Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 5. Les lieux d’accueil de Sainte-Marie d’Aulps, le pèlerinage à Saint Guérin

Anne Baud et Arnaud Delerce

Texte intégral

1Bien qu’il ne subsiste rien de la première porterie, on peut supposer avec raison que sa position n’a guère varié. En effet, lors de l’aménagement récent du site, plusieurs structures ont été aperçues au sud de la ferme, interprétées comme le premier mur d’enceinte et probablement un premier complexe d’accueil. L’analyse de ces vestiges sera reprise dans le chapitre suivant.

2Pour des raisons topographiques, la porterie de Sainte-Marie n’a pas été rigoureusement construite dans l’axe de l’église, mais au nord-ouest. La présence de la rivière et peut-être d’un pont primitif a pu influencer cette implantation, à l’exemple de Chezery (Ain). La porterie débouchait toutefois sur un espace ouvert, devant l’abbatiale (fig. 19 et 117), comme à Fontenay, par exemple, où l’entrée se trouve au sud-ouest de l’église. Sa position à proximité de la façade de celle-ci n’est pas un cas particulier ; la plupart des abbayes cisterciennes, Bonnecombe, Clairvaux, Les Dunes, Vauluisant, Silvacane (fig. 118) et Le Thoronet, pour ne citer que celles-ci, comprennent une entrée monumentale dans l’axe de l’abbatiale. Cette disposition permet de nuancer l’image d’un monastère « coupé » du monde. Certes, dans le cas de l’abbaye d’Aulps, l’église devait être visitée à périodes régulières par les pèlerins venant prier sur les reliques de saint Guérin. Si les sources médiévales ne relatent guère ce phénomène, la monumentalité du porche de l’abbatiale ne peut laisser indifférent et traduit encore aujourd’hui l’importance du lieu tel qu’il se présentait aux yeux des fidèles (fig. 18, 22 et 119).

Fig. 117 - Accès à l’abbatiale par l’ancienne rampe XVIIIe siècle.

Fig. 118 - Vestiges de l’ancienne porterie de Silvacane (Bouches-du-Rhône).

Fig. 119 - Accès à l’église abbatiale.

5.1. La porterie médiévale

3À l’instar de nombreux monastères, la porterie de Sainte-Marie d’Aulps est l’espace de contact privilégié entre les populations paysannes et les moines qui exercent des fonctions de justiciers, hôtes ou administrateurs. Elle est donc naturellement un lieu de justice, d’accueil, d’administration et abrite l’essentiel des multiples relations induites par ces trois fonctions (Baud, Delerce 2004 : 5).

  • 50 Première mention connue le 4 décembre 1320 : AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 51.
  • 51 Première mention connue le 25 novembre 1287, mais sans précision de son implantation : AD Savoie, B (...)
  • 52 Arch. di Stato, Torino, Sezioni Riunite, Economato dei Benefizi Vacanti, abbazia di S. Giovanni del (...)

4D’emblée, il faut remarquer que la porterie est associée à un parcours destiné à affirmer la toute-puissance d’Aulps et à mettre en garde la population locale ou les voyageurs. Les fourches patibulaires constituent le premier jalon d’une édifiante et macabre mise en scène de la Justice. Elles sont situées en bordure du chemin très fréquenté de l’Haut-Thex menant de Saint-Jean-d'Aulps au Biot, à quelques centaines de mètres de l’abbaye50. Les prisons, deuxième repère, occupent elles aussi, à l’angle nord-est de l’enceinte, un emplacement stratégique. Cette imposante construction de deux étages est située à une cinquantaine de mètres à l’est de l’entrée du domaine. Elle est érigée en bordure de route devant le pont de l’abbaye et marque un passage obligé51. Enfin, la porterie abrite régulièrement le tribunal de l’abbé, en vertu des droits de haute justice qu’il détient depuis 125352. Dès lors, ce bâtiment semble être le lieu ordinaire pour la tenue des assises du monastère. La porterie est quelquefois le théâtre de scènes spectaculaires et elle est associée à un parcours expiatoire. Ainsi en témoigne un procès de 1438 mettant en scène Pierre Gay, délinquant exhibitionniste et François d’Auriliaco, juge de la vallée d’Aulps. La sanction, précisément décrite, doit être exemplaire :

Nous, François d’Auriliaco, docteur en droit, juge de la vallée d’Aulps pour les révérends religieux d’Aulps. Nous faisons savoir à tous qu’en l’an du Seigneur mille quatre cent trente huit et le huitième jour du mois de juillet, à la troisième heure, nous avons siégé au tribunal de l’abbaye, c’est à dire entre ses deux portes d’entrée, lieu où, selon la coutume, nous tenons nos assises publiques (...) Devant nous a comparu Pierre Gay de Morzine (...) pour avoir montré son derrière aux gens et officiers de la cour lors d’une précédente audience (...). Nous condamnons Pierre Gay à demeurer deux heures torsenu au pilori (…) au sortir du pilori, il portera un cierge allumé entre ses mains jusqu’au grand portail de la cour de l’abbaye d’Aulps. Devant ce portail il se confessera publiquement d’avoir si mal agi. Ceci fait, il traversera la cour, et il se rendra devant le grand autel de l’abbatiale où il offrira le cierge (…). (Rabut 1891 : 263-266).

5La porterie abrite également les activités plus ordinaires d’accueil et d’assistance. Peu avant 1241, Aulps acquiert des dîmes dans deux paroisses grâce aux subsides de l’évêque de Genève, Aimon de Grandson (Delerce 2003 : 109). Le prélat stipule expressément que le produit devra être affecté à l’aumône distribuée à la porte de l’abbaye. Un service monastique spécialisé dans l’assistance se met en place et, au XIIIe siècle, le portier d’Aulps devient un personnage incontournable de la hiérarchie de l’abbaye. Il gère des revenus fixes importants affectés à l’aumône de la porte. Il sera aidé un siècle plus tard par le panetier. Au Moyen Âge, cette distribution se déroule à la fin de l’hiver en période de soudure : le Mardi gras et le Jeudi saint. Elle est probablement composée, comme ailleurs, de pain, de fèves et de vin.

  • 53 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps, correspondance (...)
  • 54 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 76.
  • 55 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 44.
  • 56 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 69 et 6 H 2, pièces nos 87 et 93.
  • 57 AD Haute-Savoie, 6 H 2, pièce n° 105.

6Enfin, après la salle du chapitre située dans le cloître, la porterie et ses abords sont des lieux choisis en priorité pour traiter de l’administration des terres, de questions fiscales ou pour trancher les nombreux petits et gros litiges inhérents à la propriété foncière. Le bâtiment joue alors pleinement son rôle de connexion entre deux mondes. Plusieurs chartes* rédigées en ces différentes occasions mentionnent précisément le lieu des négociations et permettent d’apporter quelques indices à propos de la composition du complexe d’accueil d’Aulps au Moyen Âge. Il est constitué, selon les mentions, d’une chapelle53, d’une salle (ou chambre) basse54, d’une salle neuve en 131655, d’un parloir ou grand parloir entre 1334 et 135356 et peut-être d’une hôtellerie en 136657. Des seigneurs, des témoins, des arbitres, d’autres abbés et des procureurs de toutes origines, de toutes conditions côtoient les moines dans cet espace restreint.

