Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Catalogue des tombes

Frédérique Blaizot, Gersende Alix, Dominique Lalaï, Lionel Orengo et Alain Wittmann

Texte intégral

D’après l’enregistrement de Gersende Alix, Dominique Lalaï (faune), Lionel Orengo (mobilier non céramique), Alain Wittmann (mobilier céramique).

Sépultures du Haut-Empire

Sépulture SP1

1La sépulture se compose des restes d’un squelette placé sur une panse d’amphore fragmentée (fig. 127). Celle-ci, d’une taille de 40 sur 25 cm, repose à la cote de 416,38 m NGF. La disposition des restes osseux indique que l’individu était orienté la tête à l’ouest.

127 - Squelette de la sépulture SP1.

Aménagement

2Les limites de la fosse ne sont pas lisibles.

3Quatre clous sont relevés à proximité de l’amphore, dont trois paraissent participer à l’aménagement d’un dispositif. Ces clous reposent entre 5 et 8 cm moins profondément que la céramique. Deux se situent à 33 cm au nord de cette dernière, disposé sur l’axe est-ouest (n° 26 et 15), et le troisième (n° 14) est placé à 10 cm à l’est. Un quatrième clou (n° 13) est noté à une distance de 58 cm au sud-est de l’amphore ; ce clou possède un diamètre plus important que les autres (12 mm contre 7 à 8 mm), et ce caractère, conjugué à sa situation à une distance importante du dépôt, ne permet pas d’attribuer cet élément à la sépulture de manière certaine.

Situation du mobilier

4Sur le sol d’inhumation, se trouvent la partie incisive d’une mandibule et une phalange de porcin, dans un espace compris entre le clou n° 15 et le bord nord de l’amphore. La nature de ces restes ne semble pas constituer un dépôt d’offrandes ; ils sont probablement résiduels.

Analyse

5Toutes les articulations sont disloquées. Toutefois, la position anatomique générale est préservée : le crâne (n° 1) est situé à l’ouest, les vertèbres, les côtes et un ilium sont au centre et les membres inférieurs (n° 2) reposent à l’est. Les os sont répartis essentiellement sur l’axe transversal de l’amphore, dans sa partie concave. Il est difficile de préciser l’attitude originelle du corps. Certains os ne reposent plus sur l’amphore mais à même le sol, comme par exemple le tiers proximal d’une ulna situé sur le sol au sud (n° 3). L’individu paraît avoir été déposé en extension la tête à l’ouest et les pieds à l’est, comme en témoigne la répartition des os, dont un ilium (n° 4) en amont des membres inférieurs, tandis qu’un fragment d’humérus (n° 5) qui jouxte la main (n° 6) dans la partie sud indique que l’un des membres supérieurs était fléchi.

Discussion

6Les perturbations qui affectent le squelette s’expliquent, en partie au moins, par la concavité du fragment d’amphore, qui a attiré les os sur l’axe médian. Elles impliquent que la décomposition du corps s’est produite en espace vide. Or, il est certain que cet enfant a bien été déposé sur un grand fragment d’amphore et non pas dans une amphore complète. En effet, aucun autre fragment lui appartenant n’a été retrouvé au décapage, et les os, qu’ils reposent sur la céramique ou sur le sédiment environnant, sont en relation de logique anatomique. L’espace vide a donc été préservé par un dispositif qui ne s’est pas conservé, soit par un couvercle surmontant le dépôt, soit par un contenant renfermant la panse d’amphore. Dans les deux cas, la présence de clous peut s’expliquer : le couvercle ou le coffre était constitué de planches de bois clouées. La première hypothèse reste toutefois peu probable, dans la mesure où la panse n’est pas suffisamment profonde pour ménager un espace suffisant pour le corps, entre le fond et le couvercle. Nous retiendrons ainsi plutôt la seconde proposition ; dans cette perspective, les clous étant situés moins profondément que l’amphore, ils paraissent avoir servi à assembler le couvercle aux parois.

Sépulture SP2

7Elle contient un squelette, orienté est-ouest, tête à l’ouest, qui repose sur le côté droit, membres inférieurs fléchis (fig. 128). Les genoux sont orientés vers la droite du corps. Les os des jambes ont été perturbés à la fouille, les pieds, les mains et l’avant-bras gauche sont absents. Le sol d’inhumation est à la cote 416,15 m NGF.

128 - Squelette de la sépulture SP2.

Aménagement

8Les limites de la fosse ne sont pas visibles.

9Trois clous, d’un diamètre de 4 à 5 mm, sont relevés autour du dépôt. Le premier se situe à une distance de 13 cm au nord du crâne (n° 11), le deuxième (n° 10) est à 30 cm au sud-est de l’os coxal, et le troisième est à 28 cm au sud des genoux (n° 9). Le clou n° 11 repose sur le sol d’inhumation, les autres se trouvent environ 10 cm au-dessus.

10Ces clous délimitent un espace de 36 cm de large du sud-ouest au nord-est, pour 72 cm de long sur l’axe nord-ouest/sud-est. Ils se rapportent manifestement à un contenant de bois. La situation des clous n° 9 et 10 cm au-dessus du sol d’inhumation, indique peut-être qu’ils fixaient le couvercle aux parois, mais les parois peuvent également avoir été assemblées entre elles dans la partie haute de la cuve.

11Deux très gros blocs jouxtent les clous n° 10 et 11 au nord. Il reste difficile d’affirmer qu’ils participent à l’aménagement de la tombe, puisque de nombreux blocs sont présents dans la couche, et que les limites de fosse ne sont pas visibles. Par ailleurs, le bloc situé au sud-est est décalé en aval du clou n° 10, qui détermine manifestement l’angle du contenant. Ainsi, l’hypothèse d’un coffrage ne peut être démontrée.

Situation du mobilier

12Une cruche (n° 17), ainsi qu’une section d’andouiller de cerf perforée (n° 21), sont situées à 15 cm au sud-ouest des genoux du squelette, en amont du clou n° 9. La cruche repose sur la rondelle, et l’ensemble entre dans la délimitation du contenant déterminée par les clous. La cruche est en vue latérale, l’embouchure orientée au nord.

Inventaire des récipients (fig. 129)

13n° 17 : cruche à deux anses 5-5101 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun clair, très feuilletée, avec des inclusions semi-fines à grossières. La paroi externe est totalement lissée. Un graffiti AVG a été gravé après cuisson entre les anses.

129 - Mobilier de la sépulture SP2.

Le médaillon en bois de cervidé

14n° 21 : 36 mm de long. Provient d’un bois de chute de chevreuil et ne porte aucune trace de finition. Marqué d’une perforation circulaire, dont l’emplacement est décentré.

Analyse

15Les connexions anatomiques sont globalement préservées. Le bloc crânio-facial, écrasé sur place, apparaît par sa face latérale gauche, et ses différentes parties sont relativement étalées. Il n’est plus articulé à la mandibule, qu’il recouvre en partie ; celle-ci se présente par sa face occlusale.

16La colonne vertébrale présente une sinuosité antéropostérieure et des sections en vrille ; en effet, les premières vertèbres cervicales jusqu’aux premières thoraciques, en vue postérieure, sont orientées sud-ouest, nord-est, tandis que les vertèbres suivantes, en vue latérale gauche, puis postérieure, sont orientées est-ouest. La scapula et l’humérus gauches, en vue postérieure, sont passés en avant des côtes gauches. Ils ne sont plus en connexion anatomique, l’humérus étant décalé de quelques centimètres vers l’avant.

17L’humérus droit, engagé sous les côtes homo latérales, se présente en vue antérieure. Du fait de la pression exercée par l’hémi-thorax sur le coude, l’avant-bras a été maintenu en équilibre instable, en vue distale.

18Les dislocations relevées entre le crâne et la mandibule et entre la scapula et l’humérus gauche sont manifestement dues à l’affaissement du thorax vers l’avant, du fait de la position du corps, sur son côté droit. Ces mouvements, ainsi que les rotations qui affectent la colonne vertébrale, témoignent d’un colmatage différé du volume du corps. Seul l’étalement des portions du crâne écrasé traduit l’existence d’un espace vide autour du corps.

19On a vu que le maintien de l’avant-bras droit, en vue distale, est dû à la pression du thorax qui s’est exercée sur le coude. Cette position n’est donc pas liée à un effet de butée, qui traduirait la présence d’un contenant propre au corps, et de ce fait, aucun effet de contrainte ni de délimitation ne vient argumenter une telle hypothèse. Le corps et son mobilier ont ainsi manifestement été placés dans un contenant de bois très large, en partie assemblé par des clous.

Sépulture SP3

20La sépulture comprend les restes très lacunaires d’un squelette, orienté la tête à l’ouest, et une céramique (fig. 130). Ne sont représentés que le crâne, très écrasé, quelques hémi-arcs neuraux de vertèbres cervicales, une côte et un fragment de diaphyse humérale. Les restes du crâne sont situés dans la partie ouest, en amont de l’humérus et de la côte. Le sol d’inhumation est à 416,28 m NGF.

130 - Squelette de la sépulture SP3.

Aménagement

21Les limites de la fosse n’ont pas été reconnues.

22Le sol d’inhumation livre cinq clous, d’un diamètre de 6 à 7 mm. Deux d’entre eux, qui apparaissent par leur face supérieure, sont situés au contact de la cruche (n° 7 et 8). Les trois autres sont répartis à distance des dépôts : les clous n° 5 et 6 se trouvent respectivement à 30 cm et 22 cm au nord de la cruche, tandis que le clou n° 28 est éloigné d’environ 20 cm au sud-ouest de crâne.

23Leur fonction n’est pas très claire. En effet, ils ne sont pas répartis de manière à délimiter un espace pouvant être assimilé à un contenant. Les clous situés à proximité de la cruche paraissent s’être effondrés puisqu’ils sont en vue supérieure ; leur situation, à distance des clous 6 et 5 est étonnante : sont-ils en relation avec le mobilier plutôt qu’avec l’ensemble du dépôt (corps et mobilier) ?

Situation du mobilier

24La cruche (n° 16) est située à environ 20 cm à l’est du crâne du squelette. Écrêtée, elle repose debout sur le sol d’inhumation. Un fragment de vertèbre cervicale de bovin jouxte de quelques centimètres la partie gauche du crâne. Il est peu probable qu’il s’agisse d’une offrande.

Inventaire des récipients (fig. 131)

25n° 16 : forme haute indéterminée (cruche ?) en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun clair, très feuilletée et contenant des dégraissants semi-fins à grossiers. La surface extérieure est entièrement lissée.

131 - Mobilier de la sépulture SP3.

Analyse

26Au contact du crâne (n° 1), complètement écrasé sur place, se trouvent quelques hémi-arcs neuraux perturbés. Un fragment de diaphyse humérale (n° 2), dont l’extrémité proximale est dirigée au sud-ouest, se situe en aval de ces éléments et en avant d’une côte. Le squelette, trop lacunaire, et l’état de conservation médiocre des os ne permettent pas de déterminer l‘attitude initiale du corps.

27Les clous ont tous le même diamètre, ce qui laisse penser qu’ils sont liés à une même structure. L’hypothèse d’un contenant dans lequel le corps et le mobilier auraient été placés demeure faible, puisque leur répartition ne délimite pas un espace régulier ; celle d’un coffret cloué dans lequel se trouvait la cruche ne repose pas non plus sur beaucoup d’arguments. Ces clous peuvent en effet provenir du seul couvercle d’un éventuel contenant et s’être effondrés.

