Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Annexe 1. Documentation textuelle

Yvonne Harlé-Sambet et Raymond Moyroud

Note de l’éditeur

La publication de ces textes s’est faite sous la direction scientifique de Madame Hélène Viallet, directrice du service des Archives départementales de l’Isère.

Texte intégral

1Les deux textes présentés ici n’ont jamais été publiés. Le premier est une copie, faite sans doute dans la deuxième moitié du XIXe siècle, d’un acte de 1659 (dont l’original a disparu) passé devant le notaire royal Pra, de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, dans le cadre du règlement de la succession de la marquise de Bressieux. C’est le dénommé Michel Sividre, agent mandaté par les propriétaires, qui demande qu’une visite soit faite par des experts maçons et charpentiers afin d’attester des réparations qui sont à faire et d’en estimer le coût. Il s’agit d’une procédure et d’un acte assez classiques mais qui apportent des informations extrêmement intéressantes. Le copiste Abel Gueyffier (1829-1914), juge de paix de son métier et érudit local éclairé, se passionna à la fin de sa vie pour la généalogie. Il a recueilli une partie des archives de la seigneurie de Bressieux ainsi que celles de ses propres ancêtres et a amassé des documents provenant des archives communales de Bressieux. Dans certains cas il a fait des copies, dans d’autres il a gardé les documents originaux. Ses transcriptions sont fiables et de bonne qualité.

2Le second texte, de 1721, est un original, il s’agit d’un acte classique passé dans le cadre de la vente du marquisat de Bressieux par le comte Louis-François de la Baume de Suze au comte Cosme Alphonse de Valbelle : « Procédure de description des châteaux, terres, seigneuries de Bressieux, Berzins et Serre, et des terres et moulins en dépendant à la requête du seigneur comte de Valbelle acquéreur… Bérard notaire ». C’est un acte sur papier, écrit dans un cahier de 50 folios paginés, couvert d’un parchemin de récupération, au revers duquel on voit encore la moitié d’un acte du XVIe siècle. Banal au regard de la typologie documentaire, cet acte très dense est riche de détails et de précisions dans la description du château. Ne sont publiées ici que les pages consacrées à la seigneurie de Bressieux.

Texte I. Copie Abel Gueyffier

(archives Gueyffier déposées aux archives communales de Bressieux).
14 octobre 1659
François Pra
Procédure de la vérification des réparations nécessaires faictes au chasteau de Bressieu et aultres bastiments en dépendant
Par sieur Michel Sividre
1659
Expédié à Madame la comtesse de Rochefort

3Du mardy quatorzième jour du moys d’octobre mil six cent cinquante-neuf, sur les huit heures du mattin au lieu de Bressieu au-devant le chasteau dudit lieu, par devant moy François Pra, notaire royal héréditaire de St Estienne de St Geoirs, commissaire en ceste partie desputté, a comparu monsieur maitre Claude Bollian advocat au parlement de Daulphiné, faisant pour et au nom de sieur Michel Sividre, aussy cy présent, lequel m’a dit et remonstré que au moys d’octobre de l’année mil six cent cinquante-six, par provision faicte par devant Monsieur le Lieutenant au siege royal et présidial de Graisivodan, sieur Jean David, se seroit chargé de faire faire les réparations les plus nécessaires au chasteau de Bressieu et austres bastiments en dépendant et comprins dans la saisie faicte à requeste de la dame comtesse de Rochefort contre la déffuncte dame marquise de Bressieu et sequestrés entre les mains des sieurs Simon et Cordier habittants de la Coste Sainct André ; en conséquence de quoi le dit sieur David aurait subrogé ledit Sividre comparant en son lieu et place, comme du tout résulte de la procédure faicte de l’authorité du sieur Vibally dudit siege de Graisivaudan, et de la dite subrogation, suivant lesquelles le dit sieur Sividre a faict travailher incessamment aux dites réparations et autant que le temps l’a pu permettre, et qu’il a pu tirer des mains des fermiers//

4de quoi faire travailher et achepter des matériaulx et voyre mesme y a fait des advances considérables pour la réquisition des quelles, et attendu que dailhieurs le dit sieur comparant est prix faicteur judiciaire, il désire faire recepvoir l’euvre et se faire descharger dudit prix faict, de peur d’en estre recherché ung jour, d’aultant que le temps qui dépérit toutes choses, destruit peu à peu ce qu’il a faict, mesme comme le dit chasteau est dans ung lieu fort éminent, il ne fauldroit qu’un orage impétueux pour abattre tous les couverts qu’il a refaict. Ainsi ce qu’il a faict faire avecq grandes peines et de très grands soings et frais ne paraissant plus, on pourrait le lui contester, ce qui lui tourneroit à ung très grand préjudice. Pour à quoy obvier il se seroit pourvu par requete à mon dit sieur le vibally de Graisivaudan, aux fins qu’il luy plust commetre le premier notaire royal non suspect pour avecq prud’hommes, dont les parties conviendront ou qu’à déffaut d’en convenir seront par le dit commissaire pris d’office, estre procédé à la vérification desdites réparations que le dit comparant a faict faire et réception de l’euvre redevable au compte du tout sur le prix dudit prix faict, pour despuis estre pourvu audit comparant d’executoire suffissant pour le remboursement de ce qui se trouvera luy estre du de reste, oultre et par dessus ce qu’il se trouvera n’avoir recu ce qui lui aurait esté acordé par décret au bas de ladite requeste, parties intéressées appellées. Signé G de Vachon, du douzième septembre dernier, en execution duquel décret et lettres sur icelluy levées, le dict comparant auroit fait assigner tant ladite dame comtesse de Rochefort que la dame de Venterol, en qualité de mère et administratrice de son fils ayné, héritier de la dite déffuncte dame marquise de Bressieux, à ce jour, lieu, et heure, et par devant moy dit commissaire, ainsy qu’a appert des exploits faicts par Philippe sergent royal de Grenoble, le premier du présent mois d’octobre, comme aussy desdites séquestres par exploit faict par Bérengier sergent royal//

5de la Coste du sixième de ce mesme moys, à moy exhibé par le dict comparant avecq ladite requete et lettres, et d’aultant que la dite heure de huit du mattin de ce dit jour est expiré, requiert que j’aye à procéder au faict de la dite commission au proffit du desfault qu’il requiert contre les dits assignés, faulte de comparoir sous la procuration de l’indue retardation et de tous dépens, dommages et intérets d’où qu’ils puisssent procéder, requérant acte, et ont les dits sieurs Bollian et Sividre signé. A l’original signé C. Bollian, Sividre.
A l’instant a comparu Monsieur Maître Michel Pellissier, advocat à la cour de parlement du pays de Daulphiné, pour et au nom de la dite dame comtesse de Rochefort, lequel a dit qu’il convient et en tant que de besoing requiert qu’il soit procédé suivant et à la forme que ma dite comission, protestant semblablement de toute indue retardation d’où qu’elle puisse provenir, et de tous dépens, dommages et interests, et a signé à l’original, signé Pelissier.

6Je dit notaire et commissaire, ayant octroyé acte aux dits comparants de leurs remontrances, réquisitions, protestations et consentements, pour servir et valloir ce que de raison, avant que passer oultre au faict de la dite commission, je me suis sommairement enquis envers sieur Jean Rivoire dit du Fonds, originaire de St Bonnet le Froid en Vivarais, aagé de vingt-deux ans, habitant à présent au chasteau dudit Bressieu, et encore honneste Laurent fils de feu Pierre Voyer natif de Chepvrieres, aagé de vingt-quatre ans, habitant audit chasteau de Bressieu, du jour lieu et heure assignés, et s’ils ont veu comparoir au jourd’huy au dit lieu de la dame de Venterol ou quelque aultre pour elle, et les sieurs Simon et Cordier séquestres de la Coste St André, leur ayant a cet effet faict lecture de la dite requete, décret et lettre et exploits d’assignation donnés tant à ladite dame de Venterol qu’aux dits Simon et Cordie, et leur ayant chacun d’iceulx faict prendre le serment en tel cas requis, levant la main aux formes accoustumées, et enjoint de m’en faire rapport//

7sans hainne, faveur ny support ce que moyennant leur dit serment, ils ont promis et juré faire, et satisfaitsant, ont tous deux d’une mesme voix et commun consentement dit et rapporté qu’il est aujourdhui mardy quatorzième du mois d’octobre mil six cent cinquante-neuf, que l’heure de huict du matin de ce dit jour voire celle de neuf sont expirés, ayant ouys sonner à l’horloge dudit lieu, et que je dit commissaire suis au dit lieu de Bressieu, devant la porte du chasteau et que la dame de Venterol ny aultre pour elle, ni les dits Simond et Cordier n’ont comparu ce jourdh’ui en ce lieu, du moings qu’ils ayent vu ni sceu et iceluy Rivoire soussigné, et non le dit Voyer pour ne savoir escrire enquis. A l’original signé Desfondz.

