Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Introduction

Guy Alfonso

Texte intégral

1L’histoire de la plaine de Limagne et plus particulièrement de la Limagne de Clermont a depuis longtemps attiré l’attention des chercheurs. D’abord le fait d’antiquaires et d’érudits au cours de l’Ancien Régime, la recherche archéologique est dominée au XIXe siècle par les personnalités de J.-B. Bouillet et P.-P. Mathieu, puis, entre les années 1930 et 1970, par celle de P.-F. Fournier qui accumule une documentation considérable, mais issue pour l’essentiel de prospections de surface et d’observations effectuées à l’occasion de découvertes fortuites n’ayant pas fait l’objet de véritables fouilles. C’est à G. Fournier que l’on doit la première synthèse sur l’occupation du secteur à l’époque gallo-romaine (Fournier 1959). Fondé sur les données archéologiques et pour une large part sur la toponymie, ce travail qui met en lumière une dispersion importante de l’habitat gallo-romain et une concentration très dense du peuplement dans la vallée de l’Allier, principalement sur sa bordure occidentale, reste encore en partie d’actualité aujourd’hui. Dans les décennies suivantes, l’attention des chercheurs se porte prioritairement sur la capitale de cité et jusqu’aux années 1980-1990 on ne dispose pas de données précises sur l’architecture et la caractérisation des habitats ruraux.

2Depuis une vingtaine d’années, les recherches archéologiques dans la plaine de Limagne se sont intensifiées : sondages systématiques et fouilles préventives (autoroutes A71 et A710, Parc Logistique à Cébazat-Gerzat, Biopole à Saint-Beauzire au nord de Clermont-Ferrand ; RN 189, ZAC de Champ Madame, bassins d’orage au sud), fouilles programmées (Clermont-Ferrand/Gerzat, « Le Pâtural »), prospections aériennes (Centre d’Études et de Recherches Archéologiques Aériennes), études documentaires, études de morphologie agraire et travaux universitaires fondés notamment sur des prospections intensives au sol.

3Le second âge du Fer et l’époque gallo-romaine sont les périodes les mieux documentées, ce qui reflète certainement la densité de l’occupation, mais également les centres d’intérêt privilégiés des chercheurs. Les recherches sur l’âge du Fer en Limagne bénéficient des travaux conduits par l’Association pour la Recherche sur l’âge du Fer en Auvergne (J. Collis, J. Dunkley, V. Guichard, C. Mennessier-Jouannet…), tandis que l’étude de l’occupation du sol à l’époque romaine a notamment été stimulée depuis quelques années par le Laboratoire d’archéologie du CRCA, sous la direction de F. Trément, pour le secteur situé au nord de Clermont-Ferrand et le bassin de Sarliève, et les recherches universitaires de P. Vallat pour la Limagne des buttes, qui ont abouti à des synthèses micro-régionales (Trément, Dousteyssier 2001 : 17-24 ; Trément et al. 2002 : 83-107 ; Vallat 2002). Ces travaux, qui ont pu en outre s’appuyer sur des études paléo-environnementales (Gachon 1963 ; Daugas, Tixier 1977, 1978 et 1983 ; Ballut 2002), ont permis d’établir une hiérarchisation des établissements ruraux et de dégager les grandes lignes de l’organisation spatiale et de la dynamique du peuplement.

  • 1 On citera les fouilles de la villa de Maréchal à Romagnat (Liégard Fourvel 1996, 2000a et 2000b) et (...)

4Mais les fouilles d’établissements ruraux, et particulièrement de villas, restaient rares et très fragmentaires1 lorsque, à partir de 1994, la programmation de plusieurs projets d’aménagement couvrant un vaste secteur de la vallée de l’Artière, au sud de Clermont-Ferrand, offrit pour la première fois en Auvergne la possibilité d’appréhender de manière extensive une grande villa gallo-romaine et de confronter les données de la fouille à celles des prospections. On peut regretter que les contraintes liées à l’archéologie préventive n’aient pas permis d’envisager la fouille exhaustive de la villa de Champ Madame, même si pour l’essentiel les secteurs qui n’ont pas été fouillés ont été préservés. Mais on soulignera que la connaissance de la villa est en revanche considérablement enrichie par le résultat des opérations archéologiques conduites dans son environnement (fig. 173, dans le chapitre « Carte »).

