Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 7. Moulins, rivière, bief et réseau hydraulique

Gilles Rollier

Texte intégral

7.1. Le monastère : un lieu d’utilisation de l’eau

1Comme pour de nombreux monastères cisterciens, l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps développait des installations hydrauliques performantes permettant de répondre aux besoins des moines. Afin de correspondre pour le mieux aux exigences de la vie monastique, l’emplacement des bâtiments est essentiel. Le choix d’un site à la fois bien pourvu en eau et à l’écart des inondations souligne une préoccupation permanente chez les religieux. Le chapitre 66 de la Règle de saint Benoît est très explicite sur les paramètres qui régissent l’implantation :

S’il est possible le monastère sera construit de telle façon que tout le nécessaire, à savoir l’eau, le moulin, le jardin, soit à l’intérieur du monastère et que s’y exercent les différents métiers, pour que les moines ne soient pas forcés de se répandre à l’extérieur, ce qui ne convient nullement à leur âme.

2Le site de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps semble satisfaire aux attentes bénédictines puisqu’elle est installée à mi-pente, sur la rive droite de la Dranse au débouché d’une vallée où coule un cours d’eau appelé le Clénant. Les eaux de l’affluent peuvent être facilement déviées pour être utilisées dans l’enceinte monastique.

3La connaissance des réseaux hydrauliques de l’abbaye d’Aulps est rendue difficile du fait notamment du mauvais état de conservation des bâtiments. La difficulté de cerner le cloître tel qu’il pouvait se présenter avant la fin du XVIIe siècle apparaît être une limite à l’étude. Les textes donnent cependant quelques indications très précieuses sur la qualité de l’équipement. Les fouilles et les prospections apportent de leur côté, des lots de données concrètes dont l’exploitation paraît, au prime abord, délicate.

7.2. Situation de l’abbaye

4L’abbaye Sainte-Marie d’Aulps est placée de telle manière que les différents écoulements circulent de l’est vers l’ouest et du nord-est vers le sud-ouest en direction d’un talweg placé au sud du cloître (fig. 168). Les deux exutoires principaux se trouvent de part et d’autre du système de terrasses sur lesquelles les bâtiments sont édifiés. Le Clénant longe la limite nord du monastère correspondant à l’abbatiale et à la porterie. Les dénivellations entre le cours habituel du torrent et les terrasses sont suffisamment importantes pour empêcher les hautes eaux d’atteindre le monastère. Cependant, le ruisseau peut être soumis à des événements torrentiels exceptionnels. Son niveau de crues maximum correspond au tablier du pont situé non loin de l’église. Au droit de ce dernier, la dénivelée est de près de 13 m entre le fil d’eau et la terrasse de l’église. À l’extrémité ouest de l’ancienne porterie, celle-ci n’est plus que de 5 m, mais, cette caractéristique est atténuée par une ouverture du lit majeur qui s’élargit jusqu’à atteindre 50 m d’une rive à l’autre. Une grande dépression où coulait l’ancien bief des moulins forme la limite méridionale du développement des terrasses monastiques.

Fig. 168 - L’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps entre le bief et les moulins.

7.3. Adduction et évacuation d’eau dans le monastère

5Les textes, les fouilles et les reconnaissances sur le terrain attestent que les systèmes d’adduction et d’évacuation des eaux étaient complexes.

6Le texte récemment publié (Delerce 2005 : 371-430) de la visite de Jacques Béraud en 1638 donne des éléments sur la manière dont était établie l’adduction d’eau. En effet, un passage du document mentionne précisément le système existant et le dispositif qui est préconisé pour améliorer le débit dans la fontaine du cloître. En 1638, cette dernière est alimentée par une source à partir de conduites qui pouvaient être en bois. L’entretien de l’amenée d’eau est difficile et la source est faible. Il est donc recommandé de capter deux autres sources, de les réunir dans un aqueduc maçonné qui, avant d’atteindre le cloître, doit enjamber le Clénant. L’eau est par la suite distribuée à l’aide d’aqueducs en maçonnerie vers la fontaine et vers le réfectoire. Le document est tardif. D’autres textes plus anciens signalent aussi l’existence d’une adduction à Sainte-Marie d’Aulps. La tradition retient l’existence au centre du préau du cloître d’un bassin de bronze muni de douze becs. La mention n’est pas sans rappeler les lavabos tels qu’ils sont, tout ou en partie conservés, à Pontigny, au Thoronet, à Poblet (Catalogne)… Ce serait l’abbé Guillaume de Boëge ([1197]-1226) qui aurait commandé le lavabo. Un document de 1366 signale le conduit de l’eau dans les cloîtres et autres lieux accoutumés. En 1494, il est question des moyens pour maintenir l’eau dans le monastère.

