Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 6. L’occupation médiévale du site

Guy Alfonso, Frédérique Blaizot et Véronique Savino

Texte intégral

1À la suite de leur abandon à la fin de l’Antiquité, tous les bâtiments de la villa de Champ Madame ont fait l’objet de très importantes récupérations de matériaux. Ces spoliations ne représentent qu’un des aspects de l’occupation du site durant le Moyen Âge, qui se manifeste aussi par la réutilisation de certains espaces, dont témoignent deux constructions en pierres sèches, une vingtaine de fosses et une trentaine de sépultures réparties dans les différents secteurs de la villa (fig. 114). Ces structures sont installées dans les couches d’abandon datées des IVe-Ve siècles qui, dans de nombreux secteurs, ont été remaniées, livrant quelquefois des tessons de céramique médiévale. Si l’on peut affirmer que la totalité des maçonneries médiévales a été repérée, on ne peut exclure que certaines structures en creux (fosses ou sépultures) aient échappé à nos observations, car l’ensemble du site n’a pu faire l’objet d’un décapage manuel approfondi. Hormis les sépultures, pour lesquelles l’étude typologique fournit des critères de datation (confortés par deux radiodatations), et dans une moindre mesure les maçonneries construites en pierres sèches, la plupart des structures sont attribuées à la période médiévale au sens large uniquement en raison de leur chronologie relative par rapport aux niveaux d’abandon des IVe-Ve siècles dans lesquelles elles sont installées car elles n’ont que rarement livré du mobilier médiéval.

114 - Plan général des vestiges médiévaux.

Des récupérations intensives de matériaux

2Si aucun secteur de la villa n’a été épargné, les « récupérateurs » se sont particulièrement acharnés sur le bâtiment résidentiel où se trouvait rassemblée une masse considérable de matériaux divers et parfois « précieux » (marbre et métal), les récupérations en profondeur étant particulièrement importantes dans la partie est de ce bâtiment, où la fondation du mur de façade a été démontée presque en totalité (fig. 114). Tous les types de matériaux de construction ont été récupérés : les blocs de grand appareil, les moellons, les revêtements en marbre, les éléments en terre cuite des hypocaustes, mais également les maçonneries constituées de simples blocages, ainsi que certains sols de terrazzo. À ce titre, on est frappé de la ténacité qui a conduit à démonter intégralement certaines maçonneries épaisses et extrêmement compactes du secteur thermal, dont on a pu, à l’occasion de la fouille, tester la résistance au marteau-piqueur ! Presque partout, les couches de destruction ont été dépouillées de l’essentiel des éléments réutilisables, y compris les tuiles dont on a quelquefois retrouvé les joints en mortier, en bordure des murs. Un tas de matériaux de construction (blocs et mortier essentiellement) rassemblés dans la cour centrale résulte peut-être de l’un des derniers ramassages effectués sur le site.

3S’il n’est pas facile de dater ces récupérations de matériaux, les rares tessons de céramique médiévale retrouvés dans les couches d’abandon remaniées et dans le remplissage de certaines fosses de récupération indiquent qu’elles se sont probablement échelonnées, à partir du haut Moyen Âge, sur une très longue période, de l’ordre de plusieurs siècles.

Une réoccupation très partielle des ruines de la villa

Le secteur nord-est (Pourliat)