Les fouilles : historique, contraintes, choix et objectifs

Les grandes étapes d’une découverte

5Les premiers vestiges de la villa de Champ Madame à Beaumont ont été découverts au cours de l’hiver 1992-1993, à l’occasion d’un diagnostic archéologique effectué sur le tracé de la RN 189, au sud de Clermont-Ferrand (Vernet 1993), mais les fouilleurs étaient loin de soupçonner alors que les quelques maçonneries mises au jour appartenaient en fait à la pars rustica d’un grand domaine rural gallo-romain. L’existence d’implantations antiques dans ce secteur de la rive droite de l’Artière, encore peu urbanisé, demeurait inconnue, sans doute en raison de leur enfouissement peu propice aux découvertes fortuites, d’autant qu’une grande partie des parcelles étaient depuis longtemps laissées en friche.

  • 2 Cette opération, mise en œuvre dans le cadre de l’aménagement de la ZAC Champ Madame (Tranche 1), a (...)
  • 3 Cette opération de fouille réalisée préalablement à la création du bassin d’orage amont de Pourliat (...)

6Ces premières découvertes firent l’objet en 1993 d’une fouille archéologique préventive (Loison 1994 et 1995) qui marqua le début d’une exploration progressive de la villa de Champ Madame et de ses abords, laquelle s’est poursuivie, au rythme des aménagements, jusqu’à l’hiver 1999 (fig. 173). Les deux opérations de fouille les plus importantes, sur lesquelles se fonde en grande partie l’étude de la villa, concernèrent successivement le bâtiment résidentiel (Alfonso et al. 1999)2 et la zone nord-est du domaine (Alfonso et al. 2000)3.

7L’urbanisation du secteur ne s’est pas interrompue depuis cette date. Elle s’est accompagnée d’autres découvertes intéressant l’environnement proche de la villa, dont certaines ont d’ores et déjà été suivies de fouilles en 2002, tandis que de nouvelles opérations archéologiques sont programmées. Ainsi, c’est une zone de plus d’un kilomètre de longueur et plusieurs centaines de mètres de largeur qui a été partiellement explorée depuis 1993, sur la rive droite de l’Artière, au sud de Beaumont, par le biais de sondages et de fouilles archéologiques préventives.

8L’histoire complexe de ces interventions successives, conduites selon des méthodes diverses par différents responsables, mérite d’être exposée car elle explique le caractère particulier et morcelé de l’approche de la villa de Champ Madame, bien éloignée d’une étude menée dans le cadre d’une fouille programmée. Seules les découvertes relatives aux périodes laténienne, gallo-romaine et médiévale seront évoquées ici.

Les opérations archéologiques (fig. 173)

9L’opération réalisée en 1993 sur le tracé de la RN 189, au lieu-dit Les Foisses, donna lieu à un décapage mécanique de 2 400 m2, dont 1 500 m2 environ furent partiellement fouillés, sous la responsabilité de G. Loison. Elle permit de dégager deux murs perpendiculaires délimitant « un espace dans lequel se développent des bâtiments et des espaces ouverts », qui dès cette période furent interprétés comme l’angle sud-est de la pars rustica d’une villa, insérée dans un mur de clôture. Une construction à usage domestique et plusieurs sépultures d’enfants (mal datées) installées dans les niveaux de destruction antique témoignaient d’une réoccupation du secteur durant le haut Moyen Âge. La fouille des Foisses révéla également la présence d’un enclos fossoyé laténien identifié comme « une construction annexe liée à une exploitation agricole » se développant vers le nord (Loison 1994).

10En 1994 fut entrepris par J.-M. Flécher le diagnostic archéologique de l’ensemble des terrains localisés dans l’emprise de la ZAC Champ Madame/tranche 1, s’étendant sur 70 000 m2 environ, au nord de la RN 189. La reconnaissance du mur de clôture sud sur une longueur de 180 m et la localisation de la pars urbana grâce, notamment, à la présence de placages de marbre, confirmèrent l’existence d’une vaste villa. Le plan de l’édifice résidentiel ne put toutefois être précisé. Les tranchées révélèrent par ailleurs l’existence de maçonneries antiques dans le secteur localisé entre l’angle sud-est de l’enceinte et le bâtiment résidentiel ainsi que l’absence de structures à l’ouest et au sud-ouest de ce bâtiment (Flécher 1994).

11En 1995, des sondages complémentaires effectués par F. Gauthier dans un secteur limité de la ZAC Champ Madame qui n’avait pu être sondé antérieurement permirent de recouper le mur de clôture sud de la villa (Gauthier 1995 a et b).

