Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 4. Le décor et le mobilier

Florence Monier, Grégoire Ayala, Alain Wittmann, Christine Bonnet et Lionel Orengo

Texte intégral

Le décor peint

1Il est difficile de restituer les revêtements peints de la villa de Champ Madame, car les vestiges sont rares et en mauvais état de conservation : fragments très petits, mortiers érodés, couche picturale usée, écaillée. Par ailleurs, les couches archéologiques sont extrêmement bouleversées et rien ne permet de rattacher tel enduit à telle paroi. Quelques hypothèses peuvent toutefois être avancées grâce à l’analyse de fragments remarquables.

2Dans le bâtiment résidentiel (Champ Madame), n’ont été mis au jour que des échantillons, une vingtaine de fragments au maximum par groupe. En revanche, dans la partie nord-est de la villa (Pourliat), un ensemble important de 400 fragments environ a été découvert dans le remplissage de la cave P11-P12 (us 1020-1023).

3Après nettoyage et recherche, souvent infructueuse, d’assemblages, l’étude a consisté en un inventaire des enduits peints, us par us, avec indication des décors et une description succincte des mortiers de support par simple examen à l’œil nu.

Mortiers

4On retrouve en général les trois couches habituelles : une couche de préparation, avec mortier de chaux en faible proportion et sable grossier ; une couche intermédiaire, plus riche en chaux avec un sable plus fin ; une couche de surface mince, souvent blanche, riche en chaux avec un sable fin.

5Sur l’ensemble des fragments examinés, on note surtout des mortiers gris avec l’emploi d’un sable volcanique noir, plus ou moins fin selon les couches. Quelques groupes n’en comportent pas (us 1012, 1162, 2026, 2054). L’emploi du tuileau est rare : on le voit dans plusieurs échantillons des us 2072 et 2086, ce qui est normal s’il s’agit bien des décors de la cour. L’emploi de pouzzolane est également constaté (Champ Madame, us 1022, 2072, 2086, 2213 ; Pourliat, us 1020/groupe B).

Fragments et décors principaux

Pourliat (us 1020-1023)

6Les enduits peints découverts en remblai dans la cave sont homogènes d’après la nature des mortiers et la cohérence des motifs (fig. 93). Deux groupes sont identifiables. Le groupe principal A présente un mortier avec sable volcanique noir sans pouzzolane. Le groupe B, réduit à quelques fragments, se caractérise par un mortier gris avec sable volcanique et inclusions de pouzzolane rouge.

93 - Enduits peints de Pourliat (us 1020, 1023) : dessins des principaux fragments.

Groupe A

7Champs unis noir et rouge ocre constituent l’essentiel. Ils sont parfois séparés par un filet blanc (fig. 93, n° 4, 9) ou ocre jaune (fig. 93, n° 3, 6). Sur le fragment n° 6, le champ noir porte un motif courbe marron, ocre jaune et blanc, évoquant un candélabre métallique à entrelacs, avec effet d’ombre et de lumière (fig. 94). On aurait donc là quelques vestiges caractéristiques d’un décor faisant alterner larges panneaux rouges et inter-panneaux noirs, étroits, ornés de candélabres. Les fragments n° 2, 5, 10, 12 montrent un champ rouge ocre associé à un champ blanc sur sous-couche grise, avec ou sans bordure jaune pâle. La base (de colonne ou de pilastre ?) du n° 2 repose sur cette bande blanche ; il peut donc s’agir d’une corniche fictive séparant deux zones décoratives : zone basse et zone moyenne. En effet, une vingtaine de fragments blancs sur sous-couche grise, en contact avec un champ rouge ocre ou un champ noir, confirme cette hypothèse ; la peinture blanche est épaisse, les stries de pinceau très nettes, et l’on devine les traces d’une bande et de filets jaune pâle créant un effet de moulure en trompe-l’œil.

8La base n° 2, blanche soulignée de rouge bordeaux, est trop incomplète pour que l’on puisse déterminer si la colonne (ou le pilastre) se détache sur un fond rouge, ou se trouve en limite d’un champ rouge et d’un champ noir (fig. 94).

9Quant au quart de cercle blanc souligné de rouge bordeaux, sur fond rouge ocre (n° 10), est-il le seul vestige d’un encadrement de panneau, d’une bordure ajourée avec motif répétitif de demi-cercles (fig. 94) ? Ce type d’encadrement de panneaux est apparu au IVe style pompéien, dans la deuxième moitié du premier siècle de notre ère et s’est développé durant le deuxième siècle (Barbet 1981).

94 - Enduits peints de Pourliat.

10Sur les fragments n° 2 et 10, on remarque la présence de tracés préparatoires incisés dans le mortier encore frais pour mettre en place les motifs (Barbet Allag 1972).

11Trois fragments (n° 1, 8, 11), d’un noir devenu gris, portent des traces évanescentes d’un décor végétal, vert clair, jaune blanc et marron, mais il est impossible de les situer sur la paroi.

12Enfin, un unique petit fragment évoque une imitation de marbre (fig. 94).

Groupe B

13Un seul fragment est remarquable : champ rouge ocre avec filet blanc d’encadrement intérieur et bande vert clair bordée d’un filet jaune pâle. D’un point de vue technique, on remarque, entre les couches 1 et 2 de ce fragment, une très fine couche d’argile ( ?) jaune, mais qui ne semble pas posée régulièrement : s’agit-il d’une inclusion accidentelle dans le mortier ou d’une coulure du mortier dans la zone située au-dessus ?

Champ Madame

14Quelques rares éléments retiennent l’attention (fig. 95, 96) :

us 1066

15Un long fragment (16 cm x 4 cm x 4 cm), de section presque carrée, présente deux faces peintes en noir et blanc. Les traces au revers ne permettent pas de déterminer s’il correspond, par exemple, au bord d’une ouverture (fig. 96, n° 5).

us 2086

16Deux segments d’une moulure lisse peinte en marron rouge. La première couche posée est rose, en mortier épais de tuileau et pouzzolane ; la couche de surface, fine, est blanche (fig. 96, n° 9).

us 2000

17Un fragment présente un fond rouge bordeaux avec une bande verte d’encadrement, doublée d’une ligne blanche de gros points surmontés d’un point plus petit, le long d’un filet (large de 0,2 cm) (fig. 95, fig. 96, n° 6). Il s’agit là d’une version très simple de bordure ajourée.

95 - Enduits peints de Champ Madame : dessins des principaux fragments.

us 2072

18Un fragment brun avec coups de pinceau brun-rose foncé. Ce sont peut-être des marbrures, mais le traitement de la matière (coups de pinceau en V très caractéristiques) rappelle le rendu du corps humain que l’on constate sur de nombreuses peintures durant le IIe siècle.

us 2061

19Trois petits fragments sur fond noir sont particulièrement remarquables (fig. 96, n° 8) :

  • n° 1 : une large hampe de candélabre traitée en blanc et jaune pâle d’où partent deux traits jaunes symétriques ;

  • n° 2 : deux filets bicolores violet et rose, parallèles, larges de 0,6 et 0,7 cm. Sans doute s’agit-il de deux pans de ruban, tombant d’une ombelle de candélabre ;

  • n° 3 : bande courbe (large de 1,5 à 2 cm) violet pâle et blanc, avec fines ondulations et rehauts jaunes ; elle est soulignée de fins coups de pinceaux roses. Il s’agit sans doute d’un candélabre à entrelacs, déjà évoqué à propos de Pourliat (n° 3).

20Ces trois fragments évoquent un candélabre, traité en un camaïeu clair (blanc, jaune pâle, violet clair et rose), sur un inter-panneau étroit noir. Rien ne permet de dire s’ils appartiennent à un même candélabre ou à deux candélabres différents, l’un à ombelles, l’autre à entrelacs. La variation des motifs décoratifs sur les inter-panneaux d’une même pièce est courante, comme dans la villa du Liégeaud (Haute-Vienne), datée des années 150 ap. J.-C. (Dumasy, Mathieu 1991 : pl. II).

96 - Enduits peints de Champ Madame.

Pigments et palette de couleurs

21La couche picturale est souvent mal conservée. Les détails sont illisibles, écaillés, sur des fonds lissés avec soin. Les pigments employés sont peu nombreux, courants (Guineau 1995). Ce sont des rouges : rouge ocre essentiellement pour les larges champs, rouge bordeaux. Les noirs sont souvent usés ou devenus gris. On remarque l’absence complète d’ocre jaune en grands champs. Il n’est employé, clair et foncé, que pour des rehauts ou pour des filets. Les fonds blancs semblent souvent simplement un badigeon de chaux ou un lissage de la dernière couche de mortier. Il n’y a aucune trace de bleu égyptien, seul ou en mélange dans le vert. Le vert est utilisé pour les bandes d’encadrement et pour quelques détails végétaux, souvent illisibles.

22Un trait caractéristique de ces décors est la présence d’une sous-couche grise sous certains fonds rouge ocre, blancs, noirs, tant à Pourliat qu’à Champ Madame.

Conclusions

23Il est difficile de proposer des comparaisons stylistiques pertinentes et des datations précises pour des enduits si fragmentaires, provenant de contextes archéologiques si bouleversés. Le groupe A de Pourliat montre les éléments d’une composition décorative courante en Gaule romaine : panneaux rouge ocre, inter-panneaux noirs à candélabres. Les trois fragments de Champ Madame (us 2061) suggèrent aussi la présence de candélabres, mais dans un traitement et une gamme de couleurs tout à fait différents. Le motif du candélabre se répand en Gaule dès le milieu du Ier siècle et durant tout le deuxième siècle de notre ère. Les exemples sont multiples avec des rendus très différents : candélabres d’Autun/Lycée militaire, datés de la fin du premier siècle au milieu du deuxième siècle (Groetembril 1999 : fig. 126) ; Soissons/rue Paul-Deviolaine, salle 1 (Defente 1990 : fig. 63), postérieur à 160-180 d’après la datation archéologique ; Amiens/rue de Jacobins – couche 2015 (Defente 1990 : 50-52 et fig. 19, 21), daté de la fin du deuxième siècle.

24Si les enduits de la pars urbana n’existent que sous forme d’échantillons, ils présentent tout de même une grande variété de motifs et de mortiers, preuve que de nombreuses pièces d’habitation étaient peintes et stuquées. En revanche, l’absence de décors dans la pars rustica, exception faite du remblai de la cave P11-P12, laisse penser que les matériaux de ce dernier proviennent plutôt de la démolition de structures de la partie résidentielle ; la qualité des fragments (lissage des fonds, détails, tracés préparatoires) plaide en faveur de cette hypothèse.

25Ces quelques bribes colorées redonnent à la villa un peu de sa polychromie, en accord avec les modes décoratives de l’époque.

Le mobilier lapidaire

Répartition quantitative

26Le mobilier lapidaire (cf. inventaire des marbres) provenant des fouilles du bâtiment résidentiel de la villa de Champ Madame compte 125 fragments correspondant, après recollage, à 91 objets. À l’exception des placages en marbre d’un bassin, tous les éléments proviennent des couches d’abandon de la villa, remaniées à l’époque médiévale. Le parti adopté ici a été de globaliser l’ensemble de ce mobilier.

