Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Troisième partie. Compléments d'enquête

Chapitre 1. Le bâti

Texte intégral

ANALYSE DES PLAFONDS EN BOIS

Isabelle Parron-Kontis

1Un échantillonnage systématique des bois d’œuvre a été réalisé. Les plafonds et les planchers ont, seuls, fait l'objet de notre attention puisque l'enquête sur le terrain a établi que les charpentes et les huisseries avaient été rénovées systématiquement lors de la précédente restauration du musée dans les années 1960.

  • 176 « Archéolabs réf. ARC 01/R2611D » ; « Archéolabs réf. ARC 03/R2755D » ; « Archéolabs réf. ARC 03/R2 (...)

2Par la dendrochronologie, il est possible d'approcher une datation pour l'abattage des bois de construction. Cette démarche est nécessairement accompagnée d'une lecture précise des élévations. Il est en effet indispensable de définir si les poutres sont en place ou si leur position peut être dite en repercement. La confrontation de ces conclusions peut préciser la chronologie du bâtiment. La dendrochronologie est une méthode fondée sur l'analyse de la croissance du bois. « Le décompte et l'analyse des cernes annuels des arbres » permettent, en fonction de leur état de conservation, d’indiquer la période durant laquelle l'arbre a vécu. Le bois d'œuvre est mis en place dans les semaines qui suivent l’abattage des arbres, la détermination de cette date permet donc de préciser la période d’installation des bois dans un bâtiment. Un échantillon tiré d'un bois taillé et qui, de fait, n'atteint plus la périphérie du tronc d'origine ne pourra pas livrer la date de la mort de l'arbre, le nombre de cernes perdus ou enlevés étant très difficile à évaluer. Les datations apportées par ce type d’analyse sont donc indicatives et leur usage s’accompagne de la plus grande prudence. Cette étude a été réalisée par le laboratoire Archéolabs dont l'expertise a permis de préciser une fourchette chronologique pour la construction de certaines parties de l'édifice (Dormoy 2001, 2003, 2004)176.

3La détermination des essences est primordiale pour réaliser une recherche dendrochronologique. Les arbres entrant dans la composition des plafonds et des planchers du Musée Gadagne appartiennent au groupe des résineux (gymnospermes) : sapin (abies alba) et épicéa (picea abies) ; ces essences dominent en moyenne montagne et les sites sont nombreux dans la région. Si les textes ne précisent pas leur provenance, ainsi qu'on peut le constater dans le texte du XVIIe siècle présenté dans cet encart, il est, dès lors, très difficile de définir avec exactitude l’origine de ces résineux.

4L'analyse des plafonds et des bois a mis en évidence la grande homogénéité de leur constitution, caractérisée par une absence de remploi et un système de mise en œuvre assez proche : poutres et solives avec closoirs décorées de moulures. Celles-ci sont simples et courantes, clouées soit directement sur les solives, soit sur la poutre. Il s'agit d'un type de moulure commune dans la première moitié du XVIe siècle, fabriquée en série. En ce qui concerne les planchers, quelques observations générales peuvent aussi être formulées. Les lames de parquet mesurent entre 0,36 et 0,25 m de largeur. La longueur des planches est fonction de leur position dans le plancher : on dispose des séries de même longueur puis on recoupe des pièces plus petites pour combler les vides. Dans les zones modifiées dans les années 1960, les lames sont systématiquement moins larges (0,20 à 0,25 m).

5En dépit de l'échantillonnage systématique réalisé, les résultats sont assez contrastés. Les ensembles possédant une grande cohérence architecturale ne posent pas de problème : il en est ainsi pour les transformations du XVIIe siècle réalisées par André Falconnet dans les pièces A3, B3, C3 et L3 ou les restaurations du XXe siècle effectuées dans les pièces E2 et E3 (cf. tableau). En revanche, dès que l'on pénètre au cœur du chantier, les données restent plus imprécises. En effet, nous avons vu que la construction et l’aménagement des bâtiments sont effectués sur une période longue, allant de l’extrême fin du XVe siècle aux années 1540. Ce chantier est donc en constante évolution, comprenant des zones terminées alors que d’autres ne le sont pas. En outre, seule une poutre de la pièce D2 précise une date d’abattage en automne-hiver 1492, les autres datations demeurent dans une fourchette allant de 1515 à 1541. Or, on se situe dans des corps de bâtiments distincts dont la construction s’échelonne au cours de cette période, comprenant des zones terminées alors que d'autres ne le sont pas. Et l’analyse dendrochronologique vient bien confirmer cette longue évolution. Il faut en l'occurrence intégrer le phénomène « chantier » en lui-même dans le raisonnement archéologique. En effet, ce chantier de près de cinquante ans ne pouvait répondre à une organisation figée, les corps de métier se croisant et les arrivages de matériaux, notamment des bois de charpente, se faisant au gré des nécessités et de l’avancement des travaux.

