Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Préfaces

Jacques Gérault, Jean-Jack Queyranne et Christian Monteil

Texte intégral

1Il est aujourd'hui acquis que la mise en valeur et l'exploitation des ruines de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps est une réussite patrimoniale. Un long cheminement a cependant été nécessaire pour atteindre cet état d’accomplissement. Il a fallu l’acharnement du SIDET de la vallée d’Aulps, le soutien des services patrimoniaux de la DRAC (Service régional de l'archéologie, et Conservation régionale des monuments historiques), du CAUE et du Conseil Général de Haute-Savoie, désormais propriétaire de l’église abbatiale puisque cette dernière, classée Monument Historique, a été transférée par l’État le 5 décembre 2007.

2C’est la recherche archéologique dirigée par Anne Baud (université Lyon 2) pendant une dizaine d’années qui a nourri le projet d’un centre d’interprétation installé dans la ferme. Terrain d’apprentissage pour les étudiants en archéologie médiévale, l’abbaye a été décortiquée : l’église a offert ses élévations, le cloître ses vestiges enfouis et la ferme ses transformations complexes. Si l'intérêt de telles études en préalable à une restauration et la collaboration étroite entre services patrimoniaux de l'État et du Département ne sont plus aujourd'hui à démontrer, nous en trouvons ici une belle démonstration. Mais ce fut aussi un modèle de coopération universitaire entre archéologues et historiens qui ont retrouvé, déchiffré et analysé les archives de l'abbaye. En ce domaine, les découvertes ne font que commencer puisqu'un exceptionnel manuscrit enluminé des commentaires de l'Apocalypse de Beatus de Liebana, daté de la seconde moitié du XIe siècle et provenant des archives de l'abbaye d'Aulps, est entré dans les collections de la bibliothèque de Genève en 2007. Toutes ces données ont été analysées, confrontées et interprétées ; les voici maintenant exposées dans ce nouvel ouvrage, le 33e de la collection des « Documents d’Archéologie en Rhône Alpes et en Auvergne » dont la qualité scientifique est exemplaire.

3Je félicite les auteurs qui ont su redonner vie aux ruines de l’abbaye en mettant en scène la figure emblématique de Saint Guérin et la vie quotidienne des moines qui lui ont succédé. Ma reconnaissance va également aux « anciens », comme Ernest Tavernier qui œuvra pour la sauvegarde du site et de l’église et pour son classement au titre des Monument historique en 1902, comme aussi l’abbé Alexis Coutin qui, solitaire et passionné, fut le premier archéologue à dégager l’église de ses gravats et à l’étudier. Mais n'oublions pas Jean Favre, président de l'Association de l'abbaye Notre-Dame d'Aulps qui a si longtemps œuvré pour faire connaître l'abbaye avant de nous quitter à la fin de l'année 2009.

Jacques Gérault,
préfet de la région Rhône-Alpes,
préfet du Rhône

*

4L’histoire de l’abbaye cistercienne Sainte Marie d’Aulps, sise en Haute-Savoie, dans le Haut-Chablais, est de celles qui témoignent avec éclat que la volonté et l’érudition — la patience aussi… — au service de l’amour du patrimoine peuvent accomplir des miracles.

5En 1824, soit huit ans avant que Victor Hugo ne lance son cri fameux : « guerre aux démolisseurs ! », cette abbaye de la fin du XIe siècle n’est plus qu’une ruine, dont les matériaux ont été réutilisés pour la reconstruction de l’église paroissiale.

6Lorsqu’Ernest Tavernier en fit acquérir les vestiges par l’État et obtint leur classement en 1902, soit 11 ans avant la loi du 31 décembre 1913 qui fonde encore la politique de protection de nos monuments historiques, aurait-il pu imaginer que plus d’un siècle plus tard, cet acte fondateur aboutirait à une véritable résurrection ?

