Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 3. Le mobilier céramique

Yann Deberge, Vincent Guichard, Matthew Loughton, Rupert Featherby et Guillaume Verrier

Texte intégral

3.1. Quantification et mode de déposition du mobilier

1La valeur élevée du nombre de fragments collectés (218 662 restes pour 1 935 kg) témoigne d’un bon état de préservation des niveaux archéologiques et, a contrario, d’une fragmentation importante du mobilier céramique. Les éclats (moins d’1 cm2) et les tessons de petite taille (moins de 10 cm2) sont les plus nombreux (fig. 83). Les tessons de taille moyenne (de 10 à 50 cm2) sont moins fréquents et les gros fragments (taille supérieure à 50 cm2) ne sont que très rarement rencontrés (environ 600 tessons). La même observation peut être faite pour le mobilier amphorique puisque les éclats (moins de 10 g) sont largement majoritaires, que les tessons de petite taille (de 10 à 50 g) sont également bien représentés, alors que les fragments de taille plus importante (de 50 à 200 g et plus de 200 g) sont minoritaires.

Fig. 83 - Fragmentation du mobilier céramique et amphorique.

2Cet état de conservation globalement médiocre témoigne d’un mode de déposition du mobilier qui a, pour moitié, consisté au rejet des détritus au sol autour de l’habitat (fig. 84). À une masse de mobilier relativement proche correspond en effet un nombre de tessons trois fois plus élevé dans les niveaux d’occupation que dans les structures (162 745 restes contre 55 917). Une quantité comparable de mobilier à celle découverte dans les structures a donc été rejetée au sol. Cette dernière a simplement fait l’objet d’une plus grande fragmentation. Le calcul des poids moyens par reste permet d’illustrer cette conservation différentielle du mobilier.

Fig. 84 - Répartition du mobilier céramique (importations comprises) entre les différents contextes archéologiques.

3Le plan de répartition établi pour le mobilier céramique (fig. 85) reflète avant tout la méthode employée pour fouiller le site : un décapage manuel dans la zone nord, entre 1987 et 1992, puis un décapage mécanique pour le reste du site de 1993 à 1995 avec, pour la dernière année, un décapage drastique jusqu’au substrat. Pour la zone septentrionale, tout le mobilier a été collecté depuis la base de la couche de labour jusqu’au sommet du terrain géologique. Pour les secteurs étudiés en 1993 et 1994, les concentrations de mobilier, repérés après décapage, ont été fouillées manuellement. Malgré ces biais méthodologiques, la carte de répartition permet plusieurs observations. On constate que le mobilier a, en grande partie, été rejeté dans la zone nord du site, en limite sud et sur la berge du ruisseau 5557 ainsi que dans les fossés qui le bordent. Cette forte concentration de mobilier se prolonge au sud et se répartit autour du bâtiment 8600. On note également une concentration de mobilier dans les fossés 43905 et 57001, à proximité des bâtiments 8601 et 8622. Il semble donc qu’à l’exclusion de la zone de paléochenal, le rejet du mobilier céramique ait été fait préférentiellement à proximité des bâtiments sur poteaux porteurs. C’est également le cas pour l’ensemble situé dans la partie centrale du site. Les fossés 70926, 106301 et 61001, qui enclosent plusieurs bâtiments sur poteaux porteurs, livrent en effet de fortes concentrations. Au sein de cet enclos, une concentration de plusieurs milliers de tessons a également été mise en évidence sur une cinquantaine de m2.

Fig. 85 - Carte de densité du mobilier céramique (établie à partir de 180 000 restes).

4Le mobilier retrouvé dans les structures (55 917 tessons pour 1 094,3 kg) est issu en majorité du dépotoir situé dans la partie nord du site (fig. 84). Exception faite de cette structure particulière, ce mobilier provient essentiellement des fossés (16 % des restes), des fosses (8 % des restes) et, dans une moindre mesure, des palissades et des trous de poteau (au total 51 % des restes). La comparaison des masses moyennes par reste montre que l’état de fragmentation du mobilier est comparable d’un type de structure à l’autre, exception faite des trous de poteau qui contiennent un mobilier très fragmenté. Pour ce qui concerne la répartition chrono-stratigraphique du mobilier céramique, on note qu’il existe un profond déséquilibre entre les différentes phases d’occupation du site (fig. 86). Le mobilier céramique découvert dans les structures appartenant aux phases 1 et 2 est peu abondant (respectivement 5 % et 14 % des restes) ; il provient, en très grande majorité, des structures appartenant à la dernière phase d’occupation du site (81 % des restes). Cette répartition chronologique particulière du mobilier a également été mise en évidence pour le site voisin de Gandaillat, dans la partie nord du complexe dit « d’Aulnat », où, pour 50 000 restes (987 kg) déterminés précisément, 1/3 appartient à la phase La Tène C2 (phase 2 du Pâtural) contre 2/3 pour La Tène D1 (notre phase 3), les phases de La Tène B2b et C1 étant par ailleurs très mal documentées (rapport Deberge 2006).

Fig. 86 - Distribution de l’ensemble céramique entre les différentes phases d’occupation du site.

5Le mobilier céramique retrouvé dans le dépotoir localisé au sud du ruisseau correspond, contrairement à ce que la quantité de mobilier pourrait laisser envisager, à une accumulation de rejets domestiques faite dans un laps de temps assez court (30 ou 40 années). En témoignent l’homogénéité et l’état de conservation du mobilier (tessons de grande dimension souvent peu érodés), ainsi que la nature du mobilier associé (faune, outillage et ustensiles domestiques, parure etc…). Les mêmes observations peuvent être faites pour le mobilier collecté dans les fosses, qui suggère également une constitution rapide des dépôts. Pour les fossés, il est difficile d’apprécier la durée écoulée entre le creusement, le dépôt des éléments mobiliers et le scellement définitif de la structure. L’analyse stratigraphique indique cependant que ces structures linéaires ont eu une durée de vie courte (cf. supra § 2.3.2.), avec des périodes de réfection qui se sont succédé à un rythme soutenu (fig. 87). On estime, à l’examen du mobilier, que chaque phase d’aménagement (nouveaux creusements de fossés ou curage de fossés existants) est intervenue à intervalle d’une trentaine d’années.

Fig. 87 - Diagramme stratigraphique simplifié utilisé pour la définition du phasage du site.

3.2. Méthodologie et problèmes rencontrés

6L’étude d’ensembles mobiliers, choisis sur des critères qualitatifs (existence de relations stratigraphiques, état de conservation et homogénéité du mobilier) et quantitatifs, se trouve ici résumée par la matrice diagonalisée présentée en figure 88 ; elle valide le phasage proposé à partir de l’examen de la stratigraphie (fig. 88). On observe une succession nette des faciès individualisés pour chaque phase, malgré la présence d’objets ubiquistes et de phénomènes résiduels importants. Toutefois, quelques questions restent à éclaircir comme, par exemple, l’attribution à la phase 3 des fossés 57001 et 103493 qui se trouve partiellement remise en question par l’analyse du mobilier.

Fig. 88 - Sériation des ensembles mobiliers choisis pour l’étude céramologique.

7Les 24 structures retenues pour l’étude chrono-typologique (fig. 89) permettent de caractériser précisément les faciès céramologiques propres à chaque phase d’occupation du site. De l’analyse de la céramique découle, en s’appuyant sur l’étude du petit mobilier et à l’aide de comparaisons régionales, des propositions de rattachements en chronologie absolue. L’étude « phasée » de ce corpus permet de suivre, sur le long terme, l’évolution des modes de production, de décoration et de consommation de la céramique indigène et d’importation pour ce site qui reste, encore à ce jour, l’un des mieux documentés de Basse Auvergne, pour la période de La Tène moyenne et finale. D’un point de vue pratique, le mobilier a été étudié dans son intégralité pour la plupart des structures. Seuls les deux niveaux de comblement du dépotoir (épandage 3231 et comblement final 5557) ont fait l’objet d’un échantillonnage (respectivement à 25 % et 15 %) en raison du nombre très élevé de restes (19 450 et 9 401 restes). Dans tous les cas, la céramique d’importation (amphores et céramique campanienne) a été prise en compte exhaustivement.

Fig. 89 - Liste des ensembles retenus pour l’étude céramologique.

8La détermination du nombre de restes (NR) a été faite sur les tessons de taille supérieure à 2 cm2. Étant donné le nombre élevé de restes comptabilisés et la fragmentation importante de certains lots, les recollages ont été limités aux éléments les plus évidents. Des tests, effectués pour les structures contenant le plus de mobilier, montrent d’ailleurs que ceux-ci sont peu nombreux ; 2 % des lèvres recollent entre elles dans l’épandage 3231, par exemple. Le nombre minimum d’individus (NMI) a été calculé, pour chaque ensemble, d’après la partie morphologiquement identifiable la mieux représentée, dans la très grande majorité des cas des lèvres, augmenté parfois d’autres éléments significatifs, comme des formes presque complètes, de larges fragments de panse, etc.

9Au final, 18 244 restes correspondant, au minimum, à 2 388 pièces de vaisselle ont été examinés. Le mobilier, peu abondant pour la première phase (1 126 restes étudiés), est 6 fois (6 750 restes étudiés), puis 10 fois plus (10 015 restes étudiés) représenté pour les deux phases suivantes. Ces effectifs inégaux limitent la représentativité des ensembles les plus anciens et rendent, de ce fait, leur attribution chronologique délicate. À noter, pour finir, qu’à l’exception de la céramique grossière qui présente, en raison d’une résistance mécanique élevée, des formes hautes identifiables, la céramique fine livre très peu de profils complets.

10L’analyse de la céramique s’appuie notamment sur les travaux, en partie déjà diffusés, qui ont été réalisés dans le cadre d’un Programme collectif de recherche (PCR), intitulé Chrono-typologie des mobiliers du second âge du Fer en Auvergne (rapports Mennessier-Jouannet et al. 1999, 2000, 2001, 2002, 2003) (fig. 90). Ce projet qui a fédéré, de 1999 à 2004, la plupart des intervenants impliqués dans la recherche sur l’âge du Fer en Auvergne a pour but d’établir une chrono-typologie régionale des mobiliers, pour les cinq siècles précédant le changement d’ère.

Fig. 90 - Proposition de datation des ensembles de référence de Basse Auvergne.

3.3. La céramique indigène

3.3.1. Mode de classement

11En s’inspirant de la méthode utilisée pour l’étude du mobilier des sites ségusiaves (Vaginay, Guichard 1988 ; Lavendhomme, Guichard 1997), la première étape du classement s’appuie sur des critères technologiques : la texture de la pâte (grossière ou fine), la technique de montage (modelage, finition au tour ou tournage) et le mode de cuisson (mode B’, mode A ou mode B). La détermination typologique vient ensuite.

3.3.1.1. La nature de la pâte

12La distinction entre production grossière et fine repose essentiellement sur le critère de présence/absence, dans la matrice argileuse, de constituants grossiers (dans la très grande majorité des cas des sables alluviaux), de leur nombre et de leur dimension. L’un des avantages des séries disponibles dans la région est que le vaisselier se scinde assez tôt, dès le IIIe siècle av. J.-C., entre un répertoire voué à la préparation culinaire et au stockage et un répertoire destiné à la consommation des aliments. Pour des raisons de résistance aux contraintes mécaniques et/ou thermiques, les formes appartenant au premier répertoire sont réalisées dans une pâte souvent fortement chargée en dégraissant sableux. Celles qui relèvent du service de la table présentent une pâte fine, souvent très épurée. Cette différenciation fait qu’à une forme correspond un type de pâte et qu’il est extrêmement rare qu’une même forme soit à la fois traitée en céramique grossière et en céramique fine.

3.3.1.2. Les techniques de montage

13Trois techniques de montage ont été identifiées :

  • le modelage : il renvoie aux vases montés sans l’intervention d’un tour de potier. Ils présentent généralement un profil et des parois irréguliers ;

  • la finition au tour se rapporte aux vases qui ont été modelés, mais dont le profil a été rectifié à l’aide d’un tour lent. Les vases ayant subi ce traitement présentent alors un profil plus régulier, mais ne possèdent pas les stries caractéristiques du tournage. Les vases modelés ayant fait l’objet d’une simple rectification de leurs ouvertures n’ont pas été comptabilisés dans cette catégorie. Ont été considérées, comme finies au tour toutes les céramiques qui ne sont à l’évidence pas modelées mais dont le tournage n’est pas assuré de façon certaine ;

  • le tournage se rapporte aux vases fabriqués sur un tour rapide. Ce mode de fabrication est révélé par les stries de tournage régulières, la finesse de la paroi du vase et la régularité de son profil.

3.3.1.3. Les modes de cuisson

14Trois modes de cuisson de la céramique indigène ont été mis en évidence, à partir de l’observation de la couleur des pâtes :

  • le mode B’ : il s’agit d’une cuisson réalisée dans une atmosphère mal contrôlée qui donne aux pâtes une couleur hétérogène qui va du rouge au noir, avec parfois des coups de feu ;

  • le mode A : il s’agit d’une cuisson en mode réducteur-oxydant qui donne des pâtes de couleur homogène rouge à beige avec une âme grise, qu’elle soit suivie ou non d’un enfumage de surface ;

  • le mode B : il s’agit d’une cuisson en atmosphère réductrice totale qui donne des pâtes de teinte franchement grise, qu’elle soit suivie ou non d’un enfumage.

3.3.1.4. Les groupes technologiques de céramique indigène

15Au total, la céramique indigène du Pâtural compte quinze catégories selon les critères précédemment définis (fig. 91) :

  • céramique modelée grossière, cuite en mode B’ ;

  • céramique modelée grossière, cuite en mode A ;

  • céramique tournée grossière, cuite en mode B’ ;

  • céramique tournée grossière, cuite en mode A ;

  • céramique modelée fine cuite, en mode B’ ;

  • céramique modelée fine cuite, en mode A ;

  • céramique modelée fine, cuite en mode A et enfumée ;

  • céramique finie au tour, fine cuite en mode B’ ;

  • céramique finie au tour, fine cuite en mode A ;

  • céramique finie au tour, cuite en mode A et enfumée ;

  • céramique tournée fine, cuite en mode B’ ;

  • céramique tournée fine, cuite en mode A ; cette catégorie

  • également les céramiques à pâtes claires non calcaires ;

  • céramique tournée fine, cuite en mode A et enfumée ;

  • céramique finie au tour ou tournée, cuite en mode B ;

  • céramique fine peinte ; cette dernière constitue une catégorie à elle seule en raison des techniques spécifiques utilisées pour sa fabrication.

Fig. 91 - Représentation des catégories céramiques des ensembles étudiés (en NR et NMI).

3.3.1.5. Classement morphologique

16À ce jour, il n’existe pas de typologie régionale formalisée pour la période du second âge du Fer. Cette publication n’a pas pour objet de pallier ce manque, chose qui serait bien difficile à faire à partir du seul exemple du Pâtural. La réalisation d’un tel document est l’un des objectifs que s’est assignée la publication à venir du PCR sur les mobiliers du second âge du Fer en Auvergne.

17Le répertoire des récipients céramiques, présents au Pâtural et plus largement en Basse Auvergne pour les IIIe -IIe siècles av. J.-C., est toutefois suffisamment restreint pour permettre un premier classement « intuitif » qui repose sur les aspects technologiques, décoratifs, morphologiques et fonctionnels.

3.3.2. L’évolution typologique au sein des grands groupes de production

3.3.2.1. La céramique modelée grossière (modes B’ et A)

18La céramique grossière modelée est représentée par 8 311 restes et 1 044 individus. Au cours de la période, la place occupée par cette catégorie augmente régulièrement (fig. 92). De 25 % du nombre total de vases à la phase 1, elle passe à 32 % à la phase 2, pour finalement atteindre près de 52 % à la dernière phase. Ce phénomène, également perceptible pour d’autres séries du bassin clermontois, est lié à l’apparition, à partir du IIe siècle av. J.-C., d’un service culinaire très standardisé qui présente, de façon homogène, une pâte fortement dégraissée. L’utilisation croissante de la jatte ansée dite « d’Aulnat », qui compte jusqu’à 18 % des récipients à la phase 3 pour la cuisson des aliments, contribue également à la forte augmentation observée. Ce type de récipient, relativement fragile en raison de sa conception, vient s’ajouter à un corpus déjà constitué, sans que soit constatée une baisse de fréquence des autres céramiques de cuisson déjà existantes (introduction d’un nouvel usage culinaire ?).

Fig. 92 - Céramique grossière modelée (1 044 individus).

19Le rapport entre formes hautes et formes basses, d’abord en faveur des premières, s’inverse à partir de la fin de la phase 2. Cette évolution est également liée à l’apparition massive de la jatte « d’Aulnat », à partir du milieu du IIe siècle av. J.-C.

3.3.2.1.1. Les formes hautes

Morphologie

20Les formes hautes sont représentées par 7 283 restes et 487 pièces de vaisselle. Elles se répartissent en deux grands types morphologiques qui ont une origine fonctionnelle : les pots de stockage (fig. 93) et les pots à cuire (fig. 95).

Fig. 93 - Céramique grossière modelée, morphologie des pots de stockage.

21Les pots de stockage (163 ex.) présentent des diamètres (entre 24 et 65 cm) et des hauteurs importantes (entre 30 et 60 cm), des parois relativement épaisses (rarement inférieure à 1 cm) et ne comportent pas de traces de passage au feu. La fonction de ce type de contenant paraît être d’emmagasiner des denrées solides ou liquides. Dans certains cas, de larges desquamations internes ont pu être observées, traduisant une utilisation probable pour conserver les salaisons. Le volume utile calculé pour certains exemplaires complets, connus régionalement, donne des contenances moyennes de l’ordre de 50 à 60 litres avec, pour les vases de très grand diamètre, des valeurs proches de l’hectolitre. À noter pour la phase 3, la présence d’un pot avoisinant les 65 cm de diamètre. Ce genre de récipient, quasiment absent des contextes de la phase 1, est surtout représenté aux phases 2 et 3 où il compte pour 8 à 10 % des vases (fig. 94 : a).

Fig. 94 - Évolution de la fréquence des principaux types en céramique grossière modelée (en % du NMI par phase).

22L’unique exemplaire identifié pour la phase 1 correspond à un récipient de forme sub-ovoïde, avec un col haut et un léger épaulement à la liaison col/panse, morphologiquement situé dans le prolongement des séries connues pour les phases anciennes de La Tène en Auvergne (pl. II : n° 1). Il offre quelques similitudes avec les récipients découverts sur le site de La Contrée Viallet, à Gannat, sans pour autant être totalement identique (rapport Mennessier-Jouannet 1999d : fig. 3).

23Pour les phases 2 et 3, à l’exception d’un exemplaire correspondant à un vase ovoïde à ouverture large, à col court et à épaulement (fig. 93), habituellement traité en céramique fine à mi-fine modelée et surtout présent dans les contextes du IIIe siècle av. J.-C. (rapport Guichard, Orengo 1999), tous les autres vases de stockage ont un profil, des modes de finition et de décoration très standardisés. Ces récipients sont tous de forme ovoïde, à fond plat et ouverture large. Leur petit col vertical est surmonté d’une lèvre plus ou moins éversée et il est systématiquement lissé. La jonction avec la panse est soulignée par une ligne faite d’incisions. Le mode de finition de ces vases est relativement simple et consiste en une régularisation de la surface à l’aide d’un peigne, d’où un aspect « balayé » de la paroi externe et, parfois, interne. Pour ces récipients, dont la forme générale et le mode de finition/décoration sont fixés dès le début du IIe siècle av. J.-C., les changements typologiques concernent le profil de la lèvre et le motif porté à la base du col. Pour les phases 2a et 2b, leur col est court et surmonté d’une lèvre simplement arrondie ou très faiblement éversée. La décoration portée à la liaison col/panse est constituée d’une ligne continue de petits motifs incisés ou estampés. À partir de la phase 2b et surtout à la phase 3, le col s’allonge légèrement et la lèvre est plus franchement éversée. La décoration est constituée d’une ligne continue de motifs incisés/estampés, espacés de quelques centimètres (à partir de la phase 2b) ou d’une succession de motifs disposés de façon ponctuelle (à partir de la phase 3). L’évolution observée au Pâtural est valable pour le reste du grand bassin clermontois (Deberge et al. à paraître ; rapport Deberge et al. 2002a, 2002b). Elle aboutit, au siècle suivant, à l’apparition de récipients, toujours morphologiquement proches des exemplaires du Pâtural, qui sont pourvus d’une lèvre au profil complexe (lèvre à large méplat ou en bourrelet) et sur lesquels le motif incisé/estampé a totalement disparu.