  • 1 flèche ?
  • 2 galerie de vers à bois et/ou lesdits vers locataires des bois.

Priffait Falconet / Arbin maitre charpentier - 12 mars 1655
ADR. - 3 E 7121 (Carnet de Plassier Jean, notaire : 1640 – 1671) - f° 447 v°
« Personnellement estably noble André Falconet docteur de médecine […] a baillé à priffait à honneste Anthoine Arbin, maistre charpentier aud. Lyon présent et acceptant l’œuvre de charpenterie (suivante) en sa maison scize au quartier du Garillan dud. Lyon, scavoir tous les planchers à neuf qui luy seront indiqués pour le rehaussement que led. sieur Falconet fait faire de lad. maison suivant le priffait pour ce passé ce jourd’huy avec Jacquin Mareschal maistre masson aud. Lyon, que led. Arbin a dict bien scavoir (…) lesquelz planchers seront fait à la françoise, garnys chescun de deux sommiers entiers et deux demys, les entiers seront de quatorze poulces [0,392 m] de haulteur et de dix à onze poulces [0,28 à 0,308 m] d’épaisseur et les demy de mesme haulteur et cinq poulces [0,14 m] d’époisseur ; au-dessus desd. sommiers seront poser les mollures et travons qui seront posez à quatre poulces [0,112] l ‘ un de l’aultre et les haix renardées [ ?] et doublées ; pour ce fournira tous les bois, grosses et fassons, moyennant la somme de vingtquatre livres pour chescune toise, plus fera les cintres de l’escuirie moyennant sept livres la toyse et seront les boys pour les susd. planchiers de bons boys bien conditionné, le tout de saine [très douteux] arette, sans flache1 ny artisonnage2, les travons de quatre poulces d’hautteur [0,112 m] et trois [0,084 m] d’espoisseur lequel susd. prix sera payer comme led. sieur Falconet promet aud. Arbin à mesure de l’euvre faite […] fait et passé aud. Lyon maison d’habitation de Nicolas Grollier escuyer seigneur de Serrières [?] rue Tramassac, le douziesme jour de mars mil six cent cinquante cinq avant midy […] »
Antoine Arbin, Plassier, Galconet, de Serrières ont signés.

NATURE ET ORIGINE DE DEUX PIERRES DE CONSTRUCTION

Evelyne Debard

6En vue de connaître la nature et l’origine de certaines pierres utilisées dans la construction du Musée Gadagne, deux échantillons ont été analysés en lames minces. L’un provient de l’entourage de la fontaine jaillissant dans le mur de soutènement bordant le jardin, l’autre est issu du montant de l’escalier partant de la salle D2 située au deuxième étage du musée.

PAREMENT DE LA FONTAINE (niveau jardin)

  • À l’œil : calcaire gris moyen (N5 du code couleur Munsell), à multiples facettes brillantes (entroques) et sections de coquilles arquées blanches (gryphées).

  • Au microscope : entassement de débris de Crinoïdes (= entroques) en très mauvais état, associés à des débris de Lamellibranches. Quelques foraminifères multiloculaires très mal conservés.
    Ciment à l’origine sparitique, transformé par diagenèse en un film micritique et ferrugineux.

  • Détermination : calcaire à gryphées et à entroques.

  • Origine probable : carrières des Monts-d’Or exploitant les calcaires à gryphées du Sinémurien (base du Jurassique inférieur).