Sépulture SP4

28La sépulture est constituée d’un squelette orienté la tête à l’ouest, placé dans la partie occidentale de la fosse (fig. 132). Il est très lacunaire, les os sont dans un état de conservation déplorable. Il est accompagné d’un abondant mobilier céramique.

132 - Squelette de la sépulture SP4.

Aménagement

29Cette sépulture est délimitée par des blocs de pierre de nature diverse, d’une taille qui varie de 20 à 35 cm. La paroi nord en comporte deux, les parois sud et ouest un chacune, la situation du bloc à l’est, à plat, ne permet pas d’affirmer qu’il appartient à la sépulture. Ils déterminent un espace intérieur de 26 cm de large pour 69 cm de long. Le fond de la fosse, qui atteint 416,21 m NGF, est plat.

30Des clous, d’un diamètre compris entre 5 et 7 mm, ont été retrouvés en grand nombre, notamment à l’ouest, entre les blocs et le bloc crânio-facial. Les clous n° 86 et 87 se situent dans l’angle nord-est, et le clou n° 88 dans l’angle sud-est. Leur disposition est globalement plutôt anarchique, les rares alignements identifiables étant fournis par les n° 93, 95 et 97 à l’ouest et par les n° 93, 92 et 94 au sud.

31Ces clous appartiennent probablement à un contenant, qu’il est difficile de restituer car plusieurs d’entre eux ne semblent pas en place. Leur dispersion peut être expliquée par la chute des clous supérieurs (ayant assemblé le couvercle aux parois ou les parois entre elles dans la partie haute de la cuve) lors de la décomposition du bois. Les clous n° 86 et 93, les moins profonds, semblent être des clous supérieurs et les clous n° 91 et 94, les plus profonds, peuvent avoir fixé le plancher aux parois, à moins que leur position ne soit le résultat de l’effondrement du couvercle.

32L’emplacement initial des autres ne peut être déterminé.

Situation du mobilier

33Le mobilier funéraire se compose de sept vases, dont l’un fait office de couvercle, et d’une hémi-mandibule droite de porcin (n° 99). Cette dernière est située contre la paroi sud de la fosse latéralement à la cruche n° 34, et il est peu probable qu’elle constitue une offrande alimentaire.

34Cinq vases se trouvent dans la moitié est de la tombe. Ce groupe comprend une cruche (n° 34), un pot (n° 35), une coupelle en céramique sigillée (n° 36) et un couvercle (n° 37) reposant sur le fond en position inversée et surmonté d’un bol en céramique sigillée également renversé (n° 38). Les deux autres sont placés contre l’hémi-thorax droit du squelette. Il s’agit d’un flacon en verre (n° 39) et d’un bol en céramique sigillée (n° 40). Un effet de délimitation linéaire est visible le long de la paroi sud, défini par l’alignement des vases n° 40, 39, 37 et 34. Cette limite se situe en dedans du bloc de la paroi sud, et ne comprend pas l’hémi-mandibule de cochon. Deux vases seulement sont placés verticalement (n° 40, 36). La cruche (n° 34) est renversée, bord contre terre ; le pot (n° 35) est incliné contre la panse de la précédente ; enfin, le flacon de verre (n° 39) est également renversé, en partie sur le bol, auquel il faut rajouter les deux vases retournés n° 37 et 38.

Inventaire des récipients (fig. 133)

  • n° 34 : cruche 5-501 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, de texture fine à semi-fine.

  • n° 35 : pot 4-501 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brune et grossière. Seule la moitié supérieure du vase a fait l’objet d’un lissage, la partie inférieure étant restée brute.

  • n° 36 : coupelle A3 en sigillée, issue d’un atelier du groupe de La Graufesenque ou des Martres-de-Veyre. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge, presque brillant.

  • n° 37 : couvercle 6-372 en céramique commune claire. Pâte siliceuse beige, fine à semi-fine. La paroi extérieure a été entièrement polie, tandis que l’intérieur a simplement subi un lissage.

  • n° 38 : bol A1 (Drag. 35) en sigillée, provenant des Martres-de-Veyre ou du groupe de La Graufesenque. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge, presque brillant. Le décor est constitué de quatre feuilles d’eau disposées symétriquement.

  • n° 39 : cruche cylindrique en verre Isings 51a, de teinte verdâtre.

  • n° 40 : bol B1 en sigillée du groupe de La Graufesenque. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge, presque brillant. Le marli est orné de cinq feuilles d’eau.

133 - Mobilier de la sépulture SP4.

Analyse

35Le squelette repose sur le dos. Des membres supérieurs, seul l’humérus droit (n° 1), en vue antérieure, et l’ulna (n° 2), en bon rapport avec l’humérus, sont présents, et se présentent en extension, parallèles à l’axe longitudinal du corps. Des membres inférieurs, il ne reste qu’un petit fragment de tibia (n° 3), retrouvé en amont des vases à l’est, et placé perpendiculairement à l’axe longitudinal du corps. Cette orientation, conjuguée au fait que les vases se situent à proximité de la partie conservée du squelette, indique que les membres inférieurs étaient probablement fléchis, en amont du groupe de vases.

36Le crâne est écrasé sur place et recouvre la mandibule qui se présente par sa face supérieure. Les deux hémi-frontaux, en face endocrânienne, reposent en partie en avant du thorax et du membre supérieur droit. D’autres fragments sont déplacés à gauche.

37Sous les deux hémi-frontaux, se trouvent ce qu’il reste de l’hémi-thorax gauche, à savoir la ceinture scapulaire et les deux premières côtes, ainsi que quelques hémi-arcs neuraux, et l’hémi-thorax droit. Ce dernier est fortement affaissé, verticalisé.

38L’humérus droit n’est plus en connexion avec la scapula ; son extrémité distale est orientée latéralement et décalée de 3 cm vers l’aval.

39Le crâne, en s’écrasant sous le poids des sédiments, s’est ouvert, comme le montre la situation des os frontaux. Étant donné la position du maxillaire et de la mandibule, il devait originellement se trouver en vue supérieure. L’ouverture du crâne et le déplacement de certains de ces fragments, tel celui de l’humérus droit, indiquent que le corps s’est décomposé en espace vide. L’évolution du dépôt en espace vide est également démontrée par le fait que certains vases se sont renversés. Enfin, la présence des clous et la délimitation linéaire relevée sur les vases à distance du bord sud de la fosse permettent d’envisager la présence d’un contenant de bois, dans lequel ont été déposés le corps et son mobilier. Les blocs paraissent en relation avec l’architecture et déterminent un coffrage de bois, calé par ceux-ci.

Sépulture SP5

40La sépulture est matérialisée par cinq clous et une cruche, aucune limite n’ayant été repérée à la fouille (fig. 134).

134 - Sépulture SP5.

Aménagement

41La répartition des clous détermine un espace rectangulaire de 30 cm de largeur nord-sud et d’au moins 40 cm de longueur est-ouest. L’un (n° 33) est situé dans l’angle sud-ouest, deux sont au sud (n° 32 et 3), le troisième est au nord (n° 30). Le quatrième (n° 31) est décalé de 5 cm en dedans par rapport aux clous méridionaux. Leur diamètre est de 7 mm. Les clous 3 et 32 se situent sur le sol de dépôt, les trois autres reposent 6 cm au-dessus.

Situation du mobilier

42La cruche (n° 1) est située dans la partie est de l’espace délimité par les clous. Elle est légèrement inclinée vers l’ouest.

Inventaire des récipients (fig. 135)

43n° 1 : cruche 5-602 en céramique commune claire. Pâte siliceuse beige foncé, de texture fine à semi-fine, feuilletée et contenant une grande quantité de mica. Le col et la lèvre ont été simplement lissés, tandis que la surface située entre le pied et la retombée de l’anse a fait l’objet d’un polissage soigné.

135 - Mobilier de la sépulture SP5.

Analyse

44Cet assemblage présente toutes les caractéristiques d’une sépulture d’enfant (surface réduite, présence de mobilier) en contenant de bois (présence de clous). L’absence du squelette est vraisemblablement due à des problèmes de conservation des os.

Sépulture SP6

45La sépulture se compose de quelques os appartenant à un squelette immature (fig. 136). Aucun aménagement n’a été relevé et les limites de la fosse n’ont pas été perçues. Les os reposent à la cote 416,41m NGF.

136 - Squelette de la sépulture SP6.

Situation du mobilier

46Seize fragments indéterminés de faune ont été relevés ; leur situation est inconnue, mais l’importante fragmentation des restes exclut l’hypothèse d’une offrande funéraire.

Analyse

47On distingue deux petits groupes d’os :

  • celui situé à l’ouest (n° 1) est composé d’une moitié proximale et d’un fragment de diaphyse de tibia gauche, d’un fragment de fibula, de deux esquilles indéterminées, d’un corps de vertèbre et d’une phalange distale de main ;

  • celui situé à l’est (n° 2) comprend un fragment osseux non identifié.

48Les diverses pièces osseuses ne sont pas en relation de logique anatomique et l’on ne peut restituer ni la position ni l’orientation initiale du corps. La perturbation des restes n’est pas due à la fouille, mais les éléments dont on dispose sont insuffisants pour en apprécier l’étiologie.

Sépulture SP7

49La sépulture renferme un squelette représenté uniquement par son crâne et ses tibias, orienté tête à l’ouest (fig. 137). Il repose sur le dos, membres inférieurs en rectitude. Il occupe les deux tiers ouest de la fosse, le tiers est étant consacré à un abondant mobilier. Le sol d’inhumation est à la cote 416,10 m NGF.

137 - Squelette de la sépulture SP7.

Aménagement

50La fosse est rectangulaire à angles arrondis, d’une longueur est-ouest de 1,40 m et d’une largeur variant de 80 à 90 cm de large en surface. Ces dimensions se réduisent à la base à 1,15 m de long pour 70 cm de large. Les parois sont donc évasées vers le haut. Le fond est plat. Vingt-trois clous sont répartis sur tout le pourtour et au centre de la fosse. Aux quatre angles, on les trouve sur trois niveaux, correspondant respectivement à 416,10 m, 416,25 m et 416,40 m NGF. Les autres clous reposent sur un seul niveau, qui est celui du sol d’inhumation. Tous ces clous sont de même taille, leur diamètre est de 6 à 7 mm. Leur répartition matérialise un coffre fait de planches de bois clouées les unes aux autres, mesurant 95 cm de long pour 60 cm de large. La distribution des clous sur trois niveaux aux quatre angles tend à montrer que les parois sont constituées de deux planches verticales. En effet, les trois clous ont respectivement servi à réunir le fond aux parois, les deux planches de chaque paroi entre elles, et le couvercle aux parois. Les clous situés dans la partie médiane de chacun des quatre côtés semblent plutôt avoir comme fonction de consolider le plancher en le maintenant aux parois, puisqu’ils reposent sur le fond. Un assemblage à l’aide de clous intéressant à la fois le fond et le couvercle indique que nous sommes en présence d’un cercueil.

51Entre les parois de la fosse et les clous, il y a à peine quelques centimètres, ce qui montre que la fosse a été creusée quasiment aux dimensions du cercueil.