État de conservation

27Aucun élément n’est parvenu dans son aspect initial. Les 75 fragments qui ont gardé leur épaisseur d’origine annoncent une nette prédominance d’éléments destinés aux revêtements, soit plaques et plaquettes pour l’essentiel. Seize éléments sont à l’état d’éclat ou trop fragmentaires pour présenter une dimension d’origine.

Provenance

  • 14 Par teinte, nous entendons la couleur prédominante, celle « qui frappe notre vue à une certaine dis (...)
  • 15 Sous l’action de l’air, certains minéraux se recouvrent d’un voile qui peut complètement altérer la (...)

28Les fragments inventoriés se répartissent selon le critère externe essentiel, c’est-à-dire la teinte14. Celle-ci n’est pas, pour autant, absolument fiable puisqu’un même minéral peut présenter des tons différents15. Les 91 éléments se répartissent comme suit : colorés identifiés : 3 ; colorés non identifiés : 23 ; blancs : 29 ; blanc gris : 21 ; roches : 12 ; autres : 3.

  • 16 Tels que la spectroscopie, l’activation neutronique, l’émission d’ultra-violets… (Decrouez 1991 : 4 (...)

29Le mobilier lapidaire de Champ Madame comporte de nombreux éléments colorés non identifiés, qui ne peuvent pas se rattacher aux grandes variétés dites classiques. La solution adoptée a été de pratiquer un examen macroscopique qui tienne compte de la grosseur du grain, de la disposition du veinage et de l’aspect externe dans le but de dégager des groupes homogènes dont l’origine, en l’absence de tout système comparatif local, reste cependant à déterminer. Cette méthode a été également utilisée pour les marbres blancs et blanc gris. En effet, l’identification des marbres blanc gris est fondée sur l’observation du fond blanchâtre tacheté ou parcouru de veines sombres. L’identification des marbres blancs est encore plus complexe en raison de l’unité de coloration (Pensabene : 637). Faute de pouvoir recourir à des procédés techniques coûteux et délicats16, il ne reste souvent qu’à se fier à son œil ou à son expérience (Gnoli 1971 : 98 et ss.). Cependant, il faut progresser avec circonspection. La détermination des nuances d’un minéral demeure une opération subjective. Aussi, ce traitement, loin d’avoir une valeur absolue, est-il appliqué à titre expérimental (Ayala 1995 : 43).

30Ont été définis 3 groupes de marbres colorés, 6 groupes de marbres blanc gris et 2 groupes de marbres blancs.

31La corrosion des faces ou les dimensions trop minimes de 3 éléments n’ont pas permis d’en déterminer l’origine : c’est ce que la mention « autres » sous-entend.

Les marbres colorés17

  • 17 Ils le sont par diverses substances (oxydes métalliques ou matières organiques) de façon régulière (...)
  • 18 Ces marbres, que le grand commerce maritime a drainés, proviennent de zones d’extraction situées da (...)

32La présence des variétés de marbre de diffusion internationale18 utilisées le plus communément dans l’Empire romain et reconnaissables par des caractéristiques bien distinctes de colorations et de veinages est négligeable. Seuls deux fragments de porphyre rouge et un de porphyre vert, dont l’attribution est douteuse, ont été isolés. Cette pierre provient du désert oriental égyptien (Gnoli 1971 : 98 et ss.).

33Les 23 éléments de marbres colorés non identifiés se répartissent en 3 groupes :

  • Coloré 1 : il s’agit d’une pierre comportant un tissu à grains fins, mat ; le fond est de couleur rose uniforme. Ce groupe est constitué de 3 éléments.

  • Coloré 2 : il s’agit d’une pierre à fond blanchâtre interrompue par des veines ou des tâches violet foncé ou pourpres. Ce groupe est majoritaire parmi les colorés non identifiés : il totalise 19 pièces.

  • Coloré 3 : illustré par un seul élément, il s’agit d’une pierre à tissu compact, à fond légèrement rosé traversé par des petites veines rougeâtres.

Les marbres blanc gris

34Les 21 éléments de marbre blanc gris sont répartis en 6 groupes qui se définissent comme suit :

  • Blanc gris 1 est un marbre à fond blanc et cristaux brillants et à larges veines bleues à cristaux fins. Sept éléments répondent à cette définition.

  • Blanc gris 2 est constitué de grains fins légèrement brillants à la cassure, mats en surface et présentant de légères taches sombres très diluées. Ce groupe est constitué de 6 éléments.

  • Blanc gris 3 a un fond grisâtre. Il présente un veinage d’un gris plus franc, rectiligne et plus ou moins étroit. Ces caractéristiques ont été repérées sur 4 éléments.

  • Blanc gris 4 est illustré par un seul élément qui se définit par un fond blanc piqué de petites taches grises.

  • Blanc gris 5 a un fond blanchâtre maculé de taches bleuâtres dont la cassure comporte des cristaux brillants de dimensions moyennes. Il est présent avec deux éléments.

  • L’unique élément du groupe Blanc gris 6 présente un fond blanchâtre teinté de petites veines bleuâtres et à la cassure présentant des petits grains.

35La lecture des notices descriptives des marbres blanc gris n’est pas sans évoquer la définition des marbres extraits de la région de Luni (Carrare).

Les marbres blancs

36Seuls deux groupes ont été isolés :

  • Blanc 1 est le groupe majoritaire puisqu’il totalise 27 éléments. Il est constitué de cristaux moyens, brillants à la cassure et mats en surface.

  • Blanc 2 a une surface très blanche, une cassure légèrement bleutée et des cristaux grands et bien brillants (1 seul élément).

Autres roches

37Restent enfin 12 éléments constitués de minéraux divers : tuf volcanique, roche sédimentaire, roche calcaire. Compte tenu de la qualité décorative médiocre de ces matériaux, leur utilisation comme pierres de revêtement ne manque pas de surprendre. Quatre éléments ne présentent pas de caractéristiques notables car ils sont trop altérés.

Identification fonctionnelle

38La catégorie la plus fréquente comprend les revêtements destinés aux parois ou aux sols, soit 57 fragments. 16 éléments ne peuvent s’intégrer qu’à un décor mural. 3 petits fragments proviennent d’un décor à incrustation. Les restes d’éléments de soutien (fragments de bases, de pilastres...) sont au nombre de 4. Quatre éléments se réfèrent à des activités diverses (agricole ou domestique). Un fragment n’est pas identifiable (fig. 97, n° 4). Enfin, la petite taille de 7 éclats n’a permis de les intégrer à aucun de ces groupes.

Revêtement pariétal

39Il concerne tous les fragments qui viennent rythmer l’installation des revêtements sur les parois verticales.

Plinthes

40Il s’agit de bandes plates, au profil supérieur en segment de cercle, qui prennent place au bas d’un mur. Reconnues dans 11 fragments, leur épaisseur n’excède pas les 30 mm. Elles sont essentiellement en groupe Blanc 1, sauf un élément qui est en Blanc gris 3.

Plaquettes moulurées

41Les 2 éléments de ce type agrémentaient, par le jeu de leurs moulures saillantes et rentrantes, les encadrements d’ouverture (fig. 97, n° 1). Ils sont l’un en Blanc 1 et l’autre en Coloré 3.

Plaquettes lisses à trou de fixation

42Trois plaquettes lisses sont percées sur la tranche d’un trou de fixation qui les destinaient à recouvrir une paroi. Elles sont en Blanc gris 2, Coloré 2 et en roche sédimentaire.

Revêtement pour parois ou sols

Plaques et plaquettes lisses

  • 19 L’indication d’une épaisseur importante, par exemple plus de 5 cm, n’est pas un argument pour attri (...)

43Elles peuvent convenir aux parois comme aux sols. Les plaques ont une épaisseur de plus de 50 mm19. Cinq éléments sont concernés ici. L’un d’entre eux est orné d’un motif incisé sur une des parois. Les plaquettes ont moins de 50 mm d’épaisseur. Avec 57 éléments répertoriés (cf. annexe), ce sont les ornements les plus fréquents parmi le corpus décoratif du mobilier lapidaire. Trois fragments présentent des traces de mortier hydraulique sur une face. L’essentiel de ces plaquettes lisses a été façonné en marbre Blanc 1. Les plaques sont en différentes pierres. Avec des épaisseurs n’excédant pas 100 mm, les exemplaires en roches diverses ne présentent pas des dimensions qui permettent d’en déterminer la destination.

Crustae d’opus sectile

44Trois fragments proviennent du démontage d’opus sectile. Ce sont des éléments de petites dimensions, de formes géométriques déterminées (carré, rectangle, etc.) destinés à être encastrés dans les compositions de tableaux muraux ou en tapis dans les sols (crustae marmorae). Ils sont essentiellement en marbre coloré (porphyre rouge et Coloré 1).

97 - Mobilier lapidaire en marbre du bâtiment résidentiel (Champ Madame) : 1 : placage mouluré ; 3 : élément destiné à l’écoulement des eaux ; 5 : fragments de vasque à deversoir ; 2 et 4 : éléments indéterminés.

Éléments de soutien

45Seuls 3 fragments sont attribués à une fonction précise.

Pilastre

46L’objet n° 1054.2 est orné de cannelures au relief important qui l’identifient à un pilastre. Il constitue un reste de décor architectonique en Blanc 1.

Bases moulurées

47Deux fragments de bases sont soit en Blanc gris 1 ou en roche compacte grise (objets n° 1012.1 et n° 1164.4). Il s’agit de 2 bases circulaires. Un autre fragment présente une moulure latérale et une perforation ovalaire au centre (objet n° 2108.7) ; sa destination demeure incertaine.

Divers

48Il s’agit d’un élément destiné à l’écoulement des eaux (objet n° 2108.8 : fig. 97, n° 3), constitué d’une pièce carrée de 280 mm de côté, pourvue d’une perforation centrale de 100 mm de diamètre. Un côté est mouluré ; les autres sont lisses. Deux autres fragments jointifs constituent les restes d’une vasque avec protubérance et déversoir (objets n° 2108.5 et 2107. 1 : fig. 97, n° 5).

Technique

49Quelques traces laissées par les instruments lors de la taille et de la confection de l’objet complètent cette nomenclature en indiquant le degré de finition. Sur les tranches latérales ou sur les faces postérieures de 3 fragments (n° 2000-10, HS1 et H3), des trous ont été forés pour répondre aux opérations de fixation par crampons, tiges ou crochets de métal. Les traces épannelées sur l’envers de nombreux fragments indiquent l’intervention d’une scie lors de la découpe. La tranche de certains fragments présente parfois sur la partie inférieure les traces de ciseaux pointus. La partie supérieure de ces tranches est soigneusement poncée pour permettre un assemblage adéquat. Elles sont souvent taillées en biseau afin de permettre une meilleure adhérence au mortier.

