Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Avant-propos

À Éliot, Emma et à leur papa

Texte intégral

1Mes attaches familiales et ma participation, dès 1983, aux fouilles archéologiques du prieuré de Saint-André-de-Rosans ne sont pas étrangères au choix de cette région comme champ d’étude. L’ouvrage publié en 1986 par P. Ollivier-Elliot, Les Baronnies : mode d’emploi d’un fragment de paradis, invitait le promeneur à parcourir ces montagnes tapies au nord du célèbre mont Ventoux. Cette fresque poétique attira mon attention sur l’appellation de Baronnies et sur la géographie politique d’une entité territoriale puisant ses racines au Moyen Âge. Puis, mes contacts avec des associations locales (Associations de sauvegarde du patrimoine des pays du Buëch et des Baronnies, les Amis de Buis-les-Baronnies, Terre d’Eygues, Le Garde notes baronniard) dès mon mémoire de maîtrise (1989) ont contribué à inscrire ma recherche dans cette région de moyenne montagne.

  • 1 F. Chardon, J.-P. Jouve et G. Armand.

2Écartelée entre deux régions administratives et quatre départements, cette zone géographique, située loin des pôles de rattachement universitaire, n’attirait guère l’attention des services susceptibles de m’aider techniquement. Aussi je remercie très sincèrement mon directeur de thèse, G. Démians d’Archimbaud secondée par M. Fixot, et, à travers eux, l’Université de Provence de m’avoir fait confiance depuis 1989. Toute ma reconnaissance amicale s’adresse aux personnes qui ont accordé une aide matérielle, scientifique ou morale à ce travail1 . Mon soucis de communiquer mes premiers résultats en cours de recherche a été constant ; en témoigne ma participation, en 1997, à un ouvrage collectif, Les Baronnies au Moyen Âge, femmes, hommes, châteaux, églises, villages, édité par Alpes de Lumières et rédigé sous la direction de G. Barruol, directeur de recherche au CNRS et membre de mon jury de thèse en 1999. Je le remercie, ici, pour les différentes opportunités éditoriales qu’il m’a offertes. Ma participation au groupe de recherche de l’Université Lyon 2, animé par J.-M. Poisson (EHESS), a permis d’exploiter un vaste panorama de comparaisons dans le domaine de l’architecture castrale en zone de moyenne montagne (Drôme : M. Bois ; Isère : C. Mazard ; Vivarais : P.-Y. Laffont…). Nombre de personnes familières de leur terroir, amis ou gens de passage sur les drailles préalpines, m’ont évité bien des déboires et mésaventures, dans une nature aussi belle qu’hostile. Ils ont été bien souvent mes guides.

3Cette étude n’aurait pas été possible sans le concours des propriétaires des châteaux. Tous m’ont accueillie très aimablement plusieurs fois et ont toujours facilité ma recherche. Ils m’ont également permis de découvrir que cette terre des Baronnies retenait l’attention d’un public international, cultivé, sensible et discret. Leur pari fou d’arracher à la ruine, dès les années 1950-1960, de vastes pans de murailles reste l’un des témoignages majeurs de l’histoire de cette région. Grâce à des séjours prolongés que nécessitait l’intérêt de certains sites, j’ai entretenu d’excellentes relations avec messieurs Bergouin à Sahune, Barillon à Sainte-Jalle et une partie de la famille Daillet à Saint-Marcellin-lès-Vaison. Je ne saurais trop reconnaître les efforts constants et discrets de mon entourage familial qui m’a épaulée moralement et matériellement.

4Une pensée particulière en cette fin de réalisation de l’ouvrage pour une consœur archéologue qui a travaillé durement sur le site castral de Lazer, proche des Baronnies, et qui vient de nous quitter prématurément.

Notes

1 F. Chardon, J.-P. Jouve et G. Armand.

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540