Situation du mobilier

52Le mobilier funéraire se compose de onze vases, d’un jambon de porc et de l’extrémité distale d’un humérus gauche de mouton, inclus dans les limites du cercueil matérialisé par les clous. Sur ces onze vases, deux sont situés dans la moitié ouest de la fosse de part et d’autre du crâne du squelette : un pot (n° 106) se trouve à la gauche du crâne et une cruche (n° 107) à sa droite. Les neuf autres sont placés dans la moitié est de la fosse, en partie à droite et en aval des tibias du squelette. Il s’agit de deux cruches grand module (n° 23 et 108), d’un gobelet ansé à parois fines (n° 109), d’un pot (n° 110), d’un gobelet (n° 111), d’un flacon de verre (n° 112), d’un biberon (n° 113), d’une marmite tripode (n° 115) et de son couvercle (n° 114).

53Tous ces vases ne sont pas verticaux : c’est le cas des vases n° 107, 109, 110, 111 et 112, qui reposent sur la panse. Aucun vase ne porte de signes de fracture, ce qui indique que le mobilier a bien été placé dans le cercueil autour du corps et non sur le couvercle. Seul le gobelet (n° 109) est incomplet : une anse est manquante. Celle-ci n’ayant pas été retrouvée dans le comblement de la fosse, le gobelet a donc été déposé brisé dans la tombe.

Inventaire des récipients (fig. 138 et 139)

  • n° 23 : cruche 5-201 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun-rose clair, fine à semi-fine, fortement micacée et légèrement feuilletée.

  • n° 106 : pot 4-211 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine.

  • n° 107 : cruche 5-201 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun-rose clair, fine et dense. Un graffito a été gravé après cuisson sous l’attache de l’anse.

  • n° 108 : cruche 5-701 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine.

  • n° 109 : gobelet Déch. 74 à parois fines de Gaule centrale, probablement de Lezoux. Pâte siliceuse fine, dont la teinte rouge-mauve et l’aspect grésé témoignent d’une forte exposition au feu.

  • n° 110 : pot 4-402 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brune, semi-fine à grossière. Hormis la partie inférieure de la panse, toute la paroi externe a été lissée.

  • n° 111 : gobelet Lez. 331 à parois fines de Gaule centrale. Pâte siliceuse rose-orange à cœur beige, de texture fine et homogène. Décor sablé et engobe marron, avec par endroits des reflets métallescents.

  • n° 112 : flacon cylindrique à deux anses en verre, non répertorié.

  • n° 113 : biberon Lez. 114 en sigillée de Lezoux. Pâte siliceuse beige, fine, relativement tendre et très feuilletée. Engobe orangé, faiblement luisant et peu résistant.

  • n° 114 : couvercle 6-322 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun clair, semi-fine à grossière et très feuilletée. La paroi externe a été intégralement lissée.

  • n° 115 : marmite tripode 2-6101 en céramique commune claire. Pâte siliceuse beige, semi-fine à grossière. Seuls les pieds et le fond externe n’ont pas subi de lissage.

138 - Mobilier de la sépulture SP7.

Analyse

54Le bloc crânio-facial (n° 1) repose sur le côté droit, mais la face, détachée du neuro-crâne, se présente en vue antérieure. Elle est articulée avec la mandibule (n° 2), en vue antéro-occlusale, ce qui montre que le crâne était à l’origine en vue antérieure. Au cours de la décomposition, il est tombé sur le côté droit, en se détachant de la face. Cet affaissement prouve que la décomposition s’est effectuée dans un espace vide, conformément à ce qu’indique la présence des clous. Les tibias (n° 3), situés à une trentaine de centimètres en aval du crâne et orientés dans l’axe longitudinal du corps, apparaissent en vue antérieure. Ils sont presque parallèles. Le corps reposait donc sur le dos.

139 - Mobilier de la sépulture SP7 (suite).

Sépulture SP8

55La sépulture se compose des restes d’un squelette illustrés par le bloc crânio-facial, situé à l’ouest, les diaphyses fémorales placées à l’est, et par un mobilier abondant et diversifié (fig. 140). Le squelette occupe la partie est de la tombe, le mobilier se trouve dans la partie ouest. Le sol d’inhumation est à la cote 416,16 m NGF.

140 - Squelette de la sépulture SP8.

Aménagement

56Les limites de la fosse n’ont pas été repérées.

57Trois clous, d’un diamètre de 5 à 6 mm, sont présents. Deux, situés 8 cm au-dessus du sol d’inhumation, sont disposés sur l’axe est-ouest à distance au nord du dépôt (n° 70 et 81). Le troisième, qui repose sur le sol d’inhumation (n° 72), se trouve latéralement à droite des restes du squelette, entre celui-ci et l’offrande alimentaire. Il est probable que ces clous constituent les vestiges d’un contenant, qui renfermait le corps et le mobilier. Les clous n° 70 et 81 fixaient sans doute le couvercle à la cuve, puisqu’ils sont placés au-dessus du sol d’inhumation et que le n° 81 ne se trouve pas dans un angle. La situation du clou n° 72, parmi les éléments du dépôt, indique qu’il provient du couvercle : il serait tombé au cours de la décomposition du bois.

Situation du mobilier

58Le mobilier funéraire est composé de neuf vases, d’une lampe à huile, d’une section d’andouiller de cerf, perforée, et d’un fémur gauche d’ovicaprin, incomplet. Six vases sont regroupés à l’extrémité ouest de la tombe. Parmi eux, trois bols en céramique sigillée (n° 64, 66 et 78), une coupe (n° 65), une cruche (n° 67) et un pot (n° 77) sont alignés sur l’axe nord-sud. Le pot (n° 77) et le bol (n° 78) sont placés respectivement sous le bol (n° 64) et sous la cruche (n° 67). De part et d’autre du crâne de l’enfant, se trouvent une cruche à gauche (n° 68) et un vase à forme fermée (n° 74) à droite. Enfin, entre le groupe de vases situé à l’ouest et les deux récipients qui encadrent le crâne, se trouvent un bol miniature en céramique sigillée (n° 69), la lampe (n° 79), une « tige » en fer (n° 71) et une rondelle perforée en bois de cerf (n° 80). Le fémur d’ovicaprin (n° 1) est situé latéralement à droite du squelette de l’enfant, en aval du bol n° 74.

Inventaire des récipients (fig. 141)

  • n° 64 : bol Drag. 27 en sigillée du groupe de La Graufesenque. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge et brillant. La signature du potier est illisible, car l’estampage a été réalisé de manière trop superficielle pour que les lettres s’impriment dans la pâte.

  • n° 65 : coupe 2-2101 en céramique commune claire. Pâte siliceuse beige, fine à semi-fine, très bien cuite. L’ensemble du récipient a fait l’objet d’un polissage soigné.

  • n° 66 : bol A1 (Drag. 35) en sigillée du groupe de La Graufesenque. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Le vernis grésé brun-rouge et brillant ne recouvre pas intégralement le fond externe, mais laisse par endroits apparaître la pâte. Le marli est orné de six feuilles d’eau.

  • n° 67 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

  • n° 68 : cruche 5-611 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine.

  • n° 69 : bol Ritt. 8 en sigillée, importé d’une officine du groupe de La Graufesenque ou des Martres-de-Veyre. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge, presque brillant. L’estampille PAET n’a pu être attribuée à aucun potier connu.

  • n° 77 : pot 4-501 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brune à dégraissants grossiers. Seuls le col et une partie de la panse ont fait l’objet d’un lissage.

  • n° 78 : bol Lez. 28 (Drag. 27) en sigillée des Martres-de-Veyre. Pâte calcaire brun-rouge, fine, homogène, avec des nodules de chaux de taille extrêmement réduite. Vernis semi-grésé, brunâtre et luisant. Estampille DAGO du potier Dagomarus.

141 - Mobilier céramique de la sépulture SP8.

Inventaire du petit mobilier (fig. 142)

Le médaillon en bois de cervidé

59n° 80 : 55 mm de diamètre. Provient d’un bois de chute de cerf. Grossièrement polie, elle porte des traces de finition sous la forme de stries parallèles situées sur la face arrière. Présence, au centre, d’une perforation circulaire.

142 - Petit mobilier de la sépulture SP8.

La lampe métallique

60n° 79 et 71 : modèle de lampe à suif d’une seule pièce, en forme de « 8 » à réservoir « ouvert ». La tige est brisée en plusieurs fragments mais peut être restituée de la manière suivante : longueur initiale d’au moins 140 mm de long, section carrée de 5mm/5mm, forme en « S », munie à son extrémité d’un crochet de suspension. Le réservoir mesure environ 70 mm de long et 10 mm de haut.

Analyse

61Les restes du crâne (n° 3), mal conservés, ne permettent pas de restituer sa position initiale. Les diaphyses fémorales, incomplètes (n° 3), sont situées quelques dizaines de centimètres à l’est du crâne ; elles sont orientées nord-sud, donc perpendiculairement à l’axe longitudinal du corps, ce qui indique que les membres inférieurs étaient fléchis.

62Dans le groupe de vases situé à l’ouest, le bol et le pot n° 78 et 77 sont inclinés en direction du nord, tandis que les récipients n° 67 et 64 sont penchés vers l’est. La position de chant de la coupe n° 65 et du bol n° 66, en équilibre instable, traduit un effet de butée qui implique l’existence de parois, l’une à l’ouest et l’autre au sud. L’ensemble des remaniements témoigne d’un espace vide dans lequel évoluait le mobilier. Le fait que, dans le groupe de vases placé à l’ouest, les éléments les plus profonds soient inclinés dans un sens, tandis que ceux qui les surmontent soient penchés dans un autre, paraît impliquer que les vases n° 64 et 67 ne reposaient pas directement sur le pot et le bol n° 77 et 78 ; par ailleurs, le bol n° 66 et la coupe n° 65, qui reposent sur le fond, ont manifestement basculé. On peut ainsi envisager un dispositif d’étagère, sur laquelle auraient reposé les vases n° 64 et 67. Les parois restituées par la position des vases n° 66 et 65, à l’ouest et au sud, sont probablement celles du cercueil, puisqu’au moins, la position de la coupe coïncide avec celle du clou d’angle n° 70. Sur le côté sud, le bol n° 66, en équilibre instable, s’aligne avec l’extrémité proximale du fémur de faune, ce qui nous fournit la position de la paroi sud du contenant. Ce dernier mesurait 55 cm de largeur nord-sud.

Sépulture SP9

63La tombe jouxte à l’est la sépulture SP8. Elle se compose d’un fragment d’os coxal, d’une cruche et de deux clous, répartis sur 60 cm2 (fig. 143). Ces éléments reposent à la cote 416,22 m NGF.

143 - Squelette de la sépulture SP9.

Aménagement

64Les limites de la fosse n’ont pas été identifiées. Quatre blocs de pierre, d’une longueur de 15 cm, sont présents. Deux d’entre eux, placés à l’est du dépôt, reposent 11 cm au-dessus du sol d’inhumation. Les deux autres blocs, situés respectivement au nord et au sud, sont en revanche sur le fond. Celui qui est placé au sud se trouve au contact de la face orientale du vase.

Situation du mobilier

65La cruche (n° 73), située dans l’angle sud-ouest de l’espace occupé par l’ensemble, a un engobe blanc. Inventaire des récipients (fig. 144).

66n° 73 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

144 - Mobilier de la sépulture SP9.