4Dans la partie nord de la villa, une construction maçonnée est bâtie dans la partie orientale de P8, en appui contre les murs nord et est de ce bâtiment qui étaient encore, au moins partiellement, en élévation (fig. 24, 114, 115). Elle est fermée au sud et à l’ouest par deux larges murs en pierres sèches (M2021 et M2003) et divisée en deux « salles » de taille sensiblement identique, de 18 m 2 environ (P5 et P6), par un mur de refend est-ouest également bâti en pierres sèches. L’accès à la pièce P6 se faisait vraisemblablement par l’angle sud-est, si l’on en juge par l’interruption du mur M2003 de ce côté-ci. La construction de ce bâtiment a été précédée d’un curage du terrain jusqu’au niveau des colluvions antérieures à l’édification de la villa. Les murs ont ensuite été élevés sur ce niveau, sans fondations. Le sol des deux pièces est simplement formé par le niveau supérieur des colluvions anciennes, présentant un aspect régulier et ponctuellement cendreux. La pièce P5 comporte plusieurs aménagements dont l’interprétation reste incertaine (fig. 116). Contre le mur est sont agencés deux ensembles de gros blocs qui pourraient correspondre à des éléments de support car ils ne portent pas de traces de chauffe ni de frappe. Au centre de la pièce s’ouvre une fosse en cuvette peu profonde de 1 m de diamètre environ, aux parois non rubéfiées et, à proximité, une fosse de type silo de 0,55 m de profondeur ; le remplissage des deux fosses s’est révélé stérile. On doit signaler que l’angle nord-est de la pièce P5 est entaillé par une autre fosse qui n’a pas été fouillée. En l’absence de foyer et de rejets domestiques, ce bâtiment ne peut guère être interprété comme un habitat, mais plutôt comme un enclos ou un local agricole. Sa datation, au sein du Moyen Âge, ne peut pas être précisée.

115 - Pourliat, vue d’ensemble du bâtiment médiéval P5-P6.

116 - Pourliat, vue d’ensemble de la pièce P5.

5À proximité de cette construction, plusieurs fosses médiévales sont regroupées dans l’emprise des pièces P2 et P3. Le sol de mortier de la pièce P2 est perforé par deux fosses de 0,50 m de longueur, dont l’une est située dans l’angle nord-ouest, tandis que l’autre se localise approximativement au centre de la pièce (fig. 24 et 30). Leur profondeur, en dessous du sol de mortier, n’est que de 0,15 m, mais il est probable que ces fosses s’ouvraient plus haut, en surface de la couche d’abandon remaniée qui a livré un fragment de céramique attribuable au bas Moyen Âge. Il pourrait s’agir de petits silos. La fosse creusée près de l’angle nord-est de la pièce P3 est très différente : de forme oblongue, elle mesure environ 1 m x 0,80 m pour une profondeur de 0,60 m ; son fond plat était recouvert d’une couche de limon très cendreux de 0,10 m d’épaisseur.

Le secteur sud-est (Les Foisses)

6Dans cette partie de la pars rustica, plusieurs tronçons de murs en pierres sèches dont deux sont bâtis en appui contre le mur d’enclos de la villa ont été dégagés (Loison 1994) (fig. 114) ; ces murs dépourvus de fondations sont comparables à ceux du secteur nord. Malgré d’importantes perturbations anciennes et récentes, il semble qu’ils correspondent à un petit bâtiment rectangulaire pourvu d’une division interne, se développant au nord de la fouille. « Dans cet espace, sur un sol de terre battue, se développe un niveau d’occupation qui présente de nombreux témoins d’activité domestique : résidus de foyer, ossements d’animaux, fragments de céramique dont une partie d’un vase à fond arrondi, muni d’une anse » (Loison 1994). Deux fosses-silos près desquelles ont été retrouvées de nombreuses graines carbonisées sont associées au bâtiment. Cette occupation est datée par G. Loison du haut Moyen Âge.

Le bâtiment résidentiel (Champ Madame)

7Au sein du bâtiment résidentiel, la seule structure maçonnée qui puisse être attribuée à la période médiévale est une sorte de muret (M1118) construit en gros blocs de roche volcanique juxtaposés, sans liant, dans l’espace initialement occupé par l’aire de chauffe des bains (P31), alors que les pièces chaudes étaient déjà arasées au niveau des fonds d’hypocauste. La fonction de cette structure, aménagée à proximité de deux grandes fosses qui semblent liées à des récupérations de matériaux (1089, 1225), reste inexpliquée et sa datation incertaine (fig. 114).

8Les seuls vestiges qui pourraient témoigner d’une réoccupation très partielle du bâtiment sont localisés dans les pièces P11-P12-P13 du corps de bâtiment nord-ouest. Il s’agit d’un groupe de onze fosses de forme et de dimensions variées qui perforent les sols de terrazzo très compacts de ces pièces ; en l’absence de chronologie relative, on ne peut affirmer qu’elles soient contemporaines (fig. 117). Par leur profil, deux s’apparentent à des silos et deux autres à des trous de poteau. Aucune n’a livré de rejets domestiques.