24Les pots à cuire (312 ex.) présentent généralement des diamètres relativement restreints (10 à 20 cm), des parois souvent peu épaisses (inférieures à 1 cm) et, fréquemment, des traces de passages au feu ou de résidus alimentaires. Leur volume utile, calculé à partir de quelques spécimens complets connus régionalement, excède rarement les 5 à 7 litres. La place occupée par ces récipients évolue assez peu sur l’ensemble de la période (fig. 94 : b), sauf pour la dernière phase d’occupation du site où ils comptent pour près de 16 % du nombre total de vases.

25On observe une évolution assez significative de la forme des pots à cuire, de leur mode de finition et de leur décoration (fig. 95). À la phase 1a, ces récipients sont de forme sub-ovoïde, avec un col plus ou moins vertical et une lèvre légèrement éversée ; la forme est très rarement ovoïde. Leur finition est réalisée à l’aide d’un outil qui, en traînant sur la pâte les inclusions grossières, donne un aspect raclé à la surface. L’unique décoration consiste en la présence d’une ligne de motifs incisés/estampés de grande dimension, placée à la liaison col/panse. Ces récipients, qui dérivent des types présents à La Tène ancienne, sont bien représentés dans les ensembles de la fin de La Tène B du site de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo 2000a). Pour la phase 1b, la part des récipients ovoïdes augmente sensiblement, alors même que l’on observe une diminution du recours à la finition par raclage de surface. Cette tendance s’accentue au cours de la phase suivante et le corpus des pots à cuire est alors largement dominé par les exemplaires de forme ovoïde, essentiellement pourvus d’une finition brute. Ils comportent une ligne continue d’incisions à la liaison col/panse, faite de petits motifs incisés/estampés (ronds, traits, grains de café…). La phase suivante (2b) voit peu de modifications si ce n’est la plus grande utilisation de la finition par balayage de surface et l’apparition des premiers récipients de forme globulaire. Ces derniers éléments dominent très largement les assemblages de la phase 3. Ces récipients, à la forme globulaire très standardisée, sont quasi systématiquement pourvus d’une finition par balayage de surface et comportent toujours une décoration continue (lignes rectilignes ou ondées) ou ponctuelle (traits, chevrons, arcatures), placée à la liaison col/panse et réalisée au peigne.

Fig. 95 - Céramique grossière modelée, morphologie des pots à cuire.

26Comme pour les pots de stockage, la succession typologique observée au Pâtural (pots sub-ovoïdes à surface raclée ; pots ovoïdes à surface raclée, brute puis balayée ; pots globulaires à surface et décor peigné) est conforme à celle relevée pour le bassin clermontois, du IIIe à la fin du IIe siècle av. J.-C. (ibid.). À noter que le dernier type représenté au Pâtural, le pot globulaire, disparaît régionalement au tournant des IIe et Ier siècles av. J.-C. On doit enfin signaler la présence d’un exemplaire de forme ovoïde à ouverture large qui comporte une série de moulures sur la face interne de sa lèvre éversée (pl. LII : n° 4). Il est identifié à un pot à cuire, dit de « type Besançon », généralement daté de la Tène D1 (type 1d : Barral 1998). Ce type de récipient, très fréquent en territoires ségusiave et éduen, n’est que très rarement rencontré dans le sud de la Limagne (moins de 1 ‰ des vases).

Mode de cuisson

27La cuisson des formes hautes a généralement été réalisée dans une atmosphère mal contrôlée (mode B’), ce qui confère aux céramiques une couleur de surface irrégulière qui va du gris noirâtre au rouge orangé. Certains pots ont fait, à partir de la phase 2b (phase 2b : 7 ex. ; phase 3 : 16 ex.), l’objet d’une cuisson en mode réducteur-oxydant (mode A). L’utilisation de ce procédé reste cependant marginale (autour de 5 % des formes hautes en céramique grossière) et réservée aux vases de stockage.

Traitement de surface et décoration

28La surface des pots, destinés au stockage ou à la cuisson, peut être laissée brute, après une égalisation plus ou moins poussée ; elle peut être raclée, parfois à l’aide d’un outil tranchant de type couteau ; elle peut comporter un balayage de surface, réalisé à l’aide d’un peigne ; plus rarement, elle peut être lissée (fig. 96). Ces différents traitements de surface sont réalisés, indifféremment, sur les pots de stockage ou les pots à cuire.

Fig. 96 - Principaux modes de finition relevés pour la céramique grossière modelée. A : surface égalisée ; B : surface raclée ; C : surface balayée ou peignée.

29On observe une évolution significative dans l’utilisation des différents procédés (fig. 97 : a). Au début de la période (phase 1), la surface des vases est soit laissée brute, soit raclée. À la phase 1b, le recours au balayage de surface fait son apparition, mais reste limité. La tendance est ensuite à la disparition de l’utilisation du raclage (plus aucun exemplaire à partir de la phase 2b) et à la généralisation du balayage de surface (62 % des vases à la phase 3). Ce dernier traitement de surface, le plus souvent couvrant, est alors disposé horizontalement, verticalement ou obliquement, de façon continue ou discontinue, ou encore sans ordre apparent. La très grande majorité des pots présente un lissage du col qui est consécutif, pour les phases récentes (phases 2 et 3), de la reprise de cette partie du vase au tour lent.

Fig. 97 - Évolution du mode de finition employé pour les formes hautes (a) et basses (b) en céramique grossière modelée.

30Les pots à cuire et de stockage comprennent quasi systématiquement un décor, situé à la liaison col/panse, qui peut être ponctuel ou continu (fig. 98). Pour la phase 1, il consiste en de larges incisions, réalisées à l’aide d’un outil pointu, ou d’impressions, assez régulièrement espacées, réalisées à l’ongle. À la phase 2, à côté de ce traitement décoratif qui tend à se raréfier, apparaissent des décors que l’on peut qualifier de continus ; ils sont constitués d’incisions de taille plus réduite ou, plus fréquemment, d’impressions disposées les unes à côté des autres. Certaines de ces décorations peuvent être effectuées à l’aide d’un peigne. À la fin de la période, l’usage du cet outil se généralise ; les décors sont ponctuels (« coups de peigne » ou impressions de dents) ou continus (bandes peignées rectilignes ou ondées). Les impressions ou incisions disposées de façon continue sont parfois présentes, souvent en association avec des décors réalisés au peigne.

Fig. 98 - Évolution du décor porté à la liaison col/panse des formes hautes en céramique grossière modelée.

3.3.2.1.2. Les formes basses

31Les formes basses en céramique grossière modelée sont représentées par 913 restes et 550 vases. Le fort taux de détermination des formes basses par rapport aux formes hautes trouve plusieurs explications. Premièrement, ce type de contenant, en raison de ses dimensions généralement plus réduites, fait l’objet d’une moins grande fragmentation. En second lieu, l’identification d’une forme à partir d’un seul fragment de bord est plus aisée pour les formes basses que pour les formes hautes. Ce biais méthodologique ne remet cependant pas en cause les comptages établis (fig. 94).

32Cette vaisselle à pâte grossière a principalement une fonction culinaire, notamment pour la cuisson des aliments, même si d’autres utilisations sont envisageables. Sa contenance utile, comprise entre 1 et 7 litres, indique qu’il s’agit d’une vaisselle à usage collectif : l’équivalent du saladier, de la soupière ou de la marmite... La présence de dispositifs particuliers comme un goulot verseur ou une lèvre pourvue d’un profil particulier (en forme de gorge ou triangulaire) peut indiquer des utilisations plus spécialisées : filtrer, cuire avec un couvercle, laisser macérer…

Morphologie

33De la phase 1 au début de la phase 2, le répertoire comprend principalement des jattes à bord droit et des jattes à bord rentrant (fig. 99). Ces dernières, qui présentent une grande variété de profil, sont alors largement majoritaires (51 ex. contre 7 jattes à bord droit, pour les phases 1 et 2a). À partir de la phase 2b, apparaissent, à côté des jattes à bord rentrant toujours bien représentées (38 ex.), des jattes comprenant une ou plusieurs moulures sur la face externe de la lèvre (12 ex.) ainsi que des jattes profondes pourvues de deux œillets de suspension diamétralement opposés (28 ex.), les jattes « d’Aulnat ». À noter la présence d’un type particulier, dans les ensembles de la phase 2, à lèvre relativement arrondie, finition balayée couvrante et pâte relativement peu dégraissée, qui est caractéristique de La Tène C2 et C2/D1a, dans la région (fig. 99). À la phase 3, les changements engagés à la phase précédente connaissent leur aboutissement. Les jattes « d’Aulnat » sont majoritaires (228 ex.), suivies par les jattes à bord mouluré (91 ex.) puis par les jattes à bord rentrant (89 ex.). Les jattes à bord rentrant, ainsi que les jattes à bord mouluré, offrent une grande variété de profils : lèvre plus ou moins inclinée, plus ou moins épaisse, nombre de cannelures variable, paroi plus ou moins tendue… Les jattes « d’Aulnat » ne présentent, quant à elles, que peu de diversités morphologiques. Celles-ci portent essentiellement sur la forme de l’anse qui est plus ou moins dégagée du bord et de section plus ou moins circulaire… Au cours de cette phase, apparaissent également quelques nouvelles formes qui sont cependant peu représentées : 3 jattes à bord mouluré et à goulot verseur, 1 jatte à lèvre épaissie et 1 jatte à lèvre triangulaire. Les deux dernières formes, très peu fréquentes, trouvent des éléments de comparaison dans les contextes de La Tène D1a du site de Gandaillat (rapport Deberge 2006).

Fig. 99 - Céramique grossière modelée, morphologie des formes basses.

34Ce phénomène de changement partiel du répertoire morphologique des formes basses (apparition des jattes à bord mouluré, des jattes « d’Aulnat », des jattes à goulot verseur…) est bien connu dans le bassin de Clermont-Ferrand. Il s’amorce au milieu du IIe siècle av. J.-C. et trouve son aboutissement à la fin du IIe siècle av. J.-C. Il semble, par ailleurs, que l’utilisation de la jatte « d’Aulnat » ne survive pas au changement de siècle puisqu’elle est quasiment absente des ensembles mis au jour sur l’oppidum de Corent (rapport Deberge et al. 2001c) et, plus largement, de ceux du Ier siècle av. J.-C. (rapport Deberge et al. 2002b).

Mode de cuisson

35Comme pour les formes hautes, ces récipients ont fait l’objet d’une cuisson en mode primitif (mode B’) qui leur confère une couleur de surface allant du noirâtre au rougeâtre, en passant par le beige. Les individus appartenant à la phase 3 sont souvent de couleur plus claire (orange à rouge) avec parfois un zonage de la pâte (âme grise) qui peut témoigner d’un meilleur contrôle de l’atmosphère de cuisson. Ceci semble particulièrement vrai pour les jattes « d’Aulnat » dont certains exemplaires présentent une cuisson en mode A.

Traitement de surface et décoration

36Les formes basses sont, au cours des phases 1 et 2, laissées brutes sans traitement de surface ou présentent, assez rarement, une surface raclée (fig. 97 : b). Dès le début de la phase 2, le balayage de surface fait son apparition et devient largement majoritaire à partir de la phase 3 (67 % des récipients). Réalisé sur tout ou partie du vase, il peut affecter l’intérieur et/ou l’extérieur de celui-ci. Ce traitement concerne indifféremment les jattes à bord rentrant ou les jattes à bord mouluré. Il est systématique sur les jattes « d’Aulnat ». Ce balayage peut être réalisé verticalement, horizontalement, obliquement ou, encore, sans ordre apparent. Le lissage de surface est également utilisé, mais reste, le plus souvent, réservé au traitement du bord ou du bas du récipient.

37Certains récipients (10 % des individus) comportent un décor fait de bandes lissées généralement rectilignes ou ondées (fig. 100). Ces décors sont appliqués à l’intérieur du vase de façon rayonnante (6 % des vases), à l’extérieur du vase verticalement ou en diagonale (1 % des vases), ou encore à l’intérieur et à l’extérieur du vase (3 % des vases). L’application de ce type de décor ne tient pas compte du traitement de surface réalisé au préalable et est effectuée sur toutes les formes, à l’exception des jattes « d’Aulnat ».

Fig. 100 - Décor lissé complexe porté sur une forme basse en céramique grossière modelée, exemplaire provenant du site de La Grande Borne.

38À partir de la fin de la phase 2, apparaissent des décors réalisés au peigne, soit de façon ponctuelle (coup de peigne, estampage), soit de façon continue (bandes rectilignes ou ondées). Ils se généralisent à la phase 3 et sont principalement appliqués sur les jattes « d’Aulnat ».

3.3.2.2. La céramique tournée grossière (modes B’ et A)

39Les céramiques à pâte grossière confectionnées au tour sont représentées par 162 restes, équivalents à 45 individus. Cette catégorie, qui doit son apparition à la généralisation de l’utilisation du tour dans la production potière dès le début du IIe siècle av. J.-C., n’est représentée qu’à partir de la phase 2. Conformément aux données régionales, la place occupée par cette production est relativement marginale mais stable : entre 1 et 5 % du nombre de récipients sur l’ensemble du IIe siècle (fig. 101). Toutefois, le pic observé à la phase 2b coïncide assez précisément au déficit relevé, au même moment, pour les pots à cuire en céramique grossière modelée. Le remplacement partiel de ces derniers par des productions tournées paraît être une explication à ce phénomène très localisé dans le temps.

Fig. 101 - Céramique grossière tournée (45 individus).

3.3.2.2.1. Les formes hautes

40Le répertoire morphologique des formes hautes, en céramique grossière tournée, est très restreint. Il comprend principalement des pots ovoïdes de petite dimension, à fond plat, à col court vertical et lèvre faiblement éversée, qui comportent une baguette plus ou moins marquée à la liaison col panse. On ne discerne pas d’évolution significative dans la morphologie de ces vases à partir de la petite série du Pâtural. Ces récipients d’une capacité utile comprise entre 1 et 5 litres servent principalement pour la cuisson, comme en témoignent les traces de chauffe et les dépôts de suie souvent présents sur leurs flancs.

41Ces pots sont majoritairement cuits en mode B’ (32 ex.), même si certains paraissent avoir été cuits en mode A (7 ex.). Pour ces derniers, une utilisation comme vase à cuire semble exclue (absence de trace de coups de feu).

42À partir de la phase 3, sont également présents, en nombre très limité (1 ou 2 individus identifiés), des pots ovoïdes de grande dimension d’une contenance avoisinant les 10 à 15 litres, cuits en mode A et non enfumés. Ces récipients, que l’on rencontre régionalement dans les contextes de la fin du IIe siècle av. J.-C. et du début du siècle suivant, correspondent à des vases de stockage. Toutes ces formes hautes présentent une surface laissée brute, simplement égalisée, à l’exception du col qui est systématiquement lissé. Seul l’un des pots à cuire possède un balayage horizontal continu (pl. XVII : n° 12). Les pots à cuire ne font l’objet d’aucune décoration, alors que les vases de stockage reçoivent parfois un décor lissé simple (bandes rectilignes ou ondées).

3.3.2.2.2. Les formes basses

43Cinq formes basses semblent pouvoir appartenir, avec quelques réserves, à cette catégorie. Il s’agit de deux jattes à bord rentrant et de trois jattes à bord mouluré, habituellement réalisées par modelage. Elles présentent le même type de traitement de surface et le même type de décor que ceux portés sur les exemplaires modelés.

44Comme pour les formes hautes, elles sont cuites en mode B ’.

3.3.2.3. La céramique fine modelée (modes B’, A et A enfumé)

45Tout d’abord, il convient de rappeler que ce groupe de production, s’il est représenté par une quantité appréciable de restes (3 121 restes) et d’individus (NMI de 451), comprend un mobilier fragmenté et en grande partie non déterminable précisément (fig. 102). Ce mauvais état de préservation affecte, en priorité, les formes hautes pour lesquelles le type n’a pas pu être déterminé dans la grande majorité des cas (6 formes hautes déterminées précisément sur un total de 191).

46Conformément aux données régionales, la place occupée par ce groupe de productions, d’abord importante au IIIe siècle av. J.-C. (phases 1a et 1b), diminue rapidement, au début du siècle suivant, et devient marginale, dès le milieu de celui-ci (phase 2b) (fig. 102 : a). Sa présence, après cette date, résulte de phénomènes de résidualité. Les deux facteurs qui déterminent cette évolution sont, d’une part, la rationalisation progressive dans le choix des argiles pour la confection des céramiques culinaires et de stockage et, d’autre part, le développement rapide de l’utilisation du tour pour la confection des céramiques fines. Ces deux phénomènes, qui interviennent au même moment, au début du IIe siècle voire légèrement plus tôt, conduisent à une raréfaction rapide des productions fines modelées.

47Sur l’ensemble de la période, les formes basses sont majoritaires (262 ex.) par rapport aux formes hautes (191 ex.). Ce rapport entre formes hautes et basses n’évolue pas de façon significative au cours du temps (fig. 102 : b).

Fig. 102 - Céramique fine modelée (451 individus).

3.3.2.3.1. Les formes hautes

Morphologie

48Comme on l’a signalé, les formes hautes en céramique fine modelée effectivement identifiables sont très peu nombreuses. Les données disponibles régionalement permettent de valider les observations faites à partir des éléments lacunaires découverts au Pâtural. Le lecteur est toutefois invité à se reporter, pour avoir un panorama plus complet du répertoire morphologique propre à ce groupe de production, aux différents volumes du PCR, Chrono-typologie des mobiliers du second âge du Fer en Auvergne, et notamment à celui portant sur La Tène B2 et C1 (Mennessier-Jouannet et al. 2003).

49D’une manière générale, les formes hautes correspondent :

  • soit à des récipients de type pot à cuire, de morphologie identique à celle connue pour les productions à pâte grossière des phases 1a et 1b (vases sub-ovoïdes à décor incisé large et panse raclée) ;

  • soit à des formes ovoïdes de grande dimension, à ouverture large (de 24 à 42 cm) et pourvues d’un large épaulement, identifiables à des pots de stockage et qui sont, parfois, traitées en céramique mi-fine à grossière ;

  • soit à des formes ovoïdes de plus petite dimension, également pourvues d’un large épaulement à la liaison col/panse et qui peuvent être dotées d’un pied creux haut.

50Pour les pots à cuire de forme sub-ovoïde, la répartition chronologique est identique à celle de leurs homologues traités en céramique grossière modelée (phases 1a et 1b). Les récipients de stockage à épaulement sont représentés de la phase 1b à la phase 2a ; il est possible que certains soient encore utilisés au cours de la phase 2b. Ce type de récipients est, dès la phase 2a, concurrencé par les vases de stockage à pâte grossière et surface balayée. Les autres formes à épaulement sont remplacées, dès la phase 2a, par des récipients réalisés au tour qui conservent, dans un premier temps, certains de leurs traits morphologiques : présence d’un large épaulement à la liaison col/panse et d’un pied creux plus ou moins haut.

Mode de cuisson

51Si divers exemplaires (13 individus) sont cuits en atmosphère mal contrôlée (mode B’), la majorité de ces vases l’est en mode A (93 % des vases), souvent suivi d’un enfumage de surface (71 % des vases). À noter que, comme l’a mis en évidence K. Andrews (Andrews 1997), plusieurs de ces récipients paraissent avoir fait l’objet d’un engobage de surface, avant le lissage et la fumigation définitive (surface épaisse, souvent noire et brillante). Ce type de traitement ne semble avoir aucune base typologique : une même forme peut être engobée ou non.

Traitement de surface et décor

52Les formes hautes comportent souvent un lissage de surface, réalisé sur tout ou partie du vase. La partie panse laissée brute sert de support à de grands décors effectués au lissoir. L’application d’un tel décor semble toutefois relativement rare, puisque seuls 10 % des tessons, comptabilisés pour cette catégorie, en livrent des traces ; ce décor est, quoiqu’il en soit, réservé aux formes ovoïdes à épaulement. En règle générale, il est relativement sommaire, constitué de bandes lissées rectilignes, disposées verticalement ou horizontalement (décor lissé simple 1). Plus rarement, les bandes lissées adoptent un tracé courbe (décor lissé complexe).

3.3.2.3.2. Les formes basses

Morphologie

53Le répertoire des formes basses en céramique fine modelée comprend essentiellement des jattes à bord rentrant (96 % des vases). Elles présentent une grande variété de profil, avec des lèvres plus ou moins rentrantes et épaisses. Elles sont toutes à fond plat (fig. 102). Les formes à lèvre peu épaisse ou verticale semblent plutôt caractéristiques des phases 1a et 1b, de même que celles présentant un léger méplat sommital. Les exemplaires à lèvre en bourrelet et à finition balayée, type attesté également dans les productions à pâte mi-fine ou grossière, ne sont représentés qu’à la phase 2. À côté des jattes à bord rentrant, on note la présence marginale de jattes à profil en « S », aux phases 1b et 2.