Analyse

67Le petit fragment de coxal (n° 1), situé au centre de l’espace, n’a pu être latéralisé ni orienté. L’attitude initiale et l’orientation du corps restent donc inconnues. Les blocs situés à l’est peuvent avoir participé à l’architecture de la fosse, en calant soit un couvercle, soit des parois. Cette hypothèse n’est toutefois pas démontrée dans la mesure où l’on ne connaît pas les limites de la fosse. Si l’on retient la première proposition, il faut envisager que les blocs situés sur le fond se seraient effondrés dans l’espace vide réservé au dépôt. Cependant, le bloc retrouvé au contact de la cruche peut également être lié à cette dernière, de la même manière que les deux clous qui la jouxtent au nord (n° 75 et 76). Ces derniers ont un diamètre de 5 à 6 mm. La cruche a-t-elle ainsi été déposée dans un coffret, dont les parois étaient à la fois calées par un bloc et assemblées par des clous ? À l’appui de l’hypothèse d’un coffret, on remarquera que la cruche est inclinée en direction du nord-ouest, en équilibre instable, ce qui traduit un effet de butée se rapportant à la présence d’une paroi à ce niveau. Si les blocs situés à l’est déterminent une architecture aménageant un espace vide, nous ne pouvons pas déterminer s’ils sont liés à un couvercle venant recouvrir une simple fosse ou à un contenant.

Sépulture SP10

68La sépulture est matérialisée par un squelette, directement recouvert d’une tuile plate, orientée nord-sud dans sa longueur (fig. 145). Le sol d’inhumation est à la cote 416 m NGF.

145 - Squelette de la sépulture SP10.

Aménagement

69Le seul aménagement repéré est la tuile. Elle mesure 40 cm de long pour 30 cm de large et recouvre complètement le squelette. Elle repose directement sur les os. Aucune limite de fosse n’a été identifiée.

Situation du mobilier

70Trois fragments de céramique (n° 82, n° 83 et un non numéroté) ont été retrouvés sous la tuile, à l’ouest en amont et à gauche du bloc crânio-facial. Ils représentent trois individus différents et sont probablement résiduels.

Analyse

71Le squelette est très perturbé. En effet, aucune connexion anatomique n’est préservée et les os semblent éparpillés. Toutefois, le bloc crânio-facial se trouve au sud-ouest, les os situés au nord-nord-est appartiennent essentiellement aux membres inférieurs, et, entre ces deux zones, l’espace est occupé par les côtes, les os coxaux et des fragments de vertèbres. Ces informations permettent de restituer globalement la position originelle de l’enfant. Il avait la tête au sud-ouest et les membres inférieurs au nord, c’est-à-dire qu’ils étaient décalés vers la gauche du corps. Cela laisse envisager que ses membres inférieurs étaient fléchis.

72Lors du prélèvement, le bloc crânio-facial, écrasé sur place, est apparu sous quelques côtes et sous les membres supérieurs, disloqués. De nombreux fragments sont dispersés à distance des régions anatomiques en place : éléments de la voûte crânienne au sud (n° 1-2), dont la répartition est linéaire sur l’axe est-ouest, la scapula gauche et l’ischium droit en aval de ces fragments (n° 3-4). Au nord, des fragments appartenant aux os des membres inférieurs se sont déplacés à distance du reste du squelette : les deux sections du tibia gauche (n° 5-6), une phalange du pied (n° 7) et un métatarsien (n° 8) ; leur répartition dessine une délimitation linéaire sur l’axe est-ouest.

73Les os perturbés sont situés au même niveau et déterminent un effet de sol, ce qui, conjugué à l’amplitude importante des déplacements, indique que le corps a évolué dans un espace vide. Les effets de délimitation définis peuvent difficilement être mis en relation avec une architecture précise, puisque l’on ignore où se trouvent les bords sud-est et nord de la fosse. En effet, le corps peut avoir été placé à même la fosse, couverte de la tegula, ou bien avoir reposé sur un coffret de bois. L’amplitude des déplacements irait dans le sens de la première hypothèse, sauf si le contenant était très large, tandis que l’on peut également conjuguer les deux propositions en envisageant que les parois de la fosse étaient coffrées de planches, sur lesquelles reposait la tegula. Par ailleurs, les effets de délimitation relevés au sud et au nord dessinent un espace angulaire pouvant étayer l’hypothèse de parois déterminant un rectangle. L’étiologie des remaniements paraît plus se rapporter à de la circulation d’eau dans l’espace d’inhumation qu’être la conséquence d’une attitude de déséquilibre du corps, ce qu’indique notamment le recouvrement du bloc crânio-facial par des côtes et les membres supérieurs.

Sépulture SP11

74Les limites et l’orientation de la fosse sont inconnues. En effet, seuls une cruche (n° 19), cinq clous (n° 101 à 105) et un tibia d’enfant en vue postérieure (n° 1) laissent envisager qu’il s’agit d’une sépulture (fig. 146). La cruche et le tibia reposent à la cote 416,41 m NGF. Les clous ne sont pas alignés et ne délimitent ainsi aucun espace. De plus, ils ne sont pas en situation cohérente par rapport au vase et au tibia. Le clou n° 101, situé à 8 cm au sud-ouest de la cruche, possède un diamètre plus gros (10 mm) que les clous n° 103 et 104 (diamètre compris entre 7 et 8 mm). Il repose, de même que les clous n° 103 et 104, entre 6 et 9 cm au-dessus du sol d’inhumation. Ils paraissent ainsi se rapporter à un couvercle, ce qui explique leur emplacement aberrant par rapport au tibia et à la cruche. On ne peut déterminer, en revanche, s’ils concernent une architecture intéressant l’ensemble du dépôt (corps et cruche), ou correspondant à la seule cruche.

75Cette sépulture, vraisemblablement perturbée anciennement, ne peut être restituée.

146 - Squelette de la sépulture SP11.

Inventaire des récipients (fig. 147)

76n° 19 : cruche 5-502 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

147 - Mobilier de la sépulture SP11.

Sépulture SP15

77La sépulture se compose de trois fragments d’os longs, d’un métatarsien et d’un pétreux, disloqués (fig. 148).

148 - Squelette de la sépulture SP15.

Aménagement

78Une tuile verticale de 11 cm de largeur pour 34 cm de hauteur constitue la paroi est de cette sépulture. Elle repose sur un bloc mesurant environ 15 cm de hauteur. À 55 cm à l’ouest de ce bloc, un autre bloc semble être son symétrique, de même que celui placé au sud : ils reposent à la même cote, 416,5 m, et leur sommet est globalement au même niveau (416,25/416,3 m). Un bloc est situé sur le fond de la fosse.

79En l’absence de limites de fosse visibles, nous considérons ces blocs comme matérialisant les extrémités est et ouest de la structure ; dans ce cas, la fosse mesurait donc environ 55 cm de long et serait orientée est-ouest.

Situation du mobilier

80Dix tessons, dont la provenance exacte est inconnue, sont enregistrés dans cette tombe ; l’un est postérieur à 110 ap. J.-C. Par ailleurs, six fragments appartenant à des ovicaprins, à un porcin et à un chien, proviennent de cette sépulture. Leur situation dans la fosse n’est pas précisée, mais la nature et la fragmentation des restes (sections d’os longs, fragment d’une vertèbre, une dent, mandibule gauche) excluent l’hypothèse d’offrandes.

Analyse

81Les cinq fragments osseux sont situés à des profondeurs très variées (de 416,27 à 416,53 m NGF). De l’est vers l’ouest, on rencontre : un fragment de tibia placé au sommet de la tuile (n° 1) ; à environ 13 centimètres de distance de celui-ci, un fragment proximal d’ulna (n° 2) et un pétreux (n° 3) se situent à 4 cm l’un de l’autre ; enfin, environ 26 cm à l’est du tibia, un fragment d’humérus (n° 4) et un métatarsien (n° 5) sont relevés à 9 cm l’un de l’autre. Ces deux derniers reposent respectivement 36 et 11 cm plus profondément que le tibia et le pétreux.

Discussion

82La fosse paraît avoir été délimitée par des blocs, dont trois sont en place, au nord-est, au nord-ouest et au sud-est. Il est possible que celui qui repose sur le fond de la fosse se trouvait à l’origine au sud-ouest, et qu’il s’est effondré. Dans ce cas, sa situation archéologique témoignerait d’un espace vide initial, et l’on peut envisager que ces pierres supportaient un couvercle dont le fragment de tegula est peut-être un vestige. Les os qui nous sont parvenus ne sont pas en relation de logique anatomique : le tibia et le métatarsien se trouvent aux deux extrémités opposées de la fosse, et l’unique fragment qui se rapporte à la tête est situé au centre. La nature de ces remaniements laisse envisager, du fait de la situation des pièces à différentes cotes de profondeur, des apports successifs d’eau par battements répétés et des effondrements de parois.

Sépulture SP16

83La sépulture est constituée d’une amphorette, qui, placée à l’envers, recouvre les restes d’un squelette très mal conservé et lacunaire (fig. 149). Le récipient repose à la cote 415,90 m NGF. Aucune limite de fosse n’a été repérée.

149 - Squelette de la sépulture SP16.

Aménagement

84L’amphorette (n° 20) a un diamètre de 35 cm. Le fond et l’épaule du récipient sont absents, il ne reste que la panse, conservée sur une hauteur de 11,5 cm. La partie supérieure du vase a été expressément décalottée, probablement pour l’adapter à la taille de l’enfant ; l’amphorette étant posée à l’envers sur le corps, le fond paraît avoir été détruit a posteriori.

Analyse

85Les restes du squelette sont très lacunaires. Ils se composent du bloc crânio-facial (n° 1), situé dans le quart sud-est, puis de l’ulna (n° 2) et d’une côte gauches (n° 3) dans le quart sud-ouest. Le bloc crânio-facial est en vue supérieure.

86À la cote 415,98 m, se trouvent une phalange, deux corps de vertèbres et un hémi-arc neural dans le quart sud-ouest ; le quart nord-ouest comporte deux côtes (dont une est verticale) et un hémi-arc neural.

87Enfin, dans le niveau inférieur, à la cote de 415,95 m, se trouvent deux côtes dans le quart nord-ouest (dont une est encore verticale) et dans le quart sud-est, un pétreux, en vue inférieure. Ce dernier se situe sous le bloc crânio-facial. Une phalange de main et un hémi-arc neural proviennent également de ce niveau.

88Le caractère lacunaire du squelette ne permet pas de restituer la position initiale du corps. Par ailleurs, les os exhumés ne présentent aucun ordre anatomique. Les remaniements se caractérisent par des déplacements verticaux importants, typiques du résultat de la circulation d’eau boueuse par battements successifs dans un espace vide (apport d’eau par le bas). Le dépôt du corps semble avoir été effectué à même la fosse, protégé par une amphorette découpée à mi-panse, qui venait le recouvrir, aménageant ainsi un espace vide.

Sépulture SP18

89La sépulture est déterminée par la seule présence de mobilier et de clous (fig. 150), situés à une cote variant de 415,97 à 416,14 m NGF.

150 - Sépulture ( ?) SP18.

Aménagements

90Aucune limite de fosse n’est visible.

91Le dépôt livre sept clous. Les clous n° 136 à 140 entourent une lagène sur trois côtés (nord, est et sud). Ils se trouvent tous à moins de 2 cm de ce vase et reposent 20 cm au-dessus du fond. Les deux autres clous (n° 143 et 144) se situent à l’ouest de la lagène, à une distance plus importante que les précédents (6 et 18 cm). Ces deux clous reposent sur le fond.