5.2. Période Valaisanne : reconstruction de la porterie et de l’hôtellerie

7L’occupation de l’abbaye par les Valaisans au cours du XVIe siècle est sans doute à l’origine des restructurations du monastère. Des abbés réguliers résidant sur place sont rétablis. Avec compétence, ils travaillent à la restauration spirituelle et matérielle de l’abbaye en étroite collaboration avec les gouverneurs valaisans logeant sur place. Un nouveau complexe d’accueil est édifié, probablement à l’emplacement ou à proximité du précédent ; la porterie actuelle (fig. 120) en est le seul vestige conservé. La porterie moderne perd ce caractère symbolique lié aux aspects administratifs. Les moines ou les agents des abbés commendataires préfèrent alors, sauf exception, les salles du cloître pour expédier les affaires courantes. Le bâtiment adopte un plan irrégulier dû aux modifications qui ont affecté sa partie occidentale au moment des restructurations de la ferme (8 m N/S x 8 m W x 6 m E). Il était ouvert au nord par une grande porte en arc brisé portant à la clef les armoiries de l’abbaye (fig. 16, 17, 120 et 121) et au sud, par une porte charretière et une porte piétonnière de même style (fig. 122, 123 et 125). Ce bâtiment a subi les dommages d’un important incendie en 1687, nous privant définitivement des aménagements supérieurs et entraînant vraisemblablement l’année suivante la reconstruction de la grande porte septentrionale. Il est probable que la petite baie située au sud, entre la porte charretière et la porte piétonnière, ait été remontée à cette occasion (fig. 124 et 125).

Fig. 120 - Ancien porche XVIIIe siècle construit contre la porterie.

Fig. 121 - Porterie. Mur nord. Parement extérieur.

Fig. 122 - Porterie et vestiges du bâtiment d’accueil (hôtellerie ?).

Fig. 123 - Porterie. Mur sud. Parement extérieur.

Fig. 124 - Porterie. Mur nord. Parement intérieur.

Fig. 125 - Porterie. Mur sud. Parement intérieur.

5.2.1. Un bâtiment d’accueil

8À l’est de la porterie se trouvait un bâtiment qui fut dégagé au cours des dernières campagnes archéologiques (fig. 126-128). De bonne dimension, 10,35 m de long sur 6,25 m de large, il était conservé sur une hauteur atteignant 1,50 m au sud. L’édifice était composé d’au moins deux niveaux. Le rez-de-chaussée correspondait à une grande salle probablement voûtée si l’on considère l’épaisseur des murs (1,50 m). Cet espace était uniquement accessible depuis l’ouest, grâce à une porte de 1,50 m de large assurant la communication depuis la porterie (fig. 129). Les piédroits et l’emplacement du seuil de cette porte étaient partiellement conservés : au sud, le jambage était formé de trois blocs de malm de 0,80 m de hauteur. Rappelons que cette roche a été utilisée dans le réaménagement du sanctuaire de l’abbatiale à la fin XVe ou au début du XVIe siècle. Quant au seuil, son niveau présentait une différence de 0,50 m environ avec celui de l’extérieur, suggérant le caractère semi-enterré du rez-de-chaussée.

Fig. 126 - Fouille du bâtiment d’accueil.

Fig. 127 - Plan archéologique du bâtiment d’accueil.

Fig. 128 - Fouille du complexe d’accueil. Au premier plan, rampe XVIIIe siècle construite sur le bâtiment dérasé.

Fig. 129 - Fouille du complexe d’accueil. Porte entre la porterie et le bâtiment d’accueil.

9L’étage, quant à lui, était desservi par un escalier en vis (fig. 127 et 130), compris dans une tour circulaire adossée à la porte piétonnière. Conservé sur 1,60 m d’élévation, il s’est développé à l’emplacement d’un mur antérieur, de direction est/ouest. Les marches ont été construites en pierres schisto-marneuses rouges, roche locale dure et non gélive. Les murs de la tour (0,85 m d’épaisseur) présentent des parements bien assisés, composés de galets et de pierres de ramassage ; l’élévation repose sur de gros blocs également de « pierre rouge ». Quatre marches, formées d’un seul ou plusieurs blocs, ont été préservées, dont trois entièrement ; elles ne présentent pratiquement aucune trace d’usure. La structure correspond à celle de l’escalier à noyau plein dont les marches portant noyau sont ancrées dans le parement intérieur. La base du noyau est agrémentée d’une moulure à chanfrein droit. L’emmarchement est de 1,60 m de long, pour une largeur de 0,50 m avec une hauteur moyenne de 0,20 m. L’entrée se faisait par l’ouest, du côté de la porte piétonnière.

Fig. 130 - Fouille du complexe d’accueil. Escalier taillé dans les « couches rouges ».

10Situé à proximité immédiate de la porterie, le rez-de-chaussée était ainsi associé aux fonctions d’accueil du monastère : aumône, lieu de justice… Il est possible que l’étage ait servi d’hôtellerie ou de chapelle des étrangers, lieux traditionnellement situés à proximité de la porterie. Si l’on peut imaginer que les pèlerins ayant franchi la porte piétonnière se rendaient directement à l’étage du bâtiment, on peut toutefois s’interroger sur la fréquentation des lieux à la vue de l’excellent état des marches.

11Le dispositif d’accueil mis au jour à Sainte-Marie se retrouve dans de nombreuses abbayes cisterciennes. En effet, la porterie se présente rarement comme une structure isolée. Elle fait généralement partie d’un complexe qui associe divers bâtiments : logement du portier, hôtellerie et chapelle des étrangers. À titre d’exemple, on peut signaler celles des abbayes d’Ourscamp (Oise) ou de Valmagne (Hérault). Par ailleurs, il n’est pas rare que ces structures d’accueil jouxtent, pour des raisons pratiques, le secteur économique qui se caractérise, dans la majorité des cas, par des bâtiments agricoles comme à Vauluisant (Yonne). À l’abbaye d’Aulps, la ferme située au sud de la porterie (fig. 16, 19, 23 et 131) a été édifiée au XVIIIe siècle, mais on verra plus loin qu’elle s’est substituée à un édifice plus ancien.

Fig. 131 - Abbaye vue de l’ouest.

