Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Introduction

Texte intégral

1Depuis le milieu du XXe siècle, l’étude des établissements ruraux à vocation agricole mobilise l’attention des chercheurs européens travaillant sur le second âge du Fer (pour un aperçu sur l’évolution de la recherche voir Menez 1996 : 202-217). Ces sites permettent de s’interroger sur l’implantation des communautés rurales de la fin de l’âge du Fer et de l’exploitation du territoire. La masse des publications existantes sur le sujet illustre l’intérêt porté à la question de l’origine et du développement de ces établissements qui correspondent, en partie, aux aedificia mentionnés par César lors de la Conquête de la Gaule. Entre description littéraire et faits archéologiques, cette appellation recouvre un fait historique qui est maintenant assez clairement perçu : l’émergence de sites, au moins dès le III e s. av. J.-C. en Auvergne et, parfois, plus précocement ailleurs, qui se partagent la mise en valeur agricole du territoire gaulois et ce jusqu’à l’apparition des grands domaines agricoles de la période gallo-romaine. L’origine à ce phénomène n’est pas clairement comprise : augmentation démographique, amélioration de l’outillage et des pratiques agricoles… Toujours est-il que l’accroissement de ces communautés rurales se traduit par un développement sans précédent de l’agriculture qui trouvera, comme corollaires, la création des premières agglomérations proto-urbaines (habitats ouverts et oppida) et le développement des échanges.

2Ces établissements sont souvent désignés par le terme de « ferme indigène », traduction de l’expression « native settlement », ont été pour la première fois mis en évidence en Angleterre. Ils partagent tous une unité formelle (sites d’habitat à enclos fossoyé de quelques milliers de m2) qui recouvre, en réalité, une grande diversité de statut et, probablement, de fonction économique. Du site « pauvre », caractérisée par quelques rejets mobiliers de moindre qualité, à l’important domaine agricole où l’on rencontre, en nombre, des importations méditerranéennes, de la parure, de l’armement… il existe toute une hiérarchie de sites que l’on commence seulement à percevoir, notamment à partir de l’analyse systématique des mobiliers (Nillesse 2003a). Si la fonction principale de ces installations rurales semble être la production de denrées alimentaires, il est, dans bien des cas, difficile de déterminer quelle est leur nature précise. À l’image de la plaine vendéenne ou des régions normande et picarde, la plaine de grande Limagne d’Auvergne se prête particulièrement bien, par la densité des vestiges laténiens qu’elle recèle, à l’étude de ces établissements ruraux. Ce secteur géographique, qui correspond à une plaine fertile enchâssée dans une zone de basse et moyenne montagne, a très tôt bénéficié d’un programme de recherche sur la période du second âge du Fer. Initié dès 1966 par R. Périchon, avec la fouille intensive du site d’Aulnat, à laquelle s’est associé J. Collis à partir de 1970, ce programme s’est poursuivi par de vastes campagnes de prospections systématiques qui ont révélé une densité d’occupation qui connaît peu d’équivalents en Gaule. À partir des années 1990, la multiplication des opérations, liées à l’archéologie préventive, a contribué à enrichir nos connaissances de ce secteur très fortement mobilisé à la période laténienne.

3La fouille conduite entre 1987 et 1995 sur le site du Pâtural, dans un cadre d’archéologie programmée puis préventive, a eu pour objectif de caractériser, le plus précisément possible, l’évolution de l’un de ces établissements ruraux, situé en Limagne d’Auvergne. Le dégagement, sur près d’un hectare, des vestiges d’une occupation domestique (bâtiments, fosses, fossés…) et la découverte d’un mobilier diversifié (faune, macro-restes végétaux, céramique, importations, parure, outillages domestique et agricole, déchets artisanaux…) et abondant (environ 334 000 restes et 3,1 tonnes) permettent d’aborder les thèmes des paléoenvironnements, de la forme et de l’organisation de l’habitat, de la nature des activités agricoles, domestiques et artisanales pratiquées, des échanges et de l’évolution typologique des mobiliers. L’étude, conduite par une équipe pluridisciplinaire (archéologues, géomorphologue, archéozoologues, carpologues, anthropologue, céramologues, spécialiste de la métallurgie…), a visé l’exhaustivité. Elle aboutit à une réflexion sur l’évolution de la taille de cette installation (de la ferme au hameau), sur son insertion dans le réseau de sites du bassin clermontois (existence d’une hiérarchisation) ainsi que sur le statut de ses occupants (aristocrates ?). La question de l’évolution du Pâtural au Ier siècle av. J.-C. et, plus largement, de celle de l’occupation de la Limagne est également abordée.

4Le Pâtural, seul site rural de Limagne à avoir été fouillé et étudié de façon approfondie, constitue une référence pour la connaissance de la société arverne. Et plus largement, il contribue à alimenter la réflexion sur cette période de la fin du second âge du Fer qui a joué un rôle majeur dans la formation des campagnes françaises.

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540