92Tous les clous sont du même diamètre, compris entre 5 et 6 mm. Leur disposition à quelques centimètres seulement du mobilier indique qu’ils sont indiscutablement liés à ce dernier.

Situation du mobilier

93Il se compose d’une lagène (n° 141) et d’une cruche (n° 142), la cruche étant située à l’ouest de la lagène. Cette dernière est couchée sur sa panse, tandis que la cruche repose debout, mais cependant inclinée en direction de la lagène. Un fragment de crâne de chien, portant les maxillaires, dont la situation n’est pas précisée, est relevé.

Inventaire des récipients (fig. 151)

  • n° 141 : lagène d’un type inédit en sigillée de Lezoux. Pâte siliceuse rose-orange, fine, homogène, mais légèrement feuilletée. Engobe rouge-orange luisant.

  • n° 142 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse, de teinte beige à brun-rose, fine et feuilletée.

Analyse

94L’absence totale d’ossements ne permet pas d’affirmer qu’il s’agisse d’une sépulture. Il est vrai que ceux-ci ont pu ne pas se conserver, comme c’est le cas dans la sépulture 5, mais ici, aucun aménagement n’est certifié en dehors de celui qui se rapporte aux récipients. De plus, les vases semblent bien constituer un dépôt particulier, puisqu’ils ont été placés dans un coffre cloué. La position de la majorité des clous, 20 cm au-dessus du sol de dépôt, indique qu’ils ont servi à assembler un couvercle à des parois. Il est probable que la position du vase n° 141 soit le résultat d’une chute dans cet espace.

151 - Mobilier de la sépulture SP18.

Sépulture SP19

95La sépulture se compose d’un squelette d’enfant placé sur un gros fragment d’amphore, brisé en plusieurs morceaux (fig. 152). Il est orienté la tête au sud-ouest et repose sur le ventre. Aucune limite de fosse n’a été reconnue.

152 - Squelette de la sépulture SP19.

Aménagement

96Le fragment d’amphore en place (n° 147) mesure 40 cm de long pour 30 cm de large. Il repose à la cote de 415,96 m NGF.

Situation du mobilier

97L’hémi-maxillaire droit d’un porcin (D3-D4) est situé sous le fémur droit. Il se trouve entre la céramique sur laquelle repose le squelette et sous la cuisse de ce dernier. La nature de la région anatomique n’est pas, a priori, compatible avec l’hypothèse d’un dépôt.

Analyse

98D’après la position du crâne, en face latérale gauche, des côtes, en vue inférieure, et des humérus, en face postérieure, le squelette repose en procubitus. Le membre supérieur gauche (n° 1), en extension, est engagé en avant du thorax. L’humérus droit est le long du corps, et la position de l’ulna (le radius n’est pas conservé), parallèle au bras (n° 5), témoigne d’une hyperflexion du coude. Le fémur droit (n° 2), disloqué de l’os coxal et de la jambe, s’est déplacé sur une amplitude importante, puisque son extrémité distale repose en avant des côtes inférieures droites. La position des os de la jambe droite (n° 3), perpendiculaire à l’axe longitudinal du corps et appuyée contre la paroi orientale de l’amphore, indique en tout cas que le membre inférieur était fléchi, avec le pied ramené en direction médiale. Les os de ce dernier ne sont plus dans le prolongement de la jambe, mais reposent sur le fond, à 5 cm de distance (n° 4). Le membre inférieur gauche est absent. Les côtes et les vertèbres sont fortement disloquées, les côtes inférieures étant situées dans l’abdomen et les côtes supérieures gauches s’étant déplacées latéralement.

99Les dislocations et les déplacements observés sur ce squelette témoignent d’une décomposition en espace vide. Cependant, l’amphore n’était pas complète ; il ne restait qu’un fragment de panse (aucun autre fragment n’en a été vu au décapage). L’espace vide a donc été préservé par un aménagement, soit un couvercle en matériaux périssables couvrant le fragment d’amphore, soit un coffre, dont il ne reste aucune trace. Le déplacement du fémur est probablement consécutif à l’affaissement des éléments fracturés de l’amphore vers le nord, tandis que les bouleversements qui affectent le thorax sont dus à la forme concave du support.

Sépulture SP20

100La sépulture est représentée par un squelette d’enfant, lacunaire et très mal conservé, placé sur le dos, la tête au sud-ouest, et par deux vases (fig. 153).

153 - Squelette de la sépulture SP20.

Aménagement

101Les bords de la fosse n’ont pas été repérés.

102Un clou tordu (n° 151) est situé à 26 cm à l’ouest du dépôt, sur le sol d’inhumation. Son diamètre est de 6 mm. Le fait qu’il soit isolé ne nous permet pas d’interpréter sa fonction.

Situation du mobilier

103Il se compose d’une cruche (n° 145) et d’un bol en céramique sigillée (n° 146). La cruche, légèrement inclinée en direction du squelette, est à la droite de l’emplacement initial présumé du crâne, et le bol est situé latéralement à la hanche gauche du squelette. De cette tombe, provient un fragment de mandibule gauche de bovin. Sa situation n’est pas précisée, mais la nature du reste n’est pas compatible avec l’hypothèse d’un dépôt.

Inventaire des récipients (fig. 154)

  • n° 145 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse, beige à cœur rosâtre, feuilletée, fine et très micacée.

  • n° 146 : bol Drag. 27 en sigillée du groupe de La Graufesenque. Pâte calcaire brun-rouge, fine et homogène. Vernis grésé brun-rouge et brillant. Estampille inintelligible sur le fond interne.

154 - Mobilier de la sépulture SP20.

Analyse

104Le crâne n’est représenté que par quelques fragments épars. L’ilium gauche, les membres inférieurs et le membre supérieur gauche sont absents.

105La mandibule, en vue occlusale, est au contact de la face interne de l’humérus droit (n° 1).

106La colonne vertébrale, en vue antérieure, a subi quelques perturbations. Les côtes gauches se présentent en majorité par leur face endothoracique, et l’une se trouve au niveau de la cruche (n° 2).

107Le membre supérieur droit est en extension, parallèle à l’axe longitudinal du corps. L’humérus est brisé en deux morceaux, qui sont éloignés de quelques centimètres l’un de l’autre (la partie distale, n° 3, est située latéralement au coude), tandis que les deux os de l’avant-bras (n° 4), en face antéro-médiale, sont en bon rapport anatomique. La main droite est disloquée, certains de ses éléments ont été retrouvés en arrière de l’ilium droit et au niveau de la colonne vertébrale. Tous les os reposant au même niveau, le squelette a été perturbé selon un effet de sol. La partie distale de l’humérus droit sort du volume initial du corps, ce qui témoigne d’une décomposition en espace vide. On ne peut toutefois préciser si l’enfant a été placé à même la fosse, et, dans ce cas, en restituer la fermeture, ou alors dans un contenant. La cruche présente un effet de paroi ; mais celle-ci s’effectue en direction du squelette et ne traduit probablement que la butée du vase sur le volume originel du corps, d’autant plus qu’une côte se trouve au contact du vase : on ne peut pas démontrer qu’une planche séparait le corps de la cruche.

Sépulture SP21

108Elle contient un squelette, recouvert en totalité d’une tegula (fig. 155). Il est orienté la tête au sud et repose sur le ventre, à la cote 416,41 m NGF.

155 - Couverture en tegula et squelette de la sépulture SP21.

Aménagement

109Aucune limite de fosse n’est visible.

110La tegula est cassée en trois fragments. Le premier, d’une taille de 6 sur 21 cm (n° 150), est situé au sud-est, placé verticalement, avec le rebord en haut. Le deuxième (n° 149), au sud-ouest, repose à plat. Il mesure 21 cm de long et 15 cm dans sa plus grande largeur. Il repose en partie sur le dernier fragment de tuile n° 148, qui, d’une taille de 34 sur 21 cm, recouvrait quasiment tout le squelette. Les éléments de tegula sont au contact des os.

Analyse

111Le crâne est éclaté en trois parties. Au sud-est se trouve l’hémi-frontal gauche de chant (n° 1). Au sud, un fragment de pariétal (n° 2), en vue exocrânienne, repose à demi sur l’hémi-frontal droit qui se présente par sa face endocrânienne. La mandibule, en vue inférieure, le maxillaire et l’os zygomatique droits se situent en aval des éléments précédents (n° 3). La colonne vertébrale est perturbée, notamment au niveau des vertèbres cervicales, très lacunaires. Les éléments les plus profonds sont en vue postérieure. Les côtes sont également lacunaires, les droites se trouvent à l’ouest et les gauches à l’est. Sous quelques côtes droites, apparaît l’extrémité sternale de quelques côtes gauches en face inférieure. Les membres supérieurs sont relativement disloqués. Le fragment proximal de l’humérus droit (n° 4) est déplacé à l’ouest, à distance du squelette en place, tandis qu’un fragment de l’ulna droit et un fragment distal du radius droit (n° 5) se trouvent en aval de l’hémi-frontal gauche. Le seul os des membres supérieurs en place est l’ulna gauche (n° 6), en vue antérieure, l’extrémité proximale dirigée au nord, en partie recouverte par des côtes droites. Les os coxaux, juxtaposés, sont en face latérale. Les fémurs sont parallèles, orientés au nord-ouest par leur extrémité distale. Le droit, en vue antérieure, est décalé latéralement par rapport au coxal homolatéral, tandis que le gauche, en vue postérieure, est en bon rapport avec l’os coxal. La jambe droite, en situation de logique anatomique avec le fémur droit, est orientée perpendiculairement à l’axe du corps. La jambe gauche a disparu.

112Déposé sur le ventre, l’individu a été placé avec les genoux fléchis vers la droite du corps, le droit en amont du gauche, et avec le membre supérieur gauche engagé en avant du thorax. La position des membres inférieurs, dont l’extrémité distale de la jambe droite est au contact de celle du fémur controlatéral, n’est compréhensible que parce qu’il s’agit d’un très jeune enfant, pour lequel les articulations ont une amplitude plus élevée que celle des adultes.

113Le déplacement des os des membres supérieurs, comme la dislocation du fémur droit, qui sort du volume initial du corps, prouve que la décomposition s’est effectuée en espace vide. Les perturbations observées se sont effectuées selon un effet de sol et l’amplitude du déplacement de l’humérus montre que l’espace vide autour du corps était relativement large. De la même manière que dans le cas de la sépulture SP10, on ne peut cependant préciser la nature de cet espace vide (contenant ou fosse coffrée) que la tuile venait recouvrir.

Sépulture SP22

114La sépulture est constituée de quelques os appartenant au squelette d’un très jeune enfant, orienté la tête à l’ouest, et de six vases (fig. 156). Les vases, à l’exception d’un seul, sont regroupés à l’est, les restes du squelette et un petit vase se situent à l’ouest de ces derniers. Le dépôt repose à la cote 416,16 m NGF.

156 - Squelette de la sépulture SP22.

Aménagement

115Aucune limite de fosse n’a été identifiée.

116À l’est du dépôt, cinq clous, d’un diamètre compris entre 6 et 8 mm, sont alignés à quelques centimètres des vases (n° 159, 160, 161, 162, 164). Trois sont placés verticalement (n° 160, 162 et 164) et les deux autres sont horizontaux. Le fait qu’ils jouxtent les vases et qu’aucun clou n’ait été retrouvé à proximité des os pourrait indiquer qu’ils déterminent un contenant propre au mobilier.