Mode de cuisson

54Comme pour les formes hautes, la cuisson la plus fréquemment utilisée est celle faite en mode réducteur-oxydant (91 % des vases), généralement suivie d’un enfumage de surface (86 % des vases). La cuisson réalisée en mode primitif concerne jusqu’à 9 % des vases à la phase 1 et au début de la phase 2, puis disparaît presque complètement aux phases 2a et 3.

Traitement de surface et décor

55Une finition par lissage de surface est réalisée sur la plupart de ces formes basses. Elle est couvrante ou concerne uniquement le bord et la base du récipient. Généralement réalisé horizontalement à l’extérieur des vases, ce lissage peut être effectué de façon rayonnante, à l’intérieur de certains exemplaires appartenant aux ensembles de la phase 1.

56Les décors, faits de bandes lissées appliquées sur les faces internes et/ou externes des vases, concernent 48 récipients (46 jattes à bord rentrant et 2 jattes à profil en « S »). Les bandes lissées sont rectilignes ou ondées, disposées de façon rayonnante ou oblique, soit à l’intérieur, soit à l’extérieur ou, encore, sur les deux faces du vase. Elles sont moins souvent disposées horizontalement, à l’extérieur des vases. Ce traitement décoratif des céramiques fines modelées décroît de façon assez significative au cours de la période.

3.3.2.4. La céramique finie au tour fine (modes B’, A et A enfumé)

57Pour rappel, ce groupe de production comprend des éléments (430 restes et 213 individus) pour lesquels la régularité du profil et la finesse des parois évoquent une confection, au moins partielle, au tour rapide ou lent, sans que la preuve puisse en être apportée en l’absence de stries de tournage. Les formes sont essentiellement basses (198 contre 15 formes hautes). Le traitement de surface définitif, souvent très poussé (lissage/lustrage des faces externes et internes), a fait disparaître les traces de montage. Plus qu’un véritable groupe de production, cette catégorie renvoie plus probablement à une classe d’indéterminés pour lesquels le qualificatif de « tournés » n’est pas assuré. Ceci expliquerait notamment le déficit en formes basses tournées, observé pour la phase 2a, période durant laquelle l’utilisation du tour est pourtant largement attestée pour les formes hautes.

58La stabilité de la fréquence observée pour ce type de récipients sur l’ensemble de la période (entre 7 et 12 % des récipients), exception faite du début de la phase 1, peut être une conséquence de ces difficultés de détermination (fig. 103).

Fig. 103 - Céramique fine finie au tour (213 individus).

3.3.2.4.1. Les formes hautes

Morphologie

59Les formes hautes ne sont représentées que de façon anecdotique, puisque l’on ne dénombre que 15 individus. Elles correspondent à des récipients de dimension moyenne, qui sont tous pourvus d’un épaulement à la liaison col/panse. Les fonds qui leur sont associés sont plats, à pied creux haut ou à pied creux surbaissé.

Mode de cuisson

60La cuisson a majoritairement été réalisée en mode A (réducteur-oxydant), suivie d’un enfumage de surface. Un seul individu a été cuit en mode B’.

Traitement de surface et décor

61Ces récipients ont fait l’objet d’une finition par lissage de surface très soigné qui a pu être complété par un décor fait de bandes lissées, rectilignes et ondées, disposées verticalement à l’exemple de celui présent sur certains fonds plats collectés sur le site.

3.3.2.4.2. Les formes basses

Morphologie

62La part des formes basses en céramique fine finie au tour est relativement stable au cours de la période (11 à 12 % du nombre total de vaisselles). Dans son ensemble, le répertoire des formes évolue peu d’une phase à l’autre.

63Les jattes à bord rentrant (148 ex.) dominent largement le corpus. Elles présentent une grande variété de profils qui ne semble pas avoir de signification chronologique. On note toutefois l’apparition, à partir de la phase 2a, d’exemplaires qui comportent une lèvre en forme de bourrelet très marqué. Ces jattes à lèvre en bourrelet, bien représentées pour les phases 2a et 2b (environ 20 % des formes basses finies au tour), sont en revanche moins fréquentes à la phase suivante (5 %).

64À côté de ces formes très largement majoritaires, on rencontre quelques jattes à profil en « S », surtout dans les ensembles des phases 1a et 2a. Plus rarement et seulement à partir de la phase 2b, quelques jattes à bord mouluré et quelques imitations de campanienne (Lamb. 27) sont ponctuellement représentées.

Mode de cuisson

65La cuisson est majoritairement faite mode A (95 % des vases), quasi-systématiquement suivie d’un enfumage de surface (tous les ex. sauf 3). Le mode primitif n’est utilisé que marginalement, aux phases 2b et 3 (3 et 6 ex.), à moins qu’il ne s’agisse de surcuissons accidentelles.

Traitement de surface et décor

66Le traitement de surface est extrêmement soigné et consiste en un lissage qui, parfois, confine au lustrage des surfaces externe et interne. Comme sur les formes basses en céramique fine modelée, la technique de finition par lissage rayonnant à l’intérieur du pot peut être employée.

67Quelques jattes à bord rentrant (21 ex. sur 196) comportent un décor fait de bandes lissées, disposées soit à l’intérieur de façon rayonnante (14 ex.), soit à l’extérieur (1 ex.) ou, encore, sur les deux faces du récipient (6 ex.).

3.3.2.5. La céramique tournée fine (modes B’, A, A enfumée et B)

68La céramique fine tournée compte 3 378 restes correspondant à 503 individus. Conformément aux données régionales (Deberge et al. à paraître), la part de ce groupe de production ne cesse d’augmenter au cours de la période et représente plus de 25 % de l’effectif, tant en restes qu’en nombre d’individus, à la phase 3 (fig. 104 : a). Cette augmentation est la conséquence de la généralisation de l’usage du tour à partir du début du IIe siècle av. J.-C., voire un peu plus précocement, pour la confection des formes hautes et basses, en céramique fine.

69Les récipients présents correspondent majoritairement à des formes hautes (3 082 restes et 364 individus). Les formes basses, indubitablement tournées, sont peu représentées avant la dernière phase d’occupation du site (fig. 104 : b). Mais il n’est pas improbable qu’une grande partie des formes identifiées comme étant « finies au tour » aient, en réalité, été tournées.

Fig. 104 - Céramique fine tournée (503 individus).

3.3.2.5.1. Les formes hautes

Morphologie

70Les formes hautes ne sont bien représentées qu’à partir de la phase 2a (16 % du nombre total de vases). L’identification de la morphologie de ces récipients est rendue délicate, comme pour les formes hautes en céramique fine modelée ou finie au tour, par la grande fragmentation du mobilier et par l’existence d’un répertoire assez diversifié (fig. 105).

Fig. 105 - Céramique fine tournée, morphologie des formes hautes.

71Trois classes de récipients sont représentées : des formes de grandes dimensions identifiables à des pots de stockage d’une contenance située autour de 10 litres ; des pots de contenance plus modérée qui renvoient au service des liquides (1 à 5 litres) et des vases de petite dimension, identifiables à des vases à boire (moins de 1 litre).

72La première classe comprend des vases de forme ovoïde, pourvus d’une ouverture plus ou moins large et d’un pied creux. Ils sont surtout caractérisés par la présence d’un large épaulement disposé à la liaison col/panse et d’un décor lissé se développant sur deux registres sur la panse. Ce type de vase, qui reprend pour partie des éléments (épaulement, pied creux, décor lissé complexe) présents sur les formes hautes modelées de la phase 1, est surtout représenté dans les ensembles des phases 2a et 2b. Il est, dans la région, caractéristique de La Tène C2. Pour la phase 3, aucun récipient ne présente les dimensions qui permettent une identification à un récipient de stockage.

73De plus petite dimension, les vases à panse pincée, malheureusement assez mal préservés au Pâtural, sont également caractéristiques des phases 2a et 2b. Leur présence dans les ensembles de la phase 3 est résiduelle. Il s’agit de récipients relativement élancés qui comportent un pincement prononcé situé à mi-panse. Leurs caractéristiques morphologiques et décoratives (col plus ou moins haut souligné par un épaulement, pied creux, finition lissée soignée, décor lissé sur deux registres) s’apparentent à celles relevées pour les vases ovoïdes à épaulement, de grande dimension. Autre récipient appartenant à la classe des vases « de service », le vase à panse élevée présente une ouverture large, un col haut souligné par une baguette, un bombement de la panse relativement haut et un fond cintré. Il est le support d’un décor lissé très standardisé, mais relativement simple (combinaison d’une ligne ondée horizontale et de lignes rectilignes verticales). Bien que représenté ponctuellement dans les ensembles de la phase 2b, il est surtout caractéristique de la phase 3. C’est aussi au cours de cette phase qu’apparaissent des formes empruntées au répertoire de la vaisselle méditerranéenne tels que les pichets à col tronconique, qui reproduisent les modèles catalans à pâte grise et, surtout, les cruches à col cylindrique, réalisées en pâte claire non calcaire, qui sont des copies fidèles des cruches dites « républicaines », issues du Midi de la France. À noter que ces productions locales à pâte claire sont assez peu représentées (47 restes et 5 individus) au Pâtural, par comparaison avec les ensembles régionaux de la fin du IIe siècle av. J.-C. : moins de 0,5 % du NMI contre, par exemple, environ 4 % pour la phase la plus récente du site de Gandaillat (rapport Deberge 2006). C’est également à cette phase qu’apparaissent de nouvelles formes indigènes (vases fuselés à pied cintré et ouverture large) qui sont parfois le support d’un décor réalisé à la molette.

74La troisième classe, celle des vases de petite dimension ou gobelets à boire, connaît également une évolution chronologique. Aux phases 2a et 2b, on rencontre surtout des récipients de forme ovoïde à col droit ou légèrement rentrant, des formes fuselées à col court et lèvre peu marquée et, ponctuellement, des vases à panse pincée. Pour la phase 3, il s’agit surtout de vases à panse élevée et, plus rarement, de pichets à col tronconique et de cruches à col cylindrique.

75Pour résumer, le répertoire de la phase 2a se situe dans le prolongement de celui créé aux phases 1a et 1b pour la céramique fine modelée et finie au tour (formes à épaulement, décor lissé complexe, pied creux). À partir de la phase 2b, se met en place un nouveau répertoire caractérisé par des formes indigènes aux profils et aux modes de décoration simplifiée (vase à panse élevée et vase fuselé). À la phase 3, apparaissent des éléments qui reprennent les formes d’importation (cruches et pichets) et adoptent de nouvelles solutions décoratives (décor à la molette).

Mode de cuisson

76Le mode de cuisson privilégié pour cette catégorie de céramique est le mode réducteur-oxydant (97 % des vases), suivi par un enfumage de surface quasi systématique (83 % des individus cuits en mode A). La cuisson en mode primitif (mode B’) est très peu utilisée (2 individus). La cuisson en mode réducteur total (mode B) n’est attestée qu’à partir de la phase 3 et ne concerne qu’une part marginale du mobilier (2 individus, soit moins de 0,25 % du NMI total). Les valeurs relevées ici sont à comparer avec celles observées pour la phase la plus récente du site de Gandaillat où la cuisson en mode réducteur a été utilisée pour environ 16 % des récipients (ibid.).

Traitement de surface et décor

77La très grande majorité de ces vases comporte une finition par lissage qui affecte tout ou partie de la face externe du pot, le col et le pied étant systématiquement lissés. Quelques rares exemplaires ont fait l’objet d’une finition par balayage de surface (49 restes et 3 vases).

78Des bandes lissées sont généralement appliquées sur les parties de la panse laissées brutes (19 % des restes). Ces décors, d’abord relativement fréquents au début de la phase 2 (35 % des tessons), tendent à disparaître vers la fin de la même période (13 % à la phase 3). Deux variantes peuvent être identifiées (fig. 106). La première (décor lissé complexe) est généralement réalisée sur deux registres. Elle comprend, sur le registre inférieur, des bandes lissées rectilignes disposées verticalement, et, sur le registre supérieur, des bandes lissées, rectilignes ou ondées, placées verticalement, horizontalement et obliquement (fig. 107). Dans certains cas, des motifs curvilignes, des croisillons et des arcatures sont également présents. La seconde variante (décor lissé simple) comprend, sur un seul registre, un décor simple fait de bandes lissées, rectilignes et/ou ondées, disposées verticalement et/ou horizontalement.

Fig. 106 - Décorations portées sur les formes hautes en céramique fine tournée (594 tessons).

79On observe une diminution significative du nombre de tessons portant un décor lissé complexe, de la phase 2 à la phase 3 (de 23 à 3 % des restes) alors que, dans le même temps, la part des décors lissés simples reste relativement stable (environ 10 % des tessons). Ce recul des décors lissés complexes coïncide avec la disparition des gros pots ovoïdes à épaulement sur lesquels ils ont préférentiellement été appliqués.

Fig. 107 - Décor lissé complexe porté sur une forme haute en céramique fine tournée.

80Les décors réalisés à la molette constituent un mode de décoration nouveau qui n’apparaît qu’à partir de la phase 3. 44 restes, uniquement des fragments de panse, ont été dénombrés, mais aucune forme complète n’a été identifiée. Ce type d’ornementation semble concerner principalement les formes hautes : vases à panse ovoïde ou fuselée et, parfois, à col tronconique. Ces décors, généralement couvrants, sont faits soit de carrés placés horizontalement, soit de losanges disposés en quinconce, soit de rectangles formant des motifs en épi.

3.3.2.5.2. Les formes basses

Morphologie

81Les formes basses en céramique fine tournée ne représentent qu’une faible part du nombre total de vases. Comme on l’a déjà signalé, il est probable que certains récipients classés dans la catégorie des vases finis au tour aient été, en fait, confectionnés à l’aide du tour. Toujours est-il que l’utilisation du tour rapide n’est attestée de façon certaine, dans cette série, qu’à partir de la phase 2a.

82Le corpus se partage entre formes d’inspirations indigènes (les jattes à bord rentrant et à profil en « S ») et formes empruntées au répertoire de la céramique à vernis noir (fig. 108 et 109). Si pour les phases 2a et 2b, les formes indigènes sont majoritaires, le rapport s’inverse en faveur des imitations de campanienne à la phase 3. Cette observation est conforme aux données du grand bassin clermontois où l’on constate une apparition des premières imitations de campanienne autour du milieu du IIe siècle av. J.-C., puis une rapide diffusion de ces formes dans la seconde moitié du siècle.

Fig. 108 - Céramique fine tournée, morphologie des formes basses.

Fig. 109 - Céramique fine tournée (139 individus).

83Les jattes à bord rentrant en céramique fine tournée présentent, comme pour les exemplaires modelés ou finis au tour, une assez grande variété de profils. À noter la présence d’exemplaires à bord en bourrelet pour les phases 2b et 3. La tendance générale est toutefois à l’amincissement de la lèvre, à l’abaissement de la vasque et à l’apparition d’un pied légèrement dégagé. Les formes empruntées au répertoire de la céramique à vernis noir, très majoritairement de la campanienne A, sont dans l’ordre d’apparition : les coupes Lamb. 27, les bols Lamb. 31/33, les coupes à marli Lamb. 6/36 et, de façon moins assurée, les assiettes Lamb. 5 ou 5/7. Si la forme Lamb. 27 est la plus précocement reproduite, c’est le bol Lamb. 31/33, par ailleurs peu fréquent en campanienne A sur le site et plus généralement en Auvergne, qui est le plus largement imité. Les potiers arvernes ont recopié cette forme en faisant une interprétation relativement libre, d’où une typologie variée. Certains exemplaires (13 individus) comportent une baguette, motif typiquement indigène, placée plus ou moins haut sur la panse. Les autres formes, les assiettes ou coupes Lamb. 6/36 et Lamb. 5 ou 5/7, sont peu représentées au Pâtural, probablement en raison de la datation de l’occupation. Ces imitations sont, en effet, surtout attestées dans les ensembles du Ier siècle av. J.-C. Plusieurs fonds annulaires sont à associer à ces imitations de céramique campanienne. L’un d’entre eux reproduit le décor estampé fait de palmettes que l’on rencontre fréquemment sur les coupes Lamb. 27, en campanienne A.

84Deux jattes en céramique à pâte claire non calcaire complètent le répertoire des formes basses tournées. Elles sont réalisées dans une pâte identique à celle des cruches à pâte claire régionales et leur forme est, comme pour ces dernières, un emprunt fait au répertoire de la céramique méditerranéenne, même s’il est difficile d’en trouver le modèle exact. Cette forme est connue dans la région, à plusieurs exemplaires, dans des ensembles attribués à la fin du IIe siècle av. J.-C. : fosse 34 du site de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000) et fosse 5 du site de Pontcharaud où il semble s’agir d’une importation (rapport Guichard, Loughton 2000).

Mode de cuisson

85Le mode de cuisson le plus largement utilisé est, comme pour les formes hautes, le mode A (99 % des vases), très souvent suivi d’un enfumage de surface (94 % des vases). La cuisson en mode réducteur total (mode B), représentée de façon marginale (2 ex.), n’apparaît qu’à la phase 3.

Traitement de surface et décor

86Tous ces récipients ont fait l’objet d’un lissage de surface intégral et soigné à l’exception des deux éléments en pâte claire non calcaire. Pour les jattes à bord rentrant, on retrouve les décorations attestées pour les productions fines modelées et fines tournées. Il s’agit principalement de bandes lissées, disposées de façon rayonnante à l’intérieur du vase ou horizontalement à l’intérieur et/ou extérieur de celui-ci. Ce dernier type de traitement est fréquemment observé sur les imitations de céramique campanienne qui peuvent également être ornées de fins filets peints, de couleur blanche, disposés horizontalement sur leur face interne.

3.3.2.6. La céramique peinte

87La céramique peinte est assez peu représentée sur le site puisqu’on dénombre 686 tessons, équivalents à 67 individus, soit environ 4 % du nombre total de restes et un peu moins de 3 % du nombre total de vases. Ces valeurs sont relativement faibles par comparaison avec celles relevées pour d’autres séries régionales, comme celles de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo 2000b ; rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000 ; rapport Deberge et al. 2001a) et de Gandaillat (rapport Deberge 2006), et extra régionales, comme celles de Feurs (Vaginay, Guichard 1988) et de Roanne horizons 1 à 3 (Lavendhomme, Guichard 1997). Sur ces sites, la céramique peinte compte pour 5 à 8 % du mobilier céramique.

88En dépit de cette représentation relativement marginale, on note un accroissement significatif de la fréquence de ce type de céramique de la phase 1b à 2b, qui est suivi d’une décroissance à partir de la phase 3 (fig. 110). Ces observations sont conformes à celles faites régionalement, qui semblent montrer que la période de plus grande diffusion de cette catégorie céramique est centrée sur le milieu du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 110 - Céramique fine peinte (67 individus), morphologie des formes hautes et basses.

89Ce mobilier souffre d’un mauvais état de conservation et d’une fragmentation importante (poids moyens par reste de 7g) qui rendent difficile l’identification des formes ainsi que celle d’éventuels décors.

Morphologie

90Les formes hautes comptent pour les 4/5 des éléments présents (56 individus et 671 restes). Les formes basses sont, au Pâtural comme ailleurs, nettement moins représentées.

91Les premières correspondent à des récipients fuselés à ouverture plus ou moins large, col plus ou moins haut et pied plus ou moins cintré. Les formes les plus anciennes (phases 2a et 2b) comprennent un col haut, parfois ponctué par un épaulement et un fond assez peu cintré. Les formes plus récentes (phase 3) sont caractérisées par une encolure plus basse, une ouverture souvent plus large et un fond franchement cintré. À noter la présence (pour la phase 2b) d’exemplaires pourvus d’un col très peu marqué et d’une lèvre à peine épaissie qui semble caractériser, à Feurs et Roanne, la phase immédiatement antérieure à l’apparition de la fibule de Nauheim (Vaginay, Guichard 1988 ; Lavendhomme, Guichard 1997). Les formes à col cylindrique (phase 2b) ou à lèvre striée (phase 3) sont plus marginales.

92L’évolution du répertoire des formes basses suit celle de la céramique fine tournée à savoir une représentation exclusive des formes indigènes pour les phases 1 et 2 (jattes à bord rentrant et jattes à profil en « S ») et l’apparition, à partir de la phase 3, des imitations de céramique campanienne (forme Lamb. 36).

Pâte et mode de cuisson

93Ces céramiques ont été obtenues par cuisson en mode A qui n’a pas été suivie d’un enfumage de surface (Guichard 1994). Les pâtes sont généralement épurées, de couleur beige (21 restes), marron (217 restes), grise (4 restes), orange (27 restes) ou rose (301 restes), souvent à âme grise (303 restes). Au cours de la période, la couleur des pâtes change, ce qui correspond soit à une évolution dans le choix ou la préparation des argiles, soit à une modification dans la technique de cuisson. Les pâtes de teinte marron disparaissent progressivement (62 % des restes à la phase 2, 24 % des restes à la phase 3) au profit des pâtes roses (18 % des restes à la phase 2a, 34 % à la phase 2b, puis 72 % des restes à la phase 3). Cette évolution semble aller de pair avec une plus grande épuration des argiles.

