Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Seconde partie. Les interprétations

Texte intégral

1Les principaux constats étant établis, la question des pistes de recherche à ouvrir et celle d’autres possibilités de travailler les documents disponibles se pose. Des textes viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on est historien, mais bon nombre restent inexploités. Paysage et couvert forestier sont à interroger, tout comme les technologies mises en œuvre. Par ailleurs, des hypothèses sont à formuler : celle d’une pénurie de bois d’œuvre valorisant les maçonneries au détriment des techniques de charpenterie ; celle d’une lente reconstitution des massifs forestiers autorisant progressivement une modification radicale des paysages bâtis ; celle enfin d’une forte incidence climatique accompagnant ces bouleversements.

Chantiers d’exception et sources textuelles

Quand Saint-Denis s’oppose à Saint-Michel de Cuxa

Une source devenue un classique

2À propos de l’état des massifs forestiers au XIIe siècle, il est habituel de citer le récit du moine Suger, alors en charge de la construction du nouveau chœur de Saint-Denis.

« (...) pour trouver des poutres, nous avions consulté les ouvriers en bois tant chez nous qu’à Paris, et ils nous avaient répondu qu’à leur avis dans ces régions, à cause du manque de forêts, on n’en pourrait trouver, et qu’il faudrait en faire venir de la région d’Auxerre. Ils étaient tous d’accord en cela ; mais nous, nous étions accablés à la pensée d’un si grand travail et du long retard qu’il ferait subir à l’œuvre ; une nuit au retour des matines, je me mis à penser dans mon lit que je devrais aller moi-même parcourir les bois des environs, regarder partout et abréger ces délais et ces travaux et que je pouvais trouver des poutres. Aussitôt, laissant de côté tous les autres soucis, je partis de grand matin avec des charpentiers et la dimension des poutres et je me dirigeai rapidement vers la forêt de Rambouillet. Traversant notre terre de Chevreuse, je fis appeler nos sergents et ceux qui gardaient nos terres, et tous ceux qui connaissaient bien les forêts, et, les abjurant sous la foi du serment, je leur demandai si nous aurions des chances de trouver par là des poutres de ces dimensions. Ils se mirent à sourire, et s’ils n’avaient pu, certes, ils auraient éclaté de rire, s’étonnant de ce que nous ignorions que, dans toute cette terre, il n’y avait rien de tel à trouver, surtout depuis que le châtelain de Chevreuse, Milon, qui était notre homme et tenait de nous, avec un autre, la moitié de la forêt, et qui avait longtemps soutenu des guerres avec le roi et Amaury de Montfort, n’avait rien laissé intact ou en bon état, ayant lui-même construit des tours de défense à trois étages. Quant à nous, nous rejetions tout ce que ces gens nous disaient, et, avec une confiance audacieuse, nous commençâmes à parcourir toute la forêt ; vers la première heure nous trouvâmes une poutre de dimension suffisante. Que fallait-il de plus ? Jusqu’à none ou un peu plus, à travers la futaie, à travers l’épaisseur des forêts, à travers les buissons d’épines, à l’étonnement de tous ceux qui étaient présents et qui nous entouraient, nous désignâmes douze poutres : c’était le nombre qu’il nous fallait ; nous les fîmes porter avec joie à la sainte basilique et placer sur la couverture du nouvel œuvre, à la louange et à la gloire du Seigneur Jésus qui se les était réservées ainsi qu’à ses Martyrs ayant voulu les protéger de la main des voleurs (...). »

3Suger ajoute dans le même texte

  • 1 Sugerii Vita dans LECOY de la MARCHE (A.). — Œuvres complètes de Suger, Paris, 1867, p. 377-411. PA (...)

« qu’il avait établi à la tête de cet ouvrage un maître de l’art très expert et des religieux pour avoir l’œil sur la besogne, prendre garde sur les ouvriers et leur fournir en temps et saison tout ce qui leur était nécessaire »1.

4Les guerres seigneuriales, les défrichements et la consommation courante de bois d’œuvre ont donc eu pour partie raison des immenses massifs forestiers d’Île-de-France. Au milieu du XIIe siècle, il est considéré comme normal de se tourner vers les forêts du Morvan situées à 150 Km au sud de Saint-Denis. Douze poutres de bonne longueur sont découvertes dans une futaie* et le miracle est là ! Ces poutres ne peuvent correspondre qu’aux pièces les plus longues, vraisemblablement les entraits atteignant 11 m à Saint-Denis. En Auvergne, la moyenne supérieure atteint 7,50/7,80 m pour des entraits de cintres temporaires. Rappelons aussi que cette longueur (11 m) ne sera trouvée qu’au XIIIe siècle en Auvergne, même si elle est connue exceptionnellement dans le sud du Limousin dès le XIe siècle. C’est dire combien ces pièces sont importantes et signifiantes pour appréhender les structures charpentées et leur contexte forestier.

Une autre source moins habituelle

  • 2 OLEGUER (Père), BOUILLE (M.), COLOMER (C.). — Histoire de Saint-Michel de Cuxa par les textes, XVII (...)

5Le texte concerne l’abbatiale Saint-Michel de Cuxa dans les Pyrénées-Orientales est bien. Il traite de la marche des travaux entrepris pour ce chantier entre 956 et 975, puis des agrandissements du début du XIe siècle. Ce document est écrit vers 1040 par le moine Garsias et publié en 1688 par Pierre de Marca dans Marca hispanica, à partir de plusieurs copies. Lorsque la construction est suffisamment élevée, des arcs sont lancés et l’ensemble est couvert « d’une charpente remarquable par la longueur de ses poutres et la beauté de ses ornements ». Cette charpente a été remplacée au XVe siècle par des arcs diaphragmes portant des pannes, comme c’est classique au bas Moyen Âge dans les pays méridionaux2. Plusieurs aspects doivent être pris en compte ici.

6Le premier concerne la nef charpentée construite à la fin du Xe siècle : pentes faibles et combles* bas. Les entraits mesuraient plus de 10 m et les demi fermes, environ 5 m. C’est-à-dire que l’on retrouve ici le principe adopté en Auvergne au XIIe siècle. Une grume* peut être dédoublée en deux billes* pour donner du bois d’œuvre. Ce sont bien les massifs forestiers qui imposent les modules choisis par les maîtres d’œuvre. En Roussillon, Catalogne, comme en Languedoc, les largeurs de nef atteignent rarement 8 m et se fixent autour de 5 m pour les modestes édifices. Cela renforce ainsi l’hypothèse de communautés de paysages, pour des massifs forestiers incapables de produire des arbres aux fûts plus longs.

7Le deuxième aspect réside dans le voûtement partiel de cet édifice dans la première moitié du XIe siècle. Ce voûtement est loin d’indiquer de nouvelles possibilités d’exploitation forestières, bien au contraire. Voûter suppose ici des cintres récupérables et des matériaux de couverture posés sur les reins des voûtes. Une nouvelle fois, les économies générées par la pénurie de bois d’œuvre font préférer ce mode de couvrement au détriment de la précédente charpente visible. Dès le XIe siècle, les maîtres d’œuvre sont donc conduits à préférer la voûte à la charpente. Moins consommatrice en bois d’œuvre, elle présente l’avantage d’une récupération possible de l’essentiel des bois de cintres. On peut donc considérer que dès le haut Moyen Âge, les architectes sont obligés de concevoir une architecture nettement différenciée vis-à-vis des grandes et larges basiliques paléochrétiennes. En Sicile, les églises de Syracuse (cathédrale), Cefalù ou Monreale, ont des nefs charpentées, dont les entraits ne dépassent pas 9,80 m. Nous sommes loin des 24 m de portée de Saint-Pierre et Saint-Paul-hors-les-Murs de Rome : pièces moisées et aboutées par traits de Jupiter (Rondelet 1814, t. III, p. 200-201 ; Adam 1989, p. 228-229). En Catalogne, 10 m semble un module rare à la fin du Xe siècle. Il s’agit d’une longueur jugée remarquable, forçant l’admiration des chroniqueurs qu’il s’agisse de Suger ou de Garsias.

8Onze mètres à Saint-Denis, un peu plus de dix à Saint-Michel de Cuxa, la différence ne semble pas énorme. Pourtant, ces deux architectures s’opposent. L’une possède des combles à pentes fortes, aux entraits rapprochés au milieu du XIIe siècle. L’autre adopte les fermes-latines* à la fin du Xe siècle. Cependant, quelques décennies après la construction de Cuxa, la voûte est adoptée dans le cadre des constructions du premier art roman méridional. Les combles* y disparaissent, au profit de couvertures lourdes, non aérées et à pentes faibles. Au même moment, dans les pays septentrionaux, les vastes nefs charpentées dominent : Jumièges, Saint-Rémi de Reims, Nivelles, Hildesheim. De même, dans les cadres roman et gothique, les voûtes sont presque toujours couvertes de combles* aux pentes moyennes ou fortes. Il y a là une différence essentielle.

9D’autres textes se rapportent à cette situation. La vie de saint Pardoux, abbé à Guéret au VIIe siècle, est rédigée au VIIIe siècle. Elle précise que le responsable du chantier de la basilique Saint-Aubin d’Angers (Rouche 1979, p. 185, n. 15 ; Aubrun 1981, p. 273) réclame des poutres aux charpentiers. Ces derniers apportent des pièces longues d’un pied et demi en dessous de la longueur fixée. Un miracle sera évidemment nécessaire, pour résoudre ce problème. Si l’erreur des charpentiers est probable, l’impossibilité de trouver des bois de la longueur indiquée n’est pas à écarter. Miracle encore, pour la cathédrale de Tréguier, au début du XIVe siècle où l’architecte prend mal ses mesures. Saint Yves intervient en rallongeant les poutres trop courtes. Dans ces mêmes contextes hagiographiques, Guéret possède un édifice dédié à saint Silvain/Silvanus, considéré comme le protecteur des espaces boisés ou du saltus. Il faut en déduire l’importance prise par ces forêts ponctuées de paroisses dédiées à saint-Sylvain dans la Marche (Creuse actuelle) et le Limousin (Corrèze et Haute-Vienne) : Ahun, Argentat, Beaulieu, Bonnat, Château-Chervix, Cromac, Saint-Laurent-les-Églises, Saint-Silvain-sous-Toulx, Saint-Silvain-Bellegarde, Saint-Silvain-Montaigut, Saint-Silvain-Bas-le-Roc, Saint-Solve (Aubrun 1981, p. 273). Ces protections miraculeuses ou ces manifestations d’admiration, liées aux constructions charpentées, sont trop fréquentes — au-delà des conventions littéraires — pour ne pas alerter. Ainsi, les miracles de saint Outrille (évêque mérovingien de Bourges) font état de l’interdiction d’utiliser du bois d’œuvre comme bois de chauffage. Ne pas en tenir compte est suffisant pour que le saint intervienne en faisant mourir les malfaiteurs. Outre l’interdit, cela indique également la faible différence existant entre du bois de chauffage et du bois d’œuvre. Pour une même essence, l’élancement* modeste des fûts, les arbres bas branchus aux troncs noueux et déformés semblent si courants que la différenciation dans l’usage ne va pas de soi. La confusion existe ainsi. (Rouche 1979, p. 185 ; Bechmann 1981, p. 95 ; Le Goff 1964, p. 258).

10En fait, ces documents se rapportent étroitement aux constats et hypothèses formulés à partir de l’examen des parties hautes d’édifices médiévaux. Il nous faut alors tenter une mise en correspondance de ces premiers éléments avec les sources écrites. Cela nous permettra tout d’abord de mieux appréhender les réalités contrastées de différents paysages et couverts forestiers. Ensuite, la consommation de bois d’œuvre devrait mettre en valeur les périodes de pénurie et leurs aires géographiques. À celles-ci répondront des temps pendant lesquels les réglementations défendront les massifs forestiers épuisés ou mal exploités. À cette pénurie, seront opposés l’usage précoce de la voûte dans le Midi, mais également des adaptations techniques dans les pays du Nord, où les qualifications des charpentiers évolueront. Il restera à aborder l’impact des changements climatiques, particulièrement perceptible dans les pays situés entre Poitiers et Guéret d’une part, entre Le Mans et Orléans d’autre part. Des aspects plus culturels interviendront enfin en complément de ces premières interprétations.

Paysages et couvert forestier

Une documentation historique inégale

11Il ne peut être question ici d’une simple redite. Les résultats de différents travaux historiques doivent être lus à la lumière d’une approche archéologique. Ainsi, le rapport ager/saltus est essentiel pour envisager la question à la fois des éléments charpentés médiévaux et des architectures pour lesquelles ils sont prévus. Le saltus, à la période mérovingienne, est constitué de terres incultes, de marécages ou de bois. Toutefois, une première distinction intervient entre pays septentrionaux et méridionaux. Une terminologie se met en place pour décrire ces régions. Le terme de forestis, courant au nord, est inconnu au sud. Par contre, le terme saltus est jugé suffisant pour recouvrir la réalité des paysages méridionaux. La précision n’est pas utile et ne nécessite donc pas l’usage d’un mot spécifique. Cela ne signifie nullement l’absence de forêts, mais un investissement plus faible au regard d’une réalité moins perceptible dans les paysages. Forestis semble un terme plutôt lié à la futaie*, dont la présence est sans doute trop faible en Aquitaine (Rouche 1979, p. 183-187). Néanmoins, le saltus, comprenant des bois, sépare bien le territoire de chaque peuple. Limousin, Auvergne ou Forez, ont des frontières nettement caractérisées par de telles zones incultes.

12En dehors de la question des zones forestières utilisées comme frontières peu précises, les territoires eux-mêmes sont décrits. Sidoine Apollinaire s’attache à la Limagne d’Auvergne, à ses océans de blés, aux montagnes où les pâturages dominent, aux vignobles des coteaux, aux sources, mais pas précisément aux forêts. Tout au plus apprend-t-on que les villae sont placées aux endroits cultivables, ce qui suppose des zones qui ne le sont pas : des lieux sombres ( ?) (Sidoine Apollinaire 1970, t. I, p. 59, VII, vers 139 ; Fournier 1962, p. 90-91). Cette description (465-467) est complétée par celle de Salvien pour l’Aquitaine qui n’insiste pas non plus sur les forêts. Plus tard, Grégoire de Tours (544-591) s’attache encore à la Limagne, sans jamais considérer les forêts (Rouche 1979, p. 182 et suiv. ; Grégoire de Tours Livre III, chap. IX). Seuls les reliefs ou la région des Varennes, peuvent apparaître couverts d’arbres, au contraire des hauts plateaux (Cézallier, Limon, Planèze). En Limousin, la même coexistence entre terres cultivées et bois est remarquée (une nappe boisée piquetée de clairières) : forêts d’Aureix, de la Vézère ; massifs de Pauvain, du plateau de Millevaches confrontant à ceux de Pionsat et de Vensat (Rouche 1979, p. 184). L’Aquitaine apparaît alors plus boisée que la Septimanie et la Provence, presque autant que la Neustrie selon Michel Rouche.

13Ultérieurement et dans ces mêmes régions limitrophes de l’Auvergne et du Limousin, les textes ne sont guère plus précis. L’assemblée de Paix de Dieu, réunie à Coler près d’Aurillac aux alentours de l’an Mil, est l’occasion de signaler une forêt voisinant Nieudan, près de Laroquebrou (Zimmermann 1992, p. 141). À la suite d’un miracle, elle est décrite desséchée, « de telle sorte que son susdit possesseur n’en tira aucun profit jusqu’à sa mort [pour avoir tenté de gêner une procession de « majestés »]. Après son décès, le bois retrouva sa verdeur et produisit à nouveau des fruits ». Les usages sont donc sévèrement réglementés pour exploiter et protéger ce qui subsiste du couvert forestier. Si le travail lui-même est à peine évoqué dans ce texte, des précisions apparaissent dans la vie de saint Étienne d’Obazine (Aubrun 1970, p. 49, 51, 61). Étienne s’installe (début du XIIe siècle) dans une région que les ermites affectionnent : Bertrand de Griffeuille (vers 1120, Montvert) ou Tillo (fin VIIe siècle à Brageac) (Boudartchouk 1999 ; Phalip 2002). Il parcourt la région, sans trouver où s’installer, ce qui témoigne de l’absence de forêts avant de s’arrêter à « Obazine, (...), à cause de l’opacité des forêts et de la densité des fourrés qui le recouvraient de toute part ». La forêt ne domine toutefois pas partout, car les fourrés et broussailles abondent aussi. Par contre, les premières constructions décrites sont en bois et il est question d’un charpentier, d’une chapelle lambrissée, d’outils (ferramenta) et d’incendies.

14Malgré cela, le tableau est trompeur. En dépit de son nom, le pays de la Selve (Rouergue) est un territoire forestier bien défriché au XIIe siècle (Ourliac 1985). Plus au nord, en Berry, « si l’on met à part quelques massifs forestiers, la plupart des bois ne comprenaient guère que des arbres rabougris et tordus incapables de fournir poutres ou madriers » (Devailly 1973, p. 558 et cartes 13-14, 15 et 23). Pour y trouver de beaux arbres bien droits, il fallait conserver de grandes superficies boisées, ce qui témoigne de la faiblesse de la futaie*. Tout dépend donc d’un problème de définition de la forêt. Son étude est envisageable en travaillant les données carolingiennes à partir de plusieurs polyptyques : Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour Mauriac en Haute-Auvergne, Marseille et Saint-Bertin.

Le polyptyque de Saint-Pierre-le-Vif de Sens pour le prieuré de Mauriac (vers 829)

15Ce document du début du IXe siècle est particulièrement précis à propos de l’archiprêtré de Mauriac et de quelques terres limousines (Fournier 1962, p. 117 et suiv. ; Rouche 1979, p. 210, 467-470 ; Phalip 1988). On peut aussi comparer ce polyptyque à celui de Marseille (Phalip 1988), afin de disposer d’un repère franchement méditerranéen. Ce dernier indique une centaine de brebis (55 %), une cinquantaine de porcs (27 %) et une trentaine de cochons de lait (18 %), élevés sur une centaine de colonges*. À Mauriac (248 colonges*), les proportions sont ramenées à 75 bovins (48 %), 45 moutons (30, 6 %) et 33 porcs (21,4 %), pour une centaine de colonges*. Pour les paturages, la différence est évidente avec la Provence qui ne peut nourrir ses bovins. Les « herbes maigres » ou « friches », sont en revanche plus faibles à Mauriac. Enfin, pour les porcs, il est difficile de comparer l’apport des deux textes. Si l’on s’en tient aux seuls porcs, c’est à Mauriac qu’on en élève le plus. Néanmoins, si l’on ajoute les cochons de lait aux porcs, la Provence produit plus de bêtes (fig. 56).

56 - L’archiprêtré de Mauriac d’après un polyptyque carolingien, paysages ruraux montagnards, occupation des terres et couvert forestier au Moyen Âge.

16Ces quelques indications ne nous paraissent pourtant pas déterminantes pour évaluer la place de la forêt dans ces régions auvergnates. À Mauriac, l’élevage du porc est concentré autour d’Anglards-de-Salers, Ally, Chalvignac et Tourniac : Chalvignac 10 porcs, Tourniac 12, Rilhac-Xaintrie 4, Ally 16, Drugeac 4, Saint-Christophe-les-Gorges 4, Sainte-Eulalie 4, Saint-Bonnet-de-Salers 12. En dépit des défrichements, il y subsiste d’importants massifs forestiers : vallée de l’Auze (forêt de Miers), entre Tourniac, Chalvignac et Ally. C’est dire que l’élevage du porc confirme la présence des bois, puisqu’à la période carolingienne, une forêt se mesure par le nombre de porcs pouvant y être nourris (Polyptyque d’Irminon). Par ailleurs, des corvées de charrois sont réclamées 38 fois, pour une répartition correspondant à une exploitation forestière et à des fronts pionniers de défrichement en marge des massifs. Anglards-de-Salers, Jaleyrac et Champagnac sont particulièrement concernés : Madic, 1 mention ; Champagnac, 4 (8 dans les environs) ; Veyrières 1 ; Chavagnac 1 ; Sauvat 1 ; Chalvignac 2 ; Jaleyrac 7 (11 dans les environs) ; Auzers 2 ; Anglards-de-Salers 11 (16 dans les environs) ; Saint-Bonnet-de-Salers 2 ; Sainte-Eulalie 2 ; Saint-Paul-de-Salers 2.

17En définitive, cette forêt apparaît bien affaiblie. Elle est attaquée par les défrichements, mitée de clairières où l’on cultive un peu, livrée aux porcs pour ses zones les plus riches en faînes (hêtres) et en glands (chênes) ou laissée aux moutons pour ses zones les plus pauvres (formations arbustives chétives). Tout autour, les cultures et l’élevage dominent. Les forêts sont alors cantonnées aux zones de reliefs, à quelques massifs en cours de défrichements, dans les vallées encaissées ou encore dans quelques « déserts » proches du Limousin. Les autres déserts, présents au-dessus de 1200 m d’altitude, correspondent aux zones d’estive et d’habitat saisonnier.

Le polyptyque de l’abbaye de Saint-Bertin (844-859)

18À la suite de ces premiers documents, il s’avère indispensable de trouver des correspondances dans les pays du nord de la Gaule. Cette opposition est en effet estimée importante pour Guy Fourquin. Lors de la conquête romaine, César remarque l’importante présence de forêts dans les pays septentrionaux, bien que les massifs soient déjà entamés : Champagne, Picardie ou Beauce. À l’inverse, en Gaule méridionale, les forêts — les arbres ont un élancement* différent pour une même essence — voient leur surface diminuer proportionnellement à leur degré de romanisation (Fourquin 1972, p. 10-15).

19Ainsi, pour le nord de la Gaule, le polyptyque de Saint-Bertin nous renseigne. Les forêts de la réserve y représentent un tiers des terres. Pour celles des tenures, la proportion est plus faible, un cinquième. Cet affaiblissement, en passant de la réserve à la tenure, s’explique aussi par la différenciation entre les bois. La réserve est mieux protégée, tandis que les bois de tenures sont voués aux défrichements. Par ailleurs, une autre distinction apparaît entre la silva grossa et la silva minuta (Fossier 1987, p. 67-68, 111, 115 ; Ganshof 1975, p. 29, 30, 42). Cette dernière représente 70 % de l’ensemble, mais les façons d’appréhender la question varient d’une région à l’autre. Au sud d’Amiens, vers 860, les bois représentent un peu plus de la moitié des terres. Aussi Robert Fossier en conclut que l’homme « tente plutôt d’accroître les labours aux dépens des friches que de jeter bas la forêt, de lutter contre la ronce plutôt que contre le chêne ». Selon les domaines, les bois et forêts occupent alors entre le quart et le tiers des terres.

20L’impression dominante est celle de paysages où la forêt ne peut être évitée. Face à la réalité, les chroniqueurs sont alors exigeants et précisent leurs descriptions. En revanche, pour les polyptyques de Marseille et de Mauriac, il n’est jamais directement question de bois ou de forêts. Seules des allusions permettent d’en déduire la présence au détour d’une corvée de charrois ou d’une redevance en porcs. Il n’en est rien à Saint-Germain-des-Prés et Saint-Bertin, où les forêts occupent une place de choix. Ainsi, la réserve de Saint-Bertin prévoit un tiers de bois et forêts, tandis que celle de Mauriac prévoit des églises. Cette différence est essentielle car elle nous permet d’entrevoir la faiblesse des massifs forestiers dans les montagnes du Massif Central et leur force dans les plaines des pays septentrionaux.

D’autres réalités forestières en pays septentrionaux

21De telles réalités aussi contrastées nécessitent un tour d’horizon rapide des connaissances pour recenser les points sur lesquels il est possible d’appuyer une analyse : le cadre antique, celui plus général des pays septentrionaux, des régions centrales, des pays méridionaux et du Massif Central, avant d’en venir aux informations plus techniques.

22En dehors des régions orientales, les civilisations antiques ont été fortement destructrices en massifs forestiers, pour les besoins de la marine, de la construction des villes et du chauffage (cuisson, hypocauste, bains). En pays lyonnais, on passe alors de la forêt à la clairière, puis au paysage ouvert. Toutes les essences d’arbres sont touchées (Béal 1995, tableau 2, p. 44 ; Fourquin 1971, p. 26-32). De même, dans les contrées septentrionales, jusqu’au Bas-Empire, la civilisation dépend encore pour une large part de la forêt, y compris pour les divinités gallo-romaines honorées. Pour ces régions, les plus importants massifs forestiers sont connus dans les régions de l’Escaut, de la Meuse et de la Moselle. Par contre, en Gaule méridionale, les défrichements et l’exploitation forestière (besoins industriels) détruisent le couvert végétal fragilisé dès le Néolithique. À partir du Ier siècle, les chênes sempervirans diminuent et à la suite ce sont toutes les variétés de chêne qui sont affectées dès le IIe siècle (Vernet 1991, p. 369-408 ; Ferdière 1988, t. I, p. 32, 40, 43 ; t. II, p. 120, 123 et 124.). Enfin, le châtaignier, qui pousse à l’état spontané dans beaucoup de régions, va être cultivé dans la Châtaigneraie cantalienne, dans les Cévennes et le Limousin, sans possibilité d’utilisation pour le bois d’œuvre (Chevalier 1985, p. 112-120, 121-130, 140-160, 185-190).

23Le cadre général est donc celui de civilisations antiques destructrices en massifs forestiers. Ensuite, si on envisage la question dans son ensemble, « l’Europe occidentale du haut Moyen Âge était encore un monde de la forêt », selon Charles Higounet (Higounet 1965, p. 398-399). Cependant, ce qui ressort aussi de son étude, c’est une opposition climatique et végétale entre pays romanisés où la forêt est dégradée et pays septentrionaux où la forêt domine encore largement. Ainsi, en Alsace au IXe siècle (vers 826-828), « les malheureuses Vosges, battues par le vent et la pluie, n’offrent pour tout trésor que du bois à brûler ». Cette vision négative (le Rhin s’exprime et valorise ses richesses dispensées face aux Vosges) est toutefois rapidement corrigée par le même auteur qui affirme : « C’est de mon bois (des Vosges) que l’on construit les palais, les églises ; c’est aussi moi qui fournit les poutres de choix » (Fourquin 1971, p. 123 ; Bonnet 1997).

