Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Remerciements

Texte intégral

1J’ai plaisir à remercier ici mes collaborateurs, Gh. Macabéo, Ch. Le Barrier, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), D. Tavernier, H. Chopin, J.-P. Gobillot et tous ceux qui ont offert volontiers leur aide, H. Savay-Guerraz, B. Palazzo-Bertholon, C. Frémiot, C. Lérebourg et B. Reveyron. Ma profonde gratitude va aux responsables des services de l’État qui ont favorisé l’insertion de la recherche archéologique dans les chantiers de restauration : G. Aubin, J.-P. Daugas et A. Le Bot-Helly, conservateurs du Service régional de l’archéologie (DRAC Rhône-Alpes) ; M. Botlan, J.-L. Charpentier, D. Richard et M. Bardisa, conservateurs à la Conservation régionale des monuments historiques (DRAC Rhône-Alpes) ; É. Boucharlat, inspectrice générale de l’architecture et du patrimoine ; tout particulièrement, M. Lenoble, qui a joué un rôle déterminant dans l’épanouissement de l’archéologie du bâti entre Rhône et Saône, et L. Françoise dit Miret, responsable du secteur de Lyon au Service régional de l’archéologie, ainsi que P. Curat, ingénieur du patrimoine à la CRMH. Je remercie vivement les maires de Lyon, F. Collomb, M. Noir, R. Barre et G. Collomb, pour qui la valorisation du patrimoine de la ville par l’archéologie a été un souci constant. Je remercie semblablement les desservants des trois églises, jamais lassés par les démarches des archéologues et curieux de tout ce qui touche la paroisse, les pères M. Nantas, P. Chaniac, J.-R. Falciola et M. Cacaud, curés de Saint-Jean-Baptiste, J. Legrez et E. Jacquinet, curés de Saint-Nizier, M. Bobichon et G. Vadon, curés de Saint-Paul. Sur le chantier enfin, qui tisse intimement la découverte du passé et le présent de la convivialité, j’adresse des remerciements complices à D. Repellin et J.-G. Mortamet, architectes en chef des monuments historiques ; R. Wieder, L. Volay, P. Duméril, P. Régnard, architectes du patrimoine ; P. Franceschini, J.-P. Louvet et H. Benaut, architectes des bâtiments de France ; M. Zychla, E. Fourchet, E. Hafliger et B. Sanglard, responsables de chantier, J. Maudet et A. Ferro, sculpteurs, F. Cremer, restauratrice, et les tailleurs de pierre, maçons, échafaudeurs et maîtres-verriers, compagnons de chantier passionnants et passionnés. Je n’oublie évidemment pas les entreprises Comte, Jacquet et Bouvier, jamais avares d’une aide bienvenue, que je salue dans leurs représentants aux réunions de chantier. Et pour finir, tous mes remerciements, et très admiratifs, aux correcteurs attentifs, dont M. Kneubülher (Centre d’information et de documentation, DRAC Rhône-Alpes), C. Lenoble pour la traduction du résumé en anglais et F. Scippa (traducteur) pour la traduction du résumé en italien.

2À la mémoire de Brigitte Oberlin,
Brigitte Oberlin est décédée alors que s'achevait la préparation de ce volume. Toute l'équipe des DARA est affligée par la perte d'une collègue et, pour certains d'entre nous, d'une amie très chère.
Brigitte fut et restera l'artisan de la première heure ; c'est à elle, en effet, que la collection doit d'exister. On se souvient qu'en 1988, les DARA prenaient la suite des RAPRRA (Rapports archéologiques préliminaires de la région Rhône-Alpes) dont Brigitte avait assuré la réalisation quatre années durant avec une disponibilité sans faille. Elle a, par la suite, apporté un concours assidu à la gestion et à la diffusion de la collection, secrètement fière de son succès. Toujours sensible à l'investissement humain que requiert le travail de rédaction et d'édition en archéologie, elle a contribué à l'ouverture de la collection aux chercheurs d'une vaste région et aux indispensables liens de confiance entre les auteurs et l'équipe éditoriale. Ce sont les messages qu'elle nous a laissés. À nous tous de leur rester fidèles.

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540