Traitement de surface et décor

94Seuls 570 tessons sont suffisamment bien préservés pour pouvoir permettre de distinguer la couleur de fond appliquée sur ces vases. La grande majorité des tessons présente un fond blanc ou crème (454 fragments). Une couleur de fond uniformément rouge est également rencontrée (116 restes). On note que l’utilisation de la couleur blanche tend à se généraliser vers la fin de la période aux dépens de la couleur rouge (de 38 % des restes à la phase 2a, à 84 % des restes aux phases 2b et 3). Les éléments à fond blanc comportent souvent des bandes peintes de couleur rouge, en haut et/ou en bas de la panse (147 restes).

95Des traces de décor figurent sur 19 restes et 5 d’entre eux comportent un décor curviligne (zoomorphe ou végétal) obtenu, le plus souvent, par la technique de la réserve. Le motif principal, généralement encadré par des bandes horizontales placées au sommet et à la base de la panse, a été révélé soit par l’application d’une couche noire sur un fond rouge (pl. XXX : n° 6), soit par l’application d’une couche uniforme brune sur un fond blanc (pl. XXXIV : n° 13 ; pl. LXVII : n° 1) ou encore par la réalisation d’une résille de couleur noire (pl. XXXIV : n° 10). 1 vase présente un traitement décoratif original avec un motif peint qui se détache en brun sur un fond blanc (pl. XVI : n° 1). Les décors de 3 vases sont suffisamment bien préservés pour pouvoir être identifiés plus précisément. Le premier (pl. XXXIV : n° 10) correspond à un décor du style 1 de la typologie établie par V. Guichard pour le nord-est du Massif central (Guichard 1987, 1994, 1996) : frise continue de quadrupèdes sur fond de résille. Les 2 autres (pl. XVI : n° 1 ; pl. LXVII : n° 1) appartiennent au style 4 : frise principale de quadrupèdes environnés d’animaux plus petits et de motifs indépendants, esses et rinceaux (pour une description plus détaillée de ces 2 vases, on se reportera à Guichard 2003). Ces vases ne montrent pas de caractéristiques particulières en regard des autres séries arvernes, étudiées par ailleurs.

3.3.3. Les graffitis sur céramique indigène

96Les graffitis retrouvés sont au nombre de 8. Réalisés à la pointe sèche sur des récipients après cuisson, tous ont été découverts dans la zone dépotoir, utilisée au cours de la dernière phase d’occupation (fig. 111). Parmi eux, 5 proviennent du comblement du ruisseau laténien 5557. Cette petite série est à rapprocher de celles provenant des sites de Roanne (24 ex. dont 12 à inscriptions alphabétiques ; Lavendhomme, Guichard 1997 : 141-143) ou de Gandaillat (35 ex. dont 2 à épigraphe ; rapport Deberge 2006). Si au Pâtural, comme sur ces deux sites, les exemplaires anépigraphes sont présents à date haute (dès La Tène C2), ceux portant une inscription ne sont pas antérieurs au dernier tiers du IIe siècle av. J.-C. Ces découvertes, certes modestes, constituent des jalons importants dans la connaissance de la diffusion de l’écriture en Gaule du centre, phénomène qui semble avoir été relativement tardif, en comparaison de l’évolution observée en Gaule méridionale (Bats 2000, 2004 ; Feugère, Lambert 2004).

Fig. 111 - Graffitis sur céramique, carte de répartition et relevé graphique.

97Les vases marqués sont en céramique fine tournée (6 cas) ou peinte (2 cas), souvent de forme haute (5 cas). Ils correspondent à de la vaisselle de table ou de service, ce qui accrédite l’hypothèse de marques de propriété. Ces marques ont été réalisées sur la panse (6 cas) ou sur le fond (2 cas).

98De ces graffitis, 3 sont purement géométriques et présentent des traits et des croix (fig. 111 : n° 1 et 3) et 3 autres sont de nature figurative. Ces derniers représentent une paire de fibules incomplètes rattachées par une chaînette (fig. 111 : n° 4), un animal largement incomplet qui pourrait être un porc (fig. 111 : n° 4) et un autre animal, peut-être un cheval, également lacunaire (fig. 111 : n° 6). La figuration de fibules est relativement courante dans les séries régionales puisque 3 exemplaires sont connus pour le seul site « d’Aulnat » (Périchon 1983c ; rapport Deberge 2006). Les représentations animalières semblent moins fréquentes, même si l’on ne peut passer sous silence la spectaculaire scène de chasse ou de guerre, figurée sur un vase de La Grande Borne, découvert par R. Périchon (Périchon 1987 : pl. 8).

99Les 2 graffitis épigraphes utilisent l’alphabet grec. Le premier, porté sur la face externe d’une forme basse en céramique fine, est de lecture incertaine : ]B+[ (fig. 111 : n° 7). Il est accompagné d’un cercle radié ou rouelle. La seconde inscription est, bien qu’incomplète, identifiable à un anthroponyme : ]ONNOS (fig. 112). Elle a été réalisée sur le haut de la panse d’une cruche, à pâte claire non calcaire, régionalement attestée à partir de la fin du IIe siècle av. J.-C. Si ce n’était leur provenance stratigraphique mal assurée - ils ont été tous deux découverts dans les couches d’occupation remaniée mais dans le secteur occupé principalement à la phase 3 -, ces deux graffitis pourraient figurer parmi les plus précoces exemplaires épigraphes, découverts en Gaule interne, avec l’EUCRITOUL mis au jour à Roanne (Morel 1997).

Fig. 112 - Graffiti sur cruche à pâte claire régionale (fin du IIe siècle av. J.-C.).

3.4. La céramique d’importation de provenance méditerranéenne

100Comme la plupart des sites de Gaule interne, le Pâtural livre une petite série d’importations de céramique fine, en provenance du bassin méditerranéen (212 NR, 59 NMI). Rapportée à l’ensemble de la vaisselle utilisée sur le site, la place occupée par ces importations est évidemment très restreinte (environ 4 ‰ des restes collectés en structures ou 1 % des individus présents en structures).

101Pourtant, la rareté de cette céramique est toute relative puisque le site figure parmi les mieux fournis de Limagne et plus largement de Gaule interne. À l’exception du site dit « d’Aulnat », qui totalise un nombre de 759 tessons de céramique importée (environ 195 vases dénombrés au mois de juillet 2005), la grande majorité des sites ruraux de Basse Auvergne, datés du IIe siècle av. J.-C., ne livre que quelques tessons appartenant, au plus, à deux ou trois récipients (Deberge à paraître). À titre de comparaison extra régionale, on dénombre environ 190 récipients à Roanne qui est considéré actuellement comme l’un des plus gros gisements de Gaule interne, pour les IIe -Ier siècles av. J.-C. (Lavendhomme, Guichard 1997) ou encore 685 NR (pour 152 NMI) au Petit Chauvort, à Verdun-sur-le-Doubs (Verrier, Videau 2001).

102Ce corpus est composé majoritairement de campanienne A et, dans une moindre mesure, de céramique à pâte claire (fig. 113). Les importations de la côte catalane ainsi que la campanienne B sont représentées de façon marginale.

Fig. 113 - Vaisselle d’importation, répartition entre les grands groupes de production.

3.4.1. La céramique à vernis noir

3.4.1.1. Quantification et répartition

103La céramique à vernis noir, qui comprend exclusivement de la campanienne, est représentée par 171 tessons (1 530 g) équivalents à 54 individus. Elle ne compte que pour une part infime du mobilier collecté (moins de 0,1 % du nombre total de fragments de céramique).

104Ce mobilier a été découvert principalement dans les structures laténiennes (fig. 114 : a). Quelques ensembles plus tardifs, datés de la période romaine à moderne, ont également livré quelques fragments en position résiduelle. Leur état de conservation est relativement médiocre et ils sont souvent de petite taille.

Fig. 114 - Céramique campanienne.

105La répartition des tessons montre que le mode de rejet de cette céramique correspond globalement à celui mis en évidence pour la céramique indigène, à savoir un dépôt majoritairement fait dans la zone dépotoir, située en bordure sud du ruisseau. On relève cependant quelques concentrations dans les fossés 43905 et 57001, à proximité des structures sur poteaux porteurs 8601 et 8632, ainsi qu’aux abords du bâtiment 8600. En revanche, dans les fossés 70926/108001, 106301 et 61001 qui livrent pourtant une quantité appréciable de céramiques indigènes, les fragments de campanienne sont quasiment absents.

106La fréquence de la céramique campanienne évolue de façon significative au cours de l’occupation (fig. 114 : b et c). Absente des structures de la phase 1a, elle apparaît timidement à la phase 1b (5 tessons de panse et aucun individu identifié). Les quantités augmentent assez nettement de la phase 2a à la phase 3, tant en valeur absolue qu’en fréquence du nombre total d’individus pour chaque phase. Elles ne sont réellement abondantes qu’à partir de la phase 3 (avec 61 restes et 21 individus).

3.4.1.2. La morphologie

107On doit d’abord souligner que la collection ne comprend que 2 petits éléments de céramique campanienne B, découverts hors structure, dont un possible bol Lamb. 8 (pl. LXVIII : n° 27). Tout le reste appartient à la campanienne A. Compte tenu d’observations nombreuses et cohérentes faites tant en Gaule chevelue que dans le monde méditerranéen, cette particularité indique que la série ne peut, en tout état de cause, dépasser la fin du IIe siècle av. J.-C.

108Le répertoire morphologique de la campanienne A permet d’apprécier plus précisément la période couverte par la collection (fig. 115). Les 53 récipients identifiés se répartissent de la façon suivante :

  • bols Lamb. 27ab : 3 exemplaires découverts dans le fossé 70926 (pl. XVI : n° 4), dans le muret 917 et hors structure (non illustrés) ;

  • coupes Lamb. 27B : 29 exemplaires découverts dans le fossé 70926 (non illustrés), dans le fossé 43905 (2 ex. ; pl. XXX : n° 7 et 8), dans le fossé 105001 (pl. XXXIV : n° 14), dans le fossé 3268 (pl. XXXXVIII : n° 13), dans le fossé 6672 (non illustré), dans l’épandage 3231 (4 ex. ; pl. LIX : n° 10-12), dans le ruisseau 5557 (4 ex. ; pl. LXVI : n° 1-4), dans la fosse 2679 (pl. LXVIII : n° 6), dans le muret 917 (pl. LXVIII : n° 8 et 9) et dans diverses structures (12 ex. ; pl. LXVIII : n° 3-8 et 13-15) ;

  • coupes Lamb. 28ab : 2 exemplaires découverts dans l’épandage 3231 (pl. LIX : n° 8) et dans le ruisseau 5557 (pl. LXVI : n° 5) ;

  • bol Lamb. 31 : 1 exemplaire découvert dans l’épandage 3231 (non illustré) ;

  • bols Lamb. 33a : 2 ou 4 exemplaires (pl. LXVIII : n° 1 et 2) dont 1 a été découvert dans plusieurs contextes (fosse 14902 et couches d’occupation) et un autre, hors structure ;

  • assiettes Lamb. 36 : 8 exemplaires découverts dans la fosse 2679 (pl. LXVIII : n° 16), dans l’épandage 3231 (pl. LIX : n° 9), dans le ruisseau 5557 (pl. LXVI : n° 6) et dans différents contextes (pl. LXVIII : n° 16-19) ;

  • coupes ansées Lamb. 42B : 3 exemplaires provenant du fossé 105001 (pl. XXXIV : n° 15), de la fosse 14902 (pl. XXXIX : n° 11) et des niveaux d’occupation (1 ex. ; pl. LXVIII : n° 25) ;

  • coupes ansées Morel 68bc : 3 exemplaires découverts dans divers contextes (pl. LXVIII : n° 23 et 24).

Fig. 115 - Répertoire de la campanienne A (la nomenclature utilisée est tirée de Lamboglia 1952).

109L’absence de formes réputées tardives (Lamb. 5 et 6) en campanienne A ou, du moins, de formes fréquentes à une époque tardive (Lamb. 31), alliée à l’absence quasi totale de la campanienne B (à l’exception toutefois d’1 ex. de forme Lamb. 8), confirme la non-représentation du faciès propre à la première moitié du Ier siècle av. J.-C. L’essentiel appartient au répertoire « classique » du IIe siècle av. J.-C., sans qu’il soit possible de préciser d’avantage. C’est le cas en particulier des assiettes Lamb. 36 et des nombreuses coupes Lamb. 27, parmi lesquelles on relève quelques variantes anciennes Lamb. 27ab. Quelques objets appartiennent plutôt au répertoire de la première moitié du siècle (Lamb. 33a, Morel 68), voire même à celui du IIIe siècle av. J.-C. (Lamb. 42Bc, représentée par 2 anses et 1 bord de finition assez médiocre).

110L’étude des pieds, non considérés dans ce décompte, confirme ces observations, avec un fort pourcentage de décors (filets peints ou combinaison estampage-guillochis) : on dénombre 9 pieds décorés (pl. LIX : n° 13 ; pl. LXVI : n° 7 et 8 ; pl. LXVIII : n° 20-22) contre seulement 2 pieds sûrement dépourvus de décor (pl. LIX : n° 14).

111La collection tend à indiquer que le site a connu des arrivages de céramique campanienne pendant toute la durée du IIe siècle av. J.-C. Les rares tessons plus anciens témoignent de rapports précoces de la Gaule centrale avec les régions méridionales, encore très peu documentées, hormis les sites tout proches de Gandaillat et de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo 1999, 2000a ; rapport Verrier 2006). Ces conclusions sont donc parfaitement cohérentes avec celles déduites de l’étude des amphores qui démontrent que les importations s’arrêtent, au plus tard, au tournant des IIe et Ier siècles av. J.-C.

3.4.2. Les céramiques à pâte claire calcaire

112Les céramiques à pâte claire d’importation n’ayant pas été individualisées au moment de la fouille, il est aujourd’hui difficile d’en proposer une étude exhaustive. Il faudrait en effet passer en revue plus de 30 000 sacs de mobilier pour pouvoir en extraire les éléments intéressants. Néanmoins ce mobilier a systématiquement été pris en compte dans les ensembles retenus pour l’étude de la céramique indigène.

113Avec 38 restes (0,2 % du nombre total de restes) et 5 vases identifiés (0,2 % du nombre total des vases), ce type d’importation peut être considéré comme relativement marginal sur le site du Pâtural. La fréquence de ces importations, uniquement représentées à partir de la phase 2, oscille entre 0,1 et 0,4 % du nombre de vases (fig. 116). Ces valeurs sont proches de celles observées sur les sites foréziens de Roanne et de Feurs où, pour la même période (Roanne 1 à 3 et Feurs 1 à 3), les céramiques à pâtes claires calcaires ne comptent que pour 0,3 % et 0,2 % des tessons (Lavendhomme, Guichard 1997 : 81, 82, tabl. VII, n° 1 ; Vaginay, Guichard 1988 : 37, fig. 23) et 0,7 % du nombre d’individus à Roanne (ibid. : 81, 82, tabl. VII, n° 2). Cette situation contraste également avec celle observée sur le site voisin de Gandaillat où ce type d’importation compte pour 1 à 2 % du mobilier céramique collecté, dans les ensembles du IIe siècle av. J.-C. (Deberge et al. à paraître).

Fig. 116 - Importations en pâte claire.

114Ces importations présentent toutes une pâte fine, plus ou moins tendre, de teinte beige à jaunâtre. Les formes identifiées correspondent à :

  • 1 mortier à marli difficilement caractérisable (type CL-MAS 633a ?) dont la période de production s’étend du IVe au IIe siècle av. J.-C. (Py, Adroher-Auroux, Sanchez 2001) : fossé 70926 (non illustré) ;

  • 1 fond de mortier de type indéterminé : fossé 100000 (pl. XIX : n° 10) ;

  • 1 cruche à col haut étroit, à bord déversé et lèvre épaissie proche du type CL-MAS 525 attesté à Lattes du début du IVe au troisième quart du IIe siècle av. J.-C. (ibid. : 720-728) : fossé 105001 (pl. XXXV : n° 16) ;

  • 1 cruche à col haut étroit, à bord déversé et à anse verticale appartenant au type CL-REC 1d, attesté à Lattes, dans la première moitié du IIe siècle av. J.-C. (ibid. : 806) : fosse 14902 (pl. XXXIX : n° 10) ;

  • 1 cruche représentée par un fragment d’anse : épandage 3231 (non illustré).

3.4.3. Les autres pâtes claires

115Pour compléter le panorama de la vaisselle d’importation, il faut signaler la présence, dans les ensembles appartenant à la phase 3 (épandage 3231 et ruisseau 5557) de quelques éléments à pâte claire non calcaire fine et dure, cuits en mode oxydant et qui présentent une pâte de teinte rose à orange. Deux de ces éléments présentent une fine couverte blanche sur leur face externe.

116Sur le plan de la typologie, on identifie :

  • 3 cruches représentées chacune par leur anse et, dans un cas, par une partie de la panse pourvue d’un fin listel (pl. XLV : n° 19 ; pl. LIX : n° 15 ; pl. LXVI : n° 10) ; 2 d’entre elles présentent une couverte externe blanche. Ces éléments peuvent renvoyer aux types CL-REC 1 ou 2, attestés à Lattes pour des productions à pâte claire calcaire (ibid. 803-809) ;

  • 1 fragment de fond de balsamaire appartenant au type récipient à panse fusiforme (pl. LXVI : n° 9). Ce type d’importation, ponctuellement attesté en Auvergne à partir de la fin du IIe siècle av. J.-C., est rare en Gaule interne avant la Conquête romaine.

3.5. Les amphores

117Autre catégorie de mobilier en provenance de Méditerranée largement acheminée vers le site du Pâtural, les amphores vinaires italiques attestent de liens commerciaux d’une autre ampleur que ceux illustrés par la présence de la vaisselle de table d’importation. L’abondante collection d’amphores, découverte sur le site (15 770 restes équivalents à 120 individus), résulte de l’existence d’un commerce du vin à grande échelle entre le territoire arverne et, plus largement, une grande partie de la Gaule interne et l’Italie (pl. XXX : n° 9 ; pl. XLVIII : n° 14-16 ; pl. L : n° 12-15 ; pl. LX ; pl. LXVI ; pl. LXIX-LXXVI). En Auvergne, ces échanges semblent avoir été particulièrement importants et la diffusion de ces conteneurs concerne, peu ou prou, tous les sites occupés à partir du milieu du IIe siècle av. J.-C. (ferme indigène, agglomération ouverte, sanctuaire et oppidum), dans des proportions évidemment variables (Loughton, Jones 2000).

3.5.1. Quantification et répartition

118Parmi les 15 770 tessons initialement dénombrés, 10 245 sont étudiables (585,4 kg). 120 individus ont été identifiés, à partir de l’examen des 183 fragments de lèvres répertoriés.

119Ces fragments d’amphores proviennent des niveaux d’occupation plus ou moins remaniés, des structures laténiennes, romaines ou modernes (fig. 117 : a) : 28 structures de La Tène et 9 structures plus récentes sont concernées par la présence d’amphores. La majorité des ensembles laténiens ne livre qu’une petite quantité de tessons d’amphore (24 ensembles avec moins de 10 fragments). La quasi-totalité du mobilier stratifié provient, en fait, de 4 structures (épandage 3231, ruisseau 5557, muret 917 et rivière 1936) qui regroupent environ 91 % des restes, de la masse et des individus collectés. Cette répartition particulière montre que les amphores ont été très largement rejetées dans la partie nord du site, dans la zone dépotoir située en bordure du paléochenal.

120Le plan de répartition (fig. 117), qui prend en compte également les éléments découverts hors structure, confirme ces observations. Ce type de mobilier est quasiment absent d’une grande moitié sud du site, majoritairement occupée aux phases 2a et 2b.

Fig. 117 - Amphores italiques.

121De même, à l’exception de quelques éléments (35 restes, 1 individu) qui proviennent de structures appartenant à la phase 2b, la plupart des amphores (3 744 restes, 41 individus) ont été découvertes dans des contextes attribués à la dernière phase d’occupation laténienne du site (fig. 117 : b). On doit également signaler que les amphores collectées dans les contextes post-laténiens sont issues, en grande partie, du comblement de la rivière 1936 (2 463 restes et 36 individus). Cette structure recoupe très largement l’épandage 3231 et le comblement du ruisseau 5557 qui appartiennent tous deux à la phase 3. Il est probable, comme en témoigne l’homogénéité des faciès entre la rivière 1936 et ces deux niveaux de comblement (ainsi que l’existence de recollages), que ces éléments ont un caractère résiduel dans cet aménagement qui peut être daté, au plus tôt, de la période augustéenne.

