Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 3. Introduction à l’étude des bâtiments

Texte intégral

1Au cœur du Vieux Lyon (fig. 66), le Musée Gadagne se développe sur deux parcelles trapézoïdales et irrégulières, celle du n° 14 rue Gadagne, d’environ 60 m de long sur 20 m de large, et celle du n° 10-12 rue Gadagne, de 55 m de long sur 15 m de large (fig. 67). Ce musée constitue un ensemble de plus de 5.000 m2 comprenant quatre niveaux aériens et un à deux niveaux de caves. Il est constitué de trois corps principaux de bâtiments qui s’articulent autour de deux cours intérieures. Long de 17 m et haut de 5 niveaux, le bâtiment oriental borde la rue Gadagne. À l’arrière, sur près de 20 m de long, est implanté un second bâtiment qui constitue le pendant du premier et que l’on nommera « bâtiment médian ». Au nord, en limite de la parcelle du 8 rue Gadagne, un accès direct à chaque étage de ces deux bâtiments s’effectue par l’intermédiaire d’étroites galeries voûtées d’arêtes ; au sud, c’est une aile supplémentaire donnant sur la montée du Garillan qui est venue clore ce quadrilatère ; ainsi se dessinent les limites de la grande cour d’honneur (fig. 68).

Fig. 66 - Le Musée Gadagne au cœur du Vieux-Lyon.

Fig. 67 - Localisation des parcelles sur le plan actuel.

Fig. 68 - Les bâtiments bordant la cour d’honneur.

2À l’ouest du bâtiment médian, se développent, perpendiculairement à la pente, deux maisons possédant quatre niveaux sans cave : la première, au sud, longe la montée du Garillan, l’autre, au nord, suit la limite de la parcelle du 8. Au cœur de cet espace se situe la petite cour (fig. 69), constituant un puits de lumière, élément indispensable pour l’apport d’un éclairage direct en ce secteur où la proximité des immeubles contribue à la raréfaction de la lumière naturelle. À l’ouest, cette cour est limitée par un haut mur qui soutient un dernier bâtiment se développant au sommet de la parcelle en bordure des jardins (fig. 70). Ces derniers, relativement petits, constituent un havre de fraîcheur dans ce secteur densément urbanisé. L’extrémité occidentale de cet espace végétalisé est marquée par des murs qui retiennent les terres des terrasses supérieures sur lesquelles s’élèvent des demeures accessibles depuis la montée Saint-Barthélemy. Le Musée Gadagne est un édifice particulièrement marqué par les XVe et XVIe siècles. Sa sobre architecture est empreinte des grands courants de ces périodes — galeries extérieures, grands escaliers en vis, fenêtres à meneaux avec décor prismatique —, ce qui inscrit cet ensemble dans la remarquable richesse patrimoniale du Vieux-Lyon, secteur qui a largement contribué à l’inscription du site historique de la ville sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité.

Fig. 69 - Les bâtiments bordant la petite cour.

Fig. 70 - Les jardins.

3Si d’après l’historiographie on qualifie cet ensemble « d’hôtel » de Gadagne, sa conception ne ressemble en rien au traditionnel hôtel que l’on connaît pour la Renaissance ou l’époque moderne. Ces demeures urbaines possèdent une morphologie spécifique : un long bâtiment, souvent placé en front de rue, est encadré par des tours d’escalier hors-œuvre. À l’intérieur, on trouvera une vaste pièce de réception mais surtout pas de boutiques au rez-de-chaussée. Enfin, un grand mur isole corps de logis, cours et jardins du regard extérieur. À cette typologie, on peut associer un grand nombre d’exemples somptueux : l’hôtel Dahus à Toulouse, l’hôtel Pincé à Angers ou l’hôtel d’Escoville à Caen. Or, à Lyon, les seuls édifices du XVIe siècle qui portent cette appellation — l’hôtel d’Estaing ou l’hôtel de Gadagne — sont loin de ressembler à cette description. En revanche, la maison de Belregard, autre demeure des Gondi-Pierrevive, située le long de la montée Saint-Barthélemy, au-dessus de la parcelle du n° 14, offre toutes les facettes de cette architecture prestigieuse des XVe -XVIe siècles, qui tend à reprendre l’image du château fort. Pour Gadagne, l’étude architecturale prouve combien la conception de cet ensemble est éloignée d’un programme où les valeurs résidentielles sont exacerbées. C’est avant tout l’histoire de ses divers propriétaires qui a contribué à faire de cet ensemble un édifice d’exception dans ce secteur de la ville ancienne. Compte tenu de cette mise au point, nous désignerons l’objet de notre étude par sa dénomination actuelle : Musée Gadagne.