Situation du mobilier

117Le mobilier funéraire se compose de six vases. Un petit pot (n° 156) est situé à quelques centimètres à la gauche des éléments conservés du crâne du squelette. Les cinq autres récipients sont regroupés 30 cm en aval de cet ensemble. Il s’agit d’un couvercle (n° 153), d’une marmite tripode (n° 154) qui surmonte un pot (n° 155), d’une cruche (n° 157) et d’un biberon (n° 158). Des éléments de faune sont présents, dont la situation n’est pas précisée, mais la composition de l’échantillon (un fragment de mandibule gauche et de coxal gauche de porcins) n’est pas compatible avec l’hypothèse d’un dépôt : ils paraissent résiduels.

Inventaire des récipients (fig. 157)

  • n° 153 : couvercle 6-322 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun clair, semi-fine à grossière et très feuilletée. La paroi extérieure a été entièrement lissée, sauf au niveau de la panse qui est restée partiellement brute.

  • n° 154 : marmite tripode 2-6102 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun clair, très feuilletée et contenant des inclusions semi-fines à grossières. Seuls les pieds et le fond externe n’ont pas subi de lissage.

  • n° 155 : pot 4-501 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brun orangé, remplie de quartz et de micas grossiers, mais relativement dense. Seuls le col et une partie de la panse ont fait l’objet d’un lissage.

  • n° 156 : pot 4-5201 en céramique commune claire. Pâte siliceuse beige, fine à semi-fine. La surface externe a été intégralement polie.

  • n° 157 : cruche 5-501 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

  • n° 158 : biberon Lez. 114 en sigillée de Lezoux. Pâte siliceuse brun-rouge clair, tendre, fine et légèrement feuilletée. Engobe rouge orangé, luisant et peu résistant.

Analyse

118Il ne reste du squelette que quelques os du bloc crânio-facial et un fragment d’humérus gauche.

119La disposition des éléments du crâne, constitués des deux pétreux, en vue supérieure, d’un fragment de maxillaire également en vue supérieure, et d’un fragment de voûte crânienne, en vue exocrânienne, est cohérente : le bloc crânio-facial (n° 1) en vue supérieure, est situé dans la partie ouest de l’espace du dépôt.

157 - Mobilier de la sépulture SP22.

120Quelques centimètres au nord-est de ces fragments, se trouve un morceau de la diaphyse humérale gauche (n° 2). L’emplacement de l’humérus gauche, relativement au bloc crânio-facial, indique que le corps reposait sur le dos. La mauvaise conservation des os de l’enfant rend impossible toute discussion concernant le milieu de décomposition du corps. Les vases ne sont pas tous verticaux. Le petit pot (n° 156) est renversé, il repose sur sa panse, son embouchure dirigée à l’est. Le biberon (n° 158) se présente par son fond. Le pot (n° 155) est fortement incliné vers l’ouest, et son couvercle, constitué de la marmite tripode (n° 154), ne le recouvre plus que partiellement. Il est impossible de déterminer si ces vases ont été placés couchés et renversés ou alors debout. Dans ce dernier cas, ils se seraient effondrés, ce qui, conjugué à la présence des clous à l’est, témoignerait d’un dépôt en espace vide. La situation sur le sol des quelques tessons (n° 3) qui appartiennent au vase n° 158 étaye également l’hypothèse d’une évolution en espace vide. Les clous semblent a priori en rapport avec le mobilier, mais cependant, on remarque que les éléments conservés du crâne s’alignent, du côté sud, avec l’ensemble constitué par les vases n° 154 et 155 et avec le clou n° 160. Par ailleurs, la position du bloc crânio-facial, en vue supérieure, témoigne qu’une contrainte s’est exercée sur sa face postérieure, à l’ouest. Il semble donc que l’ensemble du dépôt, corps et vases, a été pratiqué dans le même contenant. La cote des clous n’ayant pas été enregistrée, on ne peut déterminer s’ils se rapportent à l’assemblage de la cuve ou au seul couvercle. L’effondrement a posteriori des vases est probable, notamment pour ce qui concerne le biberon, qui se présente à l’envers. Le cas de ce biberon est à cet égard étonnant, car, pour qu’il se renverse totalement, il est nécessaire que soit créé un espace vide différé sous le vase. Il est ainsi permis de supposer que ces vases reposaient sur un support en matériau périssable. La répartition des tessons n° 3 du vase n° 158 et du couvercle n° 153 détermine un effet de délimitation linéaire sur l’axe sud-ouest/nord-est. Cela indique-t-il une partition de la fosse, avec une partie nord-est réservée au dépôt de vases, et une autre sud-est, consacrée à l’individu accompagné d’un pot ?

Sépulture SP26

121La sépulture est déterminée par les restes d’un squelette d’enfant, très incomplet (fig. 158). Les éléments dont on dispose indiquent qu’il repose sur le dos, la tête située au sud-ouest. Le sol d’inhumation est à la cote 416,56 m NGF.

158 - Squelette de la sépulture SP26.

Aménagement

122Aucun aménagement ni aucune limite de fosse n’ont été identifié.

Analyse

123Il reste du squelette essentiellement le bloc crânio-facial (n° 1), qui apparaît en vue supérieure. Quelques os de la face (zygomatiques, maxillaire, n° 2) se sont effondrés en avant du neuro-crâne. À ce niveau, on trouve également un fragment de la mandibule (n° 3) et la partie proximale de l’ulna gauche (n° 4). Un autre fragment de la mandibule a été relevé au contact de la face latérale gauche du bloc crânio-facial. L’humérus gauche (n° 5), en vue antérieure, est en connexion avec la scapula (n° 6), tandis que la clavicule est en situation anatomique.

124Quelques éléments de vertèbres, en face antérieure, sont présents et en situation de logique anatomique.

125Le squelette a subi quelques perturbations, comme le montre la situation de l’ulna en avant du bloc crânio-facial. Toutefois, ce dernier, la clavicule, la scapula et l’humérus gauches semblent en place. Ils nous indiquent que l’enfant a été placé sur le dos. Le squelette est trop lacunaire pour déterminer le milieu de décomposition et les conditions du dépôt.

Sépulture SP27

126La sépulture est constituée des restes lacunaires et perturbés d’un squelette d’enfant (fig. 159), qui repose à la cote 416,65 m NGF.

127Les limites de la fosse n’étaient pas visibles.

159 - Squelette de la sépulture SP27.

Analyse

128Le squelette n’est représenté que par ses os longs, disloqués. Les os du membre supérieur ont été perturbés lors de la découverte de la tombe, et il ne reste en place que ceux des membres inférieurs. Aucune pièce osseuse n’est en relation de logique anatomique. Les os du membre inférieur droit sont éparpillés, mais le tibia et la fibula (n° 1 et 2) se trouvant en aval du fémur (n° 3), il est probable que le squelette était orienté les pieds à l’est. Le fémur gauche (n° 4) est décalé en aval du droit et jouxte l’extrémité proximale du tibia (n° 5), tandis que la fibula est déplacée en amont de ces diaphyses (n° 6). À droite, le fémur est en vue postérieure, mais le tibia apparaît par sa face antérieure. Côté gauche, le fémur est en vue antéro-médiale, tandis que la diaphyse du tibia est en vue latérale. Ainsi, on ne peut, en raison des profonds bouleversements qui affectent ces pièces, déterminer l’attitude du corps.

129L’étiologie de ces perturbations est inconnue, mais le fait que les os dispersés se trouvent sur un fond plat et que les déplacements se sont effectués sur des amplitudes relativement importantes, indiquent que les remaniements se sont produits alors que le squelette évoluait encore en espace vide.

Sépulture SP28

130La sépulture se compose des os perturbés d’un squelette d’enfant, orienté la tête à l’est (fig. 160). Les limites de la fosse ne sont pas visibles. Le sol d’inhumation est à la cote 416,66 m NGF.

160 - Squelette de la sépulture SP28.

Analyse

131Le squelette n’est représenté que par des os appartenant à la moitié supérieure du corps.

132Du bloc crânio-facial, reste un fragment en vue endocrânienne, placé à l’est (n° 1). La position initiale de la tête est donc indéterminée. À une distance de 10 cm en aval du fragment de voûte crânienne, se trouvent des corps vertébraux et les côtes droites en vue endothoracique, en amont desquels on relève la clavicule gauche et la scapula droite (n° 2), en vue antérieure. Dans le prolongement de la cavité glénoïde de la scapula, repose l’humérus droit (n° 3), en vue antérieure. Cet humérus est parallèle à son homologue gauche, qui se présente par sa face postérieure (n° 4). L’ulna gauche, et les deux radius, placés parallèlement les uns aux autres et orientés sur l’axe longitudinal du corps, ne sont plus articulés aux humérus ; leur orientation et la situation des os des mains (n° 6) indiquent cependant que les coudes étaient fléchis. D’autres éléments, appartenant aux vertèbres cervicales, sont dispersés au niveau de l’extrémité distale des humérus ; en aval de la scapula, à une distance de 5 cm au sud, un fragment de la mandibule, le zygomatique droit ainsi qu’un fragment d’un condyle occipital ont été relevés (n° 7). Les côtes gauches sont absentes.

133Le squelette présente donc de nombreuses perturbations, caractérisées par l’absence de connexions anatomiques, un mélange entre les os gauches et droits, et des déplacements sur une amplitude importante. L’attitude du corps peut toutefois être restituée ; les côtes droites étant en vue endothoracique, la scapula droite en vue antérieure et les deux humérus, comme les os des avant-bras, se présentant, pour chaque segment anatomique, parallèles l’un à l’autre, il semble que le sujet reposait sur le côté droit, les membres supérieurs dirigés vers l’avant, les coudes fléchis de manière à ramener les poignets en amont. Les os reposant tous au même niveau, sur un fond plat, les remaniements se sont effectués alors que la tombe n’était pas colmatée. Les déplacements en groupe d’ossements appartenant aux mêmes régions anatomiques laissent envisager qu’une circulation d’eau dans un espace vide peut être responsable de ces remaniements.

Sépulture SP29

134Elle contient un squelette, très perturbé, placé sur un gros fragment brisé de panse d’amphore (fig. 161).

161 - Squelette de la sépulture SP29.

Aménagements

135Les limites de la fosse n’ont pas été identifiées.

136Le fragment de panse de l’amphore (n° 165) mesure 41 cm de long (d’est en ouest) et 35 cm de large (du nord au sud). Il repose à la cote 416,91 m NGF. Il est brisé en deux fragments principaux, qui se chevauchent en partie sur leur portion située au nord. Les deux tiers sud sont caractérisés par une grande fracture, laissant voir le sédiment sous-jacent, sur lequel reposent quelques os. Aucune pièce osseuse n’est présente sur le fragment occidental de l’amphore.

Analyse

137Aucune pièce osseuse n’est en relation anatomique, et les ossements apparaissent à diverses cotes de profondeur, réparties sur toute la profondeur du récipient.

