Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Chapitre 3. Annexion des Baronnies et nouvelles fortifications

Texte intégral

1La seconde moitié du XIIIe siècle est marquée par les répercussions de l’ambition des entités politiques voisines des Baronnies qui cherchent, non seulement, à agrandir leur territoire, mais surtout à prendre le contrôle des axes majeurs de circulation. Les Baronnies, implantées entre la moyenne vallée du Rhône et la Durance, se situent désormais à l’extrémité sud du Dauphiné grandissant et au nord d’un comté de Provence et de Forcalquier particulièrement ambitieux. La venue de la papauté en Avignon, en 1274, voit l’affirmation du pouvoir des contrées occidentales, voisines des Baronnies. Après une politique d’approche par le jeu de soutien et de marques de relations cordiales, une démarche plus offensive est menée par ceux qui détiennent le pouvoir à ce moment-là et qui profitent de la faiblesse grandissante des seigneurs de Mévouillon et de Montauban, désormais endettés et sans postérité à la fin du XIIIe siècle. L’annexion et la division des Baronnies forgent les assises d’une ère nouvelle, où s’ouvrent des programmes architecturaux plus ambitieux qu’auparavant qui sont le reflet de l’existence de nouvelles autorités. Mais ces programmes sont toujours conditionnés par les contraintes imposées par le contexte topographique et économique d’une région de moyenne montagne.

3.1. De nouveaux commanditaires, fin XIIIe et début XIVe siècles

3.1.1. La perte progressive d’indépendance

3.1.1.1. Progression delphinale et comtale

2Du XIe au début du XIIIe siècle, la progression en arc de cercle qu’effectue le Dauphin, depuis la moyenne vallée du Rhône et les terres d’Albon jusqu’au Briançonnais, en passant par le Viennois, le Graisivaudan et le Trièves, l’achemine vers le couloir durantien. Il y fonde le chef-lieu du bailliage du Gapençais, Upaix, qui est implanté entre Buëch et Durance, à 60 km au sud de Gap, à seulement 20 km de Sisteron. Depuis le début du XIIIe siècle, cette zone orientale, le long du Buëch, attire ses convoitises. Il détient, dès 1202, l’Embrunais et la partie du Gapençais située au nord de la région du Buëch, par le mariage de Guigues avec Béatrix de Sabran (petite-fille du comte de Forcalquier). La jonction entre moyenne vallée de la Durance et vallée du Rhône s’impose à lui et entraîne de multiples tractations visant l’annexion des Baronnies. Avec l’appui de petites seigneuries locales et profitant de l’endettement des Mévouillon-Montauban, il réussit ce défi et achète les Baronnies à la fin du XIIIe siècle. Celles-ci passent définitivement sous sa coupe en 1317 (Estienne et al. 1997). Cependant, la partie orientale fait l’objet de nombreuses négociations avec le comte de Provence qui auparavant y avait quelques prétentions (Poindron 1968). Une fois cette partie orientale annexée, Serres, implantée en un important verrou rocheux, prend le relais d’Upaix et devient le chef-lieu de bailliage du Gapençais (Gap, cité épiscopale, ne le remplaçant qu’au XVIe siècle ; RD, t. III, 14848 ; AD38, B 3013, B 3739).

3.1.1.2. Deux moyens d’annexion progressive : le fief de reprise et le franc-fief

3Si les seigneurs de Montauban et de Mévouillon font l’économie du serment de fidélité et de l’hommage, le comte de Provence en abuse dans ses terres et, notamment, dans la perspective d’élargir les frontières du comté. La Provence ayant adopté les serments de fidélité et l’hommage plus tardivement qu’en Dauphiné, elle les emploie de façon quasi systématique, à tel point que ces actes perdent toute leur valeur profonde (Giordanengo 1988 : 109, 277 ; Viader 1995 : 57). En revanche, le Dauphin choisit un système qui est plus souple mais qui sert une politique de conquête réussie ; le fief de reprise s’apparente, en effet, aux contrats en usage dans les Baronnies.

4Le fief de reprise largement exploité par les Mévouillon-Montauban est en corrélation étroite avec le franc-fief avec lequel il tend à se confondre (Débax 2003 ; Giordanengo 1988 : 113 ; Duby 1988 : 104 ; Richardot 1949). Apparu dans les chartes languedociennes au milieu du XIIe siècle, le franc-fief s’impose plus tardivement dans les Baronnies, à partir du dernier quart du XIIIe siècle. Il affiche un caractère paradoxal dont les grands tirent parti. Attractif car souvent dénué de contrainte (Bournazel, Poly, 1980 : 136 ; Giordanengo 1988 : 88-122), il permet l’adhésion des petits seigneurs aux grands, favorisant le regroupement des alleux sous une même tutelle, et les intègre de façon plus souple aux rouages féodo-vassaliques. Cette forme de féodalité repose sur une « définition de droits et d’obligations respectives plus que de dépendances » (Giordanengo 1988 : 104). Le franc-fief porte, à la fin du XIIIe et au XIVe siècle, les qualificatifs « d’honorable et d’antique » qui ne le distinguent plus, à cette époque, de la tenure roturière. Il implique parfois le serment et l’hommage, annihilant toute différence réelle entre fief de reprise et franc-fief, reflet de la généralisation, voire de la systématisation, du fief dans les structures féodales (fig. 96).

Fig. 96 - Francs-fiefs, honorables et antiques, cités dans les chartes.

5Cette forme de relation féodo-vassalique entre les Mévouillon et leurs vassaux est adoptée par le Dauphin dans sa politique d’annexion des Baronnies. En 1293, Raymond de Mévouillon confie ses castra au Dauphin moyennant, en échange, de les reprendre en fief franc, noble et antique, et à fidélité non lige, ce qui lui garantit une certaine autonomie. À cette occasion, le Dauphin lui rétrocède sa vie durant « le mère et mixte empire » et la juridiction en fief franc, noble et antique, sous certaines conditions (In feudum francum nobile et antiquum). L’une des clauses concerne la possession des castra du Buis et de Séderon par le Dauphin, pendant la durée de la guerre qu’il mène depuis le castrum du mont Aynard (Isère) et le col inférieur de Calvet :

« Ut dictum est propriam natura feudi autem propter in hiis que excepta reperirentur infra a feudi natura sub infrascriptis et conditionibus formis modis conventionibus et pactionibus videlicet quod ipse Raymundus in presentia mutatione dominii si mutari contiguet eo vivente et post ipsum quamcumque eius heredes in mutatione dominii vel vassali predicta castra sibi in feudum concessa a predicto dalphinalo habeant et possideant in feudum ut supra et quod castra de Buxo et de Sadarone sunt redibilia a predicto domino dalphinalo et suis heredibus tempore quo contiguet predictum dominum dalphinalum habere guerram a castro de Montilio Aymari inferius et a collo Calveti inferius [...] et finita guerra predicta ipsi castra dicto domino Raymundo vel suis successoribus integro statu restituere teneatur ille seu illi cui quilibus reddita forent et quod predicti domini dalphinali baneriam in predictis casibus ponant et teneant super castris predictis que ipse tenet in medietate seu super aliquo ipsorum quod dictus dominus dalphinus vel eius heredes ducerint eligendum per tres dies tam in signum maioris dominii et recognitionis feudi castrorum et feudorum predictorum... » (AD38, B 3658).

3.1.2. L’annexion

3.1.2.1. Achats et traités

6Endettés depuis les années 1270, les Mévouillon, subissant la pression du Dauphin et du comte de Provence, résistent. Raymond de Mévouillon VI propose sa baronnie au représentant d’un autre pouvoir riverain : l’évêque de Valence et de Die, Jean de Genève. Ce choix délibéré semble se justifier par une réelle volonté de se détourner de pouvoirs trop puissants et repose sans doute sur l’espoir de récupérer le domaine plus facilement en des temps plus cléments. Raymond n’est cependant pas appuyé par les siens.

7La vente de son domaine pour 6 000 livres tournois est ratifiée par le traité de Chamaloc (Diois), signé le 16 août 1291 (RD, 13928). L’évêque qui ne possède que quelques castra à la lisière septentrionale des Baronnies (La Motte-Chalencon, Villeperdrix, Arnayon, Le Pègue) accroît ainsi largement son domaine vers le sud. Raymond garde le haut domaine sur les castra du Buis, de La Roche-sur-le-Buis, de Mévouillon, de Villefranche, de Séderon et le mandement de la Cost et la bâtie du col de Soubeyran. Le traité renferme un certain nombre de clauses. Raymond doit assister l’évêque dans ses guerres et doit entretenir 200 hommes à ses frais pendant un mois seulement. Ces troupes ne pourront pas être employées en temps de guerre à la garde des places fortes, exceptées celles de Montélimar et de Crest. L’évêque peut tenir une garnison dans les castra de Mollans, du Buis et de La Roche si une guerre se déclarait dans les diocèses de Sisteron, Gap ou Vaison. La bannière épiscopale doit flotter pendant trois jours à chaque mutation de vassal, sur les castra de Mévouillon, Villefranche, La Roche et sur la bastide du col de Soubeyran. Malgré la confirmation de ce traité en la ville du Buis, le 25 juillet 1292, cet acte n’est pas reconnu par Raymond de Mévouillon V qui interdit l’aliénation du domaine, en vertu de la volonté testamentaire de Raymond IV (AD38, B 3654 ; Chevalier 1909 : 92 ; Michel 1914 : LII). Raymond de Mévouillon VI est condamné à payer la somme de 20 000 marcs. Sa conduite est également réprouvée par son frère Guillaume (AD38, B 3657). Cette menace n’arrête pas les projets de Raymond VI, décidé à vendre son domaine. Le 10 juillet 1293, il conclut un autre traité à Chabeuil (Drôme) avec le dauphin Humbert et lui cède sa baronnie pour la même somme. Au-delà de réelles convictions politiques, Raymond de Mévouillon entend surtout tirer le meilleur bénéfice de la vente. Le traité de Chabeuil stipule que si l’évêque exprimait de vives réprobations, Raymond de Mévouillon ne « serait tenu à une garantie envers le Dauphin que jusqu’à concurrence de la somme qu’il avait reçu de l’évêque » (Michel 1914 : LIV). Raymond doit servir le Dauphin dans ses guerres, excepté si elles sont déclarées à l’évêque de Vaison et à l’abbé de l’Île-Barbe que les Mévouillon soutiennent.

8La baronnie de Montauban est également annexée par le Dauphiné à la fin du XIIIe -début du XIVe siècle, sous le mandat d’un héritier désigné, faute de postérité. Le domaine des Montauban est cédé au Dauphin en 1294-1295 par Hugues Adhémar, seigneur de Lombers, héritier testamentaire de Roncelin de Lunel (AD38, B 3660 ; testament de Roncelin de Lunel du 21 décembre 1294 : AD13, B 397). Concernant les castra de Nyons, Mirabel et Vinsobres, l’archevêque d’Arles adresse à l’évêque de Vaison une lettre afin qu’il prenne la défense de l’abbesse de Saint-Césaire, le Dauphin lui ayant pris ses possessions sans son consentement (AD13, 60 H, 16 pièces, 7). En 1308, ce dernier est tenu de prêter hommage à l’abbesse pour ces trois castra.

9L’annexion définitive par le Dauphin de ce domaine ne résulte pas du choix déterminé des Montauban, mais elle est la conséquence d’une politique de conquête delphinale discrète et déterminée. En effet, Roncelin spécifie que si Hugues Adhémar ne respectait pas son testament, le comte de Provence serait alors son héritier. En 1257, le Dauphin avait reçu en fief du comte de Provence les droits que Dragonet de Montauban tenait du comte en la vallée du Ruègne (haute Ouvèze). Or le dauphin Guigues, dans une charte de 1292, semble s’approprier ces biens. Il déclare céder à Charles d’Anjou tout ce qu’il a sur les domaines de Dragonet et de Galburge seulement dans le cas où il mourrait sans enfant (AD38, B 1373, f° 21 ou Mi 634). Le comte de Provence souligne que les clauses du testament de Roncelin de Lunel n’ayant pas été respectées par Hugues Adhémar de Lombers, cette baronnie doit lui revenir en vertu de ce qui avait été décidé. Cet acte reste sans effet, malgré le recours du comte à l’archevêque d’Arles, soutenu par l’archevêque d’Embrun (RD, 1490, 16487, 16495, 16497, 16502 ; RD, t. IV, 119-120, 245 ; AD13, B 1086, B 1088 ; AD38, B 3968). L’emprise du comté de Provence dans cette vallée n’est pas tout de suite effective. Bien au contraire, elle permet au Dauphin, son rival, de s’immiscer dans la baronnie des Montauban, avant son annexion définitive. Ce dernier doit cependant encore prêter hommage au comte de Provence en 1309 et en 1338. En juillet 1305, le fils de Charles d’Anjou passe une procuration pour prendre possession de la baronnie de Montauban, sans se soucier des prétentions que le Dauphin a sur ce territoire (AD13, B 427). Un acte de 1338 stipule que le Dauphin doit se reconnaître vassal et reconnaître au comte de Provence le castrum de Serres et le droit qu’il possède dans les castra de Lagrand et de Bassa Merolii (Méreuil). Il lui doit également la reconnaissance pour tout ce qu’il détient dans la seigneurie et juridiction de Dragonet de Montauban, dans la vallée du Ruègne, ainsi que dans la seigneurie de Galburge (fille de Bertrand de Mévouillon ; AD13, B 176). Néanmoins, le comte de Provence acquiert un certain nombre d’enclaves au sein de ce qui devient la partie méridionale du Dauphiné. Cette résistance est facilitée par la politique menée par les Mévouillon au détriment d’ordres monastiques, qui consiste en un jeu de tractations importantes en val d’Oule.

3.1.2.2. Enclaves et résistances

10Une importante enclave provençale se forme au point de contact des Baronnies de Mévouillon et de Montauban, dans la vallée de l’Oule et le petit diocèse de Sisteron. Le val d’Oule fait l’enjeu de nombreuses tractations entre le comté de Provence et le Dauphiné. De sa propre initiative et en raison du poids de ses dettes, Raymond de Mévouillon VI promet, le 30 novembre 1302, de prêter hommage au dauphin Humbert pour les castra qu’il possède du monastère de l’Île-Barbe. Il propose de lui vendre le val d’Oule sans autorisation de l’abbé (RD, 16094). Le 1er décembre 1302 le Dauphin emprunte 4 000 livres tournois provençales neuves afin de pouvoir acheter les castra de Cornillon et territoire du val d’Oule. Charles, roi de Sicile, s’interpose et convie Humbert à refuser ces biens qui appartiennent au monastère et, cela, sous la sauvegarde des comtes de Provence (AD13, B 425 ; RD, 16265). Le 11 mai 1304, le Dauphin devient vassal du comte de Provence pour le val d’Oule (RD, 16399). Or, il ne réussit pas à s’arroger la suzeraineté, l’abbé étant déterminé à rester sous la domination provençale. Le 13 octobre 1304, l’abbé renouvelle son hommage de fidélité au comte de Provence. Le 23 octobre de cette même année, il est précisé que le bailli du Gapençais ne peut occuper le val d’Oule. Le 14 novembre, la situation est définitivement réglée et le renouvellement de l’hommage de l’abbé spécifie que les fiefs vendus à tort par Raymond de Mévouillon au Dauphin appartiendront désormais au comte, qui payera une pension de 120 livres à l’abbaye (AD13, B 425). Or, Raymond de Mévouillon renouvelle sa politique de vente, ne faisant aucun cas de l’identité de l’acquéreur. Ainsi, le 5 novembre 1305, il vend au comte de Provence pour 7 000 livres la seigneurie de Cornillon et pour 13 000 livres les droits qu’il avait sur Rémuzat, les seigneuries de Clermont et de Cornillon, la moitié de Montmorin, la bastide des Tourettes, les seigneuries de Pommerol, de la Charce, du Bruchet et tout ce qu’il pouvait avoir dans le val d’Oule. L’abbé, mis devant le fait accompli, ratifie cet achat effectué par le comte de Provence (Cart. Île-Barbe, t. I, p. 358, n° 56; AD13, B 1397, f° 1, f° 296, B 267 ou 2 Mi 385: « De emptione Vallis Olle ». Il est fait notamment allusion à la vente que Raymond de Mévouillon en avait faite au Dauphin de Viennois). Le 3 décembre 1305, le castrum de Verclause, qui contrôle depuis la vallée de l’Eygues une voie reliant le bassin du Rosannais à la vallée de l’Oule par le col de la Fromagère, entre également dans l’aire satellite des possessions de l’abbé, détenues en arrière-fief de la cour royale de Provence (les seigneurs de Verclause doivent prêter hommage à l’abbé pour tout ce que ce dernier possède en arrière fief de la cour royale ; Cart. Île-Barbe, p. 141-142 ; RD, 16829).

11Dans ces démêlés entre le Dauphin et le roi de Sicile, les localités englobées sous le terme générique de val de Bodon ne sont malheureusement pas citées (« Vallis Olle et Bodonesy » ; voir notamment : AD13, B 267). Seule une référence au Poët-Sigillat est faite dans une charte de 1306 et atteste sa dépendance vis-à-vis du roi de Sicile et comte de Provence (RD, 16829). Lemps, Saint-May et Soubeyran, non cités dans la vente, figurent cependant dans les comptes de la claverie du val d’Oule, rendus de 1319 à 1344 (Poindron 1968 : 231). La création d’une claverie pour le val d’Oule conforte la résistance de cette enclave. La donation effectuée bien plus tardivement, en 1348, par la reine Jeanne à Raymond d’Agout, comte de Sault, ajoute aux biens précédemment mentionnés la localité de Pellone (il s’agit du « castrum seu masi de Pellona » ; AD13, B 537).

12À l’est, les régions du Serrois et du Laragnais font définitivement partie, en 1298, du temporel du Dauphin, Mison représentant un pôle provençal avancé dans les terres nouvellement delphinales (RD, t. VII, 2490 ; AD13, B1088 ; Poindron 1968 : 224). La situation reste néanmoins ambiguë car, le 7 juin 1306, le juge de Sisteron réclame des cavalcades pour le roi et s’adresse non seulement aux habitants d’Orpierre, mais également à ceux de sa vallée. Le comte de Provence détient encore, en ces lieux, la haute suzeraineté. En 1283, les castra d’Orpierre, de Sainte-Marie-de-Rosans, de Lagrand, de Sainte-Colombe, de l’Étoile, de Laborel et de Villebois, terres de Galburge et de Bertrand Raybaud (de Lachau), dépendaient de la cour du roi de Sicile (AD38, B 378). Mison appartient à une ligne défensive provençale qui regroupe les castra de Vitrolles et de Tallard, situés à quelques kilomètres au nord des Baronnies. Ces seigneuries provençales dessinent depuis Sisteron un étroit couloir ; le sillon de la Durance a favorisé cette avancée du comté de Provence dans le Dauphiné.

13D’autres enclaves provençales se constituent à l’abri des plis préalpins est-ouest. Ainsi Eygalayes, Séderon et Barret-de-Lioure, localités ponctuant les voies d’accès au plateau d’Albion et à la montagne de Lure, se rattachent au comté de Provence, respectivement en 1302, 1308 et 1321. Cette progression s’effectue du nord au sud, non sans causer quelques tensions [AD13, B 436, B 11, f° 103 (1334) ; Poindron 1968 : 214]. L’annexion de Gaudissard par le comte de Provence résulte sans doute de fortes pressions. L’hommage de Lambert Adhémar, héritier de la branche des Montauban, rendu en 1308 au Dauphin pour ce castrum, est un acte isolé (RD, t. III, 17384 ; Poindron 1968 : 215). En 1300, le juge de Sisteron intervient dans la création de syndics ; à la mort de Philippe de Laveno en 1302, Gaudissard tombe sous l’autorité du comte de Provence et du roi de Sicile (AD13, B 1371, B 764, f° 116, B 11, fos 40v°-43).

14À l’ouest et au sud, des litiges subsistent sur les frontières des Baronnies et du Comtat Venaissin, placé en 1274 sous la domination du pape (Bernard 1983 : 15-18). En 1277, les frontières sont redéfinies entre Malaucène qui appartient au Comtat et Mollans (possessions méridionales). Le territoire et district de Malaucène s’étendent de cette localité jusqu’à la moitié du cours de la rivière du Toulourenc, selon l’Université de Malaucène. Une ligne part depuis le milieu d’un pont et suit le cours d’eau jusqu’au territoire de Saint-Laugier ou Saint-Léger :

« ... quod territorium et districtus de Malaucena extenditur [...] a dicto loco de Malaucene usque ad medietatem aque Tholorenc et a predicta medietate pontis aque predicte asserendendo certa linea secundum quod dicta aqua labitur seu currit usque ad Petidam territorii predicti loci de Malaucene et territorium de Sancto Laugerio et de predictis est fama publica in dicto loco de Malaucena et in locis circumtantibus et ea vera sunt et parte dicentra » (AD38, B 3646).

