Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Première partie. Les réalités archéologiques

Texte intégral

1La première partie de cet ouvrage livre les données archéologiques réunies à partir des indices rencontrés en Haute-Auvergne, Limagne, Bourbonnais et Marche, avant d’envisager rapidement des régions extérieures. À notre connaissance, en Haute-Auvergne, les charpentes subsistantes ne sont pas antérieures au XVe siècle. Comment, dès lors, considérer possible une telle étude ? Les parties hautes des édifices conservent, pour la plupart, les traces des ouvrages de bois temporaires qui ont accompagné les chantiers ou d’ouvrages permanents, aujourd’hui disparus.

La Haute-Auvergne

La Haute-Auvergne au XIIe siècle

À propos du voûtement

2Pour le XIe siècle, aucun édifice interprétable n’est parvenu jusqu’à nous. L’abbatiale Saint-Géraud d’Aurillac ne possède pas une élévation suffisante en chevet pour être analysée. Évidemment, dans les rares sources écrites connues, rien n’est précisé quant au mode de couvrement. Tout au plus peut-on dire qu’il existe une présomption de l’existence d’un voûtement de certains espaces. Néanmoins, en nous fondant sur les réalités de l’architecture religieuse méridionale, on peut affirmer que la voûte se répand dans le sud de l’Auvergne à partir de la seconde moitié du XIe siècle (Phalip 1997, p. 29-58). Traiter du voûtement est en effet essentiel, car cela suppose de forts éléments charpentés en cintres et coffrages pour les maçonneries concrètes, rarement clavées. Cela suppose aussi une connaissance des assemblages de pièces et donc des qualifications, des massifs forestiers relayés par des possibilités d’exploitation, des matériaux de couverture adaptés en protection. Et précisément, les dispositions du XIIe siècle permettent d’aborder plus franchement cette question.

3En écartant les édifices trop remaniés ou encore ceux dont les éléments de datation sont douteux, il subsiste plusieurs centaines d’églises paroissiales ou chapelles castrales. L’étude de leurs parties hautes est éloquente, puisqu’elle révèle une absence quasi générale de charpente permanente. Les matériaux de couverture (laves ou tuiles creuses) sont posés directement sur les reins des voûtes (enquête de 1998 complétée, B. Phalip, 2001) : Allanche, Alleuze, Andelat, Antignac, Brageac, Chanet, Jaleyrac, Jou-sous-Monjou, Laroquevieille, Lastic, Marchastel, Mauriac, Menet, Roffiac, Saignes, Sourniac, Saint-Étienne-de-Chomeil, Saint-Hippolyte, Saint-Saturnin, Trizac, Vebret, Vendes... (fig. 2). En extrados, les reins sont réalisés en maçonneries concrètes (pierres de tout venant plus ou moins ordonnées et noyées dans un bain de mortier* de chaux très épais épousant la forme du coffrage de cintre). À cette étape du chantier roman et à cet endroit, les maîtres d’œuvre jugent que les murs sont trop épais. Le temps de séchage des mortiers étant généralement important (plusieurs mois, voire une année), les déformations et lents tassements internes des blocages nécessitent souvent de petites ouvertures en sommet des murs gouttereaux. Ces ouvertures se présentent comme des trous de boulins aménagés entre les modillons de la corniche de pierre formant gouttière : Saint-Étienne-de-Carlat, Jaleyrac, Lavaudieu, Mazeyrat-Aurouze, Saint-Hérent etc. Ces caractéristiques semblent d’ailleurs la reprise d’un parti architectural préroman méridional au sens large. Technique au départ, ce parti pourrait avoir été intégré ensuite au vocabulaire décoratif architectural : Saint-Guilhem-le-Désert, Cardona, Noli, Lomello.... Elles ne peuvent toutefois être confondues avec des trous de boulins, car les coïncidences n’existent pas avec les axes verticaux des travées d’échafaudage visibles sur l’élévation extérieure des murs gouttereaux (fig. 3). Ces rangées de trous quadrangulaires, profonds d’une trentaine de centimètres, pouvaient servir aux couvreurs lors du premier travail de couverture ou de réparations ultérieures. Ces ensembles adoptent aussi les dispositions d’une rangée d’alvéoles destinées à un pigeonnier, sans pour autant en posséder toutes les caractéristiques, puisqu’il n’y a pas dans les églises concernées de dalles débordantes formant reposoir pour les pigeons. En réalité, ces ouvertures permettent aux reins des voûtes de mieux sécher, en rendant possible une circulation limitée d’air par ces pénétrations régulières. Le problème est bien connu des couvreurs, puisqu’au cours de son écoulement, l’eau pénètre en remontées par capillarité sous les matériaux de couverture. Cet inconvénient est généralement compensé par l’existence de combles*, où l’air circule et sèche les reins des voûtes. Mais, ce n’est toutefois pas le cas dans le sud de l’Auvergne avant le XVe siècle (fig. 4). L’inexistence des combles* est générale. Au-dessus des reins des voûtes, le maître d’œuvre prévoit alors de régulariser les versants en y accumulant de la terre mêlée à de la chaux, dans le meilleur des cas. Dans la situation la plus fréquente, il s’agit simplement de terre éventuellement mêlée à de l’argile et comprenant le plus souvent toutes les chutes de chantier (éclats de pierres, morceaux de tuiles, mortier mêlé à de la terre...). Cette caractéristique se retrouve autant pour des sanctuaires (Notre-Dame-du-Port), pour des tours (Mardogne), des logis, des burons, pigeonniers et des caves en Auvergne (Phalip 2003). La technique du remplissage des reins des voûtes, nommée par les maçons actuels chaussine*, perdure ensuite jusqu’au tout début du XXe siècle (fig. 5). Inévitablement, du fait des remontées d’eau, les reins des voûtes s’imprègnent régulièrement sans pouvoir sécher rapidement. Il s’en suit des tassements et déformations nuisant à la régularité de la pente des toitures ce qui accroît la possibilité de fuites. Souvent insuffisantes, les alvéoles n’empêchent nullement la progressive dégradation des mortiers. Les matériaux de couverture finissent par glisser et se couvrent de mousses, de plantes et d’arbrisseaux, dont les racines achèvent de désorganiser les reins des voûtes. Les exemples abondent en ce sens. Les services des Monuments historiques sont alors obligés d’étayer les voûtes, d’y injecter du ciment pour remplacer les mortiers désagrégés et lavés, de procéder enfin à la réfection complète des toitures et couvertures.

2 - Dispositions classiques d’une gouttière en Auvergne pour un édifice religieux ; couverture sur voûtes.

3 - Mazeyrat-Aurouze (Haute-Loire), fin XIIe siècle, chevet, trous de boulins en mur gouttereau, trous destinés au séchage des reins des voûtes en corniche de modillons.

4 - Charraix (Haute-Loire), XIIe siècle, chevet, trous destinés au séchage des reins des voûtes.

5 - Beaumont (Haute-Loire), XIIe siècle, chevet, trous destinés au séchage des reins des voûtes ; l’utilisation comme pigeonnier reste possible.