4L’îlot Gadagne se situe entre deux zones densément urbanisées. La première concerne le lieu d’installation de la cathédrale et de ses bâtiments connexes, du palais de l’archevêque et de l’ensemble d’habitats fortement groupés autour de ce noyau, le tout étant enserré depuis le XIIe siècle dans une enceinte dont le tracé a été reconnu avec une relative exactitude (Arlaud 1994 ; Reynaud 1998). Situé en amont de la cathédrale, le second secteur concerne la collégiale Saint-Paul attestée dès le IXe siècle, nichée au creux d’un coude de la Saône. L’évolution de ce quartier est en lien étroit avec le développement du transport de marchandises qui transite par le port Saint-Eloy. Cette activité commerçante entraîne l’accroissement de la population et de l’habitat. C’est à partir du XIIIe siècle que le quartier autour de la collégiale commence à se former ; le pont du Change, construit au XIe siècle (avant 1077), crée, ou recrée, un axe de circulation majeur avec la presqu’île et en particulier le quartier des Terreaux. Le site se trouve donc dans un secteur d’entre-deux, quartier dont on connaît fort mal le développement jusqu’au XVIe siècle.

  • 15 Pour Lyon, on dispose de plusieurs plans de la ville depuis la fin du XVe siècle (Forma Urbis 1997) (...)

5L’étude préliminaire a clairement montré que cet édifice restait très mal connu tant sur le plan historique que sur le plan architectural. Peu de données textuelles et iconographiques viennent au secours du chercheur. En ce qui concerne les représentations graphiques, il faut attendre les XVIe et XVIIe siècles pour bénéficier de plans ou de vues suffisamment fiables15. Les représentations de Simon Maupin sont des vues perspectives bien trop générales qui n’apportent que des informations mineures sur l’espace qui nous préoccupe (fig. 71), contrairement au plan scénographique. Ainsi, ce dernier offre une image saisissante de Lyon entre la fin de l’année 1544 et le printemps 1553, où l’îlot est particulièrement bien représenté. Par ailleurs, les bâtiments Gadagne n’ont, semble-t-il, guère inspiré les graveurs ou les peintres, exceptée la vision fantaisiste de l’illustrateur lyonnais Drevet reproduite dans Lyon de nos pères (Vingtrinier, 1901) (fig. 72). En fait, il faut attendre l’acquisition par la Ville des bâtiments du musée en 1902 et le lancement du concours d’architecte en vue de sa première « rénovation », pour que des plans précis soient levés (fig. 73). L’occasion offerte par cette seconde rénovation était aussi celle de revoir l’histoire de l’édifice. Ce n’est que par une analyse fouillée des textes et une lecture attentive des maçonneries et des sols que nous sommes en mesure, aujourd’hui, de proposer un schéma de l’évolution des parcelles et des bâtiments qui composent le Musée Gadagne. Avant d’aborder les résultats proprement dits, il est indispensable de rappeler l’état des connaissances sur l’histoire du musée et de présenter les fonds d’archives qui ont servi à l’enrichir.

Fig. 71 - Plan de Simon Maupin 1659. AML. 1 S 171.

Fig. 72 - Gravure de Drevet. Cette gravure illustre un événement se déroulant au XVIe siècle. Or, la représentation du 10-12 montre le bâtiment tel qu’il est depuis 1650.

Fig. 73 - Concours d’architecture, Léon Dulac, 1905.

ÉTAT DES CONNAISSANCES

  • 16 Historique des propriétés et des maisons de Lyon du XIVe siècle à la Révolution. Seule la partie no (...)
  • 17 E. Vial. Musée Historique de Lyon, manuscrit n ° 169 bis, Histoire du musée, notes sur le tènement (...)
  • 18 B. Vermorel, AML. - 3 ii 1 à 4 : notes mss.

6La plupart des études antérieures étaient pour l’essentiel inédites : qu’il s’agisse des recherches de J. Pointet, consacrées à l’histoire des maisons de Lyon16, de celles d’Eugène Vial17 portant sur le musée proprement dit, ou de celles de B. Vermorel18, premier historien de l’urbanisme lyonnais. Excepté ceux de B. Vermorel, les conclusions de ces travaux avaient néanmoins été reprises par Claude Dalbanne, conservateur du Musée Gadagne, dans un article de 1947 consacré à l’histoire du musée (Dalbanne 1947), constituant une référence qui demeure d’actualité à bien des titres.