7Les calcaires à gryphées se présentent sous différents faciès et leur couleur varie du gris clair à presque noir avec souvent une altération de surface jaunâtre (fig. 163, 164). Les macro-fossiles (gryphées, ammonites) y apparaissent en blanc. Les différents faciès formaient un empilement de 40 à 70 bancs, de 10 à 50 centimètres d’épaisseur, favorisant leur débitage en dalles. Chaque banc était exploité pour un usage particulier : marches d’escaliers, tables, consoles, éviers et autres pièces d’ameublement, jambages des portes et des fenêtres, lauzes pour toitures et faîtage des murs (Alléon-Dulac 1765 ; David 1976). Certains bancs, par leur débit en feuillets ou leur faible dureté, n’avaient aucune valeur.

Fig. 163 - Calcaire à Gryphées vu au microscope, en lumière naturelle.

Fig. 164 - Calcaire à Gryphées vu au microscope, en lumière polarisée.

8Les principales carrières se trouvaient sur les communes de Saint-Didier-au-Mont-d’Or (sites de Saint-Fortunat et de la Ferlatière), de Saint-Germain-au-Mont-d’Or (en haut du chemin des Carrières et le long de l’ancienne route de Chalin à Poleymieux), de Limonest (La Longe, à gauche en montant de la Barollière au Mont-Verdun), de Saint-Cyr-au-Mont d’Or (vallon de l’Indiennerie, en bas de la Ferlatière, et entre la Croix des Rameaux, la forge d’Orrieu et la Mairie actuelle) (Garnier 1999). Ces carrières se sont développées à la fin du XVe siècle jusqu’au XVIIIe siècle, puis elles ont décliné face à la concurrence des pierres de l’Ain et de l’Isère. En 1866, Falsan et Locard signalent encore 50 carrières en activité, mais en 1926, la plupart ne sont plus en exploitation (Roman 1926) et les derniers carriers disparaissent autour de 1950.

9Au fur et à mesure de l’extraction des pierres, une partie de la carrière était remblayée par les déchets, ce qui permettait de sécuriser les fronts d’exploitation, de diminuer les coûts de cette dernière, de récupérer des terres agricoles ou à bâtir. Depuis les années 1950, le remblaiement des carrières s’est accéléré avec le développement de l’urbanisation des communes des Monts-d’Or. Le nombre des carrières exploitées et le remblaiement de la plupart d’entre elles, la variabilité des faciès des calcaires à gryphées, rendent improbable la localisation précise du lieu d’extraction des pierres utilisées dans les bâtiments lyonnais, en particulier pour le Musée Gadagne.

MONTANT DE L’ESCALIER (M22 – salle D2)

  • À l’œil : calcaire oolithique, blanc crayeux à orange très pâle (10 YR 8/2 du code Munsell).

  • Au microscope : oolithes micritiques, très tassées. Ciment sparitique peu développé (fig. 165).

  • Détermination : calcaire oolithique.

  • Origine probable : calcaires oolithiques à silex du Bathonien inférieur exploités dans les carrières situées à l’Ouest du Mont-d’Or, à proximité du hameau de la Clôtre à Lissieu, ou plus au Nord dans le Beaujolais méridional, entre Morancé et Anse.

Fig. 165 - Calcaire oolithique vu au microscope, en lumière naturelle.

10Ces calcaires forment une masse de 25 m d’épaisseur divisée en treize bancs dans le Beaujolais, d’une dizaine de mètres seulement à Lissieu. Ils sont connus sous l’appellation « Pierre de Lucenay ». C’est une pierre demi-dure, donc facile à tailler et à scier, résistante aux intempéries. C’est donc un excellent matériau de construction, connu dès l’époque gallo-romaine et largement utilisé dès le Moyen Âge dans les édifices religieux (Savay-Guerraz 1985 ; Rulleau, Rousselle 2005). Par ses qualités de taille, elle domine dans les sculptures.

11Falsan et Locard (1866) signalent cinq grandes carrières ouvertes à La Clôtre près Lissieu, mais déjà abandonnées en 1926 d’après Roman. Une vingtaine de carrières existaient entre Morancé et Anse ; certaines appartenaient aux chanoines qui acheminaient les pierres par la Saône vers Lyon (Reveyron 1996-97). En 1926, seule une carrière exploitait encore la « Pierre de Lucenay » (Roman 1926). Actuellement, les carrières sont pour la plupart remblayées (Rulleau, Rousselle 2005).