8Je dit notaire et commissaire, ayant faict acte et rapport faict par le dict Rivoire et Voyer, pour scavoir et valloir ce que de raison, et en conséquence j’ay octroyé desfault au dit Sividre contre ladite dame de Venterol, faulte de comparoir ny aulcun aultre pour elle et contre les dits Simon et Cordier sequestres, aussi non comparants, sauf l’heure de midy dudit jour, pour aussi laquelle faulte de comparoir sera procédé suivant et a la forme de ladite commission.

9Sur l’heure de midy de ce dit jour, a recomparu le susnommé Monsieur Maitre Claude Bollian, assisté du dit sieur Sividre, lequel m’a remonstré que l’heure de midy donnée pour sauf à la dame de Venterol et à sieurs Simon et Cordier séquestres par mon ordonnance cy dessus, est expirée, et que ladite dame de Venterol ny ledit Simon et Cordier n’ont comparu ny aulcun aultre pour eulx, et partant requiert desfault pur et simple contre ladite dame de Venterol et susdits Simon et Cordier, faulte de comparoir, et pour le proffit d’iceluy que j’ay à passer oultre au faict de la dite commission, à la forme d’icelle soubs la protestation cy devant faicte, auxquelles il persiste et ont signé les dicts sieurs Bollian et Sividre. A l’original signé C Bollian. Sividre

104) Je dit notaire et commissaire ayant octroyé acte audit sieur Bollian, au nom qu’il agist du comparant par luy en dernier lieu faict pour servir et valloir ce que de raison, et advant que passer oultre au faict de la commission et procédure dont s’agist, je me suis d’habondans sommairement enquis envers les susnommés Jean Rivoire et Laurent Voyer si l’heure de midy de ce jour est expirée, et si la dame de Venterol et les dits Simon et Cordier sont comparus en ce dit lieu ou aultre personne pour eulx, lesquels susdits Rivoyre et Voyer, moyennant leur serment et d’abondans presté, levant la main aux formes accoustumées, m’ont dit et rapporté que la dicte heure de midy de ce dict jour est expirée, l’ayant ouys sonner à l’horloge du dict lieu et pour le cognoystre à l’aspect du soleil, et que la dicte dame de Venterol ny les dicts Simond et Cordier n’ont comparu en ce dit lieu, qu’ils ayent vu ni sçu et a signé le dit Rivoyre et non le dict Voyer pour ne sçavoir escrire enquis. A l’original signé Desfondz. Ensuite duquel rapport faict en dernier lieu par les dits sieurs Rivoye et Voyer, je dict notaire et commissaire, ay octroyé deffault dudit sieur Sividre pur et simple contre ladicte dame de Venterol et lesdits Simon et Cordier, faulte de comparoir et pour le proffit d’iceluy, ordonné qu’il sera tout présentement par moy dit commissaire procédé à la vérification des réparations et inspections d’oeuvre dont s’agit, à la forme de ladite commission, et compte sur le pied du dict prix faict pour despuis estre pourvu au dict Sividre pour le remboursement de ce que se trouvera luy estres dû, du reste que dessus, de qu’il a recupt ainsi qu’il avisera. A l’effect de quoy, je dict commissaire ay prins et nommé d’office pour prud’hommes et experts pour la vérification des dictes réparations dont s’agit, les personnes de maitre Pierre Bertrand, masson habittant au lieu de Beaurepaire, aagé de trente-six ans et de Nicolas Philibert, maitre charpentier natif et habitant dudit Beaurepaire, aagé de quarante ans, ainsi qu’il ont dict, auxquel susdicts Bertrand et Philibert prud’hommes susdicts//

11icy présents j’ay faict prêter serment levant la main à la forme accoustumée, de bien et fidèlement procéder à la vérification desdictes réparations et de m’en faire fidèle rapport, sans hainne, faveur ny support, ce que moyennant ledit sermens, ils ont promis et juré faire ; et le dict Philibert signé et non ledict Brertrand pour ne scavoir escrire requis. A l’original signé N. Phillibert.

12Ainsi procédé par devant moy dict notaire et commissaire.

13A l’original signé Pra notaire et commissaire.

14Ce faict lesdicts maitres Pierre Bertrand masson et Nicolas Philibert prudhommes susdicts, s’estant transportés aux lieux et endroits à eulx indiqués par ledit Sividre auxquels il a dit avoir fait faire les réparations dont est question, et ayant icelles réparations attentifvement vérifiées et considérées, tant au faict de la charpenterie que massonnerie, en tous leurs endroits et particularités ont le chacun en droit soy et tous deux ensemblement faict le rapport d’icelui par devant moi dict commissaire ainsi que cy apprès.
Premièrement ont dit et rapporté que au-dessus de la murailhe de la basse-cour dudict chasteau, et tout au long d’icelle du costé du levant, a esté faict à neuf douze toises (linéaires = 2 m ou carrées = ± 4 m2) de murailhe (± 4 m2 x 12 = 48 m2) en fort bon estat, bien assortis et proportionnés, oultre deux toises et un quart de murailhe (± 4 m2 x 2,25 = 9 m2) faite au dedans de la dite basse-cour au-dessus d’un vieux portal qui est a présent bouché de massonnerie depuis la guéritte qui est sur ladite muraille jusques au corps de logis qui est du côté du matin de ladite basse-cour, lesquelles deux toises ung quart de muraille sont aussi en fort bon etat et bien conditionnés, lesquelles joinctes aux susdites douze toises, composent la quantité de quatorze toises et ung quart de murailhies, lesquelles suivant le pied du bail à prix faict, sont de la valeur de deux cent vingt-huit livres et à raison de seize livres la toise (carrée = ± 4 m2).

Cy 228 £

15Et en outre ont rapporté que la maitresse murailhie du corps de logis faisant angle dans ladicte basse-cour proche le puits, du coté du vent et couchant, a esté fondée à neuf avec un angle de pierre molasse et eslevée d’ault//

167) en bas au dedans de la dicte basse-cour jusques à la quantité de vingt toises, y compris les fondements, mensurations faictes tant en plein que du vuide, heu esgard qu’en la dicte murailhe nouvellement construite il y a une porte et une fenestre tirant quatre pieds d’aulteur et deux de largeur, avec leurs jambages et couvertes et coudières de pierre de tailhe, le tout en bon estat et bien conditionné, laquelle quantité de vingt toises (± 4 m2 x 20 = 80 m2) suivant le prix dudit bail à prix faict à raison de seize livres chascune toise, à la somme de trois cent vingt livres.

Cy 320 £

17Apprès ce, les dicts prud’hommes et experts s’estans au-dessus de la chambre appelée des Anges, laquelle est dans le corps de logis qui est du coté du levant, ils ont recognu et vérifié que la maitresse muraillhie du côté du vent de l’arrière chambre de celle appelée des Anges, a été reprise à neuf depuis le dernier plancher jusqu’au couvert, de la contenance et quantité de sept toises et trois quart (± 4 m2 x 7,75 = 31 m2), lesquelles suivant le dict bail arrivent à la somme de cent vingt-quatre livres, en la dicte contenence compris le vuide d’une fenestre posée dans la dicte murailhie de l’aulteur de deux pieds et un pied et demy en largeur avecq ses jambages et coudières de pierre de tailhe molasse, et sa couverte de bois, le tout en bon estat et bien conditionné.