12En 1995 également, une nouvelle fouille de sauvetage fut réalisée dans l’emprise d’une tranchée d’assainissement de 160 m de longueur et 2 m de largeur, jouxtant à l’est le secteur fouillé en 1993, aux Foisses. Elle mit en évidence le prolongement du mur de clôture sud et de plusieurs maçonneries de la pars rustica de la villa, ainsi que six sépultures médiévales aménagées dans les niveaux d’abandon. Deux trous de poteau témoignaient par ailleurs d’une occupation protohistorique antérieure à la villa (Gauthier 1995 b). Durant la même période, la surveillance des terrassements nécessités par une bretelle d’accès de la RN 189 ne permit de reconnaître aucun vestige des périodes concernées, fait surprenant en regard des découvertes ultérieures, et probablement lié aux mauvaises conditions de l’intervention.

13En raison des moyens très importants qu’aurait exigés la fouille exhaustive de la villa, et en l’absence d’une autre solution viable (fouille programmée), la fouille préventive qui fut mise en œuvre en 1999, préalablement à l’aménagement du secteur est de la ZAC Champ Madame, n’a concerné que l’emprise des vestiges directement menacés par le projet, qui correspondait globalement à celle de la pars urbana (Alfonso et al. 1999). Un décapage mécanique de 3 500 m2 complété par des tranchées linéaires permit de dégager et de fouiller le bâtiment résidentiel sur une superficie de plus de 2 200 m2 (fig. 1). La fouille révéla également l’existence, sous le bâtiment, d’un large fossé laténien et, comme dans la partie sud de la villa, d’un ensemble de fosses et de sépultures témoignant d’une réoccupation partielle du site à l’époque médiévale.

14Durant la même année 1999, le projet d’aménagement de deux bassins d’orage, sur le cours de l’Artière, fut précédé d’une évaluation archéologique des terrains localisés au nord et à l’est de la ZAC Champ Madame, de part et d’autre de la rivière (fig. 173). L’évaluation du bassin amont, à Pourliat, permit à F. Thiériot de recouper le mur de clôture oriental de la villa, et de dégager plusieurs sépultures de nourrissons d’époque romaine. Les sondages, implantés de manière assez lâche, attestaient l’absence d’occupation gallo-romaine à l’extérieur de la villa. À 1 km à l’est, au lieu-dit La Mouraude, le diagnostic effectué à l’emplacement du bassin aval révélait pour sa part les vestiges d’une implantation médiévale.

1 - Vue aérienne de la fouille de Champ Madame (bâtiment résidentiel de la villa), vers le nord-est.

15Ces découvertes justifièrent la mise en œuvre, durant l’hiver 1999-2000, de deux opérations distinctes de fouille préventive, à l’emplacement des deux bassins d’orage. L’opération de Pourliat permit d’explorer, au moyen d’un décapage extensif de 2 600 m2, la partie nord-est du domaine de Champ Madame et l’espace qui le borde au nord ; elle précisa notamment le tracé des murs de clôture nord et est de la villa et confirma l’existence d’une aire funéraire réservée à des nourrissons. Comme aux Foisses et à Champ Madame, la fouille mit aussi en évidence les vestiges d’une occupation antérieure de la période laténienne et d’une réoccupation essentiellement funéraire du site, à l’époque médiévale (Alfonso et al. 2000). Dans le même temps, la fouille de La Mouraude, à moins d’un kilomètre à l’est de la villa, révélait un petit bâtiment du Ier siècle ou du début du IIe siècle, associé à un système de fossés, et surtout un établissement du XIIe siècle, à vocation vraisemblablement agricole, ainsi que six sépultures du haut Moyen Âge (Gabayet 2001).

16Les autres opérations archéologiques réalisées depuis cette période dans ce secteur de la vallée de l’Artière ne concernent pas directement la villa de Champ Madame, telle qu’elle est définie par son enceinte. Elles ont toutefois mis au jour plusieurs sites d’époque romaine qui n’en sont distants que de 100 à 300 m seulement, ce qui permet de supposer qu’ils pouvaient être inclus dans le domaine de la villa.