LES MARQUES LAPIDAIRES

Isabelle Parron-Kontis

12L’architecture étudiée dans l’îlot Gadagne comporte peu de marques lapidaires. C’est sans doute la qualité des maçonneries, composées principalement de moellons équarris et de pierres de tout-venant, qui est à mettre en relation avec cette relative pauvreté. Les marques sont en effet portées par les pierres de taille. Or, l’usage de ces pierres de grand appareil est circonscrit aux ouvertures et aux escaliers. Toutefois, on constate que tous ces organes ne sont pas systématiquement marqués. On rencontre des signes lapidaires en des points bien définis du bâtiment : sur quelques ouvertures des pièces arrières (I, H, J), plus systématiquement sur les pierres de taille des fenêtres, des portes et de l’escalier des pièces A, B, C et L. Ici, les marques lapidaires reconnues appartiennent à des zones fortement remaniées au XVIIe siècle par André Falconnet.

13Les signes lapidaires rencontrés entrent dans la catégorie des signes à caractère géométrique. Ils sont gravés, taillés et parfois dessinés. Aucun signe figuratif n’a été repéré, en revanche nous avons mis en évidence un autre type de glyptographe qui entre dans la catégorie des figures géométriques complexes portées sur le parement d’un bloc : une série de rosaces s’entrecroisant ; un seul exemplaire a été repéré.

14Les signes reconnus dans la zone sud de l’édifice sont taillés au ciseau, créant une dépression parfaitement délimitée qui se rapproche d’une taille épigraphique : la gravure au ciseau détermine une gorge de 1 à 2 mm de profondeur au profil en V. Les marques repérées dans la zone nord sont, quant à elles, le plus souvent incisées avec un clou ou le bord d’un outil tranchant (ciseau). Les signes lapidaires ont tous été identifiés au centre du parement du bloc. Souvent, un même signe est repérable sous des angles différents, ce qui indique clairement qu’ils ont été réalisés avant la pose du bloc.

15Pour un même signe, la dimension peut varier légèrement, sans doute en fonction de l’outil utilisé. En revanche, le regroupement de plusieurs indices, comme la dimension des marques et la technique de taille, corrobore parfois certaines étapes de construction. Ainsi, pour le XVIIe siècle, les signes portés sur les marches d’escalier entrent dans un groupe où la taille est profonde et les marques de dimension supérieure à la moyenne. Enfin, la dimension est souvent sans grand rapport avec celles du bloc porteur de la marque.

16L’escalier sud (24) reliant les pièces A au bâtiment B présente deux grandes phases de construction. La partie inférieure entre dans la grande période d’aménagement du site au XVIe siècle, qui n’a pas livré de signes apparents. Lorsqu’André Falconnet entreprend la réorganisation de sa demeure, il appuie les nouvelles constructions sur le bâti préexistant. L’escalier est alors haussé de deux niveaux. Les signes lapidaires qui accompagnent cette reconstruction sont nombreux. Les marques portées sur l’escalier sud sont gravées soit sur le noyau de la vis, soit sur la contremarche (comme les marches sont composées d’une seule pierre, une seule marque est apposée).

17Il s’agit pour la plupart de marques de tailleur. Des marques de pose ont toutefois été repérées sur les arcades entrant dans la composition du mur de terrasses du jardin se développant dans la partie supérieure de la parcelle du 14. Ce sont des signes destinés à guider les ouvriers lors de l’assemblage des claveaux des arcades. Respecter la codification facilite ainsi grandement le montage ou le démontage des éléments de la construction.

18Dans la typologie des marques, certaines représentent de simples traits verticaux juxtaposés parallèlement qui s’inspirent de la numérotation romaine, notamment pour les unités inférieures à cinq. On peut faire un parallèle avec les marques employées par les charpentiers. La complexité des structures charpentées a très vite nécessité la création d’une codification qui facilitait le montage ou le démontage du bois d’œuvre. N. Reveyron, pour la période gothique, avait déjà signalé les emprunts faits au montage charpenté par les tailleurs de pierre (Reveyron 1995).

