Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 5. Au XVIe siècle, une parcelle sens dessus dessous

Texte intégral

  • 40 1494 : début des guerres d’Italie ; 1559 : traité de paix du Cateau-Cambrésis.
  • 41 Les principaux banquiers sont alors les Capponi, les Salviati, les Gondi, les Strozzi, les Albizzi, (...)

1Lyon apparaît comme une véritable capitale culturelle à l’époque de la Renaissance : à cela ne sont pas étrangers les liens noués avec l’Italie, facilités par sa relative proximité et une longue tradition d’échanges. La prospérité économique qui se fait jour aux XVe et XVIe siècles est soutenue par les grandes foires établies à Lyon depuis le milieu du XIVe siècle. Par ailleurs, la ville va jouer un rôle prépondérant dans les guerres d’Italie40 . Elle sert, en effet, de base avancée à la cour qui y séjourne régulièrement. Les banquiers italiens installés depuis la fin du XVe siècle à Lyon constituent une véritable aristocratie du négoce41 (Iacono, Furone 1999 : 15-18).

2Lyon devient, pour quelques années, un carrefour majeur de l’Europe. La prospérité économique grandissante de la ville se répercute sur sa population qui évolue et s’accroît. La fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle forment donc une période où le tissu urbain subit de profonds bouleversements. Le vaste tènement qui occupe notre étude ne fait pas exception. Le quartier du Change est depuis quelques années investi par les marchands florentins en exil à Lyon. Jean Vareys vend sa maison à Amédée Pierrevive et à ses frères, Jean-Michel, Michelet et André :

  • 42 J. Pointet, p. 7098 ; AML. - CC4, f ° 54.

« une grande maison en plusieurs tènements et un grand jardin derière, en la ruette de la Pocherie joignant à la maison de Michelet Dulard, les héritiers Guillaume devers le matin, et la Grant maison du Plat devers le vent, et par-dessus à la rue tirant de Saint-Barthélémy à Saint-Just devers soleil couchant »42.

3L’acte de 1492 mentionne clairement cette acquisition comme étant une transaction récente mais n’en donne pas la date précise. Toutefois, cette vente n’a pu avoir lieu avant 1489, date à laquelle elle appartient toujours à la famille de Vareys. En l’absence d’acte de vente, il est rare de pouvoir cerner aussi finement un événement et la fourchette 1489-1492 pour l’acquisition par les Pierrevive est, en fait, d’une remarquable précision. L’ensemble de la propriété était-elle dans l’indivision entre les frères de Pierrevive, s’agissait-il d’un investissement immobilier de type « familial » ? On l’ignore, mais il est certain que les frères de Pierrevive entreprirent rapidement de profondes transformations sur l’ensemble du tènement, au débouché de la rue Gadagne, alors en impasse.

LA CRÉATION DE LA MONTÉE DU GARILLAN

4Les constructions entreprises par les Pierrevive vont bénéficier d’une importante restructuration du quartier : l’ouverture de la montée du Garillan. Les schémas d’évolution des parcelles illustrent bien ce changement. Jusqu’au début du XVe siècle, les limites sont floues entre les parcelles Pompierre/de Villeneuve (1377-1388, 1406-1430) ou Varinier/de Villeneuve (1446) et enfin, en 1493 entre les Pierrevive et de Bleterens ; il n’est d’ailleurs pas possible de les tracer avec certitude (fig. 101).

Fig. 101 - Schéma de la parcelle en 1489 et en 1516.

  • 43 AML. - BB 24, 12, 16 et 18 août 1502, f °, 373v °, 374-375.

5En 1502, le propriétaire de la parcelle méridionale, le capitaine Ymbaud Bleterens de Ryvoire, propose au consulat de percer une rue, « en sa maison assise en la rue du Palais », c’est-à-dire rue Saint-Jean, pour joindre celle-ci à la montée Saint-Barthélemy43 . Le 12 août, les conseillers de la ville, selon la coutume, envoient une délégation pour « veoir le lieu » ; le 16, ils avisent de convoquer une douzaine de notables mais aussi les voisins de la maison du capitaine, afin de recueillir leur avis sur l’opportunité d’ouvrir la rue. Les échevins insistent d’ailleurs, afin que cette rue ait un caractère public :

  • 44 ibid., 16 août.

« [ils] ne sont pas d’oppinion lesd. conseillers que lad. rue soit faicte se elle n’est ouverte et à tout citoyen son contenu exposé44 ».

6À l’origine, en effet, le capitaine souhaitait, au

« commencement et entrée d’icelle rue nouvelle… fère maison dessus pour gaigner place ».

7L’autorisation de cette construction en encorbellement est fermement refusée par les échevins qui affirment

  • 45 ibid., 18 août.

« qu’on ne doit souffrir ne permectre, si fère se peult, que lad. rue soit faicte close par dessus, pour obvier es grans maulx et dangiers qui surviendroient illec de nuyt, tant meurtres que autres maulx et très grandes puanteurs et infections à cause des gens qui se retireroient dedens pour y faire leurs naturelles neccessitez45 ».

8La suppression des ruelles couvertes et des impasses étroites fait en effet partie des combats difficiles que la municipalité mène avec opiniâtreté au nom du bien public et de l’intérêt commun, tout au long des XVe et XVIe siècles (au moins !). Dans le cas présent, il semble que l’interdiction ne fut pas respectée ; quelques décennies plus tard (en mars 1563), en effet, les échevins ordonnaient

  • 46 AML. - BB 83, f ° 48, 18 mars 1562 (v. st) 1563 (n. st.).

« d’abattre et démolir les galleries es maisons étant dessus la rue du Garillan tendant de la grande rue Saint-Jehan à la rue Saint-Barthélemy46 ».

  • 47 AML. - BB 83, 58v °, 30 mars 1563.

9Mais les échevins n’auront que partiellement gain de cause, le propriétaire en titre à cette époque, Jean Camus, entreprit la démolition de la galerie surplombante, mais maintint les bâtiments sur leur plante, de part et d’autre de la rue de la Fronde, à son débouché rue Saint-Jean (cf. schéma 1537-1551)47. Leur destruction est jugée inutile par leur propriétaire, étant donné que la

  • 48 AML. - BB 83, f ° 50 f °, 25 mars 1563 et f ° 60v ° 1er avril 1563. À cette date, il apparaît que J (...)

« rue du Garillan ne ser que d’ung passaige et chemyn à talon ou les charretes et chevaulx ne peuvent commodement passer48 ».

  • 49 AML. - BB 88, f ° 66 et 67, 17 mars 1569 ; BB 130, f ° 71, 1er juillet 1593 : ordonnance visant à p (...)

10L’accessibilité de la rue du Garillan demeure par ailleurs un souci constant : la pente est forte et son cheminement tortueux y favorise les constructions anarchiques. En 1569, 1593, 1667…, les échevins multiplient les prescriptions visant à y améliorer la circulation et la sécurité49.

11Même chaotique, l’ouverture de la rue ou montée du Garillan est un fait acquis à partir des premières années du XVIe siècle. En matière d’urbanisme, l’événement présente un double avantage : d’une part, la communication est-ouest est améliorée entre deux axes majeurs de la ville : les rues Saint-Jean et Saint-Barthélemy, d’autre part, de nouveaux terrains sont libérés à la construction. Il n’est qu’à voir sur le plan de l’îlot en 1516 (fig. 101), les nombreuses parcelles en lanières, orientées nord/sud, qui s’installent le long du côté sud de la montée du Garillan. Une fois encore, leur tracé exact n’est pas assuré, mais il est certain en revanche qu’une douzaine de parcelles au moins ont été créées sur les terrains de l’ancienne propriété Bleterens et presque immédiatement édifiées. Les registres d’imposition datés de 1516 signalent que des maisons « hautes, moyennes et basses » y sont construites ou sont en cours de construction :

  • 50 AML. - CC 29, nommées de 1516.

« une place où l’on a commencé certaines murailles en lad. rue neufve »50.

  • 51 L’habitat civil se développe « à l’intérieur de vastes tènements appuyés sur la rue dont l’origine (...)

12L’aubaine était donc double : en premier lieu pour l’investisseur, de Bleterens, qui a dû retirer une plus-value certaine de cette opération de lotissement51 ; pour le quartier ensuite, qui demeure un des pôles les plus attractifs de la rive droite de la Saône, avec sa concentration d’hommes d’affaires, de commerçants et de banquiers. L’occupation était déjà dense le long de la rue Saint-Jean L’aubaine était donc double : en premier lieu pour l’investisseur, de Bleterens, qui a dû retirer une plus-value (voir l’étroitesse et l’exiguïté des parcelles), les seuls terrains libres offraient de sérieuses contraintes liées à la pente, mais la pression immobilière était sans doute plus forte.

  • 52 AML. - BB 83, f ° 62v °, 5 avril 1563.

13En avril 1563, les conseillers de la ville entreprirent de prolonger la rue du Bœuf vers le Garillan52, améliorant encore la circulation ; dès lors, il ne subsistait plus que l’obstacle de l’impasse de Gadagne, mais il faudra attendre encore un siècle pour que ce dernier verrou disparaisse.

LA RÉORGANISATION DE L’ÎLOT PAR LES PIERREVIVE

14La période de réaménagement s’étale sur plusieurs années au début du XVIe siècle et voit la construction de la quasi-totalité des bâtiments ; les modifications ultérieures n’auront plus d’incidence que sur leur organisation verticale. N’était la force de la tradition, il serait sans doute tout aussi légitime d’accoler aux édifices du musée le nom des Pierrevive que celui des Gadagne, qui leur succédèrent.

LE RÉAMÉNAGEMENT DE LA ZONE BASSE

15La vaste maison patricienne, dite de La Boysette, est détruite à l’extrême fin du XVe siècle, ainsi que nous l’avons vu. Cette destruction coïncide avec la vente de l’extrémité orientale de la parcelle donnant sur la rue Saint-Jean au sieur Guillaume, désireux d’agrandir, semble-t-il, le bien que sa famille possédait depuis 1446 (fig. 101). Une nouvelle maison est érigée occupant une surface moins vaste que la première : cela concerne les bâtiments longeant l’actuelle rue Gadagne. À l’occasion de la fouille de la cour d’honneur, nous avons réalisé quelques observations sur le plan, sur les élévations sur cour et sur les fondations de cet immeuble. Il est composé de trois entités distinctes, la plus ancienne se situant au cœur des deux autres. En effet, la lecture du plan autorise à formuler certaines hypothèses concernant l’évolution de ces bâtiments. Long de 35,20 m, cet ensemble se compose des secteurs S, T, U et V et se développe sur cinq niveaux (caves comprises) ; nous ne discuterons pas ici des pièces Z et Y qui ont fait l’objet d’une recomposition importante à l’occasion du percement de la rue Gadagne en 1650. Le secteur S est implanté avec un fort désaxement vers l’est, par rapport à l’implantation de l’espace T. De même, le bâtiment V paraît se coller contre le bâtiment médian.

Petite histoire d’une fondation

16L’implantation du mur ouest (40) appartenant au bâtiment T se fait après la destruction partielle de la demeure du XIVe siècle. Le niveau haut de la fondation apparaît à peu près au niveau du sol de la cour contemporaine de cette maison. Les constructeurs creusent une tranchée qui sectionne les vestiges maçonnés des bâtiments précédents, sans prendre la peine de les détruire en totalité. Ainsi les murs 57 et 11 sont-ils détruits en biseau (fig. 102) ; ils possèdent à la fois un parement totalement englobé dans la maçonnerie du mur 40 et un parement, a priori, accolé contre ce mur. De fait, on a, semble-t-il, un laps de temps court entre la destruction de la demeure de La Boyssette et l’érection de la nouvelle construction. Par ailleurs, plusieurs phénomènes renseignent sur la manière dont les constructeurs ont conçu leur tranchée. Au départ, ils constituent des parois parfaitement verticales. Ainsi le mur de la fondation est-il construit dans le même plan vertical que l’élévation ; celle-ci toutefois se différencie par la présence de planées qui indiquent la progression horizontale de la mise en œuvre. Le tracé de la tranchée se modifie lorsqu’ils rencontrent des structures maçonnées importantes et les parois sont largement évasées. La maçonnerie des fondations est coulée et épouse les formes des obstacles qu’elle rencontre, ce qui crée des empattements.