À propos des couvertures

4Ajoutons que ce ne sont pas là les seuls problèmes rencontrés par les maîtres d’œuvre de la période médiévale. Les lourdes lauzes* sont simplement fixées grâce à des mortiers d’argile (particulièrement attestés) ou des mortiers de chaux plus gras (aux sables plus fins, mieux tamisés, utilisés comme dégraissant). Il convient à ce propos de distinguer les sables non tamisés dominant les maçonneries communes, des sables tamisés que l’on utilise pour les joints minces (moyen appareil régulier) et la pose de matériaux de couverture (lauzes*, tuiles). Les plus importantes lauzes* — certaines peuvent atteindre 160 cm sur 100 — sont disposées en rive et constituent un solide doublis bien débordant. L’intérêt de ce dernier dispositif réside dans la gouttière. Elle éloigne les eaux des parements des murs gouttereaux en partie protégés par l’encorbellement formé par l’addition des modillons et des pierres de corniche. Le débordement total peut atteindre une quarantaine de centimètres, ce qui rend superflu tout autre système d’évacuation des eaux de pluies (fig. 6). Néanmoins, afin d’aider l’évacuation des eaux et de les projeter loin des murs, une rupture de pente en égout évite que les laves de rive* servent de larmier*. Ce dernier empêchant rarement la pluie de se rabattre en parement à la suite d’un coup de vent, l’égout retroussé éloigne encore plus ces eaux. Par ailleurs, il est préférable de réserver le terme de lauze* aux épaisses ardoises de schistes, ainsi qu’aux pierres volcaniques se délitant (phonolites*). Les matériaux calcaires reçoivent le nom de lave*. Pour l’essentiel, ces matériaux de couverture tiennent par frottement grâce à un empilage décalé en extrados de voûtes régularisés, calage sur de la volige* épaisse ou fixés au clou et à la cheville au-dessus de 40° de pente. Au-dessus de cet égout, les lauzes* voient leurs dimensions diminuer progressivement jusqu’à l’arête de faîtage. Cette dernière arête est alors bloquée par de longues pierres (2 à 3 m de long) très lourdes, épousant l’angle supérieur formé par la rencontre des deux versants du toit. L’assemblage de ces différents éléments se fait à bain de mortier*, jusqu’au début du XXe siècle. Cette technique semble généralisée jusqu’en Basse-Auvergne, dès lors que l’on utilise les lauzes* et non les tuiles creuses. Ces pierres de faîtage sont en outre décorées d’une crête ajourée selon un principe identique à celui des plaques de chancels ou encore des transennes ou claustras. Ces crêtes résultent de reconstitutions du XIXe siècle, mais des relevés et clichés réalisés avant restauration en montrent à Perses (Aveyron) ou Issoire. De rares éléments subsistent à Montaigut-le-Blanc, Mozac, Aigueperse ou Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand.

6 - Jaleyrac (Cantal), XIIe siècle, nef, trous destinés au séchage des reins des voûtes ; l’utilisation pour les couvreurs est probable ; la couverture est en lauzes.

5Pour ces couvertures, toutes les pierres utilisées sont choisies pour leur faculté à se déliter grâce à des marteaux taillants, polkas (percussion lancée) ou encore par utilisation conjointe de maillets, de ciseaux plats et de chasses (percussion posée). Pour l’essentiel, ce travail se déroule en carrières, tandis que la finition s’effectue sur la couverture elle-même. À ce moment-là, les maçons — qui acquièrent par ce biais une qualification de couvreurs — taillent les lauzes* pour les ajuster latéralement aux autres. Les joints inférieurs de pose doivent être les plus fins possible de manière à éviter qu’une lauze* ne « lève », ce qui a pour inconvénient d’accroître les possibilités d’infiltration. De la même manière, ces lauzes* possèdent une extrémité assez longue (et plus étroite) qui plonge dans le mortier liant l’ensemble. En cela, les techniques de couverture de Haute-Auvergne sont assez différentes de celles connues ailleurs. En Provence ou dans les Causses, l’habitat vernaculaire utilise des matériaux de couverture assemblés en tas de charge* calés ; en Bourgogne, les « laves » sont calées sur volige*. Dans les pays méridionaux (matériaux traditionnels), les maçons réalisent également les couvertures, car il n’y a pas eu de séparation en deux qualifications distinctes. Il n’en va pas de même dans les pays septentrionaux, où l’on sépare le travail du carrier, du maçon et du couvreur (Monuments Historiques 1959, n° 1 ; 1964, n° 1 ; 1984, n° 133 ; 1987, n° 152 ; Desaulle 1976). Par ailleurs, les matériaux eux-mêmes varient. Dans le bassin d’Aurillac ou la vallée de l’Alagnon à partir de Neussargues, les lauzes* sont progressivement remplacées par des tuiles creuses. Ces dernières sont fixées aux reins des voûtes sur bain de mortier*. Il est probable que les actuelles tuiles creuses ne font que remplacer un mode de couverture par tegula et imbrex, comme il peut s’en trouver encore de rares vestiges en remplois conjointement aux lauzes*. C’est le cas de plusieurs maisons situées dans les villages au sud-ouest d’Issoire, dans la région de Vic-le-Comte ou encore à Maringues au nord-est de Clermont. Signalées encore nombreuses il y a une vingtaine d’années, elles sont très rares aujourd’hui : hameau de Chalouze à Saint-Hérent, Maringues, Montferrand, Vic-le-Comte, Saint-Hilaire-la-Croix. Leur production n’a cessé qu’au début du XXe siècle. Les dimensions sont réduites vis-à-vis des exemples antiques (+/-30 x 25 en tegula) (fig. 7).

7 - Bellaigues (Virlet, Puy-de-Dôme), chevet de l’abbatiale, solin de toiture supérieur correspondant à des pannes de combles bas (bas Moyen Âge) ; solin inférieur maçonné correspondant à des matériaux de couverture posés sur les reins des voûtes ; fin XIIe/début XIIIe siècles.

6En dehors des couvertures utilisées, les pentes de toitures sont également signifiantes. Elles ne dépassent que très rarement les 35° pour se fixer en majorité entre 20 et 30°. Au-dessus de 30°, les tuiles et lauzes* glissent, lorsqu’elles sont posées et calées sur volige*, mais ces pentes sont autorisées à bain de mortier*. De même, dans l’immense majorité des cas rencontrés, la surface voûtée possède deux versants. Si l’édifice est plus important, le vaisseau central peut être bordé de bas-côtés (Menet, Trizac, Riom-ès-Montagnes, Dienne). Cela nécessite ainsi une brisure dans la pente du toit, pour s’adapter à la hiérarchie et succession des volumes intérieurs : voûte en quart-de-rond/berceau (brisé ou non). Néanmoins, d’autres églises comportent un éclairage direct de la nef comme à Mauriac ou Bredons. Il faut ajouter que l’on a pu élever un muret au droit de l’axe des grandes arcades, comme il s’en trouve actuellement pour l’abbatiale de Sainte-Foy de Conques. Ce système n’est toutefois pas attesté par l’observation archéologique et semble résulter de transformations postérieures aux restaurations du XIXe siècle. Le principe de ce muret au droit des grandes arcades a pour but de réduire l’inclinaison de la pente de toiture au niveau de la nef, afin de garder une pente inférieure à 30°. Dans les combles* actuels d’églises à bas-côtés, nous avons pu vérifier l’absence de ces murettes en extrados de voûtes et constater la rupture de pente dangereuse ou incommode, avec des lauzes* ou des tuiles creuses. De 20/25° en bas-côtés, la pente peut atteindre près de 35°, si la voûte de la nef est fortement brisée (Trizac). Il est évident que cette dernière réalité ne pouvait être satisfaisante au regard des matériaux de couverture utilisés. Cela a d’ailleurs nécessité la réfection totale des toitures avec combles* à la fin du XIXe siècle. Les pentes sont donc majoritairement faibles et les toitures sans comble* ni charpente. Cela témoigne déjà des maigres possibilités d’exploitation en bois d’œuvre, mais aussi de la présence de couvertures adaptées aux précipitations annuelles : orages, pentes à profil bas résistant aux vents violents et aux épaisses couches de neige (fig. 8).

