Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 6. Études des macro-restes végétaux

Maria Hajnalová
Traduction de Manon Cabanis et Laurent Bouby

Texte intégral

6.1. Échantillons carpologiques : nature, localisation et mode de traitement

1Dans ce chapitre, on propose d’effectuer l’analyse des macro-restes végétaux découverts dans les contextes laténiens du site. Sont exclus de cette présentation les éléments provenant des contextes plus anciens (cimetière hallstattien) et plus récents (cimetière gallo-romain). Les carporestes (grains de céréales, vannes, semences de légumineuses et de plantes sauvages) sont représentés de façon inégale entre les différentes phases d’occupation ; l’essentiel du matériel étudié (76 % des restes) provient de 4 structures attribuées à la phase 1a (La Tène B2b ; fig. 162). L’occupation de La Tène A (période 1, phase 2) et 3 des phases récentes (période 2 : phases 1b, 2a et 2b) ne sont représentées chacune que par une seule structure. La dernière phase d’occupation du site (phase 3) ne comptabilise aucun macro-reste conservé. Ce déséquilibre de la documentation disponible pour chacune de ces phases est dû au caractère aléatoire de la préservation de ces écofacts et à un protocole de prélèvement peu adapté durant les premières années de fouilles, période pendant laquelle les structures les plus récentes ont été fouillées.

Fig. 162 - Échantillons carpologiques.

2La majorité des restes provient des profondes fosses et des fossés (fig. 163). La fosse ou puits 111101 livre à elle seule 63 % du matériel étudié du site. Bien que présentant un profil en cloche, son identification à un silo enterré semble exclue compte tenu de son mode de comblement et de la présence d’eau dès la période laténienne. Elle correspond plus probablement à un puits réutilisé en dépotoir.

Fig. 163 - Inventaire des taxons cultivés et sauvages identifiés au sein des assemblages (graines et vannes).

388 prélèvements ont été réalisés dans les structures ainsi que dans les niveaux de sol. Ils ont d’abord porté sur de très petites quantités de sédiments (moins de 3 litres). La stratégie de prélèvement a changé au cours des deux dernières années de fouille avec des volumes collectés plus importants. Au final, 46 contextes laténiens ont été échantillonnés, révélant presque toujours la présence de macro-restes conservés en quantité très variable.

4Les restes botaniques ont été extraits par flottation à l’eau (tamis de 0.3 et 1 mm). Les résidus lourds ont été tamisés sous eau (maille de 1mm). Le tri et la détermination ont été faits sous binoculaire à grossissement x 20.

5Les restes végétaux issus des contextes laténiens du Pâtural comprennent 8 espèces cultivées (céréales et légumineuses) et 60 espèces sauvages herbacées.

6Dans la présentation qui suit, les analyses statistiques conduites sur cet assemblage ne sont pas détaillées et seuls les résultats sont présentés. On renverra le lecteur à un article à paraître pour avoir un aperçu complet de la méthode utilisée (Hajnalová à paraître).

6.2. Les plantes cultivées

6.2.1. Les céréales : présentation des taxons (fig. 164)

7Les céréales identifiées sont l’orge (Hordeum vulgare), le blé tendre/compact (Triticum aestivum-compactum), le froment panifiable (T. aestivum s. l.), l’engrain (T. monococcum), l’amidonnier (T. dicoccum), l’épeautre (T. spelta) et 2 espèces de millet (Panicum miliaceum et Setaria italica).

Fig. 164 - Céréales, occurrence des taxons par phase d’occupation.

8La rareté du seigle (Secale cereale) peut suggérer que cette espèce correspond à une mauvaise herbe des champs cultivés. De même, l’examen des bases de lemme de grains d’avoine permet d’identifier la forme sauvage (Avena fatua/sterilis).

9Les 2 variétés d’orge vêtue à 6 rangs (Hordeum hexastichon) et à 4 rangs (H. tetrastichon) sont présentes, dans un rapport de 2 pour 1. Compte tenu du faible échantillon présent (160 fragments de rachis) et des précautions qui existent quant à la méthode utilisée pour distinguer ces 2 variétés (Jones 1978), le ratio observé n’est pas significatif. Un grain d’orge appartenant à la variété nue à 2 rangs (Hordeum vulgare var. nudum) a été identifié avec quelques réserves.

10Il est souvent très difficile, à partir des collections fragmentaires provenant des sites archéologiques, de déterminer l’importance relative des différentes plantes cultivées. Cela n’est possible que lorsque l’effectif des différents taxons (abondance) et leur nombre d’occurrence (fréquence) sont suffisamment élevés. Ainsi, au Pâtural, on observe que l’orge (Hordeum vulgare) et le blé nu (Triticum aestivum-compactum) sont les plus abondamment et les plus fréquemment représentés dans les échantillons étudiés. Les glumes ou bases d’épillets de blé vêtu (engrain, amidonnier et épeautre) sont présentes dans plus de 60 % des échantillons. Les deux espèces de millet, Panicum miliaceum et Setaria italica, sont respectivement rencontrées dans 80 % et 60 % des échantillons.

6.2.2. Les céréales : éléments de comparaison

6.2.2.1. Le blé

11Au cours de La Tène, la céréale la plus représentée dans le nord de la Gaule est l’amidonnier (T. dicoccum). Il faut attendre l’époque gallo-romaine, pour que cette céréale soit supplantée par le froment (T. aestivum ; Matterne 2000a, 2000b, 2001, 2003 ; Marinval 2000a ; Marinval, Pradat 2000 ; Wiethold 2003). Sur quelques sites, l’épeautre (T. spelta) peut toutefois correspondre à la principale espèce cultivée même si, en règle générale, il semble que cette céréale soit d’importance secondaire. Elle apparaît souvent dans les assemblages en association avec l’amidonnier et l’engrain (T. monococcum). À partir de La Tène ancienne, les découvertes d’épeautre et d’engrain se raréfient (Marinval 1992). Ces blés ont presque disparu à La Tène C2 (Matterne 2000a : 145-152).

12En Gaule méridionale, la situation diffère nettement puisque c’est le blé tendre-compact (T. aestivum-compactum), une variété nue, qui est, dès le Néolithique, la principale céréale consommée. Les blés vêtus sont très rares ou absents (Marinval 1988).

13Le choix de cultiver des variétés nues ou vêtues repose sur plusieurs facteurs. Le blé nu convient à la panification (pain levé) et demande peu de travail après la récolte. C’est, en revanche, une céréale délicate à cultiver, sujette aux attaques des parasites et des champignons une fois semée ou lors du stockage. À l’inverse, les blés vêtus (amidonnier, engrain et épeautre) s’acclimatent de conditions édaphiques et climatiques plus difficiles (Jacomet, Karg 1996) et résistent mieux, car protégés par leurs enveloppes, à l’infestation par les champignons ou les insectes. Par contre, ils nécessitent un traitement après récolte (grillage, décorticage, vannage, tamisage) qui doit être répété plusieurs fois (Hillman 1984, Van der Veen 1992) et ne sont pas panifiables.

14L’assemblage des blés du Pâtural est assez atypique en regard de ces deux situations puisqu’il associe des variétés nues à des variétés vêtues en proportion et fréquence équivalente. Cette constatation vaut surtout pour la phase 1a qui livre seule un échantillon suffisamment important pour pouvoir être analysé.

6.2.2.2. L’orge

15Dans le nord de la Gaule, la variété nue de l’orge (Hordeum vulgare var. nudum) n’est plus cultivée à partir du premier âge du Fer et seule la variété à grain vêtu (Hordeum vulgare var vulgare) est présente (Bakels 1999 ; Matterne 2000a). Cette variété nécessite un long décorticage avant consommation. En raison de son bas taux de gluten, elle n’est pas panifiable et n’est consommable que préparée en gruau. L’orge est cependant appropriée au brassage de la bière, utilisation qui est attestée à La Tène par la fouille d’une brasserie dans le sud-ouest de l’Allemagne (Stika 1996). De nos jours, l’orge est employée comme fourrage animal, mais une telle utilisation à La Tène n’est pas attestée de façon certaine.

16Au Pâtural, l’orge vêtue est la céréale la plus abondamment représentée et elle apparaît dans plus de 90 % des échantillons.