15Il est demandé aux habitants de Mollans de creuser un fossé de 4 palmes (96 cm) de largeur et de 2 palmes (48 cm) de profondeur, près de la rivière du Toulourenc, et d’y faire couler l’eau de ce torrent :

« Primo volumus [...] quod in ripa juxta seu prope aquam de Tholorengno et in quadam planicia riperie darnero ponatur unus in primus terminus sicut est per nos dictos arbitros designant et cavatur. Item volumus quod recta linea ponantur et poni debeant certes alii termini sicut fecimus fodere et cavare et abillo primo terminio posito in dicta ripa scilicet in capite dicte ripe seu brœ per eamdem broam seu ripam rectam linea secundus terminius apponatur sicut est designat et cavatum in trius et quartus et quintus terminus ponatur certa linea broa usque ad broam planeti soteirani sicut est designatur et cavatur et volumus quod ponata recta linea et poni debeant tres alii termini usque ad aquam Tholorenquo seu in ripa aqua de Tholorenquo que ibi videlicet decurre per quamdam fossatum [...] de quatuor palmis de latitudine et de duobus palmis de profundo per quod aqua decurrat ».

16La frontière devra se prolonger vers la montagne d’Arnero jusqu’au torrent du Toulourenc. Si un habitant de Malaucène désire faire une écluse (resclausa) dans le Toulourenc, les habitants de Mollans ne pourront l’en empêcher et vice versa.

17La tentative de mainmise du Comtat sur certaines possessions baronniardes s’opère parfois plus violemment. La cour romaine soutient les Baux et l’évêque de Vaison dans la violation du castrum de Mérindol-les-Oliviers. Raymond de Mévouillon est contraint d’assiéger son propre château (AD38, B 3665). Il adresse par ailleurs des plaintes au pape et requiert monition et censure contre les recteurs du Comtat qui l’empêchent de percevoir le péage du castrum de Visan et empiètent sur ses juridictions à Mollans et à Mérindol (AD38, B 3650 ; RD, 15579). Les frontières occidentales voisines avec la principauté d’Orange et le Comtat Venaissin font également l’objet de tensions. Le 4 mars 1313, l’hôpital Saint-Jean de Jérusalem cède au roi Robert sa souveraineté sur Venterol. Les hommes de Nyons et de la Baronnie de Montauban, armés de balistes, de lances et de boucliers, tentent de s’opposer violemment à cet acte et le manifestent par des injures et des jets de pierres (AD13, B 445). En 1317, le prince d’Orange cède au Dauphin tous ses droits sur Mirabel, Nyons, Vinsobres, Montbrison et Visan, moyennant une somme de 10 000 livres de petits tournois, suite aux revendications faites par la dauphine Anne en vertu de l’héritage reçu du dauphin Guy, son père (AD38, B 3674).

18Dans cette même zone occidentale des Baronnies, une procédure qui définit la limite entre le Comtat Venaissin et la baronnie de Montauban, tombée dans le temporel delphinal, est rédigée le 9 septembre 1320. Il résulte de cette enquête un certain flou. Les témoins du Dauphin affirment que les lieux et tènements de Novézan, Saint-Maurice-sur-Eygues et du Boisset (AD38, B 3675) appartiennent aux Montauban et aux Hospitaliers qui les tenaient en arrière-fief du dauphin Guigues. Cependant, le territoire de Saint-Maurice, situé entre le castrum du même nom et celui de Vinsobres (appartenant tous deux aux Montauban et au Dauphin), dépendrait de Villedieu selon la cour du Comtat Venaissin. Cette localité détenue par les Templiers, puis par les Hospitaliers, se rattacherait par là même au territoire de la cour romaine. Les procureurs du Comtat et d’Orange assurent que la moitié du castrum de Novézan, le castrum de Montbrison et la bastide de Saint-Maurice doivent être reconnus par le Dauphin au pape (AD38, B 3671, f° 8v°). Le Dauphin avait pourtant tenté, trois ans auparavant, d’imposer son autorité sur ces contreforts de la Lance, en échangeant le castrum de Chauvac (situé dans l’arrière-pays dans la haute vallée de l’Armalauze) contre le castrum de Montbrison, la part de seigneurie de Novézan, de Valréas et le territoire de Mastignac, biens détenus jusqu’alors par Guillaume de Caderousse. Le dauphin Guy lui avait cédé à cette même occasion 1 500 livres. Le procureur delphinal, Albert de Breyda, rappelle que le tènement du Boisset et une grande condamine qui en fait partie dépendent étroitement du castrum de Visan (cette grande terre est délimitée, à l’est, par le territoire de Saint-Maurice et par le chemin qui va de Villedieu vers Valréas et, au sud, par la route au fort dénivelé qui se rend de Nyons à Tulette ; ibid.). Cette situation ambiguë sur les frontières occidentales justifie, le 20 avril 1363, une nouvelle enquête (AD38, B 3682). Cette dernière rappelle que Raymond de Montauban tenait du Dauphin les castra de Cairanne, de Grillon, de Villedieu, la quatrième part de Pierrelatte et le fief du Roux (situé dans le territoire des Pilles) ; le Dauphin en rendait hommage au pape (Dubled 1981).

19Plus à l’ouest, Valréas, ville carrefour comprise entre vallée du Rhône et Préalpes, représente un véritable enjeu dans une région où la papauté a sensiblement accru son temporel (le pape a notamment reçu, au sud de l’Eygues, les biens de l’ordre des Templiers). Malgré la stricte interdiction d’aliénation du castrum de Valréas prononcée par Aymar de Poitiers à Roncelin de Lunel et approuvée par le pape, les revenus de ce castrum sont cédés, le 5 juillet 1294, au dauphin Humbert par le recteur du Comtat, Philippe de Bernisson, pour 5 350 petits tournois. Le 15 de ce mois, Roncelin de Lunel vend castrum, ville et mandement de Valréas au Dauphin qui doit cependant prêter hommage au pape. Malgré les résistances de la population et la présence d’un castrum inférieur delphinal à Valréas, cette seigneurie est définitivement vendue, le 30 août 1317, par le dauphin Jean et Guy, son frère, au pape Jean XXII pour 16 000 livres petits tournois (RD, 19786-19787).

  • 24 Les Allemands viennent du Grésivaudan et les Morges du Trièves (Vanolli 1997 : 165-167 ; Giordaneng (...)

20L’année 1317 fixe la fin des « Baronnies historiques ». Englobées dans de plus vastes ensembles et divisées, elles se rattachent à des entités administratives appelant un personnel nouveau et l’implantation de familles seigneuriales « étrangères ». Ces dernières multiplient la coseigneurie dans la partie nouvellement dauphinoise24, alors que de grands lignages provençaux (Baux, Agoult) s’implantent dans des enclaves provençales.

3.2. Mison et Cornillon-sur-l’Oule, les témoins de programmes architecturaux plus ambitieux, fin XIIIe et début XIVe siècles

21Les bailliages du Gapençais et du Buis définitivement créés, le Dauphin s’attache à réparer les forteresses qu’il juge les plus stratégiques, tandis que le comte de Provence et de Forcalquier, devenu roi de Naples, préfère la reconstruction des châteaux annexés. Cette constatation repose principalement sur la documentation archivistique puisque rares sont les châteaux conservés. Néanmoins, deux forteresses relevant de ces deux nouveaux pouvoirs prennent une importance considérable dans le mode d’appréciation et d’analyse des programmes architecturaux plus importants que ceux des siècles précédents : Mison (Alpes-de-Haute-Provence) et Cornillon-sur-l’Oule (Drôme), châteaux des Baronnies annexés par le comte de Provence et désormais implantés sur la frontière Provence-Dauphiné.

22Le premier se situe à l’extrémité nord du comté de Provence en contact avec le bailliage du Gapençais. La commune de Mison dessine actuellement une nette avancée dans le département des Hautes-Alpes et se présente comme un étroit couloir compris entre les communes du Poët, de Ribiers et de Laragne-Montéglin. Ce découpage a en quelque sorte fossilisé l’emprise comtale qui, à partir de la fin du XIIIe siècle, dessinait une enclave dans le Dauphiné. Cette enclave du comté de Provence avançait plus au nord jusqu’à Tallard, implanté sur la rive gauche de la Durance.

23Le second château fait partie, à la fin du XIIIe siècle, de l’enclave du comté de Provence dans la vallée de l’Oule.

3.2.1. Le château de Mison25

  • 25 Supra 1.3. Morphologie des premiers castra.

24Mison se situe sur un carrefour de voies. Au confluent de la Méouge et du Buëch, il fait communiquer les vallées transversales du Buëch (fig. 97). Sur la rive droite du Buëch, en aval de Laragne-Montéglin et à 10 km au nord de Sisteron, les vestiges de l’imposante forteresse sont juchés, au quartier du Vieux-Village, sur un important affleurement rocheux de poudingue défendu par de profonds ravins marno-argileux. Visible depuis les gorges de la Méouge, au niveau de Pomet, la forteresse occupe un emplacement stratégique au confluent de la Méouge et du Buëch. Le village fortifié dont il ne subsiste que quelques maisons épouse, au nord et à l’est, la courbe de la colline de marnes au pied de l’affleurement rocheux. À l’ouest, le relief argilo-marneux est ceinturé par des ravins au fond desquels coule le torrent du Buëch (fig. 98 et 100).

Fig. 97 - Mison, vue aérienne du site.

3.2.1.1. Description architecturale des fortifications

25Les vestiges de la forteresse sont conservés sur un à deux étages appréciables principalement depuis l’extérieur, l’intérieur étant en grande partie comblé par des remblais qui dessinent maintenant une sorte de plateau aérien.

3.2.1.1.1. Plan et description de l’enceinte (fig. 101)

26L’esplanade rocheuse d’une superficie de 2 691 m2 est défendue par des parois rocheuses abruptes plus importantes au sud et à l’ouest. Le profil du rocher a conditionné le plan de l’édifice et fait partie intégrante de la défense. La forteresse de Mison a remarquablement exploité la configuration du terrain et a su s’adapter aux nécessités défensives. La description faite par P. Bonnassie d’une forteresse appartenant à une autre entité territoriale pourrait, à juste titre, s’adapter au site minéral de Mison :

« l’œil ne sait distinguer où finit la roche et où commence la forteresse » (Bonnassie 1976 : 174).

27L’enceinte du château, construite à l’aplomb des falaises, dessine un polygone de 13 m de côtés, 80 m de long du nord au sud et 60 m de large d’est en ouest. Elle est conservée sur 5 à 10 m d’élévation. Les murs peu épais (1,10 m maximum) sont protégés par la roche sans doute retaillée à l’est où l’élévation de la paroi est beaucoup plus faible (fig. 98).

Fig. 98 - Mison, vue du château prise du sud-ouest.

3.2.1.1.2. L’appareil

28Les parements sont construits avec des cailloux roulés qui proviennent du lit du Buëch. La courtine orientale présente deux types d’appareils. Sur une hauteur moyenne de 2 m, l’appareil est composé en opus spicatum de galets régulièrement assisés. On retrouve l’opus spicatum dans les donjons voisins de Montbrison-sur-Lez (Drôme, canton de Grignan) et de Montmaur (Hautes-Alpes, canton de Veynes). La partie supérieure est construite avec des galets posés horizontalement. Une série de trous d’ancrage de poutres (trous de boulin ?) délimite ces deux parties et semble correspondre à une reprise de chantier, dans un laps de temps qui a pu être très court. Les contreforts et les angles des décrochements dessinés par l’enceinte sont renforcés de chaînes d’angle en tuf taillé. Des moellons calcaires de 0,15 x 0,20 m, disposés en assises régulières, sont réservés aux organes de flanquement plus importants (tour porte, tour quadrangulaire ?).

3.2.1.1.3. Les flanquements verticaux (contreforts, tours)

Les contreforts

29La courtine orientale est flanquée de trois contreforts aux deux extrémités nord et sud. Le contrefort de l’angle sud-est aux parements de galets se termine par un pan coupé construit avec des moellons de tuf (fig. 102). Le contrefort nord-est est pris à l’ouest dans l’épaisseur du glacis qui double la courtine nord sur 5 m d’élévation. Le dernier contrefort renforce l’angle nord-ouest (fig. 103).

Finages et terroir du castrum (fig. 99)
Castrum, culture et terroir
Une enquête, commanditée en 1297 (AD13, B 1038) par le comte de Provence Charles d’Anjou, roi de Naples, sur ses droits et biens, permet d’appréhender de façon relativement précise l’importance du bourg fortifié attenant au castrum et situé sous son emprise. Le castrum domine le Buëch à l’extrémité nord de la commune qui abrite aujourd’hui un grand nombre de hameaux ; l’un d’entre eux, situé au bord de route, devint le chef-lieu de commune : Mison-les-Armands (Féraud 1861).
L’enquête de 1297 mentionne un certain nombre de voies (viae). La voie publique est la plus fréquemment citée. Partant du castrum et passant en contrebas du quartier du Ponteillard, elle dessert les localités voisines du Poët, d’Upaix, puis de Rourebeau au nord-est et de Sisteron au sud. Au nord du castrum, un chemin public (caminum publicum) longe le Buëch, depuis la combe Richau et le quartier des Roméyères pour arriver au quartier de Porchère. À l’ouest, une voie passait sous le quartier de la Roche et une autre voie permettait de rejoindre Château-Giraud (commune de Ribiers), site castral implanté au XIe siècle sur la rive droite. Une autre encore desservait les moulins implantés au bord du torrent. Mison était également situé sur le chemin des transhumants. Le quartier des Drayes (« Drayam dominis Regis » ; AD13, B 1088, f° 30v°) est localisé notamment près des terres du roi et des terres de Raymond d’Antonaves qui devaient se situer sur la rive droite du Buëch, du côté d’Antonaves et de Château-Giraud. Les cols de Saint-Cyr et de Saint-Pierre permettaient d’accéder, plus à l’ouest, aux zones d’alpages. Le territoire du castrum se développait principalement sur la rive gauche du Buëch, mais débordait aussi sur la rive droite dans les communes d’Antonaves et de Ribiers. Ces dernières présentent deux sites castraux implantés, pour l’un, dès le Xe et, pour l’autre, dès le XIe siècle (castrum Antonavis et castrum Castellum-Giraudi). Antonaves fait aussi l’objet d’une enquête dans le même document. Ce terroir, précocement colonisé, porte encore au XIIIe siècle les marques des divers pouvoirs qui ont géré cette terre au XIe siècle. En 1263, le comte acquiert définitivement le castrum et le territoire de Mison vendu par Galburge de Mévouillon-Mison, issue d’une famille qui avait reçu la charge du comte au XIe siècle. Les Mévouillon-Mison, vicomtes, s’approprient peu à peu ce bien public qui englobe également le territorium castri de Château-Giraud, alleu de l’évêque de Gap, Féraud. Cette division de l’actuelle commune est nettement perceptible dans la description du terroir donnée au XIIIe siècle. L’évêque dispose en effet des bois et des terres situés au sud du territoire du castrum de Mison, au quartier de la Silve qui abrite l’église Saint-Pierre. Les Mévouillon-Mison puis le comte de Provence possèdent l’autre partie, plus importante en superficie.
L’enquête de 1297 s’apparente à un terrier. Elle dresse la liste des redevances levées par le comte sur les terres du territorium castri. Ce précieux document permet de dresser un état de la répartition des cultures et des bois. Sur les 230 quartiers recensés, 47 ont pu être localisés précisément d’après le cadastre de 1814. Un grand nombre de lieux-dits figurent aussi sur la carte IGN. Les cultures consistent essentiellement en vignes, terres et champs de blé. L’on note également des prés. Les jardins sont situés à proximité du bourg castral. L’exploitation de ces terres résulte d’un défrichement vraisemblablement assez précoce, dans un territoire encore densément boisé. La culture de la vigne est attestée dès le XIe siècle. Béraud et Pierre cèdent en effet, en 1054, une partie d’un manse de vigne de leur cellier à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, en présence notamment d’Isoard de Mison (Cart. Saint-Victor, 693). Au XIIIe siècle, les coteaux de vignes sont situés principalement près du château, dans un rayon d’1 km à vol d’oiseau, et près de l’église Saint-Roch, édifiée à 1 km à l’est du château. Ils s’étendent aussi plus au sud, le long du Buëch. Certains sont exploités au nord du territoire.
Les champs et les terres à blé qui couvrent également une surface importante, dans un rayon de 2 km autour du territoire, se situent au contact des bois et des forêts. Certains quartiers sont réservés au blé (mont Ourouze, Peyraone, Clausellos, Rame, Silva, Toschas, Vabrum).
Les bois (boscum) se situent à la périphérie de la zone limitrophe avec l’actuelle commune de Laragne qui recouvre les territoires des deux castra d’Arzeliers et de Montéglin. Dans la partie médiane, le bois de Doumenge jouxte celui de l’église de Mison. Actuellement, ce nom de quartier correspond à celui d’une section de la commune. Au sud, le quartier de la Silve abrite, comme son nom l’indique, une forêt et se divise en plusieurs bois dont un appartenait à l’évêque de Gap. Un bois anonyme et le bois de Raylla séparent cette extrémité sud du territorium de la cité épiscopale de Sisteron. Le bois de Raylla a pour confront un défend (nemus seu defensum), localisé près de la voie publique qui relie Mison à Sisteron, à proximité de l’église Saint-Pierre. Ce dernier bois fut cédé par le comte de Provence à l’évêque en 1292 (AD13, B 1373). Au sud-ouest de ce bois, un autre bois dénommé Treylla et un défend (bois) appartiennent au comte. Un autre est tenu par Basterii de Sisteron. Ces surfaces boisées semblent avoir profondément marqué le paysage sur la longue durée ; elles correspondent aux actuelles limites des sections du cadastre qui ont repris leurs noms (AD13, B 1373). Elles restent néanmoins sous-évaluées, car un grand nombre de quartiers n’ont pu être localisés.
Les prés, moins nombreux, se situent près des multiples sources et du torrent du Buëch où se développent des pêcheries (AD13, B 1080) et où s’implantent des moulins, près desquels on note vingt-trois chènevières (canaberia ou chanaperias). Le quartier de Pourchières, dont le nom fait allusion à des porcheries, présente aussi un groupement de trois chènevières. Deux greniers ou granges (granega) sont installés au quartier de la Gardette, à proximité du Buëch, de la Condamine, de la cour et du jardin de Vincent Desdeny (AD13 B 1038, f° 42v°). Le quartier Saint-Aubert (commune de Ribiers) abritait un four à pain.

Les églises et le bourg fortifié
L’enquête de 1297 mentionne quatre quartiers portant un hagionyme : Saint-Ferréol, Saint-Jean, Saint-Malbert et Saint-Thomas. Les trois premiers ont pu être localisés ; Saint-Ferréol et Saint-Jean étaient implantés sur la rive gauche du Buëch. Ces quartiers ont pris le nom d’églises qui ne figurent dans l’enquête de 1297 que sous l’appellation globale d’ecclesiae (AD13, B 1058, f° 48v°). La première, édifiée sur le plateau des Roméyères, se situait non loin du site présumé du premier castrum. Les vocables se rattachent à une tradition ancienne et semblent trahir la présence d’un premier réseau d’églises.
L’église (ecclesia) citée en 1274 correspondait sans doute à Notre-Dame-la-Brune, édifice construit à 1 km à l’est du castrum ; elle semble faire office d’église paroissiale (AD05, G 784, f° 414v°). En effet, le bourg fortifié n’abrite aucune église intra-muros. La chapelle castrale, qui n’est pas conservée, n’apparaît dans les textes qu’au XIVe siècle (AD13, B 422). Elle a pu tenir lieu temporairement d’église paroissiale. À l’autre extrémité du territoire, le quartier de la Silve abritait une autre paroisse qui était limitrophe du diocèse de Sisteron. En 1274, Jean Lantelme est recteur de l’église de la Silve. Cette église devait correspondre à l’église Saint-Pierre dont l’hagiotoponyme se situe nettement en contrebas du hameau de la Silve, à proximité du torrent du Buëch. En 1350, on note également la présence d’un prieur à Mison.
Malgré l’importance du réseau ecclésial, le château a exercé un pouvoir d’attraction sur l’habitat qui se concentre au nord et à l’est du château, en léger contrebas du rocher de poudingue.
En 1297, ce village abritait au minimum 91 maisons. Les maisons sur lesquelles le comte de Provence percevait le droit « in natali » représentaient sans doute la majorité des maisons du castrum acheté en 1263. En 1471, le village de Mison comptait 140 feux (Baratier 1961 : 7). Si seules deux maisons et un chasal sont précisément implantés dans le castrum (in castro) ou sur la place (platea) du bourg fortifié, il semble que la plupart des autres maisons s’y tenaient également. Les confronts de toutes ces maisons consistent en une ou deux habitations qui étaient sans doute contiguës : une maison, un chasal et un four (banal ?). L’une de ces maisons était également à proximité d’un casamento, destiné à abriter du froment et de l’avoine. Une maison localisée près d’une autre et à proximité de la voie qui menait à la forteresse se situait sans doute dans l’enceinte du bourg fortifié (viam quam itur ad fortalitium). Six maisons sont proches de la via publica et deux autres de la carriera publica. Certaines sont néanmoins implantées à l’extérieur de l’enceinte fortifiée, à proximité du château ou plus éloignées. Une maison est située près des murs du castrum (juxta muros castri). D’autres, installées près de jardins, peuvent être construites sur l’enceinte ou à l’extérieur. Un jardin cultivé près d’un poulailler ne devait pas être très éloigné du bourg fortifié. Certaines maisons jalonnaient la route menant au château (domo una et orto contiguis via quam itur ad fortalitium). Une maison est proche d’une des drayes, une autre en bordure de la draye du comte de Provence (drayam domini Regis).