24Cette distinction entre pays du nord et pays du sud a également retenu l’attention de géographes tels que Roger Dion (Dion 1934). À considérer le problème de manière large, les pays d’openfield sont situés à l’est d’une ligne reliant Rouen à Lyon. Les villages y sont groupés (habitat concentré) et les champs ouverts à parcelles allongées pour une grande propriété de plaines absorbant plus facilement la petite. À l’ouest de cette ligne, l’habitat dispersé domine pour des champs enclos et une petite propriété qui résiste. L’openfield s’étend alors depuis la Flandre jusque près d’Orléans et comprend notamment la Picardie, l’Artois, l’Île-de-France, la Brie et la Beauce. Au sud, ce sont les pays d’enclos ou d’infield. D’un autre côté, les massifs forestiers les plus fragiles sont ceux des pays d’enclos (Dion 1934, p. 83, 86). Deux civilisations agricoles s’opposent donc, à cause d’attitudes différentes vis-à-vis de la forêt. D’un côté, des massifs forestiers encore importants et des aires de rase campagne où l’habitat concentré se fixe ; de l’autre, des vestiges forestiers et un habitat dispersé. La conclusion, excluant les hautes montagnes, se ramène à deux types fondamentaux de paysages : un type septentrional caractérisé par la rase campagne et par le groupement des arbres en massifs forestiers compacts ; un type méridional caractérisé par l’émiettement des forêts et la diffusion des arbres au milieu des terroirs agricoles (Duby 1975, t. I, p. 47-53, Possibilisme et déterminisme).

25Néanmoins, en dehors de ces premiers aspects, la destruction de la forêt revêt différentes formes selon les régions. L’augmentation des terres cultivées implique un affaiblissement progressif des grands massifs. Ces derniers, encore très individualisés au milieu du XIe siècle, prennent le nom des agglomérations voisines vers le XIIIe siècle (Fourquin 1971, p. 142-153). C’est aussi à ce moment que l’expansion agricole montre des signes de ralentissement. Les grands défrichements sont stoppés et les limites de forêts stabilisées. En Brie, ce mouvement est poursuivi jusque dans les années 1300, tandis que la région parisienne connaît le phénomène aux alentours de 1230. Dans le Sud-Ouest, la situation est différente, à cause de l’implantation de bastides. Néanmoins, la Haute-Provence voit le ralentissement des défrichements dans les années 1250. En définitive, on considère que les entreprises de domination du sol par les communautés humaines culminent entre 1100/1125 et 1250/1275 en Europe du Nord-Ouest, alors qu’en zone méditerranéenne le fléchissement intervient dès les années 1200 (Fossier 1990, p. 239 ; Fossier 1992, bibliographie p. 37, p. 441, 453 ; Flaran 1988 et Flaran 1990 ; Duby 1975, p. 427, 561 ; Fourquin 1970).

26Évidemment, la pression exercée sur les massifs forestiers a été trop forte pour ne pas entraîner des mesures et réactions diverses. Parmi celles-là, la protection des friches, des forêts et des bois devient une nécessité dès le premier tiers du XIIIe siècle. Philippe Auguste avait déjà limité les usages et saint Louis va poursuivre cette politique. Si le ramassage des bois morts est autorisé, la coupe des espèces arbustives secondaires va être réglementée (bois vifs). Parallèlement à l’intervention royale, celle seigneuriale génère des contestations, dont toutes les documentations portent la trace depuis le XIIIe siècle. En premier lieu, les essartages clandestins sont interdits. Puis, en 1216, une ordonnance royale, confirmée en 1346, interdit toute concession de nouveaux droits. Enfin, les droits existants, simplement contrôlés au départ, sont progressivement limités et souvent supprimés pour protéger les arbres.

27Plus précisément, la situation dans les pays septentrionaux confirme ces aspects généraux. En Normandie, une étude des forêts subsistantes permet de reconstituer les anciens massifs et de repérer les fronts pionniers avec ses différentes étapes (Roquelet 1984). Les deffens* se répandent et une terminologie se met en place pour recouvrir la réalité de ses protections forestières : hayes, plessis, plaisses, breuils, parcs et garennes. De même, les interdictions de taille protègent toutes les essences d’arbres, y compris celles qui produisent des bois blancs et légers. En région parisienne, les zones forestières occupent encore plus de la moitié des terres au XIIe siècle. Les forêts se touchent et se confrontent, malgré les efforts de la colonisation entreprise au haut Moyen Âge (Higounet 1990). Dans la Brie, les forêts occupent de 50 à 70 % des terres au XIIe siècle. En Champagne méridionale, les plateaux sont infertiles ou boisés, tandis que l’habitat se concentre dans les vallées. Il faut ajouter à cela les immenses forêts frontières de Champagne du Nord, où l’on valorise les essences nobles du chêne et du hêtre. Toutefois, pour ces régions les défrichements sont plus ou moins précoces. Dans sa phase maximale, le déboisement s’inscrit entre 1220 et 1240 avant de se ralentir, puis de s’arrêter avant la fin du XIIIe siècle. Au nord-est de Paris, le mouvement de déforestation ne prend de l’ampleur qu’à partir du milieu du XIIe siècle, pour des massifs où le hêtre et le chêne sont bien connus. Enfin, dans la Beauce, les grands massifs subsistants sont attaqués eux-aussi, avant de connaître une disparition progressive des essarts dans le premier tiers du XIIIe siècle. Plus au nord, en Picardie (Fossier 1987), les premiers grands défrichements sont menés à partir des années 1137-1139. Un maximum est atteint une première fois dans le deuxième tiers du XIIe siècle (1150-1170), avant une seconde phase entre 1220/1230. Pour l’essentiel, ces mouvements portent sur ce qui subsiste des anciennes forêts frontières des cités gauloises. À la suite, ce sont les mesures de mises en défense qui limitent les destructions. Dès 1154, les chênes et les hêtres voient leur emploi limité, avant de faire l’objet d’autres mesures de protection en 1177. Face à la pénurie de bois d’œuvre, les coupes sont réglementées et les massifs surveillés tout au long du XIIIe siècle, jusqu’au début du XIVe siècle (Fossier 1987, p. 183). Enfin, au XIIIe siècle, les règlements d’exploitation réservent l’abattage des chênes et des hêtres au seigneur. De même, les arbres dotés de beaux troncs sont conservés au milieu des coupes, afin de les laisser vieillir et grandir. Ces politiques répondent évidemment à la pénurie.

28Dans les pays centraux, la situation diffère nécessairement de celle rencontrée plus au nord. En Bourgogne (Duby 1982, p. 34, 384, 517), les zones forestières occupent encore environ la moitié des terres du Xe siècle au XIIe siècle. En revanche, au XIIIe siècle, les bois ne semblent plus occuper qu’un quart des terres, si l’on se fie aux données disponibles pour quelques paroisses. Cette proportion de la moitié des terres occupées, connue en Ile de France ou en Picardie, se retrouve dans la Charente pour les diocèses de Saintes ou d’Angoulême, en considérant les forêts, bois et boqueteaux. Les forêts seules sont moins importantes et n’occupent que 20 % du seul diocèse d’Angoulême ou 30 % de celui de Saintes (Debord 1984, p. 13, 15-16, 337, 342). C’est là le résultat des grandes entreprises de défrichements situées aux XIe et XIIe siècles, malgré celles du haut Moyen Âge de moindre ampleur. De la même façon, ces essarts paysans ou ces entreprises de défrichements contrôlées par l’aristocratie, concernent plus les taillis et bois isolés que ceux de haute futaie* (comme en Picardie). Le problème soulevé n’est donc pas forcément celui du recul de la forêt en général, mais bien celui de la place de la futaie* dans les régions envisagées.

Les réalités forestières des pays méridionaux

29La situation dans les pays méridionaux est toute différente. Le climat méditerranéen impose des chaleurs fortes en été, de fortes averses d’automne ou de violents orages. En dehors de l’arrière-pays montagnard, le Bas-Languedoc est peu boisé (Bourin-Derruau 1987, p. 11, 93-94). Il n’y subsiste plus que quelques bois témoins de l’ancien couvert forestier. De même, en dehors de l’exploitation spécifique à l’Antiquité, les défrichements y ont été limités. On les repère dans le courant du haut Moyen Âge. Mais, cet accroissement de l’espace cultivé est une activité surtout paysanne. Tout comme en Picardie ou en Charente, il s’agit d’ailleurs surtout de conquérir les friches ou garrigues et non de s’attaquer aux forêts. En Languedoc (Vernet 1991), les dernières grandes forêts s’établissent le long des grands cours d’eau et sont défrichées entre le Xe et le XIIe siècles. Il s’agit alors de travailler des terres lourdes, les condamines, libérées par l’établissement de nombreuses usines hydrauliques aidant à la régularisation des fleuves côtiers (Phalip 1992, p. 63-96 documentation historique issue de Durand 1990, p. 85, fig. 7, p. 92, p. 101-103). Ce sont ces entreprises qui font disparaître les hêtraies ou chênaie-hêtraies, couvrant les berges des cours d’eau, avant le XIe siècle. Dans ses conclusions, Jean-Louis Vernet souligne que si

« l’architecture renseigne sur le milieu forestier, l’implantation de la maison ou du village est étroitement dépendante des ressources en bois, particulièrement en bois de feu, seule source d’énergie, est-il besoin de le rappeler. L’aller-retour devait se faire en une journée et, compte tenu des charges emportées, ne pouvaient impliquer de longs trajets » (Vernet 1991, p. 407).

30Plus au nord et pour des périodes hautes, la situation dans le Massif Central est mieux connue par l’intermédiaire de l’analyse pollinique (Pons 1987 ; Jalut 1991 ; Beaulieu 1988 ; Guenet 1988). Tout en insistant sur l’extrême variabilité d’une région à l’autre, les auteurs considèrent que la forêt du Massif Central subit un éclaircissement généralisé et définitif autour du VIIe siècle av. J. -C. Logiquement cet effondrement est suivi d’une augmentation des pollens de végétaux caractérisant les pâturages et les cultures. Enfin, tout comme en pays méridionaux, la période gallo-romaine est une phase très caractérisée en Velay. Pour la période médiévale, la forêt est très dégradée. Ainsi, la redevance payée, il était possible de couper librement du bois, ce qui ne concourt pas à la protection des massifs. De même, lorsqu’il est question de zones boisées au XIIIe siècle, il s’agit de bois de chauffage et très rarement de bois d’œuvre. Nous en avons la confirmation par l’étude de la vie pastorale des montagnes auvergnates, entre la fin du XIIe siècle et le début du XIVe siècle (Fournier 1962 et 1983 ; Phalip 2002). Pour l’essentiel, la déforestation est sans doute le résultat d’une très forte exploitation liée au développement de l’élevage. Primitivement, les forêts couvraient les pentes en dehors des sommets les plus élevés. Le chêne était présent sur tous les reliefs, en stoppant sa colonisation autour de 850/880 m, cela alors que le hêtre monte jusqu’aux environs de 1400 m d’altitude. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les textes se font plus nombreux et précis (lacs de Guéry, Chambon ou Servières) pour se faire une idée du paysage et de sa composante forestière. En effet, derrière la convention des énumérations répétitives des chartes, certaines réalités se perçoivent. Ainsi, les formules courantes englobent les terroirs dans leur totalité : « pascuis, pratis, ortis, campis, hospitiis, grangiis, brugeriis, aquis, terris cultis et incultis... ». Néanmoins, quelques textes usent des termes nemora (bois) et arbores (1241-1242, 1282, 1288, 1291, 1269/1304, 1356) (Fournier 1983). Ces énumérations ne recouvrent en fait que de faibles étendues isolées. Seul un bois mis en deffens* pendant 4 années fait l’objet d’une dénomination. Tous les autres sont anonymes, tant ils marquent peu les paysages. Pour d’autres, la protection est de 7 années, ce qui est sans commune mesure avec les pratiques septentrionales interdisant des coupes avant 40 ou 60 années pour les futaies*. La différence est donc essentielle avec ces pays connaissant des formations forestières nettement plus importantes, tout comme en Bourbonnais. Ici, en Basse-Auvergne, les nemora concernent des bouquets d’arbres, des haies pour abriter le bétail. Cette extrême faiblesse de la couverture forestière va alors impliquer des tentatives seigneuriales, visant à s’en réserver l’usage. Le pacage est limité (Coutume d’Auvergne, t. III, chap. XXVIII, art. 23), tout comme l’utilisation du bois pour construire les cabanes de l’estive : bois de hêtre récupéré, entreposé, réutilisé. À l’inverse, en Haute-Auvergne, à la fin du XVIIIe siècle, le buron est fixe et construit « en pierre et à demeure » selon des usages locaux (Fournier 1983, p. 336-338, 341-242). Ajoutons qu’un hêtre vieux de 9 ans ne peut être véritablement considéré comme bois d’œuvre. Ensuite, la hêtraie reste d’autant plus fragile qu’elle est soumise à des variations climatiques d’altitude et à la pression de l’économie mise en place par les communautés rurales.

31Néanmoins, malgré cet état de dégradation des forêts montagnardes, l’occupation du sol progresse encore jusqu’au tout début du XIVe siècle (Charbonnier 1980 et 1987 ; Bressolette 1983, p. 125-127, 135). C’est la guerre de Cent ans qui renverse la tendance avec des friches, puis des taillis regagnant du terrain. En Auvergne, comme dans bon nombre de régions, la crise économique, les épidémies et les conflits contribuent au retour de la forêt par abandon de parcelles. Après plusieurs décennies de guerres, dans la Beauce, en 1427, on considère que « les bois sont venus en France par les anglais ». Malgré tout, en Auvergne, la documentation ne distingue jamais le taillis de la futaie* et seule la question du bois de chauffe est présente dans les textes, tout au long des XIVe et XVe siècles. Une seule description, celle de la forêt de la Roche en 1500, fait état de « gros et grands arbres de chayne (minoritaires face au hêtre), droits bons et profitables pour faire menuizeries et charpenteries et autres édifices » (Charbonnier 1980, p. 246-249). Des bois d’œuvre sont récupérés des bâtiments en ruine pour les réemployer. Dans le même sens, dans les montagnes occidentales de l’Auvergne, les ventes de bois d’œuvre sont rares jusqu’en 1500 et, un seul équipement hydraulique destiné à couper du bois est repéré dans les textes (bois d’œuvre, menuiserie ?). Cette caractéristique subsistera d’ailleurs jusqu’au milieu du XVIe siècle et très rares sont les crimes forestiers, contre des dizaines de crimes pastoraux. Pour le bas Moyen Âge, 4 zones à faible taux de boisement sont repérables pour ces montagnes : bordure orientale et la région des Dômes, Cézallier, bassin d’Olby et région d’Herment. Ces paysages de montagnes à vaches se prolongent ensuite au sud avec les plateaux du Limon, Collandres ou de la Planèze, confrontant aux espaces peu boisés de la Margeride et de l’Aubrac. Dans le nord-ouest de l’Auvergne, seules 2 zones sont à fort taux de boisement : Saint-Rémy-de-Blot, jusqu’à Cisternes-la-Forêt et Savennes. Ces montagnes peuvent posséder des formations de futaies* s’équilibrant avec les taillis. Par contre, au sud, le taillis domine plus largement, ce qui traduit un changement annonçant les pâturages de Haute-Auvergne (Charbonnier 1980, p. 248, Cartes A1 et A2). De plus, une étude comparative des communes de cette région des montagnes septentrionales révèle des taux de boisement plus forts dans le nord. Les plus petites parcelles et les taux les plus faibles sont tous situés au sud. Tout aussi logiquement, cela se répercute sur les corps de métiers. En 1495, à Latour, pour 20 artisans cités, il y a 1 charpentier pour 3 maçons. En 1574, à Besse, pour 35 artisans cités, il y a 1 couvreur, 1 maçon, 6 maréchaux, 10 bouchers et aucun charpentier. Enfin, à Mainsat, en Haute-Marche, pour 11 artisans cités (1605), 3 sont charpentiers et 2 maçons, ce qui donne une teinte plus forestière à cette paroisse limousine (Charbonnier 1980, p. 248).

32En Haute-Auvergne, les comptes de la ville de Saint-Flour (Rigaudière 1982, p. 710-711) font état d’un coût très élevé pour le bois d’œuvre. 42 % des sommes sont consacrés au bois en 1388. Les consuls s’adressent à de nombreux particuliers pour réaliser leurs travaux : 18 pour la seule toiture d’une tour et les bois sont achetés au fur et à mesure des travaux. Enfin, tout comme en Basse-Auvergne, les corps de métiers liés à la charpente, la menuiserie et la couverture n’apparaissent qu’épisodiquement. Au contraire, à Paris, au début du XIVe siècle, pour 400 ouvriers, il y a 122 maçons et 108 charpentiers (27 %), tandis qu’à Bruges, au XIVe siècle, les métiers du bois occupent la première place, selon les chiffres donnés par Alain Rigaudière (Rigaudière 1982, p. 711). La différence est donc bien nette, y compris en considérant les corps de métiers.

33En Bourbonnais (Germain 1987, p. 16-17, 29-30, 34, 91, 229, 339), 3 zones doivent être mises en valeur : la montagne, le nord-ouest et la Sologne. La montagne est de loin la plus boisée, puisque la forêt, les bois et taillis concernent la moitié environ de son territoire. Elle comporte des forêts de haute futaie*, où le chêne et le hêtre sont bien représentés. La zone du nord-ouest est un pays de taillis ou la haute futaie* existe encore : forêts de Messargues (Meillers), Gros-Bois (Gipcy), Moladier (Souvigny), Tronceon (Murat), Saint-Menoux et Tronçais (Ainay). Enfin, la Sologne est un pays de bois où le taillis domine largement. Dans les plus belles forêts (Tronçais, Grosbois, Messargues et Tronceon) le chêne domine avec le hêtre. En 1453, dans la montagne, les ventes ne concernent pas que du bois de chauffage : 18 hêtres de grandes dimensions sont coupés ainsi que 350 hêtres plus petits et 15 chênes. Ici, tout comme en région parisienne, Normandie, Picardie et Champagne, le détail et les terminologies précises sont désormais présents. À l’inverse, les documentations plus méridionales et cela dès le haut Moyen Âge, ne font aucune distinction entre futaie* et taillis car la réalité n’en offre pas la possibilité. Ces bois de haute futaie* font alors partie de la réserve seigneuriale et un « maître des eaux et forêts » en surveille l’exploitation, comme à Souvigny où, avec un « martel de fer aux armes de madame la duchesse, il signe les bois vendus dans les forêts ducales » (Germain 1987).

34En conclusion provisoire, nous ne pouvons que constater l’étroite adéquation entre les premières données archéologiques propres au Massif Central et les documentations historiques. Celles-ci, après nous avoir traduit en termes concrets une perception de l’univers végétal, très présent au nord et dégradé ou fragilisé au sud, peuvent aussi donner quelques renseignements d’ordre technique.

L’outil, l’arbre et l’expérience

Les premières données techniques

Documentation historique

35En dehors de la connaissance des forêts, ceux qui travaillent le bois peuvent apparaître aussi dans quelques documents historiques et travaux archéologiques. Ainsi, pour l’Antiquité orientale les archéologues notent un développement logique de la construction voûtée — avec ou sans cintre — en briques pour faire face à la pénurie de bois (Béal 1995 ; Chevalier 1985 ; Besenval, 1984). Toujours, en Orient, entre Antioche et Apamée aux Ve-VIIe siècles, des études montrent que l’architecture est adaptée aux caractéristiques du bois (longueur, section, résistance). Cela oblige notamment les maîtres d’œuvre à prévoir des murs de refend à cause de la trop faible longueur des bois d’œuvre (3 à 4 m). Ces murs de refend fragmentent l’espace et répondent au renchérissement du bois ou à ses limites techniques. Le mur de refend (transversal ou longitudinal), avec ou sans arc, divise les portées de poutres et permet d’économiser autant de fermes en charpente. Ces traits architecturaux ne se constatent que dans les zones éloignées des massifs forestiers. Au contraire, près des massifs, il n’existe aucun appui intermédiaire (Béal 1995, p. 99-104). Cet aspect est important, car ces dispositifs existent sur tout le pourtour méditerranéen, afin de répondre à la pénurie. Dans ce cas, il s’agit d’un phénomène de substitution progressive de la pierre au bois au fur et à mesure de l’exploitation, puis de la destruction des massifs forestiers.

36Dans les faits, les textes apportent une matière assez disparate. Sur la bordure méridionale du Massif Central, les utilisateurs vont chercher leurs pièces dans les bois distants de 15 km en moyenne (Colin 1996, p. 79.). Pour ces mêmes régions, du XIIIe siècle au XVe siècle, le peyrier assure aussi bien les travaux de couverture que de maçonnerie, ce qui englobe sans doute les charpentes dépourvues d’assemblage (Colin 1996, p. 127, Montpellier). Par ailleurs, le transport des pièces de bois (poutres et planches) s’effectue « à dos d’âne ou d’homme ». Il est acheminé depuis les montagnes au travers des plaines, pour être vendu sur le marché des bourgs languedociens (Colin 1996, p. 127-129, Cabrières ; acheminement attesté dès la fin du XIIe siècle). Ces moyens montrent alors combien les bois sont courts et légers.

37Concernant les couvertures, les documents sont difficiles à interpréter. À propos des toitures de la cité de Carcassonne, différents textes nous font hésiter à propos des termes utilisés. À la fin du XIIIe siècle, un « couteau servant à la fabrication de la tuile » est cité (1298). En 1563, deux couvreurs sont payés pour « revoir toutes les toitures une à une ». À la fin du XVIe siècle, un teulier de Conques est connu à Carcassonne (1563-1564). Jusqu’en 1596, il s’agit alors de fournir des tuiles plates ou « barrots », des tuiles canals, mais semble-t-il pas d’ardoises (Monuments Historiques, 1959, n° 4, p. 184-190). Pourtant, les édifices romans de la Montagne Noire sont eux-mêmes souvent couverts de schistes posés sur les voûtes, pour une faible pente. De plus, cet usage ne concerne pas que les montagnes, puisque les voûtes de la cathédrale de Narbonne et celles de Saint-Nazaire de Carcassonne étaient précisément couvertes de grandes ardoises provenant de la Montagne Noire (Viollet le Duc, 1868, t. I, p. 453, article ardoise.). Cette habitude existait d’ailleurs bien au-delà, puisque la cathédrale de Nantes possédait aussi des ardoises sur les reins de ses voûtes, en attendant la charpente définitive. C’est le cas aussi de l’abbatiale de la Couronne (Angoulême) qui était couverte de larges ardoises directement sur les reins des voûtes, jusqu’à la fin de la période moderne.

38Plus au nord, en Auvergne, les comptes de la ville de Saint-Flour fournissent des indications précises pour la fin du XIVe siècle (Rigaudière 1982, t. I, p. 541-544 ; t. II, p. 707, 709-710, 725, 890). En règle générale, le « prix-fait » concerne le travail à accomplir et non les matériaux fournis et payés par les consuls. Ce fait est confirmé par exemple pour la construction de la tour de Montclar (Cantal) : le prix-fait précise en 1468 que le « maystre » aidé de ses « obriers (...) doyt far lo dit mestre tota manobra et rompre to la peyra de la talha que y sera necessari a ses despans. Les seigneurs faront porter à leurs despans toute la materia que y sera necessaria en plassa et au pie de mur ». Ces derniers fournissent les engins de levage, les cordes et prévoient le paiement, tant en numéraire qu’en nature. En 1387, Jean Aurelha, exerce le métier de forgeron et de charpentier. D’autres métiers sont présents dans les comptes : « massons, bastidors, fustiers (fournisseurs de poutres), teulayres (tuilliers), trasedor de peyra, manobras ». En Auvergne toujours, de grandes corvées sont demandées lorsque le chantier est très important, ce qui peut concerner les charpentes de Souvigny ou celle de Saint-Pourçain-sur-Sioule. À Saint-Flour, ces granda bohada demandent jusqu’à vingt-cinq paires de boeufs sur le chantier. En moyenne, il y a trois fois plus de manœuvre que d’ouvriers qualifiés à Saint-Flour. Ainsi, les travaux de 1398 réclament 27 % de journées payées pour les ouvriers qualifiés et 73 % pour les manœuvres. En Haute-Auvergne, dès le IXe siècle, il est fait mention de corvées de charroi (caropera) dans les zones forestières. Ensuite, les corvées apparaissent dans le cadre des chartes de libertés. Les manœuvres imposées aux vassaux sont connues à Albepierre (Cantal) en 1292 (Phalip 2000). À Calvinet, en 1266,

« outre la construction du château de Calvinet nos hommes devront faire la manœuvre à nos frais aux maisons et constructions que nous édifierons pour notre service et notre usage dans le susdit château à raison d’un homme pour chaque maison d’habitants une fois la semaine, excepté entre la Saint Jean et la Saint Michel (pendant la durée des récoltes) (...) ».

39Cet assujettissement est limité à cinq années ; au-delà, ils n’y seront plus tenus, « et nous voulons qu’après les cinq ans, ils soient exempts de toutes manœuvres sauf celles spécialement imposées par les dites coutumes » art. XLVI. À Combrelles, en 1366, l’article XI précise que « lesditz hommes seront tenus de servir et faire manœuvre à bastir ou réparer la grand’tour et pourtals dudict chasteau de Combrelles (...) soulz contenues comme leurs prédécesseurs ont faict de toute anticquité » (Phalip 2000). Nous pourrions multiplier les exemples, mais il s’agit surtout de retenir le caractère parfois ambigu du chantier médiéval. Les ouvriers qualifiés voisinent avec de simples paysans ou manœuvres, tous artisans occasionnels. Par ailleurs, ces caractéristiques (manœuvres et corvées) concernent autant les ouvrages de maçonnerie que ceux du bois. Tels sont, pour l’essentiel, les textes disponibles en Auvergne.

40En Bourgogne, Georges Duby signale la valeur croissante du bois d’œuvre entre le XIe et le XIIIe siècle. Ce renchérissement peut alors révéler l’épuisement progressif des principaux massifs forestiers les plus proches des chantiers ou des marchés (Bechmann 1981, p. 97). Malgré cela, un texte nous renseigne sur l’achèvement de la cathédrale d’Autun entre 1294 et 1295 (Gimpel 1958, p. 46, 59 et suiv. ; Finó 1970, p. 105). Ces comptes mentionnent déjà un échafaudeur et donnent des détails dans huit articles précis :

« § 3 Pour la coupe et le transport du merrain destiné aux cintres de l’église St-Lazare, pour les charpentiers et manœuvres. 17 livres, 2 sous, 7 deniers.
§ 8 Pour les manœuvres qui montèrent les tuiles en haut de l’église St-Lazare. 1 livre, 9 sous, 11 deniers.
§ 9 Pour les gaules destinées aux chanlattes. 5 sous.
§ 11 Aux charpentiers pour le merrain fait dans la forêt du chapitre. 8 livres, 16 sous.
§ 12 Pour la réfection du toit de l’église St-Lazare et la remise en place des engins, aux charpentiers et manœuvres. 3 livres, 15 sous.
§ 13 Aux charpentiers qui lattèrent l’église St-Lazare. 10 livres, 8 sous.
§ 14 Pour l’achat des lattes. 3 sous, 6 deniers.
§ 22 Pour la fabrication des maillets de couvreurs. 1 sous, 10 deniers ».