Fig. 102 - Fondations du mur 40.

  • 53 La restauration des années 1960 a résolu en partie ces problèmes d’instabilité en disposant aux 2e, (...)

17Ici, comme lors de la construction des fondations du bâtiment médian (pièces B et C), les constructeurs ne cherchent pas à supprimer les vestiges antiques et médiévaux. Avec le mur 40, on apporte une autre réponse aux contraintes liées à la présence de structures antérieures. Une semelle ou un empattement apparaît à la base du mur lorsque l’on rencontre les structures anciennes qui sont ici très denses. Cependant, la conservation de ces dernières va avoir une incidence très importante sur la stabilité du bâtiment. Une large fissure rompt l’ensemble de la construction, des fondations jusqu’au sommet de l’élévation53. Elle est liée à un tassement différentiel des sols, consécutif à la construction des fondations sur des structures antérieures de nature différente et peut-être aussi à des extensions du bâtiment.

Évolution des bâtiments sur rue : les maisons T et S

  • 54 Meneaux et traverses ont systématiquement été changés lors des dernières restaurations.

18Le bâtiment T occupait un espace quadrangulaire d’une largeur de 10 m dans le sens nord-sud et d’une longueur que l’on peut estimer entre 16 m et 20 m d’est en ouest, puisque son emprise recouvrait toute la partie orientale de la parcelle jusqu’en limite du tènement du sieur Guillaume. Il se développait sur trois étages largement éclairés par des fenêtres à croisées54. La maçonnerie est composée de galets et de tout-venant, auxquels se mêlent des blocs de remploi — pierres chanfreinées et claveaux de tuf — qui entraient dans la composition de la maison de La Boyssette détruite.

19Dans un second temps, un nouveau bâtiment est accolé contre le mur pignon sud de la maison T. La chaîne verticale de cette dernière, préservée sur toute sa hauteur, offre une parfaite indication sur le déroulement chronologique de ces aménagements. Cet ensemble S possède des dimensions modestes, de 9,60 m de côté, et une organisation sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée ne présente aucune ouverture en place ; l’étage quant à lui est éclairé par deux fenêtres à croisées (fig. 103). Des modifications importantes seront apportées à ce secteur au cours du XVIIe siècle.

Fig. 103 - Mur 40.

LE GRAND CHANTIER DU BÂTIMENT MÉDIAN

  • 55 AML. - BB 30, f ° 126v ° - 18 janvier 1512 (v. st.) - 1513 (n. st.) « … mesd. srs. les conseilliers (...)

20Les Pierrevive transforment peu à peu l’intégralité de l’ensemble qu’ils ont acquis de Jean Vareys, et, entre 1510 et 1520, entreprennent d’importantes modifications au sud de la parcelle. Les actes du premier tiers du XVIe siècle concernant les différentes tractations et travaux en témoignent. Il s’agit de la construction d’un bâtiment à l’emplacement d’un jardin acquis de Bleterens de Rivoyre, qu’ils construisent pour partie sur l’ancien mur de clôture55 . Cette nouvelle maison reprend la forme de la parcelle acquise :

  • 56 AML. - BB 30, f ° 140v ° - 11 mars 1512-1513 (Vermorel 3 ii 1, p. 434).

« … qu’il bastisse comme et en la forme que lad. place luy a esté vendue… »56.

21C’est donc à la famille des Pierrevive que l’on peut attribuer la grande majorité des transformations qui est intervenue dans le bâti.

Les modifications de la maison B-C

22La maison existante, localisée sur les secteurs B et C, est surélevée et agrandie, de façon à créer un vaste bâtiment qui intégrera les maisons et les communs qui occupent le nord-ouest de la parcelle, dans les zones D, E et les plates-formes supérieures. On voit donc ici la transformation complète de l’ensemble de bâtiments qui s’était développé de manière indépendante dans cette vaste parcelle.

23Le réaménagement de la maison basse (secteurs B et C) entraîne donc la surélévation des murs gouttereaux et pignons. Surélevé de plus de 2 m, le mur gouttereau ouest (18.36 et 18.45) est caractérisé par un appareil irrégulier constitué de matériaux hétérogènes — moellons des Monts-d’Or et galets — liés par un mortier gris très dur (fig. 86 p. 89). Deux fenêtres quadrangulaires de 1 m de côté sont installées et possèdent toutes deux un linteau en bois et un appui en briques. Situées à plus de 2 m du plancher, ces lucarnes ont une morphologie et des dimensions qui rappellent plus des fenêtres de grenier que des baies aménagées pour éclairer un étage d’habitation.

  • 57 La partie nord de ce mur se révèle totalement différente de la partie ancienne, tant dans le choix (...)

24Le mur de façade sur cour (17) est lui aussi surélevé (fig. 94 p. 93). La construction préexistante est largement dérasée, puisqu’elle n’est conservée que sur 5 m de hauteur. Cette façade a subi des travaux de plus grande envergure et l’érection du nouvel étage se fait en parallèle avec la construction du bâtiment D, ce qui permettra de faire la jonction avec la maison occupant l’extrémité septentrionale (secteur E) de la parcelle. C’est à cette occasion que les fondations de la maison primitive sont reprises en sous-œuvre (17.0.6)57. Cette reprise est lisible en élévation sur l’angle oriental du mur 19, elle est également visible en plan : un désaxement est très net au niveau de la jonction entre les entités C et D et une irrégularité dans l’épaisseur des murs porteurs est par ailleurs notée.

  • 58 Un désaxement est très net au niveau de la jonction entre les entités C et D ; on constate par aill (...)

25La chaîne d’angle du pignon nord (19) est détruite et remplacée par une maçonnerie qui crée une façade continue (17.2 et 34.18), unifiant ainsi le bâtiment ancien et celui nouvellement construit (secteurs D et E)58. Enfin, l’angle oriental du pignon nord est reconstruit (19.17 et 19.22) et chaîné à la maçonnerie de la nouvelle façade (fig. 90 p. 91). Une porte est aussi installée, offrant une circulation directe au rez-de-chaussée du secteur B-C (C1) et de la nouvelle cellule d’habitation (D1).

26En façade, les ouvertures de la maison B-C sont conservées, une porte avec linteau en accolade qui ouvre dans l’espace C est ajoutée ; pour le reste, le soubassement a été fortement remanié lors des différentes restaurations et les baies existantes sont le fruit d’une reconstruction totale ; sans doute reprennent-elles en partie la position d’origine d’ouvertures préexistantes. Au premier étage de la maison B-C, une large fenêtre à croisée de 2,20 m de haut pour 1,60 m de large (17.18) est installée, les fenêtres latérales sont des reprises ou des créations ultérieures. Au deuxième niveau du secteur D, l’organisation des fenêtres à croisées est là encore le fruit d’un réaménagement drastique effectué lors de l’aménagement de l’édifice en musée.

  • 59 Au centre de la construction, des moellons de grande dimension disposés en carreau et boutisse comp (...)

27Le pignon sud (fig. 87 p. 90) est dérasé et largement éventré pour insérer la maçonnerie d’un escalier (23.3 et 23.10)59 qui constitue un organe de circulation mettant en relation la maison B-C avec la nouvelle maison érigée à l’extrémité sud de la parcelle. De la porte palière, seul subsiste l’arc de décharge en briques, celle-ci ayant été remaniée lors des transformations du XVIIe siècle.

28Ainsi crée-t-on un vaste ensemble de bâtiments à deux niveaux qui occupent toute la longueur de la terrasse inférieure. Des systèmes de circulation sont installés pour rejoindre les bâtiments arrière qui font eux-mêmes l’objet de profondes modifications et des portes percées dans le mur de terrasse 18 (18.57) assurent cette communication.

La construction de la maison A

  • 60 AML. - BB 28, f° 316, 316 v°, BB 30, f° 97v°, 126v°, 139v°, 140v°.

29Consécutivement au percement de la montée du Garillan, le parcellaire est, dans ce secteur, modifié de façon significative. Les archives consulaires contiennent ce qu’on pourrait appeler un dossier « Pierrevive vs la Ville ». Au début du XVIe siècle, en effet, les conseillers édictèrent plusieurs ordonnances à l’encontre des Pierrevive, leur reprochant d’empiéter sur la voie publique par des travaux de construction. La querelle est confuse et dura d’octobre 1511 à mars 1513. On n’a pas reproduit ici les textes dans leur intégralité60, mais quatre faits au moins peuvent être dégagés. D’une part, les Pierrevive ont entrepris une campagne de travaux de construction sur l’arrière de leur maison, au moins à partir de 1511, puisqu’il est fait état d’un

  • 61 AML. - BB 28, f ° 316, 26 octobre 1511, f ° 316v ° 29 octobre 1511.

« bastiment que fait André de Pierrevive au derrier de sa maison et sur la rue neufve nouvellement faicte et ouverte traversant la maison de la Grant Court61 ».

  • 62 AML. - BB 30, f ° 140v °, 11 mars 1513.

30D’autre part, ces travaux ont lieu sur la partie de leur propriété mitoyenne de la nouvelle rue du Garillan. Pour ce faire, ils ont préalablement acquis une partie du terrain à de Bleterens et l’ont agrégé à leur propriété. Certes, les textes sur le sujet sont plutôt obscurs, mais il est probable que la « place que estoit jardin du cappitaine Ymbaud »62, acquise par les Pierrevive, est bien comprise dans les travaux de 1511-1513. Cet espace est celui mis en évidence lors de l’étude de la grange ; c’est à son emplacement que seront construits le bâtiment A, puis la galerie R.

31Enfin, il est possible de déduire la nature d’une partie des travaux : les Pierrevive surélèvent un mur de leur cour, pour, semble-t-il, y asseoir un bâtiment, au lieu de le démolir pour le convertir en espace public. La localisation du mur de cour litigieux n’est pas aisée, faute d’indication topographique précise — et surtout de plan ! – mais on a considéré qu’il pouvait s’agit du mur 25. Auparavant rattaché à la propriété de Bleterens, il constituait désormais la limite sud de la propriété Pierrevive.

  • 63 DD 357 pièce 11 (10 mai 1667). Les membres du consulat ont accepté à la requête des habitants du qu (...)

32Cette nouvelle maison se compose de deux étages et participe à la création du grand ensemble bâti précédemment décrit. Elle lui est reliée par un escalier en vis qui dessert les secteurs A et B. Elle prend donc appui, à l’ouest, sur le mur d’une habitation préexistante qui appartenait à Bleterens de Rivoyre ou à ses prédécesseurs. Rappelons qu’il s’agit d’un mur ayant en sa partie inférieure une porte avec lucarne (25.1, 25.2) donnant accès sur un espace habité (fig. 104), actuellement comblé par un important remblai. La destruction et le comblement de cette maison sont contemporains de la création de la montée du Garillan qui circule aujourd’hui quelque 6 m plus haut ; l’aménagement définitif du chemin avec un pas d’âne est consécutif à des travaux entrepris en 166763.

Fig. 104 - Mur 25.
104 a : Vue vers l’est.
104 b : Vue vers l’ouest.

