Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Préfaces

Jean-Pierre Lacroix, Gérard Collomb, Jean-Jack Queyranne et Philippe Barbarin

Texte intégral

1« Un édifice est un bâti en constante évolution » : la formule peut paraître relever de l’évidence, voire du truisme, mais c’est avec raison que les rédacteurs de ce passionnant ouvrage ouvrent avec elle le chapitre consacré à « l’archéologie des restaurations ». Si toute construction monumentale est d’abord l’œuvre des générations qui l’ont conçue et édifiée, comment contester que ses propriétaires ou gestionnaires successifs au cours de l’Histoire, et plus encore ses restaurateurs, aient aussi leur part de responsabilité ?

2De portée générale, la remarque vaut a fortiori davantage pour les trois « chantiers lyonnais du Moyen Âge » dont il est ici question : la cathédrale Saint-Jean-Baptiste — « primatiale » depuis 1079 —, cœur religieux et politique de la ville médiévale ; Saint-Nizier, simple église paroissiale, mais si étroitement liée à l’affirmation du pouvoir municipal ; Saint-Paul, la collégiale en plein quartier marchand. Trois édifices dont la « constante évolution » peut résumer une bonne partie de l’histoire de la ville. Trois édifices aussi qui nous rappellent que, loin d’être le vestige sans vie de siècles écoulés, le patrimoine est pleinement notre contemporain, comme il l’a été des générations qui nous ont précédés, comme il le sera — c’est notre responsabilité — de celles qui sont à venir.

3Or, si ce patrimoine est vivant, c’est bien qu’il est œuvre humaine. À mes yeux, un des grands mérites de cet ouvrage est de laisser pressentir au lecteur, derrière l’image à laquelle chacune des églises est trop souvent réduite, tout un concours d’intelligence, de sensibilité, de foi, de connaissances, de savoir-faire… de doutes aussi bien sûr, de problèmes, voire de drames. C’est du croisement de ces volontés, de ces espérances, de ces savoirs, de ces technologies que naissent les murs et les décors de ces trois églises : au-delà de la multitude de données scientifiques qu’il rassemble, ce livre met avec bonheur en lumière la solidarité des différents corps de métier auxquels nous devons d’admirer ces bâtiments qui, encore aujourd’hui, structurent la ville contemporaine. Solidarité des maîtres d’œuvre et artisans mobilisés lors de la construction, solidarité aussi de leurs successeurs à travers les siècles. Derrière le discours du spécialiste — toujours précis, documenté, rigoureux — perce ainsi une évidente filiation avec les maîtres des siècles passés, on serait presque tenté de parler de « convivialité ».

4Voilà plus d’un siècle et demi que, dans notre pays, l’État a commencé de se doter des moyens de protéger et de conserver l’héritage reçu du passé. Au moment même où Guizot créait le poste « d’inspecteur général des monuments historiques », le jeune Victor Hugo — il venait tout juste de publier Notre-Dame de Paris — exhortait en ces termes les responsables politiques : « Faites réparer ces beaux et graves édifices. Faites-les réparer avec soin, avec intelligence, avec sobriété. Vous avez autour de vous des hommes de science et de goût qui vous éclaireront dans ce travail. Surtout, que l’architecte restaurateur soit frugal de ses propres imaginations ; qu’il étudie curieusement le caractère de chaque édifice, selon chaque siècle et chaque climat. Qu’il se pénètre de la ligne générale et de la ligne particulière du monument qu’on lui met entre les mains, et qu’il sache habilement souder son génie au génie de l’architecte ancien ».

5Merci donc aux « hommes [et aux femmes] de science et de goût » qui, dans la diversité de leurs compétences, ont « étudié curieusement » Saint-Jean, Saint-Nizier et Saint-Paul. Et merci aussi aux éditeurs de cet ouvrage de nous restituer cette heureuse et féconde synthèse de leurs connaissances.

