Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 7. L’îlot Gadagne : quelques éléments de synthèse

Texte intégral

1Un programme de recherche archéologique et historique entrepris au sein d’un chantier de rénovation et de restauration patrimonial engendre une complexité de mise en œuvre opérationnelle liée à la multiplicité des acteurs du chantier et à la divergence de leurs intérêts : impératifs financiers pour les uns, contraintes techniques pour les autres et échéanciers incompressibles pour tous. La réussite de ce projet a reposé sur la capacité pédagogique à faire accepter par tous le rôle de chacun et plus particulièrement celui joué par les chercheurs, porteurs d’informations indispensables à la réalisation globale du projet, au même titre que les géotechniciens ou les ingénieurs béton. De ce point de vue, l’exemple du Musée Gadagne est d’autant plus significatif que les résultats archéologiques et historiques obtenus par les chercheurs devaient être intégrés dans la nouvelle muséographie. Cette dernière met en scène l’évolution des bâtiments et la formation urbaine de la parcelle depuis l’époque antique jusqu’à la période moderne. La recherche a apporté des réponses inédites sur l'occupation de l'îlot avant la colonisation romaine. Après le Ve siècle, la parcelle semble abandonnée jusqu’au début du XIVe siècle. On aborde alors une période dont l’étude peut être menée en croisant les données textuelles et iconographiques avec les données archéologiques et archéométriques. Des bâtiments se succèdent de manière continue sur l’îlot jusqu’au XVIIe siècle, époque à laquelle leur morphologie est figée (fig. 145). L’ensemble de ces résultats offrait l’opportunité d’une réflexion sur la place de l’îlot Gadagne dans l’évolution urbaine et architecturale du quartier du Vieux-Lyon.

Fig. 145 - Plan d’évolution du bâti sur l’îlot.

APPORT À LA CONNAISSANCE DE L’URBANISME DU QUARTIER

2Les apports de l’histoire et de l’archéologie pour la période antique sont relativement modestes ; les sources proviennent de quelques découvertes anciennes et d’opérations de terrain ponctuelles. Mais au final, la documentation est encore insuffisante pour offrir une vision bien cernée de l’évolution urbaine de ce quartier. En 1847, F. Artaud (1846, p. 35), reprenant les notes manuscrites établies par Soufflot en 1740 lors de la fondation de la Loge du Change et de la maison Castiglioni, affirme, dans son ouvrage Lyon souterrain, que les vestiges découverts lors de ces travaux

« appartenaient à un ancien quai de Saône, où les eaux supérieures venaient se décharger ».

3Pour A. Audin (1956 : 137), qui reprend les notes d’Artaud plus d’un siècle plus tard dans La topographie de Lugdunum, les vestiges n’appartiennent pas à un mur de quai et il en veut pour preuve l’existence d’une voie à l’emplacement de la rue Gadagne et d’un

« égout existant en avant de ce quai et jusqu’à l’actuelle place du Change ».

4De fait, il pense que le site de la place est occupé par un quartier bâti, hypothèse qui serait confirmée par la découverte de structures sous la place du Petit-Change. Au nord de ce quartier, à proximité du Conservatoire, s’étendrait le port des Nautes de la Saône, hypothèse étayée par les nombreuses découvertes de sceaux de douane et de piédestaux de statues érigées en l’honneur des Nautes. Il place également le pont sur la Saône entre Saint-Paul et Saint-Vincent, pont dont il situe l’édification dès l’an 12 av. J.-C.

5Plus récemment, A. Desbat et J.-P. Lascoux, dans leur article sur « Le Rhône et la Saône à l’époque romaine » (Desbat, Lascoux 2000 : 36-37), suggèrent, pour le quartier, l’existence d’un pont sur la Saône soit à l’emplacement de la passerelle Saint-Vincent, soit dans l’axe de l’ancienne place de la Douane et de la place de la Platière. Ils évoquent également la possibilité de la présence de ports ressemblant plutôt à des débarcadères établis tout au long des rives de la Saône. Les dernières découvertes réalisées au parc Saint-Georges (Ayala 2006) leur donnent, semble-t-il, raison puisqu’un aménagement de berges ressemblant à un débarcadère et de nombreux bateaux ont été exhumés à cet emplacement. Enfin, ces auteurs posent la question du statut des quartiers qui se développent à partir du IIe siècle ap. J.-C. et qui se trouvent en dehors du Pomerium.

6Pour l'îlot Gadagne, les vestiges datés entre 70 et 50 av. J.-C. sont importants pour la connaissance de Lyon avant Lugdunum. Ils permettent en effet de mieux cerner l’emprise de l’occupation du territoire de la ville avant la colonisation romaine. Entre l’époque pré-coloniale et l’époque de Tibère, l’absence de vestiges révèle un hiatus chronologique qui couvre une soixantaine d’années. Faut-il en déduire que ce vide archéologique est dû à une occupation trop ponctuelle du site ou à un abandon réel du quartier entre ces deux périodes ? En l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de répondre à cette interrogation. Néanmoins, plus au sud, dans le quartier Saint-Jean, le site de Tramassac présente des vestiges liés à des aménagements sommaires de la berge du bras de la Saône à l’époque augustéenne. Ces structures légères plaideraient donc plutôt en faveur de la première hypothèse.

7L’important édifice construit sous Tibère n’a pu être implanté sur le site sans que la trame urbaine n’ait été dessinée au préalable. C’est, sans doute, de cette époque que date la voie repérée par A. Audin sous la rue Gadagne. Cette trame est, dès lors, fixée jusqu’à la fin de l’occupation antique, puisque le bâtiment commercial fonctionne jusqu’à l’abandon du site sans subir de changement notable, même lorsqu’il est transformé en habitat.

8Par ailleurs, l’occupation pré-coloniale et le développement d’une trame urbaine dès l’époque tibérienne mettent en lumière la différence d’évolution entre le quartier Saint-Jean et cette partie du quartier Saint-Paul. Il faut, en effet, attendre le IIIe siècle et l’assèchement du bras de la Saône pour voir la mise en place d’une véritable trame urbaine à Saint-Jean. À partir du IIIe siècle et jusqu’au début du Ve siècle, on constate une évolution parallèle des deux quartiers, la ville s’étendant tout le long des rives de la Saône. En revanche, à la fin de l’occupation du site de Gadagne, au début du Ve siècle, les deux quartiers évoluent de nouveau différemment. Alors qu’à Saint-Jean le secteur d’habitation subsiste et se transforme en quartier du groupe épiscopal, le site de Gadagne est abandonné jusqu’au début du XIVe siècle. Ce hiatus trouve son explication dans le rétrécissement des foyers d’habitation qui se regroupent autour des centres religieux et probablement aussi dans la crainte laissée par le souvenir de l’effondrement d’une partie de la colline. Il faut toutefois souligner que l’orientation des bâtiments médiévaux et modernes se cale sur celle du grand bâtiment antique qui occupe l’îlot ; de fait, ces vestiges devaient être encore en partie visibles lors de l’installation de la demeure de la Boyssette.