  • 64 Aux troisième et quatrième niveaux, l’élévation a été totalement remontée en moellons de mâchefer.

33Ce mur ancien (25.1) était en relation avec une tourelle d’escalier semi-circulaire dont la partie basse est englobée dans les soubassements de la nouvelle tour d’escalier (24). C’est ce qui explique en partie le sur-épaississement exagéré des murs dans ce secteur et le décalage du tracé de la tour, les pans coupés tenant compte de la structure préexistante. On constate donc un double gauchissement, en relation avec les contraintes exercées par la maison B-C primitive et par les pans de mur appartenant à la demeure de Bleterens de Rivoyre. Le parement de cet escalier primitif (28.1) était maçonné64, une étroite ouverture de type meurtrière (conservée au niveau 2 de l’escalier du XVIe siècle) offrant une faible lumière dans la cage de l’escalier actuel (fig. 105). Cette tour était, ainsi, conservée sur trois niveaux : au rez-de-chaussée, on découvre le départ d’un escalier étroit qui s’enroulait autour d’une maçonnerie centrale et conduisait jusqu’au premier étage et, au niveau supérieur, un réduit reprenant la forme circulaire de l’enveloppe initiale. Si le tracé correspond assez bien avec cette structure préexistante, les aménagements intérieurs appartiennent à une phase de chantier ultérieure. C’est en effet au XVIIe siècle que les propriétaires sauront le mieux tirer parti de cet espace puisqu’il entrera pleinement dans le projet d’extension de ce secteur bâti, mais nous reviendrons ultérieurement sur ce point.

Fig. 105 - Éclairage de l’escalier primitif.

34Le projet de la maison A vise à constituer une nouvelle cellule d’habitation de deux niveaux avec comble, liée avec le corps de bâtiment B-C, l’escalier à pans coupés (24) reliant étroitement les deux entités. Située à 1,26 m au-dessus du sol de circulation de la cour d’honneur et en retrait par rapport à l’axe des façades, l’entrée principale se fait par une porte surmontée d’un arc en anse de panier. L’escalier dessert alternativement les étages des secteurs A et B-C, qui se situent à des niveaux différents ; à chaque ouverture correspond un étroit palier. On a ici un bon exemple de l’adaptation des constructeurs aux problèmes soulevés par la coexistence de structures érigées à des périodes différentes. Les deux premiers niveaux sont homogènes et appartiennent à la même phase de construction ; en revanche, les étages supérieurs sont le fruit d’une transformation du XVIIe siècle. Il s’agit là d’un escalier modeste et traditionnel, dont le traitement est subordonné à la conception générale des volumes. Ni son plan, ni le soin apporté au décor extérieur ne peuvent être mis en relation avec les constructions somptueuses que l’on peut rencontrer en ce début de XVIe siècle ailleurs en France, notamment en Val-de-Loire ou dans la région parisienne.

  • 65 Elle est située au rez-de-chaussée de la galerie sud (R1), à l’est de la salle Edouard-Herriot. Ell (...)

35Cette maison occupe un quadrilatère de forme trapézoïdale, de 8,80 m au plus large et 7,60 m au plus étroit. Le mur 26 constitue à la fois la limite méridionale de la parcelle des Pierrevive — une porte (26.3) offrait un accès direct dans la montée du Garillan65 — et le mur pignon de cette nouvelle construction (fig. 106). L’élévation du mur est fortement perturbée par le percement de grandes fenêtres installées à une période tardive (XVIIe et XVIIIe siècles). La nouvelle maçonnerie s’insérait donc contre le parement de la construction ancienne (26.7) et présentait une élévation sur deux niveaux.

Fig. 106 - Mur 26.

36La hauteur de la maison A est connue avec une relative fiabilité ; en effet, son élévation est conservée jusqu’au niveau de la toiture dans le mur 25. On constate que la maçonnerie est conservée sur sa partie nord (25.16) jusqu’à 183,50 m, puisqu’elle marque une pente régulière à 18 ° en direction du sud (25.9). Cet ensemble offre le profil d’une toiture préservée en négatif ; la configuration des différentes données suggère qu’il s’agit d’une toiture à trois pans ; c’est, d’ailleurs, toujours la solution adoptée pour couvrir cet espace, même si ce dernier a été augmenté de deux niveaux.

37Le mur de façade 27 est, quant à lui, d’une grande homogénéité sur les deux premiers niveaux (27.17), puisqu’il s’agit d’une construction bâtie ex nihilo (fig. 107). De grandes fenêtres à croisées rythment les étages. Le pignon nord et la façade sur cour sont liés par une chaîne verticale réalisée avec des pierres de taille de grandes dimensions (entre 0,60 m et 0,30 m d’épaisseur). L’usage de ces grands blocs contraste avec les matériaux très hétérogènes employés pour la maçonnerie courante. Une fissure s’est peu à peu formée à la jonction entre ces deux types de matériaux. La formation de celle-ci est sans doute consécutive aux décaissements très importants qui furent réalisés en avant de cette maison lors du creusement de deux caves (en R0 et R0 bis), entraînant une décompression excessive des sols par rapport à la qualité des fondations du bâtiment.

Fig. 107 - Mur 27.

  • 66 La maçonnerie est constituée de grosses pierres équarries et de nombreux galets.

38Par ailleurs, le mur pignon nord (28.3, 28.15) est accolé contre la maçonnerie de l’escalier sud (fig. 108). Cette absence de liaison indique que la construction de l’escalier a fait l’objet d’un chantier en soi66 et que la construction des murs périmétriques a été réalisée dans un second temps. On constate en effet qu’une partie de la tour d’escalier (24), les pans est et sud, a été englobée dans le tracé des pièces du secteur A. Ces indices offrent donc quelques renseignements sur le déroulement du chantier. Enfin, au niveau du sol de la cour, une porte surmontée d’un arc de décharge en briques ouvrait au nord.

Fig. 108 - Mur 28.
108a : Vue depuis la pièce A.
108b : Vue de l’extérieur.

À L’OUEST DE LA PARCELLE, LES TRANSFORMATIONS DES MAISONS ARRIÈRE

39Parallèlement au chantier de construction qui se développe dans la zone basse de la parcelle, les bâtiments qui étaient implantés sur les premières terrasses sont totalement recomposés. Le projet vise à englober les murs préexistants dans un bâti plus vaste. Les murs anciens sont conservés en élévation : il s’agit des murs 3, 1-7 et 5 ; de même, les murs de terrasse (18-6, 2-9 et 12/16) servent toujours de lignes directrices dans l’élaboration du plan. La petite cour, qui existait au nord des maisons arrière, est creusée pour aménager une salle basse (J2) ; les constructeurs gagnent ainsi une hauteur de près de 2 m (fig. 98 p. 95) qui permettra de faire communiquer plus facilement les zones basses avec les maisons érigées sur la plate-forme médiane. Le mur 4 qui constitue le mur nord de ce nouvel ensemble est accolé contre le mur 3 à l’est - il obstrue en partie une ouverture préexistante (3.3) - et le mur 2 à l’ouest. La liaison avec ce dernier est totalement absente : au rez-de-chaussée, il est accolé contre le mur de terrasse et à l’étage (en J3), la liaison des élévations des murs 2 et 4 ne peut être assurée car cette zone est perturbée par le percement d’une porte aménagée à l’époque moderne puis reprise au XXe siècle (fig. 109).

Fig. 109 - Mur 4.

40De grandes fenêtres à meneaux animent aujourd’hui cette façade nord. Au rez-de-chaussée (J2), les trois fenêtres semblent relativement homogènes, leur maçonnerie est majoritairement constituée de briques ; toutefois, la facture de ces baies reste suspecte et semble appartenir à une restauration du XIXe ou du XXe siècle. À l’étage supérieur (J3), seuls les piédroits légèrement ébrasés sont d’origine : appuis, linteaux, traverses et meneaux ont totalement été rénovés au cours des diverses réhabilitations du musée.

41L’organisation interne de cette maison est complexe et se plie aux contraintes d’implantation sur une forte pente. Le rez-de-chaussée se compose principalement de deux pièces : une grande salle couverte d’un plafond en bois (J2) et une grande cave à laquelle on accède par la pièce K2. À l’est, cette pièce conserve le plan du corps de logis antérieur et constitue un espace de circulation entre les bâtiments arrière et le bâtiment médian.

  • 67 La porte 13.3 est contemporaine de la construction du mur 13 et desservait l’espace O3.

42À l’étage, cinq pièces sont créées au cœur de l’îlot déjà construit. La pièce nord-ouest (pièce M3) est conservée et englobée dans une construction plus vaste. L’axe de pénétration dans le bâtiment est renversé : alors qu’initialement il était situé côté sud dans le mur 14, l’accès principal est maintenant disposé au nord et le bâtiment M3 fait office d’entrée principale (fig. 110). L’espace donnant de plain-pied sur la terrasse haute est agrandi et deux pièces supplémentaires érigées (murs 10, 11 et 1367) : la petite pièce (O3) qui a tardivement été utilisée comme latrines et la salle N3. Compte tenu du réaménagement de la plate-forme intermédiaire, le secteur compris entre les murs 4 et 5 est divisé en deux pièces — J3 et H3 — qui sont alors de plain-pied avec les salles érigées sur la plate-forme supérieure. La petite pièce K3 joue encore le rôle d’espace de distribution et permet le passage avec les étages du bâtiment médian. Plusieurs portes ont été reconnues, notamment une dans le mur 18-6 (18.57) qui présente un arc composé de briques, surmonté d’un arc de décharge ; cette porte est obturée avec de gros blocs de calcaire gris sombre, dont l’usage devient courant au cours du XVIIe siècle.

Fig. 110 - Pièce M3, porte d’entrée.

43Les murs préexistants subissent des modifications plus ou moins importantes : les portes anciennes sont obstruées à l’exception de la porte (7.2) qui offre un accès direct avec le bâtiment K3 (fig. 99 p. 96). Le mur 9 limitant les pièces H3 et N3 est en partie détruit par l’aménagement du conduit de la cheminée du rez-de-chaussée (H2) (fig. 111). Il s’agit d’une construction en briques, limitée au nord par le mur 2. Quatre nouvelles portes permettent de circuler entre les différentes pièces (fig. 112) : la porte 1.2 située à l’extrémité est du mur 1 offrait un passage direct entre les pièces J3 et I3 ; la porte 1.8 située à l’extrémité ouest du mur 1 offrait un accès entre J3 et H3 ; possédant un piédroit commun avec la porte 1.8, la porte 2.2 donnait dans le couloir P3 et respectait par une embrasure taillée en biseau l’angle de la pièce M3, cette salle étant conservée dans l’organisation de cette nouvelle maison. La porte 9.3 permettait de circuler de H3 à N3.

Fig. 111 - Mur 2.

Fig. 112 - Portes à linteau saillant.

44Ces portes sont toutes identiques et possèdent un décor sculpté d’un seul côté : les linteaux fortement saillants sont ponctués de plusieurs lignes géométriques qui se poursuivent sur les pierres de taille des piédroits (fig. 113). À l’arrière, le cadre en pierre n’est pas visible, il est entièrement enduit d’un décor de faux appareil qui atténue ainsi cette dissymétrie.

Fig. 113 - Relevé des moulures en coupe des portes.

45Certaines ouvertures sont construites avec des matériaux de remploi. C’est le cas de la porte 1.1 qui permet une circulation directe entre les pièces J3 et H3. Linteau et piédroits sont construits en pierre de taille. Un congé en goutte d’eau marque la base des piédroits. Les arêtes ne sont pas saillantes mais taillées en arrondi et le linteau est chanfreiné (fig. 114).

