Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Chapitre 2. Cadre géographique et historique

Jean-Paul Bravard, Jean-Pascal Jospin, Chantal Mazard et Raymond Moyroud

Texte intégral

2.1. L’environnement naturel

1Le château de Bressieux implanté sur la commune du même nom dans le département de l’Isère, occupe le sommet d’une colline isolée, de forme ovale, qui culmine à une altitude de 523 m (fig. 4). En direction du nord, le château domine la plaine de Bièvre qui se tient aux environs de 350 m ; au-delà, la Bièvre est elle-même délimitée par un chapelet de collines formant la partie méridionale des Terres Froides, lesquelles se prolongent par le plateau de Bonnevaux au nord-ouest de La Côte-Saint-André et de la vallée morte du Liers.

Fig. 4 - Coupe géologique.

2.1.1. Un pays vallonné, humide et boisé

2La Bièvre, prolongée jusqu’au Rhône par la Valloire, est la partie amont d’une « vallée morte » longue d’une trentaine de km et large de plus de 5 km. De fait, dans une région pourtant humide, cette vallée n’a aucun écoulement pérenne digne de ce nom, mis à part le maigre Rival. Dans les autres directions, le château plonge sur un ensemble de vallons et collines eux-mêmes dominés au sud par le plateau de Chambaran, boisé et humide, aux sols lourds, où naissent de nombreuses petites rivières affluents du Rival ; le Chambaran culmine à 728 m au sud-est de Bressieux.

3Le climat de la région est caractérisé par une relative humidité puisque, si les précipitations sont voisines de 820 mm à la station de Beaurepaire et de 925 mm à La Côte-Saint-André, elles dépassent nettement 1000 mm à Chambaran. Les pluies sont bien réparties au fil des saisons, avec un léger avantage à l’été, saison où surviennent des orages parfois violents, ce qui limite les besoins en eau d’irrigation. Le gradient d’altitude entre la plaine de Bièvre et les plateaux est sensible car les 300 m de dénivellation ont pour effet de rafraîchir le climat ; la température moyenne annuelle, voisine de 11° C à Beaurepaire, n’est que de 9-9,5° C sur les plateaux. La moyenne du mois de juillet ne dépasse pas 20° C alors que celle du mois de janvier est de 1° C en plaine. De fait, la neige fond plus tardivement sur le Chambaran, les brouillards y sont plus fréquents et la phénologie des plantes y souligne des retards significatifs. Le plateau est bien une « terre froide », caractère renforcé par la nature imperméable des sols qui conservent l’humidité faute d’un bon drainage ; en témoigne l’extension des tourbières acides à la surface du plateau. Les sols à nappe perchée (ou « pseudo-gleys »), lessivés par une très longue pédogenèse, engorgés d’eau aux saisons de faible évaporation, y sont acides et peu fertiles.

4Les formations végétales de la région, quelles que soient l’altitude et les nuances du climat, appartiennent à l’étage dit « collinéen » des phytosociologues (les altitudes le placent sous l’étage « montagnard » que l’on rencontre dès 700 m sur les premiers contreforts de la Chartreuse). Comme l’établissent J.-F. Dobremez et al. (1974), ces formations sont des forêts dominées par le chêne pédonculé et le chêne sessile, accompagnés de bouleaux et de trembles sur les sols frais et humides, d’érables, frênes et tilleuls sur les sols colluviaux mieux drainés, de charmes sur les sols les moins décalcifiés. Sur les sols de versants, moins lessivés et plus productifs, les taillis de châtaigniers sont une formation favorisée par l’action humaine pour la production de bois de chauffage. Les plantes de sous-bois sur sols lessivés et la végétation des tourbières acides donnent une tonalité « subatlantique » au paysage végétal ; en témoigne la présence de la molinie, de bruyères et du genêt d’Europe. Actuellement rare, le hêtre fait son retour en sous-bois après avoir été défavorisé par la pratique des coupes à blanc ; il a même pu dominer dans certaines forêts au Moyen Âge, comme en témoigne une forêt relictuelle des Terres Froides voisine, à une altitude inférieure à 400 m. La chênaie serait donc une formation végétale favorisée par l’action humaine ; comme le souligne J. Clerc (1985), sans exclure des fluctuations climatiques, car « les déboisements favorisent une chênaie diversifiée, morcelée, qui n’est plus que le reflet de celle qui couvrait tout le bas Dauphiné à l’Atlantique ».

2.1.2. Un château construit avec les ressources locales

5À l’examen des roches qui ont été utilisées dans la construction des courtines et des tours du château de Bressieux, on est surpris par la variété des matériaux et par l’absence de blocs de calcaire taillé, malgré la relative proximité des contreforts de la Chartreuse visible en arrière-plan à l’est. Le puits du château, creusé au sommet de la colline, l’a été dans un cailloutis consolidé (un poudingue) : de fait le site ne pouvait fournir de matériaux aux bâtisseurs. Que rencontre-t-on dans la construction ? Des blocs de calcaire arrondis, mêlés aux blocs de granite et de roches métamorphiques, eux-mêmes arrondis et jamais taillés ; de gros galets de quartzite oblongs. Seuls des travertins tendres sont taillés en blocs massifs qui parent la tour d’entrée. Surtout domine la brique rouge, qui a servi à construire l’essentiel des élévations. On est donc en droit de supposer que les matériaux provenaient de la région très proche dont ils seraient le reflet de la diversité et de la très longue genèse.

6Dans leurs grandes lignes, les plateaux encadrant le site du château sont sculptés dans la molasse du Miocène dont les faciès sont sablo-gréseux à la base, plus caillouteux et résistants au sommet. Inclinée vers l’ouest, la haute surface des plateaux de Bonnevaux et de Chambaran correspond à l’est à une surface d’érosion entaillée dans la molasse soulevée et à une surface d’accumulation torrentielle à l’ouest. On est en présence du vieux cône de déjections pliocène de l’Isère, fortement soulevé par la tectonique alpine qui a pu provoquer, sans que ce soit démontré, l’enfoncement de la paléo-Isère à l’emplacement de la Bièvre, avant même l’ère quaternaire. Ces plateaux n’ont pas fourni le grès molassique, habituel dans les constructions régionales ; ils ont sans doute fourni une partie des blocs de quartzite mal dégrossis utilisés dans les assises des courtines.

7La Bièvre est par excellence un « musée de formes » fossiles d’un piémont alpin, celui du bas Dauphiné (Bravard 1963), probablement une des régions de France les plus étudiées par les géologues et les géographes. La vallée de la Bièvre, vieille tranchée ouverte au cœur du piémont du bas Dauphiné, a en effet servi de grand chemin pour le passage des glaces émises par les Alpes lors des refroidissements climatiques de l’ère quaternaire et en a conservé les traces. Le passage des glaces a été reconnu dès 1856 par S. Gras et leur origine iséroise en 1860 par le géologue Ch. Lory ; on sait maintenant que la Bièvre, par-dessus le seuil de Rives servait de trop-plein aux glaciers qui ont emprunté la vallée actuelle de l’Isère. F. Bourdier (1961), M. Gigout (1969) et P. Mandier (1988) estiment que les rebords des plateaux, qui forment les versants de la vallée morte de la Bièvre-Valloire, enregistrent la marque de sept à neuf pulsations froides depuis l’encaissement du réseau hydrographique postérieurement au Pliocène supérieur.

8La Bièvre conserve tout d’abord les restes remarquables de moraines des quatre grandes glaciations alpines, soit de haut en bas et du plus ancien au plus récent (en retenant la terminologie de la classification alpine classique) :

  • les moraines des glaciations de Günz (secteur dominant Saint-Michel-de-Saint-Geoirs et hauteurs de La Côte-Saint-André) ;

  • les moraines des glaciations du Mindel (Beauregard, 549 m, au sud de Saint-Siméon) ;

  • les moraines des glaciations du Riss visibles en contrebas de la butte du château de Bressieux, elle-même modelée dans la molasse caillouteuse tertiaire ;

  • les moraines des glaciations du Würm qui n’ont pas atteint Sillans à l’amont de la Bièvre, faute de puissance (le front des glaciers a laissé des arcs morainiques bien visibles dans la région de Renage-Beaucroissant).

9À l’est du plateau de Bonnevaux dont la haute surface, comme celle du Chambaran, a été épargnée par les glaces, par Commelle et Faramans, les langues glaciaires successives du Rhône rejoignaient celles de l’Isère, faisant de la grande vallée de la Bièvre-Valloire une zone de confluence particulièrement complexe. Cette présence de la moraine affleurante explique celle des blocs grossiers de calcaire jurassique, de granite et de roches métamorphiques dans les courtines et les murs arasés de la cour du château. Transportés et mal dégrossis par les glaces, ils ont été collectés au hasard des affleurements.

10La Bièvre conserve aussi les témoins d’écoulements fluviatiles sous la forme de terrasses fluvio-glaciaires correspondant aux vastes épandages mis en place par les eaux de fusion des glaces. Sur les marges de la vallée, au contact du versant, les écoulements ont permis le dépôt de lambeaux alluviaux plans qualifiés de « terrasses de kame ». Lors de l’épisode du Würm récent, les eaux de fonte du glacier rhodanien se mêlaient à celles du glacier isérois en passant par la trouée du Grand-Lemps. Elles ont laissé le vaste épandage caillouteux et perméable de la plaine de la Bièvre dans lequel disparaissent les eaux de surface au profit d’une puissante nappe phréatique. La pente, héritée des écoulements de fonte des glaces, est forte puisque le plancher alluvial s’abaisse de 450 m à l’est, à 350 m sous Bressieux et 270 m à Beaurepaire (pente de 6 m/km). Les écoulements fluvio-glaciaires ont laissé des galets, fortement altérés en surface pour les plus anciens d’entre eux lorsque l’érosion sur versant ne les a pas décapés. Ces formations donnent des sols variés, épais et lourds pour les plus anciens, minces, caillouteux et plus légers pour ceux du Würm. Elles sont peu favorables à la fourniture de matériaux de construction du fait du calibre relativement limité des galets.

11Les formations morainiques et fluvio-glaciaires antérieures au Riss sont recouvertes de lehm qui sont des dépôts éoliens décalcifiés, argileux et lourds. Les formations du Riss portent un loess fertile déposé pendant la dernière période froide ; plus récent, il est moins appauvri par la pédogenèse. En revanche, les alluvions caillouteuses du Würm, quoique contemporaines des chutes de limon éolien, n’ont pas une telle couverture puisque la dynamique d’écoulement incorporait les poussières éoliennes à ses propres dépôts ; elles donnent donc à la plaine de Bièvre des sols perméables et secs qu’il est aujourd’hui nécessaire d’irriguer pour la production de maïs. Signalons enfin qu’à l’Holocène, la dynamique érosive, accélérée par les défrichements, a mis en place d’épaisses accumulations colluviales au pied des versants. Ces dépôts fins, en place ou mobilisés, plus ou moins pédogénisés et remaniés selon les sites et la vigueur des pentes, ont fourni le matériau utilisé dans la fabrication des briques du château de Bressieux. On est en droit de supposer que l’étang du Colombier, au sud-est du château, occupe une ancienne fosse d’extraction de ces limons. Reste le travertin qui provient probablement de sources locales disséminées au pied du Chambaran ; les carbonates précipités dans les secteurs de suintement proviennent de la dissolution des matériaux calcaires contenus dans l’épaisseur des plateaux.

12En somme, le château de Bressieux résume la géologie du piémont bas dauphinois par la diversité des matériaux que ses constructeurs ont utilisés. Comme s’ils avaient en premier lieu procédé par la collecte des blocs utilisables, au gré des découvertes, sans trop dépasser un périmètre somme toute limité ; comme si la rareté des blocs naturels les avait ensuite obligés, pour accélérer leur travail, à fabriquer la brique, l’abondante ressource en limon, en bois de cuisson et en eau la substituant à la pierre.

2.2. L’occupation préhistorique et antique (fig. 5)

  • 1 Une étude approfondie du mobilier préhistorique récolté à la Croix-Trouva est en cours. Il faut rem (...)

13Dominant la plaine de Bièvre, la colline de Bressieux attire tôt les implantations humaines. Campé sur ce relief, un petit plateau au lieu-dit la Croix-Trouva a livré de l’outillage lithique : grattoirs, racloirs, coches, perçoirs, burin, lames et lamelles en silex gris ou rosé (Bocquet 1969 : 138-139 et 205-207). Plusieurs petits nucléus pyramidaux et des éclats témoignent d’une activité de débitage1. Des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique ont pu séjourner sur le plateau, mais c’est au Néolithique et dès le Ve millénaire avant notre ère que des groupes d’agriculteurs venus de la vallée du Rhône pénètrent dans les Alpes par le large boulevard que constitue la plaine. Certains d’entre eux s’installent à la Croix-Trouva et procèdent à des défrichements à l’aide de haches en pierre polie, dont plus d’une vingtaine d’exemplaires provient de prospection de surface. Des photographies aériennes de l’IGN mettent en évidence sur le plateau de la Croix-Trouva plusieurs structures linéaires, rondes, rectangulaires et trapézoïdales (maisons, enclos, chemins d’accès ?) (Moyroud 1985 : 11).

Fig. 5 - Répartition des sites préhistoriques et antiques.

14À partir de 2 200 ans, les communautés d’agriculteurs utilisent progressivement des objets faits de bronze. Mais ce métal, alliage de cuivre et d’étain, met du temps avant d’être diffusé dans la région alpine qui ne recèle que du cuivre. Ce n’est qu’à la fin de cette période, grâce au recyclage des matériaux que des artisans bronziers développent leur art. Aux alentours de 800 ans avant J.-C., les objets circulent alors en abondance dans la Bièvre comme le montrent les dépôts de Thodure et de Saint-Siméon-de-Bressieux. C’est à cette époque, dans la phase récente du Bronze final alpin (930-700 avant J.-C.) que l’implantation rurale devient définitive dans la plaine de Bièvre-Valloire (Bocquet 1997 : 351-352).

