Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 6. L’abbaye économique
Les granges, le temporel et la ferme monastique

Arnaud Delerce, Béatrice Magdinier et Aurélie Devillechaise

Texte intégral

Ils commencèrent à examiner entre eux par quels moyens, par quelle industrie ou quelle pratique ils pourraient dans une telle vie subvenir à leurs propres besoins et à ceux des hôtes riches et pauvres qui se présenteraient.

(Conrad d’Eberbach, Le grand exorde de Cîteaux, I, 20, 20).

6.1. Des granges et des moines

1Les granges sont le rouage essentiel de l’économie cistercienne. Le terme désigne à la fois un bâtiment d’exploitation composé théoriquement d’un dortoir, d’un réfectoire, d’une chapelle et l’ensemble de ses dépendances foncières et immobilières comme moulins, battoirs, celliers ou pressoirs. Conçues à l’origine pour assurer l’autosuffisance des monastères, elles deviennent dans la deuxième moitié du XIIe siècle, des outils économiques performants aux productions exemptées du paiement de la dîme. Leurs excédents sont écoulés dans des maisons de ville, comme Aulps en possède à Villeneuve, Lausanne, Cluses ou Salins. La situation change dès la première moitié du XIIIe siècle. Les moines blancs se transforment en gestionnaires et rentiers du sol, un phénomène accentué par des acquisitions d’hommes et de redevances associées à leur travail. Ils réorientent leur politique économique en louant des parcelles de leurs domaines aux paysans avant d’abandonner presque complètement le faire-valoir direct.

6.1.1. De l’abbé au convers : les moines au travail

2Pour assurer le bon fonctionnement économique ou liturgique de l’abbaye, chaque domaine d’activité est confié à un moine spécialiste et responsable devant l’abbé. Ces offices monastiques détaillés dans la Règle de saint Benoît sont améliorés et adaptés par les cisterciens et par chaque abbaye. Ils révèlent une conception des fonctions hautement hiérarchisée et fondée sur le partage des tâches.

  • 72 L’homme apparait dans dix-sept textes, à Cluses, Bonne, Genève ou au Biot. Voir par exemple Arch. d (...)

3Le cellérier possède la haute main sur le domaine temporel. La présence régulière à Aulps d’un sous-cellérier pour l’assister révèle la puissance économique de l’abbaye. Ils sont secondés par des procureurs occasionnels ou permanents, chargés en toutes occasions de représenter Aulps à l’extérieur. Un peu commerçants, ils achètent, vendent, négocient et marchandent lors des transactions ; un peu juristes, ils revendiquent, portent certaines affaires devant la justice et défendent lors des procès. Entre 1287 et 1303, on reste ainsi confondu devant l’intense activité déployée par le procureur Thomas de Champey, omniprésent dès qu’une affaire touche son monastère de près ou de loin72. Le panetier ou le portier jouent un rôle plus important que l’intitulé de leur fonction ne le suggère. Ils administrent en effet les terres dont les revenus sont spécifiquement destinés à l’aumône et à l’accueil des hôtes. La charge de clavandier, le gardien des clés, est associée à la gestion du vin dont la surveillance de l’approvisionnement est essentielle pour une abbaye située à 800 m d’altitude. Viennent ensuite quatre ou cinq moines de chœur occupant la fonction de recteur de grange. Souvent issus de familles originaires de Thonon, Évian, Bonneville ou Cluses, ils possèdent une connaissance utile de l’environnement humain des grands secteurs économiques d’Aulps. Ils résident occasionnellement dans les granges de Sous-le-Saix, Saint-Cergues ou Méserier.

4La carrière monastique idéale d’un moine de chœur du XIVe siècle est la suivante. Un jeune religieux d’une vingtaine d’années et issu de l’aristocratie locale, probablement déjà remarqué par le maître des novices, est nommé recteur de grange, un office qu’il exerce une dizaine d’années. Il est régulièrement procureur et acquiert des connaissances techniques et un solide réseau de relations. Entre trente et quarante ans, il occupe le poste de cellérier, puis vers la cinquantaine, il est élu abbé. Tels sont les parcours des abbés Jean de Vernier (1333-1338), Guillaume du Rouvenoz (1338-1348), François de Balmes (1369-1393) ou encore François de Bonne (1395-1425).

  • 73 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 163r°, n° 880.

5Enfin, les cisterciens utilisent pour exploiter et mettre en valeur leurs vastes terroirs une main-d’œuvre comptant pour beaucoup dans le succès économique de l’ordre : les convers. À Aulps, certains sont reconnus pour leurs qualités et occupent des postes importants tels les convers recteurs de la grange de Salins dans le Jura. Ils sont investis de pouvoirs étendus et jouissent d’une large autonomie. D’autres deviennent de petits officiers judiciaires comme Jean ou Guillaume, convers et métraux* de Chéravaux (Montriond) entre 1322 et 1334. Cette main d’œuvre gratuite et qualifiée se comptant probablement par dizaines au XIIe siècle, se raréfie au XIIIe, pour quasiment disparaître. En 1336, seuls cinq convers sont encore présents à Aulps73.

  • 74 À noter que les novices et les convers ne sont pas mentionnés.

Note74.

