Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 5. Les témoins de l’artisanat

Lionel Orengo, Yann Deberge et Christopher Robinson

Texte intégral

1Comme sur la plupart des sites à vocation agricole laténiens de Gaule interne, le site du Pâtural a livré des vestiges témoignant d’une activité de métallurgie du fer. Ici, les vestiges sont toutefois suffisamment nombreux et diversifiés pour que puisse lui être adjoint le qualificatif d’artisanale (fig. 159). La production sidérurgique du Pâtural dépasse la simple réfection ou confection d’outillage, fréquemment attestée sur les sites ruraux de cette époque.

Fig. 159 - Vestiges liés à la métallurgie du fer.

2Deux autres activités, le travail du verre et la métallurgie des alliages cuivreux, doivent être mentionnées. Les vestiges présents ne sont pas assez nombreux et significatifs pour indiquer une pratique artisanale soutenue.

5.1. La métallurgie du fer

3La métallurgie du fer et, plus précisément, l’activité de forgeage, n’est représentée de façon significative que pour les deux dernières phases d’occupation (phases 2b et 3) du site. Elle se signale par la présence d’un outillage spécifique, de chutes métalliques et de scories.

5.1.1. L’outillage

5.1.1.1. Les plaques foyères

4486 éléments (4,5 kg) en argile, présentant un dégraissant sableux et une surface fortement vitrifiée à scoriacée, ont été collectés. Les 370 fragments trouvés en structures (3,46 kg) proviennent principalement des fosses 14902 (210 restes, 1 483 g) et 2359 (110 restes, 1 441 g), du muret 917 (30 restes, 254 g) ainsi que du niveau de comblement du dépotoir (11 restes, 200 g).

5Avec une masse moyenne par reste d’environ 9 g, ces éléments sont fortement fragmentés. L’existence de plusieurs recollages permet de restituer la forme initiale de ces objets représentés par 6 exemplaires différents (fig. 160). Il s’agit d’éléments de forme carrée ou rectangulaire constitués d’une plaque d’argile d’une épaisseur de 1 à 2 cm qui comporte une surépaisseur marquée à la périphérie (4 à 5 cm). La surface supérieure est toujours fortement vitrifiée (couleur noire à blanche) à l’exception de la partie externe du bourrelet périphérique. La face inférieure, irrégulière, ne montre aucune trace de vitrification. Un ou plusieurs trous (diamètre de 1 à 2 cm) sont présents dans la partie centrale de l’objet. Les exemplaires les mieux conservés (pl. CXI : n° 1-2) permettent de proposer des dimensions comprises entre 20 et 30 cm de côté. Plusieurs de ces plaques (n° 1-2, 5-6) ont fait l’objet de rechapages successifs (jusqu’à 4 pour certaines). Deux autres fragments montrent la présence d’un léger bourrelet de matière vitrifiée dont la teinte orangée peut être due aux oxydes de fer (n° 3-4).

Fig. 160 - Plaques foyères artisanales. A (fo 2359), D et E (fo 14902) : proposition de remontage ; B et C (mu 917) : élément en fer retrouvé à la surface de l’une des plaques.

6Ces plaques foyères ont été découvertes en position secondaire, parmi les déchets liés à la métallurgie du fer. La présence de traces en négatif sur leur face inférieure peut suggérer une disposition initiale sur un support en matériaux périssables (foyer de forge surélevé ?). La présence d’un trou central semble indiquer l’existence d’un système permettant une ventilation par le dessous. Même si le mode de ventilation le plus fréquemment reconnu, pour la période laténienne, est latéral et fait appel aux conduits en terre cuite ou en roche de type bloc-tuyère (cf. infra 5.1.1.2.), la fouille conduite sur l’atelier de forgeron de la porte du Rebout, au Mont-Beuvray, a permis de montrer que certains foyers de forge pouvaient être pourvus d’une ventilation verticale (Flouest, Guillaumet 1993 : 335).

7Compte tenu de la répartition spatiale des fragments (identique à celle des déchets sidérurgiques), une utilisation dans le cadre de la métallurgie du fer est envisageable. Aucune scorie ferreuse n’a cependant était retrouvée en contact avec ces foyers ; seule une chute de fer, tranchée à chaud à ses deux extrémités, a été retrouvée collée à la surface scoriacée de l’un des fragments (pl. CXI : n° 7).

