Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Première partie. Un projet patrimonial

Chapitre 1. Le renouveau du musée

Simone Blazy

Texte intégral

1Le Musée Gadagne doit son nom aux habitants les plus prestigieux de l’hôtel qui l’abrite, les Guadagni. Riches banquiers florentins arrivés à Lyon au milieu du XVe siècle, ceux-ci occupèrent l’hôtel de 1538 à 1581 (fig. 1). Musée historique de la ville de Lyon, il témoigne des rapports complexes de la ville à son passé. En effet, les musées historiques des villes sont les témoins de l’histoire urbaine autant par leur constitution que par leur appartenance et leur localisation. Histoire des collections, muséologie, architecture, archéologie du musée et de la ville correspondent. Les thématiques développées par ces institutions reflètent les interrogations et les aspirations, les contradictions et les valeurs collectives des cités. La société urbaine les conçoit pour se reconnaître et se re-présenter. C’est pourquoi l’opération de restauration et de restructuration dont le musée Gadagne a été l’objet a permis de renouveler la réflexion générale, non seulement sur le musée, mais également sur la première pièce de la collection : l’édifice qui l’abrite. Cet édifice Renaissance constitue à lui seul une fraction du quartier situé sur les pentes et au pied de la colline de Fourvière. Son étude archéologique était indispensable pour préparer sa rénovation architecturale, mais également pour vérifier, comprendre, reprendre l’histoire de ce Vieux-Lyon, secteur sauvegardé inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Après l’étude préalable de l’architecte en chef des monuments historiques Didier Repellin, les recherches archivistiques, les fouilles de la grande cour entreprises pour trouver les surfaces nécessaires aux nouveaux services, le suivi archéologique des travaux, les fouilles du jardin et l’étude archéologique des élévations offrent un travail de recherche en accord avec le projet scientifique et culturel du musée. Celui-ci vise à diffuser auprès du public le plus large les résultats de la recherche la plus contemporaine sur le patrimoine urbain lyonnais, renouant ainsi le fil de sa propre histoire.

Fig. 1 - Le Musée Gadagne avant restauration.

2Nichola Johnson a écrit, évoquant les musées d’histoire :

« Les meilleurs d’entre eux sont un point de départ pour la découverte de la cité, ils incitent les gens à contempler avec un regard neuf, mieux informé et plus tolérant, la richesse du milieu urbain contemporain et à imaginer, par-delà le visible, le passé et l’avenir possible de l’agglomération » (Johnson 1995 : 6).

HISTOIRE DES COLLECTIONS

3Ville bimillénaire, Lyon est, dès la fin du XVIe siècle, fière de son glorieux passé de capitale des Gaules. Dès 1530, la ville, en plein essor, achète la Table Claudienne, pour l’exposer. Au milieu du XVIIe siècle, dans le nouvel Hôtel de Ville, qui affirme la puissance du Consulat, outre cette Table, sont regroupés clés, armes, armures, médailles et sceaux relatifs aux personnages, fêtes et monuments, des plans de la ville et la galerie des portraits des échevins. Cette galerie brûle en 1792. En 1846, la collection du numismate Sébastien Rosaz vient enrichir ce véritable musée. Les 9.850 objets, souvent témoignages d’événements récents, sont présentés dans des vitrines ornées de têtes et pattes de lion dont subsistent deux exemplaires. Ces collections sont symboliques et emblématiques (fig. 2).

Fig. 2 - Clés de la Ville.

4Le Second Empire confie l’administration de Lyon, ville « remuante », au préfet Vaïsse. Celui-ci transfère des bureaux et installe les appartements de l’empereur dans l’Hôtel de Ville. Le musée est mis en caisses. Parallèlement, débutent de grands travaux d’aménagements urbains qui vont donner à la presqu’île la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Ces travaux, entraînant la démolition du bâti ancien le long de larges artères, déclenchent une prise de conscience du patrimoine architectural et amènent la création de la Commission archéologique du Vieux-Lyon en 1898. Celle-ci doit

« réaliser un inventaire des éléments intéressants à conserver, signaler les fouilles qui pourraient être entreprises, étudier l’impact des projets d’urbanisme sur les monuments et conserver des aspects pittoresques et artistiques à l’aide de la photographie ou d’autres procédés. ».

5On entrepose, au palais Saint-Pierre, les objets provenant des fouilles et démolitions en attendant la création du musée historique. C’est ainsi qu’arrivent, pour le Musée Gadagne en gestation, des éléments d’architecture, des sculptures, cheminées, boiseries, ferronneries… Il devient, alors, conservatoire du patrimoine (fig. 3).