Cy 124 £

18Plus ont rapporté qu’en la mesme chambre a esté construit ung quart de toise de muraille (± 1 m2) pour supporter le poultre qui soustient le couvert, valant suivant le dict bail quatre livres

Cy 4 £

19Comme aussy a esté recognu et vérifié qu’en la mesme chambre au dehors du costé de la cour, et au dessoubz de la luquarne, a esté réparé une ecorchure qui compose aussi ung quart de toise de murailhie, laquelle suivant le dict bail arrive à la somme de quatre livres

Cy 4 £

20A aussi été reconnu par les dits experts que en la cheminée de la chambre appelée de Madame a été posé un contrefort de pierre molasse de trois pieds de//

218) longueur et un pied et demy de largeur, et au-dessus du manteau de la dicte cheminée a esté faict et construit partie de la couchée de la dicte cheminée, qui compose en tout un quart de toise de murailhe, laquelle suivant le dict bail arrive à la somme de quatre livres

Cy 4 £

22Et par mesme a ausi esté recognu et vérifié par les dicts prudhommes et experts, que en la cheminée de la chambre joignant la ci-devant appelée de Madame a esté posé ung contre feu de pierre molasse de deux pieds en quarré, et au-dessus du manteau de ladite cheminée partie de la couchée d’icelle de bricques, qui composent en tout un quart de murailhie, revenant suivant le dict bail à la somme de quatre livres

Cy 4 £

23Ont aussi reconnu et vérifié iceulx experts qu’au dedans et au-dessus du portail de la chambre appelée du passage, pour aller en la grande salle, avoir esté réaulcé et faict à neuf une réaulsseure avecq quelque massonnerie aultour, que lesdits experts ont rapporté contenir ou composer un huictiesme de toise de murailhe valant suivant le dict bail la somme de deux livres

Cy 2 £

24A esté rapporté que la parabande des degrés par lesquels on monte à la grande salle et au cul de lampe de la dicte montée a esté enduict des deux costés de la murailhe et en dehors dudit cul de lampe, toute la longueur des dicts degrés de mortier qui composent un huictième de toise de murailhe, montant suivant le dict bail la somme de deux livres

Cy 2 £

25Et de plus a esté vérifié et recognu par les susdits experts que en l’arcade de la cheminée de la petite cuisine qui est dans le corps de logis du costé du couchant, a esté posé trois quartiers de pierre de talhie et quelque aultre massonnerie, qui composent en tout avecq le contrefeu de la dicte cheminée ung quart de toise de murailhie et ung seizième, vallant suivant le dict bail à la somme de cinq livres

Cy 5 £

26Plus a esté vériffié que en divers endroits tant de la chambre appelée de Madame que celle appellée du passage, que aultre appelée du légat et autre appelé antichambre du//

279) dit légat, le carrelage a esté réparé, que les dicts experts heu esgard au travail et matériaulx ont appritié à une livre dix sols au prix du dict bail

Cy 1 £ 10 s

28Il a en outre esté vérifié et recognu par les dits experts que au dessoubs du pont levis de l’entrée dudit chasteau a esté construit à neuf trois toises et un sixième de murailhe avec un rang de pierres de tailhe au-dessus où les gonds dudit pont levis sont attachés, qu’ils ont estimés au pied du dict bail à la somme de cinquante livres treize sols quatre deniers

Cy 50 £ 13 s 4 d

29Au pigeonnier dépendant dudit château et bastiment dont s’agit, a esté reconnu et vérifié avoir esté construit à neuf un angle avec la massonnerie joignant du costé du levant et du midy qui composent un tout compris la réparation de l’écorchure de la muraille au bas dudit costé du midy, trois toises un quart un huictième et un trentedeuxième de muraillhie, apprétié par iceux experts suivant le dict bail à la somme de cinquante-quatre livres dix sols

Cy 54 £ 10 s

30E par mêsme, iceulx esperts ont raporté avoir recognu que au dedans de la murailhie du dict pigeonnier du costé de bise a esté réparé une ecorchure jusqu’à demy mur qui compose demy toise de murailhe, estant de la valleur suivant le dict bail a prix faict de la somme de huict livres.

Cy 8 £

Continuation

31Du lendemain quinzième du dict moys d’octobre mil six cent cinquante-neuf, sur les sept heures du matin, les susdits experts ayant veu et vérifié le couvert du dict chasteau en tous ses endroits et particularités tant du dehors que du dedans, et le tout exactement considéré, ont dict et rapporté que au-dessus de la chambre appellée des Anges et riere chambre d’icelle, il y a esté posé deux poultres d’environ quatorze pieds de longueur (± 4,2 m) et dix poulces en quarrure, et huit chevrons de vingt-deux//

3210) pieds de longueur (± 6,6 m) et sur iceux sept toises en quarrure de litteaux pour ranger les thuiles, avecq les clous et crosses nécessaires ; plus au galetas dessus la chambre de la Reyne, il y a esté posé deux ventrières, soubstenues de quatre piliers desbout pour supporter la plateforme dudit couvert et de bois neuf, les dictes ventrières tirant vingt-deux pieds (± 6,6 m) de longueur et de six poulces en quarré et les dicts piliers douze pieds de hauteur (± 3,6 m) et six pouces de grosseur. Plus que au dict couvert a esté posé une corniere en lastix ? jusques au bout du toit penchant au devant de la porte de la petite cuisine, et six aix de bois chataignier, tirant six pieds en largeur et huit pied longueur, et en oultre qu’il a esté posé quatre chevrons de douze pieds en longueur et quatre poulces en quarré ou soulait n’avoir en longueur avec la latte necessaire pour y ranger les thuiles contenant en quarré deux toises ; et ensuite a esté reconnu et vérifié par lesdits esperts que en la passe du couvert sur le grand escalier montant en la grand salle, ont esté posés les essandoles nécessaires tout au long de la basse-cour, et passant oultre à la dicte verification, a esté recognu et vérifié que la passe du couvert du corps de logis du costé du couchant tumbant dans la basse-cour, il y a esté mis sept rattons neufs de la longueur d’environ cinq pieds, et garnis environ deux toises de liteaux, avec leurs clous et crosses nécessaires. Et ayant lesdits experts vérifié les passes de tous les couverts par le dehors, ils sont montés par le dedans aux galetas, ont veu vérifé et recognu que les dits couverts tant aux pentes du dedans que du dehors, a esté faicts plusieurs et divers réparations à neuf, soit de litteaux garnis de leurs clous et crosses nécessaires ; et toutes icelles réparations bien garnies de leurs thuiles nécessaires, et que despuis par l’impétuosité des vents, il y a quelques thuiles aux passes des toits du dehors qui ont esté abattus, et que pour couvrir les dictes réparations il a esté employé du moings la quantité de six mil cinq cent thuiles, oultres lesquelles ils ont vérifié que à l’entrée de la porte dudit chasteau il y a ung amastz d’environ cinq cents thuiles pour employer aux réparations qui restent à faire. Après quoy les dicts experts//

3311 ont reconnu que en la cheminée de la chambre appellée de Madame, a esté mis et posée à neuf ung manteau de bois noyer, que les dicts experts ont extimé à la somme de six livres, plus en la cheminée de la chambre contigue à la susdite a aussi esté posé et mis à neuf ung manteau de mesme bois, longueur et aultres, aussi extimé à semblable somme de six livres, et que le tout suivant le dict bail à prix faict, arrive pour le faict de la charpenterie à la somme totale de deux cent cinquante-sept livres dix huict sols six deniers

Cy 257 £ 18 s 6 d

34Ensuite de ce, les dicts experts ayant veu et vérifié le pont levis qui est à la porte dudict chasteau, ont recognu et rapporté avoir esté faict à neuf et bien garny de tous les plateaux, gonts et barres, chaisnes et aultres choses nécessaires ; extimées sur le pied du dict bail à la somme de cent livres.

Cy 100 £

35Et continuant iceux experts ont vu et recognu que le pont qui est au devant dudict pont levis a esté réparé, moytié à neuf, et que à présent il est en assez bon estat, extimé sur le mêsme pied à trente livres.

Cy 30 £

36A aussy esté recognu et vérifié que dans le corps de garde dudict chasteau, ils ont trouvé trois douzaines d’aix de chesne, de huit pied de longueur et ung de largeur, et cinq plateaux de chesne de la même longueur et deux poulces d’epaisseur, oultre trois aix de sapin tirant quatre pieds de largeur et six en longueur, le tout extimé sur le pied dudict bail à la somme de neuf livres dix sols.

Cy 9 £ 10 S

37Iceux experts ont aussi veu et vérifié que le couvert de l’escurie a esté tout recouvert et regarni des thuiles nécessaires, oultre lesquelles il y reste au-dessus du planchier d’icelle, cent thuiles creuses, le tout estimé à douze livres.

Cy 12 £

38Continuation du jeudi… sur les autres dépendances.

Texte II. Original

1721

391) Du mardy neufvieme jour du mois de septembre mil sept cents vingt un, au chateau de Bressieux et dans la grande sale, par devant moy Louis Berard notaire royal et chatelain dudit lieu, environ midy.