12Ces divers aménagements, déterminés par l’archéologie et les sources textuelles, permettent de reconsidérer les accès d’origine et la circulation à l’intérieur du monastère. L’entrée principale était incontestablement cette double porte. Ainsi, la porte charretière permettait aux différents équipages de pénétrer à l’intérieur de l’enceinte afin d’accéder à la partie basse de l’abbaye occupée par le quartier agricole. La porte piétonnière, quant à elle, était réservée aux visiteurs qui devaient ainsi passer devant le portier qui contrôlait les allées et venues : hôtes de qualité ou simples pèlerins venant vénérer les reliques de saint Guérin.

13Toutefois, il existait une porte secondaire qui assurait à l’abbaye un accès au hameau. Mentionnée en 1638 (Delerce 2005), puis en 1674 dans une carte de visite, elle était peut-être une création tardive :

  • 58 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Co (...)

(…) Nous interdisons l’entrée des maisons pres de la porte a touts les r[eligeu]xs sous peine de desobéissance et de n’aller point hors de cette grande porte58.

5.3. Le pèlerinage à Saint Guérin

14Si les sources textuelles médiévales sont quasi inexistantes sur l’origine du pèlerinage à saint Guérin (fig. 5 et 132), l’archéologie monumentale livre des indications essentielles sur la précocité du culte probablement rendu au deuxième abbé de Sainte-Marie d’Aulps. Les textes modernes, en revanche, confirment le développement tardif du pèlerinage.

Fig. 132 - Vitrail de saint Guérin, église de la Moussière (Saint-Jean-d’Aulps).

5.3.1. Au Moyen Âge

  • 59 AD Savoie, B 1690, fol. 301r°-v°, n° 1692.
  • 60 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 219v°, n° 831.

15Alors que les journées étaient rythmées par les offices religieux et le travail silencieux, l’abbatiale semble accueillir très tôt un pèlerinage d’importance régionale sur la tombe de Guérin, deuxième abbé d’Aulps et évêque de Sion (canton du Valais, Suisse). En réalité, l’absence de sources médiévales ne permet pas de vérifier de manière formelle l’origine de ce pèlerinage. Guérin meurt entre 1150 et 1159 à Sainte-Marie d’Aulps. On sait qu’en 1257, le seigneur Pierre de Boëge fait une donation en faveur de l’autel de saint Guérin59, qu’en 1356, Aimon Tournier se reconnaît homme-lige d’Aulps devant le même autel60 et que l’ancien abbé d’Aulps est inscrit dans plusieurs nécrologes* médiévaux, tel celui de Saint-Oyend de Joux (Guigue, Laurent 1933 : 330). Par ailleurs, l’abbaye possède diverses reliques dont celles des martyrs de la Légion thébaine (fig. 133) provenant de Saint-Maurice d'Agaune (Hausmann 1997 : 309). Ces mentions, bien que peu nombreuses, attestent néanmoins d’un culte rendu au saint abbé. Mais quelle en était l’ampleur ?

Fig. 133 - Saint-Maurice d’Agaune (Suisse). Porte contemporaine de l’église avec la représentation des martyrs de la Légion thébaine. Portail en bronze Ph. Kaeppelin et M. Diesner 1999.

16L’église, reconstruite dès la deuxième moitié du XIIe siècle, semble correspondre à une double volonté. D’une part, l’édification d’une abbatiale purement cistercienne concrétise l’affiliation de l’abbaye à l’ordre de Cîteaux (1136) ; d’autre part, l’accueil de la dépouille de Guérin dans cette nouvelle abbatiale est, certes, en accord avec les statuts de l’ordre (Waddell 2002 : 88), mais ce pourrait aussi être une forme de consécration du « premier abbé cistercien ». Malgré son élévation à la dignité épiscopale, Guérin est revenu mourir à Aulps ; sa sanctification vox populi tend ainsi à gommer le souvenir de ses réticences lors du rattachement de Sainte-Marie à l’abbaye de Cîteaux. Si l’on retient cette hypothèse, on ignore toutefois où se trouvait le premier tombeau.

17L’accent mis sur la façade occidentale de l’église est significatif de l’ambition religieuse des moines qui n’étaient probablement pas indifférents à l’impact que pouvaient exercer les saintes reliques sur la dimension économique du monastère. Dès le premier tiers du XIIIe siècle, qui correspond à la fin du chantier de l’abbatiale, l’entrée destinée aux visiteurs était précédée d’un escalier monumental (fig. 57, 58, 91 et 134). Beaucoup plus élancée qu’elle n’apparaît aujourd’hui, la façade de Sainte-Marie est encore dominée par un élégant portail dont les archivoltes et les moulures latérales se prêtent généreusement aux jeux de l’ombre et de la lumière. Or, ce portail ne s’inscrit guère dans les exemples cisterciens classiques comme Bonmont (canton de Vaud, Suisse), l’abbaye sœur de Sainte-Marie. En revanche, il existe des similitudes dans des exemples prestigieux tels que Fossonava (Italie), une fondation de Hautecombe en terre d’Empire.

Fig. 134 - Restitution des niveaux primitifs de la porterie à l’église.

5.3.2. À l’époque moderne

18Ce n’est que beaucoup plus tard, en 1638, qu’une visite de Jacques Béraud, conseiller du Prince cardinal de Savoie, livre des informations sur les aménagements liturgiques liés au développement du pèlerinage, ainsi qu’un inventaire précis du trésor de reliques (texte édité dans Delerce 2005 : 371-430). En effet, outre le sarcophage de saint Guérin placé dans la nef de l’église, l’abbaye possède de nombreuses reliques parmi lesquelles sont nommées celles de saint Félix, « le chef » de sainte Félicule (l’une des onze-milles vierges), le lait de Notre Dame, la mitre, le peigne liturgique, la crosse et la clef de saint Guérin.

5.3.2.1. Abbatiale et aménagements liturgiques d’après Jacques Béraud (fig. 135)

19La description de Jacques Béraud permet de restituer l’aménagement intérieur de l’abbatiale au début du XVIIe siècle. Selon le visiteur, un autel dédié à saint Guérin serait placé dans la nef de l’église en avant du tombeau, lequel est probablement au milieu du chœur liturgique puisque les stalles des moines occupent l’espace joignant l’autel au sanctuaire. La tombe de saint Guérin est décrite de la manière suivante :

de marbre noir… couvert de deux tapis l’un de toile rayée et l’autre damassé, le tout fort vieux.

20Jacques Béraud situe la chaire prédicable à droite de l’autel tandis qu’à sa gauche, il décrit la niche réservée aux orgues. Deux autres autels, l’un consacré aux morts et portant les images de saint Guérin et de saint Bernard, l’autre, orné d’une image de Notre Dame, sont situés à l’avant du chœur monastique, face au portail. Ces deux autels sont probablement placés dans la nef, en fermeture du chœur. Dans le sanctuaire, se trouve le grand autel à la gauche duquel se situe le siège abbatial. Au nord, deux chapelles sont mentionnées, dont l’une d’entre elles correspond à la fondation des seigneurs de Cursinges ; au sud, une chapelle est placée sous le vocable de saint Loup et comprend un tableau de saint Guérin et une sculpture de saint Loup. Le trésor de reliques est probablement placé dans une autre chapelle du bras sud du transept.

