Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Origine et développement de Cîteaux

Full text

1Dans l’attente d’une fin des temps imminente, la société chrétienne médiévale conçoit l’existence terrestre comme un simple passage, un temps de pénitence. L’érémitisme* (les astérisques renvoient au glossaire situé p. XX) ou exil solitaire et le cénobitisme* ou exil communautaire constituent, dès les origines du christianisme, le mode de vie le plus conforme à l’Évangile. Dans cet esprit, plusieurs expériences sont tentées, à l’exemple d’ermites italiens qui s’efforcent de concilier vie cénobitique et érémitisme en donnant une règle aux disciples rassemblés autour d’eux. Romuald crée Camaldoli en 1012, Jean Gualbert de Florence fonde Vallombreuse en 1039. Ils sont imités par Étienne de Thiers à Muret ou par Bruno qui se retire dans le « désert » de la Chartreuse en 1084. D’autres essais mènent à la réforme du monachisme bénédictin et à des fondations nouvelles, comme Fontevrault où Robert d’Arbrissel établit hommes et femmes dans un monastère double en 1101.

2L’Ordre cistercien est issu de l’une des réformes qui affectent les monastères bénédictins au début du XIIe siècle. Portée par Robert de Molesme et Bernard de Clairvaux, cette nouvelle communauté se caractérise par le retour à la Règle de saint Benoît de Nurcie rédigée au Mont-Cassin (Italie) vers 530. Celle-ci se traduit par une vie communautaire à l’écart du monde et à l’intérieur d’une clôture. Selon la règle, un moine doit vivre dans le cadre d’une charité mutuelle entre frères, sous la direction d’un abbé choisi dans la communauté et élu à vie par l’ensemble des moines. Chef spirituel et temporel du monastère, il en est avant tout le père. La règle bénédictine constitue un véritable traité d’éducation : le novice, de sa réception dans le monastère jusqu’à sa profession de foi, se prépare à la vie solitaire sous l’autorité de son maître, l’abbé, à qui il doit obéissance. Après ce noviciat, il prononce des vœux et s’engage à rester moine jusqu’à sa mort, obéir à la règle et à son supérieur. Il partage sa vie entre les offices, la prière, la lecture et le travail manuel (Tardieu 2001).

Bernard de Clairvaux et les choix cisterciens

3C’est au cours du XIe siècle que l’Église entreprend un vaste courant réformateur connu sous le nom de réforme grégorienne, du nom du pape Grégoire VII (1073-1085), l’un de ses principaux promoteurs. Ce mouvement soutenu par les grands monastères trouve un appui efficace chez les clunisiens puis les cisterciens dont les statuts sont rédigés dans ce contexte. Si chacun prône un retour à la règle et à l’isolement, Cîteaux se démarque des bénédictins et plus particulièrement des clunisiens par la rupture avec la vie monastique contemporaine.

4À l’origine de l’aventure cistercienne, Robert, moine bénédictin de Montier-la-Celle, désirant retrouver le monachisme de saint Benoît, fonde en 1075 l’abbaye de Molesme qu’il veut exemplaire. Étienne Harding, second abbé de Cîteaux, Bruno, le fondateur de la Grande-Chartreuse et bien d’autres y seront moines. Cependant, ce premier monastère, victime de son succès, a les faveurs des seigneurs voisins et ne semble plus répondre à sa vocation primitive. En 1098, Robert de Molesme fonde alors le Monasterium Novum de Cîteaux qui inaugure l’expansion cistercienne. Voulant restaurer de façon radicale le sens évangélique de la règle bénédictine, Robert y prône la solitude, la pauvreté et l’autarcie afin que le moine y pratique l’ascèse monastique la plus rude.

5Le personnage clef de ce nouvel ordre est Bernard de Clairvaux. Il naît en 1090, dans une famille d’aristocrates bourguignons en pleine ascension et liée aux ducs de Bourgogne. En 1098, il intègre l’école des chanoines du chapitre collégial de Saint-Vorles où il se destine à la vocation monastique. Convaincu de la supériorité de cet état, il refuse la dignité d’évêque et choisit d’entrer en 1112 dans une communauté bénédictine réformée. C’est ainsi qu’accompagné de trente compagnons recrutés parmi ses proches, il arrive à 22 ans à Cîteaux. L’abbaye tendait alors à péricliter faute de recrutement, malgré le gouvernement d’Étienne Harding. En 1115, Bernard fonde Clairvaux et insuffle peu à peu une nouvelle vigueur à l’ordre. Abbé du nouveau monastère, il reste attaché à sa communauté tout en s’impliquant dans la vie politique et religieuse par obéissance à son évêque ou au légat pontifical.

Fig. 1 – Abbayes-mères cisterciennes et leurs filiations en Europe.

6Grâce à sa personnalité exceptionnelle, Bernard de Clairvaux va profondément marquer le mouvement cistercien et en assurer la renommée. Il suscite de nombreuses vocations et donations. Les fondations cisterciennes se développent très rapidement selon un schéma original qui repose sur un juste équilibre. D’une part, chaque abbaye est autonome grâce à la possession d’un domaine nourricier, d’autre part, elle reste solidaire des autres fondations par le biais de la Charte de charité élaborée entre 1113 et 1115 par Étienne Harding. Celle-ci prévoit, en effet, l’affiliation de chaque nouvelle communauté à l’une des cinq premières maisons de l’ordre : d’abord Cîteaux, puis à partir de 1113-15, La Ferté, Pontigny, Clairvaux ou Morimond. Les premiers essaimages et filiations s’effectuent depuis les branches-mères très peuplées. La grande expansion de l’ordre de Cîteaux correspond aux années d’activité religieuse et diplomatique de saint Bernard, c’est-à-dire de 1112 à sa mort en 1153. Profitant de ses déplacements politiques, celui-ci sollicite et facilite l’essaimage : soixante-cinq à soixante-dix filles de Clairvaux sont ainsi fondées en Europe et au-delà, au rythme d’environ onze par an (fig. 1). Il faut ajouter à celles-ci les rattachements d’abbayes bénédictines réformées, comme Sainte-Marie d’Aulps (fig. 2).

Fig. 2 – Église abbatiale Sainte-Marie d’Aulps vue du sud.

List of illustrations

Caption Fig. 1 – Abbayes-mères cisterciennes et leurs filiations en Europe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2748/img-1.jpg
File image/jpeg, 276k
Caption Fig. 2 – Église abbatiale Sainte-Marie d’Aulps vue du sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2748/img-2.jpg
File image/jpeg, 523k

© Alpara, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540