Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Annexe II. Église Saint-Nizier 69
Échafaudement et levage des vitraux

Texte intégral

1L’étude des élévations de l’église Saint-Nizier a permis d’observer différentes organisations de trous de boulin ainsi que des éléments métalliques scellés dans les maçonneries. L’objectif de cet exposé est de proposer ici de donner une cohérence et une fonctionnalité à des éléments qui apparaissaient, dans une première approche, extrêmement disparates.

2Deux systèmes d’échafaudement signalés par des trous de boulins spécifiques ont fait l’objet d’un développement particulier.

L’échafaudement pour la pose des remplages

3Le premier système offre des trous de boulin traversants (C, D, E) (fig. 1) dont l’examen implique que leur façonnage soit lié à celui des pierres du gros-œuvre. Un quatrième trou, masqué par une protection en zinc n’a pas été dégagé. Ces trous sont le fait des tailleurs de pierre et des maçons et correspondent à un besoin qui leur est propre. Ces trous sont circonscrits dans des zones localisées, dans le sens de la hauteur, à celle des fenêtres. Leur absence dans les parties aveugles, au-dessous de la galerie semble indiquer que l’édification des murs proprement dits n’était pas tributaire d’un échafaudage encastré mais devait se faire depuis l’arase des murs en cours de construction. La localisation de ces boulins indique donc qu’ils sont destinés spécifiquement à l’échafaudement des fenêtres. La réalisation de celles-ci nécessite plusieurs opérations qui sont dans l’ordre : la pose et le réglage des cintres, la pose des remplages qui ne peuvent être mis en place qu’après les arcs et enfin la pose des vitraux.

4Nous n’avons pas de données concernant la pose des cintres de telle sorte qu’il n’est pas possible d’esquisser leur mode de mise en œuvre. En revanche, la pose des éléments du remplage peut faire l’objet d’une approche minimale permettant d’esquisser les besoins en matière d’échafaudement. Le remplage est constitué de blocs qui devront d’abord être hissés jusqu’à leur hauteur de mise en œuvre puis déplacés horizontalement pour être enfin précisément assujettis aux blocs précédents à l’aide de coulis de chaux ou de scellements au plomb. Ces opérations supposent non seulement des platelages suffisamment résistants pour supporter le poids des pierres et des hommes nécessaires à leur manipulation mais également que ces platelages soient assez rapprochés pour que la pose et le réglage puissent intervenir de façon satisfaisante. La figure 1 propose, à partir des quatre trous de boulin traversants qui intéressent la rosace, un schéma d’échafaudage correspondant aux besoins énoncés précédemment. La proposition maîtresse de ce schéma est l’adoption d’une file de perches centrale permettant de réduire la portée des platelages à 2,50 m. La distance de 5,00 m entre deux trous horizontaux ne permet pas d’envisager un platelage d’une seule longueur surtout lorsque ce dernier est destiné au bardage de pierres.

5Nous avons vu que ce premier système d’échafaudement est lié, sinon à la pose des cintres, mais de manière plus certaine, à celle des remplages. La pose éventuelle des vitraux à partir de ce système d’échafaudement est-elle possible ? La présence de boulins traversant l’ouverture constitue-t-elle un obstacle ? Peut-on concevoir un démontage progressif des boulins qui autorise la pose des vitraux tout en maintenant la viabilité de l’échafaudage ?

6D’autre part, indépendamment du problème pratique soulevé, l’usage du même échafaudage pour ces deux tâches suppose qu’elles aient été réalisées dans un temps très proche. Si nous plaçons cette intervention dans la même phase que l’édification des murs, on aboutirait à conclure que les vitraux ont été posés au fur et mesure des différentes phases de construction de l’édifice (chevet).

7On peut également s’interroger sur la vraisemblance d’une mise à disposition d’un échafaudage, mis en place par les maçons et tailleurs de pierres, à destination d’un autre corps de métier.