3.5.2. La morphologie

3.5.2.1. Préambule méthodologique

122Les récipients du Pâtural correspondent très majoritairement à des amphores républicaines (à l’exception d’une anse de Pascual 1 et d’un fragment d’amphore à pâte massaliote). Elles ont été principalement fabriquées le long de la côte ouest de l’Italie et étaient destinées à assurer le transport du vin et plus rarement d’autres produits (garum), depuis les grandes régions viticoles d’Étrurie, du Latium et de Campanie, vers l’Europe occidentale (Loughton 2003a). Sous l’appellation d’amphores républicaines, on trouve en réalité deux grands types : les amphores gréco-italiques (350-150/140 av. J.-C.) et les Dressel 1 (150-10 av. J.-C.) qui comprennent elles-mêmes trois sous-types (Dressel 1A, 1B et 1C).

123En l’absence d’exemplaires archéologiquement complets, la détermination typologique des amphores est essentiellement effectuée à partir des lèvres. Ce mode de classification repose sur la constatation qu’il existe une tendance à l’accroissement de la taille des lèvres (hauteur, épaisseur, inclinaison et diamètre) des exemplaires les plus anciens (gréco-italiques) vers les plus récents (Dressel 1B). Toutefois, si l’examen des lèvres permet d’emblée d’identifier les amphores de type Dressel 1C, la distinction entre gréco-italiques et Dressel 1A, d’une part, et Dressel 1A et 1B, d’autre part, est plus difficile à réaliser. Plusieurs critères typométriques sont donc utilisés pour tenter d’établir la typologie de ces amphores représentées de façon fragmentaire sur les sites terrestres (pour plus de détails sur les différentes méthodes d’identification des amphores : Guichard 1997 ; Maza 1998 ; Poux 1998 ; Loughton 2000a, 2000b, à paraître).

124Une méthode couramment employée consiste à prendre en compte le rapport entre la hauteur et la largeur de la lèvre (noté H/L). Selon A. Hesnard, un rapport inférieur ou égal à 1,0 caractérise les amphores gréco-italiques (Hesnard, Lemoine 1981 : 252). F. Gateau suggère que ce rapport est égal ou inférieur à 1,29 pour ces mêmes amphores et qu’un rapport compris entre 1,3 et 1,39 correspond à des lèvres d’amphores de transition avec les Dressel 1A (Gateau 1990). Les études entreprises sur plusieurs ensembles amphoriques du Puy-de-Dôme (Loughton 2000a, 2000b) montrent que le critère proposé par A. Hesnard est plus fiable, parce que plus restrictif que celui retenu par F. Gateau. Si l’on s’en tient au seul examen de la lèvre, ce dernier ratio conduit à identifier des amphores, dont l’attribution au type Dressel 1A est assurée car il s’agit de récipients complets, à des gréco-italiques. Même si le cas de figure d’une association d’une lèvre de type « gréco-italique » avec un récipient présentant par ailleurs les caractéristiques des Dressel 1A peut ponctuellement être rencontré (Loughton 2003b), on considère que le ratio proposé par F. Gateau est beaucoup trop large et conduit à une surestimation de la place effectivement occupée par ces importations précoces d’amphores vinaires.

125Une autre méthode, déjà utilisée pour les sites de Feurs et de Roanne, consiste à calculer le rapport existant entre la hauteur de la lèvre et son inclinaison (H/I). Dans ce système, développé par C. Aulas (Aulas 1983, 1988) et modifié par V. Guichard (Guichard 1997), trois classes (1, 2 et 3) qui renvoient chacune à un type morphologique (gréco-italiques, Dressel 1A et Dressel 1B) sont définies. Le recouvrement morphologique existant entre les lèvres des trois classes conduit à la création de deux sous-groupes qui reprennent les chevauchements entre, d’une part, les classes 1 et 2 (noté « classe 1 ou 2 ») et, d’autre part, les classes 2 et 3 (noté « classe 2 ou 3 »). Les lèvres qui appartiennent à la classe 1 ou 2 équivalent à des gréco-italiques ou à des Dressel 1A précoces ; celles de la classe 2 ou 3 correspondent à des Dressel 1A tardives ou à des Dressel 1B.

126La prise en compte de la seule hauteur de la lèvre (H) permet également d’effectuer une détermination typologique. Il semble en effet que la plupart des amphores gréco-italiques aient une hauteur de lèvre inférieure ou égale à 30 mm (Loughton 2000a). Par ailleurs, il est admis (Tchernia 1986 : 313 ; Hénon 1995 : 157 ; Olmer 1997 : 134) que les amphores Dressel 1B « classiques » ont une lèvre haute d’au moins 55 mm.

127Enfin, certains auteurs utilisent le diamètre à l’ouverture des amphores comme critère distinctif. Les autres parties du récipient (les anses, les pieds et l’épaulement) peuvent, selon le cas, fournir des indications typologiques plus ou moins fiables.

128Pour définir le faciès de cet ensemble amphorique assez abondant, toutes les méthodes exposées ci-dessus ont été utilisées. Les figures 118 et 119 compilent les valeurs relevées pour les lèvres et les anses (fig. 118 et 119).

Fig. 118 - Mensuration des lèvres d’amphores républicaines.

Fig. 119 - Mensuration des anses d’amphores républicaines.

3.5.2.2. Mesure de la hauteur et de l’inclinaison de la lèvre (fig. 120)

Fig. 120 - Histogramme des hauteurs de lèvres et répartition en grandes classes de hauteur.

129La série du Pâtural comprend principalement des lèvres de faible hauteur et de faible inclinaison. Même si l’intervalle de variations de ces deux valeurs est relativement large, il faut souligner que la grande majorité des lèvres a une hauteur inférieure à 45 mm et une inclinaison qui ne dépasse pas 85° (104 des 118 lèvres mesurées). La droite de régression linéaire montre que ces deux variables sont fortement corrélées, ce qui confirme l’hypothèse d’une relation entre hauteur et inclinaison des lèvres. Les moyennes calculées pour la hauteur et l’inclinaison sont respectivement de 34 mm et de 68°. Ces deux valeurs sont peu élevées et indiquent un faciès qui se situerait entre les gréco-italiques et les Dressel 1A. Plusieurs exemplaires dont l’angle d’inclinaison est très bas et la hauteur très faible (hauteur < 25 mm et inclinaison < 50°) correspondent clairement à des lèvres d’amphores gréco-italiques (fig. 118 : n° 3, 17, 49 et 57 ; pl. LX : n° 1 et 2 ; pl. LXIX : n° 7 et 8).

130Plus globalement, cet assemblage est dominé par des spécimens pourvus de lèvres de faible hauteur : 50 lèvres ont une hauteur inférieure ou égale à 30 mm (critère retenu pour identifier les gréco-italiques) et 82 lèvres ont une hauteur inférieure ou égale à 35 mm. Les lèvres hautes, de 45 mm et plus, sont rares (14 ex.). On compte seulement 9 lèvres d’une hauteur supérieure à 55 mm (critère permettant d’identifier clairement des lèvres de Dressel 1B).

3.5.2.3. La répartition en classes (méthode Aulas et Guichard)

131La répartition en classe (fig. 121 : a et c) donne 38 lèvres en classe 1 (32 %), 22 lèvres en classe 1 ou 2 (19 %) et 42 lèvres en classe 2 (36 %), ce qui indique la présence très largement majoritaire d’amphores de type gréco-italique (entre 38 et 60 individus) et Dressel 1A (entre 42 et 75 individus). Les lèvres appartenant aux classes 2 ou 3 (11 individus, 9 %) et 3 (3 individus, 2 %) ne représentent que 11 % du total ; le nombre de Dressel 1A tardives et/ou de Dressel 1B est donc faible. Aucune de ces lèvres ne permet d’identifier des Dressel 1C (< 150mm, H > 55mm).

Fig. 121 - Distribution des lèvres ; a : selon la hauteur et l’inclinaison ; b : selon la largeur et la hauteur ; c : répartition en classe ; d : distribution des cols selon le diamètre et la hauteur de la lèvre ; e : distribution des anses selon leur épaisseur et leur largeur.

132D’une manière générale, le faciès est homogène quelle que soit la structure rencontrée. À noter toutefois la présence majoritaire d’exemplaires appartenant aux classes 1 et 1/2 dans l’épandage 3231 et un faciès plus « étalé », avec principalement des lèvres de classes 2 et 2/3, dans le comblement du ruisseau 5557, stratigraphiquement plus récent. Les 3 exemplaires appartenant à la classe 3 (Dressel 1B) proviennent du ruisseau, comblé à la période augustéenne, et du muret 917.

3.5.2.4. La méthode du ratio hauteur/largeur de la lèvre (méthode Hesnard et Gateau)

133En utilisant la méthode établie par A. Hesnard, 18 lèvres appartiendraient à des gréco-italiques (15 % ; fig. 121 : b). La méthode développée par F. Gateau aboutit à identifier 54 gréco-italiques (45 %) et 17 exemplaires de transition avec les Dressel 1A. Ainsi, plus de la moitié des amphores serait antérieure aux années 150-140 av. J.-C. ; ceci n’est pas compatible avec les datations données par les autres mobiliers.

3.5.2.5. Le diamètre de la lèvre

134Certains chercheurs utilisent le diamètre de la lèvre pour identifier les différents types d’amphores républicaines (Metzler et al. 1991 ; Maza 1997 : 79-81 ; Olmer 1997 ; Maza 1998 ; Poux 1998). L’analyse conduite sur plusieurs ensembles du département du Puy-de-Dôme, ainsi que l’examen de lots provenant d’épaves, semblent indiquer qu’il ne s’agit pas là d’un critère fiable pour tenter une différenciation typologique (Loughton 2000 a, 2000 b, à paraître). Néanmoins, il existe au Pâtural une forte corrélation positive (0,54) entre le diamètre de la lèvre et sa hauteur (fig. 121 : d) ; cette approche semble donc, parfois, fournir des résultats.

3.5.2.6. Les anses

135Les anses d’amphores sont rarement utilisées pour tenter une détermination typologique du contenant d’origine. W.-E. Stöckli a démontré qu’il existe une tendance générale à l’accroissement de la taille des anses, des gréco-italiques aux Dressel 1B (Stöckli 1979 : 135-137, fig. 25). L’épaisseur de l’anse apparaît comme un critère plus fiable que sa largeur, car cette dernière varie trop pour une même anse. W.-E. Stöckli propose que les anses appartenant à des Dressel 1B ont une largeur fréquemment supérieure à 55 mm.

136Au Pâtural, 167 anses sont suffisamment bien conservées pour pouvoir être mesurées (fig. 121 : e). Les valeurs moyennes obtenues sont de 27 mm pour l’épaisseur et de 45 mm pour la largeur. 86 % des anses correspondent à des exemplaires « graciles » qui signalent plutôt des gréco-italiques ou des Dressel 1A. Les anses plus massives (largeur supérieure à 55 mm), qui sont censées correspondre aux Dressel 1B, ne représentent que 10 % des éléments mesurés.

3.5.2.7. Les pieds

137Les amphores gréco-italiques possèdent des pieds relativement hauts (entre 100 et 130 mm) et fins (diamètre compris entre 20 et 45 mm) qui sont parfois légèrement excentrés (Loughton 2000a, à paraître). Les fonds appartenant aux Dressel 1 sont, en général, de plus grande dimension. Les pieds des Dressel 1B sont les plus massifs et sont cylindriques (hauteur de 150 à plus de 200 mm). Ils sont dépourvus du petit bombement présent à la base du pied sur les autres types d’amphores. Leur diamètre tend à être légèrement plus important que celui des Dressel 1A. La petite série du Pâtural (16 ex. mesurables) ne permet pas de tirer des conclusions valables pour la totalité de l’assemblage. Sont présents des exemplaires hauts et minces, appartenant certainement à des gréco-italiques, ainsi que des spécimens plus massifs, provenant vraisemblablement d’amphores Dressel 1B.

3.5.3. Analyse détaillée de quelques structures

138Quelques structures sont suffisamment fournies pour que l’on puisse tenter de caractériser leur faciès amphorique individuellement. L’épandage 3231 correspond, avec 24 individus identifiés, à l’un des assemblages les plus importants du site (pl. LX). Les valeurs moyennes calculées pour la hauteur et l’inclinaison des lèvres sont basses (respectivement 28,5 mm et 60°) et renvoient à la catégorie des gréco-italiques. En utilisant la méthode de A. Hesnard, 10 de ces lèvres appartiendraient effectivement à ce type alors que, selon les critères de F. Gateau, les gréco-italiques sont représentées par 17 exemplaires auxquels il faut ajouter 3 lèvres de transition avec les Dressel 1A. La méthode des classes donne des résultats comparables avec 15 lèvres en classe 1 (gréco-italiques), 4 lèvres appartenant à des amphores de transition (classe 1/2) et 5 autres exemplaires de classe 2 (Dressel 1A). Parmi elles, 2 lèvres (pl. LX : n° 1 et 2) montrent des profils proches d’exemplaires, datés de la fin du IIIe ou du début du IIe siècle av. J.-C., connus sur les sites d’Ampurias (Sanmarti-Grego 1985 : 152, 153, fig. 28, 29), de Lattes (Py 1990, 1994) et de Pech-Maho (Solier 1979). L’un d’elles (pl. LX : n° 1) est l’exemplaire le plus archaïque découvert à ce jour dans le Puy-de-Dôme. Une autre lèvre (pl. LX : n° 4) présente un profil voisin de celui d’amphores découvertes dans l’épave de La Chrétienne C, datée de 175-150 av. J.-C. (Joncheray 1975 ; Parker 1992 : 141, 142).

139Les quelques pieds d’amphores identifiés dans l’épandage 3231 sont hauts et fins et présentent une certaine ressemblance avec ceux découverts dans les épaves de la Chrétienne C, du Grand Congloué 1 et de la Tour d’Agnello qui livrent des gréco-italiques (Loughton à paraître).

140Cet ensemble présente un faciès ancien qui n’a pas, à ce jour, d’équivalent régional. Si une datation haute doit être exclue compte tenu du mobilier associé (éléments de parure en verre typiques de La Tène D1 présents en nombre), on peut vraisemblablement considérer, notamment en raison de la faible proportion de Dressel 1A et de l’absence d’exemplaires tardifs, que cet assemblage s’est constitué autour des années 140-130 av. J.-C. Une datation proche pourrait être retenue pour le mobilier provenant du muret 917 (prédominance des types anciens) s’il ne contenait pas une lèvre appartenant à une Dressel 1B. Il faut noter que cette dernière structure est restée longtemps ouverte et qu’une partie du mobilier peut y être intrusive (creusements augustéens et cimetière gallo-romain).

141Le niveau de comblement final du ruisseau 5557 (pl. LXVI : n° 11-26), dont la position stratigraphique indique qu’il est postérieur à 3231, présente un spectre morphologique plus large (des gréco-italiques aux Dressel 1A tardives). Les moyennes calculées pour la hauteur et l’inclinaison présentent des valeurs significativement plus élevées (respectivement 37 mm et 72°) et renvoient au type Dressel 1A. Selon la méthode de A. Hesnard, aucune de ces lèvres n’appartient aux gréco-italiques. Les quelques fonds identifiés diffèrent nettement de ceux présents dans 3231 (pl. LXVI : n° 21-26) : ils sont plus hauts, plus massifs et permettent d’identifier des Dressel 1.

142Ce faciès est proche de celui mis en évidence pour de la fosse 5 de Pontcharaud (rapport Guichard, Loughton 2000a) et celui du puits 15 du site Brézet (Deberge, Loughton, Mennessier-Jouannet 2002) pour lesquels une datation dans le dernier tiers du IIe siècle avant J.-C. a été proposée.

143Le dernier ensemble qui compte un nombre significatif de lèvres d’amphores correspond au comblement de la rivière 1936. Ce mobilier provient initialement, d’après ce qui a déjà été signalé, des niveaux de comblement de la zone du dépotoir laténien (3231 et 5557) et doit être considéré, en grande partie, comme résiduel dans ce contexte. De fait, le spectre morphologique est relativement large et comprend à la fois beaucoup d’éléments anciens (13 gréco-italiques ou Dressel 1A anciennes) et récents (19 Dressel 1A classiques et tardives). Les Dressel 1B présentes sont probablement les seuls éléments réellement contemporains du comblement de cette structure, daté par ailleurs de la période augustéenne.

3.5.4. Les timbres

144Sur le site, 5 timbres (fig. 122) ont été collectés, soit 4 % du NMI. Cette fréquence est proche de celle relevée pour les autres ensembles amphoriques du département du Puy-de-Dôme (Loughton 2005).

Fig. 122 - Timbres sur amphores.
AH (pl. LXXI : n° 15)
Contexte : 2597
Structure : HS
Position : sur l'épaule à la base de l'anse
Rectangle : 24mm x ? mm
Documentation : épave de l’Ésterel (Liou 1975a : 590 ; Manacorda 1981 : 27), Châteaumeillant (Hugoniot 1963 : 172 ; Hugoniot, Gourvest 1961a : 197, fig. 6)
Origine : Étrurie, ager Cosanus
Pâte : Albinia

DA (pl. LX : n° 26)
Contexte : 3394
Structure : épandage 3231
Position : sur l'épaule à la base de l'anse
Rectangle : 30 mm x 19 mm
Documentation : Callender n° 508, sur l'épaule à la base de l'anse à Chézieux (Mathevot 1998 : n° 9), Alès (Dedet, Salés 1981), sur la lèvre au Golfe de Fos avec 1 timbre M.SALANI (Amar, Liou 1984 : 154, n° 12), Bibracte (Olmer 2003 : 31, n° 274), Nuits-Saint-Georges, Les Bolards (ibid. : 114, n° B 47), 2 ex. à Villeneuve-Saint-Germain (Hénon 1995 : n° 7, 8)
Origine : Étrurie, ager Cosanus
Pâte : Latium ?

]LEAS (pl. LXXIV : n° 8)
Contexte : HS
Structure : HS
Position : sur l’épaule/col
Rectangle : -
Documentation : pas d’autre ex. connu
Origine : ?
Pâte : Mondragone ?

]M (pl. LXXI : n° 14)
Contexte : 6091
Structure : rivière 1936
Position : au sommet de l'anse
Rectangle : 23 mm x 14 mm
Documentation : -
Origine : Éturie, ager Cosanus
Pâte : Albinia

Illisible (pl. LXXI : n° 10)
Contexte : 6326
Structure : -
Position : sur 1 lèvre de Dressel 1B
H = 55 mm, I = 92º, D = 180 mm
Rectangle : ? mm x ? mm
Documentation : -
Origine : ?
Pâte : ?

145F. Laubenheimer, D. Manacorda et F. Olmer ont posé comme hypothèse que les timbres à deux lettres sont originaires d’Étrurie et plus précisément du centre de production d’Albinia (Manacorda 1981 ; Laubenheimer 1991 ; Olmer 2003 : 170). L’exemplaire découvert dans la structure 3231 est intéressant à deux titres. Premièrement, il est l’un des plus anciens timbres de ce type connu en Gaule. Ensuite, et contrairement à ce qui est proposé par ces auteurs, l’amphore sur laquelle il a été apposé n’est pas une production d’Albinia à la pâte si caractéristique, mais plutôt un récipient originaire du Latium ou de Campanie. Ses lettres, hautes et larges, sont d’ailleurs différentes de celles des timbres à deux lettres d’Étrurie qui sont fines et graciles (ibid. : 158, 160). L’observation faite ici vaut pour la plupart des timbres à deux lettres, appliqués sur l’épaule ou la base de l’anse, découverts dans les contextes auvergnats de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. (Loughton 2005). Ils ne sont pas originaires d’Étrurie, mais plutôt de Mondragone, en Campanie. L’exemplaire du Pâtural peut indiquer que ces timbres apparaissent d’abord sur les productions du Latium et de Campanie avant d’être réalisées en Étrurie, à partir de la fin du IIe siècle av. J.-C.

3.5.5. La pâte

146La pâte des lèvres d’amphores découvertes sur le site a été systématiquement examinée visuellement, mais aussi par l’intermédiaire de lames minces (pour le détail de l’étude, se reporter à : Loughton à paraître). L’objectif de cette étude est de pouvoir déterminer la provenance des amphores en s’appuyant sur une collection de références, établie à partir d’un échantillonnage fait sur les lieux de production (fours), ainsi que sur les tessons estampillés.