7Le plan Gonthier (fig. 108) offre un certain nombre de renseignements sur le monastère tel qu’il se présentait au XVIIIe siècle. Plusieurs conduites semblent avoir été représentées. Quatre d’entre elles traversent le niveau inférieur du cloître à différents niveaux. La première parcourt l’ensemble des bâtiments. Au milieu du préau, elle est en contact avec une structure circulaire. La seconde, traversant elle aussi les bâtiments d’est en ouest, circule dans l’axe de la galerie sud. La troisième est placée dans l’axe de la cave située sous le réfectoire et les cuisines. Elle trouve son origine dans le mur oriental. La quatrième canalisation coupe en diagonale l’angle sud-est des bâtiments pour déboucher, semble-t-il sur des latrines. Les quatre conduites se prolongent toutes à l’ouest vers l’extérieur des constructions. Le système est complété par des canalisations partant des angles du préau pour se croiser en son centre. Le dernier réseau pourrait répondre à quatre grilles d’égout représentées aux angles du préau sur le plan du rez-de-chaussée. À partir du plan des caves, il est difficile au premier abord de définir la destination des conduites. Au centre du préau, le dispositif n’est pas facilement identifiable. Il peut correspondre au réseau classique d’une fontaine de cloître telle qu’on peut l’observer entre autres dans les fouilles de l’abbaye cistercienne de Maubuisson (Val-d’Oise) ou encore sur le plan du monastère de Christchurch à Canterbury. Le réseau croisé partant vers les angles du préau peut être interprété comme l’évacuation des trop-pleins et des vidanges de la fontaine. Il n’est pas non plus exclu qu’il puisse recueillir une partie des eaux de ruissellement du préau.
Dans le document Gonthier, les plans du rez-de-chaussée et de l’étage signalent plusieurs pièces pouvant bénéficier du réseau hydraulique. La cuisine et le lavoir sont placés dans l’aile sud du cloître. Le lavoir est apparemment muni d’une pierre d’évier avec une évacuation vers le sud. Des tracés à la mine de plomb indiquent à ce niveau des modifications ou un projet de transformations. Le réfectoire est légèrement agrandi ainsi que la cuisine. Le nouveau lavoir dispose de deux installations, un évier situé à la hauteur d’une fenêtre comme dans la précédente disposition et un bac circulaire placé dans l’angle sud-ouest de la pièce. Traversant le mur sud, les évacuations sont nettement représentées. L’équipement hydraulique de l’aile sud est complété par deux latrines construites dans des édicules extérieurs. La première est placée au sud-est. À deux niveaux, elle dessert le rez-de-chaussée et l’étage du cloître au niveau du dortoir. Deux sièges sont représentés dans le niveau inférieur. Les latrines pourraient être en partie ou complètement alimentées par la conduite d’eau qui est située dans l’angle sud-est des bâtiments. Les autres latrines sont implantées au sud-ouest. Comportant deux sièges, elles débouchent uniquement sur le rez-de-chaussée. L’ensemble des informations données par le document sur l’aile sud supposant une amenée d’eau, des latrines complexes et diverses conduites, laisse envisager qu’il existait une évacuation des eaux usées courant le long du mur sud de la terrasse du cloître.