40Sont comparus maitre Gabriel Buisson notaire royal, et sieur Antoine Scipion Cochet lieutenant de chatellenie, tous deux de Saint Estienne de Saint Geoirs, lesquels m’ont declaré qu’ayant esté choisis et nommés verbalement et respectivement par illustre seigneur Anne Louis François de la Baume de Suze, maitre du choeur de leglise, comte de Lyon, abbé de Saint Léon de Thoul, en qualité de procureur de haut et puissant seigneur Louis François de la Baume comte de Suze son frère, et par sieur Charles Gaydan chatelain dud. de Suze, en qualité de procureur fondé d’haut et puissant seigneur Cosme Alphonse de Valbelle, chevalier marquis de Montfuron et de Bressieux, comte de Ribiers, seigneur de Serres et autres places, pour procéder à la veüe, estat et description des chateaux, maisons, granges, moulins et artifices et autres effects dépendant de la vente passée par led. seigneur comte de Suze aud. seigr comte de Valbelle, du marquisat dudit Bressieux, baronnie de Berzin et conseigneurie dudit Serres, par contract receu [par] maitre. Gounon notaire à Vienne le premier septembre de l’année dernière. Ils ont procédé//

412) a la veüe, etat et description de tout ce qui leur a esté indiqué, dont ils ont dressé leur raport au nombre de quatre vingts dix-huit pages escrittes, touttes parraffées et cottées par ledit sieur Cochet et par tous deux. Clos, finis, et signé ce jourdhuy, aussi bien que par ledit seigneur abbé de Suze et par ledit seigneur Gaydan, et comme par led. contract de vente il est porté qu’il sera procédé audit raport sans authorité de justice et qu’il sera remis et déposé en tel greffe ou chez tel notaire qu’il plairoit audit seigneur comte de Valbelle, ledit sieur Gaydan ayant par la cloture dudit raport requis que lesd. experts comparoissant eussent à déposer leurdit raport entre mes mains, iceux comparoissans y satisfaisant m’ont présentement remis en mains le susdit rapport en la forme et manière sus prescritte, dont ils m’ont requis acte pour leur décharge, que je leur ais octroyé pour servir ce que de raison. [Fait] audit chateau de Bressieux, en présence de messire François Estienne sousdiacre chapelain beneficiaire dans l’eglise de St Sauveur d’Aix en Provence, estant de presens a la suite dud. seigneur abbé, et sieur Louis Brifotaud vallet de chambre du seigneur abbé, témoins requis soussignés, aussi lesdit sieurs Cochet ledit Buisson ainsi en l’original : G. Buisson, Cochet, Estienne, L. Brifotaud, L. Bérard notaire. Controllé a St Etienne lesd. jour 9e 7bre 1721, reçu treize sols quatre deniers. Cochet//

423) Nous Antoine Scipion, Cochet lieutenant chatelain de St Estiennes de St Geoirs et Gabriel Buisson notaire royal dud. Lieu, experts respectivement nommés et convenus par illustre seigneur Anne Louis François de la Baume de Suze, maitre du choeur de leglise, comte de Lyon, abbé de Saint Léon de Thoul, en qualité de procureur spécialement fondé de haut et puissant seigneur Louis François de la Baume comte de Suze, seigneur de Luppé, St Julien Molin Molette, Montagne, Mouchet et autres places, colonel d’infanterie suivant l’acte reçu par maitre Caussant notaire d’Avignon le vingt quatrième avril mil sept cents dix-sept, et par sieur Charles Gaydan, châtelain dud. lieu de Suze, en qualité de procureur fondé d’haut et puissant seigneur Cosme Alphonse de Valbelle, chevalier marquis de Montfuron et de Bressieux, comte de Ribiers, baron d’Eurre et de Pomet et de Berzin, seigneur de Salérans et des deux Barrets haut et bas, Etoile, Châteaugiraud et Serre, l’un des quatre et premiers anciens barons de Dauphiné, grand baillif héréditaire des quatres montagnes du Dauphiné, Ambrun, Gap, Briançon et Buis, capittaine souslieutenant des gendarmes de la garde ordinaire du roy, brigadier des armées, conseiller de sa majesté en ses etats, grand sénéchal heredittaire en Provence de la ville de Marseille et ressort, par acte recu par maitres de St Jean et Bousquet, notaire au Châtelet de Paris, du vingt quatrième mai dernier, pour procéder à la vérification et description de l’estat des châteaux desdits lieux de Bressieux et Serre, leurs dépendances, granges, ecuries, moulins, fours, battoirs, foulons et autres bâtimens, ecluses, etangs, domaines et autres immeubles compris et dependans de [la]//

434) vente passée par ledit seigneur comte de Suze aud. seigneur comte de Valbelle, des terres et seigneuries desdits lieux de Bressieux, Berzin, et Serre suivant et conformement a l’acte de vente entre eulx intervenu devant maitre Gonon notaire a Vienne, le premier septembre mil sept cent vingt.
disons et rapportons ce que s’ensuit,

44Premièrement nous nous sommes transportés dans le chateau du lieu de Bressieux dépendant de la dite terre de Bressieux, sittué sur une éminence au-dessus du bourg dudit lieu, lequel est construit de muraille faite avec de la brique couvert à tuiles plattes. A l’entrée duquel château, il y a deux tours rondes avec la chacune leur dome couvert de feuilles de fer blanc ; entre lesquelles tours il y a le portail d’entrée et à l’approche d’iceluy, un pont levis, dont les plateaux sont en mauvais état, en partie pourris aussy bien que les poutres qui le soutiennent, sans aucune chaine pour lever ledit pont. Les murs qui sont a costé dudit pont sont de deux a trois pieds de hauteur sur terre, l’une de dix toises (± 20 m) de longueur et l’autre de six et demy (± 13 m), n’estant lesdites murailles couvertes et commencent a démolir en divers endroits.

45Et ayant fait l’enceinte dudit château, nous avons remarqué que les murs d’iceluy sont presque toutes de briques, en assés bon état, excepté les murs de la grande tour dudit chateau, qui est à l’angle d’iceluy, du costé de la bise. Le haut de laquelle tour du même côté de bise, est ecorchée d’environ dix huit pieds (± 5,4 m) de longueur, cinq pieds de large (± 1,5 m) et un pied et demi (± 0,45 m) de profondeur, laquelle ecorchure a esté faite depuis plusieurs années par le foudre qui tombat sur ladite tour ainsy que nous avons ouy dire. Il y a encor dans le millieu de ladite tour et du même coté de la bise entre deux croisées de fenêtres, une autre petite écorchure d’environ quatre pieds (± 1,2 m) d’hauteur et deux et demy (± 0,75 m) de large qui fut faite aussi par le foudre dans le même temps de celle sus énoncée//

465) Et étant revenu au portail dudit château, avons remarqué que ledit portail est de pierre de molasse ; la porte d’iceluy de bois noyer doublée d’ais de peuplier en asses bon état, garnie de ses barres et gonds, d’une serrure et un verroïl, et de quatre barres de fer, vulguairement appellés chien, ledit portail garny de gros clous ronds avec un marteau et une boucle servant pour heurter audit portail.

47A l’entrée de la basse-cour pres dudit portail, il y a un gros poutre sur le pavé le long des murs de la cave, qu’on dit estre tombé de l’appartement appelé de la reine qui sera cy après enoncé.

48Au même endroit, il y a un poutre qui soutient le plancher de la chambre dudit appartement de la reine, lequel poutre est rompu, etant soutenu par un pillier droit.

49Sur la gauche en entrant, il y a une petite voute sous la tour, dont une partie du carrelage y manque. A côté de laquelle tour est la chambre du concierge, dont le plancher est d’ais, entièrement rompues ; la porte de ladite chambre en médiocre etat garnie de ses ferrures fermant à clef, laquelle chambre ne prend son jour que par la porte d’entrée.

50Sur la droite est une petite chambre prenant son jour par un larmier du coté du couchant ; ledit larmier garny de ses barres de fert sans volet.

51De là, nous sommes entrés dans la cuisine qui est à côté de ladite chambre, prenant son jour sur la basse-cour par trois larmiers, dont les dessus sont garnis de vitres en bon etat. Le dessous desdites fenetres est le potager à quatre trous. A la gauche de la sortie//

526) de ladite cuisine, il y a encore une petite fenestre fermant avec un volet de bois sapin en mediocre etat, la porte de ladite cuisine est de bois sapin vielle usée garnie de ses barres et gonds et d’une serrure, la clef de laquelle est rompue.

53Du côté du vent de ladite cuisine, il y a la paneterie dans laquelle il y a deux fours, scavoir un grand et un petit, la gorge du grand four fermant avec une grosse plaque de guise écorné a un des angles, au surplus en bon estat, n’y en ayant point au petit four. Dans ladite panetière il y a deux paëlles de bois servant pour lesdits fours, sçavoir une grande et une petite, dans laquelle paterie [sic] est la gloriette séparée par des ais de sapin faits en parefeuille en médiocre etat. Ladite paterie prend son jour par deux petites fenêtres fermant avec leurs volets de bois sapin garnis de leurs barres et gonds et loquet, le plassage de ladite paneterie est sans plancher ni carrelage, le plancher de dessus en mediocre état. La porte d’entrée est de bois sapin en mauvais état, fermant à clef, garnie de ses barres et gonds.