138Des fragments de crâne ont été retrouvés dans trois secteurs différents, on ignore donc quelle était sa position initiale (au sud-ouest, n° 1 : fragments de voûte dont l’hémi-frontal gauche, un fragment de base du crâne et l’hémi-mandibule droite ; au sud-est : un fragment de voûte ; au nord-est, n° 2 : des fragments de voûte, un zygomatique et un fragment d’occipital. Les vertèbres et les côtes sont dispersées sur toute la surface, tandis que la ceinture scapulaire et les os conservés des membres supérieurs sont éloignés les uns des autres (scapula droite au nord-est n° 3, diaphyse humérale n° 4 au centre, une diaphyse de l’avant-bras, n° 5, à l’est).

139Les membres inférieurs sont à l’opposé : le fémur droit (n° 6) est au sud-est, au niveau du sommet conservé du récipient, tandis que le fémur gauche et le tibia droit se situent au sud-ouest de ce dernier, 9 cm plus profondément, sur un petit fragment détaché de l’amphore (n° 7). Le premier métatarsien gauche jouxte le fémur droit.

140L’important désordre dans lequel se trouvent les ossements ne permet pas de restituer l’orientation ou la position initiale du squelette. La cassure et l’éloignement des différents fragments de l’amphore nous montrent que celle-ci a été déposée dans un espace vide (coffrage ou fosse fermée d’un couvercle). Le fait que les os se situent à des profondeurs variées (jusqu’à 9 cm d’écart) montre que la perturbation du squelette est due à des battements successifs et récurrents d’eau boueuse à l’intérieur de l’amphore à un moment où elle n’était pas encore colmatée par le sédiment. L’instabilité du terrain est aussi probablement responsable de l’écartement des deux fragments du récipient.

Sépulture SP30

141La sépulture se compose d’un squelette placé dans une amphorette (fig. 162). Il repose sur le ventre, la tête au nord/nord-ouest et les pieds au sud/sud-est. Le récipient est à la cote 416,42 m NGF.

162 - Squelette de la sépulture SP30.

Aménagement

142L’amphorette (n° 175) a été placée dans une fosse de 45 cm de diamètre, creusée à ses dimensions, puisque son diamètre est de 42 cm. Elle est conservée sur une hauteur de 17 cm. Un gros bloc de 20 sur 15 cm repose en avant du thorax du squelette. Il est presque directement au contact des os, desquels il n’est séparé que par quelques millimètres de sédiment. Les os situés sous le bloc ne sont pas écrasés (fig. 108).

Inventaire des récipients (fig. 163)

143n° 175 : amphorette à engobe rouge. Pâte siliceuse brune à cœur gris, grossière, feuilletée, mais d’aspect légèrement grésé.

163 - Contenant de la sépulture SP30.

Analyse

144Le crâne, plaqué contre la paroi nord du vase, est en face latérale droite. Il est en connexion avec la mandibule (n° 1). La colonne vertébrale et les côtes sont disloquées en aval du crâne. Latéralement à droite et en aval du crâne, dans le tiers nord-ouest de l’amphorette, se trouvent la scapula gauche (n° 2), en vue postérieure, parmi les côtes droites et gauches et des éléments déplacés de la colonne vertébrale. La scapula gauche n’est plus en connexion anatomique avec l’humérus, qui se présente aussi par sa face postérieure et est décalé en aval du thorax (n° 3). L’humérus droit (n° 4), en vue postérieure, et un fragment d’ulna droite se trouvent en situation médiale par rapport à la scapula (n° 5).

145L’ilium droit (n° 6) est presque au contact de la mandibule, tandis que le gauche se trouve au fond du vase, entre les os des membres inférieurs (n° 7).

146Le membre inférieur droit (n° 8) est en connexion anatomique, le genou fléchi à 90 °. Le fémur, parallèle à l’axe longitudinal du corps, est orienté vers l’avant du corps par son extrémité distale. Le tibia est dirigé latéralement.

147Le membre inférieur gauche est situé sur le fond du vase, contre sa paroi sud-ouest (n° 9). Le fémur n’est plus en connexion avec le tibia, mais passe en avant et est orienté perpendiculairement à ce dernier. Des éléments de pieds sont dispersés autour de l’extrémité proximale du fémur gauche et à proximité de l’humérus droit.

148La situation respective des différentes régions anatomiques, l’orientation et la face d’apparition de la majorité des os indiquent que l’enfant a été placé en procubitus. Il se présentait avec la face antérieure du corps plaquée contre la paroi interne du vase, le membre inférieur droit fléchi et dirigé vers l’avant du corps, tandis que le gauche était dirigé vers l’arrière. L’attitude des membres supérieurs, dont il ne reste que les humérus et un fragment d’ulna droite, ne peut être restituée.

149Les perturbations relevées sur tout le squelette (ceinture scapulaire, humérus, membre inférieur gauche, thorax) montrent que le corps s’est décomposé en espace vide. Cela implique que l’amphorette était fermée par un couvercle en matériau périssable (bois ?). Le bloc devait donc se trouver sur ce couvercle et est tombé sur les os lors de son pourrissement. Du sédiment s’était manifestement infiltré à travers le couvercle, puisqu’une fine couche de sédiment séparait le bloc des os, et que ces derniers n’ont pas été écrasés lors de l’effondrement.

Sépulture SP31

150Cette sépulture est située à l’est du secteur 1, dans la pièce 9, au sud du mur M1001 (fig. 164). Elle se trouve donc à l’intérieur du mur d’enceinte de la villa. Elle se compose d’un squelette, orienté la tête à l’ouest, placé sur un gros fragment d’amphore. Il repose sur le dos, en appui sur son côté gauche.

164 - Squelette de la sépulture SP31.

Aménagement

151Les limites de la fosse n’ont pas été repérées. Le fragment d’amphore (n° 170), orienté est-ouest, mesure 39 cm de long pour 31 cm de large. Il repose à la cote 416,06 m NGF.

Situation du mobilier

152Deux fragments de céramique (n° 171 et 172) ont été découverts autour de l’amphore, et un fragment de faune, de nature indéterminée, provient de la structure (situation exacte inconnue). Il s’agit manifestement d’éléments résiduels.

Inventaire des récipients (fig. 165)

153n° 170 : amphore gauloise indéterminée.

165 - Contenant de la sépulture SP31.

Analyse

154Le crâne apparaît par sa face supéro-latérale gauche. Le membre supérieur gauche est légèrement fléchi : l’extrémité distale de l’avant-bras, en bonne relation avec les os de la main, est dirigée latéralement. L’humérus droit est absent, mais l’avant-bras (n° 1) est en extension, parallèle à l’axe longitudinal du corps. Des membres inférieurs, sont présents les fémurs et les diaphyses de la jambe droite. Le fémur droit est en vue postérieure, dans le prolongement de l’axe longitudinal du corps, et n’est plus en relation avec la jambe (n° 2), décalée en aval et en situation médiale, au fond de l’amphore. L’extrémité distale du fémur gauche (n° 3), dirigée en direction du poignet homolatéral, indique que le genou était fléchi.

155Les côtes gauches sont très verticalisées, tandis que les droites, en vue endothermique, sont ouvertes et passent en avant de l’humérus. La colonne vertébrale présente des dislocations, et une côte supérieure gauche est située dans l’abdomen (n° 4).

156Les dislocations et les déplacements qui affectent le membre inférieur droit se sont produits hors du volume du corps, attestant une décomposition en espace vide. La cassure de la panse du vase est ancienne, comme le montrent l’examen de la céramique et le fait que le crâne, qui outrepasse le bord ouest conservé de l’amphore, soit en place. Ainsi, cet espace vide n’a pu être préservé que par un dispositif en matériau périssable, illustré soit par un coffrage incluant l’amphore, soit par un couvercle venant la recouvrir.

Sépulture SP32

157La sépulture est celle d’un d’enfant, placé dans un récipient ovale en terre cuite (fig. 166). Le squelette repose sur le côté gauche, la tête placée à l’est, le membre inférieur droit fléchi et le membre inférieur gauche hyper-fléchi. Il épouse la paroi du récipient, au nord et à l’ouest.

166 - Squelette de la sépulture SP32.

Aménagement

158Les limites de la fosse n’ont pas été identifiées.

159La céramique repose à la cote 415,80 m NGF. L’espace intérieur du vase (n° 167) mesure 44 cm de long, 24 cm de large et 11 cm de haut. Les cassures observées sur la panse sont en majorité anciennes, causées par le creusement du mur moderne M2145.

Situation du mobilier

160Seul un fragment de dent de porcin (situation non précisée) provient de cette tombe. Il est manifestement résiduel.

Inventaire des récipients (fig. 167)

161n° 167 : récipient ovale 6-2101. Pâte siliceuse brune, très feuilletée et à dégraissants grossiers. Il semble que ce récipient ait été entièrement façonné à la main.

167 - Contenant de la sépulture SP32.

Analyse

162Le squelette est globalement en connexion anatomique. Le crâne apparaît par sa face latérale droite. Les côtes droites, en vue exothoracique, passent en avant des côtes gauches, en vue endothoracique. L’ilium droit, en vue latérale, recouvre en partie l’ilium gauche, en vue médiale. Le membre inférieur gauche repose en amont du droit, la jambe gauche passant en avant du fémur et de la jambe droite. Les membres supérieurs sont remaniés ; l’ulna droit et un fragment de radius droit ont été retrouvés 7 cm moins profondément que le reste du squelette (n° 1) ; la position de enregistrée, l’humérus n’a pas été mais on relève une diaphyse, sur le cliché, en amont de l’humérus gauche, qui pourrait lui appartenir (n° 2). Le gauche est cassé en deux (n° 3) ; son extrémité proximale est inversée par rapport à sa partie distale, qui jouxte la scapula (n° 4). L’ulna est parallèle à la moitié proximale de l’humérus (n° 5). La position des membres supérieurs est donc inconnue, mais les os des mains se trouvant contre la paroi sud de la terrine dans le prolongement des os des membres supérieurs, il semblerait que ces derniers étaient en extension vers l’avant du corps.

163L’amplitude des dislocations observées sur les membres supérieurs et le genou droit indique que le corps s’est décomposé en espace vide. Cela implique l’existence d’un élément de fermeture, soit d’une couverture surmontant le vase, ou d’un contenant l’incluant tout entier. L’insuffisance de l’enregistrement ne permet pas d’interpréter les dislocations.

Sépulture SP34

164La sépulture se compose d’un squelette lacunaire placé sur le côté droit à la cote 416,33 m NGF, orienté la tête à l’ouest, et de deux vases (fig. 168). La sépulture a été un peu endommagée, au sud-est, par la sépulture médiévale SP23.

168 - Squelette de la sépulture SP34.

Aménagement

165La fosse est ovalaire et mesure 70 cm du nord au sud et 55 cm d’est en ouest.

Situation du mobilier

166Un vase (n° 169) situé au nord est placé en avant du thorax du squelette. Une cruche (n° 166) se trouve au sud, et repose une dizaine de centimètres en avant du squelette. Le vase apparaît en vue latérale, la cruche est debout.

Inventaire des récipients (fig. 169)

  • n° 166 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair à cœur gris, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

  • n° 169 : forme haute indéterminée en céramique commune claire. Pâte siliceuse brune, grossière et feuilletée.

169 - Mobilier de la sépulture SP34.

Analyse

167Il ne reste du squelette que des éléments du thorax, l’humérus gauche, un fragment d’ilium et le crâne. Le crâne se présente en vue latérale gauche (n° 1), avec la face tournée vers le nord. Quelques éléments (SP2), dont un fragment de voûte et un pétreux, sont épars sur le fond dans la partie nord-est de la fosse. L’humérus gauche, en vue postérieure, est situé directement en aval du crâne, et est orienté perpendiculairement à ce dernier (n° 3). La relation entre l’humérus et la scapula (n° 4) est maintenue.