6.1.2. Le domaine d’Aulps aux XIIe et XIIIe siècles

6Une partie importante du domaine d’Aulps (fig. 143) est constituée avant l’intégration à l’ordre cistercien en 1136. Des donations ponctuelles sont ainsi signalées entre 1100 et 1113 à Mégevette, Saint-Cergues ou en Faucigny. Il faut cependant attendre un grand privilège octroyé par Alexandre III à l’abbé Isard le 21 janvier 1181 pour obtenir un premier tableau d’ensemble du formidable système économique échafaudé par les moines d’Aulps (Delerce 2003 : 49-50). Les possessions recensées et protégées par le pontife s’articulent alors autour d’un premier cercle formé de trois églises paroissiales : La Moussière (Saint-Jean-d’Aulps), Le Biot et Les Habères (Habère-Poche, Habère-Lullin). Leur apport n’est pas qu’économique mais l’abbaye en perçoit d’importants revenus. Une transaction de 1221 passée entre l’abbaye d’Aulps et le curé des Habères prévoit par exemple un partage à parts égales des dîmes, des rétributions perçues lors des sépultures et des dons (Delerce 2003 : 72). La bulle d’Alexandre III livre ensuite les noms de vingt granges aux tailles et fonctions diverses, établies principalement en Chablais et Faucigny. Un soin particulier est apporté par les religieux à la constitution et l’accroissement de terroirs viticoles en plaine, besoin justifié par l’implantation d’Aulps à plus de 800 mètres d’altitude. Cependant, la majorité des établissements semble constituée d’exploitations de taille médiocre à vocation pastorale. D’ailleurs, la protection apostolique accordée en 1181 à six alpages (Avoriaz, La Chaux-Fleurie, Morzine, Embel, La Dieumaz, Le Roc-d’Enfer) révèle l’orientation pastorale de l’économie du monastère. Cette énumération dressée à la veille de l’apogée économique cistercienne montre la densité remarquable d’un domaine temporel diversifié. Il est cependant difficile de déterminer en quelques mots les surfaces et l’importance de chaque domaine. Dans certains cas, plusieurs bâtiments distants les uns des autres et aux productions complémentaires sont situés dans le même village, tel est le cas de Neydens et Montgrepont à Saint-Cergues, de La Genevreaz (les Genevrilles) et Méserier à Publier et dans une moindre mesure de Sous-le-Saix (Châtillon-sur-Cluses) et Hauteripe (Marignier) dans le Faucigny. Cinq ensembles bien identifiés, composés de nombreuses dépendances, se détachent. Des textes tardifs leur donnent le nom révélateur de membres*, terme qualifiant d’ordinaire les composantes d’une seigneurie. Voici quelques-unes de leurs caractéristiques données sommairement sous forme de notices.

Fig. 143 - Le temporel de l’abbaye d’Aulps en 1181 d’après la bulle d’Alexandre III.

6.1.2.1. Publier

  • 75 Archives État du Valais, fonds de Rivaz, carton 26, pièce n° 1.
  • 76 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 244r°-v°, n° 1105
  • 77 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 338r°, n° 118.
  • 78 Ibid. fol. 349v°-350r°, n° 94.
  • 79 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 212v°, n° 1121.
  • 80 Archives État du Valais, fonds de Rivaz, carton 26.
  • 81 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 497v°, n° 1119.

7Le domaine de La Genevreaz (aujourd’hui « Les Genevrilles », commune de Publier, canton d’Évian-les-Bains) occupait tout l’est du delta de la Dranse, jusqu’au hameau d’Amphion (fig. 144), soit l’actuel site d’implantation de l’usine d’embouteillage des Eaux d’Évian. Son domaine comprenait plusieurs bâtiments (le « Clos d’Aulps » subsiste toujours (fig. 145), le « Miroir » a été récemment détruit par le Conservatoire du littoral). Avant 1238, la contamine de La Genevreaz, d’une contenance estimée à environ 2,6 hectares en 1275, était propriété d’Aulps (Delerce 2003 : 98-99). En 1249, un bâtiment et un vivier en cours de construction sont cités75. La présence d’un moulin est sous-entendue par l’acquisition d’une conduite d’eau avant 127976. Un pressoir est mentionné en 136877 et le grand clos viticole de cette grange était d’environ 3,3 hectares en 159978. Une confirmation de possession accordée par le comte de Savoie en 1240, suggérerait une constitution assez tardive, hypothèse confortée par l’absence de la Genevreaz dans le privilège de 1181, par la présence de terres toujours incultes à proximité en 1249 et surtout par l’implantation de la grange de Méserier dans le même village. Le raisin, les noix et les châtaignes constituaient ses principales productions. Précocement, en 1275, La Genevreaz fut cédée au chanoine de Genève Hugues d’Allinges79. À l’époque moderne, une partie notable du domaine comprenant la maison du Miroir et une grande chênaie fut démembrée et devint d’abord propriété des familles Joly de Vallon pour passer ensuite aux familles valaisannes Torneri puis de Rivaz80. Autre évolution importante, Le Clos d’Aulps devint au milieu du XVIIIe siècle le lieu de résidence privilégié de l’abbé commendataire Joseph-Emmanuel de Blonay. L’architecture et l’organisation actuelles du bâtiment reflètent bien cette transformation en maison abbatiale. La grange de Méserier était située à trois kilomètres à l’est de La Genevreaz, dans la même commune de Publier. Elle est mentionnée en 1181 et quatre de ses convers, Jean, Amédée, Pierre et Clément sont cités comme témoins dans un acte en 1229 (Delerce 2003 : 78-79). En 1354, les revenus de Méserier furent remis au moine d’Aulps Humbert du Lyaud en échange de sa promesse d’acquitter les 500 florins dus par l’abbaye à un créancier81. Entre les deux exploitations, les cisterciens privilégièrent le domaine de La Genevreaz et à l’époque moderne, plus aucun bâtiment à Méserier n’appartenait à Aulps.

Fig. 144 - Extrait de la Mappe sarde : Amphion (AD de Haute-Savoie - 1 CD 121, Amphion).

Fig. 145 - Ancienne grange d’Amphion.

6.1.2.2. Saint-Cergues

  • 82 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 212v°, n° 1472.

8La grange de Neydens, (fig. 146) appelée aujourd’hui le château de Neydens, était l’une des plus importantes dépendances d’Aulps. L’exploitation était située dans l’actuelle commune de Saint-Cergues, canton d’Annemasse-Nord. Dès 1113, Aulps y possédait les droits paroissiaux et des terres sur les premiers contreforts des Voirons (Delerce 2003 : 34) (fig. 147). Au XIIIe siècle, les revenus se déclinaient en un ensemble complexe de dîmes et de droits et plusieurs chefs de familles appartenant et travaillant pour Aulps vivaient à proximité immédiate des bâtiments. La présence dans le même village d’une autre grange, celle de Montgrepont, que l’on sait plus tard pourvue d’une chapelle, est attestée en 1181. Sa situation sur les pentes des Voirons induirait une dominante pastorale, alors qu’à Neydens, viticulture et agriculture auraient été privilégiées. Neydens quitta partiellement le domaine direct d’Aulps en 1340, lorsque la moitié de ses revenus fut cédée au prévôt de Genève pour la coquette somme de 200 livres genevoises82.