54Auprès de ladite paneterie, en dedans de ladite basse-cour, il y a le puis, dont le parapet demande réparation, étant presque à tomber. Le dit puis garny d’un grand seau ferré avec une chaine de fer d’environ cinq pied de longueur en bon état, aussy bien que la corde du puy et une grande roue ferrée avec son anse de fert et son tour aussy en bon état, au-dessus duquel puy il y a le//

557) couvert a tuiles plates qui doit estre repassé et auquel il y manque environ cent cinquante tuilles.

56Dessous les grands degrés du costé du couchant qui montent a la salle dudit château, il y a une petite dépense, a laquelle lesdits degrés servent de voûte. La porte de laquelle dépense est de bois sapin fort usée fermant à clef garnie de ses barres et gonds.

57Dessous les degrés qui montent a ladite salle, du côté du levant, il y a aussi une petite dépense dont la porte est de bois sapin fermant à clef en bon état.

58Entre les dépenses sus énoncées, il y a la petite porte d’entrée de la cave, laquelle est de bois sapin vielle et usée, garnie de sa serrure, clef, barres, et gonds. Icelle cave étant du costé de bise a la basse-cour dudit château. Le plancher d’icelle est de gros platteaux, supportés par des sommiers qui traversent ladite cave du levant au couchant, soutenus par deux gros pilliers droits fait a double pottences. Il y a dans ladite cave un pressoir a deux vis pour presser le vin, garni de son manteau et de ses petites pieces de bois carrées, appellées vulgairement cayats, servans a mettre dessus ledit manteau, le tout en médiocre état.

59Plus deux cuves, la chacune tenant environ quarante charges, l’une garnie de trois//

608) courbes et l’autre de deux, avec deux cercles au-dessus, en médiocre état ; plus trois pierres propres a tenir huile. Dans ladite cave il y a une séparation de planches a jour, laquelle séparation renferme l’endroit ou l’on tenoit le vin, laquelle est du coté de la bise, tirant en longueur quatre toises et demi (± 9 m) et en largeur trois toises (± 6 m), auquel il y a les pontis pour supporter les tonneaux. Du costé du couchant a ladite cave, il y a une grande porte servant pour l’entrée des chars ; ladite porte en mauvais état, sans seruure ni clef, manquant a icelle une barre, fermant en dedans par une barre de bois qui traverse ladite porte, et pour donner jour a la dite cave il y a deux petites fenêtres ausquelles il y a des croisées de fert, l’une ayant son volet, l’autre ny en ayant point.

61Du costé de bise a ladite basse-cour, il y a une salle basse de plein pied. Le carrelage d’icelle et le plancher de dessus sont en bon état. La porte d’entrée d’icelle est de bois noyer, fermant a clef, garnie de ses barres et gonds, le tout en bon état. Les jambages de ladite porte est de pierre de molasse, en mauvais état, qui mérite d’estre refait a neuf. Les fenetres qui donnent jour a ladite salle du côté de la basse-cour sont de même bois noyer, garnies de leurs ferrures en médiocre état. La cheminée de ladite salle//

629) est de molasse a laquelle il y manque une console pour servir a soutenir le manteau de ladite cheminée.

63A costé de ladite salle, du côté du levant, il y a une petite chambre qui a communication avec ladite salle par une porte.
Ladite chambre prenant son jour du costé de bise par une petite fenêtre garnie de son volet en assez bon état. Il y avait dans ladite chambre une cheminée qui est démolie jusques au plancher, le carrelage d’icelle chambre et le plancher de dessus sont en bon état. Dans l’épaisseur du mur d’icelle il y a un placcard dans lequel il y a trois étageres, avec sa porte soutenue avec ses barres et gonds fermant avec un verroüil en bon état.

64A côté de ladite salle, du même côté du levant, il y a un petit endroit servant de volaillier, l’entrée duquel est du coté de la basse-cour ; et sur le derrier dudit volaillier, il y a une petite chambre servant a tenir les charbons. Les portes desdits deux endroits sont d’ais sapin usées, hors de service, touttes deux garnies de leurs barres et gonds et a l’une d’icelles, il y a une serrure sans clef.

65Du côté du levant à ladite basse-cour, il y a l’ancienne cuisine, servant a présent de bucher, dans laquelle il y a une vieille cheminée a laquelle il manque la plattebande. La porte de ladite cuisine est de bois sapin en mauvais état, garnie de ses barres et//

6610) gonds et d’une mauvaise serrure sans clef. Pour donner jour a icelle il y a une croisée de fenêtre du coté de la basse-cour, a laquelle il y manque un volet, les autres trois sont en mauvais état. Le plancher de dessus ladite cuisine est en assez bon état. Du coté de bise a la dite vielle cuisine, il y a deux portes qui servent d’entée dans une petite chambre qui n’a point de jour ; le plancher d’icelle est aussi en bon état. Icelle chambre aussi bien que ladite cuisine sont sans carrelage, lesdites deux portes ouvertes sans porte de bois.

67Du côté de bise a ladite petite chambre, il y en a une autre petite, aussi sans jour ni carrelage ; le plancher est assez bon, la porte d’entrée est aussi sans porte de bois.

68De ladite chambre sus en dernier lieu énoncée, on entre dans les prisons qui sont sous la grande tour du côté de bise. Il y a deux grosses portes de gros plateau de noyer, la chacune desquelles est soutenue par trois grosses barres de fert, manquant un gond a chaque porte. A la premiere desdites portes, il y a trois gros verroüils et une serrure, et a la seconde il n’y a qu’un gros verrouïl, et dans lesdites prisons il y a des entraves pour mettre aux pieds des prisonniers.

69Du côté du levant a ladite basse-cour, et au midy de ladite vielle cuisine, il y a une chambre, la porte de laquelle est du coté de ladite basse-cour. A l’entrée de laquelle porte, il y a un tambour. Ladite porte d’entrée et celle du tambour sont en mauvais état, sans serrures, garnies de leurs autres ferrures. Il y a un poutre du plancher de ladite chambre qui est fendu et soutenu par un pied droit, le surplus dudit plancher est en bon état, aussy bien que le carrelage. La cheminée de ladite chambre et les fenestres d’icelle sont de bois noyer en médiocre état, deux panneaux de dessus desdites fenetres sont vitrés en bon état, et au-dessous il n’y reste que huit carreaux de vitre//

7011) A costé de ladite chambre, il y a une petite dépense, l’entrée de laquelle est du coté de la basse-cour par une porte sans serrure en médiocre état. A la dite dépense il y a une autre porte, qui a communication avec la chambre en dernier lieu énoncée ; ladite porte fermant a clef en médiocre état. Le plassage de ladite dépense n’est ny planché ni carrelé, le plancher de dessus est en bon état.

71Les grands degrés pour aller de la basse-cour a la grande salle sont a deux montées, iceux de pierre de taille en médiocre état. Au bas de chaque montée il y a une colomne de pierre blanche, lesquelles colomnes sont toutes deux rompues dont l’une s’est détachée de la muraille desdits degrés. En haut desquels degrés il y a vis a vis de la porte de la grande salle, un petit cul de lampe et au-dessus d’iceluy sur le couvert il y a un dome couvert de fert blanc en bon état.

72Les deux jambages, la couverte, et corniche de la porte de la grande salle sont de pierre de marbre ; la porte de bois noyer fermant à clef garnie de ses ferrures le tout en bon état. Les deux croisées de fenêtres qui sont a la dite salle du coté de la dite basse-cour sont vitrés, manquant aux dites vitres en tout environ la moitié d’un panneau. A ladite salle il y a encore trois grandes croisées de fenêtres prenant jour du côté de bise, aussy égallement vitrées où il manque huit carreaux ; les volets desdites fenêtres sont de bois noyer en bon état, le carrelage le plafond de ladite salle aussy en bon état. Des cinq croisées de fenetres il y en a//

7312) quatre de boisées, l’autre ne l’est pas et a trois d’icelles il manque une partie du plafond. Outre la porte d’entrée de ladite salle, il y en a quatre autres dans les quatre angles d’icelle, toutes de bois noyer avec leurs boisages jusques aux poutres, manquant une planche aux boisages de l’une desdites portes, lesquelles sont garnies de leurs barres et gonds sans serrures. Dans ladite salle, il y a l’ancienne chapelle dans le gros du mur, avec sa porte a grilles de deux pieces, en bon état. La cheminée de ladite salle est de pierre de taille en assés bon état.

74A costé de ladite grande salle et au couchant d’icelle, il y a une chambre appellée l’appartement de la reine, laquelle est en très mauvais état, les deux planchers hors de service, convenant de les refaire a neuf ; manquant a la dite chambre environ la moitié du carrelage. Il y a a ladite chambre une cheminée a laquelle il y manque la pierre qui doit servir de contrefeu. Il y a une fenestre a ladite chambre, du costé de la bassecour, le dessus de laquelle est vitré. Les volets d’icelle sont de bois noyer en médiocre état.

