Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 2. Organisation et évolution de l’occupation laténienne

Yann Deberge, Jon Dunkley et Andrea Burgess

Texte intégral

2.1. Les limites de la documentation

1Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler quels ont été les principaux facteurs limitant la compréhension du site.

2.1.1. Méthode d’échantillonnage

2Le premier de ces facteurs concerne l’acquisition des données et, plus précisément, la méthode d’échantillonnage utilisée pour l’enregistrement et la fouille. Ainsi, sur plus de 7 000 structures repérées au sol (fig. 28), on estime qu’environ 3 700 ont été vérifiées par une fouille manuelle et que seulement 1 577 d’entre elles ont fait l’objet d’un enregistrement stratigraphique. De ce fait, les informations basiques telles que la profondeur ou la nature du remplissage sont, en grande partie, inaccessibles. Ce déséquilibre entre faits archéologiques repérés et documentation disponible n’affecte pas les différents types de structures de la même façon. En effet, seuls les vestiges très ponctuels, comme les trous de poteau et de piquet, font l’objet de cette discrimination, les autres types de structures ayant été fouillés et enregistrés de façon plus complète. Cette absence de contrôle des données perçues à la fouille pose, au moment de l’étude, un problème d’interprétation. Par exemple, comment interpréter ces zones argileuses où les structures, souvent de très petites dimensions (moins de 0,10 m de diamètre et de profondeur), sont à tel point nombreuses que l’encaissant n’est, par endroits, plus visible (fig. 29) ? À moins d’imaginer que les occupants des lieux se mouvaient dans une forêt de piquets et de poteaux, il faut, sans remettre en cause la compétence et la bonne foi des fouilleurs, rechercher une autre interprétation pour une grande partie de ces témoins archéologiques : piétinement intense d’origine animale dans un sol que l’on sait avoir été particulièrement humide, traces laissées par le réseau de racines d’arbres ou de haies ? Force est de reconnaître qu’il est désormais impossible de répondre à ce questionnement.

Fig. 28 - Structures laténiennes retenues pour l’étude et données statistiques sur leur niveau de documentation.

Fig. 29 - Secteur nord du site à forte densité de structures en creux de petits diamètres. La plupart de ces vestiges ne sont probablement pas anthropiques.

2.1.2. Le foisonnement de structures

3Corollaire du précédent facteur, le grand nombre de structures portées sur le plan limite assez sensiblement la compréhension de l’organisation interne du site. En effet, le foisonnement de vestiges, les multiples recoupements et recreusements contribuent à brouiller la perception des différentes étapes de l’évolution de l’occupation. Il est, entre autres, difficile de dégager des plans cohérents de bâtiments à partir de ces véritables nuées de structures. Il est encore plus délicat de proposer le rattachement de certains faits ponctuels (trous de poteau, fosses ou puits) à une phase précise de l’aménagement du site.

2.1.3. Une relative indigence du mobilier

4Un troisième écueil est la répartition du mobilier dans les différentes structures. Même s’il est globalement abondant sur le site (cf. supra fig. 16), le mobilier porteur d’informations chronologiques, essentiellement la céramique et la parure, n’est présent que dans 156 d’entre elles, soit à peine dans 10 % des structures enregistrées. Cette répartition sélective ne concerne pas tous les vestiges de la même façon. Si les fossés comportent tous des éléments mobiliers, seule la moitié des palissades et des fosses, y compris les puits et les sépultures, en a livré. Pour les structures plus ponctuelles, la proportion est encore plus faible, puisque seulement 55 trous de poteau recèlent du mobilier (7 % du total) alors qu’aucun des 647 trous de piquets inventoriés n’en a livré.

5La quantité d’éléments mobiliers est également très inégale d’une structure à l’autre. Les trous de poteau et les palissades n’en contiennent que très peu, au plus une centaine de tessons, alors que les fosses et fossés en sont nettement mieux pourvus (jusqu’à plus de 1 500 tessons). Enfin, les aménagements situés en bordure du ruisseau, épandages et empierrements, ont livré une quantité impressionnante de mobilier.

6Cette répartition du mobilier est liée à la fonction et à la durée « d’ouverture » des structures. Pour les trous de poteau ou les palissades, la présence de mobilier est à mettre, dans la plupart des cas, sur le compte d’un enfouissement fortuit au moment du creusement ou lors de son remplissage. Les fosses et les fossés restent généralement ouverts pendant une plus longue durée et peuvent servir de dépotoirs. Le mobilier découvert en bordure du ruisseau appartient, quant à lui, à une vaste zone dépotoir. La conséquence principale de cette répartition particulière du mobilier sur le site est la difficulté à proposer un rattachement en chronologie pour la plupart des structures dégagées.

2.1.4. Une représentation inégale dans le temps

7La dernière difficulté provient de l’inégale représentation des mobiliers entre les différentes phases d’occupation individualisées à partir de l’analyse stratigraphique. Si l’on s’en tient à la céramique, mobilier qui est le plus abondamment présent sur le site, les deux premières phases (phases 1 et 2) totalisent, à elles deux, à peine 17 % du nombre total de restes, alors que la dernière phase d’occupation regroupe la très grande majorité de ce mobilier. La conséquence est, une nouvelle fois, d’ordre chronologique. Les phases les plus anciennes sont celles qui restent les plus difficiles à caractériser d’un point de vue chronologique.

2.1.5. Base de l’analyse

8Compte tenu des problèmes évoqués ci-dessus, l’étude de l’organisation et de l’évolution de l’occupation repose essentiellement sur l’analyse stratigraphique et fonctionnelle des structures linéaires (fossés et palissades). Elle conduit à l’établissement de trois phases distinctes, notées 1, 2 et 3. Elles sont, elles-mêmes, subdivisées en deux étapes chacune, 1a et 1b, 2a et 2b, à l’exception de la dernière.

9Le mobilier présent dans les structures fossoyées constitue la base de l’analyse chrono-typologique qui sera développée ensuite (cf. infra § 3). Les vestiges plus ponctuels tels que les fosses, fours, puits et sépultures, ont été intégrés à ce phasage à partir de l’étude de leur mobilier ou en s’appuyant sur la stratigraphie (appartenance à un plan d’enclos, recoupements…). Le rattachement d’une structure complexe, un bâtiment ou une palissade par exemple, à une phase précise repose essentiellement sur la cohérence de sa position par rapport au réseau fossoyé, le mobilier collecté étant souvent très peu abondant. Les très nombreux « trous de piquets », toujours de petite taille, ont été écartés de l’analyse lorsqu’ils n’apparaissaient pas faire partie d’un plan, par ailleurs établi. Les anomalies plus importantes, trous de poteau ou fosses, qui n’ont pas fait l’objet d’une fouille, même partielle, ont également été exclues, sauf cas exceptionnel (appartenance à un plan déjà attesté par d’autres aménagements qui ont été effectivement fouillés). Au final, ce sont environ 1 800 structures qui ont été retenues pour la présentation qui suit.

10Sans anticiper sur l’analyse détaillée du mobilier, on peut d’ores et déjà préciser l’attribution chronologique de chacune des phases mises en évidence, afin de faciliter la lecture et la compréhension de la présentation qui suit :

  • phase 1a : La Tène B2b (vers 300-260 avant J.-C.) ;

  • phase 1b : La Tène C1 (vers 260-200 avant J.-C.) ;

  • phase 2a : La Tène C2 (vers 200-160 avant J.-C.) ;

  • phase 2b : La Tène C2/D1 (vers 160-140/130 avant J.-C.) ;

  • phase 3 : La Tène D1a (vers 140/130-110 avant J.-C.).

2.2. Les couches d’occupation

11Sur le site du Pâtural, aucun niveau de sol structuré ou construit n’a été dégagé. Cependant, partout où la fouille a été pratiquée de façon manuelle, c’est-à-dire dans les zones dégagées au cours des premières années de fouilles, le sédiment surmontant le substrat a livré une grande quantité de mobilier. Au total, plus de 240 000 objets (faune, céramique, petit mobilier, outillage…), équivalents à 1 143 kg, ont été collectés dans l’épaisseur des « terres noires » (fig. 30 et 31). Plus qu’un véritable niveau organisé, il s’agit d’une couche d’occupation, épaisse de quelques centimètres, répartie de façon non uniforme sur le site. La faiblesse des perturbations, liées au labour, observée sur la nécropole gallo-romaine, suggère que ce niveau sous-jacent n’a fait l’objet que de bouleversements limités. À noter, toutefois, l’absence intrigante de foyers en place, qui suggère soit une destruction par lessivage, soit l’utilisation de dispositifs mobiles, telles ces plaques foyères par ailleurs retrouvées en nombre sur le site.

Fig. 30 - Composition du mobilier collecté dans les couches d’occupation sur l’ensemble du site.

12Le mobilier collecté dans ces couches d’occupation est varié : céramique, faune, importation, parure… Il est également très fragmenté, ce qui indique qu’il a subi, contrairement aux éléments enfouis dans le comblement des structures en creux (fosse, fossé, zone dépotoir…), l’action du piétinement et des intempéries. En regard des effectifs dénombrés pour l’ensemble du site (cf. supra fig. 16), la céramique est particulièrement bien représentée alors que la faune apparaît, au contraire, comme sous représentée. Pour la parure, l’outillage et les instruments de mouture, les variations observées ne paraissent pas significatives compte tenu des effectifs concernés. Plus que le témoignage d’une sélection anthropique des objets rejetés, cette anomalie est probablement liée à des phénomènes de conservation différentielle. Pour la céramique, l’action du piétinement ou des agents climatiques a sans doute conduit à une augmentation du nombre de restes, sans pour autant entraîner sa disparition totale. Pour la faune, qui possède des capacités de résistance mécanique et chimique moindres, il est très vraisemblable que ces mêmes facteurs ont conduit à la disparition de la majeure partie des éléments initialement déposés. L’action des animaux carnivores, cochons ou chiens, bien que difficilement quantifiable, a vraisemblablement eu un rôle important dans cette préservation inégale des objets. Les poids moyens par reste, calculés pour ces deux grandes catégories de mobilier, confirment cette très grande fragmentation. Les valeurs moyennes obtenues pour la céramique (5 g) et la faune (3,1 g) correspondent, pour la première, à des tessons de très petite taille (< 10 cm2) et, pour la seconde, à des esquilles osseuses. Il n’en demeure pas moins que la quantité de mobilier découvert dans ces couches est particulièrement importante, tant en reste qu’en masse, et constitue une part élevée de l’effectif total des éléments collectés (66 % du nombre de restes et 41 % de leur masse totale).

Fig. 31 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les couches d’occupation.

13Une dernière catégorie de déchets, quoique numériquement faible (1 % des restes et 5 % de la masse), mérite une attention particulière. Il s’agit des rejets générés par l’activité de métallurgie du fer, par ailleurs bien attestée sur le site : scories ferreuses, parois de foyer ou de four. Ces déchets présents dans les couches d’occupation comptent pour plus de la moitié des restes liés à cette activité, collectés sur le site. Il paraît donc évident qu’ils ont été, en grande partie, délibérément rejetés en surface. Comme l’indique leur répartition, ces déchets ont principalement été déposés dans la partie nord-est du site, à proximité des deux fosses supposées avoir été le siège de cet artisanat (cf. infra § 2.5.1).

14La fouille des couches d’occupation n’a pas été conduite de façon systématique sur l’ensemble du site. On peine donc à mettre en évidence des zones de répartition particulière du mobilier. Quelques concentrations sont néanmoins perceptibles (fig. 32). La première se situe dans la partie nord du site, au sud du ruisseau 5557. Elle correspond à un important niveau d’épandage de mobilier que l’on suit dans le comblement même du cours d’eau (cf. infra § 2.5.3). Le mobilier collecté permet de rattacher cet épandage à la dernière phase de l’occupation (phase 3), même si un nombre important d’éléments, notamment la parure, suggère une origine plus ancienne. Il correspond, en fait, à l’extension ou à l’étalement, vers le sud, de la zone de dépotoir située en bordure méridionale du cours d’eau. La parure, l’outillage domestique ou agricole, les éléments liés au travail du textile ou à la mouture des céréales, la céramique, la faune… s’y retrouvent mêlés. Cette concentration de mobilier concerne un petit quart nord-est du site, soit environ 1 300 m2, mais n’est particulièrement dense qu’à proximité du ruisseau. Vers le sud, elle est beaucoup plus lâche. À cet emplacement, plusieurs constructions sur poteaux porteurs s’intégrant dans de petits enclos sont suspectées, bien que leur plan ne soit pas clairement lisible. La seconde concentration a été détectée dans la partie sud du site. Elle regroupe, sur une zone restreinte d’une centaine de mètres carrés, plusieurs milliers de tessons. À la différence de la précédente, elle ne livre aucun autre type de mobilier. Sa localisation au sein d’un vaste enclos de la phase 2 et l’examen de la céramique permettent de l’attribuer à cette phase d’occupation du site.

Fig. 32 - Les mobiliers collectés sur le site, dans et hors structure.

15En résumé, la caractérisation de ces couches d’occupation est difficile, peut-être en raison de leur nature même à l’époque gauloise : pelouse plus ou moins piétinée dépourvue d’aménagement construit. Leur mise en évidence repose uniquement sur la présence d’un abondant mobilier détritique que l’on retrouve essentiellement dans le nord-est du site, secteur fouillé avec le plus de minutie.

16La densité des objets, toutes catégories confondues, y est particulièrement forte, notamment en bordure immédiate du cours d’eau. Hors de cette zone, quelques concentrations semblent repérables bien qu’elles ne concernent que des effectifs restreints de mobilier. Il s’agit :

  • d’une concentration de quelques outils (ustensiles liés au foyer, aiguisoirs et lissoirs) et objets de quincaillerie (14 objets), dans plusieurs des petits enclos présents dans la partie nord du site ;

  • d’une concentration (9 objets) d’éléments relatifs au travail du textile, dans l’un de ces enclos précités ;

  • de plusieurs concentrations de déchets liés à la métallurgie du fer ; deux de ces concentrations se situent à proximité des deux fosses identifiées à des forges. Une dernière, localisée plus au sud, correspond à une zone de forte densité de structures en creux qui indique la présence d’un bâtiment dont le plan n’est pas restituable précisément ;

  • d’une concentration de céramique d’assez faible étendue, dans la partie sud du site.

17À l’opposé, certaines catégories de mobilier ne sont pas ou peu représentées sur le site en dehors de la zone du ruisseau. C’est notamment le cas des instruments de mouture qui sont regroupés presque exclusivement en bordure immédiate du cours d’eau. Les objets de parures sont dispersés de façon plus homogène, sur un large quart nord-est.

2.3. Les structures de délimitation

18Comme sur la plupart des sites du second âge du Fer, les structures de délimitation sont nombreuses et variées au Pâtural. Elles renvoient à deux fonctions spécifiques mais non exclusives : la délimitation parcellaire et le drainage.

2.3.1. Le ruisseau

19Même s’il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une structure d’origine anthropique, le ruisseau 5557 (fig. 33) qui est actif au cours de la période laténienne joue un rôle important en terme de limite et de contrainte, dans l’implantation et l’évolution de l’occupation du site. Il correspond, à cette époque, à un chenal au cours sinueux, assez étroit (environ 1,40 m à 2,00 m) et peu profond (0,40 à 0,50 m). Son tracé, bien que largement occulté par un vaste recreusement gallo-romain (ru 1936), est perceptible sur plus d’une vingtaine de mètres. La présence de mobilier lithique, attribuable à l’âge du Bronze, dans son niveau de comblement inférieur indique qu’il est probablement actif, dès cette période. Les nombreux fossés implantés sur sa frange méridionale dès le début de l’occupation laténienne (phase 1) témoignent de la réalité de la contrainte qu’il exerce sur l’occupation qui se développe au sud. Le tracé de ce cours d’eau peut être suivi sur plusieurs centaines de mètres, sur les clichés aériens (cf. supra fig. 9).

Fig. 33 - Zone des paléochenaux.

20Son comblement a été effectué en trois grandes étapes (fig. 34). La première paraît avoir une origine naturelle et correspond à une phase d’utilisation ancienne : comblement graveleux plus ou moins enrobé d’argile, quasiment dépourvu de mobilier. Le mobilier indique que ce dépôt s’est mis en place à partir de l’âge du Bronze.

Fig. 34 - Plan et coupes des paléochenaux.