  • 177 Quelques études récentes indiquent une cohabitation entre les deux formules, signes taillés ou inci (...)

19Des marques de pose ont aussi été repérées sur les claveaux de l’arc du mur 20 (D1 et E1). Les claveaux de la moitié ouest portent des signes gravés (de bas en haut : I, 2, 3, 4, 5, 6, la clé portant le nombre 13) alors que les marques notées sur la moitié est le sont à l’aide de charbon de bois ou de suie. Seules subsistent des tâches noircies qui ne permettent pas d’identifier avec précision les chiffres. Ce type de marque est éphémère et donc mal conservé177. En règle générale, on ne peut définir les raisons qui ont prévalu à cet usage. Le traitement des signes semble posséder une valeur identique, en lien direct avec les caractéristiques techniques de la construction. Quelle nécessité prévalut à cette dissociation des signes ? S’agit-il d’une question touchant à l’organisation des tâches ou de la fourniture ? On peut aussi s’interroger sur la fugacité de ces marques qui indique peut-être un usage beaucoup plus fréquent que les indices laissés sur les élévations ne le laissent supposer.

  • 178 Escalier à volée droite du XVIIe siècle étudié au 10 rue Mourguet ; immeuble 14-16 rue Juiverie.

20La rareté ou l’absence de marques a été signalée à plusieurs reprises dans l’architecture civile, notamment pour la période gothique, particulièrement dans la moitié sud de la France. Lorsque des marques existent, elles sont portées sur les pierres de taille qui constituent les montants des ouvertures de ces demeures. En revanche, dans la France du Nord, les travaux de recension, initiés par J.-L. Van Belle, permettent d’envisager un usage quasi-systématique des signes lapidaires entre les XVIe et XVIIIe siècles (Van Belle 1994). Pour Lyon, il serait présomptueux de donner des conclusions définitives. Toutefois, lorsque des marques sont repérées dans l’architecture civile, elles appartiennent à des constructions qui sont datées du XVIIe siècle178. Ces marques entrent dans la constitution d’un travail spécialisé qui est celui de la production de pierres de taille, destinées à la composition d’ouvrages particuliers : ouvertures — portes et fenêtres — et escaliers. La présence massive de ces signes lapidaires sur des blocs appartenant à des constructions du XVIIe siècle sous-entend une organisation particulièrement aboutie à cette époque de l’atelier de tailleurs, organisation qui semble se reformer en comparaison avec ce que l’on peut constater pour le XVe ou le XVIe siècle, où ces époques ne proposent quasiment pas de signes lapidaires.

LES MORTIERS

Nadia Cantin

21L’étude des mortiers du Musée Gadagne a été engagée dans le but d’apporter un éclairage supplémentaire à l’étude de bâti très complexe, en comparant des murs a posteriori et en identifiant les recettes de fabrication des mortiers employés. Une centaine de mortiers ont été échantillonnés dans douze pièces du bâtiment et dans deux murs de fondations. Au total, vingt et un murs ont fait l’objet de prélèvements de mortiers qui concernent les pièces A, B, C, D, F, H, I, J, K, L, N et P. C’est la première fois qu’une enquête de ce type était réalisée sur un site lyonnais ; il convenait de voir si l’étude des mortiers en laboratoire pouvait apporter des indications sur les différentes phases de travaux et si des choix techniques avaient été opérés par les praticiens, notamment pour l’approvisionnement en sable.

DÉFINITION DE LA MÉTHODE

22Un mortier est composé d’une charge appelée « agrégat » ou « granulat » (sable, graviers, cailloux) mélangée à un liant (chaux, plâtre…) et, dans certains cas, additionnée d’un ou plusieurs adjuvants (produits ajoutés en faible quantité qui modifient les propriétés du mortier).

  • 179 Nous avons utilisé pour cela des critères d’enregistrement pris en compte par les collègues utilisa (...)