9Pour le Moyen Âge, les données concernant l’évolution de l’urbanisme sont encore très lacunaires. Les fouilles archéologiques conduites place Adolphe-Max et rue Tramassac apportent quelques éléments sur cette question (Arlaud 1994 ; Villedieu 1990). Les premiers habitats du haut Moyen Âge s’installent dans les bâtiments antiques, respectant de ce fait la trame urbaine (Arlaud 1994 : 47-52). C’est à l’époque carolingienne que les premières modifications importantes interviennent ; ainsi dans le secteur Tramassac, la voie antique est déplacée vers l’ouest, à l’emplacement de l’actuelle rue Tramassac. La création de l’enceinte canoniale au XIIe siècle renforce la structuration particulière de l’habitat autour du complexe épiscopal. Les résultats issus de la récente fouille de la rue Monseigneur-Lavarenne montrent que le quartier situé au sud de l’enceinte s’urbanise à partir du XIIe siècle. Toutefois, le réseau viaire n’est véritablement fixé qu’à partir du XIIIe siècle et l’on voit le bâti s’organiser systématiquement en fonction de ces axes (Bernot 2005). L’analyse du chantier de Tramassac aboutit, semble-t-il, à des conclusions similaires. Si des vestiges de bâtiment ont été repérés, les limites des parcelles, en revanche, restent toujours méconnues. De même, dans la Presqu’île (chantier République et Bourse) (Arlaud 2000), le réseau viaire est installé au XIIIe siècle, encadrant un paysage semi-rural. Là encore, la dimension des tènements est inconnue pour ces périodes anciennes. Il faut attendre le bas Moyen Âge et les registres des Nommées pour trouver des informations susceptibles d’apporter un éclairage sur l’évolution de ces parcelles. Pour la Renaissance et l’époque moderne, les informations textuelles et iconographiques sont plus nombreuses et ont suscité des études qui font toujours référence aujourd’hui (Pointet, Vermorel).

10En croisant les données textuelles et archéologiques, il a été possible de reconstituer l’évolution de la parcelle du musée Gadagne entre le XIVe et le XVIIe siècle. Cette reconstitution n’a qu’une valeur indicative, les schémas proposés ne prétendent pas se substituer à des plans parcellaires de type cadastral et leur élaboration s’approche plutôt de la construction d’un puzzle. Les différentes propriétés sont agencées les unes par rapport aux autres, en fonction des maigres indications topographiques fournies par les archives : … à l’est de la rue, à l’angle de deux autres, au sud d’untel, etc. On a circonscrit cet îlot aux rues environnantes : montée du Change, montée Saint-Barthélemy, rue Saint-Jean et une partie de la rue du Bœuf. Enfin, les résultats des recherches archéologiques ont été des guides précieux, même si les études n’ont porté que sur la partie centrale de l’îlot primitif. Au final, on a obtenu trois séries de plans schématiques numérotés 1a à 1d, 2a à 2e et 3a à 3b ; ils s’étendent de 1303, date de la toute première mention de propriétaires « localisables » dans l’îlot, à 1650, date après laquelle l’emprise au sol des propriétés du musée Gadagne n’évoluera plus. Sur la trame du parcellaire napoléonien (en filigrane), les noms des propriétaires successifs ont été reportés dans leurs parcelles respectives ; en cas de mutation, on en a indiqué la date entre parenthèses après le nom du nouveau propriétaire (fig. 146).

Fig. 146 - Plan d’évolution du parcellaire.

11Pour réaliser la première série de croquis (1a à 1d), il a tout d’abord fallu résoudre le véritable « casse-tête » que posait la restitution cartographique de l’agencement du centre de l’îlot. Les indices étaient peu nombreux pour dessiner précisément les limites entre les vastes propriétés initiales, sauf peut-être pour celle qui séparait le 8 du 10/12 rue Gadagne, implantée semble-t-il au moins depuis le XIVe siècle. En revanche, et concernant la limite sud du 14 rue Gadagne, la question se posait de savoir où tracer la séparation entre les deux grands tènements avant la création de la montée du Garillan, au début du XVIe siècle. On a choisi de considérer qu’un réseau de chemins privatifs, mais communs aux deux tènements, préexistait et que la rue de la Fronde et la montée de Garillan avaient repris son tracé, au moins dans ses grandes lignes. La situation et l’agencement des vestiges du XIVe et XVe siècle mis au jour dans la cour d’honneur du musée supposent, en effet, un accès au moins depuis l’est. La présence de la porte charretière aménagée dans la façade sud de la grange renforce d’ailleurs ce choix : il est probable qu’elle ouvrait sur un espace commun indivis ou directement sur un chemin est-ouest qui permettait de rejoindre commodément la rue du Palais (actuelle rue Saint-Jean). L’hypothèse d’un passage depuis « le haut », c’est-à-dire depuis la montée Saint-Barthélemy, à l’ouest reste beaucoup plus hypothétique. La limite entre les tènements Pompierre et Villeneuve devait plus ou moins suivre le tracé des rues du Garillan et de la Fronde, à l’exception notable de la zone située au-devant de la porte de la grange (B-C), dont on sait qu’elle a été l’objet d’un transfert de propriété, au début du XVIe siècle.

12Jusqu’au milieu du XVe siècle (1b-1c), les textes évoquent deux maisons dite l’une du Palais et l’autre de la Boyssette, toutes deux propriétés des Pompierre et situées au sud de la maison des Villeneuve, dite de la Grandcourt. Des deux maisons, laquelle correspondait aux vestiges de la maison patricienne du XIVe : Palais ou Boyssette ? La maison du Palais paraît exclue : son nom indique qu’elle possédait une façade sur la rue du même nom (actuelle rue Saint-Jean) et il est difficile d’envisager qu’elle se soit étendue aussi loin à l’intérieur de l’îlot. Il est donc plausible de considérer que les vestiges appartenaient à la maison de la Boyssette, y compris la grange qui en constituait une dépendance. La façade découverte à l’arrière de la maison A appartenait, jusqu’aux travaux du début du XVIe siècle, à la maison de la Grandcourt, rattachée au tènement des Villeneuve.

13La deuxième série de croquis présente l’évolution de la parcelle à partir de la création de la rue du Garillan. À cette époque, la limite entre les deux grands tènements primitifs (Pierrevive/Bleterens) est plus ou moins définitivement fixée par la création de l’axe montée du Garillan/rue de la Fronde (2b et 2c). À la suite de cette ouverture, une douzaine de parcelles en lanières à peu près régulières sont créées au sud de la montée du Garillan et des maisons y sont presque aussitôt édifiées. Au cours des années suivantes, l’emprise parcellaire des propriétés du 10-12 rue Gadagne et du 14 rue Gadagne évolue peu, si ce n’est, vers 1570, par la division de la parcelle du 14, à la hauteur du coude de la montée du Garillan, en faveur de Laurent Capponi.

14La troisième série illustre les divisions est-ouest des parcelles du 10-12 rue Gadagne et du 14 rue Gadagne avec l’individualisation des propriétés « hautes » sur la montée Saint-Barthélemy (3b) au milieu du XVIIe siècle. En 1650, la rue Gadagne est prolongée jusqu’à la rue du Bœuf et, à partir de cette date, l’emprise des deux parcelles du musée n’évoluera plus (3b).

