Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Chapitre troisième. Saint-Nizier, fragments d’une archéologie

Texte intégral

Histoire monumentale de la collégiale

77 - Saint-Nizier, plan au sol, d’après D. Repellin, Architecte en chef des monuments historiques.

1Les campagnes d’archéologie du bâti ont porté sur le chevet, le transept et la façade (fig. 77, 78 et 80). Les résultats sont d’une extraordinaire diversité, puisqu’ils ont porté sur la construction des parties orientales, le portail Renaissance, des bâtiments canoniaux élevés dans le prolongement du transept et des problématiques plus techniques, comme le rôle du fer dans l’architecture, l’emploi de dés carrés ou de clavettes internes, la circulation dans l’édifice et la gestion des eaux de pluie. Chaque lieu a donné une orientation propre à la pratique archéologique. L’ensemble oriental a fourni l’essentiel des vestigia du chantier et, comme à la cathédrale, le transept s’est révélé un nœud chronologique hautement signifiant. L’étude des bâtiments et installations contre le mur sud du transept relève de l’archéologie du disparu. L’analyse du portail Renaissance s’est orientée résolument vers une archéologie plus architecturale. Quant à l’évacuation des eaux pluviales, elle a fait l’objet d’une approche connexe des modes de construction, des flux liquides et de l’organisation de l’espace au pied du chevet.

78 - Saint-Nizier, vue du chevet.

Le chantier en quelques dates

2La fondation faite en 1306, et renouvelée en 1308, d’un collège de seize chanoines par l’archevêque Louis de Villard ouvre l’histoire de l’église actuelle. Nous ne savons pratiquement rien sur l’édifice qui l’a précédée, ni son implantation exacte, ni son plan, ni même l’étendue des dégâts de l’incendie allumé au XIIIe siècle par les Vaudois, mouvement lyonnais condamné comme hérétique en 1184. Les premières dates concernant sa reconstruction tôt dans le XIVe siècle ne sont pas fiables et nous ignorons quelles étaient les possibilités financières du tout jeune chapitre. Mais l’ancienneté de l’institution (une collégiale dirigée par un abbé, comme Saint-Paul, transformée en paroissiale au XIIIe siècle), sa prétention d’abriter le plus ancien culte de la Vierge transmis par saint Pothin, revendication confirmée par Innocent IV en 1251, la possession de corps de saints évêques lyonnais du VIe siècle, parmi lesquels Saint-Nizier, la dispute avec les moniales de Saint-Pierre sur la possession du corps de saint Ennemond au XIVe siècle sont autant de signes d’une puissance bien installée au moment d’entreprendre les travaux. Le chantier gothique de l’actuelle église est très mal documenté. On date traditionnellement le début des travaux de la fin du XIVe siècle, mais les dates les plus anciennes sont mal assurées ou les espaces mal localisés, comme la chapelle de la Madeleine, documentée en 1408 (Martin, 1908-1909).

3Les dates tardives sont plus sûres. En 1452, le chapitre de la cathédrale autorise les chanoines de Saint-Nizier à extraire des choins du site de Collia (Fourvière) pour les fondations de la tour nord de la façade (Guigue, 1880, p. 5). La construction de la tour a été une longue entreprise. En 1458, le consulat octroie à la Fabrique deux cents livres pour poursuivre l’ouvrage et le vieux clocher, un clocher-porche que François-Régis Cottin localise sur l’actuelle deuxième travée, n’est démoli qu’en 1481 (Cottin, 1993). Le décor des archivoltes du portail, peuplées d’animaux composant des scénettes se répondant d’un dais à l’autre, appartient à la dernière phase de l’art gothique. Commencé tard suivant un dessin flamboyant systématiquement respecté de l’abside jusqu’à la façade (liernes, tiercerons, soufflets et mouchettes), le voûtement de l’édifice s’est étendu tout au long du XVIe siècle. En 1502, le sanctuaire est couvert d’une voûte. En 1536, Olivier Roland, le futur beau-frère de Philibert de l’Orme, reçoit du chapitre mandat de « parachever la voulte de la chière », désigné comme la quatrième après la croisée du transept. Le « Portail de l’Église Collégiale de S. Nizier du Dessin de Philibert Delorme, Natif de Lyon, Sur-Intendant des Bâtiments et l’Architecte du Roy François Premier », pour reprendre le titre d’une gravure du XVIIIe siècle inspirée du plan de Lyon par Séraucourt (1735), est une œuvre majeure de la Renaissance. Les travaux se sont étalés au cours du XVIe siècle. La confrérie de la Trinité, qui avait fondé sa chapelle dans le bas-côté nord en 1486, offre les vantaux en chêne (Valous, 1880).

Plan et élévation

4Le plan de l’église reprend, simplifié, celui de la cathédrale : un chevet échelonné, un transept saillant, une nef en trois vaisseaux, trois portails (fig. 77). Sous la croisée du transept et une partie de la nef s’étend une crypte aménagée par l’architecte Gaspard Poncet en 1883-1884 (Mathian, 1995). Elle a pris la place d’une structure hypogée du haut Moyen Âge dont le plan à quatre absides est aussi celui de mausolées tardo-antiques (Reynaud, 1997) (fig. 104). Les élévations suivent une organisation classiquement tripartite : grandes arcades, triforium en fausses loges, clair-étage doté d’un passage intérieur et desservi par une galerie extérieure. Comme à la cathédrale, quatre escaliers donnent accès aux parties hautes, deux en façade, deux au revers du transept. Avant l’ajout de sacristies, qui ouvrent dans l’abside et dans le bras nord du transept, l’édifice possédait peu de dégagements sur l’extérieur, caractère spatial qu’elle partage avec Saint-Jean-Baptiste et Saint-Paul. Le côté nord, limitrophe de la rue, était sans doute totalement fermé. Les circulations se font essentiellement vers le sud, en direction du cloître (fig. 79). Il n’en subsiste qu’un passage ouvrant dans la travée orientale du bas-côté sud (fig. 106, 107). Ce passage donne accès à l’espace du cloître aujourd’hui disparu (fig. 102, 103, 107) et conduit, par un escalier latéral, à la crypte du XIXe siècle. Il est très long : logé entre le bras méridional du transept et la première chapelle du bas-côté sud, il s’étend sur la profondeur d’une chapelle. Sa façade sur cloître a été réaménagée dans la seconde moitié du XVIe siècle ou au début du siècle suivant. En effet, il s’ouvre à l’extérieur par une large porte dotée d’un arc surbaissé dont la clef est ornée d’un cartouche occupé par un texte à signification funéraire :

PIETAS
FELICIS ANIMI STATUS
FONS ET SEDES
CUM HUC PERVENERIS
FINIS EST

5Il est aussi surmonté d’une salle construite sur la voûte du passage et desservie par l’escalier du transept. La façade de cette salle est occupée par une serlienne.

Saint-Nizier dans l’histoire lyonnaise, par Hervé Chopin
Située sur la presqu’île, entre la Saône et le Rhône, Saint-Nizier est une des plus anciennes églises de Lyon, puisque, suivant Grégoire de Tours (Vitae Patrum) et la vita anonyme de saint Nizier, elle existait déjà avant la mort de l’évêque de cette ville dont elle tient le vocable. D’après la liste des évêques de Lyon du XIIIe siècle, la basilique aurait été construite par saint Eucher au Ve siècle (Condamin, Vanel, 1902). Aucune source ne précise le vocable de l’église avant qu’elle ne prenne celui de Saint-Nizier, avant le IXe siècle (sur l’épineuse question de l’identification de l’église haut-médiévale des Saints-Apôtres et de la basilique des Martyrs avec Saint-Nizier, voir Reynaud 1997 et 1998, p. 195-197). Au VIe siècle, la basilique est une nécropole épiscopale : le procès-verbal dressé en 1308 à la suite d’un procès entre les moniales de Saint-Pierre de Lyon et les chanoines de Saint-Nizier au sujet de la sépulture de saint Ennemond signale les tombes de sept évêques des VIe-VIIe siècles (Guigue, 1880). À l’époque carolingienne, l’édifice est restauré par l’archevêque Leidrade (Coville 1928, p. 283-287).
En 1350, l’archevêque Henri de Villars accepte de donner l’argent destiné aux pauvres à hauteur de 1000 florins pour réparer le chœur (Archives départementales (désormais AD) du Rhône, 15G140 ; Powell, 1997, p. 16). Peu avant 1394, le chevet s’effondre et le pape Clément VII distribue des indulgences pour aider à sa reconstruction. Dans les années 1433-1435, le clocher qui tombait en ruine est reconstruit aux frais de la commune (Archives municipales de Lyon, (désormais AML), BB 3, f ° 35). Dans les années 1466-1469, le chantre Jacques de Varey qui est aussi en 1469 le procureur de l’œuvre et de la fabrique ne cesse de multiplier les dons en faveur de son église comme des ornements en velours rouge pour les autels, 10 livres tournois pour une fondation de l’eau bénite. En juillet 1468, il donne un marc d’argent ou la valeur équivalente à l’œuvre pour l’achat de pierres destinées à la construction du clocher et à la réparation des verrières. La même année encore, il offre deux draps de toile noire marqués de deux croix en toile blanche avec ses armes pour les pauvres. En 1469, il paie deux missels neufs, un grand pour l’autel majeur et l’autre pour l’autel de la Sainte-Vierge situé derrière l’autel majeur ainsi que deux chapes pour l’eau bénite et une chasuble à ses armes pour l’autel de la Sainte-Vierge (AD Rhône, 15G12, 99r ; 108v ; 110v ; 114r ; 126v ; 132r ; 136v). Tous ces dons et a fortiori la somme versée pour le clocher nous poussent à penser que les travaux de l’édifice sont bien avancés. Après la visite pastorale effectuée en 1469, on signale que tout est correct : omnia bene stant, comme c’est le cas dans d’autres églises de Lyon comme Saint-Paul (BnF, ms lat. 5529, f° 5 ; Lorcin 1979, p. 21-44). En 1486, Etienne Chappon, charpentier de Lyon, est chargé de démolir le vieux clocher (AD Rhône, 15G13, 109v : et ipsum Chappon inde facta de demoliendo pinaculum vetus dicte ecclesie Sancti Nicecii).
Le chantier de l’église est de plus en plus inextricable. Ainsi, en 1544, injonction est faite par les consuls aux revendeurs de s’éloigner de la place de Saint-Nizier « qui était tellement encombrée qu’on n’y pouvait passer en charrette, à cheval, ni même à pied » à cause de la construction du portail (AML, BB 60). L’autorité municipale, dont le lieu de réunion est tout proche, fait parfois entreposer l’artillerie près des murs de Saint-Nizier (AML, BB 31) et dans les années 1520, des dégâts sont causés aux verrières de la chapelle de la Trinité par un tir du canon parqué près de l’hôtel de ville (AML, BB 40). Avec l’arrivée des huguenots, la collégiale est pillée comme la plupart des églises de Lyon, il faut donc réparer au lendemain de cette occupation. Le mur de clôture du cimetière ruiné est réparé en 1566, la « cave » de Saint-Ennemond est nettoyée (AD Rhône, 15G82, p. 409 prix-fait de reconstruction du mur). Maître Jean Vallet, architecte du roi, conduit l’œuvre dès 1578. Il gère la construction du portail. Un atelier fermé est prévu pour les tailleurs de pierre et les maçons devant Saint-Jacquême (AML, BB102 ; AD Rhône, 15G140). Le 28 mars 1580 est posé le grand linteau de la porte (AD Rhône, 15G82, p. 75). Par la suite, le chapitre donne encore 1000 livres pour le parachèvement du chœur.
Les archives nous donnent les noms de nombreuses chapelles, notamment lorsqu’il faut nommer le chapelain qui doit y officier. Il n’est pas toujours facile de les localiser. La chapelle fondée par le collecteur pontifical Jean Joly est encore mentionnée en 1451 (AD Rhône, 15G11, 21v : capelle domini collectori). D’autres noms reviennent comme la chapelle de Saint-Nicolas fondée par Jean de Farges, celles de Sainte-Marguerite, du Saint-Esprit, de Sainte-Barbe, de Saint-Sicaire, de Sainte-Marie et Sainte-Marie Madeleine, de Saint-Sébastien ou celle de Jean de Villars en 1466 fondée de novo in dicta ecclesie, juxta et subtus campanile (AD Rhône, 15G12, 66v-67r). En 1485, Jacques Buerier, tuteur de l’héritier du défunt Barthélemy Buerier, veut édifier une chapelle (AD Rhône, 15G13, 16v-17r : cappellam (sic) edifficari voluit et edifficavit in dicta ecclesie Sancti Nicecii post cappellam ibidem Barthelemus construri ordinavit). Les confréries jouent aussi un rôle important. Elles sont nombreuses et aiment avoir une chapelle comme celle fondée par la confrérie du Corps du Christ en août 1451 (AD Rhône, 15G11, 22r) ou celle de la confrérie des tanneurs et escoffiers Saint-Crespin et Saint-Crespinien. En 1486, la confrérie de la Trinité souhaite édifier une chapelle avec un caveau (cum cripta sive cava) pour inhumer les membres qui auront élu sépulture à Saint-Nizier. Deux ans plus tard, la confrérie Sainte-Marie des merciers de Lyon érige une chapelle sise près de celle des cordonniers (AD Rhône, 15G13, 225r). Ces confréries peuvent aussi fonder des autels, comme celui des parcheminiers et des chapeliers en 1489.
La disposition des lieux nous est mal connue. Le procès-verbal de 1308 décrit le lieu où se trouvent les corps saints : invenimus retro altare majus dicte ecclesie quedam parva altaria juxta que erant in lapidibus marmoreis supra terram apparentibus quedam littere seu sripture antique. Au sud se trouve tout d’abord l’autel dédié à saint Nizier, suivent les autels et les tombes des saints Sacerdos, Aurélien (évêque d’Arles), Rusticus, Nizier, Viventiole, Priscus, Genis (sans inscription). Puis les enquêteurs se rendent dans la capella que vocatur capella sancti Cicarii ; elle comprend un autel et la tombe de ce saint, ornée d’une représentation mitrée (peinte ou sculptée ?) de ce dernier. Enfin, ils vont sur le lieu présumé de la tombe de saint Ennemond. Afin de s’en assurer, ils font ouvrir la tombe dans laquelle se trouve un corps revêtu des attributs épiscopaux. Il nous est difficile de situer ces sépultures de manière précise : se trouvent-elles dans une crypte accessible par un escalier situé derrière l’autel majeur ou dans l’abside ? Les documents qui nous sont parvenus sont trop peu clairs.
Dans le chœur se trouve une représentation ancienne de la Vierge, peinte derrière l’autel majeur (AD Rhône, 27H36, 101v : erat una de antiquioribus ymaginibus beate Marie que fuisset primo reperta ultra montes). Plusieurs reliques sont disposées autour de l’autel principal (AD 27H36, 172r : quorum ossa et reliquie dictorum martirum existant in cassis seu archiis nemoreis existentibus circumcirca maius altare ejusdem ecclesie). De simples autels sont fondés dans l’église. En 1486, François de Riveyria, apothicaire, citoyen de Lyon, veut construire et édifier un autel contre un des piliers de l’église. Jean Benoît, alias de Bourg, mercier de Lyon, veut faire un autel contre le pilier du prêcheur, où se trouvait la chaire en 1488. L’année suivante, un habitant de la ville élit sa sépulture dans une chapelle neuve, devant la porte du chapitre. Les élections de sépulture à l’intérieur de l’église sont nombreuses, en particulier à la fin du XVe siècle une élection de tombe est faite près du pilare a vente, in cadro altaris ejusdem pilaris a parte magne nave, d’autres se font, comme celle d’Antoine Bailli, ancien secrétaire du chapitre, ante portam introitus capituli hujus ecclesie le 15 juillet 1486 (AD Rhône, 15G13, 73v ; 82r). D’autres ont lieu dans le cloître (AD Rhône, 15G13, 172v).
Le quartier canonial n’est pas ceint d’un enclos. Le chapitre acquiert à partir de 1321 des maisons dans les rues adjacentes. Les abords de la collégiale sont un alignement de boutiques louées par le chapitre et sans cesse reconstruites ou réparées. Un petit cloître qui portera le nom de petit cimetière se trouve au sud de l’église. La salle capitulaire est mentionnée dès 1450 : les réunions du chapitre se tiennent in capitulo. Mais dans les années 1485-1486, les chanoines se réunissent souvent dans la maison du sacriste (in domo sacristie), parfois dans la nef de l’église, voire dans le cloître (in claustro ante domum sacristie). Jean Albi, ancien archidiacre de Mâcon et chanoine de Saint-Nizier, avait fondé une chapelle dont les biens et revenus sont unis et annexés à la collégiale en 1349, et qui devient la chapelle canoniale.

79 - Saint-Nizier, le site à la fin du XVIIIe siècle, d’après un plan ancien.

6À l’ouest de l’ancienne collégiale, le bloc de la façade se compose de trois parties d’époques différentes, mais étroitement imbriquées les unes dans les autres (fig. 80) : tout d’abord, la tour nord, commencée vers 1452, ensuite, le portail central, bâti au XVIe siècle, enfin, la tour sud et l’étage supérieur de la partie centrale (rosace et grand gable), adjonctions du XIXe siècle. Dans le parti primitif, illustré par des vues des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, la façade moderne était plus étendue (fig. 107). La vue de « Sainct Dizier de Lion », réalisée par Israël Silvestre en 1649, est assez précise pour donner l’état du parvis au milieu du XVIIe siècle ; les faibles modifications apportées ultérieurement sont documentées par la vignette illustrant le plan de Séraucourt, gravé en 1735 (Forma urbis, 1997) ; le tableau de Petrus Perlet (1804-1843) atteste que rien n’avait changé avant les restaurations commencées en 1845, qui n’ont conservé que la tour nord, le portail du XVIe siècle et quelques éléments de la section méridionale du bloc de façade. Il subsiste, en effet, sur le flanc nord de la tour néogothique, une partie de l’escalier baroque donnant accès aux étages : la porte baroque, ornée d’un fronton brisé frappé d’un cartouche carré, et trois fenestrons sont visibles dans la première travée du bas-côté sud. Dans le prolongement oriental de l’escalier, l’ancien dépôt, avec son arc en plein cintre à caissons, appartient à la même période.