8 - Herment (Puy-de-Dôme), chevet de l’église, solins maçonnés à dalles débordantes, corniches de modillons formant gouttières ; fin XIIe siècle.

Des éléments charpentés temporaires

7Il ne faut toutefois pas en conclure à l’absence d’éléments charpentés. Des structures légères disparues ont pu exister (auvents, tribunes, planchers et balcons). De plus, sont négligées les structures temporaires, telles que les boisages de coffrage et de cintres, sans oublier les échafaudages. À propos des cintres, une étude systématique donne les résultats suivants :

  • à partir de l’examen de plusieurs dizaines d’édifices romans de Haute-Auvergne, pour les nefs, la largeur maximum est de 7,50 m, la largeur minimum de 4 m, la moyenne obtenue est de 5 m (étude de 1998 complétée, Phalip 2001) ;

  • pour les bas-côtés, chapelles et absidioles, la largeur maximum est de 4 m, la largeur minimum de 3 m et la moyenne de 3,30 m ;

  • pour les arcatures aveugles et archivoltes, la largeur maximum est de 2,70 m, la largeur minimum de 1,20 m et la moyenne d’environ 2 m.

8De tels chiffres, sans recouvrir une valeur mathématique absolue, révèlent de fortes tendances. Les largeurs de nefs ne dépassent pas 7,50 m, aussi les entraits de cintres temporaires ne peuvent nécessairement en dépasser la longueur. Ces entraits, démontés et récupérés, étaient généralement posés sur des corniches à chanfrein, sur les tailloirs des chapiteaux en arcs doubleaux ou encore plus rarement fixés à leurs extrémités dans des trous quadrangulaires (Mégemont à Chassagne, Saint-Hilaire-la-Croix). En procédant de la sorte, nous nous apercevons donc que la région est incapable de produire des bois de cintre pour une construction dont les modules seraient supérieurs à 7,50 m. En cela, les tracés modulaires tiennent compte de la réalité du couvert forestier, quelles que soient les possibilités financières des commanditaires. Le projet dans sa totalité est donc contingenté aux qualités, sections et longueurs des bois disponibles. Par ailleurs, en dehors des mesures extrêmes, les moyennes indiquent des règles habituelles ayant valeur d’évidence, dans le cadre d’une logique de maître d’œuvre se concertant avec des charpentiers.

Des éléments charpentés permanents

9Afin de se faire une idée plus précise des modules adoptés dans le domaine des éléments charpentés au XIIe siècle, nous pouvons inclure les tours et logis seigneuriaux à notre étude. Néanmoins, pour ne pas fausser les données disponibles en architecture religieuse, seules les tours datables du XIIe siècle sont prises en compte, pour un parti architectural restant valable jusqu’au début du XIIIe siècle. Vingt-six tours ont été comptabilisées pour un plan quadrangulaire étroit. En procédant d’une façon équivalente à celle utilisée pour les églises, les mesures intérieures nous donnent la largeur des planchers ou des cintres utilisés pour les voûtes (compte tenu des encastrements et des retraits) :

  • largeur maximum 5,70 m pour les planchers ou cintres. Les tours sont généralement de plan carré. Néanmoins, quelques plans rectangulaires existent et les poutres sont ordonnées perpendiculairement à la longueur (Colombine, Marlat) ;

  • largeur minimum 2,20 m pour de rares tours (Châteauneuf, Colombine) ;

  • largeur moyenne 4,30 m.

10Ces chiffres sont à mettre en rapport avec ceux obtenus pour les édifices religieux. Il en résulte une certaine cohérence. La largeur moyenne (4,30 m) des tours et les mesures courantes relevées (entre 4 m et 5 m pour onze tours) se rapprochent de la largeur minimum relevée pour les nefs (4 m), de la largeur maximum relevée pour les bas-côtés (4 m) avec des moyennes s’établissant entre 5 m (nefs) et 3,30 m (bas-côtés). Les modules utilisés sont donc sensiblement les mêmes et sont confortés par l’étude des structures utilisées pour les tours seigneuriales de Haute-Auvergne. Chaque voûte suppose un cintre aux boisages temporaires récupérés. Par contre, chaque plancher suppose un dispositif permanent. Malgré la ruine fréquente des parties supérieures de ces tours, 19 d’entre elles peuvent encore être étudiées sur la totalité de leur élévation. Cela nous permet d’obtenir des chiffres équilibrés entre les surfaces voûtées (26) et les surfaces planchéiées (32). Notons, par ailleurs, que les tours les plus récentes (1200/1220) adoptent plus volontiers le plancher (Broussette, Carbonières, Dienne). Cela implique aussi l’abandon de la voûte sommitale, dont l’extrados est normalement régularisé en terrasse (Aurillac, Colombine, Mardogne, Marlat), au profit de charpentes permanentes. Pour connaître ces dernières, il ne subsiste malheureusement aucun témoin archéologique. Tout au plus peut-on dire que les pentes devaient être faibles au regard de la situation rencontrée pour les édifices religieux. De la même façon, les logis seigneuriaux du XIIe siècle n’existent plus en élévation (Phalip 1996, p. 84-91 ; 1997 ; 2000). Les quelques vestiges visibles à Saint-Christophe-les-Gorges ne sont pas interprétables du point de vue des plafonnements et couvertures. Seules les tours de Leyvaux et de Colombine possèdent les traces d’un solin de pierre en face ouest : pente unique évaluée à 30°. L’absence de trous d’encastrement de poutres en parement implique l’utilisation de chevrons à Leyvaux et non de pannes comme à Colombine qui montre de tels trous.