Le dépôt de Saint-Siméon-de-Bressieux (fig. 6)

  • 2 Grâce à des donations récentes (familles Faure et Gueyffier) le lot décrit est aujourd’hui conservé (...)

15Un lot important d’objets de bronze fut mis au jour en 1860 au lieu-dit Le Truchet par un paysan qui cultivait son champ. La plupart des objets furent dispersés, voire fondus (Bocquet 1969 : 312 et 335). Peuvent être attribués à cet ensemble : trois haches à douille (deux sont cassées à leur extrémité), cinq haches à ailerons (dont trois sortent d’un même moule) et deux fragments de bracelet de section triangulaire décorés de séries de bandes verticales2.

Fig. 6 - Haches de l’âge du Bronze et bracelet (fragment), dépôt du Truchet à Saint-Siméon-de-Bressieux.

Le dépôt de Thodure

  • 3 On est donc loin de la description initiale mentionnant surtout des armes (Chantre 1876 : 94, Bocqu (...)

16Malgré des informations contradictoires on peut estimer à une vingtaine d’objets cette seconde découverte faite en 1854 sur la commune de Thodure, proche de celle de Bressieux, par un paysan lors de travaux de dessouchage (AMD, lettres de Bertin fils à Chantre, des 22 août et 21 septembre 1877). Des outils agricoles ou artisanaux étaient réunis entre eux par un fil de bronze : huit ou neuf haches (à douille ou à ailerons munies d’un anneau), une petite enclume, un poinçon, un outil conique, cinq cylindres décorés de cannelures appelés « tubucins » et deux faucilles (cassées en deux)3.

  • 4 Ces objets étaient encore en 1910 dans la collection Gueyffier à Bressieux.

17Sur la commune de La Côte-Saint-André (au mas de Garchat), mais à proximité immédiate de Saint-Siméon (zone du Rival), des restes de char sous un tumulus de pierre ont été trouvés en 1888 lors de la construction d’une ligne de chemin de fer. De ce véhicule dont il manque la caisse et le timon, ne nous sont parvenues que les quatre roues et la vaisselle en bronze (fig. 7). Bien que partielle, cette découverte n’a aucun équivalent dans l’Europe des âges des métaux. Le char, daté par ses roues de la fin de l’âge du Bronze (vers 800 avant J.-C.), a, d’après la vaisselle, été utilisé sur une période de plus de deux siècles. Des comparaisons avec des modèles réduits de véhicules trouvés en Europe centrale permettent d’établir que ce char avait une fonction cultuelle. Il aurait été utilisé lors de cérémonies rituelles, un grand seau en bronze (ou situle) juché sur la caisse servant d’accessoire principal (Chapotat 1962 : 33-78). À cette époque, les territoires les plus riches de la vallée du Rhône et de la plaine du nord Isère étaient détenus par des potentats locaux, qu’on appelle des princes. On suppose que c’est l’un d’entre eux qui fut au VIIIe siècle av. J.-C. le « mécène » de ce véhicule et peut-être l’initiateur de rites agraires encore en cours au Ve siècle après J.-C. dans les campagnes viennoises. Pour une raison qui reste inexpliquée, le véhicule fut ensuite placé sous un tumulus comme pour un défunt important. Cette découverte exceptionnelle passa sous silence une autre trouvaille faite peu de temps auparavant dans un tumulus voisin (à l’ouest de celui du char) : une épée en fer cassée en trois morceaux (80 cm de long sur cinq de large) et une hache en fer à douille de type protohistorique (AMD, lettre de Louis Gueyffier à Joseph Déchelette, 26 mai 1910)4.

Fig. 7 - Char en bronze découvert à La-Côte-Saint-André, âge du Bronze final-Hallstatt (vers 800-500 avant J.-C.). Collection Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

18Peu connue, faute de recherches, la période gauloise se distingue par l’oppidum du « Camp de César » installé sur un éperon rocheux à Plan. Sa défense était complétée au sud et à l’ouest par un rempart en terre (talus encore conservé sur près de trois mètres) et précédé d’un fossé. Vide de constructions, cette fortification de quatre hectares pourrait être une sorte de camp refuge lié aux événements de la fin du IIe siècle av. J.-C. au cours desquels les Allobroges furent définitivement soumis par les Romains en 121 av. J.-C.

19Mentionnée par les itinéraires antiques (Table de Peutinger), une voie importante traverse alors la plaine de Bièvre mettant en communication la vallée du Rhône et l’Italie par Grenoble et le col du Montgenèvre. Cette voie, dont le tracé a été repéré en plusieurs points grâce à des fouilles récentes à Tourdan et Moirans (Turedunum et Morginum de la Table), vient de Vienne et passe à Marcilloles et à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, où elle aurait été aperçue au XIXe siècle lors de la construction du chemin de fer reliant Saint-Rambert-d’Albon à Grenoble. Son trajet en direction de Moirans est assez facilement repérable grâce à la borne milliaire de l’église de Saint-Paul-d’Izeaux. Cette dernière indique qu’une réfection de la voie a été entreprise au niveau d’Izeaux sous l’empereur Constantin et plus précisément entre 307 et 310 de notre ère (Bertrandy 2001 : 88-89).

20Comme partout ailleurs, les campagnes sont mises en valeur par l’installation d’importantes exploitations agricoles avec en leur centre une villa, résidence du maître des lieux. Les terroirs les moins productifs, quant à eux, sont habituellement laissés à des petits fermiers probablement indépendants. Dans la Bièvre, les aménagements et les terroirs agricoles qui en découlent sont mal connus. Sans vouloir rentrer dans un fastidieux débat, le peu de sites repérés et la faible rentabilité des terres de la plaine ont fait dire à certains qu’elle fut délaissée à l’époque romaine. Cependant, les pratiques de drainage et de mise en valeur de terres marécageuses pour des cultures extensives en bocage connaissent un célèbre exemple dans l’Isle Crémieu : celui de la villa romaine de Saint-Romain-de-Jalionas.

21Au Lacat, à Saint-Siméon-de-Bressieux, on aurait trouvé au siècle dernier de nombreux restes antiques (murs, voûte, vestiges de système de chauffage appelé hypocauste, des monnaies romaines du Ier au IIIe siècle) (Parisot 2004). Les photographies aériennes révèlent à cet endroit des formes quadrangulaires (Moyroud 1985 : 20). De même, l’opus sectile (revêtement de sol en marbre réservé aux pièces d’apparat) et la citerne découverts au XVIIIe siècle à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, au lieu-dit La Thivolière, appartiennent à des vestiges d’une habitation de qualité.

22À Bressieux même, lors des fouilles dans la basse-cour du château, sur plus de 2 m2, un épais sol de mortier rose, caractéristique d’une installation romaine, est apparu. Cette découverte et celle de monnaies romaines un peu partout sur la commune relancent l’idée d’un tronçon de voie romaine qui, partant de la grande voie de la plaine, passait par Bressieux, traversait le plateau de Chambaran et rejoignait, selon des indications toponymiques, l’Isère au niveau de la Sône (Harlé-Sambet, Jospin, Moyroud, 1999 : 8).

  • 5 Sont conservés au Musée dauphinois et déposés au musée de Bressieux : le fragment de céramique, le (...)

23Là, comme ailleurs, le pays souffre de la période troublée du IIIe siècle après J.-C. secoué par les invasions franques et alamaniques. Perdant confiance en l’Empire romain, la Gaule fait sécession. Grenoble est restée fidèle à Rome comme toute la Narbonnaise. Située au nord de cette province, Grenoble devient un lieu de concentration de troupes en particulier dans les années 268-70. La peur engendrée par l’insécurité est sans doute à l’origine de la dissimulation du trésor de Brézins, découvert en 1979, au lieu-dit Vie de Lariot. Il était composé de près de 2000 pièces qui avaient été dissimulées dans un vase (Bompaire, Hollard 1997 : 68). Dès cette époque, à Saint-Siméon-de-Bressieux au lieu-dit le Temple (près du tronçon de voie romaine) prennent place des tombes accompagnées de dépôts de vaisselle (plat en céramique du IIIe-IVe siècle, fond de flacon en verre). L’un des défunts avait été placé dans un sarcophage en plomb5 (Chapotat 1962 : 36).

2.3. Le terroir de Bressieux du Moyen Âge à la Révolution

2.3.1. Contexte historique

24Se déroule ici, l’histoire, assez classique au moins dans la région, d’un terroir occupé dès l’Antiquité, voire même avant, qui se structure durant l’époque mérovingienne autour de ses églises, puis qui se développe au Moyen Âge grâce au château et à la seigneurie qu’un lignage assez puissant autour de l’An Mil va créer, puis savamment faire fructifier et perdurer. Ceci grâce à des stratégies de pouvoir que seuls quelques grands seigneurs, en Dauphiné, sauront mettre en œuvre (Bressieux, Clermont, Bocsozel, Alleman…). Toute l’histoire du château de Bressieux et de ses seigneurs, comme celle du territoire dans lequel ils s’enracinent du Xe au XVe siècle, est indissociable de l’histoire de la principauté de Dauphiné.

25Ce territoire s’inscrit tout d’abord dans les comté et diocèse de Vienne et, plus largement, dans le royaume d’Arles et de Provence (VIIIe siècle) puis de Bourgogne (vers 950), enfin dans l’Empire, à partir de 1032 (Mazard 1999 : 7-9). Au Xe siècle, le comté de Vienne est vacant, comme d’ailleurs celui de Grenoble, les rois de Bourgogne y assurent une autorité lointaine. Cette carence des institutions, aggravée par plusieurs vagues d’invasions, favorise l’ambition d’une classe sociale en pleine ascension, celle des miles. Autour de l’An Mil dans le futur Dauphiné, les plus puissants s’emparent des pouvoirs régaliens qu’ils exercent en s’appuyant sur des fortifications permanentes d’un type nouveau, les mottes castrales, fort différentes des grands sites fortifiés collectifs du haut Moyen Âge. Cette mutation féodale pour certains, ou révolution castrale pour d’autres, se concrétise par l’érection, durant le XIe siècle, d’une multitude de châteaux privés (deux au moins à Bressieux, mais une vingtaine dans la région proche) et par l’apparition dans les textes d’un grand nombre de lignages seigneuriaux et de qualificatifs particuliers pour les nommer comme miles, vir illustris, vir nobilis, enfin, le plus élevé dominus, qualificatifs qui sont progressivement attribués, au cours du XIe siècle, à la famille de Bressieux. Ces « nouveaux » châteaux, bien inventoriés en Viennois (fig. 8), tenus le plus souvent par leur seigneur en toute indépendance (Mazard 1999 : 34-35), vont, au XIIe siècle, dans un contexte politique en évolution, disparaître ou se transformer en château de pierre et, pour certains, rentrer alors dans la mouvance d’un plus « grand » : dauphin, comte de Savoie, archevêque ou évêque.

Fig. 8 - Les fortifications de terre et châteaux en Viennois à la fin du XIe siècle.

26Dans la compétition acharnée pour le pouvoir qui se déroule à partir du XIe siècle, une famille seigneuriale — celle des Guigues d’Albon — plus puissante que les autres, se démarque de ses pairs et commence dès cette époque à bâtir une principauté qui sera au XIIe siècle celle de Dauphiné. Par une politique calculée et opiniâtre, mariages princiers, mainmise sur les évêchés, réseau castral bien établi proche des voies de passage de la vallée du Rhône et de l’Italie, les Guigues prennent de plus en plus d’ampleur. Mais ce pouvoir est fragile, car mal enraciné et en permanente concurrence avec la grande noblesse laïque insoumise qui estime que son autorité et ses droits ont autant de fondement juridique que ceux des dauphins. Ce sera un handicap majeur auquel sera confrontée la principauté jusqu’à sa disparition en 1349. Mais la vie politique et militaire du Dauphiné médiéval est aussi fortement marquée par le conflit qui oppose les deux principautés rivales et qui entraîne des affrontements incessants avec les adversaires traditionnels des dauphins, les comtes de Savoie. L’enjeu est celui de la maîtrise des routes vers l’Italie et vers la vallée du Rhône, pour cette dernière le Viennois en étant le passage obligé. Enfin la principauté est « pauvre », l’endettement est massif et généralisé. Dans ce contexte particulier, les grands seigneurs comme les Bressieux peuvent sans contrainte se développer, monnayant leur neutralité dans le conflit, jouant de leur position stratégique en Viennois pour assurer leur indépendance et développant une politique d’acquisition de biens et de terres pour asseoir leur autonomie financière.

Le haut Moyen Âge, la christianisation

27Les connaissances que nous avons de ce terroir durant le haut Moyen Âge sont extrêmement ténues, mais les quelques données disponibles laissent penser qu’il n’y eut ni disparition ni même régression de la population installée là durant l’Antiquité ; Bressieux semble être un des principaux et rares centres de peuplement dans cette petite région à cheval sur Chambaran et Bièvre que de nombreux auteurs qualifient encore d’inhabitée et sauvage au début du Moyen Âge.

  • 6 Le mot Bressieux semble être d’origine gauloise, il pourrait provenir d’un patronyme ayant donné Br (...)