41Le total des dépenses se monte à plus de 290 livres, tandis que la charpente et la couverture en ont coûté 45, soit 15,5 % environ. Malheureusement, les éléments de comparaison manquent et il est difficile de se rendre compte de l’importance de la mise en œuvre des éléments charpentés dans le cadre d’un chantier médiéval. Plus tard, toujours en Bourgogne au milieu du XIVe siècle, le coût d’une poutrelle de 12 m de longueur est de 180 deniers pour la chartreuse de Champmol, alors qu’il est de 336 deniers pour le chantier du Palais des Papes à Avignon. De Provence en Bourgogne, le prix du bois est divisé par deux, tandis que le salaire des manœuvres est le même pour les deux chantiers (20 deniers par jour) (Échafaudage 1996, p. 32, 39).

42En Franche-Comté, l’étude des églises de Poligny ne rattrape guère ces lacunes. En 1414, les 5 carrières sont situées à une distance de 20 km au maximum du chantier. Pour les couvertures, plusieurs matériaux sont utilisés : laves, tuiles, anselles de sapin ou de chêne. En 1452, le charpentier doit chercher un fût de longueur suffisante. La distance à parcourir étant importante et l’erreur possible, les bûcherons se déchargent de cette responsabilité sur le charpentier. Ce dernier se déplace « pour aler monstrer led. arbre, pour ce que l’on ne peut tourner en la montaine char que eust pu soustenir ne amener led. arbre ». Étant donnée cette difficulté d’acheminement (chars tournant difficilement), il est fait appel au charpentier lui-même, afin de s’assurer d’une bonne compréhension entre tous les acteurs. Suivent de multiples détails. Les artisans apportent leurs propres outils et en assurent l’entretien. Les claveaux des arcs et les moellons des voûtains sont posés grâce à des pièces de bois courbes appelées des doualles (« douelles » ou « douves ») : en 1435, un charpentier démonte « les doualles d’aix en l’une des grand haultes voltes pour employer en l’une desdites basses voltes » (Bulletin monumental, 1994, t. 152-IV, p. 401-414, 415-458). Cela suppose alors une standardisation préalable, une récupération possible et une organisation soucieuse d’économiser les matériaux. Les maçons employés sont polyvalents. Ils acheminent les matériaux, taillent, maçonnent, établissent des fondations et participent à la fabrication de cintres. Seuls, les charpentiers se distinguent des bûcherons et des couvreurs. Le chantier est bien détaillé dans ses différentes étapes : bois de sapin ou de chêne ; corde rompue lors du levage ; chevrons brisés ; engin à poulie renforcé ; réfection d’une arche pour le transport de la chaux ; organisation d’une équipe pour le clocher et d’une seconde pour les voûtes ; cintres préparés par un charpentier ; échafaudages avec leurs claies, cordes et paniers ; clous pour réaliser les cintres et latter le toit ou crochets de fer pour le transport des pierres.

43Bûcherons et charpentiers apparaissent aussi dans le Nord de la France. Vers 1120, le chroniqueur Lambert d’Ardres précise que la motte du seigneur Arnoul est couronnée d’un logis de bois,

« chef-d’œuvre de charpente, dont la beauté surpassait tout ce qu’il y avait de châteaux en Flandre. Le constructeur fut un charpentier de Bourbourg, nommé Lodewick, qu’on peut comparer à Dédale pour l’industrie, car son ouvrage fut un vrai labyrinthe où s’entassaient caveaux sur caveaux, chambres sur chambres, corridors sur corridors, avec des greniers qui faisaient suite aux celliers, avec une chapelle placée tout en haut, du côté du levant. La construction formait trois étages, dont les planchers aériens étaient séparés par d’immenses intervalles. (...) » (Mortet 1981, p. 269-300 ; Brunel 1992, p. 332).

44Plus tard, au tout début du XIIIe siècle, les comptes de la construction de Château-Gaillard marquent bien la différence existant entre les différents corps de métiers :

  • aux bûcherons qui ont abattu et taillé les merrains pour cesdits travaux, 2 320 L., par le même bref ;

  • aux charpentiers qui œuvrèrent cesdits merrains après qu’ils furent amenés sur les lieux pour faire cesdits travaux, 3 350 L. 3 s. 6 d., par le même bref ; (...)

  • aux transporteurs des merrains et des pierres taillées, 1 400 L. 5 s. 4 d., par le même bref ».

45Suivent les forgerons (250 L.), ouvriers porteurs de hottes, de brouettes (9 730 L.), âniers (4 040 L.), carriers (2 600 L.), tailleurs de pierre (2 600 L.) et chaufourniers (4 010 L.) (Brunel 1992, p. 336-337). Soit, pour un chantier de plus de 46 052 livres, environ 5 % des dépenses sont affectés au travail des bûcherons et 7 % pour les charpentiers. Il s’agit toutefois de remarquer qu’il existe une différence entre l’édification d’une forteresse royale et la construction d’une église.

  • 3 WACE, Le roman de Rou, Livre 3, Édition HOLDEN (A.-J.).

46Chaque région est ainsi susceptible de fournir plusieurs textes en rapport avec le chantier et son organisation. Ces documents sont toutefois plus rares concernant le travail du bois et l’on aimerait lire des lignes aussi précises et vivantes que celles du Roman de Rou, écrites entre 1174 et 11833 :

« Les charpentiers vinrent vite, ils tiennent dans leurs mains de grandes cognées, des doloires et des besaiguës* qui sont pendues à leur côté (à leur ceinture) (...). Après quoi, ils ont sorti des mairriens (pièces de bois préparés) et les ont tirés à terre (ils les déchargent d’un bateau) ; il s’agissait de bois dégrossi et percé (percié et tot dolé) ; les chevilles toutes prêtes étaient portées dans de grandes barriques. Avant que la nuit fut tombée, ils avaient établi un chastellet environné d’un fossé ».

Documentation archéologique

47Pour compléter les documentations, celles issues de l’archéologie pallient en partie les faiblesses des textes, insuffisamment nombreux et précis. Il reste que, pour les historiens, « le Moyen Âge est le monde du bois (...). Encore est-ce un bois de médiocre qualité » (Le Goff 1964, p. 258). Ce bois il faut le couper, l’équarrir et le mettre en œuvre précisément avec des outils. Parmi ceux-là, la grande scie « passe-partout » est attestée à La Celle (Murat) dans le Cantal pour La Tène finale (Ferdière 1988, p. 124). Bon nombre d’outils antiques et médiévaux sont également retrouvés en fouilles, comme par exemple pour les habitats du lac de Paladru en Isère. Enfin, l’iconographie est riche, tant du point de vue de la sculpture que des différentes représentations : peintures (Brioude), parchemins ou enluminures. Parallèlement à l’utilisation de la force motrice de l’eau pour le moulin, la première mention de scies hydrauliques se trouve dans l’œuvre d’Ausone dans la seconde moitié du IVe siècle (poème Idyllia écrit vers 367) :

  • 4 ERLANDE-BRANDENBOURG (A.) — Carnet de Villard de Honnecourt, Paris, Stock, 1986, p. 31. ADAM (J.-P. (...)

« Mosella. Le Gelbris doit sa célébrité à ses poissons ; quant à l’autre fleuve (l’Erubrus), il fait tourner d’un mouvement rapide les meules de pierre qui écrasent les grains, il tire les scies au bruit strident sur les blocs de marbre aux parois lisses, faisant entendre sur les deux rives un vacarme continuel »4.

48Son usage est sûrement exceptionnel pour les premiers siècles de la période médiévale. La plus ancienne mention de scie hydraulique ne date en effet que de 1204, en Normandie. Elle se diffuse largement ensuite et, malgré quelques réactions hostiles, devient courante dans la seconde moitié du XIIIe siècle (Adam 1985, p. 319). La représentation la plus ancienne connue est celle de Villard de Honnecourt, précisément au début du XIIIe siècle. « En ce livre peut-on trouver grand conseil de la grande force de maçonnerie et des engins de charpenterie (...) », par cette introduction Villard place alors à égalité maçonneries et charpentes. Par ailleurs, la pénurie de bois d’œuvre est évoquée. Les pièces de plus faible section et longueur sont utilisées pour construire le plancher d’une maison ou d’une tour. Un pont est réalisé avec des pièces de dimensions limitées. Enfin, en planche 34 est donné le schéma d’une charpente sans entrait, à blochets et pièces courbes, de manière à économiser les bois.

49Tout comme pour l’outillage, données archéologiques et textes se complètent aussi en prenant en compte les constructions en planches verticales bouvetées* (à rainures ou en coin). Ainsi, entre le début du VIe siècle et l’an Mil, les principales concentrations reconnues sont septentrionales. Au sud de la Loire, les mentions et découvertes archéologiques sont nettement plus faibles. Au-delà des faiblesses ou des inégalités de ces documentations, les réalités architecturales et technologiques, entrevues semblent bien recouvrir une réalité forestière (Chapelot 1980, p. 267-281 et fig. 92). Cette réalité est précisément étudiée par les archéologues, amenés à réfléchir à l’impact des activités artisanales sur les milieux ruraux non cultivés. En Languedoc, Aline Durand (Durand 1990) montre que plusieurs vagues de défrichements se suivent, par le biais de l’étude anthracologique. La première se place au IXe siècle et concerne directement la forêt, même si la chênaie caducifoliée est peu concernée. La seconde, autour de l’an Mil, touche toutes les chênaies (pubescente et verte) et s’achève dans le courant du XIe siècle, avant d’aboutir à une stabilisation (Colardelle 1996).

50D’autres archéologues, faisant appel à la dendrochronologie, insistent sur l’utilisation de bois d’œuvre verts, au moment où ils sont montés (Colardelle 1996, p. 150, 166-170). Les bois sont donc équarris, travaillés, puis mis en œuvre très peu de temps après leur abattage, souvent dans l’année. Dégrossi, le bois est encore vert à 100 % de degré d’humidité, à cause des sèves présentes dans les fibres. Au moment où il est scié pour enlever les dosses*, flaches* et bois d’aubier*, la pièce est composée de bois ressuyé, comportant entre 30 et 100 % d’humidité. C’est avec ce bois que l’on peut travailler pour réaliser les tenons, mortaises, encoches et trous pour le chevillage. Les outils — scies, haches, dolloires ou herminettes*, tarières*, planes, rabots et varlopes, ciseaux et gouges — voient le tranchant de leurs lames exercer une coupe régulière, sans laisser d’ébarbures, irrégularités de surface ou échardes. Au contraire, plus le bois sèche, moins les lames travaillent facilement, en émoussant le tranchant plus rapidement. Parmi les essences d’arbres devant être travaillées assez vite, en vue d’obtenir un bois ressuyé et non demi-sec ou sec (moins de 30 % d’humidité), nous avons le chêne et le frêne. De plus en plus d’études vont dans ce sens pour des sites datés entre le VIIe siècle et le XIVe siècle (bibliographies dans Colardelle 1996, p. 166-170 ; Rival 1991, p. 121). Effectivement, les bois humides se scient, se fendent mieux et émoussent moins le tranchant des outils. Ils sont plus souples au moment de la mise en œuvre, même si les bois verts se referment sur l’outil et gênent le sciage en formant une pâte (fig 57). À contrario, les bois secs sont durs à travailler. L’hiver est alors principalement occupé à l’abattage, l’automne à l’équarrissage*, pour une production définitive et un assemblage en fin de printemps et en été. Ces caractéristiques sont confirmées à Clairvaux-les-Lacs dans le Jura. Le bois coupé en hiver est protégé des agressions par insectes et micro-organismes. Le paysan peut se consacrer à l’élagage, à l’écorçage facilitant le séchage et au transport des pièces.

57 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, sablières de la nef visibles au niveau du transept occidental, chevrons dont les tenons sont en dehors des mortaises par déformation des bois verts ; fers modernes.

51Plus précisément encore, des sites, comme celui de Clairvaux-les-Lacs, permettent la détermination des essences utilisées ou celle de l’élancement* du tronc à l’abattage en étudiant les pièces mises en œuvre (Lundstrom-Baudais 1987, p. 311-378). Les bois étudiés à Clairvaux-les-Lacs sont de 10 essences différentes. Cependant, le frêne représente 37 % et le chêne 45 %. 82 % des bois mis en œuvre sont tirés de ces deux dernières essences, en sachant également que le châtaignier n’est jamais représenté. Chênes et frênes sont choisis à la fois pour leur densité, leurs propriétés mécaniques et technologiques. Le chêne doit être travaillé vert ou ressuyé, mais présente un certain niveau de facilité de travail au fendage, tout comme le frêne. De même, lorsqu’on en a enlevé le bois d’aubier*, ces essences résistent bien à l’attaque des insectes ou maladies. Autre fait important, les billes* dont le diamètre est le plus important sont des bois d’œuvre destinés à être refendus à la période du Néolithique. Cette fente des bois de forte section permet ainsi d’obtenir des bois de grande longueur, plus légers à mettre en œuvre. Donc, pour partie, la recherche d’éléments de grande longueur peut motiver la refente. Ainsi, à surface portante égale, une pièce de 10 cm de diamètre autorise des portées de près de 14 m pour un frêne ou de près de 9 pour un chêne. Pour une section de 14 cm, le tronc peut être refendu et donner deux pièces de plus de 17 m pour un frêne et plus de 14 m pour un chêne. Une pièce de 17 cm environ sera refendue en trois quartiers pour atteindre près de 20 m de portée avec un frêne et plus de 16 m avec un chêne. Enfin, lorsque le diamètre est de 20 cm, le bois est refendu en quatre pièces de plus de 21 m pour le frêne et de près de 18 m pour le chêne.

52Il va de soi que cette caractéristique de proportionnalité entre le diamètre et la longueur du fût se trouve dans le cadre d’arbres haut branchus et réguliers de troncs. Pour le Néolithique, il se peut qu’une raison écologique soit à l’origine de cette pratique. Karen Lundstrom-Baudais l’interprète comme une conséquence de la pénurie de troncs de faible diamètre, nécessitant la refente de bois de fort diamètre. À la période médiévale, la division par sciage — et non la refente qui utilise des coins — est attestée en observant l’emplacement du cœur du bois vis-à-vis des faces latérales à Manglieu, Saint-Pourçain-sur-Sioule et Souvigny pour des bois des XIIIe et XVe siècles. En Massif Central, en plus de la pénurie de bois d’œuvre, il faut évoquer les nouvelles habitudes prises par les charpentiers. Face à la pénurie, ceux-ci tentent de trouver des solutions par le biais de bois courts* et de faible diamètre. Par contre, au bas Moyen Âge, la forêt ayant pu se reconstituer en partie, les diamètres sont importants. À ce moment, les charpentiers souhaitent à la fois disposer de pièces légères, pour ne pas trop peser sur les murs gouttereaux et longues pour s’adapter aux vastes versants adoptés. Disposant de fûts de fort diamètre, les scieurs de long divisent les grumes* en deux ou quatre pièces de même longueur pour réaliser par exemple de longs chevrons (débit sur quartier*) ou des pièces de sablières (débit sur dosse*). Pour la station III de Clairvaux, les fûts ont une longueur moyenne située entre 8 et 11 m en fûts circulaires, de 18 et 21 m au maximum en pièces refendues. Il est remarquable de constater la différence entre ces modules moyens et ceux du XIIe siècle en Auvergne : modules moyens situés entre 5 et 8 m (Haute et Basse-Auvergne). Rappelons qu’en Auvergne, au XIIIe siècle, les pièces de 9 m sont rares, tout en étant apparentées aux moyennes de Clairvaux, entre 7 et 10 m. Les fûts supérieurs en dimensions sont connus en Bourbonnais dès le XIIe siècle et nettement plus couramment au XVe siècle (15 m).

53À Clairvaux toujours, des études ont été menées sur les croissances diamétrales des arbres. Des fluctuations sont constatées et, pour le chêne, un diamètre de 10 cm peut être atteint entre 10 et 20 années de croissance. Pour le frêne, 10 cm de diamètre sont obtenus entre 30 et 60 années. En futaie* de chênes, cent années sont nécessaires pour obtenir un tronc de 17 à 35 cm de diamètre, tandis qu’en futaie* de frênes 100 ans sont demandées pour des diamètres allant de 25 cm à 50 cm, selon les conditions climatiques et les sols. Sans nous livrer à une telle enquête, l’estimation du diamètre d’origine des troncs peut nous servir de référence. Pour les pièces les plus fortes du XIIIe siècle (Ravel, Manglieu) et du XVe siècle (Saint-Pourçain-sur-Sioule, Souvigny, Huriel, Montaiguët-en-Forez, Saint-Pierre de Montluçon, Saint-Désiré, Trévol, Ajain, Vigeville, Boussac, Lavaufranche, Glénic, Chambon-sur-Voueize), les sections sont comprises entre 25 et 34 cm pour les plus communes (chevrons, pièces de contreventement*), 35 et 45 cm pour les plus rares. On voit ici qu’il s’agit d’arbres de 100 à 130 années au moment de leur abattage, puisqu’il s’agit de chênes en très grande majorité.

54Autre site, le lac de Paladru en Isère pour lequel les résultats et les méthodes nous intéressent (Colardelle 1993, p. 57-66, 76, 79-82, 127, 134-137, 207, 289-298, 365, 371). La forêt originelle y a été affectée par des défrichements intensifs, dont ceux de la période romaine touchant la chênaie. Le châtaignier est également introduit à ce moment-là. Par la suite, entre 400 et 900, un recul des terres agricoles favorise une avancée forestière, avec une chênaie appauvrie. Pour les constructions, les pièces de chêne utilisées ont entre 30 et 100 ans, pour une moyenne de 78 années. Le chêne est utilisé majoritairement pour les bois d’œuvre importants comme les poutres, pieux et madriers. Vient ensuite le hêtre, considéré de moindre qualité pour ces usages. Au début du XIe siècle, le bois de chêne, nécessaire à la construction est également utilisé pour le chauffage. Dans l’ensemble, rares sont les billes* atteignant 40 cm de diamètre. La plupart des pièces se situe entre 20 et 25 cm de section (pieux) ou encore entre 15 et 35 cm (madriers). Ainsi, la courbe de répartition des pieux en fonction de leur diamètre donne : 1 pieu de 40 cm, 4 de 35 cm et 75 de 20 cm. Dernier aspect, les arbres abattus autorisent une coupe et un équarrissage* de pièces de 10 à 12 m de longueur (25 à 40 cm de diamètre, aubier* et écorce compris). Un comptage estimatif pour Paladru donne environ 650 chênes abattus, alors que les chênaies actuelles, les mieux fournies, donnent une centaine de chênes à l’ha. Ce dernier chiffre doit être ramené à une soixantaine de chênes à l’hectare pour une forêt médiévale mixte (chênes, charmes, hêtres, châtaigniers). Soit, 11 ha de superficie déforestée (Colardelle 1993).

55Dernières recherches archéologiques prises en référence, celles qui concernent la bordure méridionale du Massif Central (Colin 1996, p. 11, 19, 47-50, 60, 79-80, 156). En introduction, Jean-Marie Pesez insiste sur la domination de la pierre à propos de la maison méditerranéenne, même si elle succède au bois sur certains sites italiens. Pour l’ensemble des sites fouillés, les modules utilisés sont fonction de la portée des poutres, comprise entre 4 et 5 m tout au long du Moyen Âge (Calberte, Cabrières, Durfort, Cabaret). Cette caractéristique nous permet de retrouver les moyennes assez comparables obtenues en Auvergne au XIIe siècle, pour des édifices religieux et des logis aristocratiques. À Durfort, le chêne est le bois de charpente par excellence, avec en complément des pièces de hêtre, d’orme, de frêne et de saule. Le châtaignier n’est pas utilisé à Durfort. En revanche, à Cabrières, on le trouve comme bois d’œuvre, bien qu’il s’agisse là d’une utilisation exceptionnelle face au chêne pubescent. L’immense majorité des documentations textuelles insiste donc sur l’utilisation du bois de chêne. Le site de Rougiers en Provence donne également des bois de charpente en hêtre et chêne (Demians d’Archimbaud 1978, p. 68). Par ailleurs, pour le site de Cabrières, l’emploi de murs de refend longitudinaux permet de doubler la surface des bâtiments, sans avoir à utiliser la ferme-latine*. À Calberte, le bois d’œuvre n’a pu être étudié, mais le chêne pubescent est la première essence utilisée comme bois de feu, suivie par le châtaignier. Néanmoins, d’une manière générale, pour cette bordure méridionale du Massif Central, le chêne est utilisé prioritairement pour le gros-œuvre, sans qu’il soit question d’achats lointains et de transports sauf en plaine. Il est même question d’une « écrasante prépondérance » de cette dernière essence, car les autres bois utilisés ne le sont que ponctuellement. Enfin, l’étude des matériaux de couverture fait apparaître le roseau en plaine, la tuile canal dès les années 1100, la tuile mêlée aux lauzes* en zones intermédiaires et pour terminer la lauze* seule en montagne.

56À la suite de cette réflexion, il nous faut aborder le problème de la forêt, parce qu’il est douteux qu’il puisse être question du même élancement* et même diamètre pour une essence poussant sur des terres très différentes, au Nord ou au Midi de l’Europe, en plaine ou en zones de reliefs.

De quelle forêt est-il question ?

Le chêne en formations dense ou claire

57Une approche géographique du couvert végétal permet de mieux saisir les réalités architecturales des régions considérées. Des communautés de paysages sont perceptibles, si l’on envisage l’arbre d’une même essence dans toutes ses composantes. Il en est ainsi pour les forêts qui seront plus ou moins « denses » ou « claires », selon la qualité des sols, les caractéristiques climatiques ou autres facteurs écologiques. La forêt claire apparaît par-delà les domaines de forêts denses, humides et chaudes ou tempérées, c’est-à-dire là où des phénomènes de sécheresse sont connus. Les arbres composant ces massifs forestiers sont alors parfois sempervirents (toujours verts, genévriers, chêne kermès, laurier), souvent petits et leurs feuilles présentent un aspect parcheminé. Ces arbres sont également touchés dans leur morphologie. Le plus souvent, ils n’atteignent pas 20 m de hauteur (tronc et houppier). Les troncs sont tourmentés, habituellement bas branchus et ramifiés dès la base. Dans ce cadre, l’aspect de futaie* est rare. En France actuelle, la forêt claire ne touche que le sud des Alpes et la Provence. Une forêt mixte existe en Gascogne, Pyrénées et Haut-Languedoc. La forêt dense occupe toute la France du Nord, en incluant l’essentiel du Massif Central (sauf sa partie méridionale) et les pays d’Ouest. Il reste que des zones intermédiaires peuvent servir de transition entre les deux principales formations. Le relief, le rayonnement solaire ou les sols, s’ajoutant à la pression anthropique (romanisation), les caractères généraux du couvert forestier, comme la distribution et la croissance des espèces, sont modifiés (Rougerie 1988 ; Becker 1981 ; Braque 1988 ; Bournerias 1979-1984). Il faut alors admettre la possibilité de répartitions différentes, de variations des formes de croissance dans le cadre d’une même essence.

58Pour le chêne, il convient d’effectuer des distinctions entre le chêne vert et pubescent, le chêne rouvre et le chêne pédonculé. La géographie du chêne pubescent (pubescens), à l’ouest du Rhône, forme une sorte de croissant irrégulier englobant les départements de la Charente-Maritime, Charente, Dordogne, Lot-et-Garonne (nord), Lot, Tarn-et-Garonne, Aveyron, Aude, Pyrénées-Orientales, Lozère, Hérault, Gard, Ardèche, Rhône (en partie), Saône-et-Loire (en partie) et Côte-d’Or (en partie). De ce point de vue, l’Auvergne, le Limousin et la Marche ne sont pas touchés, tout en confrontant ces régions au peuplement de chêne vert et pubescent (Gaussen 1985, p. 673-675). Précisons toutefois qu’il s’agit de raisonner en termes d’essences dominantes, seules signifiantes pour comprendre certaines distinctions architecturales. À l’inverse, les chênes rouvre et pédonculé (robur sessiflora, pedunculata) sont bien représentés au nord de ces limites. La frontière se situe approximativement au niveau de Bordeaux. Elle englobe le Périgord et le Quercy, sans prendre en compte le sud du Massif Central. Cette dernière limite n’est évidemment pas exempte de contrastes. Les Pyrénées connaissent les deux espèces, ainsi que la vallée de la Garonne. Néanmoins, les plus fortes concentrations actuelles sont encore situées dans les pays septentrionaux, en incluant l’essentiel du Massif Central. Toutefois, le chêne rouvre du Bassin Parisien n’aura pas la même croissance, ni le même élancement*, qu’un chêne de Haute-Auvergne. Et la question se pose en des termes identiques, si l’on compare le chêne pédonculé de Normandie et celui du Limousin oriental. Ajoutons que les terres d’altitudes supérieures à 800 m (plateaux de Haute-Auvergne, montagnes occidentales de Basse-Auvergne, Forez et Velay) n’en comprennent pas de manière significative (Bournerias 1984, p. 713-716).

59Cette chênaie de bois durs et denses des pays méditerranéens est à prédominance d’arbres à feuillage semi-persistant ou persistant. Son intérêt économique n’est évidemment pas le même que dans les pays du Nord. Les chênaies mixtes (chênaies-charmaies et chênaies-frênaies), considérées actuellement « à haut rendement », sont situées dans le nord de la France, à l’ouest et au nord-est de la France. Ainsi, le chêne pédonculé peut atteindre 200 à 300 cm de diamètre, ne constituant évidemment pas des sections utilisables. Son élancement*, avec le houppier, peut atteindre une quarantaine de mètres en hauteur maximale. Il est, en revanche, quelque fois bas branchu et donne des bois courts*, bien que de forte section. Les pièces peuvent atteindre 15 m (tronc utile), pour une section faible ou moyenne ou encore 10 m avec une forte section. Le chêne rouvre est proche du pédonculé. Son fût est de moindre diamètre, tout en étant particulièrement adapté aux exigences du bois d’œuvre. Il donne de longues poutres bien régulières, pour un élancement* de 30 à 35 m avec le houppier. Les pièces peuvent atteindre 15 m (tronc utile) en faible ou moyenne section ou encore 12 m en forte section. Le chêne pubescent possède un tronc court et de forte section qui peut atteindre de 7 à 15 m de hauteur, en comprenant le houppier. Le tronc utile donne des pièces de 7 m en moyenne, peu régulières et noueuses. Ces moyennes excluent, d’une part, les petites tailles et, d’autre part, les tailles exceptionnelles.