Balcons, auvents et échafaudages

11Pour compléter cet aperçu, d’autres témoins révèlent des dispositions fossilisées dans les maçonneries : balcons, échafaudages et auvents. Les balcons sont présents aux tours de Merle en Corrèze pour la tour de Noailles ou encore pour la tour nord de Carbonières en Corrèze. Dans le Cantal, la tour de Colombine en possédait, pour établir un plancher de communication avec le logis attenant. Deux à six encastrements sont nécessaires en plancher pour des éléments charpentés de section à peine plus importante qu’un simple boulin. Il est toutefois probable que ces éléments étaient de section quadrangulaire en bois de brin*, c’est-à-dire sans les dosses* (fig. 9). Les encastrements relevés ne font pas plus de 15 x 15 cm en moyenne. Pour les protéger, on a donc établi des auvents (Merle en Corrèze, Aurillac, Colombine) (fig. 10), dont les trous vont dans le sens de l’utilisation de demi-fermes* espacées de 2 à 2,50 m. Les échafaudages sont nettement plus exploitables grâce aux nombreuses données disponibles. Les traces laissées en parements sont alors celles des boulins destinés à l’encastrement. Leur régularité permet de mesurer leur fréquence en élévation, comme dans leur développement longitudinal (Échafaudage 1996). Bien qu’il puisse en exister de plus grands, les trous de boulins font en moyenne 10 x 10 cm de section et leur profondeur est également variable, entre 40 et 70 cm : négatifs de boulins de section circulaire à Souvigny (Allier). Pour les tours, les trous sont donc borgnes. Le trou traversant ne se trouve en effet qu’en architecture religieuse. D’une manière plus générale, les échafaudages n’affectent qu’une seule face de la tour (Aurillac, Faliès, Carbonières, Pleaux, Saint-Simon, Merle en Corrèze). Le seul côté échafaudé pouvait alors comporter une sapine* aux solides perches supportant les mouvements et le poids des engins de levage. Cela permet aussi une notable économie de boisage, sans nuire à l’organisation du chantier. De même, souvent en pareils cas, l’assise rocheuse de la tour ne permet pas d’échafauder sur les quatre côtés. De ce fait, on réserve une seule face à l’acheminement des matériaux et à la circulation. C’est également sans doute la face la mieux orientée, afin d’éviter les vents violents ou les intempéries. Les autres faces sont libres et accessibles par le sommet des murs à cause de leur épaisseur. Au fur et à mesure de leur installation, les niveaux voûtés ou planchéiés permettent ainsi une circulation interne.

9 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce ne possédant plus ses dosses, le cœur est centré.

10 - Colombine (Cantal), porte d’étage d’une tour seigneuriale, fin XIIe/début XIIIe siècles, encastrements des poutres d’une passerelle.

12Cette économie de boisage se constate aussi pour l’architecture religieuse. La présence de trous de boulins semble bien générale en touchant les plus grands édifices, comme les plus petits. Les habitudes sont les suivantes : trous de boulins de 10 x 10 cm, perches verticales régulièrement disposées sans aboutement ni décrochement du fait des élévations modestes, deux perches sur un seul rang en profondeur par travées y compris les travées courbes, les boulins sont espacés de 1 à 1,20 m, les perches de 2,50 à 3,50 m. Quelques différences sont à noter pour les églises du nord-ouest du Cantal. À Brageac et Vebret, les trous de boulins sont arrondis dans la partie supérieure, alors que dans l’immense majorité des cas, ils sont quadrangulaires. À propos de l’espacement en élévation (1/1,20), la hauteur choisie correspond à celle d’une pose commode des moellons par un maçon debout. Au-delà, la régularité de la pose n’est plus garantie, à cause de l’incommodité des gestes imposés par la trop grande hauteur. En revanche, l’espace entre les perches nous donne d’importants renseignements (fig. 11).

11 - Bellaigues (Virlet, Puy-de-Dôme), bas-côté sud, trous de boulins établis en travées, solin de pierre formant larmier et corbeaux destinés à porter les pannes faîtières d’un cloître disparu.

13L’écart entre perches coïncide une nouvelle fois aux mesures moyennes enregistrées pour les plafonnements et cintres des tours, tout comme il renforce l’impression dominante pour les longueurs d’entraits de cintres. Le module de 3,50/4 m est de loin le plus utilisé, malgré les fluctuations habituelles (modestie ou importance du chantier). Y compris dans les plus grandes dimensions (7,50 m pour certaines nefs), le double du module de base n’est jamais dépassé. Cela signale un élancement* de fûts rectilignes compris entre 4 et 8 m pour les arbres. Le débitage des grumes* autorisant un tronçonnage en plusieurs billes*, on peut en déduire la présence d’essences forestières dont la longueur utile est de 8 m au maximum. Il est en effet inconcevable d’exploiter une futaie* dont les troncs réguliers de 12 m seraient sectionnés en trois. Dans ce dernier cas, les modules architecturaux indiqueraient des dimensions de cintres, de travées ou de plafonds, de 12, 8 et 4 m. Ce n’est pas le cas en Haute-Auvergne, pour laquelle on dispose de modules de 4 et 8 m en moyenne. Par ailleurs, la longueur des travées ne dépasse jamais 4/4,50 m, ce qui permet encore une fois l’établissement régulier et rationnel d’échafaudages, dont l’écartement est conditionné. Une nette modestie de bois d’œuvre ressort de ces simples constats. Les économies sont permanentes et affectent l’essentiel des édifices, y compris pour leur toiture, des couvertures posées sur extrados de voûtes.

14Malheureusement, les données complémentaires manquent. Le platelage des échafaudages est inconnu. Il suppose des claies tressées ou encore des traverses d’un maximum de 4,50 m de longueur (en prévoyant les dépassements latéraux vis-à-vis des boulins et perches). La section des bois d’œuvre est inconnue, tant pour les entraits de cintres que pour les poutres. En effet, les cintres sont presque toujours posés sur des corniches à chanfrein, des corbeaux ou encore les rebords de maçonnerie en retrait sur les parements. En outre, il n’existe que très rarement d’encastrement (Mégemont à Chassagne), Saint-Hilaire-la-Croix), sauf pour les balcons et auvents. Ces dernières pièces, tout comme celles des cintres, planchers et charpentes, étaient vraisemblablement équarries. En revanche, les boulins et perches ne l’étaient pas, comme cela est resté de règle jusque en 1960 dans les petites entreprises de maçonnerie creusoises ou actuellement encore en Alsace. En fonction de trous de 10 x 10, le boulin possède une section équivalente (10 cm de section) avec ses dosses*. Les différentes pièces de l’échafaudage étaient assemblées et aboutées grâce à des cordes, mais plus sûrement par le biais de liens confectionnés avec de jeunes pousses de chêne, de frêne, de bouleau ou même de ronces tressées, matériaux encore utilisés pour les petits chantiers jusqu’au début du XXe siècle en Limousin. À leur base, les perches étaient d’une section légèrement supérieure à l’autre extrémité (environ un tiers) et souvent en frêne (le jeune chêne se tord et le sapin est une essence d’utilisation récente).