147Aucune des lèvres comptabilisées dans les structures 3231 et 5557 n’est originaire de l’ager Cosanus (Albinia, Cosa, Feniglia) et, sur la totalité de l’assemblage (120 lèvres), les exemplaires provenant de cette région sont rares. Seules 6 lèvres (5 % du NMI) sont des produits d’Albinia alors que ce centre de production semble être le principal pourvoyeur d’amphores à La Tène, pour le nord-ouest de l’Europe (Olmer 2003 : 200-203). Les amphores des structures 3231 et 5557 sont majoritairement issues du Latium et de Campanie, plus précisément des fours de Mondragone (Hesnard, Lemoine 1981 : 248, 249). Mondragone est un important centre de production : des fours ont été découverts sur 8 km le long de la côte, entre les villes portuaires de Sinuessa et de Mondragone (Peacock 1977 ; Hesnard, Lemoine 1981 : fig. 4 ; Arthur 1982 : 23, 31). Les ensembles amphoriques arvernes de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. comptent une part significative d’exemplaires issus de ce secteur (Loughton à paraître).

148Les amphores des structures 3231, 5557 et 6672 témoignent donc d’une phase d’importation antérieure à l’arrivée massive des productions originaires de l’ager Cosanus. Cette constatation vaut pour les autres sites du bassin clermontois, occupés dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C., tels que le Brézet et Gandaillat, qui livrent peu d’amphores en provenance de l’ager Cosanus. L’apparition des amphores produites dans cette zone géographique semble être un phénomène relativement tardif, daté au plus tôt du passage entre les IIe et Ier siècles av. J.-C. Ces quelques observations montrent, plus généralement, que le Pâtural dispose, assez logiquement, des mêmes sources d’approvisionnement que le site voisin et contemporain « d’Aulnat » (Gandaillat, Le Brézet et Pontcharaud).

3.5.6. Les amphores du Pâtural dans leur contexte régional et extra régional

149En Basse Auvergne, plusieurs ensembles amphoriques de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. et du siècle suivant peuvent être comparés à celui du Pâtural (fig. 123). Cette série peut également être mise en regard des assemblages provenant de Roanne, notamment de l’horizon 3 daté des années 110-100 av. J.-C. (Lavendhomme, Guichard 1997), de l’horizon 1 du site de PC1 à Bibracte, daté des années 130/120-90/80 av. J.-C. (Paunier, Luginbhül 2004), ou encore des camps romains devant Numance abandonné en 133 av. J.-C. (fig. 124 ; fig. 125 : a). Enfin, les lots d’amphores (fig. 125 : b et c) découverts dans les épaves de Méditerranée, pour certaines datées assez précisément, fournissent de précieux éléments de comparaison (pour une discussion détaillée concernant cet aspect : Loughton à paraître).

3.5.6.1. Rattachement chronologique

150L’assemblage du Pâtural est morphologiquement très proche de ceux découverts sur les sites régionaux de la fin du IIe siècle av. J.-C. (fig. 123). Les ensembles sont dominés par des lèvres courtes et faiblement inclinées qui renvoient, quelle que soit la méthode employée, à des amphores identifiées, de façon incertaine, au type gréco-italique et, plus certainement, à des Dressel 1A. Dans ces lots, les amphores Dressel 1B sont absentes. Traduits en classe, les assemblages sont dominés par les amphores de classe 2 (pour moitié), suivies par la classe 1/2 (environ 30 %) et 1 (environ 20 %). Ce faciès se différencie assez nettement de celui mis en évidence pour l’oppidum de Corent (épandage fouillé en 1992) ; celui-ci livre majoritairement des amphores de classe 2 (70 % des lèvres) avec une part significative d’exemplaires évolués (classe 2/3 essentiellement) et, au contraire, une portion limitée de lèvres de morphologie ancienne (classes 1 et 1/2 totalisant moins de 15 %). À Corent, les amphores Dressel 1B sont toujours rares (10 lèvres sur 264 dans cet ensemble qui livre par ailleurs quelques éléments mobiliers postérieurs à La Tène D1), ce qui incite à proposer comme terminus ante quem pour cette série les années 80 et 70 av. J.-C. Ce dernier type n’apparaît de façon significative que durant la phase suivante (La Tène D2), notamment marquée par l’occupation de l’oppidum de Gondole. Comparé aux séries régionales de la fin du IIe siècle av. J.-C., l’assemblage amphorique du Pâtural tient sa spécificité dans la présence d’un nombre assez élevé de lèvres de forme archaïque, identifiables sans ambiguïté à des gréco-italiques (méthode Hesnard et Guichard), notamment dans la structure 3231.

Fig. 123 - Éléments de comparaison régionale : a : hauteur et inclinaison moyennes ; b : proportion de gréco-italiques selon la méthode d’A. Hesnard et répartition en classes (d’après : Loughton dans Deberge et al. à paraître ; Loughton à paraître).

151À l’opposé, quelques exemplaires d’amphores évoluées (classes 2/3 et 3), dont plusieurs Dressel 1B (9 ex.), ont été retrouvés. La présence d’amphores gréco-italiques, dont certaines pourraient dater, en regard des lots découverts dans les épaves de Méditerranée, de la première moitié du IIe siècle, est compatible avec les données générales sur l’évolution de l’occupation laténienne du site qui montre une phase de La Tène C2 bien documentée. Il est possible d’envisager qu’un petit nombre de ces amphores soit acheminé sur le site dès cette période. En revanche, l’absence de mobilier attribuable à La Tène D2, phase à partir de laquelle les Dressel 1B sont diffusées, conduit à associer les amphores de ce type à l’occupation funéraire gallo-romaine attestée dès la période augustéenne. Entre ces deux extrêmes, la série du Pâtural est comparable à celles des sites du Brézet, de Pontcharaud ou encore de Gandaillat.

152Mis à part les exemplaires tardifs relevant du début de la période gallo-romaine, on peut ainsi individualiser trois faciès, dans cet assemblage : un faciès ancien, représenté dans la structure 3231, qui n’a pas d’équivalent régional ; un faciès tardif représenté, entre autres, dans le comblement sommital de 5557, qui se rapproche de celui de l’oppidum de Corent (épandage de 1992) ; un faciès « classique », correspondant à celui représenté sur la plupart des sites de plaine régionaux, occupés dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C., et qui résulte de l’accumulation, sur quelques décennies (entre 30 et 40 ans), de récipients dont la forme évolue graduellement.

153Le faciès « ancien » du site, avec 23 lèvres sur 24 dans l’intervalle le plus large et 17 dans la plage de variation la plus resserrée, s’accorde assez bien avec celui mis en évidence pour les camps romains de Numance (fig. 124 : a ; fig. 125 : a). Il se démarque assez nettement de ceux de Roanne, horizon 3, et du Parc-aux-Chevaux, horizon 1, pour lesquels des datations au tournant des IIe et Ier siècles ont été proposées (fig. 124 : e et f). Les lèvres sont, pour moitié (11 individus), dans l’intervalle des variations observées pour les lots de gréco-italiques, datés de 270 à 130 av. J.-C., découverts dans les épaves de Méditerranée et, pour l’autre moitié (9 individus), dans celui des cargaisons de Dressel 1A datées des années 150 à 100 av. J.-C. (fig. 125 : b). Une datation centrée sur la phase des camps de Numance peut raisonnablement être proposée (vers 140-120 av. J.-C.).

Fig. 124 - Comparaisons régionales et extra régionales.

154Le faciès le plus « récent » s’accorde moins bien avec les données de Numance (4 lèvres sur 7) mais montre une bonne adéquation avec celles de l’horizon 3 de Roanne (6/7 lèvres) et, de façon moindre, avec celles de l’horizon 1 du Parc aux Chevaux de Bibracte (3/7 lèvres ; fig. 125 : a). Les mensurations des lèvres sont toutes dans l’intervalle des variations relevées pour les cargaisons de Dressel 1A datées à partir des années 125 av. J.-C. (fig. 125 : b). C’est probablement cette date qu’il faut retenir comme terminus post quem pour ce faciès qui provient d’une des structures les plus récentes du site. L’absence de Dressel 1B est un argument pour exclure une datation basse, dans le Ier siècle av. J.-C.

Fig. 125 - Intervalle resserré de variation des mensurations des lèvres d’amphores de plusieurs sites terrestres (a), comparaison avec les valeurs observées pour quelques cargaisons d’amphores gréco-italiques et Dressel 1A (b), datation des ensembles de comparaison (c).

155Pour le reste, les lèvres d’amphores montrent une bonne adéquation avec l’intervalle de variation relevé pour les camps de Numance (66 individus sur 89, dont 53 dans l’intervalle resserré), ainsi que pour l’horizon 3 de Roanne (63 individus sur 89 dont 41 dans l’intervalle central ; fig. 124 : a et e). Ces valeurs coïncident avec celles enregistrées pour les cargaisons de Dressel 1A (41 individus), datées entre 150 et 100 av. J.-C. (fig. 125 : b). Une dizaine de lèvres renvoie toutefois aux chargements de gréco-italiques, datés entre 270 et 150 av. J.-C. Comme évoqué plus haut, ce faciès « classique » s’accorde avec une datation lâche qui couvre la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. Quelques exemplaires, indubitablement plus anciens, peuvent être attribués à la première moitié du siècle, voire au IIIe siècle av. J.-C.

3.5.6.2. L’économie et le statut du site à travers l’importation des amphores

156Le commerce des amphores est, à l’image de ce que l’on observe pour le centre est de la Gaule, particulièrement développé en Auvergne. S’il semble peu important avant le milieu du IIe siècle av. J.-C., ce commerce augmente brutalement par la suite, atteint un pic à la charnière des IIe et Ier siècles av. J.-C. (jusqu’à représenter 12 % du NMI total des ensembles céramiques de cette phase) puis décroît progressivement jusqu’à la fin du siècle (Loughton à paraître).

157La découverte de ce type de conteneur est une chose courante sur la plupart des sites laténiens régionaux, occupés à partir du milieu du IIe siècle av. J.-C. La quantité de récipients présents varie toutefois énormément selon la taille et le statut du site. De la modeste ferme, où l’on ne dénombre que quelques récipients, à la vaste agglomération ouverte ou à l’oppidum, où l’on estime le nombre d’amphores importées à plusieurs dizaines de milliers (jusqu’à environ 40 000 récipients pour le complexe « d’Aulnat »/Gandaillat, si l’on se base sur le chiffre des 920 individus découverts sur les 3 hectares explorés ; Deberge, Vermeulen, Collis à paraître), il existe une échelle de valeurs qui est à la fois liée à la densité de l’occupation et à la « puissance économique » des populations.

158La série du Pâtural correspond à l’ensemble le plus important collecté sur un site rural de Basse Auvergne. La densité évaluée est de 130 récipients à l’hectare, valeur qui est comparable à celles relevées sur certains oppida du nord de la Gaule comme par exemple Condé-sur-Suippe (30 amphores à l’hectare) ou Villeneuve-Saint-Germain (100 amphores à l’hectare). Dans le contexte régional, le site du Pâtural se place dans une position intermédiaire entre les établissements ruraux modestes, qui livrent généralement moins d’une dizaine de récipients, et l’agglomération « d’Aulnat » qui compte jusqu’à près de 280 récipients à l’hectare. En valeur absolue, la série du Pâtural s’apparente à celles qui proviennent de sites ruraux au statut particulier, tels que La Génerie à Chassenard (84 récipients ; Deberge à paraître) ou, pour des exemples non auvergnats, Les Genâts à Fontenay-le-Comte (Guillaumet, Nillesse 1997 ; Nillesse 2003a, 2003b) et Le Camp de Saint-Symphorien à Paule (Menez, Arramond 1997). Si la présence d’amphores est assez largement attestée sur les sites ruraux de Gaule interne de La Tène finale, il semble que la consommation massive ou tout au moins régulière de vin ne soit réservée qu’à une partie privilégiée de la population (Nillesse 2003a : 166,168). La quantité importante d’amphores au Pâtural, pour la période du IIe siècle av. J.-C., témoigne du statut particulier de cette installation agricole arverne.

3.6. Essai de synthèse

159Le mobilier céramique, y compris les importations, connaît, au cours de la période d’occupation du site, une évolution technologique et morphologique marquée. Le constant renouvellement du corpus de la céramique indigène ainsi que l’évolution du rythme des importations nous permettent d’individualiser, pour chaque phase d’occupation, un faciès mobilier propre. Il est ainsi possible de reconstituer un « vaisselier type » pour chacune des cinq phases chrono-stratigraphiques mises en évidence.

160Pour chaque phase, sont présentées, ci-après, les principales caractéristiques du mobilier céramique : fréquence des catégories, principaux types représentés, modes de façonnage, modes de cuisson, modes de finition et de décoration. Les propositions de datation sont données à titre indicatif et ne reflètent, en réalité, que l’état des connaissances sur la chronologie des mobiliers du second âge du Fer en Auvergne. Elles s’appuient sur l’étude conjointe du mobilier céramique et du petit mobilier (cf. infra § 4.) ainsi que sur la comparaison avec les ensembles de référence déjà évoqués (cf. supra § 3.2.). Les faibles effectifs observés, tous types de mobilier confondus, pour les phases 1a et 1b limitent la validité des propositions effectuées dans cette synthèse, pour les premières phases de l’occupation laténienne du site.

3.6.1. L’évolution des productions céramiques

3.6.1.1. La céramique grossière

161Au cours de la période, la place occupée par les céramiques à pâte grossière progresse fortement et passe de 24 % à 54 % du nombre de vases, de la phase 1a à la phase 3 (fig. 126 et 127). Cette céramique est en grande majorité modelée. L’usage du tour fait son apparition à la phase 2a, mais reste marginal sur l’ensemble de la période (moins de 8 % du nombre total de vases). La cuisson est très majoritairement faite en mode B’ ; l’utilisation du mode A est ponctuellement observée à partir de la phase 2a. Le mode de finition, lorsque les céramiques ne sont pas laissées brutes, évolue de façon assez significative : le raclage de surface, utilisé à la phase 1, est concurrencé, dès la phase 2, par le recours au balayage. Ce traitement de surface se généralise à la fin de la période et concerne alors 2/3 des vases. Le col et/ou le bord, des récipients hauts et bas, sont systématiquement lissés. Pour les formes hautes, le mode de décoration change également de façon nette : au décor constitué de larges incisions (phase 1), succèdent des décorations plus discrètes faites de motifs incisés/estampés de dimensions plus réduites, disposés de façon continue. Les décorations au peigne apparaissent à la phase 2b, mais ne se généralisent qu’à partir de la phase 3.

Fig. 126 - Évolution de la répartition entre les différents groupes de production (a) et du mode de façonnage employé pour la confection des céramiques fines (b).

162Les récipients, à la forme souvent très standardisée, se répartissent en trois grandes familles fonctionnelles : les formes hautes de grande dimension et ouverture large dévolues au stockage (pots de stockage) ; les formes hautes de petite dimension à ouverture large destinées à la cuisson (pots à cuire) ; les formes basses de modules et de profils variés qui renvoient principalement à la préparation culinaire. Si la morphologie des pots de stockage évolue assez peu, les modifications observées étant de l’ordre du détail, celle des pots à cuire connaît des changements plus marqués, avec la succession des formes sub-ovoïdes, ovoïdes et globulaires. Pour les formes basses, la principale modification correspond à l’apparition, dès la phase 2b, de deux nouvelles formes, la jatte ansée dite « d’Aulnat » et la jatte à bord mouluré, qui deviennent majoritaires à la phase 3. Ces nouveaux récipients, qui viennent s’ajouter à la jatte à bord rentrant dont la part reste stable sur l’ensemble de la période, peuvent indiquer l’apparition de nouvelles pratiques culinaires.

Fig. 127 - Évolution du mode de façonnage (a) et de cuisson (b) utilisé pour la confection de la céramique fine.

3.6.1.2. La céramique fine

163Corollaire de l’évolution des productions à pâte grossière, la place occupée par celles à pâte fine décroît sensiblement (de 76 % à 38 % du nombre de vases). Ce recul de la céramique fine semble généralisé à l’échelle de la micro région. Il a notamment été mis en évidence pour l’abondante série provenant du site de Gandaillat, dans des proportions légèrement moindres (de 67 % à La Tène C1, à 54 % à La Tène D1a ; rapport Deberge 2006).

164Les modes de confection et de cuisson des productions fines évoluent de façon significative, en conformité avec la situation régionale. D’abord majoritairement modelée, la céramique fine est de plus en plus fréquemment fabriquée à l’aide du tour. L’usage du tour rapide pour la réalisation de la totalité du récipient est attesté dès la phase 1b (1 % des vases), mais ne se généralise qu’à la phase suivante (25 % des vases en céramique fine). Il ne devient majoritaire qu’à la phase 2b (environ 60 % des récipients). Cette progression se fait aux dépens du modelage qui n’est employé que pour un peu moins de 20 % des vases, à la fin de la phase 3, alors qu’il constituait le mode de montage le plus usité jusqu’à la phase 2a (de 83 à 57 % des vases fins). Le nombre de récipients en céramique fine modelée, dans les contextes de la phase 3, est relativement élevé par comparaison avec les séries disponibles régionalement. Il peut traduire l’existence de phénomènes de résidualité, mécaniques ou « sociaux ».

165Sur l’ensemble de la période, les céramiques à pâte fine sont très majoritairement cuites en mode A (entre 73 et 99 % des restes) et très souvent enfumées superficiellement. La cuisson en mode primitif (mode B’) n’est attestée de manière significative que pour la seule phase 1 (27 % des restes). La cuisson en mode réducteur total (mode B) apparaît à la dernière phase d’occupation du site (1,2 % des céramiques fines). C’est également au cours de cette période que l’on rencontre les premiers éléments en pâte claire non calcaire d’origine régionale.

166La majorité des céramiques fines a fait l’objet d’une finition par lissage de surface. Les décors sont constitués de bandes lissées. On assiste, à partir de la fin de la phase 2, à la raréfaction des décors lissés complexes au profit de décors lissés plus simples. Les décors à la molette ne font leur apparition qu’à la phase 3. Sur le plan morphologique, l’évolution du répertoire des céramiques à pâte fine se scinde en deux grandes étapes. Dans un premier temps, le corpus est exclusivement d’inspiration indigène. Les formes hautes, modelées ou tournées, présentent des profils souvent complexes comportant des cols hauts, de larges épaulements, des pincements et des pieds creux hauts ou surbaissés. Les formes basses sont dominées par les jattes à bord rentrant avec quelques rares jattes à profil en « S ». De la phase 1a à la phase 2a, ce répertoire, dont les canons semblent régionalement mis en place dès le IIIe siècle av. J.-C., évolue assez peu. Dès la phase 2b, toujours sur un fond indigène majoritaire, apparaissent quelques formes nouvelles qui dérivent du répertoire de la campanienne A (essentiellement des assiettes Lamb. 27). À la phase suivante, ce phénomène s’amplifie de façon spectaculaire avec une généralisation de l’emprunt fait à la campanienne qui se traduit par une reproduction en masse des formes Lamb. 31/33 et, dans une moindre mesure, Lamb. 27, Lamb. 6/36 et Lamb. 5. Ces formes d’inspiration méditerranéenne comptent alors pour près du 1/3 du nombre total de formes basses en céramique fine. C’est également à cette phase que débute le même processus d’emprunt, pour les formes hautes, avec l’apparition de copies régionales de cruches à pâte claire originaires du Midi et de pichets à col tronconique de provenance catalane.

3.6.1.3. La céramique peinte

167La céramique peinte, absente avant la phase 1b, n’est représentée que de façon marginale tout au long de la période (entre 1,6 et 4,9 % du nombre total de vases). Conformément aux données régionales, elle est surtout fréquente à partir de la phase 2b. Même si les effectifs dénombrés ne permettent pas de généraliser, il semble que les décors curvilignes et zoomorphes sont surtout présents au cours de cette même phase. Le répertoire comprend essentiellement des formes hautes fuselées à encolure développée de faible diamètre. À la phase 3, apparaissent des formes à col bas et ouverture large et quelques exemplaires à lèvre striée. Les formes basses correspondent à des jattes à bord rentrant et à profil en « S » et, pour la phase 3, à une imitation de campanienne (Lamb. 36).

3.6.1.4. Les importations

168Les importations n’apparaissent de façon significative qu’au début de la phase 2. Elles ne comptent que pour 0,8 à 3,6 % du nombre d’individus tout au long de la période.

169Pour ce qui concerne la vaisselle, il s’agit de céramiques à pâte claire calcaire (mortiers et cruches) et de céramiques à vernis noir. Cette dernière catégorie est de loin dominée par la campanienne A puisque la campanienne B n’est représentée que par deux seuls fragment découverts hors structure. Le répertoire de la campanienne A est largement dominé par la coupe Lamb. 27 à côté de laquelle on note la présence de quelques coupes ansées (Lamb. 42Bc et 68bc), de bols (Lamb. 27ab, 31 et 33a) et d’assiettes (Lamb. 36). L’essentiel appartient au répertoire « classique » du IIe siècle av. J.-C.

