Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 1. Cadre méthodologique

Yann Deberge, Christèle Ballut, John Collis, Andrea Burgess, Jon Dunkley, Karine Gouzel, Vincent Guichard, Christine Mennessier-Jouannet, Pierre-Yves Milcent et Jean-François Pasty

Texte intégral

1.1. Le peuplement arverne

1Les Arvernes sont parmi les peuples de la Gaule chevelue les plus fréquemment et les plus anciennement cités par les auteurs antiques, souvent lors d’épisodes militaires. La plus ancienne mention de l’existence de ce peuple est celle fournie par Tite-Live à l’occasion de la première vague d’invasion gauloise en Italie, traditionnellement datée du VIe siècle av. J.-C. (Tite-Live, Jal trad. 1984 : V, 34). Mais c’est la mention du même auteur, concernant le récit de la seconde guerre punique, à la fin du IIIe siècle av. J.-C., qui est la plus souvent rappelée puisqu’elle permet de localiser les Arvernes dans le Massif central (ibid., XXVII, 39). Selon Tite-Live, ils auraient porté assistance aux soldats d’Hasdrubal, lors de la traversée du Languedoc en 207. Un siècle plus tard, les armées arvernes sont à nouveau confrontées aux légions romaines et sont défaites dans la vallée du Rhône en 121 av. J.-C. (Strabon, Lasserre trad. 1966 : IV, 2, 3). Le dernier épisode militaire opposant Arvernes et armées romaines intervient 70 ans plus tard, avec la conquête de la Gaule (César, Constans trad. 1989). Ces récits qui relatent une situation conflictuelle ont nourri, par des descriptions probablement exagérées, le mythe d’un puissant « empire arverne » dont l’influence se serait propagée à une large partie de la Gaule chevelue et méridionale :

« Le territoire arverne s’étendait à l’origine jusqu’à Narbonne et jusqu’aux frontières de la Massaliotide, et les peuples leur étaient soumis jusqu’au Mont Pyrené, jusqu’à l’Océan et jusqu’au Rhin » (Strabon, Lasserre trad. 1966 : IV, 2, 3).

2Ces assertions furent reprises à bon compte par les historiens français au cours du XIXe siècle, principalement par Camille Jullian dans son Histoire de la Gaule.

3Il fait peu de doute que tout influents et puissants qu’ils aient été, les Arvernes disposaient d’un territoire moins étendu que les textes ne le laissent entrevoir. Ses limites sont très probablement assimilables à celles de la cité gallo-romaine qui se contente d’entériner une situation existante (Collis, Mennessier-Jouannet, Guichard 1994 : 124-127, fig. 1). Les outils utilisés pour restituer ces limites administratives antiques (toponymie, bornes milliaires et surtout anciens découpages ecclésiastiques) révèlent une bonne adéquation de celles-ci avec les limites de l’ancien évêché de Clermont (Trément 2002 : 182-187, fig. 81 ; Trément et al. à paraître a : fig. 1, 2). À l’est, la limite avec les Ségusiaves suit la ligne de crête des monts du Forez. Au nord, zone de contact avec les Bituriges et les Éduens, elle englobe un large quart du département actuel de l’Allier sans s’appuyer sur une limite physique existante (Guichard, Pion, Lallemand 2002). À l’ouest, le découpage diocésain semble reprendre la limite antérieure avec la cité des Lémovices. Au sud, la frontière avec les cités carduque, ruthène, gabale et vellave suit celle du diocèse de Clermont, comme l’atteste la toponymie ; le territoire arverne engloberait donc, contrairement à ce qui avait pu être proposé, l’intégralité de l’actuel département du Cantal (Collis et al. 1997 : 10 ; Chambon 2001).

4Les études de mobilier entreprises récemment, notamment dans le cadre d’un Projet collectif de recherches sur les mobiliers du second âge du Fer en Auvergne (rapports Mennessier-Jouannet 1999a, 2000a, 2001a, 2002a, 2003a), révèlent l’existence d’un faciès céramique spécifiquement arverne que l’on rencontre, principalement, dans la dépression des Limagnes. Des affinités assez fortes sont toutefois perceptibles avec les ensembles découverts dans le département de l’Allier, comme aux Chazoux à Gannat (Rousset 1996 ; rapport Rousset, Lallemand, Guichard 2002) ou encore Varennes-sur-Allier (Lallemand 2000) et, dans une moindre mesure, avec ceux connus dans la Haute-Loire et le Cantal. Ce faciès présente des différences notables avec ceux des territoires bituriges (Buchsenschutz et al. 1994 ; Levéry 2000), éduens (Barral 1998, 2002, 2003 ; Luginbhül, Feret 2004) et ségusiaves (Vaginay, Guichard 1988 ; Lavendhomme, Guichard 1997) même si l’on se trouve, à l’évidence, dans la même ambiance culturelle. On manque de données de comparaison pour les cités lemovice et cadurque, situées à l’ouest, et pour les cités du sud, rutène, gabale et vellave. On peut cependant noter qu’un type céramique très fréquent à la fin du IIe siècle av. J.-C., dans le bassin limagnais, la jatte dite « d’Aulnat », figure dans certains ensembles rutènes et vellaves (Simonnet 1983 ; Gruat et al. 1991). De même, la reprise de l’étude d’un ensemble provenant de l’oppidum vellave de La Roche Lambert, à Saint-Paulien, montre de fortes affinités qui existent avec le mobilier arverne, même si certains types paraissent absents du bassin clermontois (rapport Izac-Imbert et al. 2001). Ainsi délimité, le territoire arverne couvre une superficie d’environ 20 000 km2. Il correspond à un domaine géographique constitué de hauts plateaux pour moitié (de 700 à 1 000 m d’altitude) et de zones montagneuses (jusqu’à 1 900 m d’altitude). Le reste du territoire comprend des zones vallonnées marquées par des vallées encaissées (entre 400 et 700 m d’altitude) et des plaines relativement rares (moins de 20 % du territoire). La plus importante d’entre elles correspond à la dépression de Grande Limagne.

5La carte de recensement des découvertes du second âge du Fer, même si elle reflète un déséquilibre de la recherche en faveur du bassin clermontois, illustre avant tout une géographie du peuplement centrée sur cette plaine (Jones 2001, fig. 1). Ce secteur concentre, sur une superficie relativement restreinte (environ 1 500 km2, soit moins de 10 % du territoire), la majorité des découvertes laténiennes faites en Auvergne.

Fig. 1 - Le peuplement arverne (d’après Jones 2001). Les agglomérations ouvertes et les oppida connus pour les IIe et Ier siècles av. J.-C.

6C’est d’ailleurs sur les franges méridionales de la plaine de Grande Limagne que se situe ce qui semble être le plus ancien et le plus vaste habitat groupé de la cité arverne. Ce site, qui regroupe plusieurs découvertes faites au Brézet, à Pontcharaud, à La Grande Borne et à Gandaillat, est connu dans la littérature archéologique sous l’appellation inexacte de site « d’Aulnat » (Fournier 1970 ; Collis 1983 ; Provost, Mennessier-Jouannet 1994a : 97-109). Cet habitat, densément occupé aux IIIe et IIe siècles av. J.-C. par comparaison avec les autres sites de Grande Limagne, livre sur une superficie d’environ 150 hectares des vestiges d’un artisanat développé et diversifié, des aménagements à caractère collectif et des secteurs à destination domestique (habitat) et funéraire (inhumations et incinérations) qui se recouvrent en partie (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître). Ces témoignages archéologiques sont les indices de l’existence d’une agglomération proto-urbaine dans ce secteur de la Limagne dont le plan et l’organisation interne, qui demeurent toutefois encore largement inconnus, ne se conforment pas exactement au modèle observé pour les agglomérations protohistoriques de Gaule centrale, telles que Levroux, Roanne ou Feurs… Les autres habitats groupés arvernes contemporains que sont Aigueperse (rapport Mennessier-Jouannet, Dunkley 1996 ; Collis, Krausz, Guichard 2000), Varennes-sur-Allier (rapport Lallemand, Vallat 2001 ; Guichard, Pion, Lallemand 2002 ; Lallemand à paraître) et Le Bay aux Martres-de-Veyre (Collis, Krausz, Guichard 2000) semblent, tous, de dimensions plus restreintes (entre 5 et 20 hectares) et se rapprochent, en cela, des exemples cités précédemment. Plusieurs autres sites sont à considérer comme des agglomérations probables : dans le bassin clermontois, le site du Domaine de Gergovia à La Roche-Blanche (D. Leguet, prospections inédites ; Trément et al. à paraître b) ; dans le Bourbonnais, le site de Cusset (Lallemand à paraître).

7Les oppida de Corent, Gondole et Gergovie se situent en marge sud de la plaine de Grande Limagne et se trouvent concentrés, fait inhabituel en Gaule non méditerranéenne, sur un périmètre d’une dizaine de kilomètres. Le modèle proposé pour expliquer la présence de ces trois sites majeurs repose sur l’hypothèse d’un déplacement du principal centre de peuplement (chef-lieu de cité ?) depuis le site d’« Aulnat », vers Corent, puis Gondole et enfin Gergovie (Guichard et al. 1993). Vient à l’appui de cette proposition un argumentaire chronologique qui démontre l’existence d’une succession des faciès mobiliers de ces sites, avec de très faibles recouvrements. Les recherches en cours sur les sites de Corent (rapport Poux 2001 ; rapports Poux et al. 2002, 2003, 2004 ; Poux et al. 2002), de Gondole (rapport Deberge et al. 2005) et de Gergovie (rapports Pertlwieser, Ott, Orengo 2001, 2002 ; rapports Pertlwieser, Ott 2003, 2004) vont conduire, à terme, à nuancer ce modèle avec des ajustements significatifs qu’il n’y a pas lieu de développer ici (étude inédite Poux). Les autres sites fortifiés, avérés ou probables, connus sur le territoire arverne se situent à une cinquantaine de kilomètres de cet ensemble : le site de Blesle, à l’embouchure de la vallée de l’Alagnon ; le site de Saint-Juste-de-Baffie, en bordure est de la plaine d’Ambert (Provost, Mennessier-Jouannet 1994b : 306) ; les sites de Bègues et de Cusset, distants l’un de l’autre d’une vingtaine de kilomètres, sont implantés respectivement sur la vallée de la Sioule et de l’Allier (Lallemand à paraître). La documentation disponible pour chacun de ces lieux est très inégale et surtout tributaire de l’investissement des chercheurs. Ces sites témoignent probablement de l’existence d’un maillage secondaire localisé en périphérie du « cœur » du territoire arverne qui paraît signalé, au IIe siècle av. J.-C., par la forte densité de sites ruraux et la présence de l’agglomération « d’Aulnat » et, au siècle suivant, par les oppida de Corent, Gondole et Gergovie.