15Toujours à propos des échafaudages, une disposition plus rare peut exister. Pour les murs gouttereaux de la nef de l’église paroissiale de Vebret, les trous de boulins traversent les maçonneries. Cela suppose dans ce cas des possibilités plus importantes. Les boulins sont longs de 4 m au lieu de 2 précédemment. Il est remarquable à ce propos de souligner la permanence du module de 4 m. Ces trous n’ont jamais été bouchés par la suite. Cela peut nous sembler incompréhensible, pour des raisons de confort en période hivernale. Néanmoins une raison peut résider dans le chantier lui-même. Tout comme nous l’avons vu en sommet de mur gouttereau, les maçonneries sèchent lentement, se tassent, se déforment ou sont sujettes à infiltrations. Un maître d’œuvre, parfaitement au courant des inconvénients d’un mortier de chaux épais et enfermé entre deux parements, peut réduire le temps de prise en ventilant régulièrement les murs. C’est un des avantages du trou de boulin traversant, un peu moins lorsqu’il est borgne. Enfin, le trou de boulin peut resservir, si l’on a à rejointoyer les murs ou encore à effectuer des réparations aux couvertures. Cette disposition est également visible pour la chapelle du Roc-Vignon (Antignac), située à quelques kilomètres à peine. Cette proximité, qui peut surprendre, entre en coïncidence avec deux autres faits : la présence d’auvents et de charpentes permanentes (fig. 12).

12 - Herment (Puy-de-Dôme), façade occidentale de l’église, le portail était doté d’un auvent dont il subsiste le solin maçonné débordant formant larmier et trois corbeaux destinés à porter la panne faîtière.

16À Vebret et peut-être à Notre-Dame-des-Miracles de Mauriac, il existait un auvent en façade. Il est signalé par des corbeaux bien débordants et des solins de pierre protégeant le faîte d’un auvent. La présence étonnante de ces auvents à charpente permanente signale surtout un paysage forestier assez différent de ce que nous connaissions jusque-là. L’altitude moyenne de la vallée de la Sumène entre Antignac et Vebret oscille entre 440 et 500 m. Les reliefs de part et d’autre de cette rivière sont couverts de bois et, enfin, les églises de ces deux lieux ne possèdent pas de nef voûtée.

17Non loin, l’église d’Antignac semble n’avoir jamais possédé de nef voûtée. La charpente actuelle est moderne, mais une tradition plus ancienne s’y trouve peut-être pérennisée. À quelques centaines de mètres de cette église, se voit le chevet du prieuré Saint-Robert du Roc-Vignon. Son abside romane et deux chapelles orientées sont couvertes de lauzes* posées sur les reins des voûtes. En revanche, la partie droite du chœur et le transept étaient charpentés et couverts de lauzes* jusqu’au début du XXe siècle. La construction, peut-être commencée à l’extrême fin du XIe siècle, a vu s’élever l’abside et l’absidiole sud dans la première moitié du XIIe siècle. La partie droite du chœur et le transept ne sont achevés qu’au début du XIIIe siècle avec l’absidiole nord : corniche à chanfrein n’ayant jamais porté de voûte, charpente en carène inversée disparue, berceau brisé, versants inclinés à 40°. La pente aiguë et les dispositions intérieures plaident donc dans le sens d’une charpente, sans doute prévue dès le XIIe siècle et réalisée au XIIIe siècle, puisque le chantier a été lent.

18Un autre site va dans le sens d’un renforcement de la présence des éléments charpentés dans les basses vallées encaissées de l’ouest du Cantal : il s’agit de l’église de Vebret, déjà atypique à cause de ces trous de boulins traversants, de son auvent, d’une nef charpentée et d’un chevet dont le pignon est doté de versants fortement inclinés. Ce chevet ne peut pas avoir été élevé avant le début du XIIIe siècle et possède la trace de plusieurs solins inclinés à 40°. Étant donnée la présence d’une voûte en partie droite du chœur, une charpente légère a pu être prévue dans le prolongement de celle, plus importante, de la nef. Les avantages sont multiples à cette disposition mixte : voûte/charpente légère. Les reins des voûtes sont moins épais et laissent passer l’air. Le faîte de la toiture laisse aussi quelques dizaines de centimètres indispensables au séchage des voûtes en cas d’infiltrations. L’économie de bois est également notable, malgré l’usage de chevrons d’une longueur de 6 m environ et de volige* pour fixer les lauzes*. Pourtant ces combles* restent inaccessibles, aussi on les surélève à la période moderne, ainsi qu’au XIXe siècle. En dehors du chœur (5,70 m), le sanctuaire possède une nef large de 6,70 m et lambrissée à la période moderne, en remplacement des dispositions romanes charpentées disparues.

19L’examen de ces derniers édifices permet donc de nuancer notre première vision des choses. Dans les zones les plus proches du Limousin (nord-ouest du département du Cantal), les bois sont nettement plus nombreux : forêt de Miers, bois des gorges de la Maronne, bois des vallées du Mars, de la Sumène, du Labiou, de la Rhue et de la Dordogne. Les altitudes inférieures à 700 m permettent au chêne de se développer et de croître pour donner du bois d’œuvre. Tout aussi logiquement, les éléments charpentés sont plus présents dans leurs dispositions résiduelles. Des charpentes permanentes font leur apparition. Les pentes de versants s’élèvent à 40° au moins et le module moyen tend à augmenter pour dépasser les 6,50 m : les largeurs maximales ne dépassent pas 7,50 m, moyenne établie à 5 m, Antignac (5,50), Roc-Vignon (6) et Vebret (6,70) (Phalip 1988 et 2001). Enfin, les auvents ou boulins traversants témoignent de techniques constructives moins économes en bois.

La Haute-Auvergne au XIIIe siècle

Modestie des nouvelles formules architecturales

20Au XIIIe siècle, la Haute-Auvergne ne semble pas concernée par la fièvre de construction touchant le nord de la province. Pour l’essentiel, l’architecture gothique n’y fera son apparition qu’au bas Moyen Âge (Courtillé, 1989 ; 1997). Seuls quelques rares indices peuvent être interprétés dans le sens de notre étude. Ainsi, l’ancienne église du hameau de Saint-Thomas, près de Mauriac, possède encore son mur pignon de chevet plat. Élevé au tout début du XIIIe siècle, il garde les traces d’un pignon à versants inclinés à 40°. À notre connaissance, cet édifice ne semble pas avoir été voûté, ce qui confirme les tendances notées précédemment pour ces régions proches du Limousin. Toutefois, la conquête royale a des conséquences architecturales importantes sur le château et le logis seigneurial.

21De nouveaux plans sont adoptés et la tour isolée est abandonnée au profit d’un donjon hypertrophié. Ce dernier est établi selon un tracé quadrangulaire régulier ou un losange, puis cantonné aux angles par des tours circulaires n’existant pas jusque-là. Au milieu du XIIIe siècle, l’évêque de Clermont fait élever le château d’Alleuze au sud de Saint-Flour. Les tours sont voûtées en calotte, sauf celle qui contient la vis de l’escalier. Le logis central est planchéié sur trois niveaux : poutres de 8,40 m sur décrochement en retrait du mur ; poutres de 9 m de portée ; charpente disparue à quatre pans. L’usage d’une charpente à quatre pans est révélateur en soi, puisqu’il suppose de maîtriser la technique de l’enrayure*, même simplifiée. Son apparition doit être soulignée, car elle coïncide avec celle du plan circulaire pour les tours. Jusque-là, en effet, le plan circulaire n’est utilisé que pour les absides, avec des couvertures posées directement sur les reins des voûtes en cul-de-four. Pour les tours seigneuriales romanes, les parties sommitales sont en terrasse. En revanche, le niveau supérieur des tours circulaires, lorsqu’il est muni de toitures, implique aussi l’usage d’enrayures* à coyers* et goussets*. Il semble bien alors qu’il faille réfléchir à la possible introduction de techniques de charpente septentrionales en Haute-Auvergne à partir du milieu du XIIIe siècle. Par ailleurs, les voûtes elles-mêmes supposent aussi des cintres à enrayures*, bien connus en revanche des maîtres d’œuvre du siècle précédent. Il faut toutefois admettre la différence existant entre une charpente permanente à enrayure* soignée et une charpente temporaire à enrayure*.