Fig. 114 - Porte avec congé en goutte d’eau.

46En J3, au centre du mur oriental (3), est installée une cheminée monumentale (3.2) (fig. 115). Le linteau reprend le type de moulure employé pour les portes. Le foyer de cette cheminée est a priori installé en même temps que les deux poutres de rive qui bordent le mur 3.

Fig. 115 - Grande cheminée de la pièce J3.

Le décor dit « Gadagne 1 »

47Le décor appartenant à cette période a été reconnu dans l’ensemble des pièces du niveau 3 (fig. 116). C’est sans doute dans la pièce N3 qu’il est le mieux conservé, sur l’ensemble des surfaces murales. Dans la pièce H3, son état de conservation est assez bon sur le mur nord (1) et sur le mur ouest (9). Il est d’une grande simplicité et d’une grande qualité d’exécution. Cet enduit possède deux états de surface distincts. En quelques points, l’enduit fortement desquamé présente un aspect granuleux (parement intérieur du mur 9 — pièce H3), mais lorsque le badigeon est présent, la surface apparaît très lisse, parfaitement travaillée, et se rapproche de la brillance du stuc. Seules les ouvertures sont traitées en couleur. La technique utilisée est la peinture à fresque. Les piédroits et les structures moulurées sont en effet rehaussés par une couleur soutenue, employant sans doute de la terre de Sienne naturelle. Ces bordures, de 10 cm de large, présentent un aspect particulièrement lissé presque stuqué ; on peut se demander si de la poudre de marbre n’entre pas dans la composition de l’enduit. La limite entre ces bandeaux et la surface murale est incisée verticalement à la règle dans l’enduit frais. À intervalles réguliers, des filets blancs horizontaux, très soignés (à peine 1/2 cm de large), dessinent de fausses pierres de taille (la succession des traits est parfaitement régulière) (fig. 117).

Fig. 116 - Restitution du décor dit « Gadagne 1 ».

Fig. 117 - Détail du décor dit « Gadagne 1 ».

48Dans la pièce J3, les fenêtres portent des traces de filets noir, observées par ailleurs dans la pièce adjacente. Cet ornement trop lacunaire et ponctuel ne permet pas de proposer une reconstitution satisfaisante.

49Amédée et Nicolas de Pierrevive se trouvent donc à la tête d’une vaste entreprise de transformation de la parcelle, la création des nouveaux espaces bâtis s’organisant entre l’extrémité orientale et les contreforts de la colline, auxquels on accède par deux côtés au moins (fig. 118) :

  • Par la rue Saint-Jean où l’analyse des actes de partages, de ventes et de successions laisse apparaître l’existence d’une bande de terrain toujours en possession de cette famille.

  • Par la rue Gadagne (alors nommée rue Pierrevive), sorte d’impasse qui se termine par une cour, limitée par la maison T nouvellement érigée à l’emplacement de l’ancienne maison de La Boyssette.

Fig. 118 - Restitution des bâtiments du 1er 1/4 du XVIe siècle.

  • 68 AML. - CC 29, f ° 17v ° et 19v °.

50Au cours de ces travaux, les Pierrevive sortirent de l’indivision, puisqu’en 1516, André de Pierrevive est dit propriétaire de la partie sud de la parcelle (soit peu ou prou l’actuel 14 rue Gadagne) et Nicolas possède le secteur nord (soit le 10/12 rue de Gadagne)68.

51Il est permis de proposer la distribution suivante :
Nicolas est en possession de la maison arrière, d’une partie des bâtiments médians (secteurs D et E) et des terrains qui courent jusqu’à la montée Saint-Barthélemy :

« tient une maison aulte, moyenne et basse et jardin dernier, joignant à la maison audit de Pierrevive devers vent, et par dessus à la rue tirant de Sainct-Barthélemy à Sainct-Just devers seoir, et la maison dud. de Pierrevive acquise de Jehan Guillaume devers matin ».

52En 1518, une maison est qualifiée de « moitié de maison » ; cette mention pourrait correspondre à la maison T, encore inachevée dans sa partie nord : il s’agit de la maison V dont l’édification se fera dans le deuxième quart du XVIe siècle.

53À André revient la partie sud du tènement : les maisons S, A et B-C :

« tient une maison haute moyenne et basse par derrière en la ruette (Garillan ?) »,

54ainsi que la moitié sud de la parcelle qui s’étend jusqu’à la montée du Garillan.

  • 69 Vial, ms p. 6 et 7 et ADR. - 10 G, f ° 126.

55Si l’on regarde les surfaces bâties, le partage semble assez inéquitable, au détriment d’André. Toutefois, les documents textuels plus tardifs éclairent d’un nouveau jour cette transaction. En effet, cette partition est éphémère, puisqu’en 1527, l’ensemble des bâtiments est à nouveau réuni, par donation, entre les mains du seul Nicolas de Pierrevive69 . En 1528, Nicolas

  • 70 AML. - CC 37, f ° 17 à 19.

« tient une grant maison contenant deux corps, plusieurs entrées, caves, chambres basses, deux cours et plusieurs autres membres avec ung jardin ayant sa sortie en la rue tirant à Forvière qui fut de André Pierrevive, dont le corps dernier est basti à neuf... en laquelle fait sa demorance Anthoine Gondy, florentin »70 .

  • 71 L’avancement de la présente étude ne permet pas de trancher sur ce chapitre, mais il est probable q (...)

56Ce texte évoque, non pas les constructions de la partie basse du tènement, mais plus sûrement l’imposante maison figurée sur le plan scénographique sous le nom de Belregard, et qui ouvrait sur la rue Saint-Barthélemy. La location à Antoine Gondi plaide en faveur de cette dernière hypothèse. Auquel cas il faudrait en attribuer la construction à André de Pierrevive dans le premier quart du XVIe siècle71. Le texte de 1516 ne fait pas mention de cette maison, peut-être était-elle alors en cours de construction, ce qui pourrait expliquer l’apparent déséquilibre du partage.

ZOOM SUR DEUX GRANDES FAMILLES DU XVIe SIÈCLE...
Les Pierrevive et Les Gondi
La famille Pierrevive est originaire de la petite ville de Chieri en Piémont. En 1492, Jean-Michel Pierrevive, premier médecin du roi Charles VIII, et ses trois frères : André, Amédée et Nicolas (dit aussi Michel) acquièrent la maison de la Boyssette des héritiers de Pierre Varinier. Amédée, au moins, était déjà présent à Lyon dès l’année 1475. Il est qualifié d’apothicaire en 1483, recensé comme épicier dans les registres d’imposition de la Ville en 1493 et enfin, receveur des domaines du Roi en 1494. Cette charge est d’ailleurs transmise à son fils Nicolas en 1502, héritier avec son frère André, des maisons de la Boyssette. Par la suite, Nicolas demeure seul propriétaire ; il eut trois enfants : Charles, sieur de Lésigny, trésorier général de François I
er et général des terres et finances de Catherine de Médicis, Antoine, seigneur et baron de Vaulx en Lyonnais, conseiller et maître d’hôtel ordinaire du Roi et Marie-Catherine, dite aussi Marion, épouse d’Antoine de Gondi (1486-1560), banquier florentin, installé à Lyon depuis 1505. Le généalogiste Pierre d’Hozier n’hésite pas, en 1652, à qualifier le nom de Pierrevive « de très illustre en France et en Italie » et à remarquer que Marion « estoit une personne relevée… et par sa naissance et par la qualité qu’elle avoit de gouvernante des enfants de France ». A l’issue de leur mariage, les deux époux partent à Florence pour se faire inscrire sur les registres de la République. Ils reviennent à Lyon en 1517 et habitent alors la maison de Claude Guerrier. En 1520, Antoine de Gondi achète le domaine du Petit-Perron, près d’Oullins ; en 1528, Marie et Antoine de Gondi occupent la partie sud de l’îlot Gadagne. En 1533, Antoine de Gondi obtient le titre de maître d’hôtel du duc d’Anjou puis, en 1537, il est élu échevin de Lyon. De cette union naîtront cinq enfants : Jean, Albert, Marie, Pierre, Charles. Marie, avant d’épouser Charles de Grillet, était dame d’honneur d’Isabeau et Claude, filles de France ; Pierre devint archevêque de Paris. Quant à Albert, duc de Retz, pair et maréchal de France, il est surtout connu pour sa carrière militaire et diplomatique prestigieuse et, comme conseiller de Catherine de Médicis, pour son implication dans les événements de la Saint-Barthélemy. Dans son étude philosophique « Sur Catherine de Médicis », Balzac met d’ailleurs en scène les deux frères Charles et Albert, comme interlocuteurs de la reine. « [Albert] Gondi (…) dit en bon toscan, à l'oreille de la reine-mère, ces deux mots qui devinrent proverbes et qui expliquent une des faces de ce grand caractère royal : Odiate e aspettate ! (Haïssez et attendez) ». Quant à Saint-Simon, dans le chapitre IV de ses Mémoires, il évoque « Antoine de Gondi…, banquier à Lyon et Catherine de Médicis qui passant par cette ville, prît Catherine de Pierrevive… à son service, qui devint sa favorite, sa confidente, la gouvernante de ses enfants, et qui fit la fortune des Gondi en France ».
Les Gadagne
Originaires de Florence, les Gadagne s’établissent à Lyon, dès la deuxième moitié du XV
e siècle, mais c’est Thomas I Gadagne (1454-1533), surnommé « le Riche » qui est sans doute le premier « véritable Lyonnais » et le principal animateur de la vaste compagnie commerciale et bancaire familiale. (Lejeune, p. 37). A partir de 1513, il accueille à Lyon son neveu Thomas II « le Magnifique » ; ce dernier lui succède en 1533. Thomas II a obtenu ses « lettres de naturalité » en 1525 et est élu consul de la ville en 1536. Aux biens hérités de son oncle dont, à Lyon, des maisons à la porte de Confort, montée du Gourguillon ou rue Tramassac, vient s’ajouter le domaine de Beauregard, situé à Saint-Genis-Laval, légué par son frère, Pierre. Bienfaiteur de l’hôpital pour pestiférés de Saint-Laurent (de Choulans), ses possessions ne se limitent pas à la région lyonnaise et il lèguera à ses fils un énorme domaine immobilier. Il aura en effet cinq enfants de Pernette Berti, fille de Guglielmo Berti, marchand florentin à Avignon et filleule de Péronette Buatier, femme de Thomas I, dont deux fils : Guillaume et Thomas III. A partir de 1540, il se retire en Avignon, où il décédera vers 1543. Par son testament, rédigé en 1541, il désigne Thomas Saltin et Abisse del Bene, comme tuteurs (Guillaume, son fils aîné étant alors âgé de 9 ans à peine) et stipule que l’accroissement du patrimoine immobilier, tout en restant dans l’indivision jusqu’à la majorité de ses héritiers, sera privilégié. Le conseil fut suivi : d’abord locataires de Gadagne, les deux frères en deviennent propriétaires en 1545. Par la suite, l’ascension sociale des Gadagne se poursuit : après avoir cédé les droits de leur société financière à la banque de Laurent Capponi (leur beau-frère par mariage avec Hélène Gadagne), Guillaume et Thomas accèdent à la carrière militaire et aux charges royales. L’énumération de ces dernières serait trop longue, il suffit de préciser que Guillaume, seigneur et baron de Laval, gentilhomme de la chambre du roi, devient sénéchal de Lyon en 1567.
La bibliographie sur ces familles est particulièrement importante ; nous proposons quelques titres sur ce sujet dans la bibliographie générale.

LA POURSUITE DU CHANTIER AU 10/12

57Les transformations concernent alors deux secteurs de ce vaste îlot, les maisons arrière et les bâtiments de la zone basse.