60Ces indications étant données, il est clair qu’au nord de l’aire de prédilection du chêne pubescent, bien des nuances doivent être admises. Le chêne rouvre d’Auvergne donne des bois d’œuvre assez différents, selon qu’il pousse au nord du diocèse ou sur les pentes des profondes vallées de l’Alagnon ou de la Dordogne. La hauteur du fût s’en ressent, sa régularité également. Moins les terres sont épaisses, plus l’arbre sera bas branchu (fig 58), avec des surgeons compromettant la croissance du tronc principal dès la base. Les pentes à enrochements supposent une faible densité d’arbres s’épanouissant d’autant plus latéralement qu’ils ne souffrent aucune concurrence dans leur voisinage. Au contraire, si les terres sont épaisses et lourdes, avec de forts taux d’humidité, la structure ligneuse et sa densité s’en ressentiront. La densité sera plus importante et la concurrence entre les arbres jouera dans le sens d’une croissance verticale, pour des troncs bien droits et haut branchus (fig. 59). Seules ces terres peuvent donner la hiérarchie connue dans les massifs forestiers les plus importants : perchis, taillis, taillis sous futaie*, futaie* et haute futaie*.

58 - Chêne isolé, tronc bas-branchu (nombreux nœuds) et irrégulier générant des flaches à la coupe.

59 - Chêne en formation serrée, tronc haut-branchu (nœuds majoritairement placés en houppier) et régulier.

Disparités des croissances

61Face à ces variations de sols, d’humidité ou de reliefs, la croissance ne peut être la même partout. Un chêne bas branchu donne des pièces relativement courtes, dont les arêtes témoigneront par leurs flaches* des irrégularités des troncs équarris. De même, les faces de la poutre seront parsemées de gros nœuds affaiblissant la pièce et rendant le travail plus difficile pour l’usage des tarières*, besaiguës* et ciseaux. Enfin, bien que les meilleures conditions d’observation soient rarement réunies, le cœur du bois pourra être centré à une extrémité de la pièce et nettement dévié à une autre. Effectivement, en règle générale, seule une extrémité est visible. Une étude partielle peut toutefois être réalisée en constatant l’emplacement du cœur du bois en section. S’il est centré pour certaines pièces et nettement décentré pour d’autres, cela signale les difficultés du délignage* et de l’équarrissage* pour un scieur de long considérant un fût déformé. D’une manière générale, les arbres des pays septentrionaux, caractérisés par des froids plus marqués et poussant sur de bons sols, ont une croissance plus lente que ceux des pays méridionaux. Ces bois d’œuvre voient leurs cernes plus serrés (ou étroits, pour des forêts denses) en section et la maillure plus régulière en coupe longitudinale. Un minimum de nœuds vient contrarier et affaiblir la structure ligneuse, ce qui n’est pas le cas plus au sud, où il est habituel de trouver des formations végétales dégradées. Un milieu plus ouvert en pays méridionaux donne alors des bois à pousse rapide (cernes larges), mais dont la croissance est fortement limitée en hauteur et en régularité. Tous ces paramètres ont naturellement des incidences sur la résistance des pièces à la flexion ou encore à la rupture (Rival 1991, p. 16-17, 47). Les fissurations ou gerçures sont également imputées à un équarrissage*, puis un séchage, pour des pièces trop exposées au soleil et à la chaleur (Mannes 1990 ; Demotz 1969, p. 8-18) (fig. 60). La gerçure est aussi décrite comme résultant du manque de soin apporté aux pièces depuis l’abattage (Roret 1988, p. 79, 81) jusqu’à l’acheminement des pièces — lourdes ou légères — dans les parties hautes. Ce sont alors des sapines* qui permettent ce transport (Roret 1988, p. 333-335). Enfin, lorsque les sapines* ne sont pas utilisées, des chèvres (Roret 1988, p. 330-333) sont employées pour ce levage. À ce propos, la hauteur de 22 m, parfois donnée en référence, semble tout à fait exceptionnelle. En Champagne (Lac du Der), des charpentiers travaillant dans le premier tiers du XXe siècle ne connaissaient pas de chèvres plus hautes que 10 m, ce qui est déjà important. En montagnes la croissance peut également être plus lente du fait de l’altitude, mais très rapidement la barrière des 900 m devient infranchissable pour le chêne. Néanmoins, en moyenne montagne, le ralentissement de la croissance améliore la qualité des bois. La texture est plus serrée, l’aubier* moins important et les résistances mécaniques supérieures à celles des mêmes espèces de plaine, dont la croissance est plus rapide. Le chêne est alors plus solide, bien que sujet à se fendiller lors de la dessiccation. Dans le cas de Souvigny (fig. 61) ou encore de Saint-Pourçain-sur-Sioule, il peut s’agir ainsi du résultat d’une double action. Les bois d’œuvre sont fendillés à la fois parce qu’ils sèchent rapidement (laps de temps court entre abattage et mise en œuvre) et aussi parce que les grumes* proviennent de futaies* croissant en Combrailles, pour des altitudes de 300 à 500 m. Tout comme en Montagne Bourbonnaise, la croissance des arbres y est sans doute plus lente qu’en plaine où, par ailleurs, les futaies* ont pour l’essentiel disparu.

60 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, blochet (cœur au centre sans ses dosses) sur sablière, jambette de section identique (arbre âgé de 30 ans, dendrochronologie) avec nœuds et gerçure de séchage.

61 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes ; les poinçons de la nef sont fortement gercés (fente de séchage rapide des bois verts) ; un fort chevillage de liaisonnement est visible et peut servir d’échelle.

62Pour le hêtre (Bournerias 1984, p. 287-289), courant en Massif Central, la croissance est plus rapide que celle du chêne. Son bois est dur, tout en restant relativement facile à travailler. Son fût gris et lisse est simple à reconnaître et sa croissance est fonction — comme celle du chêne — des sols ou des conditions climatiques. Ainsi, la hêtraie montagnarde du Massif Central ne donne pas les mêmes arbres que la hêtraie de plaine en Normandie, au nord ou à l’ouest de Paris. Dans ces dernières régions, le développement du hêtre en futaie* est optimal. 30 ou même 40 m de hauteur peuvent se trouver, ce qui n’est pas le cas en Auvergne où la pluviosité, la qualité des sols et l’altitude contrarient sa croissance. Enfin, il sera plus habituel de trouver, dans les régions considérées, des arbres se conformant à un élancement* propre aux arbres de gaulis (20 ans et 10 cm de diamètre) et de perchis (60 ans et 30 cm de diamètre) plutôt que des arbres correspondant à la véritable futaie* (120 à 150 ans). Pour les plus beaux exemples, celle-ci se trouve dans l’ouest et au nord du bassin parisien, Ardennes ou Lorraine.

63Nous ne pouvons présenter ici un résumé complet des caractéristiques des différentes essences utilisables dans le domaine de la charpente, les périodes d’abattage, le débardage ou le transport (Rival 1991, p. 99-105, 132). Il se peut ainsi que les grumes* soient écorcées et dégrossies juste après leur coupe, de manière à accélérer leur séchage. Les dosses* protégeant les grumes* lors du débardage, il n’est alors guère probable de concevoir un débardage après équarrissage*. En revanche, le transport pouvait être facilité après équarrissage* en diminuant le poids des pièces. Cette pratique avait pour inconvénient d’accélérer la dessiccation, ce qui entraîne justement l’apparition de fentes pour les futures pièces. Le chêne et le hêtre sont les essences qui définissent le mieux les futaies*, seules utilisables pour réaliser de vastes charpentes. Rappelons toutefois que l’utilisation du hêtre n’est pas confirmée par la dendrochronologie. Le frêne est connu pour sa très grande flexibilité (Rival 1991, p. 66) et sa croissance rapide, jusque dans l’étage montagnard (présence en dessous de 1500 m). Les résineux fournissent également des bois d’œuvre, mais semble-t-il plus pour de modestes édifices civils (Riom) ou religieux (Vauclair à Molompize). Le cas du châtaignier est rendu plus complexe, tant l’arbre s’est chargé d’une légende à propos de son utilisation. Les fouilles, comme les charpentes examinées par différents chercheurs, prouvent que le chêne est de loin l’essence la plus utilisée même si Michel Rival n’en signale pas l’usage dans la charpenterie marine antique. Comme nous l’avons précisé, les fouilles menées dans différents sites de la partie méridionale du Massif Central en révèlent très rarement (Colin 1996). Les architectes en chef des Monuments historiques relèvent quasi systématiquement l’existence de bois de chêne et rarement des essences différentes (Jacquiot 1963). En Languedoc, l’arrière-pays montpelliérain donne du bois de résineux et de chêne pour bois de charpente, ce qui est très proche de la situation rencontrée en Basse-Auvergne à Riom (chêne et pin blanc). De même, les textes ne signalent jamais de châtaignier (Sournia 1991, p. 144 ; Finó 1970, p. 81 ; Viollet le Duc 1868, vol. II, p. 215 ; Biston 1988, p. 54). Ce bois de châtaignier, qui a pu caractériser certaines constructions pour les périodes modernes et contemporaines dans quelques régions, est nettement moins investi, sauf s’il s’agit du domaine alimentaire. Maintenant, du point de vue strictement technique, les pièces de forte section en châtaignier sont très rares et souvent poreuses (les cernes de croissance se désolidarisent). L’usage de ce bois tendre est surtout reconnu pour les essentes* recouvrant les toitures. Ces dernières se fendent néanmoins assez vite et se déforment.

64En Auvergne, étant donnés la colonisation de l’espace montagnard et le niveau de déforestation atteint, il est rare de trouver des chênes ressemblant à ceux d’Île de France ou même du Bourbonnais. Par ailleurs, les hêtres fourchent à la base et « buissonnent » ce qui les rend impropres à l’exploitation pour le bois d’œuvre (Bressolette 1983, p. 63, 66). De manière concomitante, des analyses polliniques effectuées dans les tourbières montrent que le hêtre régresse vers 1160, ce qui correspond sans doute à une période d’utilisation intense des bois pour construire les églises romanes voûtées (Simon-Coste 1986). Partout, dans les Monts d’Auvergne, les espaces sont essentiellement découverts, sauf pour quelques massifs isolés de résineux ou de hêtres. Lorsque les forêts subsistantes dominent encore, elles sont difficiles d’exploitation, à cause du relief conférant aux arbres un élancement* limité (tronc court, déformé, fourchu et bas branchu) : gorges du Lot et de la Truyère ; gorges de la Cère à l’ouest d’Aurillac ; gorges de la Maronne, de la Bertrande et de la Soulane ; gorges de l’Auze (forêt de Miers) ; gorges de la Dordogne et de la Grande Rhue ; vallées de l’Alagnon et de l’Alagnonnette ; gorges de la Sianne pour la Haute-Auvergne. En Basse-Auvergne, l’étude menée à partir des seules cartes de la végétation peut se révéler trompeuse (CNRS, Paris, 1971, n° 52 ; 1974, n° 46 et 1986, n° 53). Les chênes pédonculés ou rouvres, bien représentés en Combraille et Livradois, ne le sont en fait que pour des zones de reliefs accentués comme pour les bois de Mauchet (Cunlhat), les bois Noirs (Saint-Amant-Roche-Savine), la forêt de Boisgrand (Fournols), bois de la Comté (Vic-le-Comte), gorges de la Sioule ou bois de Pionsat. Il en va de même pour le hêtre, pour lequel on ne doit pas confondre l’aire de végétation potentielle et celle qui existe en réalité dans les Monts Dore, les Monts Dôme, l’Artense ou le Haut Livradois. Enfin, avant les politiques récentes, les taux de boisement sont souvent très faibles et la qualité des bois insuffisante au regard des besoins de la marine du XVIIIe siècle (Bressolette 1983, p. 63 ; Arbos 1932 ; Poitrineau 1987) : cantons de Murat (14,4 %), Besse (13,4 %) ; cantons de l’Artense (de 13 à 19 %), Saint-Flour (4,5 %), Allanche (8,3 %), Aurillac-Nord (8,4 %) ou Vic-sur-Cère (5,8 %).

65En Limousin, il en va un peu différemment. Le chêne pédonculé est surtout présent au sud-est du diocèse de Limoges (gorges de la Dordogne). D’importants massifs forestiers comprenant du chêne rouvre sont situés dans le sud-ouest du diocèse, entre les gorges de la Vézère et Périgueux ou encore au sud-ouest de Limoges (forêt de Rochechouart, des Cars et de Lastours, de Vieillecour ou de Fayat). Au nord de la rivière de la Vienne et à l’ouest de celle de la Creuse, il existe des massifs épars comprenant du chêne pédonculé dans les Monts d’Ambazac (bois des Échelles), en forêt de Mérignat, en forêt de Chabrières ou encore dans les bois d’Ahun et d’Aubusson. Afin de connaître la forêt limousine, il est possible de s’aider des vitæ d’ermites : Till à Brageac (limite Corrèze/Cantal), Étienne d’Obazine (limite Corrèze/Cantal), Lupicin (est de la Corrèze), Psalmet (est de Limoges), Vaury (ouest de Guéret), Viance (sud de la Corrèze), Marien (nord-est de la Creuse), Léobon (sud-ouest de la Creuse), Victurien (ouest de Limoges), Léonard (est de Limoges), Junien (ouest de Limoges), Dumine (centre de la Corrèze), Goussaud (sud-ouest de la Creuse), Calminius (centre de la Corrèze). Les concentrations y sont particulièrement signifiantes et à mettre évidemment en rapport avec des enquêtes hagiographiques centrées sur les saints associés à la forêt : saint Sylvain en Limousin et Berry, saint Hubert en Ardennes (Aubrun 1970, n. 181 et 1981, carte n° 3, p. 106). Une enquête en Auvergne est également révélatrice pour l’archiprêtré de Mauriac dans le nord-ouest du département du Cantal (Phalip, 2001 et 2002) en associant les enquêtes hagiographiques (ermites et saints) avec celle toponymique : toponymes de défrichement (essart/sartre, herme...) ou révélateurs d’une utilisation/présence d’essences d’arbres (chassagne, castagne, fayard, espine...). En Bourbonnais, par contre, la futaie* est bien représentée. Les inégalités sont pourtant flagrantes entre les paroisses au bas Moyen Âge. Les bois de La Celle (Montluçon) représentent 3,5 % de la superficie des mas considérés. Ceux de Chaveroche (Chaveroche) représentent au contraire 76,3 % de la superficie. La répartition des sols par région ne modifie pas cette situation contrastée. Les bois représentent 53,5 % des terres dans la Montagne et 10,5 % en Sologne (Germain 1987, p. 31). Dans le pays de « bocage », les bois de « haute fourest » sont repérables dans la paroisse de Meillers (forêt de Messargues), dans celle de Gipcy (Gros Bois), près de Souvigny (Moladier), près de Saint-Menoux, en ajoutant la forêt de Tronçais. Tous ces massifs avaient subi l’attaque de fronts pionniers et bien des toponymes signalent de telles exploitations. En forêt de Tronçais, la paroisse de Saint-Bonnet prend le nom de Saint-Bonnet-le-Désert. En « Sologne », la forêt de haute-futaie* est exceptionnelle. Le taillis y domine. Les forêts de hêtres et de chênes sont alors généralement situées dans les régions montagneuses du sud. Ce sont ces forêts qui vont donner un cadre aux structures charpentées à réaliser.

Charpenterie et qualifications des hommes

Des savoirs maintenus

66À partir des textes, il est difficile d’en savoir plus sur les principaux acteurs du chantier médiéval. En revanche, l’étude archéologique pallie en partie cette pénurie de sources précises. Au XIIe siècle, en Massif Central, le maçon domine encore le chantier. Il construit des murs en pierres cassées au marteau, liées grâce à des mortiers de chaux. Cependant, ces mortiers servent également à lancer des arcs, puis des voûtes, en travers des vaisseaux. Désormais, la charpente permanente disparaît. Pour l’essentiel, cette dernière était visible dans les constructions du haut Moyen Âge jusqu’au XIe siècle. Il est encore possible de s’en rendre compte à Saint-Léonard-de-Noblat ou Chambon-sur-Voueize en Limousin, à Ébreuil, Thiers (Le Moûtier), Gannat (Saint-Étienne) ou Manglieu en Auvergne. C’est en grande partie la pénurie de bois d’œuvre qui est responsable de la situation. La difficulté à trouver des pièces longues et de bonne section, implique des recherches visant au voûtement des espaces. L’économie est alors notable. Les voûtes couvrent les édifices religieux, comme les salles des tours seigneuriales. Dans le cas d’églises, l’extrados porte directement les matériaux de couverture et cela sans passer par le biais des charpentes, combles* et voliges*. C’est dire si les charpentiers et les couvreurs ont pu perdre en présence dans le chantier à la suite de l’épuisement progressif des massifs forestiers. Ce sont désormais des maçons qui assemblent les laves, lauzes* et tuiles creuses (ou tegulæ/imbrices), en les liant grâce à du mortier à la maçonnerie concrète des voûtes. Contrairement au pays du Nord, le couvreur n’existe plus en tant que tel. Les technicités et qualifications requises sont insuffisantes pour impliquer l’émergence d’un corps de métier spécifique. Il en va quasiment de même pour les charpentiers, relégués à monter des cintres et des coffrages des arcs et voûtes. Pour cela, ils utilisent différents moyens : les corniches débordantes, les poutres encastrées, les tailloirs de chapiteaux et impostes, les corbeaux et coussinets. Cela permet d’économiser autant de points d’appui verticaux. Néanmoins, dans le milieu des travées d’église (entre deux colonnes engagées), des poteaux intermédiaires étaient vraisemblablement obligatoires du fait de l’absence fréquente de corniches continues. Ce constat est généralement valable pour les nefs, les bas-côtés, les avant-nefs (Saint-Pourçain-sur-Sioule), déambulatoires ou tribunes. En revanche, le chevet plat est loin de constituer l’unique solution architecturale : Vauclair (Molompize), Mégemont (Chassagne), Leyvaux, Bredons, Saint-Thomas, Vebret, Cheylade, Féniers, Chéniers (Creuse) et les innombrables églises gothiques marchoises. Il ne présente pourtant que des avantages. De travée en travée, les cintres peuvent être montés, démontés et récupérés, sans trop de dommage pour les bois. Pourtant, on sous-estime certainement la difficulté que présente l’opération de décintrage. Les pièces peuvent être brisées à leurs extrémités, qu’elles soient liées ou chevillées. Seules les planches constituant le coffrage sont peut-être clouées. Par ailleurs, un contreventement* longitudinal a pu exister pour étrésillonner l’ensemble des cintres entre eux. Malgré tout, la majorité des bois est à bonne longueur et peut resservir pour achever le chantier, en commencer un autre ou même servir d’éléments permanents aux planchers et modestes charpentes des demeures et logis environnants. Enfin, les pièces trop abîmées peuvent être revendues comme bois de chauffage. Malgré cela, les absides et absidioles adoptent un plan semi-circulaire. Ce parti suppose un cul-de-four, dont la difficulté de voûtement est perceptible dans la présence de déambulatoires à berceaux annulaires ou encore de voûtes d’arêtes.

67C’est face à ces réalités que la qualification des charpentiers a pu se conserver, en proposant aux maîtres d’œuvre des voûtements rendus possibles grâce aux savoirs maintenus. Le premier cas se présentant est celui d’une voûte d’arêtes. Contrairement au berceau et demi-berceau, cette solution suppose la rencontre et l’imbrication à angle droit de deux voûtes en plein cintre. Dans sa version la plus simple, des cintres sont établis aux extrémités latérales de la surface à voûter, contre les murs gouttereaux et contre les arcs doubleaux s’ils existent. Ensuite, pour compléter le dispositif de ces quatre cintres, deux autres sont ajoutés en diagonale. Ils se croisent à angle droit en faisant reposer leurs extrémités dans les angles. Six cintres sont alors nécessaires. Cette simple réalité constitue déjà une enrayure* simplifiée.

68Cette organisation est mise à profit pour le cul-de-four ou la voûte fuselée. Cela implique de multiplier les demi-entraits pour s’adapter à la moitié du volume d’une coupole. Nous ne connaissons pas en Auvergne de culs-de-four romans possédant encore des traces de cintres véritablement interprétables. Au début du XIIIe siècle, les tours royales ou épiscopales montrent ces dispositions : Montpeyroux, Coppel, Mauzun, Espirat, Léotoing. La difficulté est alors redoutable car chaque demi-entrait doit se retrouver approximativement au centre de l’entrait principal. Deux solutions se présentent en termes de charpenterie : accepter l’affaiblissement de l’entrait en le soulageant par des poinçons et poteaux ou encore utiliser les coyers* greffés sur des goussets*. La première solution est encore utilisée pour des charpentes permanentes du XVe siècle à Saint-Pourçain-sur-Sioule (chœur, visible) ou encore à Souvigny (chœur, invisible). La seconde est la plus répandue dans les pays septentrionaux à partir de la fin du XIIe siècle (Laval, Notre-Dame-en-Vaux de Châlons-sur-Marne). Il est donc difficile de trancher sur la technique choisie.

69En revanche, y compris en construisant les cintres et coffrages de cul-de-four, le charpentier est sérieusement limité. L’élancement* des arbres ne lui permet aucun bois d’œuvre de taille suffisante. Le climat n’impose pas une évacuation rapide des eaux de pluie et limite tout développement possible des toitures. Les maîtres d’œuvre et maçons imposent la voûte, dont l’extrados supporte directement la couverture. Les éléments charpentés visibles sont modestes lorsqu’ils existent (auvents et balcons) et surtout temporaires (échafaudages, sapines*, cintres). Dans ces conditions, on comprendra aisément que le charpentier n’a pu tenir une place prépondérante dans les sociétés médiévales des pays méridionaux. La seule rareté du bois ne suffit pas à lui donner de l’importance. Par contre, le maçon, puis le tailleur de pierre vont acquérir cette prépondérance, leur ouvrage est visible de tous (Phalip 2001).

70Des nuances sont à apporter à ce tableau. En Limousin, dans la partie nord-ouest de la Haute-Auvergne, dans le nord du diocèse de Clermont et au Puy-en-Velay, des combles* bas ont existé. Dans le cas de voûtes en berceau brisé ou encore dans celui de certaines nefs contrebutées par des bas-côtés, la nécessité de combles* devient impérative. Lorsque la hauteur de la nef dépasse à peine celle des collatéraux, une couverture à deux pans posée directement sur les reins des voûtes peut suffire. Par contre, si la hauteur de la nef est plus importante, combler les reins devient un non-sens. Par ailleurs, l’usage du berceau brisé accroît la difficulté, en impliquant une pente plus forte de la toiture. Dans ces conditions les matériaux de couverture glissent ou doivent être fixés au mortier. Pour éviter des réfections constantes, des chevrons sont posés sur les reins des voûtes (Vebret, Gannat, Herment), mais la présence de pannes n’est pas assurée. Il va de soi que la circulation, la surveillance et l’entretien, sont rendus impossibles à cause du faible espace existant entre voûte et volige*. Partout ailleurs, les chevrons touchent la voûte et sont calés à cette dernière à bain de mortier*, comme cela se voit encore en extrados de coupoles de la cathédrale du Puy-en-Velay. Il est évident qu’en dépit de cette réalité, les qualifications sont à la portée d’ouvriers polyvalents. À ce propos, il n’est d’ailleurs pas interdit de penser que les charpentiers — peu nombreux — étaient seulement affectés à la conception des cintres, au façonnage des pièces et à leur montage (cintres et enrayures*). À leurs côtés, des ouvriers aux qualifications diversifiées mettaient en place les cintres, sciaient ou fendaient les planches, réalisaient les coffrages et les démontaient. Les planches sont rarement sciées régulièrement. Les orientations différentes — au niveau du sciage — ne sont jamais corrigées. À la crypte de la cathédrale de Clermont (fin Xe-début XIe siècle), les planches sont fendues, régularisées à l’herminette* et assemblées en sifflet. Cette lecture des négatifs en intrados de voûtes peut d’ailleurs être vérifiée grâce aux planches conservées prisonnières dans les mortiers : en Auvergne, Espirat (XIIIe siècle), Alleuze (XIIIe siècle), Aurouze (Molompize, début XVe siècle), Manglieu (partie XVe siècle) ; en Limousin, Bonlieu (Creuse, début XIIIe siècle). Les planches sont toutes irrégulières dans leur largeur, leur longueur ou épaisseur. Il s’agit probablement de bois de mauvaise qualité, d’essences diverses, en partie issus de la récupération, tout comme cela semble être le cas pour les sanctuaires de Cournon ou de Souvigny : bois fortement veinés, noueux. En définitive, pour la période romane, le maçon est bien présent, tout comme le tailleur de pierre qui gagne en importance (Phalip 1997). À l’inverse, les charpentiers et couvreurs se devinent en filigrane, plus qu’ils ne se révèlent réellement. Il n’en va plus de même au XIIIe siècle.

Des bouleversements limités

71Au XIIIe siècle, en Massif Central, des évolutions se font sentir, même si elles peuvent encore paraître modestes. Malgré les résistances (Mégemont, Murols, Apchon), la voûte d’ogives se répand et bien des habitudes sont bouleversées. Hormis la voûte d’arêtes, celle en berceau — même brisé — peut fort bien se passer de combles* et donc de charpentes. Or, en règle générale, les espaces couverts de voûtes d’arêtes sont ceux des bas-côtés surmontés de tribunes. C’est-à-dire que la voûte d’arêtes est utilisée pour sa commodité à offrir un extrados, simple à régulariser en espace de circulation. De rares combles* bas sont connus pour les bas-côtés voûtés d’arêtes de Saint-Julien de Brioude ou de Notre-Dame au Puy-en-Velay (ces édifices ne possèdent pas de tribunes). Par contre, pour couvrir les tribunes, les demi-berceaux sont utilisés pour leur capacité à recevoir des matériaux de couverture posés en extrados. En revanche, la voûte d’ogives exige presque toujours des combles*. Néanmoins, malgré les solutions économiques du XIIe siècle, des charpentes ont pu servir de modèles aux maîtres d’œuvre du deuxième tiers du XIIIe siècle. Bien qu’on ne les connaisse que par le biais des solins ou pignons subsistants, des logis seigneuriaux et des demeures romanes existent, en dehors des seuls édifices religieux. Ces derniers sont couverts de tuiles creuses ou de lauzes*, parfaitement adaptées aux pentes basses des toitures. Parallèlement à cela, il ne faut pas exagérer le poids de l’architecture gothique en Massif Central. Pour l’essentiel, les parties touchées sont celles de la Limagne bourbonnaise, de la Grande Limagne pour la région de Clermont, avec de rares incursions plus au sud en Petite Limagne, de Limoges et de son diocèse, dans la seconde moitié du XIIIe siècle seulement.