15En conclusion, il paraît intéressant de revenir sur le début du XVIe siècle, qui représente une période charnière pour l’urbanisme de l’îlot. Plus encore que la mise en place des bâtiments par les Pierrevive, on aimerait souligner les profonds changements provoqués par le lotissement du tènement sud, propriété de Bleterens de Rivoire. Plus d’une douzaine de parcelles sont créées sur le côté sud de la montée du Garillan et presque aussitôt livrées à la construction. Véritable aubaine pour le quartier, cette opération immobilière évoque par plusieurs aspects celle étudiée au cours des fouilles de la place de la République, dans la Presqu’île, qui date également du premier tiers du XVIe siècle (Arlaud et alii 2000 : 218 et 231). Dans les deux cas, le processus de lotissement est comparable, de même que le module des parcelles obtenues. Sur le site de République, le propriétaire d’un vaste tènement localisé rue de l’Hôpital mettait en vente son terrain exploité jusque-là en jardin et en vignes, créant de nouvelles parcelles de 10 m sur rue et 30 m de profondeur environ. Pour ce quartier, l’étude rapide des seules données textuelles a permis de repérer de profonds remaniements urbains : entre la fin des années 1490 et le milieu du XVIe siècle, plusieurs tènements, vastes mais peu construits, sont subdivisés puis édifiés et des rues « privées » sont ouvertes à la circulation publique (rue Thomassin, entre autres). Il a été possible de repérer une évolution similaire au gré des études archéologiques ponctuelles sur des superficies plus restreintes, y compris dans les quartiers de la rive droite de la Saône. Pour le 10 de la rue Mourguet par exemple (Reveyron, Ferreira 2002), la première mention date de 1303 ; à cette date un large tènement, qui jouxtait l'enceinte du quartier canonial, recouvrait les actuelles parcelles du 10 et du 12 de ladite rue. L’analyse du 1 rue des Farges (Baud, Fournier 2001) indique là encore que la parcelle primitive, c'est-à-dire antérieure à 1518, est constituée d'un large tènement qui s'étend du 43-45 montée du Gourguillon jusqu'au 11 de la rue des Farges (englobant donc les n ° 1, 3, 5, 7 et 9 de la même rue). Il est fait mention d'une maison et d'une parcelle recouverte de vignes, sans que l'on puisse localiser avec précision la zone bâtie. Le même schéma a été identifié lors d’autres études : 14-16 rue Juiverie (Fournier 2001), 17 rue Saint-Georges et 32 rue du Doyenné (Rémy 2001), 7 et 7 bis rue Saint-Georges (Delomier 2001), 9-11 rue Puits-Gaillot (Rémy 2002).

16Il se dégage de ces observations que les parcelles dites « en touches de piano » qui structureront la ville à la fin du Moyen Âge prennent en fait la suite de parcelles de dimensions beaucoup plus grandes. Il convient donc, sans doute, de nuancer la vision traditionnelle que l’on peut avoir de la chronologie de la mise en place du parcellaire en lanières. Même dans les secteurs anciennement urbanisés, il existe des zones dans lesquelles il s’est mis en place tardivement. En effet, la persistance de grands tènements jusqu’à la fin du XVe siècle, puis leur lotissement et la création des parcelles en lanières ne constitue pas un schéma exclusivement réservé à l’urbanisation des secteurs périphériques de la Presqu’île. Ce phénomène est intimement associé au développement économique de la ville, rive droite et rive gauche de la Saône. La prospérité s'accompagne d'une poussée démographique créant une forte pression immobilière. Celle-ci se traduit par une adaptation ou un renouveau des surfaces urbaines et les espaces restés vierges se voient peu à peu lotis de bâtiments neufs, les anciennes maisons sont alors restructurées et rehaussées afin de recevoir la population et ses activités. Les structures de la Renaissance s'insèrent donc dans un tissu urbain déjà dense et, souvent, les bâtiments anciens sont conservés en partie ; leur existence même génère des contraintes morphologiques et techniques qu'une construction ex-nihilo ne subit pas.

APPORT À LA CONNAISSANCE DE L’ARCHITECTURE

17L’intérêt pour l’étude de la morphologie urbaine est indissociable des recherches menées sur l’évolution architecturale du quartier. En ce qui concerne l’époque antique, les apports en ce domaine sont mineurs ; l’ensemble des vestiges est trop lacunaire pour déboucher sur une interprétation architecturale, à l’exception du bâtiment commercial, qui possède des caractéristiques monumentales indéniables (contreforts massifs, fondations profondes). Par ailleurs, la présence d'un hypocauste ne confère pas de caractère exceptionnel à l’habitat tardif. Enfin, on retrouve sur le site les éléments classiques de la construction romaine : une architecture de pierre caractérisée par l’emploi de gneiss et la présence d’arases de briques et une architecture de terre, révélée par les niveaux de démolition.

  • 159 Dans le domaine de l'histoire, l'ouvrage de G. Iacono et S. E. Furone apporte des mises au point fo (...)
  • 160 M.-F. Perez rappelle l'importance de quelques travaux pionniers… « Les ouvrages de Pierre Martin, d (...)
  • 161 On pourra aussi se reporter à : « Lyon, le quartier Saint-Jean », dans La maison de ville à la Rena (...)

18Pour les époques récentes, les données sont considérablement plus nombreuses et mieux conservées, puisque l’on traite ici des bâtiments en élévation. L’étude diachronique a mis en valeur l'étonnante énergie qui fut dépensée depuis le XIVe siècle pour lotir cette parcelle d’une grande complexité. La recherche s’inscrit ainsi dans les problématiques concernant l’évolution de l’architecture civile qui, pour Lyon, ont été amorcées depuis longtemps. Néanmoins, pour la période médiévale, le constat doit être relativisé car les études publiées touchent principalement les domaines de l’architecture religieuse avec la redécouverte du groupe épiscopal (Reynaud 1998) et l’analyse des églises Saint-Paul et Saint-Jean (Reveyron 2005). En revanche, pour la Renaissance et l’époque moderne, de nombreux auteurs ont consacré une part importante de leur recherche au bâti urbain. Depuis le XIXe siècle, l’architecture lyonnaise a, en effet, suscité un intérêt non démenti chez les historiens159. Dans le domaine de l’histoire de l’art, l'intérêt pour l’architecture civile a débuté lorsque la rive droite de la Saône, reconnue comme le quartier Renaissance de la ville, devient, en 1964, le premier secteur sauvegardé de France. Cette reconnaissance modifie l'approche des historiens et des historiens de l'art qui avaient jusqu'alors axé leurs investigations sur les grandes figures d'architecte160. Ainsi, dès 1973, M.-A. Lavigne effectue une étude de l'îlot 18 du quartier Saint-Jean161 (Lavigne 1973), articulée autour du recensement des différents immeubles et de l’identification de leurs principaux traits architecturaux, stylistiques et décoratifs. En 1993, une table ronde tente de réaliser une première synthèse de l’apport des études sur le bâti civil à la connaissance de l'architecture lyonnaise (Perez 1993).

  • 162 Conservés au Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Rhône ou au Service région (...)