7B. Vermorel et, à sa suite, J. Pointet sont, chacun à leur manière, les pères de l’histoire urbaine lyonnaise médiévale et moderne. Le premier a patiemment collecté les mentions relatives à la construction et à la topographie, au fil des archives anciennes de la ville. Le second a élaboré un gigantesque inventaire historique des maisons lyonnaises en analysant minutieusement les collections de registres fiscaux laïcs ou ecclésiastiques. Sauf exception, la totalité des immeubles lyonnais ont en effet servi pour asseoir l’assiette des taxes qui étaient perçues — régulièrement ou non – par telle ou telle institution : la commune, le Roi, un établissement religieux ou un chapitre de chanoines. L’estimation des biens était confiée à des enquêteurs qui ont consigné dans des registres la nature de l’immeuble, son propriétaire, sa situation, parfois ses occupants. Les sources consultées les plus anciennes ne remontent guère au-delà du XIVe siècle et J. Pointet a choisi la période révolutionnaire comme terminus à son travail, ce qui explique que le XIXe siècle soit moins bien documenté que les périodes antérieures.

  • 19 J. Tricou, répertoire des sources en exergue de Armorial Lyonnais, vol 1, Paris 1965, p. XXV.

8On a donc, en premier lieu, réuni, vérifié et organisé toutes les données collectées par ces deux auteurs sur les bâtiments du musée. Il n’en demeurait pas moins que, pour riches qu’ils soient, ces travaux n’étaient pas exhaustifs ; en commentaire à sa notice sur le « beau travail » réalisé par J. Pointet, J. Tricou remarquait d’ailleurs qu’il serait « à compléter par les archives des notaires »19. Dans cet esprit, on a donc entrepris d’augmenter le corpus des sources disponibles par des recherches dans les fonds d’archives notariales.

DE NOUVELLES RECHERCHES EN ARCHIVES

9Concernant l’histoire des maisons de Lyon, les archives notariales constituent une source de choix. Elles renferment les actes de ventes, de transmission, les contrats avec des artisans (maçons, charpentiers, tailleurs de pierre…), les contrats de location ou les procès-verbaux de visites d’experts architectes, autant de données qui étaient susceptibles de faire notablement progresser l’histoire des bâtiments du musée.

10Mais toute la difficulté réside dans l’identification du ou des notaires auprès de qui ces actes ont été conclus, parmi les dizaines de notaires dont les archives sont conservées aux Archives départementales du Rhône. L’enregistrement des actes notariés (dit Contrôle des actes) n’est pas effectif, pour le bureau de Lyon, avant la première décennie du XVIIIe siècle. Il était donc impossible de mener l’enquête à partir de cette source.

  • 20 La publication est inachevée (à la lettre D), la plus grosse partie est manuscrite (un exemplaire s (...)
  • 21 Cf. supra.

11En fait, deux sources principales ont malgré tout fourni les pistes nécessaires pour travailler dans les fonds notariés : l’Armorial lyonnais, rédigé par J. Tricou, et publié pour partie20, et l’étude inédite sur l’historique des maisons de Lyon réalisée par J. Pointet21.

12Les notes de J. Pointet contiennent quelques renvois à des actes notariés concernant l’une ou l’autre des propriétés qui composent le Musée Gadagne. Le nom, et parfois la date, sont mentionnés, mais le dépouillement des actes restait à faire. Ces mentions sont malheureusement très rares et certains actes n’ont pas pu être retrouvés (les archives du notaire n’ayant pas été déposées). Ainsi, l’acte de vente du 10-12 rue Gadagne conclu en 1662 entre Jean Gueston et Jean-Baptiste Chappard, devant Me Vallous, ne figure pas dans les archives de ce notaire, dont le premier registre conservé date de 1664.