8À un secteur de plaine densément occupé s’opposent donc des zones de basse et moyenne montagne, peu peuplées. Les vallées de l’Allier, de l’Alagnon et de la Dore qui s’enfoncent dans les massifs montagneux au sud ont pu également constituer des foyers de peuplement importants, même si l’archéologie n’en fournit encore que de maigres indices. Reste que cette géographie du peuplement arverne est en partie tributaire de l’état de la documentation archéologique actuelle qui privilégie, en raison de la forte concentration contemporaine de population et d’aménagements autour de Clermont-Ferrand, le bassin clermontois et le sud de la Grande Limagne. Le modèle d’une organisation « centripète » du territoire arverne (Collis, Mennessier-Jouannet, Guichard 1994 : 126 ; Collis et al. 1997), s’il correspond probablement à une réalité archéologique et historique, est très fortement accentué par la géographie du peuplement actuel et l’impact qui en résulte sur la recherche archéologique.

1.2. Le site du Pâtural en bordure des zones humides limagnaises

9Le site du Pâtural est localisé au cœur de la Limagne clermontoise qui est un des bassins intramontagnards du Massif central les plus attractifs (fig. 2 et 3). Il se trouve précisément en bordure de zones humides étendues sur plusieurs dizaines de milliers d’hectares en rive gauche de l’Allier. Loin d’être répulsives, ces zones humides offrent des ressources spécifiques, des sols hydromorphes, mais fertiles, et une diversité paysagère. Néanmoins, la réalité de l’excès d’eau et des paysages humides au cours des derniers millénaires demeure parfois obscure même si, depuis les années soixante-dix, les données collectées dans l’ensemble des bassins versants de rive gauche de l’Allier ont permis de comprendre le fonctionnement hydrologique de la plaine et de proposer une restitution de l’histoire environnementale de la région (Daugas, Tixier 1977, 1978 ; Ballut 2000).

Fig. 2 - La Grande Limagne clermontoise.

Fig. 3 - Implantation topographique du site du Pâtural ; au nord, l'agglomération de Gerzat.

1.2.1. L’attractivité de la Limagne clermontoise au sein du Massif central

10La Limagne clermontoise s’étend dans un bassin intramontagnard bordé, à l’ouest, par les plateaux des Dômes et des Combrailles et, à l’est, par les hauteurs des monts du Livradois, du Forez et des Bois Noirs. Ce contexte géomorphologique particulier explique, en grande partie, l’attractivité du bassin. En effet, la dépression occupe un fossé d’effondrement du socle hercynien au sein duquel s’est déposée, à l’Oligocène, une série marno-calcaire. Ces sédiments, modelés depuis le tertiaire par l’érosion différentielle du réseau hydrographique de l’Allier, sont aujourd’hui couverts de sols de meilleure qualité que ceux développés sur les plateaux cristallins bordiers. Ces sols, mis en place après la dernière période éruptive de la chaîne des Puys (7 685 ± 145 BP), sont bruns à noirs, argilo-limoneux à limono-argileux et riches en éléments minéraux (Raynal, Vernet, Daugas 2003).

11Ce territoire possède aussi un climat à tendance semi continentale, relativement clément. Abritée des influences océaniques par l’orientation méridienne des reliefs occidentaux (fig. 4), la plaine est globalement peu arrosée (600 à 700 mm par an en moyenne à Clermont-Ferrand). La température moyenne annuelle, de 10 à 11° C, y est relativement agréable. Cependant, si la Limagne bénéficie d’un climat moins humide et plus doux que celui des massifs bordiers, elle connaît aussi quelques excès climatiques : un régime des pluies irrégulier et excessif, caractérisé par de violents orages estivaux ; une amplitude thermique annuelle élevée ; des gelées fortes et fréquentes ; du brouillard courant et un vent souvent violent.

Fig. 4 - Un climat d’abri : diagramme ombrothermique de la station « d’Aulnat ».

12Enfin, la Limagne est parcourue par la vallée de l’Allier. Celle-ci pénètre le Massif central selon une direction globalement méridienne et constitue un axe de communication majeur, en assurant un passage entre la France méridionale et la France centrale. En Limagne clermontoise, les vallées des affluents de l’Allier assurent également, à l’échelle régionale, le lien entre les hauts plateaux et le bassin intramontagnard.

1.2.2. La diversité des paysages

13Ces traits communs au bassin limagnais n’empêchent pas une grande diversité paysagère. En rive gauche de l’Allier, la Limagne clermontoise se divise en deux ensembles distincts, classiquement nommés « Limagne marneuse » et « Limagne des buttes », qui correspondent à deux types de terroirs. Le site du Pâtural se trouve entre les deux, mais se positionne plus nettement à proximité des terrains hydromorphes de la plaine marneuse (fig. 5). Ce secteur humide s’étend essentiellement à l’est du site, entre 300 et 325 m d’altitude. Il se caractérise par l’absence de reliefs marqués et par des pentes très faibles, souvent inférieures à 0,1 %.

Fig. 5 - Ensembles géomorphologiques de la plaine de Grande Limagne.

14L’hydromorphie explique, en partie, la grande fertilité des sols, dénommés « terres noires », qui sont louées pour leur richesse depuis au moins l’époque gallo-romaine (Sidoine Apollinaire, trad. Loyen 1960, 1970 ; Grégoire de Tours, trad. Latouche 1975, 1979). Ces sols ont fait l’objet de nombreux travaux de recherche, autant de la part de géologues (P. Delaunay, P. Glangeaud, J. Jung, A. Rudel) que des géomorphologues (L. Gachon, M. Derruau) et de agronomes (D. Collier, L. Gachon, J. Dejou). En 1949, M. Derruau les définit comme des sols de transport et parle d’un « complexe d’apports alluviaux, colluviaux et éoliens sédimenté temporairement sous forme de vase de marais et transformé par les oscillations de la nappe phréatique riche en chaux ». En 1968, la carte pédologique du val d’Allier en distingue deux types : ceux où l’empreinte alluviale est assez marquée et ceux où l’origine colluviale domine (Bornand et al. 1968). De par ces apports, les « terres noires » possèdent des caractères physiques proches des autres sols de plaine, mais se différencient par leur isohumisme, leur teneur élevée en éléments minéraux assimilables et leur humidité alimentée en profondeur. Elles sont proches des tchernozems ukrainiens, même si elles se sont formées sous un climat semi continental plus humide et moins froid, avec comme végétation naturelle la forêt plutôt que la steppe. Leur épaisseur est, de surcroît, d’origine morphologique et non pédologique. Les « terres noires » s’apparentent par ailleurs aux vertisols, tant elles ont été soumises aux battements saisonniers des nappes phréatiques au cours des derniers millénaires.

15Durant l’Holocène, cette partie de la plaine a été également soumise à des variations interannuelles du niveau des nappes phréatiques, liées à l’activité éruptive de la chaîne des Puys, aux oscillations climatiques, à l’accroissement du ruissellement par la mise en valeur agricole et à une possible subsidence du fossé tectonique (Ballut 2000). Les premières entreprises de drainage remontent à La Tène C/D (Daugas et al. 1977 ; rapport Guichard 2000 ; Collis et al. 1994), mais la maîtrise des techniques de drainage n’a pas empêché des retours fréquents à des conditions d’humidité excessive (Derruau 1949 ; Ballut 2000). Depuis les années 1960, l’assèchement est toutefois acquis de façon efficace et permanente grâce à la réalisation par le Génie rural, sous l’appellation de « plan Limagne », d’une opération d’assainissement de grande envergure. À cette occasion, les cours d’eau de la plaine ont été re-calibrés et parfois déplacés. L’ensemble du réseau de fossés de drainage a été repris à l’échelle de toute la plaine pour assurer d’amont en aval l’assèchement des zones humides. Aujourd’hui, la plaine est le domaine de la grande culture, blé, maïs, betterave... En surface, seuls quelques restes de plantes et de faunes aquatiques, localisés le long des principaux émissaires, ainsi que l’hydronymie témoignent de son état primitif.

16À l’ouest du site, le « Pays des buttes » est formé de reliefs isolés de taille variable, dont les altitudes dépassent fréquemment 500 m. Les plus hauts de ces reliefs correspondent à des buttes volcaniques à l’allure tabulaire, dont les pentes parfois assez raides peuvent atteindre plus de 20 %. Entre ces buttes et les zones humides apparaissent également de basses collines qui sont, le plus souvent, d’anciennes terrasses alluviales dégradées.

17Sur l’ensemble de ces terrains, les sols sont aussi de bonne qualité. Ce sont des sols bruns, argilo limoneux à limono argileux et calcaires, à l’exception de ceux développés sur les sommets des buttes volcaniques et dans les fonds de vallée sableux. Sensible à l’érosion, leur épaisseur est variable en fonction de leur position topographique.

18Aujourd’hui, mise à part l’aire où s’est développée la ville de Clermont, la céréaliculture domine le paysage dans les vallées et vallons qui séparent les buttes et sur les basses collines de la plaine. Sur les pentes les plus raides, autrefois couvertes de vignes et d’arbres fruitiers, la friche a gagné du terrain. Les arbustes caractérisent les versants exposés au nord, tandis que ceux exposés au sud, plus secs, sont recouverts de landes et offrent même des traces de ravinement.

1.2.3. Le fonctionnement hydrologique de la plaine

19Le bassin versant du Bédat, au sein duquel se trouve le site du Pâtural, s’étend à la fois sur le plateau des Dômes (102 km2) et en plaine de Clermont (168 km2). En raison du dénivelé assez brutal qui existe entre ces deux unités, le cours d’eau et ses principaux affluents, les Tiretaines, possèdent un régime quasi-torrentiel à leur arrivée en plaine. Mais, avec la réduction progressive des pentes, ils perdent de l’énergie, déposent leur charge et édifient de larges cônes alluviaux qui nappent les fonds de vallée de la bordure occidentale de la Limagne. Au-delà de ces cônes, soit à la sortie de l’agglomération clermontoise, et jusqu’aux terrasses de l’Allier, la faiblesse des pentes (< 0,1 %) ne leur permet pas de s’encaisser dans les marnes oligocènes et explique, en grande partie, la permanence de terrains humides.

20Les observations réalisées dans l’ensemble des bassins versants de la rive gauche de l’Allier depuis la fin des années 1990, en particulier dans le cadre de l’opération A710 (rapport Guichard 2000), ont permis de retracer les grandes lignes de l’histoire hydrologique de la plaine depuis l’Atlantique (Ballut 2000). Elle se décompose en trois phases principales, caractérisées par différentes manifestations de l’excès d’eau et par des variations de l’extension des cônes alluviaux et des zones humides.

1.2.3.1. Du Néolithique à La Tène C/D

21Du Néolithique à La Tène C/D, les oscillations hydrologiques sont essentiellement sous contrôle climatique. L’occupation de la Limagne est encore lâche. Localement, des accélérations du ruissellement sont enregistrées, généralement, à proximité des sites archéologiques, mais les volumes mobilisés et les processus demeurent discrets et n’influent que très peu sur l’évolution du régime hydrologique. Dans les zones humides, l’excès d’eau se manifeste par des fluctuations de la nappe phréatique rechargée par les ruisseaux. La structure prismatique à vertique des sols noirs et argileux montre que ceux-ci ont connu des ennoiements entrecoupés avec des assèchements saisonniers. Les variations interannuelles de l’humidité sont plus difficiles à déceler dans ces sols très homogènes. Toutefois, au sein d’un intervalle compris entre le Néolithique final et le Bronze final, se mettent en place des horizons réductiques ou rédoxiques, gris et argileux, qui marquent une élévation des nappes phréatiques et l’apparition de lacs, dans les points les plus bas de la plaine. Des épandages sableux, localisés dans les fonds de vallée, attestent aussi la recrudescence et la violence des crues durant la même période (Ballut, Argant 2004).