7L’édifice en ruine est aujourd’hui un site archéologique majeur, il a fait l’objet d’une passionnante restitution, son centre d’interprétation accueille les visiteurs du « Domaine de découverte de la vallée d’Aups », et ce numéro des « Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne », le 33ème volume et non le moindre d’une collection dont je me plais à souligner la qualité et l’importance pour la connaissance de notre patrimoine, vient parachever le grand œuvre en redonnant vie aux moines cisterciens qui ont construit cette abbaye et l’ont habitée pendant plus de 700 ans.

8Pour parvenir à ce résultat, des générations de savants, de « fous de patrimoine » mais aussi d’élus locaux se sont donné la main. En matière de patrimoine aussi, nous sommes nani gigantium humeris insidentes « des nains juchés sur les épaules de géants », suivant la belle formule de Bernard de Chartres.

9La région Rhône-Alpes est fière d’avoir pu contribuer à cette publication. Notre intérêt pour le patrimoine, qui s’est renforcé d’une nouvelle compétence depuis le transfert de l’Inventaire général du patrimoine culturel, ne cesse de se diversifier. Il s’étend désormais du patrimoine linguistique — l’occitan et le franco-provençal, dit arpitan dans les pays de Savoie… — jusqu’à la reconversion d’anciennes friches industrielles en passant par la restauration de grands sites patrimoniaux ou la mise en valeur du patrimoine liée au fleuve Rhône ou aux stations de sports d’hiver : c’est dire que cet héritage que nous entendons pleinement assumer, nous le voulons ouvert et tourné vers l’avenir, avec le souci d’accompagner tous les territoires de Rhône-Alpes, sans exception, dans la réalisation de leurs projets.

10La publication que vous tenez dans vos mains présente aujourd’hui, dans toute leur diversité, des savoirs d’une très grande richesse ; c’est un véritable trésor archéologique, aboutissement d’un long travail, et qui doit tout à la clairvoyance et au dévouement de celles et ceux qui en ont très tôt imaginé le potentiel. Je veux saluer ici tous les artisans de cette réussite collective, qui nous permet aujourd’hui de porter un nouveau regard sur notre histoire…

Jean-Jack Queyranne,
président du Conseil régional Rhône-Alpes,
député du Rhône,
ancien ministre

*

11Alors que la Haute-Savoie commémore cette année le 150e anniversaire de sa réunion à la France, cet ouvrage consacré à l’abbaye d’Aulps nous entraîne bien des siècles auparavant à une époque où la Savoie était encore en formation et se constituait autour de ses princes, qu’ils soient laïcs ou religieux.

12Ainsi ce remarquable ouvrage permet-il de renouer des liens avec la Savoie médiévale en découvrant l’un des fleurons de son patrimoine religieux et monumental, niché au cœur du Chablais. Fortement altéré par les vicissitudes du temps et plus particulièrement par les évènements politiques qui ébranlèrent la France et les pays voisins à la suite de la Révolution française, ce monument renaît aujourd’hui grâce aux efforts des collectivités publiques en s’inscrivant de nouveau dans le paysage culturel des Pays de Savoie.

13Soyons assurés que cet ouvrage, réunissant recherches archéologiques, études de bâti et analyses de documents historiques, constituera dorénavant la pierre angulaire de ce témoin de l’architecture cistercienne dans les Alpes françaises ; sans doute est-ce l’un des plus émouvants et des plus prégnants. Il nous rappelle l’importance de nos responsabilités vis-à-vis d’un patrimoine dans lequel s’exprime l’identité de ses habitants, de ses paysages et de ses traditions.

14Destinée à un public averti d’amateurs et de spécialistes, cette étude complète l'ouvrage, volontairement plus modeste, que les mêmes auteurs avaient consacré à cet ensemble monastique en 2008 dans la toute récente collection Culture 74, initiée par notre Direction des affaires culturelles.

15À tous ceux, personnes et institutions, amateurs et professionnels, qui ont contribué par leurs actions et leurs engagements à la renaissance de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps, un très grand merci.

Christian Monteil,
président du Conseil général de la Haute-Savoie

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540