Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 5. L’ensemble funéraire d’enfants décédés en phase infantile

Frédérique Blaizot, Alain Wittmann, Gersende Alix, Dominique Lalaï et Lionel Orengo

Texte intégral

Présentation et attribution chronologique de l’ensemble funéraire

1L’ensemble funéraire se compose de 26 sépultures, regroupées à l’extérieur du mur d’enclos nord de la villa (fig. 102). Il se caractérise par l’inhumation exclusive d’enfants décédés en phase infantile, ce qui lui confère un grand intérêt vu la rareté de ce type d’ensembles spécialisés, le seul connu dans le Puy-de-Dôme étant celui de Lezoux, fouillé anciennement (Vertet 1974). Les sépultures occupent un espace qui se développe sur une longueur est-ouest de 44 m, pour une largeur nord-sud de 6 m.

102 - Plan des sépultures du Haut et du Bas-Empire.

2Les tombes s’organisent en petits groupes. Douze sont implantées le long du mur, et quatorze en sont distantes de 2,5 à 5 m. Parmi celles-ci, onze sont regroupées au nord-ouest, une douzième est isolée à l’ouest (SP29, fig. 103) et les deux dernières (SP16 et 32), qui peuvent éventuellement être associées avec les tombes SP10 et 19 qui longent le mur, se situent à l’est.

3Le décapage a montré que les limites de cette zone ont été atteintes au nord, à l’est, celle du sud étant matérialisée par le mur d’enclos. Son extension vers l’ouest reste en revanche inconnue. La présence, dans ce secteur, d’une seule sépulture (SP29), par ailleurs située à distance des autres, n’indique pas forcément que la limite de l’ensemble funéraire a été atteinte ou qu’elle est proche ; cette inhumation pourrait également constituer les marges d’un second groupement de tombes qui se développerait au nord-ouest.

4Deux autres sépultures n’appartiennent pas au groupe situé au nord du mur d’enclos. L’une (SP31) est installée de l’autre côté de ce dernier, à proximité de l’angle nord-ouest de la cour P9, c’est-à-dire à l’intérieur de l’espace habité. L’autre (SP13) présente la même situation spatiale, puisqu’elle est située à l’intérieur de la cour P8, à savoir le long de la paroi sud du mur, à proximité de l’angle nord-ouest de cette cour (fig. 103).

5La datation des sépultures repose sur l’examen du mobilier funéraire, relativement abondant (cf. infra) : les résultats indiquent que si le mur contre lequel se développe l’ensemble funéraire a été construit entre 70 et 120 de notre ère (cf. supra), les tombes, quant à elles, sont datées du dernier tiers du Ier siècle au plus tôt et du IIe siècle au plus tard (fig. 103). La majorité est cependant attribuable aux années 90-120, soit à la fin de la période flavienne et/ou au règne de Trajan. Seul le mobilier de la sépulture SP7 se singularise nettement par rapport au faciès général, mais la présence de quelques formes produites à la fin du Ier et au début du IIe siècle indique que l’installation de la tombe ne peut être antérieure à cette phase chronologique.

103 - Plan chronologique de l’ensemble funéraire.

6L’espace funéraire est ainsi constitué lors de la première phase d’occupation antique du site et paraît encore être fréquenté dans le courant de la phase suivante.

7De nombreuses incertitudes, liées non seulement à l’origine douteuse de quelques tessons recueillis dans les fosses, mais aussi à la longue période de production des grands conteneurs, voire à l’usage prolongé de ces derniers, rendent illusoire toute tentative pour établir une périodisation précise de la nécropole au cours du IIe siècle.

8En effet, le nombre de sépultures remontant au deuxième quart ou à la seconde moitié du IIe siècle est difficile à estimer, puisque cette séquence a été reconnue uniquement sur la base d’un matériel fragmentaire, dont l’origine n’est pas toujours clairement déterminée. Par exemple, dans la sépulture SP10, un tesson erratique paraît avoir été présent au moment du dépôt, parce qu’il se situe sur le fond de la fosse et sous la tuile qui a servi de couverture à la tombe. En revanche, la position exacte des tessons issus de SP15, 16, et 31 n’ayant pas été enregistrée, on ne peut affirmer que leur association à la tombe soit synchrone du dépôt, en raison des nombreux remaniements engendrés par la circulation d’eau, relevés dans cette série.

9Enfin, la durée de production des grands vases ayant été utilisés dans l’aménagement de certaines tombes est trop étendue (du Ier au IIIe siècle) pour nous permettre de préciser la datation des sépultures de ce type. Seule l’amphore G4 de SP31 est attribuable à la fin du Ier, ou au plus tard, au début du IIe siècle. Rappelons néanmoins que ce récipient a pu être réemployé à d’autres fins, bien avant son dépôt dans la tombe. Des tessons plus tardifs ayant été relevés dans le comblement, rien n’exclut a priori que cette inhumation ait été pratiquée à une date significativement postérieure à la transition des deux premiers siècles. Quant aux autres tombes utilisant une amphore, on ne peut être absolument sûr qu’elles soient contemporaines de SP31, même si le mode de dépôt est identique.

  • 24 Laboratoire Archéolabs (Isère).

10Le squelette de la sépulture SP13 a fait l’objet d’une radiodatation24, en raison à la fois de sa situation, à distance de l’ensemble funéraire groupé et de son architecture, qui diffère de celle des autres. La mesure obtenue présente une fourchette de variation importante : ETH-22121 — 1725 + 55 BP, soit 135-425 de notre ère, à 2 sigma. La probabilité que la date calibrée se situe au Bas-Empire, soit entre les intervalles de 210 et 425 de notre ère, est de 86,2 %. Ce résultat est conforme au matériel céramique retrouvé dans le comblement de la sépulture, qui permet de préciser la fourchette entre 300 et 425 de notre ère Une autre sépulture (SP24), bien que située parmi celles du Haut-Empire le long du mur d’enclos, a été également rattachée à l’Antiquité tardive, sur des arguments typologiques et stratigraphiques.

11L’analyse de l’ensemble des données indique donc que l’ensemble funéraire s’est constitué principalement entre 90 et 120 après J.-C. et a cessé de fonctionner systématiquement dans la seconde moitié du IIe siècle. Cependant, au vu de l’ensemble des données, il faut prendre en compte la possibilité selon laquelle la nécropole aurait continué à être utilisée entre les années 120 et 200 après J.-C. Rappelons, par ailleurs, que l’absence de dépôt céramique dans ces tombes peut résulter d’un facteur chronologique : sur plusieurs sites rhodaniens, il est démontré que, dès la fin du Ier siècle, les offrandes ont connu une diminution sensible (Bel 1993 : 280). Le secteur continue ainsi ponctuellement à être utilisé pour inhumer les jeunes enfants jusque dans l’Antiquité tardive, mais ceux-ci ne sont plus regroupés dans un espace restreint, puisque des tombes sont relevées à l’intérieur de l’habitat, ruiné. En raison des difficultés exposées ci-dessus, nous avons choisi d’analyser l’ensemble funéraire en raisonnant d’abord à l’échelle de la série du Haut-Empire, puis en présentant le Bas-Empire à part.

Les pratiques funéraires

État de conservation des squelettes et des structures

12Les squelettes sont, pour la majorité, très mal conservés. Ce problème se rapporte autant à la qualité osseuse qu’à la représentation du squelette.

13Les os apparaissent fragiles, déminéralisés, et les parties spongieuses sont fréquemment altérées, voire dissoutes. La fragmentation est importante, surtout sur le bloc crânio-facial. De manière générale, l’atteinte physico-chimique touche moins les squelettes retrouvés dans une céramique ou sur un morceau d’amphore, que ceux qui reposent directement au contact du sédiment. La nature argilo-limoneuse des sols, qui se sont développés sur la terrasse de l’Artière, et celle, limono-argileuse, des colluvionnements qui les recouvrent ponctuellement, est manifestement responsable de ces altérations. C’est en effet le cas de la majorité des squelettes fouillés en Limagne, où l’acidité des limons, comme les épisodes de foisonnement et de rétraction des particules d’argile, constituent des facteurs particulièrement dommageables pour les os.

14La deuxième cause de sous-représentation des squelettes est d’origine mécanique. En effet, à de nombreuses reprises, nous avons observé que les lacunes ne concernent pas forcément les os les moins résistants aux actions physico-chimiques, mais que des pièces, comme les rochers des temporaux, ou les fémurs, connus pour leur relative bonne résistivité, font défaut, alors que des éléments du tronc, fragiles, sont présents. Par ailleurs, une dispersion importante des os a été relevée, tant sur le plan horizontal que sur le plan vertical. Dans les vases-cercueils ou sur les morceaux de panses d’amphore, notamment, les os se répartissent à des cotes de profondeur très variables, certains se situant au niveau d’ouverture du vase, plusieurs centimètres au-dessus du fond. Conjugués à la dispersion importante des os, qui conduit à un mélange notoire des régions anatomiques, ces remaniements témoignent de la circulation de l’eau dans le sol, effectuée par battements successifs, qui peut être mise sur le compte de la remontée de la nappe phréatique ou de la pluie. Ce type de bouleversement est très fréquent dans les dépôts en vases-cercueils (Blaizot, Alix, Ferber 2003 ; Bel, Fabre 2001). À Beaumont, l’hypothèse d’une action de l’eau est argumentée par la présence, dans le comblement des vases, de fines passes sablonneuses et de lits constitués d’un fin cailloutis. L’eau a manifestement contribué à déplacer et entraîner certains os hors de l’espace initial d’inhumation. Il est clair que les habitants ont dû faire face à des problèmes hydrauliques, peut-être du fait de la proximité de l’Artière, comme en témoigne l’implantation d’un drain (D3002), parallèlement et à distance du mur d’enclos. Ce drain n’a fourni aucun élément permettant de dater précisément son fonctionnement, mais dans la mesure où il ne perturbe en aucun cas les petites tombes, qui se répartissent entre celui-ci et le mur, il semble synchrone de la fréquentation de l’espace sépulcral.

15La sous-représentation des squelettes peut également s’expliquer par l’action de la macrofaune dans la tombe. L’étude réalisée par X. Boës sur le site de Sainte-Barbe, à Strasbourg, a montré que l’activité de la faune fragilise progressivement les plus petits os en raison d’un brassage constant du haut vers le bas (Blaizot et al. sous presse). Sur ce site, l’examen microscopique des sédiments a révélé que les os manquants se trouvaient à l’état fragmentaire sous les fosses.

16Ce caractère lacunaire ne concerne pas uniquement le squelette, mais également les éléments qui constituent l’ensemble du dépôt. De nombreuses céramiques qui ont fait office de contenant ou de support du corps sont incomplètes et dans la majorité des cas les cassures sont anciennes (par exemple SP16).

17Ces perturbations peuvent être liées à l’occupation ultérieure de la villa dans ce secteur, à des constructions récentes (le mur moderne M2145 perturbe SP32) et également à la campagne de démolition et de récupération de matériaux, les niveaux sus-jacents à l’occupation antique comportant de nombreux éléments d’architecture remployés des phases antérieures. L’installation de sépultures altomédiévales est aussi ponctuellement responsable de certains bouleversements (par exemple, SP23 recoupe en partie SP34).

18Ces remaniements ont sensiblement limité l’interprétation des modes d’inhumation et l’étude biologique de la série. Trois structures, interprétées comme des sépultures en raison de la nature du mobilier présent, sont totalement dépourvues de restes humains (SP5, 18 et 40).

Typologie des tombes

19Les figures se rapportant aux sépultures et au mobilier sont présentées dans le catalogue analytique des tombes (fig. 127 à 172).

20La typologie des tombes se caractérise par une certaine variabilité, plus marquée dans les modalités de l’aménagement funéraire que dans le choix même du type d’aménagement (tabl. XI).

Tableau XI : typologie des tombes et attitude des corps.

21Six structures ne fournissent aucune information qui permette d’interpréter le mode d’inhumation, du fait de leur état de conservation déplorable (SP3, 6, 18, 26, 40). Par ailleurs, l’analyse et l’interprétation des sépultures sont, de manière générale, très compliquées par des lacunes dans l’enregistrement des éléments qui les constituent, à savoir les restes osseux et les éléments d’architecture, et par la difficulté, voire l’impossibilité, de repérer les limites des fosses.

Les contenants de bois assemblés par des clous

22Le dépôt en contenant de bois concerne cinq tombes : SP2, 5, 7, 8, 22. Dans tous les cas, le contenant renferme à la fois le corps et le mobilier. La sépulture SP3 livre cinq clous dont la répartition ne permet pas de déterminer s’ils se rapportent à l’ensemble d’une structure ou à l’assemblage du seul couvercle (cf. catalogue des tombes, fig. 130).

Démonstration

23Dans le cas de la sépulture SP2, le squelette présente d’importants remaniements à l’intérieur du volume du corps, à l’origine placé sur le côté droit (fig. 128). On remarque notamment que la scapula et l’humérus gauches, qui ne sont plus en connexion anatomique, sont passés en avant du thorax. Le bloc crânio-facial, disloqué de la mandibule, est écrasé et ses fragments sont dispersés sur une amplitude qui est supérieure à l’espace initial du cadavre, témoignant ainsi d’une décomposition en espace vide. Conjuguée à la présence de clous, dont la répartition délimite un espace rectangulaire, cette information permet d’envisager un contenant de bois. La cruche, située à distance en aval du squelette, entre dans l’espace délimité par les clous. Elle se présente couchée sur sa panse ; cette position offre un argument de plus en faveur d’une évolution du dépôt en espace vide, et indique que la cruche se trouvait bien à l’intérieur du contenant du corps. Le squelette ne rend compte d’aucun effet de contrainte ou de butée ; le maintien des os de l’avant-bras droit en vue distale résulte en réalité de la pression du thorax sur son extrémité proximale, le sujet étant placé sur le côté droit, et ne se rapporte en aucun cas à un effet de paroi. Par ailleurs, la situation de la cruche et la position des clous, relativement à l’emplacement du squelette, montrent que le contenant était large.