DES RÉAMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS DANS LA MAISON ARRIÈRE

  • 72 Après des transformations tardives, en I 2, une grande fenêtre offre un éclairage direct. L’arc de (...)

58Cette époque correspond à des réaménagements intérieurs importants repérés aux niveaux 2 et 3 de la maison arrière. Au rez-de-chaussée, la pièce sud est divisée en trois sections. Deux petites salles de forme carrée sont ménagées et recouvertes d’une voûte en plein cintre (H2 et I2). Les voûtes en briques prennent appui contre les murs préexistants (5 et 1) et sont relayées par deux murs de refend ajoutés – 8 et 39. Ces derniers composent respectivement à l’est et à l’ouest les parements des pièces voûtées et d’un couloir de circulation qui permet aujourd’hui de rejoindre la petite cour. Les fenêtres et les portes du mur 5 ayant été totalement transformées au cours des restaurations du XXe siècle, on ne connaît pas leur configuration initiale72 . La présence du petit couloir tendrait à montrer que dès cette époque, le niveau extérieur de la cour médiane est abaissé. Il convient, toutefois, de rester prudent et d’envisager deux hypothèses : soit ce sol est contemporain de la création des salles voûtées dans le deuxième quart du XVIe siècle, soit des terrassements interviennent au cours du XVIIe siècle, période pendant laquelle la parcelle du 14 voit le secteur L modifié, d’abord par l’installation d’une écurie, puis par la création d’un espace d’habitation.

59Les divisions des parties inférieures se répercutent sur les étages. Le mur 8, orienté nord-sud, partage en deux pièces la grande salle sud. Il possède une largeur identique aux autres structures murales (0,50 m), mais il est simplement accolé aux murs 1/7 et 5. On pénètre dans la pièce H3 par la porte 1.2. Une nouvelle porte est aménagée à côté de celle-ci afin de desservir la pièce I3. Il s’agit de la porte 1.1 utilisant des pierres de remploi, maladroitement mises en place ; la retombée de la moulure du linteau et le piédroit oriental ne sont pas installés en face. Les autres transformations majeures touchent surtout la pièce J3. Une cloison, sans doute construite en matériaux légers (bois et briques) rétrécit celle-ci en créant une sorte de réduit aveugle dans la partie ouest de la pièce. On rehausse la porte sud du mur est (3.6), créant ainsi une communication directe avec la pièce adjacente K3 ; on emploie alors des pierres en remploi et notamment un linteau avec des moulures en creux qui diffèrent totalement des linteaux saillants en usage lors de la première période.

Le décor dit « Gadagne 2 »

60Cette phase d’aménagement s’accompagne de la réfection de l’ancien décor, dans un esprit identique au précédent. Un nouveau badigeon est passé sur l’ensemble des surfaces murales. Les encadrements de porte sont créés ou restaurés. Des pigments différents sont employés dans la constitution des bandeaux : il s’agit d’un ocre jaune vif, se rapprochant d’un jaune de chrome (fig. 119). La pose de ce décor est caractérisée par des détails techniques qui le différencient du précédent. On prépare différemment les mises en couleur des parties polychromes ; les bandeaux ne sont pas encadrés d’incisions verticales, les pigments utilisés apportent une couleur plus vive, la rénovation des parties colorées se fait à l’aide de papiers marouflés (notamment sur la porte 9.3), les filets blancs sont passés avec moins de soin. Dans la pièce J3 et uniquement dans celle-ci, le sommet des murs est recouvert d’une frise rouge à la manière d’une fausse corniche qui fait retour sur les poutres de rive. Le manteau de la cheminée reçoit un décor sans doute paysagé : les restaurateurs ont reconnu la présence d’un ciel bleu et de grosses perles. Le savoir-faire mis en œuvre lors de ce chantier n’est pas le même : la technique utilisée est à la chaux sèche. On constate une moins grande qualité d’exécution.

Fig. 119 - Détail du décor dit « Gadagne 2 ».

61Cette étape d’aménagement est difficile à dater. La volonté de conserver le décor primitif indique que l’on s’inspire de l’esprit de simplicité et d’élégance dans lequel il avait été exécuté.

LE CHANTIER ÉVOLUE DANS LA ZONE BASSE

62Les reconstructions touchent les bâtiments qui appartiennent à Nicolas Pierrevive. Rappelons que le tènement a été acheté par Amédée et Nicolas et que ces deux frères se sont partagés la jouissance de ces biens. À Amédée reviennent la maison A, la maison B-C et la maison S ; le partage attribue à Nicolas les secteurs D et E adjoints aux bâtiments arrière ainsi que la maison T.

63Dans le cadre de notre étude, il n’a pas été possible de déterminer avec précision l’évolution du chantier. Cependant, la cave nord (X0 bis) qui est creusée dans la partie nord de la cour est antérieure aux fondations de l’escalier nord. Nous proposons donc comme hypothèse que le chantier a sans doute connu trois tranches de travaux distinctes : la première concerne le creusement et l’installation de la cave X0 bis et les deux autres, peut-être concomitants, ont concerné le surhaussement du bâtiment médian et l’édification du bâtiment V.

Installation de la cave nord (X0 bis)

  • 73 Ces planches sont plus larges et moins épaisses que celles qui sont mises en œuvre dans la fondatio (...)

64Dans cette cave, peu de choses ont pu être observées, les surfaces murales étant fortement bétonnées et non soumises à une étude fine des parements. En revanche, dans le cadre de la fouille de la cour d’honneur, quelques observations apportent des informations sur le parement extérieur du mur sud de cette cave. Ce mur (41) en fondation présente un système de construction assez similaire à celui qui est employé pour construire la fondation de la maison B-C (mur 17). Le choix des matériaux diffère, les pierres sont plus grosses et disposées en assises régulières. On applique ici un système de fondations coulées dans une tranchée palplanchée reconnue sur près de 1,30 m de hauteur. Les planches, conservées en négatif, possèdent des dimensions importantes73 ; on rencontre ici une technique de fondations courante et bien maîtrisée.

Rehaussement du bâtiment médian

65Les secteurs D et E sont rehaussés de deux étages (fig. 94 p. 93) ; en D, une maçonnerie (17.25) vient recouvrir le mur préexistant (17.2) ; de même en E, l’élévation 34.6 vient prendre le relais de la maçonnerie antérieure (34.13). Une chaîne verticale indique clairement l’emplacement du pignon occidental qui surplombe alors la toiture de la maison B-C restée dans son dernier état. Les baies supérieures appartiennent à une construction très homogène : on rencontre ainsi au niveau 3 une série de grandes fenêtres à croisées (17.27 – dont linteaux, traverses et meneaux sont remaniés au XXe siècle), surmontées de trois petites fenêtres qui éclairent le comble du bâtiment. L’ensemble des ouvertures situé à l’extrémité septentrionale (34) appartient à des phases de transformations postérieures : au niveau 3, elles sont modifiées au XVIIe siècle et au niveau 4, les lucarnes actuelles concernent une reconstruction complète liée aux travaux du XXe siècle.

  • 74 Les cinq pans mesurent 1,80 m de longueur, dans la salle E, pour s’inscrire dans la figure de l’hex (...)

66Le parti architectural consiste donc à créer une maison haute de quatre niveaux reliés verticalement par un escalier saillant fortement sur la cour (22). Des pierres sont harpées régulièrement dans la maçonnerie ancienne, afin de maintenir la cohérence de cet organe de circulation. Cette tourelle d’escalier se situe au centre des secteurs D et E, (l’ensemble faisant 17,20 m de long et l’axe médian se situant à 8,60 m) (fig. 120). Elle s’inscrit dans un tracé à pans coupés hexagonal, dont cinq pans sont reconnus, le sixième présentant une forme courbe. Comme l’escalier s’insère dans un bâti antérieur qui s’organise selon des tracés divergents, la maçonnerie courbe permet d’échapper aux contraintes liées à des plans et des mesures hétérogènes74 . En fondation, la tour d’escalier prend appui sur un arc segmentaire qui repose sur le mur de la cave nord préexistant (X0bis) (fig. 121). C’est l’unique membre architectural qui, dans cet îlot, emploie le système de la trompe. Ce dispositif permet de gagner un espace supplémentaire sur la cour. Outre son rôle technique, la trompe possède une forte valeur esthétique. Or, à Gadagne, elle n’est pas visible, mais enfouie, et possède donc uniquement une valeur technique. Elle est, par conséquent, très éloignée des réalisations architectoniques que l’on rencontre au XVIe siècle à Lyon, comme à la maison Bullioud, œuvre de jeunesse de Philibert De l’Orme.

Fig. 120 - L’escalier nord. Concours d’architecture, Léon Dulac, 1905.

Fig. 121 - Arc segmentaire supportant l’escalier nord.

La construction du bâtiment V

  • 75 On constate que l’épaisseur de ce mur est de 0,80 m alors que les autres structures murales composa (...)
  • 76 La lecture des élévations sur cour montre qu’à la jonction entre ces deux entités, le mur est très (...)

67Le bâtiment V constitue une extension de la maison T. Il prend appui sur l’extrémité du mur 40 qui avait été laissé en attente, au moins au rez-de-chaussée75. C’est pourquoi les vestiges d’un chaînage vertical ne sont pas repérables à la jonction entre les maisons T et S. La liaison entre les deux bâtiments est réalisée au niveau des fenêtres, les piédroits du rez-de-chaussée s’adaptant tant bien que mal à ce mur laissé en attente76. Les constructeurs érigent donc un vaste bâtiment de forme trapézoïdale - 14 m de long sur cour et 12,80 m sur rue - qui s’élève sur quatre niveaux. Le dernier étage est animé, comme le bâtiment médian, par une série de petites fenêtres. Ce dernier niveau est prolongé sur la maison T qui, de fait, est totalement englobée dans cette grande phase de chantier.

68Au nord, les quatre étages de galerie sont parfaitement associés à la construction du bâtiment V. Les maçonneries longent le mur de la parcelle mitoyenne (n ° 8 rue Gadagne). Ces galeries constituent des axes de circulation uniquement horizontale et permettent depuis l’est de rejoindre facilement les bâtiments médians. La jonction entre ces galeries et le bâtiment médian nécessite des ajustements qui entraînent des percements dans les maçonneries anciennes des deux premiers niveaux (34.15). La liaison avec l’élévation supérieure est en revanche perturbée par le percement de nouvelles ouvertures au XVIIe siècle.

DATER L’ÉVOLUTION DU CHANTIER DU XVIe SIÈCLE

69Proposer une datation précise se révèle délicat. En effet, l’analyse des espaces bâtis présente un faisceau d’éléments susceptibles de produire une chronologie relative, mais au final peu de données pour asseoir une chronologie absolue ; ce secteur faisant l’objet de réaménagements constants pendant au moins une cinquantaine d’années. Toutefois, la confrontation des textes, des données archéologiques et des résultats des analyses dendrochronologiques apporte des éléments qui permettent de proposer une fourchette chronologique pour l’évolution des bâtiments qui se développent sur la parcelle.

Au temps des Pierrevive

70L’aménagement de la maison A est contemporaine de celui de la maison B-C et les textes rédigés entre 1511 et 1513 constituent un terminus ante quem de la construction. Les analyses dendrochronologiques réalisées sur les poutres de cette maison apportent des éléments chronologiques complémentaires. Si l’on regarde les résultats bruts, on constate que les secteurs A, B, C et D présentent des datations proches de la fin du XVe siècle avec notamment un dernier cerne pour la poutre n ° 41 localisé dans la pièce D2 avec une datation proche de 1492. Cette datation est cependant tempérée par d’autres indications chronologiques fournies par les analyses de solives et qui placent l’installation des plafonds entre 1515 (A2) et 1525 (D1).