Fig. 99 - Castrum et culture d’après le terrier de 1297.

Fig. 100 - Mison, parcellaire du château et du bourg castral.

Les tours

30L’angle sud-est de l’enceinte offre une série de décrochements soulignés de chaînes d’angle en pierre de taille. Cette construction qui se différencie du reste de l’enceinte correspondait peut-être à l’assise d’un flanquement (fig. 104). À 23 m au nord, la courtine orientale dessine un décrochement rectangulaire sur 9 m de longueur. Ce massif de maçonnerie de 2,10 m et de 3,20 m hors œuvre a des parements, au sud et au nord, construits avec des moellons (0,15 x 0,30 m) calcaires soigneusement assisés. Il était muni de chaînes d’angle dont il ne subsiste que deux pierres de taille calcaire de 0,45 x 0,35 m. Le parement extérieur du mur sud comporte deux ressauts successifs de 0,07 m de largeur dont premier est à 0,90 m du sol externe actuel et le second à 1,40 m. Ce massif actuellement plein devait supporter un flanquement plus important qu’un simple contrefort ; il constituait une protection avancée de l’accès oriental de la forteresse, situé seulement à 3,30 m plus au nord (fig. 101).

Fig. 101 - Château de Mison, plan du château.

Fig. 102 - Château de Mison, courtine sud-est.

Fig. 103 - Château de Mison, contreforts et glacis nord.

Fig. 104 - Château de Mison, flanquement de la courtine sud-est.

3.2.1.1.4. Les accès

31L’accès à la forteresse s’effectuait par deux portes (fig. 105). L’une aménagée à l’ouest rendait l’accès possible depuis l’extérieur de l’enceinte du bourg castral. L’autre, percée dans la courtine orientale, permettait de se rendre au château depuis le bourg castral. Complémentaires et disposés aux deux extrémités de la forteresse, les deux systèmes dispensaient une certaine autonomie en cas d’attaque.

Fig. 105 - Château de Mison, coupe sud-ouest/nord-est.

L’accès occidental (fig. 106 et 107)

32Depuis le nord-ouest de la forteresse, trois rampes d’accès au tracé en épingle à cheveux, entaillées dans le flanc occidental de l’affleurement sur 25 à 30 m de longueur, permettaient d’accéder à une tour porte, construite sur l’extrémité sud-ouest de la plate-forme sommitale, à 3 m de la falaise sud. L’accès à la première rampe s’effectuait par un couloir, délimité par un mur dont trois portions sont encore conservées au nord-ouest de la forteresse. Ils constituaient une sorte de protection avancée et barraient, à l’ouest, l’accès aux rampes. Le passage de la première rampe à la deuxième est dominé par le surplomb rocheux de la tour porte. La deuxième rampe, de 5,30 m de longueur et d’1,50 m de largeur, est très nettement au nord. La troisième rampe s’interrompt à 2,60 m au nord de la tour porte. Une passerelle volante, jetée au-dessus de l’entaille du rocher, devait relier la rampe au seuil de la porte, composé d’un mur de la largeur de l’embrasure. La porte est un passage voûté en berceau plein cintre, percé au rez-de-cour d’une tour quadrangulaire, conservée sur une dizaine de mètres de haut. De 2,40 m de large et de 3,40 m de profondeur, l’embrasure est voûtée par un arc légèrement surbaissé dont l’intrados nord est souligné par un arc-doubleau (fig. 108). Le parement du rez-de-cour a reçu un appareil soigné fait de pierres de taille calcaires. La voûte du passage est construite avec des moellons de tuf, matériau plus léger. Le premier étage moins exposé comporte des parements de galets. Le mur nord de cet étage est percé de plusieurs meurtrières ; la fente externe de 0,30 m de hauteur et de 0,10 m de largeur bat les abords de la porte.

Fig. 106 - Château de Mison, tour-porte et rampe d’accès.

Fig. 107 - Château de Mison, tour-porte sud-ouest prise depuis les rampes d’accès.

Fig. 108 - Château de Mison, tour-porte, détail.

L’accès oriental (fig. 109)

33Le second accès est une porte piétonne percée dans le rocher de poudingue, en contrebas de la courtine orientale du château. De 0,90 m de large, il est prolongé par un couloir, creusé dans la roche sur 1 m de long, qui débouche dans une pièce rectangulaire de 12,50 x 6,10 m. Il ne subsiste de la voûte que le départ méridional. Les trous d’encastrement de poutres destinés à supporter le cintre de bois lors de sa construction ont pu également soutenir un plancher. L’intérieur de cette pièce est battu par plusieurs meurtrières percées dans le mur nord. Un escalier de 0,90 m de large traverse de part en part la pièce, dans sa portion médiane. Il ne semble pas d’origine ; le comblement partiel ne permet pas de s’en assurer. Dans l’angle sud-est de la pièce, un massif de maçonnerie quadrangulaire aux parements de galets de 3 x 3,70 m domine la sortie interne du passage creusé dans la roche. Cette construction, conservée sur seulement 0,80 m de haut, faisait sans doute office de guérite et permettait de protéger les abords extérieurs et intérieurs de cette entrée. La meurtrière la plus occidentale, percée dans la courtine nord, se situe aujourd’hui au niveau des marches de l’escalier et du prétendu plancher. Il fallait rattraper, depuis l’extérieur, le niveau de la plate-forme supérieure du plateau. Cette défense est complétée par deux meurtrières ou jours percés dans le mur est, au-dessus du passage aménagé dans la roche, et par trois meurtrières percées dans le mur nord. De 1 m de large et 1,50 m de haut, la meurtrière orientale comporte un couvrement de cinq dalles en calcaire gris. L’allège présente un fort pendage. À 4,70 m plus à l’ouest, il existe une meurtrière de taille plus réduite (l. 0,46 m, H. 0,92 m). L’embrasure légèrement ébrasée du côté du couloir en direction de la plate-forme présente une couverture de deux grandes dalles. Les moellons supérieurs de ses piédroits sont en tuf (les moellons inférieurs sont des remplois).

Fig. 109 - Château de Mison, barbacane intérieure de la porte orientale.

34Ce corps de bâtiment abritait un étage, dans sa partie septentrionale. Le mur sud présente, au premier étage, une série de deux retraits qui s’appuient contre un mur de refend ; ce dernier divise l’étage. Le premier contrebutait la retombée de la voûte, le second correspondait à un niveau de toiture comme semblent l’indiquer trois tuiles situées au-dessus du mur nord. Ce dispositif d’entrée peut être comparé avec celui du donjon de Biron qui, au nord de l’enceinte de la basse-cour, offre un long escalier battu par des meurtrières.

« Les défenseurs occupaient une série de salles superposées parallèles à la cage d’escalier [...]. On pouvait ainsi multiplier les défenses latérales d’un côté au moins, le long du couloir ainsi déterminé » (Gardelles 1972 : 63).

35Les portes de Mison débouchent aujourd’hui sur une vaste esplanade vide. Il semble probable qu’à l’origine elles aient ouvert sur des cours intérieures. L’on note seulement une différence de dénivellation entre les parties nord et sud de la plate-forme. Trois fenêtres percées dans les courtines nord et ouest, mais inaccessibles depuis l’intérieur de la forteresse, et quelques murs de refend témoignent de la présence de corps de bâtiment appuyés contre l’enceinte. On trouve dans des inventaires du XIVe siècle, développés ci-dessous, de plus amples renseignements concernant le nombre et la destination des pièces.

3.2.1.2. L’aménagement intérieur

3.2.1.2.1. Les baies

36La fenêtre percée dans la courtine nord, au-dessus du glacis parementé, et une autre ouverte dans la courtine ouest, à 5,50 m au nord de l’extrémité septentrionale des rampes d’accès, ont reçu un bel encadrement de pierre de taille en calcaire blanc (fig. 110). Les piédroits de 0,60 m de côté sont chanfreinés. Une troisième fenêtre de plus grandes dimensions et à arc légèrement surbaissé a été percée plus tardivement dans la courtine nord, au-dessus de l’étage de la petite fenêtre, sur l’arête dessinée par le raccord de deux murs doublés par le glacis.

Fig. 110 - Château de Mison, courtine occidentale et baie du corps de bâtiment résidentiel.

3.2.1.2.2. Les murs de refend

37Quatre murs parallèles, orientés selon un axe est-ouest, s’appuient contre la courtine occidentale. De faible épaisseur (0,60 à 0,70 m), ils correspondaient sans doute à des murs de refend (fig. 111). Le mur le plus septentrional (I) est construit à 12,10 m du contrefort nord-ouest. Il délimitait une pièce (A) : un enduit de plâtre rose recouvre le parement interne de la courtine ouest ; cette dernière de 0,90 m de large a été doublée intérieurement par un mur de 0,25 m d’épaisseur. À 5,10 m du mur I, un second mur de refend (II), conservé sur 7,80 m, constitue la paroi interne d’une pièce (B). Cette paroi comporte encore un fragment d’enduit. Le parement nord du mur III, situé à 2,20 m du précédent, ne présente aucun revêtement intérieur, mais les parements sud du mur III et nord du mur IV sont enduits de gypse rose. Des fragments de tuiles creuses sont inclus dans le parement du mur III. Le mur IV, situé à 4,10 m du mur III, comporte à 1,20 m du sol six trous de solives d’une section de 0,15 x 0,08 m. L’étage inférieur de la pièce D était voûté en berceau plein cintre, comme l’indiquent les vestiges d’une voûte, situés à 3,50 m au-dessous du niveau du plancher. Le sol de l’étage supérieur est constitué d’un gypse rose de même facture que l’enduit recouvrant les parements.

Fig. 111 - Château de Mison, plan de la répartition des pièces contre la courtine ouest.

38La couche d’effondrement de la toiture, qui repose sur un remblai de mortier et de galets couvrant le sol de gypse rose, comporte des fragments de tuiles creuses. La pièce E, située au sud du mur IV, s’appuie contre le parement interne de la courtine ouest, en un point où ce dernier présente un enduit. Cette pièce E était éclairée par une fenêtre carrée qui correspond à un étage nettement inférieur au niveau de l’étage planchéié de la pièce voisine D, qui ne peut s’apprécier. En raison de leur comblement, les ensembles E et D ne peuvent pas être appréhendés.

39Au sud de ces pièces, un second espace résidentiel est compris entre la courtine ouest, qui se raccorde au mur est de la tour porte, et un mur qui délimite, à l’ouest, une chicane au niveau du passage de la deuxième à la troisième rampe d’accès. Ce passage est percé d’une baie semi-circulaire de 0,50 m de diamètre, aux claveaux taillés dans du tuf, qui permettait de battre commodément la dernière rampe et l’accès à la tour porte. Elle donne à l’intérieur sur une pièce voûtée, comblée au trois quarts par des éboulis. Le parement interne, enduit de gypse rose en quelques points, délimitait une suite de pièces. Son extrémité septentrionale a été doublée intérieurement, comme le souligne un revêtement d’enduit compris dans l’épaisseur. Les corps de bâtiment s’appuyaient contre les courtines nord et ouest.

40L’angle sud-est de la plate-forme a été également aménagé. Dans cet angle à 7,40 m du contrefort sud-est, un couloir de 5,30 m de long, orienté nord-sud, est actuellement enterré. Il se rétrécit du sud au nord de 30 cm (de 70 cm au sud, il revêt une largeur de seulement 40 cm au nord). Voûté d’un berceau rampant, il dessert au sud un jour aux allures de meurtrière, percé dans la courtine sud à l’endroit où le rocher dessine un surplomb de 20 m environ. L’on y accédait par une porte (largeur inférieure à 0,80 m), percée dans le mur est, dont il ne reste du jambage que deux moellons calcaires grossièrement taillés. Au nord de ce couloir, un orifice rectangulaire de 0,70 x 0,40 m, visible à la surface du sol actuel, constitue une sorte de conduit profond de 8 m. Ses côtés sont parementés et il s’évase du haut vers le bas. Il ne communique pas avec le couloir. Sa vocation reste énigmatique.

3.2.1.2.3. Les couvertures

41Ces pièces ont reçu une couverture de tuiles creuses comme l’attestent les nombreux fragments trouvés sur le site. Certaines présentent un orifice de fixation (fixation à l’aide d’un clou). Trois fragments de tuiles vernissées de couleur jaune, noire et verte ont été trouvés dans la pièce voûtée D. Ce mode de couverture polychrome est employé dans la région du XVe au XVIe siècle, comme à Gouvernet (Drôme) où des fragments de tuiles vernissées à écaille ont été retrouvés dans le bouchage des meurtrières de la partie datant du XIIIe siècle. Il en était de même au château de Rosans (XVe-XVIIe siècles) où le même genre de tuiles dessine un décor de losanges ; on fit venir à Laragne-Montéglin, localité voisine, des gens de Moustier-Sainte-Marie (Var) pour effectuer la toiture de tuiles vernissées du château du XVIIe siècle.

3.2.1.2.4. Les inventaires mobiliers

42Trois inventaires de mobilier du château de Mison, rédigés dans le courant du XIVe siècle, permettent de mieux appréhender le nombre des pièces et leur destination et de suivre l’évolution économique du château au XIVe siècle [AD13, B 422 (1303), B 496 (1333), B 181 (1377)].

La chapelle castrale

43Les trois inventaires débutent par le recensement du mobilier de la chapelle castrale : « capella infra dictum castrum » (1303), « capella dicti fortalicii » (1333). Elle est dédiée à Saint-Julien (1303), vocable abandonné au profit de celui de Sainte-Catherine (1377), mais qui était déjà porté par l’un des deux autels. Le second autel était dédié à Saint-Jean (1303). De l’architecture de l’église, il n’est rien dit. Il est seulement fait allusion aux cloches qui sont dites « dans le chœur », sans doute perchées sur l’arc triomphal (1333) ; l’une sert pour la garde, l’autre pour « l’usage de la porte » (1377). Les meubles se résument à deux bancs, une caisse en bois contenant des reliques, une arche où sont conservés les ornements (1303) et une petite table pour donner la paix.

44Objets liturgiques, vêtements sacerdotaux, décorations et éclairage sont recensés dans les trois inventaires. Les matériaux les plus précieux sont réservés au mobilier liturgique : cuivre, étain, argent, vermeil, verre et soie. Le calice est entièrement en vermeil. En 1303, une statuette en bois est répertoriée et, en 1377, sont recensées une statuette en bois peint et une statuette de la Vierge à l’enfant en bronze. Deux devants d’autel, une tenture de lin au-dessus de l’autel Saint-Jean et deux tentures également en lin, mais peintes, constituent l’ornementation de la chapelle. En 1303 et 1333, le nombre de livres liturgiques est plus important qu’en 1377, même si certains sont incomplets. À ces deux premières dates, les inventaires donnent également plus de détails sur les tissus des vêtements sacerdotaux : l’un de soie verte, l’autre de futaine blanche, l’un de cordat vert, l’autre de bougran.

45Les inventaires procèdent ensuite au recensement des caves et celliers.

Les caves et celliers

46Les termes de penor et de cellare sont employés indistinctement. Les celliers abritaient la nourriture de base (vin et pain). Les récipients sont nombreux et variés : cuves cerclées (tinae), grands baquets ou dolia circulaires (plechis), grands vases et petits tonneaux. Ils contiennent des liquides comme l’indique la mesure usitée à leur sujet : cupa. Dans le cellier inférieur, l’on note parmi les barriques un entonnoir en bois muni d’un canon en fer. La première cave, recensée en 1333, comporte une cuve à fouler ou à presser. Un goupillon métallique sert au nettoyage des tonneaux (1377). Deux seaux avec leur chaîne en fer permettent de puiser l’eau (1303). Du blé, de l’orge, du seigle, de l’épeautre et des pois chiches sont stockés dans les coffres ; une arche en noyer contient deux pétrins (1303). En 1333, le cellier abrite notamment deux paniers, une bonne cuve et trois coffres (archa) pour la farine. En 1303, trois celliers sont dénombrés : un cellier inférieur, un supérieur et une pièce qui faisait office de réserve ; elle renfermait deux cuves et une auge en bois qui servait à recueillir le vin. En 1333, le nombre de celliers est plus important. Les liquides sont conservés dans les celliers inférieur et supérieur, les céréales entreposées dans une salle du premier étage et dans l’aula inférieure. Une autre pièce (camera) contiguë renferme une réserve de pois chiches. Un grenier abrite également des céréales. En 1377, un cellier est inventorié. Il ne comporte que quelques récipients, mais abrite des armes et des munitions.

47Après avoir visité les celliers (penor), l’auteur de l’inventaire de 1333 entre dans la cuisine qui devait se situer à proximité.

La cuisine

48Seul l’inventaire de 1333 fait allusion directement à cette pièce. Les récipients comprenaient des barils, un broc, un bassin, une jatte, une bassine et une bouilloire, des oulles (ollae) pour l’eau, des écuelles et des plats pour la nourriture. Certains sont en étain, d’autres en bronze ou en laiton. L’on note également la présence de deux mortiers en pierre. S’y ajoutent quelques ustensiles de cuisine tels une poêle à frire, des couteaux de cuisine, une casse, une cuillère, une râpe à monture en bois, deux pilons en bois et des mesures à céréales (validées ou non validées par la cour royale de Sisteron). Un chenet et des crémaillères laissent supposer la présence d’une cheminée. Le mouton, le porc, les céréales (blé, orge) et le poisson qu’un filet de pêche suggère constituent une partie de l’alimentation des résidents du château. La vaisselle de table n’est pas mentionnée. L’on note simplement quatre cruches en étain pour servir l’eau à table. Les meubles se résument à des tables en bois et à deux coffres vides. L’éclairage s’effectue grâce à une lanterne. La présence de trois fourches est plus surprenante.

L’aula

49En 1303, est mentionnée une salle supérieure, sala superior. En 1333, trois aulae sont recensées (l’aula inférieure, supérieure et antique). L’aula superior, signalée en 1333, correspond peut-être à la sala superior de 1303 ; le mobilier y est cependant fort différent. En 1303, deux tréteaux, un banc, une table avec une pièce de bois et quatre arbalètes y sont entreposés. Les aulae inférieure et supérieure faisaient office de cellier en 1333. Un compartiment fermé contient 331 émines d’avoine (qui ont été transvasés dans le compartiment voisin après inventaire).

50Un ensemble d’autres pièces, camera ou sala, vient compléter l’espace résidentiel.

Les camerae

51Certaines des camerae ont une destination un peu plus noble que d’autres. Une pièce contiguë à la cuisine est décorée de tentures de couleur verte. Quatre coffres dont un à pain, deux coussins remplis de bourre, de peu de valeur, et deux bancs en bois l’occupent. Il est possible d’y consulter des cartulaires. Dans la pièce suivante, un coffre contient notamment des livres de médecine. Le résident pouvait également se signer ; un petit récipient contenait de l’eau bénite. Des objets décorés ou travaillés dans des matériaux nobles y sont recensés : une magnifique outre en cuir incrustée d’argent et d’outre-mer et un pichet en cuir. Il y a également un coussin et un chenet. Ces deux pièces s’apparentent à des appartements privés, mais ne servaient pas de chambre à coucher. Ces dernières sont difficiles à repérer. En effet, les inventaires se contentent de recenser et de comptabiliser la literie sans en préciser l’emplacement.

