Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Introduction

Raymond Moyroud

Texte intégral

1C’est le 4 juillet 1981, après plus d’une année de réflexion, que l’association « les Amis de Bressieux », réunissant des habitants de Bressieux et de la région, a été créée. Tous étaient passionnés par la découverte du château et la connaissance de son histoire et en même temps inquiets de l’état de délabrement dans lequel il se trouvait. On déplorait en particulier l’érosion des murs, les plaies béantes dans la maçonnerie, les gravats qui encombraient la cour sur plusieurs mètres d’épaisseur, l’envahissement par une végétation indésirable.

2L’association se donnait alors pour objectifs : « sauvegarder les ruines du château de Bressieux ; mettre ce monument en valeur en organisant des campagnes de fouilles et des travaux de restauration ; organiser une animation du château et du village ; préserver le patrimoine culturel et archivistique ». Ces buts mettaient en évidence la nécessité de restaurer le château mais aussi de l’animer pour l’intégrer dans la vie culturelle de la région.

3La campagne d’adhésions organisée par l’association dès sa mise en place a permis de rassembler près de 200 adhérents, chiffre qu’elle maintient actuellement. Parallèlement, elle a tissé un réseau associant les partenaires indispensables pour un sauvetage de cette ampleur. Pour ce qui est du monument classé, le contact a été établi avec la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes (DRAC) et le Département de l’Isère. Sur le plan local, par exemple, le Crédit Agricole et plusieurs communes de la région apportent des financements annuels et des intercommunalités peuvent aussi intervenir ponctuellement sur des travaux d’entretien ou le fonctionnement du musée.

4C’est par l’accueil du public que l’association a commencé à se faire connaître. De simples visites commentées gratuites ont été suivies par la réception de groupes et de scolaires et, dès 1984, par la participation à la première journée « Portes ouvertes dans les monuments historiques ». Plus tard, en relation avec des communes de la région, à commencer par celle de Bressieux, l’association a participé à l’organisation de spectacles, de concerts, de fêtes, sons et lumières et feux d’artifice, qui ont eu lieu au château.

5Les fouilles archéologiques, qui ont débuté en 1983 par trois journées de déblaiement, ont été assurées par les membres de l’association, avec quelques autres participants recrutés dans le cadre des « chantiers de bénévoles ». Yvonne Harlé-Sambet, vice-présidente de l’association, en a assumé la responsabilité, après s’être formée par une série de stages, sous le suivi scientifique du Service régional de l’archéologie. Les chantiers archéologiques se sont poursuivis pendant les neuf années suivantes à raison d’une campagne de quinze jours chaque été, complétée par plusieurs samedis de mai à octobre. Au total, on compte plus de 5 000 journées de travail bénévole qui ont été effectuées : c’est le fruit de ce travail qui est présenté dans ce volume.

6Avant le début des premiers sondages archéologiques de l’été 1983, l’intérieur de l’enceinte du château de Bressieux était envahi par la végétation. Des arbres avaient poussé sur les déblais consécutifs à la démolition des murs par érosion naturelle ou lors des opérations de récupération de matériaux du XIXe siècle ; la couche de démolition atteignait, par endroits, une épaisseur de 2,50 m, en particulier à l’intérieur de l’aile orientale.

7Les premières opérations de fouilles se sont déroulées en concertation avec les campagnes de travaux menées par le Service des monuments historiques, sous la maîtrise d’œuvre de Jean-Louis Taupin, architecte en chef et Jean-Louis Boubert, chef du Service départemental de l’architecture pour les travaux d’entretien de 1982 à 1994. Le dégagement des murailles permettait de récupérer des matériaux, en particulier des briques pouvant être utilisées dans la consolidation et la restauration des élévations.

8Les campagnes de fouilles ont été autorisées dès 1983 par la Direction du patrimoine, Sous-Direction de l’archéologie, puis par les différents directeurs des antiquités historiques et conservateurs régionaux de Rhône-Alpes. La première année, elles ont pris la forme de simples sondages de reconnaissance. Les résultats ont justifié un sauvetage urgent en 1984, puis un sauvetage programmé de 1985 à 1987. Les campagnes de 1988 et 1989, inscrites comme fouilles programmées, préparaient une opération triennale. Celle-ci a été engagée en 1990 au sein du programme H 17 dans le cadre de l’action thématique programmée sur le château de pierre en Rhône-Alpes. Elle a été close par un volumineux rapport rédigé en 1992. Depuis l’arrêt des campagnes de terrain, différentes études ont été menées sur le mobilier exhumé.

9L’important mobilier mis au jour durant les campagnes de fouilles, ajouté à différentes donations de pièces provenant du patrimoine de Bressieux, justifiait l’ouverture d’une exposition permanente. Celle-ci est présentée au centre du village dans un local situé à proximité de la mairie. L’association des « Amis de Bressieux » a cédé sa collection au Département de l’Isère afin d’assurer la pérennité de sa conservation. De ce fait, le musée bénéficie du titre de musée associé au Musée dauphinois (service du Conseil général de l’Isère). Une convention tripartite signée entre le Département, la Commune et l’Association, permet de favoriser son développement et précise les modalités de gestion et de fonctionnement ainsi que les missions respectives de chacun des partenaires.

10Depuis 1992, le musée est ouvert six mois par an, du 1er mai au 31 octobre. Chaque année, l’association recrute un agent d’accueil à mi-temps, chargé de l’ouverture et de l’entretien du local, de la vente des billets et de renseigner les visiteurs sur la collection. Des expositions temporaires, dont les thèmes sont en relation avec le château et le Moyen Âge, sont organisées périodiquement. « Les échecs, jeu de manants jeu de princes », présentée en 1998, et « Beaux atours, bijoux et accessoires du vêtement au Moyen Âge, XIe-XVe siècles » en 2003, ont entraîné une augmentation de la fréquentation de 50 % par rapport aux années précédentes. Enfin, en 1999, l’association souhaitant livrer à la communauté scientifique et au public le résultat de ses recherches se tourna vers la Conservation du Patrimoine de l’Isère et son directeur, Jean Guibal. Au cours de cette rencontre, Chantal Mazard, directrice adjointe, acceptait de prendre la responsabilité scientifique de la publication de cet ouvrage.

Auteur

Président fondateur des « Amis de Bressieux »

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540