Fig. 135 - Restitution des aménagements liturgiques de l’abbatiale.

21Dans l’ensemble, cette disposition liturgique, connue pour la période moderne, est commune à d’autres établissements monastiques. On nommera l’abbaye cistercienne de Hauterive (Fribourg, Suisse) dont l’église présente encore aujourd’hui une organisation interne très proche de celle de Sainte-Marie d’Aulps : les stalles, datées du XVe siècle, sont situées dans la nef et se ferment à l’ouest par une clôture contre laquelle s’adossent deux autels. Une tombe est aménagée au milieu du chœur liturgique et la chapelle consacrée aux reliquaires est également située dans le bras sud du transept, plus précisément sous l’escalier menant au dortoir des moines. N’était-ce point le cas à Sainte-Marie d’Aulps ? D’obédience différente, d’autres cas sont comparables. À Souvigny, par exemple, important prieuré clunisien Bourbonnais (Allier), le tombeau monumental des abbés saint Maïeul et saint Odilon était placé dans la nef, en avant du chœur monastique, alors que dès le XIVe siècle, une « armoire à reliques » avait été placée contre le mur sud du transept (Chevalier, Maquet 2003 : 77).

22S’il est fort probable que le culte à saint Guérin comme deuxième abbé de Sainte-Marie, puis évêque de Sion, ait existé très tôt à Aulps, il est évident qu’il a été revivifié au moment de l’intermède valaisan (1536-1569). Rétablissant des abbés réguliers, les Valaisans exercent en effet une forte autorité sur le monastère. Remettre à l’honneur le culte de saint Guérin, comte-évêque de Sion (fig. 5 et 132), ne paraît pas aberrant et justifie les aménagements monumentaux autour de son tombeau, la multiplication des images votives et l’importance des reliques liées à sa charge épiscopale.

5.3.2.2. Évolution des lieux au XVIIIe siècle (fig. 136)

  • 61 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Co (...)

23En 1679, un supérieur de Tamié dénonce les dégradations causées par le pèlerinage sur la tombe de saint Guérin61. Il témoigne ainsi de l’importance d’un culte favorisant une grande promiscuité entre religieux et laïcs. Ce problème récurrent ajouté aux sollicitations extérieures visiblement très nombreuses, entraîne un certain relâchement. On signale par exemple que les aumônes sont suspendues depuis deux ans et que la muraille est en mauvais état ; on rappelle systématiquement que la fréquentation des maisons situées à l’est du monastère est interdite aux moines :

  • 62 Ibid., p. 56.

(…) Et afin d’empescher tout a fait l’entrée des seculiers dans le monastaire, nous ordonnons au superieur de faire faire incessamment deux murailles qui prendront des la petitte porte murée de la grande entrée de l’abbaye jusqu’au devant le degré qui vat a la grande porte de l’esglise, de faire faire les degrés pour monter a la grande porte d’esglise, comme aussy deux portes de boys pour la grande et petitte porte que l’on ferat demeurer aussy bien que celle de la porte qu [e] l’on ferat vis a vis de la grande de l’esglise suivant le projet que nous avons laissé. On donnerat le tout a prix fait et l’argent pour payer cela sera mis entre les mains du cellerier qui en rendrat un fidel compte62.

24C’est ainsi qu’entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, on réaménage totalement l’accès à l’abbaye en séparant l’entrée des laïcs de celle des moines. La construction d’une rampe (inverse à celle qui est actuellement restituée) dessert directement l’église à partir du chemin situé à l’extérieur des murs. Les fouilles ont montré qu’elle avait été établie à l’emplacement du bâtiment d’accueil (fig. 136) : les murs détruits servaient en effet de fondation à la nouvelle structure. La construction de la rampe (fig. 117 et 119), établie en pente douce jusqu’au portail, a nécessité un apport relativement important de terre, bien que les premières couches aient toutefois été composées des matériaux provenant des destructions. La nouvelle entrée, jouxtant alors le grand portail de la porterie, a été dotée d’une porte monumentale dont les bases des deux piédroits et la partie occidentale du mur concave lié à la rampe ont été retrouvées (fig. 120).

Fig. 136 - Stratigraphie de la rampe à la hauteur du parvis de l’église.

25Ces aménagements modernes procèdent d’énormes restructurations à la fois liturgiques et temporelles. De manière plus générale, ils participent aux grandes mutations qui affectent alors l’ensemble des monastères depuis plus d’un siècle. La construction de la rampe va couper définitivement le monastère en deux : la partie basse est uniquement destinée aux secteurs économiques avec granges et ferme, le haut du monastère étant réservé aux moines. Au-delà de l’enceinte, cabarets et maisons d’habitation constituent le nouveau pôle d’accueil de l’abbaye.

5.4. Le tombeau de Saint Guérin

  • 63 AD Savoie, B 1690, fol. 301r°-v°, n° 1692.

26Muets sur le pèlerinage (fig. 137), les textes médiévaux ne sont guère plus loquaces à propos du tombeau de saint Guérin. Des bribes d’informations éparses à considérer avec d’infinies précautions donnent cependant une idée générale du sujet. La présence attestée d’un autel placé sous le vocable du Bienheureux en 1257 suppose l’existence d’un tombeau à proximité63. La période antérieure n’est éclairée que par une notice cistercienne à la tradition douteuse. Elle est publiée en 1970 par Clovis Lugon dans son ouvrage sur saint Guérin. Voici sa traduction :

« Dix ans après la mort du Bienheureux [vers 1160-1170], ses restes furent relevés de terre et déposés dans un sarcophage de marbre situé au milieu du chœur, en avant » (Lugon 1970 : 255).

27Cet emplacement privilégié n’est pas en infraction avec les statuts cisterciens de 1152 et 1180 qui autorisent les sépultures de rois, reines ou évêques dans l’enceinte de l’église (Waddell 2002 : 88). Il est en revanche certain que les moines ont déposé à côté du corps de saint Guérin des répliques de ses insignes épiscopaux en signe d’humilité : une crosse en bois, un calice en étain (fig. 138) et un chapelet. Les deux premiers objets retirés du tombeau en 1793 sont toujours conservés en l’église paroissiale de Plan d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps. Les mêmes attributs, à l’exception du troisième, ont été découverts aux côtés d’Amédée d’Hauterive († 1159). Ce contemporain de Guérin fut abbé cistercien de Bonnevaux (Isère), puis devint évêque de Lausanne avant d’être inhumé dans sa cathédrale (Besson 1930 : 22).

Fig. 137 - Ancienne châsse de saint Guérin lors de la procession de 1938.