168Le thorax est dans le prolongement du crâne : les côtes gauches, en face exothoracique, reposent en avant des côtes droites, en vue endothoracique. La colonne vertébrale est globalement en vue postérieure, et a donc effectué une rotation interne. Une côte s’est déplacée en arrière du crâne (n° 5).

169Sous le vase n° 169 se trouvent quelques os perturbés (deux côtes droites, un hémi-arc de vertèbre lombaire et un ilium). Ils sont situés 10 cm moins profondément que le crâne.

170La position des membres est inconnue.

171La bascule du vase (n° 169) en avant des os remaniés, comme la dispersion de quelques éléments osseux sur le fond de la fosse, traduit une évolution dans un espace vide. Le squelette est a priori trop lacunaire pour qu’il soit possible de restituer l’ensemble du dispositif d’inhumation. Toutefois, les os disloqués au nord (fragments de crâne, de coxal, côtes) se répartissent sur un axe linéaire orienté est-ouest (effet de délimitation). Par ailleurs, le vase n° 166 repose quelques centimètres au-dessus du fond de la fosse, et son inclinaison en direction du squelette traduit un équilibre instable ; enfin, le fond du vase n° 169, effondré en avant des os, se situe en aval de l’effet de délimitation linéaire relevé sur les os. L’ensemble de ces observations indique que les deux céramiques se trouvaient hors du contenant du corps.

172Les os disloqués reposent en grande partie sur le sol d’inhumation, mis à part les éléments retrouvés sous le vase. Il semble donc que les perturbations ne sont pas toutes contemporaines, les secondes résultant peut-être du passage d’un animal fouisseur. La bascule du vase (n° 169) peut être antérieure ou synchrone du passage du fouisseur ; dans le second cas, elle aurait eu lieu à un moment où le colmatage de la fosse était engagé sans être achevé.

Sépulture SP40

173La structure a été découverte et endommagée par la pelle mécanique lors du sondage d’évaluation. Elle contenait plusieurs vases : un pot (n° 176), une cruche (n° 177) et deux biberons (n° 178 et 179), ainsi que des clous. Aucun ossement n’a été repéré. Il n’existe aucun cliché ni aucun relevé de cette structure.

Inventaire des récipients (fig. 170)

  • n° 176 : pot 4-501 en céramique commune claire. Pâte siliceuse brune, grossière et feuilletée. Seuls le col et une partie de la panse ont fait l’objet d’un lissage.

  • n° 177 : cruche 5-401 à engobe blanc. Pâte siliceuse brun clair, fine à semi-fine, feuilletée et très micacée.

  • n° 178 : biberon de type inédit en sigillée de Lezoux. Pâte siliceuse brun clair, fine et légèrement feuilletée. Engobe brun orangé, luisant et assez résistant.

  • n° 179 : biberon Lez. 114 en sigillée de Lezoux. Pâte siliceuse brun clair, fine et légèrement feuilletée. Engobe brun orangé, luisant et de mauvaise qualité.

170 - Mobilier de la sépulture SP40.

Sépultures du Bas-Empire

Sépulture SP13

174La sépulture est située à l’intérieur de la villa, à l’angle nord-ouest de la cour P8. Elle se compose d’un squelette qui repose à la cote 415,34 m NGF, sur le côté gauche, la tête à l’ouest (fig. 171).

171 - Squelette de la sépulture SP13.

Aménagement

175Les limites de la fosse ne sont pas visibles. Au sud des restes du squelette, ont été relevées des tegulae, dont certaines sont placées de chant et d’autres sont effondrées. La paroi est et l’angle sud-est sont marqués par des blocs. Un bloc de basalte est également présent au centre de la tombe et repose en partie sur les os du tronc.

Situation du mobilier

176Des fragments de céramique (n° 134) sont mentionnés « au contact du squelette », mais leur position n’est pas précisée. Il s’agit de quatre tessons appartenant à quatre vases différents, qui, pour cette raison, sont probablement résiduels. Une coquille d’huître se trouvait dans l’angle sud-est.

Analyse

177La position du crâne (n° 1), très fragmenté, n’a pu être déterminée. La colonne vertébrale apparaît par sa face latérale droite, et les côtes droites passent en avant des gauches qui se présentent en vue endothoracique (n° 2) ; ces éléments indiquent que le corps reposait sur son côté gauche. Une partie du squelette est perturbée : l’hémi-mandibule gauche, l’ischium droit, et un fragment de côte sont disloqués à distance du thorax (n° 3) au nord-est, tandis que l’humérus et l’ilium droits se trouvent au sud-est (n° 4). Dans le prolongement du thorax, un fragment de l’ilium gauche (n° 5), en vue antérieure, et les membres inférieurs (n° 6) sont globalement en place. Les fémurs sont orientés perpendiculairement à l’axe longitudinal du corps, et se présentent en vue antérieure, tandis que les tibias, parallèles aux fémurs, sont en vue postérieure. Le sujet a donc été placé avec les genoux fléchis, et les os des membres inférieurs ont effectué des rotations, puisque, compte tenu de l’attitude générale du squelette, le membre inférieur droit devrait se trouver en vue latérale, et le gauche en vue médiale.

178Tous les os reposent à la même cote de profondeur, qu’il s’agisse des éléments en place ou des éléments disloqués. L’amplitude des remaniements sur le sol d’inhumation est importante, et même si leur cause ne peut être déterminée, elle indique que le corps a évolué en espace vide. Les éléments de tegulae et le bloc de basalte pourraient déterminer les vestiges d’un contenant ; l’absence de tegulae à l’ouest peut soit correspondre à un remaniement ultérieur, soit révéler une architecture mixte (de tegulae, de bois et de blocs).

Sépulture SP24

179La sépulture est située parmi les tombes du Haut-Empire, contre la paroi nord du mur d’enclos (fig. 172). Elle contient un squelette qui repose sur le dos, à la cote 416,64 m NGF, la tête à l’ouest. Le comblement a livré un tesson du Bas-Empire. Deux dents, l’une appartenant à un ovicaprin et l’autre à un porcin, proviennent de cette tombe, mais leur situation n’est pas connue. La nature de ces restes n’est pas compatible avec l’hypothèse d’un dépôt.

172 - Squelette de la sépulture SP24.

Aménagement

180La fosse est aménagée à l’aide de quatre dalles de tailles différentes, placées de chant. Les parois est et ouest ne comportent qu’une dalle chacune, aucune n’étant au contact du mur d’enclos, qui paraît avoir constitué la paroi sud de la tombe. La paroi nord compte deux dalles. L’espace interne ainsi défini, orienté est-ouest, mesure 47 cm de long pour 25 cm de large. Aucun élément de couverture n’a été retrouvé.

Analyse

181Le squelette est très lacunaire, puisque mis à part les éléments du bloc crânio-facial et la majorité des os longs, les ossements ne sont quasiment pas conservés. L’agencement des pièces osseuses est aberrant ; aucune connexion anatomique n’est conservée, de nombreux déplacements sont observés sur une amplitude importante ; seule la présence des os du crâne en vue antérieure (n° 7), à l’ouest, et de la majorité des os des membres inférieurs, à l’est, ainsi que la situation respective des os droits et gauches, permettent de déterminer que le corps reposait sur le dos, la tête à l’ouest et les pieds à l’est.

182Les deux humérus sont distants, le droit se trouve en situation latérale à l’emplacement présumé du thorax (n° 1) et le gauche à l’extrémité est de la tombe (n° 2). Le fémur droit (n° 3) et le fémur gauche (n° 4) sont rejetés l’un au nord et l’autre au sud, tandis que des côtes et un corps de vertèbre (n° 6) se situent au niveau des membres inférieurs. L’orientation des os est fréquemment paradoxale : l’extrémité distale de l’humérus droit est orientée en amont, de même que celles de l’humérus gauche, du fémur et du tibia (n° 5) droits. Il est ainsi difficile d’affirmer que l’orientation, également inversée, de l’ulna gauche (n° 8), reflète l’attitude initiale du membre supérieur, en hyperflexion. L’étiologie de ces remaniements, qui impliquent une évolution du corps en espace vide, ne peut être déterminée en raison des lacunes importantes du squelette (absence des os du tronc, des extrémités, des os coxaux) ; on ne peut affirmer que seule la circulation d’eau dans l’espace de la tombe en est responsable, ni argumenter en faveur d’un dispositif complexe de surélévation du plancher (Blaizot 1998).

183Le fémur droit est au contact du mur, ce qui signifie que ce dernier constitue bien la paroi sud de la structure. En revanche, les dalles des parois est et ouest ne touchant pas le mur, il est probable que des planches venaient compléter le dispositif. Par ailleurs, la dalle située à l’est s’est effondrée dans la fosse, comme en témoignent sa position inclinée et la situation de son bord interne, décalé en amont par rapport à l’extrémité proximale de l’humérus gauche (n° 2). L’absence d’éléments de couverture conservés signifie que celle-ci devait être en bois.

Table des illustrations

Légende 127 - Squelette de la sépulture SP1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 128 - Squelette de la sépulture SP2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 129 - Mobilier de la sépulture SP2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 130 - Squelette de la sépulture SP3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 131 - Mobilier de la sépulture SP3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 132 - Squelette de la sépulture SP4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 133 - Mobilier de la sépulture SP4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 134 - Sépulture SP5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 135 - Mobilier de la sépulture SP5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 136 - Squelette de la sépulture SP6.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 137 - Squelette de la sépulture SP7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 138 - Mobilier de la sépulture SP7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 139 - Mobilier de la sépulture SP7 (suite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 140 - Squelette de la sépulture SP8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 141 - Mobilier céramique de la sépulture SP8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 142 - Petit mobilier de la sépulture SP8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 143 - Squelette de la sépulture SP9.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 144 - Mobilier de la sépulture SP9.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 145 - Squelette de la sépulture SP10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 146 - Squelette de la sépulture SP11.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 147 - Mobilier de la sépulture SP11.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 148 - Squelette de la sépulture SP15.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 149 - Squelette de la sépulture SP16.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 150 - Sépulture ( ?) SP18.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 151 - Mobilier de la sépulture SP18.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 152 - Squelette de la sépulture SP19.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 153 - Squelette de la sépulture SP20.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 154 - Mobilier de la sépulture SP20.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 155 - Couverture en tegula et squelette de la sépulture SP21.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 156 - Squelette de la sépulture SP22.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 157 - Mobilier de la sépulture SP22.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 158 - Squelette de la sépulture SP26.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 159 - Squelette de la sépulture SP27.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 160 - Squelette de la sépulture SP28.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 161 - Squelette de la sépulture SP29.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 162 - Squelette de la sépulture SP30.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 163 - Contenant de la sépulture SP30.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 164 - Squelette de la sépulture SP31.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 165 - Contenant de la sépulture SP31.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 166 - Squelette de la sépulture SP32.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 167 - Contenant de la sépulture SP32.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 168 - Squelette de la sépulture SP34.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 169 - Mobilier de la sépulture SP34.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 170 - Mobilier de la sépulture SP40.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 171 - Squelette de la sépulture SP13.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 172 - Squelette de la sépulture SP24.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2567/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540