Fig. 3 - Restauration de boiseries du XVIIIe siècle.

6La démarche scientifique d’inventaire du bâti des quartiers anciens, déjà amorcée par la Société académique d’architecture, est amplifiée et généralisée. La commission se distingue en employant un moyen moderne, la photographie, laissant le moins possible de latitude à l’interprétation qui déforme la réalité (fig. 4).

Fig. 4 - Musée Gadagne, photo de la commission.

7Un lieu de conservation devient donc nécessaire. Le palais Saint-Pierre, plus tourné vers une histoire de l’art universelle, ne semble pas approprié à cette volonté de présenter la ville. Les protestations et les suggestions sont nombreuses : Léopold Niepce reprend la lettre adressée par la Commission des bibliothèques et des archives au préfet en 1874. Il insiste sur le caractère nécessairement identitaire d’un musée d’histoire au lendemain de la défaite de 1870 :

« Entrez dans une école de village en Allemagne, dans n’importe quelle province, vous y trouverez entre les mains de chaque enfant l’histoire de son village simplement et sainement écrite ».

8L’exemple de Paris vient renforcer la réclamation :

« La Ville de Paris, sous ce rapport, a devancé aussi presque toute la France […] elle a voulu créer également son propre musée, le musée de son histoire à elle. De cette heureuse pensée sont sortis le Musée des Thermes et l’Hôtel Carnavalet ».

CHOIX DE L’HÔTEL DE GADAGNE

9L’hôtel de Gadagne ayant été pointé comme l’un des édifices remarquables à conserver impérativement, la commission archéologique, réorganisée en commission municipale du Vieux-Lyon, doit en dresser les plans. Constant Tissot suggérait, en 1899, d’y installer le musée après avoir abattu les bâtiments voisins pour éliminer tout risque d’incendie et y faire entrer la lumière. Heureusement, d’autres érudits perçoivent la particularité du tissu urbain et l’intérêt de le garder. Cet édifice du XVIe siècle, période glorieuse de l’histoire lyonnaise, dans un quartier épargné par les grandes opérations d’embellissement, est alors paupérisé et abrite de nombreux occupants. La municipalité va acheter l’ensemble des bâtiments en plusieurs temps. En 1902, c’est la partie nord de l’ancienne demeure des Pierrevive qui est acquise, les numéros 10 et 12 rue Gadagne. L’ensemble de l’édifice est classé monument historique en 1920.

10Le bâtiment mitoyen, situé au 8 rue Gadagne, vient compléter cette acquisition en 1921, dans la perspective « de parfaire l’agrandissement du Musée du Vieux-Lyon ». Il abrite des logements jusqu’aux années 1990. Le numéro 14 est acheté en 1922, puis l’immeuble du 2 bis montée du Garillan avec les jardins en 1941.

11En 1914, l’histoire de la ville est présentée au sein de l’exposition internationale urbaine : La cité moderne, organisée par l’architecte Tony Garnier. Réunissant un nouveau fonds pour le musée dont l’aménagement se poursuit, cette exposition met en perspective l’image de la ville. Le musée devient le lieu d’une histoire générale de la ville. Les trois premières salles sont inaugurées dans l’Hôtel de Gadagne en 1921.

12Dès cette date, le musée présente des marionnettes. Outre les personnages de Laurent Mourguet (fig. 5) : Guignol, Gnafron et Madelon, il possède des marionnettes anglaises et du théâtre de Maurice Sand. En 1946, une mission d’inspection générale amène Georges-Henri Rivière, conservateur du Musée national des arts et traditions populaires, à exposer son projet de création de musées spécialisés en province, comme celui de l’imagerie à Épinal ou du vin à Beaune. La renommée mondiale et le caractère emblématique de Guignol imposent, comme évidente, la localisation du musée de la marionnette au musée historique de Lyon. La Direction des musées de France envoie des dépôts du Musée de l’homme et des arts et traditions populaires pour compléter les collections existantes. L’ouverture au public du Musée international de la marionnette a lieu en 1950.

Fig. 5 - Portrait de Laurent Mourguet du XIXe siècle.