Le levage des éléments de remplage

8Les déformations subies par les maçonneries en cours d’édification tendent à aplatir l’ouverture circulaire dans laquelle sera placé le remplage. Ce dernier, qui n’a pas de fonction porteuse, doit nécessairement être placé après coup, ce qui signifie que l’élévation concernée doit être terminée. Les éléments du remplage peuvent donc être hissés depuis le sommet des murs. Deux larges trous traversant l’acrotère (A et B) (fig. 1) offrent une situation particulièrement favorable pour l’installation d’un engin de levage. La position de ces trous est telle qu’ils sont très légèrement désaxés par rapport à la rosace. Ce désaxement est voulu et n’a pas d’autre objet que de s’écarter de l’obstacle formé par la gargouille placée en saillie au centre de la galerie extérieure.

1 - Église Saint-Nizier, transept nord, façade nord : étude de l’échafaudage et du levage pour la pose des remplages.

L’échafaudement pour la pose des vitraux

9Le second système d’échafaudement se distingue du précédent par l’emploi de trous de boulin borgnes courts directement taillés dans les parements (fig. 2). Ils sont situés au niveau de la balustrade de la galerie. Ces trous ont une section voisine de 0,10 m par 0,10 m et une profondeur variant pour la plupart de 3 à 5 cm. Ils ont fait l’objet d’un tracé préparatoire qui consiste en une fine gravure horizontale réalisée à la pointe sèche. Ce tracé délimite le bord supérieur du trou. Ces trous bénéficient d’une taille soignée, les quatre faces latérales sont parfaitement dressées. Certains de ces logements peuvent se présenter sous la forme d’une échancrure lorsque, pour des raisons que nous développerons, ils sont placés dans un meneau. Nous observons également qu’un nombre important de ces trous est accompagné d’un percement circulaire d’un diamètre de 22 mm et d’une profondeur voisine de 11 mm. Ce percement est situé sur l’axe vertical du trou de boulin borgne juste au-dessus de ce dernier. Son rôle fera également l’objet d’un développement particulier.

2 - Église Saint-Nizier, chevet, travée 5 ; Base de la fenêtre : trous de boulins borgnes (A), échancrures (E) et percements cylindriques (P).

10À l’extérieur de l’édifice, le tracé est situé entre 5 et 10 cm au-dessus du point supérieur de la balustrade de telle sorte que si nous envisageons la présence de boulins engagés horizontalement dans ces trous, certains devront nécessairement comporter une extrémité taillée en biais pour prendre appui sur la balustrade. Cependant, certaines des balustrades ont été refaites au XIXe siècle, les autres, au contraire, sont altérées de telle sorte qu’il existe une incertitude sur les niveaux.

11Cette taille en biais réduit notoirement la section du boulin qui, s’il était prolongé au-delà de la balustrade, perdrait une bonne part de sa résistance et par conséquent toute utilité. L’hypothèse de boulins limités à la largeur de la galerie semble la plus réaliste. Elle se trouve en fait vérifiée a contrario par les observations qui peuvent être faites cette fois-ci à l’intérieur de l’église, au niveau de la galerie du triforium. En cet endroit, il n’y a ni altération ni réfection de la balustrade. Nous y retrouvons également des trous de boulin borgnes courts de section et profondeur semblables à ceux que nous venons d’évoquer pour l’extérieur. Là encore les trous ont fait l’objet d’un tracé préparatoire, mais ce tracé est tel que le niveau inférieur de ces trous va correspondre à celui du dessus de balustrade. Rien ne s’oppose dans ce cas à ce que les boulins, placés horizontalement, puissent se prolonger au-delà de la balustrade et servir de support à une plate-forme en porte-à-faux.

12Il apparaît évident que la précision du positionnement de ces trous ne doit rien au hasard et que leur position tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’église correspond à une organisation bien spécifique de l’échafaudement lui-même au service d’une tâche très précise.

13Le positionnement de ces trous à l’horizontale apparaît tributaire de deux impératifs : le premier consiste à placer ces trous de part et d’autre des fenêtres ou dans l’emprise de la rosace pour ce cas particulier. Le second impératif est de tenter de laisser un passage minimum au niveau de l’étranglement que provoquent les contreforts. Ces deux impératifs sont parfois contradictoires et font parfois l’objet d’un compromis qui va consister à réduire l’écartement des trous qui seront, pour certains, placés dans la mouluration des piédroits (façade ouest du transept nord, fenêtre sud). Dans d’autres cas, travée 7 du chevet (fig. 3), il existe deux trous aménagés dans les meneaux et un trou de type standard qui permettent de fragmenter le platelage et par là-même réduire la durée de l’obstruction du passage au droit du contrefort d’angle n ° 8. Dans la travée 5, les deux meneaux sont échancrés de telle sorte que l’on peut concevoir qu’il y ait eu la possibilité d’établir trois platelages séparés.