80 - Saint-Nizier, façade occidentale.

7Au-dessus du portail central et en arrière d’une balustrade s’élevait l’étage supérieur, occupé par la grande fenêtre accompagnée de deux petites ouvertures latérales et sommé d’un fronton. Le bas-côté sud avait reçu une façade monumentale, composée d’une porte à fronton baroque et d’une niche la surmontant. Une tour devait compléter cette composition. Elle s’est trouvée réduite à des structures verticales contrebutant la partie centrale de la façade occidentale. Un mur grossièrement dessiné est venu dissimuler ultérieurement ces superstructures inachevées. Plus au sud et dans l’alignement de la façade avait été élevé un édicule orné d’un ordre colossal de pilastres répondant aux colonnes et pilastres du portail central ; ils encadraient une haute niche dominée par un oculus.

Archéologie du gros œuvre

8L’essentiel de la chronologie archéologique est lisible dans le transept qui a fait l’objet de deux campagnes d’archéologie du bâti et d’un examen poussé de l’enveloppe intérieure, notamment à partir du triforium et à la galerie supérieure. Il s’avère, comme celui de la cathédrale, un conservatoire de la mémoire du chantier : les appareils, les désordres survenus dans les maçonneries, les asymétries dans l’organisation de l’espace, les césures, les changements stylistiques font la peinture pointilliste d’une histoire monumentale éclatée. L’abside, à laquelle a été consacrée une campagne d’étude, est archéologiquement moins marquée ; toutefois, les désordres que le bâti recèle révèlent quelque chose de l’histoire du sous-sol. La nef, quant à elle, a été seulement l’objet d’un diagnostic depuis le sol. Mais le bâti apparaît assez homogène ; les principales césures et les types d’appareil sont clairement identifiables.

Analyse morpho-spatiale de l’ensemble oriental

9Volumes homogènes dans leurs grandes lignes, l’abside et le transept laissent apparaître des détails archéologiques révélateurs. Le transept, tout particulièrement, présente, dans le bâti, l’organisation des espaces et la composition des élévations, une série de variations d’un bras à l’autre. Les dissymétries consécutives sont particulièrement délicates à interpréter. Il manque en effet quelques clefs de compréhension, notamment l’environnement extérieur, totalement disparu, ou les vestiges des édifices antérieurs qui ont pu peser sur l’implantation de l’église gothique.

Les désordres du chevet

10L’ensemble oriental de la collégiale est marqué par des désordres importants, certains balafrant le bâti, d’autres à peine sensibles. Ils sont distribués dans l’abside (pan 6, sud) et le transept (mur nord, arcade ouest du bras sud). Jointif du mur sud du chœur, le pan 6, sud de l’abside, a été profondément ébranlé à une époque indéterminée. La rupture est repérable dans toute l’élévation actuellement visible : arc couvrant la baie inférieure, triforium, baie supérieure, faîte du mur et garde-corps (fig. 81, 85). La maçonnerie a été à la fois brisée et décalée : la partie gauche du pan s’est sensiblement tassée. Les désordres dans les arcs ont été considérables. Les réparations ont utilisé divers matériaux : mortier plâtreux, mortier blanc à battiture, ciment prompt, cales de bois, agrafes façonnées sur mesures.

81 - Saint-Nizier, pan sud de l’abside : détails de l’arc portant la galerie du triforium.

11Le mur nord du transept (fig. 84) est parcouru, dans les parties hautes (depuis le triforium, inclusivement, jusqu’au faîte du mur) par une rupture de maçonnerie à peine visible. S’étant propagé exclusivement à travers le réseau des joints, elle a épargné les blocs : contrairement à ce qui s’est passé à la cathédrale (chapelle Saint-Pierre), aucun n’a été brisé, ni même fêlé. Cette rupture est repérable à la largeur inhabituelle des joints verticaux situés dans une verticale bien définie, légèrement à l’ouest de l’axe du mur. La persistance de son activité est perceptible à d’infimes détails : le 10 mai 1996 au matin, après un rejointoyage achevé la veille au soir, les joints situés dans l’emprise de la césure au niveau de la rosace ont été retrouvés décollés des blocs concernés. Le bras sud du transept a été doublement touché par des mouvements de maçonnerie. Le mur sud accuse un dévers de quelques degrés vers l’extérieur. Le phénomène est uniforme et trop marqué pour n’être pas la conséquence d’un désordre d’une certaine ampleur. De fait, l’état de la partie basse du mur, déparementé sur une hauteur importante, n’est sans doute pas étranger à cette situation (cf. infra, p. 191 sq). Par ailleurs, une césure apparaît sur le mur ouest du bras sud, dans la travée intermédiaire, au-dessus l’arcade du collatéral. Il s’agit d’une rupture dont le point de départ est situé à droite de la clef de l’arc. Elle monte en escalier vers le nord jusqu’au triforium exclusivement.

12Même si l’abside a été violemment ébranlée, la partie orientale de l’église n’a pas été atteinte aussi gravement que le chevet de la cathédrale. Toutes ces ruptures révèlent des problèmes de stabilité ponctuels, plutôt que des différentiels de résistance des sols. Elles trahissent sans doute la présence de bâtis résiduels dans le sol. S’agirait-il de vestiges des églises antérieures ? La répartition des ruptures dans les maçonneries gothiques n’est pas indifférente : elles laissent lire en négatif, semble-t-il, le plan d’un édifice antérieur. De fait, le bras nord montre un vestige archéologique qui n’a pas encore été exploré : la récente démolition de boutiques construites contre le transept a mis au jour, dans le trottoir actuel, un segment de mur perpendiculaire au mur nord et s’engageant sous son parement, près du contrefort oriental. Si l’actuelle collégiale avait été implantée avec un décalage vers le sud-ouest par rapport à un édifice antérieur de plan semblable, la superposition décalée des deux bâtis — les fondations de l’ancien et les élévations du nouveau — pourrait avoir occasionné ces désordres. Il existe une autre hypothèse, tout aussi vraisemblable, fondée sur un plan malheureusement très mal documenté. Dans son ouvrage sur les églises de Lyon, D. Meynis reproduit le plan levé par Steyert de la crypte primitive de Saint-Nizier, disparue lors des agrandissements du XIXe siècle (Meynis, 1886, 509-512 ; Reynaud, 1998, p. 35 ; cf. plan Benoît, fig. 104) : une salle carrée de 4 m de côté, augmentée d’une abside au nord, à l’est et au sud (le côté ouest a été perturbé par un couloir occidental percé au XIXe siècle) ; une salle annexe occupe l’espace entre les absides est et sud. Comme l’a montré Jean-François Reynaud, ce plan rappelle celui de grands mausolées tardo-antiques. Si cette crypte s’était trouvée sous l’abside gothique, comme le suggère le plan, la salle annexe serait localisée sous le pan sud actuel : la présence d’un tel vide pourrait alors expliquer les désordres dans le pan sud de l’abside, peut-être aussi la reprise de la pile faisant l’angle entre le chœur et le bras sud du transept.

Le culte de saint Ennemond, par Hervé Chopin
Dès 1255, un procès oppose le clergé de Saint-Nizier aux moniales de l’abbaye Saint-Pierre de Lyon (en réalité, ce sont trois procès qui vont se succéder ; les pièces se trouvent dans les fonds suivants : AD Rhône, fonds Saint-Pierre : 27H31 à 27H36 ; fonds Saint-Nizier : 15G109 ; Powell, 1997, p. 5-17). Le différend concerne la sépulture du saint évêque martyr, les deux communautés prétendant posséder le prestigieux corps saint. Avec la présence du pape Innocent IV, les demandes de privilèges se multiplient. Le recteur et les clercs de Saint-Nizier profitent de cette opportunité pour obtenir quarante jours d’indulgence aux fidèles qui viendront visiter l’église le jour de la fête du saint, le 28 septembre. D’autres indulgences sont données pour les fêtes de la Vierge (on prétend que le premier autel en l’honneur de la Vierge aurait été fondé par saint Pothin dans cette église), de saint Nizier (2 avril) et de saint Denis, dont l’église possède une relique (Guigue 1899 : 12 : capud Sancti Dionisii et 20 ; AD Rhône, 15G10, f ° 59-60 et 61-63 : il s’agit d’inventaires réalisés respectivement en 1365 et 1373) (AD Rhône, 15G83 ; Inn. IV Registres : III, 32, n ° 5606). Ainsi, on pratique l’ostension de la main de saint Ennemond se trouvant dans un reliquaire d’argent (AD Rhône, 27H32, manu seu brachio argenteo quod pro reliquis populo ostendebat et aut inter duo digiti corporis prefati Annemundi).
Lors d’un nouveau procès entre Saint-Pierre et Saint-Nizier, en 1456, les notaires recopient les interrogatoires de quarante-deux témoins. Ce registre est partiellement conservé et apporte des détails intéressant le culte et la situation du tombeau dans l’église. Ce dernier est cette fois situé devant l’autel majeur (AD Rhône, 27H36, 99v : corpus beati Annemundi quondam archiepiscopi Lugdunensis fuit et est inhumatum seu sepultum in dicta ecclesia Sancti Nicecii ante magnum altare ejusdem ecclesie videlicet in quadam cava seu fovea existente ante dictum magnum altare predicte ecclesie Sancti Nicecii). Un témoin précise que, le jour de la fête de saint Ennemond, la tombe est ouverte : dicta cava seu fovea erat apperta adeo quo videbamus quedam chassa seu queysia in quo dicebatur esse corpus dicti Sancti Annemundi. Il est même précisé qu’il s’agit d’une châsse en plomb super dicta chassa descripta hoc verba […] « C’est le corps de saint Ennemond » (AD Rhône, 27H36, 111v). Cet espace, protégé par des grilles (AD Rhône, 27H36, 152v : le tombeau est ante magnum altare videlicet in choro in quo existit queddam trellis ferreum) est bien une crypte puisqu’on précise qu’à l’intérieur brûlaient des cierges (AD Rhône, 27H36, 100r).
Le saint a une réputation qui dépasse la ville et ses environs. Ainsi, les pèlerins viennent du Dauphiné, de Bresse, de Savoie et de biens d’autres lieux (AD Rhône, 27H36, 103r : sanctus Ennemundus fecit et dictum facit plura miracula et de hoc fuit et est vox et fama publica in dicta hujus civitate Lugduni ; 118v : pour la vigile ou vogue, plures alie fideles in dicta ecclesia Sancti Nicecii affluenter venente tam de hujus civitate Lugduni quam pluribus aliis locis […] etiam de Dalphinatus, Bressia, Sabaudia et aliis pluribus locis longinquis). De nombreux miracles se produisent comme, par exemple, le fils d’un certain Humbert de Varey qui guérit (AD Rhône, 27H36, 115r ; 116r-v ; 181r) ou des pèlerins venant de Romans dont l’enfant ressuscite. Les handicapés, les femmes et les enfants malades se rendent à Lyon pour honorer le saint et apporter des oblations. Des personnages importants reconnaissent aussi le culte du saint évêque : le duc de Savoie Amédée VIII offre une représentation en cire qui est déposée prope magnum altare in loco alto contra murum et une sculpture en bois faite à l’image du duc déposée contra primus pillare dicte ecclesie a parte dicti magni altraris ejusdem ecclesie a latere boree (AD Rhône, 27H36, 117r-v). L’archevêque de Lyon Amédée de Talaru fonde une confrérie en son honneur et donne quarante jours d’indulgences (AD Rhône, 27H36, 192v-193r). Le 28 septembre 1487, Charles de Bourbon, cardinal de Saint-Martin-aux-Monts, vient visiter le corps de saint Ennemond. Les actes de cette visite sont relevés dans le registre de délibération capitulaire (AD Rhône, 15G13, 182v : Acta visitationis corporis Sancti Annemundus). En 1528, le corps de saint Ennemond est translaté dans la crypte reconstruite (AD Rhône, 15G109).

Les dissymétries architecturales du transept

13Dans le plan du transept, on relève deux éléments de dissymétrie, d’ampleur inégale : la localisation des escaliers et l’implantation des deux chapelles orientales (fig. 77). Le transept est en effet doté de deux escaliers ancrés dans le mur ouest. Celui du bras nord a été construit près de l’angle nord-ouest du transept, celui du bras sud, dans l’angle formé par le transept et le collatéral sud. La position de ce dernier, qui est celle aussi des escaliers du transept de la cathédrale, est la plus couramment observée dans ce type d’aménagement ; celle de l’escalier nord est plus rare. Ces implantations ont eu des conséquences sur l’organisation des élévations : les baies jointives sont plus étroites que les autres. Les raisons de cette dissymétrie sont sans doute à chercher dans l’organisation spatiale des chapelles greffées sur les bas-côtés. Le recul vers le nord de l’escalier du bras nord du transept laisse dégagée toute la place nécessaire à l’érection de la chapelle orientale du bas-côté nord. L’importance de cet édifice est confirmée par un plan à deux travées. Les autres chapelles nord sont construites exactement dans son alignement.

14L’intégration des deux chapelles dans l’organisation générale du chevet — second élément de dissymétrie — a été anormalement faussée. Leurs plans sont différents : la chapelle du bras nord est un rectangle large d’environ 5 m et profond de 3 m, hors œuvre ; celui de la chapelle sud est composé d’une travée carrée et d’une abside à trois pans. Leur articulation avec l’élévation du transept et l’espace des collatéraux diverge aussi (fig. 80). La chapelle du bras nord s’inscrit normalement dans le prolongement du bas-côté nord. L’arcade qui l’ouvre sur le transept est portée par deux piles établies sur le modèle en usage dans toute l’église. Mais si la colonne sud est intégrée au support composé montant de fond jusqu’à la voûte, la colonne nord est unique : aucun support engagé ne monte jusqu’à l’arc doubleau qui est d’ailleurs porté par un culot, comme les ogives jointives (fig. 83). La surface murale jouxte cette colonne a été perturbée : elle a été totalement enduite. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une intervention destinée à dissimuler une reprise : l’absence de pile engagée au centre du mur oriental est d’origine.

15Le bras sud montre la disposition inverse : une pile engagée, composée d’une colonne et de deux colonnes minces, monte de fond pour porter le doubleau central du bras sud et les ogives jointives. Cette pile est articulée avec celle, de même plan, qui porte l’arc de la chapelle. Mais, première anomalie, la pile du bras sud n’est pas au centre du mur oriental. Elle a été sensiblement décalée vers le chœur, réduisant l’ouverture de la chapelle et la baie correspondant du clair-étage et bouleversant le rythme des fausses loges du triforium. De ce fait, la chapelle n’est pas inscrite dans l’axe du collatéral et l’arc doubleau du bras sud est biaisé (fig. 82). En outre, la pile nord de la chapelle est un montage surprenant, une sorte de contrefort intérieur, de plan quadrangulaire et qui ne ressemble à rien d’existant dans la collégiale. Ces dispositions inattendues ont contraint le constructeur à réduire l’arcade de la chapelle à un arc en pénétration directe dans le mur.

82 - Saint-Nizier, voûtes du bras du transept : l’arc doubleau central est biais.

16Aucune justification vraisemblable n’est venue expliquer pour l’instant ces divergences profondes, qui touchent aussi bien l’organisation spatiale que la structure de l’édifice. Parce qu’elle s’intègre par son décor au style propre à l’ensemble de l’église, la chapelle nord semble appartenir dans l’état au parti d’origine. Mais la médiocrité du plan, un simple rectangle, entre en contradiction avec un sanctuaire plus élaboré. En outre, l’absence de pile pour le doubleau apparaît comme une aberration, alors que tous les autres murs du transept et les angles en comportent normalement. À l’inverse, le plan à abside de la chapelle sud correspond bien au niveau de raffinement architectural de l’espace oriental. Mais le décalage de la pile portant le doubleau, la largeur réduite de la chapelle et son désaxement par rapport au bas-côté sont inexplicables. Un bâtiment extérieur a-t-il imposé un tracé irrégulier à la chapelle ? Rien ne confirme une hypothèse que la documentation graphique et l’archéologie tendent à faire rejeter : l’espace extérieur au sud de cette chapelle était libre, puisqu’il a accueilli le bâtiment de la recluserie. Cette chapelle aurait-elle été prévue ouverte, non pas sur le bras sud seulement, mais sur l’angle, selon la formule inaugurée à Saint-Yved-de-Braine (XIIIe siècle ; Sandron, 2001, p. 110-119) et largement repris à l’époque gothique tardive ? L’organisation des voûtes et, partant, la nécessaire implantation des supports s’y opposent. Faut-il admettre que le plan initial ait comporté des bas-côtés étroits ? Ce n’est pas impossible : l’architecture flamboyante a su jouer sur ces contrastes d’ampleur, réduisant volontiers les collatéraux pour accentuer visuellement la largeur de la nef.

83 - Saint-Nizier, intérieur de l’église, côté nord.

