphinoise de Bonnevaux, pour être finalement unie à la Grande Chartreuse en 1306. En 1139, ce sont les augustins qui s’installent dans un ancien prieuré établi en 1080 dans le Val d’Abondance à l’intersection des vallées de la Dranse et du Malève, sur des terres appartenant à Saint-Maurice d’Agaune. Voisins les plus proches de l’abbaye d’Aulps, leurs rapports liés aux échanges économiques à travers les vallées alpines et à la pratique de l’alpage et de la transhumance ont été tour à tour hostiles ou concordants. En 1154, les augustins s’installent également à Entremont (Bonneville). Enfin au sein de l’ordre cistercien, Sainte-Marie d’Aulps n’est pas le seul établissement de ce secteur montagneux : l’abbaye d’Hautecombe fut fondée en 1121 par celle d’Aulps au bord du lac du Bourget, celle de Tamié, aux essaimages multiples, fut implantée en 1134 dans le massif des Bauges par Amédée, moine de Bonnevaux, ou encore celle de Léoncel fondée à 900 m, d’altitude dans une vallée du Vercors par Jean, abbé de Bonnevaux en 1137.

4- L’architecture de Sainte-Marie d’Aulps est également originale. Bien qu’il ne subsiste que les ruines de l’abbatiale et une partie des bâtiments d’accueil, la topographie du site ne semble guère avoir évolué : profitant du relief montagnard, le monastère a été édifié à flanc de coteaux, au-dessus de la Dranse, permettant ainsi de différencier le secteur économique du cloître, par le biais de terrasses aménagées au profit des bâtiments. Ce chantier a bien sûr été précédé par d’importants travaux hydrauliques, comme c’est le cas de la plupart des fondations monastiques.

5Si l’on ne possède aucune trace matérielle du premier établissement monastique (ce qui pose de ce fait la question de la réalité architecturale originelle de l’abbaye), son développement cistercien est davantage connu : l’église, dont les ruines sont devenues l’un des fleurons de l’architecture romane alpine et cistercienne, rappelle l’importance du projet bernardin. Construite à partir de matériaux locaux, elle possède le plan cistercien que l’on retrouve pour le XIIe siècle, dans l’ensemble des abbayes cisterciennes de la région. Mais ses élévations à faux triforium, qui lui confèrent une certaine monumentalité, apparaissent au sein du corpus des abbatiales cisterciennes comme une exception et en font toute la particularité. L’étude spécifique menée sur les élévations, a permis d’appréhender un chantier de construction médiéval où l’on construit travée après travée et d’est en ouest. La découverte des carreaux de pavements complète l’approche monumentale de l’église en permettant de lui restituer une partie de ce qui fut son décor coloré. Ils sont en outre comparables à d’autres productions cisterciennes : probablement réservés aux espaces sacrés, ils constituent le décor privilégié du sanctuaire et du choeur monastique avec la sculpture à palmettes des chapiteaux.

6- L’excellente préservation du site dans son état moderne (enclos, terrasse, courtils, porterie, ferme, systèmes hydrauliques) la diversité des travaux archéologiques, la confrontation aux abondantes sources textuelles et l’opportunité des travaux engagés par la Communauté de communes de la vallée d’Aulps permettent aujourd’hui de donner une idée précise de l’évolution de l’abbaye entre le XIIe et le XXe siècle. On peut à ce sujet insister sur l’importance des accès et leur transformation au cours des siècles en liaison avec l’instauration d’un pèlerinage à l’abbé Guérin sanctifié. D’origine probablement populaire et sans doute précoce, ce pèlerinage qui ne prendra fin qu’au milieu du XXe siècle a profondément marqué la vie monastique durant les périodes les plus fastes. L’archéologie a démontré qu’à l’époque moderne, des constructions et des aménagements spécifiques ont été envisagés puis réalisés pour canaliser le flux des pèlerins venant implorer le saint abbé, notamment pour la guérison du bétail. La destruction des bâtiments d’accueil au profit d’une rampe monumentale témoigne de la fréquence des visites. Suite aux rappels à l’ordre de l’abbaye de Tamié, une restructuration des lieux modifie considérablement la topographie de l’abbaye avec une séparation entre le haut (réservé aux moines) et le bas (consacré au secteur économique).

7La possibilité de prospecter sur le secteur économique a permis de faire des observations sur le statut de la ferme. Son occupation, jusqu’à une date récente, témoigne de l’activité continue du domaine malgré les nombreux changements de propriétaires. Comme toute abbaye cistercienne, l’économie de Sainte-Marie d’Aulps repose essentiellement sur l’activité agricole alpine qui se signale par l’élevage et la culture de la vigne qui semble avoir été une ressource importante ; elle possédait elle aussi plusieurs granges dont une grande partie est aujourd’hui recensée. Certaines sont identifiées et conservent dans leurs élévations les traces des anciennes bâtisses, d’autres ont disparu. La ferme du monastère, adossée à l’enceinte, traduit bien, dans son état moderne, l’évolution cistercienne qui se manifeste entre autres, par le passage d’une économie autarcique, rendue possible grâce aux convers, à une exploitation du domaine par des paysans salariés impliquant le système du faire-valoir direct.

8Si plusieurs crises d’ordre spirituel ou économique, ont épisodiquement secoué l’établissement, il ne s’agit bien souvent que d’épreuves courantes liées à l’évolution de la vie monastique et du système économique redoutablement efficace et qui ont affecté la plupart des monastères cisterciens à la fin du Moyen Âge. L’intermède valaisan et, plus tard, les grandes campagnes de travaux réalisées dans le cloître, attestent bien d’efforts successifs de reconstruction et de reprises. S’ils ne sont pas parvenus à restaurer l’austérité de la spiritualité cistercienne, les différents abbés commendataires d’Aulps ont malgré tout tenté de sauver l’abbaye.

9Aujourd’hui, l’histoire monastique et architecturale de Sainte-Marie d’Aulps est présentée à travers le « domaine de découverte de la vallée d’Aulps », mis en place par la communauté de Communes, dans les anciens bâtiments d’accueil très judicieusement réaménagés à cet effet.

10Grâce aux résultats de ces dernières recherches, le renouvellement du « thème cistercien » en région Rhône-Alpes apparaît avec pertinence. L’ensemble des données acquises à travers plusieurs travaux universitaires, des fouilles programmées ou préventives liées au changement de vocation du site, offrent des perspectives de recherche fondées sur le croisement de thèmes variés comme l’implantation en montagne, la gestion du domaine, ou l’organisation de l’espace monastique, qui s’enrichiront, très probablement, au cours de prochaines études.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540