Jean-Pierre Lacroix,
préfet de la région Rhône-Alpes,
préfet du Rhône

6Le 13 octobre 2002, l’église Saint-Paul — qui est l’un des plus anciens édifices religieux de Lyon — retrouvait, à l’occasion de l’inauguration de ses travaux de restauration, toute sa place au cœur du paysage patrimonial exceptionnel de notre Cité.

7Classée monument historique en totalité depuis mai 1995, et entièrement restaurée dans le cadre d’une première convention sur le patrimoine entre la Ville de Lyon et l’État, cette église incarne tout à la fois la fragilité de notre patrimoine architectural et la valeur de notre démarche de protection à son égard.

8C’est donc une grande fierté pour la Ville de Lyon d’avoir mené à bien ce projet de sauvegarde et de mise en valeur d’un des plus beaux joyaux de son site historique.

9Je me souviens avec émotion de cette cérémonie, en présence du cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, et de toutes les autorités républicaines, qui a permis de rappeler l’histoire des bâtisseurs et des restaurateurs qui avaient successivement travaillé à l’édification de l’église au cours des neuf siècles précédents.

10La parution de cette vaste synthèse sur les chantiers des églises lyonnaises au Moyen Âge constitue une nouvelle occasion de mettre en lumière cette extraordinaire aventure humaine que représente l’histoire de nos édifices religieux, des origines jusqu’à nos jours.

11À travers les exemples des chantiers de Saint-Jean, Saint-Nizier et Saint-Paul, cet ouvrage scientifique met également en perspective le travail de toutes celles et ceux qui, par leurs métiers d’archéologue ou d’artisans d’art, ont contribué à faire de la sauvegarde du patrimoine un domaine d’excellence à Lyon.

12Car notre Cité, qui a gardé les traces précieuses de plus de deux millénaires de civilisation, a joué un rôle majeur dans la promotion et l’extension du concept de patrimoine.

13Rappelons, par exemple, qu’en application de la loi Malraux, le Vieux Lyon fut dès 1964 le premier secteur sauvegardé créé en France.

14Au début des années 1990, Lyon et Villeurbanne ont à nouveau été précurseurs puisqu’elles furent les premières grandes villes à solliciter la création des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager pour le quartier des Pentes de la Croix-Rousse et celui des Gratte-Ciel à Villeurbanne.

15C’est enfin en 1998 que Lyon a obtenu de l’UNESCO l’inscription de son site historique au patrimoine mondial de l’humanité, et a signé avec l’État deux importantes conventions patrimoniales portant, l’une sur la rénovation du patrimoine monumental, l’autre sur l’engagement de l’inventaire général de Lyon ainsi que sur la rénovation du Musée Gadagne, musée historique de Lyon.

16Dans le prolongement de cette action de plusieurs décennies, une nouvelle convention quinquennale a été signée entre l’État et la Ville de Lyon en 2003 afin de lancer une série de rénovations de bâtiments jusqu’en 2008.

17Ce sont ainsi cinq nouveaux grands chantiers concernant des monuments majeurs de notre ville qui ont été programmés avec l’État pour la période 2003-2008.

18Le patrimoine religieux classé monument historique est le premier concerné avec l’abbaye Saint-Martin d’Ainay, l’église Saint-Bruno, l’église Saint-Bonaventure, l’église Saint-Georges et l’église Saint-Pothin à l’occasion de la reconstruction de son orgue. Tous ces chantiers seront conduits et réalisés durant ce mandat.

19Aujourd’hui, nous élargissons encore cette politique patrimoniale à d’autres préoccupations, telles que la participation des habitants, la qualité de l’environnement urbain ainsi que le développement culturel et touristique et le rayonnement international de notre agglomération.

20Les succès des « balades urbaines » organisées chaque mois dans tous les quartiers de Lyon ou des Journées européennes du patrimoine témoignent de ces nouvelles dimensions de notre action en faveur du patrimoine.

21Ainsi, c’est bien entre respect du passé et grands projets d’avenir que nous réalisons à Lyon une politique patrimoniale ambitieuse pour le XXIe siècle.