21La deuxième phase de comblement a un caractère nettement plus volontaire. Au cours de cet épisode, une très grande quantité de mobilier ainsi qu’un grand nombre de blocs de basalte sont déposés dans le lit du ruisseau, principalement sur sa paroi sud. Par endroits, ce dépôt constitue un véritable radier. En d’autres emplacements, il est plus chaotique et ne témoigne d’aucune organisation particulière. L’interprétation de cet ensemble mobilier est celle d’un vaste dépotoir (cf. infra § 2.5.3.). Plaident en faveur de cette proposition la relative inorganisation du dépôt, la diversité et la fonction des mobiliers représentés : céramique culinaire majoritairement représentée, déchets de faune consommée, parure brisée, outillage usé… L’absence de dépotoir, ailleurs sur le site, conforte cette hypothèse. Il est probable que ce dépôt ait également eu pour finalité de stabiliser la berge et de limiter les débordements du cours d’eau. La présence d’un muret (mu 917 ; cf. infra § 2.3.4.), fait de blocs de basalte et conservé sur une ou deux assises, semble aller dans ce sens. Cet aménagement qui a été dégagé sur près de 20 m, immédiatement en bordure sud du ruisseau, peut être le cœur d’un talus formé par ces nombreux rejets d’origine domestique. Il semble donc que cette accumulation de mobilier réponde à deux impératifs : évacuer les déchets liés aux activités humaines, notamment les plus encombrants comme les meules et les amphores, et se prémunir contre les débordements du ruisseau. Il est à noter que cet aménagement recouvre deux fossés de drainage implantés à cet endroit aux cours des phases 1 et 2. Cet épisode de comblement peut être attribué, à l’examen du mobilier, à la dernière phase d’occupation du site (phase 3).

22L’ultime étape du comblement est mal caractérisée parce que très largement perturbée par les aménagements postérieurs. Elle semble correspondre à un niveau moins dense en mobilier. À ce moment-là, le cours du ruisseau devait être très proche de la surface du sol, peut-être à moins d’une vingtaine de centimètres. Les débordements devaient alors être fréquents et l’environnement particulièrement humide.

23À une date ultérieure difficile à préciser, mais postérieure à la fin de l’occupation laténienne, le lit du ruisseau est recreusé par un large chenal peu profond (ru 1936 ; 7 m de large pour 0,70 m de profondeur). Une origine anthropique est envisageable même si une reprise de compétence du cours d’eau peut aussi expliquer un tel recreusement. Toujours est-il qu’il a entraîné dans son comblement une large partie du mobilier déposé dans le ruisseau 5557, d’où l’incertitude qui a régné sur son attribution chronologique (12 197 restes, principalement de la céramique et de nombreuses amphores). Le réexamen récent du mobilier a montré que les artefacts laténiens sont fortement érodés, pour la plupart. Le mobilier le mieux préservé est peu abondant, mais indique clairement qu’une partie du comblement de cette structure est effectuée, au plus tôt, à la période augustéenne. Son scellement précède de peu la mise en place de la nécropole gallo-romaine (cf. supra § 1.4.4.).

2.3.2. Les fossés

24Les fossés constituent la trame principale de l’organisation de l’occupation laténienne (fig. 35). Leur nombre est particulièrement élevé par comparaison avec ce que l’on observe sur d’autres sites régionaux dégagés sur des superficies semblables (rapport Mennessier-Jouannet, Dunkley 1996 ; Deberge à paraître ; Deberge, Vermeulen, Collis à paraître). Au total, plus de 850 m linéaires de fossés ont été dégagés.

Fig. 35 - Les fossés : localisation des tronçons fouillés et données sur leur profil et leur comblement.

25Comme on l’a déjà mentionné, ces structures n’ont été fouillées de manière exhaustive que dans la partie nord-est du site (fouille de 1987 à 1993). Sur le reste de la surface étudiée, soit les trois quarts du site, ces fossés ont fait l’objet de sondages ponctuels (fouille de moins de 40 % de leur tracé) à l’exception de l’un d’entre eux dégagé plus systématiquement en raison de ses caractéristiques particulières (fé 70926 ; 82 % de son tracé). Au final, 39 % de la longueur totale des fossés, soit 328 m linéaires, ont été fouillés. Si cette valeur peut paraître relativement satisfaisante en regard de la surface étudiée, on doit toutefois noter que l’implantation des sondages n’a pas été faite selon un maillage régulier. Il en résulte une inégalité dans le niveau de documentation de chacune de ces structures, tant pour ce qui concerne l’analyse de terrain (profils et comblements) que pour le mobilier collecté. Ce déséquilibre touche essentiellement les structures attribuables à la première phase de l’occupation laténienne, qui est aussi la moins bien représentée sur le site. Compte tenu des disparités dans l’échantillonnage pratiqué pour la fouille de ces structures (selon le cas, de 8 à 92 % de leur tracé fouillés), il est impossible de tenter une analyse spatiale des vestiges mobiliers présents dans leur comblement. Ceci est d’autant plus regrettable que ce type de démarche est souvent riche en informations (voir pour exemples : Gransar, Malrain, Matterne 1994 ; Auxiette et al. 2000 ; Nillesse 2003a, 2003b). L’établissement du phasage chronologique repose principalement sur l’étude des intersections de fossés. Elles ont fait l’objet d’une attention particulière sur le terrain. L’analyse du mobilier, essentiellement de la céramique, vient utilement préciser le rattachement chrono-stratigraphique de certains d’entre eux. La détermination fonctionnelle de ces fossés (fossé parcellaire, de drainage, d’enclos…) repose sur l’examen de leur tracé, de leur pendage et de leur remplissage. Ce dernier n’offre que peu d’informations étant donné le caractère peu différencié, à quelques exceptions près, des sédiments de comblement (« terres noires »).

2.3.2.1. Organisation générale, profils et comblements

26Ces fossés sont disposés selon une trame orthogonale avec une orientation nord-sud légèrement décalée par rapport au nord géographique (environ 8° vers l’ouest). Ils sont quasiment tous rectilignes et, seuls, les fossés situés en bordure sud du ruisseau ont un tracé légèrement infléchi vers le sud, dans leur partie occidentale (fé 3474 et fé 3268). Plusieurs d’entre eux sont interrompus sans que l’érosion en soit responsable. Un fossé peut s’interrompre au croisement avec un autre fossé (par exemple le fé 4478 sur le fé 63005 ou encore le fé 61001 sur le fé 100000) ou présenter une véritable rupture dans son tracé, ménageant ainsi une ouverture (fé 70926, fé 102011…). Pour 13 fossés, les données sont suffisantes pour savoir s’il existe ou non un pendage du fond de leur creusement ; 4 d’entre eux ne présentent aucun pendage. Les 9 autres ont un pendage ouest est (4 cas), qui est conforme à l’axe naturel de drainage de la zone ou, moins logiquement, des pendages est-ouest (3 cas) et nord-sud (2 cas). Leur pente est comprise entre 20 et 58 cm pour 100 m linéaires de fossé, ce qui est une valeur assez faible. La largeur des fossés est très variable (de 0,30 m à 2,70 m), de même que leur profondeur qui n’excède cependant jamais 0,80 m. Ces fossés sont en fait très peu profonds puisque 18 d’entre eux ne dépassent pas 0,40 m. Leur largeur et leur profondeur sont, le plus souvent, corrélées. Ce n’est, néanmoins, pas le cas pour l’un d’entre eux (fé 70926) qui, bien qu’ayant la plus grande largeur observée (2,70 m au maximum), n’est profond que d’une vingtaine de centimètres. Ces fossés présentent un profil peu caractéristique qui va du « V » évasé au « U » à fond plat, avec des parois plus ou moins verticales (fig. 36).

Fig. 36 - Coupes des principaux fossés laténiens fouillés sur le site.

27Leur comblement offre peu de diversité. Il est constitué par un sédiment argileux brun à noir, plus ou moins chargé en limons et qui comprend parfois des inclusions plus grossières (sables et graviers). Les fossés situés en bordure sud du ruisseau (fé 3268 et fé 3474) possèdent un remplissage plus complexe dans lequel on observe successivement des couches argileuses, souvent très plastiques, et des passées sableuses et graveleuses. Cette stratigraphie témoigne d’une alternance de phases de comblement lent, réalisé en milieu calme et humide, et de remplissages rapides survenus lors d’épisodes plus violents, liés aux débordements du cours d’eau.

28Les recreusements, perceptibles à partir de l’examen des coupes, montrent que ces fossés font l’objet d’un entretien épisodique. Le plus souvent, ces réaménagements ne sont pas clairement visibles, mais peuvent être déduits de l’analyse de leur tracé et des ensembles mobiliers qu’ils livrent.

2.3.2.2. Proposition d’interprétation fonctionnelle

29Prises isolément, les différentes observations, faites ci-dessus, n’apportent que peu d’informations. Cependant, en croisant ces données, deux grandes catégories de structures peuvent être individualisées : les fossés à usage purement parcellaire - au sens de délimitation des espaces - et les fossés qui ont, en plus, un rôle de drainage.

30Les premiers présentent des caractéristiques qui sont incompatibles avec un rôle de drainage : tracé interrompu ou formant enclos, dimensions restreintes, pendage absent ou peu marqué. Leur fonction est uniquement d’être une limite. Les fossés de drainage possèdent un profil plus marqué, des dimensions souvent plus importantes, un tracé continu et un pendage plus net. Leur remplissage indique, dans plusieurs cas, que l’eau y a séjourné ou s’y est écoulée. Ces fossés sont particulièrement nombreux dans la partie humide du site. Ils adoptent une orientation est-ouest qui coïncide avec l’axe de drainage naturel. Seul le fossé 100000, qui a pu jouer le rôle de gros collecteur, a un tracé nord-sud. Les recreusements observés (fé 3268 et fé 43905/57001) sur de longues durées (environ un siècle pour le premier) indiquent que ces fossés constituent des limites pérennes qui sont régulièrement entretenues.

31La trame principale de l’occupation est donc formée par de grands fossés de drainage qui peuvent, eux-mêmes, appartenir à un réseau parcellaire plus étendu. Au sein de ce canevas, des structures de délimitations plus modestes contribuent à diviser l’espace en plusieurs enclos de dimensions réduites (fig. 37).

Fig. 37 - Proposition d’interprétation des fossés laténiens.

32Les faibles dimensions observées, tant pour les grands fossés de drainage que pour les fossés parcellaires plus modestes, indiquent que ces structures constituent toutes des délimitations de faible importance. Même doublées par une levée de terre, ce qui peut être raisonnablement envisagé, ces structures forment un obstacle dont la hauteur n’excède pas 1 m, fossés compris. La présence de talus, type d’aménagement qui a pu servir à l’établissement de haies ou de toute autre clôture faiblement ancrée dans le sol (palissades ou parois clayonnées), n’est pas assurée. L’existence de tels dispositifs est néanmoins suggérée par les curages successifs des fossés qui ont été pratiqués en respectant les limites d’un creusement souvent en grande partie colmaté. Il est donc probable que ces structures fossoyées valent autant par leur creusement que par le remblai que ce dernier peut engendrer.

33La modestie de ces aménagements permet d’écarter une interprétation défensive, voire de prestige. Ils coïncident, probablement tous, à des limites agraires, qu’elles soient destinées à clôturer les parcelles cultivables ou habitées, à empêcher les divagations des troupeaux ou à assurer le drainage du sol. Il ne faut pas, non plus, écarter l’hypothèse de délimitations symboliques ayant surtout un rôle de marquage foncier ou de limite de responsabilité, à l’exemple de ce qui peut être observé actuellement dans le centre de l’Espagne (Collis 2006).

2.3.2.3. Le mobilier découvert dans les fossés

34Dans son ensemble, le mobilier issu des fossés est relativement abondant. Près de 18 000 objets (céramique, faune, parure, outillage…), d’une masse de plus de 301 kg, ont été mis au jour dans les tronçons fouillés (fig. 38 et 39). Ramenée à l’ensemble du site, cette abondance est toute relative puisque ce mobilier ne représente qu’une part limitée de la totalité des éléments découverts (à peine 6 % des restes et 10 % de la masse). La céramique et la faune sont représentés par un nombre équivalent de restes. Les autres catégories de mobiliers comptent pour une part infime de l’ensemble, à l’exception des ustensiles liés au foyer, essentiellement des plaques de foyer mobiles, qui représentent environ 2 % des restes. D’une manière générale, tous les vestiges mobiliers sont bien conservés avec des fragments d’assez grande dimension. La faible représentation des éléments relatifs à la métallurgie du fer est liée à la chronologie : cet artisanat est surtout attesté de façon significative pour la dernière phase d’occupation qui compte, par ailleurs, peu de fossés.

Fig. 38 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des fossés laténiens.

Fig. 39 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les fossés laténiens.

35On observe une grande disparité au sein des quantités de mobilier présent dans chacune de ces structures. Cela ne semble pas uniquement lié à la méthode d’échantillonnage. La céramique, seule catégorie suffisamment abondante, a été choisie pour tenter de comparer, entre eux, les différents fossés (fig. 40). Les fossés comprenant un nombre limité de tessons (moins de 500) sont les plus nombreux (19 fossés). Ceux dont le nombre est élevé (500 à 1 000 tessons), voire très élevé (jusqu’à 1 527), sont nettement moins représentés (respectivement 4 et 3 fossés). Les plus forts effectifs sont observés dans les structures de drainage 3268-2, 43905/57001 et 100000 ainsi que dans les fossés parcellaires 61001, 70926 et 105001. Les effectifs les plus faibles concernent les fossés 4485, 8016, 64004, 70993, 102011, 102501, 103501 et 111001 qui ont tous une fonction parcellaire. Les fossés livrant des effectifs moyens ont soit un rôle de drainage (fé 3268, fé 3474, fé 63005, fé 102801, fé 102721 et fé 102741), soit une fonction uniquement parcellaire (fé 4478 et fé 66041).

Fig. 40 - Effectifs et densités au mètre linéaire du mobilier céramique collecté dans les fossés laténiens.

36Le calcul des densités de restes par mètre linéaire, méthode qui est censée atténuer les biais introduits par l’échantillonnage, offre des résultats sensiblement différents. Les fossés à très faible densité de mobilier sont aussi ceux qui livrent des effectifs réduits (fé 4485, fé 8016, fé 64004, fé 70993, fé 025011, fé 102501, fé 102741 et fé 103501), à l’exception d’un fossé qui compte un nombre de restes jugé moyen (fé 4478). Toutes ces structures ont une fonction seulement parcellaire, hormis l’une d’elles qui sert aussi de drain (fé 102741). En plus des fossés qui livrent des effectifs moyens (fé 3268-1, fé 3474, fé 6672, fé 6696 et fé 66041), on trouve, parmi ceux à densité de mobilier moyenne, des structures aux effectifs faibles (fé 111001) ou, au contraire, élevés (fé 3268-2, fé 57001 et fé 105001) ou très élevés (fé 70926). Parmi ces fossés, on compte autant de structures parcellaires que de drainage. Enfin, les fossés avec les plus fortes densités de mobilier au mètre linéaire sont, pour une part, ceux qui ont les plus forts effectifs dénombrés (fé 43905, fé 61001 et fé 100000) et, pour une autre, ceux aux effectifs moyens (fé 63005, fé 102701, fé 102721 et fé 108001). Il s’agit essentiellement de fossés de drainage (5 cas) et, plus rarement, parcellaires (2 cas).

37L’interprétation de ces données n’est pas aisée et la traduction graphique de cette analyse ne permet pas de déceler une quelconque organisation dans la répartition des mobiliers (fig. 41). Cette tentative de mettre en évidence des zones privilégiées de rejet n’offre donc pas de résultats significatifs. La caractérisation de ce type de phénomène ne semble possible que si la méthode d’échantillonnage conduit à fouiller les fossés de façon équivalente, avec des sondages uniformément répartis sur tout leur tracé. Toutefois, on parvient à faire la constatation suivante : les plus forts effectifs et les plus fortes densités concernent majoritairement les fossés de drainage. À l’opposé, les fossés uniquement parcellaires livrent des effectifs et des densités souvent très faibles (8 cas sur 14). La céramique a donc été préférentiellement rejetée dans les fossés ayant une fonction de drainage. Les dimensions des structures concernées sont, sans doute, à l’origine de cette répartition particulière. Les fossés de drainage présentent des largeurs et des profondeurs relativement importantes qui ont probablement favorisé le piégeage des objets. De plus, ils ont fait l’objet d’un comblement lent et sont restés, pour la plupart, ouverts pendant une longue période. À l’opposé, les structures parcellaires, en raison de leurs dimensions souvent modérées, ont fait l’objet d’un scellement rapide qui a limité la durée de piégeage du mobilier.

Fig. 41 - Effectifs théoriques et densités au mètre linéaire du mobilier céramique présent dans les fossés laténiens.