5.1.1.2. Les fragments de bloc-tuyère

8Ces blocs-tuyères, bien connus aujourd’hui, étaient utilisés pour conduire, latéralement, l’oxygène dans le foyer d’une forge (Orengo, Bonnon, Bevilacqua 2000). Les 3 exemplaires mis au jour sur le site correspondent à des éléments de forme rectangulaire dans lesquels un conduit de forme tronconique a été ménagé. Lors de leur utilisation, ces blocs-tuyères sont disposés au bord du foyer (posé à plat sur le sol ou sous la forme d’une petite cuvette) et reliés à un soufflet. Ces objets sont généralement confectionnés à l’aide d’argile ; au Pâtural ils sont tous en pierre (tuf volcanique, trachyte et grès ; pl. CX : n° 23-25). La masse de ces blocs, tous très endommagés et donc incomplets, varie entre 1 kg et 3,5 kg.

9Ces blocs-tuyères témoignent de l’utilisation d’une soufflerie latérale. Il n’est pas exclu que des dispositifs de soufflerie latérale et de soufflerie verticale (par le dessous) aient été utilisés conjointement dans un même atelier, chacun répondant à un usage ou à des productions différentes.

5.1.1.3. Un élément de tuyère en argile ?

10De forme cylindrique, cet objet en argile (pl. CXI : n° 8) est complètement vitrifié sur sa partie externe. Très lacunaire, il peut correspondre à un fragment de tuyère. Le faible diamètre interne (1,8 cm) semble exclure son identification à un creuset.

5.1.1.4. Les outils indéterminés

11Provenant de la fosse 14902 (phase 2b), 4 objets en fer à emmanchement à soie peuvent être identifiés à des outils (pl. CX : n° 1-4).

5.1.2. Les ébauches ou déchets en fer

5.1.2.1. Petits éléments de fer avec traces de découpe

1212 fragments de tige en fer présentent des traces de découpe à l’une de leurs extrémités ; 9 de ces éléments proviennent de la fosse 14902 (pl. CX : n° 5-13), 1 autre provient du muret 917 (n° 14) et enfin les 2 derniers ont été découverts dans les niveaux d’occupation (n° 15-16).

5.1.2.2. Les autres éléments

136 autres éléments (barre, tige étirée ou avec un début d’enroulement) peuvent par ailleurs correspondre à des objets abandonnés en cours de mise en forme ou à des déchets (pl. CX : n° 17-22).

5.1.3. Les déchets

14Les déchets sidérurgiques sont abondants. Il s’agit principalement de scories de forge (environ 2 380 fragments pour 175,3 kg) qui ont, très majoritairement, été découvertes dans les ensembles attribués aux deux dernières phases d’occupation du site (phase 2b : 19,3 kg ; phase 3 : 76,7 kg). Une grande quantité de scories (76 kg) a été découverte hors structure, dans les couches d’occupation. La répartition de ces déchets (fig. 159) est conforme à celle mise en évidence pour les autres mobiliers, principalement ceux de la dernière phase d’occupation du site. On trouve en effet des quantités importantes de scories dans le muret 917 (environ 25 kg), dans le lit du ruisseau 5557 (10,5 kg), dans le cours plus tardif du ruisseau 1936 (3,3 kg) où elles sont en position résiduelle, ainsi que dans les niveaux d’occupation adjacents (23,8 kg). Compte tenu de la localisation de ces vestiges, il est fort probable qu’une quantité non négligeable de scories se situe au-delà de la limite est de la fouille. Peut-être faut-il doubler la quantité réellement présente sur le site, soit plus de 300 kg ?