13Les recherches menées dans les fonds notariaux à partir des indications de J. Tricou sont plus aléatoires. En effet, l ’Armorial lyonnais recense plusieurs notaires qui ont eu affaire, à divers titres, avec l’un ou l’autre des membres d’une des familles étudiées. Les présences/absences d’un nom de notaire sont donc tributaires de recherches antérieures et d’événements qui n’ont que rarement à voir avec les propriétaires des bâtiments de Gadagne. En dépit de ces réserves, on a choisi de sonder quelques-uns des registres de ces notaires, au motif qu’ils pouvaient constituer le notaire habituel des propriétaires de l’une ou l’autre des maisons. Enfin, les archives privées conservées dans la série E — famille — des Archives départementales du Rhône, ont livré quelques copies ou extraits d’archives notariées. Les résultats ont été plus ou moins heureux. Le notaire Deschuyes, par exemple, s’est révélé d’un bien piètre intérêt en ce qui concerne la famille de Balmes, propriétaire au début du XVIIe siècle du 14 de la rue Gadagne. En revanche, les archives de maître Plassier, en dépit d’un classement parfois fantaisiste, ont révélé plusieurs actes particulièrement intéressants pour l’histoire de la construction de cette même partie de bâtiment.

  • 22 ADR 10 G 847.

14Il est intéressant de signaler ici un dossier, classé dans cette série, sous le nom du notaire Dorlin et qui regroupe les épaves des archives de plusieurs notaires du XVIe siècle, qui ont eu l’heur de travailler pour le compte des plus prestigieuses familles lyonnaises de la Renaissance. Raison pour laquelle les généalogistes du XVIIIe siècle ont exploité les archives des notaires, sans craindre parfois de les piller et de les disperser irrémédiablement. Les pertes sont difficiles à estimer, mais les reliquats révèlent bien la richesse initiale de ces fonds : y figurent, par exemple, des actes conclus par Thomas de Gadagne pour la vente, en 1575, d’une maison sise “au-dessus la reclusière Sainct-Bartélémy”, ou cet acte émis par la Sénéchaussée en 154522, qui cite Pierre Dorlin comme notaire de la vente entre Antoine de Pierre Vive et les frères Gadagne.

  • 23 ADR 3 E 2495 à 2505 (1573 à 1586).

15Il faut faire une mention spéciale à l’étude de François Anyme23, notaire dans la seconde moitié du XVIe siècle, « spécialisé » dans la gestion des affaires de la communauté italienne lyonnaise, qui rédigea l’acte de vente entre les Gadagne et les De Ricci, le 23 mars 1581. Il aurait été utile de poursuivre le dépouillement de ce fonds, mais l’absence de répertoire n’a pas permis d’exploiter ces registres de plusieurs centaines de feuillets chacun !

  • 24 Tous ces actes sont conservés dans la série B des Archives départementales du Rhône. Cette volumine (...)

16Enfin, les archives judiciaires recèlent des documents uniques pour l’historien. En effet, ce sont elles qui conservent la plupart des descriptions de bâtiments qui nous sont parvenues, consignées dans des états des lieux ou des inventaires après décès. De telles archives sont, bien entendu, aléatoires puisqu’elles ont été rédigées à la suite d’une procédure judiciaire qui possède, par définition, un caractère exceptionnel24. Plusieurs textes de cette nature ont été retrouvés pour le musée.

ENQUÊTE ARCHÉOLOGIQUE : MODE D’EMPLOI

17L’étude conjointe des textes et des vestiges archéologiques enfouis ou en élévation met en lumière l’évolution complexe de cet îlot au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne. Nous présentons principalement les données issues des observations réalisées sur les niveaux aériens. L’étendue et la complexité du plan ont conduit à adopter une désignation des pièces par des lettres, de A à Z. Le découpage vertical des bâtiments est toujours identique, murs de refend et murs gouttereaux constituant des limites qui se répètent sur le plan vertical ; chaque lettre désignant une pièce est ainsi associée avec le chiffre correspondant au niveau (A1, A2, A3…).

18La lecture des élévations a fait l’objet, dans la mesure du possible, de relevés systématiques à l’échelle 1/20e. Les circonstances de l’étude et la qualité des parements nous ont incitées à choisir un relevé partiel, insistant sur la chronologie relative des différentes unités de construction, mettant en évidence les césures, les désordres, les repercements… Vient en complément une couverture photographique, qui pour certaines pièces reste le seul témoignage de l’état avant restauration ; l’encombrement des salles limitant l’accès aux maçonneries interdisait parfois toute possibilité de compléter la documentation. Les illustrations présentées dans l’ouvrage reflètent les différents niveaux de l’information : en gris, les parements qui ont seulement fait l’objet de photographies, en blanc, les zones n’ayant pu faire l’objet d’investigation ; comme dans la partie sur les résultats des fouilles de la cour d’honneur, un code couleur met en valeur l’évolution chronologique de la construction.