Fig. 138 - Calice de l’abbatiale (église paroissiale).

28Les textes modernes livrent plus d’informations. En 1638, la châsse est de marbre noir et supportée par deux piliers de même matière. Il s’agit donc d’une structure en élévation engravée d’une longue épitaphe reproduite en 1697 par Pierre Le Nain, sous-prieur de La Trappe (Le Nain 1697 : 427). Des éléments de la transcription tel Pont a Mousson natus invitent à dater sa composition, par un certain Nicolas de Liège, de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne. En 1666, l’aménagement est ainsi décrit :

  • 64 AD Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie. Procès-verbal d’installation du prieur (...)

Le tombeau de s[ain]t Guérin est derriere le coeur des religieux, estant de marbre noir avecq quattre petittes colonnes aussy de marbre qui soustiennent une voutte au dessus dud[i]t tombeau64.

29Ceci accrédite une courte citation de la chronique manuscrite de l’abbaye d'Aulps, rédigée peu après 1720, qui compare le tombeau de saint Guérin aux trois tombeaux qui se voient derrière le maître autel de Clairvaux (Mudry 1988 : 96), dont celui de saint Bernard ainsi évoqué par Chrysogonus Waddell :

(…) une tombe-autel en marbre, surmontée d’un ciel en marbre, soutenu par quatre colonnes. Plus tard, l’édifice reçut d’autres embellissements telles que des arcatures et différentes structures d’appoint, sans parler de la statue de l’abbé saint Bernard, perchée au sommet de cette monstruosité architecturale (Waddell 1992 : 142-143).

30En 1709, un réaménagement de la circulation aux alentours du tombeau de Guérin est entrepris, sans doute en conformité avec les vœux exprimés dès 1679 par des supérieurs de Tamié désirant mettre un terme aux dégradations commises par les pèlerins :

  • 65 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Co (...)

On ne permettra que dans des occasions extraordinaires a des particuliers d’entrer au dedans des balustres, ordonnant que l’on refuse cette grace ordinairement au peuple dont la devotion est si peu reglée et dont les empressements indiscrets a toucher et gratter le tombeau de saint Garin troublent le repos de la communauté, l’embarassent dans les divins offices et defigurent ce saint mosolé65.

  • 66 Les détails de ces péripéties sont tirés de : Arch. paroissiales de Morzine, fonds non classé de la (...)

31Dans l’après-midi du 25 juin 1793, le tombeau est ouvert par des officiers français et des représentants du département du Mont-Blanc en présence d’une foule de soldats et d’habitants de Saint-Jean-d’Aulps ou de Thonon. Manifestement déçus par l’absence d’objets précieux, tous se retirent non sans avoir prélevé deux dents et quelques ossements. Le 4 juillet suivant, le maire de Saint-Jean-d’Aulps scelle le tombeau qui est pourtant peu après à nouveau ouvert par des soldats. Pour éviter des dommages plus graves, les restes de Guérin sont définitivement extraits du sarcophage le 18 novembre et déposés dans un coffre en chêne66. Du sarcophage, il n’est dès lors plus fait aucune mention. Aura-t-il servi, comme les marbres des autels, à faire des crèches dans les écuries du village de l’abbaye ?

  • 67 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 513r°, n° 862.

Petite vie de saint Guérin
Arnaud Delerce
Guérin (fig. 5, 132) naît vers 1065 à Mousson (aujourd’hui Pont-à-Mousson, Meurthe-et-Moselle). Il est probablement issu de la famille des châtelains du lieu, connue pour ses libéralités à l’endroit de l’abbaye de Molesme (Laurent 1907 : 225-226) où le jeune Guérin entre avant 1085. Il côtoie Robert de Molesme, Aubri et Étienne Harding, les trois futurs fondateurs de Cîteaux. Afin de mener une vie spirituelle plus étroitement conforme à la Règle de saint Benoît, il quitte vers 1094 son abbaye pour fonder une celle* à Aulps dont il est élu abbé entre 1110 et 1113. L’évêque de Genève lui cède l’église paroissiale de Saint-Cergues (1113) et il obtient du pape Calixte II une bulle confirmant la liberté d’élection abbatiale (1119). Guérin aurait aussi reçu une propriété à Hautecombe (1121). Il participe avec de nombreux autres prélats de la région à l’accord de Seyssel entre l’évêque et le comte de Genève (1124). En 1131, il obtient une donation pour les moines de Bonmont. Sous la pression de Bernard de Clairvaux, dont il reçoit deux lettres (CCLVI et CLXXXII), Guérin fait passer Aulps à l’ordre cistercien en 1136.
Guérin est élevé à l’épiscopat de Sion au début de l’année 1138. Il mène une intense activité politique contre les prétentions de la famille d’Allinges (1138), du comte de Savoie Amédée III (1141-1143) et achève la réforme canoniale des chanoines d’Agaune. Guérin serait mort à Aulps un 6 janvier (tradition cistercienne) ou un 27 août (nécrologes* de Sion et Abondance) entre 1150 et 1159, au terme d’un séjour prolongé et après avoir résigné sa charge épiscopale (références dans Delerce 2008a : 31-32).
Des reliques singulières guérissent les bêtes
Les trois clés de saint Guérin
Louis Charnavel, Arnaud Delerce
Le culte de saint Guérin est très présent dans la vallée d’Aulps et même au-delà comme en Lorraine. Il est connu comme protecteur et guérisseur des troupeaux de bovins, d’ovins et de chevaux. Mais cela n’empêche pas que plusieurs guérisons miraculeuses de fidèles lui sont attribuées. La représentation traditionnelle est celle de l’abbé tenant d’une main sa crosse pastorale et de l’autre une clef, encadré par une vache et une mule (fig. 139).
La clef (fig. 140) est attestée dans un article de l’Inventaire des titres, dressé en 1736 :
Accord fait le 28 août 1512 par devant Révérend sieur Jean de Laconnay, abbé de Monteront (Vaud), entre dom Jean Trolliet, religieux et sacristain de l’abbaye d’Aulps, et les Révérends dom Jean Lhoste prieur, doms Jean et André de Montfort et les autres religieux, par rapport aux offrandes qui se faisaient à l’autel de saint Guérin, de même qu’à tout ce qui provenait de la clef de ce saint, portant que toutes celles qui se feront le jour de saint Guérin et de saint Loup se partageront également entre lui et tous les autres religieux, à la réserve de la cire qui sera dédiée et appliquée au maintien du luminaire de l’église. Mais pour toutes celles qui se feront les autres jours, de même que celles provenant de la clef, appartiendront au susdit sacristain au moyen d’un florin qu’il donnera, tous les ans, à chaque religieux faisant sa résidence à l’abbaye67.

Fig. 139 - Statue de saint Guérin, église de la Moussière (Saint-Jean-d’Aulps).