1.2.3.2. De la tène C/D à l’Antiquité tardive (IVe-VIe siècles)

22Au cours des IIIe et IIe siècles av. J.-C., la pression anthropique sur les sols s’accroît, les densités de population étant plus importantes. Les transferts de matière concernent alors presque toutes les pentes. Ils se réalisent sous l’effet cumulé du ruissellement diffus et du ruissellement concentré qui se développent avec l’extension des défrichements et, peut-être, avec une progression de la céréaliculture aux dépens des herbages (Trément et al. 2002). Dès lors et jusqu’au XXe siècle, l’érosion des sols ne connaît pas de franc recul dans la région clermontoise. Cependant, les systèmes hydrologiques ne répondent pas immédiatement à l’accélération des dynamiques de versant. L’essentiel de la sédimentation reste d’abord piégé sur les piémonts. Si une fraction limono-argileuse apparaît progressivement, au cours de l’Antiquité, dans les remblaiements alluviaux, seuls quelques débordements très localisés et de fréquence d’ordre séculaire sont enregistrés. Les oscillations des nappes phréatiques demeurent donc la première cause de l’excès d’eau en Limagne ; cependant leur niveau s’est globalement abaissé. La part des systèmes de drainage mis en place depuis La Tène C/D, celle de l’assèchement du climat (Magny 1995) et celle du colmatage par colluvionnement des bordures des bassins humides sont difficiles à évaluer dans cette exondation relative de la plaine. Il n’en demeure pas moins que, si les indices d’humidité du milieu ne sont pas évincés, les marais sont, alors, sans doute exondés une grande partie de l’année, sur l’essentiel de leur étendue.

1.2.3.3. De l’Antiquité tardive aux années 1960

23Ce n’est qu’entre les IVe et VIe siècles, lors d’une période encore mal calée chronologiquement, que les matériaux érodés sur les versants atteignent plus massivement les cours d’eau. L’accroissement de la charge par rapport aux débits, qui restent globalement stables, désorganise durablement le système hydrologique. Les ruisseaux ne creusent plus leur lit, qui tend à l’exhaussement, et débordent latéralement, jusqu’au XXe siècle, avec une intensité et une récurrence variables, en fonction des oscillations climatiques et des modifications des modes d’occupation du sol. L’impact morphologique de ces crues reste spatialement limité aux fonds de vallée, dans la « Limagne des buttes ». En revanche, dans la Limagne humide, la plupart des terrains sont soumis à des ennoiements répétés. À l’ouest des zones humides, les nappes de débordement inondent et recouvrent de boue des centaines d’hectares lors des violents épisodes orageux que connaît la plaine. L’intensité et la récurrence des crues sont fortes jusqu’au IXe siècle environ, plus modérées au cours du bas Moyen Âge, et se s’emballent, à nouveau, à l’époque moderne. À l’est de la plaine, les variations du niveau des nappes phréatiques plus que les débordements des cours d’eau continuent de matérialiser l’excès d’eau. Cependant, leur niveau moyen s’élève en liaison avec l’augmentation du volume des écoulements. Dans les « terres noires », un haut niveau de la nappe, marqué par des re-carbonatations secondaires, reste encore visible. Il est daté de la fin de l’Antiquité et/ou du haut Moyen Âge.

1.2.4. L’état des connaissances sur les relations établies entre les sociétés et les milieux humides

24Le croisement des données issues des prospections archéologiques et des études géomorphologiques (Trément et al. 2004 ; Ballut à paraître) éclaire, aujourd’hui, les grandes lignes de l’évolution des modes d’occupation du milieu humide. Du Néolithique au second âge du Fer, l’occupation du cœur des zones humides reste sans doute négligeable ou marginale, peut-être momentanée ou saisonnière, lors de l’assèchement marqué des dépressions. En revanche, les bordures à assèchement saisonnier sont intégrées aux territoires des hommes du Néolithique et de l’âge du Fer, avec une continuité non assurée durant l’âge du Bronze, période pour laquelle les données font défaut.

25Au cours de La Tène C2/D1, la quasi-totalité de la plaine est intégrée aux territoires gaulois puis romains. Sous la pression d’un peuplement croissant, l’homme se libère des contraintes associées à ce milieu, riche par ailleurs en matières premières (nourriture, végétaux). Il y installe son habitat et y développe une activité agricole grâce à la maîtrise des techniques de drainage.

26Depuis la fin de l’Antiquité, les inondations imprévisibles, dévastatrices et fréquentes, qui peuvent se produire au printemps, à l’automne et en été après de violents orages, entraînent des destructions de récoltes et une désorganisation du système de drainage. Les réseaux de fossés antiques ont du mal à se maintenir et l’habitat se réorganise en se resserrant sur les points hauts du marais et sur les buttes où sont toujours localisés les villages actuels et les domaines agricoles isolés. Au bas Moyen Âge et à l’époque moderne, l’économie des marais est mieux connue grâce aux textes. La céréaliculture est souvent mentionnée, même si son ampleur est difficile à évaluer. Au début du XIXe siècle, le cadastre napoléonien laisse percevoir que les pâturages occupent encore une part notable dans les dépressions humides alors que les cultures se cantonnent sur les points hauts de la plaine (rapport Delhoume 1997 ; rapport Guichard 2000). Dans les années soixante, avant la réalisation du « plan Limagne », une grande partie des dépressions est encore affectée aux pâtures.

1.2.5. Le site du Pâtural

1.2.5.1. Un site bordier des zones humides limagnaises

27La fertilité des sols, la clémence du climat et la voie de circulation naturelle qu’est la vallée de l’Allier expliquent, en grande partie, l’attractivité de la Limagne clermontoise. Cette région est constituée, de surcroît, de territoires aux paysages variés et complémentaires. Ce milieu attractif est hautement sensible aux actions humaines et aux oscillations climatiques, en particulier dans ses parties humides. Or, c’est entre les cônes fluviatiles sableux et les anciens marais que se trouve le site du Pâtural, à 326 m d’altitude, sur une formation notée K sur la carte géologique. Elle est définie comme un complexe alimenté par des colluvions et des alluvions qui correspondent approximativement à l’extension des « terres noires ». Plus précisément, le site s’étend entre deux ruisseaux, les Tiretaines ; affluents de la rive droite du Bédat, ils viennent de Clermont-Ferrand ; l’un passe au nord du site, l’autre au sud et ils traversent la plaine selon une direction ouest-est.

28Par la localisation du site au contact de deux unités géomorphologiques sensibles, l’étude des différentes phases de son occupation nourrit la réflexion sur les relations complexes entretenues entre les sociétés et leur environnement en Limagne clermontoise. Le site documente aussi un secteur moins connu que le reste de la plaine, en raison des épandages sableux postérieurs à l’Antiquité qui ont souvent recouvert les terrains et masqué les sites anciens.

29Au moment de la fouille, le site du Pâtural n’a pas donné lieu à une étude géomorphologique et paléoenvironnementale avancée. Les conclusions qui suivent sont issues des observations réalisées sur le site par les archéologues et des résultats acquis sur les paléoenvironnements, lors des travaux de l’A710 (rapport Guichard 2000) dont le kilomètre 0 jouxte le chantier de fouilles.

1.2.5.2. La stratigraphie générale du site

30Sur le site du Pâtural, les sols possèdent une épaisseur moyenne d’environ 1 m. Ils sont bruns foncés à noirs, argilo-limoneux à limono-argileux, à structure polyédrique. Ils sont très homogènes et se décrivent mal en horizons différenciés. Seul l’horizon de surface, qui correspond à l’horizon de labour actuel, se distingue nettement à l’œil nu. L’analyse granulométrique révèle que la partie inférieure des sols, légèrement plus foncée, est plus sableuse que la partie supérieure (fig. 6). Cependant, si l’empreinte alluviale matérialisée par la teneur en sables et graviers est assez nette sur tout le profil, elle n’est jamais associée à de véritables dépôts fluviatiles.

Fig. 6 - Principaux caractères des sols dans le secteur du Pâtural, analyse réalisée au km 0 de la A710. La base de la séquence correspond au sol en place durant la Protohistoire et le sommet à la période postérieure.

31Grâce aux multiples observations et calages chronologiques (céramiques et 14C) obtenus au Pâtural et le long de la A710, les rythmes de la pédogenèse sont aujourd’hui connus. À l’âge du Fer, les sols ne sont épais que de 20 cm et, au Bas-Empire, de 30 cm en moyenne. 80 % de l’épaisseur des « terres noires » sont donc postérieurs à l’âge du Fer et 70 % à l’époque gallo-romaine (fig. 7 et 8). Le dernier quart de la séquence sédimentaire s’est déposé depuis l’époque moderne.

Fig. 7 - Chronostratigraphie type du secteur du Pâtural, au km 0 de la A710.

Fig. 8 - Coupe réalisée dans les terres noires, au km 0 de la A710.

32À l’exception des faits archéologiques, le principal évènement stratigraphique du site est le ruisseau 5557 qui traverse le site d’ouest en est, dans sa partie septentrionale (fig. 9). Il est assez étroit (1,4 à 2 m) et peu profond (40 à 50 cm). Son cours, sinueux, défile en méandres. D’après le plan de drainage actuel du secteur, il semble que ce paléo ruisseau soit un ancien tracé de la Tiretaine nord, ou ruisseau des Guelles, venant de Montferrand plus que de la Tiretaine sud, ou ruisseau des Ronzières.

Fig. 9 - Vue aérienne du site au cours de la dernière année de fouille.

33Chronologiquement, il semble avoir fonctionné durant toute la Protohistoire. Il présente du matériel de l’âge du Bronze, dans ses niveaux inférieurs, et possède trois phases de comblement (cf. infra fig. 34). La plus ancienne est composée d’un sédiment gravelo-sableux où a été trouvé un matériel peu abondant de l’âge du Bronze. La deuxième est également gravelo-sableuse et présente, en revanche, beaucoup de matériel. Le ruisseau a alors pu servir de dépotoir. Des blocs de basalte jonchent par ailleurs le lit du ruisseau et ses berges. Blocs et autres rejets ont pu pallier les débordements, colmater le lit et faciliter la circulation. Cette phase se termine au cours de La Tène D1. La troisième phase a été mal observée en raison de re-creusements, datés du Haut-Empire et sans doute d’origine humaine. Le sédiment, toujours sablo-graveleux, est moins dense en mobilier.

34Ce ruisseau est également bordé de nombreux fossés destinés, vraisemblablement, à maîtriser ses possibles débordements à la période gauloise. À l’époque gallo-romaine, les aménagements présents servent essentiellement à drainer les eaux de ruissellement souterraines, circulant dans les horizons sableux formés par les anciens chenaux.