Fig. 146 - Ancienne grange de Neydens.

Fig. 147 - Extrait de la Mappe sarde, Neydens (AD de Haute-Savoie - 1 CD 185).

6.1.2.3. Châtillon-sur-Cluses et Marignier

  • 83 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 216v°, n° 1356.

9Comme Neydens, la grange de Sous-le-Saix est une possession antérieure à l’affiliation. Sauf changement de nom, elle n’est pas mentionnée en 1181 mais en 1201. Elle était pourvue d’un cellier signalé en 1250 (Delerce 2003 : 124). Cette dépendance permit aux religieux d’administrer une nébuleuse de droits et de productions de toutes sortes s’étendant de Samoëns à Thiez, de part et d’autre du col de Châtillon-sur-Cluses. Le 22 juillet 1283, Pierre, archevêque de Tarentaise, y dicta son testament : Datum et actum in grangia Alpensi subtus saxum Castellionis (Lullin, Le Fort 1866 : 289). Mais la localisation des bâtiments, tôt démembrés du domaine direct, est problématique. Si le cellier se trouvait bien au lieu-dit le Clos d’Aulph, commune de Châtillon-sur-Cluses, canton de Cluses, d’autres aménagements existaient, certainement au lieu-dit le Clos Baud, commune de La Rivière-Enverse, canton de Taninges. Pour sa part, la grange de Hauteripe était située entre les actuels hameaux de Tréloux et chez Millet, commune de Marignier, canton de Bonneville. L’exploitation mentionnée en 1181 reste une unité relativement modeste et discrète dans les textes. Elle était composée d’un clos viticole de 36 ares (signalé en 1239) (Delerce 2003 : 103) et d’un moulin cité en 1391. Le 11 novembre 1391, l’abbé de Clairvaux cassa un contrat prévoyant la cession d’Hauteripe par Aulps au prieur de Peillonnex à la condition que ce dernier en répare les bâtiments et le moulin83.

6.1.2.4. Lully

10Dans le large territoire du Bas-Chablais occidental compris entre Genève et Thonon-les-Bains, Aulps exploitait quatre granges citées dans la bulle d’Alexandre III : Chavannex (commune de Sciez), Massongy, Vessonnex et Loisin. La réorganisation économique de ce secteur au début du XIIIe siècle conduisit semble-t-il à la création d’un seul grand centre d’exploitation, celui de La Roverriaz. L’abbaye y possédait quelques biens fonciers depuis 1193, mais la grange est mentionnée pour la première fois en 1251 (Delerce 2003 : 126). Le bâtiment principal était situé à proximité du château de la Rochette, commune de Lully, canton de Douvaine, sur une petite éminence de terrain, facilement identifiable, occupée aujourd’hui par une habitation moderne.

6.1.2.5. Salins

  • 84 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 384v°-385r°, n° 2729.

11L’approvisionnement en sel, indispensable à l’alimentation humaine, aux troupeaux mais aussi à la fabrication, au conditionnement et à la conservation du fromage, fut assuré avant 1176 par les sires de Salins (actuel département du Jura). Ils concédèrent à Aulps le droit de prélever des mesures d’eau salée sur les puits de leur ville (Delerce 2003 : 47). Les moines d’Aulps résidant sur place ne se contentaient pas de gérer les multiples intérêts (sel, vignes, terres) de l’abbaye ; ils jouaient aussi un rôle essentiel dans la production. Dès 1197, ces techniciens expérimentés logeaient dans une maison en pierre cédée à l’abbaye (Delerce 2003 : 54). Un acte d’état* de 1452 précise sa situation, en face de l’église Saint-Jean. Elle est composée d’une grange, d’une tour, d’un verger et d’un grenier84. Jusqu’en 1260, un ou deux convers administraient le patrimoine d’Aulps. Ils furent alors remplacés par un moine de chœur. Le dispositif économique était complété par des exemptions de péage tel celui du château Joux (Pontarlier) octroyée par l’empereur Frédéric Barberousse en 1186 (Delerce 2003 : 50-51).

12Si dans les années 1250 le temporel est fixé dans ses grandes lignes, le domaine d’Aulps demeure en constante mutation. Les modes de faire-valoir évoluent et les moines s’adaptent remarquablement à la conjoncture économique et financière de leur temps. Certains terroirs sont remembrés, cédés, échangés ou hypothéqués. Une étape décisive est franchie au XIVe siècle lorsque les revenus des granges sont systématiquement loués à des seigneurs, des ecclésiastiques, voire à des moines. Pas question pour autant d’aliéner les droits car ces établissements associent des fonctions agricoles classiques à des aspects plus nettement liés à l’exercice du pouvoir seigneurial comme la tenue d’assises, le versement de redevances, le paiement des droits de mutation ou la condition des familles établies à proximité. Même amputées de leurs revenus, les granges deviennent dès le milieu du XIIIe siècle autant de petites seigneuries et de relais du pouvoir seigneurial de l’abbé.

6.1.3. Aulps, une abbaye de l’Alpe

6.1.3.1. Le moine défricheur : un mythe

  • 85 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 59r°-v°, n° 905.

13La colonisation, les défrichements et la mise en valeur des alpages ont été précocement associés dans l’imaginaire collectif au moine et particulièrement au cistercien. Unanimement, les textes invitent pourtant à n’accorder aux religieux que le simple rôle d’initiateur dans la conquête de ces terroirs d’altitude. C’est le cas, par exemple, des défrichements d’Avoriaz et de La Chaux-Fleurie effectués par les hommes des seigneurs de Rovorée entre 1138 et 1148 (Delerce 2003 : 40-46) ou de la mise en valeur du terroir de La Côte-d’Arbroz, albergé* à un certain Crespin avant 1195 (Delerce 2003 : 53-54). Des exonérations de dîmes de trois, cinq ou sept ans sont même prévues dès 1213 selon la taille des bois défrichés par les familles : petits, moyens ou grands (Delerce 2003 : 63-65). Les fameux défrichements sont donc affaire de spécialistes, c’est-à-dire de paysans. En revanche, les cisterciens ont incontestablement favorisé l’émergence économique de vallées de montagne où leurs hommes étaient établis (Mouthon 2001 : 9-23). En témoignent bien sûr la mise en valeur des alpages de la vallée d’Aulps, de la vallée Verte au début du XIIIe siècle et la création d’un marché au Biot sur l’emplacement du verger de la grange d’Aulps avant 125385.