24Le squelette de la sépulture SP7, très lacunaire, présente les signes d’une décomposition en espace vide, déterminée par le détachement de la face du neurocrâne et la bascule sur le côté droit de ce dernier (fig. 104 et 137). Dans cette tombe, c’est également la répartition des clous et du mobilier qui permet de restituer la taille du contenant. En effet, le squelette est situé au centre de l’espace, entre des céramiques qui composent l’abondant dépôt funéraire, et ne peut ainsi avoir subi aucune contrainte de la part du contenant.

104 - Vue de la sépulture SP7.

25Le squelette de la sépulture SP8 (fig. 105 et 140) est dans la même situation que celui vu précédemment : très lacunaire, il repose parmi les éléments mobiliers, au centre de l’espace du contenant dont les limites sont matérialisées par des effets de délimitation linéaire. Les six poteries situées à l’extrémité ouest sont, pour la plupart, placées en équilibre instable. La coupe n° 65 est posée sur sa tranche et le bol n° 78 se présente par sa face inféro-latérale. Leurs positions déterminent des effets de paroi à l’ouest et au sud, qui coïncident manifestement avec l’emprise du cercueil, déterminée par l’alignement du bol 66 et du dépôt de faune sur le côté sud. Là encore, le contenant n’a pu exercer aucune contrainte sur les ossements.

105 - Vue de la sépulture SP8.

26La sépulture SP22 comporte six vases et les restes d’un squelette, très incomplet (fig. 106, 156). L’emplacement des parois du contenant est déterminé par des effets de contrainte et de délimitation sur les côtés ouest et sud. Sur le côté ouest, l’effet de contrainte est marqué par la position du bloc crânio-facial, en vue supérieure et par l’inclinaison du vase n° 156 en direction du centre de la fosse, les fragments du crâne et le vase étant alignés sur l’axe nord-sud. Sur le côté sud, un effet de délimitation est déterminé par l’alignement de fragments du bloc crânio-facial, des vases n° 154 et 155 et du clou n° 160. Conjugué à l’alignement de cinq clous sur le côté est, l’ensemble délimite un espace rectangulaire.

106 - Vue de la sépulture SP22.

27La structure SP5 n’a livré aucun os humain (fig. 134). En revanche, la présence de cinq clous, dont quatre délimitent un espace rectangulaire, et d’une cruche localisée en limite orientale de cet espace offre toutes les caractéristiques d’une tombe.

Le mode d’assemblage

28La question du mode d’assemblage des contenants n’est pas simple, le nombre de clous relevés et leur position variant considérablement d’une tombe à l’autre. Il reste difficile de déterminer si la distribution clairsemée des clous reflète la réalité de l’assemblage ou si elle est due à la fouille ou encore à des événements taphonomiques.

29Le seul contenant pour lequel on peut affirmer qu’il possède un plancher et un couvercle assemblés aux parois à l’aide de clous est celui de la sépulture SP7 (fig. 137). Dans cette fosse, les vingt-trois clous, répartis sur les quatre côtés, reposent sur trois niveaux, chacun étant séparé du suivant par 15 cm de profondeur. Ils permettent ainsi de restituer un assemblage du fond aux parois, un autre concernant les parois entre elles dans leur partie médiane et le dernier fixant le couvercle aux parois.

30Dans les sépultures SP2, 5 et 8, le nombre de clous s’élève respectivement à 3, 5 et 3. Parmi ceux de la sépulture SP2 (fig. 128), un seul repose sur le fond, et l’angle nord-ouest en est dépourvu. Dans la sépulture SP5 (fig. 134), quatre clous sont en situation cohérente dans la mesure où leur répartition dessine un espace rectangulaire, mais le cinquième est décalé en dedans ; à l’exception de deux, ils reposent six centimètres au-dessus du fond, dont le cinquième. Deux clous de la sépulture SP8 sont a priori en situation cohérente relativement à l’assemblage du mobilier, puisqu’ils sont alignés avec les éléments du mobilier placés à l’ouest et au nord, déterminant ainsi deux côtés du contenant. Toutefois, ils se situent entre 10 et 15 cm à distance des parois restituées par l’alignement des objets. Le troisième clou est décalé dans la partie interne de l’espace de dépôt. Seul ce dernier repose sur le fond, les autres se trouvent 8 cm au-dessus.

31Dans chacune de ces trois sépultures, la grande proportion des clous situés plusieurs centimètres au-dessus du sol d’inhumation invalide l’hypothèse d’une fixation du plancher aux parois. Dans ces cas, ils se rapporteraient soit à la fixation des parois entre elles au niveau de la partie haute, soit à celle du couvercle aux parois. Enfin, la présence de rares clous sur le fond peut signifier que les planches étaient ponctuellement clouées à la base ou témoigner d’un plancher, ou encore que ces clous se sont effondrés depuis les parties hautes au moment du pourrissement du bois ; cette seconde hypothèse est vérifiée lorsque les clous se situent dans l’espace interne du contenant. Les deux clous situés au nord dans la sépulture SP8 restent énigmatiques, sauf dans l’hypothèse d’un double contenant, qu’aucun élément ne permet d’argumenter.

32La sépulture SP22 (fig. 156) est particulière avec ses cinq clous alignés à l’est, tandis qu’aucun autre n’a été relevé ailleurs. Trois d’entre eux sont verticaux et apparaissent par leur tête, deux sont horizontaux. Les premiers se sont manifestement effondrés depuis le couvercle ou la partie haute de la paroi, compte tenu de leur position.

33La difficulté que nous rencontrons pour restituer le mode d’assemblage nous renvoie aux limites de l’interprétation archéologique ; coffrages ou cercueils, le second terme se rapportant à une boîte ayant pu servir à la fois au transport et au dépôt, mis à part dans le cas de la sépulture SP7, les éléments d’assemblage restent trop ponctuels pour constituer des arguments fiables. Si le caractère clairsemé des clous se rapporte à la réalité du mode d’assemblage, on se trouve face à des contenants relativement « bricolés » au fur et à mesure des besoins, ou en tout cas, qui ne correspondent pas à des modèles standardisés.

La taille des contenants

34Les cinq contenants de bois dont il vient d’être question sont de forme rectangulaire et de tailles diverses. En conjuguant à la fois les données relatives à la situation des clous et à la répartition des éléments du dépôt (effets de paroi et de délimitation linéaire), leurs tailles sont les suivantes :

  • SP2 : 36 sur 72 cm (longueur N-O/S-E) ;

  • SP5 : 30 sur 40 cm (longueur E-O) ;

  • SP7 : 60 sur 95 cm (longueur E-O) ;

  • SP8 : 55 cm N-S (dimension E-O indéterminée) ;

  • SP22 : 40 sur 75 cm (longueur E-O).

35La taille du contenant est manifestement fonction de ce qu’il contient, puisque le mobilier est situé à l’intérieur. SP2 et SP5 ne renferment qu’un seul vase, SP22 en contient six, SP8 huit, et SP7 onze.

Les coffrages et les contenants composites

36On a réuni sous le terme de contenant composite les assemblages de matériaux divers. En archéologie, le terme de coffrage s’applique de fait lorsque les parois de bois paraissent calées par des blocs, bien que la présence de ces derniers n’implique pas forcément l’absence d’un autre mode d’assemblage, par exemple à l’aide de clous ou de chevilles (Blaizot 1998). Nous les avons toutefois distingués des cas où seul le couvercle est une tegula, dans la mesure où la caisse elle-même peut être chevillée. Ce n’est donc que sur la présence de matériaux composites que les architectures présentées ci-dessous ont été associées.

37Trois tombes se caractérisent par la présence de blocs paraissant délimiter l’espace d’inhumation (SP4, 9 et 15).

38La sépulture SP4 (fig. 107, 132) en est l’exemple le plus évident. Les petits côtés sont marqués par un bloc chacun, en avant desquels se trouvent des clous marquant les limites d’un contenant de bois. Un bloc est situé dans la partie médiane de chaque long côté tandis qu’un dernier ferme l’un des angles, au nord-ouest. Les mouvements qui affectent certaines parties du squelette, en l’occurrence l’écrasement et la dispersion des os du bloc crânio-facial et le déplacement de l’humérus droit, indiquent que le corps s’est décomposé en espace vide. Le renversement d’un certain nombre de vases, dont certains en avant des ossements du squelette, et le fait qu’ils se répartissent dans l’espace délimité par les blocs, laissent envisager que le mobilier se trouvait dans le même espace que le corps. Cette conclusion est corroborée enfin par la répartition de clous sur les longs côtés, en avant de la face interne des blocs. Il semble donc que les blocs entourent un contenant de bois. Il reste toutefois difficile de préciser si les clous assemblent les parois entre elles ou s’ils ont servi à fixer le couvercle à ces dernières, parce qu’ils se situent à des cotes de profondeur diverses mais peu différenciées.

107 - Vue de la sépulture SP4.

39Dans le cas des sépultures SP9 et SP15, le dispositif paraît différent. Deux des quatre blocs de la sépulture SP9 (fig. 143) se situent 10 cm au-dessus du sol d’inhumation ; les deux autres, qui reposent sur ce dernier, se sont manifestement effondrés, ce qui implique que l’espace funéraire n’était pas colmaté. Dans la sépulture SP15 (fig. 148), trois blocs, dont le sommet apparaît au même niveau, reposent à la même cote sur le fond de la fosse ; ils se situent dans les angles nord-est, nord-ouest, et sud-est. Au sud-ouest, un quatrième bloc, manifestement basculé, est décalé dans l’espace interne d’inhumation, défini par les trois autres blocs. Sur l’un des blocs d’angle repose un gros fragment de tegula. Dans ces deux sépultures, il semblerait que ces blocs ont eu pour fonction de supporter un couvercle, dont la tegula de SP15 est un vestige. Les bouleversements relevés sur les os du squelette de SP15, très lacunaire, témoignent d’une évolution du dépôt en espace vide, caractérisée par des apports répétés d’eau et un effondrement de paroi. On ne dispose d’aucun élément pour envisager que les côtés étaient matérialisés par des parois de bois : les squelettes sont trop incomplets, et il n’existe pas de clous pouvant être mis en relation avec une telle architecture.

40Les sépultures SP10 et SP21 sont marquées par la présence d’une tegula, qui recouvre la totalité des petits squelettes. Dans chaque cas, il n’y a pas de sédiment entre les os et la tegula.

41L’analyse du squelette de SP10 (fig. 145), dont il reste un certain nombre d’ossements, montre que le corps s’est décomposé en espace vide, en raison de l’amplitude importante des déplacements effectués par les os. La répartition des os déplacés dessine des effets de délimitation linéaire ; ceux-ci sont marqués, sur le côté gauche du corps, par l’alignement de deux fragments de côtes et du tibia, puis, sur le côté droit par celui d’éléments de la voûte crânienne, de la scapula gauche et de l’ischium droit, et enfin au nord, par la butée des deux fragments du tibia gauche, d’une phalange du pied et d’un métatarsien. En l’absence de clous, on ne peut déterminer si le corps reposait dans un coffre ou si les parois de la fosse elle-même étaient coffrées ; en tout cas, la tegula servait de couvercle à un réceptacle de forme rectangulaire.

42Des os du squelette de SP21 (fig. 155) se sont déplacés sur une amplitude supérieure au volume du corps, ce qui indique une décomposition en espace vide (écrasement du bloc crânio-facial et dispersion de certains fragments ; déplacement de l’humérus droit, d’un fragment de l’ulna et du radius droits ; effondrement et destruction des connexions anatomiques sur les membres inférieurs). En revanche, contrairement à l’exemple précédent, aucun effet de délimitation linéaire n’est relevé sur les pièces disloquées, ce qui signifie que l’espace d’inhumation était large, puisque les déplacements se sont effectués sur de grandes distances. Là encore, le corps peut avoir été placé à même la fosse, ou dans un coffre ou un coffrage large, avec une tegula servant de couverture.

Dispositifs impliquant une céramique

Nature et traitement des contenants céramiques

Nature des contenants céramiques
  • 25 Sépultures SP1, 19 et 31.

43Sur les sept enfants inhumés en récipient, six reposaient à l’intérieur de vases de transport réemployés. Dans trois cas, il s’agit de fragments d’amphore gauloise25. L’individu de la tombe SP29 a été déposé sur le fond d’une amphore à huile Dr. 20 importée de Bétique (fig. 161). Quant aux sépultures SP16 et 30, elles ont été aménagées à l’aide d’amphorettes régionales à engobe rouge (fig. 149, 162, 163). Un seul individu (SP32) fut placé dans un récipient ovalisé dont la forme originale évoque certaines productions d’Aquitaine (Santrot, Santrot 1979), du Poitou (Wittmann, Jouquand 2003), de la Basse-Provence (Pasqualini 1996), de la région lyonnaise et du Nord de la France (Batigne-Vallet, Loridant 2000). Plusieurs auteurs ont d’ores et déjà avancé l’idée que ce genre de récipient pouvait avoir eu une fonction de pot de chambre. En Auvergne, en revanche, les exemplaires de vase à embouchure ovale ont été récemment interprétés comme des bassines de lavage, peut-être en rapport avec le bain des enfants (Delage 2002 : 73). Même si ces diverses hypothèses prêtent encore à discussion, il s’avère que l’inhumation d’enfants en bas âge dans ce type de vaisseau était une coutume extrêmement répandue en territoire arverne sous le Haut-Empire. À Clermont-Ferrand, par exemple, la découverte de ce mode de sépulture, longtemps dénommé « en terrine », est mentionnée sur une dizaine de sites différents, à caractère funéraire ou non (Bel, Fabre 2001 : 220, fig. 1), notamment dans les rues Montlosier, Desdevises du Dézert, de l’Oradou (Desforges et al. 1970 : 37, 332, 337, 434) et des Quatre Passeports (Liégard, Fourvel 1997 : 63). La fermeture de ces contenants était généralement assurée par une pierre plate, un fragment d’amphore ou une tegula.