17En juin 2001, un diagnostic nécessité par un projet de lotissement dans des parcelles de 7,6 hectares localisées à 300 m à l’ouest de la villa, entre l’Artière et la RN 189, mit en évidence, dans un secteur proche de la rivière, plusieurs bâtiments gallo-romains ainsi que des tombes médiévales (site d’Artière-Ronzière, Rimbault 2001). Ces découvertes firent l’objet, durant l’été 2002, d’une fouille préventive précédée d’un décapage mécanique de 7 000 m2. Deux édifices principaux furent dégagés : un habitat organisé autour d’une cour centrale bordée par un portique et un bâtiment thermal isolé, tandis qu’on observait, comme dans la villa de Champ Madame, une réoccupation partielle des lieux au cours du Moyen Âge (Alfonso 2003).

18Enfin, à l’automne 2001, sur un terrain de deux hectares situé à proximité immédiate de la villa, au sud de la RN 189 (ZAC Champ Madame/tranche 2), furent mises au jour des structures et des traces agraires gallo-romaines (fossé, fosses de plantations ?) qui devraient être étudiées prochainement (Rimbault 2002 b).

  • 4 Il est important de signaler que ce plan constitue un compromis, car la réunion des sondages ou déc (...)

19Il était indispensable de regrouper sur un plan unique (fig. 173) l’ensemble des informations issues de ces opérations archéologiques successives concernant le même domaine rural gallo-romain et son environnement proche. Ce document figure, sur le fond cadastral contemporain, toutes les maçonneries de la période gallo-romaine, l’emprise des terrassements archéologiques (sondages ou décapages) ainsi que le périmètre des projets d’aménagement qui les ont suscités. Ces deux dernières indications sont importantes puisqu’elles matérialisent des zones de vides archéologiques et des zones non décapées qui pourraient receler des vestiges et signalent l’emprise des secteurs qui ont été aménagés et ne feront donc plus l’objet d’aucune investigation archéologique4.

Contraintes, choix et objectifs

20La mise en œuvre des différentes fouilles a été entièrement conditionnée par les caractéristiques des projets d’aménagement. À de rares exceptions près, seuls les secteurs directement menacés par les travaux ont été partiellement explorés. Ainsi à Champ Madame, toute la partie est de l’emprise de la ZAC, recouvrant approximativement la cour principale de la villa, qui n’était concernée que par des aménagements paysagers dépourvus d’impact, n’a pas fait l’objet de fouilles. Dans la partie ouest directement menacée, les limites du décapage extensif du bâtiment résidentiel ont été déterminées soit par les limites réelles du bâtiment résidentiel de la villa (à l’est et à l’ouest), soit par des contraintes extérieures : décaissements préexistants au sud et zone verte au nord. Un sondage destiné à évaluer l’extension du bâtiment a toutefois pu être ouvert au nord. Au sud des décaissements recoupant l’angle sud-est du bâtiment, un sondage a mis au jour une construction distincte du bâtiment résidentiel, dont le dégagement n’a pas été étendu faute de moyens suffisants. Enfin, le décapage a été prolongé vers l’est et vers l’ouest par des tranchées linéaires qui n’ont pas révélé d’autres constructions.

21À Pourliat, le dégagement du secteur nord-est de la villa a été soumis à des contraintes similaires. À l’ouest et surtout au sud, les limites du projet n’ont pas permis de dégager intégralement le plan des dépendances. Au nord, le décapage a été largement étendu dans la partie ouest du site, au-delà de l’aire funéraire, et un grand sondage a été ouvert dans la partie est, confirmant l’absence de structures à l’extérieur de l’enclos de la villa. À l’est, le décapage a été interrompu à sept mètres au-delà du mur de clôture.

22La fouille de l’angle sud-est de la villa, aux Foisses, a également été limitée à la stricte emprise du projet.

23Au fil des fouilles successives, c’est une superficie totale de plus de 7 000 m2 (sans compter les sondages) qui a été explorée, soit plus d’un quart du périmètre enclos : cette approche spatiale extensive constitue indéniablement l’un des atouts majeurs de l’étude de la villa. Cet aspect a été privilégié au détriment d’une fouille plus complète de certains espaces (pièces ou cours), ce que justifient en partie les considérables perturbations post-antiques qui ont affecté le site : la disparition ou le remaniement, dans plusieurs secteurs, des niveaux de sol et d’occupation et des couches d’abandon, ainsi que l’absence notable de structures de travail et de dépotoirs, ne favorisaient pas d’autres types d’approches : matérielle, fonctionnelle, économique…