72Pourtant, dès le premier abord, une nuance est perceptible entre l’Auvergne, réticente à l’accueil de l’architecture gothique malgré les essais de la fin du XIIe siècle et le Limousin tardivement réceptif à cette nouvelle manière de bâtir. Dans les faits, les montagnes constituent une barrière. Ni le Forez, les monts du Brivadois, la Haute-Auvergne ou les montagnes occidentales de Basse-Auvergne ne sont véritablement touchés avant le bas Moyen Âge. Par ailleurs, le Limousin dispose généralement des massifs forestiers nécessaires à l’établissement de combles*, ce qui est loin d’être le cas de l’Auvergne. Il n’est donc pas étonnant de faire état du plus grand nombre de constructions gothiques au nord de Clermont : près de 80 édifices sont bâtis antérieurement aux années 1250 au nord de la ville épiscopale, seulement 15 au sud. La disproportion est flagrante et elle ne s’explique pas seulement par la présence de l’administration royale après la conquête. Dès que le programme architectural envisage des dimensions exceptionnelles, les combles* en souffrent. Les cathédrales de Limoges et de Clermont sont alors couvertes de toitures à pentes basses, sans les développements de charpentes présentes à Bourges ou même Poitiers.

73En revanche, une dizaine d’édifices au moins possède des éléments charpentés anciens, parmi lesquels Riom, Montferrand (3), Ravel, Vauclair (Molompize) ou Manglieu. Toutes ces charpentes semblent dater du XIIIe siècle et nous éclairent sur les structures usitées en pays plus méridionaux. À Riom, la charpente (9 rue de la Caisse d’Épargne), apparente et décorée de panneaux peints, vient d’être datée de 1238 et le schéma de la ferme-latine* classique y est incomplètement suivi. À Montferrand, une première charpente (Maison de l’Éléphant, 12 rue Kléber) apparente possède une structure équivalente. Ces deux charpentes sont datables de la première moitié ou du milieu du XIIIe siècle. Deux autres charpentes de Montferrand (1260 et début XIVe siècle) répondent aux exigences de la ferme-latine*. La charpente de Notre-Dame de Vauclair (Molompize) se rattache à ces premiers exemples, sans utiliser le poinçon. Les entraits y sont bien espacés (1,80 m à Vauclair (Molompize), 3 m environ à Riom, un peu plus de 3 m à Montferrand) et les arbalétriers se croisant laissent dépasser leurs extrémités. Dans trois cas, de très fortes chevilles viennent assembler les pièces. À ce propos, jusqu’à la fin du XIXe siècle, en Auvergne, de vastes charpentes de granges sont montées à l’aide de grosses chevilles pour fixer les pannes aux arbalétiers. Ces chevilles (30/40 cm de long pour 3/4 cm de diamètre) débordent largement la partie inférieure des chevrons pour bloquer leur extrémité supérieure contre les pannes. Les pièces sont alors simplement posées. La cohésion de l’ensemble est obtenue en clouant de fortes planches sur les chevrons. Ce dispositif est parfaitement attesté dans le Cantal pour la chapelle de Vauclair (Molompize) et une grange attenante (XVIIIe et XIXe siècles), la sacristie de l’église Saint-Pierre de Souvigny dans l’Allier (XVIIIe siècle) ou encore des granges dans la région de Saint-Germain-Lembron dans le Puy-de-Dôme. Il ne semble y avoir eu ni échantignolles*, ni encoches pour renforcer l’assemblage des pièces de fermes aux pièces de versants. Néanmoins, 3 entraits de la charpente de Vauclair (Molompize) vont dans le sens d’une hésitation. Une des faces témoigne d’une tentative (mortaises inachevées) pour constituer peut-être une charpente à chevrons-formant-fermes*. Le principe, plus économe, de la ferme-latine* a finalement prévalu. Les forêts de Manglieu autorisaient sans doute plus facilement la charpente à chevrons-formant-fermes*. Antérieurement au milieu du XIIIe siècle, cet exemple est le seul connu à déroger peut-être à la règle apparente de la ferme-latine* et de ses dérivés. De plus, tout comme à Vauclair (Molompize), les pentes atteignent 37°, alors qu’elles ne dépassent généralement pas 25° (Riom 24°, Montferrand de 21° à 26° selon les relevés, Ravel 18°).

74En définitive, pour ce seul aspect des structures, la Basse-Auvergne semble acquise à la ferme-latine* simplifiée jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Malgré la faiblesse de l’échantillon (7 exemples conservés), la généralisation n’est pas abusive à considérer les vestiges de solins et de pignons indiquant des pentes faibles (demeures, logis, églises). Toutefois, des pignons à pentes plus aiguës existent également. Une dizaine d’églises du nord du diocèse de Clermont possède des pentes inclinées à 45° en moyenne. De plus, dans ces mêmes régions bourbonnaises les auvents se font plus nombreux. Cela implique de vastes combles* et vraisemblablement des charpentes à chevrons-formant-fermes*. En effet, les hésitations constatées à Vauclair (Molompize) et la charpente de Manglieu semblent bien confirmer cette tendance. Plus les pentes sont fortes (autour de 40° à Vauclair et Manglieu), moins la ferme-latine* simplifiée semble adaptée. Les pannes pèsent lourdement sur les arbalétriers et les grosses chevilles ne suffisent plus à les retenir si la pente s’accentue. Par contre, les chevrons-formant-fermes* permettent de résoudre ce problème. Le poids est réparti également sur toute la longueur des murs gouttereaux, grâce aux sablières qui n’existent pas avec la ferme-latine*. En revanche, les charpentes à chevrons-formant-fermes* ne pourront se répandre que dans les régions fortement boisées, en Bourbonnais ou Marche.

  • 5 À propos des charpentes à cruck ou upper-cruck, in ALCOCK (N.-W.). — A catalogue of cruck building,(...)

75Plus précisément, en Limousin, les auvents sont bien représentés en Haute et Basse-Marche. Cette tendance se trouve confirmée pour les pignons et toitures stabilisés autour de 45° dans le nord du diocèse de Limoges. Les charpentes à chevrons-formant-fermes* semblent s’imposer à en juger par les dispositions subsistantes maçonnées et le grand nombre de flèches. À la période romane, jusqu’au XIIIe siècle, les édifices du sud du diocèse possèdent encore leurs matériaux de couverture posés directement sur les reins des voûtes. Néanmoins, vis-à-vis de l’Auvergne, la situation est plus contrastée en Limousin. Les voûtes en berceau brisé ne sont pas favorables à l’adoption des tuiles creuses comme matériaux de couverture. Quelques nefs sont charpentées et des pignons atteignent des pentes de 35°/40° incompatibles aux matériaux simplement posés. Bien que cela n’exclut pas l’utilisation de matériaux de couverture calés (Bourgogne, Périgord ou Quercy), il faut admettre le chaume, les bardeaux, les tuiles plates à tétons sur liteaux* ou encore d’épaisses ardoises de schiste clouées. Cela suppose dans tous les cas une charpente. Lorsque le berceau est brisé, des chevrons peuvent recevoir une volige*. Ces chevrons, fixés à une panne de rive, sont calés en extrados de voûtes par du mortier gras qui peut en garder l’empreinte (Le Puy-en-Velay). Dans ce cas, la présence d’entraits est exclue pour des combles* inexistants. Parallèlement et bien que la réalité archéologique fasse défaut, il est possible que ces dispositions sans entrait aient un lien avec les charpentes adoptant le principe de la cruck construction*. Les édifices paroissiaux romans ne sont pas tous voûtés (Vigeville, Saint-Léonard-de-Noblat) et des nefs romanes subsistent (Chambon-sur-Voueize). Si nous ignorons tout des anciennes dispositions romanes charpentées, nous pouvons mettre en rapport deux réalités : celle des charpentes légères sur voûtes et celle des charpentes à fermes-latines* simplifiées de Basse-Auvergne5.

76À défaut de connaître précisément les charpentes « romanes », des changements se perçoivent dans le deuxième tiers du XIIIe siècle en Massif Central. À considérer uniquement les édifices religieux, les charpentes sont rares au XIIe siècle. Cependant, les maisons, granges, logis seigneuriaux et demeures urbaines, étaient bien couverts de charpentes, dont on ignore tout, hormis les pentes de toiture et les matériaux de couverture. À la suite de la conquête de l’Auvergne par Philippe Auguste, des changements sont constatés. La tour seigneuriale est progressivement abandonnée au profit du donjon de plan circulaire et de logis plus vastes. Cela suppose une pratique renforcée : l’enrayure* pour combles* ou cintres. Ainsi, quelques logis épiscopaux n’utilisent plus ni le mur de refend, ni le mur pignon pour appuyer les pannes. Au château d’Alleuze, la toiture à quatre pans oblige les charpentiers à prévoir deux enrayures*, même simplifiées. Avec l’adoption de la voûte d’ogives, les changements sont plus évidents encore, du fait des volumes de combles* rendus obligatoires.

77Ces questions étant évoquées, il reste à étudier les quelques charpentes subsistantes dans leurs aspects techniques les plus précis. En dehors de la structure choisie, des éléments possèdent encore les marques d’un travail. Majoritairement, au XIIIe siècle, les bois sont sciés, même s’il faut préciser que bien souvent l’usure de la surface des bois efface le travail de la scie. Ce travail n’est alors plus visible que par endroits mieux protégés. Lorsque les traces en sont visibles, l’irrégularité du passage de la scie indique une période antérieure à la mécanisation. Les traces régulières marquent, au contraire, le remplacement de pièces. Il ne nous semble guère possible d’en dire plus, tant la mécanisation des campagnes est incomplète. Des installations hydrauliques destinées à l’entraînement des scies existent au XIIIe siècle, mais les scieurs de long travaillent encore dans le premier tiers du XXe siècle en Marche ou Combrailles sans l’aide d’importantes installations hydrauliques. Aux côtés de la scie, le travail de l’herminette* est bien repéré à Vauclair (Molompize) ou Ravel. Elle est également clairement attestée dans son usage à la crypte de la cathédrale de Clermont. Pour les cintres, les planches fendues sont régularisées grâce à cet outil. Son usage concerne généralement les endroits méritant seulement une régularisation partielle et affecte rarement une pièce en totalité. En revanche, son repérage est simplifié car le travail de l’herminette* est beaucoup plus marqué en surface de bois (fig 62).

62 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, traces laissées par l’herminette et peut-être la doloire.

78Cette régularisation a posteriori suppose des difficultés au moment où les scieurs de long prennent leurs repères. À Manglieu, un débit sur dosse* permet de produire deux pièces de même longueur à partir d’une seule grume*. C’est l’observation de la position du cœur en section de pièce qui permet d’évaluer les difficultés du sciage. Quatre pièces sur cinq n’ont pas généré de difficultés. Dans ce cas, le repérage correct du cœur du bois à une extrémité doit conduire à un emplacement sensiblement identique à l’autre extrémité. Dans le cas d’une faible courbure ou d’une irrégularité des grumes*, il est constaté de petites variations d’un bout à l’autre de la pièce. En revanche, un fort déplacement du cœur du bois signale un tronc médiocrement rectiligne. Enfin, des reprises à l’herminette* indiquent une impossibilité de tenir correctement les droites indiquées par les repères pris au moment du dressage. Une infime variation de la maillure du bois conduit invariablement les scieurs de long à se laisser conduire par la structure du bois en s’écartant des repères. Il en résulte très fréquemment de nettes irrégularités triangulaires au point de rencontre des lames (fig. 63). Ce sont ces irrégularités apparaissant à l’équarrissage* que l’on fait disparaître à l’herminette*.

63 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, traces irrégulières de sciage avec triangle de découpe laissé par les scieurs de long.

79Du point de vue des assemblages, les charpentes de la première moitié du XIIIe siècle (Manglieu, Vauclair à Molompize, Montferrand, Riom) utilisent encore le mi-bois pour les extrémités supérieures des chevrons, poteaux, arbalétriers et faux-entraits. Seule l’extrémité inférieure de l’arbalétrier* vient se fixer à tiers-bois avec l’entrait. En revanche, à la fin du XIIIe siècle, à Ravel et Montferrand (exemples de la fin XIIIe et du début du XIVe siècle), le mi-bois semble bien abandonné au profit exclusif du tiers-bois. Ce phénomène est perceptible pour la plupart des charpentes publiées de cette période. Une sorte d’inversion de tendance est constatée : au XIIe siècle, le mi-bois est majoritairement représenté, bien que le tiers-bois existe ; au XIIIe siècle, la proportion est inverse. La charpente de Notre-Dame de Vauclair (Molompize) montre aussi le travail préparatoire des charpentiers pour un entrait. Les emplacements des mortaises sont marqués sans être achevés. Aucune marque n’apparaît pour les chevilles. De même, le fond des encoches prévues pour les mortaises ne signale pas l’usage de la tarière*. Les seules traces visibles sont celles du ciseau à bois frappé au maillet. Par ailleurs, bien des pièces ont été récupérées d’une charpente plus ancienne. Mis à part les entraits montrant des flaches* sur les quatre arêtes, le débit sur dosse* et le débit sur quartier* sont également représentés. Pour compléter cet aperçu des techniques utilisées, nous ne disposons que de la charpente d’un logis du château de Ravel. Contrairement à celle de Vauclair (Molompize), les pièces sont souvent délardées en arêtes pour faire disparaître autant que possible les flaches* (fig. 64). Quelques marques (cercles et chiffres romains) sont apposées sur les pièces principales en poteaux et poinçons. Néanmoins, il est difficile de dire si elles ont été faites au montage ou au remontage, car l’ensemble a été très remanié. Sur quelques pièces, il est possible de décomposer plusieurs étapes du travail. L’équarrissage* est réalisé à la hache (poteau ancien), puis régularisé à l’herminette*.

64 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, pièce de contreventement supérieur avec flaches, bois d’aubier et nœuds multiples ; cette configuration montre la difficulté à trouver un bois de qualité sur la totalité des pièces.

80Charpente apparente ou charpente masquée, la différence est essentielle pour que le charpentier valorise son travail. Dans le cas d’une charpente invisible, le charpentier ne craint ni de réutiliser des pièces anciennes, ni d’utiliser des pièces déformées ou flacheuses. Seuls comptent les points d’assemblage, les possibilités de franchissement d’un espace à couvrir, les qualités de l’essence utilisée et la structure générale. Il n’est par ailleurs pas évident de se faire une idée de la proportion existant entre les deux types. Celles de Manglieu, Ravel et Vauclair (Molompize) ne pouvaient être vues, mais celles de Riom et de Montferrand étaient apparentes. Pour ces dernières, la finition est évidente. Les flaches* et irrégularités disparaissent au profit de chanfreins, de moulurations ou de panneaux marouflés et peints insérés entre les chevrons, les pièces sont droites et systématiquement de sections équivalentes. Malgré tout, force est de constater qu’il est difficile d’obtenir plus d’un tel échantillon de charpentes. C’est au bas Moyen Âge qu’il revient de combler en partie les lacunes grâce aux nombreuses charpentes subsistantes.

La situation contrastée du bas Moyen Âge

81Aux XIVe et XVe siècles en Massif Central, il faut dissocier la Haute-Auvergne et une bonne partie du Limousin (méridional et oriental) de l’Auvergne septentrionale, du Bourbonnais et de la Marche. En Haute-Auvergne, comme pour les autres zones, le bas Moyen Âge n’est en fait représenté que par le seul XVe siècle. Le XIVe siècle est en effet plongé dans la crise économique, la guerre et se préoccupe d’abord de fortifier les églises comme les logis seigneuriaux. Au XVe siècle, des maîtres d’œuvre peuvent faire perdurer les techniques romanes en couvrant les reins des voûtes de lourdes lauzes*. Cela signale surtout la persistance des pénuries de bois d’œuvre dans les contrées les plus défrichées, généralement au-dessus de 1000 m d’altitude. Partout ailleurs, des combles* sont mis en place pour des pentes de toiture tendant à s’accentuer, jusqu’à atteindre 60°. Néanmoins, du fait des intempéries, du poids de la neige et sûrement des habitudes, bon nombre de toitures est à pentes faibles. Le donjon de Pesteils (Polminhac) ne connaît pas une pente très forte (34°). À Tournemire (Anjony), les dispositions pressenties pour le XIIIe siècle, se développent très largement : absence de pignon ou murs de refend, pannes et panne faîtière*, enrayure* en croupes, tours circulaires à plusieurs enrayures*. Rappelons que ce plan est connu pour les absides et absidioles romanes dont les voûtes sont couvertes directement par les matériaux de couverture. Mais, c’est seulement dans le premier tiers du XIIIe siècle que l’on commence à trouver des plans circulaires pour les tours castrales. Ces dernières étant couvertes de coupoles, mais aussi de charpentes, la maîtrise de l’enrayure* devient essentielle. Il n’est alors pas impossible que la conquête de Philippe Auguste ait été un des facteurs déterminants amenant à l’introduction de techniques septentrionales en Massif Central. La charpente de Manglieu apparaît ainsi bien isolée en terre méridionale. Il ne s’agit pas de nier la présence de charpentes à chevrons-formant-fermes* dans le Midi. Ces charpentes existent, mais de façon exceptionnelle et tardive pour la période médiévale. Majoritairement, la France méridionale paraît acquise à la ferme-latine ou à ses dérivés, tandis que la charpente à chevrons-formant-fermes* constitue une règle rarement enfreinte pour les pays septentrionaux. Un des problèmes réside précisément dans cette adoption de la charpente à chevrons-formant-fermes* par certains pays plus méridionaux.

82En Auvergne, comme en Limousin, Bourbonnais et Marche, la charpente à chevrons-formant-fermes* n’a été signalée qu’une seule fois à Manglieu pour la première moitié du XIIIe siècle. De plus, les enrayures* de charpentes permanentes ne sont attestées qu’à partir du premier tiers du XIIIe siècle, à la suite de la conquête. Il est difficile dans ce cas de ne pas considérer que cette structure ne soit pas le produit d’une « importation ». Les hésitations, perceptibles à Vauclair (Molompize), ne pouvaient pourtant qu’être fortes et ce pour plusieurs raisons. La charpente à chevrons-formant-fermes* est liée à des toitures aux pentes accentuées supérieures à 40° et aussi aux développements de l’architecture gothique en pays méridionaux. Néanmoins, plusieurs freins limitent cette diffusion : manque de bois et réalités climatiques très différentes de celles des pays septentrionaux. Malgré tout, sur du long terme, la charpente à chevrons-formant-fermes* s’impose, jusqu’à rencontrer un véritable succès au XVe siècle. Depuis Manglieu (37°) ou Vauclair (Molompize, 40°), les pentes de toiture tendent donc à s’accentuer, jusqu’à aboutir à Anjony (42°). C’est dire que ces pentes interdisent les matériaux simplement posés ou calés, au profit des matériaux fixés par chevilles. Ce sont donc les enrayures* qui trahissent en partie l’adoption d’une structure encore peu employée au XIIIe siècle.

83Il faut admettre que bien des interrogations subsistent. Pour les XVe et XVIe siècles, les charpentes à chevrons-formant-fermes* restent rares : Salers, Vieillevie, Jaleyrac, La Salle (Vic-sur-Cère), Messilhac (Raulhac). Il reste que ce faible nombre ne semble pas fortuit, résultat du hasard des enquêtes, de la conservation ou de la destruction. Force est de constater que les montagnes limousines ou auvergnates ne donnent pas l’image de paysages monumentaux bouleversés au niveau des charpentes. Il n’en va pas de même pour les terres plus basses dans le nord des diocèses de Limoges et de Clermont, en Bourbonnais et en Marche. En Basse-Auvergne, dès le XIVe siècle, les toitures à combles* hauts sont en plus grand nombre. Cela ne signifie toutefois pas que les combles* bas n’existent plus. En effet, d’importants édifices adoptant les principes architecturaux de l’église-halle sont prévus avec de faibles pentes en toiture comme à Billom, La Chaise-Dieu ou Montferrand. Cette permanence suppose l’adoption de dérivés de charpentes à fermes-latines*. Ces dernières nécessitent l’emploi de murs intermédiaires, percés d’arcades, qui reçoivent le nom de méjeans* en Languedoc. Leur emploi est attesté dès les XIIe et XIIIe siècles dans les régions plus méridionales, mais pas en Auvergne où il n’en subsiste plus aucun témoin archéologique bien identifiable. Seule la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay montre encore un mur de ce type reliant les différentes coupoles fuselées qui gênaient l’installation de fermes latines* (Sournia 1991, p. 41-49). Cela permet de résoudre la question de la portée des entraits pour un édifice large, comme à Ravel (château) pour lequel on a dédoublé l’entrait soutenu par un poteau. Dans le cas des charpentes à méjeans*, cela permet l’économie des pannes. Un mur percé d’arcs était établi sur toute la longueur de la nef à l’emplacement de la panne faîtière*. À l’inverse, l’usage de murs-diaphragmes au droit des arcs doubleaux, comme sans doute à Saint-Julien de Brioude, permet de se passer de fermes en n’utilisant que des pannes.

84Face à ces dérivés de la ferme latine*, la charpente à chevrons-formant-fermes* semble gagner autant en ampleur qu’en nombre. En effet, si en Haute-Auvergne il ne s’en trouve que de rares exemples antérieurs aux années 1500, ce n’est plus le cas en Basse-Auvergne. La construction de « saintes chapelles » a pu aider à cette expansion, précisément à cause de l’importance prise par la toiture dans ce type d’édifice. Celles de Riom, Aigueperse ou Vic-le-Comte viennent alors conforter la place prise par les combles* hauts des toitures d’édifices religieux à Moulins, Archignat, Huriel, Montaiguët-en-Forez, Montluçon, Saint-Désiré, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Le Breuil, Souvigny, Gannat (fig. 65), Menat, Le Breuil, Vertaizon ou Trévol. La charpente à chevrons-formant-fermes* de Vic-le-Comte est la plus méridionale et la plus récente (1520). Toutes les autres sont situées au nord de la ligne Montluçon/Saint-Pourçain-sur-Sioule.

65 - Gannat (Puy-de-Dôme), église Saint-Étienne, nef des XIe et XIIe siècles, charpente en carêne inversée du XVe siècle.

85De plus, cette concentration n’est pas le résultat d’enquêtes plus pointues ou d’une conservation mieux assurée. La meilleure façon de s’en rendre compte est sans doute de constater que les charpentes à chevrons-formant-fermes* du diocèse de Limoges sont toutes réunies en Haute-Marche. Nous sommes persuadés que ces premiers aspects reflètent une part essentielle de la réalité médiévale constituée avant 1500. Le faible nombre de charpentes étudiées pour les logis seigneuriaux (Boussac, Lavaufranche, Fourchaud à Besson) incite à la prudence, mais la seule cartographie des logis du bas Moyen Âge, dont les toitures sont à fortes pentes, rétablit vite la précédente géographie. D’une manière générale, si l’on complète l’étude à partir des données fournies par l’Armorial de Guillaume Revel, les zones situées entre Issoire et Saint-Pourçain-sur-Sioule sont majoritairement acquises à la faible pente, bien que perméables à d’autres formes de toitures. Par contre, au nord de Saint-Pourçain-sur-Sioule, les hautes toitures à enrayures* et chevrons-formant-fermes* deviennent habituelles, sans totalement chasser les charpentes à fermes et pentes basses.

86Cette question des structures générales étant posée, il faut aborder celle des techniques plus spécifiques. Les édifices étudiés possèdent désormais toutes les pièces de contreventement* : transversal (jambettes, aisseliers et faux-entraits) ou longitudinal (pannes de sous-faîtage et faîtière*, croix de Saint-André). Tous les assemblages sont à tiers-bois, sauf les pièces se croisant (croix de Saint-André) dont l’assemblage est à mi-bois. Le blocage des pièces se fait grâce à des chevilles. Pour compléter ces dispositions, des clefs de bois existent. Elles sont attestées à Saint-Quentin-sous-Sauxillanges et Neuville pour des beffrois qui doivent dater des XVe et XVIe siècles. Des clefs existent aussi pour les églises de Vigeville (Creuse), Leyvaux (Cantal), Jussat (commune de Randan, Puy-de-Dôme) (fig. 66 et 67), Brousse ou Labrousse (Haute-Loire) et Saint-Vert (Haute-Loire). Les nefs romanes étant affaiblies, des poutres sont placées en travers de la nef, au sommet des murs gouttereaux. Ces poutres, bloquées par de longues clefs, servent alors de tirants.

66 - Jussat (commune de Randan, Puy-de-Dôme), nef romane, cintres datés des années 1424-1425/6 ; les entraits servent de tirants.

67 - Jussat (commune de Randan, Puy-de-Dôme), nef romane ; cintres datés des années 1424-1425/6 ; les entraits traversent les murs gouttereaux et sont bloqués par des clefs de bois protégées par une dalle.

87Cela étant, en Marche et Bourbonnais, cette concentration des charpentes réalisées au XVe siècle ne va pas sans distinguer deux types principaux. Le premier est constitué par les charpentes apparentes, tandis que le second regroupe celles qui sont invisibles. Les charpentes apparentes ne témoignent toutefois pas obligatoirement d’un grand soin. Les pièces d’entraits possèdent des faces relativement régulières, dont les arêtes ne sont plus vives. Afin d’éliminer les flaches*, ces arêtes sont délardées sans aboutir toujours à un véritable chanfrein régulier : Huriel, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Saint-Désiré, Trévol. Cette exigence supplémentaire se traduit également par la présence de décors en poinçons, aux extrémités des entraits et aux points d’assemblage : amortissements divers, bases de colonne, moulurations, chapiteaux, blochets ornés, sablières à modénature complexe (Saint-Pourçain-sur-Sioule, Trévol, Montferrand, Chambon-sur-Voueize, Saint-Désiré).