6.1.3.2. L’exploitation des alpages

14Au XIIe siècle, les sires de Faucigny et de Rovorée abandonnent à Aulps plus de 15 000 hectares d’alpages ou de terroirs d’altitude. Ils composent l’essentiel du domaine temporel de l’abbaye. Trois grands ensembles pastoraux se distinguent par une altitude supérieure à 800 m et par des systèmes d’exploitation différents des terroirs de plaine : la vallée d’Aulps, Mégevette et la vallée Verte (aujourd’hui Habère-Poche et Habère-Lullin).

  • 86 Archives du musée du Chablais, mairie de Thonon-les-Bains, fonds Aulps/Morzine.
  • 87 Archives des procureurs de l’ancienne paroisse de La Moussière, Saint-Jean-d’Aulps.

15L’exploitation monastique de ces immenses terrains de parcours n’est guère connue avant le début du XIIIe siècle. Quand la documentation se fait plus précise, elle montre une association systématique entre les moines, propriétaires des terres et des moyens de production et les paysans apportant leur force de travail et leurs connaissances techniques. Quelques textes permettent de s’en assurer. Une charte de 1213 montre que tout en gardant domaines et troupeaux pour son propre compte (fig. 148), Aulps cède déjà l’usage des montagnes aux communautés paysannes de la vallée. Il peut aussi s’agir de la reconnaissance d’anciens droits d’usage (Delerce 2003 : 64-65). En 1233, les alpages de Fréterolle et de Chardonnières sont exploités conjointement par des colons de langue germanique originaires du Haut-Valais appelés teutoniques, et par des habitants de Montriond et Morzine (Delerce 2003 : 85). Ainsi, au moment où les abbés cisterciens de Naeth, Kingswood, Holm Cultram, Plasy ou Esrum déplacent des villages entiers pour créer leurs granges (Williams 1998 : 278), Aulps attire au contraire des paysans sur ses terres. Dès 1295, les habitants du hameau des Puteys (Morzine) se voient confirmé le droit de faire pâturer les alpages de Morzinettaz86. En 1388, l’abbaye, constatant qu’elle ne tire aucun revenu des alpages de Souvroz et de la Lanche, situés en des lieux déserts et dégradés par des animaux étrangers, les concède aux hommes de la Moussière87. Voici enfin un texte du XVe siècle qui précise les conditions d’exploitation conjointe de l’alpage d’Avoriaz.

161431 juin 15, [Habère-] Poche, maison-forte. Convention entre l’abbaye d’Aulps et les consorts de la montagne d’Avoriaz.
Arch. dép. Savoie, Chambéry, SA 3435, inventaire de Chamoset, fol. 59v°-60r°.

« Sentence arbitralle rendue entre r [évére] nd seig [neu] r Berthet de Charreriis, abbe d’Aux et Jean Champlannaz, Jean Delillaz, Mermet Richard, Jean Hugon de l’Excert [ - ] Romain, Mermet Christin du dict lieu, Aymoz Vallon de la Thouvière et leurs codiviseurs Francois d’Aux, Pierre Bouverii, Pierre Collomb, Rouph Grivel, Pierre Gro [u] bel, Pierre Boniour, Jacques Martin, Jean Rivil, Mermet Charles, Francois Tabellet, Jean Tabellet, Pierre Pillauz, Jean Richard Bordaz l’aisné et le jeusne, Jean Lingot, Jean Dubiot, Jean Burnier, Aimé Rosset et Rouph Groubel, tous paroissiens de S [ain] t Jean d’Aux, concernant la montagne d’Avoreaz […].

[1.] A esté arbitré que le direct domaine de la ditte montagne appartiendroit a la ditte abbaye et que les d [i] ts ho [mm] es payeroient 520 fl [orins].

[2.] Item qu’ils enalperont ensemblement en la d [it] e montagne avec le bestail de la ditte abbaye.

[3.] Item, que n’ayants pas les d [it] s ho [mm] es asses de bestes pour investir la ditte montagne, la ditte abbaye y pourrat faire conduire de celles de ses autres sujets.

  • 88 Moge [on] s : génisses.

[4.] Item, qu’ils pourront reduire en la montagne du Fornet les moge [on] s88 qu’ils meneront au taureau.

  • 89 Le fruict : le fromage.

[5.] Item, la ditte abbaye fournirat tout le sel pour tout le fruict89 qui se ferat en la d [it] e montagne et tous les taureaux pour les vaches, pour lequel sel la ditte abbaye aurat tout le fruict de sept jours, et pour les dicts taureaux tout le fruict d’un jour pour l’aussiege. Un autre jour pour la chaudière, aussy un autre [fol. 60r°] jour pour le chavanage, un autre jour plus encore un autre jour au cas que la ditte abbaye ny eusse que six vaches, en sorte touttefois que la ditte abbaye manquant à fournir quelque chose de ce que dessus, on luy rabattra dudict fruict a ratte.

[6.] Item, que le maistre des vaches de la ditte abbaye visiterat avec deux preud’hommes avant ou apres l’analpage le bestail des dicts ho [mm] es pour en diminuer le nombre s’il se trouvoit trop grand.

  • 90 La hutte : le chalet.

[7.] Item les dicts ho [mm] es et la d [it] e abbaye debvoient nourir a commun frais le pasteur et maintenir ensemblement la hutte90 […] ».