23Avant toute analyse, l’observation macroscopique est déterminante. Elle se réalise en partie sur place lors des prélèvements, et se poursuit au laboratoire lors de la phase d’échantillonnage final. À l’aide d’un certain nombre de critères descriptifs179 (couleur, cohésion, texture, distribution granulométrique, nature du sable, présence d’adjuvants), il est possible dès cette étape d’établir des premiers regroupements de mortiers présentant des caractères communs.

24Ensuite peut intervenir l’étude pétrographique. Cette méthode, utilisée pour l’identification des roches, consiste à observer, à l’aide d’un microscope polarisant, le mortier sous forme d’une lame mince d’une faible épaisseur (30 µ m). Elle se déroule en deux étapes, une étude minéralogique descriptive et une étude quantitative à l’aide d’un système d’analyse d’images. Cette méthode permet d’identifier la nature du sable employé, d’estimer sa granulométrie et d’évaluer l’abondance de l’agrégat par rapport au liant. Ainsi, des groupes de composition (« groupes pétrographiques ») sont établis et des comparaisons entre mortiers sont envisageables et donc entre les différentes phases de construction. Par cette méthode, on peut espérer parvenir à une chronologie relative des mortiers pour aider l’archéologue au phasage chronologique d’une construction et répondre aux questions d’approvisionnement en matériaux. Afin de ne pas prendre en compte uniquement la fraction « agrégat », des analyses par microsonde électronique ont été entreprises sur des liants. Le but n’est pas de déterminer la source en chaux mais plus de comparer la composition des liants. Cette étape n’a pas été réalisée sur la totalité des échantillons mais a permis de caractériser le type de chaux utilisée.

INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS

25Tous les mortiers ont été préparés à partir d’un sable et d’un liant de chaux. Seuls des adjuvants végétaux ont été employés, notamment de la paille. Deux mortiers prélevés dans des niveaux plus récents correspondent probablement à des restaurations du XIXe ou du XXe siècle réalisées à base de ciment (n° 087, n° 119).

26Les premiers résultats révèlent quinze groupes de composition pétrographique établis d’après la nature de l’agrégat, sa distribution granulométrique et sa proportion par rapport à la chaux. Ces groupes sont le reflet de l’emploi de différents agrégats pouvant être traités différemment pour la fabrication des mortiers (tamisage plus ou moins fin, proportion de sable par rapport à la chaux). En réalité, il a été possible de mettre en évidence l’emploi de huit agrégats distincts dans la fabrication des mortiers qui correspondent à de véritables changements dans les approvisionnements en matériaux. En effet, près de deux tiers des mortiers échantillonnés ont été réalisés avec un même sable silico-calcaire (groupes pétrographiques 2, 3, 4, 5, 10, 11 et 13), de granulométrie moyenne, tamisé, probablement d’origine fluviatile ou fluvio-glaciaire (fig. 166, G2). L’agrégat G12 est très proche de G2, mais s’en distingue par l’ajout de petits graviers. Les autres mortiers ont été réalisés à partir de différents sables plutôt siliceux, provenant soit d’arène, de colluvions (G9, G14, G15) ou d’alluvions (G1, G6, G7) soit d’un mélange (G8) (fig. 166). Les sables utilisés sont vraisemblablement locaux. Il est toutefois difficile de préciser davantage les sources d’approvisionnement en matières premières car en réalité, nous sommes dans un contexte géologique complexe d’un point de vue de l’identification des formations superficielles. Les sédiments peuvent avoir connu plusieurs cycles de dépôt, et des intercalations d’alluvions du Rhône et de la Saône peuvent exister, ce qui par la seule observation pétrographique sera difficilement interprétable. De plus, dans ce contexte de versant, la mise en place des formations peut résulter de combinaisons de phénomènes de ruissellement et de colluvionnement et être mélangés aux alluvions. Le secteur lyonnais est par ailleurs très urbanisé ; il est donc difficile de prélever dans des sédiments en place pour effectuer des comparaisons. Toutefois les études géomorphologiques réalisées sur le site ont permis de donner une idée de la diversité des sédiments existants (Franc, 2000 et Vérot-Bourrély, 1999).

Fig. 166 - Vues au microscope polarisant des différents agrégats de mortiers identifiés au Musée Gadagne (G1, G2 (rassemblant les groupes pétrographiques 2, 3, 4, 5, 10, 11, 13), G6, G7, G8, G9, G14, G15). Le G12 ne figure pas sur ce document car il est très proche du G2 mais s’en distingue par la présence de petits graviers.