3 - Église Saint-Nizier, plan du chevet au niveau de la galerie. Étude des platelages.

14La pose de vitraux est une opération qui ne paraît pas avoir beaucoup évolué depuis le Moyen Âge si ce n’est dans l’usage très limité d’outillage mécanique pour le percement des trous nécessaires à la pose des barlotières. Si la législation du travail prescrit aujourd’hui l’usage d’échafaudages, il n’est pas rare de voir encore des poses réalisées spontanément à partir d’échelles. La pose à l’échelle était encore en 1994 un obstacle majeur au recrutement de personnel (témoignage de Joël Mone : Atelier du vitrail Saint-Georges).

15Les échelles offrent l’avantage de pouvoir s’adapter plus facilement au terrain et une mobilité bien supérieure à celle de l’échafaudage. Elles permettent également une circulation verticale plus rapide et sans les ruptures qu’imposent les plans successifs.

16Il paraît également utile de préciser que la pose d’un vitrail nécessite que chacune de ses faces puisse être atteinte pour la réalisation des solins maçonnés qui sont en fait des joints de mortier de chaux qui permettent d’étancher entre pierre et vitrail.

17L’ensemble des trous de boulin situés au niveau de la donc dans un schéma de pose de vitraux à partir d’échelles sans préjuger que ce schéma puisse être celui de la pose initiale.

18Si la nécessité d’établir un platelage en porte-à-faux pour y appuyer l’échelle s’impose à l’intérieur de l’église, à l’extérieur, l’usage d’un platelage n’apparaît pas a priori indispensable dans la mesure où il est possible de prendre appui sur le sol de la galerie (fig. 4). Bien que cette dernière soit étroite (de l’ordre de 0,60 m) elle permet cependant de donner à l’échelle un pied suffisant pour assurer sa stabilité. En réalité, le problème de la stabilité ne se pose pas pour l’échelle elle-même mais pour son utilisateur qui, si l’on songe à la pose de vitraux, devra impérativement se libérer les mains tout en gardant un minimum de réserve d’équilibre.

4 - Église Saint-Nizier, coupe sur le chevet, travée 2 ; Étude de l’échafaudement des vitraux. Restitution de la mise en place des échelles.

19L’expérience a été réalisée par deux fois. La première a été effectuée avec une échelle en aluminium. On constate alors que, pour toute situation de déséquilibre, l’utilisateur va se raccrocher à l’échelle qui vu son faible poids risque à tout moment de se renverser. La seconde expérience a été menée à partir d’une échelle en bois d’une facture ancienne (dépôt d’un maçon à Marcy l’Étoile) d’une longueur de 8 m et d’un poids d’environ 50 kg. L’échelle a été posée le long d’un mur avec un pied d’environ 0,80 m. On constate dans ce cas que l’équilibre de l’utilisateur est atteint sans qu’il ait besoin de tenir les barreaux et que les risques de basculement sont très sensiblement diminués par l’inertie de l’échelle. Cet équilibre reste néanmoins précaire et réclame une vigilance de chaque instant…

20L’augmentation du pied de l’échelle permettrait de sécuriser davantage encore le travail mais ferait surgir une autre difficulté en éloignant l’utilisateur du remplage sur la plus grande longueur de l’échelle de telle sorte qu’il faudrait multiplier le nombre des échelles et varier leur longueur pour couvrir la surface d’une fenêtre.

21L’usage d’un platelage externe semble donc dans un premier temps lié à un problème d’équilibre de l’opérateur. Il est notable également que l’abord de l’échelle depuis une plate-forme est beaucoup plus aisé que depuis le sol de la galerie où l’espace entre échelle et balustrade serait extrêmement réduit et ne permettrait certainement pas d’acheminer les panneaux de vitrail dans les meilleures conditions.