117 - Champ Madame, fosses médiévales de la pièce P11.

Les tombes du haut Moyen Âge

9Les quatre opérations menées sur le site (Les Foisses, Gauthier, Champ Madame, Pourliat) ont livré trente-deux sépultures, mais seules celles de Champ Madame et de Pourliat ont été étudiées (fig. 114).

10Les tombes se répartissent sur l’ensemble de la surface décapée et sont présentes dans tous les secteurs occupés par l’habitat antique. Certaines sont organisées en petits groupes, mais l’impression générale est celle d’une dispersion. Pour la plupart, les tombes se situent dans les pièces de l’habitat antique ruiné, auquel cas elles sont placées le long des murs. Certaines recoupent l’ensemble funéraire d’enfants décédés en phase infantile.

11La typologie des tombes (coffrages de bois, coffrages de dalles, coffrages mixtes, encagements de galets, tombes anthropomorphes) permet d’envisager une datation du haut Moyen Âge. Deux radiodatations, réalisées sur les ossements d’une sépulture en coffrage de dalles et sur ceux d’une sépulture en coffrage mixte, confirment cette attribution chronologique (milieu VIIe-milieu IXe siècle) : SP1, ARC1940, 1275 ± 40 BP, 655-865 ap. J.-C., SP2 ; ARC1941, 1350 ± 40 BP, 600-700 ap. J.-C.

12Les contenants interprétés comme des coffres non cloués ou des coffrages de planches (fig. 118) connaissent une durée d’utilisation très longue, avec des périodes où ils sont surreprésentés, par exemple entre le Ve et le début du VIIIe siècle (Blaizot, Savino sous presse ; Blaizot et al. sous presse).

118 - Champ Madame, tombe médiévale SP2.

13Les coffrages mixtes (fig. 119) sont utilisés dès l’Antiquité tardive, notamment au Ve siècle dans le sud de la France (Raynaud 1987). Plus au nord, à partir de la moyenne vallée du Rhône, ils ne semblent pas apparaître avant le début de l’époque carolingienne (Colardelle et al. 1996 : 288) ; une datation radiocarbone effectuée récemment sur un squelette provenant d’une sépulture de ce type dans la Drôme (Blaizot 2002) donne une date comprise entre 710 et 790 av. notre ère. Sur le site de Sézégnin, en Suisse, ils sont datés du VIIIe siècle également (Privati 1983 : 59). Leur disparition semble confirmée après le Xe siècle (Colardelle 1983 : 352).

119 - Champ Madame, tombe médiévale SP3.

14Les coffrages de moellons aménageant des sépultures anthropomorphes (fig. 120) ne sont pas très bien définis dans la typologie régionale (Colardelle et al. 1996) ; ce qui est décrit sous le terme de coffrages ovales (Colardelle et al. 1996 : 288-289) ne paraît pas correspondre à nos exemples. En revanche, une architecture du type proche de celle de Pourliat a été relevée sur le site de Bourbousson dans la Drôme dont la datation radiocarbone est de 695-880 av. notre ère (Blaizot Savino sous presse). Elle est aussi attestée sur le site de Varces dans l’Isère pour des sépultures associées à l’église du Xe siècle (fouille F. Blaizot et F. Gabayet, inédite), et sur le site de Serris en Seine-et-Marne, pour des sépultures datées autour du IXe siècle (étude F. Blaizot, inédite).

120 - Pourliat, tombe médiévale SP23.

15Les tombes en fosse de plan anthropomorphe relevées à Pourliat sont de deux types : soit la fosse nue constitue le réceptacle du corps (fig. 121), soit elle reçoit, contre ses parois internes, plusieurs blocs formant une espèce d’encagement pour le corps (fig. 122).

121 - Pourliat, tombe médiévale SP25.

122 - Pourliat, tombe médiévale SP17.