38Pour finir, la quantité de mobilier découvert dans les fossés semble suivre une évolution chronologique. Il apparaît, en effet, que les effectifs rencontrés sont très faibles dans les fossés appartenant à la phase 1 (2 067 restes), qu’ils sont, en revanche, nettement plus élevés dans ceux de la phase 2a (6 750 restes) avant de décroître, assez brutalement, à la phase 2b (4 903 restes) et de rester à un niveau bas, par la suite (3 895 restes) (fig. 42 et 43). Le calcul des effectifs théoriques, établi en tenant compte du facteur « portion de fossé décapée/portion de fossé fouillée », permet de nuancer ces observations en atténuant les distorsions liées à l’échantillonnage. À partir de ces données, l’accroissement du nombre d’objets entre les phases 1 et 2 paraît légèrement moins marqué : les effectifs sont multipliés par 2 au lieu de 3. La décroissance relevée précédemment pour la phase 2b disparaît et les effectifs augmentent au contraire de 20 %. En revanche, la diminution du nombre d’objets de la phase 2b à la phase 3 est toujours perceptible et apparaît même plus marquée (de moins 20 % à moins 43 %). Les effectifs théoriques donnent donc une image de l’évolution de la quantité de mobilier, rejetée dans les fossés, qui est plus en accord avec la situation générale observée sur le site, soit un accroissement rapide du volume des rejets, au cours de l’occupation ; cf. supra § 2.1.). Ces effectifs soulignent la diminution forte du volume des rejets effectués dans les fossés, au cours de la phase 3.

Fig. 42 - Distribution chronologique du mobilier collecté dans les fossés laténiens. Le total des NR regroupe les NMI de la ligne parure, armement, couteaux et aiguisoirs, meules et mortiers, pesons et fusaïoles, autres mobiliers domestiques : pour ces catégories, le NR correspond la plupart du temps au NMI.

Fig. 43 - Évolution chronologique des quantités réelles et théoriques du mobilier présentes dans le comblement des fossés laténiens.

39La place occupée par les fossés dans la gestion des déchets évolue donc de façon assez significative durant de la période laténienne (fig. 44). Au début de l’occupation (phase 1), les fossés reçoivent la moitié des rejets effectués sur le site. Cette part augmente brutalement, au cours de la phase 2a, et concerne environ 90 % des rejets. Elle décroît à partir de la phase 2b et devient marginale à la phase 3, avec l’apparition de fosses et d’un vaste dépotoir.

Fig. 44 - Évolution de la part des fossés dans la gestion des déchets mobiliers.

2.3.3. Les palissades

2.3.3.1. Présentation générale

40Les palissades sont nombreuses sur le site (fig. 45) : au total, 254 m linéaires ont été dégagés, principalement dans le nord du site et, dans une moindre mesure, dans sa partie sud. Le mobilier « datant » collecté dans leur comblement est peu abondant (253 tessons de céramique et un objet de parure). Leur rattachement au phasage général du site repose donc essentiellement sur la stratigraphie.

Fig. 45 - Palissades, plan récapitulatif, typologie et quantité de mobilier collecté.

41Ces palissades présentent des orientations identiques à celles des fossés. Leur tracé est le plus souvent rectiligne même s’il peut, parfois, être légèrement incurvé (pa 63296 et pa 21840). Deux types différents ont été repérés.

2.3.3.2. Les palissades en tranchées

42Le premier correspond aux palissades implantées dans des tranchées de fondation (fig. 46). Ces tranchées présentent un creusement étroit (de 0,20 à 0,75 m) et peu profond (de 0,08 à 0,40 m), souvent à profil en « U » avec des parois verticales. Ce type d’aménagement est destiné à recevoir des piquets ou poteaux, maintenus en place par le comblement de la structure. Au Pâtural, aucun calage n’a été mis en évidence. Dans certains cas, les pièces de bois ont été enfoncées au-delà du creusement initial et apparaissent marquées dans le substrat (diamètre des surcreusements de 0,07 à 0,30 m). Plus rarement, de véritables fosses d’implantations de poteaux ont été réalisées au fond de ces tranchées, probablement afin de maintenir en place des poteaux de plus grande dimension.

Fig. 46 - Palissades en tranchée 14906 et 14923 (vues vers le nord).

43On peut, pour deux de ces aménagements, restituer un dispositif à poteaux ou piquets jointifs (pa 21989 et pa 44926). Une autre palissade semble avoir comporté des poteaux massifs non jointifs (pa 4034). À l’exception des palissades à piquets jointifs, il n’est pas possible de proposer une restitution définitive de ces aménagements : une simple barrière, un clayonnage, un assemblage de planches… Ces structures de délimitation ont souvent fait l’objet de réfections (10 cas sur 18), révélées par la présence, en bordure de l’aménagement initial, d’empreintes de poteaux ou piquets surnuméraires.

44Les palissades en tranchées ont principalement été dégagées dans le quart nord-est du site. Elles forment un ensemble cohérent de vestiges (des petits enclos) que l’on rattache à la dernière phase d’occupation du site (phase 3).

2.3.3.3. Les alignements de trous de poteau

45Le second type correspond aux palissades constituées d’alignements de piquets ou poteaux, placés dans des avant-trous ou enfoncés directement dans le sol, sans tranchée de fondation. Ces structures sont surtout présentes dans la partie sud du site (5 cas sur 7). Parmi ces palissades, 3 comportent des trous de poteau aux diamètres relativement importants (0,50 à 1,20 m) et supposent des aménagements massifs (pa 8608, pa 8611 et pa 8616) ; 3 autres (pa 8606, pa 8623 et pa 8625) sont constituées d’aménagements de dimensions plus restreintes (environ 0,20 m) qui peuvent résulter de l’enfoncement de poteaux, ou plutôt de piquets, directement dans le sol, sans creusement d’avant-trous. Enfin, 1 dernière palissade (pa 108605) comprend, à la fois, des tronçons faits de piquets directement fichés dans le sol et d’autres installés en tranchée.

46Tous les dispositifs sans tranchée de fondation sont à poteaux non jointifs. Il est probable qu’ils aient comporté, en partie aérienne, des éléments placés horizontalement. Les palissades à poteaux massifs présentent un entre axe important (de 2 à 3 m) qui exclut le recours au clayonnage. On peut vraisemblablement leur restituer un dispositif de type barrière fait de poutres ou de planches placées horizontalement. Les palissades à piquets plantés présentent, quant à elles, un espacement entre les poteaux plus restreint (de 0,30 à 1,50 m), compatible avec la présence d’un clayonnage.

47À l’exception des deux aménagements situés dans la partie nord du site, surtout mobilisée au cours de la phase 3, les autres palissades s’intègrent dans le réseau fossoyé des deux premières phases d’occupation. L’une d’elles (pa 8611) forme un ensemble cohérent avec le fossé 4485, attribué à la phase 1a ; quatre autres palissades se situent dans un enclos appartenant à la phase 2 (pa 8608, pa 8606, pa 8616 et pa 108605).

2.3.3.4. Le mobilier

48Le mobilier provenant du comblement des palissades est très peu abondant (fig. 47). Les 485 objets collectés, d’une masse totale de 5,6 kg, ne représentent qu’une part infime de l’ensemble du mobilier découvert sur le site (environ 0,2 % des restes et de la masse). Cette absence de mobilier trouve son origine dans la nature même de ces structures. Les creusements, qu’il s’agisse de tranchées ou de fosses d’implantation, ne sont restés ouverts que le temps de la mise en place des piquets ou poteaux. La présence de mobilier résulte donc d’un enfouissement fortuit d’éléments présents au sol, situé immédiatement alentour. Les palissades ne jouent aucun rôle dans la gestion des déchets.

Fig. 47 - Distribution du mobilier collecté dans le comblement des palissades laténiennes.

2.3.4. Le muret

49Une dernière structure de délimitation est, chose inhabituelle dans les contextes laténiens régionaux, constituée par un muret. Cet aménagement a été suivi sur une longueur d’une vingtaine de mètres, en bordure sud du ruisseau 5557 (fig. 48). Large au maximum d’1 m, ce petit mur est principalement constitué de blocs de basalte, d’1 m de longueur pour les plus grands, plus ou moins bien agencés et parementés. Son élévation originelle devait dépasser la cinquantaine de centimètres (hauteur maximum conservée). Il était précédé, au nord, par un empierrement non organisé correspondant à son effondrement.

Fig. 48 - Détail de la zone de ruisseaux située au nord du site où le muret a été édifié.

50Ce muret est implanté en bordure immédiate du cours d’eau 5557 et reprend l’orientation du fossé 3268 (fig. 49). Au moment de sa construction, le fossé 3268, alors largement comblé, devait être encore visible, probablement sous la forme d’une vague dépression bordée par un léger talus. La présence d’autres blocs formant une ligne de parement, 1 m plus au sud, suggère que, dans son état le plus récent, le muret recouvrait complètement le fossé.

Fig. 49 - Muret en partie construit sur le comblement du fossé 3268.

51La fonction précise de cet aménagement est difficile à établir. S’il fait peu de doutes qu’il reprend la fonction de délimitation remplie par les fossés plus anciens, son rôle de barrière contre les débordements du ruisseau paraît moins évident. Plus qu’une véritable élévation en pierres sèches, on propose de l’identifier à l’armature ou au point d’appui d’un talus, fait de terre, plus à même de remplir cette fonction. La présence de cet aménagement, en ce point du site, peut constituer une preuve indirecte de l’accroissement de la contrainte liée à la présence du ruisseau : le creusement des fossés ne suffisant pas à contenir les excès du cours d’eau, il a été nécessaire d’élever une digue pour s’en prémunir.

52L’utilisation de blocs de basalte est remarquable. Absente de la plaine de Limagne, cette roche n’est présente qu’au pied de la chaîne des Dômes, soit à environ 5 km à l’ouest. Ce sont plusieurs mètres cubes de basalte qui ont été acheminés sur le site pour permettre l’édification de cet aménagement.

53La pierre n’est pas le seul matériau à avoir été employé pour la construction de ce muret. La grande quantité de vestiges mobiliers, collectés dans cette structure, montre que des déchets, générés par les activités domestiques et artisanales, ont également été utilisés. Parmi ceux-ci figurent, assez logiquement, les amphores (1 513 tessons pour 78,18 kg), les outils de mouture (15 fragments pour 22,9 kg) et les scories (plus de 25 kg). En revanche, la présence, dans ou à proximité immédiate de ce muret, d’un grand nombre d’éléments de faune, de céramique et d’objets de petite dimension (en tout 7 034 objets pour 20,32 kg) s’explique par l’utilisation de ce secteur du site comme zone dépotoir, au cours de la dernière phase de l’occupation laténienne (cf. infra § 2.5.3). Cet emplacement a été choisi pour déverser une grande partie des déchets domestiques, contribuant ainsi à renforcer le dispositif destiné à protéger les habitants des divagations du ruisseau, voire à en combler le lit (cf. supra § 1.2.5.2.).

2.3.5. Proposition de mise en phase chronologique

54Pour résumer, trois types de limites ont été rencontrés sur le site. Le cours d’eau joue un rôle important en tant que contrainte pour l’installation laténienne. Il nécessite plusieurs aménagements destinés à drainer ses abords humides (fossés) et à contenir ses éventuels débordements (muret ou talus). Il correspond, probablement, à la limite nord du site.

55Les fossés se développent, en s’appuyant sur cette première limite, sur toute l’étendue décapée, créant un réseau orthogonal orienté selon les points cardinaux. Ces vestiges, qui structurent l’occupation laténienne, définissent plusieurs zones encloses. Leur rôle de délimitation s’associe, pour certains, à une fonction de drainage. Il est possible que les fossés de drainage les plus gros appartiennent à un système plus vaste, qui dépasse les limites de l’habitat, et participent à un parcellaire agricole. Tous ces fossés, qui présentent des dimensions modestes, étaient vraisemblablement doublés par un talus qui a pu accueillir un dispositif de clôture supplémentaire, une palissade ou une haie.

56Les palissades constituent des limites plus légères qui n’ont qu’un rôle de subdivision des espaces définis par les fossés. L’une d’elles, un aménagement à poteaux massifs, semble néanmoins participer à la délimitation d’un enclos, formé par des fossés sur ses autres côtés.

57À partir des observations stratigraphiques et des éléments de datation fournis par les mobiliers, un découpage en trois phases a pu être établi (fig. 50). Chacune des deux premières phases est subdivisée en deux étapes. Pour la dernière phase, les indices ne sont pas suffisamment nombreux pour justifier une telle division, même si deux phases chronologiques distinctes semblent identifiables à partir de l’examen du mobilier.

Fig. 50 - Évolution du réseau de structures de délimitation au cours de l’occupation laténienne.

2.3.5.1. Phase 1

58Appartiennent à cette séquence 6 fossés (fé 8016, fé 102501, fé 4485, fé 4478, fé 3474 et fé 63005) et 1 palissade (pa 8611). Les fossés correspondent majoritairement à des structures parcellaires et seuls 2 d’entre eux (fé 3474 et fé 63005) se doublent d’un rôle de drainage.

59Dans un premier temps (phase 1a), un enclos rectangulaire (37 m par 48 m) orienté au nord-est est implanté dans la partie nord-ouest du site. Ses côtés nord et est sont constitués par les fossés 102501 et 4485, alors que son côté sud est matérialisé par une palissade à poteaux massifs, au tracé incomplet. La branche ouest n’est pas connue, celle-ci se situant en dehors de l’emprise de chantier de fouille. Sur la face nord, une interruption, d’une largeur minimum de 8 m, peut correspondre à une entrée. Aucun aménagement particulier, des traces de portail par exemple, n’y a été mis en évidence. L’absence de continuité dans le tracé de la palissade qui détermine le côté sud de l’enclos est surprenante. Cette lacune ne semble pas être liée à des problèmes de conservation, les trous de poteau appartenant à cet aménagement étant relativement bien préservés (plus de 20 cm de profondeur). Il est possible qu’un autre dispositif de clôture, qui n’a laissé aucune trace archéologique (haie, palissades aux piquets peu ancrés dans le sol, talus), ait été employé. L’enclos, bien qu’incomplètement délimité, détermine une surface d’environ 1 800 m2. À un moment indéfini, un fossé (fé 8016) est implanté quelques mètres en avant de son côté nord, sur toute sa longueur. Cet aménagement, sans changer le plan général de l’enclos, constitue une modification importante de l’accès situé au nord. L’espace, d’environ 1,50 m, laissé entre ce nouveau fossé et l’ancienne branche nord, peut indiquer le maintien d’une entrée qui prend alors la forme d’une longue chicane.

60À une étape ultérieure (phase 1a/1b), un long fossé (fé 4478) d’orientation nord-sud est implanté dans la zone centrale du site. Il recoupe le fossé 8016 délimitant l’enclos précédemment établi, ce qui montre que celui-ci n’est plus en usage au moment du creusement de ce nouveau fossé. Cet aménagement qui n’a aucune fonction de drainage s’interrompt à ses extrémités à hauteur de deux fossés, attestés seulement à l’étape suivante. La datation de cette structure n’est pas clairement établie. Si le mobilier collecté indique une appartenance à la phase 1a (cf. infra § 3), la stratigraphie tend plutôt à le rattacher à la phase suivante. Il est probable qu’il fonctionne avec un état précoce, qui n’a pas été perçu à la fouille, des deux autres fossés évoqués plus haut. L’ensemble délimite un enclos d’environ 4 000 m2 et peut être interprété comme étant une extension du premier aménagement.

61À la dernière étape (phase 1b), les fossés 3474 et 63005 sont recreusés. Ils traversent le site en adoptant une orientation est-ouest. L’un d’eux (fé 3474) se situe en limite sud du cours d’eau et correspond au premier aménagement destiné à limiter les débordements du ruisseau. Ces fossés présentent un comblement à dominante argileuse qui confirme leur fonction de drainage. Leur creusement recoupe le comblement du fossé 4478 qui est comblé en totalité au moment de l’installation de ces deux nouvelles structures. On suppose toutefois que cet aménagement est encore visible sous la forme d’une légère dépression bordée d’un talus. Ainsi organisé, le site comprend deux grands enclos qui se développent, en grande partie, hors emprise.

2.3.5.2. Phase 2

62Sont attribués à cette phase 11 fossés (fé 3268-1/102721, fé 70926/108001, fé 61001, fé 100000, fé 43905, fé 70993, fé 111001, fé 103501, fé 105001, fé 102011 et fé 66041) et 4 palissades (pa 8606, pa 8608, pa 8616 et pa 108605). Les fossés correspondent majoritairement à des structures parcellaires et seuls trois d’entre eux (fé 3268-1, fé 43905 et fé 100000) servent au drainage. Les palissades sont, pour la plupart, à fosse d’implantation, souvent à poteaux massifs (pa 8068 et pa 8616). La palissade 108605 allie piquets ou poteaux directement fichés dans le sol et fondation en tranchée. Pour cet aménagement comme pour la palissade 8606, les bois utilisés semblent être de faible diamètre.

63Au cours de la phase 2a, un enclos quadrangulaire de 47 m par 62 m est implanté sans tenir compte des aménagements antérieurs, mais en respectant l’orientation générale définie par ceux-ci.