Remarques

50La rareté du mobilier qui nous est parvenu indique l’ampleur des récupérations de matériaux qui se sont particulièrement acharnées sur le grand appareil. En effet, l’inventaire n’a décelé aucun reste de chapiteau, de colonne, d’entablement ou de base de support. L’autre cible visée fut la statuaire dont on imagine qu’elle devait largement agrémenter la résidence. L’ensemble ne fournit qu’un pâle reflet de la riche décoration qui dut habiller ce vaste bâtiment résidentiel, ce qui est typique des grandes constructions romaines (Pensabene et al. 1993 : 13-32). Reste la présence d’une centaine d’éléments qui ne sont qu’un lointain souvenir des riches lambris polychromes qui revêtaient les parois ou des tapis multicolores recouvrant les sols.

Le vaisselier céramique

Un mobilier très fragmenté et coupé de son contexte originel

51Les méthodes de fouille mises en œuvre dans les deux principaux secteurs de la villa de Champ Madame ont autorisé seulement un échantillonnage de la céramique au sein des diverses unités spatiales (cf. introduction, p. 11). Aussi le caractère très lacunaire des données mobilières dont nous disposons rend-il aléatoire une tentative d’analyse fonctionnelle des bâtiments. On ne saurait en effet se fier à des cartes de distribution du mobilier établies à partir de lots céramiques incomplets.

52La nature des couches stratigraphiques constitue également un obstacle important à l’identification des différents espaces. Les niveaux d’occupation et les structures fossoyées ayant livré des ensembles céramiques homogènes sont extrêmement rares, surtout dans le bâtiment résidentiel. De fait, la plupart des strates répertoriées dans l’ensemble de la villa correspondent à des niveaux de construction (remblais, recharges de sols), de démolition ou encore d’abandon. Or, ces contextes véhiculent systématiquement une grande quantité de mobilier résiduel dont l’origine exacte n’est pas déterminable. Il ressort de ce phénomène que les différentes catégories de céramiques se rencontrent dans des proportions équivalentes d’une pièce à l’autre et que, d’une manière générale, les lots ne présentent aucune particularité notable : il n’y a donc pas d’adéquation entre la céramique trouvée dans les pièces et la destination de ces dernières.

53À l’échelle des deux sites, du reste, on constate de fortes similitudes de faciès entre le mobilier de la pars urbana et celui de la pars rustica (tabl. IV). Beaucoup de catégories de production offrent des pourcentages presque identiques d’un site à l’autre. Certes, plusieurs groupes de céramique fine (parois fines, glaçure plombifère, type Mathonnière, type Beuvray, engobe blanc, terra nigra et grise fine) apparaissent en quantité légèrement supérieure dans la partie résidentielle de Champ Madame, mais cette caractéristique n’est pas en soi significative du statut du bâtiment, car le site a révélé proportionnellement plus de céramiques du Ier siècle que le secteur de Pourliat. Plus convaincantes pourraient être les variations observées dans les chiffres de la sigillée, de la céramique commune claire et des amphorettes à engobe rouge. Les sigillées semblent mieux représentées à Champ Madame, tandis que les deux productions à pâte grossière affichent des valeurs supérieures à Pourliat. Néanmoins, ces différences sont modestes, et elles restent d’autant plus fragiles que les volumes de mobilier traités sont faibles. De même, on peut se demander si ces disparités trahissent véritablement une réalité sociale ou si elles reflètent simplement la variabilité propre à tout site archéologique. Quoi qu’il en soit, si l’on considère séparément les mobiliers de Champ Madame et de Pourliat, il n’est rien dans leur spectre quantitatif qui nous permette de déterminer la nature exacte de l’occupation, tant ces lots paraissent conformes aux faciès reconnus sur les autres sites régionaux.

Tableau IV : répartition des catégories céramiques par sites.

54En résumé, la céramique de la villa de Beaumont nous donne l’image d’un mobilier fortement mélangé qui se trouve en position secondaire dans des espaces avec lesquels il n’a pas de lien direct. Ces remaniements d’époque gallo-romaine ont été encore aggravés par les nombreuses perturbations post-antiques dont ont souffert tous les corps de bâtiment.

Caractères généraux de la vaisselle céramique

55Les difficultés évoquées ci-dessus nous conduisent à présenter le faciès céramique de façon globale, indépendamment de son contexte architectural. Il ne s’agit cependant pas d’en effectuer ici l’analyse détaillée mais d’en exploiter les grandes lignes, afin de replacer l’établissement rural dans le paysage matériel et économique régional de l’époque.

La sigillée

56Les productions de Gaule centrale, issues principalement des ateliers de Lezoux, regroupent 411 tessons sur l’ensemble des deux sites, soit environ 82 % des importations de sigillée, toutes périodes confondues (tabl. VII). Si l’on s’attarde sur l’évolution de l’approvisionnement entre le début du Ier siècle et la fin du IVe siècle de notre ère, on constate toutefois que les relations commerciales avec ces officines ont connu d’importantes fluctuations (tabl. V). Afin de faciliter les comparaisons avec Lezoux, le découpage chronologique retenu ne s’organise pas selon un cadre très strict, mais s’appuie sur les phases technologiques mises en évidence dans ce centre de production (Bet, Fenet, Montineri 1989 : 38).

Tableau V : répartition des sigillées de Lezoux par périodes chronologiques et par sites (comptages en N.R.).

57Tandis que les sigillées de l’époque augusto-tibérienne (phase 2) sont bien représentées, notamment à Champ Madame, celles du milieu du Ier siècle (phase 3) sont en revanche beaucoup plus rares. Par la suite, les importations, qui connaissent une reprise dès la période flavienne (début phase 4), se développent rapidement dans la première moitié du IIe siècle (fin phase 4 et phase 5) pour atteindre leur apogée sous le règne des derniers Antonins et la dynastie sévérienne (phases 6 et 7). On sait, grâce à des études réalisées ces dernières années, que des sigillées techniquement attribuables à la phase 7 ont été encore acheminées vers les marchés, voire produites par les potiers durant les deuxième et troisième quarts du IIIe siècle (Delage 1998 : 298 ; Wittmann, Jouquand à paraître : 28-29) ; mais même si certains tessons de cette production tardive ont été assignés à la phase 7 « classique » lors du tri, le déséquilibre entre les quantités de céramiques des phases 7 et 8 est suffisamment prononcé pour traduire une chute significative des échanges avec les ateliers de Lezoux dans les années 230-280 (phase 8). La très longue période qui s’étend du dernier quart du IIIe à la fin du IVe siècle se caractérise quant à elle par un maintien, ou peut-être une légère recrudescence, des arrivages (phases 9 et 10).

58Visiblement, les mutations observées dans l’approvisionnement du site de Beaumont illustrent bien l’histoire économique des ateliers de Lezoux. La courbe des importations qui se dessine, tant sur le secteur de Pourliat que sur celui de Champ Madame, correspond en tout point aux périodes de développement et de récession qui ont marqué l’évolution du centre de production céramique.

59D’un point de vue typologique, la sigillée de Lezoux trouvée à Beaumont témoigne d’une grande diversité (tabl. VII).

60Sous le Haut-Empire, les formes les plus abondamment fabriquées par les potiers arvernes se retrouvent dans le vaisselier de la villa. On notera cependant que les assiettes Lez. 62 à 66 ainsi que les bols Lez. 28 (Drag. 27) et Lez. 44 (Drag. 46) font ici défaut. Cette absence est cependant toute relative, car l’état parfois très fragmentaire des pièces de vaisselle rend leur identification délicate. Rappelons que près de 20 % des tessons en sigillée de Lezoux n’ont pu faire l’objet d’une attribution quelconque. Il convient d’ajouter, par ailleurs, que certaines formes, dont la masse de production fut négligeable au sein des officines de Lezoux, sont représentées au moins par un exemplaire sur le secteur de Pourliat : c’est le cas des assiettes Lez. 47 et 49, du bol Lez. 48 et du gobelet Lez. 86. Il serait donc surprenant que des récipients aussi répandus que les types Lez. 28, 44 et 62-66 n’aient pas été utilisés sur ce domaine rural.

61Pour la période comprise entre 140 et 230 de notre ère, la coupe hémisphérique Drag. 37 à décor moulé rassemble à elle seule 41 % en N. R. des sigillées arvernes. Au vu des circonstances de l’intervention archéologique et des lacunes dans les assemblages céramiques, il serait dangereux d’affirmer que cette proportion très élevée soit un reflet fidèle de la réalité de l’époque. Par comparaison, dans les officines de l’Œuvre Grancher à Lezoux, la forme Drag. 37 atteint seulement 16 % du répertoire durant la même période (Wittmann 1991 : 23-24, tabl. 52). Mais cette valeur doit également être prise avec précaution. Les installations artisanales mises au jour sur ce site couvrent, il est vrai, une superficie des plus réduites à l’intérieur du groupe d’ateliers de la rue Saint-Taurin (Bet 1988), et l’on peut légitimement envisager que les volumes générés sur place ou dans le voisinage immédiat ne soient pas en accord avec la production globale de l’agglomération. Pourtant, malgré les incertitudes qui pèsent sur la précision des données quantitatives, celles-ci offrent, dans les deux cas, des ordres de grandeur sans commune mesure avec la fréquence des autres formes sigillées. Aussi, contrairement à l’idée selon laquelle les vases moulés auraient été des pièces de luxe peu accessibles, ne fait-il aucun doute que la coupe Drag. 37 a joué un rôle de premier plan dans la vie quotidienne aux IIe et IIIe siècles.

Tableau VI : répartition des formes sigillées de Lezoux au Bas-Empire (dernier quart IIIe-fin IVe s.) sur l’ensemble de la villa (comptages en N.R.).

62Parmi toutes les autres formes, l’assiette Drag. 31 (Lez. 54-56) et le bol Drag. 33 (Lez. 36) occupent une position honorable, puisque dans les années 140-230 ap. J.-C., elles réunissent respectivement 4 et 2,8 % des sigillées en N. R. Or, dans le mobilier de l’Œuvre Grancher, ces pièces sont assurément les formes lisses les plus abondantes du IIe siècle (Wittmann 1991 : 21-22, tabl. 50). Le mortier Drag. 45 (Lez. 100) et le gobelet Déch. 72 (Lez. 102), quant à eux, sont des types qui apparurent tardivement vers la fin du IIe siècle et connurent un remarquable essor au siècle suivant. À Beaumont, au tournant des IIe et IIIe siècles, ils constituent probablement déjà des éléments essentiels du mobilier domestique.

63Le répertoire du Bas-Empire conduit au même constat que pour la période précédente : hormis l’assiette Lez. 211 qui n’a livré apparemment aucun spécimen, les dix formes les plus emblématiques du IVe siècle sont présentes dans le corpus de la villa (tabl. VI). Si l’on met en parallèle nos données numériques avec celles obtenues à Lezoux sur les sites majeurs de production du Bas-Empire (Bet, Wittmann 1995 : 219, fig. 8), on observe toutefois que les formes se répartissent différemment à Beaumont. Le mortier Lez. 224 (Drag. 45) et la coupe Drag. 37 parviennent toujours en tête des fabrications, mais en revanche, le classement des autres formes apparaît entièrement bouleversé. De telles discordances ne prêtent pourtant pas à conséquence, car elles sont sans doute imputables au nombre très restreint des sigillées attribuables aux phases 9 et 10.