22La tour d’Arches de plan circulaire montre des dispositions identiques aux tours d’Alleuze. Ces dispositions, moins bien conservées, se retrouvent aux châteaux d’Aubijoux, de Crévecœur, de Laroquebrou, de Nozières-Haute et de Ruynes-en-Margeride. Restent deux sites également datés du milieu du XIIIe siècle : Merles (Saint-Constant) et Miremont (Chalvignac). Le château de Merles est construit selon un schéma royal, comme toutes les constructions précédemment citées. L’évêque de Clermont le fait édifier en respectant la définition du plan quadrangulaire cantonné de tours circulaires. Contre la courtine sud, le maître d’œuvre a disposé un vaste logis rectangulaire doté de caves : entraits de cintres supérieurs à 6 m. Aux étages, le logis passe à 6 m de large. Les plafonds sont alors portés par des poutres de forte section encastrées dans la muraille. Les trous font environ 42 x 24 cm, ce qui autorise, après calage, une poutre de 35 x 17 cm, pour 6,50 m de portée. Les éléments charpentés sont donc présents dans des proportions similaires à la situation connue au château d’Alleuze. D’autres dispositions viennent renforcer cette première analyse. Le château de Miremont, contrôlé lui aussi par l’évêque de Clermont, possède également un logis, dont les poutres encastrées mesuraient près de 5,50 m.

23En définitive, dans le cadre roman, sauf pour quelques pièces temporaires, la longueur la plus courante est de 4 m. Si, exceptionnellement, on utilise des pièces plus longues, elles ne dépassent pas 7,50 m et les bois sont démontés, puis réutilisés. On peut alors penser que les logis du XIIe siècle disparus ne dépassaient pas ces dimensions communes de portée des poutres. L’élancement* des fûts est alors toujours de 8 m et peut être dédoublé en deux billes* de 4.

24Maintenant qu’en est-il au XIIIe siècle ? Le petit nombre de tours de plan circulaire et d’enceintes quadrangulaires en Haute-Auvergne ne traduit pas seulement la faiblesse du pouvoir épiscopal ou royal dans les montagnes. Cela souligne l’inadéquation des modules valables en pays septentrionaux aux réalités du couvert forestier en pays plus méridionaux. Les modèles architecturaux ont toutes les peines à s’imposer en Haute-Auvergne. Seulement une poignée d’édifices possède les caractéristiques de l’architecture royale française : Aubijoux, Merles (Saint-Constant), Alleuze et Miremont. Ce faible échantillon ne permet évidemment pas d’établir des moyennes fiables. Néanmoins, les mesures de ces logis ne dépassent pas 9 m, pour une mesure inférieure de 5,50 m. De plus, les mesures les plus courantes fixent un module entre 6 et 6,50 m pour 3 logis et 7 niveaux. Le château d’Alleuze fait donc figure de réalisation exceptionnelle.

25La modestie générale des planchers et charpentes est également remarquable en Haute-Auvergne. L’élancement* maximal des fûts peut être évalué à une dizaine de mètres, tandis que l’élancement* moyen se fixait autour de 6,50 m. Par ailleurs, en section, les seules mesures précises disponibles sont celles du logis sud de Merles (Saint-Constant). Elles donnent des poutres de 17 x 35 cm. Ces simples mesures indiquent un sciage des grumes* à moitié. Le débit sur dosse* du bois de brin* donne alors deux poutres, dont la largeur est équivalente à la moitié de la hauteur. Le cœur des bois se trouve sur la hauteur, au centre et en bordure. L’aubier* est enlevé à l’équarrissage*, mais peut subsister de place en place de long des arêtes opposées au cœur du bois. Soit, une pièce de bois dont les mesures de départ sont 35 x 35 et une grume* dont le diamètre peut être évalué à 52 cm en tenant compte de l’aubier* et de l’écorce (fig. 13) (l’encastrement étant rectangulaire, la hauteur doit être prise comme référence pour évaluer le diamètre des grumes*). Toutes aussi rares, les données disponibles pour le XIIe siècle donnent des encastrements de 24 x 17 cm (Aurillac, tour Saint-Étienne, dernier niveau ; Naucelles, dernier niveau). Ces encastrements signalent, après calage, des poutres d’une vingtaine de centimètres sur une douzaine, ce qui rend possible le débit sur dosse* (fig. 14). Cependant, la grume* de départ ne dépasse pas 30 cm de diamètre, avec son bois d’aubier* plus l’écorce. L’impression persistante est alors celle d’une coupe d’arbres plus vieux au XIIIe siècle, afin d’obtenir les sections correspondant au schéma du logis septentrional. Cela témoigne aussi d’un couvert forestier peu étendu en surface, tant les mesures d’économie sont présentes. La grande majorité des troncs coupés donne des grumes* de 7 à 8 m, soit une longueur très largement répandue au XIIe siècle. Au XIIIe siècle, lorsque les fûts sont longs d’une dizaine de mètres, la mesure est tout à fait exceptionnelle (Alleuze). Il y a donc lieu de penser que la forêt ne peut produire plus. L’élancement* des troncs est globalement le même qu’au siècle précédent et les quelques arbres, certainement plus vieux, croissant dans de meilleurs conditions, plus hauts et plus forts en diamètre, sont utilisés pour de rares chantiers épiscopaux.

13 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, section d’une bille comprenant encore son bois d’aubier et son écorce.

14 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièces de section rectangulaire montrant un cœur placé aux environs du milieu d’une hauteur latérale ; débit sur dosses.

La Haute-Auvergne aux XIVe et XVe siècles

Face à l’ogive, des changements perceptibles

26Le bas Moyen Âge est en fait représenté par le seul XVe siècle. La crise économique et sociale est trop profonde au XIVe siècle pour produire des édifices. Exception faite du palais ducal disparu de Riom, ce siècle fortifie églises et bourgs ou encore construit des chapelles privées. De plus, les plus fortes concentrations de constructions et restaurations se situent dans la seconde moitié du XVe siècle, ce qui laisse un répit d’un siècle et demi au couvert forestier.