15Deux autres zones de rejets diffus de scories sont localisées autour des fosses 2379 et 14902 qui renferment respectivement 4 kg et 19,3 kg. Ces deux fosses de morphologie similaire (cf. supra § 2.5.1.2.) peuvent être des fonds d’ateliers de forge. Des trous de piquets à leur périphérie peuvent témoigner de l’existence d’un dispositif construit, toutefois mal perçu à la fouille (un simple coupe-vent et/ou un toit construit à l’aide de matériaux légers). La fosse 14902 a fait l’objet de prélèvements ponctuels qui révèlent la présence de quelques centaines de grammes de micro déchets, caractéristiques des sols d’ateliers de forge : des reliquats de charbon de bois, des battitures lamellaires et globulaires. Cet aménagement a aussi livré la plupart des fragments de petites barres de fer coupées (pl. CX : n° 5-16). Aucune de ces deux structures ne livre, toutefois, de trace de foyer ou de billot d’enclume. Ces fonds d’atelier ont, dans un second temps, servi de dépotoir. L’analyse stratigraphique ainsi que l’étude du mobilier présent dans leur comblement indiquent qu’ils sont contemporains l’un de l’autre et ont fonctionné durant deux générations. Toutes les scories de forge découvertes ont été récoltées et comptabilisées. Les culots complets ne représentent que 35 % de la masse totale des scories collectées. Le reste correspond à des calottes brisées ou fragments de culots (62,6 %) et à des petites scories argilo sableuses (2,4 %).

5.1.4. Interprétation

5.1.4.1. Les spécificités de l’atelier du Pâtural

16L’une des caractéristiques des culots uniques découverts au Pâtural (236 exemplaires complets) réside dans la forte proportion d’exemplaires de petite dimension (128 calottes pèsent moins de 150 g, soit plus de la moitié du corpus). Cependant, la présence de spécimens pesant plus de 300 g n’est pas négligeable. Cette diversité morphologique est également perceptible à partir de leur mensuration. Le diamètre maximum est compris entre 30 mm, pour les plus petits, et 130 mm pour les plus grands. Qu’ils soient uniques ou multiples, les culots de forge dont l’épaisseur mesure plus de 40 mm sont peu nombreux. Comme sur le site de La Grande Borne, il existe, au Pâtural, une épaisseur critique pour ces culots, située ici entre 40 mm et 50 mm, au-delà de laquelle le forgeron devait retirer la scorie du foyer car cette dernière bloquait le conduit de la tuyère et gênait le flux d’air.

17La forte proportion de culots multiples (56 exemplaires), ou agglomérés à chaud, est une seconde caractéristique du corpus : 1 culot multiple pour 4 culots uniques. Cette proportion est nettement plus faible sur les sites de La Grande Borne (1 culot multiple pour 42 culots uniques) et du Clos Clidort, à Aigueperse (1 culot multiple pour 27 culots uniques ; Orengo 2003). Cette spécificité résulte probablement de l’utilisation de foyers dont la morphologie et les dimensions permettaient le maintien prolongé d’une scorie dans le charbon de bois. À titre de comparaison, le petit foyer utilisé lors d’une expérimentation, menée pour la confection de copies de couteaux laténiens, pouvait contenir 2 culots soudés latéralement (ibid. : pl. LXII : n° 5). Leur présence aurait, toutefois, probablement encombré le foyer et gêné les séquences de chauffe.

18Les échantillons de scories examinés au microscope métallographique attestent des travaux de forge qui n’ont entraîné qu’une très faible proportion de pertes métalliques dans le foyer. Les informations sur la nature et la forme initiale du métal forgé sont cependant lacunaires. En effet, à l’exception des reliquats de petites barres de section quadrangulaire provenant du fond d’atelier 14902 (pl. CX : n° 5-16), aucun demi-produit, entier ou fragmenté, n’a été identifié. De plus, l’état de conservation médiocre de ces reliquats en a interdit l’examen métallographique. Leur teneur en carbone est inconnue (s’agit-il, par exemple, de fer doux ou d’acier doux ?), tout comme leur propreté inclusionnaire.

19La morphologie de ces petits fragments apporte, toutefois, des informations sur la nature de certaines productions. Une partie de l’activité de cet atelier a consisté à ébaucher des tiges de fer de section quadrangulaire de faible épaisseur (entre 5 mm sur 3,5 mm et 3,5 mm sur 2,5 mm). Ces tiges ont été confectionnées à partir de barres de section quadrangulaire elles-mêmes ébauchées à partir d’une masse originelle de métal de forme et de nature inconnues (un demi-produit comme une barre aplatie par exemple ou de vieux objets recyclés ?). Ces petites tiges de fer, dont la longueur est inconnue, devaient être employées pour fabriquer des objets de petit gabarit.

20Le Pâtural ne livre pas de dépôt de cheville osseuse, à la différence des autres habitats régionaux où les vestiges d’atelier de forge sont présents (Le Clos Clidort et La Grande Borne). Sur ces sites, ces restes révèlent soit une activité de travail sur étuis corné, menée parallèlement au travail du fer (fabrication de manches par exemple), soit une utilisation de cette matière pour des traitements thermochimiques du fer (cémentation du tranchant des lames).