19Si une réflexion d'ordre stylistique a été menée depuis longtemps sur cette architecture civile, le questionnement archéologique était, jusqu'aux années 1980, balbutiant. C'est sous l'impulsion de J.-F. Reynaud que les premières études archéologiques sont amorcées sur le bâti du quartier Saint-Jean en 1983, sous la forme d'un diplôme universitaire (Arlaud, Monin 1983), se fondant en cela sur les expériences développées sur une architecture dite monumentale, qui s'interrogeaient sur l'évolution de grands ensembles religieux ou castraux. C. Arlaud a poursuivi cette tâche jusqu'au début des années 1990 et effectué plusieurs analyses pour des architectes ou pour des particuliers sur des maisons vouées à une rénovation certaine. Ces travaux font l'objet de courts rapports162 qui constituent aujourd'hui la mémoire de ces lieux parfois drastiquement transformés. On peut bien sûr regretter que les études, à l'époque, n'aient pu être encadrées par une démarche administrative volontariste, mais il s'agissait, alors, des prémices de la recherche archéologique appliquée aux élévations ; les murs ne parlaient alors qu'à une petite catégorie de spécialistes, influencés par les expériences menées en territoires transalpins.

  • 163 La plupart des recherches ont été menées par V. Monnoyeur-Roussel et C. Delomier.

20Depuis, les interventions archéologiques sur le bâti se sont multipliées163, mais elles n'ont pas toujours pu faire l'objet de publications et certaines ont été d'une brièveté telle (une semaine ou moins), que les informations recueillies ne peuvent apporter qu'un éclairage très ponctuel sur certaines questions (fig. 147). Le corpus actuel permet, cependant, d'avoir une vision d'ensemble de la problématique que soulève ce genre de recherche. Les interrogations sont multiples et concernent des aspects aussi divers que le passage de la maison médiévale à la maison Renaissance et les modifications morphologiques qu’il entraîne, ou la construction de ces maisons depuis l’approvisionnement en matériaux jusqu’à leur mise en œuvre (pierre, bois, métal, terre cuite, verre). L’évolution de l’organisation des immeubles demeure également une question fondamentale, l’étude des décors sculptés et peints jouant alors un rôle essentiel dans l’appréhension de ces espaces (fonction, circulation, chronologie…). Si les questions ne manquent pas, les réponses ne sont pas toujours au rendez-vous. De ce point de vue, les bâtiments qui se sont développés sur l’îlot Gadagne au fil des siècles apportent des réponses parfois pertinentes, quelques fois tronquées, mais qui, toujours, nourrissent la réflexion sur l'architecture civile lyonnaise encore, en partie, méconnue.

Fig. 147 - Localisation des maisons étudiées dans le vieux Lyon.

  • 164 Les mortiers, utilisés lors de ces phases de construction, sont caractérisés par une teinte beige r (...)
  • 165 Située place du Change.

21Sur le site de Gadagne, l’architecture du Moyen Âge est abordée à travers des vestiges lacunaires. La présence d’une grande maison, sans doute luxueuse, entourée de dépendances, évoque un premier tableau architectural du secteur au XIVe siècle. Les données recueillies touchent plutôt à l’organisation de la parcelle, comme nous l’avons déjà évoqué. Toutefois, on constate que les rénovations du XVe siècle modifient et surélèvent les constructions anciennes en respectant les implantations initiales. L’architecture des maisons des XIVe et XVe siècles est marquée par la simplicité des plans et par l’emploi de matériaux variés. Ce sont principalement des pierres de tout venant (gneiss ou granit), des galets et quelques rares moellons équarris en calcaire des Monts-d’Or. Cette hétérogénéité indique un approvisionnement de proximité164, où les remplois, provenant en grande partie de la démolition des bâtiments antiques, jouent un rôle particulièrement important. Les décors sont également assez communs (linteau en accolade, fenêtres à meneaux à base buticulaire), et se retrouvent fréquemment dans les constructions lyonnaises de la même période. Rien de très innovant dans ces dépendances transformées en habitation ! Si la maison de la Boyssette possédait des éléments de confort assez élaborés pour l’époque (la glacière notamment), les éléments architecturaux découverts ne signalent pas non plus une audace particulière. Cependant, eu égard à la qualité de la famille Pompierre, propriétaires et habitants des lieux, on peut estimer que cette demeure devait être relativement vaste, bien que sa morphologie échappe totalement à notre connaissance. Elle pouvait également posséder des caractéristiques comparables à celles des maisons médiévales encore en élévation dans le quartier. On peut prendre pour exemple la maison Thomassin165 qui offre une façade en pierres de taille, rythmée par des baies géminées inscrites dans des archivoltes en arc brisé (fig. 148). À l’extrême fin du XVe siècle, lorsque la parcelle est divisée, la maison de la Boyssette est détruite pour laisser place à de nouveaux bâtiments dont l’implantation diffère et répond à la nouvelle organisation parcellaire.

Fig. 148 - Maison Thomassin.

  • 166 L'étude des élévations a mis en évidence l'absence de trous de boulin, indiquant ainsi très clairem (...)
  • 167 Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les nombreux projets de Serlio regroupés dans son ouvrage in (...)
  • 168 Située rue Juiverie.

22Les bâtiments aménagés dans la première moitié du XVIe siècle correspondent à des maisons à deux, voire trois niveaux166 dont les termes architecturaux sont, somme toute, très banals pour l’époque. Rien de comparable avec les réalisations de Philibert de l'Orme, par exemple, qui éloignent peu à peu l’architecture civile de la tradition gothique167. Lors de son bref passage dans sa ville natale, il réalisa la galerie de la maison Bullioud168 qui reste, dans le quartier, l'expression de la Renaissance par excellence (fig. 149). Dans cet ouvrage, on voit combien l'architecte a dû jouer avec les multiples contraintes inhérentes aux bâtis existants. Et pourtant il a réussi à traduire dans un espace restreint tous les termes innovants de cette architecture qui l'avait ébloui lors de son séjour en Italie. En dépit de la réussite et de l’élégance d’une telle expérience, cette forme architecturale reste presque unique dans le quartier.

Fig. 149 - Maison Bullioud.

  • 169 Comme pour les pierres, le mortier est lui aussi différent des phases antérieures puisqu’il est car (...)
  • 170 L’escalier du 10 est une construction plus tardive qui a subi de profonds remaniements lorsque la v (...)