1.2.5.3. La taphonomie des dépôts et la conservation des vestiges

35Au Pâtural, comme sur bon nombre de sites de plaine, la lecture des ambiances sédimentaires successives est difficile et les niveaux archéologiques sont rarement bien conservés. L’analyse stratigraphique souffre d’un brassage des horizons d’origine, à la fois, naturelle et humaine. Ce brassage s’explique, d’une part, par la bioturbation et par les alternances de phases de dessiccation et d’humidification des sols qui entraînent le sédiment de surface vers les horizons profonds, le long des fentes de retrait, en période sèche. D’autre part, il est dû aux labours qui sont assez précoces en Limagne, du fait de l’ancienneté des drainages et de la fertilité des sols de la plaine. Ces différentes perturbations sont responsables de la dégradation des niveaux archéologiques et conduisent à un mélange des couches d’occupation et du sommet des structures en creux. Les modalités de dépôt des sédiments et les lacunes stratigraphiques sont, pour les mêmes raisons, difficilement appréciables. Toutefois, la spécificité du site du Pâtural est de présenter, malgré tout, un bon état de préservation des couches archéologiques.

1.2.5.4. Les paléoenvironnements

36Pour les principales périodes d’occupation du site (VII-VIe, V-IVe, III-IIe siècles av. J.-C. et I-IIe siècles ap. J.-C.), on ne dispose pas de données chronologiques bien calées, susceptibles de préciser davantage l’histoire des marais.

37Les sols sont homogènes et peu épais au cours de la Protohistoire et de l’époque romaine. Ils se développent alors sur 20 à 30 cm et leur origine est pédologique plus que géomorphologique. Ils ne sont pas composés de volumes colluviaux notables et ne présentent pas de nets dépôts de débordement d’origine fluviatile, malgré la proximité des cônes des ruisseaux. Il n’existe aucun épandage sableux ou limoneux similaire à ceux trouvés en amont et, même localement, en aval, le long de l’A710, liés à des épisodes de crues (Ballut 2000) ; ainsi ce secteur pourrait être un îlot épargné par les débordements du ruisseau, au sein de la partie occidentale de la plaine humide. Néanmoins, la pédogenèse se déroule bien dans un milieu humide. Outre une humidité épisodique des sols argileux qui ressuient mal et restent collants après la pluie, les manifestations de l’excès d’eau sont essentiellement saisonnières et liées aux battements des nappes phréatiques. L’homogénéisation des sols ne permet pas de retracer l’histoire des variations interannuelles du niveau des nappes qui ont affecté la plaine, ne serait-ce qu’au rythme des oscillations climatiques attestées (Magny 1995). Un seul indice peut être noté. Il s’agit du remplissage graveleux d’un fossé de La Tène ancienne (3474). Il suggère des écoulements rapides qui ne semblent pas être associés à un drainage, comme c’est le cas pour les fossés clairement identifiés en tant que drain, à partir de La Tène C/D, mais davantage à l’accueil d’eau et de matières, lors des crues. La représentativité de cet événement n’est cependant pas, à ce jour, suffisante pour en déduire une recrudescence ou une violence des débordements du cours d’eau, au début de La Tène.

1.2.6. Éléments de synthèse

38Malgré la faible lisibilité de l’histoire environnementale du site, l’excès d’humidité est lié aux battements saisonniers de la nappe phréatique dont les variations interannuelles demeurent, néanmoins, méconnues dans la région, au cours de l’âge du Fer et de l’Antiquité. L’absence de dépôts de crue et les aménagements bordiers du ruisseau (fossés, blocs et autres rejets anthropiques) montrent que les variations du régime hydrologique sont d’ampleur modérée et maîtrisées à partir de La Tène C/D, grâce aux systèmes de drainage. En outre, les variations du niveau des nappes sont ici plus faciles à gérer qu’en amont, sur les cônes fluviatiles des ruisseaux ; là, les cours d’eau peuvent être soumis à de plus intenses débordements de surface, susceptibles de colmater, rapidement et fréquemment, les structures en creux et de recouvrir de boue les secteurs d’habitat.

1.3. L’occupation laténienne aux abords du Pâtural

39Le site du Pâtural se situe dans une des zones aux plus fortes densités de découvertes laténiennes de la plaine de Grande Limagne (fig. 10 et 11). Ce secteur a fait très tôt l’objet de prospections extensives qui expliquent, en partie, cette situation. De plus, la proximité de l’agglomération clermontoise et les aménagements qu’elle génère induisent la réalisation de très nombreuses opérations d’archéologie préventive qui occasionnent, au minimum, de vastes campagnes de prospections mécaniques.

Fig. 10 - Carte archéologique du sud de la Grande Limagne du Ve au Ier siècle av. J.-C. (état 2004 ; d’après Guichard et al. à paraître : fig. 5 ; rapport Mennessier-Jouannet 2004 : fig. 5 ; augmentés et corrigés).

40Les sites laténiens connus se répartissent, principalement, le long des cours des nombreux affluents de l’Artière et surtout du Bédat (les Ronzières, la Chaux, les Guelles) qui, eux-mêmes, se jettent dans l’Allier. La trame de ces implantations est resserrée et témoigne d’une forte mobilisation de ce secteur de la plaine au cours de La Tène. L’opération d’archéologie préventive, conduite préalablement à la construction de l’autoroute A710, a permis de mettre en évidence l’existence des réseaux de fossés, organisés souvent selon une trame régulière, qui se développent de façon quasi continue sur les 7 km du tracé autoroutier (rapport Guichard 2000). Les sites identifiés à des habitats se répartissent tous les 1 à 2 km. L’image que livre cette « fenêtre » ouverte sur la plaine est celle d’un paysage fortement structuré, organisé par des fossés de drainage (orientés nord-sud et est-ouest), où des établissements à vocation agricole exploitent, chacun, un terroir qui peut avoisiner quelques centaines d’hectares. Seul le site dit « d’Aulnat » (fig. 10 et 11 : n° 3), situé 3 km plus au sud, révèle, sur une bande de 2 km de long et de quelques centaines de mètres de large, une densité de vestiges qui renvoie à un mode d’occupation du sol de type agglomération ouverte.

41Précisément, cette situation ne correspond qu’à un épisode court de 150 à 200 ans, le IIIe et surtout le IIe siècle av. J.-C. Les témoins de l’occupation de la plaine, pour les phases plus anciennes (Ve-IVe siècles av. J.-C) ou au contraire plus récentes (Ier siècle av. J.-C.), sont nettement plus discrets. La base de la documentation permettant de retracer l’évolution de l’occupation du sud de la Limagne (fig. 10 et 11), pour la période de La Tène, provient de prospections menées dès les années quatre-vingts par N. Mills (Mills 1986). Au début des années quatre-vingt-dix, elles se sont poursuivies, conduites principalement par V. Guichard (rapport Guichard, Collis 1990 ; rapports Guichard 1991, 1993 ; rapport Le peuplement des Limagnes 1994) et, depuis 1998, par les étudiants de l’université de Clermont-Ferrand, sous la direction de F. Trément (Chappet 1998 ; Monier 1998 ; Dousteyssier 1999 ; Segard 1999 ; Melac 2000 ; Trément et al. 2000, 2004). Les travaux d’archéologie préventive anciens contribuent également très largement à l’établissement de cet inventaire (Provost, Mennessier-Jouannet 1994a, 1994b). Il en est de même des recherches récentes (rapports Alfonso 2000, 2002 ; rapport Alfonso et al. 2001 ; Blaizot, Milcent 2002 ; rapport Guichard 2000 ; rapports Mennessier-Jouannet 1999e, 2000a, 2002b, 2004). Les incertitudes restent cependant nombreuses, notamment, en ce qui concerne les données issues des ramassages au sol qui ne permettent pas de caractériser de façon précise les sites découverts (datation, étendue, fonction). Dans ce secteur sud de la Grande Limagne, les vestiges attribuables au début de la période laténienne (Ve-IVe siècles av. J.-C ou La Tène A/B) sont en effet peu nombreux : une dizaine d’indices. Ils correspondent principalement à des installations domestiques de taille modeste, quelques fosses et fonds de cabane. Deux ensembles funéraires importants sont connus, l’un à Champ Lamet, sur la commune de Pont-du-Château (Blaizot, Milcent 2002) et l’autre, légèrement plus récent, à la Barrière de Cournon, sur la commune de Cournon-d’Auvergne (fig. 10 et 11 : n° 8 et 45).

Fig. 11 - Détail des découvertes portées sur la figure 10.

42Avec une dizaine de points de découvertes, le IIIe siècle est à peine mieux documenté. La nouveauté tient à la nature des vestiges rencontrés et à la durée d’occupation des sites. Alors que les fossés ou palissades étaient jusqu’alors rares, on les trouve désormais sur la plupart de ces installations qui sont, parfois, occupées dès la première moitié du siècle (La Tène B2b) et, souvent, pendant tout le siècle suivant (8 cas sur 12). Le seul ensemble funéraire d’importance, attribuable à cette phase d’occupation, correspond à la nécropole à inhumation du site de la Barrière de Cournon (Loison, Collis, Guichard 1991 ; Mennessier-Jouannet, Provost 1994b : 84, 85 ; Deberge, Orengo à paraître), même si plusieurs découvertes témoignent, pour cette période, de l’existence de secteurs à vocation funéraire sur les sites de Gandaillat (rapport Blaizot et al. 2002 ; Deberge, Vermeulen, Collis à paraître) ou celui de Sarliève, à Cournon (rapport Deberge, Orengo 2002 ; Collis à paraître). À noter que dès cette phase, le site de La Grande Borne, qui se situe dans la partie centrale du complexe « d’Aulnat », livre les indices d’une occupation importante et les premières traces d’une activité métallurgique diversifiée (rapport Rateau, Chopelin 1971 ; Collis 1980 : fig. 1 ; Périchon 1983b ; Smith, Collis 1983 ; Orengo 2003 : 24-28).

43C’est pour le siècle suivant (La Tène C2 à D1a) que l’on recense le plus grand nombre de découvertes : sans prendre en compte celles faites sur le site « d’Aulnat », une cinquantaine de points de découvertes, dont 9 mal caractérisés, a été repérée sur le secteur étudié, soit environ 1 site tous les 3 km2. Certaines de ces occupations ont une origine ancienne qui remonte au siècle précédent, voire même aux Ve-IVe siècles. Le manque d’observations faites sur la plupart de ces sites, surtout connus par des prospections au sol, ne permet pas de dire si ce phénomène a un caractère généralisé et s’il est révélateur d’une certaine stabilité dans l’organisation de l’occupation des sols. À la différence du site « d’Aulnat », qui connaît alors sa phase d’extension maximale (150 hectares), ces installations semblent être identifiables à de petites communautés rurales : des fermes ou des hameaux de quelques hectares, très largement tournés vers les activités agricoles (Collis et al. 1997 ; Deberge à paraître). Des lieux de sépultures (inhumations et incinérations) ont été mis au jour au sein ou à proximité immédiate de l’habitat (Deberge, Orengo à paraître) (fig. 10 et 11 : n° 11, 13, 46, 48 et 49). Cette période correspond à une phase de développement agricole majeur de la plaine qui se matérialise par la mise en place d’un réseau dense de communautés rurales et le creusement de vastes réseaux de fossés de drainage tels que ceux découverts sur le tracé de la A710 (rapport Guichard 2000). Il faut noter que les limites du marais correspondent assez précisément à celles de la zone de plus forte densité en indices de site. Loin d’être un repoussoir, la plaine humide a donc constitué, au IIe siècle av. J.-C., un fort pôle d’attraction.