64Dans le détail, l’enclos s’appuie sur un long fossé de drainage (fé 100000), orienté nord-sud, qui détermine sa limite ouest. La branche sud-est est constituée par un fossé (fé 61001) au tracé continu qui présente une largeur importante (jusqu’à 1,80 m) pour une faible profondeur (0,40 m). Sa longueur est de 47 m et il s’interrompt à environ 2 m du fossé 100000. L’aménagement (fé 70926/108001), réalisé sur le côté est, est plus atypique. Il s’agit d’un large creusement (de 1,70 à 2,70 m) peu profond (au maximum 0,30 m), à fond plat et au tracé discontinu, repéré sur 62 m. Les trois interruptions de son tracé ont respectivement, du nord au sud, une longueur de 6 m, 4 m et 1,30 m ; les deux premières sont par leurs dimensions identifiables à des dispositifs d’entrée. Ce fossé s’interrompt à environ 2 m de la branche sud de l’enclos ménageant une quatrième ouverture. La présence d’une branche nord, si elle n’est pas clairement établie, est fortement envisageable. En effet, le tracé du fossé oriental ne se poursuit pas au-delà du fossé 43905 qui n’est attesté de façon certaine qu’à l’étape suivante. L’analyse des coupes du fossé 43905 indique cependant qu’il correspond en fait à trois creusements successifs dont seuls les deux derniers (fé 43905 et fé 57001) sont datés (phase 2b et 3). De plus, ce fossé présente, dans sa partie ouest et jusqu’au niveau du fossé 70926, un tracé légèrement plus large (jusqu’à 2,80 m) ce qui s’accorde avec l’hypothèse d’un aménagement plus ancien.

65L’espace interne de l’enclos de la phase 2a, d’environ 3 000 m2, est divisé par plusieurs palissades qui respectent l’orientation des fossés. Un premier aménagement léger, composé de piquets (pa 108605), traverse l’enclos d’ouest en est et le divise ainsi en deux parties inégales, de 1 800 m2 au nord et de 1 200 m2 au sud. Cette palissade se situe dans le prolongement de l’ouverture présente à mi-côté de la branche est. À son extrémité orientale, un deuxième aménagement à poteaux massifs (pa 8608) se développe vers le sud, sur 14 m, un peu en arrière du fossé 70926. Une troisième palissade (pa 8616), dont l’axe est encore une fois nord-sud, se développe vers le nord, sur une longueur de 19 m. Le décrochement créé par deux trous de poteau indique l’existence d’une entrée (un portail ?) sise au nord. À la même étape, un long fossé (fé 3268-1) est implanté en bordure immédiate du ruisseau septentrional. Il remplace le fossé établi à la phase 1b (fé 3474) et assure le drainage de ce secteur. Il détermine, avec le fossé 100000, une vaste parcelle d’une superficie d’au moins 1,5 ha.

66La phase 2b n’apporte pas de modifications majeures puisqu’elle correspond, en grande partie, au réaménagement de l’enclos précédemment établi. Un fossé de plus petite dimension est recreusé sur les côtés ouest, sud et est. Une nouvelle entrée est créée dans l’angle sud-ouest de l’enclos, à la jonction des tronçons 102011 et 103501. Large de 2,50 m, cet accès a été habillé par un porche ou un portail dont les vestiges sont deux trous de poteau suivis d’un solin empierré (bât 8621). Une autre modification concerne la branche nord de l’enclos. Désormais, celle-ci est matérialisée par un long fossé de drainage (fé 43905) qui traverse le site d’ouest en est. Une dernière transformation correspond à l’implantation d’un fossé (fé 105001) qui se développe, depuis l’ancienne ouverture centrale du fossé 70926 vers l’est. Il entraîne ainsi le découpage de la zone située à l’extérieur de l’enclos et occasionne la création d’un nouvel espace enclos dont la superficie minimale est d’environ 1700 m2 (33 m par 51 m). Le fossé 3268-1, implanté précédemment en bordure du ruisseau, semble toujours en fonction.

2.3.5.3. Phase 3

67Appartiennent à cette phase 5 fossés (fé 3268-2/102741, fé 6672/102801, fé 57001, fé 64004 et fé 102701) et 20 palissades (pa 4034, pa 6650, pa 6750, pa 8025, pa 8624, pa 14906, pa 14910, pa 14923, pa 21840, pa 21989, pa 40965, pa 40999, pa 44926, pa 45969, pa 53401, pa 54408, pa 56141, pa 63296, pa 8163, pa 8623 et pa 8625). Tous les fossés, à l’exception du fossé 64004, semblent servir à drainer le terrain. Les palissades sont à tranchée de fondation, sauf deux d’entre elles à trous de poteau (pa 8623 et pa 8625).

68À cette période, des changements significatifs interviennent dans l’organisation de l’établissement laténien même si l’orientation générale des structures demeure identique. L’enclos précédemment utilisé semble désormais délaissé, même s’il est possible que son empreinte soit restée perceptible dans le paysage (talus, haies). Le long fossé 43905 ouest-est, mis en place à la phase précédente, fait l’objet d’un ultime réaménagement (fé 57001). La fonction de drainage n’est plus certaine pour cet aménagement puisqu’il se termine, à son extrémité est, par un tronçon légèrement curviligne qui a servi à implanter une palissade. Un second fossé (ou tranchée de palissade) se développe vers le sud, perpendiculairement à ce dernier (fé 64004). Dans la partie nord du site, plusieurs fossés (fé 3268-2/102741, fé 6672/102801 et fé 102701), probablement tous des drains, sont implantés parallèlement au cours d’eau. Cette organisation semble témoigner de l’accroissement de la contrainte liée à la présence du ruisseau, qui est d’autant plus gênant pour les occupants que le centre de gravité du site s’est déplacé vers le nord-est, près de celui-ci. Dans une phase finale de réorganisation, un muret, ou plutôt un talus (mu 917/1313), est implanté en bordure immédiate du cours d’eau afin de former une digue. Ces différents fossés déterminent plusieurs enclos d’une superficie comprise entre 1 000 et 2 000 m2. L’enclos nord-est est subdivisé par plusieurs palissades, implantées en tranchée, qui créent de petits espaces de 190 à 280 m2 chacun.

2.4. Les bâtiments

2.4.1. Les structures de support

69L’identification des bâtiments repose, au Pâtural comme sur la plupart des sites protohistoriques, sur la mise en évidence de groupes cohérents de structures de support (principalement des trous de poteau, mais aussi des tranchées de palissade). La difficulté rencontrée ici tient à la grande densité de vestiges découverts (7 000 trous de poteau ou piquets repérés) et au faible nombre de structures effectivement étudiées ; la moitié a été fouillée et seulement un cinquième documenté. Autre handicap, les quantités de mobilier, collectées dans ce type de structure, sont faibles. Les aménagements qui livrent du mobilier sont en effet très peu nombreux (113 trous de poteau) et celui-ci est rarement porteur d’information chronologique précise (57 cas). La datation de ces structures s’appuie donc à la fois sur le trop rare mobilier recueilli dans leur comblement et sur l’insertion des bâtiments auxquels elles appartiennent dans la trame générale définie par les structures de délimitation (cf. supra § 2.3.5.).

70Dans la présentation qui suit, seuls les vestiges qui ont été effectivement fouillés et documentés ont été retenus. En règle générale, les indices simplement relevés au sol ou fouillés sans avoir été enregistrés n’ont pas été pris en compte. Ils correspondent pour la plupart à des structures de très petites dimensions (Ø souvent inférieur à 10 cm) dont l’identification à des dispositifs de support n’est que très rarement assurée. Il est possible qu’ils résultent du piétinement animal ou de bioturbations.

2.4.1.1. Les formes des structures porteuses

71Sur le site, les supports de charpente présentent une grande variété morphologique qui témoigne de la diversité des solutions techniques employées pour la réalisation des bâtiments (fig. 51 et 52).

Fig. 51 - Structures de maintien : plan des concentrations, typologie et quantité de mobilier collecté.

Fig. 52 - Trous de poteau à base empierrée.

72L’implantation de poteaux dans des trous individuels, souvent espacés de plus d’1 m, est la méthode la plus fréquemment employée. La construction est alors sur poteaux porteurs : les poteaux forment l’ossature de l’édifice et supportent la charpente. Les murs n’ont ainsi aucun rôle porteur. En fonction du diamètre des structures archéologiques, différentes restitutions peuvent être proposées pour le dispositif d’origine.

73Les trous de poteau de faible diamètre (moins de 20 cm) correspondent, probablement, au résultat de l’enfoncement direct d’un poteau dans le sol, sans creusement d’un avant-trou. La dénomination de « trous de piquet », attribuée au moment de la fouille, revêt alors tout son sens. Ce type de structure implique une construction relativement légère et de dimension réduite.

74Les trous de poteau de diamètre plus important (jusqu’à 1,70 m) correspondent, à l’évidence, à des avant-trous dans lesquels ont été placés les éléments en bois verticaux. Au Pâtural, aucun indice archéologique ne permet de connaître le diamètre des poteaux effectivement mis en place. Il semble logique d’envisager que les dimensions des fosses d’implantation soient fonction des bois utilisés. Le site de Champmorand, à Gerzat, qui a été fouillé lors de l’opération préventive préalable à la construction de la A710, 500 m à l’est du Pâtural, a livré un bâtiment sur poteaux porteurs massifs, daté de La Tène D1a (rapport Guichard 2000 : 68, fig. 53-68). Pour cette construction, les fosses d’implantation, d’un diamètre compris entre 1 m et 2 m, contenaient des traces archéologiques (dans un cas une base de poteau complète) qui permettent de restituer des diamètres compris entre 0,25 et 0,80 m pour les poteaux mêmes : le diamètre des avant-trous est de deux à quatre fois supérieur à celui des poteaux utilisés. Appliqué au Pâtural, ce rapport nous donne des poteaux d’un diamètre de 5 à 10 cm pour les avant-trous modestes (20 cm) et de 40 à 80 cm pour les avant-trous les plus importants.

75Plusieurs avant-trous de grande dimension (18 cas), présentent des aménagements faits de pierres. Contrairement à ce qu’il est courant de rencontrer, ce dispositif ne consiste pas, ici, à caler le poteau en plaçant des pierres latéralement mais à aménager des soubassements susceptibles de limiter l’enfoncement des poteaux. En effet, les blocs de basalte retrouvés (dans deux cas des meules complètes) étaient tous disposés à plat au fond du creusement.

76Les faibles profondeurs de ces avant-trous (souvent inférieures à 0,30 m) impliquent que leur efficacité pour maintenir le poteau en place devait être limitée. Il semble que leur fonction principale soit de dégager une base stable pour la construction, par enlèvement des couches meubles superficielles, ce qu’indique également la présence de soubassements empierrés. Cette architecture à poteaux massifs, peu ancrés dans le sol, suppose l’existence d’assemblages en partie haute, destinés à contenir les poussées latérales induites par la présence de la toiture (sablières hautes, entraits et contreventements). Cette technique qui combine avant-trous de grande dimension et poteaux massifs semble être réservée aux constructions de grande taille ou ayant à subir des contraintes, de poids notamment, relativement importantes.

77Un seul trou de poteau, situé en limite de la surface étudiée, comprend, quant à lui, un véritable calage latéral fait de tessons d’amphores. La morphologie de ce dispositif, avec un avant-trou profond et étroit, renvoie à un mode de construction, toujours à poteaux porteurs, plus modeste.

78Deux autres procédés, voisins l’un de l’autre, signalent des constructions sur parois porteuses. Le premier se présente sous la forme d’une double ligne de piquets (Ø maximum de 0,20 m), quasiment jointifs (espacement maximum de 0,20 m) et probablement enfoncés directement dans le sol. Le second correspond à l’implantation, dans une tranchée peu large et peu profonde, d’une ligne continue de piquets ou de poteaux de faible diamètre. Dans les deux cas, ces modes de construction, que l’on retrouve employés conjointement pour un seul et même bâtiment (bât 8601), supposent l’utilisation de sablières hautes destinées à recevoir les éléments de charpente.

79Un dernier dispositif de support a été mis en évidence sur le site. Il s’agit d’un solin en pierres de faible dimension. Ce type d’aménagement est attesté pour un vaste bâtiment sur le site voisin de Gandaillat (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître : fig. 9). Il a été utilisé, au Pâtural, dans une construction modeste où il est associé à 3 trous de poteau (bât 8621).

2.4.1.2. Organisation générale

80Les structures de support, seuls témoins de la présence de constructions à ossature de bois, sont, comme on l’a déjà évoqué, très nombreuses sur le site. Leur répartition n’est pas uniforme et plusieurs concentrations sont perceptibles.

81La première concentration (C 1) se situe dans la partie médiane du site, en limite ouest de l’emprise ; un seul bâtiment est identifiable (bât 8610). Ses dimensions générales (2 m sur 3 m en plan) ainsi que celles de ses trous de poteau (au maximum 0,30 m) laissent supposer qu’il s’agit d’une construction relativement modeste assimilable à une annexe. D’autres trous de poteau aux dimensions nettement plus importantes (de 0,50 m à 0,90 m) suggèrent la présence d’une autre structure bâtie, plus massive, dont le plan n’est pas restituable parce qu’en grande partie localisé hors de l’emprise de la fouille.

82La deuxième concentration (C 2), localisée dans la zone sud-ouest du décapage, regroupe une douzaine de trous de poteau et un solin en pierre. On identifie clairement deux bâtiments : le premier (bât 8605) associe 4 ou 6 trous de poteau massifs (0,50 m à 0,90 m) à 2 autres plus réduits (0,40 m au maximum) ; le second comprend (bât 8621) 3 trous de poteau de taille modeste (0,50 m maximum) et 1 solin de pierres. Les caractéristiques du premier bâtiment permettent d’identifier un grenier. Le second est interprété comme appartenant à un dispositif d’entrée, un porche ou un portail, principalement en raison de sa localisation, face à une interruption de fossé.

83La troisième concentration (C 3) regroupe un peu plus de 30 structures, pour l’essentiel des trous de poteau de grandes dimensions (jusqu’à 1,30 m de diamètre), dans la partie centrale du site. La grande régularité de leur implantation ne facilite pas l’identification de plans de bâtiment. Toutefois, 2 constructions peuvent être individualisées. La première (bât 8607), qui regroupe 5 trous de poteau, est identifiable à un grenier (2,50 m par 4 m). La seconde (bât 8627) présente un plan plus complexe regroupant 6 poteaux (4 m sur 4 m). Une vaste fosse ménagée en son sein semble indiquer qu’elle servait d’annexe plus que de grenier. Les structures restantes permettent soit la restitution de plusieurs ensembles de taille réduite, composés de 4 poteaux (greniers ou annexes), soit celle d’un bâtiment (bât 8619) de vaste superficie (55 m2). Pour les 3 bâtiments du groupe C 3, la présence de trous de poteau surnuméraires indique des réfections possibles au cours de leur utilisation.

84La quatrième concentration (C 4), localisée dans le quart nord-est du site, regroupe un nombre important d’aménagements (10 tranchées de palissades et 433 trous de piquets ou de poteaux) sur une superficie étendue (environ 1 000 m2) ; 6 ensembles peuvent être repérés. Le premier, qui est aussi le plus lisible, correspond à un vaste bâtiment de 30 m2 (bât 8622) aux fondations massives (avant-trous de 1,30 à 1,60 m de diamètre). Son plan carré à 4 poteaux l’apparente à une structure de stockage aérien. Le deuxième bâtiment (bât 8600) est constitué par un ensemble de 64 trous de poteau, dont les plus gros atteignent 0,70 m de diamètre, qui déterminent une construction de 49 m2. La présence de poteaux surnuméraires induit l’existence d’un cloisonnement interne. Le troisième ensemble identifiable (bât 8601) est atypique tant par son plan que par les solutions architecturales employées. Ce vaste bâtiment (75 m2) associe construction sur poteaux porteurs et sur parois porteuses. Là encore, la présence de cloisonnements internes a été mise en évidence. Les deux derniers bâtiments peuvent vraisemblablement être identifiés à des habitations. Enfin, on note la présence de trois autres groupes de vestiges qui n’offrent pas de plan cohérent mais qui correspondent probablement chacun à une construction.

85La dernière concentration, C 5, se situe dans l’angle nord-est du site. Elle regroupe une quinzaine de trous de poteau. Son plan n’est pas identifiable.

86Cette analyse de la répartition des structures porteuses révèle que les secteurs dévolus aux constructions occupent une superficie restreinte sur le site (environ 1 500 m2 au total, soit environ 15 % de la surface étudiée). Celles-ci se répartissent en deux grands ensembles, l’un situé dans la partie sud-ouest du site et l’autre dans le quart nord-est. Si le premier a une trame assez aérée, le second se caractérise par la densité élevée des structures bâties. Toujours est-il que la majeure partie de l’espace semble libre de toute construction et a probablement été utilisée à d’autres fins : parcage des animaux, traitement des produits agricoles, cultures… La surface effectivement couverte par les bâtiments, la « surface habitable », est relativement modérée (environ 300 m2) ce qui indique que les activités domestiques se déroulaient, en grande partie, à l’extérieur des bâtiments.