23Les bâtiments étudiés ici sont, à ce titre, très révélateurs car ils ne correspondent en rien à cette architecture savante. Leurs murs sont majoritairement construits à l’aide de moellons en calcaire des Monts-d’Or et de quelques galets qui viennent compléter l’approvisionnement169. La pierre de taille (annexe matériaux et marques lapidaires), exclusivement en calcaire des Monts-d’Or, n’entre que dans la composition des moulures, des baies, des chaînes verticales et des escaliers (fig. 150). Ce sont des maisons de ville qualifiées dans les textes de « hautes, moyennes et basses », desservies par des escaliers en vis pour les circulations verticales. Les différents corps de bâtiments sont reliés par des galeries qui assurent les circulations horizontales et suppléent à l’absence d’un corps de bâtiment, puisque, ici, elles longent le mur aveugle du 8 rue Gadagne. Ce type d’organisation est très classique et se retrouve un peu partout dans la vieille ville. Sur les quatre escaliers construits au sein de l’îlot Gadagne, le plus ancien est caché au cœur des bâtiments du premier quart du XVIe siècle ; les autres escaliers sont hors œuvre et ponctuent les constructions du deuxième quart du XVIe siècle. Des deux escaliers sur rue170, c’est probablement l’escalier du n ° 12 qui offre les caractéristiques les plus remarquables. Au rez-de-chaussée, la large porte en anse de panier, surmontée d’un corps de moulures en accolade, ouvre sur une vis dont le noyau est formé d’un faisceau de boudins torsadés qui repose sur une base hexagonale (fig. 151) ; chaque palier est largement éclairé par une baie à croisée. L’escalier de la cour d’honneur s’inscrit dans une tour à pans coupés largement débordante. La porte est composée d’un arc surbaissé soutenu par des piédroits moulurés à base prismatique. Au-dessus de cette porte, se développe un décor en saillie composé de deux colonnettes torsadées reposant sur des culots moulurés qui encadrent un espace, aujourd’hui vide, mais qui, autrefois, devait être orné d’un décor d’héraldique. C. Dalbanne précise qu’il s’agissait des armoiries de la famille Gadagne et qu’elles sont décrites par Le Laboureur au XVIIe siècle (Dalbanne 1948 : 15). Sans doute, les Gadagne éprouvèrent-ils le besoin de marquer de manière forte la possession de cette demeure.

Fig. 150 - Usage de la pierre des Monts-d’Or : en parement et en chaîne verticale.

Fig. 151 - Noyau de la vis de l’escalier sur rue du 12.

24Les façades sont rythmées par des corniches qui soulignent les étages et qui s’alignent sur les cordons d’appui des nombreuses fenêtres. Toutes les baies sont à croisée simple ou jumelée, à l’exception des petites fenêtres des combles, nommés « galetas » dans les textes lyonnais, dont les piédroits sont ornés de congés triangulaires. Les croisées répondent à un modèle en vogue dans la première moitié du XVIe siècle où les bases des meneaux et des piédroits sont prismatiques (fig. 152) et les chambranles ornés de baguettes croisées (fig. 153). Dans les bâtiments arrière, l’encadrement des portes intérieures et extérieures constitue un ensemble remarquable. En effet, les linteaux fortement saillants sont sculptés de lignes géométriques qui se poursuivent sur les pierres de taille des piédroits ; ce type de linteau, rare à Lyon, est inspiré de modèles italiens, et particulièrement siennois. Le manteau de la cheminée de la pièce J3 reprend ces corps de moulure en les accentuant, constituant ainsi un ensemble homogène. Enfin, la cheminée qui orne la grande salle du bâtiment sur rue (V1) est aussi remarquable par son architecture et ses imposantes dimensions. Les piédroits du manteau sont formés de trois colonnes entrelacées et crénelées, qui supportent l’entablement sculpté d’un jeu de tores et de cavets (fig. 154).

Fig. 152 - Base prismatique.

Fig. 153 - Baguettes croisées des fenêtres.

Fig. 154 - Cheminée dans la pièce V1.

25L’escalier sur rue, la cheminée monumentale et les linteaux saillants constituent donc des éléments remarquables. Mais c’est surtout la grande cour d’honneur avec son espace rectangulaire particulièrement vaste et l’existence, à l’arrière, d’une seconde cour qui confèrent à cet îlot son caractère exceptionnel. En effet, les maisons lyonnaises sont en général étroites et leurs cours souvent exiguës servent de puits de lumière. C’est dans l’histoire de la formation de l’îlot qu’il faut rechercher l’explication de ces surfaces particulières, ainsi que nous l’avons montré, et non pas dans le choix délibéré de créer un hôtel particulier, d’autant que cette cour fut rapidement séparée en deux espaces par un haut mur qui fut démoli au début du XXe siècle lorsque les bâtiments furent transformés en musée.

  • 171 À Vaise, Jean Kléberger fait ériger au début du XVIe siècle une demeure surnommée « La belle allema (...)

26Ce n'est donc pas dans ce quartier urbain, dédié à la banque et au commerce, que les patriciens désirent faire montre de leur puissance en créant de richissimes palais ; on est bien loin de Sienne ou de Florence. Certains auteurs ont expliqué ce fait par l'absence de grands seigneurs locaux, évêques ou laïcs, capables d'assumer de tels élans financiers, contrairement à ce que l'on constate en Normandie par exemple. En ville, les termes de cette innovation touchent des éléments mineurs — puits, portails et fontaines — sur lesquels sont déclinés les signes les plus pertinents et les plus significatifs du style renaissant (fig. 155). C’est au contraire dans leurs maisons à la campagne, appelées joliment « maison des champs », que nos prospères banquiers et commerçants donneront libre cours à cette nouvelle culture architecturale. De tels domaines sont situés dans la périphérie de Lyon171, et leur particularité est de comprendre une exploitation agricole ou viticole cultivée par des domestiques ou des fermiers. À Oullins, la famille Gondi possède le domaine du Grand-Perron (fig. 156), à Saint-Genis-Laval, la propriété de Beauregard appartient aux Gadagne (fig. 157). Ces richissimes propriétaires construisent aussi à l’intérieur même des fortifications urbaines, en périphérie du centre industrieux. Ces maisons, implantées sur des sites élevés, sont organisées pour jouir du calme et de la vue. Leurs propriétaires ne font d'ailleurs pas toujours preuve d'une grande originalité lorsqu'ils baptisent ces demeures : si les appellations « Beauregard » et autre « Belregard » n'ont d'égal que nos actuels « Mon repos » ou « Belle vue », elles mettent l'accent sur une de leurs caractéristiques majeures : la scénarisation de la fonction de belvédère.

Fig. 155 - Le puits et la fontaine de la maison du Chamarier.

Fig. 156 - Maison du Grand-Perron.

Fig. 157 - Maison de Beauregard à Saint-Genis-Laval.

  • 172 Des renseignements précieux proviennent des devis établis lors de la reconstruction entreprise par (...)

27Au XVIIe siècle, tel qu’on le constate à Gadagne, l’architecture, dans son ensemble, n’est guère transformée. Si la composition des maçonneries diffère peu des périodes précédentes, les constructeurs exploitent alors des pierres de taille en calcaire gris172, voire de couleur noire, créant ainsi un jeu de polychromie, peu usité jusqu’alors dans le bâti civil (fig. 158) (encart matériau). L’ornementation des fenêtres à croisée est modifiée, puisque meneaux et traverses ne portent plus de moulures. En revanche, ces pierres sont systématiquement marquées de signes lapidaires, pratique moins fréquente pour les périodes antérieures (annexe matériaux et marques). Accompagnant ce changement, la mise en œuvre des baies évolue. Alors qu’au XVIe siècle, les arcs de décharge sont composés exclusivement de briques avec un tracé en V ou surbaissé, au XVIIe siècle, ils sont alors caractérisés par des bâtières composées de deux moellons des Monts-d’Or de dimension allongée et étroite (fig. 159). Ces éléments se retrouvent systématiquement dans les architectures de la même époque, notamment dans l’immeuble arrière du 8 de la rue Gadagne.

Fig. 158 - Usage du calcaire gris et noir.

Fig. 159 - Bâtières et arcs de décharge.