17Menée à ce seul niveau d’analyse, l’étude morphospatiale conduit à une aporie du raisonnement. Il faut y intégrer les désordres lisibles dans les maçonneries de l’abside, en s’interrogeant sur leur origine et leur éventuelle relation avec l’effondrement survenu peu avant 1394 (cf. supra, p. 164). Ces désordres en seraient-il tout simplement les stigmates ? Si c’était le cas, l’événement aurait été d’une ampleur étonnamment faible, sans commune mesure par exemple avec l’accident ayant endommagé deux siècles plus tôt le chevet de la cathédrale. Il n’aurait occasionné que des perturbations dans les maçonneries et non un effondrement du chevet, des perturbations certes graves, mais limitées et très localisées. De toute évidence, elles n’auraient pas suffi à justifier les indulgences promulguées par Clément VII. Doit-on y voir au contraire les traces d’une sorte de réplique, un mouvement plus tardif subi par le bâti reconstruit à la fin du XIVe siècle, réplique plus faible et non destructrice ? Il faudrait en déduire que dans son état actuel, l’ensemble oriental serait le fruit d’une histoire archéologique plus complexe. Dans cette hypothèse, en effet, l’abside montée avant 1394 aurait été partiellement détruite, complètement rasée, puis reconstruite à la fin de la décennie ou au début du siècle suivant, enfin à nouveau ébranlée dans son pan sud, peut-être pour les mêmes raisons. Seule une fouille apporterait une réponse définitive. Le seul indice susceptible d’appuyer un tel scénario est, dans le transept, le dessin aberrant de la chapelle du bras sud. Son inadaptation flagrante au plan général de l’église suggère qu’elle appartiendrait à un parti primitif, comme on vient de le voir. Dans ces conditions, elle serait le seul vestige du chevet bâti au XIVe siècle. Elle aurait été conservée pour sa valeur propre (il s’agit d’une belle œuvre) et pour l’état satisfaisant de ses maçonneries, à l’exception de la pile faisant l’angle du chœur et du bras sud qui aurait été rechemisée, assez maladroitement il faut le reconnaître, pour la conforter. De telles opérations sont assez courantes, non seulement dans les derniers siècles du Moyen Âge, mais à plus haute époque.

Organisation du chantier

18En dehors des problèmes exposés plus haut, l’homogénéité d’ensemble du bâti a réduit les objets d’analyse à peu de choses, essentiellement les modules des appareils et les vestigia des échafaudements ; les marques lapidaires elles-mêmes, particulièrement intéressantes sur le plan morphologique, n’apportent rien de décisif sur l’organisation du chantier. En revanche, elle a donné toute sa valeur à l’étude stylistique des éléments de décor, le dessin des remplages et, surtout, les modénatures. De même, l’évolution des partis architecturaux, ou plutôt le passage de l’un à l’autre confirme les prémisses de datations relatives.

Appareils et parements

19Le bâti du transept montre deux types de parement nettement différenciés : un moyen appareil de 0,18/0,22 m de hauteurs moyennes, pour des longueurs moyennes de 0,30/0,45 m, et un grand appareil de 0,35/0,45 m de hauteurs moyennes, pour des longueurs moyennes de 0,40/0,60 m. La distribution des deux types dans le transept, d’une part, de l’autre, dans l’ensemble de l’église, est révélateur d’une évolution technique.

20Le grand appareil joue en quelque sorte le rôle de terminus ante quem, puisqu’il caractérise absolument le bâti des trois vaisseaux. Mais il a été choisi aussi, dès le début du chantier, pour les éléments de stabilité (piles libres ou engagées et contreforts) et pour les parements extérieurs, du moins pour ce qui en est encore visible, c’est-à-dire les murs nord et sud du transept. Le moyen appareil a été utilisé dans les parements intérieurs du transept ; on ne sait rien de l’abside et du chœur dont les murs sont dissimulés sous des boiseries. Son emploi est inégal d’un bras à l’autre : dans le bras sud (travée extrême, mur sud et ouest, le mur est étant partiellement dissimulé sous un retable baroque), il occupe les deux tiers inférieurs, le tiers supérieur étant monté en grand appareil ; dans le bras nord (travée extrême, mur est, nord et ouest), il occupe la quasi-totalité du premier niveau (du sol jusqu’au triforium exclusivement), le faîte des murs, sous le bandeau inférieur du triforium, étant monté en grand appareil (3 assises au nord, 4 assises à l’ouest).

21Mais cette répartition accuse des variantes remarquables. Dans le bras nord, les assises de moyen appareil fonctionnent par paire : en face de chaque assise de grand appareil composant les piles engagées se développent deux assises de moyen appareil ayant, ensemble, la même hauteur que celle correspondant de la pile. Parfois, une assise de grand appareil s’intercale dans cette organisation très régulière. Le même principe a été adopté pour le bras sud. Mais le mur ouest de ce dernier présente une particularité. À quelque 3 m du sol, se développe un ensemble unique de quatre assises de grand appareil, totalisant une hauteur de 2,40 m (fig. 105). Elles constituent la paroi d’une galerie ménagée dans le mur, conduisant du transept dans ce que François-Régis Cottin appelle l’aula des chanoines (Cottin, 1994). En tout état de cause, le changement d’appareil ne s’affirme donc pas directement comme un indice chronologique. Il répond à des préoccupations techniques (organes de stabilité, galerie) et esthétiques (nef) ; mais le choix d’un moyen appareil pour le transept est sans doute une réponse à des considérations économiques.

L’échafaudement du chevet et du transept

22Les trous de boulin du chevet, profonds de 0,50/0,80 m, forment un ensemble assez homogène d’ouvertures carrées ou proches du carré dont les dimensions moyennes sont comprises entre 12 x 12 cm et 14 x 14 cm. Les exceptions marquées sont rares (1 ouverture de 17 x 24 cm dans le bras sud, 2 ouvertures 13 x 25 cm dans le bras nord). Dans le bras sud, les ouvertures de trous de boulin constituent un groupe de dimensions moyennes décalé vers les petites mesures (10 x 12 cm-14 x 14 cm) ; toutefois, les petites sections (10 x 12 cm/10 x 14 cm) correspondent à des trous de boulin de très faible profondeur (entre 3 et 5 cm) qui les apparentent au système d’échafaudement mis en place pour la restauration des vitraux à l’époque moderne. Schéma inverse dans le bras nord, où elles mesurent entre 12 x 13 cm et 15 x 15 cm.

23Dans le bras nord du transept, la distribution des trous de boulin se répartit en sept lignes (fig. 84). La première ligne apparaît dans la seconde assise murale des baies du mur ouest, réduite à deux trous de boulin, un pour chaque fenêtre. La seconde est située dans la partie basse du clair-étage (entre le premier et le deuxième tiers des lancettes), mais seulement dans le mur oriental de la travée nord et dans le mur nord du transept, dans le tiers inférieur de la rosace. La troisième ligne ne touche que la baie nord du mur est, entre le deuxième et le troisième tiers des lancettes. De l’autre côté du contrefort central, le piédroit droit de la baie sud est doté à cette hauteur d’un trou de boulin semblable. Au-dessus de lui, une assise sous le culot du larmier se trouve l’unique trou de boulin de la quatrième ligne, dont la présence est assez difficile à expliquer.

24La cinquième ligne concerne exclusivement les baies ouest, plus précisément l’arc des baies et leur remplage. La baie sud est flanquée ainsi de deux trous de boulin au départ de l’arc, mais la baie nord n’en laisse voir qu’un seul, près du piédroit sud. Le piédroit nord, à peine dégagé de l’angle du mur ouest et de la tourelle d’escalier, n’offre aucune possibilité matérielle de réaliser un trou de boulin. En revanche, la tourelle d’escalier en montre deux sur son mur sud, perpendiculaire au plan de la baie. Ces deux trous sont totalement inattendus, la tourelle n’en laissant voir aucun à ce niveau. Il faut en déduire que ces trois trous font système ; ceux du mur sud devaient porter une poutre muralière, offrant un appui parallèle au boulin logé à droite de la baie. La sixième ligne est formée de deux trous de boulin ménagés au niveau du dernier tiers de l’arc de la baie sud. La septième ligne intéresse l’ensemble du bâti, mais ne concerne que les contreforts : les contreforts centraux, dotés d’un boulin parallèle au plan du mur et les contreforts d’angle, au plan complexe en « Y » (un trou traversant dans la hampe se rattachant au mur, un trou traversant dans chaque branche). La huitième ligne se développe aussi sur la totalité du bâti (à l’exception de la travée sud du mur est), mais ne touche que les surfaces murales, chaque section murale étant marquée par deux trous de boulin.

25Le plan d’échafaudement se révèle complexe. La baie sud du mur est, contre l’abside, correspond à un premier système d’échafaudement. L’échafaudement de la baie nord du même mur forme un second système, autonome, mais en relation directe avec le premier niveau du mur nord ; ce système englobe partiellement le contrefort central. L’échafaudement de la rosace nord constitue aussi un système autonome, comme l’exige la forme même de l’ouverture ; l’architecture gothique montre souvent des rosaces, surtout des roses, entourées d’un système économe de deux fois ou trois fois deux boulins. Pour le montage particulièrement délicat des parties hautes des contreforts, en face ou d’angle, on a bâti au même niveau des platelages consécutifs. Il s’agissait de mettre en place les systèmes sophistiqués d’écoulement dévié des contreforts centraux, ainsi que le décor de la faîtière des contreforts doubles d’angle et les gargouilles. Enfin, le faîte du chevet a été échafaudé en continu, pour la mise en place du décor sommital (garde-corps festonné et pinacles).

26L’échafaudement de l’abside et du mur est du bras sud du transept est radicalement différent (fig. 85, 86). Il s’est limité à la partie haute des murs (première ou seconde assise sous le larmier supérieur) où il fait système avec le bras nord : comme on vient de le voir, la totalité du chevet a été alors échafaudée. La disposition change avec le mur sud du bras sud où l’échafaudage était réduit à un platelage logé dans la seconde assise sous la rose. Quant au mur ouest, il est curieusement dépourvu de trous de boulin. Dans le mur oriental de la travée extrême, les contreforts montrent, sous le niveau de la galerie extérieure, deux trous de poutre de forte section (29 cm de large et 30 cm de haut), d’une dizaine de centimètres de profondeur, situés en face l’un de l’autre. La fonction de la poutre engagée n’est pas encore connue. Elle n’est pas sans faire penser à celle qui avait été installée dans le mur nord du bras nord, au niveau de la rosace ; mais, placée beaucoup plus bas, elle n’a pas pu avoir le même rôle (cf. annexe II).

Les césures en position symétrique du transept

27L’enveloppe intérieure du mur oriental du transept est marquée par deux césures majeures. Dans le bras nord, la rupture intéresse vingt-deux assises visibles, entre l’autel de saint Nizier et le bandeau inférieur du triforium : le tiers inférieur, pris dans le moyen appareil, s’apparente morphologiquement au coup de sabre, les deux tiers supérieurs, dans un contexte de grand appareil, prennent la forme d’une harpe d’attente. Dans le bras sud, la césure symétrique se développe sur onze assises visibles, entre l’autel de la Vierge, dont le retable baroque en dissimule la partie basse, et le bandeau inférieur du triforium. En outre, elle dessine, sur cinq assises, une limite par décalage entre l’appareil plus régulier issu de la pile et l’appareil plus irrégulier du mur.

28Le parement intérieur du mur ouest du transept porte aussi par deux césures, plus discrètes : dans la travée intermédiaire du bras sud, quelques assises révèlent une césure qui démarre depuis les reins de l’arcade du bas-côté, le long de la pile joignant les deux travées. Dans le bras nord, au même emplacement, l’épaisseur inhabituelle des joints verticaux trahit une césure symétrique. Toutes deux s’apparentent à des harpes d’attente. Elles sont les marques d’un phasage technique, comme pour la nef.

29Quant à l’enveloppe extérieure du mur oriental du transept, elle montre de la même manière deux césures qui démarrent contre l’arc des deux baies inférieures et montent jusqu’à la galerie du clair-étage, exclusivement, occupant ainsi le niveau du triforium (fig. 84, 86). Elles se développent contre le contrefort central de chaque bras du transept, mais du côté de la baie extrême : comme à la cathédrale, la construction du mur oriental de la travée intermédiaire a englobé le contrefort. Dans le bras sud, elle prend la forme d’un crénelage vertical intéressant vingt-trois assises. Moins nettement marquée au nord, elle traverse le contrefort, indice d’une organisation plus complexe des travaux.

84 - Saint-Nizier, enveloppe extérieure du bras nord du transept : mur nord, mur ouest et mur est.

Ensemble oriental : les éléments de stylistique

30Le clair-étage montre des maçonneries apparemment plus homogènes. Dans ces conditions, il convient d’interroger l’évolution stylistique de l’étage, dans le garde-corps de la galerie supérieure, les baies hautes et le larmier couronnant l’étage. Ce n’est pas tant les changements qui sont pertinents : ils peuvent dépendre des causes les plus diverses. Par ailleurs, le vocabulaire architectural est déjà pleinement défini, il n’accuse aucune innovation susceptible d’induire un terminus ante quem ; les divers changements relèvent tous d’un choix dans l’existant et d’une simplification des partis antérieurs. Ce qui importe pour l’analyse, c’est la distribution des ruptures stylistiques dans l’ensemble du bâti et leur articulation les unes avec les autres.

31Dans la travée intermédiaire du bras nord (fig. 78), le garde-corps est dans l’exacte continuité de celui de l’abside. Dans la travée suivante (travée extrême), où il a été très fortement repris au XIXe siècle, il monte plus haut. L’engravure ménagée au XVe siècle dans les contreforts pour l’ancrer solidement prouve que la hauteur et le profil du garde-corps actuel reprennent le modèle d’origine. En effet, si les restaurations du XIXe siècle avaient substitué un garde-corps plus haut à un original plus bas, des traces de l’ancien appui, plus large que la dalle qui le porte, se seraient inévitablement conservées, engravées dans les contreforts. En outre, le modèle a été repris pour les murs nord et ouest du même bras. Le bras sud a conservé tous ses garde-corps médiévaux. Celui de la travée intermédiaire continue le garde-corps de l’abside. Dans la travée extrême, en revanche, il est sensiblement moins haut d’une demi-assise. Comme le garde-corps, les remplages des baies supérieures du transept (quatre à l’est, quatre à l’ouest) accusent des changements, nettement plus marqués. Il existe une rupture manifeste dans le clair-étage oriental (fig. 84, 86) entre les remplages des travées intermédiaires, dessinés sur le modèle de cinq des sept baies supérieures de l’abside (pan 3, 4, 5 et 7 ; fig. 85), et ceux des travées extrêmes, qui représentent une innovation. Les baies occidentales reprennent ces modèles, mais simplifiés (fig. 84).

85 - Saint-Nizier, enveloppe extérieure du chœur et de l’abside : pans 7 (sud), 6 (sud), 3 (nord) et 1 (nord).

86 - Saint-Nizier, mur oriental du bras sud du transept : enveloppe extérieure.

32Le cas des larmiers des parties hautes est plus complexe (fig. 87). Le larmier soulignant la galerie extérieure conserve le même profil depuis l’abside jusqu’à la face ouest du transept, inclusivement. Ce profil — une section presque carrée s’achevant en une large doucine — est aussi celui du bandeau soulignant, un étage plus bas et à l’intérieur, le niveau du triforium dans tout l’édifice. Le mur oriental de la travée extrême du bras sud fait exception : le larmier comporte deux doucines successives, au lieu d’une seule, donnant à l’encorbellement du larmier une ampleur plus grande. L’anomalie s’explique par le changement de largeur du triforium qui porte cette galerie extérieure : plus étroit que dans la travée précédente, il a contraint l’architecte à apporter une double correction, en reculant sensiblement le garde-corps et en le plaçant sur un encorbellement plus important. Notons que le dessin de cette section du larmier sera repris pour la galerie supérieure de la nef principale. La travée intermédiaire a servi de modèle, parce qu’elle proposait une solution élégante et, surtout, efficace à l’articulation des espaces intérieur et extérieur consécutifs. L’évolution du larmier qui court au faîte du mur, immédiatement sous le décor sommital de fleurons, est plus simple : jusqu’aux travées intermédiaires, il est dessiné suivant le même profil biais que dans l’abside et, au-delà, il prend l’allure significative d’une simplification géométrique du bec de corbin.

87 - Saint-Nizier, bras sud du transept : modénatures de l’enveloppe extérieure.

Chronologie archéologique du chantier

Le sanctuaire et le transept

33Dans le mur oriental de chaque bras, la limite entre la travée extrême et la chapelle s’avère une constante. Elle est le lieu où se concentrent les harpes d’attente basses et hautes et où interviennent l’étrécissement du triforium, les changements dans le garde-corps, les modifications dans le dessin des remplages et le passage, pour le larmier supérieur, d’un profil à un autre. À chaque niveau, la nouvelle phase de construction est partie du sanctuaire et du mur oriental des travées intermédiaires, avant de se développer dans les travées extrêmes du transept. La synthèse chronologique révèle une organisation classique des travaux. Le sanctuaire et ses deux chapelles latérales ont été élevés dans leur premier niveau. La phase de construction a englobé les piles engagées orientales du transept, du moins celle du bras sud, la seule prévue, et s’est achevée, au-delà de cette limite, par une harpe d’attente. Puis les travées extrêmes ont été mises en place, prenant aussi les piles engagées faisant l’angle avec le mur gouttereau des bas-côtés. L’arc des arcades occidentales a été amorcé et surmonté d’une harpe d’attente. Cette disposition permettait d’entreprendre l’érection des murs gouttereaux, comme on l’a vu à la cathédrale et comme l’a révélé l’étude récente de la priorale de Paray-le-Monial.

34La construction du second niveau a suivi le même phasage. Le rétrécissement du triforium entérine l’abandon d’un parti audacieux, celui de la galerie partiellement en encorbellement qui occupe l’abside et les travées intermédiaires du transept (côté est). Dans l’abside et les travées intermédiaires en effet, la galerie du triforium est plus large que le mur qui la porte. Elle est soutenue en encorbellement sur l’extérieur par des arcs bandés entre les contreforts. À partir des travées extrêmes, l’architecte a préféré limiter le triforium à l’épaisseur murale et supprimer ainsi l’encorbellement. Mais dans l’étage oriental du transept, les travées extrêmes révèlent un moment d’hésitation. En effet, la réduction en largeur du triforium a induit celle de la galerie supérieure. Dans le bras sud, on a tenté d’en limiter les effets en reculant le garde-corps et en augmentant l’encorbellement du larmier. Cette solution a été abandonnée tout de suite pour le reste du transept, mais elle a été reprise pour la nef principale.