24À Champ Madame comme à Pourliat, les moyens disponibles ont conduit à opérer des choix très sévères. Sur les deux sites, les vestiges antérieurs et postérieurs à l’Antiquité n’ont été que très partiellement étudiés ; plusieurs décapages profonds ont cependant été réalisés dans le but d’appréhender les premières occupations du site. La fouille de l’aire funéraire gallo-romaine a été privilégiée en raison de son recrutement particulier (enfants décédés en phase infantile) et de la rareté de ce type d’ensemble funéraire. Dans la majeure partie de la villa, les niveaux antérieurs aux derniers sols des bâtiments et des cours ont été fouillés dans le cadre de sondages de superficie restreinte, généralement implantés au contact des maçonneries. Les difficultés rencontrées pour établir précisément la chronologie de la villa peuvent sans doute être imputées à l’application de cette méthode de fouille, qui procure généralement des lots de mobilier peu importants, autant qu’aux perturbations du site. Si différentes phases de construction et d’aménagement sont clairement attestées, il est parfois difficile de mettre en relation les phases établies au sein de chaque fouille et parfois même dans les différents secteurs d’une même fouille. Et le mobilier qui permettrait, par une datation absolue des structures, d’effectuer une périodisation à l’échelle du site fait souvent défaut.

La publication

  • 5 Cela est sans aucun doute dommageable ; toutefois, le plan des structures dégagées par certaines fo (...)

25Cette monographie de la villa de Champ Madame est principalement basée sur le résultat des fouilles préventives de Champ Madame et de Pourliat, conduites en 1998-1999 et 1999-2000 sous la responsabilité de G. Alfonso (Alfonso et al. 1999 et 2000 ; Alfonso 2001a et 2001b). Par les moyens mis en œuvre, la superficie explorée et l’importance des résultats, ce sont les deux opérations majeures concernant la villa (fig. 173). Cette étude intègre aussi les données issues des autres interventions et notamment celle des Foisses (Loison 1994), telles qu’en ont rendu compte les différents responsables dans les rapports de fouilles et (ou) les notices des bilans scientifiques régionaux (BSR), mais, pour des raisons diverses, aucun retour à la documentation initiale de ces opérations (enregistrement et mobilier archéologique) n’a été effectué5. Quant à la fouille du site proche d’Artière-Ronzière (Alfonso 2003), ses données étaient trop complexes pour être présentées en détail dans le présent volume.

26La publication, dont la coordination a été assurée par G. Alfonso et pour la partie funéraire par F. Blaizot, est l’aboutissement de nombreuses collaborations ; elle implique notamment plusieurs auteurs investis depuis une dizaine d’années dans différents domaines de recherche régionaux.

27Le chapitre 1 expose le cadre géographique et géomorphologique du site ; il bénéficie des recherches récentes de C. Ballut sur l’évolution environnementale de la Limagne de Clermont-Ferrand au cours de la seconde moitié de l’Holocène, finalisées dans une thèse de doctorat (Ballut 2000).

28Le chapitre 2 présente les occupations du site antérieures à l’établissement de la villa et principalement celles des périodes laténienne et gallo-romaine. Les traces d’occupation néolithique mises au jour dans la partie sud de la villa ne sont que très brièvement évoquées.

29Le chapitre 3 est consacré à l’étude archéologique, architecturale et chronologique de la villa. Le parti adopté est de présenter dans un premier temps l’étude de chaque composante structurelle de l’établissement (enceinte, dépendances et cours, bâtiment résidentiel), puis, dans un second temps, de proposer une analyse chronologique et spatiale de l’ensemble de la villa, ainsi que des comparaisons. Le choix a été fait de ne pas reprendre dans cette étude l’inventaire détaillé de toutes les données archéologiques (unités stratigraphiques, murs, diagrammes stratigraphiques…) qui figure dans les rapports des deux opérations. Il convient de souligner que les contextes céramiques, souvent très pauvres, qui fondent en partie l’argumentation chronologique ne sont pas systématiquement illustrés par des dessins ; seuls trois ensembles particulièrement riches sont représentés.

30Le chapitre 4 rassemble toutes les études de mobilier à l’exception, d’une part, de l’étude du mobilier des tombes, incluse dans le chapitre et le catalogue consacrés à l’ensemble funéraire, et d’autre part, de l’argumentation chronologique fournie par l’étude céramologique, développée dans le chapitre 3. On doit à A. Wittmann la synthèse sur le mobilier céramique dont une partie — celle provenant du secteur résidentiel — a été étudiée, dans le cadre du rapport de fouille, par P. Bet. Cette présentation des mobiliers n’est pas exhaustive : le verre, d’ailleurs très peu représenté, n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique, tandis que les résultats de l’étude de la faune réalisée, dans le cadre du rapport de fouille, pour le secteur de Pourliat, n’ont pas été considérés comme suffisamment significatifs pour être repris ici.