Le mobilier de la chambre à coucher

52Sept lits sont recensés en 1333. La literie est complète : matelas (matalacia), traversins (pulvinar), couvertures (flacciata) et un dessus-de-lit (cohopertorum). En 1303, un seul châlit et un coffre sans serrure, situés dans une pièce (camera), évoquent la chambre à coucher. En 1377, aucune allusion n’y est faite.

53Les armes et les munitions sont scrupuleusement recensées dans pratiquement toutes les pièces.

Les salles d’armes

54En 1377, le cellier abrite une cotte de maille, appelée laurice, et divers types d’arbalètes, avec ou sans corde, à manivelle ou avec baudrier. En 1303, quatre balistes sans corde et certaines sans clou sont recensées dans la salle supérieure. En 1333, l’on peut jouer aux tables ou aux dames (ad tabulas) sur une table de cyprès, dans la pièce où se trouvent les armes (l’armurerie). Il est également possible de s’adonner à la lecture ; un petit banc ou escabeau en bois et en os fait office de pupitre. Or, de nombreux objets rappellent que ce moment de détente n’était qu’une trêve. Deux caisses en bois sur trois sont entièrement remplies de carreaux d’arbalète et de onze balistes ; deux sont en corne (de banna), les autres en bois. L’on note également deux garnitures de filets pour les chevaux (garnimentum), deux armures de cheval en mailles, deux ventrières en maille, treize gorgerins, onze cervelières, six crocs ou baudriers, deux carquois remplis de carreaux. Des armes sont également déposées dans la dépense ; parmi les provisions et le matériel domestique, l’auteur de l’inventaire recense deux selles.

Le fournel

55Seul l’inventaire de 1303 y fait référence. Il abrite une latrine en bois et un coffre en noyer contenant deux pétrins. Le même inventaire signale une chambre du fournel (camera fornelli). Elle renferme un matériel assez hétéroclite : une arche sans clef, des entraves, deux châlits en bois et deux escabeaux.

Les autres pièces

56En 1303, un corps de bâtiment (in altro domo) abrite un coffre de 1 000 émines, deux tabourets et deux bancs. En 1333, une petite quantité de gesses (pois ou plutôt fèves) est conservée dans une pièce contiguë à l’aula inférieure (AD13, B 496). Des objets assez hétéroclites sont entreposés dans la dépense (depensa), le nombre d’armes y étant toutefois important : quatre vieux boucliers, deux cuirasses et un garda corsum fereum et de mallis (côte de maille). Un coffre contient des carreaux d’arbalète. On note également deux casques anciens en mauvais état et un pétrin avec un verrou en fer. Deux armures destinées à la garde ordinaire du château rappellent les trois fonctions importantes de la vie économique, sociale et militaire de la forteresse (1333).

57Une vieille salle, signalée en 1333, était décorée de vingt-deux écus et pavois et de trois lances avec leur fer.

La distribution

58La distribution intérieure est difficile à appréhender. En 1303, la mention d’un cellier inférieur et d’un supérieur, d’une pièce inférieure (camera) et d’une salle supérieure permet seulement d’envisager plusieurs étages. Le terme domus introduit chaque fois une seule pièce. L’inventaire de 1333 donne plus d’indications. La cuisine est comprise entre deux pièces résidentielles (camerae). Une salle se situe sans doute au-dessus. Le grenier, recensé à la suite, est situé près du cellier (penor sallarium). Le rez-de-cour comprend l’aula inférieure et une pièce contiguë où la nourriture (pois ou fèves) est conservée. L’armurerie et la dépense, mentionnées ensuite, se situent sans doute au même étage. Il est en revanche impossible de localiser la « salle vieille », signalée après l’inventaire de la literie.

59Les inventaires de biens signalent également que pour porter les charges on utilise un âne dont on recense le bât ; quant au porc, il constitue la nourriture de base (on dénombre quatre cochons).

3.2.1.3. Datation et conclusion

60Cette forteresse (fortalitium) se caractérise par une vaste enceinte lâche, flanquée de contreforts, sur laquelle se concentrent les éléments de la défense ; les corps de bâtiment s’appuyaient contre l’enceinte et dégageaient sans doute une ou deux cours intérieures. Ce type de plan précède celui des châteaux à plan régulier, munis d’un flanquement rationnel, qui ne s’implantent que lentement au cours du XIIIe et surtout au début du XIVe siècle. Le plan du château de Mison et la régularité des assises des parements permettent de dater cette forteresse dans une fourchette chronologique comprise entre le milieu du XIIIe et le début du XIVe siècle. D’autres éléments permettent de préciser la datation.

61L’adoption de deux types d’accès, rejetés aux deux points opposés, témoigne d’un progrès par rapport aux portes des donjons-tours. Le système des rampes d’accès, au tracé en épingle à cheveux, a été également employé dans d’autres forteresses (Puylaurens, Murols, Foix…). Si la construction d’une tour porte se généralise en France septentrionale dès le milieu du XIIe siècle, elle ne se diffuse dans les régions méridionales que plus tardivement, de 1250 à 1350. La modicité du coût d’édification et la rapidité d’exécution favorisent son développement.

62L’accès oriental de la forteresse de Mison, sorte de barbacane intérieure, s’apparente à l’entrée du château de Puylaurens et, plus encore, à celle du château de Biron percée dans une tour du XIIIe siècle (Gardelles 1972 : 63). Ceci témoignerait d’un temps de construction intermédiaire entre le système de défense de la porte intégrée au château et les ouvrages de protection avancée. Ces derniers apparaissent au XIIIe siècle et se développent dans le courant du XIVe siècle (Fournier 1978 : 149). Conjointement à la lecture des vestiges, le contexte politique rattache la forteresse de Mison à la seconde moitié du XIIIe siècle.

63Après la première mention en 988 (Cart. Cluny, 1784) dont il convient de nuancer l’identification topographique, le castrum de Mison ne réapparaît dans les chartes qu’au début du XIIIe siècle. Le vaste programme architectural du château s’inscrit très nettement dans une politique comtale ; ce château est la cible d’un conflit à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle entre le comte de Provence et le comte de Forcalquier qui l’enlèvent momentanément des mains de la famille des Mison. En 1202, le castrum de Pierre de Mison est confié, avec d’autres castra, par le comte Guillaume IV de Forcalquier à Raymond d’Agoult tant que les luttes existant à Sisteron ne seront pas enrayées ; cette situation dure au moins un an (Benoît 1925 : 29). Le mariage de Gersende de Sabran et d’Alphonse II entraîne l’annexion du comté de Forcalquier par celui de Provence. Malgré cette alliance matrimoniale, Guillaume IV, père de Gersende, multiplie encore les raids contre le comte de Provence jusqu’en 1209, année de son décès.

64La paix rétablie, le castrum doit revenir à Pierre de Mison, mais en 1248 Bertrand de Mévouillon (fils de Pierre) le confie à sa fille Galburge. Cette dernière avait été promise en mariage quelques années plutôt (1239) à Guillaume de Baux, fils de Guillaume d’Orange, dans le château même de Mison et très précisément dans la chambre voûtée de Béatrix, sa mère (AD38, B 3639). Le castrum de Mison relève d’un statut particulier. En effet, il ne fait partie ni de l’hommage effectué par Guillaume de Baux en 1256 au comte de Provence pour ses possessions en Gapençais (AD13, B 352), ni de l’hommage rendu par Galburge au Dauphin en 1283 (AD38, B 3639). Quelle est sa place dans ce nouveau conflit opposant le comte de Provence au Dauphin qui progresse vers le sud (Poindron 1968 : 223) ? Le 29 novembre 1263, Galburge de Mévouillon, une fois veuve, l’aurait vendu à Charles I (Féraud 1861 : 428-429). En 1297, Charles II d’Anjou demande une vaste enquête sur ses biens et droits dont les castra de Mison et d’Antonaves, localité voisine, faisaient partie (AD13, B 1038). Leur possession est confirmée par le comte et Charles I ou Charles II qui sont sans doute les auteurs de la forteresse actuellement conservée.

  • 26 Ce château qui fait également partie des revenus de l’archevêque de Capoue est récupéré, à son décè (...)

65Différentes passations26 ont donné lieu à la rédaction des trois précieux inventaires de mobilier qui donnent une idée de la période de la prospérité ou de la décadence du château. En 1303 et 1333, le mobilier recensé est à peu près identique et le nombre de pièces similaire. L’inventaire de 1333 qui est le plus complet reflète une bonne santé économique de la forteresse. Entre 1333 et 1377, la situation se dégrade. En 1377, seul le mobilier de deux pièces est évalué. Durant la guerre de Cent Ans, la Provence et le Dauphiné s’opposeront et les répercussions ne semblent pas étrangères au déclin de cette forteresse qui est néanmoins occupée jusqu’au XVIIe siècle.

66Les coups de sabre de la courtine orientale, l’ajout d’un glacis entre les deux contreforts de la courtine nord pour préserver le château du travail de sape, les murs de refend doublés témoignent d’un certain nombre de remaniements. Une large fenêtre rectangulaire surmontée d’un arc légèrement surbaissé, percée dans la courtine nord, et les fragments de tuiles vernissées sont datables des XVIe et XVIIe siècles. En 1670, Henri d’Armand possédait « la maison forte et le château de Mison » (AD13, B 800). Dans le deuxième tiers du XVIIe siècle, la famille seigneuriale ne l’habite plus. En 1678, Charles d’Armand, marquis de Mison, de Châteauneuf et d’autres lieux, donne le droit aux habitants du château d’y faire la garde en temps de guerre (ibid.). Cette clause est rappelée dans un dénombrement du 27 mai 1704 (AD13, B 801). Le château n’est plus entretenu et aurait souffert des temps révolutionnaires ; en 1789, un dénombrement fait allusion aux ruines du château de sire Arbaud-Jouque. Un incendie aurait eu lieu, comme semble l’indiquer une couche de charbon de bois, située juste au-dessous du niveau de la toiture effondrée de la barbacane.

67À Mison, plusieurs corps de bâtiments secondaires appuyés contre l’enceinte remplacent le vieux schéma de l’unique tour et de son aula adjacente. Au cours du XIIIe siècle, l’évolution morphologique et sociale du château s’oriente vers une disparition progressive de la disparité entre vie résidentielle et militaire ou, plus exactement, entre éléments de la vie domestique et pièces maîtresses du pouvoir. Elle se marque par le détachement vis-à-vis d’un pôle privilégié (le donjon) et par le regroupement dans une même enceinte des éléments résidentiels et militaires. Cette profonde mutation, amorcée vers 1190-1220 en Angleterre et en France septentrionale, a lieu en Provence dans le courant du XIIIe siècle et se développe dans les Baronnies en deux temps.

68À Mison, le vaste plan horizontal du plateau tabulaire de poudingue se prêtait aisément aux premiers essais de concentration des éléments militaires offensifs et résidentiels. Les organes défensifs ou de flanquement conservés se concentrent près des accès dont la multiplicité et la diversité accusent une nette évolution dans l’art de la poliorcétique. L’enceinte s’adapte encore très nettement au profil de la roche et fait corps avec elle. Cette exploitation judicieuse du relief pallie l’absence ou la rareté des éléments défensifs. En ce sens, l’implantation d’un château sur un éperon barré vertigineux comme à Cornillon-sur-l’Oule s’affiche comme un défi architectural. Le tracé plus ordonné de son enceinte s’inscrit dans le développement des plans des châteaux du XIIIe siècle qui se « régularisent, s’organisent et se concentrent » (Démians d’Archimbaud 1984 : 66).

3.2.2. Le château de Cornillon-sur-l’Oule

3.2.2.1. Présentation

3.2.2.1.1. Situation et présentation du terroir

69À 6 km en amont du confluent de l’Oule et de l’Eygues, la forteresse de Cornillon (canton de Rémuzat) est juchée sur l’extrémité nord d’un éperon qui culmine à 739 m d’altitude et surveille la frontière septentrionale des Baronnies (fig. 70 et 112). Les routes mènent en effet au Diois par La Motte-Chalancon ou par le défilé d’Arnayon. À l’ouest, le château donne au loin sur la large combe de Cornillac qui permet d’accéder, par le col du Faux, à la haute vallée de l’Eygues tout en évitant La Motte-Chalancon, alleu de l’évêque de Die (Estienne 2004c).

Fig. 112 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, vue générale prise du nord-est.

70Dominé par le rocher du Bruchet (1 139 m), alleu et castrum des Montauban, le site de Cornillon, défendu sur trois côtés par de profonds ravins drainés par l’Oule et de petits affluents, n'est accessible que par l’est, par un chemin qui part du cimetière de l’actuel village situé en plaine (fig. 113 et 114).

Fig. 113 - Cornillon-sur-l’Oule, situation du castrum et occupation du terroir.

Fig. 114 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, vue générale prise du sud-est.

Castrum et terroirs (fig. 113)
Véritablement né de la roche, le vertigineux château de Cornillon s’adapte parfaitement à l’arête rocheuse dont il constitue la terminaison nord-ouest. Le château doit sans doute son nom à cette excroissance rocheuse de la montagne en forme de corne, à moins qu’il n’évoque le souvenir d’un haut personnage de l’époque gallo-romaine, Cornellius, comme le village voisin de Cornillac.
À 250 m au sud-ouest à vol d’oiseau du château de Cornillon, un ramassage de surface a révélé la présence de tegulae sur la rive droite de l’Oule, sur un coteau situé au pied de la montagne de la Chaume, comprise entre le rocher du Bruchet et le plateau de Saint-Laurent ; ce quartier est séparé de ces reliefs par le ruisseau et le ravin de Saint-May. La montagne de la Chaume est dominée au nord par le mont Saint-Clément, situé en position de vis-à-vis avec la forteresse implantée sur l’autre rive. Saint-Clément est identifiée à l’église du Bruchet (ecclesia Brussiaco), mentionnée dès 1142 comme possession de l’abbaye de l’Île-Barbe, implantée dans toute la vallée de l’Oule. En 1183, cette abbaye possède dans cette localité les églises de Saint-Véran et de Saint-Michel ; un hagiotoponyme témoigne encore de l’emplacement de Saint-Véran, au sud de la montagne de la Chaume ; Saint-Michel correspond à l’église paroissiale, située au sud-est et en contrebas de l’assise rocheuse de la forteresse de Cornillon.
La multitude d’églises dans ce quartier semble être en étroite corrélation avec la proximité de l’abbaye de Saint-May, monastère créé aux Ve -VIe siècles (d’après le récit de la vie de son fondateur Marius). L’abbaye de l’Île-Barbe aurait en grande partie hérité de ce premier réseau monastique. Légèrement en aval, dans la commune voisine de Rémuzat, une zone funéraire implantée sur un site antique existait près de l’église Saint-Auban citée dès le XIe, voire dès le milieu du IXe siècle (liste des taxes synodales du petit diocèse de Sisteron). Sur l’autre rive, dans la commune de Cornillac, la source Saint-Martin porte le vocable d’une cella, dépendance de l’abbaye Saint-Victor en 1113 (Cart. Saint-Victor, 848) et mentionnée comme église paroissiale en 1135 (Cart. Saint-Victor, 844). Ce lieu-dit domine légèrement le quartier de la Donne dont le nom rappelle l’église Sainte-Marie de Buriensis, autre possession de l’abbaye de l’Île-Barbe, en 1183 (BMG, R 7906, 665).
Le château de Cornillon s’implantait dans un territoire précocement colonisé, favorisé par une zone de carrefour et par la proximité de l’abbaye de Saint-May. Cette zone stratégique au contact des évêchés de Die, de Gap et du petit diocèse de Sisteron, se situait également, aux XIIe et XIIIe siècles, sur la frontière d’un vaste domaine laïque, placé cependant sous l’autorité de l’abbé de l’Île-Barbe.

3.2.2.1.2. Plan général du château (fig. 115)

71Le plan général du château est un triangle rectangle dont le sommet est comme prolongé par l’éperon. Ses dimensions sont de 44 x 30 x 51 m. Au nord, deux courtines de 16 et 14 m dessinent un léger décrochement et composent la base. Deux tronçons de murs constituent également le mur sud-est du château. Les décrochements dessinés par l’enceinte permettent à l’édifice de s’adapter au rocher et n’exposent la forteresse que sur de faibles longueurs. L’extrémité sud du château (soit le sommet du triangle) se confond en quelque sorte avec l’arête rocheuse. L’enceinte enserrant la plate-forme sommitale de l’éperon est flanquée de tours circulaires, aux angles nord-est et nord-ouest. À l’ouest, il est possible de longer la forteresse sur une petite bande de terre large de 4 m, délimitée par le ravin. Au nord-ouest, la plate-forme de l’éperon est prolongée par deux replats étagés, de petites dimensions (3 x 4 m), et séparée par des affleurements de strates rocheuses. Au nord-est, un petit glacis rocheux au pendage nord-sud, donnant sur un à-pic vertigineux, protège une poterne.

Fig. 115 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, plan général.

72L’entrée principale s’effectue au sud, là où la pente de la montagne au profil plus doux présente une succession de terrasses qui sont contrebutées par des murs en pierres sèches dans la partie inférieure de la pente, puis maçonnées dans la partie supérieure. La terrasse supérieure, plus large, est délimitée au nord-est par un mur d’enceinte est-ouest, édifié dans le sens de la pente qui vient se raccorder à l’assise rocheuse du château. Elle délimitait sans doute le bourg fortifié attenant. En vis-à-vis, à l’extrémité sud, un portail dont seul un piédroit est conservé s’ouvrait sur une série de rampes d’accès, au profil en épingle à cheveux, desservant la porte du château.

3.2.2.2. Les éléments défensifs

3.2.2.2.1. Les accès

73La situation vertigineuse du site, le large contournement de l’édifice par le sud-est qui expose l’assaillant sur une vingtaine de mètres et le tracé des rampes concourent à la bonne défense de la forteresse. Le percement d’une poterne dans la courtine nord du château permettait également une circulation au nord-ouest de la forteresse.

L’accès principal

74Au sud, à plus de 15 m à vol d’oiseau du château, un mur orienté nord-sud, de plus de 30 m de longueur et conservé sur 2 m de haut, barre l’accès direct à la forteresse. L’extrémité sud de ce mur est le seul élément conservé de la porte d’accès (embrasure orientale). Dans cette partie, le parement de moellons calcaires bien assisés est plus soigné qu’ailleurs (la dimension des moellons oscille entre 0,06 x 0,20 m et 0,54 m x 0,70). Un trou d’encastrement de barre de 0,23 x 0,15 m est le dernier témoin du mode de fermeture de cette porte.

75Les trois rampes sont délimitées par des murs peu épais aujourd’hui arasés. La première est composée de trois tronçons de murs qui s’adaptent au relief. L’espace délimité par le premier tronçon, compris entre le mur et l’éperon saillant, est très large (12 m) ; à 20 m au nord de la porte, ce mur dessine une légère courbe, afin de rattraper le deuxième tronçon. La rampe comprise désormais entre deux murs se rétrécit très nettement ; de 3,40 m de large, elle est délimitée à l’est par un premier mur de 8 m de long et par un second de 11 m qui se raccorde au décrochement que dessine la courtine sud-est du château. La troisième rampe orientée nord-est/sud-ouest est délimitée à l’ouest par la courtine sud-est du château et au sud par deux tronçons de mur (de 2,90 m et de plus de 6,40 m) ; ces derniers sont construits seulement à 1,52 m au sud de la porte du château. La porte est percée à 3 m d’un important affleurement rocheux contre lequel le mur extérieur de la dernière rampe vient s’appuyer. Ce mur d’1,18 m d’épaisseur est nettement plus large que les autres murs délimitant la rampe (0,70 m) ; il est également un peu plus épais que la courtine sud-est du château (1,10 m) dont il constitue un élément de défense avancée.

76La porte à arc surbaissé (l. 2 m, H. 1,70 m) n’a conservé que son piédroit sud, composé de sept pierres de taille ; il ne subsiste qu’un seul claveau au profil plus large que long. La fermeture de la porte s’opérait par une barre de section rectangulaire, mais seules les deux rainures d’encastrement percées dans les parois de l’embrasure sont là pour en témoigner. D’une section de 0,20 m, elles adoptent une profondeur de 0,80 m au nord et d’1,20 m au sud. La porte bien intégrée dans la construction est surmontée, 2 m plus haut, d’un chapiteau aux trois faces lisses, très similaire aux chapiteaux consoles visibles dans une des salles du château. Il semble avoir été remployé pour supporter une superstructure destinée à défendre la porte. Les parties hautes du mur n’étant pas conservées, sa fonction reste difficile à interpréter. À l’opposé, une seconde porte dérobée permettait de s’échapper en cas de siège et desservait la partie nord-ouest de l’éperon.