28L’ordonnancement général des façades reste le même avec l’ajout d’un étage supplémentaire. C’est d’ailleurs un des traits de cette époque, sur la rive droite de la Saône, où le tissu urbain déjà dense, guère modifié, est seulement transformé par des surélévations d’un ou deux étages. La physionomie du quartier évolue donc vers des espaces de plus en plus sombres et la recherche de lumière devient une nécessité. Ce phénomène est d’ailleurs bien visible dans les bâtiments arrière de Gadagne, où l’on crée des fenêtres intérieures (entre J3 et H3) qui pallient le manque de luminosité.

APPORT À LA CONNAISSANCE DES DÉCORS PEINTS

  • 173 L'archéologue a généralement une vue synthétique des phases majeures de sa fouille et le restaurate (...)

29Les constructions civiles lyonnaises des XVe-XVIIe siècles sont généralement ornées de décors peints, mais seule une infime partie de ceux-ci est parvenue jusqu'à nous. L’étude de l’îlot Gadagne a, en ce domaine, contribué à amorcer une réflexion sur ces mises en couleur. En effet, l’existence des peintures murales conservé dans les bâtiments arrière a donné lieu à une étude conjointe et volontaire de la part des restaurateurs et des archéologues173, les méthodes étant finalement peu éloignées. L'analyse visuelle des stratigraphies révèle une série de mortiers, enduits, badigeons et papiers peints qui sont autant de témoins de la vie du monument. Cette approche intime du mur donne souvent des informations que l'on peut qualifier d'anecdotiques mais qui renseignent sur la « petite histoire » du bâtiment. L'histoire du badigeon, avec les marques ou les stigmates qu'il porte, sont autant d'indices qui peuvent aider à connaître les états successifs de conservation d'un bâtiment, les arrêts dans la construction et les agrandissements ou bien encore, à mieux définir les systèmes de circulation.

30Trois enduits peints différents ont été mis en évidence dans les bâtiments arrière. Ils correspondent aux trois phases principales de construction ou de réaménagement de ces espaces, qui prennent place entre le début du XVIe siècle et le XVIIe siècle.

31Deux grandes phases de mise en couleur ont été observées pour la première moitié du XVIe siècle. Le décor dit « Gadagne 1 » est composé d’un enduit blanc monochrome, où seul le contour des fenêtres et des portes est marqué d’un bandeau sombre surligné de fins traits blancs à la manière d’un faux appareil (fig. 160). Cet état de surface témoigne de la remarquable maîtrise des ouvriers. D’autres exemples attestent ce savoir-faire. Les façades sur cour de la maison du Chamarier sont, semble-t-il, traitées de la sorte, à l'époque de la reconstruction du chanoine François d'Estaing entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle : des bandeaux d'enduit stuqué beige encadrent les ouvertures, ces bandes sont soulignées de traits blancs à la manière d'un faux appareil (Delomier 1999 : 160). De même, à Villefranche-sur-Saône, les enduits intérieurs retrouvés dans la « maison de l'Italien » par G. Emond sont là encore semblables :

« L’enduit est très serré, le tout présente un aspect fini monochrome blanc et brillant. Autour de l'embrasure de la porte on trouve un décor à faux joints blancs incisés dans l'enduit » (Emond 1999).

Fig. 160 - Détail du décor de Gadagne 1.

32La date proposée pour ce décor est la fin du XVe siècle ou le début du XVIe siècle. Toujours à Villefranche, un autre exemple est donné par le traitement des parements intérieurs de la collégiale, où le badigeon de chaux lissé dans l’enduit frais offre une impression de glaçure, créant l’illusion du marbre (Emond 1998 : 23).

33Le décor dit « Gadagne 2 » s'inscrit dans la continuité du précédent. Les bandes en faux appareil sont reprises et une frise rouge vient souligner le plafond. Si l’exécution de ce décor est moins soignée, les mêmes influences que le précédent se font toutefois sentir, ce qui place sa réalisation dans le courant du XVIe siècle. Ce décor trouve, par ailleurs, des termes de comparaison avec celui mis en évidence dans la maison de la Bréda (cf. encart).

  • 174 Les maîtres d’œuvre italiens véhiculent des idées novatrices sur le décor et sur les techniques. Il (...)

34Le XVIe siècle est donc marqué par un véritable engouement pour les parements lisses, clairs et monochromes. Peut-on voir ici une véritable influence de la Renaissance italienne ou ne s'agit-il que d'une des expressions du gothique finissant ? Bien que l’enduit soit parfaitement lissé jusqu’à avoir l’apparence d’un « marmorino »174 et donc réponde à une esthétique italienne, l’alternance de joints noirs ou blancs, incisés dans la masse, imitant un appareil de pierre de taille, correspond encore pour partie au goût de l’époque gothique. En effet, le goût très vif des Français pour le faux appareil s'exprime toujours. On en rencontre dans tous les types d'habitations, des plus simples aux plus luxueuses.

35Le décor architecturé qui remplace la mise en couleur du XVIe siècle se rapproche par son style de ce que l'on rencontre au XVIIe siècle. Sur un fond clair, les ouvertures sont surlignées de filets rouges (fig. 161), une plinthe gris clair marque la base des élévations alors qu’une double frise, rouge sombre et brune (fig. 162), en constitue le registre supérieur. Quelques études conduites dans le quartier mettent en évidence, pour la même période, l'existence d'un décor non historié qui reprend certaines des caractéristiques trouvées dans les pièces préservées du Musée Gadagne. Au 14-16 de la rue Juiverie, un décor similaire a été repéré et les relations chronologiques permettent d'assurer qu'il est mis en place à la fin du XVIIe siècle (Fournier 2001).

Fig. 161 - Détail du décor XVIIe siècle autour des fenêtres.

Fig. 162 - Frises successives des XVI et XVIIe siècles.

  • 175 Au 22 rue Juiverie, le bâtiment ouest (pièce 4, niveau 3) offre une série de décors antérieurs, sem (...)

36Au gré des rapports d’opération, on trouve mentionnées des découvertes d’enduits et de badigeons, tant sur les façades intérieures et extérieures que sur les plafonds175. Mais trop souvent, faute d’indices chronologiques fiables, ces vestiges restent au stade du phasage ou de la simple observation. Cependant, les exemples de Gadagne et du Chamarier prouvent qu’une étude systématique des décors par les archéologues et par les restaurateurs débouchent sur des datations mieux cernées et une connaissance plus fine des répertoires décoratifs et de leur évolution. Ces expériences mettent en lumière la nécessité de réalise un suivi systématique des rénovations des parements des bâtis anciens, ce qui permettrait de reconnaître, d'inventorier et de créer un corpus susceptible de constituer les prémices d'une recherche sur la « peau » des édifices civils lyonnais afin d’aborder toutes les facettes et les modalités de leur mise en couleur (parements, éléments sculptés et plafonds).