6.2.2.3. Les autres céréales

17Le seigle, céréale d’hiver, est considéré, dans le nord de la Gaule, comme une mauvaise herbe des champs (Matterne 2000a : 153). Il ne paraît avoir été cultivé qu’à partir du IIe siècle ap. J.-C. En Europe centrale la culture du seigle est attestée dès La Tène C2/D1 (Hajnalová 2000, Litińska-Zając 1997).

18Le millet commun (Panicum miliaceum) qui est une céréale d’été est cultivé en France depuis l’âge du Bronze (Marinval 1988). Dans le nord de la France, la majorité des découvertes de ce taxon se situe durant la période de La Tène A. Par la suite, leur fréquence diminue jusqu’à La Tène D1a avant de connaître un regain à La Tène D1b (Matterne 2000a : 226).

19Sur le site, les deux variétés de millet sont présentes tout au long de l’occupation, Panicum miliaceum étant, de loin, le mieux représenté.

6.2.3. Les légumineuses (fig. 165)

20Parmi les légumineuses cultivées découvertes sur le site, on peut citer la lentille (Lens culinaris), la vesce commune (Vicia sativa), l’ers (Vicia ervilia), le pois (Pisum sativum) et la fève (Vicia faba). Ces plantes sont connues pour être utilisées dans l’alimentation humaine à La Tène (Matterne 2000b), à l’exception de l’ers qui est supposée être cultivée pour le fourrage des animaux (Wiethold 1996).

Fig. 165 - Légumineuses, occurrence des taxons par phase d’occupation.

21Les nombreuses légumineuses à petites graines énumérées dans la liste des taxons sauvages ont également pu être cultivées pour l’alimentation du bétail. Leur association, dans certains échantillons, à des plantes sauvages et des restes du vannage permet d’identifier des restes de fourrage mis en réserve pour le bétail. Elle peut également signaler des résidus issus du nettoyage (étape du tamisage fin) de récoltes de légumineuses.

22La culture des légumineuses est très différente de celle des céréales. Ces plantes sont des cultures d’été et sont semées à la fin de l’hiver ou au printemps. Elles sont typiques de l’agriculture intensive. Elles peuvent être cultivées sur de petites parcelles comme sur de grands champs. Dans les deux cas, elles ont besoin d’un sarclage intensif car elles ne supportent pas la concurrence des adventices. Leur récolte se fait à la main (consommation verte) ou à la faucille (consommation sèche). Dans ce dernier cas, on leur applique le même genre de traitement que pour les céréales nues et les résidus du battage peuvent être utilisés comme fourrage animal.

6.2.4. Synthèse sur les plantes cultivées

23L’étude des plantes cultivées du Pâtural révèle une situation qui diffère sensiblement de celles connues pour le nord et le sud de la Gaule. L’assemblage carpologique présente des caractéristiques rencontrées dans chacun de ces espaces géographiques. La pratique de la culture du blé nu renvoie indubitablement à une tradition agricole méridionale, alors que celle des blés vêtus (et l’absence de viticulture et d’arboriculture) est plus caractéristique des régions du nord. La présence d’orge vêtue, de millet et du cortège des légumineuses, est conforme à ce que l’on connaît dans le nord de la Gaule. Cette situation « mitigée » peut résulter aussi bien de la position médiane, d’un point de vue culturel, de l’Auvergne que d’une adaptation aux conditions naturelles régionales.

6.3. Les plantes sauvages

24Les plantes sauvages comptent pour près de 20 % de l’assemblage du Pâtural. Les taux élevés de graines de plantes sauvages sur les sites archéologiques sont généralement mis en relation avec le stockage de récoltes imparfaitement nettoyées ou de leurs sous-produits (déchets) qui, d’ailleurs, peuvent souvent servir de fourrage (Hillman 1984 ; Jones 1984 ; Van der Veen 1992).

25L’étude des plantes sauvages permet d’obtenir des informations d’ordre environnemental et écologique. Les taxons sauvages trouvés au Pâtural (fig. 163) peuvent être associés à différents milieux ou « groupements écologiques », sur la base de leurs propriétés écologiques actuelles (fig. 166 ; Ellenberg 1979 ; Oberdorfer 1994).

6.3.1. Les adventices des champs cultivés

26Les taxons les plus fréquents et nombreux dans les échantillons sont Galium aparine, Vicia tetrasperma/ cracca, Avena sp., Echinochloa crus galii, Atriplex sp., Bromus secalinus, Chenopodium album aggr et Lithospermum arvense. Ils sont, selon leur écologie moderne, considérés comme des adventices des cultures mais peuvent également être observés dans des friches et/ou des lieux rudéraux (terrains remués, piétinés, lieux vagues, décharges). Plus de la moitié des plantes sauvages identifiées au Pâtural se range dans cette catégorie. Les champs cultivés sont l’un des habitats privilégiés de ces espèces (fig. 166).

27Dans le corpus du Pâtural, ces taxons ont été trouvés en association avec les résidus du traitement des récoltes (vannes ou graines) et sont donc à considérer comme correspondant à des adventices des cultures. Ces graines de mauvaises herbes ont pu être apportées sur le site avec les récoltes ou avec les produits du traitement des récoltes. Les sous-produits des premières phases du traitement des récoltes (adventices, vannes et paille), à moins qu’elles ne soient stockées pour une utilisation secondaire (fourrage et litière pour les animaux), ont une durée de vie courte. Ces graines peuvent donc soit provenir des restes d’un stock de fourrage brûlé accidentellement, soit correspondre aux résidus du traitement des récoltes détruits dans le feu domestique (Hillman 1984, Jones 1984).

6.3.2. Les espèces de sols nus, de prairies et de jachères

28Les autres espèces identifiées au Pâtural appartiennent aujourd’hui aux espèces des friches et/ou des prairies (pré, pâturage). Elles apparaissent rarement dans les champs cultivés (Ranunculus acris, Festuca rubra, Lathyrus nissolia, Asperula cynanchica, Centaurea jacea). Certaines d’entre elles, comme le Galium mollugo, sont également caractéristiques des haies, des bords de forêt et/ou des clairières (fig. 166). 12 des 19 espèces appartenant à ce groupe sont plus caractéristiques des sols humides (Ranunculus acris, Scirpus cf. maritimus, Eleocharis palustris et Carex spp. ). Les 7 autres taxons (Cynosurus cristatus, Rhinantus minor, Lathyrus nissolia et Asperula cynanchica) sont considérés comme croissant sur des sols secs.

Fig. 166 - Plantes sauvages et biotopes actuels.
a : terres cultivées ; ab : jachères ; r : terrains nus/décombres ; t : bords des chemins ; gm : prairies ; gp : pâturages ; gs : steppe ; ss : buissons ; fo : sous-bois nettoyés ; fh : lisières ; fw : chênaie ; fb : hêtraie ; wd : fossés ; wb : bord d’eau ; w : terrains humides ; d : terrains secs.

29Aucun élément ne permet d’expliquer de façon définitive leur présence sur le site. Ces espèces des prairies ont pu être apportées avec les récoltes de foin. Certaines plantes ont également pu être utilisées pour la confection de nattes, de paniers, de matelas ou la couverture des toitures. Toutefois, seuls les nœuds des graines ont été retrouvés, les tiges et feuilles étant absentes des assemblages, y compris de l’ensemble imbibé du contexte 111101. Les semences caractéristiques des prairies sèches ou humides ont été découvertes en association avec des graines de plantes cultivées et correspondent donc probablement à des adventices des champs cultivés.

6.3.3. Les plantes d’autres milieux

30Appartiennent à ce groupe les espèces listées dans les taxons « comestibles et cueillis » : le noisetier (Corylus avellana) et la physalis (Physalis alkekengi). Ces deux espèces, caractéristiques des bois ouverts, des lisières et des haies, témoignent de l’exploitation de ces biotopes. Galium odoratum (asperule odorante) est également typique de ces milieux. Rumex palustris (oseille des marais) croît dans les dépressions humides (fossés ou bord de ruisseau). À l’inverse Peucedanum cf. oreoselinum (persil des montages) pousse sur un sol très sec voire aride.