PAR CONVENTION

19Dans le but de faciliter la compréhension, le lecteur pourra se référer aux plans de situation insérés en début de volume, sur le rabat de la couverture, où sont reportés les numéros de mur, les appellations de pièces et les différentes maisons définies dans cette étude.

20Les parcelles sont identifiées par leur « adresse » : au sud, la parcelle du 14 et au nord, la parcelle du 10-12.

21Les bâtiments sont désignés par leur situation dans l’îlot : « bâtiment sur rue » à l’est, « bâtiment médian » au centre et « bâtiment arrière » à l’ouest.

LES NOMS SUCCESSIFS DES RUES PROCHES DU MUSÉE GADAGNE
Anciens noms de la rue Gadagne :
1425, rue tendant à Claude de Pompière.
1481, rue tendant à la maison Varinier.
Milieu XVI
e (plan scénographique), rue Pierre Vive.
1551, rue des Gadagnes.
1594-1715, rue de la Boissette.
1642, idem ou de Gadagne.
1731-91, rue de Gadagne ou voûte de Gadagne.
Anciens noms de la montée du Garillan :
1538, rue du capitaine Rambaud ou le Garillan.
Milieu XVI
e (plan scénographique), rue du Garillan.
1560, rue de Bleterens ou de Garillan.
1571-1618, le Garillan.
1731-91, montée du Garillan.
Anciens noms de la montée Saint-Barthélemy :
1493-1516, rue tirant de Saint-Barthélemy à Saint- Just.
Milieu XVI
e (plan scénographique), rue S. Barthélemy.
1618, rue Saint-Barthélemy.
1681, chemin de Ruel.
1757-91, montée Saint-Barthélemy.
Anciens noms de la montée du Change :
1388, en Purcherie (= Porcherie).
1481-1747, rue Purcherie.
1531, rue tendant du Puits de Purcherie à la maison d’Izeron.
1545, rue du Puits de Purcherie
Milieu XVI
e (plan scénographique), non mentionnée mais représentée.
1578-94, rue de la Purcherie.
1634-84, montée d’Izeron.
1680-1791, degrés du Change ou montée d’Izeron.

Notes

15 Pour Lyon, on dispose de plusieurs plans de la ville depuis la fin du XVe siècle (Forma Urbis 1997). Toutefois, ils n’apportent pas d’éléments suffisamment précis dans le cadre de l’étude de cet îlot.

16 Historique des propriétés et des maisons de Lyon du XIVe siècle à la Révolution. Seule la partie nord du premier arrondissement est publiée (Lyon : Masson, 1929 - 1930). Les manuscrits sont déposés au Musée Historique de Lyon ; une copie est disponible aux Archives Municipales de Lyon, sous la cote 37 ii ; le vol. 25 p. 7082 à 7118 (94e îlot) et la feuille 78 concernent le quartier du Musée Gadagne.

17 E. Vial. Musée Historique de Lyon, manuscrit n ° 169 bis, Histoire du musée, notes sur le tènement de Gadagne, le musée.

18 B. Vermorel, AML. - 3 ii 1 à 4 : notes mss.

19 J. Tricou, répertoire des sources en exergue de Armorial Lyonnais, vol 1, Paris 1965, p. XXV.

20 La publication est inachevée (à la lettre D), la plus grosse partie est manuscrite (un exemplaire sur microfiches aux AML). Une photocopie de la partie manuscrite est déposée au Musée.

21 Cf. supra.

22 ADR 10 G 847.

23 ADR 3 E 2495 à 2505 (1573 à 1586).

24 Tous ces actes sont conservés dans la série B des Archives départementales du Rhône. Cette volumineuse série était en cours de reclassement au moment de l’étude et cet état de fait n’a pas facilité les recherches.

Table des illustrations

Légende Fig. 66 - Le Musée Gadagne au cœur du Vieux-Lyon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 67 - Localisation des parcelles sur le plan actuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 68 - Les bâtiments bordant la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 69 - Les bâtiments bordant la petite cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 70 - Les jardins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 71 - Plan de Simon Maupin 1659. AML. 1 S 171.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 72 - Gravure de Drevet. Cette gravure illustre un événement se déroulant au XVIe siècle. Or, la représentation du 10-12 montre le bâtiment tel qu’il est depuis 1650.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 73 - Concours d’architecture, Léon Dulac, 1905.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2623/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540