8Les fouilles et les reconnaissances sur le terrain mettent en évidence d’autres dispositifs hydrauliques. Le préau du cloître dispose d’une évacuation des eaux de pluie. Elle est constituée de rigoles permettant de recueillir les eaux de toiture des galeries de la période moderne. Retrouvées au nord et à l’est du préau, elles sont parallèles au mur des galeries, à environ 0,60 m de distance. La rigole a une section mouillée maximale de 0,25 x 0,15 m. La conduite est constituée d’un radier de galets et de pierres de ramassage. Ses parois sont établies avec des pierres posées sur chant en marbre du verne ou en ardoise (fig. 169). L’eau pourrait être évacuée dans un égout dont l’entrée se situerait dans l’angle nord-ouest du cloître. Il est possible que les eaux du préau n’aient pas été rejetées vers les rigoles, mais qu’elles aient été récupérées depuis le centre dans l’environnement immédiat de la fontaine. D’autres rigoles d’une construction proche de celles du cloître, ont été mises au jour dans le secteur de la porterie. Il s’agit notamment d’une conduite avec radier et parois en calcaire rouge fonctionnant avec la tourelle d’escalier élevée au XVIe siècle.
L’analyse de la terrasse occidentale a permis de mettre en évidence un système de drainage particulièrement élaboré. Il n’est pas exclu qu’à ce dispositif d’assainissement soit associée une partie du réseau d’évacuation des eaux du cloître. Les eaux de toiture et de drainage circulent sous le monastère (fig. 172). L’importante surface des toitures génère au moment des pluies et de la fonte des neiges un afflux d’eau qui nécessite une évacuation efficace. Le préau du cloître d’Aulps reçoit plus de la moitié des eaux de pluie récupérées par les toitures. Les eaux sont rejetées vers l’ouest en direction de la terrasse. Celle-ci dispose de trois caves voûtées en plein cintre et ouvertes vers le couchant. Le drainage de l’eau est assuré en partie depuis le sommet de la terrasse à partir de onze gargouilles, neuf sur le mur occidental et deux sur le mur sud. Le dispositif est complété par des conduites qui ont été réservées dans les maçonneries à la hauteur des reins de voûte. Quatre conduites aboutissant à des dégorgeoirs saillants ont pu être repérées. Afin de rejeter efficacement les eaux pénétrant dans la terrasse vers les drains, les extrados du voûtement sont protégés par un couvrement en lauses. Trois drains débouchent sur la face ouest de la terrasse (fig. 170). Ils sont constitués de radiers en dalles de calcaire rouge creusées d’une rigole axiale, de parois composées d’une à deux assises de moellons et de dalles de couverture. Les drains placés entre les retombées de deux voûtes sont de dimensions modestes, proches de la taille d’un trou de boulin. Les conduites sont sensiblement de mêmes dimensions, 0,15 de large sur 0,22 m de haut pour la première et 0,12 de large sur 0,22 m de haut pour la seconde. Au nord, le troisième canal est de section plus importante, avec 0,27 m de largeur sur 0,31 m de hauteur. Cette augmentation sensible de la section est peut-être liée à la position du drain qui doit drainer outre la voûte placée au sud, les eaux provenant du nord de la terrasse. Elle peut aussi caractériser une conduite qui récupérerait des eaux venant du cloître. La quatrième bouche se trouve dans la face sud à proximité du mur de la grande terrasse du verger. Avec 0,37 m de largeur et près de 0,50 m de hauteur, l’ouverture est de dimensions respectables. Elle devait disposer d’un dégorgeoir dont on remarque les arrachements dans le fond et les parois. L’ouverture a une profondeur de 0,80 m. Elle débouche apparemment sur deux galeries. La première prend la direction de l’ouest. Elle permet le drainage de l’extrémité sud de la terrasse. Cependant, contrairement aux autres drains, la conduite n’est pas placée au niveau du rein de la voûte mais approximativement 0,70 m plus haut. C’est le système constructif de la voûte qui à ce niveau n’a pas permis d’implanter un drain plus bas. En effet, la base de la voûte est construite en doublage contre le mur sud de la terrasse. À la hauteur du rein de la voûte, l’épaisseur du doublage n’est que d’une vingtaine de centimètres. Le dégorgeoir récupère les eaux d’une autre conduite qui proviendrait cette fois de la terrasse du verger et du sud du cloître. Cette canalisation aurait une largeur avoisinant 0,30 m et une hauteur de l’ordre de 0,24 m. La dalle en calcaire rouge-rosé qui forme le radier au niveau de la réunion des deux canalisations est munie d’un système de rigoles en T qui permet de récupérer les eaux des deux conduites et de les rejeter au sud dans la gargouille. Si la provenance des eaux depuis l’ouest nous est connue, il n’en va pas de même de l’écoulement oriental. La position du dégorgeoir est remarquable. Il semble que l’on ait cherché à l’implanter au plus près du mur de la grande terrasse, peut-être afin de réduire les apports extérieurs dans les maçonneries de la cave sud. Les dimensions des rigoles du dispositif sont nettement plus importantes que celles des simples drains. L’eau pouvait éventuellement couler de manière continue avec un certain débit. Il n’est pas exclu que la conduite arrivant à l’est du grand dégorgeoir soit en relation avec un état de l’émissaire récupérant les eaux usées ou de ruissellement provenant de l’aile sud du cloître. Dans la construction des conduites et de la couverture de l’extrados, l’emploi des matériaux n’est pas laissé au hasard de l’approvisionnement. Toutes les pièces (radiers, dégorgeoirs, lauses) en relation directe avec l’eau et celles qui en assurent la circulation sont établies dans le calcaire fin rouge aux qualités anticapillaires issu des « couches rouges ».

Fig. 169 - Canalisation du cloître moderne.

Fig. 170 - Canalisation au sud de la porterie.

7.4. Les moulins et le bief des moulins

9Les informations fournies par l’étude historique laissent envisager que cinq machines hydrauliques aient fonctionné dans l’abbaye ou dans les environs immédiats de celle-ci. L’ensemble des installations était établi sur le même canal dérivant des eaux captées à l’est du hameau de l’abbaye.