6.3.4. Les paysages de limagne à la tène

31Il apparaît qu’environ la moitié des adventices des cultures et des taxons des prés apprécie l’humidité (fig. 166). Elles témoignent ainsi de l’existence de champs, de prés ou de pâturages implantés sur des sols humides. Les espèces xérophiles (sol sec) telles que Neslia paniculata, Asperula cynanchica, Bromus tectorum, Medicago lupulina et Vicia hirsuta indiquent la présence et l’utilisation de terrains secs, probablement disposés en hauteur (talus) ou bien drainés. Les taxons typiques des bords des eaux et des fossés (Physalis alkekengi et Rumex palustris) indiquent également la présence de cours d’eau naturels ou artificiels. Les 27 taxons restant n’ont pas d’affinités fortes avec l’un ou l’autre de ces milieux et peuvent se développer sur sol sec ou humide.

32Ces données permettent de proposer une première restitution paysagère de la Limagne, surtout valable, compte tenu de la répartition chronologique des échantillons, pour la période du IIIe siècle av. J.-C. Ce secteur de la plaine de Limagne est constitué d’une mosaïque de champs cultivés (céréales, légumineuses) et de prairies permanentes (pré, pâturage) vraisemblablement séparés par des fossés, attestés par l’archéologie, et des haies. Quelques secteurs boisés mais relativement ouverts (Galium odoratum, Corylus avellana, Galium spurium/ rotundifolium) couvrent encore une partie de la plaine.

33L’étude palynologique réalisée à moins de 20 km au nord du Pâtural, dans le secteur de Saint-Beauzire, soutient cette proposition de reconstitution. L’analyse conduite par B. Prat suggère une ouverture progressive du milieu, dès le début de La Tène, mise en relation avec une exploitation intensive de la plaine dans le cadre de la céréaliculture et de la mise en place de pâturage (rapport Prat 2002). À La Tène finale, les prairies/pâturages de plaine sont très bien établis. Sur ce secteur, les plantes de prairies/pâturages dominent à l’intérieur du spectre palynologique, laissant envisager une localisation préférentielle des pâturages sur des sols humides.

6.3.5. Mauvaises herbes ou plantes sauvages ?

34Il a été montré que des espèces sauvages classées aujourd’hui parmi la communauté de plantes des pelouses et prairies ou des lieux humides, ont pu, par le passé, pousser sur des terres labourées (Van der Veen 1992 : 104). L’origine à ce changement est une modification des conditions environnementales et des pratiques agricoles. Leur association récurrente aux restes de plantes cultivées, dans les assemblages carpologiques de 9 sites anglais datés de l’âge du Fer à la période romaine, permet de les identifier à des adventices des champs cultivés (ibid.). Les indicateurs écologiques de ces plantes sauvages peuvent être utilisés pour reconstituer les pratiques agraires passées.

6.3.5.1. Composition des échantillons

35Au Pâtural, les échantillons sont dominés par les semences des plantes cultivées, céréales et des légumineuses (69 % des restes). Les vannes et les plantes sauvages comptent respectivement pour 11 % et 20 % de l’ensemble. La place occupée par les taxons sauvages, au sein de chacun des échantillons contenant plus de 30 individus, varie de 3 à 47 % (fig. 167 et 168).

Fig. 167 - Composition de chacun des échantillons étudiés.

36Il faut souligner que ces assemblages ont un caractère mélangé et qu’aucun d’entre eux ne provient d’une seule récolte. Dans la grande majorité des cas, l’espèce cultivée la plus représentée (graines et vannes confondues) est numériquement dépassée par la somme des autres taxons présents. Il donc impossible de mettre en relation directe les plantes sauvages identifiées avec une récolte particulière.

Fig. 168 - Composition des assemblages carpologiques par phase.

37Les échantillons qui ont la plus forte proportion de plantes sauvages (40-47 %) livrent également des graines et des vannes de céréales cultivées. Il s’agit, soit d’échantillons riches en restes carpologiques, semences et des vannes de plantes cultivées (éch. 12, 31, 34 et 39), soit d’échantillons comprenant un faible nombre de restes (éch. 1-5). Quelques autres sont riches en vannes et grains, mais pauvres en plantes sauvages (éch. 12, 30, 32, 33 et 35). Enfin, les derniers sont dominés par les plantes cultivées, même si les mauvaises herbes et les vannes sont nettement présentes.

38L’association récurrente des plantes sauvages avec les restes de plantes cultivées et leur distribution relativement homogène dans les échantillons les plus riches conduisent à les identifier à des adventices des cultures apportées sur le site avec les récoltes.

6.3.5.2. La présence de plantes typiques d’autres communautés écologiques à l’intérieur des champs cultivés

39De multiples raisons peuvent expliquer la présence de plantes sauvages non caractéristiques des terres cultivées dans les cortèges de mauvaises herbes (Van der Veen 1992). On ne dispose pas, au Pâtural, d’un échantillon suffisamment fourni pour pouvoir explorer toutes les possibilités et il sera proposé, ici, les deux hypothèses les plus probables.

40Une première explication peut être la proximité des champs cultivés et des prairies, prés ou pâturages, qui a pu permettre la migration des plantes de prairies vers l’intérieur des champs. La petite taille des champs et la présence à leur périphérie de prairies pérennes ou pluriannuelles (situation que l’on observe encore aujourd’hui en Transylvanie) peuvent expliquer la pénétration d’espèces bisannuelles et vivaces, non seulement en bordure, mais également au cœur des champs. Le labourage relativement peu profond tel que celui produit par les araires en fer ne permet pas l’élimination des bisannuelles et des vivaces des champs. Partant de là, la présence dans l’assemblage d’un nombre relativement élevé d’espèces vivaces poussant sur des sols humides permet de suggérer qu’au moins une partie des champs d’où sont issus les restes de récoltes découverts au Pâtural est située dans des secteurs humides de la Limagne.

41Une autre hypothèse fait intervenir, entre les cultures, une phase de friche suffisamment longue pour autoriser le développement des plantes pérennes et l’établissement de prairies ou de pâturages. La reprise des cultures avec un labourage peu profond n’aurait également pas suffi à éliminer ces espèces sauvages d’où leur présence comme adventice des cultures. Dans cette optique, la proportion assez élevée de plantes, aujourd’hui caractéristiques des groupements rudéraux dans les ensembles du Pâtural, permet d’envisager une pratique de rotation des cultures ou de mise en jachère à court terme (moins de 3 ans).

42Ces deux hypothèses ne s’excluent pas et il possible que les deux phénomènes, pollutions des champs cultivés par les espèces des prairies ou persistance de ces espèces sur des terres remises en culture, soient, en partie, à l’origine de la situation observée au Pâtural. De plus, même si toutes les herbacées sauvages proviennent des terres cultivées, la présence de plantes des prairies pérennes ou pluriannuelles suffit à déduire l’existence de prairies dans l’environnement proche du site.

6.4. La nature des assemblages carpologiques

43Comme on l’a déjà évoqué, les échantillons sont essentiellement composés de restes de plantes cultivées et d’adventices. On propose, ici, de tenter de caractériser la nature de ces assemblages. S’agit-il des produits des récoltes stockés pour la consommation humaine ou de sous-produits (ou produits) de leur traitement, destinés à la nourriture des animaux, voire à d’autres usages ?

44Les différentes étapes de la chaîne opératoire du traitement des céréales sont bien connues (Hillman 1984, Jones 1984). Pour les céréales à grain nu (froment, seigle, mais aussi l’orge vêtue pour laquelle l’enveloppe est éliminée par la suite) et les légumineuses, les principales étapes du processus de traitement se décomposent en moisson, battage, vannage, tamisage grossier et fin. Pour les blés vêtus (engrain, amidonnier et épeautre) des étapes supplémentaires sont nécessaires. Après le tamisage grossier, sont appliqués le grillage, le pilage, un deuxième vannage, un second tamisage grossier et le tamisage fin. Chacune de ces étapes conduit à l’obtention d’un produit, qui est stocké ou qui subit l’étape suivante du traitement, et d’un déchet (sous-produit), qui peut être rejeté ou mélangé avec d’autres sous-produits et qui peut, éventuellement, être stocké. Ces déchets sont en réalité des produits qui peuvent être utilisés comme nourriture pour les animaux, dégraissant pour la céramique ou encore pour la réalisation du torchis.

45Pour tenter de déterminer à quels stades de la chaîne opératoire du traitement des céréales appartiennent les échantillons du Pâtural, deux méthodes statistiques ont été employées Ne sera présentée, dans les lignes qui suivent, qu’une synthèse des résultats.

