Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Conclusion

Texte intégral

1L’évolution de l’architecture castrale dans les Baronnies de Mévouillon et de Montauban offre, de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, un répertoire de formes architecturales modestes et fidèles à la tradition des châteaux dépendant de seigneuries rurales. Son étude quantitative et qualitative souffre de la disparition de la majeure partie des châteaux : 11 % des sites castraux ont conservé d’infimes vestiges et plus de 70 % des sites ne présentent plus de structures apparentes, en raison d’une désertion précoce au XVe siècle (Estienne 2004a) ou d’une destruction commanditée à l’époque moderne. Dans ce dernier cas, les sites majeurs sous l’Ancien Régime sont les plus documentés, mais si les conditions de mise en œuvre et les matériaux de construction sont évoqués, la conception d’ensemble des édifices ne peut être éclairée principalement que par l’analyse architecturale et les fouilles archéologiques.

2L’architecture castrale des Baronnies s’inscrit dans un schéma classique de l’évolution des formes et fait référence aux typologies bien connues des mottes castrales et des donjons-tours. Cependant, reste ouvert un large champ d’investigations pour approfondir la connaissance que l’on pourrait avoir encore de ces premières implantations castrales. Proportionnellement à l’échelle de la Provence, le nombre des premiers castra est assez bien représenté et témoigne de l’implantation précoce d’une lignée aristocratique sur des terres publiques. Ces castra restent cependant difficiles à appréhender sur le terrain et ne pourront être davantage documentés à l’avenir que par des fouilles archéologiques. Les plateaux défendus par des abrupts rocheux, occupés dès le Xe siècle, fossilisent l’occupation de vieux terroirs colonisés dès l’époque protohistorique et exigeraient une étude des phases de rupture et de continuité. Sept de ces sites castraux à la topographique bien distincte dans le paysage sont érigés en forteresses par le Dauphin aux XIVe et XVe siècles.

3Les châteaux des XIIe-XIIIe siècles sont aujourd’hui les sites conservés les plus représentés. Conjointement à la pérennité des matériaux, leur présence et leur nombre majoritaire reflètent, à la lueur des textes, une réalité des années 1220-1270, stade d’extension maximum des Baronnies. Un lignage, les Mévouillon, donne à ce territoire au relief cloisonné une homogénéité très nettement perceptible au XIIIe siècle par une habile politique d’adaptation aux usages de chaque bourg castral : de nombreuses chartes de libertés sont précocement accordées (ibid.).

4Ces châteaux se résument à une tour quadrangulaire, complétée parfois par un bâtiment qui lui est adossé. Ils permettent de quadriller cette région de relief en implantant un réseau très serré de fortifications, reliées par une intervision remarquable. Le perchement sur des éperons peu accessibles n’a pas marginalisé ces sites. Bien au contraire, lieux de refuge, ils sont devenus les nouveaux pôles de fixation du peuplement. Loin d’être une architecture simplement militaire, le château des Baronnies est avant tout une architecture seigneuriale. Siège de la seigneurie banale, il offre des atouts défensifs, économiques et sociaux qui génèrent la naissance de bourgs.

5La privatisation des domaines, largement amorcée au XIIe siècle, place le château roman au premier plan de la restructuration du système domanial et de l’affirmation de la seigneurie banale. Les châteaux des Mévouillon et des Montauban sont au départ des constructions modestes, édifiées à moindre coût avec des matériaux extraits sur place. Les commanditaires sont de petits seigneurs ruraux dépourvus de moyens. Seules les forteresses des berceaux éponymes, malheureusement disparues mais connues par des textes du bas Moyen Âge, ont dû bénéficier de programmes plus importants. Ces derniers sont dictés par des membres du lignage Mévouillon-Montauban-Mison, issus d’une aristocratie proche du comte de Provence.

6Le relief omniprésent est une contrainte importante, mais les maîtres d’œuvre en ont tiré le meilleur parti par un étonnant pouvoir d’adaptation ; le plan des châteaux épouse les contours d’éperons escarpés par de nombreux artifices (arcs de décharge, chicanes...). Chaque fois que cela est possible, la roche se substitue aux murs ; les quelques failles ou échancrures sont alors comblées par des murs maçonnés. Le site et l’architecture ne font le plus souvent qu’un, par un jeu subtil de mimétisme. La roche devient pour bon nombre de sites le seul témoin en négatif de la présence d’un château, dans une végétation dense de maquis sans doute responsable du peu d’études effectuées jusque-là.

7Une grande similitude de formes architecturales lie les châteaux des Baronnies aux sites castraux voisins des seigneuries rurales du Dauphiné, de la Provence, des Cévennes ou encore du Vivarais (Journot 1992, Mazard 1996, Darnas 1994, Laffont 2004). Mais l’apparition dans les textes des châteaux des Baronnies est en léger décalage chronologique, décalage qui tend à augmenter dans les périodes plus récentes (XIIIe-XIVe siècles). Si le relief en est une des principales causes, il faut également l’imputer à l’ambition d’une lignée dont l’endettement dans la seconde moitié du XIIIe siècle ne résiste pas aux convoitises de pouvoirs étrangers, auteurs de la diffusion de nouveaux modèles. Des programmes plus ambitieux comprenant enceintes, courtines et flanquements sont le fruit de campagnes de construction dictées par des commanditaires extérieurs aux Baronnies ou venus tardivement s’y implanter au XIVe siècle. Ils traduisent concrètement l’affirmation de nouveaux pouvoirs et de la mainmise du Dauphin et du comte de Provence sur les Baronnies, zone stratégique. Principale voie de communication dans les moyennes vallées du Rhône et de la Durance, les Baronnies constituent un axe privilégié entre comté de Provence et marquisat de Toulouse et dessinent une zone de transition entre massif alpin et littoral. Elles se situent également, depuis les temps antiques, sur une voie reliant l’Italie à l’Espagne.

8À la fin du XIIIe siècle, 171 castra sont comptabilisés et ce nombre peut laisser penser que la généralisation du terme castrum implique une certaine banalisation du mot, fruit d’une perte de sens, le mot désignant alors l’ensemble du village groupé autour d’un château ou d’une église. L’analyse de la proportion de bourgs castraux nés auprès d’un château permet de l’infirmer : 84 % des châteaux ont généré la présence d’un bourg et 50 % d’entre eux abritaient une église paroissiale intramuros, soit 59 % sur le total des bourgs castraux. 16 % restent isolés (ibid.).

9Marquant un paysage ainsi humanisé, ces châteaux nés dans un environnement pittoresque méritent que leurs vestiges soient préservés et il serait souhaitable que cela soit un projet du futur parc régional des Baronnies.

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540