35Le phasage du clair-étage est identique aux précédents. Dans cette organisation des travaux, il est toutefois difficile d’évaluer les limites verticales de progression. Il est clair que le sanctuaire et le transept n’ont pas été élevés indépendamment des vaisseaux : on doit imaginer qu’au moment où s’est amorcé le second niveau, la construction du premier se poursuivait vers l’ouest, dans les bas-côtés. Il en va de même pour le second niveau par rapport au premier. Le troisième, en revanche, accuse, dans la nef, des changements stylistiques importants.

36Même la progression d’est en ouest n’est pas pour autant homogène. On constate, comme à la cathédrale, une antériorité du bras sud à l’intérieur des mêmes phases. C’est ce que montre, par exemple, l’hésitation sensible dans le triforium de la travée extrême, difficulté résolue dans le bras nord. Par ailleurs, l’évolution des remplages des baies hautes rattache directement le bras sud à l’abside et désigne le bras nord comme un moment second, nettement distinct dans cette phase de la construction. L’étude de l’échafaudement tend à confirmer cette analyse.

37L’échafaudement de l’abside et celui du bras sud procèdent des mêmes principes, la quasi-absence d’ancrage dans la maçonnerie, et résultent d’une démarche technique homogène. Les échafaudages montés pour ces deux parties (abside et mur est de la travée intermédiaire, puis mur est de la travée extrême) appartiennent au même moment du chantier. À l’inverse, les échafaudages du bras nord sont solidement ancrés dans la maçonnerie. En outre, ils ne forment pas un ensemble homogène, mais répondent à des préoccupations distinctes, chaque mur de chaque travée montrant des caractéristiques différentes. Seul l’échafaudement du faîte du chevet est homogène sur l’ensemble de la partie est.

La nef

38L’implantation des piles de la nef (fig. 83) appartient à la dernière phase de construction du gros œuvre : il faut considérer le bloc de la façade comme un chantier à part. Elle est vraisemblablement intervenue pendant la construction du mur gouttereau des bas-côtés, avec un décalage impossible à quantifier. Les arcades ont été mises en place suivant une pratique déjà observée à la cathédrale (fig. 45) : une fois les piles achevées, les arcades et la maçonnerie du niveau supérieur sont amorcées, puis les cintres sont mis en place arcade après arcade, pour la construction des arcs. Les césures laissées par cette manière de procéder (fig. 88) ont été gommées par les restaurations.

88 - Saint-Nizier, deux césures symétriques dans la grande arcade de la nef.

39On remarque en outre des césures surplombant la clef de l’arcade orientale nord et celle des deux arcades orientales sud : elles divisent la surface murale concernée en deux écoinçons dont les hauteurs d’assises ne correspondent pas. Ces césures ne trahissent pas un phasage particulier de la construction, mais relèvent d’un problème d’approvisionnement en pierre. En effet, les assises de l’un des écoinçons sont réglées en hauteur sur celles composant la pile engagée où l’écoinçon s’appuie, les assises de l’autre sont réglées sur celles de l’autre pile de la travée. Le problème a été résolu dans les dernières assises de la surface murale. On peut en déduire deux données concernant l’organisation du chantier. D’une part, ces césures centrales confirment l’autonomie de chaque pile dans le chantier général de la nef principale et la hauteur de la maçonnerie réalisée, de façon tout aussi autonome, au-dessus de la pile. D’autre part, la disparition de ces césures confirme un changement notoire dans la rationalisation de la construction : les hauteurs d’assises sont devenues homogènes dans tout le reste de la nef. Dans ces conditions, les deux dernières travées du vaisseau principales constituent, dans leur partie basse, un nœud chronologique où se font sentir encore les conséquences des choix effectués dans le transept, alors que les quatre autres travées constituent un chantier plus homogène.

Archéologie de la tour nord

40La tour nord de la façade porte sur la première travée du bas-côté qui lui a transmis le caractère allongé de son plan. Elle servait de clocher à la collégiale, rôle qui est toujours le sien aujourd’hui. La tour est composée de trois niveaux (fig. 89, 90). Le premier est occupé par le portail. Le second est l’étage de l’horloge, desservi par une galerie en plein air. Le troisième est l’étage des cloches, surmonté d’une flèche de brique,

« une aiguille d’une grande hauteur, selon Clapasson, et il n’est rien de si élevé dans toute la ville » (Chomer, Pérez (éd.), 1982, p. 103).

41Composante du bloc de façade, la tour est complétée par une tourelle d’escalier, ancrée dans le mur nord, et un édicule de deux niveaux, logé aussi au nord. La tourelle d’escalier dessert la galerie externe de l’étage de l’horloge, la chapelle supérieure de l’édicule nord-est, le corps central du bloc de façade, enfin l’étage campanilaire. Flanquant la tourelle d’escalier par l’est et construite dans l’alignement des chapelles latérales du bas-côté nord, l’édicule nord est une composition inattendue. Elle est composée d’une chapelle de rez-de-chaussée, ouvrant comme les autres sur le collatéral, et d’une chapelle supérieure à laquelle on n’accède que par la tourelle d’escalier ; le triforium vient en effet buter contre son mur oriental, dépourvu de baie.

89 - Saint-Nizier, façade occidentale : tour nord.

90 - Saint-Nizier, vue extérieure depuis le nord-ouest.

La pierre : approvisionnement et mise en œuvre

Géologie monumentale

42La construction de la tour nord a employé principalement cinq qualités de pierre : le calcaire type Villebois, le choin, le calcaire type Lucenay, le calcaire type Saint-Cyr dur et le calcaire jaune à entroques. Le premier apparaît à la base même de la tour, où il relève d’une restauration tardive et compose intégralement les assises des deuxième et troisième niveaux (le décor sommital a été réalisé au XIXe siècle en pierre de Tournus). La limite inférieure est plus mouvante. Le second a été utilisé pour les fondations, comme le signale l’acte par lequel les chanoines autorisent ceux de Saint-Nizier à s’approvisionner en choin dans le site de Collia.

43Le calcaire type Lucenay constitue la partie basse de la tour, plus exactement le niveau du portail, dont le moyen appareil est caractéristique (fig. 91). La limite avec le niveau supérieur, en calcaire type Villebois, n’est pas constante : elle accuse à la fois des variations de hauteur et une adaptation spécifique au travail de sculpture. Dans le mur nord de la chapelle nord, le Lucenay monte jusqu’à la hauteur 8,80 m ; dans la tourelle d’escalier, jusqu’à environ 9,20/9,40 m pour le mur nord et 9,20 m pour le mur ouest. Dans le portail, la limite horizontale apparaît au niveau du dernier quart de l’arc en accolade, sous l’avant-dernier rang de feuilles de l’accolade, qui, elle, est totalement en Lucenay.

91 - Saint-Nizier, façade : bâti en pierre de Lucenay dans la tour nord et la tourelle d’escalier.

44Le calcaire type Saint-Cyr dur a été identifié par Maximilien Zychla dans une seule assise de la partie basse du portail, directement au-dessus du banc qui se développe en saillie dans les ébrasements ; sa couleur grise tranche nettement sur le blanc crème-jaunâtre de la pierre type Lucenay. L’assise constitue exactement le départ des piédestaux, d’où s’originent les premières moulures. On trouve cette qualité de calcaire employée aussi dans le portail Renaissance où elle présente cependant une plus grande dureté et sa surface est dépourvue des coquillages habituels qui la caractérisent. Quant au calcaire jaune à entroques, son usage est très sporadique, comme à la cathédrale, dans le bâti de la première moitié du XIIIe siècle.

Modules des blocs et techniques de construction

45Les modules des blocs en calcaire type Lucenay se répartissent dans une fourchette très ouverte. Les hauteurs d’assises sont assez régulièrement dispersées entre 0,18m et 0,38m (très rarement 0,40/0,45 m), avec une très forte majorité de 0,22 m/0,32 m. Les longueurs affichent une diversité similaire, depuis les plus basses (0,18/0,25 m), minoritaires, jusqu’aux plus grandes (1,00/1,64 m), exceptionnelles. Elles se répartissent majoritairement entre deux ensembles, qui d’ailleurs se recouvrent : 0,30/0,70 m et 0,50/0,90 m. Le bâti de Lucenay est, sur ce plan, très hétérogène : certains parements relèvent spécifiquement du premier ensemble, d’autres du second, tandis qu’un troisième type est caractérisé par une plus grande variété des modules, pris sur toute l’étendue de la fourchette. Certaines zones, comme la surface murale encadrant l’arc en accolade du portail, se subdivisent en sous-ensembles clairement typés.

46Le calcaire type Villebois révèle la même diversité modulaire. Dans le premier niveau, où son emploi est assez réduit (faîte de l’arc en accolade), les hauteurs d’assise vont majoritairement de 0,24 m à 0,38 m et les longueurs se répartissent majoritairement entre 1,30 m et 1,76 m, avec une forte minorité comprise entre 0,80m et 1,14 m. Au second niveau (étage de l’horloge), les modules sont plus réguliers : les hauteurs d’assise se répartissent autour du pôle majoritaire 0,24/0,32 m et les longueurs forment une séquence large : 0,90 m/1,40 m, avec de rares extrêmes. L’étage des cloches présente des hauteurs d’assise étonnamment régulières, rangées en deux pôles proches : 0,30 m et 0,35 m, alors que les longueurs sont très diverses (forte majorité de 0,70/1,10 m, petite minorité de 0,30/0,50 m, quelques extrêmes de 1,50 m/1,55 m).

47Dans les niveaux de Villebois, ces longueurs courantes font ressortir, par contraste, une série de valeurs fortes (fig. 92). La comparaison des deux ensembles de mesures est fondée sur trois paramètres, les moyennes des longueurs courantes et des grandes longueurs, l’écart-type associé à chacune des deux moyennes et les dimensions extrêmes, valeurs de référence maximales. Leur distribution dans le parement apparaît soit aléatoire (les blocs longs sont dispersés au hasard dans un contexte homogène de modules moyens), soit organisée, c’est-à-dire faisant système. Dans ce dernier cas, les blocs de grande longueur constituent ce qu’on appelle des assises de modules longs. Par rapport à un contexte bâti déterminé, le phénomène prend une signification technologique évidente.

92 - Saint-Nizier, modules longs en pierre de Villebois dans la tour nord et la tourelle d’escalier.

48Ainsi, au niveau du portail, la moyenne des blocs d’usage courant est de 1,04 m (écart-type de 48,04), alors que celle des blocs longs est de 1,18 m (écart-type de 60,96). Au second niveau (étage de l’horloge), la moyenne des blocs des assises de modules longs est de 1,10 m (écart-type de 44,26), alors que celle des blocs d’usage courant est de 0,84 m (écart-type de 36,70). Dans le mur ouest de la tourelle d’escalier, d’une longueur moindre que celui de la tour, la moyenne des blocs de modules longs est de 0,98 m (écart-type de 38,67) et la moyenne des blocs d’usage courant est 0,63 m (écart-type de 30,17) : la diminution des valeurs fonctionne avec celle du bâti général.

49L’analyse archéologique a fait apparaître deux zones stratégiques et deux modes de distribution : dans la partie haute du portail, la distribution des assises de modules longs prend la forme d’une accumulation pure et simple et, dans la partie basse de l’étage de l’horloge, celle d’une répartition plus ouverte où les assises de modules longs fonctionnent seules ou par paire dans un contexte de modules courant. De façon significative, certaines assises de modules longs de la tour se poursuivent avec les mêmes caractéristiques dans la tourelle d’escalier. Ces deux zones stratégiques correspondent à un important changement dans le parement intérieur de la façade. En-dessous de la première zone (partie haute du portail), le parement intérieur est monté en bel appareil, comme le parement extérieur. À partir de cette zone, il est fait de moellons et de tout-venant (galets, briques, tuiles…) : ainsi, la mise en œuvre d’assises de modules longs a eu pour finalité de doter cette zone de fragilité d’une haute chaîne horizontale, propre à renforcer le bâti.

Le portail de la tour nord

50Dépourvu de tympan sculpté, le portail (fig. 80) est cependant orné d’un riche décor architectural et animalier. Au-dessus d’un soubassement qui s’achève en banc saillant, s’élèvent six piédestaux, composés chacun d’une base prismatique, d’un corps vertical et d’un socle pour une statue. Ils portent autant de niches. De plan ovalaire, elles n’ont jamais contenu de statues, comme le prouve l’absence de traces d’un ancrage rendu pourtant indispensable par leur faible profondeur. Six dais très ornementés les couvrent. Les archivoltes sont surmontées d’une haute accolade ornée de feuilles de chou.

Modules et décor architectural

51D’une hauteur totale de 2 m, les piédestaux sont formés de cinq assises d’une hauteur moyenne de 0,40/0,50 m. Les trois premières (hauteurs de 0,24 m, 0,44 m et 0,40 m) en constituent la base. Le corps proprement dit de chaque piédestal ne comporte que deux assises, inégales (hauteurs de 0,53 m, 0,38 m), 0,44 m (assise sommitale, composant les socles proprement dits des statues). Comprises entre 0,60 m et 1,50 m, les longueurs des blocs accusent une très forte majorité de 1,00-1,40 m ; certaines assises ne sont formées que de deux blocs. La complexité des modénatures a permis de dissimuler efficacement les joints verticaux. Au faîte des ébrasements, l’assise comportant les dais a une hauteur de 0,50 m. Les blocs mesurent régulièrement 0,70/0,80 m, longueur qui correspond systématiquement à un dais augmenté d’une moulure latérale. La disposition favorise la dissimulation des joints.

52Les niches ont une hauteur de 1,60 m, qui représente 80 % de celle des piédestaux : le différentiel répond à cette esthétique tardo-gothique qui subordonne la figure humaine (les statues), résolument réduite, à un cadre délibérément hypertrophié. Elles ont été montées en quatre assises inégales de 0,36 m, 0,38 m, 0,32 m et 0,48 m de hauteur. La fourchette des longueurs va de 0,65 m (rares) à 1,50 m, le plus grand nombre appartenant à la séquence 1,00-1,50 m, comme pour les piédestaux. Ces longueurs équivalent à un fond de niche augmenté d’une modénature latérale où les joints verticaux peuvent être dissimulés. Mais les plus grandes longueurs représentent couramment cinq tiers de niche, repoussant alors les joints dans une position très visible. Il reste à savoir si le fond de ces niches était destiné à recevoir une finition de surface, un lait de chaux ou un enduit, par exemple. La présence de charveyrons en prouve la nécessité, mais aucune trace n’en a été repérée.

Dessin architectural et technologie de la construction

53La conception architecturale du portail est très élaborée : rapports de proportions entre les composantes et à l’intérieur de chacune, ovale des niches, complexité des modénatures... Le dessin des voussures en tiers-point montre une grande subtilité de conception (fig. 93). Il est défini par plusieurs centres, décalés systématiquement par rapport à l’horizontale qui sert de base aux arcs. L’archivolte extérieure a été dessinée selon deux rayons de 3,50 m issus de deux centres régulièrement positionnés suivant les tiers, mais 10 cm plus bas que l’horizontale de référence, alors que ceux de l’archivolte intérieure (rayons de 1,90 m) n’ont été positionnés que 5 cm sous cette ligne. Accentuant la forme en fer de lance du tympan, ces décentrements subtils donnent aux voussures une ampleur que souligne la pénétration tangentielle de la grande voussure dans les contreforts : elle déborde son cadre. De même, ils intègrent plus nettement les dais à la composition de l’ensemble, tout en conservant l’autonomie du bandeau qu’ils dessinent.

93 - Saint-Nizier, portail de la tour nord, tracés directeurs des archivoltes.

54Au dessin élaboré du portail répond une technologie de qualité. Témoins, les joints biais, formule rare rencontrée aussi, mais très ponctuellement, dans le bâti roman de la cathédrale (baie orientale de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don). Quoiqu’ils appartiennent tous à la catégorie des joints debout, il ne faut pas confondre les joints biais et les joints en sifflet. Les premiers intéressent la structure interne et ne sont donc pas identifiables de l’extérieur. Ils ont pour caractéristique de se développer sur un plan vertical, mais en formant avec le parement un angle inférieur à l’angle droit. On les rencontre dans les éléments architecturaux en saillie, comme les dosserets et les pilastres (par exemple, nef de la chapelle Notre-Dame-de-La-Calm, à Lachau, dans les Baronnies, fin XIIe, début XIIIe) ou, le plus souvent, les contreforts (clocher-porche de la cathédrale de Die, abbaye de Valcroissant, seconde moitié du XIIe siècle, par exemple). Reliant un lit de pose au lit de pose supérieur suivant une ligne oblique, les joints en sifflet sont en revanche bien visibles dans le parement ; ils sont établis dans un plan non pas vertical, mais biais.

55Le choix des modules en fonction des objets architecturaux relève aussi d’une technologie raffinée, qui prend en compte la dimension esthétique du bâti. Dans les piédestaux, par exemple, les blocs sont adaptés au décor. Chaque assise est composée de trois blocs d’inégale longueur pour respecter l’alternance des joints verticaux. Le liaisonnement avec les parties connexes s’opère grâce à des blocs de dessin complexe, qui supposent la mise au point de molles très précises et adaptées au cas par cas (le carnet de Villard de Honnecourt documente cette problématique de chantier). Du côté de la porte par exemple, un seul bloc forme l’embrasure et le premier ressaut, voire les deux premiers ressauts des piédestaux ; de la même manière, du côté extérieur et une assise sur deux, le bloc où a été taillé le ressaut externe est aussi le premier bloc de l’assise correspondante du contrefort. Dans l’assise des socles devant porter les statues, l’organisation a été encore plus strictement établie. Un bloc court est exactement adapté au socle central et, de part et d’autre, un bloc très long forme le reste de l’assise : d’un côté, le socle externe, toutes les moulures restantes et une longue amorce du contrefort, de l’autre, le socle interne, toutes les moulures restantes et l’embrasure de la porte.