22On observera, peut-être accessoirement, que leur présence réduit la longueur des échelles nécessaires. Une hauteur d’échelle d’environ 6 m à 6,50 m est en mesure de permettre la pose de tous les vitraux situés au-dessus de la galerie externe. À l’intérieur de l’église, les échelles devront être plus longues, avec des longueurs de 9 à 10 m pour atteindre les parties les plus hautes (fig. 3).

23Les temps de pose du vitrail : sur l’église de Montverdun, la pose du vitrail du transept sud (dimensions 5,00 m par 2,50 m, soit 12,5 m2) a été réalisée en deux journées par deux personnes (Les barlotières étaient déjà en place, mais il a fallu démonter les anciens vitraux).

24À Saint-Nizier, le vitrail du transept nord (face ouest) mesure 2,30 m par 6,00 m, soit 13,8 m2. La pose d’un vitrail courant pourra approximativement être faite en trois ou quatre jours par deux personnes. Cette estimation tout aussi grossière soit-elle permet de penser que l’avance de la pose est relativement rapide. L’utilité d’un platelage étant donc très limitée dans le temps, on peut envisager que leur nombre en soit très réduit et qu’il fasse l’objet de montages et démontages fréquents. La gêne causée pour la circulation dans la galerie, indispensable à l’approvisionnement, en sera diminuée.

25Le découpage des vitraux en panneaux se fait au niveau des barlotières. Ce découpage permet d’obtenir des panneaux de dimensions telles que leur manutention et leur pose en soit aisée. Les dimensions courantes sont de l’ordre de 0,50 m par 0,60 m. Quelques panneaux peuvent atteindre exceptionnellement des dimensions de l’ordre de 0,50 m par 0,70 m. Tous ces panneaux ont donc des dimensions qui permettent leur manutention et leur transport sur les galeries extérieures et intérieures en position verticale. Le passage des contreforts ne présente pas de difficulté particulière. Seuls les platelages, sans être un total obstacle, représentent une gêne dans l’acheminement qui trouve sa résolution dans l’organisation du chantier.

Le levage

26Il reste maintenant à examiner la question du levage des vitraux depuis le sol ainsi que celle de l’ensemble du matériel nécessaire à leur mise en place : boulins, platelages, échelles...

27Il est envisageable qu’une partie de ces éléments, de faibles dimensions ai pu être acheminée par les escaliers à vis. Cependant, il est à redouter que leur pratique, qui devra être très répétitive, ne fasse peser des risques inutiles sur les vitraux. Par ailleurs on exclura le transport par cette voie de pièces longues (échelles, poutres).

28Seules les faces nord et sud du transept offrent, en l’état actuel, la possibilité d’un levage direct depuis le sol. Aucune disposition particulière, autre que les trous de boulins borgnes, n’a été observée sur la façade sud du transept.

29La face nord du transept nord (fig. 5), concentre, au niveau de la galerie, divers dispositifs : étriers, organeaux, trous de boulins borgnes dont la cohésion éventuelle n’apparaît pas clairement à première vue.

5 - Église Saint-Nizier, transept nord, façade nord : étude des mats de levage.

30Les trous de boulin borgnes sont situés au même niveau que ceux qui viennent d’être évoqués précédemment pour les parties courantes. Leur section (10 cm par 10 cm) et leur facture en sont également identiques. La profondeur de ces trous est plus importante et s’établit à 0,14 et 0,15 m pour cinq d’entre eux (T2, T3, T4, T5). Le sixième (T6) atteint une profondeur de 0,20 m. On peut sans doute en déduire que les boulins et par conséquent le ou les platelages situés sur cette face réclament davantage de sûreté, soit du fait d’une durée d’utilisation plus longue, soit par le fait de sollicitations plus importantes ou les deux à la fois. La distance entre deux trous consécutifs varie de 1,16 m à 1,40 m ce qui peut être interprété également comme une mesure de renforcement mais aussi comme une possibilité de fractionnement du platelage. Les trous étant en nombre pair, il existe diverses solutions possibles : un platelage unique de grande longueur utilisant l’ensemble des trous, deux platelages établis sur trois boulins (T1, T2, T3 et T4, T5, T6) séparés par un vide ou encore trois platelages (P1, P2, P3) utilisant les trous par paires (T1, T2 - T3, T4 - T5, T6) séparés par deux vides.