71Par ailleurs, le texte de 1511 apporte une autre précision : cette construction nouvelle (maison A) est décrite comme un

« bastiment que fait André de Pierrevive au derrier de sa maison ».

72On détermine ici la notion de bâtiment « avant » et bâtiment « arrière ». L’analyse archéologique permet de faire correspondre le terme de bâtiment « avant » avec la maison T. Celle-ci est érigée rapidement après la destruction de la maison de La Boyssette qui ne peut avoir lieu qu’après 1483 (cf. supra). Cette datation est précisée par les textes relatifs à l’acquisition de la parcelle par les Pierrevive, que l’on situe entre 1489 et 1492. La maison T ne peut donc être bâtie qu’à partir de 1492. Enfin, le texte de 1518 indique que Nicolas possède une « moitié de maison », celle-ci pourrait être reconnue comme la maison T inachevée, nous l’avons vu. Or, André possède aussi un bâtiment dans cette zone basse, qui ne peut être que la maison S. En conséquence, cette dernière ne peut avoir été érigée qu’entre 1492 et 1518, sachant que l’analyse des élévations indique qu’elle est postérieure à la maison T. En ce qui concerne les édifices érigés au nord (D, E,) et à l’ouest (I, J, K, H, M, N, O) de la parcelle, les données sont plus lacunaires.

Division de la propriété

  • 77 Elle achète à son frère Charles de Pierrevive la partie de la parcelle que son mari loue depuis 152 (...)

73Les textes nous apprennent que Marie de Pierrevive, épouse d’Antoine Gondi, devient propriétaire avant 1538 de la totalité du sud de la parcelle : les maisons S, R, A, B-C et la demeure de Belregard77, alors qu’Antoine de Pierrevive reste propriétaire de la partie nord. À partir de 1538, on apprend que Thomassin Gadagne est locataire d’une maison dans la propriété d’Antoine qui est la maison où habitait Nicolas de Pierrevive. S’agit-il de l’ensemble des bâtiments construits ou simplement de l’un d’entre eux ?

  • 78 ADR. - 10 G 847, il s’agit d’une expédition datée du 23 mars 1581, à l’adresse de l’archevêque et d (...)

74La séparation nord/sud devient effective et définitive à partir de 1545. À cette date Guillaume et Thomas, enfants mineurs de Thomassin Gadagne, deviennent propriétaires de la totalité des bâtiments de la partie nord. L’acte notarié enregistrant la transaction78 est conservé et sa teneur est suffisamment évocatrice pour mériter d’être transcrite ici.

75Au-delà du style notarial bien caractéristique, les intérêts de ce texte sont nombreux. L’acquisition est faite aux noms de Thomas et Guillaume de Gadagne, enfants mineurs de feu Thomas de Gadagne et ils sont déjà possessionnés à Oullins, pour le domaine de Beauregard. Les deux tuteurs désignés, D’Albisse et Sertin, appartiennent, comme les Gadagne, à la communauté florentine. La description des biens achetés à Antoine de Pierrevive est sommaire : ils se composent d’une maison avec un jardin, une cour, des étables, un fenil et des dépendances. Dans l’énumération des confins, c’est-à-dire des propriétés mitoyennes, une cour commune est signalée, comme limite orientale. Il est fort probable qu’il s’agisse de la cour d’honneur. À cette date, les héritiers Gadagne ne demeurent probablement pas dans les lieux, étant donné qu’il est bien précisé que des marchands lucquois louent la totalité de la propriété. Leur bail courait d’ailleurs jusqu’en 1548 et il n’était pas prévu, dans cet acte, de le dénoncer avant ce terme.

  • 79 Archéolabs réf. ARC 01/R2611D.

76Les analyses archéologiques permettent d’affirmer que la plus grande partie des bâtiments est érigée dans la première moitié du XVIe siècle. Ce qui est confirmé par les analyses dendrochronologiques. En effet, la fourchette chronologique proposée par les prélèvements réalisés sur les plafonds des salles J3, I3, H3 et N3 place la pose des poutres et des solives entre 1519 et 1539 (plus sûrement 1535)79. On entre, avec cette datation, dans la troisième et dernière tranche de travaux commanditée par les Pierrevive, puisque la famille Gadagne n’est pas encore propriétaire à cette époque. Par ailleurs, la lecture archéologique indique que la surélévation de la partie nord du bâtiment médian (secteurs D et E) constitue la dernière phase de construction de cet ensemble. Or, une poutre de la pièce D3 apporte une datation proche de 1541. Qui est le commanditaire de ces derniers aménagements ? Ce ne sont pas les Gadagne comme se plaît à le dire l’historiographie puisque ces dates sont antérieures à l’acquisition de la propriété, celle-ci n’intervenant qu’en 1545. Ils achètent donc une demeure en grande partie achevée à cette date. Sans doute apportent-ils des améliorations : des modifications des circulations internes, des mises en couleur.

  • 80 Renseignement Christian Cécillon, que nous remercions vivement ; d’après Duplessy (J.), Les monnaie (...)

77Fort de cette nouvelle proposition, il était intéressant de retourner aux textes pour y chercher une confirmation. La parcelle étant apparemment inchangée, il était tentant de s’interroger sur la valeur comparée des biens en 1545 et 1581 et sur une éventuelle plus-value au profit des Gadagne : il nous est apparu que si les frères Gadagne avaient entrepris de « gros » travaux aux immeubles, leur valeur s’en serait trouvée augmentée. Le prix de vente de 1545 est de 16.750 livres, il s’agit d’un montant en monnaie de compte, soit l’équivalent en numéraire de 8.375 écus (selon le cours en vigueur en 1545 : un écu vaut 40 sous ou 2 livres en monnaie de compte). À partir de 1575, l’écu devient monnaie de compte ; il est représenté « en nature » par l’écu d’or et stabilisé au cours de 60 sous tournois (soit 3 livres) au moins jusqu’en 158480. La vente du 23 mars 1581 est conclue pour un montant total de 7.333 écus 1/3 d’or sol. Pour plus de clarté, les sommes payées et leurs équivalences sont résumées dans le tableau ci-dessous.

cours écu/livre

Transaction

date

prix en livres

prix en écus

Ecu/£

Pierrevive/Gadagne

1545

16 750

8 375

1 écu = 2 £

Gadagne/de Ricci

1581

22 000

7 333,30

1 écu = 3 £

78On voit bien que ce tableau reflète surtout les fluctuations des cours évoquées ci-dessus. Il semble qu’en fait, la période a connu une dévaluation monétaire et qu’il est vain de vouloir se cantonner aux seuls prix de vente pour estimer une éventuelle plus-value. L’analyse est d’ailleurs encore compliquée par la qualité des protagonistes, hommes d’affaires et banquiers pour les uns, grands négociants pour les autres, mais presque tous engagés dans des sociétés et des associations financières ou commerciales, dont on ignore les ramifications.

Quoi de neuf chez les Gadagne ?

  • 81 La chronique de Jean Guéraud, un contemporain des Gadagne, rapporte bien les faits et gestes fastue (...)
  • 82 AML. - CC 42, f ° 129v °.
  • 83 AML. - CC 150, f ° 6v °.

79Pour tout dire, les témoignages sur l’occupation des bâtiments par les Gadagne sont peu nombreux81 . Il faut donc continuer à se référer aux textes fiscaux et à la sécheresse de leurs mentions pour poursuivre l’historique de la propriété. En 1551 par exemple, les Gadagne tenaient une maison « haute, moyenne et basse avec un grand jardin82 » ; en 1571, Thomas de Gadagne seul est recensé pour « une maison, un jardin et verger83 », le tout situé dans la ruette de Gadagne. La mention du jardin n’est pas nouvelle, en revanche celle d’un verger mérite d’être notée. L’inventaire le plus complet de la propriété de Thomas Gadagne est fourni par l’état des lieux dressé pour leur vente, le 23 mars 1581. Par devant le notaire François Anyme, Thomas de Gadagne vend à Guillaume de Ricci,

  • 84 La mention spéciale des bancs de noyer est délicate à interpréter. Leur ancienneté est assurée, mai (...)
  • 85 C’est-à-dire la parcelle sud, ex-Gondi.
  • 86 ADR. - 3 E 2501.

« marchant citoien florentin demorant à Lyon […], une maison […] haulte, moyenne et basse contennant trois corps de maison, court, jardin, estableries, le tout joignant ensemble avec les bancz de noyer qui de tout temps on esté en la salle basse dud. lougis84 […]. [Elle est] située aud. Lion, rue des Changes autrement du puys de la Porcherie, jouxte la ruette venant dud. puys de la Porcherie à la grand entrée de lad. maison de matin, les maisons, court, jardins apartenans à noble Claude Camus, seigneur Darginy, général de France, qui furent des sieurs et dame du Perron de vent85, la rue tendant de Sainct-Barthélémy à Saint-Just de seoir, la maison et tènement de noble Guillaume Destuard, seigneur de Caraud de bize.86 »

80La description est nette et sans fioritures : trois corps de maison, auxquels il faut ajouter un certain nombre d’étables ou de dépendances, une cour et un jardin.

  • 87 La vente comprenait aussi et entre autres : un immeuble place Bellecour et le domaine du Petit-Pero (...)
  • 88 Cité dans ADR. - BP 1152, f ° 312 et BP 1151, f ° 233, juin 1582 : certification pour Th. de Gadagn (...)
  • 89 ADR. - BP 1152, f ° 337v °.

81Les suites de la vente Gadagne/de Ricci furent chaotiques. Au début de l’année 1582, Guillaume de Ricci était décédé en restant redevable de 2.333,3 écus d’or sol sur la vente des immeubles de Gadagne87. Par sentence émise le 15 février 1582 par la sénéchaussée — au nom de Guillaume de Gadagne, alors Sénéchal de Lyon — les tuteurs des héritiers de Ricci étaient sommés de payer le montant dû88. Après de nombreuses démarches, Thomas de Gadagne obtint la saisie des immeubles et leur mise aux enchères publiques ; elle fut adjugée le 18 juin à Françoise Delaulbe, veuve de Jean-Baptiste Dadiacetto89, qui, le 21 juillet 1584, remettait au greffier la somme de 6.000 écus

  • 90 ADR. - BP 1152, f ° 340v °.

« pour laquelle ladicte maison size au Change a été adjugée. »90.

Pendant ce temps-là, chez les Gondi…

  • 91 E. Vial, Histoire du musée, notes sur le tènement de Gadagne, le musée s. d.
  • 92 La maison dite « des Gondi », célèbre dans la littérature lyonnaise, a été longtemps confondue, à t (...)

82La tradition érudite prête aux Gadagne la plupart des embellissements, y compris la construction de la grande maison de Belregard, sur la montée Saint-Barthélemy (cf. plan scénographique et encart). C’est en tout cas ce qu’il ressort des notes de Vial91, reprenant à son compte une assertion de Vingtrinier (Vingtrinier 1901), qui, pas plus que le premier, ne cite de source à l’appui. Soulignons que l’article de Dalbanne, publié en 1947 (Dalbanne, 1947), n’adopte pas du tout cette vision qui repose sur une confusion majeure92 : la maison de Belregard se rattache à la parcelle sud et ce sont les déformations de la perspective scénographique du plan qui la placent dans l’alignement de la maison des Gadagne. Occupant l’extrémité ouest du tènement, sa représentation sur ce plan est hypertrophiée. Aujourd’hui, seule la façade sur jardin traduit encore le faste qui régna en ces murs (fig. 122) à l’inverse de celle sur la montée Saint-Barthélemy, reconstruite au XVIIe siècle. Il s’agit d’une demeure aux imposantes dimensions, le corps de logis principal est cantonné de deux tours d’escalier qui mettent en valeur l’aspect très médiéval de cette composition. Au rez-de-chaussée se situe une galerie à arcades, les étages étant percés de grandes ouvertures à croisées. À l’extrémité méridionale de la parcelle, trois corps de logis sont associés au premier ; là une porte monumentale, sans doute remarquable dans le paysage architectural, est plus précisément représentée que les autres : le linteau mouluré est surmonté d’un triangle architecturé. De hauts murs ceignent l’ensemble à l’ouest et au nord, au sud, de petites maisons d’un niveau avec galetas bordaient la montée du Garillan. Les jardins se développent vers l’est et occupent deux terrasses qui sont en relation avec les bâtiments situés dans la zone basse du tènement.