88À l’intérieur du groupe des charpentes apparentes, on peut trouver diverses formules. À Huriel, Menat (fig. 68), Lapalisse (chapelle castrale), Saint-Désiré, Saint-Pourçain-sur-Sioule, la voûte est « lambrissée » en carène inversée. À Trévol, Chambon-sur-Voueize, Montluçon ( ?), la charpente est visible, sans les pièces courbes permettant d’établir un berceau brisé. À ce propos, l’assemblage des pièces courbes aux chevrons admet quelques complications. En supplément de l’assemblage par tenon et mortaise, le charpentier prévoit parfois une découpe par embrèvement. Toutes les autres charpentes sont masquées par les voûtes. Dans ce cas, les chanfreins ou différents décors ne sont plus utiles et les pièces sont rarement délardées.

68 - Menat (Puy-de-Dôme), église abbatiale charpentée dès le début du XIIe siècle, restaurée au XVe siècle, charpente lambrissée à chevrons-formant-fermes, combles à fortes pentes.

89En dehors de ces aspects, les pratiques du chantier apparaissent au détour de différents témoins. À Saint-Pourçain-sur-Sioule et Souvigny (pièces XVe/XVIe et XIXe siècles) de très rares traces de lignage (à la pointe sèche) existent encore pour quelques pièces et correspondent à un mortaisage à tiers-bois. Un ou deux longs traits foncés (mine) ou gravés (pointe) partagent alors la pièce en parties égales sur toute sa longueur. Beaucoup plus courantes sont les traces laissées par les outils, la scie et l’herminette* pour l’essentiel. Les bois utilisés possèdent des marques de pose en chevrons, jambettes et pièces des parties hautes à la Sainte-Chapelle de Riom, à Saint-Pourçain-sur-Sioule et Souvigny. Dans tous les cas, l’ordre respecté indique les étapes d’un chantier allant généralement d’est en ouest. Une étude plus fine mériterait néanmoins d’être entreprise à ce sujet, car elle révèle aussi les étapes de restauration : démontage et remontage à Saint-Pierre de Souvigny (Fiocchi 2004, en cours). À Ravel et Jussat (commune de Randan), des marques de pose beaucoup plus simples ont été repérées (cercles, traits courts au ciseau) (fig. 69). Pour ces charpentes, comme pour l’essentiel de celles que nous avons pu étudier (Anjony, Chambon-sur-Voueize, Montaiguët-en-Forez, Menat, Trévol, Ajain, Glénic, Saint-Quentin-sous-Sauxillanges, Vigeville...), les pièces étaient débitées dans des grumes* d’arbres fraîchement abattus. À des degrés divers, les entraits et poinçons — plus rarement les chevrons — montrent alors de fortes gerçures. Lorsque la position du cœur du bois peut être observée, elle indique les différentes opérations de sciage. Pour les entraits, blochets et pièces de contreventement*, le cœur est généralement au centre. Au niveau des sablières ou des chevrons, la pratique du débit sur quartier* est constatée. Enfin, pour économiser le bois d’œuvre, certaines pièces sont récupérées. À Saint-Pourçain-sur-Sioule ou Riom (Sainte-Chapelle) (fig. 70) les remplois sont rares. Par contre, à Souvigny, les bois anciens, réutilisés comme bois courts* en jambettes, ne sont pas romans car la voûte principale a probablement été élevée à la fin du XIIe siècle. Cette dernière transformation a conduit à la disparition complète des anciens témoins charpentés romans antérieurs au milieu du XIIe siècle. À Vigeville en Creuse, il est toutefois probable que la charpente du XVe siècle actuelle réutilise des bois anciens de la nef romane charpentée. À Glénic, la reconstruction de l’édifice au XVe siècle ne pouvait en réutiliser, à cause de l’ancien système de couverture posée sur les reins des voûtes. Ce dernier cas est le plus fréquent.

69 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, marques de pose.

70 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, plan et relevé des marques de pose.

90Il reste à évoquer un dernier point, avant de faire état d’une source écrite importante. Les procédés de construction et de montage des charpentes ne sont en fait que très rarement abordés. Plusieurs cas sont à envisager. À Riom, Montferrand ou encore à Vauclair (Molompize), les charpentes ne sont pas munies d’éléments de contreventement* longitudinaux. Dans une première étape, les charpentiers élèvent alors les éléments d’une ferme. L’entrait est posé. Les arbalétriers sont ensuite levés par le biais de chèvres et de cordes. Leur partie supérieure est croisée à mi-bois, tandis que leur partie inférieure est encastrée dans la mortaise prévue. L’ensemble est ensuite étayé provisoirement avant de recevoir les pannes rendant l’ensemble solidaire et stable. Le chantier progresse alors successivement par travée, un petit peu à la manière d’un château de cartes. La charpente d’un logis tel que celui du château de Ravel ne contredit pas de façon majeure ce schéma. À Souvigny, comme à Saint-Pourçain-sur-Sioule, chaque travée de charpente fonctionne comme un module indépendant rendant plus commode le levage et le montage des pièces. En revanche, il est probable que le chantier est plus simple à réaliser en extrados de voûtes à Souvigny, plutôt qu’avec une nef libre connue à Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Des qualifications valorisées

91Au simple exposé des problèmes résultant de cet essai d’interprétation, on comprend que le corps de métier des charpentiers a changé. Depuis les simples assemblages à mi-bois facilitant le montage, les conditions réelles d’exécution du travail ont été bien modifiées. Auparavant, le charpentier assemblait des pièces uniquement en partie longitudinale pour des éléments montés de manière orthogonale les uns par rapport aux autres. Dans le cadre du premier art roman, cela explique certainement en partie le choix du transept bas carolingien ou encore celui de la tour-lanterne évitant les noues*. Les premières noues* semblent effectivement connues dans la première moitié du XIe siècle, dans le cadre germanique pour des transepts hauts (Nivelles, Hersfeld, Limbourg-sur-la-Haardt). Avec le cintre d’une coupole ou d’un cul-de-four, naissent les premières difficultés dues aux tracés et volumes courbes. Néanmoins, l’assemblage temporaire des cintres et des échafaudages permet de limiter la complexité d’un ensemble destiné de toute manière à être monté grâce à des bois de mauvaise qualité, puis démonté. En revanche, en partie sommitale, la présence du chœur suppose plusieurs niveaux d’enrayure* dont les assemblages sont obliques ou rayonnants. Les tracés ne sont évidemment plus les mêmes et la géométrie évolue dans le sens d’une adaptation aux problèmes posés. À Souvigny, les croisées de transept utilisent des noues* aux assemblages difficiles (Mannes 1990 ; Demandrille 1990 ; Demotz 1969). La construction d’angles au compas devient une évidence, tant pour les pièces de noues* ou encore celles d’enrayures*. Par ailleurs, en Auvergne, comme en Limousin, les flèches charpentées existent dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Les qualifications ne cessent donc de s’accroître depuis le XIe siècle et trouvent matière à s’améliorer ensuite. Cette accumulation des expériences acquises doit pourtant être vue différemment, selon que l’on se place d’une part, au nord ou au sud du Massif Central et d’autre part, dans un cadre vernaculaire, seigneurial ou religieux. Ainsi, la Marche et le Bourbonnais acceptent plus franchement le chevron-formant-ferme* que la Haute-Auvergne. Les échanges entre chantiers sont évidents, bien que la réalité de l’habitat médiéval paysan fasse défaut en élévation avant 1500. La charpente à fermes-vraies* se trouve autant pour une nef (Vauclair à Molompize) que pour un logis urbain (Riom). La charpente à chevrons-formant-fermes* existe autant pour l’édifice religieux (Ajain), le logis seigneurial (Boussac) que la demeure urbaine (Lapalisse). Enfin, si l’on considère les réalités modernes et contemporaines, comme autant de prolongements possibles, l’extrême diversité des charpentes et couverture est à prendre en compte. Au milieu du XVe siècle, bien qu’il se dégage déjà une géographie spécifique des toitures, du fait de la tendance à l’adoption de combles* hauts et à cause du poids pris par les éléments charpentés dans le nord des diocèses de Clermont et de Limoges, les lauzes* voisinent la tuile creuse, l’ardoise ou le chaume. L’Armorial de Guillaume Revel indique aussi un mélange des toitures basses, moyennes ou hautes. De même, l’analyse archéologique montre que la couverture sur voûtes subsiste encore au XIXe siècle (burons, maisons et granges), tout comme la couverture de chaume, de mottes de gazon ou de genêts. L’évolution, bien rationnelle et objective est donc à bannir pour une bonne part. Cela ne doit pas nous empêcher de saisir certaines logiques, en valorisant des lignes de fracture correspondant à chacune des époques considérées. L’Armorial de Guillaume de Revel, lui-même, ne donne pas uniquement une vision des paysages d’Auvergne aux alentours de 1450. Chacun des dessins présentés est une somme. Parmi les bâtiments dessinés, certains sont romans, d’autres datent du XIIIe siècle, quelques-uns sont ruinés et les plus récents relèvent de la première moitié du XVe siècle. C’est-à-dire que chaque époque réagit en fonction de ses critères, sans effacer en totalité ceux des périodes précédentes. Concrètement, cela signifie que le désordre est apparent. Des logiques existent au XIe siècle. Elles sont bousculées au XIIe siècle par des réalisations, dont les caractéristiques persistent jusque dans le premier tiers du XIIIe siècle. Celles-ci sont ensuite remises en cause après la conquête, avant de correspondre aux schémas mis en valeur au XVe siècle. En définitive et cela sans nier la diversité des solutions, plusieurs paramètres jouent fortement dans l’adoption ou le refus de telle ou telle charpente : la pénurie de bois d’œuvre mise en rapport avec la réalité des massifs forestiers ; le climat et les précipitations mis en rapport avec les pentes de toiture et les matériaux de couverture. Cependant, avant de développer cette analyse, voyons ce qu’un document exceptionnel nous apporte.

Entre pénurie et protection, d’autres bouleversements

Une pénurie de bois d’œuvre (du XIe au XIIIe siècle) ?

92Dès le XIe siècle, en Massif Central, se dessine une géographie contrastée, dont les caractéristiques s’accentuent à la fin du Moyen Âge. Dans les diocèses de Clermont ou de Limoges, les grands édifices construits et reconstruits au XIe siècle possèdent tous des nefs charpentées, alors que les espaces voûtés sont peu nombreux : Saint-Géraud d’Aurillac, Saint-Léger d’Ébreuil, Souvigny, Chamalières, Manglieu, Moûtier de Thiers, Saint-Martial et Saint-Étienne de Limoges, Saint-Léonard-de-Noblat, Évaux-les-Bains, Chambon-sur-Voueize. Néanmoins, au XIIe siècle, lorsque la voûte devient la règle, des nefs restent charpentées. Là encore, il semble abusif de considérer qu’il s’agisse là du résultat d’un manque de moyens, même si cela a joué à Saint-Pourçain-sur-Sioule. À Manglieu, le chœur préroman charpenté est maintenu pour attester de l’ancienneté de la fondation du monastère. Mais, il en va différemment à Menat, Ébreuil ou Chambon-sur-Voueize. Alors que les églises sont reconstruites et voûtées, ces abbatiales restent charpentées. L’abbatiale romane d’Évaux-les-Bains — restaurée au XVe siècle — ne peut pas être citée ici, à cause du trop grand nombre d’inconnues. La charpente actuelle est le fruit d’une reconstruction, suite à l’incendie des années quarante. Les abbatiales sont situées dans le nord des diocèses où se trouvent précisément de nombreuses charpentes à chevrons-formant-fermes* au bas Moyen Âge. Qui plus est, ces dernières charpentes peuvent être apparentes, ce qui signale un niveau supplémentaire de résistance au mode de couvrement voûté. Rappelons enfin que la nef et le transept romans de l’abbatiale Saint-Pierre de Souvigny ne sont pas voûtés avant l’extrême fin du XIIe siècle et encore n’est-ce pas totalement certain. Le voûtement actuel date du milieu du XVe siècle.

93Partout ailleurs, l’architecture civile ou religieuse trahit une économie de bois d’œuvre. Depuis la fin du XIe siècle, la voûte se répand pour la totalité des espaces à couvrir. Les courts cintres utilisés sont alors récupérables. Les matériaux de couverture sont posés directement sur les reins des voûtes. Les échafaudages sont solidaires des maçonneries, pour la majeure partie des constructions. Les balcons et auvents sont rares. Les plafonnements des tours et ceux des logis connus, sont réduits en portée. Évidemment, quelques nuances sont à apporter au tableau. Des échafaudages désolidarisés consommant plus de perches sont connus dans le nord de ces deux diocèses comme l’attestent l’absence ou la rareté des trous de boulins. La partie ouest de la Haute-Auvergne, confrontant au Limousin, connaît la charpente apparente, l’auvent et le trou le boulin traversant (Vebret, Roc-Vignon d’Antignac). Pour sa part, le Limousin bénéficie d’une situation moins nette. Du fait de la présence plus importante de massifs forestiers, les charpentes peuvent couvrir les voûtes. Les combles* y sont encore quasiment absents, mais leur existence plus affirmée se confirme à l’examen des logis seigneuriaux. Ainsi, la tour seigneuriale, connue dans la partie méridionale du diocèse de Limoges, laisse place au donjon intermédiaire. Celui-ci, tout comme son équivalent en Bourbonnais, possède des charpentes permanentes en partie sommitale, alors que la terrasse sur voûte est utilisée plus au sud. Les plafonnements sont nettement plus vastes et la surface réservée à la voûte régresse.

94Au XIIIe siècle, cette situation est pour l’essentiel confirmée. La Haute-Auvergne connaît peu l’architecture gothique. Fortement consommatrice de bois d’œuvre pour ses échafaudages, cintres et charpentes, elle ne séduit pas les maîtres d’œuvre. Seuls quelques rares logis épiscopaux sont construits, sans toutefois bousculer de manière évidente les habitudes précédentes. En Basse-Auvergne, dès 1150, l’architecture gothique marque les constructions. Toutefois, pendant un siècle (1150/1250), près de 90 % des édifices concernés sont situés au nord de Clermont. C’est dire que la limite entre tours seigneuriales et donjons intermédiaires est respectée, malgré l’introduction de la tour de plan circulaire. Ces tendances sont ensuite renforcées par l’existence de toitures inclinées à 45° et d’auvents, pour un grand nombre d’églises du nord du diocèse de Clermont ou de Limoges. Il est d’ailleurs logique de trouver des prolongements parallèles en Berry, Poitou ou en Bourgogne, depuis le XIe siècle jusqu’au XVe siècle. De plus, les cathédrales de Limoges et de Clermont possèdent des combles* bas. Parallèlement à la situation auvergnate, les églises limousines abandonnent plus franchement les habitudes romanes dans le nord du diocèse. En effet, si le Sud reste économe, la Marche adopte la voûte d’ogives dans le premier tiers du XIIIe siècle. Dans le deuxième tiers, son emploi est courant et les toitures sont inclinées à 45°, ce qui traduit la nouvelle place donnée à la charpente pour ces zones.

À LA LUMIÈRE DU CHANTIER DE L’ABBATIALE DE LA CHAISE-DIEU
Ayant souligné la difficulté de connaître les charpentiers au travers des sources historiques, force est de constater que les documentations exploitées par l’historien d’art sont aussi rares. La seule représentation que nous connaissions est conservée dans la chapelle de Saint-Michel à Saint-Julien de Brioude. Ces peintures du XIIe siècle, représentent notamment des ouvriers discutant, des tailleurs de pierre, mais aussi des « porteurs de poutres ». En revanche, pour le milieu du XIVe siècle, nous disposons d’une source précise décrivant assez bien différentes étapes du travail des charpentiers. Il s’agit des documents comptables concernant l’abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu (Costantini 1995, vol. 1, p. 100-104, 194-197, 208-209, 220-226, 263, 286, 311, 328, 359). Ils sont si précis que nous avons préféré ne pas en banaliser l’existence, lorsque nous avons évoqué les sources historiques disponibles en Auvergne.
Tout comme pour les chantiers de la ville de Saint-Flour, les matériaux sont achetés au fur et à mesure des besoins. Ainsi, le bois n’est coupé qu’au moment même où l’on est assuré de pouvoir l’équarrir et le mettre en œuvre (bois verts). Les années 1346/47 révèlent alors que les pièces proviennent de nombreux bois dont la surface et l’exploitation sont limitées : bois de Saint-Bonnet-le-Bourg, Chassagne (Chêne), Breuil, Félines, Gimeaux, Vinzelles, Cistrières, Marsac (Chêne), Nemore (Sapin, pin, fresne), Lamandie (Chêne), Montrecoux, Montrouge, Arfeuille, Auzon (Peuplier, pin et saule pour les gabarits. Noyer), Vieille-Morte, Saint-Germain-l’Herm ou de Fournols. Dix-sept bois au moins sont nécessaires pour fournir les pièces utilisées pour « le clocher neuf, (et) pour couvrir l’église jusqu’à la croix ». En dehors des clous, des lauzes*, des pierres, des transports, de l’« achat de toile pour faire des sacs pour transporter la chaux », des matériaux utiles à la forge, des cordes, de l’achat de sable et de son tamisage ou d’acier, on apprend que le bois d’œuvre est du chêne, du sapin ou parfois même du noyer. Les essences sont précisées pour le chœur de l’abbatiale (chêne) et fournies par « le maître de la Chassagne » (Costantini 1995, p. 100, 104 et 225). En revanche, la destination précise du bois de sapin n’est pas connue (volige* ?), tandis que celle du noyer semble prévue pour les stalles. Pour les mêmes années il est question des dépenses effectuées « pour le toit et la couverture du chœur ». Les comptes reflètent donc la logique imposée par le chantier. Le bois est coupé, il est transporté, mis en œuvre, puis protégé par les couvertures.
À propos du transport, 12 bois sur 17 se repèrent aisément. Les bois de Montrouge, de Vinzelles, d’Arfeuille, Nemore et de Vieille-Morte ne sont pas localisés. Cinq bois sur les 12 restants sont éloignés de 5 à 8 km du chantier (Cistrières, Félines, Montrecoux, Breuil et Lamandi). Trois autres sont éloignés d’environ 25 km (Marsac, Chassagne/Chassignoles et Saint-Bonnet-le-Bourg). Enfin, 4 sont éloignés de 35 à 45 km (Fournols, Gimeaux/Jumeaux, Auzon, Saint-Germain-l’Herm). Précisons que le relief n’est pas aisé à franchir. Tous les massifs forestiers considérés sont caractérisés par les escarpements bordant des ruisseaux. C’est dire si le transport alourdit les dépenses prévues. En dehors des bois, où les charpentiers vont désigner les arbres à couper, les pièces sont achetées sur des marchés, à Langeac éloigné de 35 km ou La-Chapelle-Bertin (18 km). Il est remarquable que pour ces deux lieux, le maître-charpentier ne trouve aucun des bois désirés (Costantini 1995, p. 225-226, 330, 331). Nous apprenons ensuite que les arbres abattus sont sciés dans les granges de Montrecoux et de Cistrières : 150 arbres d’Arfeuille, 2 de Lamandie, 600 pièces courtes de Cistrières, etc. Malgré tout, ces indications sont difficiles à utiliser à cause des mesures incertaines pour les pièces courtes (1 m, 4 à 5 m). On peut ajouter que les bois « anciens » sont plus chers et que le chantier nécessite aussi : 4 000 planches, 10 300 autres planches, 2 600 clous, 300 grandes poutres de chêne et des lauzes* (et non des tuiles). Cette recherche de bois d’œuvre constitue d’ailleurs une préoccupation permanente et l’on ne cesse de parcourir le pays à cette fin. Il ne faut toutefois pas en conclure trop rapidement à la pénurie. Les massifs forestiers sont réduits en superficie. Ils sont éloignés et ne donnent pas toujours du bois de bonne longueur ou de section suffisante, pour une telle entreprise. Néanmoins, les charpentiers finissent par trouver les pièces de 13 à 14 m de longueur. Enfin, mis à part deux charpentiers venant de Brive, on ignore tout de l’origine des autres. Cela peut signifier que les charpentiers locaux sont peu à même de remplir les tâches demandées. Dès lors, les responsables du chantier vont chercher des maîtres charpentiers à près de 250 km. Ceux de Brive sont sûrement plus habitués aux forêts limousines qu’à celles d’Auvergne. Il en résulte alors une difficile adéquation entre les exigences et la réalité forestière. À ce propos, il n’est sans doute pas anodin de constater que le chantier de La Chaise-Dieu adopte le parti de l’église-halle et que deux maîtres-charpentiers viennent du Limousin où l’on connaît bien cette architecture (Tulle, Limoges).
Mis à part les tailleurs de pierre, très valorisés, les charpentiers constituent le second grand corps de métier. Ils sont nommés « maîtres du chœur » dans les comptes de La Chaise-Dieu et semblent bien distingués des autres maîtres tels que Pierre de Cébazat, Pierre Salciat et Hugues Morel (Costantini 1995, p. 194.). Pourtant, la plupart du temps, ces hommes ne semblent pas recevoir une appellation plus précise, contrairement aux « maîtres de la pierre » pour lesquels on peut ajouter lathomus, en plus de magister operis : le terme carpentatores apparaît en 1346. Aucun magister de choro n’est pourtant cité avant 1348. Les « maîtres du chœur » sont présents sur le chantier, mais également sur les lieux d’abattage des arbres (bûcherons/ seytadors). Ils dirigent les charpentiers, les menuisiers et coordonnent toutes les opérations pour lesquelles le bois intervient. Ainsi, les livraisons de bois s’échelonnent du 10 juillet au 2 août 1347, tandis que le montage est réalisé en 2 mois et demi (date terminale : 28 septembre) (Costantini 1995, p. 221). Dans les comptes, ces maîtres sont également nommés « chapus », ce qui précise l’appellation « maîtres du chœur ». Ces « chapus » étant peu nombreux dans la région, un envoyé du couvent entreprend deux voyages jusqu’à Brive pour conclure un « prix-fait » avec deux nouveaux charpentiers : près de 250 km et 12 à 13 jours de voyage à chaque fois. Tels sont les principaux enseignements de ces documents justement mis en valeur par Frédérique Costantini. Néanmoins, nous avons vu que s’était posée une nouvelle fois la question de la pénurie de bois d’œuvre. Aussi, pour mieux appréhender ce problème, il est indispensable de reprendre la question.

95En définitive, au XIe siècle, une géographie semble déjà en place. La Marche et le Bourbonnais s’individualisent face aux zones les plus méridionales, comme cela se confirme au XIIe siècle. L’aire de pénurie de bois d’œuvre est nettement située au sud de la ligne Clermont/Limoges. L’architecture des églises romanes et celle des logis seigneuriaux s’en ressentent. Au nord, la situation est moins tranchée. Des hésitations apparaissent, au profit d’une plus grande diversité architecturale. Elle se traduit notamment par l’adoption de la voûte d’ogives, trahissant une plus grande perméabilité aux réalités septentrionales. C’est aussi au XIIIe siècle que l’enrayure* fait son apparition dans l’architecture civile : la coupole courante nécessite des cintres différents. Cette plus grande expérience acquise va se révéler déterminante par la suite, mais elle est autorisée par l’existence de massifs forestiers plus riches. Ils apparaissent épuisés en Haute-Auvergne et dans le sud du Limousin. La couverture sur voûtes en témoigne, ainsi que le couvrement par enfilades de coupoles sur pendentifs. À propos de ces coupoles, nous ne pouvons reprendre entièrement cette question ici. Il nous faut retenir toutefois l’explication de Roland Besenval à propos de leur utilisation (Besenval 1984, t. 1, p. 41, 47, 59 et 168) :

« Là où une voûte en berceau couvrira 3 m, une coupole en couvrira 5. (...) Le manque de bois est le plus souvent considéré comme déterminant pour l’emploi de la voûte. Cette explication fut celle retenue par Strabon à propos des constructions publiques et privées à Babylone aux environs de notre ère : [...] toutes étant voûtées compte tenu de manque de bois d’œuvre... (Géography, 16. I. 5-6, 1930, p. 210). De la même façon, aujourd’hui, des géographes ont associé dans certaines régions, la diffusion de la voûte et le processus de déforestation ».

96Ainsi, au XIIIe siècle, la construction des cathédrales de Limoges et de Clermont ne peut faire illusion. Leurs toitures sont basses et la largeur des nefs modestes. Seules les élévations témoignent d’un réel changement, pour des programmes restés inachevés. En revanche, la Marche et le Bourbonnais sont moins marqués par la pénurie. Les cintres ou les plafonnements sont modestes en portée, mais l’économie les marque moins : voûtes d’ogives répandues plus vite pour un plus grand nombre d’édifices, charpentes à combles* hauts. C’est ce paysage qui va être bouleversé au bas Moyen Âge.

Une forêt reconstituée (les XIVe et XVe siècles) ?

De nouvelles réalités forestières

97Sans reprendre la totalité des sites étudiés, les réalités forestières apparaissent très contrastées. À ce propos, les églises d’Ajain en Creuse et d’Apchon dans le Cantal résument assez bien les différences. L’église d’Ajain, en Haute-Marche, reçoit une nouvelle charpente au XVe siècle : chevrons-formant-fermes* à entraits systématisés, pente à 47°, tuiles plates. À l’inverse, l’église d’Apchon, en Haute-Auvergne, ne possède pas de charpente avant sa restauration à l’extrême fin du XIXe siècle. Les matériaux de couverture, des lauzes*, sont posés directement sur les reins des voûtes pour une faible pente inclinée à 25°. Donc, sensiblement à la même époque et à moins de 150 km l’une de l’autre, des églises peuvent être fortement demandeuses et consommatrices de bois d’œuvre ou au contraire réfractaires à la charpente permanente et économes. Il est vrai que l’église d’Ajain est située à environ 350 m d’altitude, tandis que celle d’Apchon est construite à 1000 m d’altitude. Il reste que l’église d’Ajain est aussi placée à 50 km au nord de la ligne Limoges/Clermont et que l’église d’Apchon se place à 100 km au sud de cette même ligne. Par ailleurs, bien des exemples du XVe siècle viendraient conforter l’une ou l’autre vision sans changer fondamentalement les données avec des altitudes bien plus basses : Salsignac à 500 m d’altitude non loin d’Apchon ; Peyrusses-le-Château (Haute-Loire) à 500 m d’altitude. Ces deux édifices de Salsignac et de Peyrusses-le-Château datent du XVe siècle et sont économes en bois. À l’inverse, les églises de Vigeville et de Glénic (Creuse), à 400/500 m d’altitude, sont très consommatrices en bois d’œuvre permanents. Ces deux dernières églises sont — elles aussi — construites et remaniées au XVe siècle.