Tableau VII : répartition des formes sigillées par provenances et par sites.

64En ce qui concerne la sigillée de Gaule méridionale, la presque totalité des vestiges provient de La Graufesenque ou de ses ateliers satellites. Les sigillées du groupe de Montans semblent inconnues sur le site. Cette absence ne saurait d’ailleurs étonner, car les découvertes de productions montanaises sont exceptionnelles sur l’ensemble du territoire arverne. Le bassin de la Garonne ayant été le principal vecteur de diffusion de ces céramiques, le Massif central est en effet resté en marge de l’aire d’influence des potiers tarnais tout au long du Ier siècle de notre ère.

65Dans le domaine de la sigillée de La Graufesenque, les importations relèvent majoritairement de types ou de variantes dont la création se situe vers les années 40 de notre ère. On ne dénombre aucun spécimen d’époque tibérienne, comme par exemple, les assiettes Drag. 17a et Drag. 19, ou encore les bols Ritt. 5 et Drag. 27a (Passelac, Vernhet 1993). Au cours de cette période, l’approvisionnement du site en vaisselle sigillée a donc été assuré par des ateliers lézoviens qui, nous l’avons vu, étaient déjà très actifs (tabl. V). Au demeurant, ce phénomène n’est pas un cas isolé, puisqu’il a été mis en lumière sur bon nombre de sites du bassin clermontois. Cette situation démontre clairement que dans les premières décennies de notre ère, les officines de Lezoux ont réussi à exercer un quasi-monopole sur le marché régional. À partir du règne de Claude, la tendance s’inverse radicalement. Dans toute la cité arverne, les potiers de La Graufesenque imposent leur marchandise de meilleure qualité, et resteront maîtres des échanges jusqu’à la fin du Ier siècle. À Beaumont, entre les années 40 et 110 de notre ère, leurs fabrications représentent à elles seules 80,5 % (en N.R.) des importations de sigillée.

66La sigillée d’Argonne du Bas-Empire a révélé, pour sa part, deux tessons non identifiés. Bien que les trouvailles de ce genre soient régulièrement mentionnées dans les contextes régionaux de l’Antiquité tardive, il est certain que ces productions ont été confrontées, au moins pendant tout le IVe siècle, à une forte concurrence des sigillées de Lezoux.

67On notera enfin avec intérêt la mise au jour de deux tessons de sigillée africaine. Deux autres opérations menées récemment à Clermont-Ferrand en ont fourni quelques échantillons. Étant donné la proximité des ateliers de la vallée de l’Allier, la présence de cette céramique d’importation méditerranéenne ne peut avoir qu’une valeur anecdotique en termes quantitatifs. Cependant, il est possible que cette production ait été ignorée par le passé uniquement en raison d’une méconnaissance des critères d’identification.

Les autres céramiques fines

68Outre la sigillée, de nombreuses autres catégories de vaisselle fine sont parvenues sur le site de Beaumont (tabl. IV). Durant la première moitié du Ier siècle de notre ère, des gobelets de « type Beuvray » ont été employés pour le service de la boisson. Généralement ornés de guillochis ou de motifs imprimés à la molette, ces récipients portent un engobe, dont la teinte externe brun-gris est due à un enfumage en fin de cuisson ; seule la surface interne et la paroi extérieure du pied, protégées de l’atmosphère réductrice par l’empilement des vases, ont gardé une coloration rouge. Les vestiges de cette production sont néanmoins assez rares, et l’atelier dont ils sont issus n’est pas rigoureusement identifié. Les céramiques dites « Mathonnière » paraissent en revanche plus fréquentes. Par leur forme et leur décoration, ces vases ovoïdes s’apparentent directement aux récipients de « type Beuvray », mais à la différence de ceux-ci, ils ne comportent aucun engobe et sont parfois pourvus de deux anses verticales. Actuellement, la fabrication de cette céramique est attestée, non seulement à Lezoux (Mathonnière-Plicque, Grenier 1961), mais aussi dans les officines des Martres-de-Veyre (Romeuf 2001 : 161, pl. 145, n° 7-9).

69Au cours du Ier siècle de notre ère arrivent aussi d’autres productions. La céramique à glaçure plombifère, par exemple, est illustrée par un fragment de skyphos découvert sur le secteur de Champ Madame. Il s’agit là vraisemblablement d’une importation de Lezoux ou de l’un des multiples ateliers du nord de la Limagne qui ont diffusé cette vaisselle de luxe. La terra nigra et la céramique grise fine se manifestent dans des proportions nettement supérieures. Le répertoire de ces catégories cuites en mode B est dominé par des formes basses, telles que les assiettes, les bols et les coupes ; on y reconnaît notamment les types Menez 47, 57 et 58. En revanche, les céramiques à engobe blanc se composent exclusivement de formes hautes. Bien que l’on note la présence de quelques tessons appartenant à des pots et des amphorettes, la majeure partie des vestiges émane de cruches. La fragmentation élevée de ces récipients particulièrement fragiles ne permet toutefois pas d’en déterminer avec précision les types. Seuls quelques profils de lèvres laissent supposer que l’importation de ces vases ne s’est pas limitée au Ier siècle, mais qu’elle a perduré au moins dans la première moitié du siècle suivant. De son côté, la céramique à vernis rouge pompéien compte seulement quatre tessons sur l’ensemble du site. Uniquement constituée de plats à cuire hérités de modèles italiques, cette vaisselle a connu une longévité encore plus étendue que les cruches à engobe blanc, puisque sa fabrication s’est maintenue régionalement aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C.

70Tandis que sur les sites de consommation clermontois, les céramiques à parois fines lyonnaises sont couramment utilisées vers le milieu du Ier siècle, aucune découverte de telles importations n’est à signaler à Beaumont. À partir du règne de Néron ou de Vespasien, commencent à apparaître les vases à parois fines des ateliers de Gaule centrale. La forme la plus abondante est un gobelet ovoïde à lèvre déversée et fond ombiliqué, de type Lez. 331 (Bet Gras 1999). Les décors que portent ces exemplaires consistent le plus souvent en bandeaux guillochés ou en motifs dits en épingles à cheveux réalisés à la barbotine. Sur les secteurs de Champ Madame et Pourliat, furent également retrouvés de minuscules fragments provenant d’un bol, d’un couvercle et d’un gobelet ansé Déch. 72 à reliefs d’applique.

71Pendant le IIIe siècle, des céramiques métallescentes furent employées pour le service de la table, en plus des traditionnelles sigillées. D’après leurs caractères techniques et typologiques, les quelques tessons recueillis semblent pour la plupart attribuables aux officines du centre de la Gaule. Les rares éléments reconnaissables se rapportent aux formes de bol hémisphérique Lez. 303 et 304, ainsi qu’au gobelet piriforme Lez. 310 (Bet Gras 1999). Les productions de l’Est, et spécialement de Trèves, n’ont pu faire l’objet d’une identification certaine.

  • 20 Groupes atlantique, languedocien et provençal.

72Au cours de l’Antiquité tardive, loin de perdre tout contact avec les réseaux commerciaux, les derniers occupants de la villa réalisent encore des achats de céramiques fines auprès d’ateliers parfois fort éloignés. C’est en effet ce que suggère la découverte de trois tessons de dérivées-de-sigillées paléochrétiennes orangées à Pourliat. Deux d’entre eux se rattachent à une assiette de type Rigoir 8, dont la silhouette évoque manifestement les productions du groupe languedocien (fig. 47, n° 44). Bien que des sites de Clermont-Ferrand et de Tourzel-Ronzières (Puy-de-Dôme) aient été alimentés par des importations du groupe provençal (Rigoir 1968 : 212), plusieurs pièces de vaisselle languedociennes ont été décelées depuis quelques années dans la région. Sur la villa de Maréchal à Romagnat, distante seulement d’environ 3 km, un plat Rigoir 1 originaire de ce groupe d’ateliers fut d’ailleurs abandonné au Ve siècle dans un bassin maçonné (Liégard Fourvel 2000b : 31-32 et fig. 34). À Beaumont, on ajoutera que la fouille menée dans le secteur des Foisses a permis de dégager un bol caréné à pâte et surface grises, dont le marli horizontal est orné de rouelles estampées (Loison 1994 : 30). Ce récipient de provenance indéterminée rappelle assez peu les D.S.P. des trois grandes aires géographiques de production20 et pourrait n’être qu’une imitation régionale, comme on en connaît dans les officines de Lezoux.

Les céramiques semi-fines et grossières

73Sur les deux principaux secteurs de fouille, la céramique commune claire regroupe à peu près la moitié des tessons inventoriés (tabl. IV). Une telle primauté s’explique par le fait que cette catégorie offrait un large éventail de formes permettant de répondre à tous les besoins de la vie domestique : préparation, cuisson, présentation, transport et stockage des denrées alimentaires.

74Pour la période du Haut-Empire, on remarque néanmoins que les formes basses et hautes se répartissent très inégalement, les premières se révélant nettement minoritaires par rapport aux secondes (tabl. VIII). À Champ Madame comme à Pourliat, les formes basses représentent à peine 10 % des céramiques communes claires en N.R. ; inversement, les formes hautes se hissent jusqu’à 30 % dans la partie résidentielle et 67 % dans la zone agricole. Ces chiffres n’ont évidemment qu’une valeur indicative, car la classification d’un grand nombre de tessons n’a pu être établie. De même, dans un système de comptages en nombre de restes, la proportion des formes hautes est nécessairement amplifiée par leur taux de fragmentation beaucoup plus élevé. Pourtant, ces données semblent cohérentes avec des comptages en N.M.I. effectués sur plusieurs sites d’habitat de la capitale arverne, et qui tendent à prouver que les récipients à col fermé étaient amplement répandus au sein des céramiques communes claires. À Beaumont, les cruches s’imposent comme une forme majeure de ce répertoire, bien avant les pots à cuire et les pots de stockage. Contrairement à ces vases sans anses qui ont généralement été façonnés avec une argile grossière, les cruches comportent souvent une pâte mieux épurée, à dégraissants semi-fins, et dont la surface a été soigneusement lissée, voire polie. Dans le domaine des formes basses, ces aspects techniques s’observent occasionnellement sur quelques types, en particulier les coupes hémisphériques à bourrelet médian, qui font pendant au type Drag. 44 (Lez. 89) en sigillée. D’un point de vue quantitatif, les coupes et les marmites tripodes se positionnent en tête des formes ouvertes, tandis que les couvercles et les mortiers apparaissent de manière extrêmement marginale.

Tableau VIII : répartition des formes en céramique commune claire durant le Haut-Empire.