La poterne nord

77La courtine nord (l. 3,40 m, H. 4,50 m) présente en son centre une large brèche. Elle est percée à 6,40 m de l’angle nord-ouest du château, au point de jonction des deux tronçons composant la courtine nord. Elle donne sur un glacis rocheux qui forme une étroite plate-forme de 2,50 m large, à l’aplomb de la falaise. Un étroit cheminement longe cette courtine au nord et permet de contourner le château par le nord-ouest.

78Cette circulation est battue par deux meurtrières, l’une percée dans la courtine ouest et l’autre dans une tour de flanquement édifiée à 6 m à l’ouest de cette brèche. La concentration des éléments offensifs à proximité de cette brèche et l’assemblage au sol de pierres plates sur 1,30 m de longueur, faisant sans doute office de seuil, permettent d’envisager la présence d’une porte à son emplacement. L’encadrement de la baie a cependant disparu. Cette porte donnait au nord-ouest sur un sentier très abrupt qui rejoignait en contrebas le quartier du Pas-des-Ondes où sort une source pétrifiante.

3.2.2.2.2. Les courtines et flanquements

Les courtines

79Conservée sur 3 à 10 m de hauteur, la courtine est construite en moellons de calcaire gris, soigneusement équarris et disposés en assises régulières (0,20 x 0,30 m, 0,20 x 0,10 m). Les jonctions des courtines sont renforcées par des chaînages d’angle composés de pierres de taille (0,50 x 0,40 m, 0,20 x 0,30 m). Un mortier blanc à grain fin très compact a été employé pour une grande partie de la construction.

80L’épaisseur de l’enceinte oscille entre 0,90 et 1,10 m d’épaisseur. Elle est pratiquement aveugle et n’est percée que d’une seule meurtrière (courtine ouest, rez-de-cour) et d’une bouche à feu (aménagée postérieurement, au second étage dans la courtine nord). Les organes de défenses se concentrent désormais dans les flanquements. L’enceinte est flanquée d’une tour à ses trois extrémités. De plan rectangulaire au sud et circulaire au nord-ouest et nord-est, elles sont édifiées selon un mode de construction identique à celui des courtines.

La tour nord-ouest

81La tour nord-ouest (fig. 116) ouverte à la gorge aux étages et en trois quarts hors œuvre a un diamètre de 5,70 m. Ses murs ont une épaisseur d’1,10 m. Elle abritait au moins un rez-de-cour et deux étages. Une brèche importante, visible dans le mur fermant la tour à la gorge au rez-de-cour, correspondait peut-être à une porte.

Fig. 116 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, développé des élévations des murs nord-ouest, nord et nord-est.

82Le rez-de-cour d’une hauteur d’au moins 2,50 m (car partiellement comblé par des matériaux de construction) était voûté d’une calotte semi-sphérique composée de moellons de tuf. Cet étage est aveugle et la base de la tour construite sur le rocher était sans doute pleine. Le premier étage, de 4 m d’élévation, était planchéié. Les parois de cet étage sont percées de trois meurtrières qui battaient les abords du château au sud-ouest, à l’ouest et au nord. Ces fentes de tir, longues, étroites et construites avec des moellons de tuf, sont ébrasées et voûtées. L’allège dessine un léger pendage. La terminaison supérieure de la fente s’effectue à l’intérieur par une pierre calcaire légèrement concave qui est en saillie par rapport au couvrement de l’embrasure. Le second étage est planchéié ; les parois présentent des reprises enduites de gypse rose et sont percées de deux bouches à feu à ébrasement interne et à terminaison externe circulaire. Le couvrement de leur embrasure dessine un léger pendage.

83Cette tour a été fermée à la gorge en un second temps. Le mur conservé au rez-de-cour, et dans la partie inférieure du premier étage, et qui obture la gorge, s’appuie contre le parement interne de la courtine nord. Au premier, il masque en partie une pierre de taille qui appartenait à une baie ou à un chaînage.

La tour nord-est

84Cette tour de 5,40 m de diamètre, aux murs d’une épaisseur d’1,10 m, est édifiée dans le prolongement d’une pièce au plan rectangulaire (fig. 115 et 116). La tour abrite encore deux étages. Le rez-de-cour est voûté d’un cul-de-four au profil irrégulier et monté en moellons de tuf. Cet étage est en grande partie comblé par des éboulis. Un jour rectangulaire de 0,40 m de long et de 0,17 m de large comporte un encadrement de pierres de taille en calcaire gris. Le couvrement de l’embrasure interne est édifié en moellons de tuf. Le premier étage était planchéié. Les parements est et sud ont été en grande partie remaniés. Un coup de sabre délimite une zone soigneusement appareillée d’une autre partie enduite de gypse rose. Il est dans le prolongement du piédroit nord-ouest d’une fenêtre qui a été également reprise. Au même étage, le mur sud de la pièce rectangulaire adjacente est percé de deux bouches à feu. L’orifice externe est délimité par des pierres de taille de grès albien. L’embrasure interne en moellons de tuf est voûtée.

La tour sud

85Ce flanquement prolongé par l’arête rocheuse de l’éperon constitue la terminaison sud du château. Il s’agit d’une pièce rectangulaire édifiée sur le rocher, aux murs très épais (1,70 m). Cette pièce aveugle est voûtée en berceau semi-brisé. Le mur ouest est édifié dans le prolongement de la courtine occidentale. Partiellement comblée, la salle revêt des dimensions de 7 x 5,50 m et une hauteur de 2,40 m. Sa fonction reste énigmatique. Construite sur la largeur de l’éperon rocheux, elle adopte une position semblable aux citernes des donjons de Rougiers et de Montségur (Démians d’Archimbaud 1980 : 114-115). Néanmoins, aucune trace d’enduit d’étanchéité n’est visible et une citerne creusée au centre de la cour (voir infra) permet également de douter de cette destination.

3.2.2.3. L’espace résidentiel : trois corps de bâtiments

86L’espace résidentiel est très mal conservé. Quelques tronçons de murs et les négatifs de planchers ou les ressauts de maçonnerie séparant les étages témoignent encore de leur répartition. Trois corps de bâtiment s’appuyaient contre les courtines ouest, nord et est de l’enceinte, dégageant au centre une cour intérieure.

3.2.2.3.1. Le corps de bâtiment occidental

87Le corps de bâtiment occidental, implanté à 6,10 m de la courtine nord s’appuie contre la courtine ouest. De 16 m de long, il adoptait une largeur de plus de 7 m. Ses murs nord et sud sont arasés et conservés respectivement sur 0,90 m et 7 m de longueur. Le mur nord a une épaisseur de 0,80 m et seul le parement interne du mur sud est encore visible. Une unique meurtrière est percée dans la courtine ouest de cette pièce ; elle se situe seulement à 5 cm au sud du mur nord de la pièce. Elle est orientée en direction de la tour nord-ouest. Ses piédroits sont en pierre de taille calcaire. Des baies devaient s’ouvrir dans le mur oriental qui a entièrement disparu.

3.2.2.3.2. Le corps de bâtiment septentrional

88Le corps de bâtiment septentrional est seulement attesté par des niveaux de planchers lisibles sur l’élévation interne du mur nord et du mur fermant la tour nord-ouest à la gorge. Ce vaste corps de bâtiment (L. 16,60 m x l. 6 m) était divisé en trois parties : les espaces 1 et 2 comportaient un rez-de-cour planchéié d’une élévation identique alors que l’espace 3, flanqué de la tour nord-est, était voûté et adoptait une élévation plus importante (fig. 116).

89Les étages supérieurs ont été repris postérieurement comme l’indique un parement peu soigné et partiellement enduit de gypse rose à joints débordants. Une coursive devait s’appuyer sur un ressaut de maçonnerie visible à 2,40 m au-dessus du niveau de poutres du rez-de-cour. À quelques centimètres au-dessus, une bouche à feu a été ouverte à 9 m de l’angle nord-ouest du château. En raison de la reprise tardive des niveaux supérieurs et de la nudité des murs aveugles, animés seulement de trous de boulins, suit une description plus précise du rez-de-cour qui a subi également un certain nombre de transformations.

L’espace 1

90À 8,20 m de l’angle nord-ouest du château, un mur totalement arasé affleurant à la surface du sol et perpendiculaire à la courtine nord délimite la pièce la plus orientale (pièce I) ; il s’appuie contre la légère courbe que dessine la courtine nord. Le mur nord de cette pièce est percé de la large brèche, précédemment décrite, qui correspondait sans doute à une poterne. De part et d’autre de cette dernière, des traces d’arrachement sont actuellement difficiles à interpréter. L’arrachement le plus oriental est dans l’axe de la limite orientale du mur arasé. Cette symétrie par rapport à la brèche et cet alignement avec le mur oriental de la pièce laissent penser qu’une relation étroite existait entre ces arrachements et la brèche (poterne ?). En effet, les trous de poutre délimitant l’élévation du rez-de-cour ne débutent qu’à partir de l’arrachement visible à l’ouest de la brèche, soit à 2,50 m de la courtine occidentale.

91À l’opposé, le mur fermant la tour à la gorge présente un changement de niveau de plancher. Quatre trous de poutre, implantés à 2,90 m au-dessus du niveau du sol actuel, correspondent au niveau des trous d’ancrage de poutres du mur nord. Trois des trous de poutre ont été bouchés postérieurement par un moellon dont la face de parement, légèrement en retrait par rapport au parement du mur, témoigne d’une modification de niveau. En effet, à 0,96 m plus bas, l’on note la présence de six trous de poutre plus rapprochés. Le revêtement d’enduit qui couvre le parement du premier niveau de poutres jusqu’à la partie inférieure du deuxième niveau est contemporain de l’aménagement du niveau de poutres supérieur. Le changement de hauteur du plafond du rez-de-cour, dans cette extrémité occidentale du château, est sans doute à mettre en corrélation avec les modifications lisibles sur le mur nord, à proximité de l’angle nord-ouest.

92Une console en pierre calcaire de 0,35 x 0,25 m a été encastrée dans le parement interne de la courtine nord, contre le mur fermant la tour à la gorge. Elle est située au-dessus du niveau de poutres du rez-de-cour. Sous cette console, un trou rectangulaire de 0,40 m de section a été bouché par de petites pierres. Au-dessus, deux moellons de tuf superposés reposent sur la console et sont surmontés d’un assemblage de petites pierres qui ferme un trou rectangulaire d’une section identique au trou de poutre bouché (0,40 m). Ces remaniements sont difficiles à interpréter, car ils se situent au contact du mur venu fermer la tour à la gorge ; ce dernier occulte la liaison entre cet aménagement et les quatre pierres de taille qui composent un piédroit, visible sur le parement interne de la tour. Les deux moellons en tuf, matériau employé dans les couvrements de la forteresse, suggèrent le départ d’un arc au-dessus de la console. Ils ne sont cependant pas en porte-à-faux et aucune trace d’arrachement de voûte n’est lisible sur la petite portion de mur fermant la tour à la gorge. Néanmoins, l’introduction d’une voûte ou plus raisonnablement d’une surélévation du plafond, reposant sur des arcs diaphragmes, aurait pu expliquer le rabaissement du niveau de poutres du rez-de-cour, lisible sur le mur ouest. En effet, il aurait été alors possible de diviser en hauteur ce vaste volume. Au castellas de Roquemartine, à Eyguières (Bouches-du-Rhône), l’une des salles du château comportait à « l’origine un plancher supporté par trois arcs diaphragmes » (Nibodeau 1990 : 185).

93Il faut noter également, dans la courtine nord, la présence de trois consoles de plus petites dimensions bien intégrées dans la construction primitive, à 1 m au-dessus du niveau de plafond. Ces consoles de plus petites dimensions dont les extrémités ont un profil en forme de crochet supportaient une poutre. Ont-elles soutenu une superstructure qui protégeait la porte ou constituaient-elles des supports pour l’échafaudage ? Les trous de boulin sont en effet plus nombreux dans la partie inférieure du parement. Des sondages archéologiques permettraient d’avancer dans l’étude.

L’espace 2

94Cette pièce de 7,20 m de longueur dont le mur sud a disparu s’étendait du mur arasé situé à l’est de la brèche jusqu’à un autre mur conservé sur 1,25 m d’élévation et la sépare de l’espace 3. L’entraxe, plus important entre les deux trous de poutre répartis de part et d’autre du mur arasé, permet d’envisager que les pièces I et III furent conçues en même temps. Six trous de poutre sur dix sont bien conservés. La base des autres est seulement perceptible.

L’espace 3

95Cet espace sera divisé en trois éléments A, B, C, afin d’en faciliter la description (fig. 117). La zone A correspond à une pièce rectangulaire délimitée à l’ouest par le mur qui sépare cet espace 3 de l’espace 2 ; elle est prolongée à l’ouest par la tour de flanquement nord-est. La zone B correspond à la tour de flanquement semi-circulaire, prolongée à l’ouest par un espace rectangulaire, adjacent à la zone A. La zone C concerne le parement sud du mur méridional de la zone B.

96La zone A : le parement interne du mur nord présente au rez-de-cour un appareil de petit moellons de 0,10 x 0,15 m et de 0,15 x 0,22 m régulièrement assisés ; il est délimité en hauteur par une assise de moellons calcaires marno-schisteux légèrement inclinés vers le sol. Cette dernière recevait la retombée d’une voûte, comme le souligne l’arrachement sur deux assises, au-dessus du cordon. Le mur sud de cette pièce a été arasé. Conservé sur seulement 0,70 m de longueur, il est également construit en petits moellons. Le mur ouest qui sépare les espaces 1 et 2 (pièces I et II), lié à la courtine nord, a été doublé à l’intérieur par une rangée de moellons de 0,30 m de large.

97La zone B : les parements des murs sont construits en moellons calcaires, comme l’ensemble des parements des courtines du château.

  • La partie rectangulaire de la zone B : elle est adjacente à la zone A. À son contact, les murs nord et sud se terminent par deux pilastres (non saillants par rapport au parement) qui supportent la retombée d’un arc dont seuls deux claveaux subsistent de part et d’autre ; ils sont reliés au mur sud par un court tronçon. Le mur sud de la zone A, conservé sur seulement 0,70 m, s’y appuie. L’ensemble est construit avec des pierres de taille en calcaire marno-schisteux.

  • La partie semi-circulaire : une abside. La terminaison orientale de cette zone dessine un demi-cercle de 2 m de rayon. Cette abside couverte d’un cul-de-four, qui est monté de moellons taillés dans le tuf et qui est partiellement en ruine, se prolongeait à l’ouest par un berceau plein cintre couvrant la partie rectangulaire de cette zone B. L’abside est percée à l’est d’une baie rectangulaire aux allures de canonnière (L. 0,40 m, H. 0,14 m ; fig. 114). Ses piédroits sont en pierre de taille calcaire. Au sud de cette baie, une large brèche est visible sur 1,80 m de longueur. Le mur a été sans doute fragilisé par des remaniements opérés dans cette partie au contact de l’abside et du mur sud. Un collage est très nettement visible dans l’épaisseur du blocage du mur sud, à 3,60 m à l’est du départ de l’arc précédemment décrit. Au revers, la jonction de l’abside et du mur méridional est maladroite (fig. 117) ; elle s’effectue par l’intermédiaire d’un moellon, légèrement en ressaut par rapport au parement de l’abside. La face orientale de ce moellon délimite un coup de sabre. À 1,80 m plus à l’est, un second coup de sabre est également lisible. L’espace compris entre ces derniers a été bouché en un second temps avec des moellons de taille moyenne plus soigneusement assisés. S’agit-il du négatif d’une baie ou de l’arrachement d’un mur ? Il semblerait que ce négatif corresponde au raccord d’une première courtine en retrait d’1,40 m plus à l’ouest par rapport à l’actuelle. Cet aménagement est en effet antérieur à la construction du corps de bâtiment oriental adjacent. La voûte qui couvrait le rez-de-cour de ce dernier s’appuyait contre ce négatif.

98La zone C (fig. 117) : le mur sud de cet espace 3 est, comme on l’a vu, composé de deux tronçons de murs appartenant pour l’un à la zone A, pour l’autre à la zone B. Si le premier n’est conservé que sur 1,20 m de hauteur, le second a gardé une élévation de 7 m. Ils adoptent du côté méridional une longueur respective d’1,40 m et de 4,20 m.

Fig. 117 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, plan et élévation du mur C commun à la chapelle castrale et à l’aula.

99Le mur sud de la zone A est ancré sur un important chicot rocheux. Le mur de la zone B habille la roche dans sa partie inférieure. Une chaîne de pierres de taille calcaires constitue l’angle sud-ouest du mur de la portion B, au contact du mur de la zone A ; il elle marque très nettement la rupture entre ces deux tronçons de mur dont le parement sud adopte le même type de construction (appareil de moellons bien assisés).

Interprétation des données

100Le plan de la pièce rectangulaire I, à l’origine voûtée et flanquée d’une abside orientée couverte d’un cul-de-four, évoque la présence d’une chapelle castrale. Elle rappelle le plan de la tour Saint-Blaise d’Hyères où quatre niveaux adoptent le plan « d’une vaste salle rectangulaire prolongée par une abside légèrement en retrait » (Vecchione 1990). Il n’est pas rare que la chapelle fasse partie de la fortification ; elle a été parfois intégrée en un second temps dans le dispositif défensif, comme à Rougiers où la chapelle castrale a été englobée dans une tour à éperon.

101Le parement interne des murs nord et sud qui délimitent la zone A sont contemporains. Tous deux sont construits en petits moellons. Leurs parements extérieurs sont, en revanche, construits avec des moellons de taille moyenne comme l’ensemble de la construction. Les parements externes en moyen appareil donnent l’impression d’un seul et même temps de construction. En revanche, la différence des appareils des parements internes et externes de la partie A et celle des parements internes des parties A et B permettent de distinguer deux temps de construction. Enfin, un mortier rose employé dans les parties remaniées du château recouvre les parements sud des deux tronçons composant le mur méridional. La différence de parement entre les murs intérieurs et extérieurs de la zone A (nef ?) laisse penser que cette partie a été enchemisée par les murs du château. À cette occasion, l’abside aurait été reconstruite et intégrée à la tour nord-est. En effet, l’arc-doubleau situé à la jonction des parties A et B fait partie intégrante de la construction de la première partie.

102Dans la tour à bossages de Cannes (XIIIe siècle), la chapelle castrale a été remployée en tour de flanquement (Salch 1977). La deuxième enceinte du château d’Essertine est « venue habiller la tour au nord-ouest et constituer sa paroi occidentale » (Darnas 1994 : 64).

103Le rez-de-cour de la tour a pu garder cette vocation de chapelle, la gorge étant seulement fermée à l’étage. En 1183, une chapelle Saint-Jean fait partie, à Cornillon, des possessions de l’abbaye de l’Île-Barbe qui possède la seigneurie majeure de ce fief. Mais cette chapelle mentionnée aux côtés de l’église Saint-Michel, située au pied de la montagne où est juché le château, est une simple capella ; aucune allusion n’est faite à une capella castri. La tradition orale rapporte que le versant rocheux de l’éperon portait l’hagionyme Saint-Jean. Une terre au quartier « Saint-Jean, confrontant l’Oule à l’ouest » se situait, par conséquent, sur la rive gauche de la rivière. La chapelle aurait-elle préexisté à la forteresse, comme cela semble être le cas au Castellas de Saint-Victor par exemple ?

104La pérennité de la chapelle castrale au rez-de-cour de la tour nord-est est corroborée par l’abside du chœur et par la présence du mur de clôture occidentale ; le mur sud dessine en effet un retour vers le nord, au droit du chaînage d’angle, jusqu’au piédroit de l’arc triomphal (zone B) qui jouait également le rôle d’arc de décharge. Aux étages, le mur fermant la tour à la gorge a disparu. Son négatif est cependant très nettement lisible sur le parement interne du mur nord : un coup de sabre, situé au droit du départ de l’arc, témoigne en effet de sa présence initiale. L’arc et le mur fermant la tour à la gorge aux étages étant détruits, l’arrachement de ce dernier est masqué, en un second temps, par la reprise du parement ; à cette occasion, la fenêtre percée au premier étage a été modifiée. Cette reprise est contemporaine du percement de deux bouches à feu dans le mur sud de la zone B. Le mur méridional qui délimitait, au nord, les zones A et B donnait, au sud, sur un vaste corps de bâtiment qui n’abritait qu’un niveau, comme l’indique le percement des précédentes bouches à feu.