44La situation observée pour le Ier siècle av. J.-C. est plus surprenante puisque les vestiges mobiliers, attribuables à la fin de La Tène D1 et La Tène D2, font presque totalement défaut (9 points de découvertes dont 5 mal caractérisés), alors qu’ils sont, par ailleurs, bien représentés sur les sites fortifiés de Corent, Gondole et Gergovie. Le site « d’Aulnat », pourtant densément occupé au siècle précédent, est soudainement délaissé, de même que la plupart des sites occupés au IIe siècle. Il semble néanmoins que cette désaffection n’ait été que partielle et temporaire. En effet, la reprise d’axes parcellaires gaulois à la période romaine témoigne de l’entretien d’une partie du réseau fossoyé précédemment implanté. Certains sites fouillés livrent des éléments mobiliers, même en très petite quantité, qui indiquent qu’ils sont toujours fréquentés. Seuls 2 sites fournissent les indices d’une occupation qui peut être continue entre les IIe et Ier siècles av. J.-C. : Chaniat, sur la commune de Malintrat, avec un petit ensemble funéraire couvrant tout le Ier siècle et quelques structures domestiques contemporaines, malheureusement mal perçues, et Le Paquier à Saint-Beauzire uniquement connu par des prospections au sol (fig. 10 et 11 : n° 23 et 44). Plus largement, le « vide » archéologique constaté pour le Ier siècle av. J.-C. soulève la question des étapes de l’implantation du réseau des centres d’exploitation agricole de l’époque romaine, sujet sur lequel les fouilles de sauvetage des dernières années n’ont pas apporté de résultats probants. Si des traces d’occupation laténienne sont fréquemment rencontrées dans les établissements ruraux gallo-romains fouillés régionalement, elles renvoient à une période antérieure au Ier siècle et la continuité ne peut, dans la majorité des cas, être démontrée (Rousset 1996 : 8-15, fig. 11 ; rapport Liégard, Fourvel 1996 : 47-80 ; rapport Guichard 2000 : 72, 73 ; Alfonso, Blaizot 2004 : 30-36).

45Le Pâtural appartient à cette catégorie de sites qui, bien qu’ayant livré des témoins de fréquentation aux périodes anciennes, ne connaît sa première implantation structurée qu’à la toute fin de La Tène ancienne et, plus sûrement, au début de La Tène moyenne. L’occupation se développe tout au long du IIe siècle av. J.-C. avant de s’interrompre brutalement à la fin de ce siècle. La période du Ier siècle av. J.-C. ne laisse que très peu de traces et ce n’est que quelque temps avant le changement d’ère que le site fait l’objet d’une réoccupation, matérialisée par l’implantation d’une petite nécropole rurale et le creusement de nouvelles structures parcellaires.

1.4. Historique et objectifs de la recherche

1.4.1. Aux origines de la recherche

46La densité des sites laténiens relevée dans la plaine de Grande Limagne en fait une région privilégiée pour l’étude de l’organisation spatiale et sociale du peuplement de cette période. Elle offre un environnement attrayant par la fertilité de ses sols, même si celle-ci s’accompagne d’une contrepartie : un caractère naturellement palustre et hautement sensible à l’action de l’homme et aux fluctuations climatiques.

47Très tôt, le secteur sud de la Grande Limagne a polarisé l’attention des chercheurs travaillant sur l’âge du Fer en Auvergne. D’abord réalisée dans un contexte d’urgence, avec les suivis de travaux effectués à partir des années 1940 par P.-F. et G. Fournier sur la base aérienne dite « d’Aulnat » (Hatt 1942 ; Fournier 1970), la recherche a été effectuée, à partir des années 1960, dans un cadre programmé avec l’une des toutes premières fouilles de ce type sur un habitat de plaine en Auvergne. Les différentes campagnes de fouilles conduites, entre 1966 et 1982, sur le site de La Grande Borne, d’abord par R. Périchon seul, puis avec l’aide de J. Collis, à partir de 1972, ont permis des avancées significatives dans la connaissance des mobiliers, de l’artisanat et du commerce (Périchon, Chopelin 1969 ; Périchon 1972, 1973, 1983b ; Collis 1975, 1980, 1983). Cette recherche a débouché sur une première proposition de modélisation destinée à expliquer la forte densité de sites laténiens et l’absence d’agglomération protohistorique constatée alors, pour ce secteur sud de la Grande Limagne (Collis 1984 : 112). D’après ce modèle, qui a été considérablement nuancé depuis (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître), les différentes installations laténiennes de la Limagne méridionale correspondraient à autant de hameaux villageois impliqués dans la production agricole, les échanges à longue distance et la production artisanale ; le site de La Grande Borne ne serait, dans ce cadre, qu’un hameau villageois parmi d’autres. À l’achèvement de la fouille de La Grande Borne, s’est toutefois posée la question de la représentativité de ce site et de son insertion dans la trame de l’occupation laténienne qui commençait, par ailleurs, à être mise en évidence plus précisément (Mills 1983, 1985, 1986). Dès lors, l’équipe de recherche, constituée autour de J. Collis, s’est mise en quête d’un site pouvant lui être comparé afin de tester le modèle proposé. Cette nouvelle recherche devait également permettre de répondre au questionnement portant sur la forme et l’organisation de l’habitat, ce que n’avait pas permis la fouille exiguë des années soixante à quatre-vingts menées à La Grande Borne.

1.4.2. La découverte et l’exploration du site

48Les premières prospections pédestres réalisées par N. Mills sur le secteur, en 1981, n’ont pas permis pas de localiser le site laténien (Mills 1983). Ce n’est que cinq années plus tard, à l’occasion du creusement des fossés de drainage situés de chaque côté de l’autoroute A71, que son potentiel archéologique a été mis en évidence (fig. 12). La surveillance de travaux, conduite sur le terrain par R. Roche et A. Delpuech, a révélé la présence des structures contenant du mobilier laténien et gallo-romain (rapport Roche, Delpuech 1986). Un suivi plus systématique a alors été réalisé par une équipe bénévole de l’Université de Sheffield, placée sous la direction de J. Collis (rapport Collis 1987). Les premières investigations ont confirmé l’existence d’un site protohistorique important, tout en permettant une évaluation plus précise de sa chronologie et de son extension.

Fig. 12 - Historique des interventions archéologiques.

49Tirant parti de ces observations et de la disponibilité d’un vaste terrain en attente d’aménagement (emplacement prévu de la bretelle de raccordement de la A710), la même équipe a commencé, en 1987, une fouille extensive qui s’est poursuivie jusqu’en 1994, à raison d’une campagne estivale annuelle de trois mois. Cette fouille programmée, qui s’est appuyée sur une main d’œuvre majoritairement étudiante, issue principalement des universités de Sheffield et de Clermont-Ferrand, et qui a reçu un co-financement du ministère de la Culture et de la fondation Earthwatch, a vu sa superficie s’accroître progressivement d’année en année (fig. 13). La direction de la fouille a été assurée par J. Collis, jusqu’en 1990, puis par J. Dunkley, à partir de 1991.

Fig. 13 - Les différentes tranches de fouilles de 1986 à 1995.

50L’année 1995 devait initialement être consacrée à l’achèvement de la fouille programmée trisannuelle. L’échéancier de la construction de la A710 a quelque peu bouleversé ce calendrier et c’est dans le cadre d’une collaboration avec l’Association pour les Fouilles archéologiques nationales qu’a eu lieu la dernière année de fouille. Cette fouille de sauvetage a reçu un financement de la société des Autoroutes Paris Rhin Rhône, ce qui a notamment permis de doubler la surface précédemment explorée. L’exploitation des données de fouille a été effectuée par l’équipe de recherche sur l’âge du Fer dans les Limagnes d’Auvergne (dénommée Association pour la recherche sur l’âge du Fer en Auvergne, à partir de 1990) sous la direction de J. Collis, V. Guichard, J. Dunkley et Y. Deberge (rapport Dunkley, Collis, Guichard 1990 ; rapport Dunkley, Collis 1992 ; rapports Dunkley 1993, 1994 ; rapport Deberge, Collis, Dunkley 2002). La très abondante documentation a servi de support à plusieurs travaux universitaires (pour les principaux : Burgess 1994 ; Poucher 1995 ; Gouzel 1996 ; Richardson 1997 ; Loughton 1997, 2000a ; Robinson 1999 ; Ballut 2000 ; Orengo 2001).

51Cette recherche a été complétée, en 1995 et 1996, par les travaux réalisés par V. Guichard, préalablement à la construction de l’autoroute A710, à l’est du site du Pâtural (rapport Guichard 2000). Le Pâtural est, à ce jour, le seul site étudié, de façon intensive et extensive, appartenant à cette catégorie d’installations à vocation agricole, particulièrement bien représentée en Limagne, mais qui reste essentiellement connue par les prospections au sol. Initialement destinée à servir de comparaison au site de La Grande Borne, fouillé par J. Collis, cette étude a permis le dégagement sur une grande surface (environ 9 000 m2) d’un habitat contemporain de celui de l’agglomération « d’Aulnat ». Le mode d’occupation du Pâtural et son organisation interne diffèrent franchement de ceux mis en évidence à « Aulnat » et se rapprochent, en revanche, de ceux observés sur les sites de type « ferme indigène », connus ailleurs en Gaule. L’achèvement des études sur les mobiliers, leur remise en contexte ainsi que la découverte récente, en Limagne et sur ses marges, de plusieurs installations agricoles (Deberge à paraître) montrent toutefois que, si l’identification à une ferme indigène est valable pour le début de son occupation (de La Tène B2b à La Tène C2), l’évolution que le site connaît par la suite est relativement atypique et n’a pas d’équivalent régional.

1.4.3. Les méthodes de fouille

52Comme on l’a vu, le site est localisé dans la partie méridionale de la Grande Limagne, caractérisée par sa topographie très peu marquée et ses sols de « terres noires » très peu différenciés. Les structures archéologiques, situées dans la partie basse des formations de « terres noires », soit sous 0,70 à 0,80 m de sédiments, n’ont pas ou peu été affectées par les phénomènes érosifs. La bonne conservation des niveaux archéologiques, alliée à la difficulté de lecture les sédiments de Limagne, a conduit à adopter une méthode de fouille méticuleuse.