  • 68 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps, « Inventaire d (...)
  • 69 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps. Dossier des tr (...)

La relique proprement dite est constituée du fermoir de la ceinture trouvée, selon la tradition, sur le corps de Guérin à sa mort. Seul l’étui épousant vaguement les formes de ces deux crochets de fer lui donne son nom. En 1638, l’objet conservé dans le reliquaire de l’abbatiale est ainsi décrit : (…) une clefs couverte d’ung ruban ou est la clefs de sainct Garin haulte de six onces (16 cm) avec son estuy neufs (Delerce 2005), étui en argent dans un inventaire rédigé en 179268. Les populations paysannes attribuent à cette clé des pouvoirs miraculeux, principalement la guérison du bétail malade et dans une moindre mesure celle des hommes. Au XVIIe siècle, les moines d’Aulps parcourent ainsi régulièrement les montagnes de la Savoie du nord et de la Suisse à la demande de communautés touchées par des épizooties. Avant 1635, une partie de la relique est cédée au curé du Biot, sans doute pour mettre fin aux trop fréquents déplacements des moines dénoncés dans plusieurs visites régulières. Il existe dès lors deux clés de saint Guérin, dont celle du Biot qui est communément appelée clé des granges.
Lorsque le dernier prieur d’Aulps, Amédée Collet, est chassé de son monastère par les Français dans les premiers mois de l’année 1793, il emporte avec lui la clé de l’abbaye. Nommé curé d’Armoy en 1803, il implante le culte dans sa nouvelle paroisse grâce à la relique. Après le rétablissement du culte, la possession de l’objet devient un sujet de polémique entre les paroissiens de Saint-Jean-d’Aulps et la cure d’Armoy, comme le laisse apparaître cet extrait d’une lettre rédigée en 1856 par Hyacinthe Jordan, fils du secrétaire de la communauté de Saint-Jean-d’Aulps pendant la Révolution : D’après ce que m’a souvent répété mon père, il fut un moment dépositaire de la dite relique et ne la livra ensuite à dom Collet que sur la formelle promesse qu’après sa mort la relique reviendrait ou serait restituée à la localité qui avait le bonheur de posséder saint Guérin, mais il n’en a rien été. On conçoit qu’alors les dits prieur et procureur, ainsi que les religieux perdaient un peu la tête, mais non mon père qui en ce temps là était dans la vigueur de l’âge et homme de courage (…)69. Les villageois de Saint-Jean-d’Aulps font semble-t-il exécuter vers 1805 une autre clé à partir de celle du Biot, la troisième clé de saint Guérin. Une autre version moins plausible voudrait que la relique de Saint-Jean-d’Aulps soit l’originale, pieusement conservée par une famille de la commune pendant les troubles révolutionnaires …
L’objet était mis en contact direct avec les animaux, les aliments donnés dans le courant de l’année aux bêtes ou l’herbe et le chanvre. Il appartient à la même série rituelle que les clés de saint Hubert et saint Pierre ou les clous de divers saints. Son imposition s’accompagnait d’une formule rituelle sobre : « Que la clé de saint Guérin te touche, que Dieu te guérisse ». Typiquement alpin, le culte de saint Guérin est répandu dans toute la Savoie et dans une partie du Valais (Monthey, Saint-Maurice), Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté (Devos 1991 : 121).

Fig. 140 - Clé de saint Guérin (trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps).

  • 70 Toutes les informations de cet encart sont tirées de : Arch. paroissiales de Morzine, fonds non cla (...)

Les tribulations des reliques de saint Guérin 1793-196270
Arnaud Delerce
Du 18 novembre au 31 décembre 1793, le reliquaire en chêne est entreposé dans la sacristie de l’église paroissiale de La Moussière puis muré dans une de ses parois d’où il est extrait et transporté chez un particulier début avril 1794 pour satisfaire la piété de quelques particuliers. Le 21 avril 1794, des bruits de pillage se répandent en vallée d’Aulps. Le reliquaire est alors confié à la garde de Jean-François Favre, un villageois de la Moussière, qui l’emmure derrière le fourneau de sa cuisine. Le dernier prieur d’Aulps, Amédée Collet, procède à une reconnaissance, in situ, le 28 novembre 1798. Le contexte politique s’étant normalisé, l’évêque d’Annecy autorise le 10 août 1804 le curé de Saint-Jean-d’Aulps à transférer les reliques de la maison particulière à une chapelle latérale de l’église. C’est chose faite le 28 août 1804. À cette occasion, une châsse de bois en forme de tombeau au décor imitant le marbre est fabriquée pour accueillir les restes de Guérin. Le 13 décembre 1809, une nouvelle châsse est terminée. Plus monumentale, elle abrite une effigie en cire revêtue d’habits épiscopaux. Lors de l’incendie de l’église paroissiale dans la nuit du 11 au 12 mars 1823, des habitants de la Moussière sauvent la châsse et l’entreposent chez François Favre, puis elle reprend place dans l’église paroissiale reconstruite. Les 27 et 28 août 1851 ont lieu une nouvelle reconnaissance et une nouvelle translation. Les restes sont portés dans une quatrième châsse offerte par le curé de Saint-Jean-d’Aulps Antoine Lacombe. Elle est aujourd’hui conservée en l’église de Plan-d’Avoz qui abrite le trésor paroissial. Le 21 janvier 1883, le curé Gavard procède à l’ouverture du reliquaire et prélève quelques os. Au début de l’année 1885, les rivalités entre les deux sections de la commune de Saint-Jean-d’Aulps atteignent leur paroxysme lorsqu’il est question de transférer les reliques d’une rive à l’autre. Le curé Gavard redoute des violences, voire l’attaque du presbytère où il a entreposé provisoirement le corps. Le 8 janvier, sur ordre de l’évêque, il porte les reliques à l’évêché d’Annecy où elles attendent quelques mois que les esprits s’apaisent. Elles sont ensuite transférées en l’église paroissiale de Plan-d’Avoz. En 1905, la loi de séparation des Églises et de l’État et, plus encore, l’inventaire rédigé à l’occasion font craindre au curé Maistre, selon ses mots un peu excessifs, une profanation des reliques de saint Guérin. Elles sont donc déposées dans la cure en attendant d’être cachées dans un chalet d’alpage. Le 25 août 1952, l’évêque d’Annecy Auguste Cesbron demande au curé de Saint-Jean-d’Aulps l’autorisation de prélever quelques os : deux fragments du crâne et une partie de vertèbre. A cette occasion, le calice d’étain (fig. 138) et un morceau de la crosse abbatiale de Guérin sont déposés dans une cassette à part et trois vertèbres exposées dans un second reliquaire. En 1962, l’effigie en cire considérée comme démodée est brûlée. Le curé Bel remise le reliquaire de 1851 et le remplace par l’actuel. Le vicaire capitulaire Duret procède pour l’occasion à un nouveau transfert et prélève deux os de l’avant-bras pour la réalisation de deux reliquaires. L’un est cédé à La Moussière, l’autre est envoyé à la paroisse Saint-Guérin de Sion. L’actuel (en 2008) reliquaire (fig. 141) de l’église paroissiale de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps est composé de deux tiroirs. Le premier, avec monstrance, contient le fémur et l’humérus du saint. Le deuxième protège le crâne, un fémur, un humérus, deux tibias, les vertèbres et un petit sac contenant des débris d’os.