75Au cours des trois premiers siècles de notre ère, le mobilier du site de Beaumont laisse peu de place aux céramiques communes grises. Leur corpus est assez varié, mais un examen morphologique approfondi montre que ces récipients ne se distinguent guère des spécimens ayant subi une cuisson en mode A. La similitude, du reste, fait soupçonner que certains fragments, notamment ceux issus de vases à cuire, pourraient provenir de céramiques claires lentement noircies sur des foyers de cuisine.

76Les productions à couverte micacée, dont les pourcentages sont assez comparables à ceux des céramiques grises, témoignent aussi d’une grande diversité de formes ; dans cette catégorie se rencontrent des coupes, des marmites tripodes, des pots, des pichets et des cruches. Des exemplaires de chaque genre peuvent quelquefois présenter une pâte semi-fine et un traitement de surface de bonne qualité.

77La céramique à engobe rouge se compose prioritairement d’amphorettes, dont le profil se caractérise par un fond plat ou légèrement creusé, une panse globulaire à moulures multiples et un marli de grandes dimensions en forme d’entonnoir (fig. 39, n° 26). Les anses plates, habituellement traversées par une rainure verticale, se prolongent souvent par de fins boudins d’argile courant de chaque côté sur le col et l’épaule. La pâte, chargée d’un gros dégraissant quartzeux, n’est jamais entièrement réoxydée, car ses franges de couleur brun clair ou marron encadrent une âme grise. Quant aux parois extérieures, elles sont revêtues d’un engobe rouge, parfois légèrement orangé ; appliqué rapidement et sans précaution, il laisse entrevoir la surface de la pâte en de nombreux endroits. Ce type de conteneur, dont la capacité peut varier au moins de 14 à 36 litres (Delage 2002 : 16-18), a probablement servi à conserver, mais aussi à transporter des comestibles. Sa diffusion concerne en effet un vaste territoire correspondant à l’ensemble du bassin ligérien. Si sa fabrication dans la vallée de l’Allier ne fait aucun doute, des fouilles exécutées ces dernières années ont mis en évidence un atelier de production à Rezé, dans l’estuaire de la Loire (Pirault Huet 2001 : 157-158). À Beaumont, toutefois, ces amphorettes ont assurément une origine régionale. On ne manquera pas de souligner, par ailleurs, que le pourcentage de ces récipients équivaut très exactement à celui des amphores d’importation traditionnelles (tabl. IV p. 233).

78Malgré l’omniprésence des amphorettes, le groupe des céramiques à engobe rouge ne se résume pas à cette forme. Certaines cruches et marmites tripodes sont également à ranger dans cette catégorie, en vertu de leur identité technique. Attestées au cours des IIe et IIIe siècles, de telles pièces de vaisselle n’ont cependant qu’un impact très faible sur le plan quantitatif.

79Sous le Bas-Empire, le faciès matériel se transforme radicalement. Les récipients cuits en mode B semblent peu à peu remplacer les céramiques communes claires. Aussi, l’indigence numérique de ces dernières ne peut rendre compte de la fréquence des différentes formes que l’on y observe. Tout au plus pouvons-nous citer quelques fragments de pots, de cruches, de mortiers, de marmites tripodes et de coupes dérivées du type Walt. 81 en sigillée.

80Les productions à post-cuisson réductrice ont une pâte grise ou blanchâtre, dont la composition s’avère plus ou moins grossière. Les surfaces, offrant toutes les nuances de gris, affectent des reflets luisants, sinon brillants, dus à un polissage soigné. Ce dernier peut prendre l’aspect de simples bandes décoratives horizontales, mais il peut aussi couvrir une partie spécifique du vase, ou encore l’intégralité de sa paroi. Sur le site de la villa de Beaumont, on peut évaluer que durant les IVe et Ve siècles, plus de la moitié du mobilier consistait en céramiques communes grises polies. Dans cette catégorie, les proportions de formes hautes et basses semblent à peu près équivalentes. Aux fragments de pots, de cruches et de marmites tripodes sont associés plusieurs tessons de formes empruntées au répertoire de la sigillée tardive, comme par exemple, les coupes Lez. 219, 220 et 221 (Bet, Wittmann 1995).

81À Champ Madame fut aussi découvert un fragment de vase cuit en mode B, dont les surfaces sont fortement granuleuses. Leur texture singulière est due à la présence massive de quartz grossiers et calibrés à l’intérieur de la pâte. La fabrication de cette céramique commune, dite rugueuse, s’est apparemment peu développée en territoire arverne, mais a connu une grande faveur dans les régions plus septentrionales (Barat 1993 : 171 ; Giganon 1994 : 197).

82Peu avant l’abandon de la villa, les occupants importent encore des récipients à engobe brossé ocre. Il s’agit de céramiques à pâte claire (mode A), dont les parois ont été enduites, non par trempage dans un bain d’argile, mais par badigeonnage manuel à l’aide d’une brosse ou d’un chiffon. Bien que des ateliers de potiers situés dans le bassin moyen de la Loire aient pratiqué ce type de production (Chambon, Rouquet 1999 ; Wittmann à paraître), les officines du groupe de la rue Saint-Taurin à Lezoux sont vraisemblablement à l’origine de sa propagation en Auvergne (Vertet, Picon, Meille 1969-70 : 135). À Beaumont, cette catégorie livre peu de restes, mais deux fragments de marmites tripodes sont néanmoins à signaler.

83La céramique peinte tardive, enfin, peut se répartir en deux sous-groupes d’inégale importance : le premier contient essentiellement des cruches à engobe blanc ou crème, sur lequel prennent place des motifs géométriques ou figurés de teinte ocre à lie-de-vin ; le second rassemble des jattes à décor interne blanchâtre sur fond rouge.

84Parmi les tessons de cruches récoltés à Pourliat, quelques-uns se rattachent à une forme de petites dimensions, dotée d’un col cylindrique et d’une panse biconique dont la carène est flanquée d’une large collerette. Cette production, qui peut être ornée de symboles paléochrétiens (colombes affrontées et chrismes), est bien connue à Lezoux aux IVe-Ve siècles (Fournier, Hatt 1942). En outre, le comblement supérieur de la fosse 1053 a révélé un col de cruche à deux anses (fig. 47, n° 45), dont la forme en bobine rappelle certains spécimens déposés dans des structures du IVe siècle à Chartres (Sellès 2001 : 216, n° 3705), Etréchy dans le Cher (Ferdière 1974 : pl. II, n° 2) et Pithiviers-le-Vieil dans le Loiret (Cribellier 1993 : fig. 18, n° 5, et fig. 32, n° 3).

85Le groupe des jattes à engobe rouge et décor blanc ne compte que deux tessons. Leur rareté s’explique par une production extrêmement limitée. L’un des exemplaires inventoriés à Lezoux porte sur sa paroi interne, à l’instar des cruches à motifs religieux, une représentation du monogramme constantinien (Fournier, Mourlevat, Vertet 1974 : fig. 1).

Conclusions

86La céramique du site de Champ Madame s’inscrit dans un faciès dont l’extension géographique correspond grosso modo aux Limagnes d’Auvergne. Plus précisément, ce mobilier peut être directement rapproché, par ses aspects à la fois techniques et typologiques, des productions que l’on rencontre habituellement dans les niveaux gallo-romains de Clermont-Ferrand et des sites implantés aux alentours.

87Comme nous avons pu le constater, l’approvisionnement en vaisselle fine, notamment en sigillée, en céramique métallescente et à parois fines, dépend pour une très large part de centres de production régionaux, tels que Lezoux et Les Martres-de-Veyre. La proximité de ces officines et leur énorme capacité de diffusion les imposent naturellement comme des fournisseurs privilégiés durant quatre siècles. Dans le domaine de la sigillée, par exemple, les céramiques de Lezoux et des autres ateliers de Gaule centrale demeurent presque sans concurrence tout au long de cette période. Seuls les potiers de La Graufesenque parviennent à contrôler l’ensemble du marché régional dans la seconde moitié du Ier siècle, sans que l’on sache avec certitude si un tel monopole a provoqué la récession des ateliers de Lezoux ou s’il n’en est que l’aboutissement.

88En ce qui concerne les autres catégories de production, en particulier les céramiques communes, la terra nigra et les céramiques à engobe blanc, on ne peut manquer d’évoquer la possibilité d’un acheminement à partir des ateliers de Gaule centrale déjà connus, dans la mesure où ceux-ci ont développé, à côté des récipients en sigillée, une gamme variée de productions. Quelques découvertes anciennes laissent pourtant imaginer l’existence d’officines de potiers à la périphérie d’Augustonemetum (Sauget, Pin 1992 : 74). On pourrait donc envisager qu’une partie des masses considérables de céramiques communes claires dénombrées, aussi bien à Champ Madame que sur les autres sites des environs, provienne de ces ateliers suburbains ou d’autres centres encore non localisés, éventuellement liés à des domaines ruraux. Pour l’heure, la question reste posée, car les problématiques sur ce type de mobilier n’en sont qu’à leurs débuts.

89À cet égard, et malgré son état très lacunaire, le lot céramique de Beaumont apporte de précieux renseignements sur ces catégories de vaisselle qui ont trop souvent été délaissées, dans les études régionales, au profit des sigillées, des céramiques métallescentes, des vases à parois fines et à glaçure plombifère. Quelques ensembles homogènes datés des années 180-250 permettent en effet d’alimenter une recherche actuellement en cours sur la chrono-typologie de ces productions. Le fait que celles-ci soient toujours associées, sur les sites auvergnats, à une grande quantité de sigillées bien datables devrait en effet permettre de retracer précisément l’évolution du corpus, dans l’optique de redonner à ces céramiques toute leur place, non seulement en tant que marqueur chronologique, mais aussi en tant que témoignage fondamental des usages domestiques.

Les amphores

90Les fouilles du bâtiment résidentiel et du secteur nord-est de la villa ont livré des restes d’amphores d’importation très fragmentaires ; en outre, les 212 fragments issus de Champ Madame et les 198 fragments de Pourliat sont pour une large part constitués de panses se rapportant à un seul individu. En ce qui concerne le bâtiment résidentiel (Champ Madame), il faut souligner que le taux important d’amphores non identifiées est dû au fait qu’il s’agit pour une part d’objets concassés destinés à être incorporés dans des sols de terrazzo. S’il est possible, dans certains cas, de déterminer l’origine des conteneurs à partir du seul examen macroscopique de la pâte, il reste difficile d’identifier un type à partir d’une simple panse. De plus, la faiblesse quantitative ne permet pas d’argumenter à partir de la fréquence de représentation des diverses productions et donc de raisonner sur l’approvisionnement du site. Cependant, nous verrons que la détermination de l’origine d’une partie des amphores et de quelques types apporte quelques informations intéressantes sur le mode de consommation des habitants de la villa.

Champ Madame (tabl. IX)

91Dès l’état 1, la péninsule ibérique, et plus précisément la province de Bétique, est le principal fournisseur en huile d’olive, transportée dans des amphores Dressel 20. Le seul bord recueilli est un modèle en bourrelet étiré que l’on rencontre à partir de l’époque flavienne (Martin-Kilcher 1987). Quelques panses appartiennent à d’autres conteneurs originaires de la péninsule ibérique, mais les types, et donc le contenu, n’ont pas été identifiés.