53Au cours des années de fouille programmée, seule la couche superficielle de terre noire a été évacuée avec des engins mécaniques et les 20 à 30 cm de sédiments qui restaient ont été fouillés manuellement, afin de repérer et d’étudier les couches d’occupation conservées. Chaque couche archéologique, qu’elle ait été en structure ou non, a fait l’objet d’une fouille par passes de 10 cm. Cette démarche trouve sa justification dans l’homogénéité même des sédiments constituant les couches archéologiques (remplissages et encaissants) qui rendent peu lisibles les limites de structures. Compte tenu des délais imposés en 1995, la méthode de fouille a dû s’adapter et le décapage mécanique a alors porté toute l’épaisseur des « terres noires » jusqu’au niveau visible d’ouverture des structures en creux, marnes ou couches de terre noire plus claire. Cette façon de procéder a très probablement conduit à une moins bonne observation des structures en creux peu profondes, des couches d’occupation et des aménagements construits en pierre. L’objectif principal a été de produire un plan exhaustif des structures en creux afin de préciser l’organisation spatiale des vestiges. Les structures ont été échantillonnées pour prélever du mobilier datant. Toutes les intersections entre les structures linéaires ont été sondées afin de préciser leur chronologie relative.

1.4.4. L’enregistrement des données

54Le repérage des structures s’appuie sur un carroyage métrique, installé sur le site en 1987 (fig. 14). Celui-ci, dont l’origine est arbitraire, est légèrement décalé vers l’est (17°), par rapport au nord du référencement Lambert. Chaque secteur quadrangulaire de 100 m de côté est doté d’un identificateur alphabétique (du nord au sud : B, G, M). Chaque couche archéologique fouillée a été enregistrée par unité d’1 m2 et d’une épaisseur de 10 cm, qu’elle soit ou non déposée dans une structure en creux : la couche 2000 est, par exemple, repérée par les coordonnées B 45E/14N. Une structure, qui est en principe désignée par un numéro de creusement unique, peut ainsi avoir plusieurs numéros de contexte pour un unique comblement. Le mobilier collecté a été repéré par rapport à cette grille de 1 m par 1 m et grâce au numéro de couche. Le petit mobilier (parure, monnaies, mais aussi meules et plaques de foyer…) a été, quant à lui, repéré au centimètre près et a fait l’objet d’un enregistrement particulier.

Fig. 14 - Système de référencement utilisé pour la fouille du site et raccordement en Lambert.

55Ce système, relativement lourd et rigide, s’est avéré indispensable compte tenu de la faible expérience de la plupart des bénévoles. Il a également permis de limiter les contaminations des différentes couches et structures (Collis 2001 : 81). En effet, vu les caractéristiques particulières des « terres noires », les recoupements de structures n’apparaissent qu’à un stade avancé de la fouille, généralement au niveau des marnes sous-jacentes. La possibilité d’isoler le mobilier stratigraphiquement suspect a ainsi permis d’éviter nombre de contaminations. Ce système d’enregistrement, sorte de SIG (Système d’information géographique) avant l’heure, s’est avéré particulièrement utile pour établir les plans de répartition des très nombreux mobiliers mis au jour.

1.4.5. Le traitement des données

56Au final, environ 1 893 numéros de structures, 5 029 numéros de comblements ou de couches et 10 438 numéros de passes mécaniques (fouilles par passes mécaniques hors ou dans les structures) ont été attribués au cours des neuf années de fouille (fig. 15). La mise en phase chronologique générale des vestiges s’appuie principalement sur l’analyse stratigraphique des structures linéaires : recoupements, alignements, parallélisme, divergences d’orientation des fossés et palissades. L’étude du mobilier est d’un apport décisif puisqu’elle permet, à la fois, la datation des aménagements ponctuels (fosses, trous de poteau, sépultures) et un rattachement du phasage en chronologie absolue. Les très nombreuses structures dégagées en 1995, qui n’ont pu faire l’objet d’une fouille en raison des délais imposés à l’opération, ont, pour la plupart, été écartées de la mise en phase chronologique. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’elles aient toutes une origine anthropique.

Fig. 15 - Plan des structures relevées sur le site (A) et de celles retenues pour l'étude (B).

57Un premier dénombrement a été effectué, pour le mobilier découvert entre 1986 et 1993, par unité stratigraphique : comptabilisation sommaire des artefacts par grande catégorie, comme la céramique, les amphores, la faune… Un dénombrement moins systématique, mais effectué grâce à la même grille d’analyse, a été réalisé pour le mobilier découvert au cours des deux dernières années de fouille. Au final, la collection des mobiliers archéologiques est impressionnante : sur un peu moins de 9 000 m2, en neuf années de fouilles, près de 334 000 objets ou fragments d’objets, correspondant à une masse de plus de 3 tonnes, ont été collectés (fig. 16).

Fig. 16 - Récapitulatif du mobilier laténien collecté sur le site.

58La quantité de mobilier découvert a donc largement influencé la méthode employée pour en étudier les différentes catégories. Ainsi, le petit mobilier métallique, lithique, osseux et céramique a été analysé de façon exhaustive par L. Orengo, Z. Poucher, C. Robinson, V. Guichard et Y. Deberge. Il en a été de même pour la céramique d’importation ; les amphores ont été étudiées par M. Loughton et la campanienne par V. Guichard et G. Verrier. Pour la céramique indigène et la faune, des choix ont dû être opérés. Pour la première catégorie, l’étude a d’abord pris en compte le mobilier provenant de toutes les structures, à l’exception des niveaux d’occupation (soit environ 57 000 restes), dans le but d’établir ou de préciser leur datation (R. Featherby). Par la suite, la céramique, issue de structures choisies pour des raisons qualitatives et quantitatives (soit 16 091 restes), a fait l’objet d’une étude plus fine afin de caractériser le faciès céramique du site et de tenter une approche chronotypologique de ce mobilier (Y. Deberge). Pour la faune, après un premier décompte général, l’analyse a finalement porté sur un échantillon de 12 913 restes déterminables (J. Richardson). Les restes humains, quant à eux, ont tous été examinés (A. Burgess). L’étude des macro-restes végétaux a été réalisée pour 14 structures qui en étaient suffisamment pourvues (M. Hajnalová).

1.5. De la préhistoire à la période gallo-romaine, les autres occupations du site

59Comme nombre de sites de Limagne, le Pâtural connaît une occupation longue entrecoupée d’importantes phases d’abandon. Dans ce chapitre, on propose de présenter sommairement ces différentes occupations qui ne nourrissent pas de liens directs avec l’établissement rural des IIIe-IIe siècles av. J.-C., objet de ce volume. Seront successivement évoquées : la fréquentation du site à la fin de la Préhistoire, l’occupation funéraire du premier âge du Fer, l’occupation domestique du début de La Tène et l’occupation funéraire de la période gallo-romaine.

1.5.1. Les premières traces de fréquentation

60Au cours de la fouille, 92 éléments lithiques pré-laténiens (6 petites haches polies, 86 éléments en silex ou quartzite) et 1 alêne en alliage cuivreux ont été collectés. Ils proviennent majoritairement des niveaux d’occupation surmontant le substrat mais, aussi du ruisseau, situé au nord du site et de plusieurs structures laténiennes et gallo-romaines (fig. 17). Même si la majorité de ces éléments a été découverte en position résiduelle, leur présence dans les niveaux de comblement inférieur du ruisseau peut indiquer un fonctionnement de cette structure à une date ancienne.

Fig. 17 - Mobiliers lithiques et métalliques, préhistoriques et protohistoriques.

61Cette petite série semble relativement homogène. Les pièces présentent un excellent état de fraîcheur. Les matières premières utilisées permettent l’individualisation deux zones d’approvisionnement : les silex tertiaires d’origine locale (silex de la Comté) et les silex crétacés (Turonien), provenant de la vallée du Cher (région de Meusnes et de Saint-Aignan) et du Grand-Pressigny. L’importation de ces silex crétacés est attestée en Auvergne dès le Gravettien, vers 29 000 BP, mais c’est surtout au Néolithique final et au Chalcolithique que les importations sont les plus marquées et les lieux de provenance les plus lointains. D’après les produits techniques disponibles, des éclats et des tablettes de ravivage, le débitage est orienté vers la production de lames et surtout de lamelles qui présentent les stigmates de la percussion indirecte ; cette technique apparaît au Mésolithique récent et se généralise par la suite. La percussion directe au percuteur tendre et celle au percuteur de pierre tendre sont également présentes dans ce lot. Les outils retouchés, essentiellement des éclats et des lames, sont peu nombreux et rarement caractéristiques d’une culture précise. La retouche est courte ou souvent marginale, directe ou inverse. L’armature à pédoncule et ailerons est caractéristique du Chalcolithique ou, peut-être, de l’âge du Bronze (ancien ?). Les haches polies miniatures se rattachent également à cette période, de même que l’alêne en alliage cuivreux.

62En conclusion, cette petite série de mobilier lithique atteste une fréquentation ancienne du site, probablement au Chalcolithique ou à l’âge du Bronze.

1.5.2. L’occupation du premier âge du Fer

63Cette période d’occupation du Pâtural ayant déjà fait l’objet d’une publication détaillée (Burgess et al. 2000), les principaux aspects en seront résumés, ici. C’est sous la forme d’une petite nécropole attribuable au premier âge du Fer que le site connaît sa première occupation structurée. La zone funéraire est localisée dans la partie sud du chantier et regroupe 12 individus inhumés (fig. 18), pour la plupart, dans des fosses creusées dans le substrat marneux (6 tombes simples et 1 double) ; 2 autres tombes (inhumations doubles) ont été découvertes moins profondément enfouies, dans les niveaux de « terres noires ». Elles souffrent d’un mauvais état de préservation, du fait de leur faible enfouissement. Les pratiques funéraires observées sont assez diverses. Les fosses présentent des orientations variées où dominent cependant les axes nord/sud et est/ouest. Les défunts sont placés sur le ventre (1 cas), sur le côté (1 cas) ou plus fréquemment sur le dos (5 cas) ; leur tête est au nord (1 cas), à l’ouest (2 cas), au sud (2 cas) ou à l’est (2 cas). Le plus souvent, les défunts ont été inhumés en pleine terre (9 cas) sans contenant particulier, à l’exception peut-être d’un linceul (3 cas). La présence d’un contenant périssable est possible pour 3 d’entre eux (sep 62070, sep 62090 et sep 100201). L’inhumation d’un seul défunt par tombe semble la règle même si, dans deux cas, la présence d’une inhumation double est fortement suspectée (sep 8602/70301 et sep 62055/62059). Une dernière tombe témoigne d’un cas de ré-inhumation, dans une fosse déjà existante (sep 62057/62064). Les restes partiellement décomposés d’un premier défunt, un homme d’une trentaine d’années, ont été bouleversés pour inhumer un second cadavre. Quelques ossements de la première sépulture ont été regroupés sous la tête du second défunt, un jeune homme de moins de 20 ans. Cet exemple suggère que la fosse sépulcrale était signalée en surface.

Fig. 18 - Le cimetière hallstattien (d’après Burgess et al. 2000).