Traitement des contenants

44Les récipients de transport qui ont accueilli les squelettes de nouveau-nés sont tous incomplets (tabl. XII). Les amphorettes à engobe rouge des sépultures SP16 et 30 avaient été préalablement coupées à mi-hauteur ; dans la première tombe, la partie basse du conteneur servait à recouvrir le corps, tandis que, dans la seconde, elle était placée en position fonctionnelle pour héberger l’enfant. L’amphore gauloise de la sépulture SP31 se distingue du lot en raison d’une perforation circulaire au centre du fond (fig. 164 et 165) ; d’environ 3 cm de diamètre, celle-ci fut réalisée soigneusement à l’aide d’un outil. L’interprétation de ce phénomène est cependant délicate. S’il peut s’agir d’une manifestation à caractère rituel, on ne peut exclure que ce récipient ait fait office d’entonnoir à grains ou à liquides avant de devenir un vase-cercueil.

Tableau XII : récapitulatif du traitement et de l’état de conservation des contenants céramiques.

45Au moment de la fouille, le récipient ovalisé de la sépulture SP32 fut également trouvé incomplet. Étant donné la ligne des fractures et la répartition des tessons, il semble pourtant que ces lacunes soient imputables à des bouleversements anciens, plutôt qu’à un bris rituel.

Datation des contenants

46D’une manière générale, les conteneurs qui abritent les vestiges osseux n’offrent pas d’indication chronologique précise. Leur production a en effet perduré longtemps sous le Haut-Empire. En dépit de ce problème, des éléments d’appréciation nous sont fournis par des vestiges extérieurs. Lors du nettoyage des sépultures SP16 et 31, plusieurs tessons de céramique ont été prélevés à proximité immédiate des contenants. Dans le premier cas, un fragment de coupe Drag. 37 en sigillée de Lezoux pourrait conduire à dater la tombe après 120 de notre ère. Dans l’autre cas, un tesson de coupe Drag. 44 en céramique commune claire permettrait aussi de fixer l’inhumation dans le courant du IIe siècle après J.-C. Nous devons, bien entendu, conserver une grande prudence vis-à-vis de ces témoignages : faisaient-ils partie du comblement initial ou furent-ils introduits lors d’une perturbation ultérieure ?

Les contenants hébergeant le corps : mode de dépôt

47Ce mode de dépôt concerne deux tombes : SP30 et 32.

48Le squelette de la SP30 repose dans la moitié d’une amphorette, placée debout dans une fosse dont les dimensions lui sont ajustées (fig. 162 et 163). Sa partie supérieure, découpée pour introduire le corps, est absente. Les perturbations relevées sur le squelette sont le résultat de la position initiale du corps dans le vase, le dos appuyé contre la paroi et les membres inférieurs fléchis, le droit dirigé vers l’avant et le gauche vers l’arrière. Un bloc de pierre repose en avant des os, sans sédiment intermédiaire (fig. 108) ; l’amplitude des mouvements effectués par les os indique que le corps a évolué en espace vide, la situation de ce bloc permet d’envisager que l’amphorette était fermée d’un couvercle en matière organique, maintenu par le bloc.

108 - SP30, vue du bloc en place sur le squelette dans le vase.

49Dans le vase de la sépulture SP32, un récipient ouvert de forme ovale, aucun élément pouvant se rapporter à un dispositif de fermeture n’a été observé (fig. 166 et 167). Cependant, là encore, les dislocations et les déplacements relevés sur un certain nombre d’ossements, dont certains sont dus à l’eau, impliquent un système de fermeture du vase, probablement en matériau périssable.

Utilisation d’une céramique partielle comme support du corps : mode de dépôt

50Cinq tombes utilisent une céramique incomplète qui participe au dispositif du dépôt. Dans quatre d’entre elles, SP1, 19, 29 et 31, le corps a été déposé sur une moitié d’amphore, qui sert de support au corps. Dans la cinquième (SP16), le corps est placé à même la fosse, et recouvert d’une amphorette posée à l’envers, la région du col dirigée vers le bas. La céramique n’est donc pas en position fonctionnelle.

51Dans les sépultures SP1 et 19, il s’agit d’un fragment de panse, dans celui de SP29, d’un fond d’amphore, et dans celui de SP31, du fond et d’une partie de la panse.

52Les quatre squelettes des sépultures SP1, 19, 29 et 31 présentent des signes de décomposition en espace vide.

53L’influence de la morphologie concave du fragment de panse est particulièrement notable dans le cas de SP1, les os ayant subi une attraction médiane (fig. 127). On note la présence de quelques pièces osseuses sur le sol, hors de la panse, montrant que l’espace vide n’est pas limité à la surface concernée par le seul fragment d’amphore. Cette interprétation est corroborée par la présence de trois clous, disposés à distance de la céramique, et situés entre 5 et 8 cm au-dessus du sol d’inhumation. L’hypothèse d’un dispositif constitué de parois et d’un couvercle paraît pouvoir être envisagée.

54Dans les trois autres structures, l’amplitude des remaniements, caractérisée par des effondrements et des déplacements horizontaux et verticaux, est importante (fémur droit et côtes gauches dans SP19, fig. 152 ; membres inférieurs à l’origine fléchis vers l’avant dans SP31, fig. 164 ; squelette SP29 lacunaire et pièces à différentes cotes de profondeur, phénomènes dus à l’action de l’eau, fig. 161). Il est clair que les corps ont évolué en espace vide. Aucun clou n’a été retrouvé dans ces structures ; par ailleurs, il est difficile d’envisager qu’un couvercle de bois reposait directement sur le dépôt, puisque, à chaque fois, le fragment d’amphore n’est pas suffisamment profond pour laisser de la place au corps, entre le fond du vase et le couvercle. Cela est particulièrement évident dans le cas de SP31, où le crâne dépasse le bord de l’amphore : le couvercle ne peut donc avoir reposé sur le pourtour du récipient. Il faut ainsi envisager un dispositif sans doute un peu différent de celui de SP1, comme par exemple une bâtière de planches.

55Le fond de l’amphore de SP16 est écrêté (fig. 149) ; l’irrégularité de cette cassure, d’origine ancienne, est sans doute imputable aux labours. Le squelette est très lacunaire, et les os ont effectué des déplacements verticaux très importants, puisqu’ils se situent à diverses cotes de profondeur. Ce phénomène résulte d’un apport répété d’eau par le bas, ce qui indique que le corps reposait à même la fosse, recouvert de l’amphore retournée.

Les modes de dépôt indéterminés

56Cinq squelettes, pour la plupart mal représentés, n’ont pas pu être interprétés. Certains offrent les signes d’une décomposition en espace vide, mais la nature de ce dernier ne peut être restituée, faute d’arguments (SP11, 20, 27, 28, 34).

57La sépulture SP11 ne livre qu’une diaphyse de tibia et une cruche (fig. 146). Cinq clous, dont trois reposent entre 6 et 9 cm au-dessus du sol d’inhumation, ont été relevés. Aucun n’est en situation cohérente par rapport au tibia et à la cruche, probablement parce qu’ils assemblaient un couvercle et qu’ils se sont effondrés dans l’espace interne d’inhumation lors du pourrissement du bois. Il n’est en revanche pas possible de déterminer si la couverture supposée se rapportait à l’ensemble du dépôt ou au seul mobilier.

58Dans les sépultures SP20, SP27, SP28 et SP34, la décomposition en espace vide peut être démontrée d’après différents critères. Dans SP20, c’est par le déplacement de l’extrémité distale de l’humérus droit, latéralement au coude (fig. 153). Aucune pièce osseuse du squelette SP27 n’est en relation de logique anatomique, et la plupart, comme les os du membre inférieur droit, sont éparpillées selon un effet de sol (fig. 159). Le caractère lacunaire des squelettes ne permet pas toujours de déterminer les causes de ces remaniements, à savoir s’ils résultent d’une situation initiale d’équilibre instable ou de l’action de l’eau. L’eau est en revanche probablement responsable des bouleversements qui se sont produits dans la sépulture SP28 (fig. 160) : les déplacements en groupes d’os provenant de régions anatomiques différenciées sont typiques d’une circulation d’eau dans un espace vide. Dans la sépulture SP34 (fig. 168), les arguments portent à la fois sur l’amplitude des dislocations du squelette (une côte déplacée en arrière du bloc crânio-facial, humérus gauche) et sur la bascule d’un vase, en avant des os remaniés.

59Aucun de ces squelettes ne fournit d’indications (effets de contrainte, de délimitation, etc.) permettant d’interpréter l’architecture de l’espace d’inhumation : présence d’un contenant différencié de la fosse, ou dépôt à même la fosse fermée d’un couvercle.

L’attitude des corps

60Outre les deux structures dépourvues de squelette conservé, dix squelettes ne livrent aucune information sur l’attitude initiale du corps (SP1, 3, 6, 9, 11, 15, 16, 22, 27, 29), et pour deux autres, les données ne concernent que l’attitude des membres inférieurs (SP8 et 10, partielle pour SP10) (tabl. XI).

61Sur les douze squelettes restants, cinq reposent sur le dos (SP4, 7, 20, 26, 31), trois sur le ventre (SP19, 21, 30), et quatre sur le côté (SP2, 28, 34 sur le côté droit ; SP32 sur le côté gauche).

62L’attitude des membres inférieurs est connue pour dix squelettes. Pour six d’entre eux, les genoux sont fléchis et dirigés sur le côté (SP1, 4, 8, 19, 21, 32). Dans le cas de SP10 et 31, seule l’attitude du membre inférieur gauche, fléchi, est connue, celle du droit n’ayant pu être déterminée. Il n’est pas certain que les deux membres adoptaient la même position, comme en témoigne le squelette de la sépulture SP30, dont le membre inférieur droit est fléchi et dirigé vers l’avant, tandis que le gauche est dirigé vers l’arrière. Un seul squelette, SP7, qui fait partie des cinq qui reposent sur le dos, se présente avec les membres inférieurs en rectitude.

63Dix squelettes sont orientés avec le crâne placé à l’ouest (SP1, 2, 3, 4, 7, 8, 22, 26, 31, 34). Deux ont le crâne à l’est (SP28 et 32), un au sud (SP21), quatre au sud-ouest (SP10, 19, 20, 26), un au sud-est (SP16), et un au nord-nord-ouest (SP30). Pour les autres, l’état lacunaire ou bouleversé des squelettes n’a pas permis de le déterminer.

64Il existe donc une importante variabilité dans l’attitude des corps. Le croisement des données concernant la position des squelettes et le type de tombe ne montre aucune corrélation entre les divers paramètres. Les sujets placés en vase, dans un contenant de bois, ou dans un dispositif associant des architectures mixtes, présentent toutes les attitudes possibles. De même, l’orientation n’est corrélée ni à l’attitude du corps, ni au type de tombe, ni à l’emplacement des tombes dans l’ensemble funéraire. La répartition spatiale des divers paramètres (orientation, type de tombe, attitude des corps) ne montre d’ailleurs aucun groupement particulier.

Le mobilier funéraire

La vaisselle

Le choix des récipients

65Le mobilier funéraire se compose majoritairement de vaisselle de table (fig. 109). La proportion des bols, des coupes et des coupelles s’élève à 19 %. Les gobelets, peu abondants, dépassent à peine 4 % du nombre total d’individus. La cruche constitue de loin la forme la plus fréquente, puisqu’elle parvient à hauteur de 36 %. Il est intéressant de constater que sur les treize sépultures renfermant un dépôt d’offrandes, au moins douze d’entre elles ont révélé un ou plusieurs exemplaires de cruche (tabl. XIII et XIV). En ce qui concerne la tombe n° 3, le récipient n’a pu être identifié, car toute sa moitié supérieure a été brisée lors du décapage. Cependant, le profil de sa panse semble tenir davantage d’une cruche que d’un pot. Priorité a donc été donnée aux récipients à liquide, en particulier dans les tombes ne comportant qu’une seule offrande. Il n’existe en effet aucune sépulture dans laquelle on ait déposé une forme basse isolée. Au demeurant, l’importance des formes à liquides dans la vaisselle funéraire a déjà été mentionnée sur d’autres nécropoles. Sur la nécropole à crémations de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), notamment, les cruches représentaient 35 % de l’ensemble des dépôts primaires et secondaires ; cette proportion est demeurée à peu près constante depuis le début du Ier jusqu’à la fin du IIe siècle (Bel et al. 2002 : 126, fig. 112).

109 - Assemblage céramique de la sépulture SP7.

66Outre ces vases destinés au service de la table, on dénombre quelques récipients de cuisine en céramique commune claire, tels que des pots, des marmites tripodes et des couvercles. Leur part atteint 25,5 %, soit un quart du mobilier des tombes. Dans les sépultures SP7 et 22 furent mises au jour des marmites tripodes, dont l’une était encore coiffée de son couvercle. Si les dépôts avec marmite contiennent systématiquement un couvercle, l’inverse ne se vérifie pas. Dans la sépulture SP4 figure un couvercle de type 6-372, mais pas de vase tripode. Ce spécimen présente, du reste, la particularité de ne s’adapter à aucun récipient du dépôt ; il fut posé à l’envers sur le fond de la tombe pour recevoir un bol A1 (Drag. 35) en sigillée.

Tableau XIII : répartition de la vaisselle en fonction des formes.

Tableau XIV : répartition de la vaisselle en fonction des catégories de production.

67Étant donné la destination des sépultures, on ne s’étonnera pas du pourcentage relativement élevé des biberons au sein du lot (8,5 %). En réalité, la fonction de ce type d’instrument n’est pas encore tout à fait élucidée. Si des analyses chimiques sur des résidus internes ont mis en évidence la présence d’acides gras entrant dans la composition des laits animal et humain, des expérimentations démontrent que ces objets étaient inefficaces pour l’allaitement artificiel. Aussi a-t-on récemment proposé une autre explication : celle du tire-lait, qui paraît plus adaptée (Rouquet Loridant 2000 : 428-431). En tout état de cause, ces récipients faisaient couramment partie des offrandes funéraires consacrées aux nourrissons, et ce dans toute la Gaule (Rouquet, Loridant 2000 : 432-437).