Une archéologie du travail : taille de pierre, sculpture et jointoyage

56Le portail nord offre un aspect contrasté : la qualité de l’ouvrage n’a pas été à la hauteur du projet. Pour ce qui est de la taille de pierre, l’aspect grenu du surfaçage spécifique aux niches et aux voussures correspond non pas à la phase finale du travail, mais à l’étape du dégrossissage affiné des surfaces, identifiable à ce piquetage fin produit par le pic ou la broche ; il est vrai que le travail pouvait être poussé assez loin avec ces instruments utilisés normalement pour le dégrossissage.

57Le travail de sculpture est aussi inégal. Véritables morceaux de bravoure de l’architecture flamboyante, avec leurs ogives sculptées, leurs clefs de voûte miniature en pointe de diamant (seulement au nord), leurs arcs formerets (seulement au sud), leurs remplages, pinacles et figures d’animaux, les dais sont traités pourtant avec une certaine maladresse : les remplages, techniquement méticuleux, accusent quelques faiblesses dans le dessin (manque de rigidité des arêtes droites, de planéité dans les fonds ; flou dans les liaisons de plan à plan) et dans la plastique (manque de profondeur du décor réduit à deux plans). Nous sommes très loin, par exemple, des dais du portail de Notre-Dame-des-Marais, à Villefranche-sur-Saône, en Beaujolais, mécénat il est vrai des ducs de Bourbon.

58Quant aux joints, anormalement épais de 10/15 mm en moyenne, et parfois 20/25 mm, ils n’ont pas toujours, sur une même arase, la régularité attendue. En outre, des déchets de taille, parfois des morceaux de brique ou de tuile, ont été abondamment utilisés pour caler les blocs, pratique inacceptable dans une construction de qualité. Le phénomène apparaît pourtant dans le second quart du XIIIe siècle à la cathédrale où les murs portant le clair-étage de la nef montrent des joints de 10/15 mm, bourrés de calages de schiste, parfois de terre cuite ; mais ils restent plus réguliers.

Une archéologie du travail : niches, voussures et accolade

59Les niches forment un niveau de médiocre qualité. Les défauts concernent moins le volume, d’une belle venue, que la verticalité des arêtes, la planéité des surfaces visibles ou la régularité des joints. Pour les surfaces, on relève un bombement régulier (niche externe nord), un creux régulier (niche externe nord) ou des surfaces biaisées s’effaçant vers le haut ou le bas. Pour les arêtes, on note la saillie en lèvre d’un bord horizontal, le tracé biais d’une arête horizontale qui se joint suivant des angles non droits aux arêtes verticales (arête du dais central sud : joint de 0,71m de long s’épaississant de 7/8 à 20 mm ; niche centrale nord : joint de 0,32 m de long s’épaississant de 25 à 40 mm), le gauchissage d’une arête verticale par accident ou manque de maîtrise.

60Parallèlement, dans les voussures, bon nombre de claveaux ont été mal conçus : la courbe des extrados et des intrados, trop accentuée, ne suit pas la géométrie générale des arcs, de nombreux joints sont approximativement rayonnants et s’évasent anormalement vers le haut. Or la taille des claveaux est correcte et les modules sont d’une grande régularité. Les erreurs proviennent donc plutôt du gabarit, c’est-à-dire de la construction géométrique des voussures et des dessins préparatoires. Ces défauts sont la preuve d’un manque de coordination dans le travail (calepinage, présentation au sol des arcs avant montage…).

61La réalisation de la grande accolade illustre, dans sa stéréotomie (pour utiliser un terme anachronique, mais irremplaçable), la hiérarchisation des tâches sur le chantier et la primauté de la sculpture décorative. Le sculpteur a préparé, taillé, monté préalablement au sol, présenté et mis en place son accolade sans se préoccuper des liaisons avec la surface murale. Le souci en est revenu au seul appareilleur qui a dû adapter les assises du mur par la retaille et des bouchages (fig. 94). De ce fait, l’accolade développe un réseau de joints anarchique au milieu du système strictement orthogonal des assises du parement ; les différents bouchages et retailles contribuent encore à brouiller la netteté de l’ensemble.

94 - Saint-Nizier, l’accolade du portail nord : retaille des blocs d’encadrement.

Le premier étage de la tour

62L’implantation du second niveau (premier étage de la tour) légèrement en arrière du premier (niveau du portail) a dégagé une petite galerie extérieure de 1,10 m de profondeur, prévue pour relier l’escalier à la partie centrale de la façade ; celle-ci n’a jamais réalisée dans son état gothique et l’on ignore quels espaces elle devait desservir, un triforium occidental, des galeries de circulation, internes ou externes, voire une tribune. La façade de la cathédrale (XIVe siècle) comporte déjà deux retraits de ce type qui assurent une circulation haute et soulignent l’horizontalité de sa composition. À Saint-Paul, la façade néogothique a reproduit la formule de Saint-Nizier, à moins que les restaurations du XIXe siècle n’aient fait que rétablir un parti antérieur, occulté par la construction du portail classique de 1658.

63A une époque indéterminée, le passage extérieur de Saint-Nizier a été couvert d’un toit en appentis porté par deux poutres longitudinales de 5,20 m de portée : la première (section de 0,20 x 0,32 m) a été positionnée directement contre le mur, à 2,10 m du sol, immédiatement sous le fenestron, et la seconde (section de 0,20 x 0,25 m) à environ 0,90 m du mur et 1,80 m du sol, exactement au-dessus du garde-corps (fig. 80, 89). La gravure d’Israël Silvestre fournit pour cette installation l’année 1649 comme terminus ante quem : on y reconnaît la toiture basse, qui, effectivement, démarre sous le fenestron et ne laisse qu’un faible jour entre la poutre et le garde-corps ; la vignette du plan de Séraucourt (1735) laisse voir la même toiture basse, mais renforcée par un poteau vertical soutenant la poutre externe en son milieu. Cette toiture a été remplacée plus tard par une seconde, montée plus haut : dans chaque contrefort a été taillé le logement d’une poutre, positionnée à quelque 0,20 m du mur de façade ; une saignée d’environ 0,13 m de large a été pratiquée au niveau du linteau du fenestron qu’elle entaille avec le reste de l’assise pour recevoir le bord de la première rangée de tuiles et le solin assurant l’étanchéité. La toiture haute a été installée avant la fin du XVIIIe siècle, comme l’atteste un lavis anonyme de l’époque (Philibert de l’Orme, 1993, N˚ 416) : l’espace entre le bord du toit et le garde-corps est très haut et le fenestron invisible. La lithographie de Chapuy (Façade de Saint-Nizier, 1839), celle de 1843 et le tableau de Petrus Perlet (Lyon, la place Saint-Nizier) confirment la persistance de cette structure au XIXe siècle.

64La partie haute du second niveau est occupée par trois baies, de 1,40 m de largeur et 2,68 m de hauteur environ. Avec leurs claveaux trop minces et leurs piédroits maladroitement ménagés dans le bâti initial repercé, elles sont un aménagement tardif, venu peut-être remplacer des fenestrons établis sur le modèle de l’étage inférieur. La baie occidentale a été ultérieurement bouchée par un assemblage de blocs assez médiocres. Un petit oculus de 0,68 m de diamètre intérieur, composé de sept claveaux très allongés et plats à l’extrados, a été ménagé dans la maçonnerie, pendant sa mise en place. Par ailleurs, toute la zone est marquée par une série d’encoches, notamment six saignées peu profondes, d’environ 0,50/0,70 m de longueur pour environ 6 cm de largeur, disposées irrégulièrement suivant à peu près le rayon du cadran et mordant sur le bouchage (fig. 95). Trois points d’ancrage encore visibles appartiennent à ce système : un, à l’extrémité de la gorge inférieure sud, un, à l’aplomb de l’extrémité basse de la gorge inférieure nord, un, à l’extrémité externe de la gorge médiane sud ; mais comme les autres gorges s’achèvent dans un joint, il paraît vraisemblable que trois autres fixations profondes y aient été établies.

95 - Saint-Nizier, zone de l’horloge : saignées rayonnantes et mortaises.

65L’obturation de la baie est contemporaine de l’aménagement du petit oculus qui est lui-même en relation avec l’installation de l’horloge : il a été ménagé pour le passage des axes des aiguilles. Sous ce dernier, la seconde assise du bouchage porte, peinte au pochoir, la date de 1684. Ce n’est pas l’année de l’installation de la première horloge : la vue de la façade de Saint-Nizier qu’Israël Silvestre a gravée en 1649 atteste déjà la présence sur le même site d’un cadran en bande circulaire et de sa protection en accolade. Mais le bouchage de la baie donne un terminus post quem. Cependant, la date peinte n’en est sans doute pas contemporaine, car elle aurait sinon été certainement gravée, et non peinte, dans un bloc privilégié. Toutes ces traces correspondent à l’installation d’un cadran d’horloge monumentale, protégé par une accolade en zinc et maintenu par les points d’ancrage rayonnants. L’aménagement d’ancrages et de saignées correspond à une première forme des parties externes de l’horloge. On peut s’interroger sur leur dessin : la puissance des ancrages repérés dans l’assise située immédiatement sous l’appui de la baie et de ceux, hypothétiques, qui ont été logés entre la deuxième et la troisième assise au-dessus de la baie, indique assez que le décor extérieur avait une réelle ampleur.

Le mur sud du transept : une archéologie du disparu

66À Saint-Nizier, le parement extérieur du mur sud du transept est éclaboussé de stigmates nombreuses, extraordinairement diverses dans leur nature, leur forme et leur étendue (fig. 96). Les restaurations des années 1997-1998 ont intelligemment laissé paraître, discrets, mais lisibles, ces vestiges de l’histoire monumentale des lieux. Car plus que le mur lui-même, les traces archéologiques portées par le parement intéressent d’abord le site du cloître canonial. Pour décrypter cette interface d’un quartier et d’un mur, l’archéologie du bâti s’est faite archéologie du disparu.

96 - Saint-Nizier, mur sud du transept et face latérale contiguë des deux contreforts.

Description de l’élévation

67Les murs nord et sud du transept présentent une élévation classiquement tripartite : une section de mur nu (premier niveau) de la hauteur des grandes arcades de la nef et percée d’une haute lancette ; la galerie du triforium, éclairée par de petites baies en meurtrière (second niveau) ; le clair-étage (troisième niveau), occupé par la rosace. Vu de l’extérieur, l’élévation est un peu plus complexe. On rencontre tout en bas un socle de quelques assises, en légère saillie sur la surface du mur et marqué, dans la dernière assise, par un chanfrein qui en souligne la fonction portante. Tout en haut, le clair-étage accuse un retrait conséquent, occupé par la coursière supérieure que protège un garde-corps ajouré. Entre les deux se développe en continu une vaste surface murale : rien, ni bandeau, ni larmier, ne vient limiter visuellement l’étendue de chaque niveau ; on reconnaît toutefois l’emplacement du triforium à ses petites baies et aux arcs segmentaires de sa voûte, engagés en boutisse dans le parement. Le mur sud du transept diffère de son symétrique nord sur un point : le premier niveau de son élévation est dépourvu de fenêtre. Or, totalement uni, le parement intérieur du mur est homogène et ne présente pas de trace de reprise : l’absence de baie est d’origine.

68D’évidence, à l’extérieur, de ce côté-ci de l’église où s’étendait le cloître canonial, un important bâtiment, proche du transept ou accolé à lui, a interdit tout aménagement pour l’éclairement du bras sud dans sa zone inférieure. De fait, le parement extérieur offre une apparence contrastée. On identifie d’abord un socle, à peine marqué par des reprises ; son intérêt archéologique réside dans sa pérennité même : c’est son bon état de conservation qui paraît aberrant dans un contexte général de profond réaménagement. Ensuite, une zone murale d’une forme un peu torturée, caractérisée par son enduction de mortier (la zone dite « déparementée ») ; dans l’angle inférieur gauche (ouest) apparaissent les traces d’une porte (fig. 97). L’existence de cette vaste lacune dans un mur de pierre de taille est restée longtemps inexplicable. Au même niveau et de la même hauteur, une étroite surface de bel appareil — la zone parementée orientale — s’est conservée verticalement entre le contrefort droit du mur sud et la zone enduite ; percée d’une porte, elle a subi des interventions aussi impressionnantes que celle-ci, mais moins visibles. Puis, comprise entre ces deux ensembles et le triforium qui la domine, la « zone médiane », ponctuée de trous de poutres. Enfin, le niveau du triforium, piqueté sur tout son long. Notons qu’une autre bande murale piquetée, verticale celle-ci, aussi régulière et nettement définie (fig. 98), transcende tous les niveaux de pierre de taille.

97 - Saint-Nizier, mur sud du transept : zone déparementée et portes.

69Le socle est pratiquement dépourvu de trace de reprises. Si ce n’est la porte ouest, la zone enduite ne conserve pas non plus de vestiges notables : la surface murale visible sous l’enduit, hétérogène et brouillée, n’est archéographiquement pas lisible ; seules l’analyse morphologique et l’étude des modes de construction (pour la porte ouest) fournissent des données susceptibles d’interprétation. Les deux bandes murales piquetées se différencient par leur position (verticale ou horizontale) et la typologie des traces ; leur étendue exacte et, pour l’une, l’analyse des mortiers (présence de suie) ont été des informations décisives. Quant à la zone médiane, haute de 10 assises, soit 4 m (de la hauteur 8,80 m à la hauteur 12,80 m par rapport au socle), elle est caractérisée par des séries de trous rectangulaires, réalisés après l’achèvement du mur sud.

Étude archéographique et archéométrique

Le socle

70Le socle n’est visible que sur trois assises. La hauteur du sol actuel dissimule sans doute une quatrième assise. Le niveau du sol médiéval n’est en effet pas connu, mais doit se situer à faible profondeur sous le macadam. Deux faits le laissent penser : d’une part, l’aménagement, en 1997, de plates-bandes au pied du mur, près de l’angle sud-est du transept, a remis au jour, à quelque 0,40 m de profondeur, des fragments d’un carrelage apparemment en place ; d’autre part, au pied du mur nord du transept, le macadam du trottoir laissait découverte, avant les travaux de 1996, une zone de moellons schisteux immédiatement sous la première assise du socle : il s’agissait du faîte des fondations, le terrain ayant été décaissé lors de l’établissement de la rue.

71Le socle, qui accuse aujourd’hui une hauteur de 1,40 m, est composé d’assises de grand appareil. Les deux premières sont formées de grands blocs de choin, remplois antiques reconnaissables aux traces d’utilisation antiques (trous de louve, de bardage, etc.). La troisième, chanfreinée, est formée de blocs de calcaire type Lucenay. Ces modules sont proches de ceux des parties plus hautes, quoique plus courts et plus réguliers. Le socle servira de point de référence pour les mesures concernant le mur sud.

La zone enduite

72Le socle porte une première assise en place (hauteur : 0,40 m), presque intacte : seul le dernier bloc a été échancré. Au-dessus se développe la zone enduite, vaste surface enduite qui fait directement l’angle avec le contrefort ouest. Sa largeur courante est de 7,80 m et sa hauteur augmente en sept paliers de 6,15 m (à gauche) à 8,45 m (à droite), donnant une surface d’environ 57 m 2. Les sept paliers, irréguliers dans leur longueur, totalisent une hauteur de 2,30 m ; quatre de ces paliers s’achèvent par un bloc de moindre module ou retaillé, comme si on avait cherché à les adapter à une ligne précise.

73Le décroûtage de toute cette partie du mur sud a été effectué courant mars 1998. Il a fait apparaître un parement grossier, très hétérogène dans sa construction et sa constitution. On y retrouve des bouchages de briques et de tuiles (entières ou fragmentaires), une très grande majorité de moellons (moellons de calcaire ou schisteux) et des blocs bien dressés, mais très détériorés.

74Ces matériaux laissent deviner, dans leur répartition, qu’ils ont été remployés comme ils se présentaient, sans plan préconçu. Ils proviennent très vraisemblablement d’une démolition proche du chantier : les briques et les tuiles n’ont été utilisées que par opportunité et l’opus quadratum de calcaire, concentré essentiellement dans la partie basse, présente des modules similaires à ceux de l’église ; notons, dans cette même zone, la présence de deux tronçons de colonnettes qui portent encore des traces de peinture rouge.

75Ras le contrefort gauche (angle sud-ouest), qui lui tient lieu de piédroit, a été ménagée une porte (0,91 m x 2,10 m), actuellement bouchée. Le seuil est situé à une hauteur d’environ 1,65 m par rapport au socle. Comme l’indique la position de la feuillure, elle s’ouvrait vers l’intérieur. Le cadre est un bricolage maladroit : les six blocs du piédroit droit sont des remplois de longueurs diverses et le linteau a été retaillé pour pénétrer dans le contrefort au niveau d’un joint (retaille en siège).

La zone parementée orientale : la porte orientale

76Entre les contreforts, exclusivement, la largeur du mur sud est de 9,10 m. La zone enduite, large de 7,80 m, a donc laissé subsister, près du contrefort oriental, une portion de parement en bel appareil d’une largeur courante de 1,30 m. Il s’agit du parement d’origine, puisque les blocs présentent les mêmes modules que dans les parties intactes et qu’ils sont exactement mariés avec les blocs du contrefort est. Cette bande d’opus quadratum est occupée, en partie basse, par une porte — la « porte orientale » — et une petite série de trous de poutre qui font système (fig. 98).

98 - Saint-Nizier, mur sud du transept : séries S1-S16, S0.