27Un des faits les plus marquants de cette période réside effectivement dans la construction de très nombreuses chapelles privées : Allanche, Apchon, Alleuze, Collandres, Menet, Trizac, Vebret... Les maîtres d’œuvre percent les murs gouttereaux et allongent les contreforts des églises romanes. Dans leur immense majorité et ce malgré les restaurations des périodes modernes et contemporaines, les couvertures sont basses à pente faible. Lorsque les moyens manquent, un bon maçon suffit pour couvrir la chapelle d’un berceau, brisé ou non. Dans ce cas, la couverture est à deux versants, en l’établissant perpendiculairement au vaisseau central. Tout comme à la période romane, les reins de ces voûtes sont alors comblés de manière à former le glacis portant les matériaux de couverture : Apchon, Alleuze, Chanet. La couverture choisie peut être également à pente unique, pour simplifier le système d’écoulement des eaux (chapelles jointives). Effectivement, du fait de l’adoption de la voûte d’ogives, les habitudes romanes sont progressivement abandonnées en préférant la toiture à pente unique sur chevrons. Ces derniers reposent sur la partie supérieure de l’ancien mur gouttereau, ainsi que sur le sommet du mur de fermeture de la chapelle. Le volume de combles* est faible, inférieur à 1 m dans sa partie la plus haute. De plus, aucun système d’aération n’est prévu, pour que l’air circule et sèche les reins des voûtes. La longueur des chevrons de dépasse pas 4 m et les sablières sont absentes.

28Autre caractéristique du XVe siècle, les clochers. Très rares à la période romane, ils sont pour l’essentiel construits au bas Moyen Âge. Deux formules coexistent, le clocher peigne et la tour-porche : Antignac, Joursac, Leyvaux ou Salsignac ; Allanche, Apchon, Cheylade, Marchastel ou Riom-ès-Montagnes. La première solution a pu nécessiter des auvents mais, dans leurs dispositions actuelles, ils sont le fait des périodes modernes et contemporaines. Un glacis de pierre en bâtière à larmiers* suffit. En revanche, pour les clochers-tour et tours-porche, le plan quadrangulaire suppose une charpente à enrayure*. Aucune n’est parvenue jusqu’à nous (Cheylade, Apchon...) et nous ignorons tout de leurs anciennes élévations : toiture basse à pans, flèche ( ?).

29Néanmoins, des changements sont perceptibles, venant s’ajouter à la présence déjà surprenante de charpentes à enrayures*. D’importants chantiers de construction ou de reconstruction, sont entrepris au XVe siècle. Pour l’église d’Apchon, la nef est reprise entièrement. Très conservatrice au plan des techniques, elle n’est pas voûtée d’ogives, mais d’un simple berceau brisé. La nef est large de 8 m, ce qui correspond bien à la définition d’un gothique méridional et les chapelles latérales contrebutent l’ensemble. Cependant, avant sa restauration de la fin du XIXe siècle, l’église ne possède pas de charpente. Les reins des voûtes sont comblés et de lourdes lauzes* viennent couvrir le tout, pour une pente ne dépassant pas 25° (dispositions visibles en mur gouttereau ouest et en mur pignon sud). Le cas d’Apchon n’est pas rare (Chastel-sur-Murat), mais de nouvelles dispositions affectent les toitures. Désormais, les églises et chapelles voûtées d’ogives peuvent posséder des combles*. Il peut s’agir de combles* bas, comme pour la petite église de Salsignac dont les pentes de toiture ne dépassent pas 25°. À Saint-Hippolyte, le faîtage est à moins de 2 m au-dessus de l’extrados des voûtes bien aérées par une baie. La pente est à 35° pour des lauzes* chevillées à la volige*. Toutes les toitures montrent des dispositions analogues lorsque des témoins existent encore : Allanche, Joursac, Massiac, Polminhac, Raulhac, Salers, Saint-Saturnin ou Vernols. À Polminhac, l’église ne possède plus sa charpente d’origine. Néanmoins, la nef, large de 7,20 m était charpentée. Au XVe siècle, la pente de toiture ne pouvait pas dépasser 30°. De même, les dispositions actuelles des couvertures de chapelles sont contemporaines. Les anciennes pentes se déduisent aisément, en repérant le sommet des murs gouttereaux. Là encore, la pente obtenue ne dépasse pas 30°. Enfin, en façade, le portail possédait un auvent, dont les solins de pierre sont encore visibles. Ses pentes n’excèdent pas 30°. À Raulhac et Saint-Clément, les réfections ont été très importantes aux périodes moderne et contemporaine. Les pentes de toitures y étaient vraisemblablement plus importantes, sans excéder 40°.

Pentes de toiture accentuées et pièces allongées

30En Haute-Auvergne, il semble donc bien que les toitures soient maintenant plus pentues. Au XIIe siècle, les inclinaisons dépassent rarement 30°, tandis qu’au bas Moyen Âge l’adoption des combles* charpentés coïncide à des pentes n’excédant guère 40°. Ce premier paramètre des pentes de toiture est aussi un révélateur d’une autre réalité. Sur la base des largeurs de nefs, auxquelles il faut ajouter une partie de l’épaisseur des murs gouttereaux, la moyenne des dimensions passe de 5 m, pour plusieurs dizaines d’édifices romans (cintres temporaires, sans encastrement, ni sablière), à 7 m (charpentes permanentes) pour une vingtaine d’églises du XVe siècle, telles que : Apchon, Chastel-sur-Murat, Joursac, Jou-sous-Monjou, Laroquebrou, Maurs, Moissac, Montmurat, Polminhac, Salsignac, Saint-Clément, Saint-Flour (pentes basses jusqu’en 1846), Saint-Hippolyte, Saint-Saturnin ou Thiézac. Contrairement aux siècles précédents, la situation ne semble donc plus exceptionnelle. Les modules habituels augmentent. Les entraits s’allongent, ainsi que les arbalétriers et les chevrons, comme cela se vérifie grâce à l’étude des logis seigneuriaux.

31En prenant pour référence 22 sites, il est possible de réunir 33 mesures de portée de poutres à différents niveaux : Apchon, Aurouze, Branzac, Chastellet (Antignac), Colombine, Comblat, Courdes, Cournil (Collandres), Estang, Laroquebrou, Madic, Mardogne, Marzes, La Mothe (Barriac-les-Bosquets), Murat-la-Rabbe, Messilhac (Raulhac), Naucase (Saint-Julien-de-Torsac), Polminhac, La Roche-Hubert (Antignac), La Salle (Vic-sur-Cère), Tournemire (Anjony), Valans (Moussages), etc... Pour chacun des sites, les mesures maximales donnent une moyenne de 7 m, coïncidant logiquement à celle obtenue pour les églises. La différence essentielle avec le XIIe siècle réside dans le fait que les bois d’œuvre utilisés sont désormais assemblés de manière permanente. Dans l’édifice roman de Haute-Auvergne, les charpentes temporaires (cintres démontés et récupérés) sont majoritaires, tandis que pour l’édifice du bas Moyen Âge le résultat est inverse. Les cintres existent encore pour réaliser toutes les voûtes d’ogives et les différents arcs, néanmoins la charpente se fait plus présente. Les pièces utilisées ont gagné près de 2 m en 3 siècles dans le même cadre géographique. En revanche, la longueur des fûts n’évolue guère. Les poutres les plus longues ne dépassent pas 9/10 m et les moyennes sont à 7 m. Si le module change, c’est aussi que les mesures d’économie sont moins prégnantes. Le module de 4 m, le plus courant au XIIe siècle, concerne des réalisations temporaires pour les églises et en partie permanentes pour les tours. Tout en économisant le bois d’œuvre rare, les arbres disponibles peuvent donner des fûts de 8 m. Au XVe siècle, la moyenne à 7 m respecte une longueur habituelle de fûts ne dépassant que rarement celle du XIIe siècle. Au XVe siècle, 9 % seulement des pièces dépassent les 8 m. En définitive, les fûts supérieurs à 8 m de hauteur sont trop rares pour être utilisés au XIIe siècle. Au XIIIe siècle, des circonstances exceptionnelles font que l’on peut réunir quelques grumes* de 9/10 m pour des chantiers épiscopaux. Enfin, au XVe siècle, les bois d’œuvre ne sont plus rares. La pénurie de bois d’œuvre ne semble plus une réalité au bas Moyen Âge. Le couvert forestier apparaît reconstitué, riche en arbres dont le tronc est de 8 m au moins, plus quelques possibilités en troncs de 9/10 m. Cette dernière utilisation n’est évidemment pas pléthorique, mais elle n’est plus interdite comme au XIIe siècle ou exceptionnelle comme au XIIIe siècle.