Fig. 141 - Trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps.

  • 71 AD Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie. Procès-verbal d’installation du prieur (...)

Le trésor d’Aulps
Arnaud Delerce
Aspect peu connu et surprenant d’Aulps, la composition de son trésor est éclairée par un inventaire des reliques rédigé en 1638 et par le procès-verbal de l’installation du prieur Blaise Leaulté en 166671. L’abbaye est à l’évidence un lieu de pèlerinage richement doté dont saint Guérin occupe logiquement la place centrale par les objets ou linges lui ayant appartenu. Mais ce n’est pas tout. On trouve dans l’énumération des reliques les grands classiques de l’époque médiévale : fer de la sainte Lance, lait de la Vierge, épine de la sainte Couronne ou bois de la Croix, le tout présenté à la piété des fidèles dans de riches reliquaires. Ces objets ont aujourd’hui disparu, victimes du pillage de l’abbaye par les Vaudois en 1689 ou suite à la sécularisation en 1793. Quelques pièces épargnées, comme le buste-reliquaire de sainte Félicule (fig. 142), chef-d’œuvre d’orfèvrerie médiévale aujourd’hui conservé en l’église paroissiale de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps, témoignent à peine de la richesse de ces objets liturgiques singuliers jadis conservés à Aulps.
- La crosse de saint Guérin, haute de 30 cm, est enchâssée sur un pied d’argent. La scène de l’Annonciation est engravée dans l’ivoire de la volute.
- La mitre de saint Guérin est conservée dans une simple boîte en bois. La légende veut que l’objet soit sorti miraculeusement intact du brasier où les Vaudois l’avaient jeté lors du pillage de l’abbaye en 1689.
- Le peigne liturgique de Guérin serait probablement celui utilisé lors de son élection épiscopale en 1138.
- La boîte de la clé de saint Guérin (fig. 140) est neuve et entourée d’un ruban.
Aux côtés des objets destinés au culte rendu à saint Guérin, la pièce maîtresse du trésor est incontestablement une croix-reliquaire de 75 cm de hauteur ornée de pierres précieuses saphirs, rubis, émeraudes, lapis-lazuli et turquoises. Son pied d’argent doré mesure 23 cm de hauteur. La croix proprement dite est sculptée dans l’ébène et mesure 45 cm de hauteur pour 35 de large. Elle est revêtue sur ses deux faces de deux parties ciselées probablement en argent. D’un côté est figuré un crucifix au sommet duquel est enchâssée une épine de la Couronne du Christ et en son extrémité inférieure un fragment de la Croix. De l’autre, se trouve l’Agneau pascal entouré des quatre évangélistes. Elle paraît semblable, bien que plus grande, à la croix-reliquaire dite de saint Louis conservée dans le trésor de Saint-Maurice-d’Agaune.
- Un grand ciboire-reliquaire en argent de 80 cm de hauteur, où plusieurs saints sont figurés, contient du lait de la Vierge.
- Une croix-reliquaire en cristal à tenons et pied d’argent mesurant 80 cm de hauteur renferme des fragments de la sainte Lance.
- Un chef-reliquaire de bronze argenté de 32 cm de hauteur abrite le crâne de saint Félix et plusieurs autre os. Il est orné d’une grosse émeraude et de quatre plus petites.
- Un buste-reliquaire en cuivre repoussé contient les restes de sainte Félicule (fig. 142). En 1638, la plupart des pierreries était déjà manquante.
- Deux bras-reliquaires en argent, avec leurs bases en cuivre, sont garnis de plusieurs pierres. L’un contient des restes de martyrs de la Légion thébaine, l’autre des os de saint Denis et de ses compagnons.
- Une mitre épiscopale, brodée de perles et garnie de quatre pierres précieuses.
- Huit reliquaires d’ivoire et d’ébène et sept bourses renferment des reliques indéterminées. Ils ne sont plus que quatre en 1666.
- Un reliquaire de forme ronde surmonté d’une croix, d’une hauteur totale de 24 cm pour un diamètre de 14. Son contenu est inconnu.
D’autres objets précieux sont conservés dans la salle du trésor, sans doute l’une des chapelles sud de l’abbatiale reconvertie : des calices d’argent, des encensoirs et autres ostensoirs.

Le buste-reliquaire de sainte Félicule
Sophie Marin
Technique : orfèvrerie
Matériaux : Cuivre doré repoussé
Datation : vers 1320-1340
Classé au titre des objets : 1952/02/01 (base
Palissy des Monuments Historiques, fiche 628
versée 1993/11/26, ref. PM74000350)
h. 43 x l. 42 x prof. 25 cm
Église paroissiale de Saint-Jean-d’Aulps
Selon le Martyrologe romain, Félicule, refusant d’épouser le citoyen romain Flaccus et de sacrifier aux idoles, fut conduite devant un juge qui voyant sa constance à confesser le Christ, la tint longtemps dans une ténébreuse prison, la privant de toute nourriture et la fit ensuite tourmenter sur le chevalet, jusqu’à ce qu’elle eût rendu l’esprit. Après sa mort, on jeta son corps dans un égout.
Le culte des reliques connaît tout au long du Moyen Âge une immense popularité et les fragments des corps des saints martyrs sont recueillis et diffusés à travers toute l’Europe, faisant l’objet d’une vénération intense et de pèlerinages. Les reliques sont d’abord conservées dans des coffrets ou des châsses. Mais, dès l’époque carolingienne, apparaissent les reliquaires anthropomorphes qui reprennent l’aspect du membre qu’ils contiennent : un fragment de pied, de bras ou de crâne. Le chef-reliquaire de sainte Félicule est un parfait exemple de ces pièces d’orfèvrerie très répandues à l’époque médiévale. Mais elles reçoivent dès le XVIe siècle de sévères critiques de la part des réformateurs qui condamnent la confusion entre le culte des reliques et celui du reliquaire, confusion renforcée par les formes trop humaines de ces somptueux écrins.
Le buste de sainte Félicule est ainsi soutenu par quatre pattes griffues d’oiseau. La sainte porte un diadème orné de pierreries montées en bâtes. Des autres pierres qui parsemaient le col arrondi de sa robe, le pendentif en forme de quadrilobe au centre de sa poitrine et le bandeau inférieur qui enserre le buste, peu ont été conservées. Le visage est plutôt massif, marqué par des joues rondes et pleines, un menton charnu, un nez large et droit, des lèvres qui esquissent un léger sourire et des yeux en amande. Traité d’une manière très frontale, un peu raide, il repose sur un cou large et robuste. Il est encadré par une chevelure aux mèches finement dessinées qui s’étalent dans le dos et dessinent des boucles régulières et symétriques s’évasant au niveau des oreilles. Au sommet de la tête, une ouverture quadrilobée, protégée par un petit panneau vitré de même forme retenu par un fermoir, permet d’apercevoir la relique : le crâne de la sainte.