2.4.1.3. Le mobilier découvert dans les négatifs de structure porteuse

87Seuls 113 trous de poteau ont livré du mobilier, soit un peu moins de 8 % des structures fouillées et documentées : 22 trous de poteau livrent du petit mobilier (de 1 à 4 objets) dont 2 seulement avec des éléments de parure (1 bracelet en verre et 1 fibule en fer) ; 55 trous de poteau livrent du mobilier céramique (de 1 à 118 restes) et 48 de la faune (de 1 à 72 restes) (fig. 53). Ramenée à l’ensemble du site, la part du mobilier collecté dans ces structures est très limitée (0,4 % des restes). À l’exception des deux meules réutilisées pour constituer des bases de poteau, la majeure partie du mobilier a probablement été enfouie de manière fortuite, soit au cours du creusement de l’avant-trou et de son remblaiement, soit au moment de la disparition naturelle ou anthropique du poteau. Un seul élément paraît, cependant, avoir été placé de façon intentionnelle sans qu’une explication purement fonctionnelle puisse être proposée. Il s’agit d’un vase peint à décor zoomorphe retrouvé complet, mais fragmenté, dans un des trous de poteau (TP 64041) du bâtiment 8619 (pl. LXVII : n° 1). Le dépôt d’objets complets dans des trous de poteau de construction est une pratique que l’on retrouve sur plusieurs sites de Gaule interne. Le plus souvent, il s’agit d’outils agricoles, même si ponctuellement ont été déposés des objets de parure et de toilette ou encore des ustensiles culinaires (Guillaumet, Nillesse 2000 : 261, 272 ; Nillesse 2003a : 157, 169). Dans certains cas, ce sont des monnaies qui sont enterrées, comme, par exemple, sur le site de Château Gaillard, à Levroux, où de véritables petits trésors monétaires ont été découverts dans des trous de poteau (Fischer 2000). Les interprétations généralement proposées renvoient aux domaines spirituels ou religieux : dépôt de fondation ou offrande aux divinités chtoniennes. En suivant cette hypothèse, on peut signaler que la céramique peinte à décor zoomorphe joue un rôle particulier dans les contextes régionaux de la fin du second âge du Fer. Sa présence récurrente dans des dépôts (de clôture ?) de plusieurs puits, découverts sur le site « d’Aulnat », témoigne de son implication dans des pratiques spécifiques dont la signification précise est inconnue (Deberge 2000 ; rapport Deberge et al. 2001b ; rapport Deberge, Mennessier-Jouannet, Loughton 2002 ; rapport Deberge 2006). Ce type de vase est également très fréquent dans les ensembles funéraires contemporains (Loison, Collis, Guichard 1991 ; Deberge, Orengo à paraître).

Fig. 53 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des structures de maintien.

2.4.2. Analyse descriptive des constructions

88Les ensembles de vestiges qui livrent des plans cohérents permettant de les identifier de façon certaine à des bâtiments sont au nombre de 9 (fig. 54) ; 4 autres concentrations suggèrent la présence de constructions sans que leur plan puisse être déterminé. L’ensemble dégagé au Pâtural, qui est l’un des plus importants connus pour le sud de la Limagne, permet aborder le thème de l’architecture domestique de la fin de l’âge du Fer en Auvergne.

Fig. 54 - Plan de localisation et inventaire des constructions mises en évidence sur le site et dans la plaine de Limagne.

2.4.2.1. Bâtiment 8600 (fig. 55)

89Ce vaste bâtiment (49 m2) comprend 64 trous de poteau aux dimensions très variables (Ø de 0,25 à 0,9 m). L’espace délimité correspond à une aire rectangulaire de 4,5 à 5 m de largeur pour une longueur de 9,5 m ; 3 lignes de poteaux parallèles déterminent 2 nefs aux dimensions sensiblement identiques. À quelques exceptions, le rythme d’implantation des poteaux n’est pas régulier et ne coïncide pas d’une ligne à l’autre. Les travées sont donc irrégulières et de dimensions différentes. Plusieurs trous de poteau, dont la présence n’est pas nécessaire pour assurer le maintien de la charpente, sont disposés dans la partie interne du bâtiment. Deux concentrations sont visibles : l’une dans l’angle nord-est et l’autre dans l’angle sud-ouest.

90La datation de ce bâtiment repose uniquement sur sa position cohérente par rapport aux structures de délimitation de la dernière phase d’occupation du site (phase 3).

91En raison de ses dimensions, ce bâtiment est identifiable à une habitation. Il adopte un mode de construction simple, sur poteaux porteurs, et un plan classique à 2 nefs, largement répandu en Gaule interne. Les poteaux surnuméraires peuvent correspondre à des cloisons qui diviseraient l’espace en 5 ou 6 pièces de tailles inégales, à moins qu’ils ne témoignent de réfections de la construction. Les dimensions importantes de certains trous de poteau peuvent suggérer la présence d’un grenier sur une partie du bâtiment. Aux angles nord-est et sud-ouest, 2 entrées semblent signalées par des concentrations de poteaux.

92Dans la restitution que l’on propose (fig. 55 : B et C), l’ossature du bâtiment est constituée de poteaux porteurs aux dimensions très variables (de 10 à 50 cm). La toiture à deux pans repose, en partie haute, sur une faîtière supportée par la ligne axiale de poteaux et, en partie basse, sur des sablières hautes. Recouverte de chaume ou de bardeaux en bois, elle déborde en façade afin d’assurer la protection des pignons. Les parois extérieures sont constituées de matériaux légers périssables, torchis sur clayonnage ou pan de bois, probablement disposés sur une sablière basse, non fondée dans le sol. Le cloisonnement interne permet de diviser l’espace de la façon suivante : au nord, 1 pièce de 16 m2 est suivie, au sud, par 2 pièces plus petites, d’environ 7 m2 chacune, et par 1 dernière pièce, un peu plus vaste (8 m2) et ouverte sur l’extérieur (entrée sud) ; sur le côté oriental, 1 couloir étroit d’1 m de large permet, depuis l’espace principal, d’accéder aux pièces annexes. Un grenier qui s’appuie sur les poteaux de cloisonnement est présent sur une large moitié sud du bâtiment (environ 28 m2).

Fig. 55 - Bâtiment 8600 : plan général, proposition de restitution du cloisonnement interne (A), de l’élévation de l’une des travées (B) et de l’ensemble de la construction (C).

2.4.2.2. Bâtiment 8601 (fig. 56 et 57)

Fig. 56 - Bâtiment 8601 : vue générale du bâtiment depuis le sud-ouest.

93Ce bâtiment rectangulaire (6,5 m sur 11,5 m), à l’emprise au sol importante (75 m2), est constitué d’un nombre élevé de structures en creux (170 au total). Le mode de construction privilégie l’emploi de parois porteuses constituées soit d’une double ligne de trous de piquets faiblement espacés (4 cas), soit d’une ligne simple de piquets implantés ou non en tranchée (6 cas). L’utilisation de poteaux porteurs est néanmoins révélée par la présence d’une cinquantaine de structures aux dimensions plus importantes (jusqu’à 0,8 m de diamètre). Ce bâtiment est assez hétérogène tant par son plan que pour les méthodes de construction employées. Ceci conduit à penser que son édification a été effectuée en plusieurs étapes :
- Étape 1 : construction d’un bâtiment de forme rectangulaire (3,4 à 3,7 de largeur pour une longueur de 5,5 m). Les parois sont constituées d’une double ligne de piquets (Ø 0,1 à 0,2 m), faiblement espacés (de 0,1 m à 0,2 m en tous sens) sur au moins trois des côtés. L’entrée, large d’1 m, est marquée par 2 gros trous de poteau (Ø 0,6 m) dont un à base empierrée. Une rigole disposée en avant de l’entrée peut correspondre à l’aménagement d’un seuil. L’absence de toute autre structure de support dans l’espace interne suggère qu’il s’agit d’une construction sur parois porteuses, la toiture à deux pans reposant sur le sommet des murs, probablement surmontés de sablières hautes.
- Étape 2 : un deuxième aménagement (4,4 m par 5,2 m) est accolé à l’ouest du bâtiment précédent. Ses parois révèlent l’utilisation de plusieurs méthodes de construction. Le mur nord est matérialisé par une ligne simple de piquets de faible diamètre (Ø 0,1 à 0,15 m) alors que ses murs ouest et sud sont constitués d’aménagements en tranchée. La tranchée de fondation, implantée au sud, déborde largement l’emprise de la nouvelle construction et se prolonge sur tout le côté sud du premier édifice. Une ligne axiale de trous de poteau (Ø 0,3 à 0,5 m) suggère la présence d’un dispositif supportant une panne faîtière. La toiture à deux pans repose, à la fois, sur le sommet des murs porteurs et sur la panne faîtière supportée par des poteaux porteurs. Les interruptions relevées sur le mur ouest de cet aménagement semblent correspondre à des entrées (1 m de large). La mise en place de cette nouvelle construction n’entraîne pas de modifications majeures de l’ensemble le plus ancien. Seul le mur sud fait l’objet d’une reconstruction, 1 m plus au sud. L’obstacle principal à la restitution de deux toitures parallèles accolées concerne l’étanchéité à la jonction des deux pans (noues) et suppose un système d’évacuation des eaux de pluie. Des gouttières en bois ont pu remplir cette fonction, même si cela pose à l’évidence des problèmes techniques. Une autre hypothèse envisageable est que cette extension correspond à une cour bordée d’une galerie au sud.
- Étape 3 : un aménagement supplémentaire de forme rectangulaire (2,5 m sur 6 m) s’appuie sur la limite occidentale du deuxième bâtiment. Les parois ouest et nord sont constituées d’aménagements en tranchée associés à quelques trous de poteau. Une paroi interne, également matérialisée par une tranchée, divise cet espace en 2 pièces inégales (6 et 9 m2). Le mur sud, qui présente un mode de construction similaire, déborde largement ce nouvel aménagement et se prolonge jusqu’à hauteur du mur oriental du premier bâtiment. Ce dernier élément témoigne d’une dernière phase de réaménagement de la paroi sud des constructions les plus anciennes. La présence de 5 trous de poteau (Ø 0,4 à 0,8 m), en avant du mur est du premier édifice, indique également la reconstruction partielle de celui-ci, avec une modification de la charpente. Comme pour les autres bâtiments, la toiture peut être à deux pans. Il est également possible d’imaginer que cette dernière étape de construction a été l’occasion d’une réfection totale de la toiture avec une seule charpente pour les trois unités (faîtage orienté est-ouest). Une hypothèse alternative est d’envisager un édifice organisé autour d’une cour centrale, pourvue d’une galerie sur son côté sud.

Fig. 57 - Bâtiment 8601 : plan général et proposition de restitution de son évolution.

94Cet ensemble a été utilisé pendant sur une longue durée comme en témoignent les différentes phases d’aménagement. Chaque reconstruction correspond au rajout d’un élément, sans que soit remis en cause le plan général de l’édifice précédemment édifié. Au final, cette construction avoisine les 75 m2, ce qui permet de l’identifier à un bâtiment d’habitation. Son évolution permet de préciser la perception que l’on peut avoir de l’occupation du site. Le caractère progressif de la construction indique qu’il ne s’agit en rien d’un édifice que l’on a voulu d’emblée « monumental ». Il n’est pas sans rappeler ces fermes modestes des campagnes des XIXe et XXe siècles où la taille de l’habitation croissait par rajouts successifs.

95Aucun mobilier n’a été découvert dans le comblement des structures porteuses. La datation de cet édifice repose uniquement sur sa position cohérente par rapport au fossé 57001 qui appartient à la dernière phase d’occupation du site (phase 3). Sa paroi septentrionale a été partiellement implantée dans le comblement du fossé 43905, ce qui confirme qu’il s’agit d’un aménagement tardif.

2.4.2.3. Bâtiment 8605 (fig. 58)

96Ce bâtiment regroupe 8 structures réparties sur une aire de 20 m2. 4 gros trous de poteau (Ø 0,6 à 1 m), peu profonds (de 0,25 à 0,37 m), dont la base est empierrée, déterminent un rectangle de 8 m2 d’emprise au sol (2,2 m par 3,8 m) ; 2 couples de poteaux de taille plus réduite (0,4 m et 0,6 m maximum) et faiblement espacés (respectivement 0,8 m et 1,5 m à l’entre axe) sont disposés, l’un à 1,5 m du petit côté sud, et l’autre à 2 m du grand côté est. Ces aménagements présentent des profondeurs très variables (de 0,06 et 0,34 m).

Fig. 58 - Bâtiment 8605 : plan général et propositions de restitution du mode de construction.

97La datation de cette construction repose sur son insertion dans le réseau fossoyé, attribué à la seconde phase d’aménagement du site (phase 2). Le mobilier, assez abondant (34 tessons de céramique), ne permet pas une attribution chronologique plus fine.

98L’interprétation du plan formé par ces 8 structures conduit à plusieurs propositions de restitution. La première est celle d’un petit bâtiment rectangulaire sur plate-forme, de type grenier, pourvu de 2 dispositifs d’entrée (passerelle ou échelle). La deuxième hypothèse est celle d’un bâtiment formé par 4 poteaux centraux de grosse section, car destinés à supporter la charpente, et par un mur extérieur, faiblement ancré dans le sol, dont les seuls vestiges sont les 2 couples de poteaux surnuméraires qui marquent l’emplacement des entrées. Enfin, il est aussi possible qu’il s’agisse d’une construction dite « à porche » ou à « abside », modèle architectural qui est largement documenté à l’échelle de la Gaule (Jahier et al. 2000 ; Laurelut, Tegel, Vanmoerkerke 2002 ; Lambot 2002 ; Nillesse 2003a, 2003b) mais qui ne fait pas l’objet d’une interprétation unanime.

2.4.2.4. Bâtiment 8607 (fig. 59)

99Cet ensemble regroupe 5 structures qui déterminent un espace rectangulaire (2,5 m par 4 m) d’une superficie de 10 m2. Il est constitué par 4 larges trous de poteau (Ø 1,00 à 1,2 m) peu profonds (0,3 m maximum) et à fond plat, tous pourvus d’une base empierrée. Un cinquième trou de poteau (Ø 1,4 m) est placé sur l’un des grands côtés sans qu’il soit possible de dire s’il participe à l’aménagement initial ou s’il correspond à une réfection. La datation de ce bâtiment repose sur son insertion dans la trame parcellaire de la deuxième phase d’occupation du site (phase 2).

Fig. 59 - Bâtiment 8607 : plan général, propositions de restitution du mode de construction (A), de l’élévation de l’un des pignons (B) et vue idéalisée du bâtiment (C).

100L’identification à une structure de stockage aérien ou grenier peut être retenue. Ce plan de bâtiment est très largement répandu en Gaule.

101La restitution que l’on propose est celle d’un bâtiment sur plateforme, couvert par une toiture à deux ou quatre pans.

2.4.2.5. Bâtiment 8610 (fig. 60)

102Cette construction est composée de 7 trous de poteau (Ø maximum de 0,4 m) qui délimite une surface quadrangulaire de 6 m2 ; 6 de ces trous sont associés deux par deux et forment 2 travées sensiblement égales. Un septième est situé à l’extérieur de cet espace. Sa fonction reste difficilement déterminable. Il est possible qu’il participe à l’aménagement initial (dispositif d’entrée ?) ou qu’il corresponde à une réfection de la construction. Dans un cas comme dans l’autre, sa position excentrée par rapport à la paroi du bâtiment rend ces explications peu satisfaisantes. La datation de ce bâtiment repose sur son insertion dans la trame fossoyée de la deuxième phase d’occupation du site (phase 2).

Fig. 60 - Bâtiment 8610 : plan général, propositions de restitution du mode de construction (A) et de l’élévation de l’une des travées (B).

103Ce petit ensemble permet de restituer un bâtiment assez modeste, de type annexe. Il ne peut s’agir d’un grenier surélevé en raison du faible diamètre des trous de poteau.

2.4.2.6. Bâtiment 8619 (fig. 61)

104Cet édifice regroupe 16 trous de poteau aux dimensions importantes : Ø de 0,6 à 1,3 m pour une profondeur de 0,15 à 0,5 m ; 5 avant-trous comportent un aménagement constitué de pierres (dans 1 cas, il s’agit d’une meta complète de meule rotative). Si ce n’est l’absence d’un trou de poteau dans l’angle nord-ouest, chose qui peut être liée au manque de lisibilité du terrain dans ce secteur, ce bâtiment adopte un plan classique à 2 nefs, d’environ 60 m2 d’emprise au sol ; 2 trous de poteau massifs matérialisent une ouverture, large de 1,7 m, placée légèrement en retrait de la paroi méridionale de la construction. L’insertion de cette construction dans le réseau fossoyé permet une attribution à la deuxième phase d’occupation du site (phase 2). Le mobilier collecté dans les fosses d’implantations des trous de poteau (89 tessons et 1 bracelet en verre) va dans le même sens (bracelet daté de La Tène C2).