13En 1955, cette section s’enrichit de l’exceptionnelle collection de Léopold Dor, éminent juriste et collectionneur. Données à l’État pour être déposées à Lyon, ce sont 1.911 pièces dont 600 marionnettes qui entrent au musée Gadagne, près d’un millier d’éléments de toiles de fond, coulisses, costumes et décors (fig. 6), ainsi qu’une documentation de plusieurs milliers de pièces : affiches, programmes, manuscrits, répertoires imprimés.

Fig. 6 - Cendrillon, théâtre de papier.

LES ENJEUX DE LA RESTAURATION

14Au moment où le centre historique de Lyon est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1998, les bâtiments de l’Hôtel de Gadagne ne sont pas tous restaurés. En effet cet édifice, caractéristique de l’architecture lyonnaise de la Renaissance et sans aucun doute premier objet du musée, n’a pas connu de travaux importants depuis une trentaine d’années. Le parcours proposé aux visiteurs est devenu incohérent et l’on ne perçoit plus de fil directeur. La chronologie de l’exposition permanente s’arrête au XIXe siècle et des domaines aussi importants que la soierie et la banque sont quasiment absents des salles ouvertes au public. Les espaces d’accueil et d’animation font cruellement défaut. Les réserves ne répondent pas aux normes de conservation et la muséographie est obsolète (fig. 7).

Fig. 7 - Salle des marionnettes avant restauration du musée.

15C’est pourquoi, le 19 janvier 1998, le Conseil municipal de la Ville de Lyon approuve, dans le cadre de sa politique culturelle, l’opération de restructuration et de restauration du Musée Gadagne. Le 8 décembre 1998 est signée, entre l’État et la Ville de Lyon, une convention financière. L’opération vise la création d’un musée de l’histoire de Lyon reposant sur trois objectifs :

  • Ouverture du musée sur les enjeux urbains actuels.

  • Prise en compte de l’évolution muséographique et muséologique.

  • Mise en œuvre de politiques spécifiques à la vie d’un musée d’aujourd’hui.

16Sur le plan scientifique et culturel, il s’agit, selon la convention, d’organiser un musée de la marionnette et un véritable musée d’histoire urbaine, de lier celui-ci à la ville et d’en faire une école de la citoyenneté, à partir de ses collections riches et anciennes. Cette opération devait se faire dans le respect de la genèse de l’institution, comparable à celle des musées historiques des grandes métropoles européennes et révélatrice de l’évolution urbaine.

GENÈSE DU PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL DU MUSÉE

17Cette vaste opération a nécessité une longue préparation en interne. En effet, un musée se définit par ses collections. La rénovation du Musée Gadagne devait donc commencer par l’analyse de son fonds consigné dans 26 registres d’inventaire dont le plus ancien date de 1923. On y trouve les objets entrés au musée à cette date, ceux qui se trouvaient au palais Saint-Pierre et dans différents entrepôts avant l’installation dans l’Hôtel de Gadagne et les acquisitions postérieures. Une rapide évaluation a permis de dénombrer environ cent mille objets. Un récolement topographique systématique, réserve par réserve, unité de rangement par unité de rangement, s’imposait pour avoir une vision complète des objets disséminés dans les salles et les différentes réserves.

18Parallèlement, s’engageait une réflexion sur les temps forts de l’histoire lyonnaise, en lien avec chercheurs et universitaires. Cette réflexion s’est enrichie des travaux menés à l’occasion d’expositions temporaires organisées pour préfigurer le musée restauré. Par exemple : dès 1995, une exposition intitulée Mémoire de pierres a permis au public de découvrir les vestiges de l’ancienne abbaye de l’Ile Barbe récupérés dans la démolition d’une maison de Vaise par le Service archéologique municipal. Non seulement, l’exposition présentait des bas-reliefs et des chapiteaux inconnus, mais elle faisait le point des connaissances sur cette abbaye et la vie religieuse lyonnaise au Moyen Âge. Le musée était bien le lieu de diffusion de l’actualité historique et archéologique rassemblant chercheurs et associations patrimoniales.

19L’histoire de l’institution, elle-même, était à analyser à partir des articles de mes prédécesseurs, Eugène Vial, conservateur de 1921 à 1937, auteur du premier guide de visite du musée, Claude Dalbanne et Monique Rey. Nous disposions, également, des archives de l’établissement conservées au musée ou versées aux Archives municipales. La même démarche était appliquée au Musée international de la marionnette, croisant découverte des collections et histoire du théâtre.