75A costé de ladite chambre il y a une autre qui prend jour du coté du couchant, dont les deux planchers sont tombés en ruine, n’y en ayant aucun jusques au couvert. La cheminée d’icelle est aussy rompue//

7613) il n’y reste que les deux jambages et le manteau d’icelle. Les dittes deux chambres sont séparées par un briquetage en mauvais état, sans porte. La fenêtre de ladite chambre du coté du couchant est grillée de fert sans volet.

77A costé de ladite chambre, il y a un cabinet qui est en dedans de la tour, a main droite de l’entrée du portail, lequel cabinet servoit de dépense ; dans lequel il y a des étageres ; icelui boisé. Le plancher et le carrelage en bon état, la porte pour y entrer est de bois noyer en mauvais état, sans serrure et hors de service.

78A costé de la chambre de la reine cy devant énoncée, il se trouve en dedans de l’autre tour un cabinet voûté, prenant son jour du côté de bise par une fenêtre garnie d’un panier de fert, sans volet. La voûte de dessous dudit cabinet est sans carrelage. Auquel cabinet il y a un grand vuide depuis une voute jusques a l’autre, du côté de la chambre de la reine, d’une toise de large. La porte d’entrée dudit cabinet est ouverte sans garniture.

79Pour aller de la grande salle a l’appartement appelé du légat, qui est du costé du couchant, il y a une galerie avec une balustrade de pierre blanche a laquelle il manque six balustres.

80La porte d’entrée dudit appartement du légat est de bois noyer et les jambages de marbre noir. Ladite porte fermant a clef, garnie de ses barres et gonds en médiocre état. A la dite chambre du légat il y a deux croisées de fenetres toutes vitrées, ny//

8114) manquant que très peu de carreaux, garnies de leurs volets en assez bon état. Le carrelage en bon état, le lambris est d’ais cerisier, en compartiment de bois noyer, au milieu duquel est le soleil doré avec les douze signes aussi dorés et azurés en assés bon état, manquant néanmoins quelques petites planches audit lambris. La cheminée de ladite chambre en bon état.

82A coté de ladite chambre, il y en a une petite, servant de garde-robe, dont le carrelage et plancher sont en médiocre état. La fenêtre de bois noyer en bon état, le panneau de dessous est détaché, manquant a iceluy une partie des carreaux. A ladite petite chambre il y a trois portes, garnies de leurs serrures et autres ferrures.

83A costé duquel garde-robe ou chambre, il y a un cabinet dont les deux planchers sont hors de service, aussi bien que le volet de la fenetre dudit cabinet, lequel cabinet est néanmoins garni de ses ferrures.

84Du coté du levant a la grande salle ? il y a une chambre qui a communication avec ladite sale. Ladite chambre appelée du trézor, prenant son jour du costé de bise, le carrelage, plafond, volets, vitres, cheminée aussi bien que la porte d’entrée de ladite sale le tout en bon état ; la croisée de fenêtre garnie d’un panier de fer.

85A coté d’icelle chambre, est une autre chambre servant de garde-robe a la susdite. Le carrelage, plancher et cheminée dudit garde-robe en médiocre état. Dans lequel il y a un placcard dans la muraille de bois noyer, tout neuf, avec sa serrure et garniture. La fenestre dudit garde-robe//

8615) est de bois noyer en médiocre état. Le dessus de ladite fenêtre est vitré, et au-dessous il y a un vieux chassis ; ladite fenetre garnie d’un panier de fert.

87Pour aller du dit garde-robe dans les archives, il y a un petit entredeux, ou passage, avec une grosse porte pour sortir dudit garde-robe, laquelle est doublée de feuilles de fer blanc, fermant avec deux bouts en bon état.

88De la, nous sommes entrés dans les archives qui sont dans la grande tour qui est a l’angle de bise dudit château. Dans lesquelles archives il y a quantité d’armoires de bois noyer, au nombre de trente-huit, pour tenir les papiers, tous fermant a clef en bon état. Les dites archives prennent leur jour par une croisée de fenetre du coté de bise, de laquelle il n’y a qu’un panneau de vitre, ladite croisée garnie d’une grille de fert et de ses volets de bois noyer en médiocre état.

89Desdites archives nous sommes entréz dans une petite chambre qui est a côté desdites archives, un passage entre deux où sont les lieux, a laquelle il y a deux portes de bois noyer en médiocre état sans serrure ; la fenetre, vitres et volets d’icelle en médiocre état, estant aussy garnie de leur panier de fert ; les filieres du plancher et les ais en assez bon état, le poutre qui le soutient vieux et usé, le carrelage en assez bon état//

9016) De ladite chambre nous sommes entrés dans une autre chambre appelée la chambre du corps, a laquelle il y deux portes en bon état aussy bien que le carrelage, partie du plancher rompu qui mérite d’estre refait, étant soutenu par des pieds-droits, a la fenêtre de la dite chambre il y a un panier de fert, le volet dicelle est en mauvais état.

91De ladite chambre du corps, nous sommes entrés dans une autre chambre qui prend son jour du coté du levant par une croisée de fenêtre vitrée garnie d’un panier de fert et de ses volets, le tout en bon état, aussi bien que les portes de ladite chambre qui sont de bois noyer, garnies de leurs ferrures, serrures et clef ; le carrelage plancher et cheminée aussi en bon état. Il y a dans ladite chambre deux placcards attachés dans la muraille, de bois noyer presque neufs, fermant à clef en bon état.

92De la susdite chambre, nous sommes entrés dans la chambre appelée de madame, a coté de la susdite qui prend jour du coté de la basse-cour et du côté du levant ; le carrelage, planchers, et cheminée, portes, fenetres, et vitres le tout en bon état. La croisée du coté du levant est garnie d’un panier de fert, vitrée et sans volet. A l’endroit du ladite fenêtre, il y a un petit cabinet de la largeur d’icelle de l’épaisseur du mur, séparé de ladite chambre par un croison de bois noyer avec des grands panneaux de vitre, le tout en bon état. //

9317) Dans lequel petit cabinet il y a six petites étagères servant a tenir papiers.

94A coté de ladite chambre, il y a le garde-robe d’icelle, dont le carrelage, plancher et portes sont en bon état. Ledit garde-robe prenant son jour du coté de la basse-cour. La fenetre de dessus est vitrée en bon état, et a la dessous il y manque la moitié du panneau. Les volets sont de bois noyer en médiocre état, manquant un gond a un desdits volets. A côté du dit garde-robe il y a les lieux.

95Au levant du dit garde-robe, a côté de ladite chambre, il y a un petit cabinet qui a communication avec la chambre de madame, prenant son jour du côté du levant. Le carrelage et plancher dudit cabinet en bon état, la fenêtre est vitrée garnie d’un panier de fert et de ses volets, lesdits volets en médiocre état. Dans ledit cabinet il y a trois étagères de bois sapin faisant le tour depuis la porte jusques a la fenètre, et une quatrième qui n’est que de la longueur du dit cabinet ; la porte duquel est de bois noyer fermant a clef en bon état.

96Sortant de l’appartement en dernier lieu énoncé, traversant les degrés fais en visite, nous avons passé par une galerie qui va a la chapelle ; ladite galerie soutenue par trois poutres, le carrelage de ladite galerie en bon état aussi bien que les vitres de la//

9718) croisée qui y donne jour ; a laquelle il n’y manque qu’un carreau ; ladite croisée sans volet. Le plancher de dessus ladite galerie en mauvais état, le jour y paraissant en divers endroits. La parefeuille qui est a coté de ladite croisée de fenetres est de bois sapin en médiocre état.

98De la ? nous sommes allé dans une autre galerie ? qui est au devant de la chapelle ? qui prend son jour sur la basse-cour par une croisée de fenêtre vitrée a six panneaux ? cinq desquels sont rompus. Le carrelage et plafond de ladite galerie en bon état.