92Le vin des vignobles de Gaule Narbonnaise est représenté dès l’état 1 par le type G5 originaire de Provence, qui circule de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère au IIe siècle (Laubenheimer 1985). Les types G2 ou G3, également fabriqués en Provence à partir de la fin du Ier siècle av. notre ère, sont attestés sur le site mais dans des niveaux non stratifiés. Le vin est également importé du Languedoc dans des amphores G4 à partir de l’époque flavienne et durant les IIe et IIIe siècles Le modèle découvert dans les niveaux d’abandon de la villa correspond à l’évolution de la forme à partir du IIe siècle, soit un profil général en toupie assorti d’un col court et d’un fond très étroit (Dangréaux Desbat 1987, 1988).

Tableau IX : répartition des amphores par provenances et par phases chronologiques sur le site de Champ Madame.

93Quelques fragments d’amphore italique ont été repérés ; il pourrait s’agir d’amphores à vin de type Dressel 2/4 qui circulent depuis la fin du Ier siècle av. notre ère (Tchernia 1986) et qui sont encore attestées dans les niveaux du IIIe siècle à Lyon par exemple (Arlaud et al. 2000 : 93).

94Les amphores de Méditerranée orientale sont présentes dès l’état 1 avec des types indéterminés. Le seul fragment identifié provient des niveaux d’abandon : il s’agit d’une amphore présentant une pâte dure, épaisse, de couleur marron et des cannelures sur la panse. Ce type appelé Late Roman 4 et originaire de Gaza en Palestine apparaît en Gaule à la fin du IVe siècle et perdure jusqu’au VIIe siècle (Pieri 1998 : fig. 94). Des traces d’huile ont été détectées dans un exemplaire et des traces de poissons dans d’autres ; il faut donc admettre que les amphores LR4 aient pu transporter diverses denrées (Bonifay Villedieu 1989).

95Un fragment d’amphore africaine apparaît dans les niveaux d’abandon. À Lyon, l’huile et le vin africains n’arrivent guère avant le milieu du IIe siècle (Villedieu 1990 : 156) ; on ne sait rien de leur apparition en pays arverne.

Pourliat (tabl. X)

96Les niveaux datés de la période laténienne ont livré des fragments d’amphores à vin italique d’époque républicaine ; le seul bord recueilli présente une lèvre courte de profil triangulaire qui l’apparente soit aux amphores de type gréco-italique, soit à certains exemplaires de type Dr. 1A (Tchernia 1986 ; Loughton 2000 a et b). On retrouve quelques fragments d’amphores italiques résiduelles dans les niveaux d’abandon.

Tableau X : répartition des amphores par provenances et par phases chronologiques sur le site de Pourliat.

97Les amphores hispaniques sont présentes dans les niveaux immédiatement antérieurs aux structures avec le type Dressel 20 et une panse de Pascual 1 ; cette amphore à vin originaire de Tarraconaise (Espagne du Nord) circule durant toute la période augustéenne (Panella 2001 : 200). Enfin, dans l’état 3 apparaît un bord apparenté au type Dressel 23 qui constitue l’évolution du type Dressel 20 à partir du milieu du IIIe de notre ère (op. cit. : 204). Il faut souligner que la pâte du vase recueilli à Pourliat diffère des critères habituels, avec une couleur beige rosé et de nombreuses fines particules de micas ; si sa forme évoque le type Dressel 23, nous ne pouvons pas en assurer l’origine hispanique.

98Les restes d’amphores vinaires gauloises sont relativement bien représentés à Pourliat, mais seuls deux amphores de type G4 ont été identifiées.

99Un unique fragment de panse d’une amphore indéterminée de Méditerranée orientale a été repéré. Quant aux conteneurs africains, une panse apparaît dans un niveau d’abandon et quelques autres dans des niveaux non phasés ; aucune forme n’a été recueillie.

Conclusion

100Si l’on réunit les restes d’amphores d’importation découverts sur les deux secteurs de la villa, on obtient 410 fragments, dont 44 % d’indéterminés. L’importance des indéterminés est due à la difficulté à attribuer une origine à de minuscules fragments de panse, de simples éclats pour certains. Les niveaux phasés n’ont livré aucune amphore bien représentée ; seule une couche non stratifiée (us 1019), à Pourliat, contenait le col et le fond d’une amphore Gauloise 4 et le col d’une amphore Dressel 20.

101Cet aperçu des restes d’amphores découverts dans l’établissement de Champ Madame est bien décevant, mais est-il significatif ? Il faut rappeler que le reste du mobilier céramique est également peu abondant, particulièrement dans le bâtiment résidentiel qui a subi d’importantes spoliations. Si l’on compare les quantités de fragments à celles que l’on trouve sur le même type de villa spoliée et très arasée à l’extrême nord de la Narbonnaise dans l’Ain, on constate que les quantités à Beaumont sont inférieures de moitié, avec plus de 1000 fragments à Beynost, sur la villa de Grandes Terres (Motte et al. 2000). Bien qu’il faille se garder de voir dans ces résultats une image fidèle de l’approvisionnement de la villa en denrées à moyenne et longue distance, la faible fréquence des amphores est peut-être à mettre sur le compte d’un approvisionnement plus centré sur des produits régionaux ; elle pourrait aussi suggérer, pour le vin en particulier, des arrivages en tonneau ou dans d’autres conteneurs. Lorsqu’on connaît la place importante tenue par les amphores vinaires républicaines durant la période laténienne en Auvergne (Loughton 2000a), on peut être à juste titre étonné de la rareté des amphores vinaires du Haut-Empire. Enfin, il faut rappeler la place tenue par les conteneurs à engobe rouge, appelés aussi « amphores régionales », que l’on trouve en quantité sur les sites antiques d’Auvergne. Ces vases dont on ne connaît pas le contenu sont particulièrement nombreux dans l’Allier.

102Avec le vin de Gaule Narbonnaise (G5, G2, G3, G4), puis l’huile (Dressel 20 et 23) et le vin (Pascual 1) de la péninsule ibérique et quelques fragments d’amphores de Méditerranée orientale, dont une amphore de l’Antiquité tardive Late Roman 4 et quelques amphores africaines indéterminées, le faible échantillon d’amphores de la villa de Champ Madame témoigne pour la période impériale d’un arrivage, probablement en très faible quantité, de produits provenant de l’ensemble des provinces méditerranéennes de l’Empire.

Le petit mobilier

  • 21 La fouille de Champ Madame a livré 2 monnaies illisibles. Parmi les 13 monnaies découvertes à Pourl (...)

103Les fouilles de Champ Madame et de Pourliat ont livré, outre les mobiliers qui viennent d’être présentés, un total de 29 objets ou fragments d’objets en fer (sans compter les clous), 42 objets en alliage cuivreux (dont 15 monnaies21), 9 objets en os et 6 objets en pierre (à l’exclusion du mobilier lapidaire étudié supra). De cet ensemble assez pauvre, seules les pièces les plus significatives sont présentées ici.

Méthodologie appliquée à l’étude du petit mobilier métallique

  • 22 Les radiographies ont été réalisées par le Laboratoire de restauration de la ville de Vienne, Isère (...)

104Les objets métalliques étudiés n’ont pas été restaurés, mais la plupart ont fait l’objet de radiographies22. Les dessins d’objets réalisés à partir de radiographies doivent être considérés comme des interprétations de ces dernières ; par conséquent, les conventions habituelles appliquées au dessin des objets métalliques n’ont pas lieu d’être. Le dessin des pièces en fer complexes, comme les éléments de gril, de pentures et de ferrures de porte retrouvés à Pourliat, est complété par une projection en perspective cavalière, pas nécessairement à la même échelle que le dessin initial, qui permet de mieux se représenter l’aspect initial des objets (Guillaumet 2003 : 67).

Le dépôt d’objets métalliques de la pièce P12 à Pourliat (fig. 98)

105La couche d’occupation de la pièce P12 (us 1058), dans le secteur nord-est de la villa, a livré un ensemble d’objets en fer, dont certains de grandes dimensions (cf. supra). 16 objets au total, pour la plupart fragmentés, ont été recueillis pour une masse totale de plus de 7,7 kg. Certains d’entre eux sont agglomérés entre eux ou à des pierres, ce qui ne permet pas toujours d’estimer précisément leur poids. Ces objets ont été déposés sur le sol de la pièce P12 en deux groupes. Le premier groupe comprend les objets longs n° 1 à 6 qui ont été soigneusement entreposés le long du mur nord. Le second groupe correspond aux objets n° 7 à 13, plus petits et plus massifs. Contrairement aux objets du premier groupe, le relevé de la position des objets n° 7 à 13 suggère que ces derniers ont été déposés en vrac, sans aucune volonté de gérer l’espace restreint de cette « pièce ». Il est toutefois difficile d’affirmer si le dépôt des objets a été effectué en deux temps, à plusieurs jours, voire à plusieurs semaines d’intervalle. Il se rattache à la dernière phase d’occupation du site qui couvre globalement les IIIe et IVe siècle (cf. supra).

98 - Pourliat, dépôt d’objets en fer de la pièce P12.

Objet n° 1 (fig. 99)

106Penture de porte complète mesurant 55 cm de long et 35 et 40 mm de large pour un poids de 1380 g. Initialement, cette pièce massive était fixée à l’extrémité basse d’une porte autour d’un gond. La longueur de la penture, une fois en place sur la porte (environ 26 cm), implique que cette dernière était munie d’une planche de traverse sur toute sa largeur de façon à maintenir les planches constituant le panneau à moins que la porte ait été constituée d’une seule planche de grande dimension, ce qui semble peu probable. On connaît par ailleurs des pentures bien conservées comme notamment un exemplaire à Vertault (Côte-d’Or). Ce dernier appartient cependant à un système un peu différent (Guillaumet 2003 : 137). Il est intéressant de noter que cette penture semble avoir été tordue après qu’elle ait été enlevée de la porte ; les clous qui la maintenaient sur la porte ont été retirés.

99 - Mobilier en fer trouvé dans la pièce P12 à Pourliat (objets n° 1, 2bis, 4, 8, 9, 11) : 1 : penture de porte ; 2bis, 4 et 11 : ferrures de portes ; 8 : fragment de penture de porte ; 9 : gond à pointe.

Objets n° 2 et 3 (fig. 100)

107Ces deux pièces jointives, d’une longueur totale de 50 cm, appartiennent au même objet. Il s’agit d’un fragment de gril en fer (une portion du montant et un pied), déposé alors qu’il était déjà brisé. Le pied est de forme trapézoïdale et le tronçon de montant (320 g) conserve quatre mortaises. Il est fort probable que, contrairement à la restitution proposée, ce gril ait été muni de mortaises supplémentaires et qu’il comportait plus de quatre barres transversales. Il est intéressant de noter que, comme l’objet précédent, cette pièce a été tordue intentionnellement avant d’être déposée.