6.4.1. L’analyse des proportions des principaux constituants

46La première méthode repose sur l’analyse de la proportion (ratio notés R 1 à R 3) des constituants principaux des assemblages carpologiques (fig. 169). Elle permet de déterminer quel est le stade de traitement des échantillons (Van der Veen 1992). Le ratio R 1 correspond au rapport entre le nombre de glumes de blé (gb) et le nombre de grains (gr) (R 1 = gb/gr). R 2 correspond au rapport entre le nombre des entrenœuds de rachis (ri) et le nombre de grains (gr). Le ratio R 3 correspond au rapport établi entre le nombre de graines d’adventices (w) et le nombre de semences de plantes cultivées (gr), céréales et légumineuses réunies. Ces ratios ont été calculés pour tous les échantillons comptant plus de 10 individus, mais interprétés seulement pour ceux contenant plus de 50 individus.

Fig. 169 - Proportions de graines, de légumineuses, de vannes et de mauvaises herbes par phase d’occupation.

47Cette analyse montre que la majorité des échantillons du Pâtural correspond à du grain de fin de chaîne opératoire pour les blés nus (22 sur 26) et l’orge vêtue (17 sur 27). Plusieurs échantillons semblent renvoyer à un stockage d’épis non traités ou aux résidus de début de chaîne opératoire, même si les vannes sont sous-représentées. Pour ce qui est des blés vêtus, plus de la moitié des assemblages correspond à des stocks de récoltes sous forme d’épillets. Les sous-produits et produits des dernières étapes du traitement de ces blés vêtus sont toutefois également représentés.

48La forte proportion de plantes sauvages dans les assemblages suggère que la plupart des échantillons correspondent à des récoltes incomplètement traitées. L’échantillon 39 est la seule exception. Il est composé exclusivement de restes de plantes sauvages associés à des vannes d’orge et peut être identifié à un résidu de vannage (début de chaîne opératoire) ou à un résidu de tamisage fin de l’orge (fin de chaîne opératoire).

49En résumé, les échantillons du Pâtural correspondent majoritairement à du grain de fin de chaîne opératoire, mais encore incomplètement traité. Plusieurs échantillons indiquent un stockage des blés vêtus sous forme d’épillets.

6.4.2. Les études des catégories de plantes sauvages représentées

50La seconde méthode d’analyse repose sur l’examen des catégories de graines de plantes sauvages présentes dans les assemblages. Une étude ethnographique des cultures non mécanisées (Jones 1984) montre en effet que certaines des étapes du traitement des récoltes peuvent être individualisées en utilisant la proportion relative de plantes cultivées, d’éléments de vannes et de plantes sauvages. Ces différentes étapes peuvent également être perçues en utilisant uniquement les catégories de graines de plantes sauvages représentées. En effet, la rapidité d’élimination de ces graines, au cours du traitement des récoltes, dépend de leur taille, de leur grégarisme et de leur propriété aérodynamique.

51L’analyse discriminante conduite sur cette base permet l’individualisation des échantillons en quatre groupes qui correspondent à différents stades de traitement des récoltes. La plupart des échantillons analysés appartiennent aux produits du tamisage fin et sous-produits du vannage. Presque tous les échantillons de la fosse 59027 (La Tène A), la moitié de ceux issus de la structure 111101 (phase 1a, La Tène B2b), 3 échantillons de la fosse 66010 (phase 1a, La Tène B2b) et 3 autres du fossé 63005 (phase 1b, La Tène C1) correspondent aux produits du tamisage fin. Les sous-produits du vannage sont présents dans la moitié des échantillons de la structure 111101 (couches 4 à 7), dans le fossé 105001 (phase 2b, La Tène C2/D1) et dans 1 échantillon de la fosse 66010. Les autres phases du traitement sont peu représentées : 2 échantillons (59027, 66010) ont été classés comme sous-produits du tamisage grossier et 3 autres échantillons (66010, 105001 et 110001) comme sous-produits du tamisage fin.

52Cette méthode montre que le site du Pâtural livre à la fois des ensembles correspondant au début (vannes et graines de mauvaises herbes éliminées au vannage) et à la fin de la chaîne opératoire du traitement des récoltes (stockage de céréales propres).

6.4.3. Conclusion

53Les deux méthodes d’analyse employées s’accordent sur le fait que les assemblages carpologiques du site correspondent aux restes de récoltes stockées, de céréales et de légumineuses, en partie incomplètement traitées ainsi qu’aux déchets issus du traitement de ces récoltes. La première méthode conduit à identifier la majorité des échantillons à des restes de stocks.

6.4.4. L’analyse fonctionnelle de la structure 111101

54Cette structure livre, à elle seule, plus de la moitié du matériel carpologique découvert sur le site. Les résultats de l’étude développée ci-dessus permettent de préciser l’interprétation fonctionnelle de cette structure (fig. 170).

Fig. 170 - Composition des échantillons prélevés dans la fosse 111101.

55Les échantillons provenant du comblement supérieur de cette fosse (éch. 14, 17, 20 à 23) contiennent des graines de plantes sauvages qui sont normalement éliminées au tout début du traitement des récoltes. Sur la base de l’analyse discriminante des catégories de graines d’adventices, ces résidus peuvent être classés comme étant des sous-produits du vannage. D’autres échantillons du même niveau de comblement (éch. 16, 18, 19), composés de grains de céréales, de légumineuses et de graines sauvages, sont classés comme produits du tamisage grossier. La rareté des restes de vannes suggère qu’il s’agit de résidus du nettoyage de grains parfaitement décortiqués. En outre, les semences d’adventices présentes dans ces échantillons possèdent des propriétés (taille, poids, forme) comparables à celles des plantes cultivées. Lorsqu’elles sont éliminées, ces semences sont habituellement extraites à la main avant consommation.

56Pour le comblement inférieur, tous les échantillons (à l’exception toutefois des éch. 26 et 30) ont été classés comme étant des produits du tamisage fin. La partie supérieure contenait peu de vannes et un nombre plus important de graines de légumineuses cultivées que de plantes sauvages (US 8-9 ; rapport de 2 pour 1 à 5 pour 1). Ces échantillons peuvent correspondre à des produits semi nettoyés, peut-être des réserves de légumineuses.

57Les vannes, les fragments de paille et les légumineuses à petites graines sont très majoritairement présents dans la partie basse de ce comblement, avec une forte concentration dans deux prélèvements. Dans ces prélèvements, les légumineuses se partagent entre espèces cultivées et espèces sauvages à petites graines, ces dernières étant les plus nombreuses (rapport de 1 pour 2). La présence d’une grande quantité de restes de paille permet d’identifier ces échantillons à un mélange de sous-produits du vannage des céréales (US 11 et un échantillon de la couche 9) et de produits, et sous-produits, du tamisage fin de récoltes de légumineuses et de céréales (couches 9, 10 et 12). Ce mélange de sous-produits provenant de différents stades de traitement des récoltes évoque une préparation destinée au fourrage des animaux (Hillman 1984 ; Jones 1984).

58L’analyse de l’assemblage des macro-restes végétaux indique que cette structure a pu avoir deux fonctions différentes. En dépit de son profil pyriforme qui pourrait évoquer un silo, on pense que cette fosse a été utilisée, à l’origine, comme structure de puisage de l’eau. Elle a ensuite été utilisée comme dépotoir et a reçu les restes d’un stock de fourrage, probablement incendié accidentellement (couches inférieures), puis ceux d’un stock de céréales et de légumineuses (couches médianes). L’absence de restes pouvant appartenir à la végétation située aux abords de ce puits semble indiquer que ce dernier a été utilisé sur une courte période et comblé très rapidement, ce que confirme l’analyse du mobilier céramique. Par la suite, une structure de combustion (four ou foyer) a été installée au sommet du puits totalement comblé. La présence de graines de céréales et de légumineuses complètement nettoyées indique une utilisation liée à la préparation alimentaire.

6.5. Modélisation des données par l’analyse statistique

6.5.1. Principes

59A été menée une série d’analyses statistiques (analyses en composantes principales et classification ascendantes hiérarchiques), destinées à mettre en évidence la structuration des données, afin de pouvoir mieux les interpréter. Dans un premier temps, les assemblages (plantes cultivées et sauvages) ont été analysés par la statistique multivariée qui constitue un outil de synthèse des données qui permet de révéler leur organisation (Gauch 1984). Ensuite, les différences détectées ont été interprétées par l’utilisation des données autécologiques sur les plantes sauvages. Il n’est pas possible de présenter de façon détaillée l’analyse conduite sur les échantillons carpologiques du Pâtural. Le lecteur consultera l’article à paraître dans lequel seront détaillés la méthode employée et les résultats obtenus (Hajnalová à paraître).