Gérard Collomb,
sénateur-maire de Lyon,
président du Grand Lyon

22Dans leur livraison consacrée aux « Chantiers lyonnais du Moyen Âge », les Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARA) convient le lecteur à un passionnant périple sur les traces des architectes et des tailleurs de pierre, ces bâtisseurs d’éternité inspirés par les mystères du sacré. Au fil des pages de cet ouvrage documenté avec minutie, les édifices de Saint-Jean, Saint-Nizier et Saint-Paul s’éclairent d’un jour nouveau. Travées, transepts, voûtes, arcs et coursives s’invitent à cette course au trésor où les formes et les styles se jouent des matériaux, livrant leurs secrets aux auteurs avertis des DARA, qui représentent l’une des meilleures collections régionales consacrées au patrimoine.

23Je veux saluer ici l’engagement des bénévoles de l’Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, l’ALPARA, qui — comme l’indique son appellation récemment modifiée — a élargi son réseau d’intervention à notre région voisine, renforçant ainsi les liens historiques, culturels et humains qui unissent Rhône-Alpes et l’Auvergne. Notre Région accompagne et soutient l’ALPARA qui, au-delà du travail d’inventaire et d’explication, nous éclaire sur la vie des hommes, les époques et sur les grandes étapes du développement économique de notre territoire.

24En marge des recherches et des publications, l’ALPARA se distingue encore par la mise en œuvre de formations et d’actions d’éducation à l’archéologie. Autant d’engagements qui s’inscrivent dans la politique de la Région en faveur d’un patrimoine vivant, comme en a témoigné l’édition 2005 des Journées européennes du patrimoine, consacrées en Rhône-Alpes aux « lieux et mémoires du spectacle vivant ».

25Inscrites au cœur d’un espace inscrit sur la liste du « patrimoine mondial de l’humanité », les églises Saint-Nizier, Saint-Paul et Saint-Jean portent en elles l’expression de la décentralisation culturelle, impulsée par André Malraux qui, dès 1964, fut à l’initiative de la préservation des quartiers médiévaux de Lyon, les premiers sauvegardés en France.

26Depuis quarante ans, la Région Rhône-Alpes est une terre d’expression de la décentralisation. En 2005, dans la logique de cet élan, les professionnels de l’Inventaire ont rejoint les équipes du Conseil régional, apportant à notre collectivité un regard précieux sur les petites et grandes expressions de notre patrimoine. De l’époque antique à l’architecture contemporaine, dans ses diverses formes et représentations, le patrimoine se révèle ainsi comme une composante essentielle de l’identité de Rhône-Alpes, un vecteur de rayonnement et d’attractivité pour notre belle région.

Jean-Jack Queyranne,
président du Conseil régional de Rhône-Alpes,
député du Rhône,
ancien ministre

27Saint Jean-Baptiste, saint Nizier, saint Paul, vous êtes pour nous de grands aînés. « Vous êtes la lumière du monde » (Mat. 5, 14), des rayons d’Évangile qui ont traversé les siècles pour venir jusqu’à nous. Trois églises bien connues, bien aimées, portent vos noms au cœur de Lyon.

28Chacune est ancrée dans un quartier. On parle, en effet, du quartier Saint-Jean, que l’on confond généralement avec le Vieux Lyon, non sans raison d’ailleurs. Avec l’inscription de la ville au patrimoine mondial de l’humanité, le Vieux Lyon a repris une belle jeunesse, comme la cathédrale qui est sortie toute blanche des dernières restaurations. On parle aussi de Saint-Nizier et de Saint-Paul, non pas tant pour évoquer un quartier, que pour désigner des points de repère quand on circule en ville. Saint-Nizier, c’est la Presqu’île, les magasins qui entourent le chevet depuis le XVIIe siècle, et même avant, ceux qui bordent la rue sur le côté Nord, et les belles boutiques de la place, devant la façade. Mais c’est aussi l’ancienne église des Saints Apôtres, de Pothin et de ses premiers compagnons ; l’église où a été baptisée et où est enterrée Pauline Jaricot, cette femme exceptionnelle qui, au XIXe siècle, a pris l’initiative du Rosaire vivant, a lancé ce qui deviendra l’œuvre de la Propagation de la foi, et a défendu la cause des ouvriers dont elle percevait la détresse. Saint-Paul, sur l’autre rive de la Saône, est un lieu plus discret. Son nom fait spontanément penser à la gare toute proche. Mais ce rêve de voyage ne lui va pas si mal, même si la voie de chemin de fer ne mène pas directement à Damas.