68Globalement, les catégories de production offrent peu de diversité (tabl. XIV). Les vases à parois fines et les flacons en verre affichent des pourcentages négligeables. De fait, l’assemblage est essentiellement dominé par les céramiques communes claires, les céramiques à engobe blanc et les sigillées, qui réunissent chacune un quart à un tiers du mobilier.

  • 26 Sépultures SP4 et 7.

69Sur l’ensemble des offrandes de la nécropole, les vases miniatures restent rares : seuls un bol Ritt. 8, un pot 4-5201 et un flacon en verre peuvent être considérés comme tels. Il est néanmoins nécessaire de souligner que les pièces disposées dans les sépultures sont souvent d’un petit module, assez peu adapté aux usages domestiques courants. Les récipients en verre, quant à eux, apparaissent uniquement dans les tombes contenant de nombreux vases26. C’est également dans les sépultures richement dotées que l’on observe parfois la multiplication de certains types céramiques. Ainsi, malgré des différences de module, deux cruches 5-201 et deux bols Drag. 27 furent respectivement placés dans les sépultures SP7 et 8. Ce phénomène d’accumulation a été relevé sur d’autres sites funéraires et, de manière identique, dans des sépultures déployant un mobilier abondant (Bel 1993 : 282).

La datation des récipients

  • 27 Au moins 4 récipients (bols A1, B1 et Drag. 27).

70D’après l’étude de leur pâte à la loupe binoculaire, les récipients en sigillée témoignent d’origines diverses. La plupart des formes ouvertes correspondent à des importations du groupe de La Graufesenque27. La qualité de leur tournage est cependant très fruste, comme l’attestent d’importantes déformations des marlis, ou encore des affaissements de panse ; sur les pieds annulaires, on observe régulièrement des empreintes digitales et des empâtements qui ont partiellement effacé les gorges et émoussé les carènes. Les décors eux-mêmes n’ont guère fait l’objet d’un soin particulier. Ainsi, le bol A1 (Drag. 35) de la sépulture SP8 est orné de feuilles d’eau dont la tige fut, à plusieurs reprises, écrasée accidentellement avec le doigt (fig. 141).

71Un bol Drag. 27 (n° 78, SP8) de petites dimensions apparaît en nette rupture avec ce groupe de vases (fig. 141). Sa pâte calcaire, dont les nodules de chaux sont invisibles à l’œil nu, est recouverte d’un vernis brunâtre, semi-grésé et au cuir luisant. De telles caractéristiques incitent à rattacher le récipient aux ateliers des Martres-de-Veyre. L’identification est d’ailleurs confirmée par une estampille de Dagomarus apposée sur le fond interne. En revanche, la provenance d’un bol Ritt. 8, d’un bol A1 et d’une coupelle A3 n’est pas clairement déterminée. Si leur fabrication relève, soit d’une officine méridionale, soit des Martres-de-Veyre, l’absence de traits réellement spécifiques interdit de trancher en faveur de l’une ou l’autre de ces hypothèses.

72Les formes fermées, quant à elles, laissent moins de place au doute : la lagène et les quatre biberons semblent tous issus des ateliers de Lezoux. Contrairement au bol des Martres-de-Veyre qui participe des premières « vraies sigillées » de Gaule centrale, ces pièces présentent encore une pâte siliceuse et un vernis perméable non grésé, typiques des « imitations de sigillée ». On constate, de ce fait, une opposition technologique très marquée entre les formes ouvertes et les formes fermées. Toutefois, cette discrimination ne résulte probablement pas d’une volonté particulière, mais plutôt de facteurs matériels. Le biberon était, il est vrai, une forme inconnue du répertoire des officines méridionales. De même, sa fabrication n’est pas attestée chez les potiers des Martres-de-Veyre à l’époque où s’est formée la nécropole.

73Dans le domaine des céramiques à parois fines, les deux exemplaires de la sépulture SP7 ont été façonnés en territoire arverne. L’un correspond à un gobelet Lez. 331 à décor sablé, et l’autre à un gobelet ansé Déch. 74. Ce dernier porte un guillochis sur sa paroi inférieure et six reliefs d’applique entre les anses. Les motifs moulés, représentant une coquille Saint-Jacques, un gladiateur et un monstre marin, ont été dupliqués et répartis dans le même ordre sur les deux côtés du vase (fig. 138, n° 111 et 109).

  • 28 Sépultures SP8 et 40 (respectivement 0,27 et 0,301).
  • 29 Sépulture SP4 (0,401).
  • 30 Sépulture SP22 (0,56 l).

74Les céramiques communes claires et à engobe blanc sont également des productions régionales. Dans l’état actuel des connaissances, nous ne pouvons malheureusement établir si elles émanent d’ateliers de proximité éventuellement liés à la villa, ou bien de grands centres de diffusion tels que Lezoux et Les Martres-de-Veyre. Malgré cela, il convient d’attirer l’attention sur leur remarquable homogénéité, à la fois technique et typologique. Le type de cruche 5-401, par exemple, regroupe à lui seul six spécimens, dont les caractères de pâte et d’engobe sont en tout point comparables. En outre, d’un point de vue métrologique, ces cruches se répartissent en deux modules bien définis. La capacité des exemplaires découverts dans les tombes 18 et 20 atteint 0,30 l, soit environ une hémine selon le système de mesures employé à l’époque romaine. Pour leur part, les cruches des sépultures 8, 9, 34 et 40 contiennent en moyenne 0,78 l, équivalant à 3 hémines. De manière analogue, les pots 4-501 forment un ensemble très cohérent, car ils sont faits à partir des mêmes argiles et répondent à des normes volumiques très strictes. Deux individus ont la contenance d’une hémine28, un autre de 1,5 hémine29 et le dernier de 2 hémines30. En somme, l’existence de séries bien calibrées au sein du mobilier est une donnée importante pour l’interprétation et la datation de l’ensemble funéraire. Elle peut en effet suggérer un achat groupé pour honorer plusieurs sépultures simultanées, l’utilisation progressive d’un stock de vases achetés en gros, ou encore un approvisionnement régulier auprès des mêmes ateliers.

75Compte tenu de la standardisation des céramiques non sigillées, de nombreuses sépultures sont vraisemblablement contemporaines, en particulier les SP4, 8, 9, 11, 18, 20, 22, 34 et 40. Certes, l’intervalle de temps pendant lequel ces tombes furent aménagées reste difficilement mesurable. S’est-il écoulé quelques jours ou quelques années entre chaque inhumation ? La question reste en suspens, mais quelle qu’en soit la réponse, la durée d’implantation de ce groupe de tombes n’a pu excéder deux ou trois décennies.

  • 31 Site ICAF 63. 113. 534 AH. Responsable d’opération : J.-M. Pardon.

76Plusieurs indices nous permettent de caler ces sépultures en chronologie absolue. Dans la catégorie des sigillées, les formes des services A et B sont attribuables au dernier tiers du Ier ou au début du IIe siècle après J.-C. Cette datation coïncide avec celle des sigillées de Lezoux. Les propriétés techniques de ces dernières renvoient à la phase n° 4, que l’on situe entre 70 et 120 de notre ère (Bet, Fenet, Montineri 1989 : 38). Les céramiques communes claires et à engobe blanc appartiennent aussi à cette période. De nombreux types ont déjà été signalés dans les contextes clermontois de la seconde moitié du Ier siècle. En 1996, à l’occasion d’une opération archéologique menée dans la rue Gaultier-de-Biauzat31, un important lot céramique des années 60-90 avait été mis en évidence dans le comblement du bâtiment 3. Cet ensemble comprenait, entre autres, une grande quantité de coupes 2-2101, de couvercles 6-322, de pots 4-501, de cruches 5-401 et 5-501. La présence d’une sigillée à vernis grésé des Martres-de-Veyre dans l’une des tombes apporte cependant un éclairage précieux sur leur datation. On sait que les potiers de ce centre ont engagé seulement vers 90 après J. -C. les transformations structurelles et technologiques nécessaires pour produire des sigillées de bonne qualité (Delage 1998 : 280). Partant de ce constat, les inhumations d’enfant auraient été installées à l’extrême fin du Ier siècle.

77Le mobilier céramique de la sépulture SP7 se distingue légèrement des dépôts précédents (fig. 138 et 139). Bien que l’on y retrouve un biberon Lez. 114 et un couvercle 6-322, plusieurs types de vases sont spécifiques à cette structure. C’est le cas des pots 4-402 et 4-211, ainsi que des cruches 5-201 et 5-701. On peut également noter que cette tombe est la seule à livrer des gobelets à parois fines. L’originalité du dépôt funéraire pourrait donc s’expliquer par un décalage chronologique avec le groupe principal des inhumations à offrandes. Toutefois, cette hypothèse est sujette à caution, dans la mesure où la production des types 5-201, Lez. 331 et Déch. 74 couvre la fin du Ier et le début du IIe siècle. Peut-être les différences observées sont-elles simplement inhérentes au statut social du défunt.

78Pour finir, les tombes SP2, 3 et 5 ont livré chacune un récipient isolé (fig. 129, 131 et 135). Ces vases sont des exemplaires uniques à l’intérieur de la nécropole et, à ce jour, leur type morphologique n’est pas daté avec précision. Il est néanmoins peu vraisemblable que ces inhumations soient largement antérieures ou postérieures aux autres sépultures à offrandes.

Modalités de dépôt

79Treize tombes livrent de la vaisselle d’accompagnement déposée en offrande (tabl. XV). Cinq dépôts sont constitués d’un seul vase (SP2, 3, 5, 9, 11), trois en comportent deux (SP18, 20, 34), une en livre quatre (SP40), la tombe SP22 en contient six, la tombe SP4, sept, la tombe SP8, huit, et onze vases ont été retrouvés dans SP7. Les sépultures pourvues de mobilier ne sont pas situées dans un secteur précis de l’ensemble funéraire, mais se répartissent sur toute sa surface.

Tableau XV : répartition générale de la vaisselle dans les tombes.

80Les tombes dans lesquelles un contenant de bois est attesté (contenant cloué ou coffrage) comportent systématiquement du mobilier (SP2, 4, 5, 7, 8, 22). Trois d’entre elles (SP7, 8, 22), ainsi que SP4 (fig. 132), représentée par un coffrage calé par des blocs, sont celles dont le mobilier céramique est le plus abondant (fig. 105, 106, 107). En revanche, les tombes où le corps a été placé dans une céramique, ou qui utilisent une céramique incomplète dans leur dispositif architectural, n’en comportent pas. L’architecture des autres sépultures, qui livrent un à deux vases, est indéterminée, mais parmi elles, certaines présentent des indices de décomposition en espace vide qui laisse envisager une architecture en matériaux périssables dont il ne reste aucun indice (SP11, 18, 20, 34), tandis qu’une autre est caractérisée par une architecture mixte (SP9, fig. 143).

81Il semblerait donc que les tombes dans lesquelles le corps était accompagné de mobilier céramique ont nécessité une architecture de type coffre ou coffrage, ce qui s’explique par le fait que les vases étaient déposés à l’intérieur du contenant du corps. En effet, dans les sépultures qui livrent des éléments d’architecture en place, comme des clous ou des blocs, le mobilier se situe à l’intérieur de l’espace délimité par ces derniers (SP2, 4, 7).

82Une seule tombe, SP34, paraît présenter un schéma différent (fig. 168). Ayant fait l’objet d’un enregistrement sommaire, les informations ne peuvent être obtenues que par l’examen des photographies (fig. 110) ; celles-ci nous montrent que la cruche n° 166 est située moins profondément que le squelette et qu’elle est en équilibre instable, penchée en direction de ce dernier. Par ailleurs, le vase n° 169 s’est effondré en avant des os remaniés du squelette, donc à un moment où la décomposition était achevée. Or, le fond de ce vase se situe à distance des os, au nord, et notamment en aval de l’effet de délimitation linéaire est-ouest défini par l’alignement des pièces disloquées et déplacées. Ces phénomènes conjugués permettent de restituer un contenant de bois propre au corps, à l’extérieur duquel se trouvaient les céramiques, l’une au sud et l’autre au nord.

110 - Situation du mobilier céramique dans la sépulture SP34.

83Dans un certain nombre de ces sépultures, l’examen de la répartition des clous nous invite à évoquer l’hypothèse de dispositifs plus complexes. En effet, la présence de clous autour des céramiques pourrait traduire la présence d’un contenant propre au mobilier.

84Dans le cas de SP3 (fig. 130) et de SP9 (fig. 143), il reste difficile de déterminer si les deux clous, situés contre la panse du vase, proviennent du couvercle des cercueils ou de celui de boîtes ayant renfermé les cruches. La position de la cruche de SP9 peut éventuellement argumenter la seconde proposition ; en effet, celle-ci se trouve en équilibre instable, penchée en direction des clous, vers le nord-ouest. Cette position résulte-t-elle d’un appui contre les parois nord et ouest d’un coffret ?

85En dépit du regroupement de cinq vases dans la partie est de la tombe SP4, ces derniers ne présentent pas d’indice pour envisager un dépôt dans une boîte : aucun effet de paroi n’est en effet relevé.

86La profusion de clous, dans la tombe SP7 (fig. 137), est liée au mode d’assemblage des parois et de ces dernières au couvercle (cf. supra), et rien dans leur disposition ne permet d’envisager que le cercueil renfermait une autre boîte ; par ailleurs, les jambes du squelette se situent entre les cruches n° 108 et 23, tandis que la situation respective des vases n° 111, 109 et 110, 108 et 23 ne laisse aucune place à une éventuelle paroi distincte de celles qui sont matérialisées par les clous, à l’échelle de la fosse.