64Une tombe, placée légèrement à l’écart du groupe, se démarque par son architecture funéraire. Le défunt, un homme de 35 à 45 ans, est disposé dans un cercueil probablement monoxyle sur lequel ont été déposées, en guise de couvercle, trois grosses dalles de basalte (sep 62070). À côté de cette tombe principale est implantée une inhumation double, comprenant 2 immatures (sep 62055/62059) et surmontée d’un petit cairn, constitué de blocs de pierre. Cet ensemble est ceint d’un enclos carré de petite dimension, probablement palissadé. D’abord attribué à la période laténienne, cette sépulture a fait l’objet d’une datation par dosage du radiocarbone qui la rattache à l’ensemble funéraire du Hallstatt (Ly-7600 : 2 495 +/- 50 BP ; intervalle calibré : 778-424 av. J.-C.).

65Seules 3 tombes fournissent du mobilier associé (fig. 19). La première (sep 62057) est celle d’un adolescent ; elle livre un bracelet en fer à extrémités bouletées, d’un type fréquent dans les sépultures masculines du Hallstatt C récent au Hallstatt D1-D2. Les 2 autres, des tombes de femmes (sep 70301 et sep 100201), offrent de nombreux éléments de parure, 16 objets chacune, qui fournissent une datation du Hallstatt D1-2 (fin du VIIe et première moitié du VIe siècle av. J.-C.).

Fig. 19 - Mobilier collecté dans les tombes 100201, 70301 et 62057 (d’après Burgess et al. 2000 : fig. 9, corrigée).

66L’exemple du Pâtural illustre la grande diversité des pratiques funéraires en usage au premier âge du Fer, en Auvergne. Inhumations en fosse, simple et double, ou au sein d’enclos s’y côtoient. Le linceul et le cercueil sont parfois utilisés et la ré-inhumation peut être pratiquée. Ce dernier usage indique l’existence d’un marquage au sol des fosses sépulcrales par un petit tertre ou un édicule. Le recrutement de la nécropole est relativement équilibré (6 hommes et 4 femmes) et suggère qu’elle appartient à une petite communauté humaine de type famille ou village. La rareté des sépultures d’enfants (2 individus) peut s’expliquer par la taphonomie. Les tombes livrant du mobilier d’accompagnement sont rares (3 cas), 2 d’entre elles, celles de femmes, en sont toutefois richement pourvues. L’examen du mobilier permet d’attribuer cette nécropole à la fin du VIIe siècle ou au début du VIe siècle av. J.-C., soit le Hallstatt D1-D2. L’habitat lié à cet ensemble funéraire a été repéré en 1996, 200 m au sud-ouest, à l’occasion de l’opération d’archéologie préventive, conduite préalablement à la construction de la A710 (rapport Guichard 2000 : 66, 67).

1.5.3. Une première fréquentation au début du second âge du Fer

67Une douzaine de structures, fossés ou rigoles et fosses, sont antérieures à l’occupation laténienne des IIIe et IIe siècles av. J.-C. (fig. 20). Leur datation repose essentiellement sur l’argument stratigraphique (orientations discordantes et recoupements avec les structures plus tardives) à l’exception d’un ensemble de quelques fosses, relativement bien pourvues en mobilier céramique.

Fig. 20 - Vestiges du début du second âge du Fer (Ve siècle av. J.-C.).

68Un fossé (fé 71427), peu profond (0,10 m) mais assez large (entre 1 m et 1,60 m), traverse le site du nord-ouest au sud-est en adoptant un tracé légèrement courbe. Il s’interrompt ou disparaît dans sa partie sud à l’endroit où il rencontre un autre petit fossé au tracé franchement plus incurvé (fé 107020). D’autres fossés ou rigoles se superposent à cet ensemble, soit en reprenant le tracé du premier fossé (fé 101541 et fé 106001), soit en adoptant une orientation plus nettement discordante (fé 101600 et fé 109001). Ces structures sont généralement peu profondes (moins de 0,30 m) et de largeur variable (de 0,55 à 1,30 m). La nature de leur comblement permet difficilement de préciser leur fonction. Les rejets domestiques sont quasiment absents puisque l’on n’y a collecté, au total, que 58 tessons de céramique, dont plusieurs éléments intrusifs et quelques éléments de faune, pour la plupart très petits. Tout juste peut-on noter que les deux fossés les plus anciens (fé 71427 et 107020) possèdent un remplissage graveleux très compact qui peut témoigner d’une circulation d’eau. Le comblement des autres fossés est de nature plus argileuse, d’une composition assez proche des « terres noires » sus-jacentes.

69Un groupe de fosses se situe à une quarantaine de mètres au nord de cet ensemble fossoyé, en limite orientale de la surface décapée (fig. 21). La plus grande fosse (fo 50974) se présente sous la forme d’une vaste dépression d’environ 3 m de diamètre et de faible profondeur, 0,30 m, qui comprend trois surcreusements de taille plus réduite, de 1 m à 1,50 m de diamètre. L’un des surcreusements (fo 59027), profond d’environ 1,50 m, possède un comblement homogène constitué d’un sédiment argileux noir et gras. Étant donné le caractère humide du secteur, l’hypothèse d’un silo semble à écarter. Il est plus vraisemblable de l’identifier à un puits à eau ou à une fosse d’extraction de matériaux. Une autre fosse de grande dimension (fo 59001), malheureusement fouillée sur une surface réduite, peut correspondre au même type d’aménagement.

Fig. 21 - Groupe de fosses du début du second âge du Fer.

70Le mobilier, peu abondant (280 tessons), provient essentiellement de ce complexe de fosses. Cet assemblage (197 restes) a fait l’objet d’une étude détaillée (rapport Mennessier-Jouannet 1999c) qui a permis de préciser son attribution chronologique (fig. 22). La céramique comprend des éléments modelés grossiers (jatte à bord rentrant et vase sub-cylindrique) à vocation culinaire et de la vaisselle plus fine, modelée et finie au tour, appartenant probablement au service de la table (jattes à bord rentrant et à paroi incurvée, jattes à profil en « S »). Ce petit assemblage, très homogène, peut être daté, par comparaison avec plusieurs ensembles régionaux (rapports Mennessier-Jouannet 2000b, 2000c, 2001b) ou extrarégionaux, de La Tène A (vers 460-410 av. J.-C.). Un dernier objet, découvert dans un fossé attribuable à La Tène C1, peut appartenir à un horizon chronologique légèrement plus récent (fig. 23). Il s’agit d’un anneau bitronconique, présentant des traces d’arrachement. Il est constitué d’une feuille de bronze appliquée sur une âme en fer. Sur la surface externe de l’objet, figure un décor, incisé ou estampé, à motif curviligne évoquant le style végétal continu, ce qui permet de proposer une datation à La Tène B1. L’identification précise de cet objet reste en suspens : un anneau passe-guide ?

Fig. 22 - Mobilier du début du second âge du Fer (Ve siècle av. J.-C. ; fo 59009, fo 59027, fo 59074). 1-3 : céramique grossière ; 4-8 : céramique fine ; 8 : bord peint en rouge.

71Les quelques structures de La Tène ancienne, présentes ici, correspondent vraisemblablement à la périphérie d’une installation dont le cœur se situerait plus à l’est, sous l’autoroute adjacente. La fouille réalisée dans le cadre de l’opération préventive, préalable à la construction de la A710, a permis d’étudier le prolongement de cette installation, 250 m au sud-est (rapport Guichard 2000 : 66, 67, fig. 34-51 ; rapport Mennessier-Jouannet 2000d). À cet emplacement, qui correspond également au secteur qui a livré des structures domestiques contemporaines du cimetière du premier âge du Fer, ont été dégagés quelques fosses, une rigole ou palissade, ainsi qu’un fond de cabane.

Fig. 23 - Anneau (passe-guide ?) à décor végétal (alliage base cuivre et fer).

72Il est possible que ces traces d’occupation, mises en évidence au Pâtural, correspondent à l’extension maximale de cette implantation de La Tène A dont la trame semble relativement lâche. On doit enfin noter que les fossés découverts, même s’ils ne sont que très mal datés et que leur fonction reste obscure (drainage, clôture), constituent la trace la plus ancienne de structuration de l’espace mise en évidence sur le site.

1.5.4. Le site à l’époque gallo-romaine

73Après celle de La Tène moyenne et finale, la période gallo-romaine est celle qui est la mieux documentée : 75 structures, principalement des sépultures et des fossés, sont en effet attribuables à cette occupation (fig. 24). Le mobilier issu des ensembles funéraires a fait l’objet d’une analyse détaillée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (Gouzel 1996), à l’exception des résidus osseux brûlés qui n’ont, à ce jour, pas été examinés. L’étude anthropologique des individus inhumés a été réalisée (Burgess 1994 ; rapport Burgess 1997). Il est impossible, dans le cadre de cet ouvrage, d’effectuer une présentation exhaustive de cet ensemble funéraire qui demanderait à lui seul une publication à part. On se contentera donc, dans l’attente d’une synthèse à réaliser, d’en résumer les principaux aspects.

Fig. 24 - Vestiges de la période gallo-romaine (fin Ier siècle av. J.-C./début IIe siècle ap. J.-C.).

74Les indices de fréquentation les plus précoces sont attribuables à la période augustéenne. Ils correspondent à l’implantation d’un large fossé dans la partie sud du site (fé 100450), au comblement final du ruisseau (ru 1936) et à l’implantation d’une des toutes premières sépultures (sep 2630), quelques mètres au sud de celui-ci. Il est possible qu’un certain nombre d’autres aménagements, fossé et palissades, soit à rattacher à ce premier horizon. C’est notamment le cas d’un fossé aux dimensions importantes, qui est situé en bordure sud de la zone fouillée et qui présente plusieurs recreusements (fé 60001/60101/60103). Cette sorte de gros fossé collecteur a également été retrouvée 150 m plus à l’est, lors des travaux occasionnés par la construction de la A710 (rapport Guichard 2000). À l’exception de ces deux fossés dont la fonction de drainage fait peu de doute, les autres structures linéaires sont de petites dimensions et correspondent à des délimitations modestes et, dans certains cas, à des palissades. Deux fossés (fé 1362 et fé 2015/102841) sont rapidement implantés à l’emplacement du lit comblé du ruisseau, au début du Ier siècle ap. J.-C. Ils paraissent délimiter un axe de circulation dont la largeur n’excède pas 4 m et qui ne possède pas une surface aménagée. Dans un état ultérieur, ces fossés, à l’origine destinés à assurer le drainage de la zone, sont remplacés par des palissades (pa 1315 et pa 2611). Plus au sud, plusieurs fossés (fé 2355 et fé 101001) et palissades (pa 41906, pa 64057 et pa 65001) subdivisent l’espace en différents enclos quadrangulaires. Le mobilier collecté dans leur comblement ne permet pas de proposer des attributions chronologiques précises. Il semble toutefois évident que le site connaît plusieurs phases d’aménagements et que toutes ces structures de délimitation ne sont pas contemporaines. Les seules limites pérennes semblent être les deux gros fossés de drainage ainsi que les fossés délimitant le chemin au nord du site.