17Les religieux fournissent le matériel pour la cuisson du lait, le sel ou le taureau. En échange les exploitants versent des redevances propres à l’utilisation de l’alpage comme l’auciège, perçue en nature sur les produits du lait, le chavanage, soit le droit d’utiliser le chalet ou le chaudérage pour l’utilisation de l’onéreux chaudron en cuivre (Duparc 1944 : 99-122).

Fig. 148 - Abbaye d’Aiguebelle « Moine en marche » (Abbaye d’Aiguebelle).

6.1.3.3. De l’or en herbe

  • 91 AD Savoie, 7 F 11 fonds de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie.

18La possession d’alpages est une source de richesse et l’assurance d’une diversification de la production. Ces terrains d’altitude permettent à Aulps de disposer directement ou indirectement de produits à forte valeur ajoutée. Comme en témoignent les décisions du chapitre général, concernant certes moins les produits laitiers que le bétail, les cisterciens s’insèrent en effet tôt dans les circuits commerciaux. En 1158, le chapitre général prohibe la revente des bœufs trop vieux tandis qu’en 1184, les statuts précisent les modalités du commerce des chevaux (Waddell 2002 : 69, 114). Pour Aulps, il faut un procès pour s’assurer que les moines font bien du commerce de bétail. Il survient en 1292 lorsqu’une caravane de bestiaux en provenance d’Aulps est taxée à son arrivée à la foire de Saint-Maurice. Or les cisterciens contestent car ils en seraient exemptés. Devant le juge du Chablais, ils font alors appel à des témoins qui, évidemment, leur donnent raison. Il ressort de cet acte que l’habitude de courir les foires est fort ancienne. On décèle aussi l’aigreur des péagers ou d’autres commerçants de voir passer ces troupeaux monastiques exonérés de charges91.

  • 92 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 59r°, n° 260.
  • 93 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 45v°-46r°, n° 222.

19Logiquement, l’exploitation des alpages devient un enjeu et leur possession est à l’origine de graves conflits. Avec les chanoines réguliers d’Abondance, des heurts se produisent dès la fin du XIIe siècle et prennent une dimension violente en 1299 avec une expédition punitive des hommes d’Abondance contre Aulps. Cette agression se solde par l’incendie de quatre chalets, la razzia de 200 vaches et le lynchage du sacristain de l’église de La Moussière92. Vingt ans plus tard, le scénario inverse se produit et un paysan d’Abondance meure de blessures infligées par des hommes d’Aulps sur l’alpage de Tavaneuse le 8 août 131993. Ces conflits pastoraux, s’il ne faut pas les exagérer, mettent fin aux relations cordiales qu’entretenaient les deux abbayes voisines depuis le XIIe siècle. Il en va de même, certes moins violemment, avec les hommes des chartreux de Vallon ou les teutoniques de Samoëns. En 1311, la perte de l’alpage de Fréterolle compte pour beaucoup dans le soulèvement des habitants de la partie supérieure de la vallée d’Aulps. Ils consignent alors en une belle formule leur grief contre l’abbé :

  • 94 AD Savoie, inventaire de Chamosset, fol. 29v°,-30r°, n° 109.

« Qu’ils [les habitants] doivent être maintenus par ladite abbaye et à ses dépends envers et contre tous sauf contre le loup et l’aigle, et que par la faute d’icelle abbaye ils ont perdu Fréterolle »94.

6.2. La ferme de Sainte-Marie d’Aulps

20La ferme domine le lit de la rivière du Clénant et marque l’angle nord-ouest de l’enclos monastique à l’ouest de la porterie (fig. 3, 19 et 23). Avant que les travaux de remise en valeur ne débutent en 2005, l’édifice était composé d’un logis principal et d’une grange ; une coursive et une galerie en bois régnaient le long de la façade méridionale ; une seule grande toiture en ardoises couvrait la ferme et la porterie (fig. 23 et 149).

Fig. 149 - La ferme avant restauration.

6.2.1. La ferme : description architecturale

21Le logis occupe la partie occidentale de la ferme avec une emprise de 17 m de long et 11,50 m de large (fig. 150). Le mur septentrional à léger fruit et aux chaînages imposants délimite l’extrémité nord de l’enceinte monastique (fig. 151). La construction emploie des matériaux locaux (calcaire gris, « pierre rouge », tuf et pierres de ramassage) et s’élève sur deux niveaux voûtés (fig. 152). Le premier étage est desservi par une coursive extérieure accessible depuis un escalier situé à l’extrémité orientale du logis. Les ouvertures coïncidaient avec l’organisation interne du logis et à chaque niveau, les pièces voûtées communiquaient entre elles par des portes percées dans les retombées. Ces voûtes sont élevées selon des techniques de construction mixtes : l’extrados est formé d’une succession de dalles de calcaire rouge posées en délit et l’intrados est composé d’une maçonnerie englobant des moellons de calcaire schisteux et des blocs de tuf. À l’est, le mur est contrebuté par trois contreforts appareillés. Cette double voûte a nécessité une mise en œuvre particulière dissociant l’élévation des murs de celle du voûtement (fig. 153). Ce système est relativement commun dans l’habitat montagnard du XVIIIe siècle et nombre de constructions alpines (Saint-Martin-de-Queyrières, Nancy-sur-Cluses, vallée de la Durance, vallée de la Vallouise, Massif des Écrins, Haut-Dauphiné…) témoignent de cette tradition vernaculaire. Des cas similaires se rencontrent également en Haute-Loire et en Puy-de-Dôme, comme dans les bâtiments modernes de l’abbaye cistercienne de Mègemont. Dans ces régions au climat rigoureux, cette technique de construction offre une protection efficace contre le froid et contribue par ailleurs à lutter contre les éventuels incendies occasionnés par les modes de couverture traditionnels.

Fig. 150 - Plan du complexe septentrional (ferme, grange et porterie).

Fig. 151 - Ferme vue du nord.

22La grange, quant à elle, occupe la partie orientale de la ferme (fig. 150). Elle s’insère entre la porterie et le logis (19 m de long sur 11m de large) en reprenant le tracé de l’enceinte monastique. Le volume intérieur se développe sur deux niveaux : étable et fenil. Seul le mur sud flanqué de la remise en bois est contemporain du logis, comme l’attestent encore deux fenêtres et une porte. L’appareil composé de blocs de calcaire gris schisteux et de pierres de ramassage est globalement homogène. Le mur nord, quant à lui, est de construction plus tardive.