20Surgissait alors une interrogation. Fallait-il maintenir la présence des deux musées au sein de l’Hôtel de Gadagne ? L’implantation du Musée international de la marionnette dans le Musée de la ville de Lyon n’était pas un pur hasard. Sur le plan scientifique, le personnage emblématique de Guignol est à lui seul une justification (cf. ci-dessus). Sur le plan culturel, nous observions un intéressant croisement naturel des publics. Les personnes accompagnées d’enfants, souvent peu habituées à la fréquentation des musées, venaient pour les marionnettes. Tandis que des adultes touristes ou érudits désiraient mieux connaître l’histoire de la ville. L’ouverture au plus grand nombre étant l’un des objectifs majeurs des musées, il a été décidé de maintenir la localisation commune aux deux institutions.

OUVERTURE DU MUSÉE SUR LES ENJEUX URBAINS

21Le discours muséal se compose au gré de la déambulation du visiteur. Avant d’imaginer un circuit cohérent et fonctionnel répondant aux objectifs fixés par la Ville et aux enjeux de la restauration du Musée Gadagne, se posait la question : qu’est-ce qu’un musée historique de ville aujourd’hui ? Une réponse nous a semblé s’imposer : c’est l’image de la ville et de son évolution aux différentes périodes. Cette réponse rejoignait l’esprit qui a présidé à l’ouverture des premières salles. En 1923, Émile Leroudier écrit avec l’approbation d’Henri Focillon, directeur des musées de Lyon :

  • 1 M. Leroudier, Plan d’organisation pour le Musée de Gadagne, texte dactylographié, non daté, p. 6.

« Cet établissement doit être le musée de l’histoire de Lyon. L’ensemble des collections exposées doit tendre moins à présenter au visiteur une série de pièces artistiques ou non mais ayant un intérêt local, qu’à retracer à son esprit l’histoire de notre cité, tant au point de vue des transformations successives de la ville elle-même qu’à celui de la vie publique et privée de ses habitants, en même temps qu’à lui donner une idée exacte de son développement économique et social. D’où deux grandes divisions se rapportant l’une à la cité, soit l’histoire topographique et monumentale de la ville de Lyon, l’autre à ses habitants, soit l’histoire politique, sociale et économique du peuple de Lyon. Pour chacune de ces deux grandes divisions, plusieurs sections devant chacune constituer une salle spéciale ou tout au moins une cellule particulière »1.

22C’est pourquoi dans le musée restauré, la représentation de Lyon ponctue le parcours du visiteur. Dans la salle d’actualité, il commence par la ville contemporaine dont les images diffusées sur grand écran interactif, sont réalisées par l’Inventaire général et actualisées avec l’aide de la Direction de l’aménagement urbain. Il peut également prendre connaissance des données économiques et sociales (nombre d’habitants, migrations, activités...) diffusées par un prompteur. Enfin, au fil des salles, dessins, peintures, gravures et films évoquent la cité dans chacune de ses grandes époques historiques et scandent un parcours chronologique. La composition des images est intéressante car elle trahit les préoccupations de chaque période, à travers le reflet que les artistes, à la demande des élites dirigeantes, donnent de la cité. Ces « portraits » de Lyon font contrepoint aux collections thématiques qui contribuent à souligner la multiplicité des identités en donnant au musée un rôle dans l’émergence d’une culture urbaine. Le musée sera miroir et forum,

  • 2 Bernard Lamizet.

« ce qui me fait reconnaître le même et distinguer l’autre en le découvrant. Le lieu où les identités se reconnaissent dans l’expérience des unes et des autres »2.

23L’histoire politique, économique et sociale, incluant celle de la vie quotidienne, est une composante essentielle de l’histoire urbaine. On pourrait reprendre, nostalgie et dérision en moins, les propos de Justin Godart dans Lyon républicain du 28 août 1902 :

« Donc, le Musée du Vieux-Lyon, pour répondre à son titre, devra être, non seulement l’Hôtel des Invalides de tous les objets disparates et incomplets, de tous les débris recueillis dans les fouilles et les démolitions, mais la résurrection de la vie d’autrefois. Il faudrait qu’on puisse y visiter, à côté de l’intérieur du bourgeois enrichi par le commerce, celui de l’artisan, à côté du logis, l’atelier.… Montrer d’une façon palpable, à ceux qui n’ont pas le temps de le suivre dans l’histoire, le progrès, soit dans l’organisation juridique ou technique du travail, soit dans les habitudes journalières de la vie matérielle ou intellectuelle, tel doit être le but d’un musée urbain ».