31Le chapitre 5 est consacré à l’ensemble funéraire dégagé à Pourliat, dont la fouille a été réalisée par G. Alix et U. Cabezuelo. F. Blaizot a effectué l’étude paléodémographique et repris l’ensemble des données disponibles, permettant d’aboutir à la synthèse qui est présentée ici. Le catalogue détaillé des tombes figure en annexe.

32Le chapitre 6 traite de l’occupation médiévale du site. La synthèse des données concernant les tombes de cette période, par F. Blaizot, s’appuie en partie sur l’étude effectuée par V. Savino, dans le cadre du rapport de fouille du site de Champ Madame.

33Enfin, le chapitre 7 propose de replacer la villa de Champ Madame au sein du réseau d’occupation du sol de la Limagne des buttes, de la fin de l’âge du Fer jusqu’au haut Moyen Âge, en s’appuyant sur les travaux réalisés par P. Vallat dans le cadre d’une thèse de doctorat (Vallat 2002).

34Soulignons que l’ouvrage doit également beaucoup à l’investissement de P. Combes qui a assuré la mise en forme définitive de l’ensemble des illustrations.

Notes

1 On citera les fouilles de la villa de Maréchal à Romagnat (Liégard Fourvel 1996, 2000a et 2000b) et de celle des Chazoux à Gannat (Cabezuelo, Parent, Rebiscoul 1996 ; Rebiscoul 1996 : p. 17 ; Trément, Dousteyssier 2001 : p. 21), dont seules les parties agricoles ont été partiellement fouillées.

2 Cette opération, mise en œuvre dans le cadre de l’aménagement de la ZAC Champ Madame (Tranche 1), a été entièrement financée par la SEAU (Société d’Équipement de l’Auvergne) et la Mairie de Beaumont à hauteur de 406 jours de terrain et 170 jours de post-fouille, et gérée par la direction interrégionale Rhône-Alpes/Auvergne de l’INRAP (ex AFAN). L’équipe, placée sous la responsabilité de G. Alfonso, était composée de personnels de l’INRAP : G. Ayala, F. Barp, Ph. Bet, A. Boissy, Chr. Bonnet, V. Brizard, K. Chuniaud, P. Combes, S. Martin, P. Murat, F. Olivier, M. Rivinoff, J.-C. Sarazin, V. Savino, et de stagiaires de l’université de Clermont-Ferrand : S. Aurambout, M. Carlier, V. Chareras, B. Dousteyssier, P.-É. Mélac. Chr. Ballut a réalisé l’étude géomorphologique.

3 Cette opération de fouille réalisée préalablement à la création du bassin d’orage amont de Pourliat, sur l’Artière, a été financée par la DDE du Puy-de-Dôme (la COMAC étant maître d’ouvrage), et gérée par la direction interrégionale Rhône-Alpes/Auvergne de l’INRAP (ex AFAN). Elle a nécessité 227 jours de terrain et 157 jours de post-fouille. L’équipe, dirigée par G. Alfonso, était composée de personnels de l’INRAP : G. Alix, A. Boissy, M. Brizard, V. Brizard, U. Cabezuelo, P. Combes, J.-O. Delahaye, D. Lalaï, P. Pouennat, Chr. Teyssier, A. Wittmann. L’étude géomorphologique a été réalisée par Chr. Ballut. F. Malacher a étudié les monnaies.

4 Il est important de signaler que ce plan constitue un compromis, car la réunion des sondages ou décapages et des structures relatifs à une dizaine d’opérations distinctes, relevés par des moyens techniques différents, a posé des problèmes de positionnement graphique : si toutes les opérations effectuées depuis 1999 sont parfaitement positionnées entre elles et sur le fond cadastral, il faut considérer que la localisation des opérations antérieures à cette date est approximative à 1 ou 2 m près. Ces difficultés soulignent tout l’intérêt que représente le levé des sites archéologiques en coordonnées Lambert, qui est heureusement appliqué systématiquement de nos jours.

5 Cela est sans aucun doute dommageable ; toutefois, le plan des structures dégagées par certaines fouilles constitue en soi un apport considérable à l’approche spatiale de la villa (mur de clôture sud et pars rustica).

Table des illustrations

Légende 1 - Vue aérienne de la fouille de Champ Madame (bâtiment résidentiel de la villa), vers le nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540