3.2.2.3.3. Le corps de bâtiment oriental : l’aula

105De 11,50 x 5,50 m, ce corps de bâtiment de plan rectangulaire (pièce II) s’appuie à l’est contre la courtine orientale du château. Son mur sud qui a disparu devait se situer dans le prolongement de l’angle que dessine en ce point la courtine. Cette pièce était voûtée en berceau plein cintre. Un arrachement de la voûte est très nettement lisible sur les deux tronçons du mur nord de cette pièce (mur sud des zones A et B, espace 3). Plusieurs claveaux conservés de la voûte reposent sur un important chicot rocheux qui sert également d’assise au mur sud de la zone A ; ces claveaux s’appuient contre les pierres de taille de la chaîne d’angle à la jonction des zones A et B. Un négatif de gypse rose permet de lire l’arrachement de l’arc sur toute la largeur du mur. La voûte était soutenue par des arcs-doubleaux retombant sur des chapiteaux consoles (fig. 118) ; deux ont été bûchés et un troisième est sans doute recouvert par le comblement de la pièce (à moins qu’il n’ait été remployé au-dessus de la porte d’accès). Seul le chapiteau nord-ouest est bien conservé. Ses trois faces sont lisses. L’entraxe des chapiteaux est de 3,30 m. Le mur ouest de cette pièce, large d’1,10 à 1,40 m, est construit en moellons, comme la majeure partie de la construction. Il débute à 3,50 m de la chapelle et s’interrompt 2,50 m plus loin, sur une longueur de 2,10 m. Le dernier tronçon est conservé sur 2,30 m de longueur. La brèche médiane correspondait peut-être à l’emplacement d’une porte, ce corps de bâtiment n’étant accessible que depuis la cour. L’extrémité nord du tronçon le plus septentrional présente un ébrasement dont le jour externe a une largeur de 0,15 m. Cette pièce constitue le seul élément résidentiel bien conservé. Ces trois corps de bâtiment, appuyés contre l’enceinte du château, dégageaient une cour intérieure dont la superficie est difficile à évaluer, en raison de la disparition des murs intérieurs des corps de bâtiment occidentaux et septentrionaux.

Fig. 118 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, chapiteau-console de l’aula.

106Le creusement d’une citerne ou d’une glacière, pratiquement au centre de la cour, permet d’évaluer l’extension maximale des corps de bâtiment. Cette citerne de 2,50 m de diamètre était voûtée d’une calotte semi-sphérique dont il ne subsiste que le départ de la voûte faite de moellons taillés dans le tuf. Elle est partiellement comblée de matériaux de construction. À une centaine de mètres en contrebas et à l’ouest du château, une source calcaire laisse un important dépôt de tuf qui a pu être exploité pour la construction des couvrements du château.

3.2.2.4. Datation

107Tout en s’adaptant à la topographie du site, cette construction tente d’intégrer, de façon audacieuse, tous les éléments novateurs du château gothique. L’épaisseur conséquente des murs, la régularité des assises et le soin apporté aux chaînages perpétuent la technique de construction de l’âge roman. En revanche, le tracé relativement symétrique de l’enceinte, malgré un relief accidenté, la concentration des organes offensifs dans les flanquements, l’adoption de tours circulaires de faible diamètre, la multiplication des corps de bâtiment résidentiels et le dégagement d’une cour intérieure rattachent cette construction aux plans des châteaux édifiés à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. Ce type de plan, né en France septentrionale en 1190-1220, relevait de l’imitation d’œuvres étrangères. « Les corps d’ingénieurs royaux, connus dès la fin du XIIe siècle en Angleterre et pressentis dans l’entourage du jeune roi français » (Dieltrens 1983 ; Démians d’Archimbaud 1984 : 67-68) ont permis de développer à nouveau ce type de château à plan concentré et de plus en plus régulier qui avait de grandes affinités avec « les forteresses galloises et les résidences palatiales de Frédéric II d’Hohenstaufen et des comtes de Savoie » (Gardelles 1972 : 71 ; Bois et al. 1994). Les provençaux purent s’inspirer des forteresses de Frédéric II durant la conquête angevine ; ces dernières se multiplient dès les années 1230-1240 en Italie du sud, mais aussi en Toscane (Villard 1957 : 118). Ces nouveaux principes de construction ne se répandent cependant que lentement dans le sud de la France au cours du XIIIe siècle. Ce type de château ne s’est développé dans le Sud-Ouest qu’à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles, dans les constructions de grands commanditaires (Clément V et les membres de son lignage). La première moitié du XIVe siècle s’inspire du siècle précédent et est le prolongement de ce vaste mouvement de construction (Ritter 1953 : 181).

108La première mention du castrum de Cornillon remonte à 1268 (AD38, B 3644 ; RD, t. II, 10620), date de l’hommage d’Isoard de Chalancon prêté à Raymond de Mévouillon, lui-même vassal de l’abbé de l’Île-Barbe pour ce fief dès 1242 (Cart. Île-Barbe, 1924 : 34, 234 ; RD, t. II, 7926). La forteresse qui aurait succédé à la chapelle, rapidement concurrencée par l’église Saint-Michel (située au pied de la montagne), a pu être édifiée entre ces deux dates. En effet, la mainmise progressive du comte de Provence sur la vallée de l’Oule, dès milieu du XIIIe siècle, n’est sans doute pas étrangère à l’ampleur du programme architectural pour cette région montagneuse dominée par de petites seigneuries rurales. En 1262, Cornillon est très certainement compris dans le renouvellement de l’inféodation des possessions, effectué par les syndics du monastère de l’Île-Barbe au comte de Provence (droits de juridiction, de haute et basse justice) ; ces biens se situaient dans les diocèses d’Embrun, de Gap, de Sisteron et de Die (RD, t. II, 777 ; Poindron 1968 : 226, note 139). Malgré la sentence de l’archevêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, stipulant que l’abbé a droit de regard sur tout ce que Raymond de Mévouillon peut acquérir dans ce castrum (Cart. Île-Barbe, 18), ce dernier vend, le 30 novembre 1302, ce fortalitium au Dauphin (AD38, B 3666 ; RD, t. III, 16092). Après de nombreux démêlés et devant la réprobation du comte de Provence, il promet à Richard de Gambatesa, sénéchal de Provence, au nom du roi de Sicile que le Dauphin renonce à cette acquisition (AD13, B 1397 ; AD38, B 3667 ; RD, t. III, 16723). Le 5 novembre 1305, Raymond de Mévouillon cède le castrum à la cour royale de Provence au même prix, soit 7 000 livres (AD38, B 3666 ; RD, t. III, 16092, 16096). En 1318, le château est inféodé par la reine Jeanne à Raymond d’Agoult, seigneur de Sault et sénéchal (AD38, B 3666 ; RD, t. III, 16092), et il devient le chef-lieu de la viguerie et de la claverie du val d’Oule dont les comptes sont régulièrement rendus de 1319 à 1344-1345. Ces comptes font référence à un certain nombre de réparations, effectuées au château au XIVe siècle, mais qui ne sont malheureusement pas détaillées.

109Ce château est occupé pendant plusieurs siècles. Par acte de mariage, une branche cadette des Mévouillon le récupère au début du XVIe siècle. Puis devenu place forte protestante, il abrite quatre gardes installés par René de La Tour de Gouvernet, chef huguenot, en 1577. En 1630, la forteresse est tenue par Antoine-Charles qui y réside (Van Damme 1968). Un texte malheureusement non daté, mais largement postérieur à 1538, indique que le château est détruit. Le chanoine Van Damme qui a pu consulter le texte date celui-ci du milieu du XVIIe siècle et rattache la destruction au démantèlement opéré par Richelieu en 1630. Aucun document n’y fait cependant clairement allusion, à l’inverse de ce que l’on peut trouver concernant d’autres châteaux qui ont été entièrement démontés sur ordre du cardinal (ibid.). En 1653, le château n’est plus habité ; Françoise Mirabel-Gouvernet, épouse de Pierre de La Tour de Gouvernet, marquis de la Charce et baron de Cornillon, vend le bois que les habitants de Cornillon donnaient pour la garde du château ; cette redevance, vieille de plus de deux siècles, n’ayant plus lieu d’être semble confirmer l’abandon de la forteresse entre 1630 et 1653. En 1750, l’état des biens du marquis de la Charce précise « qu’il n’y possédait aucun bien fonds ni bâtiment (valable) ». Les tuiles de la forteresse auraient été récupérées pour son château voisin de la Charce. À la Révolution, la forteresse se résume à « une ruine avec garenne attenante ».

110Le château de Cornillon, successivement chef-lieu de châtellenie, chef-lieu de la viguerie et de la claverie du val d’Oule, place forte protestante, représentait une des forteresses majeures des Baronnies. Il est, dans cette région, l’un des derniers exemples des programmes architecturaux de grande ampleur. Ayant échappé au démantèlement opéré par Richelieu puisqu’il n’a pas été rasé, il témoigne d’une architecture sans doute importée par la cour du comte de Provence et non conçue par les seigneuries locales. La répartition de vastes pièces résidentielles enserrant une cour intérieure rappelle la distribution du château de Roquemartine (Eyguières) qui est reconstruit, après destruction, en 1222 par les armées du comte de Provence, Raymond Bérenger ; les flanquements du château de Rougiers, datés de la première moitié du XIIIe siècle, ressemblent de très près à la tour nord-ouest du château de Cornillon. Le vaste mouvement de fortifications baussenques qui débute à partir de 1206 favorise la diffusion de modèles de construction au XIIIe siècle ; les entités territoriales plus ou moins voisines ont pu en effet s’en inspirer. Toutefois, le donjon édifié au centre de la cour ou sur l’enceinte est absent.

  • 27 BSEHA, Gap, 1987, p.1-12.

111Les affinités architecturales du château de Cornillon avec certaines forteresses des Corbières sont également indéniables (Nibodeau 1990 : 481 ; Maufras 1991 : 94). Des rapprochements peuvent aussi être faits avec la seconde campagne de construction du château de Vaison ; cette dernière concerne l’édification de corps de bâtiment contre le parement interne de l’enceinte de la forteresse (Cartron 1992 : 82). Plus localement, il se rattache à la même tradition de construction de la première campagne d’édification du château de Tallard27 (Hautes-Alpes) et du château de Vitrolles (canton de Barcillonette), conçus également sous l’autorité comtale angevine (Estienne, Nicolas 1999 : 98-103). Des comparaisons peuvent être établies avec le château de Saint-Firmin (Champsaur, Hautes-Alpes) dont le prix fait date de 1317.

Conclusion

112Les donjons enceintes conservés sont manifestement le fruit de campagnes de construction dictées par des commanditaires extérieurs aux Baronnies ou venus tardivement s’y implanter à partir du troisième tiers du XIIIe siècle, voire au début du XIVe siècle. Ils traduisent concrètement l’affirmation de nouveaux pouvoirs et de la mainmise du Dauphin et du comte de Provence sur les Baronnies que l’étude quantitative et qualitative de l’architecture castrale en Baronnies ne peut illustrer complètement puisqu’elle souffre de la disparition de la majeure partie des châteaux, due en grande partie à la campagne de destruction dictée par Richelieu au début du XVIIe siècle. Les programmes architecturaux les plus ambitieux ont été particulièrement touchés et donnent maintenant l’idée un peu réductrice d’une architecture castrale modeste et peu inventive. Les châteaux concernés par l’Édit royal étaient les places fortes privilégiées du Dauphin, du XIVe au XVIe siècle. Aujourd’hui, seule la conservation d’actes de commandes de réparations des XIVe, XVe et du début du XVIe siècle donne quelques idées de ces programmes architecturaux de grande ampleur. Même si ces actes abordent plus volontiers le détail technique que la lisibilité globale de l’édifice, ils restent essentiels pour apprécier le contexte de construction.

3.3. Bâti et mise en œuvre d’après les réparations et comptes de châtellenies des XIVe et XVe siècles

113Dès le troisième tiers du XIIIe siècle, le partage des Baronnies entre le Dauphin et le comte de Provence ouvrait sur une nouvelle ère. Les forteresses implantées sur les frontières de ces nouvelles contrées entre le Dauphiné et la Provence prennent tout leur sens au siècle suivant, durant la guerre de Cent ans opposant la Provence au Dauphiné. Cette guerre engendre un renforcement de la militarisation de certaines forteresses jugées les plus stratégiques aux yeux du Dauphin qui commandite un grand nombre de réparations. Les comptes-rendus renseignent sur l’état des châteaux précédemment construits, aux cours des XIIe et XIIIe siècles, et donnent des précisions sur les matériaux utilisés et les conditions de travail des ouvriers et maîtres d’œuvre (Nicolas 2005). Une amélioration du confort de vie apparaît également dans les visites du maître des œuvres delphinales.

114Au XIVe siècle, le pouvoir centralisé apporte, dans les Baronnies (Chorier 1661 : 705-782 ; Dussert 1915), une organisation administrative plus rigoureuse qui est confiée à des familles venues du Trièves (les Morges ; Mazard 1996 : 61-78) ou du Grésivaudan (les Allemand). La tenue des comptes de châtellenies dès le XIVe siècle et les prix faits des réparations de certaines forteresses, choisies par le Dauphin à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, offrent une documentation nouvelle, même si elle reste dans bien des cas trop partielle (Rey 1971 ; Du Colombier 1960 ; AD38, VIII, B 633, f° 102v°, B 644, f° 162v°, B 666, f° 238v°, B 3138, fos 1-10). En 1351, Renaud Fanally et Aymar Alleman, chevaliers et commissaires, sont responsables des fortifications et des réparations des castra des Baronnies (AD38, VIII, B 632, f° 43r°). Le château de Mévouillon reste le plus documenté : une enquête sur les dépenses rédigée en 1560 par Jacques Dampierre, seigneur de Guéneuf et Beauregard, dans le château de Mévouillon où il tenait garnison pour le roi Dauphin, permet d’avoir une idée d’ensemble de ce site (AD38, B 3692, f° 50). Ces sources sont principalement dauphinoises.

115Les campagnes de réparation prescrites dans le comté de Provence par Avigné, viguier d’Aix, et un procureur de Provence ne concernent aucun des châteaux des Baronnies. Les comptes de la claverie du val d’Oule font référence à des réparations sans en développer le contenu. Ceux du clavaire de la baillie de Sisteron offrent quelques renseignements sur le château de Mison et plus particulièrement sur les annexes (AD13, B 2012). Cette documentation est d’autant plus précieuse que les châteaux réparés ou édifiés sur ordre du Dauphin sont victimes de leur puissance acquise au cours des siècles suivants. Preuve en est, ces forteresses le plus souvent protestantes au XVIe siècle sont rasées par Richelieu sur ordonnance et par lettre patente du 16 décembre 1622, donnée à Lyon (AD38, B 3136). Cette décision est exécutée par Jean de Beins dans les Baronnies, le Diois et le Gapençais (ibid.). Les comparaisons entre textes et bâti s’avèrent systématiquement impossibles.

3.3.1. Conditions des travaux

116Les réparations des fortifications sont financées par le droit de vingtain réglé par les habitants. Les habitants de La Roche-sur-le-Buis le paient sur le blé, le froment, le vin, les légumes et les fruits. Cependant la charte de franchise de La Roche-sur-le-Buis, rédigée en 1282, les dispense de l’entretien des clôtures et des réparations de la maison du seigneur et du fort. Ces derniers doivent être pris en charge par le seigneur (Vincent 1874 : 9-10). En 1288, au Buis, le vingtain est attribué à l’armement, la réparation du rempart (barriis) et au vallatis ou aux maisons communes et de l’université (AD26, E 2879). Malgré une centralisation effective dès le XIVe siècle, le vingtain continue d’être perçu en Dauphiné et dans le Comtat. En 1468, le recteur ordonne que la communauté de Valréas verse, pendant dix ans, un octroi sur la viande et le poisson et un souquet sur le vin pour la réparation des remparts (MC, ms. 2116).

117Aux XIVe et XVe siècles, le maître des œuvres delphinales visite les édifices, le plus souvent en compagnie du bailli et du châtelain (Dutrait 1980). Une contre-visite est quelquefois effectuée afin de vérifier l’exécution des travaux. Les conditions de travail sont rarement explicitées. Le maître des œuvres delphinales, désigné par la chambre des comptes, vient généralement d’autres bailliages du Dauphin et plus particulièrement de l’actuel département de l’Isère (Rey 1971 : 87). Administrateur et vérificateur, il ne prétend être ni un architecte, ni un entrepreneur ou un ingénieur. Ces tâches incombaient aux maçons et aux charpentiers, aidés de leurs ouvriers (fig. 119). Un texte sur Valréas fait référence au maître ou « artiffices lapidi seu fusterii » (MC, ms. 2116, t. I, f° 99). À Mévouillon, Isnard Ripail, maçon et tailleur de pierre, est désigné sous le terme de lapidicus ou lathonius (AD38, VIII, B 680, f° 208r°). Le charpentier est dénommé carpentator ou fusthalus (AD38, VIII, B 632, f° 26). Les travaux sont exécutés par des ouvriers sous la direction du maître d’œuvre dont le salaire est systématiquement affiché. Dans un seul cas, le nombre d’ouvriers et la durée du travail sont précisés. En 1369, un maître et soixante ouvriers travaillent pendant quinze jours à la réparation des murs de l’aula du château de Mirabel qui mesure 6 cannes de longueur (12 m) et 1 canne de hauteur (2 m ; ibid.).

Fig. 119 - Salaire des ouvriers maçons et charpentiers qui ont travaillé au château d’Ubrieux en 1422.

118Les maçons et les charpentiers viennent de la région des Baronnies. En 1380, Jean Gomas, habitant du Buis, et Pons Arnulphe de Nyons, tous deux charpentiers, travaillent au château de Mérindol (ibid.). Bertrand de Mérindol applique, avec ses ouvriers, du gypse sur les murs de la maison de la Leyde à Ubrieux [AD38, VIII, B 642 (1367)]. Guillaume Mison de Puyméras réenduit la voûte du château de Mirabel (AD38, VIII, B 632, f° 26). Un charpentier travaillant au château de Mirabel en 1438 vient de Valréas (AD38, VIII, B 689, f° 133v°, B 690, f° 11r°). En 1495, à Serres, le maître d’œuvre précise que les travaux seront exécutés par les « ouvriers du pays » (AD38, VIII, B 644, f° 193v°). En 1493, Francisco Pons de Serres a travaillé à la réfection des escaliers de la grande tour (AD38, VIII, B 666, f° 174). Cette même année, un charpentier vient de Veynes (AD38, VIII, B 644, f° 193v°). D’importants travaux effectués, en 1424, au château d’Ubrieux nécessitent l’intervention : de Guillaume de la Penne et Drenon Moreti, maçons (lathonius) venant de Grenoble, et de Guigues et Richard, maîtres des œuvres delphinales ; de Bertrand Julien, Franc Nicolas, Stéphane de Huvoys et Borthaore Scachii, manœuvres du Buis ; de Jacob Clément qui apporte la chaux dans le château, de Jean Bachery du Buis et Jean Godronys, tous deux charpentiers ; de Jean Granty du Buis qui charrie les tuiles, chevrons et autres matériaux à dos d’âne durant quarante-cinq jours (AD38, VIII, B 683, f° 235v°).

119Le coût des travaux comprend « la main du maître », le prix des matériaux, leur port, et le prix des éléments constitutifs du mortier : sable, chaux et eau (La construction au Moyen Âge 1973). Le maître d’œuvre reçoit la plus forte somme. Des acomptes sont parfois versés. Le salaire de Stéphane Ranery est divisé en trois parts. La première est versée au début de ses travaux, la deuxième au milieu de sa tâche et la troisième une fois l’opération terminée (AD38, VIII, B 677, f° 104r°). Ce mode de paiement en trois temps est aussi employé en 1495 à l’occasion de travaux effectués au château de Serres (AD38, B 3130, f° 41).

120Les accidents de chantier sont exceptionnellement évoqués. À Mévouillon, le maître d’œuvre est mort au cours des travaux effectués sur l’enceinte qui relie le pied de la tour carrée au Plan de Saint-Laurent (AD38, VIII, B 677, f° 168r°). La provenance des matériaux est rarement explicitée. Les verrous destinés à fermer les portes du château de Mérindol sont achetés en Avignon (AD38, VIII, B 691).