28L’occupation antique indéterminée (villa, domaine, petite agglomération ?) que laissent entrevoir les vestiges découverts sur tout le territoire et à laquelle peut être associé dès cette époque le nom de « Bressieux »6 se structure dans les siècles suivants autour d’une ou deux églises (l’une sans doute plus ancienne que l’autre) aux vocables tout à fait représentatifs de la période mérovingienne : Saint Pierre es Liens (aujourd’hui commune de Saint-Pierre-de-Bressieux) et Saint Siméon le Stylite (aujourd’hui commune de Saint-Siméon-de-Bressieux). La tradition de la présence d’un archiprêtré de Bressieux dès le début du IXe siècle vient renforcer l’hypothèse d’une implantation religieuse ancienne sur ce territoire. En effet les historiens du XIXe siècle, à la suite de Le Lièvre (Le Lièvre 1623 : 191-193), n’ont pas hésité à faire remonter la création d’un archiprêtré à 805, lorsque saint Volfère, archevêque de Vienne, avec l’accord de Charlemagne, réorganisa son Église. Bernard Bligny (Bligny 1979 : 31), plus nuancé faute de texte explicite de fondation de cet archiprêtré, a avancé l’idée qu’il pouvait y avoir dans le diocèse de Vienne, vers la fin du IXe siècle, quelque huit à dix archiprêtrés, dont celui de Bressieux, l’étendue duquel reste inconnue.

29L’implantation de fortifications de terre vers la fin du Xe siècle ou le début du siècle suivant, puis un peu plus tard, la construction du château de pierre sur un site mieux adapté que celui des mottes, transforment la carte administrative et religieuse de ce territoire. La grande circonscription religieuse primitive de Bressieux, peut-être déjà scindée en deux paroisses, se fragmente encore et une minuscule paroisse, réduite à l’agglomération castrale et à ses abords immédiats, vient s’enkyster entre les deux autres. Cela s’accompagne également (dès la fin du XIe siècle sans doute) de la création du mandement de Bressieux dont le chef-lieu, c’est-à-dire le siège du pouvoir politique et religieux, correspond au castrum et à son bourg.

2.3.2. Les fortifications de terre

30Autour de l’An Mil deux fortifications de terre s’implantent sur le terroir de Bressieux : la motte de Boule Billon (450 m) et celle du Châtelard (576 m), toutes deux aujourd’hui situées sur la commune de Saint-Pierre-de-Bressieux (Moyroud 85 : 23-30 et Harlé-Sambet, Jospin, Moyroud 1999 : 19-21). Longtemps considérées comme des tumuli, elles ont fait l’objet, aux XIXe et XXe siècles, de sondages archéologiques ou d’opérations plus destructrices (tranchées, forage de puits) destinées à rechercher d’hypothétiques tombes à char de l’âge du Bronze, comme celle découverte à La Côte-Saint-André, non loin de Bressieux (voir supra). En lieu et place d’objets funéraires protohistoriques, la motte de Boule Billon a livré exclusivement du mobilier caractéristique des Xe-XIe siècles dans la région (céramique, métal, os…). Celui-ci a circulé chez les archéologues de l’époque, ce qui explique la présence dans la collection Vallentin du Cheylard à Montélimar de quatre éléments provenant de ce site. À notre connaissance, la motte du Châtelard n’a livré aucun mobilier.

2.3.2.1. La motte de Boule Billon (fig. 9, 10, 11)

31Située à environ 700 m à vol d’oiseau au sud-ouest du château, en contrebas de celui-ci, près de la petite rivière Baïse et le long d’une voie ancienne (le chemin de la Boula) reliant la Bièvre à la vallée de l’Isère par la vallée de la Galaure, cette motte, malgré son arasement en 1971, se repère encore facilement dans le paysage. Il s’agissait d’une fortification de terre tout à fait typique, composée d’un tertre tronconique puissant et massif, d’un fossé annulaire aujourd’hui comblé, mais assez lisible sur certaines photos aériennes, et d’une basse-cour en hémicycle qui s’étendait au nord de la butte. Plantée en vigne, la bassecour aurait livré des ossements humains, sans plus de précision. Le mobilier rapidement présenté ci-dessous a été récolté sur la motte de Boule Billon soit lors des excavations faites par la famille Faure, soit lors de ramassage de surface au moment où après que la motte ait été aplanie en 1971. L’essentiel de ce mobilier est exposé au musée de Bressieux.

Fig. 9 - La motte de Boule Billon avant arasement.

Fig. 10 - La motte de Boule Billon, photo aérienne.

Fig. 11 - Relevé en courbes de niveau de la motte de Boule Billon à Saint-Pierre-de-Bressieux.

Les différentes campagnes « archéologiques » des XIXe et XXe siècles
Notice sur le prétendu tumulus de la Boule Billon écrite en février 1909 par M. Faure
On croit généralement que les tumulus sont des monuments funéraires et ont pour raison d’être de couvrir une sépulture. Le fait a été parait-il vérifié bien souvent il n’a pas pu l’être pour le tumulus de la Boule Billon.
Le tumulus paraît avoir été formé en traçant à la crête du coteau une circonférence de la superficie voulue puis en amoncelant sur cette circonférence réservée la terre prise tout autour mais principalement sans doute du côté du midi. De cette manière les travailleurs produisaient un double effet d’élévation en entassant sur une surface donnée la terre qu’ils prenaient tout autour et dont l’enlèvement abaissait d’autant la croupe du coteau. C’est ce qui explique que lors des deuxièmes fouilles l’ouvrier chargé de creuser une galerie ou petit tunnel et qui avait commencé à la base apparente du tumulus du côté du midi a travaillé constamment dans la terre vierge non remuée telle qu’elle devait exister depuis la formation naturelle du coteau.
Première fouille
En 1812 mon père avait fait les premières fouilles en ouvrant une tranchée qui a largement échancré le tumulus sur sa face ouest. On n’avait pas pu pénétrer jusqu’au fond parce que la terre s’éboulait et les ouvriers n’avaient pas voulu continuer. On trouva premièrement de nombreux ossements d’animaux, des morceaux plus ou moins volumineux de bois de cerfs, de défenses de sangliers, deuxièmement des objets en fer consistant en fers de chevaux, boucles, clous, fragments de clefs et des lames de couteau, une gourmette, un éperon, une pointe de flèche, troisièmement un petit anneau de cuivre, quatrièmement des débris de poteries noires.
Deuxième fouille
Entre 1880 et 1900 (je ne peux pas mieux préciser la date…). J’ai fait creuser sans résultat une galerie ouverte du côté du midi au niveau de la crête actuelle du coteau et prolongée quelque peu au-delà du centre du tumulus.
Troisième fouille
En 1908 voulant essayer d’un troisième moyen de pénétrer au fond du tumulus j’ai fait creuser un puits commencé dans le haut vers ce qui paraissait être le milieu extérieur de la boule. On rencontra un terrain très mouvant qui par moments n’était presque composé que de pierres. Il fallait boiser les parois du puits au fur et à mesure que l’on descendait. Enfin à 6 mètres 50 ou 7 mètres à partir du sommet on atteignit la terre vierge, il était inutile d’aller plus bas. J’avais l’intention de creuser au fond du puits dans diverses directions quelques petites galeries pour chercher à atteindre la sépulture cherchée que je n’avais pas rencontré dans l’axe du puits. Mais le terrain avait si peu de consistance que les ouvriers puisatiers déclarèrent qu’il leur était impossible de rien faire et on dut abandonner la recherche.
Le puits fut bouché près de son orifice avec de forts plateaux de bois recouverts de terre. En creusant le puits on retrouvait de temps à autre des couches de terre calcinée mélangées de parcelles de charbon. Mais on ne trouva rien de nouveau ni de bien intéressant : deux ou trois petites défenses de sanglier, pas un seul morceau de bois de cerf, des dents d’herbivores, de petits carnassiers ou de rongeurs, une lame de couteau et quelques débris de poterie noires sans parler de nombreux ossements d’animaux sans caractère.

La céramique (fig. 12)

32Plus de 200 tessons de céramique grise ont été ramassés ; parmi ceux-ci on compte plus d’une centaine de fragments de panses, 13 fonds, 19 lèvres et 5 becs. Seuls 12 fragments de panses présentent des décors. Tous les fonds sont lenticulaires, dont deux sont marqués. Les lèvres se répartissent en 11 lèvres en bandeau et 8 lèvres éversées. Sur les six becs inventoriés, deux sont pontés, deux autres tréflés, un autre est tubulaire et le dernier simplement pincé. La céramique culinaire est majoritaire, mais les cruches sont bien représentées par six becs, dont deux semblent être assez élaborés puisqu’ils sont tréflés.

Fig. 12 - Céramique à fond marqué ramassée sur la motte de Boule Billon.

33Il est délicat d’établir une datation du fait de l’absence de stratigraphie et d’un si faible nombre de tessons ; mais pour B. Maccari-Poisson qui a examiné ce mobilier, il correspond en tous points à des productions du XIe siècle et est comparable à la céramique d’autres sites bien étudiés, notamment celui de Charavines-Colletière.

Le mobilier métallique7 (fig. 13, 14)

  • 7 Cette étude, qui porte sur la vingtaine d’objets métalliques identifiables ramassés sur la motte, e (...)

34Un unique objet se rattache à l’artisanat ; c’est une pointe métallique en fer (fig. 14, L. : 86 mm, I. de la tête : 10 mm) légèrement fuselée et torsadée, de section losangique, dont la tête montre des traces de martelages fréquents. D’abord interprété comme un clou, cet objet s’apparente plutôt à une alène, type d’outil polyvalent trouvé assez fréquemment sur les sites de cette époque et particulièrement à Charavines (Colardelle, Verdel 1993 : 208, fig. 144-5/10).

Fig. 13 et 14 - Le matériel métallique ramassé sur la motte de Boule Billon.

35L’armement et l’équitation (fig. 13) sont représentés par un carreau d’arbalète, trois fers à chevaux, un éperon et une bouclette. Le carreau d’arbalète en fer (L : 64 mm, L de la pointe : 32 mm) a une pointe de section rectangulaire, légèrement aplatie mais non foliacée, ce qui le rapproche plutôt d’une pointe de flèche. Le passage entre la pointe et la douille circulaire ne marque pas de rétrécissement, comme sur certains carreaux trouvés à Charavines (Colardelle, Verdel 1993 : 215-126, fig. 149-12/13). Les fers à cheval sont au nombre de trois, mais un seul est complet (L : 110 mm, I : 104 mm). Ce dernier est typique des fers médiévaux avec deux rangées de trois étampures se répartissant de chaque côté du fer. On trouve ce même type de fer sur les sites contemporains de Charavines (Isère), Blois (Cher), Décines (Rhône), Grimbosq (Normandie). L’éperon (fig. 13) (L : 150 mm) est constitué de deux branches de section triangulaire s’élargissant aux extrémités qui portent des perforations ; la pointe, de section losangique, est brisée mais mesure tout de même 40 mm. Un éperon trouvé au Plessis-Grimoult (Calvados), daté des Xe-XIe siècles, présente exactement les mêmes attaches des branches, mais avec des dimensions plus réduites (Bessac 1986 : 52-59, fig. 14-2). La bouclette d’éperon en fer (D : 21 mm), simple mais d’un type assez rare, est encore munie de son ardillon et de la plaquette métallique rivée à la courroie de cuir. Une bouclette identique a été découverte au Châtelard de Chirens (Isère). Ce type de boucle peut également correspondre à l’élément de fixation d’une chaussure ou d’un vêtement.

36La construction est représentée par trois clous de charpente, mais surtout par un type d’objet assez rare même aux époques suivantes, une polka. Appelée aussi pic de tailleur de pierre ou pioche à pierre tendre, elle est utilisée pour le dégrossissage, l’évidement et pour des zones difficiles d’accès (Bessac 1986 : 52-59, fig. 14-2). Constituée d’une masse de fer longue de 200 mm (I : 30 mm, H : 34 mm), avec une perforation centrale pour accueillir un manche, ses deux extrémités forment deux tranchants horizontaux (type 4a, selon la typologie établie par J.-C. Bessac). La présence de cet outil, peu utilisé jusqu’au XIIIe siècle, étonne sur une fortification faite de terre et de bois. Il est possible que cet outil ait été utilisé, sans rapport direct avec la fortification du XIe siècle, pour travailler la pierre tendre qu’est la molasse, matériau présent dans la région proche.

37À la serrurerie peut se rattacher une clef bénarde en fer, de section carrée, à canon plein, dont le panneton est une tige métallique recourbée, utilisée pour les portes (L : 130 mm, l du panneton : 36 mm). Ce genre de clef fonctionne par soulèvement ; le panneton n’effectue aucune rotation dans la serrure, mais sa forme est adaptée pour soulever le mécanisme. Ce type de clef n’était connu que sur le site de Charavines (Rapport Colardelle, Verdel 1999-2001 : 92-93 ; Colardelle, Verdel 1993 : 204 et 206, fig. 142-15/17).

38Un anneau de bronze ouvert, dont la section est légèrement aplatie, sans doute bague masculine ou anneau d’oreille, est le seul objet illustrant la parure (D : 20 mm).

39Une lame de fer munie d’une soie correspond à une lame de couteau, ou plutôt à une lame de force, car il n’y a pas de décrochement entre la soie et le dos de la lame (L : 144 mm, L. : lame : 96 mm, E : 18 mm). Ces objets servaient le plus souvent à la tonte des moutons, ou encore à la découpe de tissus. Un objet interprété par ses découvreurs comme une partie d’entraves pour animaux correspond en fait à un élément de léger harnachement pour bétail, jouguet ou collier de joug, généralement posé à l’arrière du crâne de l’animal. Une des tiges devait être fichée dans un joug en bois et un anneau accueillait des sangles (L : 190 mm, L de la boucle : 70 mm). Des exemplaires très similaires existent sur le site du promontoire du château de Blois, vers l’An Mil (Aubourg, Josset 2003 : 185, fig. 16).

