Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Introduction

Texte intégral

1L’église de l’ancienne abbaye cistercienne Sainte-Marie d’Aulps est aujourd’hui en ruines. En 1824, elle servit de carrière pour la reconstruction de l’église paroissiale de Saint-Jean-d’Aulps. Acquises par l’État en 1902, ces ruines sont aussitôt classées Monument historique (liste de 1902) à l’initiative d’Ernest Tavernier, conseiller général. Celles du cloître ont été inscrites à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 23 novembre 1940. Les propriétaires sont alors messieurs Georges Bègue et Albert Tavernier.

  • 1 Section AB, parcelles 1, 2, 3, 55, 56, 369, 346 et 347.

2En 1990, la propriété adjacente de Pierre Bègue1 est mise en vente. Outre une habitation et des bâtiments agricoles formant « la ferme », cette propriété reprenait l’intégralité de la clôture monastique, l’enceinte maçonnée, bien que récente, étant toujours en place. Elle s’étendait de la voie communale au lit de la Dranse sur 76 085 m2. L’ensemble des parcelles était constitué de vestiges architecturaux (succession de pièces voûtées soutenant une plate-forme-terrasse), de préspâturages et d’une série de jardins, vergers et bosquets étagés sur des terrasses aménagées grâce à des murs de soutènement anciens.

3À partir de 1992, le projet de rachat par le SIDET de la vallée d’Aulps (Syndicat intercommunal de développement économique et de travaux qui regroupe neuf communes) des terrains mis en vente apparut comme l’occasion unique et originale de réunir l’ensemble des éléments constitutifs d’une enceinte monastique. Le pôle en serait l’église abbatiale (Dubosson 1995) qui, par son architecture et son décor, notamment son portail occidental, sa rosace de façade et son faux-triforium, avait depuis Marcel Aubert attiré l’attention et l’étonnement des spécialistes de l’architecture cistercienne.

4La « ferme » située au nord de la propriété et au nord-ouest de l’église abbatiale, qui se présentait comme un bâtiment d’habitation et d’espaces à usage agricole, reprenait manifestement dans son implantation des structures plus anciennes, puisque les murs porteurs présentaient des épaisseurs variant de 0,90 m à 1,20 m.

5Ces vestiges, avec ceux du cloître, forment une véritable réserve archéologique, pouvant, dans l’avenir, être un atout lors de la restitution du monastère cistercien. Il s’agit ici du modèle parfait d’une implantation monastique en montagne : d’une part, un noyau central orienté est-ouest — l’église abbatiale et les bâtiments réguliers — installé en bas de pente et en bordure d’une rivière ; d’autre part, l’enceinte monastique qui est matériellement conservée ici et qui clôt toujours les vestiges des bâtiments délimitant les espaces économiques dont la diversité, indispensable à la vie en autarcie, repose sur l’activité agricole et pastorale. Cette dernière est regroupée sur les pentes basses (bâtiments, jardins potagers, vergers, prés et plus récemment la « ferme »). Mais l’artisanat, bien que plus récent, n’est pas absent de ce complexe : il a nécessité, comme dans d’autres établissements de ce type, des aménagements hydrauliques variés tels qu’un moulin installé sur un bief dérivé de la rivière principale qui traverse la clôture. La mappe sarde de 1732 livre les traces d’éléments de captage pour ce bief. Le potentiel archéologique était bien présent. Il ne restait plus qu’à l’exploiter.

6Le dossier administratif fut tout d’abord porté au sein du Service régional de l’archéologie (DRAC Rhône-Alpes) par Xavier Rousseau qui, le premier, comprit l’intérêt de cette future acquisition qui allait empêcher le découpage du domaine. Après son départ, ce dossier fut repris par Joëlle Tardieu qui monta les premiers projets d’intervention et commença les négociations avec la Conservation régionale des Monuments historiques. Enfin, c’est Colette Laroche, en charge de la gestion archéologique du département de la Haute-Savoie, qui orchestra les travaux de terrains qui se sont déroulés sous la direction d’Anne Baud, maître de conférences à l’Université Lyon 2. Les fouilleurs furent des membres de l’association CERIAH (Isabelle Parron, Anne Allimant, Aurélie Devillechaise, Béatrice Magdinier, Emmanuelle Boissard), des chercheurs associés (Didier Méhu, Arnaud Delerce) et des étudiants. L’équipe de rédaction est sensiblement la même que celle qui opéra sur le terrain. Nous avons veillé à ce que la part de chacun soit ici représentée.