27Nous avons ensuite testé la validité archéologique de ces groupes. Il était en effet indispensable de s’interroger sur les liens existant entre ces groupes et les phases de construction. Possèdent-ils un sens chronologique ou correspondent-ils à des choix techniques effectués lors de la réalisation de l’édifice ? Après confrontation avec les arguments archéologiques, il est apparu clairement que certains groupes correspondaient à l’exécution de travaux dans différentes parties de l’édifice. Ce résultat semble refléter l’emploi de mêmes matériaux dans différentes phases de construction (fig. 167 et 168). La figure 167 présente les différents agrégats utilisés pour la construction alors que la figure 168 présente les différents groupes pétrographiques établis sur la distinction d’agrégats et leur variabilité dans leur mise en œuvre dans les mortiers (tamisage, proportion par rapport au liant). Il est apparu difficile d’attribuer une valeur chronologique aux groupes 2, 3, 11 qui ont été identifiés dans la plupart des pièces ainsi que les groupes 12 et 13.

Fig. 167 - Répartition des 9 agrégats (G1, G2…) identifiés dans les pièces (A, B…).
Ils permettent d'avoir une information sur les choix d'approvisionnement en matériaux (l'agrégat G2 rassemble ici les groupes pétrographiques 2, 3, 4, 5, 10, 11 et 13).

Fig. 168 - Répartition des groupes pétrographiques identifiés (1, 2…) dans les pièces (A, B…).
Ils sont établis en fonction de la nature de l'agrégat et de sa mise en œuvre dans les mortiers (tamisage, abondance par rapport au liant…).

28En revanche, dans d’autres cas (groupes 1, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 15), des recoupements ont pu être établis, et ces groupes semblent correspondre à des périodes de construction concordantes d’un point de vue chronologique. Par exemple, le groupe 7 a été mis en évidence dans les pièces B, I et J et les mortiers ont été prélevés dans des unités de construction sans doute contemporaines. Cette hypothèse est concordante avec les données archéologiques qui attribuent ces phases de construction au XVe siècle. De même, on notera que les aménagements apportés aux pièces I2, J2, H2 se traduisent par l’emploi de mortiers caractéristiques (agrégats siliceux mal classés). En effet, cette partie du bâtiment a été profondément remaniée dans les premières décennies du XVIe siècle. L’analyse des mortiers laisserait entrevoir deux étapes de construction durant cette période. Dans certains cas, des travaux réalisés à intervalles proches dans le temps (une ou deux décennies) peuvent donc être bien différenciés par la caractérisation des matériaux employés (cas des groupes 8 et 9).

29À l’opposé, le groupe 14 reste plus ambigu dans son interprétation chronologique. Il a été identifié aussi bien dans la construction d’un mur de la pièce F, daté de l’Antiquité, que dans un mur de fondation (UM 40), datant de la fin du XVe siècle. Le sable grossier, de forme subanguleuse, constitue une matière première utilisée à différentes époques.

CHOIX DES MATÉRIAUX ET LEUR EMPLOI DANS LA CONSTRUCTION

30De même qu’il existe un lien privilégié entre le mortier et la pierre de construction, on ne confectionnera pas de la même façon un mortier utilisé pour une fondation et un mortier pour un mur de parement. Dans l’ouvrage Techniques et pratiques de la chaux, 1996, sont citées les réflexions d’auteurs anciens (Palladio au XVIe siècle et de Perthuis au début du XIXe siècle) sur les choix des « bons sables ». Ils soulignent également l’importance d’avoir une bonne granulométrie (mélange de gros grains et de petits grains) pour utiliser moins de liant.

31D’après les mortiers analysés ici, les sables grossiers semblent employés dans les phases de construction les plus anciennes. Près de deux tiers des mortiers ont été réalisés à partir de sables moyens tamisés. Ils semblent avoir été employés pour compenser la qualité médiocre de la pierre utilisée dans les élévations (petits moellons) et notamment dans des phases de remaniement plus récentes.