40Outre six fragments de lames de couteau, on note également la présence d’une chaîne constituée d’un crochet en S et de dix anneaux allongés (L : 196 mm, L crochet : 50 mm, L : anneau : 21 mm, l anneau : 13 mm) correspondant soit à une fraction de crémaillère, soit à une gourmette de harnachement par la façon dont les anneaux sont assemblés. Le crochet en S pouvait servir à suspendre l’anse d’une marmite. Les éléments de crémaillère trouvés à Charavines sont assez proches (Colardelle, Verdel 1993 : 204-205, fig. 141-19). La serrurerie du mobilier est évoquée à travers deux petites clefs en fer à canon creux faites à partir d’une feuille de métal enroulée (L. : 54 mm, l. du canon : 8 mm, l. de la tête : 24 mm) (L. : 50 mm, l. du canon : 6 mm, 1. de la tête : 34 mm). Ces deux clefs ne sont pas ouvragées, leur tête est ovalaire, formée par une tige de métal aplatie et recourbée. Le panneton est manquant dans les deux cas. Ce type de clefs se retrouve sur un certain nombre de sites contemporains : Charavines et Blois. (Colardelle, Verdel 1993 : 204 et 206, fig. 142-8/14 ; Blois, un château en l’An Mil : 100, 143-145, cat. 152-162).

41Une quinzaine de bois de cervidés (andouillers) a été récoltée sur le site ; certains ont été travaillés et préparés pour la fabrication d’objets.

2.3.2.2. La motte du Châtelard (fig. 15, 16, 17)

42Une autre fortification de terre, que l’on trouve sur la carte IGN à la cote 576 m sous le nom de « tumulus », située à deux kilomètres au sud du château actuel, a été aménagée à l’extrémité ouest du sommet d’une des premières collines du plateau de Chambaran, celle du Châtelard. En 1812 « un essai de fouille fut tenté à la boule du Châtelard par les mêmes personnes qui avaient attaqué la boule Billon, mais le terrain se composant de graviers presque purs il fallut s’arrêter par suite d’éboulements ». D’autres fouilles clandestines au XXe siècle ont grandement perturbé ce site qui n’a, semble-t-il, livré aucun mobilier.

Fig. 15 - Relevé en courbes de niveau de la motte du Châtelard à Saint- Pierre-de-Bressieux.

43Ces deux fortifications et plus particulièrement la motte de Boule Billon peuvent être considérées comme les premières résidences des seigneurs de Bressieux que l’on voit apparaître dans les textes à la fin du Xe siècle. Les chartes du cartulaire de l’abbaye de Saint-Barnard de Romans nous montrent ces seigneurs possessionnés à cette époque dans le nord de l’actuel département de la Drôme. S’appuyant sur ce site d’origine qu’ils abandonnent à la fin du XIe siècle, comme le montre l’homogénéité du mobilier récolté sur la motte, ils agrandissent et étendent leur seigneurie et, à partir du XIIe siècle, s’installent sur un site à la fois plus adapté à la construction d’un château de pierre et symboliquement plus apte à dominer le plat pays et les communautés d’habitants qui composent le mandement.

Fig. 16 - La motte du Châtelard.

Fig. 17 - La motte du Châtelard, photo aérienne.

2.3.3. Les seigneurs de Bressieux

44La famille de Bressieux a compté parmi les plus importants lignages du Dauphiné primitif et, de ce fait, a connu un développement remarquable, particulièrement durant les siècles de la principauté indépendante, entre XIe et XIVe siècles. Installée dans une région de marche, de frontière, elle a su maintenir son indépendance durant toute cette période en jouant des relations privilégiées qu’elle entretenait avec les dauphins et les comtes de Savoie, avec lesquels elle avait également tissé des liens familiaux. Sur leur terre de Bressieux, tenue en franche propriété ou franc-alleu, les Bressieux ont agi en toute indépendance. Ne dépendant ni du dauphin, ni d’aucun seigneur supérieur, ils étaient, de ce fait, libres de tous droits et impositions.

2.3.3.1. L’origine de la famille

45L’histoire ancienne des seigneurs de Bressieux est incomplète, faute de documentation, mais aussi parce que le toponyme Bressieux n’est accolé que vers le milieu du XIe siècle au nom d’un des personnages de cette famille que l’on cerne imparfaitement avant cette date. Cependant, on peut affirmer sans trop se tromper qu’ils sont issus de l’aristocratie carolingienne, certains historiens les faisant même descendre des vicomtes de Vienne chez lesquels les cognomen Bérilon et Adémar sont assez fréquents. Ils apparaissent très tôt dans le sud Viennois, région qui correspond aujourd’hui au nord du département de la Drôme, et ils y possèdent déjà de nombreux biens qu’ils tiennent en toute indépendance. En effet, plusieurs actes des cartulaires de Saint-Barnard de Romans et de Saint-André-le-Bas à Vienne permettent de suivre approximativement, depuis la fin du Xe siècle et durant tout le XIe siècle, la généalogie de cette famille et surtout les lieux où elle possède des biens, de même que la nature de ces biens. Ces actes concernent à de nombreuses reprises des restitutions d’églises ou l’abandon des malae consuetudines, ces mauvaises coutumes que les seigneurs imposent à tous ceux qui habitent leur mandement, clercs ou manants.

46L’ancêtre de ce lignage est peut-être un certain Bornon qui, en 974, avec sa femme Aciline, donne à l’abbaye de Romans des biens situés dans la villa Soduli (actuelle commune de Montmiral dans le nord de la Drôme). Ces biens sont donnés sans l’autorisation de quiconque ; Bornon est donc déjà un alleutier (Chevalier 1898 : 52). De plus, Montmiral est un lieu où l’on retrouve régulièrement mention de cette famille, dès le début du XIe siècle, en lien avec l’église Saint-Christophe qu’elle y a fait construire (Giraud 1866 : 62-63 preuves) ; c’est également un mandement qui lui appartient dès le XIIe siècle, mais sans doute dès l’origine. Ce Bornon est-il le père de Bérilon, personnage important d’après le contenu de la charte passée en 1025 (Chevalier 1869 : 139 n° 49*) par laquelle il donne à l’abbaye Saint-Pierre de Vienne, avec son fils prénommé lui aussi Bornon, la paroisse et l’église de Serre avec tous les biens qui en dépendent (aujourd’hui commune du Grand-Serre dans le nord de la Drôme). Cette donation explique la coseigneurie que les seigneurs de Bressieux et l’abbé de Saint-Pierre partageront sur la châtellenie de Serre durant tout le Moyen Âge. La même année, Bornon, fils de Bérilon, est qualifié de miles quidam illustris alors qu’il figure parmi les vassaux de Guillaume de Clérieux, un des plus considérables seigneurs du Viennois, qui vient donner accord et acclamation à l’élection de son fils Léger comme abbé de la riche abbaye de Saint-Barnard à Romans (Chevalier 1898 : 85). Léger deviendra quelques années plus tard (vers 1030) archevêque de Vienne. Le dernier acte où apparaît Bornon — ce prénom ne sera d’ailleurs plus porté par la famille — date de 1051 : il figure avec son fils Adémar comme témoin d’un acte de restitution de l’église Saint-Genis de Vinay avec le seigneur Armannus de Clérieux, frère de Léger (Chevalier 1898 : 115).

47C’est en 1071 que, pour la première fois, le nom de Bressieux apparaît en lien avec ce lignage (Chevalier 1898 : 179) ; il est accolé à celui d’Adémar, fils de Bornon, Ademarus de Breisiaco, lors d’une convention que celui-ci renouvelle avec le nouvel abbé de Saint-Barnard, après la mort de Léger. Par ce pacte, Adémar reconnaît tenir de l’abbaye deux châteaux, ceux de Châtillon et de Pisançon (situés dans le nord de la Drôme) ; mais, surtout, il s’engage à ne pas attaquer la ville de Vienne ni à s’emparer de ces deux châteaux.

48Un acte du cartulaire de Domène nous montre que la terre de Viriville, bourgade mitoyenne de Bressieux, est, dès le XIe siècle, dans les mains de Hugues, autre personnage important de cette lignée, frère d’Adémar et fils de Bornon (Monteynard 1859 : 169). Hugues de Viriville épouse la fille d’Aynard de Domène et d’Alix de Savoie (fille du comte de Savoie) et devient de ce fait coseigneur de Tolvon en Chartreuse, château et mandement savoyards, proches de Voiron (Isère). Viriville restera durant tout le Moyen Âge aux mains de la famille de Bressieux.

49Une autre alliance est à noter, à la charnière des XIe et XIIe siècles, c’est celle de Poncia, fille d’Adémar de Bressieux et nièce d’Hugues de Viriville, avec Humbert de Bocsozel, lui-même seigneur d’un lignage en pleine expansion et vassal pour une partie de ses biens des comtes de Savoie (Giraud 1866 : IIe partie, preuves, 69 n° 282). Au début du XIIe siècle, plusieurs actes de restitutions de biens d’églises que Poncia avait reçus en dot de son père dans plusieurs communes du nord de la Drôme sont passés par elle et son mari en faveur des abbayes de Vienne ou de Romans (Giraud 1866 : 115-116 complément).

50Cette famille de miles à l’origine, puis de dominus dont les biens allodiaux n’ont cessé de s’accroître au gré des alliances matrimoniales, des usurpations de biens d’églises et, sans doute, grâce aux défrichements conduits en Chambaran et dans la Bièvre, est donc à la fin du XIe siècle un lignage puissant qui possède de nombreux biens dans tout le sud Viennois (Grand-Serre, Montmiral, Parnans, Peyrins, Dionay, Triors, Châtillon et Pisançon). La terre de Bressieux, située la plus au nord avec Viriville, n’en est qu’un des éléments, sans doute celui d’origine. On note également que des mottes castrales s’élèvent dès le XIe siècle sur la plupart des territoires où ils ont des possessions, certaines — comme celles de Montmiral, Viriville, Serre — ont peut-être été construites par ce lignage.

2.3.3.2. Une grande baronnie de Dauphiné

51Pour les historiens dauphinois du XVIIe siècle, la baronnie de Bressieux était une des plus importantes et des plus prestigieuses du Dauphiné. Ainsi, Denis de Salvaing de Boissieu, Premier Président en la Chambre des Comptes de Grenoble souligne la considération de l’ancienne Maison de Bressieu (Salvaing de Boissieu 1664 : 572) et Guy Allard, avocat au Parlement de Dauphiné, la qualifie d’illustre maison (Gariel 1864 : 186). Pour lui,

il y en a peu en cette province qui l’égalent et point ne l’ont surpassée et il affirme qu’elle se fit une petite souveraineté de sa baronnie.

52Et, en présumant que la maison de Bressieux a apparemment pris son nom de cette terre qui lui avait toujours appartenu, Guy Allard a émis une hypothèse qui aujourd’hui paraît tout à fait vraisemblable.

53Bressieux occupe le troisième rang des quatre grandes baronnies de Dauphiné, après Clermont et Sassenage et avant Montmaur en Gapençais. Mais il partage cette troisième place, une année sur deux, avec Maubec. L’institution des quatre barons, grands barons ou hauts barons ou encore magnates barones, qui daterait de la première moitié du XIVe siècle, n’a pas d’origine certaine. Nicolas Chorier émet l’hypothèse

d’un consentement universel de tous les ordres ayant honoré de ce choix cinq familles illustres (Chorier 1672 : 11).

54Il est dit qu’a la table du Baron, ne sied aucun s’il n’est Chevalier, Prestre ou Clerc d’authorité (Salvaing de Boissieu 1664 : 564). Effectivement, lors de l’assemblée des États, les quatre barons ont droit aux quatre premières places parmi la noblesse et occupent des fauteuils, alors que les autres seigneurs, malgré leur âge et leurs emplois, sont assis sur des bancs. De plus, lorsque le Parlement et la Chambre des Comptes procèdent à la vérification de terres érigées en marquisat ou en comté, une clause précise que c’est sans préjudice des droits des quatre Barons anciens de la Province. Enfin, toutes leurs causes civiles ou criminelles sont toujours traitées au Parlement (ibid. : 576). En sa qualité de grand baron, le seigneur rend la justice à ses vassaux dans l’aula du château. Il a le droit de les condamner à l’amende et à la prison. Il peut encore leur infliger des peines plus graves, comme celles de mutilation et incision des membres et autres châtiments corporels et exemplaires, le fouet, l’essorillage, l’échellage, le pilori, la marque au fer chaud. Anciennement même, il pouvait condamner à la mort, civile ou naturelle (ADI, 110 J ; Lagier 1901 : 11).

55En 1147, Aymard II est présent à la seconde croisade conduite par Amédée III, comte de Savoie, et, en 1190, Aymard III à la troisième, dirigée par Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion (Gariel 1860 : 354). Au côté des grandes maisons dauphinoises, Alleman, Bocsozel, Chandieu, Clermont, Morges, La Tour, Roussillon, Sassenage, les Bressieux participent à de nombreux conflits. Ils s’engagent avec le dauphin Humbert 1er en 1291, contre Amédée, comte de Savoie, et en 1328 aux côtés de Philippe de Valois, contre les Flamands ; Aymard VII participe, en 1325, avec le dauphin Guigues VIII, à la rude bataille de Varey en Bugey (Gariel 1860 : 733).

56Les intérêts des seigneurs de Bressieux paraissent liés à ceux de la métropole viennoise. Ainsi le seigneur de Bressieux partage avec l’abbé de Saint-Pierre de Vienne la coseigneurie de Serre (Cavard 1982 : 103) et le prieuré de Saint-Siméon (voir supra) dépend de la même abbaye. Plus tard, Louis 1er de Grolée (1510-1515), frère d’Aymar, le Renard, et d’Antoine, le Lieutenant, seigneurs de Bressieux, puis Annet de Grolée (1515-1553), se succèdent comme abbés de Saint-Pierre (Cavard 1982 : 159, 173, 267). On trouve souvent les seigneurs de Bressieux dans les actes, à côté des archevêques de Vienne, tel Adémar, caution en 1192, avec l’archevêque Robert de la Tour, pour le maintien de la garde de Villette aux frères de Roussillon (RD 5256). En 1244, le seigneur de Bressieux est témoin, lorsque Philippe de Savoie et Adhémar de Poitiers s’en remettent à l’archevêque Jean pour leur différend (RD 8129-8132). En 1250, ce seigneur est encore présent avec l’archevêque, lors du règlement d’un autre conflit qui oppose le dauphin Guigues et Adhémar de Poitiers (RD 8645). Surtout, c’est sur le conseil d’Aynard, archevêque, qu’Aynarde, veuve du seigneur de Bressieux, et Albert de la Tour, s’accordent, le 21 novembre 1198, pour marier leurs enfants (ADI, B 3162 ; RD 5469). L’importance du lignage peut également se juger par la grâce obtenue en 1308 pour le frère d’Aymard de Bressieux, Hugues, doyen du chapitre de Saint-Maurice malgré son jeune âge, qui avait poignardé dans son tribunal, Antelme de Miribel, courrier de l’archevêque, lors d’un complot mettant en jeu plusieurs chanoines et seigneurs. Il devint ensuite seigneur de Viriville (RD 17289 ; Lagier 1901 : 44-46).