98Malgré tout, plusieurs aspects peuvent encore nous échapper et réduire la question à ce seul aspect. En élargissant le champ d’étude, il est possible de trouver d’autres correspondances. En Languedoc, aux XIVe et XVe siècles, se développe une architecture effectivement moins consommatrice de bois d’œuvre. Les méjeans* ou arcs diaphragmes, autorisent des économies sensibles et les travées sont calculées par rapport à la longueur des pièces disponibles. Pourtant, l’énorme effort de reconstruction d’églises correspondant au parti architectural du « gothique méridional » permet déjà de nuancer l’idée de pénurie au bas Moyen Âge, pour les pays méridionaux. Par ailleurs, les églises ne sont pas les seules constructions concernées. Dans tous les centres urbains, des maisons et logis sont élevés tout en respectant les mêmes modules. Donc, s’il y a pénurie de bois d’œuvre, c’est une pénurie de pièces de bonne qualité, longues et de fortes sections. En effet, les arcs diaphragmes et murs percés d’arcades, permettent d’économiser autant de fermes à entraits ou encore autant de pannes et de poteaux avec leur contreventement*. Il s’agit alors de relativiser l’impression première par une étude plus approfondie. Une enquête menée dans les pays d’Ouest, sensiblement à la même hauteur que la ligne Limoges/Clermont, confirme l’intérêt d’études nuancées. En Saintonge, Vendée ou Poitou, la pénurie est effective au moment où se construisent les édifices romans. Lorsqu’elles existent, les charpentes sont modestes et à pentes basses. En revanche, dès le XIIIe siècle, la tendance est à l’élévation des combles*, pour en arriver au XVe siècle avec de nombreuses charpentes apparentes ou non (à fermes et à chevrons-porteurs) (fig. 71).

71 - Chambon-sur-Voueize (Creuse), église abbatiale, nef, coupe axonométrique d’une travée de la charpente visible du XVe siècle.

99En Massif Central, bien des éléments vont dans ce sens. Sans conteste, les pays méridionaux sont pauvres en bois d’œuvre de qualité, bien que la forêt se soit progressivement reconstituée dans le courant du XIVe siècle. Par contre, dans les pays septentrionaux, le bois d’œuvre est de meilleure qualité, pour des massifs forestiers également reconstitués. Parmi les facteurs ayant permis la reconstitution de la forêt, il faut citer les mesures de protection et de mise en valeur du XIIIe siècle commençant à produire des effets ou encore les guerres et épidémies entraînant dépopulation et déprise des terres. En Haute-Auvergne, comme dans les montagnes occidentales de Basse-Auvergne, des villages abandonnés témoignent de cette déprise. De plus, c’est au bas Moyen Âge que l’occupation saisonnière en altitude devient plus forte au détriment de l’occupation permanente. Cependant, il s’agit d’un phénomène dont on perçoit les prémices bien plus tôt. Des sites du très haut Moyen Âge sont abandonnés dans le courant du XIIe siècle (Phalip 2000). De plus, Gabriel Fournier décrit bien cette organisation des montagnes avec des burons d’estives et des mises en défense des bois par l’aristocratie, dans le courant du XIIIe siècle (Fournier 1983).

100Maintenant, si l’on observe les modules de charpente employés, des évolutions apparaissent. En Haute-Auvergne, les modules les plus courants sont de 4 m au XIIe siècle et les longueurs maximales d’entraits temporaires ne dépassent pas 8 m. L’élancement* moyen des troncs est alors compris entre 4 et 8 m, en admettant aussi la possibilité de dédoublement des grumes*. Toutefois, quelques zones échappent à cette règle. Des forêts frontières avec le Limousin produisent des grumes* de 6 m, pour de rares charpentes permanentes. Il faut le reconnaître également, l’immense majorité des ouvrages charpentés est temporaire, sous la forme de cintres. De même, pour les logis et tours, les plafonnements sont modestes et ne dépassent pas les modules précédemment indiqués. Au XIIIe siècle, les données ne changent pas à cause d’un refus des structures gothiques et des faibles quantités de bois de bonne longueur disponibles. C’est ainsi que l’évêque de Clermont fera construire quelques logis en utilisant des pièces dont les longueurs s’établissent entre 5,50 m et 9 m, pour une moyenne de 6,50 m. Par ailleurs, les quelques mesures disponibles indiquent l’usage du débit sur dosse* et le dédoublement probable des grumes* en deux billes*. L’élancement* de tronc utile n’est alors pas supérieur à 10 m. Toutefois, cette différence ne constitue en rien un quelconque changement vis-à-vis des possibilités et habitudes précédentes. Ces logis épiscopaux sont exceptionnels et aucun chantier d’église ne vient confirmer une possible reconstitution des réserves forestières. À ce propos, le débit sur dosse* constitue un indice non négligeable. Plus la recherche de pièces moyennes de section courante devient évidente (petites poutraisons, cintres de faible portée, chevrons, perches, poteaux), plus la difficulté est importante de trouver des poutres de forte section. En premier lieu, les bois « moyens » n’exigent pas d’arbres ayant atteint leur pleine maturité (Bechmann 1981, p. 216-224 et 1984, p. 210-211 ; Viollet le Duc 1868, t. 3, p. 2). Viollet le Duc insiste sur cet aspect dans son dictionnaire :

« tant que des forêts immenses et qui paraissaient inépuisables, fournirent des bois de grande dimension et d’un gros équarrissage*, on s’applique à donner de la solidité aux charpentes, en employant plutôt des gros bois qu’en cherchant des combinaisons en rapport avec les qualités particulières à cette matière. (...) En France, dès le XIIIe siècle, l’art de la charpenterie s’applique à rechercher des combinaisons qui suppléent au faible équarrissage* des bois employés. (...) Le volume des bois doit être remplacé par un emploi judicieux de leurs qualités ».

101En second lieu, il est possible de multiplier les pièces grâce au débit sur dosse*. Cette consommation est alors fatale aux arbres les plus âgés, par impossibilité de vieillir ou par utilisation immédiate au regard des besoins. C’est en somme ce que l’on constate aux XIIe et XIIIe siècles en Haute-Auvergne. Toutes les pièces sont de faible ou de moyenne section pour des longueurs modestes. Lorsque les pièces de plus forte section sont employées pour de rares constructions au XIIIe siècle, elles témoignent de l’utilisation du débit sur dosse*. En définitive, le XIIIe siècle, en Haute-Auvergne, ne montre aucun changement fondamental car les grumes* les plus courantes ne dépassent pas les 8 m déjà connus précédemment.

102Toute proportion gardée, il en va différemment au bas Moyen Âge. Au XVe siècle, les modules moyens les plus utilisés passent à 7 m, soit 2 m de plus qu’au XIIe siècle : pour les nefs, la largeur maximum est de 7,50 m au XIIe siècle, la largeur minimum de 4 m, la moyenne communément admise est de 5 m ; au XVe siècle, la moyenne la plus courante est de 7 m pour les logis ; de 7,20 m pour les églises. Pourtant, l’élancement* des fûts ne dépasse toujours pas 10 m et s’établit en moyenne à 7 m. Les conclusions immédiates sont claires. Le nombre de vieux arbres abattus est nécessairement plus important qu’auparavant. Les charpentes sont désormais permanentes même si certaines d’entre elles peuvent encore apparaître comme modestes. Il faut ajouter à cela les cintres temporaires puisque la voûte d’ogives est maintenant bien représentée en Haute-Auvergne. Enfin, il ne faut pas oublier la foule des logis construits et reconstruits tant en ville qu’à la campagne. Non seulement la consommation a pu s’accroître en nombre par augmentation probable des surfaces boisées (déprise, reconstitution des massifs), mais également en qualité par allongement des pièces utilisées. Les mesures d’économie sont alors moins importantes, car les mesures de protection antérieures se sont ajoutées aux conséquences de la crise du XIVe siècle.

103Il est possible de tenter une recherche identique pour la Basse-Auvergne et le Bourbonnais. Tous les boisages utilisés en architecture religieuse au XIIe siècle se conforment à un élancement* de fût de 8 m. Pourtant, à partir d’Issoire, quelques changements sont perceptibles. La tour seigneuriale (au sud) laisse progressivement la place au donjon intermédiaire. Dans ces constructions les modules romans de 4 et 8 m sont remplacés par un autre, en augmentation, à 6 m pour les logis seigneuriaux. Cela témoigne de possibilités plus importantes en Basse-Auvergne et Bourbonnais, pour la fin du XIIe siècle et le premier tiers du XIIIe siècle. Néanmoins, tout comme en Haute-Auvergne, il convient de relativiser cette modification car l’aristocratie se réserve les meilleures pièces : les plus longues, pour les plus fortes sections. Au XIIIe siècle, la cathédrale de Clermont, un chantier pourtant exceptionnel, ne vient pas modifier cette vision. Les pièces d’entraits sont dédoublées pour des combles* bas. Cette relative stabilité, proche de celle rencontrée en Haute-Auvergne, traduit les limites d’exploitation possibles du couvert forestier. La pénurie constatée au XIIe siècle n’est pas surmontée au XIIIe siècle. Seuls de grands seigneurs font chercher des grumes* plus longues pour leurs importantes réalisations, sans que cela nous permette de percevoir un paysage forestier en mutation. En revanche, tout comme pour le Limousin, la situation dans le nord du diocèse est différente. De manière sensible, le Bourbonnais indique une forte utilisation des charpentes, auvents et des toitures à fortes pentes (45°).

104Nous avons vu que les pièces utilisées pour le chantier de l’abbatiale de La Chaise-Dieu sont souvent des pièces courtes (4 à 5 m). Seuls les entraits atteignent 13 à 14 m de portée, sans doute par le biais de pièces aboutées selon un système connu à la cathédrale de Clermont ou encore à Notre-Dame de Montferrand. On voit par-là que les régions forestières méridionales ne peuvent fournir couramment des pièces de longue portée. Différents artifices sont d’ailleurs employés pour pallier ce déficit : corbeaux de pierre et semelles diminuant la portée, murs percés d’arcades, combles* bas. Il n’en va pas de même plus au nord avec Saint-Pourçain-sur-Sioule ou Souvigny, au XVe siècle. Au nord de l’Auvergne et en Bourbonnais, les portées atteignent des mesures inconnues ailleurs. L’élancement* des fûts y est compris entre 11 et 15 m. En revanche, les sections les plus importantes et les plus courantes, des grumes* sont équivalentes à celles utilisées pour le logis de Ravel à la fin du XIIIe siècle : de 30 cm à 42 cm de section. Cette permanence trahit à la fois des habitudes de charpentier et des réalités forestières. Au XIIIe siècle, les longueurs les plus courantes sont de 6,50/7 m, sans dépasser les 9 m. Ici, au contraire, ces modules sont très nettement dépassés. Cette augmentation est à nuancer en partie à cause des possibilités d’exploitation forestières antérieures. En effet, dès le XIIe siècle, les forêts du Bourbonnais donnent des entraits de 11 à 12 m (Huriel, Montluçon). Néanmoins, l’augmentation de l’élancement* des fûts est bien réelle à la faveur d’un XIVe siècle sans chantier. Tous les arbres employés sont haut-branchus, contrairement à Ravel dont la charpente trahissait la présence d’arbres bas-branchus croissant isolément. Parallèlement, cette plus grande longueur des pièces ne va pas sans chercher l’allégement des structures. Le débit sur dosse* est connu au moins dès le XIIIe siècle pour fournir deux poutres grâce à une seule grume*. De même, afin d’éviter un trop grand nombre de pièces lourdes, le débit sur quartier* se répand également pour donner quatre pièces par grume*. Cela facilite évidemment le levage des pièces très longues, tout en indiquant la présence de troncs croissant bien droits en formation de futaie*.

105Plusieurs cas de figure sont ainsi possibles. En Haute-Auvergne, les massifs forestiers se sont en partie reconstitués, sans toutefois modifier radicalement les habitudes architecturales. L’élancement* moyen des troncs tourne autour de 8 m, ce qui n’exclut pas quelques possibilités de troncs plus longs à 9 m. En Basse-Auvergne, le paysage forestier est approchant et les rares chantiers importants ne modifient guère les choses (La Chaise-Dieu). Par contre, le mouvement de construction des « saintes chapelles » est un indicateur de possibilités accrues. Désormais, les bois d’œuvre sont disponibles pour construire les charpentes à combles* hauts (Vic-le-Comte, Nonette, Aigueperse, Riom...) (fig. 72 et 73). Malgré cela, pour une même essence, la différence de croissance sera évidente selon que l’arbre sera situé en versants raides pour une vallée encaissée ou encore en montagne bourbonnaise aux reliefs moins accusés. En montagne, si la forêt semble effectivement s’être en partie reconstituée, il reste que les arbres sont moins hauts et les troncs moins réguliers, malgré une croissance rapide. Au contraire, en zones de faibles reliefs ou en plaines, les arbres vont croître en formation plus serrée. Les pentes n’influent plus sur la régularité du tronc. Les arbres soumis à la concurrence de leurs congénères tendent à pousser en hauteur, avec un houppier situé tout à fait au sommet pour atteindre la lumière. Dans ce cas, les arbres haut-branchus sont de loin les plus nombreux et aucune place n’est laissée aux surgeons ou rejets en souches. On constate donc que cette reconstitution des massifs forestiers n’intervient pas de la même manière du sud au nord du diocèse de Clermont. Dans les faits, l’incidence géographique est nette et les forêts du Cantal ne donneront jamais les pièces que l’on peut tirer des forêts de l’Allier (Charbonnier 1980, t. 2, cartes A1 et A2). Les taux de boisement et méthodes d’exploitation de la forêt sont éloquents à ce sujet. Ainsi, les taux de boisement connus dans les Montagnes Occidentales sont logiquement plus importants dans leur partie nord. Cette valorisation des zones septentrionales se vérifie également pour la futaie* qui est également plus présente au nord.

72 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, plan au niveau des sablières.

73 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, coupe transversale.

106En Limousin et Marche, les conclusions sont sensiblement les mêmes. Le Limousin adopte les structures charpentées, particulièrement dans ses zones les plus riches en massifs forestiers. Néanmoins, y compris au XVe siècle, l’usage de combles* hauts à chevrons-formant-fermes* n’est pas net. Par contre, en Marche, dans le nord du diocèse, les pentes intermédiaires à 45° sont abandonnées au profit de celles à 60°. De plus, les structures étudiées sont identiques à celles trouvées en Auvergne. Enfin, autant que l’on puisse en juger à partir des données immédiatement disponibles, les sections et longueurs de pièces sont tout à fait comparables. Il en ressort l’impression de massifs forestiers protégés, mis en valeur et dont les marges regagnent sans doute sur les fronts pionniers de défrichements interrompus dans le courant du XIIIe siècle.

107Malgré la présence d’une forêt en phase de reconstitution, des différences apparaissent vis-à-vis des régions plus septentrionales. Sans se livrer évidemment à une étude comparative comprenant la totalité des pièces composant une charpente, il est toutefois possible de mettre en valeur certains contrastes. À Clermont, comme à Limoges, les entraits aboutés ne dépassent pas 7 m de longueur pour le dernier tiers du XIIIe siècle ou le début du siècle suivant. À Saint-Pourçain-sur-Sioule, au XVe siècle, les entraits atteignent 15 m pour des sections avoisinant 25 cm. Telles sont les mesures que l’on peut prendre en référence.

  • 6 Il n’est en effet pas exclu que des charpentes à fermes-vraies aient existé avant 1300, en pays sep (...)

108À la fin du XIIe siècle, les entraits des églises et constructions de moyennes dimensions ne dépassent logiquement pas 10 m de longueur. Les sections sont équivalentes à celles rencontrées en Auvergne ou dans la Marche : 23 x 20 cm, 25 x 30 cm. Par contre, dès que l’édifice correspond à un chantier d’importance, les données divergent nettement. À la cathédrale de Lisieux, la charpente datée de la fin du XIIe siècle possède des entraits de 30 cm de section pour 10 m de longueur dans le nef et 11 m en transept. À Angers, l’actuel musée Saint-Jean possède des entraits dont la section est de 27 x 22 cm. La longueur des pièces atteint 26 m, puisque les relevés précis ne signalent aucun aboutement (chevrons 19 m, poinçons 13 m). À Mantes, au début du XIIIe siècle, l’église Notre-Dame, possède des entraits de près de 13 m de longueur pour une section de 35 x 27 cm. Nous retrouvons des mesures identiques à Meaux. En fait, que l’on prenne des églises modestes (Notre-Dame d’Étampes, 11 m) ou des édifices exceptionnels (Notre-Dame de Paris, 14 m), les modules courants sont tous supérieurs à 10 m, dès la seconde moitié du XIIe siècle : Saint-Étienne d’Auxerre, 14,30 m ; Saint-Serge d’Angers, 17 m ; Saint-Jean d’Angers, 18 m ; Sens, 16,20 m ; Hôtel-Dieu de Tonnerre, 21 m ; charpentes d’églises datant du XIIIe siècle. Aux modules courants, il faut ajouter les modules exceptionnels supérieurs à 13 m se retrouvant pour l’essentiel des cathédrales des pays septentrionaux. Nous pouvons conclure provisoirement sur cet aspect en rappelant que la cathédrale de Bourges (à 200 km au nord de Clermont) possède elle aussi des charpentes du XIIIe siècle et que ses entraits mesurent environ 15 m de longueur. En fonction de cela, il est difficile de ne pas admettre l’existence d’une forte incidence géographique, influant notamment sur la croissance des arbres ou encore la répartition des meilleures essences utilisables en charpenterie. De la même manière et bien qu’il puisse toujours exister des exceptions, la majorité de ces charpentes est à chevrons-formant-fermes*6, alors que ces dernières ne sont pas courantes en Massif Central avant le bas Moyen Âge. La seule qui soit connue se trouve à Manglieu postérieurement à la conquête française. Les autres (Montferrand, Vauclair à Molompize, Ravel et Riom) adoptent la ferme-latine ou des structures en dérivant. En revanche, au XVe siècle, la charpente à chevrons-formant-fermes* n’est bien implantée que dans la Marche et le Bourbonnais, même si postérieurement elle poursuivra sa progression vers le sud (Anjony, Messilhac, La Salle...).

109Mises à part ces premières pistes — présence de massifs forestiers suffisants et conquête royale — il reste à comprendre pourquoi la charpente à chevrons-formant-fermes* a pu s’implanter en force dans les parties nord de ces deux diocèses de Clermont et de Limoges. Le Limousin, pourtant plus riche en massifs forestiers ne connaît pas cet engouement et la Limagne reste pour l’essentiel en dehors de son aire d’adoption, avant la seconde moitié du XVe siècle : l’Armorial de Guillaume Revel indique des combles* hauts courants au nord de Saint-Pourçain-sur-Sioule. La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte date du début du XVIe siècle et le château de Nonette apparaît isolé au sud d’Issoire. Cependant, avant d’envisager d’autres critères d’analyse, il faut encore tenter de mettre en valeur d’éventuels avantages poussant les charpentiers à hésiter entre les deux structures attestées en Massif Central antérieurement aux années 1500.

Chevrons-formant-fermes ou fermes-latines ?

110La première étape consiste à comparer le volume de bois utilisé pour une charpente en upper cruck*, telle qu’on en trouve en Auvergne dans la première moitié du XIIIe siècle (Vauclair à Molompize, Riom, Montferrand) et une charpente à chevrons-formant-fermes* de mêmes dimensions. Pour simplifier la comparaison, la surface à couvrir est rigoureusement identique, soit 100 m 2 (10 x 10 m) et les pentes de toiture sont inclinées à 40°. La première charpente comporte 5 entraits, 10 arbalétriers, 12 pannes et 26 chevrons sur le modèle trouvé à Vauclair (Molompize). La seconde charpente comporte 4 sablières, 2 entraits, 18 blochets, 11 faux-entraits, 2 éléments d’une croix de Saint-André, 22 chevrons, 22 jambettes, 2 poinçons, 1 panne-faîtière* et 1 panne de sous-faîtage. Nous avons aussi considéré que certaines pièces étaient égales en section comme : les entraits entre eux ; les arbalétriers avec les poinçons ; les pannes avec les chevrons, les sablières, les blochets, les faux-entraits, les pièces de croix de Saint-André, les chevrons, les pannes de faîtage et de sous-faîtage. En définitive, la charpente dérivant de celle à ferme-latine* nécessite 50 m de bois d’œuvre en grosses pièces, alors que celle à chevrons-formant-fermes* n’en utilise que 20 m. L’économie est d’environ 60 % pour des pièces de forte section. Pour les pièces de section moyenne, la charpente dérivant de celle à ferme-latine* utilise 70 m de bois d’œuvre, alors que celle adoptant les chevrons-formant-fermes* n’en nécessite que 8 m en poinçons. Sur ce point, l’économie est alors de près de 90 % pour les pièces de section moyenne. En troisième point, la charpente dérivant de celle à ferme latine* nécessite environ 254 m de petites pièces, alors que la charpente à chevrons-formant-fermes* en nécessite 306. Pour les pièces de faible section, la consommation s’accroît d’environ 20 %.

111À en juger par cette comparaison, la charpente à fermes-latines* consomme essentiellement des bois de moyenne et forte section. À l’inverse, la charpente à chevrons-formant-fermes* est fortement utilisatrice de petites pièces. Ce premier état peut alors indiquer que la pénurie de bois de moyenne et forte section conduit les charpentiers à mettre au point des structures moins gourmandes. Les arbres suffisamment vieux étant plus rares (Saint-Denis), dès la seconde moitié du XIIe siècle, les charpentiers mettent plutôt en œuvre de petites pièces, dont la longueur est équivalente. Il ne faut pas pour autant en déduire que la charpente à chevrons-formant-fermes* fait suite à la ferme latine*. Dans les pays septentrionaux, les plus anciennes charpentes adoptent déjà le chevron-ferme. Ensuite des mesures d’économie frappent les charpentes. Les sections sont plus modestes. De plus, au lieu d’employer 11 entraits comme il était possible de le faire auparavant, 2 seulement sont utilisées, tandis que le restant se réduit à la formule du blochet nécessitant en revanche des contreventements* plus complexes. Dans les pays méridionaux, à la même époque, les charpentiers sont confrontés à des problèmes identiques pour des bois courts*. Dès lors, quand ils n’utilisent pas la couverture sur voûte (cintres temporaires), des arcs diaphragmes, des murs de refend et des murs percés d’arcades pallient le manque de bois d’œuvre. Une des difficultés réside dans l’existence des deux systèmes — chevron-ferme et ferme-latine* — dans une même région et c’est bien le cas pour l’Auvergne. Le logis de Ravel (fin XIIIe siècle) est à ferme-latine*, alors que la charpente à chevrons-formant-fermes* est expérimentée à Manglieu (première moitié XIIIe siècle), après une hésitation à Vauclair (Molompize, première moitié du XIIIe siècle).

112Nous pensons expliquer cette situation en faisant valoir plusieurs paramètres dans un raisonnement global. Dans les pays septentrionaux, le bois d’œuvre de forte section manque, mais les massifs forestiers produisent de plus beaux arbres (haut branchus au tronc bien droit). Dans les pays méridionaux, le bois d’œuvre de forte section vient également à manquer, mais les solutions architecturales maçonnées permettent de résoudre le problème. Il reste que certaines régions sont situées aux marges de ces deux grandes aires géographiques et culturelles. L’Auvergne, mais aussi le Limousin possèdent des « marches ». Ces zones constituent des espaces de rencontre, tant pour les cultures que pour les architectures. Qu’en est-il pour les charpentes ? Malgré les exceptions, survivances et conservatismes, les pays septentrionaux adoptent majoritairement la charpente à chevrons-fermes antérieurement aux années 1300. À l’inverse, pour la même période, les pays méridionaux adoptent plus largement les dérivés de la ferme-latine*. Par contre, dans certaines zones comme la Marche ou le Bourbonnais, la forêt est plus présente dans les paysages. Elle produit des arbres de plus belle venue, dans le cadre de véritables futaies*, ce qui n’est le cas ni de la Haute-Auvergne, du sud du Limousin, ni même de la Basse-Auvergne. À la faveur de la conquête française, des modèles architecturaux septentrionaux sont introduits dans les diocèses du Midi. Il s’agit bien sûr de l’architecture gothique, qui ne s’y impose précisément que dans les « marches » du nord. Mais, également de la charpente à chevrons-formant-fermes* qui existe à Manglieu. Néanmoins, les résistances sont fortes, comme on peut s’en rendre compte pour les cathédrales de Limoges et de Clermont. L’unique exemple de Manglieu peut sembler bien faible, pour fonder un schéma théorique. Cependant il ne faut pas oublier les nombreux auvents et toitures à pentes fortes de la Marche et du Bourbonnais. Pour des églises construites en style gothique, avec de hauts combles* et des modules de construction supérieurs aux modules romans, il est désormais difficile d’admettre des fermes-latines* pour charpentes. La raison principale réside dans le changement de pente de toiture. Dans notre première étape, nous avons comparé deux charpentes de structure différente pour une surface et un volume équivalent. C’est en effet ce qui existe en partie à Vauclair (Molompize, dérivé de la ferme-latine*) et à Manglieu (chevrons-formant-fermes*). Dans les faits, la coïncidence est plus rare. À Ravel, Clermont, Limoges, les pentes sont basses à l’extrême fin du XIIIe siècle, alors qu’au même moment les pentes s’accentuent pour de nombreuses charpentes d’églises plus septentrionales (Marche et Bourbonnais). Afin de mieux replacer l’explication dans son contexte réel, il faut alors comparer les charpentes en admettant l’existence de pentes de toiture différentes.

Comparaisons pour des charpentes à pentes différenciées

113Pour cette seconde étape, trois charpentes doivent être comparées : la charpente à fermes-latines* à pentes faibles (30°), la charpente à chevrons-formant-fermes* aux pentes à 45° et la charpente à chevrons-formant-fermes* dont les pentes de toiture sont à 60°. Si la surface de 100 m 2 à couvrir est toujours prise en référence, le volume des combles* évolue. Le même classement a été retenu en pièces de forte, moyenne ou faible section. La première charpente nécessite 3 entraits, 6 arbalétriers, 3 poinçons, 6 jambettes, 6 aisseliers, 6 contrefiches, 10 pannes et pannes-faîtières* (5 par travée), 30 chevrons. La deuxième nécessite 3 entraits, 3 poinçons, 22 jambettes, 6 contrefiches, 2 pannes de sous-faîtage (pour un contreventement* longitudinal incomplet, sans panne faîtière*, croix de Saint-André* ou aisselier*), 22 chevrons, 8 éléments de sablière, 11 faux-entraits, 16 blochets. La troisième nécessite 3 entraits, 3 poinçons, 22 jambettes, 22 aisseliers, 6 contrefiches, 4 pannes de sous-faîtage et faîtières*, 22 chevrons, 8 éléments de sablière, 11 faux-entraits, 2 croix de Saint-André, 16 blochets.