Fig. 122 - Belregard : demeure des Gondi.

  • 1 Écrit Lavel semble-t-il.
  • 2 Les biens sont situés par rapport aux voisins et selon les points cardinaux. La mention de vent, si (...)
  • 3 La directe désigne l’impôt perçu par différents établissements ecclésiastiques de la ville, au titr (...)
  • 4 « il n’a pas souvenir ».
  • 5 Un inquilin désigne un locataire.

VENTE PIERREVIVE/GADAGNE
« À tous ceulx qui ces présentes lettres verront, nous garde du seel commun royal estably aux contracts es baillaige de Mascon et Sénéchaussée de Lyon scavoir faisons que par devant Pierre Dorlin notaire et tabellion royal citoyen dud. Lyon dessoubz signé et en la présence des tesmoings après nommez, personnellement estably et constitué noble homme Anthoine de Pierre Vive, seigneur et baron de Vaulx en Lyonnois, conseiller et maistre d’ostel ordinaire du Roy notre sire, lequel […] a vendu, ceddé remys transporté et deslaissé et par ces présentes vend, cedde, remect, transporte et deslaisse par vendition, cession et remise […] à noble personnes Guillaume Gadaigne seigneur et baron de Laval
1, et Thomas Gadaigne, seigneur […] de Beauregard près Lion, enfans et héritiers universelz de feu noble Thomas Gadaigne en son vivant baron et seigneur desd. lieux, et combien qu’ils soient absens, nobles hommes Thomas Sertin et Albisse Delbene, marchands florentins citoiens dud. Lion, leurs tuteurs et administrateurs présens et avec led. notaire et tabellion royal dessoubz signé, stipulans acquérans et acceptans au proffit desd. Gadaigne achapteurs […] c’est assavoir la maison paternelle dicelluy sieur de Vaulx vendeur, et en laquelle habitoit de son vivant feu noble Nicolas de Pierre Vive, son père, quant vivoit receveur ordinaire du domaine, […] avec les court, jardin estables, fenyère et autres appartenances d’icelle maison située aud. Lyon, à la part devers Fourvière en la paroisse Sainct-Pol ; jouxte les maison et jardins de noble Anthoine Gondy sieur de Toissey et du Perron […] et de damoiselle Marion de Pierre-Vive sa femme, qui furent dud. feu seigneur receveur Nicolas de Pierre Vive de vent2, les maison jardin de dame Sibille Cadier vefve de feu Cathelan de Stuard de bize, la rue ou chemin tendant de la recluserie Sainct-Barthélémy à Sainct-Just sur Lyon de soir et la maison des héritiers feu Guyot Henry acquise par icelluy Henry dud. sr. de Vaulx et la court commune des maisons de Pierre Vive de matin [… le prix s’élève à 16750 livres]
En tesmoing desquelles choses nous garde dessud. avons faict mectre led. seel comun royal à ces présentes, qui furent faites et données à Lyon, en la maison d’abitation de révérend sr. monsr. Messire Jehan de Pierre Vive, abbé de Saulne, chanoine de l’esglise collégiale Sainct-Pol dud. Lyon, le vendredi sixième jour du moys de novembre l’an mil cinq cens quarante cinq. »
Au bas de l’expédition, il est précisé qu’Antoine de Pierre Vive déclare, qu’en fait, il ne sait pas de quelle directe
3 relève la maison, même s’il pense qu’il peut s’agir de celle du chapitre de Saint-Jean ; pas plus qu’il ne sait quel cens et servis elle peut porter, « pour ce qu’il n’est recordz4 en avoir jamais rien payé, aussi à la charge de maintenir et entretenir à srs. Bonaventure Michelli, héritiers de Urban Parenti, marchand luquoys et compaignons de Lyon, à présent inquilins5 desd. maison, court, jardin estables et fenyère, le louage à eulx fait par led. sr. de Vaulx d’icelles et ce jusques à la feste nativité Sainct-Jehan Baptiste de l’an mil cinq cent quarante huict et non plus oultre, sans rien leur faire paier dud. louage pour ce que led. sr. de Vaulx en a ja esté payé par manière d’ advance ».

83Dans les années 1545/1555, cette parcelle sud est toujours la propriété d’Antoine Gondi et de son épouse Marie de Pierrevive et rien ne permet de dire que les Gadagne en aient jamais été propriétaires. Bien au contraire, une sentence datée du 10 avril 1558 en faveur de frères Thomas et Guillaume de Gadagne, révèle qu’en décembre 1550, Antoine Gondi leur avait constitué une rente en hypothéquant ses deux maisons du 14 rue de Gadagne et de la rue Saint-Barthélemy. On y apprend en outre, que ces

« deux maisons, court, jardin, étables, l’une assise en la rue du Garillan […] l’autre grande maison et jardin, joignant à la première »

  • 93 ADR. - BP 443, f ° 283v ° ; pour être exact, il faut préciser que les confins ou limites donnés par (...)
  • 94 La sentence d’avril 1558 signale l’achat au nom de Charles Grillet et les « criées » du 14 juillet (...)

84avaient été mises aux enchères, le 14 juillet 155793 ; elles seront acquises au nom de Charles Grillet, fils posthume de Nicolas et de Marie Gondi (fille d’Antoine et Marie Pierrevive)94 . Puis en 1571, les

« trois corps de maisons et jardin qui furent de feue Madame du Péron, en la rue du Garillan, joignant la rue, au sud »

  • 95 AML. - CC 46, f ° 7v ° ; futur duc de Retz et maréchal de France, conseiller de Catherine de Médici (...)

85étaient aux mains d’Albert de Gondi, comte de Retz, fils de Marie de Pierrevive95.

86À la charnière du XVIe siècle, l’histoire de cet îlot est marquée par deux événements concomitants. Le premier concerne la création de la montée du Garillan par le capitaine Ymbaud Bleterens de Rivoyre en 1502, rue qui fige définitivement la limite sud de la parcelle. Le second est lié à l’achat de cette terre par les frères Pierrevive en 1492. Le projet de construction des Pierrevive est ambitieux puisqu’il investit l’ensemble de l’îlot depuis la rue Gadagne jusqu’à la montée Saint-Barthélemy. Ce chantier est lancé avec la démolition de la maison de la Boyssette qui sera remplacée par deux maisons (T et S), sans doute plus modestes, mais en adéquation avec le terrain acquis par les nouveaux propriétaires. Il se poursuit par la surélévation de l’ensemble des bâtisses existantes situé sur les premiers contreforts des pentes (B-C et H-I – J-K) ; sans doute trop petites, ces dernières vont également être agrandies par l’adjonction de nouveaux corps de bâtiment (A, D, E, V et X). Ces immeubles s’organisent autour de la cour d’honneur, long espace rectangulaire facilitant la circulation entre les différents édifices. Parallèlement, les Pierrevive font construire un hôtel sur le sommet de leur terrain, en bordure de la montée Saint-Barthélemy, dénommé la maison de Belregard. Ici, on aborde toute la complexité de l’entreprise développée par les Pierrrevive : d’un côté, un édifice prestigieux à l’égal des hôtels de la Renaissance et d’un autre côté, des bâtiments plus modestes et fonctionnels, probablement liés aux activités commerciales et bancaires.

87Ce grand chantier se poursuit entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle, où la grande majorité des bâtiments est alors construite (fig. 123). Rien ne permet d’attribuer à la famille Gadagne la paternité de ces édifices ; sans doute marquent-ils leur temps par des aménagements intérieurs mais rien qui transforme la morphologie des bâtiments. Ainsi, c’est bien la famille Pierrevive qui marque de manière indélébile l’évolution de cet îlot, même si le souvenir de son passage n’est pas à la hauteur de l’empreinte architecturale qu’elle va laisser dans cet espace, le prestige du nom des Gadagne ayant gommé celui des Pierrevive.

Fig. 123 - Restitution des bâtiments du 2e 1/4 du XVIe siècle.

GADAGNE SUR LE PLAN SCÉNOGRAPHIQUE DE LYON
Sur le plan scénographique, la rue Gadagne se nomme « r. Pierre Vive ». Cette appellation prouve a quel point cette famille a marqué le lieu de son empreinte, avant qu’à son tour celle des Gadagne en efface le souvenir. Dès 1551, certains textes mentionnent en effet la « rue des Gadagne ». La fourchette admise pour la date de réalisation du plan va de 1545 à 1555, soit précisément la période de transfert de la propriété des Pierrevive aux Gadagne (1545). On ne peut donc guère s’appuyer sur ce document pour attribuer aux uns ou aux autres les nombreuses constructions figurées sur le plan.
Quels enseignements ou renseignements peut-on d’ailleurs tirer de la lecture de ce document ? La technique scénographique adoptée par ses concepteurs offre l’avantage d’une représentation imagée, figurant les façades des immeubles, les tourelles des escaliers, les cours, les jardins, les puits ; tout un décor évocateur qui invite à la promenade au travers des rues du Lyon de la Renaissance. En contrepartie, la fidélité en plan, n’est pas d’une grande justesse : disproportion de certaines façades abusivement étirées, perspectives déformées pour montrer les détails cachés... Au sujet du quartier compris entre Change et Garillan, J. Rossiaud (Rossiaud 1990) n’hésite pas à parler « d’imbroglio architectural » et il paraît sage de suivre cet avis et de ne pas chercher, à tout prix, des correspondances entre les bâtiments réels et leur représentation. À l’inverse, le message est sans équivoque sur la magnificence de la maison de Belregard, l’exceptionnelle étendue et le bel ordonnancement de ses jardins. Peu d’autres édifices du plan peuvent d’ailleurs rivaliser avec cet ensemble, si ce n’est la prestigieuse maison de « l’Anticaille » de Pierre Sala.

Notes

40 1494 : début des guerres d’Italie ; 1559 : traité de paix du Cateau-Cambrésis.

41 Les principaux banquiers sont alors les Capponi, les Salviati, les Gondi, les Strozzi, les Albizzi, les Bracci, les Corsini, les Rucellaï (alias Rousselet), les Del Bene (alias d’Albène) et bien sûr les Gadagni.

42 J. Pointet, p. 7098 ; AML. - CC4, f ° 54.

43 AML. - BB 24, 12, 16 et 18 août 1502, f °, 373v °, 374-375.

44 ibid., 16 août.

45 ibid., 18 août.

46 AML. - BB 83, f ° 48, 18 mars 1562 (v. st) 1563 (n. st.).

47 AML. - BB 83, 58v °, 30 mars 1563.

48 AML. - BB 83, f ° 50 f °, 25 mars 1563 et f ° 60v ° 1er avril 1563. À cette date, il apparaît que Jean Camus n’hésite pas à faire jouer ses relations car il fait présenter au consulat de la ville une ordonnance du Gouverneur qui fait « très espresses inhibitions et deffences aux conseillers de la ville… de rien entreprendre abattre ne démollir de la maisoon de monseigneur de la Roche Camus ».