77Cette porte diffère de celle de l’ouest dans ses dimensions, sa construction et son décor. Le cadre est, intérieurement, moins haut (1,74 m pour environ 2,10 m) et moins large (0, 71 m, pour 0,91 m à l’ouest). Elle est positionnée sensiblement plus haut, puisque la ligne du seuil est à 2,20 m du socle. La feuillure est située à l’intérieur. Le piédroit droit est constitué de blocs normalement mariés au contrefort. Il s’agit des assises d’origine dont on n’a conservé qu’une longueur de 0,25 m. Le piédroit gauche, tout au contraire, plus hétérogène, est monté avec des blocs de dimensions et de volumes très divers. Ils sont étonnamment minces, entre environ 0,15 m et 0,30 m, pour des longueurs de 0,26 à 0,54 m. Ils ne se trouvent pas dans l’alignement des assises qui leur font face : l’ensemble a donc été monté indépendamment.

78L’arc de la porte, composé de trois claveaux, a été inséré dans la quatorzième assise au-dessus du socle : les blocs muraux ont été entaillés proprement pour s’adapter à l’extrados. La lunette était originellement vide, fermée par trois barreaux de fer, de section carrée (20 mm de côté, entr’axe de 160 mm), encore en place. Cette lunette a été fermée de l’intérieur par un bouchage de tomettes et de tuiles entières ou fragmentaires, proprement monté et couvert de plâtre.

79Le dessin et le décor de l’arc renvoient au XVI e siècle.

  • L’arc dessine à l’intrados un segment inférieur au demi-cercle, dont la corde est occupée par le linteau. À l’extrados, il ne forme pas une courbe : chaque claveau a été taillé en replat, de telle sorte que l’ensemble constitue une figure à trois pans, selon une morphologie proche des baies supérieures du clocher (tour nord de la façade).

  • Le linteau (0,76 x 0,13 m) présente les mêmes caractères modernes. Ses deux extrémités s’achèvent en demi-queue d’aronde ; elles sont engagées dans des échancrures ménagées à la base des claveaux latéraux, échancrures exactement adaptées. Mais cette formule n’est pas non plus une innovation ; le XIIIe siècle l’avait déjà développée, aussi bien dans l’architecture gothique que romane (petites portes de la cathédrale de Reims, de Notre-Dame de Dijon, priorale de Lagrand, abbatiale chalaisienne de Valbonne...).

  • Une inscription en capitales grecques timbre le linteau : TΩ OΝΤΙ θΕΙΩ (transcription courante : tô onti théiô). Groupe participial substantivé au datif, elle désigne la personne ou la « chose » à qui la porte (ou sur quoi elle donne) est dédiée. La traduction mot-à-mot en est : « à celui qui est divin », si l’expression est au masculin, ou bien « à ce qui est divin », si l’expression est au neutre.

80Le bouchage de la porte, de 0,55 m d’épaisseur, a été, lui aussi, proprement bâti : deux parements de moellons et une fourrure composée de débris de pierres et de briques, l’ensemble étant monté avec un mortier de chaux et de sable ; dans la partie basse, quatre arases de briques (la seconde étant double) liaient l’ensemble (briques de 0,28/0,29 m x 0,14/0,15 m x 0,030 m). On y reconnaissait le mortier du bouchage des trous P2 et P4, par exemple.

La zone parementée orientale : archéographie des trous de poutre

81À cause de la diversité et du nombre de données entrant dans leur étude, les groupes de trous de poutre seront décrits par assise sous forme de tableaux (la hauteur à laquelle est située l’assise concernée est calculée sur le joint de pose de cette assise par rapport au socle ; les dimensions des trous de poutre sont données sous forme de multiplication, dans l’ordre suivant : largeur, hauteur, éventuellement profondeur). La numérotation par ordre croissant des assises commence à la première assise au-dessus de l’arc de la porte.

Première et deuxième assises du contrefort (hauteur 4,67-4,97 m) : séries D4, D5, D6

Première et deuxième assises du contrefort (hauteur 4,67-4,97 m) : séries D4, D5, D6

Troisième assise murale (hauteur 5,52 m) : séries D1-D2

Troisième assise murale (hauteur 5,52 m) : séries D1-D2

Quatrième assise murale (hauteur 5,97 m) : séries D1 bis-D2 bis-D3

Quatrième assise murale (hauteur 5,97 m) : séries D1 bis-D2 bis-D3

La zone médiane : archéographie des trous de poutre

Première assise murale (hauteur 8,80 m) : séries S1-S16, S0 (fig. 98)

Première assise murale (hauteur 8,80 m) : séries S1-S16, S0 (fig. 98)

Remarque 1 : S12 (0,15 x 0,28 m) a été taillé depuis le bord inférieur du bloc, c’est-à-dire trop bas par rapport à l’horizontale prédéfinie ; une brique a été logée dans cette marge, pour rattraper la hauteur d’appui.
Remarque 2
 : S4 (dimensions initiales : 0,20 x 0,18 x 0,09 m) a été augmenté par le haut jusqu’à atteindre le joint supérieur (profondeur de l’augmentation : 0,06/0,07 m). S7 (hauteur totale de 0,325 m) est formé de deux logements rectangulaires joints par un angle. Le trou initial (0,15 x 0,20 x 0,09 m) est dans l’alignement de S1-S16 ; l’augmentation (0,16 x 0,14 x 0,03/0,04 m) est positionnée en haut à droite et déborde de 0,045 m sur l’assise supérieure. Les positionnements respectifs de S4 et de S7 (entr’axe de 1,50 m) montrent qu’ils font système avec deux petits trous logés 0,10 m sous eux, S4 bis et S7 bis (entr’axe de 1,60 m). S4 bis, de 0,10 m de côté, est décalé vers la gauche (entr’axe d’environ 0,13 m). S7 bis, de 0,05 m de côté, est à l’aplomb de S7.

Quatrième assise murale (hauteur 10,15 m) : séries P10 bis, P11 bis

Quatrième assise murale (hauteur 10,15 m) : séries P10 bis, P11 bis

Cinquième assise murale (hauteur 10,50 m) : séries P14, P6, P1, P12, P12 bis, P10, P11, P16

Cinquième assise murale (hauteur 10,50 m) : séries P14, P6, P1, P12, P12 bis, P10, P11, P16

Sixième assise murale (hauteur 10,95 m) : séries P2, P3

Sixième assise murale (hauteur 10,95 m) : séries P2, P3

Huitième assise murale (hauteur 11,80 m) : P4

Huitième assise murale (hauteur 11,80 m) : P4

Neuvième assise murale (hauteur 12,18 m par rapport au socle) : séries P13, P7 bis, P18 bis

Neuvième assise murale (hauteur 12,18 m par rapport au socle) : séries P13, P7 bis, P18 bis

Dixième assise murale (hauteur 12,60 m) : séries P18, P7, P8

Dixième assise murale (hauteur 12,60 m) : séries P18, P7, P8

Onzième assise murale (hauteur 13,05 m par rapport au socle) : P5

Onzième assise murale (hauteur 13,05 m par rapport au socle) : P5

Les bandes parementales piquetées

Première bande parementale piquetée

Première bande parementale piquetée

Deuxième bande parementale piquetée

Deuxième bande parementale piquetée

Analyse systémique et interprétation des données (fig. 98)

La zone enduite

82La zone enduite, d’une surface d’environ 57 m2, dessine l’emprise d’un vaste bâtiment sur le mur sud du transept. Il s’agit de la grande salle des chanoines de Saint-Nizier, signalée sous le nom d’aula par François-Régis Cottin (Cottin, 1994 et 1997). La succession des paliers fait système : elle matérialise une ligne biaise qui répond aux caractéristiques d’une toiture à une pente, descendant de l’est (côté extérieur) vers l’ouest. Par ailleurs, la largeur constante de la zone parementée orientale, logée entre la zone enduite et le contrefort droit du mur sud, indique que cette haute bande appareillée s’est toujours trouvée à l’extérieur du volume bâti. Il est remarquable qu’aucune des séries de trous ne déborde cette limite ; de fait, une même ligne verticale se pérennise sur le long terme depuis la zone enduite jusqu’à la deuxième bande parementale piquetée (cf. infra).

83Le décroûtage opéré lors des restaurations de 1998-1999 a mis au jour un parement d’une étonnante hétérogénéité, composé de moellons, de blocs en remploi, de tuiles et de briques cachés par des enduits successifs. Les remplois apparaissent principalement dans la zone des portes. Il s’agit de blocs de bel appareil, de modules un peu plus courts que ceux du parement du mur sud, mais érodés et d’un calcaire plus fin, plus blanc, plus fragile ; dans cet ensemble, deux tronçons de colonnettes ont appartenu à une construction gothique (diamètre, traces de laie brettelée, vestiges de peinture rouge). La présence, plus haut, de briques et de tuiles tend à prouver que tous ces éléments ont été puisés dans une démolition proche du chantier de la grande salle : on ne fait jamais livrer sur un chantier ce genre de matériau de récupération. On peut émettre l’hypothèse que ces débris ont appartenu à un bâtiment antérieur, que la grande salle serait venue remplacer.

La zone parementée orientale : les trous de poutre

84Les trous de poutre de la zone parementée orientale se répartissent en trois séries, différenciées notamment par leurs positions. Leur superposition (D4, D5 et D6 à 4,67-4,97 m ; D1 et D2 à 5,52 m ; D1 bis-D2 bis-D3 à 5,97 m) désigne deux ou trois phases différentes. La suite D1 bis-D2 bis est surmontée d’une étroite zone piquetée, accroche d’un solin de mortier ; ce détail constructif révèle la présence d’une toiture, la dernière réalisée, parce que logée le plus haut. D3 forme une série avec D1 bis-D2 bis. Quoique de l’autre côté du contrefort, D3, en exacte continuité avec D1 et D2, fait système avec eux. Cette répartition favorise le franchissement du contrefort par une longue toiture. Tous trois font système avec les deux angles abattus des contreforts de l’angle sud-est : il s’agit d’un passage abrité par la toiture longue et conduisant à la porte orientale.

85La présence, un peu plus bas, de la série D1-D2 s’explique mal. En outre, l’entr’axe de 0,32 m ne semble correspondre à aucune nécessité évidente. On peut émettre l’hypothèse que ce groupe forme système avec le groupe D1-D2-D3 : ils pourraient avoir servi d’ancrage à des jambes soutenant cette toiture. Quant à D4, D5 et D6, ils font système. Ils dessinent sur le côté du contrefort une pente d’environ 27 %, descendant du mur sud vers l’extérieur. Positionnés le plus bas, ils constituent une installation autonome, sans doute la première toiture réalisée pour protéger la porte.

La zone médiane : les trous de poutre

86La série S1-S16 fait système, comme le prouvent l’horizontale qu’il définit, l’homogénéité des dimensions et la régularité des entr’axes. Il s’agit de l’ancrage d’un plancher. La profondeur des trous confirme l’hypothèse. S0 y est visiblement associé. Sa morphologie est celle des trous ménagés pour recevoir une poutre amovible, mise en place en force dans un espace sans marge de manœuvre pour l’installation (la forme biaisée de la partie haute du trou favorise l’insertion de la poutre) : selon une technique courante, attestée au chevet de la cathédrale, par exemple, la poutre était insérée de biais par un bout dans une encoche ajustée à cet effet, puis abaissée jusqu’à ce que l’autre extrémité se loge dans l’autre encoche, en se glissant par le biseau.

87La série P1-P12 bis fait système. Les similitudes relevées avec la série S1-S16 prouvent qu’il s’agit d’un projet de plancher à peine entamé : pour une raison inconnue, liée sans doute à des exigences de hauteur sous plafond, sa réalisation a été reportée 3 assises plus bas, c’est-à-dire en S1-S16. Sur le plan méthodologique, le cas est intéressant : les deux séries constituent un système accidentel.

88P2, P4 et P5 font système. Ils dessinent ensemble une ligne biaise qui présente la même pente que la succession des paliers de la zone parementée : ces deux lignes matérialisent deux toitures successives. Toutefois, P2, P4 et P5 n’ont pas la même fonction. La position, les dimensions et l’entr’axe désignent P2 et de P4 des poutres maîtresses ; les mêmes critères identifient P5 comme le support du mur arrière (galandage sur armature de bois).

89P16 et P5 font système : à l’aplomb l’un de l’autre, ils sont dans le prolongement du côté droit de la zone enduite. Ils font système plus bas avec S16 : la courte distance entre S16 et le côté droit de la zone enduite équivaut à la largeur de P16 et de P5 ; cela signifie que cette courte distance représente l’épaisseur du mur arrière (est) du bâtiment disparu. Ils font système plus haut avec la limite droite (est) de la deuxième bande parementale piquetée : comme pour S16, l’espace considéré matérialise l’épaisseur du même mur arrière. Dans ces conditions, la ligne qui se dessine sur une chronologie longue entre, tout en bas, le côté droit de la zone enduite et, tout en haut, la limite droite de la deuxième bande parementale piquetée, matérialise effectivement le mur arrière de l’ensemble, opposé à la façade sur cloître.

La zone médiane : la première bande parementale

90La première bande parementale piquetée est caractérisée par sa verticalité. Elle fait système avec la zone enduite, en bas, et, en haut, avec le bandeau saillant qui porte le garde-corps du passage extérieur. Elle présente dans sa limite basse un dessin aberrant en palier qui a été imposé par le déparementage de la zone inférieure (troisième et quatrième paliers de la zone enduite) : rien n’interdit que l’installation dont elle est la trace ne soit descendue plus bas. Pour sa limite haute, elle vient buter contre deux blocs du bandeau saillant qui ont été visiblement changés au XIXe siècle (qualité du calcaire, fraîcheur de la pierre, traces de boucharde) : en tout état de cause, l’installation montait plus haut, nécessitant le bûchage des deux blocs concernés. Ces deux limites visibles sont donc accidentelles : l’installation disparue était plus longue que la bande parementale piquetée. De fait, des traces de suie contenues dans les joints l’ont identifiée comme une gaine de cheminée : elle devait originellement desservir une cheminée logée dans la zone enduite (grande salle) et monter au-delà du passage supérieur, peut-être même plus haut que le faîte du mur sud.

91La première bande parementale piquetée fait système avec les séries S1-S16, P11-P10 et P18-P5. Elle tient dans son emprise les trous S5 et S6. Leur mode de bouchage fournit un élément de datation relative. Ils ont été en effet obstrués au mortier de chaux et recouverts d’un opercule de ciment prompt, tandis que les autres trous de la série S0-S16 sont bouchés au ciment prompt : les poutres logées en S5 et S6 ont donc été sciées au moment de l’installation de la gaine de cheminée, alors que celles des autres trous n’ont été ôtées qu’au XIXe siècle (datation donnée par le matériau de bouchage), quand le plancher a été supprimé et l’ensemble des bouchages uniformisé au ciment. L’hypothèse chronologique a été vérifiée méthodologiquement pendant l’étude archéologique, alors que quelques trous de la série S0-S16 venaient de révéler l’emploi exclusif de ciment prompt : le débouchage de S6 a soudain montré l’utilisation inattendue de mortier de chaux ; l’articulation de S5-S6 avec la première bande parementale piquetée a suscité l’hypothèse d’un bouchage au mortier pour S5, ce qui a été vérifié immédiatement.

92La première bande parementale piquetée fait système avec S4 et S7, P11 et P10 (et leurs satellites P11 bis et P10 bis) et P18 et P7 (et leurs satellites P18 bis et P7 bis). S4 et S7 sont des logements de poutres agrandis pour recevoir le chevêtre d’une cheminée installée au niveau du plancher S1-S16 ; trous de petites dimensions, caractéristiques du scellement d’une pièce de métal, S4 bis et S7 bis ont été prévus pour renforcer soit le chevêtre, soit, plus vraisemblablement, la gaine de cheminée. P11 et P10 (dimensions, forme et position) présentent les caractères d’un ancrage pour une hotte de cheminée. Ainsi, le système S4-S7-P11-P10 est le vestige d’une cheminée destinée à chauffer l’étage surmontant la grande salle primitive. Quant au système P18-P7, combiné avec P8 comme S0 avec S1-S16, il paraît isolé ; seule la synthèse générale sur le parement permettra de le localiser précisément et d’en déterminer la fonction.

La zone médiane : les deuxième et troisième bandes parementales piquetées

93La deuxième bande parementale piquetée est logée entre les hauteurs 13 m et 15 m. Sa fonction est révélée par sa position et son étendue : elle se développe en effet au revers du triforium, sur une longueur totale d’environ 8,80 m, en incluant le côté droit et une partie de la face principale du contrefort gauche du mur sud. À l’est, sa limite droite est, à quelques dizaines de centimètres près, dans l’alignement vertical de celle de la zone enduite et dans le prolongement du système P16-P5 : on l’a vu, la marge constatée correspond à l’épaisseur du mur arrière (est) de l’étage. La limite gauche (ouest) est située sur la face principale du contrefort gauche du mur sud, à l’aplomb d’une verticale dessinée par des blocs changés tardivement (restaurations du XIXe siècle) dans la façade du contrefort gauche. Le piquetage correspond à l’enduction de cette partie du mur, sans doute un plâtrage prévu pour unifier la surface murale et dissimuler les deux fenestrons du triforium : nous avons affaire au vestige ténu d’une construction légère formant un dernier étage ; la légèreté de la structure portante confirme qu’il s’agit d’une installation adventice, un espace annexe.

94La troisième bande parementale piquetée correspond au pinacle intermédiaire du contrefort (de la hauteur 10,50 m à la hauteur de 12,28 m depuis le socle) : le pinacle a été bûché et seul a subsisté le rampant gauche (côté ouest). Elle apporte une nouvelle preuve que les étages ajoutés à la grande salle primitive débordaient sur le contrefort et que la façade de la grande salle a été construite dans le prolongement du contrefort, alignée sur son angle gauche.

