Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Avertissement

Nicolas Reveyron

Texte intégral

1L’archéologie relève des sciences du sensible. L’architecture s’adresse aux sens autant qu’à l’intellect. L’étude du bâti met en branle la vue, le toucher et l’ouïe (quand on fait sonner un matériau ou une maçonnerie), voire l’odorat, comme ce fut le cas à Saint-Nizier pour le mur sud du transept. C’est pourquoi les arts visuels jouent un rôle important dans la démonstration. Les dessins pierre-à-pierre, les compositions axonométriques, les restitutions 3D et les photographies ne sont en aucun cas des illustrations, mais bien des documents.

2Ils sont la mémoire d’une recherche. Sur le chantier, l’appareil photographique est un véritable carnet de notes. Les détails ou l’ensemble saisis graphiquement dans le vif du travail de terrain sont autant le constat d’un fait que l’image ponctuelle d’une démarche scientifique : le document fixe alors non pas un objet, mais la perception de cet objet. En outre, anticipant sur l’avenir du raisonnement par leur valeur globale (un détail sans contexte est un point sans coordonnées) et le caractère aléatoire de l’emprise graphique (les limites du document sont données par la mise en page), ils contiennent déjà, en filigrane, une partie des hypothèses. Enfin, ils participent au raisonnement en sélectionnant les données présentées (dessin), en visualisant « de Sirius » ce qui n’est visible du sol que par fragments (axonométrie), en faisant accoucher le texte d’une image mentale (3D) ou en positionnant l’édifice dans une perspective issue du photographe.

3Cette synthèse sur les chantiers lyonnais du Moyen Âge a été l’occasion d’explorer les possibilités offertes par l’image dans l’élaboration d’une histoire archéologique des édifices étudiés. Les champs d’investigation couverts par le relevé, la mise au net ou l’axonométrie sont aujourd’hui clairement définis (Baud, Parron, 1999). Ceux qu’ouvrent les images virtuelles ne sont pas totalement balisés, loin de là. Le nombre de colloques et tables rondes consacrés au sujet confirme l’ampleur des potentialités.

4Reste un domaine quasi vierge, celui de la photographie numérique en archéologie. Les essais effectués par J.-P. Gobillot sur Saint-Nizier ou Saint-Paul (images composites, reconstituées à partir de plusieurs prises de vues) ont fait appel à une haute technologie de la prise de vue et du traitement informatique des données. Ils ont finalisé des images inhabituelles, inattendues (panoramique intérieur des églises, voûtes ou façade de Saint-Nizier… ; cf. photo p. 12) que nous avons choisi de présenter ici, quoiqu’elles puissent susciter l’étonnement. Par souci de transparence méthodologique, les traces du travail de montage ont été laissées visibles. Mais le lecteur comprendra vite tout l’intérêt d’images qui servent parfaitement leur propos, inventant de surcroît une esthétique archéologique.

Restitution photographique des voûtes centrales de Saint-Nizier à partir de plusieurs clichés numériques.

Restitution photographique des voûtes centrales de Saint-Nizier à partir de plusieurs clichés numériques.

Photo Jean-Pierre Gobillot.

Table des illustrations

Titre Restitution photographique des voûtes centrales de Saint-Nizier à partir de plusieurs clichés numériques.
Légende Photo Jean-Pierre Gobillot.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540