121Les pierres sont le plus souvent prises sur place, comme à Montauban pour la réfection du four (AD38, B 3131), mais elles peuvent également être achetées (ibid.). Les matériaux sont acheminés par des ânes, comme on vient de le voir, ou encore par des bœufs (AD38, VIII, B 631). Le seigneur peut disposer de carrières. En 1282, les habitants de La Roche-sur-le-Buis peuvent employer des pierres extraites de la carrière du seigneur pour la construction de l’église. Ils devront cependant les charrier à leur frais. En 1422, les pierres sont transportées de la forteresse d’Ubrieux dans de gros paniers (banatoris) pour la réfection de la citerne (AD38, VIII, B 683, f° 232r°). En 1429, pour la construction du four banal de Mirabel, sont extraites 15 cannes de dalles de pierre (moellons carrés : « quadratas queyronorum sive bardorum, lapidibus seu bardis ») dans une carrière (peyreria) située dans le territoire de Mollans et distante de 2 lieux du territoire de Mirabel, mais dont l’emplacement précis n’est pas mentionné [Mirabel, AD38, VIII, B 691, f° 178r° (1438)]. Récupérer des pierres sur d’autres monuments est un moyen de se procurer des matériaux à moindre coût. En 1434, l’on remploie des pierres provenant de Richerenches pour réparer la tour porte Saint-Vincent du castrum de Valréas. Toutes les pierres de Richerenches peuvent être remployées à l’exception des pierres de l’église et du grenier de la commanderie (MC, ms. 2118, f° 59). L’on emploie le queron (queyronum) ou moellons pour la construction des parements et la pierre de taille (lapidis stisis) pour les arcs des portails et des portes, par exemple [Mirabel, AD38, VIII, B 690, f° 10r° (1437)]. La plupart des réparations consistent à réenduire de mortier, colmater ou épaissir les murs (embochiare, imbocherare, rembocher, aptare ; Rey 1971 : 94). Les unités de mesure varient parfois d’une localité à une autre ; en 1294, les « magistri lapidini seu muratores » doivent utiliser 1 canne qui comprend 9 palmes :

« Item quod magistri lapidini seu muratores cannare tenantur muros et vallata ad cannam seu mensuram IX palmorum qua utitur in presenti vel in posterum uteretur ».

122En 1430, cette mesure est gardée à Valréas et l’on interdit d’utiliser le neuvième de la palme (MC, ms. 2126, f° 54). Le mortier, composé de sable (arena), de chaux (calce) et d’eau, est payé à part. La chaux était généralement fabriquée sur place, comme en 1490 à Serres, pour la réfection de la chambre de Pycart (AD38, B 3125), mais aucune allusion n’est faite aux fours à chaux. Des besaces et des cuves permettent de porter la chaux :

« ... sachis bineis ou cuveis pro portando calcem in dicto castro » [AD38, VIII, B 683, f° 238v° (1424)].

123En 1422, lors de la réfection de la citerne du château d’Ubrieux, l’achat de sacs (sacheti cuveis) destinés à apporter la chaux dans la forteresse laisse entendre, dans ce cas précis, que la chaux est produite ailleurs (AD38, VIII, B 683).

124La provenance du gypse n’est jamais précisée. Les Baronnies en abritent pourtant plusieurs gisements. Dans le cas de Lazer, le castrum de l’évêque de Gap est édifié sur une colline de gypse d’où il est sans doute extrait. Le gypse se prête ici, par ailleurs, à des aménagements rupestres directement taillés dans la masse : escaliers, murs de refend (rapport Ganet et al. : 1991, 1992).

125Les réparations concernent principalement la couverture et les murs. Les réfections intérieures sont plus rares. Quelques fenêtres ou canonnières sont percées et des sols ou plafonds sont réenduits. Dans leur globalité, les locaux ne sont guère entretenus. Les éléments naturels, comme la pluie et l’humidité, le vent, la foudre et les inondations, sont parfois les causes de destructions partielles (AD38, VIII, B 666, f° 238v°).

3.3.2. Couvertures et charpentes

126La confection de la couverture incombe au maître maçon et à ses ouvriers, mais aussi parfois au charpentier (fusterio, fustalho, ligni fabro ; AD38, VIII, B 685, f° 174, VIII, B 629, f° 73v°). Jean Roux, « ligni fabro », intervient pour couvrir une trappe (trapa) située au dernier étage de la grande tour carrée du castrum de Mévouillon. Il utilise de bons chevrons (cabrionis) et des clous (clodius). Cet ouvrage servait à la défense de la tour, mais devait aussi préserver l’intérieur de l’eau de pluie. Le type de couverture le plus utilisé est la tuile creuse, mais bardeaux et lauses sont aussi employés. Certains châteaux adoptent conjointement plusieurs types de couvertures, en fonction de la destination des corps de bâtiment (Montauban, Serres).

3.3.2.1. La tuile (fig. 120)

127La tuile est employée dans les châteaux d’Arpavon, Montauban, Mirabel, Mévouillon et Mérindol. À Mirabel, Bertrand Borgier et deux ouvriers restèrent douze jours pour couvrir toutes les maisons et édifices du château, à l’exception de la grande tour, à raison de 4 gros et 1/2 par jour (AD38, VIII, B 644, f° 104r°). Les tuiles ne sont pas forcément produites sur place ; acheminées par quatre animaux au château delphinal d’Arpavon, elles proviennent de Nyons [AD38, VIII, B 635, f° 172 (1423)]. Mais à Mévouillon, en 1500, celles utilisées pour la couverture de la tour du château sont prises dans la tuilerie du château (AD38, B 3132, f° 405). Il est précisé que dans le cas où il n’y en aurait pas suffisamment, il faudrait en emprunter (AD38, B 3132, f° 403). Désignée sous le terme de tegula ou plus volontiers de tegulissa [Mérindol, AD38, VIII, B 668, f° 196r° ; Mirabel, AD38, VIII, B 654, f° 14v° (1383)], la tuile est parfois dénommée « tieule crose » ; à Mirabel, ce dernier type de tuile couvre la maison de la monnaie et l’étable (Mirabel, AD38, B 3131, f° 21 (1498)].

128La tuile est employée pour les couvertures des entrées (intrangia) de certaines portions d’enceinte ou de flanquements (tours ou échauguettes) et pour certains édifices du château tels que la cuisine, les dépenses, les aulae, les greniers, les fournils, les celliers, les étables, les salles d’armes, les fours et les moulins.

129Le sommet de la toiture est parfois enduit de mortier (AD38, B 3129, f° 170). Le prix fait de 1490 précise que l’ouvrier baniera les tuiles au mortier à « la cime du couvert et les bout de dessous » (AD38, B 3129).

3.3.2.2. Les couvertures mixtes (fig. 120)

130Plusieurs types de couvertures ont été employés aux châteaux de Montauban, Mévouillon et Mirabel. À Montauban, en 1390, 1 500 tuiles sont destinées à la couverture du four banal et 1 800 bardeaux (essandolis). De 2 000 et 16 000 (seneperum) tuiles sont utilisées pour couvrir la grande salle (AD38, VIII, B 644, f° 1). À Mévouillon, on emploie le bardeau pour le fournel (camera fornelli ; AD38, VIII, B 647, f° 11) et la pièce (camera) qui est près de la tour du château [AD38, VIII, B 652, f° 5v°, VIII, B 662 (1391)]. Il en est de même pour le focanea du château de Mirabel [sclapis, esclapis ; AD38, VIII, B 668, f° 195r° (1392)] et, à Serres, en 1390-1395, pour la tour, les latrines, la salle supérieure, une demeure du château et la cour [1 000 essandoles pour les deux premières couvertures ; AD38, VIII, B 662 (1391), VIII, B 667, VIII, B 668, f° 328 (1395)]. Le four, le moulin, le grenier et l’étable du château de Serres reçoivent également ce type de couverture en 1484 et 1495 (4 000 bardeaux pour l’étable ; AD38, B 3131, B 1511, B 3129, f° 39v°, VIII, B 3132). De bonnes planches sont utilisées pour tailler des bardeaux pour le portail du château (portale) et 1 600 bardeaux sont nécessaires pour recouvrir la salle. Ces châteaux se situent dans les parties montagneuses des Baronnies, région forestière et de pâturages (AD38, VIII, B 629). Des bardeaux sont néanmoins acheminés à Montauban par quatre animaux [AD38, VIII, B 644, f° 1 (1368)]. En 1360, les 20 000 bardeaux, apportés par des mules au château de Mévouillon avec changement de mules à Saint-Martin d’Orpierre (AD38, VIII, B 634, f° 23v°), proviennent de La Beaume, commune du canton d’Aspres-les-Veynes, dans la région forestière du Bôchaine. Dans les vastes forêts de la chartreuse de Durbon et dès le Moyen Âge classique, le bois parvient par voie de flottage (Sclaffert 1959 : 188). Pour la réfection du château d’Upaix, il est acheminé par le torrent du Buëch, de Saint-Julien-en-Bôchaine (col de Lus-la-Croix-Haute, Drôme) jusqu’au pont de Chabre (Châteauneuf-de-Chabre ; AD38, VIII, B 640). La tenue des comptes de châtellenie d’Upaix au XIVe siècle y fait allusion :

« Item per ducendis dictis sex petiis per aquam Buchii a Sancto Juliano de Benchavana ad pontem capre reddit, [...] ad pontem capre usque ad Upasium. »

Fig. 120 - Types de couvertures.

131À Montauban, si la couverture d’une maison du château est entièrement composée de lauses, celle de l’aula est mixte. Elle est composée de bardeaux (scindolis, sclapas) et de lauses (lausa ; AD38, B 668, f° 227r°, VIII, B 631, f° 7r°). Il semblerait qu’il en soit de même à Mérindol où la grande aula du château est couverte, en 1391, de « bonis bardaturas seu lausas » (AD38, VIII, B 666, f° 78r°). Pour la toiture de l’aula du château de Mévouillon, les bardeaux (eschindols) doivent être posés sous des lauses (AD38, VIII, B 631, f° 7r°). Ces dernières étaient jointoyées au mortier (« et bene juncturum de bono morterio et de bono summeto »). Si la galerie, la chambre Saint-Georges et la porte d’entrée du château de Serres sont couvertes de tuiles, trois lauses sont achetées, en 1458, pour la couverture du toit de la chambre supérieure du château qui s’était effondrée (AD38, B 4365). Dix autres sont utilisées pour la réfection de la couverture de la cuisine, de toutes les salles (salla, camera) et de la maison située dans la cour. La même année, le maître des œuvres delphinales constate que :

« toute la couverture doit être mise à neuf, car toutes les sales et chambres qui y sont exceptées là ou le dit suppliant a employé la lauze, car il n’y avoit rien estre fait de réparations depuis que monseigneur de Targe le fit premièrement. Item furent faites toutes les dites couvertures de bien légère fuste et tout fut couvert des dittes dalles » (AD38, B 4365).

132Sur le site, des plaques de schiste très minces, au profil identique à celui des tuiles à écaille, ont pu être ramassées. De 15 x 7 cm, elles sont percées d’un trou pour faire passer le clou de fixation. Correspondent-elles aux lauses évoquées dans les textes ?

133À Mison, si des fragments de tuiles creuses jonchent le sol, des éclats de tuiles à écaille en terre cuite vernissée, de couleur brune et verte, ont pu être collectés. Ce type de couverture est plus tardif et n’est pas employé en Provence avant le XVIIe siècle (Amouric 1995 : 114-115).

3.3.2.3. La charpente et les menuiseries (fig. 121)

3.3.2.3.1. Les charpentes

134Les charpentiers, désignés également sous le nom de carpentatori [AD38, VIII, B 629, f° 73v° (1345)], confectionnent des poutres communément appelées trabs ou post qui adoptent un nom particulier en fonction de leur emplacement. La charpente est composée d’arbalétriers (arbarestiers, albaresterii), de « coronnes de loup » (AD38, B 3129, f° 171), d’entraits ou sommiers (sommerii, saummerii ; AD38, B 3132, f° 407), de chevrons (chabrioni), de pannes (« lignitadine costerie vulgaliter pannes, penas fusteum »), de costières (« costiera sive trabs contabulationis »). Sous la couverture du château de Serres sont posées des poutres désignées par le terme fil postium. Les tuiles étaient fixées sur des petites pièces de bois (sclape). Les pièces les plus fréquemment changées sont les sommiers, les pannes et les chevrons. Dans le corpus de textes, les arbalétriers sont changés seulement deux fois (AD38, B 3129, f° 169). Ils sont parfois appelés des saummiers-arbarestriers. Par ailleurs, l’emploi du terme de sommier seul correspondrait à l’entrait. Les longueurs de sommiers oscillent entre 2,05 et 7,17 m, mais sont le plus souvent de 6,15 m. La section varie de 2,8 cm à 25 cm. La quantité de chevrons ou de clapes est donnée par une mesure de longueur : 32 cobles de chevrons de 4 toises (8,20 m) et 131,20 m de clapes pour une couverture de 41 x 8,20 m au château de Montauban (AD38, B 3129, f°s 169, 171). Les dimensions des chevrons ne sont données que dans un seul exemple (Mirabel), soit un peu moins de la moitié de la longueur des sommiers. Les chevrons sont supportés par des pannes. Les arbalétriers nécessitant des longueurs de fût plus importantes, ils sont sans doute importés, mais leur provenance n’est jamais précisée. La dimension des sablières de la couverture de la chambre du châtelain de Mirabel permet de connaître la longueur de la pièce, soit 16,40 m environ. La section de la sablière est plus importante que celle des sommiers (querquore), soit 25 cm pour 2,8 cm. Les essences sont rarement mentionnées : une pièce de chêne est utilisée dans la galerie du château de Mirabel qui est au pied de la tour Saint-Georges (AD38, B 3132, f° 408, B 3131, f° 184). Le sapin est utilisé pour les portes dont les charpentiers s’occupent également (AD38, VIII, B 631, f° 7r°).

Fig. 121 - Les bois de charpentes.

3.3.2.3.2. Les portes et fermetures (fig. 122)

135Le portail d’entrée de la forteresse fait l’objet d’une grande attention. Il est généralement situé à proximité d’une protection avancée, tour ou barbacane (ravelin). Au XIVe siècle, le ravelin du château de Mévouillon doit être refait :

« Item Stephanus (celui qui a fait les portes) debeat et teneatur de novo aptare et construere bene et sufficenter revellium quod est ante dictum portale ab extra prout antea erat. Et hoc de bonis lapidibus sive morterio... » (AD38, VIII, B 677, f° 103v°, VIII, B 678, f° 105v°).

136À Mérindol, le ravelin situé devant le castrum mesure 17 cannes (34,85 m ; AD38, IX, B Mirabel). À Serres, une barbacane (barbacana) est édifiée pour défendre le portail [portale ; AD38, VIII, B 668, f° 333 (1395)]. Une porte neuve est posée dans la première entrée du château de Mévouillon et plus précisément dans la cour, entre la ville et le castrum ; le pont en bois situé à proximité est également réparé [pontem fuste ; AD38, VIII, B 692, f° 24r° (1440)]. En 1458, le pont à l’entrée du château de Serres est refait et une porte est édifiée entre la ville et le château [AD38, B 4365, B 3127 (1484)]. À Mirabel, la porte du château est défendue par un pont-levis :

« ... sera posita in sepono porte que est post pontem levatorum cum duobus merletis… » [AD38, VIII, B 644, f° 193v° (1369)].

137Le portail neuf du castrum de Mévouillon (portale novum) se situe vers la tour ronde (AD38, VIII, B 679, f° 160v°). La porte de la grosse tour aménagée près du Roc l’est afin que les bestiaux, aussi bien que les gens, puissent l’emprunter. Les portes représentent aussi une faiblesse dans la défense ; certaines sont murées. À Mévouillon, la porte de la tour qui est hors le château « au-dessus de la première porte » et une autre « située de l’autre côté », portes qui ne servaient plus, ont été murées (AD38, B 3132).

Fig. 122 - Types de fermeture des portes.

138L’échiffe ou chafaux (chaffale) du château d’Ubrieux, sorte d’avant-corps placé à l’entrée, est réenduit. Trois pointes en bois y sont posées « pro aptando chaffale fortalicii de Ubrilis et pro ponendis ibidem tribus aguliis fusteriis ... » [AD38, VIII, B 638, f° 146v° (1364)]. À Serres, une loggia est construite au-dessus de la porte pour défendre une maison à l’intérieur du château (AD38, VIII, B 624). Le portail est généralement monumental. Il reçoit une couverture propre et il est muni d’éléments défensifs (AD38, VIII, B 683, f° 238r°). Le portail neuf de Serres reçoit une couverture de tuiles en 1396 (AD38, VIII, B 668, f° 333). À Mévouillon, la « grand porte » de la forteresse est construite en pierre de taille :

« ... de bonis queyronis bene et suficcenter sizis cum vouta et crota in eodem necessari ».

139La « grand tour » joignant le portail de l’entrée du château de Mévouillon est dotée, au XIVe siècle, d’une porte double de 6 pans de hauteur et de 4 de largeur. En 1490, une douzaine de poutres (poust) et 200 clous sont achetés pour la porte d’entrée du château de 2 pans d’épaisseur.

140Les portes secondaires extérieures sont recouvertes de clous, vraisemblablement pour les renforcer, dont certains ont une tête carrée d’1,4 cm. À Mévouillon, 400 clous et une douzaine de poust sont achetés pour les portes du grenier et de l’étable (AD38, B 3129). À Serres, les 200 clous achetés pour la porte de la tour ont une tête carrée d’1,4 cm de large [1/2 pied ; AD38, B 3129 (1492)].

141Les systèmes de fermeture font l’objet d’une attention toute particulière et sont très fréquemment évoqués dans les réparations des châteaux. Aux XIVe et XVe siècles, la serrure, serrande, est introduite. Précédemment, le verrou [clavellis, vectes sive verrolhie ; AD38, B 644, f° 193v° (1369)], les anneaux (anellis) et les chaînes (catena) constituaient les systèmes de fermeture. Les verrous du château de Mévouillon viennent de Serres [AD38, B 3129 (1492)]. Les barres en bois, puis en fer (pannas ferreas), qui sont le premier système de fermeture persistent aux XIVe et XVe siècles. Les trous d’encastrement des barres dans l’embrasure des portes en restent les derniers témoins (Bruis, Nyons, Cornillon-sur-l’Oule...). Au château de Serres, les trois barres de fer achetées ont une épaisseur de 5,6 cm (2 pieds). Aux XIVe et XVe siècles, plusieurs systèmes sont employés sur une même porte :

« Item quod dictus Stephanus Raynery debeat et teneatur de novo facere in dicti portali bonas portas fusteas novas bonas et sufficenter duplicatas bene claudere cum guisseto ibid necessario. Et ipsas clavellare cum bonis et grossis clavellis sufficenter. Et de bonis ferrementis et duabus seris munitis bonis et sufficenter in dictis portis providere et ponere. Et habere postes et ferramenta seras ... » (Mévouillon ; ibid.).

142La porte neuve de la première entrée du château de Mévouillon, située dans la cour qui est entre la ville et le castrum, reçoit des « tachismes, barris et clavellis et ferratura » [AD38, VIII, B 692, f° 24r° (1440)]. Les gonds et les crochets des portes (gonsons) sont scellés au plomb. Au château de Serres, trois gonds sont fixés ainsi dans la roche de la tour Lacy [AD38, VIII, B 644, f° 192v° (1369)].

143Les accès font l’objet de protections avancées. À Mévouillon, un glacis ou achoa est construit devant la « grand porte ». De 7 pieds de longueur (19,60 cm) pour 3 de largeur (8, 40 cm), il a une hauteur de 2 toises (5,12 m ; AD38, B 3128, f° 173v°). Les livres de réparations du début du XVe siècle précisent qu’un glacis (achoa) est construit à l’extérieur de la tour et un pan de mur de 32 cannes (65,60 m) est élevé près de la grosse tour jusque vers le plan (AD38, VIII, B 677, f° 171r°). En 1435, un second glacis (achoa) d’1 toise carrée (4,18 m2) est construit en pierres taillées au niveau de la liaison avec le mur neuf de la nouvelle chambre (AD38, B 3128, f° 173v°). Un dernier glacis est édifié en 1490. De 5 toises et 1/2 de long (11,27 m), de 3 toises et 1/2 de hauteur (7,17 m) et de 2 pieds et 1/2 d’épaisseur (7 cm), il prend appui sur la roche qui a été retaillée à cet effet par les ouvriers (ibid.). À Mirabel, le glacis construit près de la porte de la forteresse est également appelé « agullia seu achoa » (ibid.). À Mévouillon, un pan de mur (logardava) est édifié au-dessus de l’aula, de la longueur de cette pièce (ibid.). Construit en lauses et en pierres, il a une hauteur de 2 cannes (4,10 m).