Fig. 61 - Bâtiment 8619 : plan général, proposition de restitution du mode de construction (A) et vue idéalisée du bâtiment (B).

105Cette construction peut, sans trop de doute, être identifiée à un bâtiment d’habitation. On notera toutefois que son entrée est très large (plus de 2 m) et indique, peut-être, un autre usage ; celui d’une grange par exemple ( ?). On peut restituer, comme pour le bâtiment 8600, une toiture à deux pans supportée, en partie haute, par une faîtière et, en partie basse, par des sablières.

2.4.2.7. Bâtiment 8621 (fig. 62)

106Cette petite structure associe 3 trous de poteau de taille modérée (Ø maximum de 0,6 m et profondeur de 0,13 m) à 1 solin constitué de pierres. L’ensemble détermine un espace rectangulaire (2,5 m par 3,2 m), situé exactement dans le prolongement d’une interruption relevée dans le tracé de l’enclos attribuable à la phase 2b (fé 103501 et fé 102011).

Fig. 62 - Bâtiment 8621 : plan général et vue idéalisée du bâtiment.

107Cette construction participe au dispositif d’accès présent dans l’angle sud-ouest de cet enclos. L’architecture précise du bâtiment est difficilement restituable. Les faibles dimensions des avant-trous indiquent qu’il s’agit d’un aménagement modeste supporté par des poteaux de petits diamètres faiblement ancrés dans le sol. Peut-être faut-il imaginer un porche couvert marquant, d’une certaine monumentalité, l’entrée dans cet espace enclos.

2.4.2.8. Bâtiment 8622 (fig. 63)

108Ce bâtiment comprend 5 trous de poteau qui déterminent un espace rectangulaire (5 m par 6 m) d’une superficie de 30 m2. Les 4 trous de poteau, situés à chacun des angles, ont un diamètre important (de 1,3 à 1,7 m) alors que le poteau surnuméraire, situé sur l’un des petits côtés, est de dimension plus modeste (Ø 0,9 m). Leur creusement, à fond plat, présente une profondeur modérée (0,4 m maximum) ; 2 trous sont pourvus d’un soubassement de pierres. Comme pour le bâtiment 8607, la présence du poteau surnuméraire est difficilement interprétable. Il peut correspondre à l’aménagement d’un dispositif d’entrée (échelle ou porte ?) ou encore à une réfection de la construction (poteau de renfort ?). La datation de ce bâtiment repose sur son insertion dans la trame parcellaire de la deuxième phase d’occupation du site (phase 2b). Son recouvrement par le bâtiment 8601 conforte cette proposition. Le mobilier découvert, qui est relativement abondant par comparaison avec les autres structures (88 fragments de céramiques), indique une appartenance au milieu ou à la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 63 - Bâtiment 8622 : plan général et proposition de restitution de la construction.

109Excepté les dimensions imposantes de la construction, le plan dégagé rappelle, en tout point, celui des structures de stockage aérien du site (bât 8607 et bât 8605). Les diamètres des 4 avant-trous principaux, qui sont les plus gros mis au jour sur le site, supposent des poteaux suffisamment importants (de 0,35 à 0,85 m) pour supporter un plancher surélevé, voire un étage. Les portées observées, de 5 m au maximum de poteau à poteau, si elles paraissent relativement élevées, n’annulent pas cette proposition. Des portées similaires sont couramment rencontrées dans des édifices privés datant des périodes médiévales ou modernes. La restitution d’une toiture à quatre pans peut être envisagée pour ce bâtiment aux proportions trapues. On peut également imaginer, en suivant l’hypothèse présentée pour le bâtiment 8605, que les poteaux correspondent uniquement à la partie centrale d’un édifice beaucoup plus vaste dont les parois seraient situées largement en avant de la structure porteuse.

2.4.2.9. Bâtiment 8627 (fig. 64)

110Ce bâtiment comprend 6 trous de poteau principaux, auxquels il faut ajouter 4 autres structures aux dimensions plus restreintes, qui déterminent un espace presque carré, d’environ 4,4 m de côté (19 m2) ; 4 de ces trous présentent des dimensions relativement élevées (Ø de 0,7 à 1,2 m et profondeurs 0,24 m à 0,32 m) et forment un premier ensemble rectangulaire de 3,2 m sur 4,2 m. Sur le côté nord, à 1,5 m en avant de cet ensemble, 2 trous de poteau de dimensions plus faibles (au maximum Ø 0,6 m pour une profondeur de 0,12 m) matérialisent une avancée. Seul 1 de ces avant-trous présente un aménagement de pierres, disposées à plat au fond du creusement. Les 3 poteaux surnuméraires, tous localisés dans l’angle nord-ouest, indiquent que le bâtiment a fait l’objet de plusieurs réfections à cet emplacement. La base empierrée présente dans la structure la plus récente, laisse à penser que le terrain était instable ; sans fondation, le poteau se serait enfoncé dans le sol. L’insertion du bâtiment dans la trame parcellaire du site permet de le rattacher à la deuxième phase de son occupation (phase 2).

Fig. 64 - Bâtiment 8627 : plan général ; proposition de restitution du mode de construction (A), de l’élévation d’une des travées (B) et de l’ensemble de la construction (C).

111La restitution que l’on propose est celle d’un petit bâtiment rectangulaire (13 m2), précédé par un porche couvert (6 m2). Ce plan est, comme celui des greniers, assez largement diffusé. Plusieurs sites de la région comme Champmorand, à Gerzat (rapport Guichard 2000) ou La Génerie, à Chassenard (rapport Vermeulen 1999) ont livré des constructions similaires. Les interprétations possibles sont soit celle d’un grenier surélevé, soit celle d’un bâtiment annexe de plain-pied. Une fosse située à l’intérieur de la construction, mais qui n’a malheureusement pas été fouillée, plaide en faveur de la seconde proposition.

2.4.3. Éléments de synthèse

2.4.3.1. Typologie des bâtiments

112Les constructions dégagées au Pâtural présentent une grande diversité morphologique. Deux grands types peuvent être individualisés : des bâtiments de petites dimensions, de 6 à 30 m2, et d’autres nettement plus vastes, de 49 à 75 m2.

113Pour les petits bâtiments, on identifie 2 greniers (bât 8607 et bât 8622), 1 annexe (bât 8610), 2 autres annexes ou greniers « à porche » (bât 8605 et bât 8627) et 1 dernière structure de type porche ou portail (bât 8621).

114Le plan de base du grenier est de forme rectangulaire à 4 poteaux avec un aménagement supplémentaire (1 poteau) participant au dispositif d’entrée. Les avant-trous sont de diamètre élevé ce qui indique l’utilisation de poteaux de forte section. À ce jour, une quarantaine de structures de ce type sont connues régionalement (Liégard, Fourvel 2003 : fig. 9,10 ; Liégard, Fourvel, Lallemand à paraître : fig. 3, 6) dont une quinzaine sur des sites à enclos fossoyés (Deberge à paraître : fig. 6). Leur superficie est souvent modeste : entre 2,5 et 15,7 m2, avec une valeur moyenne de 9 m2. L’un des greniers du Pâtural est de dimension limitée (10 m2), alors que le second est caractérisé par une superficie inhabituelle (30 m2). Les constructions de type grenier sont très largement répandues en Gaule interne et plus spécifiquement, mais pas uniquement, sur les établissements agricoles (Audouze, Buchsenschutz 1989 ; Marion, Blancquaert 2000 ; Les enclos celtiques 2000 ; Malrain, Matterne, Méniel 2002).

115Le bâtiment de type annexe présente un plan également de forme rectangulaire mais à six poteaux. Les dimensions des trous de poteau semblent exclure l’hypothèse d’un grenier. Plusieurs structures similaires sont connues en Auvergne, notamment dans l’Allier (Liégard, Fourvel 2003 : fig. 9 ; Liégard, Fourvel, Lallemand à paraître : fig. 3, 6), mais aussi sur le site proche de Gandaillat (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître : fig. 6). Leur superficie est proche de celles relevées pour le bâtiment du Pâtural (6 à 10 m2).

116Deux constructions s’apparentent aux bâtiments dits « à porche ». Elles comportent 4 poteaux de gros diamètre, qui déterminent une surface rectangulaire, auxquels s’ajoute 1 couple supplémentaire de poteaux de plus faible diamètre. La forme générale de ces bâtiments est, selon la position du couple de poteaux supplémentaires, soit rectangulaire, soit à abside. Plusieurs constructions analogues sont connues régionalement (fig. 65). Elles présentent toutes des plans comparables, avec cependant quelques différences relatives au nombre de poteaux présents (jusqu’à 9) et aux dimensions observées. Les bâtiments du Pâtural, qui mesurent respectivement 14 et 19 m2, se situent dans la fourchette basse des superficies relevées (de 15 à 41 m2). La fonction de ces constructions reste en suspens : s’agit-il de greniers surélevés, comme le suggèrent le plan carré et les poteaux d’angles massifs, ou d’un autre genre d’annexe, voire d’habitations de petite taille ? L’hypothèse de greniers surélevés est remise en cause par plusieurs découvertes récentes pour lesquelles la présence de traces de solins indique plutôt des édifices de plain-pied.

Fig. 65 - Exemples régionaux de bâtiments à porche (d’après Deberge à paraître : fig. 7 ; Liégard, Fourvel, Lallemand à paraître : fig. 7).

117La dernière construction de petite dimension correspond à un aménagement d’entrée. Sa conception est relativement simple puisqu’elle associe 3 trous de poteau de faible diamètre à une fondation sur solin de pierres. Cette construction est peu comparable à celles, relativement massives, découvertes récemment sur les sites de La Génerie, à Chassenard, et de L’Enfer, au Cendre. Sur ces deux sites, la fonction de ces aménagements semble avoir été d’assurer le maintien des terres d’un talus situé de part et d’autre de l’entrée (fig. 66). Au Pâtural, l’ensemble correspond plus probablement à un petit bâtiment couvert de type porche ou portail. Il rappelle, par sa conception, ceux dégagés sur les sites des Sept-Perthuis, en Ile-et-Vilaine (Bizien-Jaglin, Lejars 2003 : fig. 7), et de Saint-Hermine, en Vendée (Nillesse 1994 : fig. 4).

Fig. 66 - Éléments de comparaison régionaux pour les dispositifs d’entrée (d’après Deberge à paraître : fig. 5).

118Les trois constructions de grandes dimensions correspondent, probablement toutes, à des bâtiments d’habitation. Deux types ont été mis en évidence.

119Le premier correspond au classique plan à 2 nefs et à ligne axiale de poteaux (bât 8600 et bât 8619). Aucun bâtiment comparable n’est connu en Auvergne, alors que ce type de construction est très largement répandu dans l’ensemble de la Gaule. Des plans de bâtiments similaires (fig. 67) sont, par exemple, connus à Levroux (Buchsenschutz et al. 2000), en Haute-Normandie (Dechezleprêtre et al. 2000) ou dans la Bassée (Gouge, Séguier 1994 : p. 64, fig. 9).

Fig. 67 - Éléments de comparaison pour les bâtiments à deux nefs (d’après Buchsenschutz et al. 2000 : fig. 10, Dechezleprêtre et al. 2000 : fig. 4 ; Gouge, Séguier 1993 : fig. 9).

120Le second type, plus atypique (bâtiment à parois porteuses), résulte de plusieurs phases d’édification (bât 8601) : 3 constructions rectangulaires, d’une superficie comprise entre 15 et 22 m2, sont successivement accolées les unes aux autres pour former, au final, 1 vaste bâtiment d’environ 75 m2. Selon l’hypothèse de restitution retenue, il correspond soit à une construction d’un seul tenant comportant plusieurs cloisons internes, soit à un ensemble organisé autour d’une cour intérieure. Le mode de construction diffère assez sensiblement de celui employé pour les autres édifices découverts sur le site. Alors que la solution adoptée est ailleurs l’utilisation de poteaux porteurs, le choix d’une construction sur parois porteuses a, dans ce cas, été retenu. Ce mode de construction est inédit en Basse Auvergne et il faut rechercher des parallèles hors de la région. Chaque « unité » qui constitue cet ensemble présente un plan rectangulaire simple, aux proportions relativement trapues, qui rappelle certains édifices à parois porteuses connus ailleurs en Gaule (fig. 68), comme en Basse-Normandie (Jahier et al. 2000) par exemple ou dans le Pas-de-Calais, sur le site de Hénin-Beaumont (Geoffroy, Thoquenne 2000). Sur ce dernier site, le plan de la construction interne, soit un rectangle de 5 m sur 6 pourvu d’une entrée encadrée de 2 poteaux massifs, est très proche de l’élément oriental du bâtiment du Pâtural. Des similitudes sont également perceptibles avec les constructions S1 et S2 fouillées sur le chantier Saint-Paul à Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997 : p. 26).

Fig. 68 - Éléments de comparaison pour les bâtiments à parois porteuses (d’après Jahier et al. 2000 : fig. 5 ; Geoffroy Thoquenne 2000 : fig. 7 ; Lavendhomme, Guichard 1997 : fig. 26, 27).

2.4.3.2. L’aménagement intérieur

121Aucun aménagement intérieur (niveau de sol, foyer…) n’a été mis en évidence. Cette absence pose question, compte tenu des observations stratigraphiques qui indiquent que le site n’a pas ou peu été érodé. Toutefois, il est possible que la remise en culture du secteur à la fin de l’occupation laténienne ait, sans entraîner une érosion importante, bouleversé les aménagements en place. Une autre hypothèse est celle de la présence de planchers surélevés qui n’auraient laissé aucune trace parce que situés au-dessus de la surface de circulation. L’utilisation de plaques foyères mobiles, très largement attestées sur le site, ainsi que celle de foyers construits sur des supports peuvent également expliquer l’absence de vestiges de structures de combustion (cf. infra § 4.3.1).

122Aucune concentration de mobilier n’a été relevée à l’emplacement des bâtiments ; l’espace interne devait donc être régulièrement nettoyé. L’analyse des rejets de mobilier effectués dans les fossés ne montre pas, non plus, de concentration particulière à proximité des structures bâties (peut-être en raison de la méthode d’échantillonnage employée). Seules deux concentrations importantes - le dépotoir nord dans le lit de la rivière et la concentration sud à même le sol - témoignent de l’existence d’aires de rejets ouvertes, légèrement à l’écart des zones bâties.

2.4.3.3. Aspect des constructions

123Les quelques propositions de restitution, faites ci-dessus, impliquent une maîtrise du travail du bois qui est assez limitée. Trois sortes d’assemblages peuvent en effet suffire à réaliser la totalité de ces constructions en bois : l’assemblage par brêlage, à l’aide de liens, celui à mi-bois et celui à tenon et mortaise. Ces méthodes d’assemblages sont, pour la plupart, connues dès le Néolithique (Audouze, Buchsenschutz 1989). L’utilisation de planches et de poutres de section quadrangulaire, si elle n’est pas assurée, est envisageable, au même titre que celle de troncs non équarris, souvent représentés dans les publications. L’un des puits fouillés sur le site du Brézet, en périphérie de l’agglomération clermontoise, a livré un cuvelage en bois qui permet d’avoir un aperçu de quelques techniques, utilisées régionalement, pour le travail du bois à la fin du IIe siècle av. J.-C. (Deberge 2000). Les éléments découverts, probablement tous en position de réemplois, attestent l’utilisation de modes de débitage qui permettent la fabrication de planches massives de section quadrangulaire, obtenues par dressage à l’herminette ou à la scie en long, et de planchettes fines de type bardeau, débitées par fendage. L’emploi de l’assemblage à mi-bois y a également été mis en évidence.

124La fouille d’un bâtiment sur le site voisin de Champmorand, à Gerzat, a conduit à la découverte de blocs d’argile, cuits accidentellement, qui correspondent à des éléments de parois (rapport Guichard 2000). Ils permettent de comprendre que, contrairement à ce que l’on restitue d’ordinaire, la structure interne de la paroi n’était pas faite d’un clayonnage recouvert de torchis mais d’un véritable pan de bois à hourdis de terre et de paille (montants équarris de 5 à 7 cm espacés tous les 25 cm). La surface externe de ces éléments était soigneusement égalisée. Les quelques éléments de parois, cuites accidentellement, découverts sur le site du Pâtural semblent témoigner de l’usage conjoint du torchis sur clayonnage et comme remplissage d’une ossature à pans de bois.

125Comme on l’a évoqué, les planchettes de type bardeau sont attestées régionalement pour la fin du IIe siècle av. J.-C. Leur emploi est donc vraisemblable au même titre que celui du chaume pour la couverture des bâtiments du Pâtural. Des découvertes semblables faites à Besançon (Guilhot, Lavendhomme, Guichard 1992) conduisent à des propositions identiques concernant le mode de couverture.