La grande salle des chanoines

95L’analyse systémique des vestigia a fait venir à la surface du mur sud, comme sur une plaque sensible, les formes générales du bâtiment jouxtant le transept (fig. 99, 100). La zone enduite en est sans conteste le témoignage le plus visuel, mais aussi le plus difficile à interpréter. Clef de compréhension de tout le mur sud, elle impose de suivre une démarche en trois étapes : tout d’abord, restituer le processus qui a été à l’origine de son état actuel ; ensuite, établir l’existence d’un bâtiment antérieur à la construction du transept ; expliquer enfin l’articulation entre le socle du mur sud et cette zone creuse, articulation qui est le reflet de l’histoire monumentale du site.

99 - Saint-Nizier, mur sud du transept, grandes lignes définies par l’analyse systémique des trous de poutre.

100 - Saint-Nizier, schéma d’évolution du bâtiment oriental.

Archéologie de la zone enduite

96Comme on l’a vu, l’enduit actuel recouvre un montage hétéroclite de moellons, de remplois, de tuiles et de briques. Si ce bâti était d’origine, il s’agirait alors du blocage intérieur du mur, surépaissi au point de venir affleurer le parement en bel appareil. Inutile de souligner le caractère aberrant d’une telle disposition : quelle fonction donner à cette sorte de hernie et pourquoi laisser visible une vaste surface de moellonage dans un contexte d’opus quadratum savamment assemblé ? L’analyse fine du site a montré que ce bâti est en réalité un placage comblant une dépression d’environ 0,40 m de profondeur sur quelque 57 m 2. Pour expliquer l’origine de cette dépression et la nécessité d’y remédier par placage, on peut émettre trois hypothèses : la destruction partielle du parement du mur sud, l’empreinte laissée par un bâtiment préexistant dans le mur sud ou bien un démontage ponctuel de l’appareil.

97L’hypothèse d’une destruction accidentelle est à proscrire : l’absence de traces d’incendie ou de fractures, le dessin régulier du périmètre (un décollement partiel du parement aurait par exemple pris la forme d’un effondrement en cloche) et la retaille de certains blocs encore en place (bande parementale orientale) s’y opposent. La seconde hypothèse - le vestige en creux d’un mur préexistant (le mur nord d’un bâtiment primitif) englobé dans le mur sud du transept - est plus séduisante ; mais elle bute sur une difficulté majeure : la présence du socle conservé intact sous la zone enduite. Elle laisserait en effet supposer soit que ce bâtiment primitif était suspendu à quelque 3 mètres du sol, soit que le socle a été monté en sous-œuvre : on aurait démoli la partie basse du mur nord de ce bâtiment, tout en maintenant la partie haute en l’air ! Il ne reste qu’une seule hypothèse plausible : le démontage délibéré, en d’autres termes la récupération très localisée de blocs de bel appareil, dans une zone où leur arrachage serait dissimulé par un édifice à construire. Même si elle est confortée par l’état de la porte ouest, l’hypothèse d’un déparementage partiel du mur, pour alimenter en pierre de taille une construction proche, se heurte à la même difficulté que précédemment : la conservation intacte du socle.

Le bâtiment vieux et le bâtiment neuf

98C’est la porte ouest, ouverte dans la zone enduite, qui fournit, à la fois dans sa forme et dans sa fonction, des indices archéologiques décisifs. Ils concernent d’une part l’existence d’un bâtiment antérieur à la reconstruction du transept de Saint-Nizier, d’autre part l’organisation des espaces intérieurs et des circulations entre les bâtiments canoniaux et la collégiale. L’analyse porte à la fois sur le dernier bâtiment construit, celui qui a laissé sa trace dans le mur sud et a été démoli au XIXe siècle, désigné durant l’opération archéologique comme « le bâtiment neuf », et le bâtiment qui l’a précédé, désigné de même comme « le bâtiment vieux ».

99La porte ouest est le débouché d’un couloir ménagé dans le mur ouest du bras sud du transept (fig. 101, 105, 106) ; des fenestrons en forme de meurtrière, deux l’intérieur, un seul à l’extérieur, en révèlent la position. Ce couloir mène dans l’escalier du transept, construit dans l’angle formé par le mur ouest du bras sud et le mur gouttereau du collatéral sud. Sa fonction a toujours été de relier le transept à un bâtiment extérieur. Il n’a pas été percé après coup, opération d’ailleurs peu vraisemblable, mais construit avec le bras sud. D’une largeur de 0,80 m, il se développe entre deux murs de 0,40 m d’épaisseur chacun, faits de boutisses. L’appareil de ses parois est le même moyen appareil qu’on retrouve dans les parties hautes (triforium et clair-étage). En revanche, il tranche avec le petit appareil qui règne partout dans les parties basses de l’enveloppe intérieure, du sol jusqu’au triforium exclusivement : le moyen appareil de ces quatre assises a été prévu spécifiquement pour l’aménagement du couloir, afin de renforcer cette zone fragilisée.

101 - Saint-Nizier, bras sud du transept : a - parement extérieur du couloir interne au mur (en gris) ; b – plan.

100Dans ces conditions, la porte ouest, débouché unique du couloir, a nécessairement existé dans un état gothique tardif, avec les bases prismatiques et le linteau en accolade qui caractérisent les autres portes, même mineures, de la collégiale ; or, dans sa forme actuelle, le cadre de cette porte, sans caractère, est le produit d’une reprise totale : tout confirme le démontage partiel du parement du mur sud, qui a entraîné celui du cadre de la porte gothique. Elle prouve aussi la succession de deux bâtiments ou, en d’autres termes, l’existence d’un édifice (le bâtiment vieux) antérieur à celui qui a occasionné ce déparementage (le bâtiment neuf). En effet, si cette porte avait donné dès l’origine dans le bâtiment neuf, elle n’aurait jamais été modifiée et le parement correspondant jamais démonté. Il faut donc admettre que le bras sud du transept a été élevé contre un édifice préexistant, le bâtiment vieux, lui-même détruit ultérieurement pour être remplacé par un nouvel édifice, le bâtiment neuf.

101Le plan scénographique de 1550 nous livre une image de ce dernier (fig. 102). Dans le dessin, approximatif, mais riche de détails, apparaît un long bâtiment partiellement caché par le bras sud du transept ; l’erreur est due à des difficultés de représentation, liées à la codification graphique contraignante (Rossiaud, 1990). Il est vu par l’est, c’est-à-dire par la façade arrière ; la belle façade, elle, donnait sur le cloître dont le plan a représenté très schématiquement les galeries ouest et sud. Le mur oriental est figuré divisé en deux niveaux, un rez-de-chaussée formant comme un socle et un étage élevé, terminé par deux fenestrons logés directement sous l’égout de la toiture. Un chien assis occupe le milieu du toit. Cet emplacement est peu vraisemblable, puisque la toiture du bâtiment n’offrait qu’une seule pente, descendant vers l’ouest. La salle qui a laissé sa marque dans le parement sud du triforium et qui était desservie par la porte ouest se trouvait à l’étage. En effet, la porte ouest se trouve à quelque 3 m du sol actuel et ne peut desservir qu’un premier étage. Et puisque cette porte a été ménagée, à l’origine, pour ouvrir dans l’édifice plus ancien, on peut affirmer que l’organisation spatiale du bâtiment neuf reprend celle du bâtiment vieux : un rez-de-chaussée ouvrant sur le cloître et un étage occupé, tout ou partie, par une grande salle.

102 - Saint-Nizier au XVIe siècle d’après le plan de 1550.

Articulation du socle du mur sud et de la zone enduite

102On peut s’étonner que l’arrachage d’une partie du parement du mur sud ait épargné le socle et la première assise le surmontant. Le souci de garder intactes les puissantes assises du socle peut se comprendre : on aurait répugné à attaquer ce qui conforte la stabilité du mur. Mais pourquoi avoir épargné la première assise murale, alors que les suivantes ont été démontées ? Qui plus est, il manque à cette assise un bloc long (peut-être deux blocs courts) sous la porte orientale, marque d’un aménagement très localisé. La résolution de cette difficulté archéologique implique une vision en 3D du site, qui intègre à la fois les niveaux de sol suggérés par les vestigia et l’organisation générale du quartier canonial (fig. 107, 109). Cette organisation met en jeu les circulations entre l’église, le cloître (porte dans l’avant-dernière travée du collatéral sud), le bâtiment de la grande salle et les terrains situés à l’est du cloître (ils relèvent aussi du chapitre). Quant aux différents niveaux de sol, il s’agit, pour ce qui nous intéresse, de celui du cloître, en relation avec le pavement de la collégiale, et de celui de la grande salle, en rapport avec le seuil de la porte ouest et le sol du couloir.

103 - Saint-Nizier, plan de 1654-1657 (© Arch. dép. Rhône, 15G163).

104 - Saint-Nizier, plan et coupe nord-sud de la crypte haut Moyen Âge relevés par Claude-Anthelme Benoît et publié dans : Abbé Lapra, le culte de la Vierge et de saint Pothin dans l’église de Saint-Nizier, Lyon, 1885, p. 3 et 51 (© Archives municipales de Lyon, SM 876 p. 03 et SM 876 p. 51).

103L’assise murale épargnée est située à 1,20 m sous le niveau du seuil de la porte ouest, qui est aussi celui du couloir. Cette localisation pose le problème de sa fonction, raison de sa préservation. Première hypothèse : elle aurait été conservée pour porter le plancher de la grande salle. Mais, dans ce cas, le différentiel de hauteur aurait imposé l’aménagement d’un escalier entre la porte ouest et, en contrebas, le sol de la grande salle. Une telle disposition est inimaginable : il aurait été plus simple de réaliser d’emblée le couloir et la porte 1,20 m plus bas. Deuxième hypothèse, le rez-de-chaussée du bâtiment neuf aurait été couvert d’une voûte en berceau longitudinal ou une voûte d’arêtes portant le sol de la grande salle. Mais, dans ce cas, l’articulation en demi-cercle de la voûte et du mur sud n’aurait eu aucune incidence sur la conservation ou la suppression de la première assise murale. Troisième hypothèse, le plancher de la grande salle, de plain-pied avec le couloir, aurait été ancré sous le seuil de la porte, quelque 1 m au-dessus de l’assise épargnée. Retour à la question initiale : pourquoi, dans ce cas, avoir démonté les quatre assises logées en dessous et maintenu la première assise murale ?

105 - Saint-Nizier, intérieur du bras sud du transept : porte de l’escalier et fenestron du couloir interne au mur.

106 - Saint-Nizier, angle sud-ouest du bras sud du transept et porte d’accès au collatéral.

104La construction d’une voûte en berceau continu parallèle au mur sud du transept est la seule hypothèse justifiant la conservation de la première assise. Axée est-ouest, cette voûte s’appuierait en effet de tout son long sur l’assise et monterait assez haut pour porter le sol de la grande salle. Montée au niveau du rez-de-chaussée et perpendiculaire à l’axe du bâtiment neuf, une telle voûte serait parfaitement adaptée, dans son unicité, à un passage voûté reliant le cloître et les installations canoniales situées à l’est du chevet. D’une hauteur d’environ 1 m et portée à sans doute 2 m, et peut être plus, du sol médiéval (environ 1,70 m du sol actuel), cette voûte pouvait présenter un dessin en plein cintre, surbaissé ou en anse de panier, comme la porte du collatéral sud donnant dans le cloître : ce paramètre dépend de la largeur du passage.

Histoire monumentale du bâtiment neuf (fig. 99, 100, 107)

105On peut restituer trois grandes étapes :

106A - Pendant la reconstruction de la collégiale, le mur sud du transept a été élevé contre le bâtiment vieux. Ce dernier comportait déjà un rez-de-chaussée et l’étage où se trouvait la salle vieille. Grande salle et transept ont été mis en communication par un couloir prévu d’origine dans le plan du transept. Pour cette raison, la grande salle ne peut être un espace d’usage courant, ni, non plus, un lieu moins trivial comme la bibliothèque ou la salle du trésor : rien n’aurait justifié la création d’un couloir. Cette nécessité de circulation désigne la salle vieille comme une salle d’apparat dont les fonctions restent difficiles à préciser : chapitre, revestiaire (les chanoines quittent la grande salle pour le chœur canonial, après avoir revêtu leur tenue liturgique), dapiférie, comme pour la Manécanterie de la cathédrale (Vialettes, 1995)...

107 - Saint-Nizier, restitution du bâtiment oriental du cloître dans son dernier état.

107B - Dans un premier temps, le bâtiment vieux a été détruit et remplacé par celui qui a laissé son empreinte dans le mur sud, sous la forme de la zone enduite : on a arraché les blocs de bel appareil correspondant à l’emprise de l’étage sur le mur et on les a remployés dans la construction, vraisemblablement pour la façade sur cloître. Comme celui qui l’a précédé, le bâtiment neuf était composé d’un rez-de-chaussée et d’un étage où se trouvait la salle neuve, une salle d’environ 5 m sous plafond. Il était couvert d’un toit à une pente (environ 35 pour 100 ; hauteur maximale des combles : environ 2,30 m), descendant de l’est vers l’ouest, c’est-à-dire vers le cloître : c’est de ce côté qu’il faut situer la « belle façade ». Celle-ci était ancrée dans le contrefort gauche du mur sud et alignée sur l’angle gauche de ce contrefort : les divers rehaussements de l’édifice ont toujours respecté cet alignement.

108La galerie orientale du cloître se développait vraisemblablement devant le rez-de-chaussée, c’est-à-dire plaquée sur la façade du bâtiment neuf. La position de cette dernière a nécessairement repoussé la galerie vers l’ouest ; car si la galerie avait été logée sous la façade, c’est-à-dire dans le rez-de-chaussée, elle aurait buté sur l’angle sud transept, formant alors un coude minuscule pour éviter l’obstacle. Cette formule très rare se rencontre certes aux XII-XIIIe siècles (Sainte-Sophie de Bénévent, en Italie, Sainte-Gertrude de Nivelles, en Belgique, ou, en France, Paray-le-Monial), mais avec une tout autre ampleur monumentale. Disposer la galerie en avant d’un bâtiment offre en outre la possibilité de faire de son toit une terrasse, solution adoptée aussi bien à l’époque moderne (à Lyon, abbaye Saint-Pierre-des-Terreaux, XVIIe siècle), qu’au Moyen Âge (abbaye cistercienne du Thoronet, XIIe).

109La courte traboule ménagée sous la grande salle ouvrait donc dans la galerie orientale du cloître. Son existence relève d’une nécessité topographique. En effet, la masse du bâtiment neuf créait une barrière infranchissable entre l’église et les possessions canoniales situées derrière le chevet. Sur le flanc sud de l’église, l’ancien cloître, transformé en petit cimetière, était le débouché naturel du collatéral sud : la porte classique qui y donne, et dont la salle supérieure est aussi desservie par le couloir mural conduisant à la grande salle, ouvrait sur le domaine canonial proprement dit ; et même si les ventes et cessions de parties du cloître et la transformation du préau en cimetière ont altéré les fonctions originelles du lieu, il n’en est pas moins resté une « plaque tournante » donnant sur tous les bâtiments en usage. À l’est de l’église se trouvaient un vaste cimetière (côté nord-est), desservi par l’actuelle rue de la Fromagerie, et des maisons canoniales (côté nord-ouest), étirées vers l’est.

110C - Dans un deuxième temps, on a rehaussé le bâtiment de 2,20 m et porté le nouveau plafond de la grande salle (série S1-S16) à une hauteur d’environ 7,20 m. Accusant la même pente que la précédente, la nouvelle toiture reposait sur les poutres P2 et P4 et formait avec le plafond un nouveau comble d’une hauteur croissant de 1,70 à l’ouest à environ 4 m à l’est ; le mur du fond (est), ancré dans les trous P16 et P5, était sans doute un galandage de brique sur structure bois, d’une épaisseur de 0,50 m (position de S16, de P16, de P5 et de la limite orientale du piquetage supérieur par rapport à la limite orientale de la zone enduite). Ces dimensions apparaissent considérables ; l’opération visait non seulement à amplifier le bâtiment neuf, mais encore à créer vraisemblablement un étage de combles dévolu à des logements secondaires.

111D - Dans un troisième temps, deux niveaux ont été ajoutés, successivement ou en même temps. La rareté des trous de poutre témoigne de la légèreté de ces constructions : la structure en bois de ces deux étages était à peine ancrée dans le mur sud du transept et devait porter essentiellement sur les murs est et ouest. Il s’agissait vraisemblablement de deux étages de faible profondeur (peut-être 2 ou 3 m), accrochés au mur sud et dotés d’une façade tournée vers le sud ; la toiture, qui n’a laissé aucune trace, devait elle-même présenter une pente nord-sud. On pense à un logement sommaire de personnels travaillant pour les chanoines. Comme on le constate encore à Saint-Bonaventure (installations conservées sur les voûtes des bas-côtés), Saint-Paul (chapelle supérieure du bas-côté nord, du XIIIe siècle, et logement à mezzanine pour le sonneur, moderne) ou la cathédrale (logement à mezzanine pour le sonneur dans la tour nord, moderne), les parties hautes des églises ont accueilli tardivement, mais parfois dès les XII-XIIIe siècles (Saint-Paul) des annexes de toutes sortes.

112Le premier étage ajouté a été installé dans la partie nord des combles. Il a fallu, pour cela, détruire la section de la toiture la plus proche du mur. Les poutres ancrées en P2, P3 et P4 ont été sciées sur 2 ou 3 m de longueur (hypothèse de travail) : les deux bouchages sont contemporains. De ce fait, la façade de cet étage était barrée en biais par la partie conservée de la toiture de la grande salle. À quelle hauteur était situé le plafond ? Les quatre ancrages P18-P7-P18 bis-P7 bis sont les vestiges d’un chevêtre (cadre de poutre isolant la gaine du plancher et encadrant un voûtain de briques prévu pour le foyer) : les quatre trous sont en effet positionnés trop haut (3,50 m) pour correspondre à une hotte de cheminée et trop bas (à 1,50 m de P2-P3 et à 0,70 m de P4) pour être un aménagement attaché à l’étage supérieur. Par ailleurs, P18 et P7 définissent une ligne qui correspond à la limite inférieure de la deuxième bande parementale piquetée, vestige du dernier étage. Les deux données concordent pour localiser le plafond au niveau de la série P18-P7, à une hauteur d’environ 3,50 m par rapport au plancher S1-S16.