24Les documents sont nombreux pour relater l’histoire politique et administrative de la cité. Ce sont, en général, des objets provenant du fonds constitutif de l’établissement. Mais on ne saurait passer sous silence la vie économique et sociale d’une métropole dans sa complexité et sa spécificité. Nous avons évoqué le paradoxe de l’absence du textile et de la banque dans le musée des années 1980-90. Comment ne pas rappeler outre la grande fabrique et les canuts, la naissance du Crédit Lyonnais, les frères Lumière, l’industrie automobile et Marius Berliet, les industries chimiques et pharmaceutiques… Le compagnonnage forme à lui seul une section riche en objets. L’évolution générale de la ville, entendue au sens de l’agglomération lyonnaise, ne peut se comprendre sans analyser ses principaux facteurs économiques et sociaux. Une histoire large et comparative de cette évolution doit permettre de replacer la ville dans un contexte international.

25La vie quotidienne et les différentes activités pourront être évoquées par les multiples objets déjà présents au musée mais aussi par le produit des dernières fouilles comme celles des parcs de stationnement des Terreaux ou de Saint-Georges qui ont livré un abondant mobilier archéologique allant des vestiges d’un atelier de cordonnier (fig. 8) à des bateaux complets. Les collections, trop axées sur les productions les plus prestigieuses des artisans locaux (orfèvres, étainiers) et le goût des élites lyonnaises (boiseries, meubles) se trouvent ainsi complétées, indépendamment même de la politique d’acquisition et de collecte nécessaire à leur enrichissement.

Fig. 8 - Mule mise au jour dans la fouille du parking des terreaux.

26Enfin, la vie intellectuelle, spirituelle et culturelle ne peut être oubliée ; elle accompagne nécessairement la vie des habitants et contribue au rayonnement de la cité. Les collections sont abondantes pour illustrer les grandes figures lyonnaises et leurs œuvres. Mais leur présentation dans les salles ne peut suffire, même complétée par des dispositifs sonores ou audiovisuels. Ce thème nécessite l’organisation de manifestations telles que : représentations théâtrales, concerts, conférences, lectures qui redonneront vie aux collections de manuscrits littéraires, musicaux et théâtraux de marionnettes. Le lien avec le Musée international de la marionnette est approfondi à la fois dans cette perspective culturelle mais aussi dans sa dimension sociale et économique.

27Le musée international de la marionnette présente les différents types de marionnettes selon un classement géographique et par théâtre. Cette présentation concerne non seulement les poupées mais, par des mises en scène, elle évoque les répertoires et les jeux des marionnettistes. Le rapport de l’artiste au public, magie du spectacle, n’est pas oublié. Les diverses composantes de la collection : iconographie, poupées, décors, toiles de fonds et accessoires sont à la disposition du visiteur, soit lors de son parcours, soit au centre de documentation. La variété et la diversité des provenances de la section théâtrale répondent à la curiosité des Lyonnais mais aussi à celle des nombreux visiteurs étrangers. La fragilité des objets, qui ne supportent pas une exposition prolongée, conduira à un renouvellement fréquent de la sélection offerte aux amateurs. La numérisation complète du fonds offre toutefois une accessibilité permanente. Cette remarque est valable pour l’ensemble des collections en matériaux organiques : papier, bois, cuir, textile.

28Le musée conserve un fonds issu de la sauvegarde du patrimoine de la cité au fil des siècles. Mais il n’est pas le seul détenteur de ce patrimoine encore en place. C’est pourquoi, il apparaît indispensable de maintenir ou de créer une étroite liaison entre patrimoine muséographié et patrimoine in situ. Cette liaison fait l’objet d’une réflexion tant sur le plan conceptuel que sur le plan technique ; réflexion qui associe des partenaires comme l’Inventaire général et les Monuments historiques, la Mission « Site historique », l’architecte des Bâtiments de France, le CAUE, l’Agence d’urbanisme et les associations de sauvegarde (Renaissance du Vieux-Lyon...) mais aussi l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines, l’INSA, voire des entreprises privées. Le musée d’histoire tisse un réseau de pôles muséaux associés, dédiés et attachés à un territoire, une activité, un thème, comme le Musée urbain Tony-Garnier ou la Maison des canuts. Il associe également des sites-relais significatifs, architecturaux et monumentaux ou bien institutionnels en charge d’une partie du patrimoine : imprimerie, textile, arts décoratifs, automobile, Beaux-Arts, archéologie, ethnologie....