6.5.2. Les résultats de l’analyse statistique multivariée

60L’assemblage carpologique du Pâtural peut être divisé en cinq groupes. À partir de la présence de taxons (cultivés et sauvages) dans chacun des groupes, on peut conclure que :

  • le premier groupe est principalement constitué de grains de céréales provenant de diverses espèces. Il comprend également une faible quantité de vannes et des graines de plantes sauvages. Il est interprété comme étant constitué de rejets de cuisine et ne peut être considéré comme statistiquement significatif pour tenter de restituer les conditions environnementales passées (en grande partie à en raison du faible nombre d’espèces sauvages présentes). Ce groupe n’a pas été retenu pour la suite de l’analyse statistique ;

  • le deuxième groupe comprend les échantillons ayant un nombre important de restes de Panicum miliaceum et des adventices associées (Setaria italica, Atriplex sp., Bilderdikia convolvulus = Polygonum convolvulus) ;

  • le troisième groupe se compose d’échantillons de faible effectif provenant des récoltes (exceptée une minorité de Lens culinaris et d’entre-nœuds de rachis d’orge vêtue) et dominé par les adventices ;

  • le quatrième groupe est caractérisé par de forts effectifs de grains de blé, principalement de T. monococcum et T. dicoccum, et des mauvaises herbes comme Echinochloa crus-galii, Vicia tetrasperma et Chenopodium hybridum ;

  • le cinquième groupe est constitué d’échantillons où les vannes de blés vêtus et d’orge sont associées aux graines de légumineuses sauvages et cultivées.

61Il apparaît clairement que les échantillons traités ont un caractère mélangé. Par exemple, certains échantillons correspondent au mélange de semences (groupe 4) et de vannes (groupe 5), appartenant aux diverses espèces de blés, dans lequel on retrouve également des légumineuses. Toutefois, les échantillons les plus riches en grains de millet et en lentilles se démarquent assez nettement de ceux contenant du blé. Il semble possible, en utilisant ces groupes et les indicateurs écologiques des plantes sauvages, de définir si les conditions environnementales des champs de blé et celles des champs de millet et de lentille sont identiques ou différentes.

6.5.3. L’écologie des mauvaises herbes

62Comme on l’a montré précédemment, la grande majorité des plantes sauvages présentes sur le site du Pâtural est considérée comme des adventices des cultures (fig. 171). Par conséquent, leurs besoins et leurs caractéristiques écologiques peuvent être employés pour caractériser les conditions environnementales dans lesquelles elles se sont développées.

Fig. 171 - Saison de germination des plantes sauvages identifiées au Pâtural.

63L’application de l’approche « autécologique » aux cinq groupes individualisés plus haut, permet de conclure que :

  1. les échantillons comprenant un grand nombre de Panicum miliaceum et les adventices associées (groupe 2) sont en majorité associés au critère « espèces indifférentes à l’azote ». La présence d’espèces indifférentes à l’azote peut indiquer que les champs de millet étaient installés dans des zones au sol de moindre qualité ;

  2. les échantillons dominés par l’orge et la lentille (groupe 3) sont associés aux critères « indifférence à l’azote » et « sécheresse relative du sol ». Les sols secs sont pauvres en nutriments, ce qui peut expliquer la domination des plantes indifférentes à l’azote. L’orge et la lentille ont probablement été semées sur sols secs ;

  3. les échantillons comprenant du blé, vêtu ou nu, de l’orge et des légumineuses (groupes 4 et 5) sont associés aux critères « sols frais à humides », « teneurs faibles à moyennes en azote » et « emplacements chauds ». Les champs de blé et les parcelles de légumineuses ont probablement été installés sur des sols moyennement riches, situés à proximité de l’eau.

64Pour résumer, en dépit du caractère mélangé des céréales présentes dans les échantillons (probablement en raison des modes de constitution des dépôts et non de la pratique de méture), il est possible de mettre en relation les cultures, les plantes sauvages et les facteurs environnementaux. Alors que les champs de blé, ainsi que les légumineuses à l’exception toutefois des lentilles, sont situés sur des sols humides et bas, le millet et les lentilles sont plantés sur des sols plus secs et mieux drainés. L’orge semble avoir été semée sur les deux types de terrains.

6.6. Reconstitution des pratiques agraires

65On l’a vu plus haut, les différences de composition observées dans les groupes d’échantillons précédemment définis s’expliquent par des conditions environnementales propres à chacun d’eux. Les facteurs les plus déterminants sont la nature du sol (humidité et azote) et le climat (température). Les autres facteurs environnementaux ont été considérés comme non statistiquement significatifs. Ils peuvent toutefois être utilisés pour proposer une reconstitution des pratiques agraires. Les observations faites ci-après ne caractérisent que les productions découvertes au Pâtural. Elles ne préjugent pas de la localisation effective des champs : ces productions ont pu être, pour certaines, réalisées à proximité immédiate du site, pour d’autres, à plus grande distance.

6.6.1. La saisonnalité des semailles

66La majorité des céréales cultivées au Pâtural est considérée comme étant des semis d’hiver (T. aestivum, T. spelta, T. monococcum). De nos jours T. dicoccum se sème en hiver, mais certaines variétés de printemps existent aussi. L’orge vêtue peut être semée aussi bien en hiver qu’au printemps, alors que le millet (Panicum miliaceum) et toutes les légumineuses sont des semis de printemps.

67Les adventices actuelles caractéristiques des semis d’hiver, comme Agrostemma githago, Neslia paniculata et Avena fatua/sterilis, sont très rares dans l’assemblage ici présent, alors que les espèces associées aux semis de printemps, comme Chenopodium album aggr, sont très représentées. La sous-représentation des adventices d’hiver, typiques dans les assemblages de céréales d’hiver, est souvent observée en carpologie. Ceci peut être dû au caractère humide des sols, qui sont aussi les plus froids, où les annuelles d’hiver germent moins bien que celles d’été (Van der Veen 1992 : 106 ; Bannink, Leys, Zonneveld 1974). Cette explication est plausible au Pâtural où la plupart des adventices identifiées sont des plantes caractéristiques des milieux humides. De plus, sur les sols riches comme ceux de Limagne, les annuelles d’hiver sont habituellement peu présentes, car elles ne peuvent rivaliser avec les annuelles d’été (ibid.). Une autre hypothèse (Wasylikowa 1981) pour expliquer la prédominance des annuelles d’été sur celles d’hiver est la pratique d’un désherbage des champs au printemps. La pratique du hersage, du binage et du sarclage intensif, au printemps, favorise les annuelles d’été même dans les cultures d’hiver.

68En raison du caractère fortement mélangé des échantillons du corpus (ce que confirme l’analyse statistique), il est impossible d’assigner précisément un groupe de plantes sauvages à chaque culture. Par conséquent, on peut seulement conclure que les fermiers du Pâtural semaient probablement aussi bien des cultures d’hiver (blé et orge) que de printemps (millet et légumineuses). Il n’est pas possible de savoir précisément quelles espèces, parmi les blés et/ou l’orge, étaient semées en hiver et/ou au printemps.

6.6.2. La méthode de labourage

69Un très bon indicateur pour définir la méthode de labourage employée est l’étude de la forme biologique des espèces sauvages présentes. En règle générale, les espèces annuelles avec leur stratégie de « pionnières » sont des indicateurs de haut degré de perturbation du sol. À l’opposé, les espèces biannuelles et vivaces indiquent une perturbation du sol peu intense. Toutefois, certaines espèces vivaces sont favorisées par un travail intensif du sol, car elles peuvent ainsi propager de petits fragments végétatifs (par exemple Ranunculus repens).

70Au Pâtural, l’analyse du cortège des adventices présentes permet d’en déduire soit une proximité des terres cultivées et des prairies, soit une mise en jachère des terres. Dans tous les cas, elle montre l’emploi d’une méthode de labourage qui ne permet pas d’éliminer complètement les plantes biannuelles et vivaces.