57Le 15 novembre 1344, Hugues et Louis de Bressieux, frères d’Aymard VIII, sollicités depuis longtemps de faire soumission de leurs personnes et de leurs biens, prêtent hommage au dauphin Humbert II, avec baiser de bouche et serment sur les Écritures (ADI, B 4009 ; RD 33174-33188). Ils reconnaissent tenir du prince la septième partie de la baronnie, les six autres septièmes restant en franc-alleu, et ils reçoivent des fonds de terres et 120 florins d’or pour leurs études, in scolis et ad studium. Cette aliénation partielle de la terre semble être la mise au pas d’une importante seigneurie faisant ombrage au dauphin.

La seigneurie de Bressieux, entre Savoie et Dauphiné
Dès la fin du XIIIe siècle, entre Bièvre et Chambaran, la seigneurie de Bressieux constitue une zone tampon entre les possessions des dauphins et celles des comtes de Savoie (fig. 18). Elle possède dans cette région, en plus de la châtellenie de Bressieux, les châteaux et terres de Thodure, Viriville, Brezins, Le Grand-Lemps. Les comtes de Savoie, quant à eux, ont consolidé et augmenté les propriétés qu’ils détiennent depuis le XIe siècle en Viennois et qui leur permettent l’accès à la vallée du Rhône ; au début du XIVe siècle, ils contrôlent, dans la plaine de Bièvre, de nombreuses châtellenies qui représentent toutes des sources de revenu considérables. La plus méridionale, celle de La Côte-Saint-André est seulement à quelques lieues des terres des dauphins. Ceux-ci, à la fois gênés par la puissante seigneurie des Bressieux qui coupe en deux leurs possessions et irrités par la présence des savoyards en plein cœur de leur principauté, pratiquent une politique de peuplement et de mise en défense de cette zone de marche en construisant ou reconstruisant des châteaux et en créant des villeneuves qu’ils dotent de chartes de franchises et libertés. Escarmouches, guérillas, intimidations génèrent durant toute la première moitié du XIVe siècle une insécurité permanente dans cette zone de frontière. Les seigneurs de Bressieux, fins stratèges, alternativement alliés des comtes de Savoie (hommages en 1317 et 1320) et des dauphins (hommages en 1327, 1328, 1337), très proches d’ailleurs de chacun de ces princes, tentent de jouer un rôle d’arbitre dans ce conflit qui se déroule au cœur de leurs terres. Ils participent à toutes les tentatives de compromis et de conciliation qui débouchent finalement, en 1355, sur le traité de Paris qui met fin aux guerres delphino-savoyardes. Les comtes de Savoie quittent alors le Viennois, et à partir de cette date, la région perd une grande partie de son intérêt stratégique. Les châteaux sont progressivement délaissés ou transformés en confortables résidences, au détriment de leur fonction militaire. Les châteaux et bourgs de la seigneurie de Bressieux n’échapperont pas à ce déclin.

Fig. 18 - La frontière delphino-savoyarde en Viennois au début du XIVe siècle.

58Le 6 août 1424, lors de la célèbre bataille de Verneuil contre les Anglais, Henri, seigneur de Sassenage, à l’appel de Charles VII, conduit l’arrière-ban du Dauphiné qui comprend plus de mille gentilshommes. Parmi ceux-ci, Humbert de Grolée se conduit vaillamment, mais meurt, avec son oncle Sibut, lors de cette funeste journée (Gariel 1860 : 751). Plus tard, au temps de Jeanne d’Arc, Antoine 1er participe, avec d’autres gentilshommes dauphinois, à la délivrance d’Orléans assiégé par les Anglais (ibid. : 258).

59Par la suite, les barons de Bressieux obtiennent des charges importantes. Antoine est lieutenant général de Dauphiné et s’illustre lors de la campagne de Charles VIII en 1495, ce qui lui vaut sans doute son surnom le Lieutenant. Aymard-Antoine, le Vendeur, chambellan du roi et gouverneur des montagnes du Dauphiné, se distingue à Marignan, puis est fait prisonnier en même temps que François 1er à Pavie. De ce séjour italien, il rapporta très probablement un buste à l’antique et une très belle inscription sur plaque de marbre (fig. 19) : A.DE.ME.LEO.X.PON.MAX.CAPITs

  • 8 D’après la note établie par Jean-Michel Poisson, en date du 4 août 2008, que nous remercions ici.

60La transcription et la traduction de cette inscription ont donné lieu à diverses propositions qu’il n’y a pas lieu de discuter ici (Moyroud 1985 : p 37). Une relecture récente et argumentée8 propose le développement suivant : A[YMARDI]. DE. ME[DVLLIONE]. LEO. X. PON[TIFEX]. MAX[IMUS]. CAPIT[I]S [(CONSTANTINI ?) IMAGINEM (DEDIT)]

61La traduction « Léon X souverain pontife a donné à Aymard de Mévouillon ce buste (de Constantin) » confirmerait donc que la sculpture (buste de Constantin ?) aurait été offerte par le pape Léon X au baron de Bressieux.

62Aymard-François, l’Ayeul, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, se range du côté des catholiques et de la royauté. En 1560, Aymard 1er, le Vendeur, accompagne le lieutenant général La Motte-Gondrin quand il se rend à Valence et dans tout le midi du Dauphiné afin de rétablir l’ordre (Lagier 1905 : 117).

63Louis, le dernier des Grolée, gentilhomme de la chambre d’Henri IV, fut premier écuyer de la reine Marie de Médicis. Louis XIII érige pour lui, en août 1612, la baronnie en marquisat, voulant

recognoistre envers nostre amé et féal Louis de Meulhion, baron de Bressieu, les bons et signalés services que ceulx de la maison de Bressieu ont faitz à ceste couronne (ADI, B 2918, f° 1351-1352).

64De fait, cet acte enlève tous ses privilèges à la terre qui dépend désormais du roi.

Fig. 19 - Inscription sur plaque de marbre. Collection privée.

2.3.3.3. Sceaux et armoiries des différents lignages

65Des alentours de l’An Mil à la Révolution, cinq lignages se sont succédé sur la terre de Bressieux : les Bressieux, les Grolée et Grolée-Mévouillon, les La Baume-Suze, les Valbelle, les Bérard de Goutefrey, soit trente et un seigneurs (Rivoire de la Bâtie 1867 : 55-64-107-290-759).

Les Bressieux

66Les Archives Départementales de l’Isère conservent deux sceaux ronds en cire d’Aymar, seigneur de Bressieux, attachés à deux documents l’un daté de 1228 et l’autre de 1258 (fig. 20, 21, 22). Ce dernier montre l’origine des armoiries des Bressieux qui portent « de gueules à trois fasces de vair », fasces plus anciennement chargées d’un filet ondé dont on a fait ensuite du vair (Roman 1906 : 80-81). Après 1402, date du décès de Geoffrey de Bressieux, dernier seigneur de la branche d’origine, le séquestre est mis sur la baronnie et le fief passe plus tard à Humbert, fils d’Alix, une des sept filles de Geoffrey de Bressieux, mariée à Guillaume de Grolée, seigneur de Neyrieu, Lhuis et Montrevel, illustre et ancienne famille du Bugey.

Fig. 20 et 21 - Sceau rond en cire d’Aymar de Bressieux, avers et revers, appendu sur document de 1228. Archives départementales de l’Isère.

Fig. 22 - Sceau rond en cire d’Aymar de Bressieux, appendu sur document de 1258. Archives départementales de l’Isère.

L’alliance Grolée Bressieux

67À partir de 1423, Humbert de Grolée, fils d’Alix de Bressieux, associe les armes des Grolée et des Bressieux sur son sceau (Roman 1906 : 183). Les armes de la famille de Grolée sont décrites « gironné d’or et de sable de 8 pièces ».

L’alliance Grolée Bressieux Mévouillon (fig. 23)

68L’alliance de Jean, petit-fils d’Humbert de Grolée, avec Béatrix de Mévouillon, fille d’un Provençal lié à la royauté française, vers 1450, renforce le lignage (Rivoire de la Bâtie 1867 : 408). Le père de Béatrix descendait d’une lignée cadette des barons de Mévouillon qui avaient vendu leur baronnie au dauphin au début du XIVe siècle. Possesseurs de la seigneurie pendant deux cent quarante et un ans, les Grolée-Mévouillon s’illustrent notamment lors des guerres d’Italie. Curieusement, les prénoms de certains d’entre eux sont complétés par un surnom suggestif (voir supra) : le Prodigue, le Renard, le Lieutenant, le Vendeur. Nicolas Chorier fit un portrait précis d’Antoine le Lieutenant, époux d’Hélène de Hangest de Genlis, proche de la famille royale française :

Il avait un esprit altier et violent qui le fit préférer à d’autres par de secrètes raisons pour la fonction de lieutenant général de Dauphiné, il ne scavoit ny flêchir ny ceder, et l’authorité de la justice n’étoit pas capable de donner des bornes à sa fierté (Chorier 1672 : 63).

Fig. 23 - Miniature ajoutée au manuscrit du roman de Don Galaoz, daté vers 1500, conservé à la Bibliothèque municipale de Grenoble (Ms 378). Ces armoiries de la famille Grolée Mévouillon sont les plus anciennes que l’on connaisse en couleur. On note la devise espoir de myeulx dont on retrouve les lettres initiales E et M reproduites sur des carreaux de sol découverts lors des fouilles.

69Les armoiries sculptées sur marbre de la famille Grolée Bressieux Mévouillon (fin XVe -début XVIe siècle), aujourd’hui placées au-dessus de la porte du châtelet d’entrée du château de Bressieux (fig. 24, 24 bis) sont inscrites dans un écu ovale qui peut se lire de la façon suivante :

« coupé tiercé en pal, au chef gironné d’or et de sable de huit pièces (Grolée), de gueules à trois fasces de vair (Bressieux), coupé d’or au chef échiqueté de deux traits d’argent et de sable surmonté d’un parti au premier de gueules au chariot d’or à quatre roues, au second d’or et de gueules (Mévouillon), en pointe (Bressieux, Mévouillon, Grolée) ».

70L’écu est supporté par deux licornes et surmonté d’un heaume avec cimier, d’un lambrequin retombant et d’une tête de lion. Des licornes partent des cordons qui s’entrecroisent vers la pointe et peuvent rappeler un signe de veuvage.

Fig. 24 et 24 bis - Armoirie sculptée sur marbre de la famille Grolée Bressieux Mévouillon (fin XVe-début XVIe siècle) placée au-dessus du châtelet d’entrée du château (photo et dessin).

71Plusieurs autres pierres sculptées armoriées, dont certaines trouvées en fouille, représentant cet écu seul ou parti à dextre et entouré du collier de Saint-Michel, sont aujourd’hui conservées au musée de Bressieux ou à la ferme du Colombier. Quatre blocs sculptés de même module dans un calcaire tendre sont particulièrement intéressants :

  • un bloc trouvé en 1984, lors de la fouille de la pièce A (fig. 42), à l’écu de Grolée Bressieux Mévouillon seul (Aymar-François, l’Ayeul, chevalier de Saint-Michel mort en 1565), déposé au musée (fig. 25) ;

  • deux blocs sculptés à l’écu parti de Bressieux et d’Isabelle de Peyre, épouse en 1504 d’Aymar-Antoine décédé en 1518, « d’argent à l’aigle de sable becquée et membrée de gueules », déposé l’un à la ferme du Colombier, l’autre au musée ;

  • un bloc portant un écu parti de Bressieux et un second parti qui pourrait être celui de Catherine d’Oraison, épouse d’Aymar-François en 1550. Déposé au musée de Bressieux depuis 1994.

Fig. 25 - Bloc de calcaire (de l’Échaillon) sculpté, trouvé en fouille, armoirie Grolée Bressieux Mévouillon.

La famille de La Baume de Suze et le déclin du château

72À partir de 1659, les La Baume de Suze succèdent aux Grolée-Mévouillon-Bressieux par le jeu des héritages, suite à un long procès ruineux. Après la campagne de rénovation du château entreprise en 1656 par Catherine de la Croix de Chevrières, comtesse de Rochefort, mère de Louis-François de La Baume de Suze, seigneur de Bressieux, l’entretien du château n’est plus assuré. En 1720, le fief est vendu aux Valbelle, originaires de Provence, pour 270 000 livres. François-Joseph Bérard de Goutefrey le rachète en 1780 pour 195 000 livres seulement. Ce dernier, déjà possessionné dans la paroisse de Saint-Siméon, envisage la restauration complète du château, projet que la Révolution empêche de mener à bien.

2.4. Le mandement de Bressieux

73La première mention de Bressieux comme chef-lieu de mandement figure dans l’acte de partage du comté de Sermorens, entre l’évêque de Grenoble et l’archevêque de Vienne en 1107 (fig. 26). Toutefois, la mention de castrum est omise devant Bressieux : simple oubli de copiste ou indication d’un statut différent de celui des autres circonscriptions territoriales attribuées à l’archevêque de Vienne (Marion 1879 : 1-3) ?

Fig. 26 - Le mandement de Bressieux au Moyen Âge.