10Selon la règle bénédictine, le moulin monastique devait être situé à l’intérieur de l’enceinte. Cela semble être le cas à Sainte-Marie d’Aulps avant 1694 puisque jusqu’à cette date, il y avait deux machines hydrauliques dans l’enclos de l’abbaye. La première installation correspondait à un moulin faisant tourner des meules à grain (fig. 171). Le moulin monastique disparaît en 1694 pour être remplacé par un moulin neuf qui est construit contre une machine située au-dessus de l’abbaye, devant la grande porte. L’analyse du constat de la visite de 1695 pourrait laisser supposer que le mécanisme du moulin allant de la roue aux meules, décrit comme étant dans un état médiocre, ait été démonté pour être réinstallé sur le nouveau site. Si cela se révélait exact, le moulin de l’abbaye aurait alors été destiné à moudre du froment. Le deuxième dispositif de l’enclos abbatial correspond à un battoir qui est encore affermé en 1738. Mais les documents ne précisent pas quelle en était la destination.

Fig. 171 - Cloître d’Abondance (détail de la fresque située dans la galerie ouest).

11À partir de 1695, deux moulins sont signalés au-dessus de l’abbaye. Les installations sont contiguës. La Mappe sarde (fig. 31 et 154) situe l’emplacement des anciens moulins sur une parcelle bâtie, de forme quadrangulaire et portant la note 82. Deux textes datés de 1730 et 1738 donnent des informations en accord avec l’utilisation de roues verticales alimentées par-dessus. En autorisant la coupe de bois pour réparer des biefs, le texte de 1721 pourrait indirectement signaler l’existence de conduites en bois apportant l’eau du canal sur chaque roue. En revanche, les visites des moulins n’indiquent rien sur le type de roues. Quant aux installations de meuneries proprement dites, elles semblent présenter des différences liées au type de mouture. Le moulin situé au-dessus est réservé à l’orge. Il est à mouture grossière. La qualité des meules n’est que peu signalée. En 1695, la meule dormante est dite « en serpentine ». En revanche, en 1730, le même moulin dispose de meules en molasse. Le moulin à froment, appelé dans les textes « moulin blanc », construit en 1694, vient en remplacement de l’installation monastique. Il est souvent signalé avec deux meules en serpentine.

12La cinquième installation correspondrait à une forge qui est affermée en 1727. Les anciens documents graphiques la situeraient en contrebas du chemin qui passe sous les moulins. Dans l’état actuel de l’étude, rien n’indique l’utilisation de la force hydraulique pour le fonctionnement de l’installation métallurgique.

Fig. 172 - Canalisation est-ouest contre le mur de terrasse longeant la ferme.

13Le bief qui alimente l’ensemble des installations est repérable en amont des premiers moulins et dans l’enceinte abbatiale. À la hauteur de sa prise d’eau, les prospections permettent d’envisager que le captage ne s’effectuait pas sur le Clénant, mais sur un affluent de celui-ci appelé le ruisseau de Morgue. Actuellement, le terrain est peu praticable compte tenu de l’humidité et des risques d’effondrement de la rive gauche du Clénant. Depuis ce point, il est possible de suivre le bief qui est en grande partie comblé. Son tracé, reconnu à la hauteur d’une nette rupture de la pente générale, est situé bien en arrière de la berge de la rivière, peut-être dans un souci de protection contre les crues. Malgré ces précautions, des glissements de terrain ont rompu à deux endroits la continuité de l’ancien aqueduc. Sur près de 200 m, la pente est prononcée et l’eau devait chuter rapidement. Dès qu’il atteint la bordure sud du chemin allant à l’abbaye depuis les Onchets, le bief prend rapidement un cours plus horizontal. Un tronçon d’aqueduc souterrain est encore visible avant que l’eau n’entre dans les systèmes hydrauliques des moulins repérés dans le hameau de l’abbaye. En aval de ces derniers, le canal glisse au sud de l’enclos abbatial en dévalant la pente d’un talweg résultant d’une ancienne activité du Clénant. Des maçonneries sont perceptibles dans le canal au droit des ruines du bâtiment rectangulaire situé en contrebas de la terrasse du verger actuel. Il pourrait s’agir de l’un des coursiers de roue.

14L’utilisation d’une dépression naturelle résultante de l’activité hydrologique du lieu est un exemple remarquable d’adaptation des bâtiments au relief et d’une gestion particulièrement réussie des flux d’eau. En utilisant un ancien lit de ruisseau, ce qui permet une grande économie de moyens, les moines se sont assurés le fonctionnement d’une installation hydraulique disposant de quantités d’eau suffisantes et de chutes d’eau performantes.

Tableau - Les moulins de Sainte-Marie d’Aulps entre 1692 et 1738.

Table des illustrations

Légende Fig. 168 - L’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps entre le bief et les moulins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 169 - Canalisation du cloître moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 170 - Canalisation au sud de la porterie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 171 - Cloître d’Abondance (détail de la fresque située dans la galerie ouest).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 172 - Canalisation est-ouest contre le mur de terrasse longeant la ferme.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Tableau - Les moulins de Sainte-Marie d’Aulps entre 1692 et 1738.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540