170Les amphores ne sont attestées qu’à partir de la phase 2b. À l’image de ce que l’on observe régionalement, leur fréquence augmente fortement par la suite. D’une manière générale, et si l’on exclut les exemplaires de morphologie évoluée provenant probablement du cimetière gallo-romain (Dressel 1B), le faciès observé est analogue à celui de la plupart des sites régionaux, occupés dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C., et surtout à celui des camps romains devant Numance. Il se différencie assez nettement de celui de l’oppidum voisin de Corent, tel qu’il est connu par les travaux des années 1990, ou du site ségusiave de Roanne, horizon 3, pour lesquels un rattachement à La Tène D1b a été proposé. Plusieurs éléments collectés au Pâtural présentent une morphologie ancienne (des gréco-italiques) qui peut témoigner de l’existence d’une phase d’importation précoce, antérieure de quelques décennies à celle massivement attestée dans le bassin clermontois.

3.6.2. Présentation des faciès par phase

3.6.2.1. Phase 1a : 376 restes - 78 NMI (fig. 128, 129 et pl. I-IV)

Fig. 128 - Proposition de datation des ensembles mobiliers du Pâtural.

171La céramique grossière, qui est systématiquement modelée, représente 24 % du répertoire. La cuisson est réalisée exclusivement en mode primitif (B’). On rencontre :

  • des pots à cuire de forme sub-ovoïde (4 ex.) à panse raclée, qui comportent un décor fait de larges incisions disposées sur le haut de la panse ;

  • des pots à cuire de forme plutôt ovoïde (2 ex.) présentant une finition et une décoration similaires ;

  • un pot de stockage également de forme sub-ovoïde ;

  • des jattes à bord droit (1 ex.) ou rentrant (3 ex.).

172La céramique fine (76 % des individus) est soit modelée (75 % des individus), soit finie au tour (25 % des individus), mais fait toujours l’objet d’une finition très soignée (lissage/lustrage de la surface externe). Elle est majoritairement cuite en mode A (73 % des tessons) bien que le recours au mode B’ soit assez fréquent (27 % des restes). Elle comprend :

  • des formes hautes à épaulement ;

  • des jattes à bord rentrant (29 ex.), parfois à bord épaissi ; généralement profondes, elles font l’objet d’une finition par lissage rayonnant et comportent fréquemment un décor lissé, disposé à l’intérieur et/ou à l’extérieur du vase (bandes rectilignes et ondées) ; des jattes à profil en « S » (4 ex.) ;

  • des pieds creux surbaissés, probablement à associer aux vases à épaulement ou aux jattes à profil en « S ».

173La céramique peinte n’est représentée que par un seul tesson non caractéristique.

174Les éléments présents, pour cette phase, trouvent leur origine dans le répertoire de La Tène ancienne (rapports Mennessier-Jouannet 2001a, 2003a) que ce soit pour leur forme (pots sub-ovoïdes, jattes à bord droit, jattes à bord rentrant profondes, jattes à profil en « S »), leur mode de finition (raclage pour la céramique grossière et, au contraire, lustrage pour la céramique fine) et leur décoration (larges incisions pour les pots à cuire). On note cependant la présence de vases aux profils évolués (col marqué pour les pots à cuire, jattes à profil en « S » à carène anguleuse, jattes au bord rentrant marqué), ainsi que celle de formes nouvelles (pots à cuire ovoïdes, vases à épaulement) qui indiquent une appartenance à un faciès plus récent. Certaines finitions et décorations (finition par lissage rayonnant et décors faits de bandes lissées) constituent également des nouveautés par rapport aux séries des phases anciennes de La Tène.

Fig. 129 - Principaux types céramiques présents pour la phase 1a.

175Régionalement, l’ensemble mobilier provenant du chemin 8, fouillé sur le site de La Grande Borne, fournit les meilleurs éléments de comparaison (rapport Guichard, Orengo 2000a). Comme au Pâtural, cet ensemble comprend essentiellement des céramiques à pâte fine (77 % des vases) qui sont majoritairement modelées. Le répertoire des formes est identique même s’il offre une plus grande variété à La Grande Borne, ce qui s’explique par la richesse de l’effectif. La datation de ce lot dans la première moitié du IIIe s. av. J.-C. est assurée par un grand nombre d’objets de parure : fibules à pied libre, en fer et en bronze, appartenant à type tardif qui dérive des modèles de Duchcov ; torque filiforme de La Tène B ; jetons de jeu en pâte de verre…

176Au Pâtural, le mobilier métallique à même de soutenir une proposition de datation aussi haute est absent, à l’exception toutefois de quelques objets de parure découverts hors stratigraphie (bracelet méandriforme et anneau de cheville à oves creux). Le petit mobilier découvert en structure est d’un apport limité : bracelet en matière organique fossilisée, chaînette en fer appartenant à une ceinture féminine, ressort de fibule à corde externe. Les bracelets en verre typiques de La Tène C1 sont absents alors qu’ils sont bien représentés dans les ensembles de la phase suivante.

177Bien que des incertitudes demeurent, on propose de retenir, pour la phase 1a du Pâtural, une datation à la fin de La Tène B2 (soit vers 300-260 av. J.-C.), essentiellement sur la base des comparaisons céramologiques faites avec la structure 8, fouillée sur le site de La Grande Borne.

3.6.2.2. Phase 1b : 750 restes - 131 NMI (fig. 130 et pl. V-IX)

Fig. 130 - Principaux types céramiques présents pour la phase 1b.

178La céramique grossière, systématiquement modelée, voit sa part augmenter très légèrement (25 % des vases). Sa cuisson est exclusivement réalisée en mode primitif (B’). Sur le plan morphologique, elle comprend :

  • des pots à cuire sub-ovoïdes (5 ex.) en net recul au profit des pots de forme ovoïde (9 ex.). Les modes de finition et de décoration restent inchangés par rapport à la phase précédente ;

  • des pots de stockage de forme indéterminée (2 ex.) ;

  • des jattes à bord droit (3 ex.) ou rentrant (11 ex.) ; certaines font l’objet d’une finition par lissage de surface et comportent un décor fait de bandes lissées ondées.

179La céramique fine représente, avec 73 % des vases, la majorité du mobilier céramique. À côté du modelage (87 % des vases) et du mode de montage mixte (12 % des vases), l’usage du tour rapide fait une timide apparition (1 vase). La finition est généralement soignée (lissage de la surface extérieure). La cuisson en mode A est quasi exclusive (96 % des restes), suivie ou non par un enfumage de surface. Les éléments identifiés correspondent à :

  • des formes hautes à épaulement (9 ex.), dont plusieurs exemplaires montés à la plaque, qui possèdent une pâte fine beige micacée et un décor lissé sur la panse ;

  • des jattes à bord rentrant (60 ex.) dont certaines à pâte fine beige micacée. La finition par lissage rayonnant ainsi que les décors lissés sont fréquents ;

  • des jattes à profil en « S » (6 ex.) dont certaines avec un décor lissé interne ;

  • des pieds creux surbaissés probablement à associer aux vases à épaulement ou aux jattes à profil en « S » ;

  • une forme haute tournée qui comporte un décor lissé complexe.

180La céramique peinte est représentée par quatre tessons appartenant à 1 jatte à bord rentrant et à 2 formes hautes à épaulement.

Fig. 131 - Principaux types céramiques présents pour la phase 2a.

181Ce faciès est caractérisé principalement par l’augmentation de la part des pots à cuire ovoïdes aux dépens des pots à cuire sub-ovoïdes, par l’apparition d’un groupe de production relativement homogène comprenant des pots ovoïdes à épaulement et des jattes à bord rentrant en pâte fine beige ou saumonée souvent micacée, par l’apparition de l’usage du tour rapide qui reste encore marginal et, enfin, par la présence légèrement plus marquée de la céramique peinte.

182Ce faciès est à rapprocher de celui mis en évidence pour le fossé 12/13 du site de La Grande Borne, même si cette structure offre, comme pour le chemin 8, un plus large éventail de formes que suffit à expliquer la quantité de mobilier collecté (7 605 restes et 701 individus). Sa datation à la fin du IIIe siècle av. J.-C. ou au tout début du siècle suivant repose, notamment, sur la présence d’éléments de parure et d’armement attribués à une phase évoluée de La Tène C1 (rapport Guichard, Orengo 1999). Au Pâtural, les objets de parure et d’armement accréditent également une attribution de la phase 1b à La Tène C1, soit vers 260-200 av. J.-C. (cf. infra § 4.1 et § 4.2 : 4 bracelets en matière organique fossilisée ; 4 bracelets en verre série 1/groupe 14 ; 3 fibules de schéma « La Tène II » probable ; 1 bouterolle de fourreau d’épée appartenant au groupe 4 ou 5 de Lejars ; Lejars 1994).

3.6.2.3. Phase 2a : 3 755 restes - 516 NMI (fig. 131 et pl. X-XXVI)

183La céramique grossière, qui compte désormais pour 1/3 du corpus, est essentiellement modelée. L’usage du tour rapide fait néanmoins son apparition (2 % des vases), mais reste réservé à la production de pots à cuire. La cuisson est principalement réalisée en mode primitif (B’) et le mode A ne concerne qu’un très faible nombre de vases (2 ex. sur un total de 156 individus). La céramique grossière présente les caractéristiques suivantes :

  • les pots à cuire sont le plus souvent de forme ovoïde ; les pots sub-ovoïdes sont beaucoup moins fréquents et les pots de forme globulaire encore très rares ;

  • les pots de stockage de forme ovoïde à ouverture large et à col cylindrique apparaissent massivement (39 ex.) ; ils ne forment pas encore un groupe de production homogène et présentent une grande variété de profil ;

  • la finition par raclage disparaît progressivement ; le balayage de surface fait son apparition et concerne les pots à cuire et de stockage (15 % des formes hautes) ; les décors situés à la liaison col/panse sont de taille réduite et disposés de façon continue ;

  • les pots à cuire en céramique tournée font leur apparition (8 ex.) ;

  • les jattes à bord droit sont moins fréquentes (3 ex.) ;

  • les jattes à bord rentrant sont toujours bien représentées (37 ex.). Certaines, à bord arrondi, présentent une finition par balayage de surface soigneusement réalisée (5 ex.).

184La céramique fine représente la majorité du corpus (67 % des vases). L’usage du tour rapide progresse fortement (25 % des vases fins) aux dépens de la technique du modelage (qui conserve malgré tout un taux élevé de 57 %), alors que la part du mode de montage mixte reste relativement stable (18 %). Cette céramique fait l’objet d’une finition soignée qui est généralement plus poussée pour les formes basses que pour les formes hautes. Pour ces dernières, le lissage n’est pas systématiquement couvrant et laisse des plages libres où sont apposés des décors faits de bandes lissées. La céramique fine est majoritairement cuite en mode A (96 % des restes) et fait, dans la plupart des cas, l’objet d’un enfumage de surface. Les éléments présents correspondent à :

  • des formes hautes à épaulement, montées à la plaque, à pâte fine beige micacée ; ce type tend à se raréfier ;

  • des gros pots ovoïdes, réalisés à l’aide du tour rapide qui comprennent généralement un épaulement à la base du col et qui comportent très souvent un décor lissé complexe qui se développe, en deux registres, sur la panse ;

  • des pots à panse pincée, réalisés au tour rapide, également pourvus d’un décor lissé complexe ;

  • des pots ovoïdes de petite dimension (gobelets), à encolure peu marquée ou, au contraire, développée ;

  • des jattes à bord rentrant (148 ex.), des jattes à bord en bourrelet (9 ex.) et des jattes à profil en « S » (6 ex.) ; la plupart de ces formes basses comportent un décor lissé interne et/ou externe ; les exemplaires finis au tour ou tournées présentent souvent une pâte rose saumonée, relativement bien épurée contenant quelques dégraissants d’origine volcanique ;

  • quelques pieds creux qui peuvent être associés aux vases à épaulement ou aux jattes à profil en « S ».

185Avec 8 vases et 136 restes, la céramique peinte est encore peu représentée (1,6 % des individus et 3,6 % des restes). On identifie néanmoins :

  • 6 formes hautes dont 1 comportant un décor zoomorphe (vase fuselé ?), relativement « archaïque » par comparaison avec les séries disponibles régionalement ;

  • 1 jatte à bord rentrant, peinte en rouge.

186Les importations en provenance de Méditerranée apparaissent au cours de cette phase. Elles ne représentent que 0,8 % du nombre total des vases dénombrés. Les éléments présents correspondent à 3 assiettes Lamb. 27B et 1 bol Lamb. 27ab en campanienne A et à 2 mortiers en pâte claire calcaire.

187Par comparaison avec la phase précédente, l’évolution technologique et morphologique du répertoire est marquée. On observe une accentuation des phénomènes engagés précédemment (disparition progressive des pots à cuire sub-ovoïdes au profit des pots ovoïdes, présence des pots montés à la plaque, généralisation de l’usage du tour rapide), l’apparition de nouvelles formes (pots de stockage ovoïdes, pots à cuire globulaires, pots à cuire réalisés au tour, formes hautes à épaulement et à panse pincée réalisées au tour) ainsi que la généralisation de nouveaux modes de finition (balayage de surface sur la céramique grossière) et de décoration (décors lissés complexes sur la céramique fine).

188Même si plusieurs caractéristiques renvoient au faciès mis en évidence pour la phase précédente, en particulier la présence de vases montés à la plaque et des formes basses associées, le mobilier de la phase 2a se rapproche de celui découvert dans la fosse 38 et le puits 41 du site de La Grande Borne pour lesquels une datation à La Tène C2 a été retenue (rapport Guichard, Orengo 2000b ; rapport Deberge et al. 2001a). Les éléments de parure découverts dans les structures appartenant à la phase 2a étayent cette attribution à La Tène C2 (cf. infra § 4.1) : 1 perle torique en verre appartenant à la série I ; 2 perles à décors occulés spiralés ; 2 grains de collier ; 1 pendeloque à décor occulé spiralé ; 1 bracelet en verre série 27/groupe 7a ; 9 fibules de schéma « La Tène II ».

189La comparaison avec les ensembles de référence régionaux, ainsi que la présence d’objets de parure caractéristiques, permettent de proposer une datation de la phase 2a à La Tène C2, soit la première moitié du IIe siècle av. J.-C. (vers 200-160 av. J.-C.).

3.6.2.4. Phase 2b : 3 017 restes - 386 NMI (fig. 132 et pl. XXVII-XLI)

Fig. 132 - Principaux types céramiques présents pour la phase 2b.

190Pour cette phase, la céramique grossière représente plus de 44 % du corpus. Le modelage est toujours majoritairement utilisé bien que l’usage du tour rapide connaisse une légère progression (4,6 % du nombre total de vases). La cuisson en mode primitif (B’) est toujours largement employée et le recours à la cuisson en mode A ne progresse que faiblement (3,5 % des vases en céramique grossière). La céramique grossière est caractérisée par :

  • des pots à cuire de forme ovoïde et, plus rarement, globulaire ;

  • des pots de stockage, toujours de forme ovoïde, avec un profil plus homogène ;

  • une finition par balayage de surface plus fréquente pour ces formes hautes (1/3 des vases), alors que l’utilisation du raclage a totalement disparu ; l’apparition de quelques décors réalisés au peigne, disposés de façon ponctuelle ou continue, qui coexistent avec des modes de décoration plus anciens (incisions continues sur les pots à cuire et de stockage) ;

  • des pots à cuire réalisés au tour rapide en nombre plus élevé (15 ex.) ;

  • des jattes à bord rentrant toujours nombreuses (38 ex.) mais qui sont désormais concurrencées par de nouvelles formes : jattes à bord mouluré (12 ex.) et jattes « d’Aulnat » (28 ex.). Les jattes à bord arrondi et à finition balayée, apparues à la phase précédente, sont toujours représentées ;

  • une utilisation du balayage de surface qui se généralise et concerne près de la moitié des formes basses.

191La céramique fine compte pour un peu moins de la moitié du corpus (48 % des vases) et marque donc un net recul par rapport à la situation observée à la phase 2a. L’usage du tour rapide est désormais majoritaire (62 % des vases fins), alors que la confection par modelage se raréfie (17 % des vases fins). La part du mode de montage mixte reste stable (21 %), mais concerne essentiellement les formes basses. La cuisson est systématiquement faite en mode A (plus de 99 % des tessons) généralement suivie d’un enfumage de surface (80 % des restes). Le répertoire comprend :

  • de gros pots ovoïdes, pourvus d’un large épaulement dont la forme est apparue à la phase précédente ;

  • des pots à panse pincée, également présents antérieurement ;

  • des vases à panse élevée, à ouverture large et à col souligné par une baguette ; cette forme, qui fait son apparition, n’est encore que très peu représentée ;

  • des jattes à bord rentrant (61 ex.) qui sont de moins en moins profondes, plus rarement décorées et qui possèdent parfois un pied annulaire (1 ex.) ;

  • des jattes à bord en bourrelet (5 ex.), 2 jattes à profil en « S » à carène anguleuse et des imitations de céramique campanienne (Lamb. 27 et 31/33), en proportion restreinte (6 ex.).

192Avec 215 restes et 19 individus identifiés, cette phase correspond à la période de fréquence maximale observée pour la céramique peinte (près de 5 % du NMI total). Le répertoire se diversifie et comprend :

  • des formes hautes fuselées à décor zoomorphe appartenant, pour deux d’entre eux, aux styles 1 et 4 définis par V. Guichard pour le nord-est du Massif central (Guichard 1987, 1994, 1996) ; des formes hautes dépourvues de col et à lèvre épaissie, sans décor conservé ;

  • 1 jatte à bord rentrant peinte en rouge ;

  • 1 jatte à profil en « S » peinte en rouge et blanc.

193Avec 10 vases et 1 amphore, les importations, bien que toujours peu abondantes, sont légèrement mieux représentées que pour la phase précédente (près de 3 % du nombre total de vases). Les éléments identifiés correspondent à 4 assiettes Lamb. 27, 2 coupes ansées Lamb. 42Bc, 1 bol Lamb. 33a et 1 assiette Lamb. 36 en campanienne A. S’ajoutent à cette série 2 cruches à pâte claire calcaire (CL-MAS 525 et CL-REC 1d : Py, Adroher-Auroux, Sanchez 2001 : 720-728, 806) et 1 lèvre d’amphore d’un type transitoire entre gréco-italique et Dressel 1A. Ce faciès est relativement proche de celui de la phase 2a avec un corpus dominé par des formes apparues antérieurement (pots à cuire ovoïde, vases ovoïdes à épaulement et à panse pincée en céramique fine tournée, jattes à bord rentrant et à bord en bourrelet). Plusieurs changements significatifs sont néanmoins perceptibles. Ils correspondent :

  • à la généralisation de l’usage du tour rapide ; à l’apparition de nouvelles formes tant en céramique grossière (jattes à bord mouluré, jattes « d’Aulnat ») qu’en céramique fine (vases à panse sinueuse, imitations de campanienne Lamb. 27) ;

  • à la disparition de certaines formes précédemment représentées (vases à épaulement montés à la plaque, jattes à profil en « S ») ;

  • à l’évolution des modes de finition et de décoration (raréfaction des décors lissés, généralisation du balayage de surface, apparition des décors peignés).

194On note également une fréquence accrue de la céramique peinte avec, notamment, la présence de vases à décor zoomorphe. Les importations sont plus nombreuses et les premières amphores font leur apparition sur le site.

195Cette phase présente un faciès de « transition », avec des formes héritées de la période précédente et de nouvelles formes qui ne seront fréquentes que par la suite. Il est d’ailleurs possible qu’un certain nombre d’ensembles qui ont été rattachés à la phase 3 appartiennent, en fait, à cette phase (fossés 57001 et 103493). Toujours est-il, que le faciès associé à la phase 2b est identique à celui identifié pour plusieurs ensembles clos régionaux. La postériorité de ce faciès, par rapport à la phase « classique » de La Tène C2, ou, au contraire, son antériorité par rapport à celui du début de La Tène D1 ont été mises en évidence à plusieurs reprises, dans des structures au comblement stratifié comme dans la fosse 61 du Clos Clidort (rapport Guichard et al. 1999), le puits 41 du site de La Grande Borne (rapport Deberge et al. 2001a), le puits 78 de la rue Élisée-Reclus (rapport Deberge et al. 2001b), ou encore, les structures 893, 936, 964 et 1049 de Gandaillat (rapport Deberge 2006 ; rapport Orengo 2006). Dans plusieurs cas, les objets de parure permettent un rattachement à La Tène C : fibules de schéma « La Tène II » à Aigueperse, à La Grande Borne et pour la fosse 964 de Gandaillat. Il en est de même pour la phase 2b du Pâtural, qui livre de la parure surtout caractéristique de La Tène C2 (cf. infra § 4.1.) : 1 bracelet en verre série 18/groupe 7c, 1 bracelet en matière organique fossilisée reproduisant la forme des bracelets de la série 11/groupe 6a, 8 à 10 fibules en fer de schéma « La Tène II ». À l’opposé, aucun objet de parure de datation plus récente n’a été découvert dans les structures appartenant à cette phase, si ce n’est une perle torique de la série VIIE de Gebhard, collectée dans le comblement de la fosse 14902. Cet objet est normalement considéré comme caractéristique de La Tène D. Sa présence à trois reprises au moins, dans la région, en association avec un mobilier appartenant à une phase plus ancienne (dans le cas présent des fibules de schéma « La Tène II ») pose la question de la période d’apparition de ces parures en verre (cf. infra § 4.5.).