74Lorsque Hugues de Bressieux fait rédiger la première Charte des Libertés en 1288, celles-ci s’appliquent in dictis castro, burgo et mandamento ejus (ADI, B 3924). Le donjon de brique du castrum de Bressieux domine alors le bourg depuis une décennie d’après la date de ses poutres. Mais on ne sait comment se présente ce dernier puisque le circuit des remparts de brique ne sera édifié que quelques décennies plus tard. Le mandement englobait probablement alors Saint-Siméon, Châtenay et Marnans mentionnés dans les textes des XIe et XIIe siècles ainsi que Saint-Pierre, signalé en 1275, sancti Petri enares chastel (Calmette, Clouzot 1940 : 288).

2.4.1. Églises et établissements religieux

L’archiprêtré

75Au moment où se construit le château de brique, le Compte de décimes de 1275 mentionne neuf prieurs et trente-huit curés (capellanus), liste qui permet de définir les contours de l’archiprêtré (Calmette, Clouzot 1940 : 275-276, 287-288). Les prieurés les plus proches sont ceux de La Côte-Saint-André, Marnans, Saint-Siméon-de-Bressieux et Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. La Taxe de la Décime du XIVe siècle confirme cette emprise et y ajoute trois commanderies templières et deux abbayes (Calmette, Clouzot 1940 : 293-294). La charge d’archiprêtre permet à ceux qui en sont investis de participer à des actes importants. Ainsi, le 31 août 1317, le seigneur de Bressieux a choisi Jacques Magnin, archiprêtre de Bressieux, comme arbitre avec Aténulphe de Montmiral, chevalier, pour assister à la délimitation de ses châteaux et mandements de Bressieux, Brezins et Lemps avec ceux de La Côte, Bocsozel et Chabons appartenant au comte de Savoie (ADI, B 3614 ; RD 19830-19831).

76Les mêmes listes indiquent un capellanus pour Bressieux, Châtenay, Marnans, Saint-Pierre et Saint-Siméon, siège du prieuré. La première église du mandement attestée par les textes est celle de Saint-Siméon dans un obituaire antérieur à 1148 (ADI, 1 Mi 45) : un service religieux y est donné pour Pierre Coctnetz

qui a donné dans un lieu appelé Chastenay une émine d’avoine : Pierre Bellunis possédait ce Chasteney de lui [Pierre Coctnetz] en faveur de l’église de Saint Siméon.

Le prieuré de Saint-Siméon

77Placé sous le vocable de saint Siméon le Stylite, le prieuré dépend de l’abbé de Saint-Pierre de Vienne. En 1275, alors que l’archiprêtre de Bressieux n’est imposé que pour une livre dix sols, la somme de dix-sept livres est demandée au prieur. La formule employée prior sancti Symeonis et de saint Bartol implique une double titulature qui pourrait garder le souvenir d’un ancien établissement réuni à Saint-Siméon (Calmette, Clouzot 1940 : 275-276). Dans la Révision des feux de 1450, Boniface Charrière cumule les fonctions de prieur et de curé (ADI, B 2475, f° 235 v°) à côté de deux moines. En 1473 (ADI, B 2723, f° 18 v°), la situation semble redevenue normale avec le prieur, le curé et un moine. L’établissement est sécularisé en même temps que Saint-Pierre de Vienne le 17 juin 1612 (Cavard 1982 : 99, 195, 280-281). Sur le plan cadastral de 1833 figurent encore deux bâtiments distincts et nettement séparés auprès de l’église, le prieuré au nord, le presbytère pour le curé et son vicaire, à l’est. Le prieur perçoit la dîme dite du Grand Clocher puis la répartit auprès des pauvres après avoir prélevé la portion congrue des curés du mandement. De nombreux litiges sont soulevés par les imposés aussi bien que par ceux qui en percevaient les bénéfices.

78Georges de Grolée-Mévouillon, frère d’Aymard-Bertrand, seigneur de Bressieux, fut prieur de Saint-Siméon, jusqu’en 1597, où il abandonna sa charge pour succéder à son frère, mort sans descendance (Lagier, 1901 : 133). Son remplaçant, Alexis Reboul, était prieur de Bruis et Montmaurin, du baillage et de l’élection de Gap et de la baronnie de Mévouillon, actuellement dans le département des Hautes-Alpes. C’est lui qui fit exécuter un tableau des saints protecteurs (fig. 27) de la paroisse de Bressieux, Notre Dame, saint Michel et saint Roch. Cette œuvre, classée au titre des Monuments historiques depuis 1995, a été restaurée et est exposée dans l’église de Bressieux (Vincent 1996 : 37-41).

Fig. 27 - Tableau de retable début XVIIe siècle, église de Bressieux, la Vierge entourée de saint Michel et de saint Roch protecteurs de l’église de Bressieux, classé Monuments Historiques. Collection communale.

Saint-Pierre de Marnans (fig. 28)

79L’église est connue par la donation, en 1164, de plusieurs terres à la maison de Marnans par l’archevêque de Vienne, abbé de Saint-Barnard de Romans (Montjoye 1999 : 75-76) et par une charte de la Chartreuse des Écouges qui fait état des chanoines de Marnans en 1193. Le prieur et le sous-prieur de Marnans, Ardenche et Aténulphe, étaient présents au traité conclu entre Aynarde veuve d’Aymard III de Bressieux et Albert de la Tour afin de marier leurs enfants lorsqu’ils en auront l’âge, le 21 novembre 1198, apud Brisseu, festo s æ Cæciliæ (ADI, B 3162 ; RD 5469).

Fig. 28 - L’église de Marnans.

80Les Révisions des feux de 1450 prouvent tardivement l’appartenance de Marnans au mandement de Bressieux. Huit ou neuf religieux avec le prieur sont alors rattachés à l’ordre des Hospitaliers de Saint-Antoine (ADI, B 2745, f° 235 v°). Le prieuré ne se relève pas des dévastations des protestants, entre 1562 et 1567, mais le lieu figure ensuite constamment dans les Délibérations de la communauté de Bressieux du XVIIe siècle. L’église romane, restée presque intacte, est aujourd’hui une des plus grandes et des plus belles du département de l’Isère.

L’abbaye cistercienne de Saint-Pierre-de-Bressieux

81Cette abbaye féminine, placée sous le vocable de Notre-Dame de Laval Bénite de Bressieux (vallis Breyssiaci) aurait été fondée vers le milieu du XIIe siècle par Aymard II de Bressieux ou, un peu plus tard, par son fils Hugues, d’après les termes d’une bulle papale à Agathe, prieure (RD 4182). Installé dans un vallon retiré où serpente la petite rivière de Baïse, l’établissement relevait de la filiation de Bonnevaux, fondée en 1117, au nord du diocèse de Vienne. En 1450 (ADI, B 2745, f° 235 v°), son effectif est de quinze moniales et de deux religieuses (converses ?) avec l’abbesse. Un premier incendie en 1464 est suivi de destructions et de pillages favorisés par l’isolement, puis, lors des guerres de Religion, l’abbaye est à nouveau saccagée en 1582 (ADI, 12H 152). Malgré l’ordre de transférer l’abbaye dans un lieu plus propice, il faut attendre 1623 pour que les moniales s’installent à La Côte-Saint-André, rue Laval, au sud-ouest des halles. Au lieu-dit l’Abbaye, un unique pan de mur engagé dans une construction plus récente témoigne, par son épaisseur et sa hauteur, de l’importance des bâtiments abbatiaux médiévaux de Laval-Bénite (fig. 26 et 29).

Fig. 29 - Emplacement de l’ancienne abbaye de Laval-Bénite de Bressieux, au fond du vallon de la Baïse.

La commanderie des Templiers de Saint-Siméon-de-Bressieux

82Elle a laissé son nom au quartier du Temple (fig. 26). Elle est attestée par un acte de 1224 par lequel le seigneur de Clermont lui accorde des libertés (ADI, 2 E 913). Son commandeur, frater Michaël preceptor de Bresiaco, est présent vers 1250-1260 dans les actes de celle de Vaulx (Delachenal, 1893). Exemptée de redevances, la commanderie ne figure pas dans le Compte de Décimes de 1275, mais en 1277, le précepteur du « Temple sous Bressieux » passe transaction avec le prieur de Saint-Siméon (ADI, 2 E 913). Après 1312, la commanderie templière est rattachée à l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Plus tard, elle dépend de la commanderie de Notre-Dame de Bellecombe et du Grand Prieuré d’Auvergne des Chevaliers de Malte (ADR 48 H).

83Un texte de visite du 16 janvier 1615 mentionne la chapelle placée sous le vocable de saint Jean-Baptiste qui se trouve… en un lieu champaistre… mesurant… neuf canne et demy de longueur et trois canne de large (ADR 48 H 137). Ces dimensions (environ 19 m x 6 m) apparaissent supérieures à celles d’autres chapelles templières iséroises : Bellecombe (11 m x 7 m environ, l’édifice étant partiellement effondré), Ornacieux (6 m x 5 m), Saint-Jean-de-Moirans (12 m x 6 m), Oytier-Saint-Oblas (14 m x 6 m). Lors de la visite du 14 avril 1684, le frère Anthoyne de Grimaud, signale que la juridiction du membre de Bressieu appartient au seigneur Marquis de Bressieu (ADR, 48 H 151). À la Révolution, les matériaux de la chapelle en partie ruinée sont adjugés 600 francs au citoyen Jean Collet (ADI, 1 Q 285, n° 59). L’édifice a été localisé grâce à une photographie aérienne.

2.4.2. Le bourg castral

84Le bourg de Bressieux est aujourd’hui une modeste agglomération qui s’étire sur deux cent cinquante mètres environ sur le versant ouest de la colline, au-dessous du château mais d’où la vue porte très loin. Les maisons sont groupées en majeure partie à l’intérieur des vestiges de l’enceinte médiévale, entre la porte Neuve au sud et l’emplacement de la porte Saint-Michel au nord. Les murailles de brique, conservées en élévation en quelques endroits, se raccordaient aux fortifications externes du château comme le suggère le tracé parcellaire du plus ancien plan cadastral.

85La courtine et les huit tours rondes ou semi-circulaires qui la ponctuaient ont en majeure partie disparu, sauf la tour Rambaud jointive à un tronçon de courtine près de la mairie. Trois de ses quatre portes ont également disparu, la porte de la Croix Trouva près du château, la porte de Saint-Michel et la porte de Serre, mais la porte Neuve existe toujours sur la rue conduisant à Saint-Pierre-de-Bressieux.

86Il n’est pas possible de déterminer la nature des clôtures du bourg et du château, infra clausuras castri et burgi bressiaci, mentionnées dans la première charte d’Hugues en 1288 (ADI, B 3924 ; RD 13281). En effet, en 1336, soit quarante-huit ans plus tard, Aymard VIII, son petit-fils, invite ses vassaux à construire de nouveaux remparts en leur faisant remise des cent livres viennoises accordées à son père, en supprimant le vingtain sur les grains et en annulant pendant dix ans les droits de fenage et d’herbage qui seront ensuite utilisés à leur entretien. Il promet même d’abolir entièrement le vingtain si le rempart est terminé avant la fin des dix années (ADI, B 3924 ; RD 27910).

2.4.2.1. Organisation du bourg (fig. 30)

87Le plan cadastral de 1833 permet d’en restituer la physionomie ancienne. Entre les portes Neuve et de Serre, au sud, et celle de Saint-Michel, au nord, les rues du bourg forment une croix rayonnante de cinq branches dont le cœur indique l’emplacement du Chapeau, l’ancienne place du village. Deux petites ruelles, le passage de Saint-Crespin et celui de la Halle, aèrent l’îlot méridional. Contraint par la topographie, l’habitat est concentré sur un replat de terrain, entre la forte pente amont qui le sépare du château et l’aval, extra muros, également très pentu, où se trouvait le vignoble.

Fig. 30 - Plan du bourg castral et du château.

88Les maisons qui devaient s’organiser le long des rues, sans atteindre une densité importante, ont pu dépasser, lors de la plus grande phase d’expansion du bourg, le nombre de vingt-six ou vingt-sept, mentionné par une délibération de la communauté du 26 décembre 1693 (ACB).

89Les assemblées de la communauté se déroulaient chez le châtelain ou le notaire, sous la halle, voire dans la cour du château. Mais, le 15 septembre 1690, la communauté acheta à Antoine Bérard, notaire, une maison avec tour adossée aux remparts, dite Tour Rambaud, qui servira de maison de ville après dix ans de réparations (fig. 31, 32). Ce bâtiment, démoli au début du XXe siècle, a été remplacé par celui de la mairie actuelle et la tour attenante a récemment fait l’objet de restaurations (ACB ; Lagier 1901 : 211). Le bâtiment du musée lui a été rajouté.

Fig. 31 - La Tour Rambaud et l’ancienne mairie avant sa démolition au début du XXe siècle.

Fig. 32 - État actuel de la Tour Rambaud, la seule qui subsiste des huit tours du rempart. La démolition de l’ancienne mairie a laissé des séquelles sur la tour : espace béant à l’emplacement du bâtiment et écrêtement de sa partie sommitale (disparition de deux petites ouvertures jumelles).

90En 1288, Hugues de Bressieux se réservait le droit de posséder le four et exigeait quatre deniers par setier pour la cuisson (ADI, B 3924 ; RD 13281). Le 3 janvier 1711, on décida de bâtir un nouveau four, l’ancien étant placé dans un lieu peu commode tant pour les habitants que pour le rentier d’icellui. Après l’accord du seigneur, Louis-François de la Baume de Suze, on choisit de le déplacer vers la porte de Serre, en un lieu attenant à la tour qui est au-dessus de la serve qui sert à l’arrosage de la prérie du dit seigneur. Maître Jean Bérard, procureur au Parlement, fut chargé de le construire de la même grandeur qu’il se trouve à présent (ADI, 3 E 15406, Me Gueyffier, notaire).