144Les flanquements des portes sont non seulement réenduits ou colmatés de mortier, mais sont aussi munis de créneaux. En 1495, à Mévouillon, la grande tour ronde qui est sur le premier portail s’écroule (ibid.). La grosse tour carrée sur l’entrée « n’a plus guère à faire de tomber, aussi vient tout en chazal ce qui est grand dommage pour une ville plasse et forteresse ». En 1408, le portail de Mévouillon est pourvu d’un crénelage (merletare) jusqu’à la tour carrée (AD38, VIII, B 678, f° 102). Les ouvriers maçonnent les merlons de la tour ronde jusqu’au « carré de la maison ». Des merlons sont réparés dès 1394 (AD38, VIII, B 666, f° 238v°). La tour du château de Serres, située au-dessus de la porte, reçoit également un crénelage en 1391 (AD38, VIII, B 662). Au XIVe siècle, les merlons du château de Mirabel qui étaient à moitié faits doivent être garnis (AD38, VIII, B 644, f° 194r°). À la même époque, les merlons sont refaits au château de Mérindol, de l’aula à la tour Saint-Georges comprise [AD38, VIII, B 653, f° 153r° (1380)]. Cette dernière est aussi pourvue, à la même occasion, de barts (merlons) ; l’on paie « une muée de chaux pour emboucher la dite tour, devant et dehors des barts jusqu’à la cime ». L’on réenduit de mortier également les trois « bardas » des tourelles (« tournelles »).

145Des échauguettes permettent de compléter la défense ; à Mirabel, une gacheria est édifiée et la grande porte de Saint-Laurent du fort de Mévouillon possède un guichera. À Mérindol, un gachile est construit [AD38, VIII, B 688, f° 159, VIII, B 632, f° 36 (1350)]. Trois tours en bois (garidi sive cadafalsis) sont réparées en 1387 au château de Mévouillon (AD38, VIII, B 662, f° 41v°). À Mirabel, huit tours en bois ou bastions (batifolli) longs de 4 palmes (1 m) sont refaits dans l’« apperturis magne turris fortalici » (AD38, VIII, B 644, f° 192r°). À Serres, Stéphane Rame pose deux poutres (trabs), au-dessus de la maison de garde (domus gayte) de la forteresse, située du côté de l’entrée du castrum [AD38, VIII, B 662 (1391)]. Au château de Serres, trois archères et trois canonnières sont percées dans la tour du Rure, en 1438 (AD38, B 3044, f° 287).

146Les tours abritaient souvent des pièces voûtées qu’il fallait consolider. Au château de Mérindol, un arc de 2,05 m de long et de 2,8 cm d’épaisseur est édifié pour soutenir la voûte :

« ... unum archium a parte turris ad retuendum dictam crotam altitudinis unum canne et grossitudinis unum pedis cum demie et hoc de bon gippo … » [AD38, VIII, B 654, f° 36r° (1352)].

147À Mirabel, la salle voûtée de la tour abrite deux piliers (pilonos), larges de 4 palmes (1m) et hauts d’1 canne (2,05 m). La voûte fait également office de couvrement des escaliers qui se sont multipliés à partir du XIVe siècle. À cette époque, un certain confort apparaît ; escaliers, galeries et cheminées sont introduites dans les diverses forteresses. Les fenêtres sont désormais à croisées.

148Des superstructures, des modes de circulation, des planchers (plachiamentum, planchetum) et d’autres éléments domestiques sont également confectionnés avec du bois de charpente.

3.3.3. Éléments domestiques

3.3.3.1. La circulation

149Des coursières ou chemins de ronde permettaient de circuler sur le pourtour de l’enceinte (fig. 123) ; à Ubrieux, une coursière, corsera, est édifiée en 1422 (AD38, VIII, B 683, f° 231r°).

Fig. 123 - Les aménagements en bois.

150À l’intérieur des tours et des corps de bâtiment, des échelles ou escabeaux en bois permettaient une circulation verticale entre les étages (Bernardi 1995 : 354-360). La construction d’une tour réservée pour l’aménagement d’un escalier à vis est tardive ; les premiers escaliers ainsi montés le sont seulement à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, dans des tours qui préexistaient. Ce mode de circulation peu aisé est progressivement remplacé par l’édification d’escaliers en bois recouverts de gypse :

« ... eychallum de fustibus per quos ascendet supra planthimentum [...] et super ipso ponent una scalla per quem ascendet ad dictum traponem et dicta scala erit longa que poterit tanguere travesones dicti plachimenti... » [AD38, VIII, B 690, f° 16v° (1346)].

151Au Buis, 6 cormadas de chaux, 1 muée de sable et 15 saummées de gypse sont employés pour l’édification de l’escalier qui dessert la prison (AD38, B 3129).

152À Serres, des escaliers dont le bois a pourri (egradarii erat putrefactus) sont réparés dans la grande tour en 1393 (AD38, VIII, B 666, f° 174). Deux degrés (passus egredorum) sont aménagés dans l’entrée de la porte de la chambre basse (ibid.). En 1490, les deux escaliers construits pour monter dans « la grand tour » ont 2 toises de longueur (4,10 m) et 3 pieds de largeur (AD38, B 3125). À Mirabel, un escalier est édifié dans la voûte de la tour pour monter à l’ostium (AD38, VIII, B 664, f° 192v°). Un ostium est doublé par de bonnes poutres dans l’entrée de l’escalier :

« ... quodam ostium de bonis postibus in introitu dicti agredariiunum duplicatum et clavellatum ac munitum ... » (AD38, VIII, B 668, f° 196r°).

153En 1312, Isnard Rispail a réparé le vaisseau situé au-dessus de l’escalier qui permettait de monter aux chambres ou à la grande salle du castrum de Mévouillon :

« ... veysallum de super gradarum per quod ascendit ad cameram sive salam magnam castri medullionis et trabes in eo ponendum postando sclapis et terrando et atterrando duos planos turris tangere cameram predictam et januam dicte camere de veysallum et pro aptando graderium dicte camere faciendas protas sive hostia jannuarum dicte camere de bonis postibus certas fenestras ».

154En 1369, dans le château de Mirabel, un escalier est édifié dans la grande tour et dans la voûte de la cave ; un second est aménagé pour permettre d’accéder à l’ostium de la tour situé au-dessus de la cave (AD38, VIII, B 644, f° 193v°). À Mévouillon, vingt degrés sont aménagés dans la tour carrée en 1345 (AD38, VIII, B 629, f° 115r°). À Montauban, deux grands escaliers sont construits (magnus scalis ; AD38, VIII, B 631, f° 7r°).

155Les galeries permettaient une circulation horizontale ; l’on pouvait ainsi se rendre d’une salle à une autre (AD38, B 3129) sans traverser les pièces [Arpavon, Mévouillon ; AD38, B 685, f° 17 (1423)]. En 1560, une galerie en partie voûtée est aménagée dans le château de Mévouillon :

« Item a esté faict de la première chambre dudit château de laquelle son entrée par le dit degré une voulte de galerie avec ung trancher appelé buget de plastre ou gip contenant six cannes » (AD38, B 3692, f° 54r°).

156L’on note également la présence d’un promenoir, « ambulatoire », dès la fin du XIVe siècle, au château de Mirabel, au-dessus des chambres [AD38, VIII, B 668, f° 196r° (1392)]. Le plancher, « solum de postibus sive traveysium », doit être refait au grenier du château de Montauban, car le blé s’abîme à l’humidité. Il est recouvert de gypse (AD38, B 3130 ; cette pratique est courante, Bernardi 1995 : 304-305). Le plancher d’une pièce de la maison delphinale du Buis, composé de planches (traceony) recouvertes de gypse, est construit par des menuisiers (carpentati lathoni). Une trappe (trappistes) est ouverte ; elle ferme grâce à un verrou. On accède à ce plancher par une échelle qui repose sur un échalas de bois (eychallum de fustibus) d’1,20 m (5 pans) :

« ... per quos ascendet supra planchimentum [...] et super ipso ponent una scalla per ascendet ad dictum traponem et dicta scala erit longa tanguere travesones dicti plachimeni » [AD38, VIII, B 690, f° 16v° (1436)].

157Le plafond de la salle supérieure du château de Serres est couvert, en 1391, de bonnes planches (AD38, VIII, B 662). Celui de l’aula de Mirabel (16,40 m x 6,15 m) situé dans la tour reçoit un bourrage entre les poutres (AD38, VIII, B 654, f° 14r°).

3.3.3.2. Les fournels et les cheminées

158Le fournel peut constituer une pièce entière. Il peut également s’inscrire dans une salle ayant une autre vocation [cuisine, chambre, salle ; AD38, B 4365 (1452)]. Il est parfois fait de gypse (Serres).

159Les cheminées (chamineya) les plus anciennement conservées en Provence datent de la fin du XIIIe et du XIVe siècle (Pesez 1986 : 65-92 ; Bernardi 1995 : 376). Dans les Baronnies, Bruis est le seul donjon qui en abrite une, elle est gothique. Cette dernière, intégrée postérieurement à l’édification de la tour, est datée par comparaison typologique de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle (Rouvière 1993 : 201-217). À Mirabel, une cheminée est montée dans le fournel et le grenier est doté d’un autre feu. Une cheminée se situe également dans la cuisine qui est dans la salle basse (AD38, VIII, B 694, f° 83v°). Les cheminées sont enduites de plâtre. Ce matériau sert pour la finition et protège le bois des risques d’incendie (Massot 1975 : 322). En 1458, toutes les cheminées de plâtre ont été trouvées « fondues et pourries et bien périlleuses par le feu et ne valent jamais rien si ne sont refaites toutes neuves » (AD38, B 4365). Employé pour le revêtement des escaliers et des parois intérieures des pièces, le gypse servait aussi aux finitions.

3.3.3.3. Les latrines

160Elles sont peu fréquemment mentionnées ; certaines peuvent être murées en raison du danger qu’elles présentent [AD38, VIII, B 644, f° 193v° (1369)]. Les murs et le siège des latrines du château de Mérindol sont réparés en 1350 (AD38, VIII, B 632, f° 36v°). Cette réparation est mentionnée parmi celles ordonnées pour les portes du grenier, des escaliers de l’aula, de la grande cour et pour la construction de quatre piliers édifiés dans la chambre des balistes.

161Les réparations des étages nobles et des pièces résidentielles sont très peu souvent évoquées, en revanche l’entretien des dispositifs d’alimentation en eau l’est.

3.3.3.4. Les citernes (fig. 124)

162Le perchement des châteaux sur des éperons rocheux les isolait bien souvent des sources et des cours d’eau. Il faut rappeler que des témoins interrogés, en 1347, sur les raisons de la désertion des châteaux de Bénivay et de Beauvoisin évoquent l’éloignement du point d’eau. Il fallait descendre de l’éperon et parcourir 2 lieues pour aller chercher l’eau (AD38, B 2739, f° 100v°). L’alimentation en eau s’effectue le plus souvent par un système de réserve. Des citernes qui peuvent être creusées dans le rocher reçoivent les eaux de pluie. En cas de siège, l’approvisionnement en eau reste un problème déterminant et stratégique. Le 3 juillet 1300, ne voulant pas se placer sous la tutelle des Baux ou de l’évêque de Vaison, Raymond de Mévouillon, avec l’aide du Dauphin, effectue le siège de son propre château de Mérindol-les-Oliviers. Ses opposants doivent se rendre, faute d’eau potable en cette période estivale et de sécheresse (aqua putrefactum ; AD38, B 3640).

Fig. 124 - Les citernes.

163Sur le terrain, des citernes sont encore partiellement conservées et sont parfois les derniers témoins de l’emplacement du château (Mévouillon). Elles étaient soit creusées dans le rocher, soit maçonnées (Metz 1992). À Ubrieux, la citerne maçonnée est dénommée domum cisterne [AD38, IX, B 30, f° 143 (1490)]. Les citernes aménagées dans le rocher reçoivent un couvrement de pierres (calottes semi-sphériques, dalles) ; les parois rocheuses du goulot sont parfois parementées (Reilhanette). Si aujourd’hui seule une excavation dans le rocher de plan rectangulaire est le dernier témoin de la citerne du château de Mévouillon, une réparation en donne une description précise :

« Pour fere la bouche de la cisterne haulte de cinq pans de piarre de taille avec son bord rond en façon de puits [...] faire la dite bouche de piarres de cailloux et le bord rond de piarres de taille » (AD38, B 3692, f° 78r°).

164À Mérindol, une salle se situait au-dessus de la citerne (AD38, B 3129, f° 147v°, B 3130, f° 46r°, VIII, B 638, VIII, B 666). La citerne d’Ubrieux construite en pierre de taille reçoit une couverture de tuile :

« ... reperit tuelle dicte sisterne cadratum de lapidibus talliatis ». Des sommiers permettaient de soutenir les pierres : « duobus introumentes vocatis sumerez ad portandum lapides » (ibid. ; citerne : AD38, VIII, B 638, B 666).

165Les parois internes des citernes reçoivent un enduit de béton de tuileau qui favorise l’étanchéité. À Ubrieux, de la poix et de l’huile sont achetées pour étanchéifier les parois :

« ... pro oleo empta a guilelmo massoni in dicta cisterna implication », « ... pro pega necessaria, pro magisteto sive goma... ».

166La tuile pilée est aussi employée dans des canaux destinés à dévier l’eau de ruissellement en cas d’inondation. À Mirabel, les inondations ayant abîmé le mur de l’aula, il est convenu, en 1383, de monter un barrage de terre d’1/2 pied et qu’un canal soit aménagé entre les murs du château avec un bon mortier, du sable et de la tuile (AD38, B 654, f° 14r°).

167L’entretien des citernes nécessitait un curage régulier. En 1590, une grande quantité de pierres est enlevée de la citerne de Mévouillon (AD38, B 3692, f° 63). À Ubrieux, la citerne est « repent bene aptatam plenam aque longitudinis decem palmorum » (2,50 m). En 1438, la citerne du château de Serres est sans eau (AD38, B 3692, f° 63). En 1458, elle a besoin d’être réparée (AD38, B 4365).

168Pour récolter les eaux de pluie, on utilise les chéneaux en pierre et les gouttières en plomb (gorgiis). Dans le château de Mévouillon « ont été faicts plusieurs chalnaux de bord et mises pour les eaux de coulant des couverts du dit château dans la ditte cisterne » (9 cannes, 18,45 m) :

« pro reparationis cisterne Medillionis et pro 13 gorgiis quercorum et boquetis pro ipsis sutsinendum et aliis necessariis ad opus cisterne » (ibid.).

169En 1458, deux chéneaux sont installés au château de Serres devant le toit de la chapelle, d’autres devant la galerie et quatre le long du couvert de la chambre du roy (ibid.). En 1380, on pose des gouttières au château de Montauban : « ... gonsias pro quas aque pluvie » (ibid.). À Ubrieux, la seconde porte d’entrée (intrangia) est munie, en 1464, de canalisations en plomb entre le mur et les tuiles ; les gouttières en plomb ont une longueur de 6,12 m et une largeur de 50 cm :

« cum canalibus plombi inter dictum parietem et tegulatiam et cameram supra dictam portam intragii existentibus quequidem gorgie plombi sunt longitudinis trium canarum et latitudinis duorum palmorum binarum... » (ibid.).

170De la citerne à l’angle de l’aula, quarante canaux en bois de sapin, « boqueti sive spiquory fuste et postes de sappo » (poutres de sapin, sans doute des demi-troncs évidés), sont posés du côté du Buis. À Serres, une gouttière est installée, en 1495, tout autour de la grande salle et des canalisations (quanales ; L. 16,40 m) récupèrent l’eau pour alimenter la citerne (ibid.). À Mérindol, la citerne fait l’objet de réparations afin que l’eau puisse s’écouler depuis l’aula située près de la tour Saint-Georges jusque dans la citerne :

« ... aptare cisternam aqua potest destillare in dicta cisterna [...] quia aqua dicte aule habeat suum cursum a tectum dicte aule usque infra dictam cisternam... » (ibid.).

171L’eau, puisée à l’aide de sceaux tirés par des cordes, est transportée dans des barriques avant d’être versée dans des cornets :

« ... pro tribus barralibus ad portandum aquam. 4 cornutis pro tenendo aquam in dicto castro ... » (Ubrieux, ibid.).

Conclusion

172Des colloques consacrés aux techniques de construction des châteaux et à la destination des pièces dans le cadre de chantiers prestigieux offraient une documentation très précise et riche sur l’état d’avancement des recherches en cours (Lons-le-Saunier en 1997, Vincennes en 1998). Ils s’appuyaient sur le rapprochement entre le vocabulaire employé et les réalités architecturales. Cette étude, sur fond de fortifications rurales plus modestes, développe également les conditions techniques du chantier et les problèmes rencontrés par le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage. Elle s’appuie néanmoins, ici, sur un corpus peu riche et peu détaillé qui ne rassemble que de simples réparations et ne donne pas une idée d’ensemble de l’édifice et de l’évolution du chantier de construction. Il n’en demeure pas moins intéressant et concourt à mieux connaître la gestion de l’entretien de ces édifices appartenant à d’humbles lignages. Cette approche participe, par ailleurs, à la constitution d’un glossaire dont le contenu peut présenter des affinités ou, au contraire, des différences avec d’autres séries de lexiques. Le groupe de recherches (GDR H 17, Lyon 2) travaillant, dans les années quatre-vingt-dix, sur le vocabulaire des comptes de châtellenies relevait déjà les nuances de vocabulaire qui peuvent exister d’une région à l’autre et les difficultés d’interprétation d’une documentation scripturaire et iconographique. La documentation offre ici des termes locaux issus de la langue dite vulgaire, encore usités aujourd’hui dans le patois provençal. Le recours aux dictionnaires latins, de langue provençale et de vieux français est nécessaire pour appréhender une réalité décrite 100 à 200 ans après l’édification des châteaux des Mévouillon.

173À la fin du XIVe et au XVe siècle, l’administration delphinale sous le joug du roi de France est très organisée et présente. Elle justifie sans doute les visites répétées de certaines forteresses, retenues par le Dauphin, et ne traduit pas forcément une situation en vigueur au XIIIe siècle. Cependant, il est très vraisemblable que, dans un pays rural de moyenne montagne, les techniques, les matériaux et les proportions architecturales utilisés soient relativement proches d’un siècle à un autre. La main d’œuvre est le plus souvent locale et ne vient qu’exceptionnellement de l’Isère, comme Drenon Moreti, maçon de Grenoble, qui participe avec d’autres maçons locaux à la réparation du château d’Ubrieux (AD38, VIII, B 683, f° 235v°). Le type de documentation collectée qui n’est exploité que depuis peu dans le centre et nord des Hautes-Alpes (Nicolas 2005) laisse la possibilité de mener une enquête complémentaire sur les prix et les proportions que les Baronnies mériteraient.

Notes

24 Les Allemands viennent du Grésivaudan et les Morges du Trièves (Vanolli 1997 : 165-167 ; Giordanengo 1970 : 253-256 ; Verdier 1996 : 58-65).

25 Supra 1.3. Morphologie des premiers castra.

26 Ce château qui fait également partie des revenus de l’archevêque de Capoue est récupéré, à son décès, par le comte en 1333 (AD13, B 496), qui le confie de nouveau à la famille des Baux pour être confisqué, une nouvelle fois, en 1350 (Féraud 1861 : 428-429). En 1377, Foulque d’Agout le reçoit de la reine Jeanne moyennant 4 000 florins.

27 BSEHA, Gap, 1987, p.1-12.

Table des illustrations

Légende Fig. 96 - Francs-fiefs, honorables et antiques, cités dans les chartes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 97 - Mison, vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 98 - Mison, vue du château prise du sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 99 - Castrum et culture d’après le terrier de 1297.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 100 - Mison, parcellaire du château et du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 101 - Château de Mison, plan du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 102 - Château de Mison, courtine sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 103 - Château de Mison, contreforts et glacis nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 104 - Château de Mison, flanquement de la courtine sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 105 - Château de Mison, coupe sud-ouest/nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 106 - Château de Mison, tour-porte et rampe d’accès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 107 - Château de Mison, tour-porte sud-ouest prise depuis les rampes d’accès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 108 - Château de Mison, tour-porte, détail.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 109 - Château de Mison, barbacane intérieure de la porte orientale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 110 - Château de Mison, courtine occidentale et baie du corps de bâtiment résidentiel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 111 - Château de Mison, plan de la répartition des pièces contre la courtine ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 112 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, vue générale prise du nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 113 - Cornillon-sur-l’Oule, situation du castrum et occupation du terroir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 114 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, vue générale prise du sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 115 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, plan général.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 116 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, développé des élévations des murs nord-ouest, nord et nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 117 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, plan et élévation du mur C commun à la chapelle castrale et à l’aula.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 118 - Château de Cornillon-sur-l’Oule, chapiteau-console de l’aula.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 119 - Salaire des ouvriers maçons et charpentiers qui ont travaillé au château d’Ubrieux en 1422.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 120 - Types de couvertures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 121 - Les bois de charpentes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 122 - Types de fermeture des portes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 123 - Les aménagements en bois.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 124 - Les citernes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2695/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540