31Les étriers (E1 et E2) sont constitués par des fers plats d’une épaisseur de 1 cm formés en U et solidement scellés au plomb dans les faces ouest et est des contreforts bornant cette façade. Ils sont situés en vis-à-vis au même niveau de telle sorte que l’on puisse aisément concevoir qu’ils aient été destinés à recevoir une poutre d’une longueur de 9,40 m et d’une section voisine de 0,25 m par 0,25 m. Soit environ 350 kg (masse volumique 0,6). Il est évident que la mise en place d’une telle poutre ne peut être envisagée sans avoir recours à un moyen de levage.

32Les organeaux (O1, O2, O3, O4, O5) sont des anneaux de fers scellés au plomb dans la façade nord. Leur implantation apparaît beaucoup moins rigoureuse que celle des trous de boulin. Quatre d’entre eux sont situés approximativement au niveau des trous de boulin tandis que le cinquième (O1) est placé à 0,30 m au-dessus. Leur répartition horizontale est variable et s’établit d’est en ouest à 1,40 m, 0,90 m, 1,90 m et 2,20 m.

33Nous avons vu que la manutention et la mise en place de la poutre nécessitent un engin de levage. Il est bien évident que, dès l’instant où nous considérons sa présence comme indispensable, cet engin doit sans doute s’imposer comme le moyen de levage de toutes les charges nécessaires à la pose des vitraux y compris ces derniers.

34Les seuls éléments capables d’entrer dans un schéma de levage sont constitués par les organeaux. Ceux-ci permettent d’envisager le haubanage d’un mat de levage dont l’usage est connu dès l’Antiquité par l’iconographie mais également en charpente y compris pour la période moderne. Le principe de ces mats est simple. Il consiste en une perche unique (ou des perches réunies en faisceau pour des levages importants) dont la base est fixée dans une crapaudine (fig. 6). Le mat est maintenu par un ensemble de haubans qui pourront servir à son orientation et amener la charge, suspendue par l’intermédiaire d’un moufle ou d’une poulie, au point souhaité.

6 - Église Saint-Nizier, étude des mats pour le levage des vitraux.

35Si nous transposons ce principe dans le cas étudié, il est aisé de concevoir la présence d’un mat dont le pied, renforcé d’un pivot métallique, serait engagé dans un orifice aménagé dans le sol de la galerie 1 (crapaudine) et incliné au-dessus du vide. Dans ce cas, la présence des organeaux est indispensable à la fixation des cordages nécessaires au maintien de ce mat. Deux anneaux suffisent à maintenir le mat en position fixe. Les trois autres apparaissent donc en surnombre. On peut envisager un déplacement du mat qui ferait utiliser les anneaux par couple, mais rien ne permet de justifier que l’on ait besoin de déplacer le mat à trois ou quatre emplacements différents. D’autre part, la fixité du mat induite par un haubanage sur deux anneaux introduit une gêne et un risque de casse dans la manipulation des charges (vitraux) lors de leur réception au niveau de la galerie. Afin de contourner cette dernière difficulté, on peut envisager non plus un mat fixe mais pivotant. Sa réalisation en sera extrêmement simple puisqu’il suffit dans ce cas d’utiliser un seul anneau et de le placer selon la même verticale que le trou de rotation du pied de mat. Cette possibilité de pivotement satisfait à deux impératifs que sont d’une part la possibilité d’obtenir un levage à distance respectable de la façade afin d’éviter tout contact avec cette dernière et d’autre part de ramener la charge au droit de la galerie dans les meilleures conditions possibles. Une autre condition nécessaire à cette sécurité de manutention est l’existence de butées qui puissent bloquer la rotation du mat dans un secteur déterminé. C’est ici que les organeaux, que l’on a considérés en surnombre dans l’hypothèse précédente, ont leur raison d’être. En effet, on peut facilement concevoir que, de part et d’autre de l’axe vertical de rotation, il y ait un anneau qui puisse servir d’ancrage à un cordage relié au mat qui, selon la position de ce dernier, sera tendu ou non et fera office de butée. La butée prioritaire est celle qui empêchera la charge d’entrer en contact avec la façade contenant la rosace. La seconde devrait en toute logique bloquer la rotation du mat lorsqu’il est en position perpendiculaire à la balustrade. Il n’apparaît pas utile que les secteurs couverts par les mats puissent se superposer. Outre un usage de butée, ces cordes peuvent aussi servir pour le rappel du mat. On peut également les utiliser pour immobiliser momentanément le mat dans une position souhaitée et notamment pendant le levage pour s’opposer à l’inévitable rotation que provoquerait la traction du levage.