6.6.3. Les moissons

71Il existe de multiples façons de moissonner les céréales. La différence essentielle tient au prélèvement séparé ou conjoint de l'épi et de la paille : coupe haute ou coupe basse. La composition des échantillons (présence de base de l’entrenœud de rachis, glumes, graines de mauvaises herbes) suggère que les épis ont été récoltés avec la paille (coupe basse).

72Il y existe également deux procédés pour récolter les légumineuses : un ramassage manuel des cosses sèches ou vertes avec les graines ou une récolte de la plante dans son intégralité, par coupe près du sol ou arrachage de la plante. Dans les échantillons du Pâtural, la présence de graines de mauvaises herbes en association avec les légumineuses suggère que ces dernières ont été récoltées à la faucille ou par arrachage. Ces récoltes ont nécessité, ensuite, un traitement identique à celui pratiqué pour les céréales (battage, vannage, tamisage…).

6.6.4. La hauteur de coupe

73Les céréales moissonnées avec la paille, comme celles documentées dans l’assemblage du Pâtural, sont soit coupées près du sol (ou arrachées), soit à mi-hauteur de la tige. La présence de graines d’herbes à faible croissance indique une coupe basse, alors que la présence de graines d’herbes hautes et l’absence de graines d’herbes basses indiquent une plus grande hauteur de coupe. Les espèces sauvages ont été classifiées en quatre catégories allant de H1 bas (jusqu’à 30 cm) à H4 haut (jusqu’à 150 cm).

74Les mauvaises herbes basses sont majoritairement présentes dans les échantillons dominés par les restes de vannes et de légumineuses (groupe 5). Les mauvaises herbes de taille moyenne sont associées aux échantillons riches en grains de blés vêtus. Les mauvaises herbes de haute taille (plus de 60 cm) prévalent dans les échantillons des groupes 2 et 3, même si on les retrouve également dans certains échantillons des mauvaises herbes de tailles moyennes et basses. On en conclut que céréales et légumineuses étaient moissonnées au milieu ou au bas de la tige, mais probablement pas au ras du sol.

6.6.5. L’amélioration de la qualité du sol

75La culture intensive peut mener à l’épuisement du sol et à la diminution de sa fertilité. Un moyen d’y remédier est de pratiquer la rotation des cultures ou le fumage des terres, pratiques qui peuvent, en théorie, être perçues à partir de l’examen des assemblages carpologiques. La mise en jachère réduit les phénomènes de perturbation du sol et favorise, de ce fait, la croissance des graminées et des espèces pérennes. La pratique intensive de la fumure, par l’augmentation en azote qu’elle produit, favorise l’établissement des espèces nitrophiles aux dépens des mauvaises herbes typiques des terres labourées.

76Au Pâtural, une proportion relativement élevée de plantes sauvages affectionne les sols riches et calcaires. Ce type de sol requiert peu, voire aucun apport pour conserver sa fertilité lorsqu’il est cultivé. Les espèces annuelles et pérennes sont, toutes deux, représentées dans les assemblages du Pâtural. Les espèces annuelles qui germent au printemps sont les plus courantes, mais cette prépondérance, plus spécialement pour les groupes 4 et 5, peut être causée par la présence de légumineuses semées au printemps. Il est plus surprenant de trouver un nombre élevé d’annuelles germant en automne, de bisannuelles et de pérennes dans les échantillons comprenant du millet et des entre-nœuds de rachis d’orge. Compte tenu du caractère mélangé de l’assemblage, il n’est pas possible de déterminer si cette présence d’espèces pérennes est liée à une pratique de mise en jachère ou si elle résulte de l’implantation de prairies (pâturages et prés) à proximité des champs cultivés. De plus, compte tenu du caractère naturellement riche en azote des sols humides de Limagne, il est impossible de savoir si la sur représentation des espèces nitrophiles est un phénomène « naturel » ou si elle est liée à un enrichissement du sol par fumage.

6.6.6. Les pratiques de stockage

77L’absence au Pâtural, et plus généralement dans l’ensemble de la Limagne, de silos enterrés tels que ceux utilisés dans le nord de la France ou le sud de la Grande-Bretagne (Malrain et al. 2002 : 92 ; Collis 1999), peut s’expliquer par le caractère humide de la plaine. Il est également possible que cette absence traduise une différence culturelle. On constate, en effet, que les structures de ce type font également défaut, pour la période laténienne, sur les marges pourtant bien drainées de la Limagne. De même, on connaît, pour la période médiévale, de grandes batteries de silos implantées sur les « points hauts » de la plaine humide. Un autre choix a été fait pour le stockage des récoltes ; très probablement celui des greniers sur poteaux porteurs et du stockage en récipients céramiques de grande dimension.

78Les greniers sont considérés comme des structures multifonctionnelles. Les céréales et les légumineuses peuvent y être stockées soit directement au sol (à l’exemple de ce qui a été observé pour le site de Jaux Le Camp du Roi ; Malrain et al. 1996), soit dans des récipients en céramique, en bois ou en vannerie. Leur sol peut être utilisé pour le séchage des épis fraîchement moissonnés, préalablement à d’autres opérations (vannage, battage), ou pour la conservation à plus long terme. Enfin, les greniers peuvent être utilisés pour stocker du foin et/ou des sous-produits du traitement des céréales pour nourrir les animaux au cours de l’hiver.

79Aucun des échantillons étudiés au Pâtural ne peut être associé de façon certaine à l’une ou l’autre des structures construites du site. Aucune information directe ne vient donc éclairer la fonction précise de ces greniers. Toutefois, la preuve de l’existence d’une activité de stockage est apportée par l’analyse de lots en position secondaire (rejets) découverts dans les autres structures (notamment la fosse ou puits 111101).

80Au Pâtural, les céréales vêtues ont été stockées dans leurs glumes, alors que les céréales nues et les légumineuses ont été conservées décortiquées. On sait que le stockage des blés vêtus dans leurs glumes constitue une protection efficace contre l’infestation par les insectes, les champignons et l’humidité. À l’inverse, la conservation des grains nus (céréales et légumineuses) induit une plus grande sensibilité à ces ravageurs. Dans les deux cas, les denrées restent sensibles aux mauvaises conditions de stockage (Matterne et al. 1998). L’examen des échantillons ne montre aucune trace d’infestation par les insectes (absence d’attaques des grains et/ou de restes d’insectes) ou de germination des graines généralement provoquée par une humidité trop élevée et l’augmentation conséquente de la température des stocks. Ce bon état de préservation résulte soit de bonnes conditions de stockage, soit d’un temps de conservation relativement court. On notera toutefois qu’il est plus rare de découvrir des traces d’infestation dans les ensembles conservés par carbonisation (destruction des éléments les plus fragiles) que dans ceux préservés en milieux humides.

6.7. Implications économiques : site producteur ou de consommation ?

81Le milieu et la fin du second âge du Fer constituent une période de grands changements dans l’organisation du peuplement et de la société, dans les modes de mise en valeur agricole et, plus largement, dans le domaine économique. L’étude des assemblages archéobotaniques peut contribuer à déterminer la place occupée par l’agriculture dans l’économie d’un site et, accessoirement, à mettre en évidence d’éventuelles modifications dans les pratiques. Deux modèles sont généralement utilisés en archéobotanique pour déterminer si un site a joué un rôle dans la production des denrées ou s’il a été uniquement un lieu de consommation.

6.7.1. Modèle ethnographique

82Le premier modèle repose sur l’étude ethnographique des méthodes employées pour traiter les récoltes (Hillman 1981, 1984 ; Jones 1984 ; Van der Veen 1992). Selon ce modèle, le critère qui permet de différencier les sites de production et de consommation est la présence ou, au contraire l’absence, des sous-produits des premiers stades du processus de traitement des récoltes.

83La plupart des échantillons du Pâtural correspondent aux produits et sous-produits des stades avancés du traitement du froment, du blé tendre compact et de l’orge vêtue. La présence de ces récoltes semi nettoyées, associées à celle de fragments de paille, et, pour un échantillon, aux résidus du vannage indique qu’il y a eu production agricole localement.