Fig. 152 - Complexe septentrional (ferme, grange et porterie) ; coupe longitudinale.

Fig. 153 - Ferme, restitution de la construction des niveaux voûtés.

6.2.2. Éléments de chronologie

23Outre l’étude d’archéologie du bâti menée en 1998, les surveillances archéologiques menées conjointement à l’aménagement des espaces de présentation du futur Domaine de Découverte de l’Abbaye d’Aulps ont livré des éléments nouveaux qui ont peu à peu modifié la vision que l’on avait sur la topographie d’origine. Néanmoins, les observations restent lacunaires car l’ouverture des sondages n’a pu correspondre qu’aux emprises délimitées par la nature même des travaux. Il est toutefois possible de restituer l’évolution du tracé du mur d’enceinte et d’attester de l’existence de bâtiments antérieurs au XVIe siècle.

6.2.2.1. Évolution du secteur situé en contrebas de la porterie, au nord-ouest de l’abbaye

  • 95 « Maison et grange à l’abbaie d’Aulps » : dénomination de la parcelle n° 12899 (Tabelles, Arch. Mun (...)

24Le secteur nord-ouest de l’abbaye paraissait peu remanié. Mis à part la clôture monastique, il était admis qu’aucune construction n’avait occupé les lieux avant l’installation de la ferme et du logis à l’époque moderne. Pourtant la parcelle 12 899 figurée en rouge sur la mappe sarde interpellait par ses grandes dimensions (fig. 31 et 154). En effet, « la maison et grange »95 s’étendaient bien au-delà de l’emprise des bâtiments actuels, évoquant ainsi la présence d’autres constructions ou aménagements qui se seraient développées plus au sud (fig. 154 et 155). Les dernières campagnes archéologiques viennent corroborer cette observation et révèlent toute la complexité de cet espace dévolu à l’accueil et à l’économie du monastère. En l’état actuel des recherches, quatre états d’occupation peuvent être restitués. Nous n’aborderons ici que les principaux remaniements opérés dans ce secteur nord-ouest.

Fig. 154 - Extrait de la Mappe sarde de Sainte-Marie d’Aulps (AD de Haute-Savoie - 1 CD 207).

Fig. 155 - Superposition de la Mappe sarde et du plan des vestiges. Compte tenu du mode de levée des ingénieurs qui ont œuvré à la Mappe, les plans ne se superposent pas rigoureusement. Toutefois, il est à noter que la porterie n’est pas un espace imposable mais un simple lieu de passage, au même titre que la rampe.

Un important complexe primitif

25Un premier état, antérieur au XVIe siècle, a été identifié dans le secteur situé en avant de la ferme. Les maçonneries mises au jour en 2006 ont permis de restituer un bâtiment massif implanté au sud des élévations actuelles (fig. 156). Un long mur homogène bâti en moellons qui se développe quasiment parallèlement au bâtiment actuel en formant un retour vers le sud, délimite un espace intérieur d’au moins 6,60 m d’est en ouest. Sa longueur nord/sud n’est pas reconnue. La fondation, large de 1,22 m est montée avec des matériaux liés par un mortier jaune très compact de bonne qualité. Elle forme un ressaut intérieur (fig. 157) qui permet de restituer le niveau de sol à la cote 798,16 m NGF. L’élévation conservée est composée de deux parements assisés et montés avec des moellons grossièrement équarris. Ils enserrent un blocage intérieur (épaisseur du mur de 0,96 m) et sont parés d’un enduit couvrant. La chaîne d’angle nord-ouest du bâtiment emploie des blocs de pierre de taille aux modules plus longs. Des amorces de murs subsistent contre ce bâtiment en direction du sud, de l’ouest et du nord (fig. 158). Ces structures restituent un ensemble complexe dont la fonction reste à définir : bâtiment d’accueil ( ?), secteur agricole avec grange, écuries ou étables ?...

Fig. 156 - Évolution chronologique de l’abbaye.
Premier état : période valaisanne ; deuxième état : XVIIIe siècle.

Fig. 157 - Ressaut d’un premier bâtiment.

Fig. 158 - Plan des vestiges antérieurs à la ferme actuelle.

26Une première hypothèse pourrait suggérer l’existence d’un bâtiment d’accueil plus ancien que celui de la porterie pour laquelle aucun état antérieur au XVIe siècle n’a été identifié. Il convient toutefois de rester prudent car de nouvelles maçonneries ont été découvertes : ces derniers vestiges, situés à quelques dizaines de centimètres sous le niveau de sol de la porte charretière, étaient scellés par un sol de dalles en calcaire rouge partiellement conservé au sud. Ils attestent de l’existence de structures antérieures à la porterie valaisanne. Il est alors probable qu’il s’agisse des vestiges de l’accès primitif et que le bâtiment découvert en avant de la ferme actuelle, ait plutôt une fonction agricole. Mais on peut également évoquer un premier tracé d’enceinte auquel auraient été accolés d’autres bâtiments.

Modification du tracé de l’enceinte

27Le secteur nord de l’abbaye situé en bordure du bief a constitué dès l’origine un pôle d’accueil en contrebas de l’église. Au XVIe siècle, les Valaisans participent à la restauration matérielle de l’abbaye et opèrent de profondes modifications (fig. 156) : ils renforcent le caractère monumental du principal accès à l’abbaye en développant un important complexe d’accueil (porterie double, hôtellerie…). Un nouveau mur d’enceinte édifié au nord entraîne le recul des bâtiments adjacents. Repéré dans quasiment toute sa longueur ce mur de clôture parcourt la zone concernée d’est en ouest, soit de la porterie jusqu’à l’ouest où il forme un retour vers le sud, percé d’une porte. Sa fondation, composée de grosses pierres liées à l’argile, suit le pendage du substrat argileux et supporte une élévation de 0,90 m d’épaisseur.