36Dans cette hypothèse, un mat nécessite trois anneaux or il existe cinq anneaux c’est-à-dire la possibilité d’installer deux mats simultanément ayant un anneau commun (O3) ou un seul mat qui pourra être déplacé lors de la pose de la rosace nord.

37L’existence possible de deux mats (M1 et M2) offre l’avantage de faciliter la mise en place de la grande poutre (fig. 5). Outre le fait de diviser la charge à lever pour chaque engin, la poutre se trouve parfaitement maîtrisée pendant son levage et au moment de la dépose dans les étriers.

38D’un autre point de vue, le lieu du levage permet d’envisager que le chantier se soit déroulé sur deux « fronts » : l’un pour le chevet, le transept sud et le mur sud de la nef et l’autre pour le transept nord et le mur nord de la nef. Dans cette optique, l’existence de deux mats de levage offre une garantie d’indépendance pour ces deux fronts.

La grosse poutre

39Il semble important à ce stade de confronter l’hypothèse mettant en scène deux mats de levage pivotants aux éléments non encore examinés. Si nous admettons que le levage des vitraux est effectué au moyen du « ou des » mats, il semble indispensable qu’un contrôle de la levée des charges puisse s’effectuer au niveau de la galerie (fig. 6). D’autre part, au moment de la réception de la charge, la traction exercée sur la corde de levage empêche la libre rotation du mat. Une présence humaine est donc nécessaire non seulement pour assurer le contrôle du levage, mais aussi pour fournir l’effort qui va permettre au mat et à sa charge de pivoter. Seule la poutre est en mesure de fournir un point d’appui pour cet effort. La position de cette poutre dont la face supérieure est située à 0,30 m au-dessus du platelage semble parfaitement répondre à une telle exigence même si nous admettons volontiers qu’une telle disposition est très éloignée des consignes de sécurité actuelles.

40Nous observons que la présence de cette poutre comme point d’appui n’a de raison d’être que conjointement à l’existence du platelage. D’autre part, la poutre fixe l’extension maximale en largeur du platelage. Celui-ci perdrait en effet toute utilité s’il devait s’étendre au-delà de la poutre car il deviendrait un obstacle au passage des charges.

41L’existence possible de deux mats libres (au moins partiellement) en rotation suppose que cette liberté soit compatible avec le platelage puisque nous avons vu que ce dernier est lié au levage. En considérant les endroits pressentis pour les mats, c’est-à-dire les deuxième et quatrième anneaux (O2 et O4), nous constatons qu’il reste la possibilité d’établir trois platelages entre lesquels viennent s’insérer les mats (fig. 5). Il y a donc, de ce point de vue, une étroite cohérence entre l’hypothèse générale et les traces matérielles dont nous disposons.

Inclinaison des mats

42Nous avons vu que la rotation des mats est nécessairement limitée par divers obstacles. De la même manière leur inclinaison est limitée vers le nord, c’est-à-dire en position de levage, par la présence de la balustrade. En position de repli vers la façade, les platelages imposent également des limites à leur inclinaison. Nous avons là des contraintes de base qui ne sont pas suffisantes pour préciser la position des mats. Un autre obstacle pourrait venir de la présence même des platelages. Ces derniers sont liés, comme les platelages des autres façades, à la mise en place des vitraux mais ils offrent également la particularité de s’intégrer à l’installation propre au levage. Outre la possibilité d’obtenir une meilleure maîtrise du levage, ces platelages offrent également des plans pour la réception des charges et principalement des vitraux en limitant la hauteur de dépose derrière la balustrade. De ce fait, on peut concevoir que la dépose se fasse sensiblement au centre des platelages. En partant de cette hypothèse nous observons que la verticale du levage se situerait à environ 0,20 m de la poutre horizontale d’appui. La distance du centre de la charge à la balustrade serait de 0,60 m. Cette faible distance offre la possibilité à un homme placé sur le platelage de pouvoir aisément se saisir de la corde soutenant la charge et pouvoir ainsi contrôler la montée, limiter les balancements intempestifs et aider au franchissement final.