91La place du marché, lieu de rassemblement depuis au moins 1371, se situait peut-être à un autre endroit que la halle couverte qui se trouvait contre le rempart, à proximité de la porte Neuve. Le 13 mai 1573, un notaire expédiait

sous la halle du dit lieu devant la boutique de Jean et Pierre Mottin frères un acte de vente d’une vigne à révérende et magnifique Katerine d’Oraison, dame de Bressieux (ADI, 3 E 391, Me Boliacton, notaire).

92Le château était alimenté en eau par un puits creusé dans la cour, mais l’eau de plusieurs sources avait été canalisée jusqu’au bourg, comme l’atteste le plus ancien texte traitant de l’entretien des fontaines daté du 21 mai 1644. Jeoffrey Coindet, dit Jacquet, consul moderne, assisté de Sidoine Bérard, curé, et de Jean Faure, délégués de la communauté, baillent à prix fait à Claude Tribouiller, fontainier de Roybon, le soin de raccomoder en bon et dû état, toutes les fontaines du bourg (ACB). Le 13 avril 1700, un acte réglant les modalités de leur entretien indique le nom et l’emplacement de trois fontaines : le Terralier vers la porte Neuve, la fontaine Trotin à proximité de la porte Saint-Michel et celle de la maison de ville (ACB).

93Situé hors les murs, sous le rempart ouest, le vignoble, qui produisait un vin d’assez bonne renommée, était intimement lié à la vie du bourg. Le parcellaire de 1662 dénombre quarante-huit parcelles de taille modeste, moins d’une fosserée pour la plus petite. Trente-sept appartiennent à des habitants du bourg ou du mandement, sept à des nobles ou des bourgeois, deux au sieur de Goutefrey qui détient la plus grande de douze fosserées, une au curé et une à la chapelle de Taillebois de Saint-Siméon. La Dame de Bressieux, quant à elle, possède soixante et une fosserées de vigne, en trois parcelles, près du château (ACB).

2.4.2.2. Lieux de culte

L’église paroissiale Notre-Dame puis Saint-Michel

94L’église Notre-Dame, édifiée dans la basse-cour du château, contre le rempart, paraît contemporaine de la forteresse de brique selon les données des fouilles (voir infra). La statue en noyer de la Vierge assise et couronnée tenant l’Enfant-Jésus (fig. 33) aujourd’hui exposée au Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble et datée de la charnière des XIIe et XIIIe siècles, pourrait en provenir (Barruol 1993 : p. 46 et pl. 9. ; Trésors du Musée Dauphinois, 1968, n° 41 et pl. 3).

Fig. 33 - Vierge à l’enfant du XIIe siècle en noyer. Collection musée Dauphinois, musée de l’Ancien Évêché.

95On ne sait quand exactement l’église Notre-Dame a perdu son rôle paroissial, transféré dans un autre bâtiment construit à l’intérieur du bourg et dédié à saint Michel. D’après la cession testamentaire d’une pension annuelle et perpétuelle de Jean Moutin, marchand à Bressieux, au curé moderne de l’église paroissiale de Saint-Michel-de-Bressieux, le 22 mars 1518, ce transfert était effectif au début du XVIe siècle (ADI, 110 J). Cette église Saint-Michel, qui fit l’objet de plusieurs restaurations au cours des siècles suivants (ADI, 110 J – 3 E 15342 Me Faure, notaire) figure sur le plan cadastral de 1833 (fig. 35). Elle a été démolie en 1867, après la construction de la nouvelle église (ACB).

Une chapelle seigneuriale

96Le 30 octobre 1663, Catherine de la Croix de Chevrières, mère de Louis-François de La Baume de Suze, seigneur de Bressieux, fonde la chapelle de La sainte et divine Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ rédempteur du monde dans l’aile est du château (fig. 121).

97Dans l’acte de fondation, la dame de Bressieux avance

que le lieu de la chapelle ou oratoire où l’on dit présentement la Ste messe au chasteau de Bressieux, qui est dans la muraille de la grande salle du dit chasteau, du costé du couchant n’est pas assez dessant à son gré pour la saincteté du ministère (ADI, 3 E 15342, Me Faure, notaire).

98Après l’approbation de l’archevêque de Vienne, la chapelle est dotée d’un recteur et de plusieurs rentes afin que le service divin soit célébré dans de bonnes conditions. Parmi les objets d’art de la chapelle figurent deux panneaux en noyer noirci rappelant sa fondation et son rétablissement. À la Révolution, l’un d’eux a disparu, tout comme la partie centrale du second, brisé en trois morceaux. Les deux fragments restants se trouvent aujourd’hui au musée de Bressieux. Ils portent un texte latin, extrait du testament d’Aymard de Grolée dit le Renard, daté du 16 mai 1492, qui rappelle la fondation d’une chapelle dédiée à l’Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie dans l’église près du château. Un codicille de 1493, précise les cens et pensions pour ses services religieux. En 1664, la comtesse de Rochefort ravive le souvenir des messes fondées par

Le Renard afin de satisfaire à la pieuse volonté de ceux de qui on a hérité des biens.

2.4.3. Démographie et économie

  • 9 Les Révisions des feux de Bressieux ont été exploitées avec l’aide précieuse d’Isabelle Vernus, dir (...)

99À partir de 1394, quelques documents fiscaux, les révisions des feux et les rôles de la taille permettent de suivre l’évolution de la population de la communauté. Pour irrégulières qu’elles soient, ces données permettent de constater qu’en dépit des malheurs du temps, guerres, épidémies, souvent invoqués par les textes, l’augmentation démographique se poursuit d’une façon régulière depuis la fin du Moyen Âge jusqu’aux Lumières9 (fig. 34).

Fig. 34 - Évolution de la population XIVe-XVIIIe siècles.

100L’enquête de 1394-1395 (ADI, B 2726, f° 153-154), qui donne le premier chiffre de 70 feux solvables (le détail par paroisse n’est pas signalé), est à prendre avec prudente réserve, d’une part parce qu’il semble que la communauté a fortement minoré sa déclaration, d’autre part parce que les feux nobles et misérables n’y ont pas été portés. Selon toute vraisemblance, en extrapolant par rapport aux déclarations suivantes qui comportent solvables et non imposables, il faut ajouter environ un nombre équivalent de feux nobles et misérables, soit 140 foyers au total. En comptant 4 à 5 personnes par feu, la population du mandement à la fin du XIVe siècle – sans tenir compte des dissimulations éventuelles pour échapper à l’impôt – aurait pu se situer, dans une échelle très basse, aux alentours de 700 âmes.

Fig. 35 - Plan de l’ancienne église Saint-Michel de Bressieux démolie au XIXe siècle.

101Les chiffres suivants semblent plus réalistes avec une progression régulière de 226 feux (1130 âmes) en 1449 à 640 (3200 âmes) en 1701. Sur le relevé de 1449 (ADI, B 2745, f° 87-99), sur 226 feux on note 110 solvables et 116 non imposables (nobles, clergé, misérables, mendiants, vacants…). En 1450 (ADI, B 2745, f° 219-237), le nombre des imposables chute d’une façon importante avec 46 solvables seulement et 216 qui ne le sont pas, réajustement fiscal difficile à interpréter. En 1472 (ADI, B 2770, f° 44-62), la situation s’inverse avec 169 feux qui payent et 103 qui ne payent pas. Enfin, en 1473-1474 (ADI, B 2723, f° 11-31), nouveau changement avec 115 feux imposables et 167 qui ne le sont pas (les chiffres de trois paroisses sont ignorés).

102Sous l’Ancien Régime, l’imposition de la taille en 1603 (ACB) avec ses 457 foyers fiscaux (les chiffres de Châtenay et Marnans sont regroupés avec les autres paroisses) permet d’enregistrer une progression de 62 % par rapport au chiffre de 1474. La révision des feux de 1701 (ADI, 2 C 320, vol. 11, art. 18), avec ses 640 habitants taillables chefs de famille (le détail par paroisse n’est pas donné), permet d’enregistrer une nouvelle avancée de 40 %.

103Depuis le sommet du donjon, on aperçoit l’épaisse forêt de Chambaran qui s’étend vers le sud, au-delà des limites du mandement de Bressieux. Au nord, celle de Bièvre, qui dépendait essentiellement de l’enclave savoyarde de La Côte-Saint-André, a en grande partie disparu. Le seigneur de Bressieux y possédait une partie de la forêt du Not, proche de La Frette et de Saint-Hilaire. Enfin, juste en dessous du château, celle du Vert (des Vernes), de superficie plus modeste, lui appartenait également. Jusqu’au milieu du XIVe siècle, les forêts sont du domaine exclusif du seigneur qui en tire tous les profits. En 1336, Aymard VIII accorde aux habitants du mandement le droit de prendre tous les bois nécessaires pour la construction et la réparation de leurs bâtiments, ainsi que le libre parcours pour leurs bestiaux dans le Chambaran (Secondes Libertés ADI, B 3924 ; RD 27910). Ils peuvent aussi faire paître leurs troupeaux dans la forêt du Vert, à condition de respecter les arbres fruitiers, sous peine d’amende. Quelques années plus tard, le 25 mai 1347, le seigneur s’engage, moyennant soixante florins d’or, à ne pas louer ni aliéner le bois de Chambaran sans le consentement des nobles, bourgeois et habitants (ADI, B 3924 ; RD 35212). Cette dernière mesure semble avoir été accordée alors que les verriers italiens, gros consommateurs de bois, commencent à s’installer dans la forêt (Moyroud 1983, 1991, 1999). Ultérieurement, le Chambaran est l’objet de nombreux litiges avec les communautés villageoises. C’est seulement le 2 août 1805, qu’un arrêt de la Cour contraint le citoyen Bérard de Goutefrey, dernier seigneur de Bressieux, à en abandonner les deux tiers aux habitants des nouvelles communes (AG – ACB).

104Plusieurs cours d’eau traversent le mandement, coulant, pour la plupart d’entre eux, vers le nord, depuis les résurgences des contreforts du plateau de Chambaran. Ils alimentent aussi plusieurs étangs. Les rivières les plus proches du château appartenaient au seigneur qui avait, seul, la possibilité d’utiliser l’eau, soit pour les moulins en réalisant des écluses ou retenues, soit pour l’irrigation (AG). Dans un dénombrement du 9 octobre 1413, le seigneur de Bressieux reconnaît tenir du dauphin, sur Saint-Pierre, l’étang dit de Bressieux, et celui de Bizolles à Saint-Siméon, où le droit de pêche lui est réservé (ADI, Inventaire des titres de la Chambre des Comptes, n° 1061). Il lui reconnaît aussi l’étang de Mourmoulin alimenté par la Murinelle, dénommée aussi rivière vieille ou rivière de Lycroze (AG), qui prend sa source à la Combe de Saint-Pierre. Ce dernier sert de vivier, comme l’indique son appellation de viveris mormolen dans un albergement du 12 décembre 1449 (AG).

105La rivière Baïse est la plus longue : elle passe sous les murs de l’abbaye de Laval-Bénite, arrose les paroisses de Saint-Pierre et de Saint-Siméon avant de se jeter dans le Rival qui draine la plaine de Bièvre. Également appelée rivière des moulins, elle comptait encore, selon les indications des plans cadastraux de 1833, huit moulins à farine, un moulin à blutoir, deux taillanderies et un foulon, échelonnés sur seulement cinq kilomètres.

106Au XVe siècle, cinq moulins à farine appartenaient au seigneur. Le moulin banal, dit moulin Pourchet, dont les vestiges montrent qu’il était construit en torchis (fig. 36), est cité en 1456, mais était probablement plus ancien (ADI, Inventaire des titres de la Chambre des Comptes, n° 1065). En 1492, le testament d’Aymard de Grolée, dit le Renard, concède, outre dix setiers de froment à prendre sur le moulin Pourchet pour une fondation de chapelle, deux autres sur celui tenu par les héritiers de Pierre et Humbert Lombard : il s’agit du moulin Lombard, qui a donné son nom à un hameau de Saint-Siméon (musée de Bressieux). Le 1er août 1508, le seigneur vend à Richard Bergier, marchand de Bressieux, le moulin dit de Laquais, précédemment tenu par Guigues Pajetti, pour quatre setiers de froment et quatre setiers de seigle de redevance (AG). Quant aux moulins Ruel et Murinais, le premier est signalé en 1457 (ADI, 110 J) et le second en 1555 (AG).

Fig. 36 - Le moulin Pourchet, moulin banal des seigneurs de Bressieux.

107Les artisans de Bressieux ne sont connus qu’à partir des textes du XVIe siècle et rien ne nous renseigne sur ceux qui ont œuvré auparavant à la construction du château. Antoine Misum, dit Play, charpentier de Saint-Pierre, était capable de réparer la martinette – fabrique d’outils tranchants de Saint-Pierre – selon les termes d’un prix fait du 19 juin 1579. On avait aussi fait appel à lui pour

« racoutrer et relever le pont qui est près la porte de l’horloge (…) poser dessous un sommier pour le porter et poser vingt plateaux à l’identique de ceux existant » pour dix-sept écus et trente-six sols (ADI, 3 E 393, Me Boliacton, notaire).

108La cordonnerie est une activité mieux documentée. Pierre Gueyffier était marchand cordonnier à Bressieux en 1577 (ADI, 3 E 392, ibidem). Pierre et Moïse Gueyffier, probablement ses descendants, sont qualifiés de cordonniers, le 26 août 1635, lors de l’établissement de la liste des hommes du mandement en état de porter les armes (ACB). En 1646, une confrérie possède dans l’église la chapelle des saints Crespin et Crépinien, patrons des cordonniers : les revenus du pré dit de saint Crespin, situé en dessous du moulin Pourchet, lui étaient probablement affectés (ACB). En 1792, l’inventaire pour la garde nationale signale six cordonniers pour un recensement de cinquante-six hommes, soit près d’un dixième des chefs de famille (ACB).