99De ladite galerie, nous sommes entrés dans la chapelle, séparée de ladite galerie par une balustrade de bois noyer en bon état, aussy bien que la porte fermant à clef. Le parquet de bois noyer a grands carreaux d’ais de sapin aussy en bon état, de même que le plafond qui est de sapin a petits carreaux. Le tableau de l’autel représentant la sainte famille, orné d’un retable a colomnes bois noyer, de même que le gradin et marchepied en bon état, l’autel de bois de sapin avec sa pierre sacré, trois napes sur ledit autel, fort usées et de peu de valeur, de meme que le devant d’autel de tafetas verd
sur lequel il y a des ornements a l’antique. //

10019) A costé dudit autel, il y a deux petits prie Dieu, l’un de bois chataignier et l’autre de bois sapin, et deux inscriptions contre la muraille sur des planches de bois noyer noircies, contenant les fondations et rétablissement de ladite chapelle. Il y a aussi deux petites planches de sapin servant de credance, et deux mains de bois dans le mur en forme de chandelier, et un petit crucifix de leton, et deux carreaux, deux te igitur. [début d’une prière ?] Du costé du couchant a ladite chapelle, il y a une chambre dont le carrelage et le plancher sont assez bons. Elle prend son jour sur la basse-cour par deux croisées de fenetres, toutes vitrées, un panneau d’icelle se détachant, auquel panneau il y a six carreaux rompus, les autres en bon état, aussy bien que les volets desdites fenetres garnies de leurs ferrures. La porte de ladite chambre est de bois noyer fermant a clef en bon état, la cheminée aussy en bon état.

101Dans l’appartement du levant dudit château, il y a des degrés faits en vis, servant pour aller aux appartements dudit château. Lesdits degrés de pierre de taille en bon état, allant jusques au plus haut galetas, prenant leur jour sur la basse-cour par trois croisées de fenêtres. A la premiere desquelles il y a quatre panneaux de vitres en bon état. Les volets de ladite croisée sont en médiocre état, a la seconde croisée il n’y a que deux panneaux de vitres et les volets sont en mauvais état, a la troisième croisée il n’y a point de vitres, les volets d’icelle sont vieux usés et en mauvais état.

102Des susdits degrés a vis, nous sommes entrés dans une chambre du second étage qui est au-dessus de//

10320) celle appelée la chambre de madame, prenant ladite chambre son jour par deux croisées de fenetres, l’une sur la basse-cour et l’autre au levant. La croisée du costé de la basse-cour est vitrée, celle du levant ne l’est pas. Les volets desdites fenetres sont en mauvais état, les carrelage d’icelle en assez bon état, le plancher en médiocre état, y ayant plusieurs planches d’iceluy pourries et trouées et une des fillieres s’est détachée. La cheminée est en bon état.

104A costé de la ditte chambre, il y a le garde-robe d’icelle, dont la porte est garnie de sa serrure, icelle porte en médiocre état. Les fenetres sont sans vitres et les volets presque hors de service, néanmoins garnies de leurs ferrures. Les planchers sont aussy en mauvais état, a l’exception des fillieres du plancher d’en haut, qui sont en bon état. Au coin de laquelle chambre ou garde-robe il y a les lieux, fermans avec une porte en bon état. Du costé de la bise a ladite chambre, il y a une autre chambre dont le carrelage est en bon état, les ais du plancher d’en haut sont en partie//

10521) pourries, les fillieres d’iceluy sont en bon état, y manquant néantmoins une des dittes fillieres. Un des poutres dudit plancher est pourri en dedans du mur, étant soutenu par un pied droit et un autre des dites poutres est aussy en partie rompu a fleur de mur. Pour entrer dans ladite chambre, il y a un tambour de bois de chesne et deux portes, dont l’une a sa serrure sans clef et l’autre n’en a point. Ladite chambre prend son jour du coté du levant par une croisée qui est hors de service, la couverture de ladite croisée et le plus haut croisier étans eboulés, aussy bien que le mur depuis le haut d’icelle jusque au couvert du château, ce qui demande une prompte réparation, ce dommage ayant esté causé ainsi qu’il nous a été représenté par le foudre.

106A coté de ladite chambre, il y a encore une autre chambre, séparée par un mur dont la porte de communication est hors de service. Le plancher d’icelle en très mauvais état, la fenêtre qui y donne jour est de bois sapin fort usée garnie de ses barres et gonds et un verrouïl ; il y a encor deux autres mauvaises portes de bois sapin.
De ladite chambre, nous sommes entrés dans une//

10722) petite chambre servant de passage pour entrer dans la grande tour. Le plancher de dessous de laquelle chambre est presque hors de service, n’y en ayant point au-dessus d’icelle, laquelle prend jour du coté du levant. La fenêtre est sans volet. De la, nous sommes entrés dans la grande tour au-dessus des archives, ou il y a une croisée de fenetre du costé de la bise qui est grillée de fert sans volet. Pour entrer dans ladite tour, il y une mauvaise porte de sapin fermant avec un gros verrouil, a laquelle il manque une barre. Le jambage ou est attaché ladite porte est de molasse, lequel a donné coup, étant prest a tomber.

108Et montant par un petit degré fait de brique qui est dans ladite tour, iceluy degré entièrement ruiné,

109Et au-dessus du cabinet en dernier lieu énoncé, qui est sur les archives, il y en a encore un autre, dans la même tour, sans aucun jour, avec une mauvaise porte hors de service.

110Ensuite nous sommes monté en haut de la dite tour, jusques sur la plateforme, ou nous avons veu que les maitres sommiers sont en majeure partie pourris, lesdits poutres pourris étant soutenus par d’autres poutres qui ont esté mis au-dessous d’iceux, et le surplus des autres bois est en assez bon état. Le couvert de ladite tour demande d’estre regottoyé, estimant qu’il conviendra y mettre environ quinze cents tuiles et environ cent cinquante feuilles de fert blanc.

111De la dite tour, nous sommes descendu et entré dans une chambre au-dessus du garde-robe de la chambre du trézor, laquelle est sans plancher jusques au toit, y ayant néanmoins encor trois poutres dudit plancher et quinze mauvaise fillieres ; y ayant une//

11223) mauvaise porte laquelle est hors de service, étant néantmoins garnie de ses barres et gonds. Il paroit qu’il y avait autrefois une cheminée qui est entièrement démolie, n’y restant qu’un mauvais jambage. Icelle garder obe ou chambre prend son jour du costé de la bise par une petite fenestre sans garniture, les jambages d’icelle ayant donné coup, panchent en dehors et le mur autour de la ditte fenestre estant aussy ruiné.

113Au-dessus de la chapelle, il y avait un plancher duquel il ne reste plus que trois poutres et quinze petites mauvaises fillieres, n’y ayant aucune planche. Il y a aussi audit endroit un petit degré de bois à onze marches qui servent pour monter sur ledit plancher. Audit endroit il y a aussi un grand garde-robe de bois noyer en assez bon état, servant pour mettre les ornements de la chapelle auquel endroit il y a trois petites portes sans garniture. Son jour se prend sur la basse-cour par deux fenetres, a l’une desquelles il n’y a point de volet ; a l’autre il y en a un en mauvais état, auquel il y manque un gond. Le garde-robe sus énoncé sera retiré par monsieur de Suze du consentement de Mr Gaidan.

114De la, nous sommes entrés dans un galetas qui est dessus la chambre du trézor et sur celle appelée du passage, lesquelles deux chambres sont entre la chapelle et la grande salle ; auquel galetas il n’y a aucun plancher ny jour que celui qui vient du couvert par une lucarne. Les portes sont sans porte de bois, y ayant un pied droit qui soutient un des poutres du couvert.
Ensuite nous sommes entrés dans le galetas qui est au-dessus de la grande salle ou il n’y a//

11524) non plus aucun plancher au-dessus ny portes de bois. Les planches dudit galetas qui doublent les planchers ou plafonds de la sale et chambres qui sont audessous, sont de mauvaises planches de sapin vielles.

116Et de la, nous sommes entrés au galetas qui est au-dessus de la chambre du légat, par une porte qui est sans porte de bois. Auquel galetas il y a deux fenetres sans volets y restant encor quatre gonds. Le mur qui sépare ledit galetas d’avec celuy qui est sur celui de l’appartement de la reine, est corrompu, fendu, et percé a jour de la hauteur de sept pieds. Le plancher qui double le lambris de la dite chambre du légat est de planches de chesne en bon état. Il y a dans l’angle dudit galetas un trou a la muraille qui le sépare d’avec celui qui est au-dessus du garde-robe de la chambre du légat ; auquel trou il y a une grande fente a ladite muraille, depuis le plancher jusque au couvert, qui est d’environ quinze pieds d’hauteur, auquel endroit la muraille est ecorchée, n’y ayant point de plancher au-dessus mais seulement trois gros poutres.

