Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Avant-propos

Jean Guibal

Texte intégral

1Il y a tout juste dix ans paraissait un petit ouvrage d’une cinquantaine de pages consacré au château de Bressieux. Il venait ponctuer un travail de recherche en cours et parachever un travail culturel déjà acquis. De longue date, ce patrimoine, témoin d’une histoire millénaire, est l’objet de l’attention d’une association locale particulièrement active. Plus que d’autres sites, le château de Bressieux témoigne en effet de la relative inefficacité de la protection officielle – celle que confère le classement au titre des Monuments historiques – s’il n’y a pas de relais local, de prise en charge de proximité.

2Classé en 1904, visité par l’architecte en chef des Monuments historiques en 1907, le château s’effondre en partie en 1908. Il connaîtra des travaux importants en 1909, avant de retomber dans l’oubli, de revenir au statut de vestiges romantiques du Moyen Âge. Le réveil ne viendra que bien plus tard, au moment de la prise de conscience collective de la valeur du patrimoine, en 1981. L’association des Amis de Bressieux est fondée à cette date et ne cessera d’agir – de militer, devrait-on dire ! – pour obtenir d’une part la restauration des vestiges et leur mise en sécurité, mais tout autant la conduite d’une recherche archéologique répondant à toutes les exigences de la discipline, enfin une mise en valeur digne de ce site.

3Près de trente ans plus tard, le résultat acquis est remarquable, à bien des égards exceptionnel. Les travaux, s’ils ne sont pas terminés, ont suivi leur cours, année après année, en fonction des moyens disponibles mais avec une vigilance toujours renouvelée de l’association et des services compétents. Quant à la mise en valeur, elle a dépassé toutes les attentes, avec l’ouverture au public dès 1992 d’un musée (en étroite collaboration avec la Conservation du patrimoine de l’Isère), la création d’une signalétique d’interprétation, l’organisation de visites guidées et autres spectacles, etc. Plusieurs dizaines de milliers de visiteurs ont fréquenté le site et ont ainsi approché l’histoire de la seigneurie de Bressieux.

4Reste la recherche, qui ne peut être exercée efficacement que sur le long terme et dont vient rendre compte précisément le présent ouvrage. Là encore, la mobilisation d’énergies associatives et bénévoles a permis l’obtention de résultats probants. Autour d’Yvonne Harlé-Sambet et de Raymond Moyroud, principaux protagonistes de l’opération, s’est organisé un foyer de recherche archéologique dont les résultats seront plus tard organisés, avec méthode et rigueur, par la coordinatrice de l’édition, Chantal Mazard, sans qui cet ouvrage n’aurait pu voir le jour.

5La présence de ce volume dans une grande collection n’est pas la moindre des reconnaissances que la communauté archéologique rend aux Amis de Bressieux. Un siècle après la protection officielle du site au titre des Monuments historiques, le parcours n’en est que plus remarquable.

Auteur

Directeur de la culture et du patrimoine, Conseil général de l’Isère

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540