37Cet ouvrage marque le terme d'une entreprise archéologique originale et complexe, inscrite au cœur de l'un des plus vastes chantiers de réhabilitation de patrimoine ancien. En dépit de la durée du chantier, presque dix ans depuis le premier « coup de pioche », le programme de recherche a été mené à son terme grâce à la vigilance et à la volonté d’aboutir de chacun. Le projet muséographique présente une histoire renouvelée qui s’ouvre sur les problématiques et les enjeux d’une ville contemporaine. À cette présentation se mêle la petite histoire de l’édifice mise en scène dans la salle de l’œuvre et que l’on croise au gré des circulations dans le bâtiment, là un plafond peint du XVIIe siècle, ici des peintures murales du XVIe siècle, ailleurs une cheminée ; partout un édifice qui demeure emblématique des grandes constructions civiles lyonnaises, entre Moyen Âge et Grand Siècle.

LA MAISON DE PAULINE MARIE JARICOT DITE « LA BRÉDA »
Les travaux de restauration entrepris par les Offices pontificaux missionnaires dans la Maison de Pauline Jaricot, située 42 montée Saint-Barthélemy, furent l’occasion de mener la première étude historique et archéologique de cette demeure (Becker et alii 2005). Son histoire remonte sans doute au XV
e siècle, même si aucun document relatif à un bâtiment de cette époque ne subsiste. Construite en pierres de schistes récupérées sur les constructions antiques voisines, la première bâtisse a sans doute une fonction agricole, en rapport avec l’exploitation des vignes ; elle est désaxée par rapport à l’ensemble des bâtiments postérieurs dans lesquels elle sera englobée.
Les Burbenon, famille consulaire, possèdent, d’après les Nommées, de nombreuses propriétés et des vignes en dessous de Fourvière dès 1476. La maison de la Breda, construite au tout début du XVI
e siècle, est la plus élevée et la plus spectaculaire de toutes les propriétés de Pierre Burbenon. Cet emplacement a probablement été choisi afin de jouir d’une vue exceptionnelle, mais aussi pour disposer d’une vaste exploitation agricole, principalement vouée à la viticulture. La maison correspond à celle visible sur le Plan scénographique de 1550. La datation dendrochronologique confirme l’édification de cette maison aux alentours de 1521 et 1522 (Archéolabs ref. ARC 04/R3103D/3).
La maison dite de « La Breda » est composée de deux corps de logis, établis de part et d’autre d’une tourelle d’escalier hors œuvre ; ces caractéristiques architecturales lui confèrent une physionomie encore très médiévale. La tour d’escalier, de forme polygonale à trois côtés, est percée de cinq petites fenêtres sur la façade et d’ouvertures de tir en croix sur les autres côtés ; on retrouve aussi ces ouvertures sur la façade nord. Elles donnent à cet édifice un aspect défensif, sans doute plus symbolique que réel, et serent à manifester la puissance et la richesse du propriétaire. Les trois blasons insérés dans la maçonnerie au niveau du premier étage renforcent aussi cette impression.
Cette demeure a gardé quelques traces de peinture du XVI
e siècle, principalement dans les embrasures de fenêtres du bâtiment nord au deuxième niveau et dans la tourelle d’escalier. Très dégradées et difficilement lisibles, elles sont formées d’un fond de couleur ocre-jaune, souligné d’un filet blanc qui figure un faux appareil. Ce décor est à rapprocher du deuxième état des peintures découvertes à Gadagne dites « décor Gadagne 2 ». Enfin, ornant le plafond d’une des pièces sud en rez-de-chaussée, des couvre-joints en marqueterie, d’une extraordinaire finesse, font partie du programme décoratif.
Dans la deuxième moitié du XVI
e siècle, la maison devient la propriété de la famille Vandel et ce jusqu’au XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, elle subit d’importantes modifications sans doute vers les années 1711 (Archéolabs ref. ARC 04/3103D). Au nord, l’agrandissement du corps de bâtiment se fait du côté ouest en gagnant du terrain sur la colline. Au sud, la construction du XVIe siècle est englobée dans un bâtiment plus vaste et plus haut. Un nouveau programme décoratif accompagne ces agrandissements ; les peintures figurent un décor de menuiserie en trompe-l’œil dans les teintes gris-bleuté et rose. Enfin, des sondages effectués sur les plafonds du deuxième niveau ont également révélé la présence de décors peints figurant une guirlande de fleurs dans les tons gris bleuté et blanc.

LA MAISON 3-5 MONTÉE DU CHANGE
Cet édifice a été étudié en deux phases, l’une en 1990 (Delomier 1990) et l’autre en 2003 (Bernot, Becker 2003). En 1990, l’ensemble du bâti avait été abordé à l’exception des trois salles du rez-de-chaussée qui ont été acquises par la Ville de Lyon en 2002 afin d’être intégrées au projet de restauration du musée Gadagne. Les observations réalisées sur les pièces en rez-de-chaussée ont confirmé l’évolution du bâti qui avait déjà été développée lors de l’étude de cet ensemble en 1990. Pendant les XIII
e et le XIVe siècles, deux bâtiments semblent avoir coexisté à l’intérieur d’une parcelle dont les limites ouest et sud sont figées dès cette époque. Une maison se développe dans la partie sud-ouest de la parcelle et s’étend sur au moins 10,5 m de long, jusqu’ à la montée du Change. L’autre bâtiment se situe en limite sud-est, mais sa surface n’a pu être reconnue. Au cours du XVe siècle, le bâtiment sud-ouest s’agrandit vers l’est par la création d’un couloir. Cet édifice conserve alors probablement la même longueur mais se déploie sur une largeur plus importante. La limite orientale du bâtiment sud-est apparaît et semble fixer dès lors, la limite de cet îlot. C’est à la fin du XVe siècle qu’est édifiée la demeure telle qu’elle apparaît aujourd’hui. Au rez-de-chaussée, une grande salle voûtée est construite et s’appuie sur les constructions antérieures. La parcelle est désormais entièrement bâtie et ses limites définitivement fixées.

« L’ANTICAILLE » : LA MAISON DE PIERRE SALA
Après être allé guerroyer en Italie avec le roi Louis XII, Pierre Sala, fils d’une grande famille bourgeoise de Lyon, s’installe dans cette ville où il rédige différents ouvrages de poésie. C’est entre 1505 et 1514 qu’il fait édifier sa maison au Champ du Colle, nommée « l’Anticaille », sans doute en raison des nombreux vestiges antiques qui s’y trouvent. De dimensions modestes, ce logis est doté d’une large terrasse afin de pouvoir jouir de la vue magnifique sur Lyon et sa région. Cette demeure est connue par deux enluminures peintes vers 1523, réalisées pour illustrer des manuscrits de Pierre Sala. On y voit une maison composée d’un corps de bâtiment en rez-de-chaussée, éclairé par cinq baies et couvert d’un toit à simple pan. Les deux extrémités sont couvertes de toits en pavillon. La terrasse qui se développe au-devant de ce bâtiment est soutenue par un mur constitué de cinq arcs de décharge. Peut-être est-elle pourvue, dès cette époque, d’une petite chapelle construite au sud de la maison et visible sur le plan scénographique de 1550. Pierre Sala meurt en 1529 et son domaine va à sa fille Eléonore Sala, veuve d’Hector Buatier, et à son petit-fils Symphorien Buatier qui partagera le domaine avec son cousin Benoît Buatier. C’est grâce à ces deux personnages que la maison est totalement modifiée et que le domaine s’accroît considérablement jusqu’à atteindre à peu près la surface qu’il occupe actuellement. Le corps de logis central est agrandi et flanqué de véritables pavillons hors-œuvre. Ces travaux ont nécessité l’allongement du mur de soutènement en créant des arcs supplémentaires jusqu’à la montée Saint-Barthélemy. La nouvelle maison est surélevée d’un étage. Un portail monumental, conservé jusqu’à nos jours, ouvre sur la montée Saint-Barthélemy et permet de pénétrer dans la cour qui se situe à l’arrière de la maison. La chapelle semble toujours exister. Le domaine fut vendu en 1629 aux Visitandines qui installent un couvent. La demeure de « l’Anticaille » est alors englobée dans les nouvelles constructions et disparaît au profit d’un bâtiment beaucoup plus vaste.