43Il est bien évident que ces dernières réflexions ne prétendent nullement restituer l’exactitude du système de levage. Elles tentent simplement de cerner les diverses contraintes en présence et de proposer une solution satisfaisante. La simplicité des organes utilisés (mats, platelages), leur mise en place, démontage ou escamotage rapides autorisent en effet les combinaisons les plus diverses et les plus fugitives.

Datation

44En l’état actuel, nous disposons de deux indices. Le premier repose sur le fait que l’on ne trouve pas systématiquement sur l’édifice les trous de boulin que nous avons associés à la pose du vitrail. On peut donc penser que nous ne sommes là que dans une campagne d’intervention, certes très importante, mais cependant partielle, sur les vitraux. Le second indice est le millésime de 1740 gravé sur un contrefort de la face ouest.

45On ne saurait cependant en conclure qu’il s’agit des dispositions propres à une campagne de restauration des vitraux. Il serait pour le moins curieux que seules quelques travées aient été épargnées sur la totalité de l’église.

46La datation de ces dispositions mériterait sans doute un complément de recherches et d’analyses : recherches en archives, d’une part, et analyse comparative des plombs utilisés dans le scellement des pierres et ceux des étriers et organeaux d’autre part.

47La vision globale de la disposition d’échafaudement sur la totalité de l’édifice reste sommaire et pourrait utilement être complétée lors de la tranche de travaux à venir.

48Enfin, il serait important de pouvoir croiser ces différentes données avec des dispositions semblables rencontrées sur d’autres édifices (cathédrale Saint-Jean).

Percement associé aux trous de boulin borgnes courts

49Un grand nombre des trous de boulin borgnes sont accompagnés d’un percement cylindrique d’un diamètre de 22 mm. Ce percement est situé sur l’axe vertical du trou et tangente son bord supérieur. Il est précédé d’un faible creusement rectangulaire qui fait office de centrage pour le trépan. L’utilité de ce percement apparaît nettement lorsqu’il accompagne les échancrures des meneaux notées E (fig. 2). Dans ce cas, la cavité ne permet pas l’immobilisation latérale d’un boulin et il est parfaitement envisageable que ce résultat soit obtenu au moyen d’un élément métallique assujetti au boulin.

50On peut également concevoir, dans le cas des trous de boulin standards, que leur faible pénétration dans la pierre ait pu faire l’objet d’une mesure complémentaire de sécurité. On observera cependant que cette mesure n’est pas générale et que, par conséquent, elle ne relève pas d’un impératif. Enfin, la travée 5 (fig. 2) offre la particularité de présenter plusieurs de ces percements dissociés des trous de boulin de telle sorte que nous restons démunis pour en expliquer la présence.

Conclusion

51Il serait sans doute très imprudent de considérer que cette étude soit le reflet précis des dispositions de levage et d’échafaudement employés pour la mise en place des vitraux de Saint-Nizier. Son intérêt réside avant tout dans une tentative de mise en scène de traces jugées a priori disparates. Il est évident que cette recherche n’aura de véritable sens que par ses prolongements sur l’édifice lui-même mais également sur des cas similaires.

Table des illustrations

Légende 1 - Église Saint-Nizier, transept nord, façade nord : étude de l’échafaudage et du levage pour la pose des remplages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 2 - Église Saint-Nizier, chevet, travée 5 ; Base de la fenêtre : trous de boulins borgnes (A), échancrures (E) et percements cylindriques (P).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 3 - Église Saint-Nizier, plan du chevet au niveau de la galerie. Étude des platelages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 4 - Église Saint-Nizier, coupe sur le chevet, travée 2 ; Étude de l’échafaudement des vitraux. Restitution de la mise en place des échelles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 5 - Église Saint-Nizier, transept nord, façade nord : étude des mats de levage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 6 - Église Saint-Nizier, étude des mats pour le levage des vitraux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540