113Le second et dernier étage a été aménagé sous le bandeau en corniche du passage extérieur (jouant efficacement le rôle de larmier, il protégeait la jonction de la toiture contre le mur). Il correspond à la deuxième bande parementale piquetée (hauteur : environ 2 m) et les dernières assises sous le bandeau en corniche (hauteur : 0,80 m), soit une hauteur totale maximale d’environ 2,80 m. Il est dépourvu pratiquement d’ancrage de poutres. Le piquetage général du niveau est le seul indice d’aménagement ; il avait pour but d’uniformiser la surface murale et dissimuler le bouchage des deux fenestrons du triforium.

114E - La première bande parementale piquetée est le vestige d’une longue gaine de cheminée traversant tous les niveaux du bâtiment neuf ; la présence abondante de suie dans les joints du triforium, au revers de son emprise, ne laisse aucun doute. Elle devait d’abord desservir une grande cheminée montée contre le mur nord de la grande salle (c’est-à-dire le mur sud du transept) : la puissance du conduit traduit un fort tirage. Mais son installation est intervenue, dans un deuxième temps, après que le plafond en S1-S16 a été mis en place : les poutres ancrées en S5 et S6 ont dû être sciées pour lui livrer passage. De même, la poutre issue de S0, qui fait système avec S1-S16, a été supprimée : le bouchon de S0 est du même type que les deux autres. Quoique dans l’emprise de la gaine, le trou P2, lui, n’a subi à ce moment aucune modification : privé de sa poutre lors de l’aménagement antérieur de l’étage, il était déjà bouché.

115La gaine est vraisemblablement contemporaine des deux derniers niveaux : il n’existe aucun ancrage de sécurité en dehors du chevêtre en P18-P7. La cheminée de l’avant-dernier étage a été montée sans doute dans le même mouvement. La hauteur et la minceur des trous P11 et P10 (avant-dernier étage) font penser à une forme simple de cheminée, bandeau (P11, P10, P11 bis et P10 bis) et piédroits ancrés (S4 et S5 modifiés). Quant au dernier niveau, il était sans doute privé de chauffage : il n’existe aucune trace d’ancrage dans la deuxième bande parementale piquetée et les poutres du chevêtre avaient une section trop faible pour soutenir à elles seules une cheminée maçonnée et simplement adossée au mur ; cette poutraison n’avait pas d’autre finalité que de ménager à la gaine un passage dans le plancher.

Archéologie de la recluserie

116Le 28 septembre 1998, il a été procédé à un sondage dans la porte orientale, bouchée, du mur sud. L’étroit passage pratiqué a donné accès à un petit cabinet aménagé à l’intérieur du mur, à moitié dans la zone parementée orientale, à moitié dans la zone enduite. La technique mise en œuvre est très audacieuse, les risques calculés, considérables : le mur a été évidé sur une longueur correspondant à l’emprise du cabinet (environ 1,55 m), ne laissant comme paroi, côté nord, que le parement intérieur du transept chemisé de moellons (épaisseur : 0,34 m) et, côté sud, que le moellonage de la zone enduite, réduit à une épaisseur de 0,16 m. Côté sud, il n’existe pas de rupture visible entre la paroi de moellons de la zone enduite et le mur du petit cabinet : toute cette enveloppe extérieure est donc homogène. Cela signifie qu’on a déparementé le mur médiéval dans l’emprise de la grande salle en même temps qu’on creusait le petit cabinet.

117Sa surface au sol dessine un trapèze-rectangle 1,52/1,55 m de long et 0,91 m de large ; le mur oriental est légèrement biais : il s’agissait d’éviter la masse interne de la colonne engagée (angle intérieur sud-est du transept). Il est couvert d’une voûte segmentaire culminant à 2,20 m ; le départ ouest de cette voûte est à une hauteur de 1,85 m, le départ est, à 1,92 m. La voûte est formée de petits moellons clavés. L’ensemble a été enduit et badigeonné de blanc, sans doute un lait de chaux. Le sol est encore couvert de tomettes 0,16 m de côté. Dans le mur nord, à 0,86 m du sol et à 0,39 m de l’angle ouest, s’ouvre une petite baie de 0,52 m de largeur et d’une hauteur de 0,69 m se réduisant en direction du transept à 0,42 m seulement. Elle ne présente aucune trace de gond, ni de verrou, mais est entourée d’une feuillure. Elle a été plus tard minutieusement bouchée par trois blocs de 0,16/0,17 m de hauteur. Quelques chevilles en bois logées dans l’angle ouest correspondent à une installation légère qui lui était associée.

Le chapitre et son organisation, par Hervé Chopin
Dès le VIe siècle, des clercs sont déjà à la charge de l’église (Reynaud 1998 : 196-197). Mais ce n’est qu’au IXe siècle qu’une première communauté de chanoines est mentionnée. Dans le Liber Confraternitatum Augiensis, rédigé vers 830, une vingtaine de canonici est dirigée par un abbé (Liber Confraternitatum Augiensis, MGH, 1884, p. 257-259). Entre le IXe siècle et le XIIIe siècle, les sources nous manquent pour connaître l’église et la communauté. En 1173, il est pour la première fois fait référence à la paroisse (Guigue 1885-1893 : t. I, p. 69). Au XIIIe siècle, le chapitre n’existe plus. En 1251, une bulle d’Innocent IV accordant quarante jours d’indulgences aux fidèles qui visiteront l’église mentionne le recteur et les clercs de l’église Saint-Nizier (AD Rhône 15G83 ; Inn. IV Registres, t. 3, n° 5606). Un chapelain ou recteur, Durand, est cité à plusieurs reprises dans les années 1251-1255 (Guigue 1885-1893 : t. I, p. 579 ; t. II, pp. 13, 31). En 1284, Pierre de Conches est aussi recteur (Guigue 1885-1893 : t. II, p. 487).
Louis de Villars, pour s’accorder les grâces des habitants de la Ville, après les différends qui ont opposé l’Église d’un côté et les habitants de Lyon, de l’autre, fonde la collégiale le 25 mars 1306 (Hours 1994 : 113-117 ; Hours 1993 : 7-13 ; AD Rhône, 15G84). Ce collège comprend dix-huit chanoines, est doté d’églises en Bresse et de plusieurs établissements comme l’hôpital du pont du Rhône et l’hôpital Sainte-Catherine. Le chapitre devait être dirigé par un prévôt, major sit inter ceteres et caput capitulum, assisté d’un sacriste et d’un maître du chœur chargé de régler les offices et portant le titre d’archiprêtre de Lyon et des suburbes. Les chanoines sont nommés par l’archevêque et doivent lui prêter serment de fidélité. Le prévôt fraîchement nommé n’est autre que Pierre de Chalon, official de Lyon, familier de Philippe le Bel (Lalou 1992 : 227, note 27). Même si l’archevêque affirme son patronage sur Saint-Nizier par l’octroi d’indulgences comme c’est le cas en novembre 1307 (AD Rhône, 10G528, pièce 3), les chanoines de Saint-Jean remettent, de ce fait, en cause l’acte de fondation de Saint-Nizier. En effet, au même titre que l’archevêque, ils disposent du titre comtal. C’est pourquoi ils exigent de s’associer à l’archevêque pour créer « à nouveau » la collégiale. On ne sait pas si la première fondation a été effective ou non, aucun document ne s’y réfère.
Le 9 février 1308, l’archevêque et son chapitre rédigent un nouvel acte de fondation (AD Rhône, 10G528, pièce 3). Celui-ci annule l’acte précédent puisqu’il n’y renvoie pas. Les chanoines sont au nombre de seize. Désormais, l’archidiacre a le contrôle du chapitre. Il ne perçoit aucune rétribution mais il a la collation de trois canonicats et reçoit, après l’archevêque, le serment de fidélité de la part des nouvelles recrues. Le doyen du chapitre cathédral a la collation de deux canonicats et l’archevêque des autres. Le premier dignitaire est le sacriste. La suppression du prévôt montre bien le désir du chapitre cathédral de diriger les chanoines de Saint-Nizier au même titre que l’archevêque. Cette fondation est confirmée en 1316 par le successeur de Louis de Villars, Pierre de Savoie, mais aussi par des papes, Clément V, Clément VII et Benoît XIII (Martin 1905 : n° 2507, 3006 et 3007).
Le sacriste est nommé par l’archevêque et a la charge des âmes de la paroisse. Ce n’est qu’en 1316 que le maître du chœur est remplacé par un chantre nommé par l’archidiacre. Il examine les connaissances des nouveaux, tant en latin qu’en chant. À cet office est annexé l’archiprêtré de Lyon. Au XVe siècle, il prend une place plus importante du fait des absences fréquentes du sacriste. Le nombre de canonicats évolue en 1402 (Guigue 1883 : 208-209), il passe à dix-huit avant d’augmenter et d’atteindre vingt-deux en 1496. Les chanoines sont principalement recrutés dans la bourgeoisie. Le sacriste a le pouvoir de nommer à certains offices comme ceux de matriculaire ou de gardien du chœur. Le procureur général tient les comptes du chapitre et est nommé pour un an. Le trésorier est chargé de distribuer les revenus aux clercs, de protéger et d’inventorier les biens, les ornements et les archives du chapitre (Guigue 1899 : 65-67 ; AD Rhône, 15G10, 5v-6r). Le chapitre tient un rôle important parmi les autres collégiales et il a sa place dans les processions comme celle des Rogations (Collomb 2000 : 69-93).

118Les traces de poutre visibles au-dessus de la porte orientale et sur les contreforts de l’angle sud-est du transept révèlent la présence d’un corridor suspendu en bois, accusant une légère pente (fig. 99). L’analyse systémique a montré que ce passage a connu deux états, le dernier étant couvert d’une toiture en appentis sur toute sa longueur. Les deux angles consécutifs des deux contreforts sud-est ont été retaillés pour faciliter la circulation sur le corridor : ce dernier les contournait pour conduire à une petite pièce logée un peu plus haut que le cabinet (fig. 108, 109). Cette pièce formait l’étage d’un petit bâtiment adventice, construit dans l’angle formé par le mur oriental du transept (il en bouche la grande baie, dissimulée à l’intérieur par l’autel de la Vierge) et le mur sud de la chapelle sud du chœur (fig. 110). Cette petite construction est encore visible entre le transept et les boutiques montées au XIXe siècle autour de l’abside ; la fenêtre à l’étage est le vestige de la porte ouvrant sur le corridor suspendu.

108 - Saint-Nizier, restitution de la recluserie.

109 - Saint-Nizier, distribution des circulations entre la collégiale et les bâtiments accolés au bras sud du transept.

119Toute cette installation répond aux critères d’une recluserie, avec sa pièce d’habitation et son oratoire ayant vue sur l’autel de la Vierge, dans le bras sud du transept. Nombreuses à Lyon (Guigue, 1887), les recluseries offrent la même organisation stéréotypée. Située non loin de Saint-Paul, le bâtiment de celle de Saint-Epipode, une des plus anciennes de la ville,

« est composé de deux pièces, l’une, fort ancienne, et qui paraît avoir été la cellule du reclus (…), l’autre pièce est un corps de bâtiment assez grand qui servait de chapelle. Il est devenu la boutique d’un forgeron et la logette du reclus un magasin de planches » (Abbé Pavy, 1835).

120Les installations de Saint-Nizier, datables du XVIe siècle (inscription de la porte), ne sont malheureusement pas documentées et M.-C. Guigue ne les mentionne pas.

110 - Saint-Nizier, salle à l’étage du bâtiment adventice construit contre le mur oriental du bras sud : les vestiges de la construction primitive sont la porte, réouverte lors des dernières restaurations, et le segment de mur entre cette porte et le mur du fond.

Table des illustrations

Légende 77 - Saint-Nizier, plan au sol, d’après D. Repellin, Architecte en chef des monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende 78 - Saint-Nizier, vue du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 79 - Saint-Nizier, le site à la fin du XVIIIe siècle, d’après un plan ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 80 - Saint-Nizier, façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende 81 - Saint-Nizier, pan sud de l’abside : détails de l’arc portant la galerie du triforium.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 82 - Saint-Nizier, voûtes du bras du transept : l’arc doubleau central est biais.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 83 - Saint-Nizier, intérieur de l’église, côté nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende 84 - Saint-Nizier, enveloppe extérieure du bras nord du transept : mur nord, mur ouest et mur est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 85 - Saint-Nizier, enveloppe extérieure du chœur et de l’abside : pans 7 (sud), 6 (sud), 3 (nord) et 1 (nord).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 86 - Saint-Nizier, mur oriental du bras sud du transept : enveloppe extérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 87 - Saint-Nizier, bras sud du transept : modénatures de l’enveloppe extérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 88 - Saint-Nizier, deux césures symétriques dans la grande arcade de la nef.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 89 - Saint-Nizier, façade occidentale : tour nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 90 - Saint-Nizier, vue extérieure depuis le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 91 - Saint-Nizier, façade : bâti en pierre de Lucenay dans la tour nord et la tourelle d’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 92 - Saint-Nizier, modules longs en pierre de Villebois dans la tour nord et la tourelle d’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 93 - Saint-Nizier, portail de la tour nord, tracés directeurs des archivoltes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 94 - Saint-Nizier, l’accolade du portail nord : retaille des blocs d’encadrement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 95 - Saint-Nizier, zone de l’horloge : saignées rayonnantes et mortaises.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 96 - Saint-Nizier, mur sud du transept et face latérale contiguë des deux contreforts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende 97 - Saint-Nizier, mur sud du transept : zone déparementée et portes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 98 - Saint-Nizier, mur sud du transept : séries S1-S16, S0.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Première et deuxième assises du contrefort (hauteur 4,67-4,97 m) : séries D4, D5, D6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Troisième assise murale (hauteur 5,52 m) : séries D1-D2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Quatrième assise murale (hauteur 5,97 m) : séries D1 bis-D2 bis-D3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Première assise murale (hauteur 8,80 m) : séries S1-S16, S0 (fig. 98)
Légende Remarque 1 : S12 (0,15 x 0,28 m) a été taillé depuis le bord inférieur du bloc, c’est-à-dire trop bas par rapport à l’horizontale prédéfinie ; une brique a été logée dans cette marge, pour rattraper la hauteur d’appui.Remarque 2 : S4 (dimensions initiales : 0,20 x 0,18 x 0,09 m) a été augmenté par le haut jusqu’à atteindre le joint supérieur (profondeur de l’augmentation : 0,06/0,07 m). S7 (hauteur totale de 0,325 m) est formé de deux logements rectangulaires joints par un angle. Le trou initial (0,15 x 0,20 x 0,09 m) est dans l’alignement de S1-S16 ; l’augmentation (0,16 x 0,14 x 0,03/0,04 m) est positionnée en haut à droite et déborde de 0,045 m sur l’assise supérieure. Les positionnements respectifs de S4 et de S7 (entr’axe de 1,50 m) montrent qu’ils font système avec deux petits trous logés 0,10 m sous eux, S4 bis et S7 bis (entr’axe de 1,60 m). S4 bis, de 0,10 m de côté, est décalé vers la gauche (entr’axe d’environ 0,13 m). S7 bis, de 0,05 m de côté, est à l’aplomb de S7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Quatrième assise murale (hauteur 10,15 m) : séries P10 bis, P11 bis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Cinquième assise murale (hauteur 10,50 m) : séries P14, P6, P1, P12, P12 bis, P10, P11, P16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Sixième assise murale (hauteur 10,95 m) : séries P2, P3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Huitième assise murale (hauteur 11,80 m) : P4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Neuvième assise murale (hauteur 12,18 m par rapport au socle) : séries P13, P7 bis, P18 bis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Dixième assise murale (hauteur 12,60 m) : séries P18, P7, P8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Onzième assise murale (hauteur 13,05 m par rapport au socle) : P5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Première bande parementale piquetée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Deuxième bande parementale piquetée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 99 - Saint-Nizier, mur sud du transept, grandes lignes définies par l’analyse systémique des trous de poutre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende 100 - Saint-Nizier, schéma d’évolution du bâtiment oriental.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 101 - Saint-Nizier, bras sud du transept : a - parement extérieur du couloir interne au mur (en gris) ; b – plan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 102 - Saint-Nizier au XVIe siècle d’après le plan de 1550.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 103 - Saint-Nizier, plan de 1654-1657 (© Arch. dép. Rhône, 15G163).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende 104 - Saint-Nizier, plan et coupe nord-sud de la crypte haut Moyen Âge relevés par Claude-Anthelme Benoît et publié dans : Abbé Lapra, le culte de la Vierge et de saint Pothin dans l’église de Saint-Nizier, Lyon, 1885, p. 3 et 51 (© Archives municipales de Lyon, SM 876 p. 03 et SM 876 p. 51).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 105 - Saint-Nizier, intérieur du bras sud du transept : porte de l’escalier et fenestron du couloir interne au mur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 106 - Saint-Nizier, angle sud-ouest du bras sud du transept et porte d’accès au collatéral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 107 - Saint-Nizier, restitution du bâtiment oriental du cloître dans son dernier état.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 108 - Saint-Nizier, restitution de la recluserie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 109 - Saint-Nizier, distribution des circulations entre la collégiale et les bâtiments accolés au bras sud du transept.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 110 - Saint-Nizier, salle à l’étage du bâtiment adventice construit contre le mur oriental du bras sud : les vestiges de la construction primitive sont la porte, réouverte lors des dernières restaurations, et le segment de mur entre cette porte et le mur du fond.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2586/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540