28L’absence de relations stratigraphiques entre ce mur d’enceinte valaisan et le bâtiment sud médiéval ne permet pas de savoir si ce dernier est encore en élévation au XVIe siècle. Mais cela pourrait être le cas si l’on en croit la Mappe sarde de 1732 (fig. 31 et 154) où l’emprise des constructions reste importante dans le secteur sud de la parcelle.

6.2.2.2. La ferme du XVIIIe siècle

29La ferme, mentionnée comme « grange » au XVIIIe siècle, est construite dans l’enceinte monastique. Sa mise en place entraîne l’arasement du mur d’enceinte à l’ouest et une avancée des bâtiments au nord en direction du bief. Le mur occidental de la porterie, fragilisé par l’exhaussement du sol, se trouve alors renforcé par un épais doublage de 0,86 m, aux assises régulières de galets (fig. 159). Si les bâtiments méridionaux subsistaient, ils sont arasés pour laisser la place à une calade. À la hauteur du niveau de sol du bâtiment médiéval, une couche de terre rubéfiée riche en charbons (fig. 157) évoque un incendie qui pourrait être à l’origine de l’arasement des structures (798, 30 m NGF), puis du nivellement de l’espace situé en contrebas de la porterie pour implanter la nouvelle ferme. C’est à cette époque qu’est édifié un logis à deux niveaux voûtés correspondant à la partie occidentale de la ferme dans son dernier état avant restauration. Précédemment décrite, cette construction homogène est typologiquement datée du XVIIIe siècle. Une porte semi-enterrée aménagée dans le mur oriental permettait d’accéder par quelques marches à une grande salle basse.

Fig. 159 - Mur ouest de la porterie, parement extérieur.

6.2.2.3. Remaniements des bâtiments agricoles à la fin du XVIIIe jusqu’au XXe siècle

30Le logis est habité jusqu’en 1999 sans grandes modifications, si ce n’est une réorganisation intérieure des espaces par des cloisonnements. L’espace vacant entre le logis et la porterie est en revanche totalement transformé par la construction d’un bâtiment agricole. Au nord, le mur d’enceinte édifié à l’époque de l’administration valaisanne est rasé pour laisser place à un mur septentrional plus en recul aligné avec les deux bâtiments mitoyens. Une calade de galets couvre le sol sur environ la moitié de l’espace et condamne la porte d’accès à la salle basse. Trois contreforts accolés au mur reposent sur ce sol et contrebutent le mur oriental du logis. Ils serviront par la suite de support au plancher du fenil (fig. 160-162).

Fig. 160 - Mur est de la ferme, parement extérieur.

Fig. 161 - Mur est de la ferme, parement extérieur.
Au premier plan, les structures antérieures mises à jour.

Fig. 162 - Mur est de la ferme, parement extérieur.
Détail de la baie assurant un passage entre la salle inférieure de la ferme et l’extérieur.

31De nombreux drains et canalisations sont mis en place dans le logis et la zone en amont pour assurer l’assainissement du secteur. À l’instar des bâtiments monastiques médiévaux, les bâtiments conventuels modernes du secteur nord-ouest ont bénéficié d’un système de drainage spécifique. L’important ruissellement et les abondantes remontées d’eau sont canalisés par des dalots en pierre repérés depuis la porterie jusqu’à la petite salle basse du logis (fig. 163). À ce premier réseau enterré et disposé en épis, il faut en ajouter un second qui consiste en une série de caniveaux aménagés dans les sols de galets formant des rigoles peu profondes le long des murs. Les eaux usées et de ruissellement sont collectées dans la petite salle basse du logis où un drain qui longe le ressaut de fondation à l’est (fig. 164) les déverse dans le bief par une ouverture aménagée dans le mur septentrional.

Fig. 163 - Canalisation ménagée dans la calade, dans l’axe de la baie orientale de la ferme.

Fig. 164 - Drain à l’intérieur de la ferme, salle inférieure.

32Si l’archéologie a permis de mieux appréhender les volumes architecturaux et leurs remaniements dans la zone nord-ouest du monastère, alors que les textes faisaient défaut, elle n’a pour l’instant pas permis d’attribuer une fonction précise à ces bâtiments, si ce n’est qu’elle est d’ordre économique.

6.2.3. Une ferme monastique à Saint-Jean-d’Aulps ?

33L’organisation des espaces économiques monastiques est au cœur des problématiques archéologiques et historiques actuelles qui sont menées dans toute l’Europe cistercienne. Par l’étude des domaines monastiques et celle de l’organisation des différents espaces et structures qui les composent, des bâtiments à fonctions plus spécifiquement économiques, désignés jusqu’à présent comme des espaces annexes, se retrouvent au centre de l’intérêt scientifique. C’est ainsi qu’est apparue l’importance d’une entité particulière : la « grange » ou « ferme monastique ».

34Les travaux engagés sur la ferme de l’abbaye d’Aulps ont été l’occasion d’ouvrir ce dossier pour cet ensemble. Les recherches ont consisté en premier lieu à l’analyse architecturale et technique des bâtiments modernes qui étaient toujours en élévation.

35Le terme de grange mentionné dans les textes modernes pour désigner ces lieux, pourrait évoquer une ferme ou l’équivalent d’une grange dimière. Dans le cas de l’abbaye de Léoncel (Tardieu 1996) où le même type de bâtiment existe — avec une exploitation agricole pratiquant l’élevage bovin — les textes du XVIIIe siècle qualifient l’ensemble de « Grandgrange » (fig. 165 et 166). Son exploitation était cédée sous forme de tenures à des laboureurs résidents, en échange d’un bail à mi-fruit. Ils étaient chargés d’entretenir les bâtiments et se consacraient à l’élevage ovin et à la culture. Le domaine était loué sans capital bestiaux, mais des terres devaient lui être rattachées. L’autre moitié du domaine apparaît comme étant une réserve de l’abbaye. Le même type de bâtiment est également conservé à proximité de l’abbatiale de Mazan et dans l’enceinte monastique (fig. 167).

Fig. 165 - Abbaye de Léoncel.