Objet n° 2 bis (fig. 99)

108Tronçon de ferrure de forte section dont le poids exact n’est pas connu. Elle est plus épaisse dans la moitié située du côté de l’extrémité de la barre (section rectangulaire de 7 à 30 mm) et de plus faible épaisseur dans l’autre moitié de la pièce (4 à 30 mm). Cette ferrure comporte, près de l’extrémité brisée, un trou circulaire destiné à la maintenir sur une pièce de bois (une porte, par exemple) ; le bout de la barre comporte deux petits trous supplémentaires de forme rectangulaire.

Objet n° 4 (fig. 99)

109Ferrure brisée en trois parties, pesant un minimum de 400 g. Cette pièce, de section rectangulaire, est conservée sur près de 60 cm. La partie plane est percée de deux trous de forme rectangulaire qui devaient permettre de fixer la ferrure sur une pièce de bois ; l’extrémité conservée se présente sous la forme d’une petite patte, placée transversalement à l’axe de la barre, et percée en son centre d’un trou circulaire qui devait recevoir un clou pour fixer la ferrure dans l’épaisseur de la pièce de bois.

Objet n° 5 (fig. 100)

110Longue tige (près de 1,20 m) de section quadrangulaire (13 mm/10 mm), munie aux deux extrémités de pattes formées dans la masse de la tige, pesant 980 g. Ces pattes sont percées d’un petit trou de 5 mm de diamètre. Nous ne savons pas quelle était la fonction de cet objet.

Objet n° 6 (fig. 100)

111Tronçon d’une autre tige de section quadrangulaire (15 mm/8 mm) de 0,90 m de longueur pour un poids minimum de 340 g. En l’absence d’identification, nous nous bornerons à souligner sa parenté avec l’objet précédent.

Objet n° 7 (fig. 100)

112Cerclage constitué d’une bande de fer de section rectangulaire, de 4 mm d’épaisseur et 42 mm de largeur, dont la fonction précise reste inconnue.

Objet n° 8 (fig. 99)

113Fragment de penture (290 g) dont les extrémités sont brisées. Cette pièce se distingue du modèle de penture présenté plus haut (objet n° 1) et des autres modèles d’époque romaine par son schéma de construction. En effet, le nœud (la partie circulaire qui s’encastrait sur un gond) a été réalisé par percement à chaud alors que la plupart des pentures antiques répertoriées comportent un nœud forgé par déformation (Guillaumet 2003 : 136).

Objet n° 9 (fig. 99)

114Gond dit « à pointe » dont la tête mesure 18 mm de diamètre. Cette pièce massive (600 g) peut convenir pour recevoir le fragment de penture précédent.

Objet n° 10 (fig. 100)

115Barre de section quadrangulaire (200 g) initialement recourbée à 90° à ses deux extrémités. Ces dernières sont munies d’une petite patte, décentrée, formée dans la masse du métal et percée d’un trou de 5 mm de diamètre, probablement destiné à recevoir un clou pour les fixer sur un montant en bois. Il s’agit probablement d’une poignée.

100 - Mobilier en fer trouvé dans la pièce P12 à Pourliat, (objets n° 2, 3, 5, 6, 7, 10, 10bis, 10 ter, 11 bis, 12, 13) : 2, 3 et 10 bis : élément de gril ; 5 et 6 : tiges indéterminées ; 7 : cerclage ; 10 : poignée ; 10 ter : barre indéterminée ; 11 bis : fragment de lame de faux ; 12 : ciseau à pierre ? ; 13 : coin à bois ?

Objet n° 10bis (fig. 100)

116Fragment de barre mesurant 40 cm de long pour un poids de 550 g. Sa section est rectangulaire (7 à 20 mm/7 à 18 mm) dans la plus grande partie de la pièce, et carrée à l’extrémité conservée de l’objet (7/7 mm). Le gabarit de cette pièce et la forme de son extrémité suggèrent qu’il s’agit de l’une des barres du grill qui étaient glissées en force dans les mortaises (objets n° 2 et 3).

Objet n° 10ter (fig. 100)

117Fragment de barre (60 g) dont la fonction n’est pas identifiée.

Objet n° 11 (fig. 99)

118Tronçon de ferrure de section rectangulaire dont le poids approche les 300 g. Cette pièce se distingue par son extrémité enroulée sur elle-même, destinée à lui conférer un aspect esthétique que l’on retrouve sur des ferrures d’époque moderne. La partie plane est percée de deux trous circulaires de fixation.

Objet n° 11bis (fig. 100)

119Il s’agit d’un fragment de lame de faux (100 g) brisée avant son dépôt. Comme pour les faux modernes, le dos de la lame comporte une courbure caractéristique qui permet de rigidifier une lame relativement mince et légère pour que la faux puisse être manipulée à bout de bras durant les longues journées des fenaisons.

Objet n° 12 (fig. 100)

120Barre de 15 cm de longueur dont l’extrémité la plus épaisse, de section presque carrée, présente des traces d’écrasement. L’autre extrémité est biseautée. Il s’agit vraisemblablement d’un ciseau à pierre dont la tête présente un aspect maté caractéristique. On a trouvé des outils semblables dans le lit de la Saône où ils avaient été perdus à l’occasion des chantiers de construction des ponts romains de Chalon-sur-Saône (Bonnamour 2000 : fig. 17, n° 6-8).

Objet n° 13 (fig. 100)

121Barre de section quadrangulaire, de 13 cm de longueur (270 g). Elle comporte les mêmes caractéristiques que l’outil précédent mais son aspect est plus massif. Son profil triangulaire pourrait convenir pour fendre des bûches (coin à bois ?).

Petit mobilier provenant d’autres secteurs de la villa

122Les objets décrits ici ne sont pas tous illustrés.

Éléments de parure et de toilette

  • Épingles à cheveux en os (fig. 101, n° 1 à 3). Les exemplaires n° 2 et n° 3 (Pourliat, P9) sont des épingles à tête sphérique. Ce modèle (Béal A. XX. 7 ou 8) est habituellement présent dans les ensembles des IIe et IIIe siècles Son usage est classiquement attribué à la coiffure, mais certains auteurs envisagent aussi leur utilisation pour enduire la peau et les cheveux d’onguents et de parfums (Dureuil 1996 : 41).

  • Palette à fard en roche non identifiée, découverte à Pourliat, hors contexte stratigraphique (fig. 101, n° 4). Par sa morphologie (bords biseautés et face supérieure légèrement creusée par l’usure), cet exemplaire est similaire notamment à celui retrouvé dans la tombe 76, datée de la fin du Ier siècle de notre ère, de la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel 2002 : 311 et fig. 346, n° 6 et 9). La présence des palettes à fard dans des tombes féminines est attestée durant toute l’époque romaine.

Instruments de médecine ou de toilette

123Tige incomplète en alliage cuivreux pesant 6 g (fig. 101, n° 5) provenant du remplissage d’une conduite du secteur thermal (Champ Madame, P14, us 1071). L’extrémité conservée de cet objet est en forme d’olive. Il peut s’agir d’un instrument de médecine tel le specillum du camp romain de Mirebeau dont une extrémité est en forme de cuillère allongée (Brouquier, Reddé 1995 : 349 et fig. 127 n° 122), ou bien d’un instrument censé être utilisé en pharmacie (Cyasthiscomele), mais vraisemblablement destiné à la préparation des produits de beauté, comme le suggèrent les découvertes d’objets similaires à Pompéi, majoritairement effectuées en contexte domestique (Bliquez 1994 : 48-49).

101 - Petit mobilier retrouvé dans le bâtiment résidentiel et le secteur nord-est de la villa (Champ Madame et Pourliat) : 1 -3 : épingles en os ; 4 : palette à fard en pierre ; 5 : curette en alliage cuivreux ; 6 -7 : platines de serrures de coffres en alliage cuivreux ; 9 : poignée en alliage cuivreux de clef en fer ; 10 : renfort d’angle de coffre en alliage cuivreux ; 11 : clavette ; 12 : tige en fer à tête matée ; 13 : fragment de compas ou de charnière de coffre.

124Il est intéressant de noter l’association de cet instrument avec la palette à fard, même si ces deux objets ne proviennent pas du même contexte archéologique. En effet, dans le cas de la tombe 76 de la nécropole du Valladas, la palette à fard était accompagnée d’un miroir en bronze et d’un instrument en alliage cuivreux, un « agitateur », dont la forme est très proche de celle de l’outil de Champ Madame.

Éléments de serrure et de coffre

  • Poignée en alliage cuivreux de clef en fer (fig. 101, n° 9) provenant de la pièce P3 à Pourliat. Cette pièce (35 g), initialement montée sur l’extrémité de la tige en fer d’une clef de section quadrangulaire, est très détériorée. On discerne sur une face un décor composé en 2 registres (un triangle placé au-dessus d’un motif non identifié) ; cette face est volontairement évidée au-dessus du décor. L’extrémité de la poignée comporte la base d’un anneau de bélière. Le site de La Dent, près de Lyon, a livré une clef complète (poignée et tige de la clef) similaire à l’exemplaire de la villa de Champ Madame (Monnier 1990 : 62 et 64).

  • Platines de serrure de coffres en tôle d’alliage cuivreux (fig. 101, n° 6 et 7). La première (n° 6 ; 48 g) a été découverte dans une fosse à Pourliat (P9, F1053). De forme circulaire et décorée de cercles parallèles gravés dans le métal en 3 registres, elle est très proche d’un exemplaire d’Augusta Raurica (Riha 2001 : 32, n° 385). La seconde platine (n° 7 ; 7 g) provient de la pièce P1 du bâtiment résidentiel (us 1163). Elle est de forme presque carrée et décorée en périphérie d’une série de petites cupules obtenues par le repoussé de la tôle. Cet exemplaire est similaire à une autre platine de serrure de coffre d’Augusta Raurica (ibid : 33, n° 398).

  • Renfort d’angle de coffre en alliage cuivreux (Champ Madame, P3, us 2005) (fig. 101, n° 10). Cette pièce de 40 g dont il manque une des deux extrémités permettait de renforcer l’assemblage de deux des quatre panneaux en bois d’un coffre, à l’image de la reconstitution qu’en donne Emilie Riha pour les différents modèles de coffres d’Augusta Raurica (ibid : fig. 141a et b, 120).

Écriture

125Couvercle de boîte à sceau (6 g) découvert à Pourliat (P7, us 2066) (fig. 101, n° 8). Depuis l’étude du petit mobilier du camp militaire de Mirebeau, on identifie ce type d’élément comme étant l’une des deux parties d’un petit boîtier métallique utilisé pour sceller à la cire les lanières d’une tablette avant d’apposer dans la cire encore chaude le sceau de l’expéditeur et non plus comme appartenant à des boîtes à parfum (Brouquier, Reddé 1995 : 349 et fig. 127, n° 127-129).