16Le premier type s’apparente à ce que M. Colardelle définit sous le terme de sépulture « rupestre en roche meuble » (Colardelle et al. 1996 : 292). Ces fosses sont étroites, à parois obliques et à fond souvent concave, et possèdent une couverture de dalles, voire de tegulae dans le sud de la France, mais le plus souvent, la couverture est constituée d’une planche de bois (Blaizot, Savino sous presse) ; ces éléments reposent sur une feuillure aménagée sur les parois longitudinales des fosses. Elles apparaissent précocement dans le sud de la France, puisqu’on en rencontre en Languedoc, en Vaucluse et en Rhône-Alpes dès le Ve siècle (Raynaud 1987 ; Gagnière 1965 ; Carru et al. 1991 ; Blaizot et al. 2001). Cependant, partout en France, elles sont plus particulièrement représentatives de la période carolingienne. À Dassargues (Hérault), des tombes de ce type à couverture de lauze fournissent une datation radiocarbone de la fin du VIIe à la fin du IXe siècle (Garnotel, Raynaud 1996 : 150), tandis que dans la moitié nord de la France, dans l’Est et en région parisienne, les tombes en fosse sont fréquentes dès la fin du VIIe et aux VIIIe-Xe siècles (Fréville, Journa 1994 ; Durand 1988 ; Blaizot et al. à paraître). Morphologiquement, le type abouti se caractérise par une fosse à parois obliques, un profil transversal en gouttière, un profil longitudinal affectant une concavité centrale, et un resserrement aux deux extrémités. L’étroitesse et la présence d’un alvéole céphalique caractériseraient les sépultures les plus récentes (Troncin 1987 : 171) ; des alvéoles céphaliques ont toutefois été relevés avant le Xe siècle dans le Sud-Ouest, mais généralement, ils sont plutôt rencontrés aux XIe et XIIe, voire au XIIIe siècle (Troncin 1987 : 176). L’absence de logette céphalique dans les sépultures de Pourliat serait peut-être l’indice d’une datation antérieure au XIe siècle.

17La documentation réunie lors des deux premières opérations (Les Foisses) a été réexaminée par V. Savino : les types de tombes sont identiques à ceux qui furent identifiés à Champ Madame et à Pourliat (Savino 1999). La fosse de type anthropomorphe, aménagée ou non de blocs de pierre, représentée à Pourliat, est en revanche absente à Champ Madame. En revanche, le coffrage de bois stricto sensu, reconnu dans la sépulture SP2 de Champ Madame, n’est pas illustré à Pourliat.

18La série exhumée à Pourliat est représentée par des sépultures dont la typologie se rencontre au cours du haut Moyen Âge, notamment à partir du VIIe siècle. Les éléments typologiques ne permettent pas d’envisager une datation postérieure au Xe siècle. Ces résultats recoupent ceux obtenus sur la parcelle de Champ-Madame, bien que la fourchette ait été resserrée vers des valeurs plus hautes (VIIe siècle) en raison de la présence de coffrages de bois, et d’après les deux radiodatations réalisées (Savino 1999 : 100), dont une concerne un dépôt en coffrage mixte, attribué entre le milieu du VIIe et le milieu du VIIIe siècle. À Pourliat, la forte fréquence des sépultures anthropomorphes permettrait de décaler la chronologie des inhumations entre le VIIIe et le Xe siècle.

19La zone consacrée aux jeunes enfants dans l’Antiquité connaît durant le haut Moyen Âge un recrutement élargi. Non seulement, les sujets décédés avant l’âge d’un an font défaut dans la série alto-médiévale, mais en plus, aucun des plus jeunes (SP17, 14 et 12), décédés autour de 1-4/5-9 ans, n’a été inhumé dans la zone qui jouxte, au nord, ce qui était le mur d’enceinte de la villa. Les sépultures installées dans cette zone (SP24, 25, 33, 35) sont celles d’un adolescent (10-14 ans), d’un grand adolescent (15-19 ans) et d’adultes. Le système d’organisation spatiale est désormais totalement différent.

Conclusion

20On ne sait pratiquement rien de l’occupation rurale de ce secteur géographique, durant la période médiévale. La majorité des sites recensés correspond au bâti des villages médiévaux qui sont à l’origine des bourgs actuels de Beaumont, Aubière, Ceyrat, Romagnat, Pérignat-lès-Sarliève, auquel on peut ajouter les ruines du château de Montrognon. Par ailleurs, la chronologie de ces fondations médiévales est souvent mal connue.