Fig. 166 - Ferme de l’abbaye de Léoncel.

Fig. 167 - Ferme de l’abbaye de Mazan.

36À Aulps, il reste encore difficile de saisir la réalité de cette entité, mais il semble néanmoins qu’elle ait pu regrouper un ensemble de bâtiments à vocations agricole et pastorale, alliant des espaces de réserve, d’artisanat, voire même de logis. Les constructions sont montées en maçonnerie, mais l’existence d’éventuelles installations en bois pouvant se trouver en avant ou en façade des bâtiments ne peut être exclue. Dans la réflexion, outre les caractéristiques architecturales qui sont tout à fait comparables aux constructions vernaculaires régionales, il convient également de prendre en considération la destination essentiellement agricole des bâtiments. Les deux bâtiments qui constituaient la ferme d’Aulps forment une partie de l’enceinte nord de l’enclos monastique. Cette disposition a déjà été observée dans d’autres monastères cisterciens qui associent, dans un même complexe, bâtiments d’accueil et structures économiques. Citons pour exemple les travaux menés sur les abbayes cisterciennes de Pontigny, Silvacane, Léoncel, Le Thoronet, Vauluisant, Clairvaux, La Clarté-Dieu, et Chaloché. C’est également le cas à Herkenrode et Villers en Belgique ou encore dans les établissements de Fountains et Rievaulx en Grande-Bretagne.

37Pour la plupart des chercheurs, il semble aujourd’hui reconnu que ces fermes monastiques ont pu servir d’interface entre le monde monastique et le monde laïc et qu’elles se seraient développées lorsque les convers ont été remplacés par des salariés, c’est-à-dire dès le milieu du XIIIe siècle. Un espace à vocation économique est alors parfaitement délimité à l’intérieur même de l’enclos abbatial. Il est adapté à un mode d’exploitation différent, car désormais assuré par un personnel laïc rattaché à l’abbaye par un simple bail. Le système de gestion des cisterciens se rapproche dès lors du système seigneurial dans un schéma où cohabiteraient les moines dans les espaces de « haute cour » et les salariés dans ceux de la « basse cour ». Cette organisation spatiale obéit aussi bien à la règle monastique qu’à des facteurs économiques ou topographiques. Le système de terrasses et de rampe coupe définitivement l’abbaye en deux parties distinctes sans en ôter la cohésion.

Notes

72 L’homme apparait dans dix-sept textes, à Cluses, Bonne, Genève ou au Biot. Voir par exemple Arch. dép. Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 25.

73 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 163r°, n° 880.

74 À noter que les novices et les convers ne sont pas mentionnés.

75 Archives État du Valais, fonds de Rivaz, carton 26, pièce n° 1.

76 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 244r°-v°, n° 1105

77 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 338r°, n° 118.

78 Ibid. fol. 349v°-350r°, n° 94.

79 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 212v°, n° 1121.

80 Archives État du Valais, fonds de Rivaz, carton 26.

81 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 497v°, n° 1119.

82 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 212v°, n° 1472.

83 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 216v°, n° 1356.

84 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 384v°-385r°, n° 2729.

85 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 59r°-v°, n° 905.

86 Archives du musée du Chablais, mairie de Thonon-les-Bains, fonds Aulps/Morzine.

87 Archives des procureurs de l’ancienne paroisse de La Moussière, Saint-Jean-d’Aulps.

88 Moge [on] s : génisses.

89 Le fruict : le fromage.

90 La hutte : le chalet.

91 AD Savoie, 7 F 11 fonds de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie.

92 AD Savoie, B 1690, inventaire Tavernier, fol. 59r°, n° 260.

93 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 45v°-46r°, n° 222.

94 AD Savoie, inventaire de Chamosset, fol. 29v°,-30r°, n° 109.

95 « Maison et grange à l’abbaie d’Aulps » : dénomination de la parcelle n° 12899 (Tabelles, Arch. Mun. de Saint-Jean d’Aulps, Morzine).

Table des illustrations

Légende Note74.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 143 - Le temporel de l’abbaye d’Aulps en 1181 d’après la bulle d’Alexandre III.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 144 - Extrait de la Mappe sarde : Amphion (AD de Haute-Savoie - 1 CD 121, Amphion).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 145 - Ancienne grange d’Amphion.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 146 - Ancienne grange de Neydens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 147 - Extrait de la Mappe sarde, Neydens (AD de Haute-Savoie - 1 CD 185).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 148 - Abbaye d’Aiguebelle « Moine en marche » (Abbaye d’Aiguebelle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 149 - La ferme avant restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 150 - Plan du complexe septentrional (ferme, grange et porterie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 151 - Ferme vue du nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 152 - Complexe septentrional (ferme, grange et porterie) ; coupe longitudinale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 153 - Ferme, restitution de la construction des niveaux voûtés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 154 - Extrait de la Mappe sarde de Sainte-Marie d’Aulps (AD de Haute-Savoie - 1 CD 207).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 155 - Superposition de la Mappe sarde et du plan des vestiges. Compte tenu du mode de levée des ingénieurs qui ont œuvré à la Mappe, les plans ne se superposent pas rigoureusement. Toutefois, il est à noter que la porterie n’est pas un espace imposable mais un simple lieu de passage, au même titre que la rampe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 156 - Évolution chronologique de l’abbaye.Premier état : période valaisanne ; deuxième état : XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 157 - Ressaut d’un premier bâtiment.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 158 - Plan des vestiges antérieurs à la ferme actuelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 159 - Mur ouest de la porterie, parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 160 - Mur est de la ferme, parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 161 - Mur est de la ferme, parement extérieur.Au premier plan, les structures antérieures mises à jour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 162 - Mur est de la ferme, parement extérieur.Détail de la baie assurant un passage entre la salle inférieure de la ferme et l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 163 - Canalisation ménagée dans la calade, dans l’axe de la baie orientale de la ferme.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 164 - Drain à l’intérieur de la ferme, salle inférieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 165 - Abbaye de Léoncel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 166 - Ferme de l’abbaye de Léoncel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 167 - Ferme de l’abbaye de Mazan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2759/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540