196La céramique d’importation donne des indications importantes en terme de rattachement chronologique. Sur les 8 campaniennes A identifiées, 5 sont relativement ubiquistes et rencontrées dans les ensembles régionaux tout au long du IIe s. av. J.-C. (formes Lamb. 27 et 36). Les coupes ansées Lamb. 42Bc, présentes à 2 exemplaires pour cette phase, ne sont plus produites après les années 150-125 av. J.-C., si l’on se fonde sur les observations faites à Lattes (Py, Adroher-Auroux, Sanchez 2001 : 506). Il en est de même du bol Lamb. 33a dont l’unique exemplaire découvert sur le site provient d’une structure de la phase 2b (ibid. : 487, 488). Les 2 cruches à pâte claire indiquent sensiblement le même horizon chronologique puisque l’une d’elle est présente à Lattes, jusqu’au troisième quart du IIe siècle av. J.-C., et que l’autre est attestée dans les ensembles de la première moitié de ce siècle (ibid. : 720-728, 806). La très grande rareté des amphores (moins de 1 % des restes), avec un seul individu identifié, probablement 1 Dressel 1A, peut être considérée comme un critère d’ancienneté. Régionalement, et comme pour une grande partie de la Gaule interne, ces importations ne sont fréquentes qu’après le milieu du IIe siècle av. J.-C.

197On propose une datation centrée sur le milieu du IIe siècle av. J.-C., vers 160-140/130 av. J.-C., pour cette phase 2b, soit La Tène C2/D1.

3.6.2.5. Phase 3 : 1 0351 restes – 1 277 NMI (fig. 133 et pl. XLII-LXVII)

Fig. 133 - Principaux types céramiques présents pour la phase 3.

198Avec près de 55 % du nombre de vases, la céramique grossière est la catégorie la plus largement représentée pour cette phase. La technique du modelage est toujours largement majoritaire (690 vases) et l’usage du tour ne progresse pas, par rapport à la phase précédente (18 vases). La cuisson en mode primitif (B’) est toujours la plus utilisée et le recours à la cuisson en mode A n’évolue pas de façon significative (2 % des vases). Sur les plans morphologique et décoratif, les changements engagés à la phase précédente sont en voie d’achèvement. Le corpus est désormais caractérisé par :

  • des pots à cuire globulaires, de forme très standardisée, avec toutefois encore quelques pots au profil plus ovoïde ;

  • des pots de stockage, de forme ovoïde, qui présentent des profils relativement homogènes avec un col assez haut et une lèvre franchement éversée ;

  • une finition par balayage de surface généralisée qui concerne les 2/3 des formes hautes et la présence quasi systématiquement de décors placés à la jonction col/panse des pots à cuire et de stockage ; pour les premiers, il s’agit de motifs réalisés au peigne de façon ponctuelle ou continue ; pour les seconds, ce sont des décors incisés ponctuels ;

  • des pots à cuire en céramique tournée, toujours en faible proportion, auxquels s’adjoignent des pots de grande contenance de forme ovoïde, encore rares, toujours cuits en mode A ;

  • des jattes à bord rentrant, toujours bien représentées (89 ex.), mais qui sont nettement concurrencées par les jattes à bord mouluré (91 ex.) dont une variante comprend un goulot verseur (3 ex.) ;

  • des jattes « d’Aulnat » qui dominent largement le corpus des formes basses avec 228 individus dénombrés ;

  • une finition par balayage de surface présente sur plus des 2/3

  • des formes basses et un recours plus fréquent aux décors peignés, notamment sur les jattes « d’Aulnat ».

199La céramique fine compte environ pour 36 % du nombre total de vases. L’usage du tour rapide domine largement (65 % des vases fins) alors que la part du modelage est restreinte (15 %). Le mode de montage mixte est utilisé avec la même fréquence que précédemment (18 %) et ce, principalement, pour les formes basses. La cuisson est réalisée en mode A (plus de 98 % des tessons) ; elle est souvent suivie d’un enfumage de surface (environ 80 % des tessons). Le mode de cuisson en atmosphère réductrice totale (mode B) fait son apparition, mais est encore peu utilisé (1 % des restes céramiques). Le répertoire est caractérisé par :

  • la disparition des gros pots ovoïdes à épaulement et des pots à panse pincée, fréquents aux phases précédentes ;

  • la présence de pots ovoïdes de dimensions plus restreintes, au col souvent souligné d’une baguette ;

  • la plus grande fréquence des vases à panse élevée ;

  • la présence de formes hautes fuselées portant parfois un décor couvrant réalisé à la molette ;

  • l’apparition de formes hautes dérivées des modèles méditerranéens : cruches à col tronconique qui copient les pichets gris catalans et cruches en pâte claire non calcaire (pâte kaolinitique) qui reprennent la forme de prototypes à col cylindrique d’origine méditerranéenne ;

  • l’usage moins fréquent des décors lissés complexes au profit des décors lissés simples et l’apparition des décors réalisés à l’aide de molettes ;

  • la présence dominante des jattes à bord rentrant (158 ex. soit 63 % des formes basses identifiées) qui comportent plus rarement un décor lissé (17 ex.) ;

  • la présence marginale de jattes à bord en bourrelet (9 ex.) et à bord mouluré (6 ex.), et celle résiduelle de jattes à profil en « S » (2 ex.) ;

  • la présence croissante des imitations de campanienne A (75 ex. soit 30 % des formes basses), essentiellement des imitations de Lamb. 31/33 (55 ex.) et de Lamb. 27 (13 ex.) mais aussi quelques Lamb. 6/36 (6 ex.) et une possible Lamb. 5/7 ;

  • la présence d’une forme basse carénée en pâte claire non calcaire (1 ex.) dont le modèle est lui aussi méditerranéen.

200Avec 37 individus pour 330 restes, la place de la céramique peinte diminue assez sensiblement par rapport à la phase précédente (moins de 3 % des individus). Le répertoire, qui s’est diversifié, comprend :

  • des formes hautes à panse fuselée, parfois pourvues d’un épaulement à la liaison col/panse ;

  • des formes hautes fuselées à col court, ouverture large et fond cintré ;

  • des formes hautes à lèvre striée (2 ex.) ;

  • des jattes à bord rentrant, peinte en rouge ou en blanc (4 ex.) ;

  • une imitation de céramique campanienne (forme Lamb. 36), peinte en rouge.

201Aucun vase ne livre de décor zoomorphe, ce qui s’accorde avec les observations faites régionalement qui témoignent d’une raréfaction progressive de ce genre de décor, au cours de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C.

202Les importations, quoique plus nombreuses qu’à la phase précédente (49 individus et 2 103 restes pour les ensembles étudiés, 67 individus et 3 815 restes pour toutes les structures appartenant à la phase 3), ne comptent toujours que pour une part restreinte du corpus (3,8 % du nombre total des individus dans les ensembles étudiés). Les éléments identifiés correspondent à :

  • pour la céramique à vernis noir, uniquement de la campanienne A : 10 coupes de forme Lamb. 27b, 5 assiettes Lamb. 36, 2 coupes Lamb. 28ab, 1 coupe ansée Morel 68bc et 3 bols (Lamb. 27ab, 31 et 33a) ;

  • pour les pâtes claires : 1 cruche en pâte claire calcaire, 3 cruches à pâte claire non calcaire dont 2 comportant un engobage de surface blanc et 1 balsamaire fusiforme ;

  • pour les amphores républicaines : principalement des amphores de classes 1 (gréco-italiques ; 19 ex.) et 1/2 (gréco-italiques ou Dressel 1A ; 8 ex.) ; dans une moindre mesure des amphores de classes 2 (Dressel 1A ; 11 ex.), 2/3 (Dressel 1A ou 1B ; 1 ex.) et 3 (Dressel 1B ; 1 ex. intrusif ?).

203Les traits marquants mis en évidence pour cette phase sont, d’une part, la standardisation des formes hautes en céramique grossière (pots à cuire et pots de stockage) et la forte progression des types apparues à la phase précédente (jattes « d’Aulnat », jattes à bord mouluré, imitations de campanienne, vases à panse élevée…) aux dépens des éléments hérités du répertoire de La Tène C2 (jattes à bord rentrant, vases à épaulement ou à panse pincée…). D’autre part, on assiste à une progression du mode de finition par balayage de surface qui, apparu à la phase 2a, concerne désormais les 2/3 des vases en céramique grossière. Pour la céramique fine, on constate un abandon des décors lissés complexes au profit de décors lissés plus simples et à l’apparition, encore timide, des décors réalisés à la molette. On note également l’émergence de formes nouvelles, tels que les pichets à col tronconique et les cruches ansées en pâte claire non calcaire, inspirées de la céramique d’importation méditerranéenne. La céramique à vernis noir (exclusivement de la campanienne A) appartient majoritairement au répertoire classique du IIe siècle av. J.-C. (Lamb. 27, 31 et 36) bien que quelques formes réputées anciennes (Lamb. 27ab, 28ab, 33a et 68bc) soient encore présentes. Enfin, les amphores républicaines comprennent une part importante d’éléments considérés comme anciens (27 gréco-italiques ou Dressel 1A anciennes) et, au contraire, peu d’éléments plus récents (une Dressel 1A tardive et une Dressel 1B dont la provenance stratigraphique n’est pas assurée).

204Le mobilier associé à la phase 3 du Pâtural est identique à celui des ensembles de référence limagnais du début de La Tène D1 : fosse 34 du site de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000) et fosse 5 du site de Pontcharaud (rapport Guichard, Loughton 2000a). Il peut également être mis en regard de différents lots, découverts récemment sur le site de Gandaillat (fosse 881, puits 900, fossé 1003 et fosse 1045), qui livrent des objets de parure permettant un rattachement chronologique identique (rapport Deberge 2006 ; rapport Orengo 2006). Le faciès de la phase 3 du Pâtural se distingue, en revanche, assez nettement de celui mis en évidence pour les ensembles de la fin de La Tène D1, provenant des sites du Bay et de Corent (Guichard et al. 1993 ; Faye 1995 ; Loughton, Jones 2000 ; rapport Deberge et al. 2001c ; rapport Guichard, Loughton, Orengo 2001). Au Pâtural, les éléments de parure découverts en nombre dans les structures accréditent également cette attribution à La Tène D1 (cf. infra § 4.1.) : 13 bracelets en verre à section en D de couleur bleue et violette (séries 36 et 38), 4 bracelets en verre de section triangulaire de couleur bleue et violette (séries 37 et 39), 11 bracelets filiformes en alliage cuivreux, 2 bracelets à épissures en alliage cuivreux fréquents à La Tène D, 7 bracelets tubulaires en alliage cuivreux fréquents à La Tène D, 25 perles toriques attribuables à La Tène D (séries II à XII), de 6 à 14 fibules en fer de schéma « La Tène II », 7 fibules de type La Tène D1 dont 5 fibules de Nauheim et 2 fibules à arc plat triangulaire, corde externe, ressort à plus de deux fois deux spires et pied ajouré. Ces dernières sont à rapprocher des exemplaires filiformes connus dans le nord-est de la Gaule (type 25c de Gebhard : Gebhard 1991 ; type 4 à Acy-Romance : Lambot, Friboulet 1996) censés caractériser la phase de La Tène D1a (Miron 1992). De même qu’à Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997 : 165-167), Feurs (Vaginay, Guichard 1988 : 152-163) ou Acy-Romance (Lambot, Friboulet 1996), l’association de fibules de schéma « La Tène II » avec des fibules de type La Tène D1 semble caractériser le début de cette phase (Deberge et al. à paraître). À noter l’absence de fibules de morphologie plus évoluée, comme les exemplaires appartenant aux types 2a et 5b de Feugère (ressort bilatéral à quatre spires, corde externe ou interne, arc filiforme tendu, pied ajouré). Ce dernier type de fibule est représenté sur l’oppidum de Corent (Faye 1995 : fig. 11), parfois en association avec les fibules de Nauheim, également très nombreuses (Orengo 2001 : pl. 54-61).

205Comme pour la phase 2b, c’est la céramique d’importation qui fournit les principaux éléments permettant un rattachement en chronologie absolue. Tout d’abord, la céramique à vernis noir est exclusivement représentée par la campanienne A (39 restes équivalents de 21 vases). Le remplacement progressif de la campanienne A par la Boïde, phénomène généralisé à la Gaule interne, semble intervenir à la charnière des IIe et Ier siècles av. J.-C. À la différence de la situation observée au Pâtural, le corpus de la céramique à vernis noir de l’oppidum de Corent est composé aux 2/3 de vaisselle appartenant au cercle de la campanienne B (épandage de 1992).

206Comme on l’a déjà vu (cf. supra § 3.5.6.1.), les amphores républicaines sont d’un apport plus déterminant en termes de rattachement en chronologie absolue. Pour cette phase 3 du site, les deux faciès individualisés (représentés respectivement par l’épandage 3231 et les structures 917, 3268-2, 6672 et 5557) s’accordent, pour le premier, avec celui des camps romains devant Numance, abandonnés en 133 av. J.-C., et, pour le second, avec ceux illustrés par les cargaisons de Dressel 1A, postérieures aux années 125 av. J.-C. Une mise en parallèle peut être faite également avec les horizons 2 (vers 130-120 av. J.-C.) et 3 (vers 110-100 av. J.-C.) de Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997 : tabl. XI). L’assemblage amphorique de l’oppidum de Corent (épandage de 1992) qui ne peut, en tout état de cause, être postérieur aux années 80 et 70 av. J.-C., compte tenu de l’extrême rareté des Dressel 1B, présente un faciès plus évolué que celui qui a été mis en évidence au Pâtural. On propose pour cette phase, que l’on dénomme La Tène D1a, notamment en raison de la présence de fibules proches du type 25c de Gebhard, une datation aux années 140/130-110 av. J.-C.

Table des illustrations

Légende Fig. 83 - Fragmentation du mobilier céramique et amphorique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 84 - Répartition du mobilier céramique (importations comprises) entre les différents contextes archéologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 85 - Carte de densité du mobilier céramique (établie à partir de 180 000 restes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 86 - Distribution de l’ensemble céramique entre les différentes phases d’occupation du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 87 - Diagramme stratigraphique simplifié utilisé pour la définition du phasage du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 88 - Sériation des ensembles mobiliers choisis pour l’étude céramologique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 89 - Liste des ensembles retenus pour l’étude céramologique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 90 - Proposition de datation des ensembles de référence de Basse Auvergne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 91 - Représentation des catégories céramiques des ensembles étudiés (en NR et NMI).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 92 - Céramique grossière modelée (1 044 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 93 - Céramique grossière modelée, morphologie des pots de stockage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 94 - Évolution de la fréquence des principaux types en céramique grossière modelée (en % du NMI par phase).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 95 - Céramique grossière modelée, morphologie des pots à cuire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 96 - Principaux modes de finition relevés pour la céramique grossière modelée. A : surface égalisée ; B : surface raclée ; C : surface balayée ou peignée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 97 - Évolution du mode de finition employé pour les formes hautes (a) et basses (b) en céramique grossière modelée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 98 - Évolution du décor porté à la liaison col/panse des formes hautes en céramique grossière modelée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 99 - Céramique grossière modelée, morphologie des formes basses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 100 - Décor lissé complexe porté sur une forme basse en céramique grossière modelée, exemplaire provenant du site de La Grande Borne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 101 - Céramique grossière tournée (45 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 102 - Céramique fine modelée (451 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 103 - Céramique fine finie au tour (213 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 104 - Céramique fine tournée (503 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 105 - Céramique fine tournée, morphologie des formes hautes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 106 - Décorations portées sur les formes hautes en céramique fine tournée (594 tessons).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 107 - Décor lissé complexe porté sur une forme haute en céramique fine tournée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 108 - Céramique fine tournée, morphologie des formes basses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 109 - Céramique fine tournée (139 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 110 - Céramique fine peinte (67 individus), morphologie des formes hautes et basses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 111 - Graffitis sur céramique, carte de répartition et relevé graphique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 112 - Graffiti sur cruche à pâte claire régionale (fin du IIe siècle av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 113 - Vaisselle d’importation, répartition entre les grands groupes de production.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 114 - Céramique campanienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 115 - Répertoire de la campanienne A (la nomenclature utilisée est tirée de Lamboglia 1952).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 116 - Importations en pâte claire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 117 - Amphores italiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 118 - Mensuration des lèvres d’amphores républicaines.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 119 - Mensuration des anses d’amphores républicaines.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 120 - Histogramme des hauteurs de lèvres et répartition en grandes classes de hauteur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 121 - Distribution des lèvres ; a : selon la hauteur et l’inclinaison ; b : selon la largeur et la hauteur ; c : répartition en classe ; d : distribution des cols selon le diamètre et la hauteur de la lèvre ; e : distribution des anses selon leur épaisseur et leur largeur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 122 - Timbres sur amphores.AH (pl. LXXI : n° 15)Contexte : 2597Structure : HSPosition : sur l'épaule à la base de l'anseRectangle : 24mm x ? mmDocumentation : épave de l’Ésterel (Liou 1975a : 590 ; Manacorda 1981 : 27), Châteaumeillant (Hugoniot 1963 : 172 ; Hugoniot, Gourvest 1961a : 197, fig. 6)Origine : Étrurie, ager CosanusPâte : Albinia
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende DA (pl. LX : n° 26)Contexte : 3394Structure : épandage 3231Position : sur l'épaule à la base de l'anseRectangle : 30 mm x 19 mmDocumentation : Callender n° 508, sur l'épaule à la base de l'anse à Chézieux (Mathevot 1998 : n° 9), Alès (Dedet, Salés 1981), sur la lèvre au Golfe de Fos avec 1 timbre M.SALANI (Amar, Liou 1984 : 154, n° 12), Bibracte (Olmer 2003 : 31, n° 274), Nuits-Saint-Georges, Les Bolards (ibid. : 114, n° B 47), 2 ex. à Villeneuve-Saint-Germain (Hénon 1995 : n° 7, 8)Origine : Étrurie, ager CosanusPâte : Latium ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ]LEAS (pl. LXXIV : n° 8)Contexte : HSStructure : HSPosition : sur l’épaule/colRectangle : -Documentation : pas d’autre ex. connuOrigine : ?Pâte : Mondragone ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ]M (pl. LXXI : n° 14)Contexte : 6091Structure : rivière 1936Position : au sommet de l'anseRectangle : 23 mm x 14 mmDocumentation : -Origine : Éturie, ager CosanusPâte : Albinia
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Illisible (pl. LXXI : n° 10)Contexte : 6326Structure : -Position : sur 1 lèvre de Dressel 1BH = 55 mm, I = 92º, D = 180 mmRectangle : ? mm x ? mmDocumentation : -Origine : ?Pâte : ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 123 - Éléments de comparaison régionale : a : hauteur et inclinaison moyennes ; b : proportion de gréco-italiques selon la méthode d’A. Hesnard et répartition en classes (d’après : Loughton dans Deberge et al. à paraître ; Loughton à paraître).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 124 - Comparaisons régionales et extra régionales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 125 - Intervalle resserré de variation des mensurations des lèvres d’amphores de plusieurs sites terrestres (a), comparaison avec les valeurs observées pour quelques cargaisons d’amphores gréco-italiques et Dressel 1A (b), datation des ensembles de comparaison (c).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 126 - Évolution de la répartition entre les différents groupes de production (a) et du mode de façonnage employé pour la confection des céramiques fines (b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 127 - Évolution du mode de façonnage (a) et de cuisson (b) utilisé pour la confection de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 128 - Proposition de datation des ensembles mobiliers du Pâtural.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 129 - Principaux types céramiques présents pour la phase 1a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 130 - Principaux types céramiques présents pour la phase 1b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 131 - Principaux types céramiques présents pour la phase 2a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 132 - Principaux types céramiques présents pour la phase 2b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 133 - Principaux types céramiques présents pour la phase 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2659/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 490k

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540