87Dans la sépulture SP8, la cruche n° 67 et le bol n° 64 reposent respectivement sur un bol (n° 78) incliné vers le sud, et un pot (n° 77) placé sur sa panse (fig. 105, 140) ; la cruche est alors penchée en direction du nord-est, et le bol n° 64 vers le sud-ouest. Le fait que les céramiques sous-jacentes soient inclinées ou renversées, et que la coupe n° 65 et le bol n° 64 paraissent avoir basculé, implique manifestement la création d’un espace vide secondaire. Il est ainsi probable que ces objets reposaient à l’origine sur un dispositif permettant un étagement, et que celui-ci fut aménagé à l’intérieur du cercueil, à faible distance de ses parois ouest et sud. On ne peut en revanche démontrer qu’une paroi verticale séparait ce lot de vases des autres objets situés directement à l’est (lampe n° 79, rondelle n° 80, bol miniature n° 69), si ce n’est la position, en équilibre instable, de la cruche n° 67 vers l’est. La fonction de la « longue tige de fer », malheureusement égarée avant l’étude, est peut-être en relation avec le dispositif évoqué.

88Les mêmes incertitudes concernent la sépulture SP22 (fig. 106, 156). Le renversement du biberon n° 158 et la dispersion de trois de ses fragments, la bascule des vases n° 157, et surtout n° 154 et 155, laissent envisager un effondrement a posteriori des récipients. Or, un mouvement tel que le retournement complet du biberon nécessite là encore la création d’un espace vide différé sous les vases, ce qui sous-entend l’hypothèse d’un support. Il est plus difficile d’interpréter l’effet de délimitation déterminé par la répartition des tessons n° 3 du vase n° 158 et du couvercle n° 153. Doit-on envisager un dispositif impliquant une paroi transversale à l’axe de la sépulture, isolant totalement l’individu et son pot (n° 156) de ce dépôt ? Remarquable également est la position des restes du squelette de cette tombe, concentrés à proximité de la paroi sud-est du contenant restitué ; la partie nord-ouest contenait-elle des offrandes périssables, telles que les structures de crémation, contemporaines de ce dépôt, en livrent fréquemment quelques exemples, fossilisés par le feu ?

89La structure SP18 a indubitablement renfermé un coffret propre aux céramiques, puisque la répartition des clous n° 138, 137, 136, 139, 140 et 144 détermine un plan carré autour des vases (fig. 150). Si la structure a bien accueilli un individu, l’espace défini par les clous est insuffisant pour l’avoir contenu.

90Dans la tombe SP22 (fig. 156), les effets de paroi et de délimitation linéaire désignent un contenant rectangulaire ayant renfermé à la fois le corps et son mobilier (cf. supra). Dans cette fosse, la localisation des cinq clous sur le petit côté est, directement en aval des vases n° 155 et 157, traduit-elle un mode de fixation ponctuel du contenant, limitée sur ce côté, ou sont-ils en rapport avec le mobilier ? Dans le second cas, on pourrait envisager soit la juxtaposition de deux contenants, l’un à l’ouest pour le corps, l’autre à l’est pour le groupe de vases, soit un seul contenant subdivisé par une paroi. À l’appui de cette hypothèse, le seul argument se résume à l’alignement, du côté ouest, des tessons (n° 3) effondrés du vase n° 158 et du couvercle n° 153. Le caractère lacunaire du squelette, dont seuls subsistent des fragments de crâne et l’humérus gauche, ne permet pas de vérifier si l’espace est suffisant pour le corps, en amont de cette limite ; toutefois, bien que le squelette ait été placé sur le dos, rien n’exclut que ses membres inférieurs étaient fléchis, ce qui lui laisse largement la place.

91Beaucoup de vases se présentent inclinés, couchés ou renversés. Les deux premières positions résultent d’une évolution du mobilier en espace vide. En revanche, il n’est pas certain que les vases placés totalement à l’envers traduisent le même phénomène, comme le montre la sépulture SP22 (cf. supra).

92La même chose est observée dans la sépulture SP4 (fig. 107, 132), où un couvercle est placé en position inversée sur le fond de la fosse, et surmonté d’un bol également placé à l’envers. Dans le groupe de vases auquel ces deux éléments appartiennent, rien n’indique qu’un effondrement s’est produit.

93Il semblerait donc que certains vases aient été posés intentionnellement à l’envers.

94Quelques vases paraissent en revanche avoir été déposés retournés afin de servir de couvercle : c’est le cas, par exemple, de la marmite tripode n° 154, qui recouvre le pot n° 155. Elle paraît jouer le même rôle que la céramique n° 114 de SP7 (fig. 104, 137), qui est un véritable couvercle, en place sur la marmite tripode n° 115.

95La sépulture SP22 livre un couvercle, retrouvé sur le fond de la fosse, en position fonctionnelle (fig. 156) : fermait-elle un récipient en matériau périssable ? Dans ce cas, et compte tenu du fait que certains vases peuvent avoir servi de couvercle même s’il ne s’agit pas de formes dévolues à cet usage a priori, on peut donc nuancer l’hypothèse que des vases aient été intentionnellement placés à l’envers : ils ont peut-être servi de couvercle à un récipient qui, par nature, ne s’est pas conservé.

96Dans les huit tombes où la relation entre le corps et le mobilier a pu être observée, on remarque que l’emplacement des céramiques présente une variabilité relativement élevée (tabl. XVI). Dans cinq cas, les vases se situent en aval des pieds du squelette (SP2, 3, 4, 7, 22), dans trois cas, de part et d’autre du thorax (SP4, 20 et 34), dans trois cas de part et d’autre du crâne (SP7, 8, 22), dans un cas, de part et d’autre des pieds (SP7), et dans le dernier, en amont du crâne (SP8). Dans les tombes où l’on trouve uniquement un ou deux vases, on n’observe pas non plus d’emplacement privilégié, à l’exclusion de la région de la tête (SP2, 3, 20 et 34).

Tableau XVI : situation des vases relativement au squelette.

97La répartition spatiale des récipients par rapport au squelette, selon les formes et fonctions, n’est pas significative. Les vases liés à la boisson, cruches et gobelets, sont indifféremment placés à la tête, de part et d’autre du thorax ou aux pieds du défunt, de même que les rares pots et coupes, répartis de manière égale à la tête et aux pieds. Toutefois, sept bols sont associés à la moitié supérieure du corps (tête et thorax) contre deux à la moitié inférieure (pieds), et trois couvercles se trouvent aux pieds pour un seul à droite du thorax. Les deux marmites et le biberon sont aux pieds. Les unica, tels que la lampe et le flacon, sont situés respectivement à la tête et aux pieds. Les séries pouvant être comparées à la nôtre sont rares en raison de la pratique dominante de la crémation au Haut-Empire ; cette recherche n’a pas été réalisée sur les inhumations de la nécropole de la Favorite à Lyon (Tranoy 1995) mais, dans la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), la vaisselle n’est pas préférentiellement localisée selon sa fonction (Bel 2002 : 104). En revanche, dans les sépultures de Sallèles d’Aude dans l’Hérault (Duday et al. 1995) et dans celles de la nécropole du Champ de l’Image à Argentomagus dans l’Indre (Allain et al. 1992), une relation entre la disposition et la fonction du mobilier a été mise en évidence. Près de la tête se trouvent les offrandes relatives à la lumière (lampe), au parfum (balsamaire) et à la protection (perle à Sallèles, Vénus à Argentomagus), tandis qu’aux pieds se trouvent les vases contenant la nourriture. Les exemples du Bas-Empire montrent que, si les récipients placés à proximité de la tête du cadavre sont systématiquement des vases à liquide, tous les types de vases, y compris ces derniers, peuvent être placés aux pieds, ou latéralement à la partie médiane du corps (Blaizot et al. 2001 : 313-314).

Traitement des vases

98Les décapages à la pelle mécanique ont entraîné la destruction partielle de plusieurs offrandes céramiques, de sorte qu’il est parfois difficile d’appréhender leur état d’origine et la présence éventuelle de stigmates liés à des rites funéraires. Fort heureusement, ces cas sont minoritaires, et nous pouvons d’ores et déjà dégager quelques tendances générales sur le traitement des vases d’accompagnement.

  • 32 Les cruches de SP2 et SP5, la lagène de SP18, le bol de SP20, le couvercle de SP22 et le pot de SP4 (...)

99Dans cette nécropole, la pratique la plus répandue semble avoir été le dépôt d’offrandes intactes (tabl. XVII). Sur 47 vases recensés, 21 furent retrouvés entiers ; on n’y décèle aucune cassure ni perforation particulière. À ce chiffre, il convient d’ajouter quatre vases écrasés par l’effondrement progressif de la terre dans la fosse sépulcrale, et au moins six autres endommagés par la pelle, mais qui étaient assurément intacts à l’origine32. En revanche, six récipients étaient apparemment incomplets lorsqu’ils furent logés à l’intérieur des tombes. L’exemple le plus caractéristique est sans doute cette forme indéterminée de la sépulture SP34, dont seul le fond a été déposé. Les autres vases montrent des lacunes beaucoup moins importantes. Dans la sépulture SP7, notamment, le gobelet n° 109 est apparu amputé d’une anse, tandis qu’une petite cassure ancienne a été constatée sur la lèvre du gobelet n° 111 et du pot n° 110.

Tableau XVII : récapitulatif du traitement et de l’état de conservation des dépôts.

100Faut-il pour autant en conclure que les vases ont été mutilés intentionnellement dans le cadre d’une cérémonie funèbre ? Rien n’est moins sûr. Les lacunes ne révèlent jamais de découpe régulière exécutée à l’aide d’un outil. De même, elles ne sont pas localisées préférentiellement sur une partie du vase, mais consistent en de simples ébréchures réparties de façon aléatoire. Aussi pourraient-elles découler d’une utilisation domestique. À l’appui de cette dernière hypothèse, il paraît très probable que des céramiques communes claires aient servi à cuire des aliments avant d’être vouées à la tombe : des traces de combustion sont visibles à la fois sur des pots, des marmites et des couvercles. En conséquence, certaines offrandes étaient peut-être des pièces de vaisselle issues du contexte domestique, à moins que ces coups de feu se rapportent à la cuisson des aliments dans le cadre du rituel funéraire. A contrario, quelques vases pourraient correspondre à des achats dédiés exclusivement à un jeune défunt. La propreté de leur surface suggère qu’ils étaient neufs lors de l’ensevelissement. De plus, comme nous l’avons vu, la prédilection pour des pièces de faible contenance laisse supposer qu’elles ont été acquises en vue d’une utilisation strictement funéraire. Malgré tout, la qualité des produits déposés en offrande demeure assez médiocre. À cet égard, l’état de la cruche mise au jour dans la sépulture SP40 est tout à fait significatif : le fond du récipient présente une large fissure qui s’est ouverte avant — ou pendant — la cuisson en four. Ce vase percé, impropre à contenir un liquide, était donc manifestement un rebut d’atelier. Peut-être en était-il de même pour le gobelet n° 109 : sa pâte grésée et sa teinte mauve évoquent parfaitement les surcuits que l’on observe sur les sites de production régionaux.

Le mobilier métallique et osseux

La lampe métallique

101Une lampe à suif en fer (objet n° 79 et 71) provient de la sépulture SP8. La tige de la lampe est brisée en plusieurs fragments qui nécessiteraient une restauration pour que l’on soit en mesure d’en assurer la forme initiale (fig. 142, n° 79). Toutefois, ce modèle de lampe à suif, en forme de « 8 » à réservoir « ouvert » est connu par ailleurs en Gaule comme l’attestent plusieurs exemplaires des collections du Musée des Antiquités Nationales (Champion 1916, n° Inventaire MAN 29988 et 29536) ce qui nous permet de proposer une restitution de la tige (de section carrée de 5mm/5mm) en forme de « S », munie à son extrémité d’un crochet de suspension. Le réservoir mesure environ 70 mm de long et 10 mm de haut. La tige, avant son bris, mesurait au moins 140 mm de long. Cette dernière est formée dans la masse ; cette lampe est en effet d’une seule pièce.

102Les lampes à graisse animale en métal, contrairement aux exemplaires en céramique, sont peu fréquentes tant dans les habitats qu’en contexte funéraire. En effet, bien que les lampes fassent partie des objets souvent associés aux offrandes funéraires, on ne la trouve pas massivement (Bel 2002). À la Favorite (Lyon 5e), sa fréquence diminue sensiblement dès la deuxième moitié du Ier siècle et surtout au IIe siècle (Tranoy 1995 : 771). Le poste militaire de Newstead (Grande-Bretagne), installé sur le limes breton, a livré deux lampes en fer presque intactes qui conservaient l’intégralité de leur système de suspension (Curle 1911). Ce dernier était constitué, pour l’une des deux lampes, d’une tige en fer supplémentaire torsadée, de 25 cm de long, qui était reliée à l’extrémité de la tige de la lampe par une autre tige, sorte d’émerillon de 7 cm de long environ. Ce système composite, long de près de 50 cm dans le cas de cette lampe de Newstead, devait assurer une meilleure stabilité au réservoir et donc à la flamme en atténuant les effets d’éventuels mouvements. Il est fort probable que l’objet long en fer n° 71 qui accompagnait la lampe dans la sépulture 8 constituait l’un des éléments du système de suspension (cet objet a été malheureusement égaré avant l’étude de la lampe).

103Les lampes en terre cuite sont notablement plus fréquentes que les exemplaires métalliques dans les ensembles funéraires du Haut-Empire dans le sud-est de la Gaule, comme on peut le voir notamment dans la nécropole du Valladas, dans la Drôme, récemment publiée (Bel et al. 2002). Toutefois leur fréquence semble décroître dans les ensembles funéraires à la fin du IIe siècle en Gaule méridionale (Feugère 1993 : 126-127) et même encore plus tôt, dès la deuxième moitié du Ier siècle, si l’on tient compte des importantes découvertes lyonnaises de la nécropole de La Favorite (Tranoy 1995 : 771). I. Fauduet rappelle que le dépôt de lampe est un phénomène plus marginal en Gaule septentrionale et centrale (Fauduet 1992 : 190). La faible fréquence des lampes dans les ensembles funéraires gallo-romains du bassin clermontois suggère un rattachement culturel de ce secteur géographique avec d’autres régions de Gaule centrale.