29Saint-Jean-Baptiste, Saint-Nizier, Saint-Paul, chacune de ces églises a sa manière d’appartenir au présent de la ville, dans un espace un peu retiré ou dans un habit plus officiel et solennel, ou bien encore dans l’agitation du centre-ville. Elles sont pleines de vie, de chuchotements, de lumière, de paroles, de chants, de mouvements… Les touristes et les flâneurs y côtoient les amateurs d’art, les spécialistes du Moyen Âge, les gens des chantiers quand ils restaurent ces églises. On y croise aussi les fidèles qui s’y rendent pour les messes, à l’occasion des grandes fêtes liturgiques ou aux moments importants de leur vie, sans oublier tous ceux qui aident généreusement à maintenir ces édifices ouverts au public… Et puis il y a les historiens de l’art et les archéologues. Ils nous offrent aujourd’hui ce bel ouvrage.

30Qu’ils soient remerciés de nous rappeler que ces églises ont un passé. Et ce n’est pas toujours évident. Regardez les rues si familières de la Presqu’île ou du Vieux Lyon : elles nous paraissent former un ensemble bien homogène, alors qu’elles se sont constituées au cours des siècles, sur plus de cinq cents ans, peut-être même huit cents. Ces trois églises sont tellement présentes dans notre vie de Lyonnais que nous en oublions leur âge. La force de l’habitude nous fait voir des monuments là où il y a eu d’abord une cathédrale (elle l’est restée) et deux collégiales (elles sont devenues des paroisses). Mais leur fonction essentielle — la beauté, l’accueil, la prière, la louange de Dieu — n’a jamais changé. Il y a des continuités qui transcendent la vie des hommes et le temps des pierres. Les hommes passent, notre humanité demeure ; les pierres se remplacent, le monument ne cesse pas de nous accueillir, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, pour paraphraser le poète.

31« Une cathédrale est bien autre chose qu’une somme de pierres, disait Saint-Exupéry. Elle est géométrie et architecture. Ce ne sont pas les pierres qui la définissent, c’est elle qui enrichit les pierres de sa propre signification. Ces pierres sont ennoblies d’être pierres d’une cathédrale. Les pierres les plus diverses servent son unité » (Pilote de guerre).

32Cette continuité dans le temps est due en partie aux chantiers, il ne faut pas l’oublier : la construction, les aménagements, les restaurations au fil des siècles… Il n’y a rien de définitif, ni de figé dans ces édifices, pas plus que dans l’Église elle-même. Tout est vie. L’archéologie ressuscite cette vie-là, de façon impressionnante.

33Pensez au premier Concile de Lyon, en 1245, où le pape Innocent IV a reçu l’empereur d’Orient, vêtu de drap d’or, les patriarches d’Antioche et de Constantinople, et une cohorte de prélats : les cérémonies se sont déroulées au milieu des échafaudages, dans une primatiale sans voûte, sans clair-étage, protégée par un plafond provisoire. On imagine mal une séance générale de l’ONU dans les coffrages et les gravats ! Cela aussi, c’est la vie des églises, hier comme aujourd’hui. L’an dernier, à la primatiale Saint-Jean, nous avons vécu le temps de Noël dans le chant des marteaux et le cri des maçons. Une manière étonnante de retourner dans le passé, comme ce livre nous y invite, pour y découvrir les fondements du présent, la parole éternelle du Christ : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 6) et y puiser l’eau vive : « L’Église n’est pas un musée d’archéologie, mais l’antique fontaine qui donne l’eau vive aux générations d’aujourd’hui, comme elle l’a donnée à celles du passé » (Bienheureux Jean XXIII).

Cardinal Philippe Barbarin,
archevêque de Lyon.

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540