21La formation de Beaumont a sans doute été favorisée par le passage de la voie d’origine antique quittant Clermont par le sud. L’occupation serait attestée depuis 665, date à laquelle aurait été fondé, par le comte d’Auvergne, un monastère féminin de l’ordre de Saint-Benoît. Toutefois, les textes les plus anciens ne datent que du XIIe siècle (Decorps 1976). Le toponyme Champ Madame (« champ de Madame ») se rapporte à des possessions de cette abbaye, dont l’abbesse était souvent nommée Dame de Beaumont. Le village s’est développé autour de l’abbaye et de l’église paroissiale Saint-Pierre et fut fortifié au moins depuis le XIIIe siècle. On doit noter que l’église Saint-Pierre comporte des éléments architecturaux réemployés datés de l’époque mérovingienne. Un faubourg se constitua, vraisemblablement vers la fin du XIIIe siècle, autour d’une deuxième église paroissiale (Notre-Dame-de-la-Rivière). Une autre église (Saint-Guillaume), localisée approximativement au nord du bourg actuel, daterait du haut Moyen Âge.

22Dans le bâtiment résidentiel et dans le secteur nord-est de la villa, les traces d’occupation sont très ténues et donc mal datées au sein du Moyen Âge. La seule certitude d’un habitat alto-médiéval concerne l’angle sud-est de la villa (Les Foisses). Les tombes peuvent être synchrones de ce dernier, puisque de nombreux cas de sépultures pratiquées dans le finage des villages, parfois même à proximité des structures d’habitat, sont relevés sur l’ensemble du territoire (Blaizot, Savino, sous presse). Toutefois, le grand nombre de sépultures repérées à Champ Madame, ainsi que dans les ruines de l’établissement antique d’Artière-Ronzière, situé à 400 m seulement de la villa (fig. 173), conduit à privilégier l’hypothèse d’espaces funéraires étendus, établis dans des zones d’activité désaffectées. Rien n’indique par ailleurs qu’un bâtiment ait été reconverti en édifice de culte et l’organisation des sépultures, sur un mode dispersé, va à l’encontre d’un tel modèle. On retrouve à peu près le même schéma chronologique sur le site de la Mouraude (situé à 1 km à l’est de Champ-Madame) où six sépultures à inhumation sont établies durant le haut Moyen Âge, non loin d’un bâtiment gallo-romain (Gabayet 2001). Un travail universitaire récent, qui étudie les exemples de conversion de sites d’habitat antique en espaces funéraires en Rhône-Alpes, montre que celle-ci débute soit dès les Ve-VIe siècles, soit au VIIe siècle (Granier 2002 : 132-133). Ces ensembles funéraires peuvent être ponctuels ou bien perdurer jusqu’aux alentours des VIIIe-Xe siècles, voire au-delà si un édifice religieux est élevé sur le site, comme c’est le cas par exemple à Saint-Romain-de-Jalionas, dans le Rhône (Colardelle 1983 : 209), ou à Varces, dans l’Isère (F. Gabayet et F. Blaizot : fouille inédite). De manière générale, ce phénomène accrédite l’hypothèse de continuité de l’occupation des terroirs entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge (Colardelle 1983 ; Parodi et al. 1987 : 23). De grands décapages ont permis de découvrir selon quelles modalités cette continuité s’exprime ; des sites comme ceux de Hières-sur-Amby, dans l’Isère (Colardelle 1983 : 360), ou de Bourbousson à Crest dans la Drôme (Blaizot, Savino, sous presse) ont montré que les occupations présentent une certaine stabilité, les zones fonctionnelles ne faisant que se déplacer au sein d’un même terroir.

Table des illustrations

Légende 114 - Plan général des vestiges médiévaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 115 - Pourliat, vue d’ensemble du bâtiment médiéval P5-P6.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 116 - Pourliat, vue d’ensemble de la pièce P5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 117 - Champ Madame, fosses médiévales de la pièce P11.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 118 - Champ Madame, tombe médiévale SP2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 119 - Champ Madame, tombe médiévale SP3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 120 - Pourliat, tombe médiévale SP23.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 121 - Pourliat, tombe médiévale SP25.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 122 - Pourliat, tombe médiévale SP17.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540