75La nécropole s’implante en bordure sud du lit fossile du ruisseau et du chemin qui le recouvre. Il est possible que les premières sépultures soient installées alors que le ruisseau est encore partiellement actif (bras mort réactivé ponctuellement ?). En effet, les 30 derniers cm de son comblement recèlent, à côté d’un abondant mobilier laténien d’origine résiduelle qui provient de l’érosion de couches sous-jacentes, plusieurs tessons augustéens fortement brûlés. Au début du Ier siècle, la zone funéraire se limite à un espace restreint, situé à proximité du chemin. Dès le milieu du siècle, elle s’étend vers le sud, tout en respectant la limite ouest, déterminée par le fossé 2355. Au cours de l’ultime phase d’utilisation, à la fin du siècle ou au début du suivant, les sépultures sont à nouveau implantées, de façon plus diffuse, dans la partie nord du site en respectant la limite déterminée par le fossé d’enclos.

76Au sein de cette nécropole, trois pratiques funéraires ont été mises en évidence (fig. 25 et 26). La première (15 cas) correspond à l’épandage en place des résidus de crémation (vaisselle céramique ou en verre, parure, ossements animaux et humains) directement au sol, sur une surface de quelques mètres carrés (fig. 25 : G). Elle est à identifier soit à la dispersion au sol des restes d’une crémation réalisée en un autre emplacement (ustrinum), qui n’a par ailleurs pas été mis en évidence sur le site, soit aux restes d’un bûcher funéraire découvert en place (bustum). Au Pâtural, une seule sépulture (sep 15901) témoigne, de façon certaine, de la présence d’un bûcher plat. Elle comprenait des clous de menuiserie, en grande quantité (206 exemplaires), qui attestent la crémation d’un mobilier d’accompagnement en bois. Outre la présence de cet élément particulier, cette tombe a livré un abondant mobilier céramique (32 récipients) qui souligne le statut privilégié du défunt. D’après le mobilier d’accompagnement, découvert dans ce type de structure, qui est souvent abondant et essentiellement composé de vaisselle céramique, les dépôts dispersés d’une incinération sont surtout caractéristiques du début et du milieu du Ier siècle (fig. 27). Une seule sépulture du Pâtural, d’identification incertaine, paraît cependant témoigner de la persistance de cette pratique jusqu’au début du IIe siècle. Le nombre de vases présents varie de 1 à 38, la moyenne se situant à 16 vases par tombe. Les objets de parure (2 cas) et les monnaies (2 cas) sont rares, sûrement en raison des destructions occasionnées par la crémation.

Fig. 25 - Pratiques funéraires mises en évidence au sein du cimetière gallo-romain. A : vue générale d'un secteur du cimetière ; B et C : inhumations ; D et E : dépôts d'incinération en urne ; F : dépôt de mobilier sans incinération ; G : incinération dispersée au sol.

Fig. 26 - Les structures funéraires gallo-romaines.

77La deuxième pratique largement représentée (20 cas) correspond au dépôt secondaire des résidus de crémation dans une urne (fig. 25 : D et E). Les restes du défunt, prélevés après crémation, sont placés dans un récipient en céramique (19 cas) ou en verre (1 cas), parfois pourvu d’un couvercle (9 cas).

Fig. 27 - Évolution des pratiques funéraires (A) et typologie des dépôts mobiliers céramiques dans les tombes (B).

78L’urne, souvent de la vaisselle commune, est placée dans une fosse de taille restreinte, quelquefois avec un ou plusieurs autres vases (8 cas). Il peut s’agir de vaisselles déposées intactes et n’ayant pas été exposées au feu funéraire (3 cas) ou, au contraire, d’éléments brûlés et brisés, prélevés après la crémation (5 cas). Ce dernier cas de figure indique que la modestie de l’incinération en urne n’est peut-être qu’apparente et qu’un nombre plus important de vases pouvait être réellement impliqué dans la cérémonie funéraire. Compte tenu de la faible quantité de récipients présents, plusieurs sépultures restent difficiles à dater avec précision. Néanmoins, la majorité de ces tombes est attribuable au Ier siècle ap. J.-C. (19 cas), et plus précisément à la fin de celui-ci, voire pour certaines d’entre elles au début du IIe siècle (12 cas). Une seule de ces sépultures peut indifféremment dater des Ier ou IIe siècles de notre ère.

79La pratique de l’inhumation concerne 10 individus, parmi lesquels une majorité de sujets immatures (8 cas) souvent en bas âge, et 2 adultes (1 femme âgée et 1 adulte d’âge et de sexe inconnus). S’y ajoute un squelette de chien, rattachable à la même phase chronologique. Les tombes, suffisamment bien préservées, révèlent que l’ensevelissement a été pratiqué en pleine terre, sans contenant particulier. Le mobilier d’accompagnement est peu abondant ou absent. Trois sépultures, celles d’un enfant, d’un adolescent et d’un adulte, livrent néanmoins de 2 à 6 vases, déposés intacts ou incomplets, brûlés ou non. L’inhumation féminine contient, par ailleurs, 1 bracelet et 1 anneau de cheville en fer. La datation de ces inhumations repose sur un nombre limité d’indices et une seule d’entre elles peut être attribuée de façon certaine au milieu du Ier siècle ap. J.-C. Les autres sont datées du Ier siècle (3 cas), du IIe siècle (1 cas) ou restent indatables.

80Un dernier type de structure correspond à deux dépôts, dans des fosses distinctes, de 12 et 3 vases qui sont tous brûlés, mais qui ne livrent aucun élément osseux. L’un des dépôts (dép 8566) est à associer à une incinération en urne (sep 43997), en raison de sa localisation et des parentés mises en évidence entre le mobilier des deux structures (recollage, identité typologique). Il comprend, outre les vases et une monnaie, des restes organiques carbonisés (graines), non encore analysés. L’autre dépôt (dép 3690), nettement plus modeste, est, quant à lui, situé à l’écart de toute sépulture.

81La petite zone funéraire gallo-romaine du Pâtural signale vraisemblablement la périphérie d’une exploitation agricole. Ce cimetière est probablement à mettre en relation avec habitat contemporain, reconnu 250 m plus à l’est, par prospection pédestre. Son implantation est relativement précoce et a été effectuée en même temps que celle des premières structures parcellaires. Ces dernières reprennent l’orientation et parfois le tracé des fossés laténiens pourtant obturés, pour les plus récents, depuis plus d’une centaine d’années. Les aménagements protohistoriques devaient donc être encore repérables dans le paysage (haies, talus) au moment de l’installation du cimetière gallo-romain. Sa disposition, en bordure d’un chemin, rappelle celle du petit ensemble funéraire rural découvert, quelques kilomètres plus au nord, sur le site de Rochefort à Gerzat (rapport Bel, Wittmann 2001). Les pratiques funéraires mises en évidence au Pâtural témoignent d’une diversité connue dans la région (Mennessier-Jouannet, Collis, Dunkley 1993 ; rapport Bel, Wittmann 2001 ; Blaizot et al. 2004) et, plus largement, dans un grand quart sud-est de la Gaule (rapport Blaizot et al. à paraître). La crémation in situ (apparemment tous des bûchers plats) semble être héritée de la fin de la période laténienne, comme le suggère la découverte de deux probables fosses bûchers sur le site de Rochefort, datées du IIe siècle av. J.-C. (rapport Bel, Wittmann 2001 : 79, 80). Ce mode de traitement funéraire prédomine au Pâtural, jusqu’au milieu du Ier siècle ap. J.-C. À noter que la présence, pour plusieurs de ces bûchers plats, d’une quantité importante de récipients céramiques (jusqu’à 38 récipients) et, dans un cas, d’un mobilier d’accompagnement en bois témoigne de l’appartenance de certains défunts du Pâtural à une frange relativement aisée de la population rurale (propriétaires terriens ?). Les dépôts des résidus de crémation en urne paraissent ici caractéristiques de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Les inhumations sont plus marginales et semblent très majoritairement réservées aux enfants décédés en bas âge. L’utilisation de la nécropole ne se poursuit que peu de temps après la fin du Ier siècle ap. J.-C.

82Après le IIe siècle de notre ère, le site du Pâtural paraît à nouveau délaissé. Aucune autre structure n’est en effet attribuable à une période postérieure, à l’exception d’une fosse médiévale et de quelques fossés d’époque moderne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Le peuplement arverne (d’après Jones 2001). Les agglomérations ouvertes et les oppida connus pour les IIe et Ier siècles av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 2 - La Grande Limagne clermontoise.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3 - Implantation topographique du site du Pâtural ; au nord, l'agglomération de Gerzat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4 - Un climat d’abri : diagramme ombrothermique de la station « d’Aulnat ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5 - Ensembles géomorphologiques de la plaine de Grande Limagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 6 - Principaux caractères des sols dans le secteur du Pâtural, analyse réalisée au km 0 de la A710. La base de la séquence correspond au sol en place durant la Protohistoire et le sommet à la période postérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7 - Chronostratigraphie type du secteur du Pâtural, au km 0 de la A710.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 8 - Coupe réalisée dans les terres noires, au km 0 de la A710.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9 - Vue aérienne du site au cours de la dernière année de fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 10 - Carte archéologique du sud de la Grande Limagne du Ve au Ier siècle av. J.-C. (état 2004 ; d’après Guichard et al. à paraître : fig. 5 ; rapport Mennessier-Jouannet 2004 : fig. 5 ; augmentés et corrigés).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 11 - Détail des découvertes portées sur la figure 10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 12 - Historique des interventions archéologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 13 - Les différentes tranches de fouilles de 1986 à 1995.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 14 - Système de référencement utilisé pour la fouille du site et raccordement en Lambert.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 15 - Plan des structures relevées sur le site (A) et de celles retenues pour l'étude (B).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 16 - Récapitulatif du mobilier laténien collecté sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 17 - Mobiliers lithiques et métalliques, préhistoriques et protohistoriques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 18 - Le cimetière hallstattien (d’après Burgess et al. 2000).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 19 - Mobilier collecté dans les tombes 100201, 70301 et 62057 (d’après Burgess et al. 2000 : fig. 9, corrigée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 20 - Vestiges du début du second âge du Fer (Ve siècle av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 21 - Groupe de fosses du début du second âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 22 - Mobilier du début du second âge du Fer (Ve siècle av. J.-C. ; fo 59009, fo 59027, fo 59074). 1-3 : céramique grossière ; 4-8 : céramique fine ; 8 : bord peint en rouge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 23 - Anneau (passe-guide ?) à décor végétal (alliage base cuivre et fer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 24 - Vestiges de la période gallo-romaine (fin Ier siècle av. J.-C./début IIe siècle ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 25 - Pratiques funéraires mises en évidence au sein du cimetière gallo-romain. A : vue générale d'un secteur du cimetière ; B et C : inhumations ; D et E : dépôts d'incinération en urne ; F : dépôt de mobilier sans incinération ; G : incinération dispersée au sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 26 - Les structures funéraires gallo-romaines.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Fig. 27 - Évolution des pratiques funéraires (A) et typologie des dépôts mobiliers céramiques dans les tombes (B).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2650/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540