109La verrerie est probablement l’activité artisanale la plus importante de la région : elle apparaît à Roybon au cours de la première moitié du XIVe siècle. En 1347, les Bressieux s’étaient engagés à ne pas aliéner les bois de la forêt de Chambaran sans l’avis de la communauté, sans doute inquiète de ces nouveautés (ADI, B 3924 ; RD 35212). Leurs successeurs, les Grolée, autorisent la création de deux établissements dans le Chambaran sur le territoire de la commune de Saint-Pierre de Bressieux (Moyroud, 1983, 1991,1999). Au tout début du XVe siècle, Marie de Grolée, parente du seigneur et abbesse de Laval-Bénite, appelle Jean de Girenton, dit de Chambaran, pour devenir le premier maître verrier de la verrerie de La Garde. Installée sur un vaste territoire, au lieu-dit le devais de l’abbaye de Laval, l’officine, concédée en emphytéose perpétuelle, a perduré jusqu’au XVIIIe siècle. L’activité du second atelier, celui de Revel, est connue seulement par trois textes. Les deux premiers, une reconnaissance du 16 juin 1474 à Aymard de Grolée, dit le Renard, et un albergement du 7 août 1485 concernent Jean et Pierre de Revel, frères, verriers, qui lui ont donné leur nom. La dernière reconnaissance a été passée à Aymard-François II de Grolée-Mévouillon, le 11 janvier 1582, par Jean Reynaud, verrier de Revel.

2.4.4. Les communautés d’habitants du mandement

110De 1288 à 1347, trois chartes permettent de suivre l’évolution des rapports entre la communauté d’habitants et les seigneurs de Bressieux. Hugues de Bressieux se réfère à celle de Romans pour la première, datée de 1288 (ADI, B 3924 ; RD 13281), mais le nom de libertés ne doit pas faire illusion sur le degré de servitude des populations (Stouf 1895 : 3 – Vaillant 1951 : 512). Le seigneur supprime la mainmorte, la corvée et la taille, mais il refuse aux habitants le droit de former une communauté et de se gouverner eux-mêmes, tout en attirant les étrangers par des faveurs. Des avantages sont consentis aux marchands et colporteurs qui viennent dans le bourg pour le marché hebdomadaire ou pour la foire annuelle aux bestiaux. Pour cette foire, qui dure sept jours après la Toussaint, le seigneur accorde même un singulier privilège, l’impunité de l’adultère pendant toute sa durée. Par ailleurs, il ne manque pas de s’attribuer ou de confirmer ses droits de préemption sur les marchandises et les biens, les lods, les leides, le ban vin, la banalité des moulins, le service militaire, etc.

111Le 3 avril 1336, Aymard VII confirme aux nobles et manants les franchises et privilèges accordés par son père (ADI, B 3924 ; RD 27910). En même temps qu’il leur donne certains avantages à l’occasion de la reconstruction des remparts de la ville, il les autorise à faire paître leurs bestiaux dans la forêt du Vert et à couper du bois dans celle de Chambaran, pour construire et réparer leurs maisons, à acheter et à vendre du vin pendant le mois réservé au banvin. Il diminue les droits de leide, permet aux marchands d’avoir des poids de vingt livres et au-dessous, interdit à ses officiers de prendre des bestiaux aux habitants sans leur assentiment et d’effectuer des prélèvements sur les moissons. En revanche, deux jours de corvées sont exigés pour les bœufs et quatre pour les chevaux, mulets ou ânes portant bât.

112Le 25 mai 1347, Aymard VIII, tout en confirmant les franchises précédentes, prend l’engagement de ne pas louer, ni aliéner le bois de Chambaran, sans le consentement des nobles, bourgeois et habitants du mandement pour qui il constitue une importante réserve (ADI, B 3924 ; RD 35212). Dans le courant du XVe siècle, ces chartes sont confirmées à plusieurs reprises, même si la famille de Grolée remet en cause l’engagement de 1347 sur les bois.

113La communauté est administrée par un châtelain, assisté d’un vice-châtelain et d’un greffier, dont la mission principale est de veiller à la bonne gestion du domaine seigneurial. Pendant plusieurs siècles, et par droit d’héritage, l’office de châtelain est tenu par la maison de Goutefrey et celui de greffier par celle de Nicolas de Soizon, toutes deux de Saint-Siméon. La première paye dix-huit florins au seigneur pour sa fonction, la seconde, une rente de cinquante livres de fromages (ACB). La communauté est représentée par deux consuls élus tous les ans à la Saint-Marc. La paroisse de Bressieux a le privilège d’avoir chaque année un consul choisi parmi ses habitants, l’autre consul étant élu, alternativement, dans chacune des autres paroisses, sauf pour Marnans qui n’a qu’un élu tous les neuf ans. La liste des consuls a été dressée de 1431 à 1789 (Lagier 1901 : 12-17).

2.4.5. Des temps troublés

114En 1568, en pleines guerres de religion, on assiste à la destruction d’esglizes (…) rompues et abbatues avecq les maisons et habitations des prebtres (BMG R 9334 ; Lacroix 1885 : 207). En 1582, l’église, le cloître et les maisons de l’abbaye de Laval-Bénite sont ruynés, pillés, saccagés (ADI, 12H 152). Vers 1581, au milieu de ces conflits fratricides, le peuple des campagnes est cruellement maltraité et pressuré par la barbarie et les exactions des troupes des deux parties sans cesse en mouvement. Les contributions militaires imposées excèdent de beaucoup les sommes disponibles et, comme certains habitants ne peuvent payer, ils sont arrêtés et jetés en prison (Lagier 1901 : 128).

115Un siècle plus tard, la situation semble pacifiée : le 21 janvier 1664, les catholiques de Saint-Siméon, sur les conseils et l’aide de Catherine de la Croix de Chevrières, marquise de Bressieux, cèdent aux protestants une coupollée de terre située au mas du Mollard, confrontant le viollet de St Baudille à l’esglize du Temple pour en faire leur nouveau cimetière. En contrepartie, les protestants cèdent aux catholiques le terrain de leur ancien cimetière proche la grande porte de l’esglize pour servir de place publique (ADI, 3 E 15342, Me Faure, notaire, f° 90-93). Cette transaction, même si elle semble s’être déroulée dans un climat apaisé, est néanmoins une mesure vexatoire et marque, dans le mandement de Bressieux, le début d’une stratégie d’étouffement des protestants qui aboutira, après la Révocation de l’édit de Nantes, à l’exil pour certains d’entre eux et à l’abjuration pour les autres qui ne pouvaient faire autrement (Moyroud 2006 : 126). Mais la misère des populations est encore perceptible lors des hivers rigoureux, comme celui de 1709 qui apporte, avec son lot de récoltes et d’arbres fruitiers détruits, la ruine et la famine de la plupart des habitants (ADI, 110 J).

116Dans le courant du XVIIe siècle, un phénomène nouveau apparaît, allant s’amplifiant jusqu’à la Révolution, avec le soulèvement de ceux qui tentent de s’affranchir des impositions et des obligations auxquelles ils sont assujettis. Une première rébellion intervient en 1630, à l’occasion de demandes de concessions nouvelles. Elle est vite jugulée par Louis de Grolée qui n’hésite pas, au terme du conflit, à dire au châtelain et aux consuls, dans une lettre, qu’ils sont de bons marauds et des cavaliers (ACB). Une autre révolte est signalée à la fin de l’été 1645 contre le paiement de la taille,

personne ne voulant payer leurs cottes et au contraire se mettoient en estat d’assomer ceux qui les leur demandoient (ADI, B 2112 – B 2429).

117Les troupes qui se transportent à Bressieux sont accueillies par le tocsin. Là encore, la sédition est matée et la communauté doit s’acquitter des 60 000 livres de la taille impayées (Moyroud 1981 : 4-5). Vers 1652-1653, c’est la paroisse de Saint-Pierre qui veut essayer de s’affranchir de la banalité du moulin Pourchet et refuse d’y faire moudre ses grains (ADI, 3 E 15510, Me Bérard, notaire, f° 102). De longues démarches déboutent la paroisse en 1711. Elle est désormais obligée de retourner au moulin et de payer les frais de la procédure (ADI, 3 E 15406, Me Gueyffier, notaire, f° 28). Enfin, vers 1770, les habitants de Bressieux et de Brezins refusent la plantation de limites entre leur part et celle de Monsieur de Valbelle. On assiste alors à une forme nouvelle de résistance avec des habitants qui ne se cachent plus : ils organisent des défilés d’hommes et femmes déguisés, joueurs de cornet, nombreux coups de fusils, affiches menaçantes, expéditions pour arracher les bornes, abattages d’arbres de la forêt, etc. (AG, Lagier 1901 : 229). La justice recherche les auteurs qu’elle ne trouve pas en raison de la solidarité des habitants. Dix ans plus tard, une transaction avec le dernier marquis de Bressieux termine le conflit, mais la Révolution est déjà dans les esprits.

Notes

1 Une étude approfondie du mobilier préhistorique récolté à la Croix-Trouva est en cours. Il faut remercier Alexandre Morin pour ces informations sur les périodes chronologiques et culturelles concernées.

2 Grâce à des donations récentes (familles Faure et Gueyffier) le lot décrit est aujourd’hui conservé au musée Dauphinois (déposé au musée de Bressieux) et au musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye.

3 On est donc loin de la description initiale mentionnant surtout des armes (Chantre 1876 : 94, Bocquet 1969 : 352).

4 Ces objets étaient encore en 1910 dans la collection Gueyffier à Bressieux.

5 Sont conservés au Musée dauphinois et déposés au musée de Bressieux : le fragment de céramique, le fond de flacon, un petit fragment du sarcophage et quelques dents humaines.

6 Le mot Bressieux semble être d’origine gauloise, il pourrait provenir d’un patronyme ayant donné Briccius en latin, aboutissant au suffixe -ieux, le plus courant en franco-provençal qui donna au Moyen Âge : Bressieux (IXe siècle : Bressiaci, XIe siècle : Breisiaco).

7 Cette étude, qui porte sur la vingtaine d’objets métalliques identifiables ramassés sur la motte, est essentiellement tirée d’une maîtrise d’archéologie médiévale soutenue en 2004, à l’université Lumière-Lyon 2, par Amélie Berthon sous la direction d’Élisabeth Sirot.

8 D’après la note établie par Jean-Michel Poisson, en date du 4 août 2008, que nous remercions ici.

9 Les Révisions des feux de Bressieux ont été exploitées avec l’aide précieuse d’Isabelle Vernus, directrice des Archives départementales de la Saône-et-Loire, à qui nous exprimons notre profonde gratitude.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 - Coupe géologique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5 - Répartition des sites préhistoriques et antiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6 - Haches de l’âge du Bronze et bracelet (fragment), dépôt du Truchet à Saint-Siméon-de-Bressieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7 - Char en bronze découvert à La-Côte-Saint-André, âge du Bronze final-Hallstatt (vers 800-500 avant J.-C.). Collection Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 8 - Les fortifications de terre et châteaux en Viennois à la fin du XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 9 - La motte de Boule Billon avant arasement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 10 - La motte de Boule Billon, photo aérienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 11 - Relevé en courbes de niveau de la motte de Boule Billon à Saint-Pierre-de-Bressieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 12 - Céramique à fond marqué ramassée sur la motte de Boule Billon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 13 et 14 - Le matériel métallique ramassé sur la motte de Boule Billon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 15 - Relevé en courbes de niveau de la motte du Châtelard à Saint- Pierre-de-Bressieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 16 - La motte du Châtelard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 17 - La motte du Châtelard, photo aérienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 18 - La frontière delphino-savoyarde en Viennois au début du XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 19 - Inscription sur plaque de marbre. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 20 et 21 - Sceau rond en cire d’Aymar de Bressieux, avers et revers, appendu sur document de 1228. Archives départementales de l’Isère.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 22 - Sceau rond en cire d’Aymar de Bressieux, appendu sur document de 1258. Archives départementales de l’Isère.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 23 - Miniature ajoutée au manuscrit du roman de Don Galaoz, daté vers 1500, conservé à la Bibliothèque municipale de Grenoble (Ms 378). Ces armoiries de la famille Grolée Mévouillon sont les plus anciennes que l’on connaisse en couleur. On note la devise espoir de myeulx dont on retrouve les lettres initiales E et M reproduites sur des carreaux de sol découverts lors des fouilles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 24 et 24 bis - Armoirie sculptée sur marbre de la famille Grolée Bressieux Mévouillon (fin XVe-début XVIe siècle) placée au-dessus du châtelet d’entrée du château (photo et dessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 25 - Bloc de calcaire (de l’Échaillon) sculpté, trouvé en fouille, armoirie Grolée Bressieux Mévouillon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 26 - Le mandement de Bressieux au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 27 - Tableau de retable début XVIIe siècle, église de Bressieux, la Vierge entourée de saint Michel et de saint Roch protecteurs de l’église de Bressieux, classé Monuments Historiques. Collection communale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 28 - L’église de Marnans.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 29 - Emplacement de l’ancienne abbaye de Laval-Bénite de Bressieux, au fond du vallon de la Baïse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 30 - Plan du bourg castral et du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 31 - La Tour Rambaud et l’ancienne mairie avant sa démolition au début du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 32 - État actuel de la Tour Rambaud, la seule qui subsiste des huit tours du rempart. La démolition de l’ancienne mairie a laissé des séquelles sur la tour : espace béant à l’emplacement du bâtiment et écrêtement de sa partie sommitale (disparition de deux petites ouvertures jumelles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 33 - Vierge à l’enfant du XIIe siècle en noyer. Collection musée Dauphinois, musée de l’Ancien Évêché.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 34 - Évolution de la population XIVe-XVIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 35 - Plan de l’ancienne église Saint-Michel de Bressieux démolie au XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 36 - Le moulin Pourchet, moulin banal des seigneurs de Bressieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2718/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 506k

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540