Éléments de canalisation

126Fragments de frettes de canalisation (173 g). Ces éléments, fabriqués à partir de tôle de fer, étaient utilisés pour assembler des tuyaux en bois, comme l’atteste la présence de traces ligneuses, fréquemment observées sur ce type d’éléments. Tous les éléments récoltés dans la villa proviennent du bâtiment résidentiel.

Outils culinaires

127Un fragment de lame de petit couteau en fer a été découvert dans chacun des deux sites (Champ Madame, P21, us 2249 ; Pourliat, au nord du mur de clôture, us 3008).

Outil agricole

128Dent en fer de râteau (16 g) ? Il s’agit d’une petite tige de fer de section quadrangulaire découverte à Pourliat (P3) dans un contexte du IVe siècle. Sa forme oblongue n’est pas sans rappeler celle des dents en fer équipant des râteaux en bois (Pohanka 1986 : pl. 22, n° 91).

Clouterie

129La masse totale de clous (très peu d’entre eux étant complets) récoltée dans le secteur résidentiel et à Pourliat est de 1 kg ; les contextes antiques ont livré 0,9 kg de clous pour 78 exemplaires (N.M.I.). Il s’agit uniquement de clous de menuiserie à tête plate et circulaire, utilisés pour assembler des pièces de bois de faible épaisseur. La section, toujours carrée, mesurée sous la tête, est comprise entre 3 x 3 mm et 10 x 10 mm. On constate une forte fréquence des clous mesurant entre 5 x 5 mm et 7 x 7 mm de section.

Objets identifiés non classifiés

  • Tige de fer à tête mâtée de 170 g provenant de la pièce P12 à Pourliat (fig. 101, n° 12). Sa fonction n’est pas identifiée : élément de quincaillerie utilisé dans la construction ?

  • Clavette en fer (50 g) provenant de la même pièce qui pourrait être utilisée, par exemple, pour bloquer le moyeu d’un véhicule (fig. 101, n° 11).

  • Objet en fer de 220 g constitué de deux pièces reliées par un axe du même métal (fig. 101, n° 13), découvert dans le bâtiment résidentiel. Il pourrait s’agir d’un fragment de compas ou de comparateur ou d’un fragment de charnière de coffre comme l’attestent les découvertes d’Augusta Raurica (Riha 2001 : 28).

Conclusions

Le dépôt de la pièce P12

130Les objets en fer qui constituent ce dépôt se rattachent à différents domaines d’activité : la cuisine (pièces de gril) ; le bâtiment et la construction (pentures, ferrures et gond destinés à équiper des huisseries, ciseau à pierre) ; l’agriculture et l’exploitation des matières premières (lame de faux, dent de râteau, coin à bois). Ces objets ont été rassemblés sur le sol de la pièce pour être soit réutilisés ultérieurement après réparation (cela pourrait être le cas de certaines pentures, complètes au moment de leur dépôt), soit reforgés sous une forme différente répondant à une nouvelle fonction. Il est important de préciser que la masse de métal contenue dans ce dépôt au moment de sa découverte ne représente peut être pas la quantité totale de fer qui y fut initialement déposée.

131On est ici en présence d’un dépôt de fer qui s’inscrit dans la lignée de certains dépôts métalliques bien connus aux époques protohistoriques. Ce type de pratique, qui semble avoir disparu au cours des deux ou trois premiers siècles de notre ère, réapparaît assez fréquemment dans les habitats occupés entre le IIIe et le Ve siècle, notamment dans la vallée du Rhône et plus généralement sur toute la façade orientale de la Gaule (Feugère 2000 : 176-177).

Une importante récupération des éléments métalliques destinés à être recyclés

132L’examen des rejets métalliques récoltés dans les deux principales fouilles de la villa apporte des indications sur certaines activités domestiques et agricoles qui y étaient pratiquées mais il permet également de formuler quelques réflexions sur la consommation du métal par les occupants du domaine, durant quatre siècles.

133Le poids total de mobilier en fer recueilli dans la villa, toutes périodes confondues (clous et dépôt de la pièce P12 inclus), est de 10 kg environ. Il convient de rappeler que la masse de métal livrée par la fouille du seul dépôt de la pièce P12 est de 7,7 kg. Si l’on exclut les monnaies, très peu nombreuses au demeurant, le mobilier en alliage cuivreux est peu représenté : on compte moins de 30 éléments de petites dimensions pour quelques dizaines de grammes, dont la moitié (15 pièces) provient de contextes datés des IIe et IIIe siècles de notre ère Le mobilier en plomb (3,6 kg pour 5 pièces) est constitué de pièces qui étaient vraisemblablement utilisées initialement pour sceller des agrafes en fer destinées à consolider des blocs architecturaux. Tous les éléments examinés se présentent sous la forme de feuilles de plomb enroulées, parfois coupées, voire partiellement fondues ; une des feuilles trouvées dans le bâtiment résidentiel (pièce P1, us 1164) conservait le négatif de l’agrafe qu’elle scellait initialement (25/55 mm).

  • 23 À titre de comparaison, on peut citer les données dont on dispose pour la ferme des Genâts à Fonten (...)

134Il apparaît ainsi que la masse totale de métal récoltée dans la villa de Champ Madame, occupée du Ier siècle jusqu’aux IVe-Ve siècles, est à peine supérieure à 13 kg23, ce qui atteste une récupération très importante de tous les objets métalliques (plomb, fer et alliage cuivreux) susceptibles d’être recyclés.

Notes

14 Par teinte, nous entendons la couleur prédominante, celle « qui frappe notre vue à une certaine distance » (Gnoli 1971 : 225).

15 Sous l’action de l’air, certains minéraux se recouvrent d’un voile qui peut complètement altérer la couleur naturelle. Aussi, celle-ci doit-elle être définie une fois les surfaces rafraîchies parce que cette action réveille la couleur.

16 Tels que la spectroscopie, l’activation neutronique, l’émission d’ultra-violets… (Decrouez 1991 : 40-45).

17 Ils le sont par diverses substances (oxydes métalliques ou matières organiques) de façon régulière ou irrégulière.

18 Ces marbres, que le grand commerce maritime a drainés, proviennent de zones d’extraction situées dans le pourtour méditerranéen (de l’Asie Mineure jusqu’à l’Espagne). Déterminer la provenance des marbres peut contribuer à dresser l’évolution des approvisionnements entretenus par le site avec les différentes régions exportatrices. La mode de ces riches décorations se répandit très tôt dans l’Empire romain, entraînant une demande sans cesse croissante de matériaux de décoration dont la couleur constituait l’atout majeur de la réussite commerciale.

19 L’indication d’une épaisseur importante, par exemple plus de 5 cm, n’est pas un argument pour attribuer le fragment au décor de sol. Des plaques épaisses peuvent entrer dans la composition des panneaux verticaux.

20 Groupes atlantique, languedocien et provençal.

21 La fouille de Champ Madame a livré 2 monnaies illisibles. Parmi les 13 monnaies découvertes à Pourliat, 7 ont été identifiées et étudiées par F. Malacher : 1 : Claude, Rome, 41 (As) ; 2 et 3 : Valérien Père, Août 253 à 260 (Antoninien) : 4 : Cornelia Supera, épouse d’Émilien, Mai 253 à Août 253 (Antoninien) ; 5 : Claude II, Mars 268 à Mai 270 (Antoninien) ; 6 : Constantin I, Juillet 307 à Mai 337 (Petit bronze) ; 7 : Turones, Potin à la tête diabolique (l’inventaire détaillé figure dans l’annexe 6 in : Alfonso 2000). La fouille des Foisses a pour sa part livré 7 monnaies dont 5 ont été identifiées : 1 : Tetricus II, 270-273 (Antoninien) ; 2 : Constantin I, 307-337 (As) ; 3 : Constantin I, 307-337 (monnaie commémorative) ; 4 : Gallien, 253-268 ; 5 : Tête radiée, fin IIIe s. (l’inventaire détaillé figure in : Loison 1994).

22 Les radiographies ont été réalisées par le Laboratoire de restauration de la ville de Vienne, Isère (CREAM).

23 À titre de comparaison, on peut citer les données dont on dispose pour la ferme des Genâts à Fontenay-le-Comte (Vendée), dont la durée d’occupation est beaucoup plus courte (80 ans environ entre 30 av. n. è. et 50 de n. è.) : 17 kg de métal dont, notamment, de nombreux outils et des éléments de quincaillerie et de parure (Guillaumet, Nillesse 2000 : 256-258 et fig. 11-13).

Table des illustrations

Légende 93 - Enduits peints de Pourliat (us 1020, 1023) : dessins des principaux fragments.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 94 - Enduits peints de Pourliat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 95 - Enduits peints de Champ Madame : dessins des principaux fragments.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 96 - Enduits peints de Champ Madame.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 97 - Mobilier lapidaire en marbre du bâtiment résidentiel (Champ Madame) : 1 : placage mouluré ; 3 : élément destiné à l’écoulement des eaux ; 5 : fragments de vasque à deversoir ; 2 et 4 : éléments indéterminés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Tableau IV : répartition des catégories céramiques par sites.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Tableau V : répartition des sigillées de Lezoux par périodes chronologiques et par sites (comptages en N.R.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Tableau VI : répartition des formes sigillées de Lezoux au Bas-Empire (dernier quart IIIe-fin IVe s.) sur l’ensemble de la villa (comptages en N.R.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Tableau VII : répartition des formes sigillées par provenances et par sites.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Tableau VIII : répartition des formes en céramique commune claire durant le Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Tableau IX : répartition des amphores par provenances et par phases chronologiques sur le site de Champ Madame.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Tableau X : répartition des amphores par provenances et par phases chronologiques sur le site de Pourliat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 98 - Pourliat, dépôt d’objets en fer de la pièce P12.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 99 - Mobilier en fer trouvé dans la pièce P12 à Pourliat (objets n° 1, 2bis, 4, 8, 9, 11) : 1 : penture de porte ; 2bis, 4 et 11 : ferrures de portes ; 8 : fragment de penture de porte ; 9 : gond à pointe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 100 - Mobilier en fer trouvé dans la pièce P12 à Pourliat, (objets n° 2, 3, 5, 6, 7, 10, 10bis, 10 ter, 11 bis, 12, 13) : 2, 3 et 10 bis : élément de gril ; 5 et 6 : tiges indéterminées ; 7 : cerclage ; 10 : poignée ; 10 ter : barre indéterminée ; 11 bis : fragment de lame de faux ; 12 : ciseau à pierre ? ; 13 : coin à bois ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 101 - Petit mobilier retrouvé dans le bâtiment résidentiel et le secteur nord-est de la villa (Champ Madame et Pourliat) : 1 -3 : épingles en os ; 4 : palette à fard en pierre ; 5 : curette en alliage cuivreux ; 6 -7 : platines de serrures de coffres en alliage cuivreux ; 9 : poignée en alliage cuivreux de clef en fer ; 10 : renfort d’angle de coffre en alliage cuivreux ; 11 : clavette ; 12 : tige en fer à tête matée ; 13 : fragment de compas ou de charnière de coffre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2556/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540