126L’emploi du métal dans la construction est marginal sur le site du Pâtural. Les clous ne semblent quasiment jamais être utilisés pour assurer le maintien des pièces en bois. Les quelques éléments de quincaillerie découverts, des tôles de fer ou des crampons essentiellement, ont servi à l’aménagement intérieur, pour la confection de meubles, par exemple. Plusieurs crochets et pattes de fixation (cf. infra § 4.3.5.3.) attestent la suspension d’objets. Deux clefs prouvent l’utilisation de serrures pour fermer au moins certains bâtiments.

2.4.3.4. Mise en phase chronologique (fig. 69)

127La datation des bâtiments repose essentiellement sur leur insertion dans la trame des structures fossoyées mises en évidence sur le site. Le mobilier collecté, souvent peu abondant, permet très rarement d’assurer la datation d’un trou de poteau ou d’une tranchée de fondation. Aussi est-il délicat d’en déduire la datation effective du bâtiment auquel ces structures appartiennent. L’information apportée par le mobilier n’est, en effet, pas la même si l’objet est inséré dans le sol au moment de l’implantation d’un poteau ou s’il l’est après l’arrachage ou le pourrissement des bois. Des observations aussi fines n’ont que très exceptionnellement été possibles au moment de la fouille, notamment en raison de la grande homogénéité du sédiment. La mise en phase de ces 9 constructions n’est donc pas aussi précise que celle présentée pour les structures de délimitation. Aucun bâtiment n’est rattachable de façon certaine à la première phase d’aménagement (phase 1), ce qui soulève des interrogations sur la nature précise de l’occupation pour cette période. Plus largement, aucune construction n’est connue régionalement pour tout le IIIe siècle av. J.-C. Une explication possible est que les techniques de construction alors employées privilégient les structures faiblement ancrées dans le sol.

Fig. 69 - Évolution des structures bâties au cours de l’occupation laténienne.

128Pour la deuxième phase (phase 2), 7 constructions sont identifiées. Il s’agit d’1 grenier (bât 8607), d’1 bâtiment annexe (bât 8610) et de 2 autres bâtiments pourvus d’un porche (bât 8605 et bât 8627) qui peuvent également jouer le rôle d’annexes ou de structures de stockage. Le vaste bâtiment 8619 sert probablement d’habitation. Ces constructions sont toutes localisées à l’intérieur de l’enclos formé par les fossés 70926/61001 et 100000. La surface qu’elles couvrent est d’environ 100 m2 ; les structures annexes comptent pour un peu moins de la moitié de cette superficie. Semblent appartenir à une deuxième phase de construction 2 autres bâtiments (phase 2b). Il s’agit d’1 porche ou portail (bât 8621), implanté en face d’une ouverture nouvellement établie, et d’1 vaste bâtiment (un grenier ?) de 30 m2, localisé à l’extérieur de cet enclos (bât 8622). La réalisation de ce dernier édifice porte à 67 m2 la superficie occupée par les structures de stockage et bâtiments annexes. Il est également possible que le bâtiment d’habitation 8619 fasse, à cette époque, l’objet d’une réfection comme l’indique la présence de poteaux surnuméraires. Enfin, 1 bâtiment supplémentaire, seulement signalé par quelques trous de poteau, situés en limite de l’emprise du chantier, s’ajoute à cette liste.

129Les bâtiments 8600 et 8601 appartiennent à la dernière phase d’occupation du site (phase 3). Il s’agit de 2 vastes édifices qui mesurent respectivement 55 et 75 m2 et qui font appel à des modes de construction très différents. Compte tenu de leurs dimensions, l’hypothèse de bâtiments d’habitation peut être retenue à moins qu’il ne faille voir, dans l’un d’entre eux, une annexe agricole (grange, étable ?). Enfin, 4 autres concentrations de structures en creux, qui ne livrent pas de plans clairement lisibles, peuvent correspondre à autant de constructions différentes.

2.5. Autres structures

2.5.1. Les fosses

2.5.1.1. Présentation générale et organisation

130Autre type de structures fréquentes sur les sites protohistoriques, les fosses contribuent, en grande partie, à définir les activités humaines pratiquées sur un site, tant par de leur fonction primaire (puits, silo, fosse d’extraction…) que par leur utilisation secondaire, souvent comme dépotoir. Au Pâtural, ces structures, au nombre de 49, comptent pour une part infime des vestiges immobiliers découverts : moins de 1 % des structures dessinées, 1 % des structures testées et 3 % des structures documentées. Cet état de fait tranche assez nettement avec ce qui est observé dans les agglomérations ouvertes du Centre de la Gaule telles que Levroux ou, pour prendre un exemple régional, Gandaillat où les fosses découvertes sont nombreuses (Buchsenschutz et al. 2000 : 12, fig. 1 ; Deberge, Vermeulen, Collis à paraître). La situation mise en évidence au Pâtural se rapproche de celle rencontrée sur la plupart des sites ruraux où les fosses sont relativement rares.

131Aucune organisation particulière n’est perceptible dans leur distribution (fig. 70) même si deux concentrations assez lâches sont visibles : l’une dans un grand quart nord-est du site et l’autre, moins dense, dans la moitié sud de la zone décapée.

Fig. 70 - Fosses et puits laténiens, coupes de quelques fosses de type 1-4.

132Plusieurs autres fosses ont été découvertes à l’est du tracé de l’autoroute, entre 100 et 200 m au nord-est du secteur décapé, dans une des tranchées réalisées en 1986. Leur mobilier permet de les rattacher aux deux premières phases de l’occupation laténienne (phases 1 et 2).

2.5.1.2. Morphologie

133À partir de la documentation, 5 profils morphologiques sont identifiables :
- 1 : des fosses peu profondes, de plan circulaire, aux parois verticales (fo 6623). Le diamètre et la profondeur sont inférieurs au mètre. Le comblement est peu stratifié (1 ou 2 couches). Leur fonction précise n’est pas déterminée.
- 2 : des fosses profondes, également circulaires, aux parois inclinées (fo 103401). Leur diamètre avoisine le mètre et leur profondeur est souvent supérieure à 1 m. Leur comblement est stratifié. La nappe phréatique a été le plus souvent atteinte, ce qui peut indiquer un usage comme structure de puisage.
- 3 : 1 fosse profonde au plan bilobé (fo 111101) dont le creusement le plus profond (1 m) présente un profil en cloche. Cette structure est la seule sur le site. Son comblement, relativement complexe, est constitué d’une succession de couches riches en matières organiques et de niveaux de cendres au sein desquelles un grand nombre de macro restes végétaux a été collecté (7 392 restes). Plus que des rejets culinaires successifs, ils semblent correspondre au contenu d’une réserve détruite par le feu (cf. infra § 6). Au sommet du remplissage, une large couronne de marne argileuse assez fortement rubéfiée a été dégagée. La détermination fonctionnelle de cette fosse pose question. Si son profil permet de la comparer aux structures de stockage enterré de type silo, connues ailleurs en Gaule, son comblement et surtout la présence d’eau à sa base, attestée pour la période gauloise par la conservation de fragments de bois non carbonisés, permettent d’écarter cette proposition. L’identification à un four, proposition faite au moment de la fouille, n’est pas plus satisfaisante. Il est néanmoins possible que l’aménagement de marne, situé au sommet du comblement, corresponde à une structure de type foyer ou four. Il s’agirait, dans ce cas, d’un réaménagement secondaire, sans relation directe avec la fonction initiale de la fosse. On propose donc d’identifier cette structure à un puits au sommet duquel a été implanté, dans un second temps, un foyer ou un four.
- 4 : 3 fosses profondes de grande dimension, au plan ovale et au profil évasé (fo 307). Leur diamètre et leur profondeur sont importants (respectivement 3,50 m et 1,20 m maximum). Leur comblement est stratifié. Ces 3 structures ont été découvertes hors de la zone décapée, dans les tranchées de sondage réalisées en 1986. Leur localisation, 200 m au nord-est du secteur étudié, rend leur rattachement à l’occupation mise en évidence sur le site sujet à caution. Leur forme les apparente aux vastes fosses d’extraction de matériaux, généralement réutilisées comme dépotoir.
- 5 : 2 fosses peu profondes, mais de grande dimension, également de forme sub-circulaire et à fond plat (fig. 71). Elles sont situées dans la partie nord-est du site (fo 2359 et fo 14902). Leur diamètre respectif est de 2 m et 2,60 m et leur profondeur d’une dizaine de centimètres. Dans les deux cas, le mobilier collecté indique une première utilisation dans le cadre de la métallurgie du fer (cf. infra § 5.1.3.). La présence de fragments de foyers (respectivement 110 NR/1441 g et 210 NR/1483 g), de scories (respectivement 4154 g et 19 659 g), de chutes de fer et surtout de battitures, dans le niveau de comblement initial, laisse penser que ces 2 fosses correspondent chacune à un atelier de forge. L’étude de l’organisation interne des fosses et, par conséquent, de leur mode de fonctionnement est impossible à réaliser en raison de l’absence de foyer de forge ou de négatif de billot d’enclume qui auraient permis de localiser les espaces dévolus à la chauffe du métal et au martelage de ce dernier. Tout au plus peut-on envisager des foyers au sol, soit « en cuvette », soit à plat, munis de blocs-tuyères pour alimenter la combustion en oxygène. On peut encore imaginer des foyers en hauteur utilisant un système de tuyère vertical, même si on hésite encore à attribuer ces vestiges mobiliers à cette activité artisanale (cf. infra § 5.1.1.1.). Il faut également mentionner la présence d’une plaque de marne argileuse chauffée, dans la fosse 2359, et d’une petite cuvette remplie de terre charbonneuse, creusée dans la fosse 14902.

Fig. 71 - Fonds d’atelier de forge.

134Dans un second temps, ces fosses ont servi de dépotoir domestique comme en témoigne le mobilier collecté dans le niveau de comblement supérieur (céramique : 1 064 NR/22 596 g ; faune : 1 662 NR/4 736 g ; parure : 7 NMI).

135La diversité typologique des fosses du Pâtural témoigne certainement de la variété de leur fonction qui reste, toutefois, très difficile à percevoir. Les fosses appartenant aux types 2 et 3 ont pu être utilisées comme puits, puisard ou latrines. Celles de type 4 sont vraisemblablement des fosses d’extraction de matériaux (marne argileuse) d’où, peut-être, leur localisation à l’écart de la zone d’habitat. Les deux fosses de type 5 correspondent, sans ambiguïté, à des fonds d’atelier de forge. En dehors de la région, les meilleurs éléments de comparaisons proviennent du site de Rheinau-Altenburg, en Suisse, où au moins une fosse identique à celles du Pâtural a été fouillée (Schreyer, Hedinger 2003).

2.5.1.3. Le mobilier

136Le mobilier collecté dans les fosses compte pour une part limitée de l’ensemble découvert sur le site : 2,4 % des restes et 5 % de la masse. Elles sont cependant, après la zone de dépotoir et les fossés, les structures archéologiques qui recèlent le plus d’objets.

137Ce mobilier, peu abondant, est diversifié (fig. 72 et 73). La céramique est la catégorie la mieux représentée avant la faune qui ne compte toutefois que pour une part limitée de la masse totale des objets. Le petit mobilier (parure, instrumentum domestique ou agricole) est également assez abondant de même que les déchets et outils artisanaux (foyers, scories et chutes de fer). Cette distribution de la céramique, de la faune et des autres éléments est proche de celle relevée pour les niveaux d’occupation (cf. supra § 2.2.).

Fig. 72 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des fosses.

Fig. 73 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les fosses laténiennes.

138Parmi la cinquantaine de fosses qui livrent du mobilier, la plupart recèlent une quantité limitée d’objets (moins de 100 restes) ; 9 ensembles en sont plus richement pourvus (de 111 à 951 restes) mais 1 seul se démarque par le volume qu’il contient (fo 14902 : 2411 restes).

139Les fosses qui livrent de la céramique ou de la faune sont les plus nombreuses (respectivement 48 et 32 structures). Les témoins relatifs à la métallurgie du fer (scories, déchets métalliques, plaques de foyer artisanal) n’ont été découverts que dans 10 structures alors que ceux en rapport avec les activités domestiques ou agricoles (meules, fusaïoles et pesons, outillage divers) sont plus largement rencontrés (16 fosses). Enfin, seules 5 fosses ont livré des objets de parure. Les structures qui comptent le plus de céramique sont aussi celles qui livrent un mobilier abondant et diversifié. Les vestiges liés à l’artisanat ne sont largement représentés que dans les fosses 2359 et 14902.

140Dans la majorité des cas, la présence de mobilier résulte d’un enfouissement fortuit lors de l’utilisation ou du remblaiement de la structure. Seules 10 fosses semblent correspondre à de véritables dépotoirs domestiques.

2.5.1.4. Mise en perspective chronologique

141La plupart des fosses datées (32 fosses) appartiennent à la dernière phase d’occupation du site (phase 3) ; 15 autres fosses se répartissent entre la première et la deuxième phase d’occupation (respectivement 8 et 7 structures).

142Les fosses profondes et étroites et celle à profil en cloche sont attribuables à la première phase d’occupation du site (phase 1). Les fosses profondes de grandes dimensions semblent relever de la première et de la deuxième phase d’occupation (phases 1 et 2). Les fosses peu profondes et étroites appartiennent toutes à la dernière phase de l’occupation laténienne (phase 3). Les 2 vastes fosses à usage artisanal appartiennent à la fin de la phase 2.

2.5.2. Les puits

143Sur le site, 2 puits ont été identifiés de façon certaine. Le premier est constitué d’un creusement, carré et peu profond (1,75 m de côté pour 1,25 m de profondeur), pratiqué dans le sous-sol marneux et dans lequel a été bâti un cuvelage, fait de blocs de calcaire et de basalte, sur toute la hauteur du creusement (fig. 74 et 75). Le puits, ainsi parementé, adopte la forme d’un rectangle de 0,80 m par 0,90 m dans l’œuvre. Il prend place dans une dépression rectangulaire (3,50 m par 2,25 m), plus vaste mais peu profonde (environ 0,10 à 0,20 m), au sol partiellement empierré. Sur le côté est de cette excavation, 2 larges trous de poteau (0,50 m) indiquent l’existence d’une superstructure en bois ; l’un des trous est en partie masqué par l’empierrement placé autour du cuvelage. Il est probable que 2 autres trous de poteau aient complété le dispositif, sur le côté ouest. Un agencement similaire, constitué de trous de poteau aux dimensions plus restreintes, a été étudié sur le site proche du Brézet (Deberge 2000). L’utilisation de la pierre dans la construction des puits est attestée localement sur le site d’« Aulnat ». Généralement, le cuvelage ne concerne que la partie supérieure de l’aménagement, sur la hauteur du terrain meuble. Au Pâtural, la présence de ce cuvelage sur la totalité du creusement s’explique par la faible profondeur du puits. Son comblement, guère stratifié, n’a livré que peu d’éléments mobiliers : céramique (181 restes/1 829 g), faune (27 restes/60 g) et lithique (1 fragment de meule « va et vient »/1 500 g). Ces objets indiquent que le comblement définitif de la structure est intervenu au cours de la dernière phase d’occupation du site. L’insertion du puits dans le réseau fossoyé de la deuxième phase d’aménagement du site témoigne, néanmoins, d’une création plus précoce. Il est probable qu’il ait été utilisé durant tout le IIe siècle av. J.-C.

Fig. 74 - Puits 102085 à cuvelage en pierres sèches.

144La seconde structure (pu 110001) présente un creusement ovale (1,50 m par 2,50 m), assez peu profond (1,25 m), implanté dans une dépression plus vaste (2,50 m sur 4 m). Son profil est proche de celui du puits précédemment décrit. Les effondrements de parois observés à mi-hauteur démontrent que l’eau y a séjourné de façon prolongée. Aucun cuvelage n’a été mis en évidence. Cette structure a fait l’objet d’un comblement unique, constitué de blocs calcaires et de basalte. Le mobilier collecté (134 tessons de céramique) permet de rattacher son comblement à la première phase d’occupation du site (phase 1a).

Fig. 75 - Puits 102085, plan et coupe.

145En construisant ces deux puits, les occupants du site du Pâtural se sont dotés de moyens destinés à assurer un approvisionnement en eau distinct de celui fourni par le ruisseau. L’utilisation de la pierre pour la construction du cuvelage, fait rarement observé sur les sites ruraux de Limagne (Deberge à paraître), peut être perçue comme un signe d’ostentation, limité malgré tout.

