Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Avant-propos

Philippe Vergain

Texte intégral

1La publication des résultats des fouilles d’archéologie préventive menées sur le site de Champ Madame, à Beaumont, est un excellent exemple de ce que cette discipline apporte au renouvellement des connaissances et des problématiques historiques. À côté du compte-rendu circonstancié des opérations archéologiques — ce qui est déjà beaucoup en termes d’investissements collectifs et de soutiens financiers — cet ouvrage propose des éléments pour une reconstitution d’un pan de la vie durant cinq siècles au moins, des habitants de ce secteur de la vallée de l’Artière, au sud de Clermont-Ferrand. Il faut savoir gré aux aménageurs publics et privés, aux collectivités et en particulier à la municipalité de Beaumont d’avoir permis et encouragé cela et d’avoir voulu accompagner la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne (Service régional de l’archéologie) dans une démarche globale. En effet, le projet de diffusion retenu ne fait l’impasse ni sur la publication scientifique de haute tenue dont il est question ici, ni sur la restitution au plus large public des principaux résultats de plusieurs opérations archéologiques successives, sous la houlette d’Hélène Dartevelle, ingénieure d’études au SRA.

2La présente publication de la villa de Champ Madame — qui sera le premier DARA d’archéologie préventive auvergnat — se caractérise par l’implication scientifique forte et l’énergie d’une équipe d’archéologues de l’INRAP dont Guy Alfonso et Frédérique Blaizot sont les figures de proue. Il faut les féliciter d’avoir mené jusqu’au bout — avec les aides concrètes et les encouragements permanents de la CIRA et des rapporteurs successifs du dossier — la présentation de ce qui doit devenir un site de référence pour les domaines antiques de la Gaule. Trois aspects sont d’ores et déjà à souligner pour justifier cette prétention : une reconnaissance de l’organisation globale du domaine dans son finage avec trois murs d’enceinte reconnus, la mise au jour et la fouille fine d’un espace funéraire réservé à des nourrissons et une analyse originale des témoignages de l’exploitation des bâtiments désertés en carrière de matériaux.

3Compte tenu des potentiels archéologiques importants de ce secteur mis en évidence depuis le début des années 1990, des choix ont été faits et ce sont toujours des décisions douloureuses qui combinent critères scientifiques assumés par le SRA, adaptation aux projets d’aménagement, disponibilités, compétences et organisation des équipes de l’INRAP après l’AFAN. Ainsi le choix de réserver à un seul et même aménageur une parcelle complète a évité un morcellement du projet et permis la conservation sous remblai d’une partie de la villa (cour et pars rustica). L’accent mis sur les niveaux antiques a été conditionné par les cotes de profondeur maximales atteintes déterminées par le projet d’aménagement au détriment de certaines occupations immédiatement antérieures à la fondation de la villa. En ce qui concerne les occupations du Néolithique, conservées de manière résiduelle dans ce secteur, elles ont heureusement pu être étudiées à l’occasion d’un projet mitoyen où l’accent a été mis sur les habitats et les structures funéraires de cette période.

4De tels choix devront être jugés à l’aune des résultats acquis sur le secteur et notamment de l’image que l’on peut désormais donner de cette partie de la vallée de l’Artière, depuis le Néolithique jusqu’au Moyen Âge, après cinq ans d’investissement soutenu en archéologie préventive.

5Si nous avons l’impression de bien connaître ces vastes domaines ruraux du centre de la Gaule, essentiellement pour la fin de l’Antiquité, à partir des lettres de Sidoine Apollinaire, la documentation archéologique reste encore bien maigre puisque jusqu’à présent, on ne disposait pour la région que de deux exemples issus de fouilles récentes. Il s’agit de la villa de Maréchal à Romagnat (publication de Sophie Liégard et Alain Fourvel) et de celle des Chazoux à Gannat. Ces domaines ruraux sont identifiés - principalement dans les Limagnes - dans le cadre de travaux de prospections (aérienne et pédestre), ces dernières bénéficiant depuis quelques années d’une systématisation dans des zones-tests.

6Ce travail de prospection — en partie repris et largement complété dans sa thèse par Pierre Vallat, dont la contribution a été sollicitée ici — permet de mieux percevoir ce qui pourrait constituer un réseau cohérent aux portes de la cité d’Augustonemetum, avec les limites de la méthode. Le site de Champ Madame est donc l’occasion rare de comprendre ce que pouvait être et comment a évolué un domaine de l’Antiquité dans ce contexte particulier de vallée, à proximité d’un autre établissement rural et aux portes du chef-lieu de cité. Cela ne suffit pas à en faire un modèle mais nous autorise à relire Sidoine Apollinaire dans un va-et-vient intellectuel de croisement des sources exploitables.

7La chronologie ici proposée permet de revoir les résultats des prospections et des modélisations « classiques », même si on ne tranchera pas sur les origines de ce domaine. Cette question des occupations de la fin de l’âge du Fer sous des domaines ruraux antiques - question essentielle d’un point de vue historique et archéologique, notamment en Auvergne, avec le problème spécifique de l’aristocratie arverne - n’a pu être vraiment traitée ici compte tenu des contraintes évoquées en préalable. C’est une décision - difficile - qu’assume pleinement le conservateur régional que j’étais quand j’ai validé le cahier des charges établi pour ce dossier. Elle reste évidemment un objectif de recherche pour les équipes auvergnates, notamment autour de Frédéric Trément et de Vincent Guichard. Cette question est d’ailleurs valable pour toute l’Aquitaine comme l’a montré le colloque Aquitania de Saintes, en cours de publication. À l’autre bout de la chronologie d’occupation du domaine, à l’époque de Sidoine Apollinaire, une incertitude — malgré ou à cause de la fouille cette fois — subsiste en ce qui concerne le devenir du site avec son exploitation en carrière qui reste indatable et la mise en place de lieux de sépultures chrétiens sans édifice de culte. C’est une occasion supplémentaire de plaider pour le croisement des sources et le changement d’échelle pour analyser ce type de données. À suivre donc…

Auteur

Conservateur du patrimoine, conservateur régional de l’archéologie de Languedoc-Roussillon

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540