114Pour la première charpente, cela donne 30 m de pièces de forte section, 45 m de pièces de moyenne section et 96 m de pièces de faible section. Pour la deuxième, doivent être mis en œuvre 30 m de pièces de forte section, 15 m de pièces de moyenne section et 302 m de pièces de faible section. Pour la troisième, nous obtenons 30 m de pièces de forte section, 27 m pour les pièces de moyenne section et 431 m pour les pièces de faible section. Ajoutons qu’à l’église d’Ajain en Creuse, les blochets ne sont pas utilisés. Cela implique une consommation de bois bien plus importante en remplaçant trois entraits et seize blochets par onze entraits. Dans ce cas seulement, il faut considérer les bois de forte section à hauteur de 110 m et les bois de faible section à hauteur de 415 m.

115En définitive, la situation apparaît contradictoire avec celle mise en valeur précédemment. Une charpente à fermes-latines* consomme autant de bois de forte section que les deux charpentes à chevrons-formant-fermes* qui lui sont opposées. En ajoutant le fait que les nefs romanes sont souvent plus modestes vis-à-vis des nefs gothiques, le déséquilibre s’accentue. La charpente à chevrons-fermes consomme forcément des bois plus longs et de forte section. Le phénomène est encore plus sensible à l’église d’Ajain où les blochets ne sont même plus utilisés. On peut alors considérer que l’économie de bois de forte section n’est valable que si on passe d’une charpente à chevrons-fermes et entraits systématiques (situation courante au XIIe siècle), à une charpente à chevrons-fermes utilisant les blochets et un contreventement* longitudinal plus complet (situation connue dès la fin du XIIe siècle). Pour les bois de moyenne section, la première version de la charpente à chevrons-fermes utilise trois fois moins de bois (15 m au lieu de 45 m). La deuxième en consomme un peu plus (27 m), à cause de l’allongement des poinçons. Ces derniers mesurent 3 m dans la charpente à ferme-latine*, 5 m dans la première version de charpente à chevrons-fermes et 8,50 m dans la deuxième version. La hauteur des combles* en est logiquement l’explication.

116Pour les bois de faible section, la consommation triple en passant de la ferme-latine* à la première version avec chevrons-fermes. Elle est multipliée par quatre, en considérant la seconde version. Sur cet aspect, il n’est finalement pas possible de justifier l’usage du chevron-ferme par une quelconque supériorité technique acquise au détriment de la ferme-latine. La charpente à chevrons-fermes est légèrement moins consommatrice de bois de moyenne section, c’est un fait. Cependant, elle nécessite la mise en œuvre de très nombreuses pièces de petite section. La hauteur de ses combles* suppose un contreventement* plus efficace que celui prévu pour les basses charpentes à fermes-latines* et donc moins sensible à la pression du vent. Par ailleurs, la coupe des bois importe aussi. Plus on utilise de bois de faible ou moyenne section, plus le débit sur quartier* s’impose, à partir des arbres les plus couramment abattus. Les arbres les plus âgés sont alors utilisés en entraits, tandis que les pièces de moyenne section ont tendance à se faire moins nombreuses, à cause de l’importance prise par celles de faible section.

117Maintenant, cette différence entre les deux comparaisons s’explique aussi par le fait que la première charpente prise en référence possédait 5 entraits, au lieu de 3 pour la deuxième. La charpente de Ravel est en effet la seule véritable charpente à ferme-latine,* tandis que les charpentes de Riom, Montferrand ou Vauclair (Molompize) sont hybrides. Dérivant de la ferme-latine*, elles ne possèdent pas de poinçon et leurs entraits tendent à se rapprocher. Nous aurions alors affaire à des formulations intermédiaires traduisant une certaine perméabilité aux techniques septentrionales.

118En résumé, la ferme-latine utilise autant de bois de forte section qu’une charpente à chevrons-fermes pour une largeur égale. Néanmoins, les largeurs de nefs ou de bas-côtés, ne sont plus les mêmes dès la fin du XIIe siècle, à cause de l’introduction des techniques et structures gothiques. La présence de charpentes permanentes, la plus grande hauteur des combles* et la multiplication des échaudages et cintres complexes ont alors été des facteurs déterminants pour que l’on n’adopte pas franchement l’architecture gothique avant la seconde moitié du XIIIe siècle, en Auvergne ou en Limousin. Plus exactement, des essais sont connus dès la fin du XIIe siècle dans le nord du diocèse de Clermont, en stricte correspondance avec des massifs forestiers où existe l’aspect de futaie*. Il faudra de sévères mesures de protection du couvert forestier et les malheurs du XIVe siècle, pour venir en partie à bout de la pénurie de bois d’œuvre. Cette pénurie caractérise diversement les deux diocèses. Elle semble plus criante en Auvergne du fait de la présence de moyennes montagnes. Elle se fait moins évidente en Limousin, plus riche en bois et forêts. Pourtant, c’est dans la Marche et le Bourbonnais que la reconstitution de la forêt pourra prendre un caractère massif, exprimé sous la forme de nombreuses charpentes à chevrons-fermes et de hauts combles*. Affirmant cela, nous pouvons réexaminer les trois exemples de structures charpentées prises en référence. Une charpente voit ses pentes de toiture inclinées à 30°, la deuxième à 45° et la troisième à 60°. De plus, le passage de la ferme latine* au chevrons-formant-fermes* suppose une évolution très nette des qualifications. Ce sont ces deux derniers aspects qu’il nous faut considérer maintenant.

Les indices d’une reconquête

119Autant le travail du charpentier est discret antérieurement au milieu du XIIIe siècle, autant il gagne en force ensuite. Les combles* sont désormais vastes, importants en volume et fréquemment rendus visibles par abandon de la voûte d’ogives dans la partie septentrionale du diocèse de Clermont. Afin de s’en rendre compte, il est nécessaire d’insister de nouveau sur la présence réaffirmée de vastes nefs charpentées dans la Limagne bourbonnaise et à la Montagne bourbonnaise. Effectivement, au nord de Gannat et d’Ébreuil, plusieurs caractères architecturaux donnent une cohérence à cette zone. Nous y trouvons l’essentiel des grandes nefs charpentées visibles jusqu’à la fin du Moyen Âge, comme à Saint-Léger d’Ébreuil, Saint-Étienne de Gannat, Sainte-Croix de Saint-Pourçain-sur-Sioule, Notre-Dame du Breuil ou Saint-Ménélée de Menat. Quelques églises romanes, anciennement voûtées en berceau, sont même charpentées à la suite de leur effondrement après les tremblements de terre de 1477 pour l’abbatiale Saint-Pierre de Mozat ou du manque d’entretien comme pour l’église Saint-Marc de Souvigny. Néanmoins, les caractères de cette partie septentrionale ne s’arrêtent pas aux limites du diocèse, puisqu’il est possible d’y ajouter notamment les églises marchoises de Évaux-les-Bains et de Chambon-sur-Voueize. Aucune n’a reçu un voûtement d’ogives et les anciens dispositifs charpentés à fermes-latines* ont été remplacés par de hauts combles* à chevrons-formant-fermes*.

120En dehors de l’architecture des sanctuaires, le bas Moyen Âge est également une période de reconstruction des bourgs et villes. Précisément, une autre tendance se fait jour en Auvergne. La maison de pierre des XIIe et XIIIe siècles est progressivement remplacée par une demeure à pans de bois, particulièrement dans la seconde moitié du XVe siècle et au XVIe siècle (fig. 74 et 75). Malgré les difficultés de l’étude du bâti charpenté (Phalip 2003), un inventaire rapide donne une quinzaine de localités utilisant le pan de bois dans la moitié septentrionale de l’Auvergne : Aigueperse, Ambert, Billom, Châteldon, Courpière, Espirat, Lapalisse, Maringues, Montferrand, Moulins, Olliergues, Pont-du-Château, Riom, Saint-Amant-Tallende ou Thiers. En revanche, pour la moitié méridionale, seules 7 localités apparaissent : Aurillac, Blesle, Brioude, Chilhac, Laroquebrou, Maurs et Saint-Flour. Plus largement, le pré-inventaire des édifices charpentés d’Auvergne révèle 1 335 sites pour le bas Moyen Âge, les périodes modernes et contemporaines (Luc Breuillé, Conservatoire de l’habitat et des paysages d’Auvergne, Ecole d’architecture de Clermont-Ferrand). Neuf cent quatre-vingt fiches concernent les deux départements du nord, tandis que 345 seulement concernent les deux du sud. Cette disparité ne tient évidemment pas au hasard, d’autant que les bois sont de meilleure qualité dans la moitié septentrionale du diocèse et plus irréguliers au sud. La redécouverte du bois d’œuvre est donc nette, non seulement en architecture religieuse, mais aussi en architecture civile. Ces faits sont confirmés dans le cadre du logis seigneurial qui est fortement consommateur de bois de hourds à la fin du Moyen Âge (Poisson 2003) : Beauzac, Messilhac (Raulhac), Moulin-Neuf, Œillet, Saint-Dier-d’Auvergne, Veyrières. Les hourds sont également très présents dans l’Armorial de Revel. Finalement, autant le XIIe siècle apparaît comme le siècle de la pierre en Auvergne et dans une moindre mesure en Bourbonnais, autant les XVe et XVIe siècles sont les siècles de la remise à l’honneur du bois d’œuvre. Les paysages urbains sont littéralement bouleversés par l’apport très important de la charpente et du pan de bois.

74 - Villeneuve-les-Cerfs (Puy-de-Dôme), manoir daté des années 1479/1481 ; construction caractéristique d’un vaste mouvement de reconstruction.

75 - Villeneuve-les-Cerfs (Puy-de-Dôme), pigeonnier daté des années 1470/1472.

121Dès lors, nous pouvons saisir ici un mouvement comparable — mais totalement inversé — à celui observé durant le haut Moyen Âge. Si la pierre a progressivement remplacé le bois dans le bâti médiéval à cause d’une aggravation de la pénurie de bois d’œuvre, un processus inverse se dessine à partir du bas Moyen Âge. Ce mouvement de substitution de la pierre par le bois est nettement perceptible au nord de la ligne Poitiers, Limoges, Clermont-Ferrand, Lyon, pour les charpentes, plafonnements, églises, maisons, halles ou granges : Normandie, Alsace, Bretagne, Champagne... Au sud de cette ligne — déjà reconnue pour la charpente à chevrons-formant-fermes* — l’utilisation du bois est moins nette à cause de bois de moindre qualité (Garrigou Grandchamp 1999 ; Sournia 1991 ; Scellès 2002) : Languedoc, Gascogne et Guyenne.

122L’Auvergne se retrouve ainsi partagée dans cette tendance à l’abandon de la pierre au profit du bois. Sa moitié septentrionale se couvre de maisons à pans de bois pendant plusieurs siècles, sans faire disparaître sa composante bâtie en pierre ou briques. Il faut discuter évidemment de la force de ce retournement, car nous sommes en partie prisonniers des échantillons disponibles, peu étudiés et mal datés. Néanmoins, en Auvergne, ce mouvement semble s’amorcer dans la seconde moitié du XVe siècle et s’impose aux XVIe et XVIIe siècles. L’Armorial de Guillaume Revel (milieu XVe siècle) n’insiste donc pas encore sur la place occupée par le pan de bois, alors qu’il valorise les combles* hauts dans le nord du diocèse de Clermont. Les crises multiformes du XIVe siècle sont probablement à l’origine de ce mouvement de redécouverte des bois d’œuvre : guerres, pestes, déprise et reconstitution des massifs forestiers, crises économique et démographique, concentrations urbaines. Au bas Moyen Âge, le charpentier redevient un personnage aux qualifications valorisées. Le courant de reconstruction des villes, villages et bourgs nécessite des matériaux peu onéreux, commodes à l’acheminement et simples à la mise en œuvre. Le renchérissement de l’extraction et du travail de la pierre contribue sans doute aussi à expliquer ce phénomène, d’autant que la façade de pierre bien équarrie reste fermement aristocratique. Désormais, le charpentier va de nouveau concurrencer maçons ou tailleurs de pierre et va construire des combles* de plus en plus pentus.

Climat et précipitations

123À cet accroissement des pentes de toiture, diverses explications peuvent être avancées. Choisy estime que l’accroissement de la raideur des combles* fonde l’adoption du chevron-ferme. Bechmann et Ferauge reprennent leur explication en ajoutant que la fixation des pannes aux fermes pose un problème pour les toitures à fortes pentes (Bechmann 1981, p. 218, 223 ; Ferauge 2003, p. 51). De fait, en employant des bois de faible et moyenne section, dès la fin du XIIe siècle, la question du poids des matériaux de couverture est posée. Une plus forte inclinaison des chevrons permet de peser moins sur les pièces de versants et de répartir le poids sur la longueur des murs gouttereaux grâce aux sablières. Bien que cela soit variable, on estime à 100 kg au m 2 le poids d’une couverture en tuiles creuses. Pour les tuiles plates, le poids est moindre, 80/90 kg au m 2. Enfin, pour les ardoises, on peut arriver à 15/25 kg au m 2.

124De la même façon, plus les versants sont longs, plus la quantité d’eau à évacuer en égout est importante. On augmente alors la surface de recouvrement pour les matériaux de couverture. Les deux-tiers d’une ardoise ou d’une tuile plate sont recouverts par celles de la rangée supérieure, ce qui évite les remontées par capillarité. Malgré cela, l’étanchéité est rarement totale du fait des précipitations comprenant aussi des pluies inclinées à cause du vent. La cohésion d’une couverture étant obtenue par recouvrement et frottement, les tuiles plates possèdent simplement une petite excroissance dans leur partie supérieure formant téton. Ce dernier permet d’accrocher la tuile plate aux liteaux* cloués sur les chevrons. Pour les ardoises, tout comme les lauzes*, on les fixe à l’aide de chevilles en bois (chêne ou châtaignier), puis par des clous qui apparaissent dans les comptes de chantier du bas Moyen Âge (Sangué 1970, p. 72, 111).

125Plusieurs éléments apparaissent liés. L’augmentation de la pente d’une toiture permet de mieux répartir le poids des éléments de couverture sur les murs porteurs, tout en allégeant les structures charpentées. Cette pente implique également une évacuation plus rapide des eaux de pluie, puisque selon les manuels de couverture, en augmentant la pente d’une toiture de 25° à 50°, l’écoulement se fait deux fois plus rapidement. L’accélération de l’écoulement est donc essentielle aux pays du nord, tandis qu’elle est superflue pour les toitures des pays du sud. En montagne, le critère de la neige doit être retenu. Plus la neige tient sur la toiture, plus il y a une surcharge nécessitant un renforcement des charpentes. Une autre surcharge est à prendre en compte : le vent. Pour un seul versant devant couvrir un espace de 40 m 2, la pression exercée par le vent sera différente selon les pentes de toiture. Une pente de 30° donne environ 45 m 2 à couvrir. La surface exposée passe à 55 m 2 pour 45°, à 80 m 2 pour 60°. De plus, cette pression du vent est plus forte selon la hauteur des bâtiments. Ainsi, un vent léger exerce une pression de 45 kg au m 2 pour une pente de 30° et 80 kg pour 60°. Un vent violent exerce une pression de presque 3 tonnes au m 2 à 30° et plus de 5 tonnes à 60°. Ainsi, plus l’édifice est masqué par le relief et rasant, moins le vent aura d’impact sur sa toiture. Au contraire, plus la toiture est haute, plus l’impact sera important. À ce propos, il est remarquable de constater que ces contraintes ont été prises en compte par les maîtres d’œuvre. Pour un édifice roman, l’évacuation de l’eau de pluie ne semble pas un problème majeur. La corniche seule — formant larmier* — suffit à éloigner l’eau des parements. Au XIIIe siècle, au contraire, l’édifice gothique impose une réflexion au niveau de l’évacuation des eaux (fig. 76). Désormais, il faut prévoir des réseaux de gouttières et des gargouilles qui s’imposent dans le paysage. Pourtant, il est abusif de lier l’évolution des charpentes et l’inclinaison des toitures, au seul choix de l’architecture gothique, dont les élévations sont importantes.

76 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), cathédrale Notre-Dame, chevet ; les hautes toitures des édifices gothiques supposent des chéneaux et de nombreuses gargouilles pour évacuer les eaux de pluie.

126Un autre facteur semble déterminant à l’adoption de telle ou telle structure charpentée : le climat. Etudiant la technologie des voûtes de l’Orient ancien, Roland Besenval (Besenval 1984, p. 169) admet que l’adaptation de l’habitat à un climat chaud et sec a certainement contribué à l’emploi de ce type de couverture (voûtes et coupoles) assurant une isolation thermique et facilitant la ventilation. Il ajoute que la prédominance de ce type de couvrement est géographique et climatique. Dans le cadre européen et médiéval, Jean Chapelot rejette l’opposition géographique de civilisation entre le Nord germanisé et de Sud romanisé (Chapelot 1980, p. 289) pour valoriser aussi des considérations climatiques.

  • 7 Cette pluviosité en hausse est repérée dans les textes par la fréquence des inondations catastrophi (...)

127Actuellement, ce climat est atlantique et tempéré pour l’essentiel du territoire. Il est méditerranéen, ensoleillé et sec, au sud-est. Enfin, plus on s’avance vers l’est, plus l’influence continentale se fait sentir. Pour la période médiévale, il est surtout question d’un processus de détérioration climatique amenant à l’installation du « petit âge de glace » (Magny 1995, p. 117-121 ; Vernet 1997). C’est la possible incidence progressive de cette détérioration climatique sur l’habitat qui nous intéresse ici. Sans exclure l’existence de phases intermédiaires en contradiction, l’orientation générale est la seule retenue pour ce développement. Entre 750 et 1150 environ, une phase douce et sèche est reconnue. On admet aussi qu’elle facilite la conquête, puis l’exploitation, des sols en plaine comme en altitude (Le Roy Ladurie 1967 et 2004 ; Brochier 1989, p. 56 ; Flaran 1990). Plus précisément, la séquence « 77 » Charavines-Paladru peut servir d’étalon de référence pour une zone s’étendant de Grenoble à Genève jusqu’à Bourg-en-Bresse, Lyon et Valence, pour des altitudes inférieures à 700 m (Colardelle 1993, p. 289, 371, 381). Ainsi, à partir du début du XIe siècle, il est constaté une légère péjoration du climat, avant d’en venir à des temps moins cléments, plus froids et plus humides. Selon les auteurs, après l’optimum des années 1150 et une stabilisation jusqu’en 1300 environ, c’est surtout à partir de 1250 que l’Europe connaît un refroidissement climatique ou « petit âge glaciaire ». Ces refroidissements successifs vont de pair avec un renforcement de la pluviosité, ce qui nous aide à comprendre les phénomènes architecturaux constatés7. Par ailleurs, le couvert végétal présente une certaine inertie face à des variations climatiques de courte durée ou de faible amplitude. C’est-à-dire que seuls les phénomènes inscrits dans la longue durée pourront avoir une incidence en architecture.

128Pour le Massif Central, en considérant d’abord les altitudes inférieures à 700 m, cette modification climatique est perceptible. En majorité, les charpentes et toitures ne sont pas fondamentalement modifiées au sud de la ligne Clermont/Limoges. Au bas Moyen Âge, seules quelques charpentes adoptent les combles* hauts. L’essentiel n’est semble-t-il pas modifié, y compris en zones d’altitude supérieures à 700 m. En Haute-Auvergne, les combles* hauts constituent plus un signe de reconnaissance sociale pour l’aristocratie qu’une nécessité absolue de s’adapter aux modifications climatiques. Par contre, au nord de la ligne Clermont/Limoges, il en va tout autrement. Dès le milieu du XIIIe siècle, la Marche, le nord du diocèse de Clermont et le Bourbonnais sont nettement touchés. Les tuiles creuses sont abandonnées au profit des tuiles plates. Les combles* hauts (chevrons-fermes et dérivés de la ferme-latine*) remplacent les combles* bas (ferme-latine* et dérivés). Les pentes atteignent 45°, pour des charpentes aux pièces plus légères. La pénurie de bois d’œuvre semble malgré tout moins sensible dans ces dernières régions. Les parties méridionales, elles, sont toujours affectées par cette pénurie de bois. Ce fait s’accentue aux XIVe et XVe siècles pour finir avec des combles* hauts, inclinés à 60°. Les forêts admettant l’état de futaie* se sont reconstituées et donnent des grumes* longues et bien droites, dont vont se servir les charpentiers. Plus au sud, en revanche, les massifs forestiers se sont bien reconstitués, sans pouvoir toutefois donner les pièces longues réclamées par les chevrons-fermes. Il va de soi qu’en Anjou ou plus généralement dans les pays septentrionaux, les adaptations ont été plus précoces. Dès la seconde moitié du XIIe siècle, les pentes à 45° suppléent aux premières dégradations perceptibles. Il suffira ensuite aux charpentiers de compléter le dispositif en accentuant les pentes pour atteindre 60°. Il faut conclure de cela, qu’en termes de précipitations, les modifications climatiques ont été prises en compte assez tôt dans la moitié nord du pays. Hormis les pays d’Ouest, pour lesquels joue l’influence océanique, les pays méridionaux ne changent pas leurs manières de construire. De leur côté, les zones « intermédiaires » hésitent dans les parties méridionales des diocèses de Limoges et de Clermont. Enfin, les régions plus sensibles — Marche et Bourbonnais — basculent en adoptant les combles* hauts et structures charpentées des pays septentrionaux.

Notes

1 Sugerii Vita dans LECOY de la MARCHE (A.). — Œuvres complètes de Suger, Paris, 1867, p. 377-411. PANOFSKY (E.). — Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1967 ; Bechmann 1981 et 1984.

2 OLEGUER (Père), BOUILLE (M.), COLOMER (C.). — Histoire de Saint-Michel de Cuxa par les textes, XVIIe-XXe siècles, sans lieu, 1975. Durliat 1986, p. 81.

3 WACE, Le roman de Rou, Livre 3, Édition HOLDEN (A.-J.).

4 ERLANDE-BRANDENBOURG (A.) — Carnet de Villard de Honnecourt, Paris, Stock, 1986, p. 31. ADAM (J.-P.) et VARENE (P.). — La scie hydraulique, invention antique et perfectionnement médiéval, Caesarodunum, le bois et la forêt, Paris-Tours, Errance, 1986, p. 211-229. Dans le même article, un autre exemple est cité pour l’Asie-Mineure avec Grégoire de Nysse vers 380 : Les uns recourant à l’eau et au fer fendent des pièces de bois...

5 À propos des charpentes à cruck ou upper-cruck, in ALCOCK (N.-W.). — A catalogue of cruck building, CBA Research Report, n ° 42, 1981, p. 96, fig. 49 (les croquis D et F2 correspondent).

6 Il n’est en effet pas exclu que des charpentes à fermes-vraies aient existé avant 1300, en pays septentrionaux. Leur très faible nombre ne permet pas d’inverser les résultats de notre étude.

7 Cette pluviosité en hausse est repérée dans les textes par la fréquence des inondations catastrophiques. ANTOINE (J.-M.). — La catastrophe oubliée. Les avatars de l’inondation, du risque et de l’aménagement dans la vallée de l’Ariège (XVIIe-XXe siècle), Doctorat de Géographie, Toulouse le Mirail, 1992, p. 30 et 291 (1420/1430, 1480/1490, 1520/1530).

Table des illustrations

Légende 56 - L’archiprêtré de Mauriac d’après un polyptyque carolingien, paysages ruraux montagnards, occupation des terres et couvert forestier au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende 57 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, sablières de la nef visibles au niveau du transept occidental, chevrons dont les tenons sont en dehors des mortaises par déformation des bois verts ; fers modernes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 58 - Chêne isolé, tronc bas-branchu (nombreux nœuds) et irrégulier générant des flaches à la coupe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 59 - Chêne en formation serrée, tronc haut-branchu (nœuds majoritairement placés en houppier) et régulier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 60 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, blochet (cœur au centre sans ses dosses) sur sablière, jambette de section identique (arbre âgé de 30 ans, dendrochronologie) avec nœuds et gerçure de séchage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 61 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes ; les poinçons de la nef sont fortement gercés (fente de séchage rapide des bois verts) ; un fort chevillage de liaisonnement est visible et peut servir d’échelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 62 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, traces laissées par l’herminette et peut-être la doloire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 63 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, traces irrégulières de sciage avec triangle de découpe laissé par les scieurs de long.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 64 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, pièce de contreventement supérieur avec flaches, bois d’aubier et nœuds multiples ; cette configuration montre la difficulté à trouver un bois de qualité sur la totalité des pièces.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 65 - Gannat (Puy-de-Dôme), église Saint-Étienne, nef des XIe et XIIe siècles, charpente en carêne inversée du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 66 - Jussat (commune de Randan, Puy-de-Dôme), nef romane, cintres datés des années 1424-1425/6 ; les entraits servent de tirants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 67 - Jussat (commune de Randan, Puy-de-Dôme), nef romane ; cintres datés des années 1424-1425/6 ; les entraits traversent les murs gouttereaux et sont bloqués par des clefs de bois protégées par une dalle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 68 - Menat (Puy-de-Dôme), église abbatiale charpentée dès le début du XIIe siècle, restaurée au XVe siècle, charpente lambrissée à chevrons-formant-fermes, combles à fortes pentes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 69 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, marques de pose.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 70 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, plan et relevé des marques de pose.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 71 - Chambon-sur-Voueize (Creuse), église abbatiale, nef, coupe axonométrique d’une travée de la charpente visible du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 72 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, plan au niveau des sablières.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 73 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, coupe transversale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 74 - Villeneuve-les-Cerfs (Puy-de-Dôme), manoir daté des années 1479/1481 ; construction caractéristique d’un vaste mouvement de reconstruction.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 75 - Villeneuve-les-Cerfs (Puy-de-Dôme), pigeonnier daté des années 1470/1472.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 76 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), cathédrale Notre-Dame, chevet ; les hautes toitures des édifices gothiques supposent des chéneaux et de nombreuses gargouilles pour évacuer les eaux de pluie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2534/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540