Notes

159 Dans le domaine de l'histoire, l'ouvrage de G. Iacono et S. E. Furone apporte des mises au point fondamentales sur la venue des Italiens à Lyon (Iacono, Furone 1999).

160 M.-F. Perez rappelle l'importance de quelques travaux pionniers… « Les ouvrages de Pierre Martin, de Léon Charvet (première biographie sur Serlio en 1869 suivie de ses « notices biographiques et bibliographiques » sur les architectes lyonnais en 1899) et de Natalis Rondot. D'autres recherches restèrent à l'état de manuscrit comme celles de Benoît Vermorel sur les fortifications ou les quartiers de la ville, ou en partie publiées comme celles du notaire Pointet sur les mutations des propriétés du XIVe siècle à la Révolution » (Perez 1993).

161 On pourra aussi se reporter à : « Lyon, le quartier Saint-Jean », dans La maison de ville à la Renaissance paru en 1983.

162 Conservés au Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Rhône ou au Service régional de l'archéologie (DRAC Rhône-Alpes).

163 La plupart des recherches ont été menées par V. Monnoyeur-Roussel et C. Delomier.

164 Les mortiers, utilisés lors de ces phases de construction, sont caractérisés par une teinte beige rosée et par des sables siliceux (cf. Encart mortier : groupes 6, 7 et 15) d’origine soit fluviatile soit arènique.

165 Située place du Change.

166 L'étude des élévations a mis en évidence l'absence de trous de boulin, indiquant ainsi très clairement l’usage d’un échafaudage indépendant du mur, installé sur pieds. L'épaisseur moyenne des murs n'excède pas 0,60 m, à l'exception de certains murs de soutènement. Le système de l’échafaudage de pied est, sans doute, guidé par un souci d’économie et par la nécessité, pour l’entrepreneur, de récupérer aisément le bois d’œuvre afin de le réutiliser lors de l’exécution d’autres travaux.

167 Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les nombreux projets de Serlio regroupés dans son ouvrage intitulé "Extraordinario Libro" témoignent de la grande originalité de sa conception de l'architecture, mais aussi du souci permanent qu'il a d'intégrer dans ses dessins la tradition constructive française. Cet ouvrage servira grandement de référence pour la construction ou l'amélioration des demeures.

168 Située rue Juiverie.

169 Comme pour les pierres, le mortier est lui aussi différent des phases antérieures puisqu’il est caractérisé par une couleur à tendance grise et par un sable silico-calcaire très bien trié.

170 L’escalier du 10 est une construction plus tardive qui a subi de profonds remaniements lorsque la voûte de Gadagne est démolie.

171 À Vaise, Jean Kléberger fait ériger au début du XVIe siècle une demeure surnommée « La belle allemande », en hommage à sa femme Pelonne de Bouzin. À Dardilly et à Écully, on connaît respectivement le domaine de Parsonges et celui de la Greysollière…

172 Des renseignements précieux proviennent des devis établis lors de la reconstruction entreprise par André Falconnet, qui définissent précisément la provenance des matériaux : les pierres de taille proviennent de la région de Théizé (Rhône).

173 L'archéologue a généralement une vue synthétique des phases majeures de sa fouille et le restaurateur va, par sa maîtrise des nettoyages fins, l'aider à déceler des phases, ou à révéler des décors qui lui permettront d'affiner sa chronologie relative.

174 Les maîtres d’œuvre italiens véhiculent des idées novatrices sur le décor et sur les techniques. Ils mettent au point des enduits dits « a sgraffito » et « marmorini », qui peu à peu vont recouvrir les murs intérieurs des palais de la Renaissance. Les architectes, excellents stéréotomistes, désiraient créer des formes « idéales », où l’on ne pouvait pas déceler le travail de l’homme. C’est pourquoi une recherche se fit jour vers des enduits lissés et monochromes qui devaient parfaitement recouvrir les appareils de construction. En Italie, on vit ainsi disparaître la représentation des appareillages peints. Or, en France, le goût prononcé pour cette représentation perdure tout au long du gothique tardif.

175 Au 22 rue Juiverie, le bâtiment ouest (pièce 4, niveau 3) offre une série de décors antérieurs, semble-t-il au XVIIe siècle. Il s’agit d’une frise ornée de motifs de rinceaux, fleurs ou épis ; les portes 54 et 56 sont entourées l’une d’un bandeau rouge sur fond ocre-jaune et l’autre d’un cadre gris rehaussé de liseré noir (Monnoyeur-Roussel 1997). Au 58 rue Saint-Jean (Arlaud, Monin 1983), un décor extérieur a été repéré à proximité d'une niche surmontée d'une coquille sculptée, cette dernière pourrait être une création du XVIe siècle, sans que le décor qui l'entoure puisse être attribué à cette période. Toutefois, les caractéristiques de cette peinture, enduit de couleur jaune surligné d'un liseré rouge qui en souligne les contours, pourraient caractériser une mise en couleur du XVIIe siècle. Au 7 rue Saint-Georges, une baie de la façade sur rue présentait un décor de faux joint rouge sombre, recouvert d’un lait de chaux. (Delomier 2002) Au 12 rue Juiverie, la maison, avant un sondage pratiqué au premier niveau du mur sud, offre un enduit lissé et stuqué (Delomier 2001).

Table des illustrations

Légende Fig. 145 - Plan d’évolution du bâti sur l’îlot.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 146 - Plan d’évolution du parcellaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 147 - Localisation des maisons étudiées dans le vieux Lyon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 148 - Maison Thomassin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 149 - Maison Bullioud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 150 - Usage de la pierre des Monts-d’Or : en parement et en chaîne verticale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-7.png
Fichier image/png, 993k
Légende Fig. 151 - Noyau de la vis de l’escalier sur rue du 12.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Fig. 152 - Base prismatique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-9.png
Fichier image/png, 903k
Légende Fig. 153 - Baguettes croisées des fenêtres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Légende Fig. 154 - Cheminée dans la pièce V1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 155 - Le puits et la fontaine de la maison du Chamarier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 156 - Maison du Grand-Perron.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-13.png
Fichier image/png, 220k
Légende Fig. 157 - Maison de Beauregard à Saint-Genis-Laval.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-14.png
Fichier image/png, 309k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 158 - Usage du calcaire gris et noir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 159 - Bâtières et arcs de décharge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-18.png
Fichier image/png, 799k
Légende Fig. 160 - Détail du décor de Gadagne 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 161 - Détail du décor XVIIe siècle autour des fenêtres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 162 - Frises successives des XVI et XVIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2627/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540