32Nous n’avons pas pu étudier de façon approfondie le choix des matières premières pour la réalisation des mortiers de fondation, faute d’échantillonnage systématique. Il est donc difficile d’apporter une réflexion sur l’ensemble de l’édifice. Toutefois, dans le mur 17, le sable utilisé pour les mortiers de fondation est de même nature que celui employé pour le reste de l’élévation. Dans le mur 40, l’agrégat utilisé pour la fondation est un sable grossier très mal classé avec l’emploi de graviers également, minimisant ainsi les espaces vides. Nous ne pouvons malheureusement pas discuter sur le choix du liant, qui est fortement désagrégé aujourd’hui.

33L’analyse par microsonde électronique n’a concerné que les murs 17 et 19 et a permis d’estimer la composition chimique du liant. Dans l’ensemble, les mortiers présentent des liants réalisés à partir de chaux grasse (chaux légèrement magnésienne). Deux des mortiers prélevés dans les fondations du mur 17 présentent des chaux éminemment hydrauliques. Il est difficile de dire si cela correspond à un choix délibéré pour répondre aux particularités techniques du mur, d’autant plus qu’un autre échantillon prélevé également en contexte de fondations n’a visiblement pas les mêmes propriétés. Les ressources en calcaire pour la fabrication de la chaux sont nombreuses. Nous retiendrons notamment pour la fabrication de chaux grasse, la possibilité d’employer les différents calcaires suivants : pierre de Lucenay, choin bâtard et plus près de Lyon, le calcaire gris à gryphées, mais également les calcaires du Rhône (Fours à chaux du Rhône, 2003).

34Ce bâtiment d’architecture civile a connu de nombreuses phases de réaménagements successifs, notamment au XVIe siècle, qui ont pu se traduire par l’emploi de matières premières différentes d’origine locale. Cette étude permet d’argumenter en faveur d’un échantillonnage ciblé, en lien avec les réflexions sur les techniques employées, notamment dans le cas d’un bâtiment complexe.

Notes

176 « Archéolabs réf. ARC 01/R2611D » ; « Archéolabs réf. ARC 03/R2755D » ; « Archéolabs réf. ARC 03/R2836D/1 » ; « Archéolabs réf. ARC 04/R2836D/2 ».

177 Quelques études récentes indiquent une cohabitation entre les deux formules, signes taillés ou incisés et signes tracés : il en est ainsi sur les élévations des courtines du château de Vincennes et sur les voussoirs d’une voûte du château de Chambord (Archeologia 2000).

178 Escalier à volée droite du XVIIe siècle étudié au 10 rue Mourguet ; immeuble 14-16 rue Juiverie.

179 Nous avons utilisé pour cela des critères d’enregistrement pris en compte par les collègues utilisant cette méthode (Palazzo-Bertholon 1998 ; Buttner 2004) que nous avons uniformisés en nous appuyant entre autre sur les guides de normalisation publiés par le CNR italien (Normal, 1983).

Notes de fin

1 flèche ?

2 galerie de vers à bois et/ou lesdits vers locataires des bois.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 163 - Calcaire à Gryphées vu au microscope, en lumière naturelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 164 - Calcaire à Gryphées vu au microscope, en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 165 - Calcaire oolithique vu au microscope, en lumière naturelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 166 - Vues au microscope polarisant des différents agrégats de mortiers identifiés au Musée Gadagne (G1, G2 (rassemblant les groupes pétrographiques 2, 3, 4, 5, 10, 11, 13), G6, G7, G8, G9, G14, G15). Le G12 ne figure pas sur ce document car il est très proche du G2 mais s’en distingue par la présence de petits graviers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 167 - Répartition des 9 agrégats (G1, G2…) identifiés dans les pièces (A, B…).Ils permettent d'avoir une information sur les choix d'approvisionnement en matériaux (l'agrégat G2 rassemble ici les groupes pétrographiques 2, 3, 4, 5, 10, 11 et 13).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 168 - Répartition des groupes pétrographiques identifiés (1, 2…) dans les pièces (A, B…).Ils sont établis en fonction de la nature de l'agrégat et de sa mise en œuvre dans les mortiers (tamisage, abondance par rapport au liant…).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540