Fig. 142 - Reliquaire de sainte Félicule (trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps).

Le culte de sainte Félicule, né en Italie, semble avoir été peu répandu de ce côté-ci des Alpes et aucun document d’archives ne permet de connaître l’origine exacte du buste-reliquaire de Saint-Jean-d’Aulps, ni son commanditaire.
La présence du chef-reliquaire dans le trésor de l’abbaye d’Aulps est cependant incontestable. Bien que tardif, l’inventaire de 1638 le mentionne en effet avec une précision qui ne laisse aucun doute sur l’identification : Item le chef de saincte Foeliculee (…) enchassee dans ung chef d’argent (sic), et au dessoubs d’icelluy est la forme des espaulles soubstenues par quattre pattes de cuivre doré garny de plusieurs pierreries la plus part manquantes, le tout d’haulteur d’ung pied troys onces. Mais déjà à cette date, il apparaît sous une forme lacunaire puisque plusieurs pierres sont perdues.
La datation longtemps acceptée de ce buste-reliquaire doit être aujourd’hui révisée. L’arrêté de classement au titre des objets du 1er février 1952 plaçait en effet son exécution à la fin du XVe siècle, mention reprise au début des années 1980 dans le catalogue de l’exposition Des Burgondes à Bayard, mille ans de Moyen Âge (Catalogue Grenoble 1981, p. 229, notice 659). Il paraît plus vraisemblable de dater l’œuvre de la première moitié du XIVe siècle, vers 1320-1340. Le visage souriant sans mièvrerie, les yeux légèrement étirés vers les tempes, les mèches de cheveux traitées en de régulières ondulations rattachent ce buste à la statuaire monumentale du dernier tiers du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle. Les traits tout en rondeur, le menton presque dodu et le cou massif distinguent le visage de la sainte des gracieux minois des modèles d’Île-de-France et amèneraient à chercher l’origine de l’œuvre dans la région du Rhin supérieur.

Notes

50 Première mention connue le 4 décembre 1320 : AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 51.

51 Première mention connue le 25 novembre 1287, mais sans précision de son implantation : AD Savoie, B 1690, fol. 174v°, n° 911. Emplacement dans l’enceinte précisé en 1550 (Truffer 1977 : 159).

52 Arch. di Stato, Torino, Sezioni Riunite, Economato dei Benefizi Vacanti, abbazia di S. Giovanni delle Alpi, mazzo 1.

53 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps, correspondance du curé du Biot Rouppioz, copie d’un acte de juillet 1274.

54 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 76.

55 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 44.

56 AD Haute-Savoie, 6 H 1, pièce n° 69 et 6 H 2, pièces nos 87 et 93.

57 AD Haute-Savoie, 6 H 2, pièce n° 105.

58 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Cornuty, de Jougla et Pasquier, 1665-1733, p. 58-59.

59 AD Savoie, B 1690, fol. 301r°-v°, n° 1692.

60 AD Savoie, SA 3435, inventaire de Chamosset, fol. 219v°, n° 831.

61 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Cornuty, de Jougla et Pasquier, 1665-1733, p. 113-114.

62 Ibid., p. 56.

63 AD Savoie, B 1690, fol. 301r°-v°, n° 1692.

64 AD Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie. Procès-verbal d’installation du prieur Blaise Léaulté, fol. 1v°.

65 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registres des administrations des abbés de Somon, Cornuty, de Jougla et Pasquier, 1665-1733, p. 56.

66 Les détails de ces péripéties sont tirés de : Arch. paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps. Dossier des translations des reliques de saint Guérin. Procès-verbal de translation rédigé en 1798 par le dernier prieur d’Aulps Amédée Collet.

67 AD Haute-Savoie, 57 J 68, inventaire Jacques, fol. 513r°, n° 862.

68 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps, « Inventaire de tous les meubles, bestiaux et denrées de l’abbaye d’Aulph », relevé 1er novembre 1792.

69 Archives paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps. Dossier des translations des reliques de saint Guérin. Correspondance.

70 Toutes les informations de cet encart sont tirées de : Arch. paroissiales de Morzine, fonds non classé de la cure de Saint-Jean-d’Aulps. Dossier des translations des reliques de saint Guérin.

71 AD Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie. Procès-verbal d’installation du prieur Blaise Léaulté.

Table des illustrations

Légende Fig. 117 - Accès à l’abbatiale par l’ancienne rampe XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 118 - Vestiges de l’ancienne porterie de Silvacane (Bouches-du-Rhône).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 119 - Accès à l’église abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 120 - Ancien porche XVIIIe siècle construit contre la porterie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 121 - Porterie. Mur nord. Parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 122 - Porterie et vestiges du bâtiment d’accueil (hôtellerie ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 123 - Porterie. Mur sud. Parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 124 - Porterie. Mur nord. Parement intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 125 - Porterie. Mur sud. Parement intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 126 - Fouille du bâtiment d’accueil.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 127 - Plan archéologique du bâtiment d’accueil.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 128 - Fouille du complexe d’accueil. Au premier plan, rampe XVIIIe siècle construite sur le bâtiment dérasé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 129 - Fouille du complexe d’accueil. Porte entre la porterie et le bâtiment d’accueil.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 130 - Fouille du complexe d’accueil. Escalier taillé dans les « couches rouges ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 131 - Abbaye vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 132 - Vitrail de saint Guérin, église de la Moussière (Saint-Jean-d’Aulps).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 133 - Saint-Maurice d’Agaune (Suisse). Porte contemporaine de l’église avec la représentation des martyrs de la Légion thébaine. Portail en bronze Ph. Kaeppelin et M. Diesner 1999.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 134 - Restitution des niveaux primitifs de la porterie à l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 135 - Restitution des aménagements liturgiques de l’abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 136 - Stratigraphie de la rampe à la hauteur du parvis de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 137 - Ancienne châsse de saint Guérin lors de la procession de 1938.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 138 - Calice de l’abbatiale (église paroissiale).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 139 - Statue de saint Guérin, église de la Moussière (Saint-Jean-d’Aulps).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 140 - Clé de saint Guérin (trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 141 - Trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 142 - Reliquaire de sainte Félicule (trésor de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Plan-d’Avoz à Saint-Jean-d’Aulps).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2758/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540