5.1.4.2. Estimation de l’échelle et comparaison du volume de la production de l’atelier de forge

21Il est à signaler que la vitesse de la formation de la scorie dans le foyer et la dimension finale des calottes dépendent de plusieurs paramètres. Le plus déterminant est lié à la nature même de la production. La fabrication de petits objets engendre une quantité de scories bien inférieure à celle qui résulte de la confection d’éléments plus volumineux et massifs (par exemple des bandages de roues ou des chenets). Trois des quatre ateliers étudiés en Auvergne, dans le cadre d’une thèse de Doctorat, livrent des informations suffisamment significatives pour que puisse être caractérisée la nature de tout ou partie de leur production (Orengo 2001 : tabl. XII). Au Pâtural, il est difficile d’admettre que la seule production d’objets de petite dimension, hypothèse déduite de l’étude des chutes de fer, a pu générer la formation de 175 kg de scories. D’autres objets, de plus grande dimension, ont dû être fabriqués sur le site ; les reliquats de leurs ébauches, si tant est qu’il y en ait eu, ont probablement été recyclés.

22Un second paramètre, tout aussi crucial, réside dans la nature et la forme initiales du métal utilisé par les artisans. Il peut s’agir de demi-produits, une barre ou une loupe, dont la qualité intrinsèque exige ou non une épuration secondaire, ou bien du recyclage de vieux objets ou de rebus de forge. Cette dernière pratique n’est pas attestée au Pâtural, à la différence de ce qui a pu être mis en évidence sur le site du Clos Clidort, à Aigueperse. Le recyclage du fer devait pourtant être une pratique courante dans les forges de l’âge du Fer : ce matériau est coûteux et son gaspillage est peu concevable. De fait, la plupart des échantillons de scories examinées au microscope métallographique contiennent très peu de métal, suggérant des pertes métalliques en faible quantité, à l’inverse de ce qui est observé dans les ateliers gallo-romains des campagnes d’Alésia (Fluzin 2000). Sur les sites de La Grande Borne et du Clos Clidort, cette faible teneur en métal des scories s’explique par l’utilisation de demi-produits contenant un métal dense et homogène : des barres de section quadrangulaire qui ont été retrouvées, complètes ou fragmentaires. Il est donc probable que les forgerons du Pâtural ont utilisé ce type de demi-produits qui conduit à la formation d’une quantité limitée de déchets.

23Les gestes et habitudes mêmes de l’artisan peuvent également influer sur la taille des culots produits. Selon qu’elle est plus ou moins régulièrement nettoyée, une forge, dans les mêmes conditions de travail, produit soit des culots de petite taille (nettoyage fréquent), soit des culots de plus grande dimension, voire des culots multiples (nettoyage peu fréquent). De ce point de vue, les forgerons du Pâtural apparaissent comme « logiques, consciencieux et productivistes ». Ils n’acceptent de perdre le temps nécessaire à l’évacuation de la calotte du foyer que lorsque cela n’est pas trop préjudiciable au rendement de leur travail et utile à la qualité de leur production.

24La quantification des déchets sidérurgiques permet, tout en gardant à l’esprit l’existence de biais introduits par la taphonomie et la fouille, de caractériser l’échelle de la production développée sur un site. La masse de scories collectées au Pâtural est sans commune mesure avec celle provenant des établissements ruraux contemporains connus régionalement. La comparaison peut, en revanche, être faite avec les agglomérations ouvertes du grand bassin clermontois. Sur ces sites (« Aulnat », Le Clos Clidort), explorés sur des surfaces de 3 000 m 2 à plus d’1 ha, la masse de scories rapportée à l’hectare est comprise entre 100 et 200 kg. Avec une masse d’environ 175 kg pour 9 000 m 2 fouillés, l’atelier du Pâtural paraît donc avoir développé une production quantitativement comparable à celle des ateliers présents sur ces sites proto-urbains du IIe siècle av. J.-C. Reste qu’à l’inverse du Pâtural, ces agglomérations comptent plusieurs ateliers qui se répartissent sur une plus ou moins grande superficie à l’exemple de ce qui a pu être mis en évidence sur le site « d’Aulnat » où deux ateliers ont été dégagés à plusieurs centaines de mètres de distance (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître). L’atelier du Pâtural n’a certainement joué qu’un rôle très secondaire dans la production des objets métalliques à l’échelle de la micro région. Pour finir, l’atelier du Pâtural a eu une existence relativement courte, puisque sa période de fonctionnement se développe sur une, voire deux générations.