117Et passant dans le galetas qui est au-dessus du garde-robe de la chambre du légat, nous y avons trouvé une séparation par une vieille parefeuille, qui servoit de charnier. Le plancher duquel est hors de service, y manquant plus de la moitié des ais, dans lequel il y a deux pied-droits. Le carrelage dudit charnier est entièrement ruiné, les volets de la fenetre d’iceluy qui prend son jour du costé de la basse-cour sont en mauvais état, et au volet de dessus il n’y reste que le cadre et sept ou huit carreaux d’une vieille vitre. La porte dudit charnier est aussi en mauvais état et la serrure de même, laquelle est hors de service.
A costé dudit charnier il y a un petit galetas//

11825) qui prend son jour du coté de la basse-cour par une fenetre sans garniture, au jambage de laquelle fenestre, il ne reste que deux gonds au-dessus d’icelle. La muraille est fendue et corrompue d’environ cinq pieds d’hauteur. Le double plancher est de mauvaises planches entièrement ruinées. Audit galetas du costé du levant, il y a une porte pour aller le long du mur de la basse-cour jusques a une petite guerite qui est sur ledit mur, laquelle porte est en assez bon état y manquant néanmoins un gond, fermant avec un verroüil.

119La susdite guéritte est totalement découverte et les bois pourris. Plus nous nous sommes portés dans un petit galetas, qui est a l’appartement du costé du levant, a l’angle du midy, qui prend son jour par une petite fenêtre dudit coté du midy. Le volet de laquelle fenêtre est hors de service, et du coté de la basse-cour il y a une lucarne de pierre de molasse, avec un mauvais volet, soutenu par deux barres et gonds sans verrouil. La muraille a costé du jambage de la porte dudit galetas est fendue depuis le plancher jusques a son hauteur ; le seüil de ladite porte est rompu et icelle sans garniture.

120A coté dudit galetas, au-dessus de la chambre qui est sur celle de madame, il y a une chambre qui paroit avoir esté lambrissée, et a présent ne l’est plus, a laquelle il y a une cheminée en médiocre état. Pour entrer dans ladite chambre il y a une porte de sapin en mauvais état, a laquelle il y manque un gond et une barre, la serrure qui est a la dite porte est hors de service. Le jambage ou est//

12126) attachée la dite porte se sépare d’avec le mur. Ladite chambre prend son jour par deux lucarnes de pierre de molasse fermant par deux volets, dont l’un est détaché, y manquant les deux gonds, et a l’autre il y manque un panneau, n’ayant ny l’un ny l’autre ny loquet ny verroüil.

122A costé de ladite chambre, du costé de bise, il y a un galetas dont la porte d’entrée est en médiocre état, fermant avec sa serrure et clef. Sur lequel galetas il n’y a aucun plancher. Le mur qui est du costé du couchant a donné coup, penchant du costé dudit galetas de la longueur d’une toise et demy, depuis le plancher jusques au couvert. ¨Pour bailler jour audit galetas, il y a une lucarne du costé du levant qui a esté éboulée par le foudre, aussy bien que la muraille jusques a la croisée des fenêtres de la chambre qui est dessous ledit galetas.

123Dudit galetas, nous sommes entrés dans un autre qui aboutit a la grande tour du costé de bise, dont la porte d’entrée est de sapin, a laquelle il y a une mauvaise serrure sans clef et un verroüil, ladite porte en assés bon état. Ledit galetas prend son jour par une croisée de fenetre du côté du levant, dont les volets sont hors de service. Aux deux costés de laquelle croisée de fenestre, la muraille est écorchée d’environ cinq pieds d’hauteur et d’une toise trois pieds de large de chaque costé. Au-dessus de tous les susdits//

12427) galetas, il n’y a aucun plancher.
Pour regoutoyer les couverts qui sont sur l’appartement dudit chateau du coté du levant, auquel il manque des tuiles en plusieurs endroits, nous estimons qu’il conviendra mettre environ deux milliers de tuiles plattes, douze grandes tuiles creuses appelées corniers, un faiste, quatre chevrons, quatre pieces de bois carrées de quatre pied d’hauteur pour le soutiens des chevrons, et environ quatre douzaines de lattes de six pieds de long.

125Pour regoutoyer la tour de la visitte, il convient y mettre environ deux cent tuiles plattes.

126Et pour réparer l’appartement du costé de bise, il faut mettre au couvert un cornier de bois, six chevrons et deux douzaines de lattes pour remplacer la même quantité de bois dudit couvert, qui sont pourries ; et auquel couvert il sera nécessaire d’y mettre six grandes tuiles creuses appelées corniers, et environ deux milliers de tuiles plattes. La partie dudit couvert du costé de la basse-cour au-dessus des grands degrés de la salle est couvert d’esseau ou sendes qui sont hors de service ; il convient de les oter et y en mettre des neuves, qui seront au nombre d’environ deux milles.

127Et pour les couverts de l’appartement du costé du couchant et du vent, la majeure partie dudit couvert doit estre reposée a neuf, et il conviendra mettre a iceluy environ douze chevrons et//

12828) quatre douzaines de lattes pour remplacer la même quantité qui se trouve rompue ou pourris, comme aussy il sera nécessaire de mettre audit couvert environ deux douzaines de grandes tuiles creuses appelées corniers, et environ six milliers de tuiles plattes.

129Le dome de la tour qui est a la main gauche du portail d’entrée du château, qui est couvert de fert blanc, le vent ayant endommagé une partie dudit couvert et emporté pres de six pieds d’hauteur dudit fert blanc, et environ quinze pieds de rondeur, nous estimons que pour le réparer il y conviendra mettre environ cent soixante feuilles de fert blanc.
Il y a cinq des piliers qui soutiennent les deux domes des deux tours qui sont a costé du portail du château, dont les briques sont démolies en partie, qui demandent d’estre racommodés et remaillés, attandu meme que les briques démolissans desdits pilliers, parties d’icelles tombent sur le couvert du château, et cassent les tuiles.

130Dans l’une desdites tours et en celle de main droite dudit portail, il y a un gros et vieux horloge en mauvais état, qui est placé dans le haut de ladite tour et au-dessus d’iceluy, il y a la cloche dudit horloge, pesant environ trois quintaux auquel horloge il y a le marteau pour la sonnerie//

13129) A l’approche dudit château, il y a un portail sans porte, couvert a tuiles plattes, lequel couvert est endommagé, et pour le réparer il convient y mettre environ cinquante tuiles et douze grandes tuiles creuses appelées corniers. Il y a aux jambages dudit portail six gonds, n’y ayant que environ cinq pieds de muraille de chaque coté des jambages dudit portail.

132Nous avons aussi veu et vérifié la remise et l’écurie, tout joins ensemble et sous le même toit et sans séparation, situé au-dessous du château, près du portail en dernier lieu désigné, icelui construit a muraille et couvert a tuiles creuses, duquel batiment il y a trois angles qui ont donné coup qui devroient estre remaillié et quant au surplus desdites murailles, elles sont en bon état. Pour entrer dans ladite remise et ecuirie, il y a une grande porte cochère du costé du couchant, fermant a clef, garnie de quatre barres et de quatre gonds, ladite porte en fort mauvais état, a laquelle porte est attaché un chien de fert, un crochet et un verrouil. Les dits jambages de ladite porte sont de bois. Il y a encor une autre porte a ladite ecurie, du costé de bise, de bois chataignier, aussi bien que la grande fermant avec une chaine de fert et un bout en dehors et en dedans, avec une barre de bois au travers d’icelle ; ladite porte garnie de ses deux//

13330) barres et gonds, le tout en assez bon état. Dans ladite écurie et remise, il y a une creche et un ratelier, le tout de la longueur du bâtiment, du coté du levan, t le tout en bon état, a l’exception qu’il manque des planches deppuis le haut de la crèche jusques au ratelier environ dix-huit pied de longueur. Du costé du couchant aux deux costé de la grande porte, il y a de chaque costé une creche et un ratelier en médiocre état, y manquant tout le long les planches qui devaient estre entre lesdites creches et les rateliers. Pour soutenir les poutres du plancher dudit batiment, il y a un gros poutre dessous celuy du plancher, a travers lequel poutre est soutenu par quatre gros piliers droits, un des poutres dudit plancher est rompu et soutenu par un autre pilier droit. Pour donner jour audit batiment, il y a deux fenestres du coté de bise, auxquelles il y a des barres de fert croisées sans volet. Le plancher est en médiocre état, la majeure partie des planches ne sont pas cloüées, pour les réparer il faudrait y mettre environ deux douzaines de planches et un chevron. Les poutres du couvert sont soutenus par des pieds-droits, trois d’iceux n’étant pas assez longs, ont été adjoutés de deux pieces qui sont soutenus par d’autres pieds-droits, l’un desquels pieds-droits repose sur terre ferme, les autres sur le plancher. Du costé du vent, il//

13431) y a une grande fenestre, servant pour y passer le fourrage, laquelle est de bois sapin, de deux pieces attachées par quatre barres a quatre gonds, fermant en dedans avec une barre de bois. Il y a une autre fenestre pour donner jour au grenier a foin du côté de bise, dont le volet est détaché, n’y ayant ny barre ny gonds. Il est nécessaire de regoutoyer ledit couvert et d’y mettre environ deux cents tuilles.

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540