6.7.2. Modèle archéologique

84Le second modèle (Jones 1985) s’appuie sur l’étude de plusieurs sites de Grande-Bretagne de la fin de l’âge du Fer et de la période romaine. Il considère qu’un site de production est caractérisé par une grande densité de restes végétaux par litre de sédiment étudié et par une proportion relativement élevée de grains de céréales par échantillon. À l’opposé, un site de consommation comprend une faible densité de restes végétaux par litre de sédiment ainsi qu’une proportion limitée de grains de céréales. Selon Jones:

« … The grain is the part of the product least likely to be treated as waste… A non-producer site receiving harvest product through exchange is likely to allow only the waste material from any final processing stage to be discarded into the settlement fires » (ibid. 120).

85Ces deux types de sites sont projetés sur des graphiques triangulaires qui représentent les proportions relatives de grains de céréales, vannes et mauvaises herbes, et dans lesquels la taille des symboles traduit la densité en restes végétaux (fig. 172a).

Fig. 172 - Diagrammes triangulaires illustrant la composition des assemblages carpologiques (grains de céréale, vannes et mauvaises herbes). Chaque symbole correspond à un échantillon ; sa taille est proportionnelle à la densité de restes par litre de sédiment.

86Trois diagrammes triangulaires ont été réalisés à partir des données du Pâtural (fig. 172b-d). Chaque échantillon livre une densité de restes par litre supérieure à 5,1, valeur qui est comparable à celle des plus grands cercles visibles sur le diagramme de référence ; deux de ces diagrammes correspondent à la phase d’occupation de La Tène A (période 1, phase 2) et à la première occupation de la ferme laténienne à La Tène B2b (phase 1a). Pour ces deux phases, les caractéristiques des échantillons se rapprochent de celles des sites de production du modèle de M. Jones. Le dernier diagramme compile les données pour les phases 1b, 2a et 2b (Tène C1, C2 et C2/D1) avec un symbole différent pour chaque phase. Plusieurs de ces échantillons sont proches de ceux caractérisant un site de production. D’autres ne peuvent être classés en référence à ce modèle.

6.7.3. Conclusion

87La confrontation des données du Pâtural à ces deux modèles permet de considérer l’établissement laténien comme correspondant à un site de production. Compte tenu du faible nombre de structures échantillonnées par période et de la répartition chronologique inégale des échantillons (la collection provient en grande partie d’une seule structure datée du début du IIIe siècle av. J.-C.), il n’est pas possible d’aller plus avant dans l’analyse concernant un éventuel changement dans l’échelle de cette activité. La mise en évidence d’une intensification de la production agricole, qui est suggérée à partir de l’analyse des restes fauniques (accroissement du nombre d’animaux de trait ; cf. infra chapitre 7), est bien difficile à révéler à partir des seuls restes carpologiques.

88Toutefois, cette étude montre qu’une activité de production de céréalière, probablement importante et diversifiée, est pratiquée par les occupants du Pâtural dès le début de l’implantation de l’établissement agricole et, au moins, jusqu’à La Tène moyenne. Pour les périodes plus anciennes et plus récentes, l’indigence de la collection ne permet pas d’être aussi catégorique.

6.8. Les charbons de bois

89Les charbons de bois sont présents dans la moitié des échantillons traités par flottation et 522 fragments ont pu être identifiés. Ils appartiennent à 11 arbres à feuilles caduques qui tous, excepté 1 taxon, figurent dans la végétation forestière actuelle de la région (fig. 173).

Fig. 173 - Charbons de bois, taxons identifiés pour chacun des échantillons.

90Le plus communément rencontré est le hêtre (Fagus sylvatica), avec 70 % de la totalité des fragments et une occurrence dans la quasi-totalité des échantillons. Le chêne (Quercus fc.) et l’orme (Ulmus sp.) représentent 10 % des charbons et sont présents dans la moitié des échantillons environ. Le frêne (Fraxinus sp.) est représenté par un nombre équivalent de restes, mais n’est attesté que dans 3 échantillons. Le noisetier (Corylus avellana) et le bouleau (Betula sp.) sont chacun représentés dans quatre échantillons, mais en quantité nettement moindre. Le charme (Carpinus betulus), le peuplier/saule (Populus/Salix) sont attestés en petit nombre (fig. 174) ; on trouve encore 1 prunier ou cerisier sauvage (Prunus sp.) et 1 Pomoidae (type Sorbus, Malus).

Fig. 174 - Charbons de bois, occurrence des taxons identifiés par phase d’occupation.

91Les structures 59027 (La Tène A) et 66010 (phase 1a : La Tène B2b) livrent les plus grandes quantités de fragments de charbons de bois. La fosse ou puits 111101, pourtant très riche en graines et vannes carbonisées, a livré très peu de charbons. Ils sont aussi très peu abondants dans les échantillons des dernières phases d’occupation du site (phases 2 et 3).

92Pour La Tène A, le taxon le plus abondamment et le plus fréquemment représenté est le hêtre. Il apparaît à côté des taxons de la chênaie et ceux de la lumière (bouleau et noisetier), indiquant l’existence d’ouvertures forestières et de lisières dans le paysage. Dès La Tène B2b, apparaissent à côté du hêtre et du chêne largement majoritaires (plus de 90 % des fragments) d’autres taxons habituellement considérés comme bois de chauffage de mauvaise qualité, tels que l’orme, le charme et les arbres fruitiers sauvages. La tendance se confirme à La Tène C1, puisque ces deux taxons ne sont plus majoritaires.

93Les plus proches hêtraies sont situées à une dizaine de kilomètres à l’ouest et au sud du site, sur les pentes des massifs qui bordent la Limagne. Le chêne a pu être présent en plaine, à faible distance du site. La présence majoritaire de charbons de bois de hêtre sur le site, hors de son aire de distribution normale, peut refléter une utilisation à « moindre effort » des ressources disponibles localement pour le bois de chauffe. La prédominance du hêtre indiquerait une dégradation déjà avancée de la forêt de plaine avec un recul prononcé du chêne d’où la nécessité d’aller rechercher cette matière première à plus grande distance.

94La chênaie sur la plaine a dû être ouverte dès avant le début de La Tène, ce que semble indiquer la présence de taxons héliophiles comme le bouleau et le noisetier dans les échantillons de La Tène A. La prédominance du hêtre comme combustible peut indiquer que cette dégradation est relativement ancienne et qu’il est, dès cette époque, nécessaire de s’approvisionner à distance du site, dans les hêtraies présentes sur les massifs bordiers de la plaine. Le recul de la forêt semble s’accentuer à La Tène moyenne et concerne, alors, la hêtraie, ce qu’indique la diminution des taxons à bon combustible.

95Les études palynologiques faites par B. Prat conduisent également à l’hypothèse d’une exploitation brusque et continue des forêts de chênes et de hêtres de la Limagne (Trément et al. à paraître b). Ses analyses montrent qu’avant l’âge du Fer, l’ouverture du paysage n’était qu’un événement ponctuel. L’impact anthropique et le recul de la forêt ne s’intensifient qu’à partir de l’âge du Fer. Les spectres polliniques montrent en effet que la hêtraie et la chênaie reculent progressivement, avant d’être suivies par l’orme, le frêne et le tilleul. L’ouverture progressive du milieu s’accompagne de l’installation des prairies humides sur les parties déboisées (rapport Prat 2002). L’assemblage mis au jour au Pâtural ne permet pas d’aller aussi loin dans l’analyse. Tout juste peut-on conclure à une exploitation de la chênaie/hêtraie, probablement en partie déjà ouverte, de même qu’à l’utilisation de la végétation des bords des eaux.

96Pour finir, on doit noter la présence, dans un fossé de la phase 2b (La Tène C2/D1), de plusieurs charbons de pistachier (cf. Pistacia atlantica). Cette espèce méditerranéenne n’a pu croître en Auvergne et sa présence doit être mise sur le compte d’une importation d’un objet en bois en provenance de Méditerranée.

6.9. Synthèse

97Cette étude des macro-restes végétaux découverts sur le site laténien a eu pour objectif de caractériser les pratiques agraires anciennes et de tenter d’évaluer l’impact des changements qui les affectent au cours de La Tène moyenne et finale. Malgré un corpus globalement abondant (10 793 graines carbonisées et 522 fragments de charbon de bois), l’échantillon souffre d’un manque de représentativité pour répondre aux questions énoncées et, surtout, pour percevoir ces phénomènes dans la durée. En effet, plus de la moitié de l’ensemble des graines provient d’une seule structure, attribuée au début de l’occupation de l’établissement rural. Les autres phases d’occupation sont mal documentées. Les résultats obtenus et les interprétations qui sont faites doivent donc être considérés comme des hypothèses et mériteraient d’être testés à la faveur de nouvelles études.