29Un programme d’activités hors les murs contribue également à renforcer et prolonger le rôle du musée historique qui doit inciter le public à regarder la ville différemment et à intégrer dans son quotidien une lecture nouvelle de son environnement urbain. Lieu de sociabilité, en permettant de lire la ville à des publics multiples, Lyonnais de souche, nouveaux habitants, touristes, adultes, enfants, publics empêchés. Le musée devient l’école de la citoyenneté qui favorise la maîtrise d’un environnement complexe et permet à chacun de vivre sa propre histoire au sein de l’évolution de la cité. Miroir, le musée doit également jouer son rôle de forum. La muséographie contribue non seulement à présenter l’histoire de la ville dans une reconstruction problématique du passé mais aussi offre la possibilité de croiser les regards des visiteurs. Il doit favoriser le lien entre recherche et public.

LA PRISE EN COMPTE DE L’ÉVOLUTION MUSÉOGRAPHIQUE ET MUSÉOLOGIQUE

30L’une des missions fondamentales du musée est la conservation et la transmission du patrimoine matériel et immatériel. C’est pourquoi la conservation préventive, c’est-à-dire les mesures prises pour assurer la conservation des collections, constitue l’un des domaines fondamentaux, bien que caché, de la muséologie. Un état sanitaire de la collection du Musée Gadagne a été réalisé au moment où s’effectuait l’écriture du projet scientifique et culturel. Le choix des objets à exposer s’est accompagné d’un plan de restauration pluriannuel inclus dans la convention signée entre l’État et la Ville de Lyon tandis que des recommandations précises, pour l’aménagement des réserves notamment, entraient dans le cahier des charges du concours d’architecture muséographique (fig. 9).

Fig. 9 - Les réserves du musée.

31La muséographie soutient le discours muséal mais elle contribue également à l’ouverture du musée et à son accessibilité. Qui, en dehors d’un public d’amateurs avertis, prend plaisir à parcourir un musée encombré, poussiéreux, mal éclairé, fatigant ? La rénovation du Musée Gadagne sur le plan muséographique a dû prendre en compte des impératifs techniques de sécurité tant des objets que des visiteurs, tout en concourant à la valorisation du lieu, des pièces présentées et du discours muséal, sans oublier la nécessaire convivialité. Conçue et mise en œuvre par François Pin et Catherine Bizouard, en accord avec Didier Repellin, la muséographie contribue à la compréhension de l’évolution et du fonctionnement de l’Hôtel de Gadagne, premier objet de la collection. Elle offre un parcours rationnel et judicieux, où contenant et contenu se répondent : pour monter dans les étages du 14 rue Gadagne, les visiteurs empruntent l’escalier qui fut sans doute l’escalier d’honneur, le plus large des escaliers du XVIe siècle, le seul dont le noyau soit nervuré. Tout en retrouvant le cheminement des hôtes du lieu, ils découvrent les premières représentations de Lyon, les gravures de la fin du XVe et du début du XVIe siècle dans la salle de la grande cheminée Renaissance. Les rapports entre urbanisme et patrimoine à la fin du XIXe siècle sont traités dans la salle où des choix de conservation ont dû être faits entre de rares éléments subsistant du XVIe siècle et le décor original du XVIIe siècle que l’on a choisi de privilégier. Ces choix permettront d’évoquer les débats sur le patrimoine et les options entre conservation et destruction dans les grandes périodes de transformations urbaines comme la seconde moitié du XIXe siècle.

32La muséographie est également évolutive pour intégrer et mettre à la disposition du public les nouvelles acquisitions, le mobilier issu des fouilles archéologiques et les objets correspondant aux résultats des travaux historiques les plus actuels. Cette souplesse facilite la nécessaire rotation des œuvres à découvrir mais aussi à protéger contre une exposition prolongée.

33La contextualisation est capitale dans un musée d’histoire. Pour expliquer les problématiques de l’histoire lyonnaise auxquelles se rapportent les objets présentés et soutenir l’intérêt du visiteur, sans trop d’écrits, la muséographie emploie maquettes, moyens audio, audiovisuels, multimédias, sans perdre de vue la nécessaire sociabilité et convivialité de la pratique muséale. La muséographie implique des choix : 1.500 items sont exposés selon un ordre chronologique et thématique, en fonction du projet culturel établi par la conservation et discuté avec les historiens-chercheurs. Le musée d’histoire n’est pas un étalage propre à fasciner mais doit reconstruire problématiquement le passé dans l’interdisciplinarité. Les choix muséographiques formalisent l’historiographie contemporaine, les connaissances actuelles sur la ville dans une approche plurielle. Ils interprètent ces connaissances en utilisant des modes de présentation esthétiques, variés et actuels qui les rendent sensibles aux publics contemporains. Des « ambiances » différentes et adaptées aux thèmes traités soutiennent l’intérêt du visiteur tout au long de son parcours. L’image sonore de la ville l’introduit dans le musée.