5.2. L’artisanat du verre

25La mise en évidence d’une activité de manufacture d’objets en verre repose, en l’absence de structures spécifiques, sur l’identification de matière brute, de déchets et d’éventuels éléments recyclés. C’est à partir de ce type de vestiges que cet artisanat est identifié sur les sites de Manching (Gebhard 1989b), de La Grande Borne (Collis 1980), d’Hengistbury Head ou encore de Meare Lake Village (Henderson 1989).

26Au Pâtural, aucun foyer associé à cette activité n’a été repéré. Les structures liées à la métallurgie du fer ont toutefois pu être utilisées dans le cadre de cet artisanat. La présence de matière brute, dont un élément en cours de transformation, et d’objets recyclés permet d’envisager l’existence d’une activité verrière sur le site (Robinson 1999) qui reste, cependant, mal caractérisée.

5.2.1. Le fragment de verre brut

27A été découvert 1 fragment de verre brut de couleur pourpre, dans le comblement de la fosse 2359 (phase 3) qui, par ailleurs, livre une quantité importante de déchets sidérurgiques, ainsi que plusieurs éléments de foyers. Ses dimensions (2 cm x 2,5 cm x 1 cm) permettent d’exclure une identification à un fragment de bracelet ou de perle. Il devait, à l’origine, appartenir à un bloc de plus grande dimension, tel celui découvert sur le site de Manching (Gebhard 1989b).

5.2.2. Le verre brut travaillé ( ?)

28Le travail sur place du verre, que ce soit depuis un bloc de verre brut ou après recyclage d’objets brisés, est attesté par 1 élément. Celui-ci correspond à un fragment de verre, bleu et translucide, ayant subi des déformations à l’état visqueux. Ses dimensions (3 cm par 2 cm pour une épaisseur de 1 cm) et son aspect (verre relativement homogène avec traces de déformations) semblent exclure l’éventualité d’un fragment de bracelet, de perle ou de vaisselle simplement fondu accidentellement dans un foyer. Cet objet, dont l’identification reste incertaine, provient d’une incinération, datée du Ier siècle ap. J.-C. et revêt, probablement dans ce contexte, un caractère résiduel.

5.2.3. La matière recyclée ( ?)

29Ont été retrouvés 1 fragment de bracelet (série 39, groupe 3b) et 1 demie perle (série VIID) offrant des traces de déformations dues à un passage au feu après que soit intervenu leur bris. Le fragment de bracelet est fondu à l’une de ses extrémités et présente une torsion du jonc. Le fragment de perle est, quant à lui, déformé de façon plus importante : les deux extrémités sont fondues et la section est franchement aplatie et révèle une manipulation à l’état visqueux. Même si ces déformations peuvent être fortuites (objets brisés tombés accidentellement dans un feu domestique), on ne peut, dans ce contexte précis, écarter l’hypothèse d’une tentative de recyclage d’éléments hors d’usage. Le fragment de bracelet provient du muret 917 et la perle du comblement final de 5557. Ils appartiennent, tous deux, à la phase 3.

5.2.4. Les déchets ( ?)

30Sur le site du Pâtural, un grand nombre d’éléments scoriacés présentent un aspect vitreux (4,31 kg). Dans la majorité des cas, il s’agit de fragments d’argile, plus ou moins chargés en silice, qui se sont vitrifiés sous l’action de la chaleur. Ils présentent un aspect coulé et des couleurs allant du noir au vert soutenu. Vue en coupe, leur structure est hétérogène, comprenant de nombreuses bulles et vacuoles. Sans écarter la possibilité d’une formation au cours des activités de verrerie, ce type de déchets est vraisemblablement à mettre en relation avec les activités métallurgiques, particulièrement développées sur le site.

5.3. La métallurgie du bronze ( ?)

31Un seul élément peut, éventuellement, témoigner d’une activité de travail des alliages cuivreux. Il s’agit d’1 petite barre de section quadrangulaire, tranchée à chaud à l’une de ces extrémités. En dehors de cet élément, aucun autre objet ne renvoie à cet artisanat.