104À partir du début du IVe siècle, les lampes métalliques deviennent de simples coupelles en fer qui peuvent être confondues avec des louches (Feugère 1993 : 129-130), comme l’attestent les découvertes effectuées dans deux ensembles funéraires du département du Rhône (Blaizot et al. 2001 : 303 ; Motte et al. 2002 : 86).

Les médaillons de bois de cervidé

105Deux médaillons ont été retrouvés dans deux tombes : SP2 (n° 21) et SP8 (n° 80). (fig. 129 et 142).

106Le médaillon n° 21 de la sépulture SP2 (36 mm de long) provient d’un bois de chute de chevreuil (détermination D. Lalaï). Cette pièce ne présente aucune trace de finition (fig. 129, n° 21), mais elle comporte une perforation circulaire, dont l’emplacement est décentré.

107Le médaillon de la sépulture SP8 (fig. 142, n° 80) provient également d’un bois de chute, mais de cerf (détermination D. Lalaï). Cette pièce (55 mm de diamètre) est grossièrement polie et présente des traces de finition (des stries parallèles sur la face arrière). Le médaillon comporte, au centre, une perforation circulaire.

108Les médaillons en bois de cervidé (cerf, chevreuil, élan) étudiés et publiés dans la littérature archéologique proviennent, pour la plupart, de bois de chute de cerf ; ils ont été détachés du merrain d’un bois récolté sur le sol à l’époque de la mue annuelle des cervidés. Ces objets sont généralement dépourvus de décor, percés d’un ou de plusieurs trous (pour être cousus sur un vêtement ou portés en collier) et conservent leurs pierrures périphériques naturelles qui renvoient à l’aspect initial des bois. On connaît toutefois plusieurs pièces d’époque gallo-romaine et mérovingienne finement décorées (Lebel : fig. 16 ; Joffroy, fig. 20-21 dans Hatt 1955 ; Faider-Feytmans 1956 : fig. 53-54 et Lebel : fig. 55, 56, 57 bis dans Faider-Feytmans 1956).

109Les exemplaires découverts à Beaumont s’inscrivent dans une petite série locale. En effet, d’autres découvertes effectuées dans le bassin clermontois ont livré des médaillons de bois de cervidé, percés d’un trou, associés à des enfants :

  • un exemplaire dans l’inhumation 2203 d’un enfant en bas âge, datée de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère. Cette tombe fait partie d’un petit ensemble funéraire du Haut-Empire localisé près du site de Malintrat Chaniat (Guichard 2000 : 136-137) ;

  • un autre exemplaire dans un dépôt funéraire secondaire du Ier siècle (tombe 1004) dans un dépôt de crémation en vase, d’un sujet immature. Le médaillon était associé à plusieurs vases, quelques éléments de parure (boucle d’oreille en or et perle en verre) et des fragments de tôle de fer accompagnés de petits clous (éléments d’un coffret ?). Cette tombe appartient à un petit ensemble funéraire du Haut-Empire associé à un habitat rural fouillé à Gerzat Rochefort (Alfonso et al. 2001 fig. 129).

110On pourrait ajouter un dernier exemplaire provenant d’un dépôt de crémation en vase (17902) appartenant à la petite nécropole rurale du Haut-Empire du site de Clermont-Ferrand le Pâtural (fouille inédite de Jon Dunkley) ; cependant, on ne connaît pas le stade de maturation du sujet (ossements non étudiés).

111J.-J. Hatt a mis en lumière une phrase, tirée du Testament du Lingon dans laquelle il avait cru déceler une preuve de l’existence d’une coutume funéraire spécifique au dépôt de médaillon de bois de cervidé près du défunt, observée dans une sépulture gallo-romaine à Besançon (Hatt 1955 : 56-57). La brève synthèse esquissée par J.-Cl. Béal sur les médaillons de bois de cervidés reste globalement d’actualité ; toutefois la carte de répartition des découvertes gallo-romaines nécessiterait d’être réactualisée (Béal 1983 : 279-281 ; Deschler-Erb 1998 : 169-172). La présence d’un ou de plusieurs médaillons en bois de cerf en contexte funéraire, indépendamment de leur emplacement exact dans les tombes (portés en sautoir autour du cou du défunt ou cousus sur un vêtement ou simplement déposés à côté du corps) et de l’âge des défunts, transcende les divisions chronologiques établies par les historiens. Pour la Gaule, les plus anciens exemplaires à notre connaissance datent du Ve siècle av. notre ère, voire du premier âge du Fer et les plus récents, du VIIe siècle de notre ère (Kaenel 1990 : pl. 22, p. 388 ; Baray 1995 : pl. 15 ; Deschler-Erb 1998 : 169). La pratique du dépôt funéraire de médaillons de bois de cervidé s’est donc poursuivie durant toute l’époque gallo-romaine et ce, jusqu’à l’époque mérovingienne comme l’attestent les exemplaires découverts dans plusieurs tombes de la nécropole de Ciply, en Belgique (Faider-Feytmans 1956 : 139-140).

112La présence des médaillons de bois de cervidé en contexte funéraire ne doit certainement rien au hasard ou à une mode vestimentaire. Plusieurs auteurs ont évoqué que ces médaillons n’étaient vraisemblablement pas de simples objets de parure mais qu’il s’agissait plutôt de talismans au pouvoir prophylactique (Hatt 1955 : 56). R. Joffroy a rappelé qu’il existe une valeur symbolique pour ces médaillons qu’il faut relier avec le phénomène de la croissance rapide des bois des cervidés qui repoussent toujours plus forts et plus touffus d’année en année, après chaque mue. Cet auteur y voyait un symbole de force et de vigueur (Joffroy dans Hatt 1955 : 64-66). L’idée que ces objets aient pu être associés préférentiellement à des amateurs de chasse au gros gibier doit être repoussée, puisque, dans la majorité des cas, les médaillons proviennent de bois ramassés sur le sol et non pas arrachés sur une bête morte. D’autres auteurs ont envisagé de voir dans ces objets des vecteurs destinés à conserver (ou à retrouver) une vigueur sexuelle, notamment dans le cas d’un exemplaire décoré d’un phallus et découvert dans une tombe bisontine du Ier siècle (W. Deonna cité par Lebel dans Faider-Feytmans 1956 : 141).

113Il faut, à notre avis, mettre en lumière la valeur hautement symbolique que revêt le phénomène de la résurgence annuelle des bois de cervidés. Dans le cas précis du pays arverne au Haut-Empire et plus précisément du bassin clermontois, on serait tenté d’établir un lien spécifique entre le dépôt de médaillons de bois de cervidé et l’inhumation d’enfants décédés en phase infantile (quatre tombes sur cinq, la cinquième étant un dépôt de crémation n’ayant pas fait l’objet d’une étude anthropologique). Toutefois, il faudrait contrôler certaines découvertes locales plus anciennes pour confirmer ou infirmer cette thèse (Labrousse 1948 ; Desforges, Fournier 1945 cités dans Béal 1983 : 280).

114Pour conclure, il faut rappeler que les médaillons de bois de cervidé ne sont pas uniquement présents dans les sépultures. En effet, il en existe dans des sanctuaires, comme l’illustrent quelques cas : deux médaillons décorés ont été découverts dans le temple des sources de la Seine (Lebel dans Hatt 1955 : 60). Ils pourraient témoigner de remèdes religieux qui impliqueraient le port d’amulettes en bois de cervidés par les pèlerins sur la recommandation des prêtres païens (Béal 1983 : 278). Il faut citer aussi la présence d’un autre exemplaire près d’un temple localisé dans la forêt de Compierre dans la Nièvre (Lebel dans Faider-Feytmans 1956 : 140). Enfin, on trouve des médaillons de bois de cervidé dans des habitats et notamment dans des bâtiments d’habitation à Vertault (Joffroy dans Hatt 1955 : 64 et 66). On retrouve aussi ces objets dans des camps militaires le long du limes rhénan : camps de Vechten et de Hofheim (Lebel dans Faider-Feytmans 1956 : 141) et le castrum de Augusta Raurica, dans la ville basse de Kaiseraugst (Deschler et al. 1991 : fig. 45 n° 64).

Les dépôts et les restes de faune

115Sur les vingt-sept structures funéraires du Haut-Empire, les comblements de treize d’entre elles ont livré quarante-huit restes animaux. Deux tombes du Bas-Empire renfermaient, quant à elles, trois vestiges (tabl. XVIII). Les ossements montrent pour la plupart une matière osseuse bien conservée et sont le plus souvent exempts de toute trace liée à l’action du feu. Seule la sépulture SP7 s’individualise par la présence de dix petits fragments brûlés indéterminés. Deux traces de découpe ont pu être observées : il s’agit du sectionnement longitudinal d’une vertèbre de bovin (SP3) et d’un sectionnement sensiblement oblique d’extrémité proximale de fémur de mouton (SP8). Dans l’inventaire ci-dessous, les fragments indéterminés correspondent le plus souvent à des esquilles osseuses de petites dimensions.

Tableau XVIII : tableau récapitulatif des restes de faune.

116La faune présente dans les structures funéraires est constituée principalement par la triade domestique classique : bovins, ovicaprins et porcins. Ce dernier groupe est le plus fourni (quatorze restes), suivi par les ovicaprins (sept restes) et les bovins (deux restes). À ces espèces s’ajoutent le chien (deux restes) et un mollusque lamellibranche : l’huître plate (un reste).

117Les bovins sont représentés par un fragment de vertèbre cervicale (SP3) et par un fragment de mandibule (SP20) d’animaux adultes. Quatre sépultures ont livré des restes osseux d’ovicaprins adultes. La distinction mouton/chèvre n’a pu être effectuée que dans un seul cas avec un fémur incomplet de mouton jeune adulte (SP8). Les autres fragments correspondent à un humérus (SP7), à une vertèbre thoracique, un humérus, un tibia et un métatarse (SP15) et enfin à une molaire isolée (SP24). Les porcins sont présents dans huit inhumations. Ils sont représentés par des restes dentaires (SP1, 4, 15, 19, 22, 24 et 32) et par quelques éléments squelettiques plus ou moins fragmentés : phalange 1 (SP1), cinq ossements en connexion anatomique de membre postérieur gauche (SP7) et coxal (SP22). À l’exception d’un bourgeon dentaire (SP15), d’un fragment de maxillaire de juvénile d’âge compris entre 6 mois et 1 an (SP19) et de la patte postérieure (SP7) qui appartient à un juvénile âgé de 1 à 2 ans, tous les autres restes proviennent d’individus adultes. Les structures SP15 et 18 ont livré respectivement une mandibule et un crâne fragmentés de chiens adultes. Enfin, une valve d’huître plate est présente dans l’inhumation SP13.

118La question qui se pose alors est de savoir si ces vestiges fauniques, ou tout au moins certains, correspondent à des dépôts animaux (alimentaires ou non) liés au rituel funéraire comme cela s’observe fréquemment dans les sépultures du Haut et du Bas-Empire en Gaule (Lepetz 1993) ou si leur présence découle simplement du remblayage de la tombe et peut-être aussi de l’action de petits animaux fouisseurs ?

119L’origine spécifique des restes ne permet ici aucune discrimination dans la mesure où tous les taxons présents peuvent participer à ces pratiques funéraires, en tant qu’offrandes alimentaires pour ceux de la triade domestique et pour l’huître et non alimentaires pour le chien (Lepetz, op cit.).

120S’il ne fait aucun doute que la patte postérieure de porcin (SP7) qui est située dans l’angle sud-est de la tombe entre dans la catégorie des offrandes alimentaires, les restes isolés sont nettement plus difficiles à appréhender. En effet, ils ne sont pas contenus ici dans des récipients et leur position dans le remplissage des structures n’a dans la plupart des cas pas été relevée. Seuls, le fémur de mouton (SP8) est figuré au niveau de l’espace funéraire et le fragment de maxillaire de porcin (SP19) est positionné dans le vase cercueil. Toutefois, il n’est pas possible sur ces seules observations de reconnaître en ces restes des dépôts, notamment pour le second dont la présence dans le vase peut être d’origine taphonomique. De plus, toujours pour ce dernier et pour les autres vestiges isolés de taille restreinte (osseux ou dentaires), leur bon état de conservation n’autorise pas à les interpréter comme les derniers témoignages d’offrandes de plus grande ampleur (par exemple de têtes). Cependant, c’est peut-être la prise en compte de l’état des ossements qui peut ici nous apporter une réponse : en effet, les éléments squelettiques de la patte de porcin se caractérisent par une coloration brun-jaune et par une surface très lisse qui résulte peut-être de l’enfouissement de cette dernière sous la forme d’un quartier charnu, cru ou non. Or, l’unique autre reste osseux présentant cet aspect est le fémur de mouton qui là encore correspond à une partie charnue : le gigot.

121Ces différentes observations permettent d’attester que deux sépultures renferment des dépôts animaux sous forme d’offrandes alimentaires (SP7 et 8) et que les autres vestiges fauniques présents peuvent être raisonnablement interprétés comme des restes remaniés lors du colmatage des tombes. Un doute néanmoins persiste en ce qui concerne les fragments du crâne de chien (SP18). En effet, cette espèce, non consommée à la période gallo-romaine, contribue parfois sous la forme de restes isolés à des dépôts funéraires (animaux psychopompes ?) et on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement ici avec la découverte d’un crâne de chien dans deux inhumations de nouveau-nés, du Bas-Empire toutefois, à Barton Court Farm au Royaume-Uni (Luff 1982).

Le recrutement de l’ensemble funéraire selon les données paléodémographiques

122La particularité de l’ensemble funéraire réside dans son recrutement spécifique, puisqu’il comporte uniquement des enfants décédés avant l’âge de 1 an. Il convient ainsi d’examiner quelles phases de la mortalité infantile sont représentées, afin de définir les modalités de la constitution de l’espace funéraire. S’agit-il d’un ensemble ponctuel, faisant partie de plusieurs groupes équivalents dispersés dans l’emprise du domaine, selon le modèle de la multiplicité des lieux funéraires du Haut-Empire, ou représente-t-il un unique ensemble funéraire spécialisé ?