2.5.3. Un vaste dépotoir

146Comme on l’a déjà évoqué, un abondant dépôt de mobilier a été découvert en bordure du ruisseau (cf. supra § 2.2., § 2.3.1. et § 2.3.4.). Il se présente sous la forme d’un vaste épandage d’une centaine de mètres carrés, dans lequel près de 60 000 objets équivalents à une masse totale supérieure à la tonne ont été collectés (fig. 76). Plus précisément, les concentrations de mobilier les plus élevées se situent dans les deux niveaux de comblement du ruisseau 5557 (34 957 restes/600 707 g) ainsi qu’à proximité du muret 917/1313 qui le borde au sud (7 676 restes/172 696 g). Le réaménagement du ruisseau (ru 1936), bien que daté de la période augustéenne, comprend une très grande quantité de mobilier laténien en position résiduelle (17 204 restes/407 609 g). Les niveaux d’occupation, fouillés immédiatement au sud de cette zone de dépôt, ont également livré une quantité importante, mais non évaluable avec précision, d’éléments mobiliers qui sont également à associer à cet ensemble (cf. supra § 2.2.).

Fig. 76 - Sommet de la couche de mobilier dégagée dans la zone de dépotoir.

147La fouille de cette zone de rejet ne révèle aucune organisation particulière : les objets ont été rejetés pêle-mêle apparent, en bordure sud et dans le lit du ruisseau 5557 (fig. 77). Les éléments parmi les plus volumineux, tels des morceaux de meules et d’amphores, ont servi à construire le muret 917.

Fig. 77 - Répartition des mobiliers dans la zone dépotoir.

148Si toutes les catégories de mobilier sont présentes dans cette structure, les éléments céramiques sont de loin les plus nombreux (fig. 78 et 79). Ils comptent pour les 3/4 du mobilier, tant en restes qu’en poids. Au sein de la céramique, la part des amphores est, avec 5 826 restes équivalents à 390,2 kg, importante sans être écrasante (14 % des restes et 47 % de la masse). Le décompte des lèvres indique cependant un chiffre de « seulement » 71 individus. Les autres céramiques d’importation (campanienne A et céramique à pâte claire calcaire) sont marginales (42 restes et 15 individus) par rapport aux éléments d’origine indigène (35 732 restes). L’examen de près d’1/5e de cet ensemble (6 157 restes, 938 individus) indique qu’il est très largement constitué de céramique à vocation culinaire et de stockage (64 % des vases) alors que la céramique de présentation est nettement moins représentée (cf. infra § 3.3.). L’analyse des formes présentes ne traduit aucun choix particulier quant à la composition de l’ensemble qui paraît être le reflet du vaisselier domestique. Les rejets de faune, bien conservés, sont aussi très abondants (masse moyenne par reste de 8,5 g). Si le « petit mobilier » (parure, ustensiles et outillages domestiques, pesons et fusaïoles, meules et mortiers etc…) est, en valeur absolue, abondamment représenté, sa fréquence rapportée au nombre de tessons de céramique n’est pas plus élevée que celle relevée pour les autres structures du site, fosses et fossés notamment.

Fig. 78 - Composition du mobilier collecté dans la zone de dépotoir.

Fig. 79 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans le dépotoir laténien.

149L’interprétation retenue pour cet ensemble est celle d’un vaste dépotoir accueillant un mobilier diversifié relevant principalement d’activités domestiques.

150L’analyse typologique révèle un faciès homogène, tant pour la céramique que pour les objets de parure, et indique que ce dépôt a été constitué principalement au cours de la dernière phase d’occupation du site, dans les quarante dernières années du IIe siècle av. J.-C.

2.5.4. Les sépultures

2.5.4.1. Présentation générale

151Au jour au sein la zone d’occupation laténienne, 4 sépultures à inhumation ont été mises (fig. 80). Leur distribution est éparse et ne témoigne pas de l’existence d’un secteur à usage spécifiquement funéraire ; 3 tombes (sep 19929, sep 43901 et sep 50343) se situent dans le quart nord-est du site et 1 dernière est localisée dans la partie sud-ouest (sep 8603). La datation repose, pour 3 d’entre elles (sep 8603, sep 19929 et sep 50343), sur les observations stratigraphiques ; elle est donc à prendre avec précautions. Seule la tombe 43901, qui livre un mobilier diversifié, de la céramique et de la parure, peut être attribuée de façon certaine à la dernière phase de l’occupation du site (phase 3).

Fig. 80 - Les sépultures à inhumation laténiennes.

2.5.4.2. Recrutement de l’ensemble funéraire

152Ce petit ensemble funéraire comprend 2 femmes adultes, âgées respectivement de 24-39 ans et de 30-40 ans, 1 enfant âgé de 6 à 7 ans et 1 fœtus de 38 à 40 semaines in utero. Les individus découverts ne représentent certainement qu’une toute petite partie de la population qui a vécu au Pâtural. La présence de sépultures hors de la zone décapée, notamment à l’est de celle-ci, sous le tracé autoroutier, est très vraisemblable. L’étude de plusieurs ensembles funéraires régionaux, associés à des installations laténiennes de plus ou moins grande importance, permet quelques comparaisons. Sur le site de Sarliève à Cournon (rapport Richier à paraître), la nécropole qui compte un peu moins de 30 individus comprend un nombre équivalent de femmes, d’hommes et d’immatures. Pour celle du site de Rochefort à Gerzat (rapport Bel, Lisfranc 2001), où inhumations et incinérations coexistent, on observe une situation légèrement différente avec une prédominance des sujets adultes (19 sur un total de 22 tombes). En revanche, l’ensemble étudié sur le site de Gandaillat, à Clermont-Ferrand (59 inhumations et 56 incinérations ; rapport Blaizot et al. 2002), révèle un recrutement atypique : les hommes adultes dominent largement, une seule femme étant identifiée, à côté d’une classe d’immatures peu représentée (28 % des inhumations). Le site de La Grande Borne livre un cas de figure nettement différent puisque, sur les 14 inhumations repérées, 11 appartiennent à des enfants dont certains sont décédés avant 1 an (Boulter 1981 ; Bernard 1987). À l’exception de ce dernier exemple, la présence de très jeunes enfants est rarement attestée. La découverte d’1 fœtus, sur le site du Pâtural, probablement un enfant mort-né, est donc une chose relativement exceptionnelle. Sa localisation, dans le comblement d’un fossé parcellaire qui sert, par ailleurs, de réceptacle aux déchets d’origine domestique, témoigne des pratiques funéraires particulières réservées aux enfants décédés en bas âge.

2.5.4.3. Position du corps et mode d’ensevelissement

153L’orientation des 3 sépultures les mieux préservées indique une préférence pour l’axe sud-ouest/nord-est avec, dans 2 cas la tête, à l’ouest et, dans 1 cas, la tête à l’est. Cette orientation est aussi celle de toutes les structures de délimitation mises en évidence sur le site. Dans 2 cas (sep 19929 et sep 50343), le défunt est placé sur le dos, avec les membres inférieurs légèrement fléchis, l’avant-bras gauche replié sur l’abdomen et la tête tournée vers le nord, et dans 1 cas (sep 43901), les membres sont en complète extension, la tête étant encore une fois légèrement fléchie vers le nord. La position du fœtus n’a pu être déterminée précisément.

154Parmi les inhumations, 2 ont été pratiquées dans une dépression existante : la première dans un fossé (sep 8603) et la seconde dans le lit du ruisseau (sep 19929). Pour 1 autre sépulture (sep 50343), aucun creusement n’a été perçu à la fouille, mais il est fortement suspecté compte tenu du mode de décomposition observé (espace colmaté). L’existence d’une fosse créée de toutes pièces a été mise en évidence pour la seule sépulture 43901. Celle-ci, qui est relativement vaste (2,2 m par 0,7 m) mais peu profonde (0,25 m), comporte un aménagement constitué de trous de piquet, disposés régulièrement sur le pourtour de la fosse. Le mode de décomposition relevé (espace colmaté) montre que ce dispositif ne correspond pas à un aménagement de type coffre, mais plus vraisemblablement à une signalisation de surface, comme un monticule ou un édicule.

155La pratique majoritaire de l’inhumation en pleine terre est suggérée par 3 des individus fouillés qui montrent les signes d’une décomposition en espace colmaté. Le caractère incomplet et disloqué des restes du fœtus 8603 témoigne d’une exposition partielle à l’air libre avant enfouissement définitif. L’absence d’une grande partie du squelette est peut-être à mettre sur le compte de prélèvements animaux.

156La tombe 43901 montre des déplacements osseux particuliers. La phalange proximale du pouce a été retrouvée sur le côté gauche de la mandibule alors que la phalange distale correspondante ainsi qu’une autre phalange étaient placées derrière le crâne. Ces trois éléments proviennent de la main droite de la défunte qui a par ailleurs conservé ses connexions anatomiques. Aucune trace de découpe n’a été observée sur les os. La main gauche est, quant à elle, complète. Les quelques perturbations relatives à l’effondrement d’une partie de la cage thoracique ne suffisent pas à expliquer de tels déplacements. La majorité du squelette est en position anatomique avec des connexions étroites. La question reste posée de savoir si ces déplacements sont dus à des manipulations anthropiques ou s’il s’agit de perturbations occasionnées par des animaux fouisseurs.

2.5.4.4. Mobilier associé

157Seule la tombe 43901 a livré du mobilier associé, composé d’objets de parure portés ainsi que de 4 vases en céramique (fig. 81 et 82 ; pl. LXVII et LXXVII-LXXVIII). La parure comprend 1 bracelet à épissure, porté sur l’avant-bras droit et 1 bracelet en matière organique fossilisée placé au poignet gauche. La vaisselle céramique est divisée en 2 lots, l’un situé à la tête de l’inhumée et l’autre à ses pieds. Le premier correspond à 1 vase fuselé intégralement peint en blanc, sans aucune autre trace de décoration. Ce type de vase est connu régionalement pour être le support d’un décor peint, parfois à caractère zoomorphe (Guichard 1987 ; 1994 ; 1996 ; 2003). L’absence de décor sur l’exemplaire du Pâtural est peut-être liée à un mauvais état de préservation ou à une utilisation intense avant dépôt. Le vase, placé à la droite du crâne, est en position nettement surélevée ; sa mise en place peut ainsi être postérieure au remblaiement de la tombe. Cette position particulière du récipient, qui dépasse assez nettement du niveau d’ouverture de la fosse, plaide également en faveur de l’hypothèse de l’existence d’un monticule de terre au-dessus de la tombe. Elle peut aussi témoigner de l’utilisation du vase comme conduit à libation. Le second lot comprend 1 pot miniature, en céramique grossière modelée, dont la forme évoque celle des pots à cuire en usage à l’époque, 1 vase à panse sinueuse en céramique fine tournée, également de dimension réduite, et 1 grande jatte à goulot verseur en céramique grossière modelée. Le premier récipient est disposé entre les jambes de la défunte, le deuxième à sa gauche et le troisième sur ses tibias. L’ensemble de ce mobilier présente les traces d’une usure importante qui indiquent une utilisation longue avant dépôt. Les pratiques liées au dépôt de mobilier (nombre, nature, position), mises en évidence dans cette tombe, sont conformes à celles connues régionalement (Deberge, Orengo à paraître). Cet assemblage mobilier rappelle fortement celui découvert récemment sur le site de la rue Theuriet à Clermont-Ferrand : dans la tombe d’une femme âgée, se trouvait 1 jatte à goulot verseur retournée sur les tibias, accompagnée de 2 pots à cuire miniaturisés et d’1 vase à panse sinueuse (rapport Pasty 2003).

Fig. 81 - Femme adulte (sep 43901) inhumée avec sa parure et des offrandes céramiques.

158Si l’on se fonde sur les propositions de hiérarchisation des tombes faites récemment pour la basse Auvergne des III e -I er siècles av. J.-C. (Deberge, Orengo à paraître), l’inhumation du Pâtural dans laquelle 6 objets ont été déposés signalerait un individu appartenant à une partie de la population relativement aisée. En effet, moins de 7 % des 236 tombes connues dans le bassin clermontois, pour le II e siècle av. J.-C., livrent un mobilier comparable en nombre et font l’objet d’une sépulture aménagée.

Fig. 82 - Sépulture 43901 : céramiques et objets de parure.

Table des illustrations

Légende Fig. 28 - Structures laténiennes retenues pour l’étude et données statistiques sur leur niveau de documentation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 29 - Secteur nord du site à forte densité de structures en creux de petits diamètres. La plupart de ces vestiges ne sont probablement pas anthropiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 30 - Composition du mobilier collecté dans les couches d’occupation sur l’ensemble du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 31 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les couches d’occupation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 32 - Les mobiliers collectés sur le site, dans et hors structure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 33 - Zone des paléochenaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 34 - Plan et coupes des paléochenaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 35 - Les fossés : localisation des tronçons fouillés et données sur leur profil et leur comblement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 36 - Coupes des principaux fossés laténiens fouillés sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 37 - Proposition d’interprétation des fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 38 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 39 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 40 - Effectifs et densités au mètre linéaire du mobilier céramique collecté dans les fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 41 - Effectifs théoriques et densités au mètre linéaire du mobilier céramique présent dans les fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 42 - Distribution chronologique du mobilier collecté dans les fossés laténiens. Le total des NR regroupe les NMI de la ligne parure, armement, couteaux et aiguisoirs, meules et mortiers, pesons et fusaïoles, autres mobiliers domestiques : pour ces catégories, le NR correspond la plupart du temps au NMI.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 43 - Évolution chronologique des quantités réelles et théoriques du mobilier présentes dans le comblement des fossés laténiens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 44 - Évolution de la part des fossés dans la gestion des déchets mobiliers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 45 - Palissades, plan récapitulatif, typologie et quantité de mobilier collecté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 46 - Palissades en tranchée 14906 et 14923 (vues vers le nord).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 47 - Distribution du mobilier collecté dans le comblement des palissades laténiennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 48 - Détail de la zone de ruisseaux située au nord du site où le muret a été édifié.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 49 - Muret en partie construit sur le comblement du fossé 3268.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 50 - Évolution du réseau de structures de délimitation au cours de l’occupation laténienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 51 - Structures de maintien : plan des concentrations, typologie et quantité de mobilier collecté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 52 - Trous de poteau à base empierrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 53 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des structures de maintien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 54 - Plan de localisation et inventaire des constructions mises en évidence sur le site et dans la plaine de Limagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 55 - Bâtiment 8600 : plan général, proposition de restitution du cloisonnement interne (A), de l’élévation de l’une des travées (B) et de l’ensemble de la construction (C).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 56 - Bâtiment 8601 : vue générale du bâtiment depuis le sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 57 - Bâtiment 8601 : plan général et proposition de restitution de son évolution.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 58 - Bâtiment 8605 : plan général et propositions de restitution du mode de construction.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 59 - Bâtiment 8607 : plan général, propositions de restitution du mode de construction (A), de l’élévation de l’un des pignons (B) et vue idéalisée du bâtiment (C).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 60 - Bâtiment 8610 : plan général, propositions de restitution du mode de construction (A) et de l’élévation de l’une des travées (B).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 61 - Bâtiment 8619 : plan général, proposition de restitution du mode de construction (A) et vue idéalisée du bâtiment (B).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 62 - Bâtiment 8621 : plan général et vue idéalisée du bâtiment.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 63 - Bâtiment 8622 : plan général et proposition de restitution de la construction.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 64 - Bâtiment 8627 : plan général ; proposition de restitution du mode de construction (A), de l’élévation d’une des travées (B) et de l’ensemble de la construction (C).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 65 - Exemples régionaux de bâtiments à porche (d’après Deberge à paraître : fig. 7 ; Liégard, Fourvel, Lallemand à paraître : fig. 7).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 66 - Éléments de comparaison régionaux pour les dispositifs d’entrée (d’après Deberge à paraître : fig. 5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 67 - Éléments de comparaison pour les bâtiments à deux nefs (d’après Buchsenschutz et al. 2000 : fig. 10, Dechezleprêtre et al. 2000 : fig. 4 ; Gouge, Séguier 1993 : fig. 9).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 68 - Éléments de comparaison pour les bâtiments à parois porteuses (d’après Jahier et al. 2000 : fig. 5 ; Geoffroy Thoquenne 2000 : fig. 7 ; Lavendhomme, Guichard 1997 : fig. 26, 27).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 69 - Évolution des structures bâties au cours de l’occupation laténienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 70 - Fosses et puits laténiens, coupes de quelques fosses de type 1-4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 71 - Fonds d’atelier de forge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 72 - Composition du mobilier collecté dans le comblement des fosses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 73 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans les fosses laténiennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 74 - Puits 102085 à cuvelage en pierres sèches.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 75 - Puits 102085, plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 76 - Sommet de la couche de mobilier dégagée dans la zone de dépotoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 77 - Répartition des mobiliers dans la zone dépotoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 78 - Composition du mobilier collecté dans la zone de dépotoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 79 - Récapitulatif des vestiges mobiliers collectés dans le dépotoir laténien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 80 - Les sépultures à inhumation laténiennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 81 - Femme adulte (sep 43901) inhumée avec sa parure et des offrandes céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 82 - Sépulture 43901 : céramiques et objets de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2658/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540