7Les opérations archéologiques sur les bâtiments appartenant à l’État (église et cloître) ont été en totalité financées par des subventions et des reliquats d’opérations menées par la Conservation régionale des Monuments historiques (Drac Rhône-Alpes). Celles menées sur les autres bâtiments, notamment la ferme et la porterie, ont été financièrement soutenues par la Sous-direction de l’archéologie, la Communauté de communes et le Conseil général de la Haute-Savoie qui assuma en partie la charge de la fin des interventions sur le terrain et la publication des résultats.

8Le contenu du présent volume fait le point sur les différentes études menées à ce jour autour de Sainte-Marie d’Aulps. Le site est tout d’abord replacé dans l’histoire plus générale de Cîteaux en une rapide introduction de Joëlle Tardieu. Dans un premier temps, Arnaud Delerce propose ici l’essentiel des données textuelles acquises au cours de ses recherches et de la rédaction de sa thèse. Son abondante documentation renouvelle totalement les historiques un peu trop rapides qui étaient jusqu’alors utilisés. En effet, un grand nombre d’archives non publiées furent découvertes dans différents fonds comme en témoignent cette première partie de l’ouvrage et les annexes consacrées aux visites de l’abbaye de Tamié. Ces dernières ont été retrouvées par Emmanuelle Chevallier, puis transcrites et exploitées par Didier Méhu (Université de Laval, Québec). De même, nous avons le privilège de présenter un exceptionnel manuscrit aux lettrines enluminées des commentaires de l’Apocalypse de Beatus de Liebena, daté de la seconde moitié du XIe siècle et provenant des archives de l’abbaye d’Aulps qui est entré dans les collections de la bibliothèque de Genève en 2007. Dans un second temps, Anne Baud et ses étudiants — qui pour la plupart sont aujourd’hui devenus des professionnels de l’archéologie — nous présentent les résultats des différentes campagnes archéologiques : sondages dans la nef, étude du bâti sur les élévations, fouille de la porterie à laquelle fut associé Didier Méhu, étude des élévations de la ferme et ses liens avec l’enceinte, rapide suivi archéologique sur les travaux d’aménagement de celle-ci et sondages dans le cloître… Les données sont elles aussi nouvelles, notamment pour ce qui concerne l’étude des matériaux employés et le phasage de la construction de l’édifice. Des contributions ont été demandées à des spécialistes, et à des étudiants : ce sont, pour les premiers, Stéphane Crozat qui a réalisé ici une originale présentation ethnobotanique du site… et Gilles Rollier de l’Inrap qui vient de terminer une thèse sur les installations hydrauliques monastiques. Mais ce sont aussi des travaux d’étudiants en archéologie, en architecture et en histoire qui ont été orientés sur l’abbaye (Arnaud Delerce, Emmanuelle Chevallier), sur les carreaux de pavements (Ève Galtier) ou sur les convers (Marianne Escoffier)… L’ouverture de ces pages à la présentation de leurs travaux fut pour certains une première expérience dans le domaine de la publication.

9Nous passerons ici sur l’historique et le déroulement des différentes opérations archéologiques (fouilles programmées, archéologie du bâti, sondages, surveillances de travaux…), développés en introduction du chapitre 2.

10L’ensemble du domaine a été acquis le 24 octobre 1994 par le SIDET de la vallée d’Aulps. Après quelques tergiversations, le projet de réhabilitation conduit par Guy Desgrandchamps, architecte DPLG (Desgrandchamps, Dubois, Fatras 1995), et le programme muséographique de Malika Boudellal (Boudellal 2001) aboutissent quelques dix ans plus tard à la réalisation du « Domaine de découverte de la vallée d’Aulps » inauguré en 2007.

Notes

1 Section AB, parcelles 1, 2, 3, 55, 56, 369, 346 et 347.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540