34L’utilisation abondante de l’informatique à l’accueil et dans la salle d’actualité lui permet de parcourir la ville et d’avoir des réponses aux questions qu’il peut se poser en abordant celle-ci : Combien compte-t-elle d’habitants ? D’où viennent-ils ? Que font-ils ?... Des ordinateurs disposés dans les salles lui signalent les institutions patrimoniales complémentaires du Musée Gadagne, à côté d’un objet prêté par ces institutions. Ainsi pour évoquer l’Antiquité et renvoyer sur le Musée gallo-romain, celui-ci a-t-il déposé la stèle d’un centurion de cohorte urbaine. Le visiteur dispose de pupitres tactiles dans les salles d’archéologie médiévale, tandis que les salles consacrées au XXe siècle utilisent le cinéma et que des vidéos programmées pour garder le côté événementiel du spectacle font vivre les marionnettes dans les salles qui leur sont consacrées.

35Le musée interprète l’histoire de la ville comme un acteur interprète l’identité d’un personnage. Il donne à voir et à comprendre. Il souligne les aspects considérés comme essentiels et majeurs sans oublier des faits anecdotiques, des objets curieux, chargés de souvenirs et de témoignages personnalisés, qui font appel à l’affectivité du visiteur et, par ce biais, le sensibilise au propos historique. Par exemple, Le règlement des passementiers, tissutiers et rubaniers de Lyon est personnalisé par une reliure gravée au nom de M. François Pachot, maître garde 1759.

36Miroir et forum de la ville, comment le musée d’histoire peut-il permettre aux acteurs de la cité de se donner à voir, sinon par la collecte et le débat ? La réévaluation des collections s’impose en permanence et débouche sur une politique de collecte et d’acquisition rationalisée. Associer les acteurs de la cité à l’enrichissement des collections du musée d’histoire de ville permet de créer des liens entre le musée et la ville et d’inscrire celui-ci dans le présent, évitant, par-là même, le danger du musée-mausolée tout en observant la nécessaire distance critique et scientifique. Cette collecte peut être conduite par le musée ou bien menée en partenariat avec d’autres, associations, groupes informels, autres services publics (acteurs sociaux…) qui veulent travailler sur la « mémoire » d’un territoire, d’un équipement culturel, du monde du travail, d’un métier, sur une période ou des événements marquants ; sur un personnage-clé du territoire, sur un groupe social…

37Le musée contribue à établir un état des lieux de la culture urbaine à un moment donné pour la transmettre, la transformant en héritage.

38Le musée inscrit l’identité dans des pratiques. Les sujets de débats sont nombreux. Certaines périodes comme la Révolution, des thèmes philosophiques, religieux, les partis pris architecturaux, urbanistiques, les politiques, les approches historiographiques nourrissent les controverses et la réflexion sur le futur.

39Il peut ainsi assurer son rôle de diffusion et de lieu de discussion sur les questions de société tout en s’appuyant sur l’actualité des travaux menés en sciences humaines. C’est dans ce but que « Les rencontres de Gadagne » ont été instituées. Elles permettent aux chercheurs et professionnels de confronter leurs travaux sur un thème, une période pendant une journée. À la fin de la journée, la synthèse des débats est ouverte au public et les actes sont consignés dans un Cahier des rencontres.

40Des espaces spécialement conçus pour le débat, autour des expositions temporaires et de la programmation générale, constituent un point fort de la restructuration. Ainsi, l’auditorium accueille les spectacles de marionnettes, des conférences, des journées d’étude, des débats, des petites formes de spectacles ou de concerts. La mezzanine du café et les jardins peuvent abriter des déjeuners et dîners-débats. Les jardins ont été replantés, avec l’aide du Jardin botanique, sans prétention de restitution exacte mais en tenant compte des résultats des fouilles, des données fournies par les archives et de la connaissance des jardins implantés sur les terrasses au XVIIe siècle (fig. 10).