Estimation de l’âge au décès : méthodes et démarche suivie

123La mortalité infantile, qui succède à la mortalité intra-utérine, désigne les décès survenus depuis le terme et avant l’âge d’un an révolu (tabl. XIX. A). La démographie historique distingue deux grandes phases (Henry 1984) : la mortalité périnatale, qui concerne à la fois les décès intra-utérins proches du terme et ceux qui se sont produits dans le courant du premier mois de la vie, et la mortalité post-néonatale, qui se rapporte aux décès survenus entre le vingt-neuvième jour après la naissance et avant le premier anniversaire. Au sein de la mortalité périnatale, les décès intra-utérins concernent la mortinatalité, et les décès du premier mois correspondent à la mortalité néonatale. Dans les séries archéologiques, où l’attribution d’un âge au décès est une estimation obtenue en réalisant un diagnostic à partir de différents paramètres, le classement des individus à l’intérieur de ces phases se heurte aux imprécisions des méthodes disponibles.

Tableau XIX : les phases de la mortalité infantile.

124L’estimation de l’âge au décès à partir du squelette des enfants morts dans la phase infantile (avant 1 an), a récemment fait l’objet de deux articles (Bruzek et al. 1997, Sellier et al. 1997). On rappellera brièvement les difficultés auxquelles se heurte cet exercice, sachant que les incertitudes méthodologiques qui sont actuellement les nôtres peuvent avoir un impact non négligeable sur la restitution de la population inhumée, et donc a fortiori sur l’interprétation de l’ensemble funéraire.

125Comme pour les enfants plus âgés, l’estimation de l’âge au décès repose sur trois critères fondamentaux, qui sont la croissance osseuse, la maturation osseuse et la maturation dentaire.

126La première s’appuie sur le principe d’une croissance plus ou moins linéaire du corps jusqu’à la fin de l’adolescence au moins, et est évaluée à partir des longueurs diaphysaires des os longs. Or, il semblerait que la croissance des enfants durant la période périnatale soit plus saltatoire que linéaire (Sellier et al. 1997 : 75), tandis qu’un certain nombre de facteurs extrinsèques relatifs à plusieurs caractères héritables ou contextuels, influençant la variabilité individuelle (Bruzek et al. 1997), ne peuvent être pris en compte dans les populations archéologiques. Enfin, si de nombreuses méthodes sont à notre disposition, toutes n’ont pas le même degré de fiabilité et plusieurs approximations constitutives les rendent critiquables. Toutes ne tiennent compte que d’un seul critère à la fois, chacun étant corrélé à l’âge mais aucun n’étant corrélé avec les autres, et les effectifs de référence sont souvent faibles. Enfin, les méthodes qui sont fondées sur des régressions linéaires ne tiennent compte que des points moyens, d’où il s’ensuit une surestimation des coefficients de corrélation (Sellier et al. 1997 : 78). Pour ce qui concerne les enfants morts en période périnatale, nous avons utilisé la méthode de I.-G. Fazekas et de F. Kosa (1978), considérée comme la moins mauvaise. Pour les enfants décédés après le terme, une estimation a également été proposée à partir des tables de R.-I. Sundick (1980), dans le cas où les valeurs obtenues étaient supérieures aux plus fortes des tables de Fazekas et Kosa ; le problème est qu’elles ne permettent pas de préciser l’âge au décès entre 0 et 6 mois.

127La corrélation entre la maturation osseuse et l’âge, fondée sur des données radiologiques d’individus d’âges connus (Birkner 1980), est relativement fiable, mais pas toujours utilisable en contexte archéologique. C’est le cas dans cette série, où les os sont en mauvais état de conservation, et les squelettes très lacunaires (cf. supra). Par ailleurs, aucun point d’ossification n’a été relevé in situ, et compte tenu des classes d’âges représentées, une identification a posteriori des rares éléments de ce type est impossible.

128Pour estimer la maturation dentaire, nous avons utilisé à la fois les tables de C.-F.-A. Moorrees, E.-A. Fanning et E.-E. Hunt (1963), et celles de I. Schour et M. Massler (1940). En effet, ce sont les seules dans lesquelles le degré de calcification soit précisé, ce qui est un critère important puisque la formation des dents paraît mieux corrélée à l’âge que l’éruption (Demirjian et al. 1973). Les tables de I. Schour et M. Massler sont moins précises que les premières, mais elles ont l’avantage de prendre en considération toutes les dents, alors que les incisives déciduales font défaut chez C.-F.-A. Moorrees. De plus, leur application à une population d’âges connus a montré une bonne corrélation avec l’âge (Molleson, Cox 1993 : 149).

129Une autre difficulté, et non des moindres, consiste à effectuer un diagnostic à partir de ces différentes sources, et en l’occurrence ici, entre l’âge diaphysaire et l’âge dentaire.

130En tenant compte des fourchettes d’estimation qui traduisent un intervalle de confiance suffisant, ou en confrontant les résultats obtenus par les deux critères disponibles, on se rend compte qu’il est très difficile de classer un individu dans une classe d’âge réduite, souvent les valeurs se trouvant à cheval sur plusieurs ; ce que l’on gagne ainsi en fiabilité est perdu en précision. On remarque aussi que la confrontation de toutes les dents (selon les tables de Moorrees) donne systématiquement une fourchette quasi aussi étendue que les valeurs diaphysaires pour les sujets décédés après le terme. Or, dans la mesure où il n’est pas possible de calculer la moyenne entre les estimations fournies par différents critères, ni entre les valeurs obtenues par un même critère, on ne peut vraiment repérer que les individus situés dans les classes d’âge extrêmes, c’est-à-dire, dans notre série, les sujets décédés avant le terme et ceux décédés à partir de 2 à 3 mois civils.

131Ces écueils méthodologiques sont extrêmement fâcheux dans le cas qui nous occupe, puisque l’objectif est de caractériser les modalités de constitution de l’espace funéraire. Pour savoir si la série des inhumés reflète l’image d’une population infantile naturelle, il est très important de distinguer les sujets morts en période périnatale de ceux décédés en phase post-néonatale. En effet, le rapport de l’effectif des premiers sur la mortalité infantile étant connu dans les populations pré-jennériennes (tabl. XIX. A), si le rapport obtenu à Pourliat correspond à la valeur théorique, nous tenons un argument en faveur de l’hypothèse d’un ensemble accueillant la totalité de la population infantile décédée, tandis qu’à celle d’un espace utilisé de manière irrégulière correspondrait une distribution aléatoire des diverses phases de la mortalité infantile.

132Afin de remédier en partie à ces difficultés, il a été proposé de distinguer les enfants proches du terme de ceux qui ont survécu au-delà, en fixant une limite non plus à 1 mais à 2 mois (Castex et al. 1997 : 430) (tabl. XIX. B).

133Pour échapper à l’imprécision provoquée par la variabilité individuelle, une autre méthode, proposée par P. Sellier sur l’ensemble des classes d’âge immatures, consiste à ventiler les individus à cheval sur deux classes d’âge dans celle qui permet d’obtenir des quotients de mortalité les plus proches de ceux d’une population à schéma de mortalité archaïque (Sellier 1996). Cette méthode revient à obliger la population archéologique à se conformer le plus possible à une population pré-jennérienne théorique, et à minimiser les biais induits par l’imprécision des méthodes d’estimation, seuls les écarts irréductibles étant ainsi observés.

Restitution de la structure de mortalité

134La série attribuée au Haut-Empire compte un effectif total de vingt-cinq sujets exploitables, auquel on doit rajouter deux structures dont aucun ossement n’est conservé (tabl. XX).

Tableau XX : Estimation de l’âge au décès des individus du Haut-Empire.

135Tous les squelettes sont ceux d’individus décédés avant 6 mois civils, soit dans la première partie de la mortalité post-néonatale. Il manque donc une partie de la mortalité infantile.

136En l’absence d’ossements conservés, et dans la mesure où il n’y a aucune raison pour que le squelette des enfants décédés entre 6 et 12 mois ne se soit pas conservé au détriment de celui de plus jeunes, nous avons attribué les squelettes SP18 et 40 au stade théorique de 0-6 mois. Cinq autres squelettes (SP5, 9, 11, 15 et 16) ont été placés dans le même stade, en raison d’une insuffisance des paramètres observables, seule la taille des fragments conservés nous autorisant à les exclure de la catégorie 6-12 mois. Parmi eux, le squelette SP16 n’offre qu’une seule valeur, celle de l’ulna dont la longueur est de 6,18 cm. Isolée, cette mesure ne peut être utilisée pour préciser l’âge au décès ; en témoignent les résultats proches obtenus sur les squelettes SP30 et 31, dont les ulnas atteignent 6,3 et 6,26 cm, mais que les autres éléments du squelette permettent de classer dans deux séquences différentes : 0-2 mois pour l’un, et 3-6 mois pour l’autre. En revanche, en dépit de l’unicité de la valeur fournie par le squelette SP28, à savoir la longueur de l’humérus de 6,84 cm, l’individu a été attribué à la séquence 3-6 mois parce que ce résultat se place dans les valeurs hautes de la série des humérus, relativement stables (SP2, 26, 27, 31).

137Pour 8 sujets, la variabilité de la maturation dentaire s’est révélée importante si l’on s’en tient aux références de Moorrees. Dans un cas (SP4), les incisives sont achevées et, Moorrees ne tenant pas compte de cette dent, nous avons pu resserrer l’âge selon les tables de Schour et Massler. Pour trois de ces squelettes (SP2, 10, 31), les tables de Schour et Massler, conjuguées aux valeurs diaphysaires, permettent d’estimer un âge supérieur à trois mois. Pour les sépultures SP29 et 30, la taille des os longs et les données de Schour et Massler permettent de classer le second avant trois mois, tandis que l’on ne peut choisir entre les deux séquences pour le premier. Enfin, la maturation dentaire de SP7 et 8 paraît relativement avancée d’après les références de Schour et Massler, et nous invite à placer ces deux individus dans la séquence post-néonatale.

138Le nombre d’individus attribués sans ambiguïté à la période périnatale est de trois (SP1, 19 et 20), auquel on ajoutera le squelette SP6, décédé en phase intra-utérine.

139Si l’on s’en tient à la limite fixée à deux mois après le terme pour remédier aux incertitudes des méthodes d’estimation, il est possible d’augmenter le nombre de sujets périnatals de quatre squelettes (SP21, 26, 30 et 32), qui passe alors de quatre à huit individus.

140En considérant ainsi ces données primaires, le rapport de la mortalité périnatale sur la mortalité infantile est de 29,6 %, ce qui est nettement inférieur aux valeurs théoriques admises, dont la moyenne est de 50 % (Séguy 1997 : 100), et qui varient de 43 à 52 % ou de 45 à 58 % (Castex et al. 1997 : 432).

141La séquence 3-6 mois est représentée de manière certaine par neuf sujets. Par ailleurs, trois squelettes se trouvent à cheval sur les stades 0-2 et 3-6 mois (SP22, 27 et 29). Nous nous trouvons alors devant deux possibilités ; soit ces trois squelettes sont redistribués sur les phases périnatale et post-néonatale au prorata des résultats réels, soit nous les reversons intégralement dans la mortalité périnatale selon le principe de conformité défini par P. Sellier (Sellier 1996). Dans le premier cas, le rapport de la mortalité périnatale sur la mortalité infantile passe à 37 % et dans le second, à 41 %, ce qui est encore inférieur aux valeurs théoriques les plus basses.

142Il nous reste enfin sept squelettes qui n’offrent aucune pièce osseuse susceptible de préciser la séquence à laquelle s’est produit le décès. Or, ne pas en tenir compte autrement que dans la classe correspondant à la mortalité infantile, est implicitement les attribuer à la séquence post-néonatale. C’est d’ailleurs ce qu’expriment les valeurs de 37 et 41 % obtenues ci-dessus. Afin d’échapper à ce biais, nous avons redistribué les sujets indéterminés au prorata des résultats obtenus à l’aide des squelettes dont l’âge est directement identifiable. Dans un second temps, nous avons examiné la distribution en ventilant les squelettes qui se trouvent à cheval sur les phases périnatale et post-néonatale au prorata des résultats réels. Dans le premier cas, la mortalité périnatale représente 52 % de la mortalité infantile (fig. 111 : hyp. 1) et est conforme aux valeurs théoriques admises. Dans le deuxième, le rapport passe à 44 % et reste plus ou moins acceptable, bien que très proche des valeurs basses admises (fig. 111 : hyp. 2).

111 - Représentation des phases de la mortalité infantile et comparaison avec une population à schéma de mortalité archaïque en tenant compte de la variabilité.

143En dépit de l’état de conservation lacunaire des squelettes, qui ne fournissent pas suffisamment de pièces utilisables à une estimation de l’âge au décès, il est possible de rétablir une image démographiquement vraisemblable, en remédiant aux défauts des méthodes.

144L’ensemble funéraire se caractérise par l’absence totale d’individus post-néonatals décédés après six mois, et par une bonne représentation de la mortalité périnatale sur la mortalité infantile. Ce résultat est compatible avec l’hypothèse d’un ensemble funéraire homogène, propre à une communauté, et réservé aux mort-nés et aux tout-petits nourrissons, les sujets de plus de 6 mois ayant été inhumés ailleurs. Il n’est en revanche pas conforme avec une fréquentation sporadique de l’espace funéraire car, dans ce cas, on s’attendrait à ce que la distribution des séquences d’âges soit déséquilibrée.

Les sépultures du Bas-Empire

145Les sépultures du Bas-Empire, SP13 et 24, paraissent déterminer des dépôts en coffrages mixtes.

146La première est très bouleversée, tant pour ce qui concerne le squelette que l’aménagement de la fosse (fig. 171). Des restes de tegulae et le bloc de basalte paraissent se rapporter aux vestiges d’un contenant, tandis que l’amplitude des remaniements sur le fond de fosse témoigne d’une décomposition en espace vide. Compte tenu de l’importance des bouleversements, il est difficile de déterminer si les lacunes de l’architecture correspondent à des destructions ou si elles se rapportent à une architecture mixte, de tegulae, de bois et de blocs.