98Dans sa globalité, l’assemblage se compose de produits agricoles (grains nettoyés) et de déchets issus du traitement des récoltes (vannes, mauvaises herbes et pailles). Les plantes sauvages correspondent, très probablement, en totalité à des mauvaises herbes des champs qui ont été amenées sur le site avec les récoltes moissonnées. À partir des catégories de semences de mauvaises herbes, certains échantillons ont été interprétés comme étant des sous-produits du vannage, une étape précoce du traitement des récoltes.

99Les céréales cultivées rencontrées sur le site sont l’orge (Hordeum vulgare), le blé tendre-compact (Triticum aestivum compactum), le froment (T. aestivum s. l.), l’épeautre (T. spelta), l’amidonnier (T. dicoccum), l’engrain, (T. monococcum) et deux espèces de millet (Panicum miliaceum et Setaria italica). Le seigle (Secale cereale) et l’avoine (Avena sp.) sont probablement à considérer comme des adventices. Les légumineuses cultivées sont les lentilles (Lens culinaris), la vesce commune (Vicia sativa), l’ers (Vicia ervilia), les pois (Pisum sativum) et la fève (Vicia faba). Aucune plante textile ou plante oléagineuse n’a été retrouvée.

100On note une relative stabilité dans le choix des céréales et légumineuses cultivées depuis la phase la plus ancienne de l’occupation laténienne (une fréquentation du site à La Tène A) jusqu’au début de l’installation de l’établissement agricole au IIIe siècle av. J.-C. Pour les phases d’occupation plus récentes, les différences de proportions observées sont probablement à mettre sur le compte de biais taphonomiques, compte tenu des effectifs en jeu, et ne peuvent être utilisées pour conclure à une modification des pratiques agraires, notamment au IIe siècle av. J.-C.

101Globalement, le panel des cultures diffère de ce qui est connu pour les régions du nord et du sud de la Gaule. La culture de blés nus rappelle les pratiques méridionales alors que la présence de céréales vêtues et l’absence de viticulture et horticulture renvoient au domaine septentrional. La situation géographique du territoire arverne, zone de contact culturelle et naturelle entre le nord et le sud, peut être à l’origine de ce phénomène.

102Les analyses statistiques conduites sur l’assemblage carpologique permettent de faire quelques propositions pour ce qui concerne le domaine des pratiques agraires. Ainsi, les champs de blés et de légumineuses prenaient place dans les lieux les plus humides alors que le millet, l’orge et la lentille étaient préférentiellement cultivés sur des sols secs mais moins fertiles. La préparation des sols devait être relativement poussée (labours profonds, sarclage…), ce qui permettait la culture d’une céréale exigeante comme le blé nu. Les semis d’automne étaient suivis d’un sarclage de début de printemps pour éliminer les adventices hivernales. La moisson consistait en une coupe relativement basse, toutefois nettement au-dessus du sol. Les récoltes étaient stockées dans de bonnes conditions, dans des greniers aériens, et n’ont pas subi d’invasion d’insectes ou de germination causée par un excès d’humidité.

103Au final, le croisement des données anthracologiques et carpologiques permet une première restitution de l’environnement du Pâtural, surtout valable pour le IIIe siècle av. J.-C. A cette époque, le site est implanté dans un paysage ouvert marqué par le recul de la forêt. Les champs se présentent sous la forme d’une mosaïque de parcelles où sont cultivées céréales et légumineuses mais où l’on trouve également des prairies à long terme. On peut penser que ces différents espaces étaient délimités par des fossés et haies vives. Ce site, dont la fonction de producteur est confirmée par les comparaisons faites avec des modèles paléoéconomiques, présente, dès le départ, une production développée et diversifiée.

ÉTUDE D’UN FRAGMENT DE TRESSAGE CARBONISÉ
Un fragment de tressage a été découvert dans une fosse profonde 111101, attribuée à la phase 1a de l’occupation (vers 300-260 av. J.-C.). Cette fosse recelait une grande quantité de macro-restes végétaux (cf. étude archéobotanique de M. Hajnalovà). Cet objet est posé sur un sédiment particulier, constitué de minuscules et très légers copeaux de bois.
La friabilité, due à la carbonisation, a rendu difficile l’identification par examen microscopique des coupes transversales de ces fibres végétales. Ces éléments ligneux font en moyenne 50 mm de largeur, l’épaisseur est de moins de 3 mm, la longueur initiale est inconnue. Par l’examen macroscopique et par
comparaison anatomique avec des feuilles de saule, il semble que ce tressage soit constitué de fibres en saule (cf. Salix sp.). Un anneau en osier a été découvert sur le site de Gandaillat, dans un puits plus récent daté de la Tène D1a (donnée inédite Cabanis in Vermeulen 2005).
Ce tressage est de type « toile » (Masurel 1989a), c’est-à-dire que chaque élément ou fibre, quand il s’agit d’un textile, passe une fois au-dessus, une fois en dessous des éléments qu’il croise à angle droit. Ce tressage a pu servir à la confection d’un panier, d’une corbeille, d’un couffin ou d’autres objets dérivés de la vannerie…

Pour en savoir plus sur le tissage et la vannerie protohistorique :
Barbier et al. 1999 : BARBIER (G.), BLANC (N.), COULON (G.), GURY (F.), PICHONNET (M.). — La Vannerie à l’époque gallo-romaine : catalogue de l’exposition tenue au musée d’Argentomagu à Saint-Marcel. Saint-Marcel, Librairie archéologique, 1999. 63 p., 49 ill.
« Cet ouvrage présente et décrit une quarantaine d’objets de la vie quotidienne en vannerie, réalisés par G. Barbier en grandeur naturelle, d’après des figurations sur des reliefs gallo-romains exposés dans une quinzaine de musées français et étrangers. Quatre pièces originales vieilles de près de 2000 ans — une nasse de pêcheur, deux corbeilles et un petit récipient dans un excellent état de conservation, les accompagnent ».
Charpy 2002 : CHARPY (J.-J.). — L’artisanat du tissage et de la vannerie protohistoriques. Le génie des artisans celtes. Les arts du feu et du bois, tisserands, potiers et orfèvres : actes de la 2e journée d’étude, la Villette, mai 1999. 165 p., ill. n. b. et coul.
Masurel (H.) 1989a : MASUREL (H.). – Méthodologie pour l’étude des tissus protohistoriques : IXe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes. Juan-les-Pins, Éditions APDCA, p. 165-180.
Masurel (H.) 1989b : MASUREL (H.). – Les vestiges textiles de la Tène : XIIIe colloque de l’AFEAF. Guéret, 1989, p. 99-104.

Table des illustrations

Légende Fig. 162 - Échantillons carpologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 163 - Inventaire des taxons cultivés et sauvages identifiés au sein des assemblages (graines et vannes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 164 - Céréales, occurrence des taxons par phase d’occupation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 165 - Légumineuses, occurrence des taxons par phase d’occupation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 166 - Plantes sauvages et biotopes actuels.a : terres cultivées ; ab : jachères ; r : terrains nus/décombres ; t : bords des chemins ; gm : prairies ; gp : pâturages ; gs : steppe ; ss : buissons ; fo : sous-bois nettoyés ; fh : lisières ; fw : chênaie ; fb : hêtraie ; wd : fossés ; wb : bord d’eau ; w : terrains humides ; d : terrains secs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 167 - Composition de chacun des échantillons étudiés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 168 - Composition des assemblages carpologiques par phase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 169 - Proportions de graines, de légumineuses, de vannes et de mauvaises herbes par phase d’occupation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 170 - Composition des échantillons prélevés dans la fosse 111101.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 171 - Saison de germination des plantes sauvages identifiées au Pâtural.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 172 - Diagrammes triangulaires illustrant la composition des assemblages carpologiques (grains de céréale, vannes et mauvaises herbes). Chaque symbole correspond à un échantillon ; sa taille est proportionnelle à la densité de restes par litre de sédiment.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 173 - Charbons de bois, taxons identifiés pour chacun des échantillons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 174 - Charbons de bois, occurrence des taxons identifiés par phase d’occupation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2668/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteur

Manon Cabanis (Traducteur)
Laurent Bouby (Traducteur)

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540