Fig. 10 - Jardin de l’Hôtel de Gadagne.

CONCLUSION

41Chantier complexe sur le plan technique et architectural, la rénovation du Musée Gadagne a été une véritable aventure dont Denis Galliano retrace parfaitement les étapes et les synergies. Dans la période d’urbanisation galopante de la société, la rénovation du Musée Gadagne a permis de mener une réflexion approfondie sur le rôle des musées d’histoire dans la ville. Tous les éléments favorables à ce travail étaient réunis : ancienneté et richesse de l’institution, partenariats multiples tant au niveau de la recherche que sur le plan architectural et technique, inscription du musée dans le tissu associatif et institutionnel au plan local, national et international. Le travail archéologique très complet qui permet de présenter la spécificité de cette institution historique en est l’illustration. Il a été mené par le Service archéologique municipal sous le contrôle du Service régional d’archéologie (DRAC Rhône-Alpes), avec la participation des services de la Ville de Lyon et bien sûr, du Musée Gadagne. Nous espérons que cette publication permettra de renouer le fil de l’histoire urbaine inscrite dans les murs de l’Hôtel de Gadagne grâce à la vaste opération de rénovation dont il est l’objet. Mais nous espérons aussi que nos visiteurs ressentiront autant que nous, auteurs multiples de cette rénovation, l’intérêt de la démarche collective, pluridisciplinaire et passionnée.

LE PROJET ET LE PARCOURS
Le parcours du visiteur débute place du Petit-Collège par la galerie voûtée d’ogives qui lui permet d’atteindre la boutique du musée et les espaces d’accueil (niveau 1). De ce point central, le visiteur accède à toutes les activités proposées par le musée : aux expositions permanentes, à la salle d’actualité et aux salles d’expositions temporaires en sous-sol de la grande cour (niveau 0), aux ateliers pédagogiques destinés à l’accueil des scolaires ou aux autres espaces d’animation. Le parcours historique débute par la visite des collections archéologiques installées dans la salle de l’œuvre. Par un bel escalier renaissant, le visiteur remonte dans l’aile orientale où sont successivement exposées les collections de la Renaissance (niveau 1), les collections du XVII
e siècle (niveau 2) puis les collections du XVIIIe siècle (niveau 3). A ce niveau, le parcours se poursuit en direction des bâtiments ouest où le visiteur peut contempler les collections des XIXe et XXe siècles évoquant la naissance de la ville moderne. La visite se termine au niveau 2 (côté ouest) par les salles dédiées à la collection de marionnettes réparties autour de la petite cour. Cet espace, véritable musée dans le musée, peut également être visité indépendamment depuis l’accueil. Enfin, aux niveaux 4 et 5, un espace d’agrément et de restauration ouvre sur les jardins de Gadagne, îlot de calme et de verdure. Puis, on accède au centre de documentation et au petit théâtre d’une capacité de 150 places ; de là, une sortie directe sur la montée du Garillan est possible. L’administration du musée est installée au niveau 4, autour de la cour d’honneur.

En cours de chantier, la Ville a eu l’opportunité d’acquérir de nouveaux locaux au 3 montée du Change, immeuble mitoyen du 8 rue Gadagne. Cette acquisition a amélioré sensiblement l’aspect fonctionnel du musée en créant un accès pour les camions et un lieu de stockage pour les matériaux. L’aménagement du 8 rue Gadagne permet d’accueillir les locaux du personnel et l’atelier de menuiserie. Enfin, la création de nouveaux espaces a été réalisée par l’aménagement d’infrastructures effectuées dans la colline de Fourvière et sous la cour d’honneur. Toutes ces nouvelles dispositions ont considérablement contribué à augmenter la surface du musée, qui est passé de 3.500 m
2 à 6.300 m 2 .
Denis Galliano

Notes

1 M. Leroudier, Plan d’organisation pour le Musée de Gadagne, texte dactylographié, non daté, p. 6.

2 Bernard Lamizet.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Le Musée Gadagne avant restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 2 - Clés de la Ville.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 3 - Restauration de boiseries du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4 - Musée Gadagne, photo de la commission.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5 - Portrait de Laurent Mourguet du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6 - Cendrillon, théâtre de papier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 7 - Salle des marionnettes avant restauration du musée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 8 - Mule mise au jour dans la fouille du parking des terreaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9 - Les réserves du musée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 10 - Jardin de l’Hôtel de Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2610/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 439k

Auteur

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540