147L’architecture et le squelette de la sépulture SP24 sont mieux conservés (fig. 172). La première utilise un mur antique pour constituer l’un des longs côtés, contre lequel se greffent des dalles de tailles différentes pour former un rectangle. Toutefois, les dalles qui forment les petits côtés ne sont pas au contact de la paroi sud, et il est probable que des planches venaient compléter le dispositif. De même, le couvercle, dont la présence est déduite des remaniements relevés sur le squelette et de la bascule du bloc de la paroi est dans l’espace interne, devait être en bois puisque l’on n’en a retrouvé aucun vestige. En revanche, les os remaniés des membres inférieurs étant au contact des parois longitudinales, il paraît peu probable que ces dernières étaient doublées de planches. Le squelette est trop lacunaire pour que l’on puisse déterminer si la nature des remaniements relevés est la conséquence de l’effondrement d’un plancher surélevé ou si elle a été causée par l’eau (cf. catalogue des tombes).

148Aucune de ces tombes n’a livré de mobilier. Le type de tombe relevé dans ces deux sépultures du Bas-Empire est celui d’un coffrage mixte, mais celui-ci se distingue des contenants composites du Haut Empire évoqués précédemment. En effet, dans ces derniers, la cuve est en bois et seul le couvercle est en tegula, alors qu’ici, c’est plutôt la cuve qui utilise à la fois les matériaux durs et le bois, tandis que le couvercle est en bois.

149Comme dans la série du Haut-Empire, les deux individus tardo-antiques sont décédés avant l’âge de 6 mois (tabl. XXI).

Tableau XXI : estimation de l’âge au décès des individus du Bas-Empire.

Synthèse

  • 33 Pline, Histoire Naturelle VII, chap. XV.
  • 34 Plutarque, Consolation à sa femme.

150Certains textes antiques, mettant en évidence un traitement particulier réservé aux nourrissons décédés, nous sont parvenus, dont celui de Pline reste le plus connu33 ; au VIe siècle, Fulgence mentionne que les enfants décédés avant 40 jours sont inhumés sous l’auvent du toit de la maison, tandis que Plutarque raconte qu’on ne leur applique pas les mêmes usages qu’aux adultes pendant les funérailles34. Des textes font état d’une distinction opérée dans le traitement des funérailles, selon que les enfants sont décédés avant ou après l’éruption des dents déciduales (Néraudau 1987 : 196), qui débute aux alentours de 6-7 mois et s’achève vers 20-30 mois. Il n’est donc pas surprenant de trouver confirmation, en contexte archéologique, de situations contrastées pour ce qui concerne les inhumations des enfants décédés en phase infantile. En effet, dans l’Antiquité, le traitement funéraire des très jeunes enfants varie considérablement. Dans un travail récent, nous avons mis en évidence que cette variabilité touchait moins les modalités de dépôt que les lieux d’inhumation, et que l’image d’une péjoration des petites sépultures devait être révisée (Blaizot, Alix, Ferber 2003).

151L’ensemble de Pourliat, comme celui de Sallèles d’Aude, de même qu’un certain nombre de sépultures issues de divers contextes, montre que les individus périnatals et post-néonatals font l’objet d’un traitement funéraire, au même titre que les enfants plus âgés et que les adultes. L’idée d’un escamotage de leurs sépultures (Dedet 1993 ; Barthélémy, Depierre 1990), fondée sur l’interprétation de textes minimisant l’impact affectif que représente la mort des tout petits enfants (Néraudau 1987), est une fois encore battue en brèche. Bien que l’architecture mise en œuvre reste sommaire, donnant l’impression d’un « bricolage architectural », et que le mobilier paraisse composé d’objets de second choix, ces dépôts constituent de vraies sépultures. Ces caractères sont d’ailleurs relevés dans les sépultures d’adultes (Bel 1993 : 280 ; Blaizot et al. 2001).

152Les dépôts de « bébés » en contenant céramique sont fréquents, mais à Beaumont, seuls deux vases contiennent réellement le squelette (vase-cercueil). Le reste concerne des moitiés de panse sur lesquelles repose directement le corps et qui sont enfermées dans un contenant de bois. Dans la région clermontoise, les exemples d’utilisation de céramique dans l’architecture des tombes se rapportent tous à des vases-cercueils, ce qui a conduit à évoquer une spécialité arverne (Bel, Fabre 2001), tandis que la seconde configuration n’est jamais mentionnée. Ainsi, le dispositif architectural identifié à Beaumont présente-t-il un caractère nouveau par rapport à ce qui a été reconnu pour l’instant. Dans tous les cas de vases-cercueils, l’analyse archéo-anthropologique des structures atteste une décomposition en espace vide ; l’hypothèse d’un couvercle en matière organique fermant le vase a été proposée sur la base d’un exemple dont la couverture est en terre cuite (Bel Fabre 2001 : 248). À Beaumont, la nature de la fermeture du vase est argumentée dans le cas de l’amphorette (SP30), puisqu’une pierre, reposant sur le couvercle à l’origine, s’est effondrée sur les os ; ce couvercle, comme celui de la céramique de SP32, peut se rapporter à un dispositif en matériau périssable, puisqu’il ne nous en reste aucune trace. Une sépulture fouillée à Gannat peut être comparée avec les sépultures 10 et 21 de Beaumont, dans lesquelles l’aménagement est illustré par une tuile plate, venant fermer la fosse ou un contenant de bois. Enfin, les contenants de type cercueil sont relativement nombreux à Beaumont, alors qu’ils paraissent plutôt rares ailleurs ; par exemple, à Argentomagus, un seul cas est mentionné (Allain et al. 1992 : 90). Les architectures relevées à Pourliat (coffrages de bois, cercueils complets, coffrages composites, dépôts sur des parties d’amphores, dépôt du mobilier dans des coffrets) n’offrent donc que des comparaisons ponctuelles dans les publications actuellement disponibles, soit parce que les méthodes d’analyse employées par ailleurs ont été insuffisantes, soit, ce qui est plus hypothétique, parce que la série présente une véritable originalité.

153Si les enfants morts en période périnatale se répartissent à parts égales entre les sépultures qui utilisent un vase dans leur dispositif et les fosses non architecturées, un seul sujet décédé de manière certaine en période post-néonatale repose sur une portion de grand vase (fig. 112). Ce sont aussi uniquement les sujets post-natals qui sont concernés par des cercueils cloués et des coffrages mixtes. Les enfants morts en période périnatale se caractérisent également par une diversité dans l’attitude du corps ; on les trouve placés sur le dos, sur le ventre ou sur le côté, tandis que les sujets plus âgés sont sur le dos (3 cas sûrs) ou sur le côté (deux cas sûrs). Pour ce qui est de la position sur le côté, le côté droit est choisi pour deux individus post-néonatals et un sujet pouvant appartenir à la séquence périnatale ou la séquence post-néonatale, le côté gauche concerne un sujet périnatal avéré.

112 - Type de tombes et âge au décès.

154Des différences de traitement entre les enfants décédés en phase périnatale et ceux morts en période post-néonatale, relative au mode de dépôt des corps, ont déjà été relevées dans d’autres séries (Blaizot, Alix, Ferber 2003).

155Une différence est observée aussi dans le mobilier funéraire qui, à Beaumont, concerne 48 % des tombes. Un seul des enfants décédés autour de la naissance est accompagné de vases contre six sur neuf sujets post-natals avérés (fig. 113). Une autre caractéristique est qu’aucune des tombes qui utilisent un grand vase dans leur dispositif architectural n’est dotée de mobilier ; ce phénomène, relevé dans plusieurs séries, nous a conduits à émettre l’hypothèse que le vase qui entre dans l’architecture de la tombe peut faire office à la fois de contenant ou de support du corps et de mobilier (Blaizot, Alix, Ferber 2003).

113 - Mobilier et âge au décès.

156Il apparaît ainsi que les enfants décédés en période périnatale sont différenciés des sujets plus âgés par leur traitement funéraire. Ce phénomène ne paraît pas, en revanche, concerner les formes céramiques, bien que l’observation ne se fonde que sur un seul exemple : les deux vases attribués au sujet périnatal SP20 ne diffèrent pas des vases associés aux individus post-néonatals avérés (SP2 ; 4 ; 7 ; 8 ; 34). On ne peut discuter cette information à la lumière d’autres données, dans la mesure où la distinction entre sujets périnatals et sujets post-néonatals n’a pas toujours été effectuée. En revanche, les comparaisons peuvent être établies entre les individus décédés en phase infantile et le reste de la population. Par exemple, dans les crémations de la nécropole du Champ de l’Image (Allain et al. 1992), les six nourrissons possèdent le même corpus céramique que les enfants, adolescents et adultes ; la même remarque peut être émise pour ce site, à propos du mobilier des trente-sept nouveau-nés inhumés par rapport au reste de la population ayant fait l’objet d’une inhumation. La seule différence concerne la présence de biberon chez les nourrissons, absent auprès des individus plus âgés. Le biberon est également relevé dans la seule inhumation de nouveau-né à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel 2002).

157Les ensembles funéraires dévolus aux très jeunes enfants sont rares. Dans la moitié sud de la France, le site de Sallèles-d’Aude a livré un groupe constitué de quinze petits squelettes du Haut-Empire, situés dans un atelier de potier et datés de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère (Duday et al. 1995) et l’atelier de potier du IIe siècle de Lezoux renferme environ une dizaine d’enfants morts en bas âge (Vertet 1974). Les exemples sont plus nombreux dans la moitié nord de la France, comme en témoignent les découvertes faites en Bourgogne, telles celles d’Alésia (Joly 1951), ou celle bien connue des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Planson 1982). Dans la plupart des cas, il reste néanmoins difficile de faire la part entre des ensembles spécifiques isolés et des enfants décédés en phase infantile dans un secteur de la nécropole, en raison des limites d’investigation sur les sites.

158Mis à part la série de Sallèles d’Aude, ces squelettes n’ont pas fait l’objet d’une estimation précise de l’âge au décès et l’on ignore les modalités du recrutement et donc la nature de ces petits groupes. L’ensemble de Sallèles diffère de celui de Pourliat, dans la mesure où les inhumations ont été pratiquées dans un atelier de potiers en fonction, ce qui est aussi le cas de Lezoux, et où la deuxième séquence de la mortalité post-néonatale est représentée. Le nombre total d’individus y est également moins élevé, mais à Sallèles, le rapport de la mortalité périnatale sur la mortalité infantile est correct, puisqu’il varie entre 40 et 53 % (selon que l’on intègre ou non à la première les sujets 10 et 13 qui ont vécu « quelques semaines après leur naissance », Duday et al. 1995 : 83-84). En cela, on peut parler d’un véritable ensemble funéraire spécialisé, comme c’est le cas à Pourliat.

159Les tombes du Haut-Empire sont regroupées, à l’exception de SP31, située dans la cour P9, et de SP29, distante d’une dizaine de mètres à l’ouest. L’hypothèse d’une dispersion de certaines tombes n’est donc pas exclue. Les espaces P9 et peut-être P8 paraissent être ouverts, et la présence de SP31 en P9 indique que, pour le Haut-Empire au moins, les tombes de quelques enfants décédés en phase infantile sont incluses dans la zone d’habitat. L’Antiquité tardive n’est représentée que par deux sépultures, éloignées l’une de l’autre (SP13 et SP24) ; l’absence de zone circonscrite dévolue aux inhumations des IVe-Ve siècles, et qui ferait que d’autres tombes se trouveraient dans des secteurs non fouillés, pourrait expliquer ce sous-effectif, à moins qu’à cette période, les très jeunes enfants ne soient plus exclus aussi systématiquement de l’éventuel espace communautaire. Dans ce cas, la présence de ces deux tombes ne traduirait que la survie, très ponctuelle, d’une tradition antérieure. La relation de la tombe SP13 avec les espaces habités est peu claire. Si ce secteur livre des niveaux qui témoignent de sa fréquentation dans l’Antiquité tardive, la nature de celle-ci est inconnue ; en effet, le mobilier épars disponible ne permet pas de déterminer la destination de cet espace aux IVe et Ve siècles.

Notes

24 Laboratoire Archéolabs (Isère).

25 Sépultures SP1, 19 et 31.

26 Sépultures SP4 et 7.

27 Au moins 4 récipients (bols A1, B1 et Drag. 27).

28 Sépultures SP8 et 40 (respectivement 0,27 et 0,301).

29 Sépulture SP4 (0,401).

30 Sépulture SP22 (0,56 l).

31 Site ICAF 63. 113. 534 AH. Responsable d’opération : J.-M. Pardon.

32 Les cruches de SP2 et SP5, la lagène de SP18, le bol de SP20, le couvercle de SP22 et le pot de SP40.

33 Pline, Histoire Naturelle VII, chap. XV.

34 Plutarque, Consolation à sa femme.

Table des illustrations

Légende 102 - Plan des sépultures du Haut et du Bas-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 103 - Plan chronologique de l’ensemble funéraire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Tableau XI : typologie des tombes et attitude des corps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 104 - Vue de la sépulture SP7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 105 - Vue de la sépulture SP8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 106 - Vue de la sépulture SP22.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 107 - Vue de la sépulture SP4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Tableau XII : récapitulatif du traitement et de l’état de conservation des contenants céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 108 - SP30, vue du bloc en place sur le squelette dans le vase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 109 - Assemblage céramique de la sépulture SP7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau XIII : répartition de la vaisselle en fonction des formes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau XIV : répartition de la vaisselle en fonction des catégories de production.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tableau XV : répartition générale de la vaisselle dans les tombes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 110 - Situation du mobilier céramique dans la sépulture SP34.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau XVI : situation des vases relativement au squelette.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Tableau XVII : récapitulatif du traitement et de l’état de conservation des dépôts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Tableau XVIII : tableau récapitulatif des restes de faune.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Tableau XIX : les phases de la mortalité infantile.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Tableau XX : Estimation de l’âge au décès des individus du Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende 112 - Type de tombes et âge au décès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 113 - Mobilier et âge au décès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2560/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540