49 AML. - BB 88, f ° 66 et 67, 17 mars 1569 ; BB 130, f ° 71, 1er juillet 1593 : ordonnance visant à paver la rue pour la rendre praticable à cheval ; DD 357, pièce 11, 10 mai 1667 : pose de marches pour faciliter la circulation de la montée du Garillan car « lad. montée est si rapide et d’un abord si dificile qu’on ne scauroit monter ny descendre par icelle sans un danger évidents de chutte, particulièrement en hyvert, lors des glaces et gelées qui rendent lad. montée quoique très nécessaires presque inaccessible et ainsi inutile au public ».

50 AML. - CC 29, nommées de 1516.

51 L’habitat civil se développe « à l’intérieur de vastes tènements appuyés sur la rue dont l’origine du découpage est encore mal définie. Le morcellement de ces tènements sous la contrainte des partages et des ventes aboutit à la mise en place d’un parcellaire en longues bandes étroites, dit « en touches de piano » (Arlaud et alii 1994 : 26).

52 AML. - BB 83, f ° 62v °, 5 avril 1563.

53 La restauration des années 1960 a résolu en partie ces problèmes d’instabilité en disposant aux 2e, 3e et 4e étages du bâtiment une série de tirants en fer (on constate néanmoins que cette césure continue d’évoluer).

54 Meneaux et traverses ont systématiquement été changés lors des dernières restaurations.

55 AML. - BB 30, f ° 126v ° - 18 janvier 1512 (v. st.) - 1513 (n. st.) « … mesd. srs. les conseilliers disoient que lesd. de Pierre Vive quant ils achetèrent led. derrière de maison ou jardin tendant sur lad. rue neufve, ils promirent eulx retirer d’un coing de jardin depuis le bort du puis illec estant jusques à la maison de — lacune — Tignat… » (Vermorel : 3 ii 1, p. 431) AML. - BB 30, f ° 139v ° - 8 mars 1512-1513 « A esté mis en termes le bastiement des frères Pierre Vive qu’ilz veullent faire et ont commencé en la rue neufve traverssant la maison de Bellecourt qui fut du capitaine Ymbaud de Ryvvoyre… » (Vermorel 3 ii 1, p. 434).

56 AML. - BB 30, f ° 140v ° - 11 mars 1512-1513 (Vermorel 3 ii 1, p. 434).

57 La partie nord de ce mur se révèle totalement différente de la partie ancienne, tant dans le choix des matériaux (pierres dorées) que dans leur dimension et leur mise en œuvre.

58 Un désaxement est très net au niveau de la jonction entre les entités C et D ; on constate par ailleurs une hétérogénéité dans l’épaisseur des murs porteurs.

59 Au centre de la construction, des moellons de grande dimension disposés en carreau et boutisse composaient le chaînage d’origine entre la surélévation et la maçonnerie de l’escalier.

60 AML. - BB 28, f° 316, 316 v°, BB 30, f° 97v°, 126v°, 139v°, 140v°.

61 AML. - BB 28, f ° 316, 26 octobre 1511, f ° 316v ° 29 octobre 1511.

62 AML. - BB 30, f ° 140v °, 11 mars 1513.

63 DD 357 pièce 11 (10 mai 1667). Les membres du consulat ont accepté à la requête des habitants du quartier de « faire poser des marches du coté droit de laditte montée avec des plattesforme à l’endroit de l’entrée des maisons faisant face sur laditte montée… ».

64 Aux troisième et quatrième niveaux, l’élévation a été totalement remontée en moellons de mâchefer.

65 Elle est située au rez-de-chaussée de la galerie sud (R1), à l’est de la salle Edouard-Herriot. Elle a été plusieurs fois remaniée, notamment lorsqu’un escalier droit souterrain donnant accès à la cave R0 a été creusé. La différence de niveau entre le seuil de la porte et le sol actuel de la cour est de 1,20 m.

66 La maçonnerie est constituée de grosses pierres équarries et de nombreux galets.

67 La porte 13.3 est contemporaine de la construction du mur 13 et desservait l’espace O3.

68 AML. - CC 29, f ° 17v ° et 19v °.

69 Vial, ms p. 6 et 7 et ADR. - 10 G, f ° 126.

70 AML. - CC 37, f ° 17 à 19.

71 L’avancement de la présente étude ne permet pas de trancher sur ce chapitre, mais il est probable que des réponses seront rapidement trouvées à cette question.

72 Après des transformations tardives, en I 2, une grande fenêtre offre un éclairage direct. L’arc de décharge est en briques, un linteau IPM vient reprendre en totalité la structure interne de cette baie.

73 Ces planches sont plus larges et moins épaisses que celles qui sont mises en œuvre dans la fondation du mur de façade 17 : épaisses de 2 à 3 cm et larges entre 40 et 48 cm et par ailleurs elles ne sont disposées que verticalement.

74 Les cinq pans mesurent 1,80 m de longueur, dans la salle E, pour s’inscrire dans la figure de l’hexagone, le sixième pan aurait dû mesurer 2,40 m. La courbe répond de manière plus harmonieuse à ce plan disgracieux.

75 On constate que l’épaisseur de ce mur est de 0,80 m alors que les autres structures murales composant la nouvelle construction ne présentent une largeur que de 0,45 m.

76 La lecture des élévations sur cour montre qu’à la jonction entre ces deux entités, le mur est très perturbé par de multiples repercements effectués tardivement.

77 Elle achète à son frère Charles de Pierrevive la partie de la parcelle que son mari loue depuis 1528.

78 ADR. - 10 G 847, il s’agit d’une expédition datée du 23 mars 1581, à l’adresse de l’archevêque et du doyen chapitre de l’église de Lyon, dans le cadre d’une recherche sur le ressort de la directe du chapitre pour une maison de la paroisse Saint-Paul, dont « le vendeur croit mais ne peut assurer être de la directe des seigneurs du chapitre de Lyon ». Voir introduction pour les aléas des fonds du notaire Dorlin, signataire de l’acte. Ce texte est signalé dans E. Vial, Musée historique de Lyon. - manuscrit n ° 169 bis, Histoire du musée, notes sur le tènement de Gadagne, le musée, sous son ancienne cote : Adam 18 n ° 6. Pour faciliter la lecture, le texte a été ponctué et accentué, mais l’orthographe d’origine a été conservée.

79 Archéolabs réf. ARC 01/R2611D.

80 Renseignement Christian Cécillon, que nous remercions vivement ; d’après Duplessy (J.), Les monnaies françaises royales. Tome II (Hugues Capet à Louis XVI) : 120. Pour « simplifier », on n’a pas tenu compte des variations du poids d’or par écu au cours de la période considérée.

81 La chronique de Jean Guéraud, un contemporain des Gadagne, rapporte bien les faits et gestes fastueux de Thomas ou de Guillaume ou le festin donné, à l’hôtel de Gadagne, à l’occasion du mariage de leur sœur Hélène avec Laurent Capponi le 22 avril 1554 (La chronique lyonnaise : 1536-1562, de Jean Guéraud éd. Jean Tricou, Lyon, 1929, p. 77) mais ce texte reste une exception.

82 AML. - CC 42, f ° 129v °.

83 AML. - CC 150, f ° 6v °.

84 La mention spéciale des bancs de noyer est délicate à interpréter. Leur ancienneté est assurée, mais la formule est suffisamment floue (de tout temps) pour qu’on se garde de l’estimer ; situés dans la salle basse du logis, ils évoquent les bancs de marchands ou de banquiers pour traiter leurs affaires.

85 C’est-à-dire la parcelle sud, ex-Gondi.

86 ADR. - 3 E 2501.

87 La vente comprenait aussi et entre autres : un immeuble place Bellecour et le domaine du Petit-Peron à Oullins, ADR. - BP 1152, f ° 312 et 337v °.

88 Cité dans ADR. - BP 1152, f ° 312 et BP 1151, f ° 233, juin 1582 : certification pour Th. de Gadagne contre les héritiers de Ricci ; f ° 379, 22 juillet 1582, sentence de défauts pour les mêmes.

89 ADR. - BP 1152, f ° 337v °.

90 ADR. - BP 1152, f ° 340v °.

91 E. Vial, Histoire du musée, notes sur le tènement de Gadagne, le musée s. d.

92 La maison dite « des Gondi », célèbre dans la littérature lyonnaise, a été longtemps confondue, à tort, avec une autre plus septentrionale, située au 15 montée Saint-Barthélemy. Tous ces textes prouvent bien qu’elle correspond en fait aux 19 et 21 de la même rue, ce que Claude Dalbanne n’avait pas manqué de souligner, dès 1947 (Dalbanne 1947 : 12).

93 ADR. - BP 443, f ° 283v ° ; pour être exact, il faut préciser que les confins ou limites donnés par ce texte sont confus, voire erronés, mais la localisation et la description des biens vendus aux enchères sont confirmées par un acte postérieur. Vers 1560, la maison est dite acquise par Claude Gelas, au nom de Ch. Grillet, par décret de la Sénéchaussée contre Antoine Gondi et Marie de Pierre Vive ; cette maison à issue en la rue du Rieu (Saint-Barthélemy) et en une autre petite rue tendant au puits de Porcherie (Gadagne) et joignant la rue de Bleterens (Garillan) ADR. - 10 G 1066, f ° 235.

94 La sentence d’avril 1558 signale l’achat au nom de Charles Grillet et les « criées » du 14 juillet 1557 ; ce qui contredit les dates proposées par Claude Dalbanne, p. 11 (cf. note 39) pour la naissance de Charles Grillet en juillet 1558.

95 AML. - CC 46, f ° 7v ° ; futur duc de Retz et maréchal de France, conseiller de Catherine de Médicis.

Notes de fin

1 Écrit Lavel semble-t-il.

2 Les biens sont situés par rapport aux voisins et selon les points cardinaux. La mention de vent, signifie au sud ; de bize = au nord ; de soir = à l’ouest ; de matin = à l’est. Les rues sont presque toujours désignées par leurs tenant et aboutissant – ici, la montée Saint-Barthélemy.

3 La directe désigne l’impôt perçu par différents établissements ecclésiastiques de la ville, au titre de la propriété éminente qu’ils détenaient sur la majeure partie du territoire de la ville, selon un découpage complexe. Les terriers consignent les redevances (les cens et servis), dûs et reconnus pour les propriétés immobilières.

4 « il n’a pas souvenir ».

5 Un inquilin désigne un locataire.

Table des illustrations

Légende Fig. 101 - Schéma de la parcelle en 1489 et en 1516.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 102 - Fondations du mur 40.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 103 - Mur 40.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 104 - Mur 25.104 a : Vue vers l’est.104 b : Vue vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 105 - Éclairage de l’escalier primitif.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 106 - Mur 26.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 107 - Mur 27.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 108 - Mur 28.108a : Vue depuis la pièce A.108b : Vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 109 - Mur 4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 110 - Pièce M3, porte d’entrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 111 - Mur 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 112 - Portes à linteau saillant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 113 - Relevé des moulures en coupe des portes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 114 - Porte avec congé en goutte d’eau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 115 - Grande cheminée de la pièce J3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 116 - Restitution du décor dit « Gadagne 1 ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 117 - Détail du décor dit « Gadagne 1 ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 118 - Restitution des bâtiments du 1er 1/4 du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 119 - Détail du décor dit « Gadagne 2 ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 120 - L’escalier nord. Concours d’architecture, Léon Dulac, 1905.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 121 - Arc segmentaire supportant l’escalier nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 122 - Belregard : demeure des Gondi.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 123 - Restitution des bâtiments du 2e 1/4 du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2625/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540