5.4. Synthèse

32La seule activité artisanale attestée de façon certaine au Pâtural est la métallurgie du fer, notamment en raison du grand nombre de déchets découverts. La répartition chronologique des éléments renvoyant à cette pratique (fig. 161) permet de montrer qu’il s’agit, au départ (phase 1 à 2a), d’une activité restreinte, probablement exercée dans le cadre de l’exploitation agricole. Les quelques scories collectées correspondent, alors, aux déchets engendrés par l’entretien de l’outillage en fer.

Fig. 161 - Évolution comparée des effectifs et des taux de croissance des objets en fer et des scories.

33Ce n’est qu’au cours des deux dernières phases d’occupation du site que cette activité génère une quantité importante de scories et revêt un véritable caractère artisanal. L’augmentation des rejets est particulièrement rapide et massive. Elle intervient autour du milieu du IIe siècle et se signale par un accroissement très net du volume de déchets rejetés (masse des scories multipliée par 35). Par la suite, l’atelier semble garder un volume de production assez constant (triplement de la masse des déchets de la phase 2b à 3). Cette augmentation de la masse des déchets métallurgiques ne s’accompagne pas d’un accroissement significatif de la quantité d’objets en fer présents sur le site (fig. 161c). Cet écart indique qu’une grande partie de la production était destinée à satisfaire une demande émanant de l’extérieur du site. Toujours est-il que la nature précise de la production, développée au cours de la cinquantaine d’années de fonctionnement de cet atelier, est difficilement déterminable : les déchets (scories) et les outils (essentiellement les éléments de foyers) sont abondants, mais les objets fabriqués font défaut.

34L’installation de cet atelier au sein de l’établissement agricole du Pâtural répond à un accroissement de la demande en produits manufacturés en fer qui est nettement plus importante à la fin du IIe siècle av. J.-C. qu’au cours des périodes précédentes. Ce phénomène a des origines diverses : augmentation démographique bien perceptible à l’échelle de la Limagne, évolution des besoins des populations locales, intensification des échanges facilités par le développement du monnayage... La même causalité a été retenue pour expliquer l’évolution des volumes de rejets de fer et de déchets sidérurgiques dans la petite agglomération protohistorique de Béziers, du Ve au IIe siècle av. J.-C. (Olive, Ugolini 1998 : p. 76-79).

35Il est possible, au Pâtural comme sur la petite forteresse de Saint-Symphorien, à Paule dans les Côtes-Armor, que l’installation, durable ou ponctuelle, des ateliers de production d’objets finis en fer dans un lieu donné soit avant tout guidée par la présence d’une demande locale. Souvent, il s’agit d’un habitat, plus ou moins étendu (de la ferme à l’oppidum), dans lequel réside une communauté qui dispose de moyens suffisants pour se procurer des objets manufacturés par ces artisans spécialisés. À l’âge du Fer, l’artisanat dit de « proximité » n’est pas l’apanage des seules communautés agricoles, bien au contraire. Pour certaines époques (Hallstatt D2-D3, La Tène A et La Tène C2-D2), c’est dans les agglomérations que les artisans ont le plus de raisons d’installer leur atelier. Dans ces bourgades, réside une demande suffisamment large et régulière pour entretenir un carnet de commande qui peut, ponctuellement, s’agrémenter d’une augmentation sensible des besoins au cours de brèves périodes (à l’occasion de rassemblements, par exemple). Les petits habitats (fermes et « résidences aristocratiques ») qui, à l’instar de ce qui est observé au Pâtural ou à Saint-Symphorien, livrent des quantités importantes de vestiges d’activités de fabrication d’objets finis en fer sont rares. L’évolution observée au Pâtural est donc relativement atypique. Ce site, essentiellement consommateur de produits manufacturés avant le milieu du IIe siècle av. J.-C., devient, par la suite, un lieu de production important, destiné à alimenter, en partie, un marché extérieur.

Table des illustrations

Légende Fig. 159 - Vestiges liés à la métallurgie du fer.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 160 - Plaques foyères artisanales. A (fo 2359), D et E (fo 14902) : proposition de remontage ; B et C (mu 917) : élément en fer retrouvé à la surface de l’une des plaques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 161 - Évolution comparée des effectifs et des taux de croissance des objets en fer et des scories.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540