32Ce ne sont pas là les seules données disponibles pour le XVe siècle. Plusieurs dizaines de logis peuvent être étudiées dans la seule Haute-Auvergne, soit 68 sites au moins (Phalip 2000). Sans considérer précisément chacun de ces logis, quelques-uns doivent retenir notre attention pour leurs dispositions très parlantes et mieux conservées. À Molompize, le château d’Aurouze possède des fondations et quelques pans de murs du XIVe siècle, pour des constructions essentiellement datées du milieu du XVe siècle. Le logis principal au sud mesure 15 m sur 5,70. Le second niveau possédait un plancher léger dont les encastrements de poutres font 20 x 22 cm : 14 poutres, section évaluée à 17 x 19 cm après calage, diamètre de grume* estimé à 30 cm. En troisième niveau, les encastrements sont de plus forte section : 65 x 35 cm. Ces dimensions peuvent se comprendre pour des poutres calées latéralement et munies de semelles dans leur partie inférieure : poutres d’environ 40 x 30 avec semelle ou corbeau de 20 cm, diamètre de grume* estimé à 54 cm. En partie supérieure, un solin est visible au-dessus du mur subsistant du logis. L’inclinaison à 30° est conforme aux couvertures en tuiles creuses de la vallée de l’Alagnon : actuellement, les pentes des reliefs alentours connaissent des parties boisées en chênes, dont les troncs sont bas branchus et courbes (troncs de 6 à 7 m en moyenne).

33Plus modeste, le château de Branzac, près de Pleaux, possédait encore une partie de ses toitures au début du XXe siècle. En dehors des plafonnements reposant sur des retraits successifs du parement, les sommets de mur offrent encore plusieurs détails : traces de solin à larmier* de pierre sur les côtés de la tour d’escalier, pente d’environ 45°, partie d’un mur pignon. Cette couverture de lauzes* et cette pente de versants sont habituelles au bas Moyen Âge en Haute-Auvergne : Escorolles, Marzes, Jaleyrac, Merle en Corrèze, Naucase (Saint-Julien-de-Torsac), maisons nobles de Tournemire et Salers, Leybros, Vieillevie. En revanche, les fouilles du petit logis du Chastellet près d’Antignac autorisent à imaginer une couverture de chaume pour un habitat aristocratique (Lapeyre 1978). Si nous ne possédons plus l’élévation de ce logis, la couverture végétale permet de situer souvent la pente de toiture aux alentours de 30°/50° environ.

34Plus tardif, le logis central du château de Messilhac (Raulhac, 1531) possède encore sa charpente. La toiture est formée de deux versants inclinés à 53°, d’entraits de 9,40 m et de chevrons-formant-fermes*. Les chevrons-arbalétriers ont un coyau formant égout retroussé. Des pièces intermédiaires, les jambettes et aisseliers, soulagent les chevrons dans leur moitié inférieure. Dans la moitié supérieure, les poinçons sont assemblés aux faux-entraits. Par ailleurs, dans le sens longitudinal, un contreventement* est prévu grâce à des écharpes formant étrésillons entre panne de sous-faîtage et panne faîtière*. Les poinçons sont délardés aux angles, sauf aux points d’assemblage. Cette formule générale très classique est complétée par les charpentes à enrayures* de deux tours quadrangulaires. Le château de Pesteils à Polminhac possède encore une charpente dont quelques pièces datent du bas Moyen Âge pour couvrir son donjon quadrangulaire. Lors des travaux de reconstruction des logis au tout début du XXe siècle, la charpente ne semble pas avoir été trop touchée. De même, les documents graphiques du XIXe siècle ne signalent aucune modification. Par contre au XVIIIe siècle, d’importants travaux avaient été réalisés pour cette charpente en chêne. Mis à part les bois anciens gercés, aux veines bien saillantes, toutes les autres pièces sont d’une netteté suspecte. Pour les entraits, les plus importantes longueurs sont composées de deux ou même trois pièces, assemblées en sifflet et renforcées de fers. La toiture est à quatre pans inclinés à 34° et la longueur des pièces de forte section n’excède pas 9,50 m. À Tournemire, le logis seigneurial d’Anjony date de la première moitié du XVe siècle (logis, poutres d’environ 8 m sur corbeaux simples au second niveau, très débordants au troisième niveau). La charpente centrale est à quatre pans inclinés à 42°, ce qui se vérifie pour les pentes des quatre tours cantonnant le logis. Contrairement au donjon de Pesteils (Polminhac), la charpente du logis d’Anjony est ancienne, sans modification majeure. Pour chacune des tours rondes, il existe deux niveaux d’enrayure*.

Le chaume parfois utilisé

35Les charpentes subsistantes en Haute-Auvergne sont finalement rares, y compris pour le XVe siècle. Bon nombre d’entre elles ont disparu à la suite de la ruine du logis ou encore ont été refaites dans le courant de la période moderne, ainsi qu’à la période contemporaine, les couvertures, régulièrement changées depuis la fin du Moyen Âge, peuvent néanmoins être connues en envisageant les pentes de toiture et les solins maçonnés subsistants. Au-dessous de 35°, les matériaux sont posés et calés. Il peut s’agir de tuiles creuses à proximité des plaines, où l’argile peut être exploitée. Néanmoins, les lauzes* font leur apparition dès que la montagne s’impose. Ce n’est d’ailleurs pas l’unique raison puisque des significations sociales et culturelles influent également pour affirmer l’habitat aristocratique (lauze*). Cependant, l’étude archéologique révèle des surprises, dès lors que l’on envisage l’habitat de la petite aristocratie. Ainsi, à Chastellet la couverture était très probablement en chaume (Lapeyre 1978), pour un matériel révélant une alimentation et des éléments de mobilier sans rapport avec ceux des plus riches laboureurs : armes, serrures, vitraux, fers à chevaux, os de bœuf. Ce chaume, utilisé pour les couvertures de ces modestes logis, ne devait pas être si rare, puisque de nombreux logis seigneuriaux en Haute-Auvergne possèdent des dimensions et des caractéristiques de construction équivalentes : Cournil (Collandres), Neuvialle (Salsignac), La Roche-Hubert (Antignac), Chaylard (Collandres), Terrisse (Vèze) ou Rocherousse (Marcenat).

36L’emploi du chaume implique un changement important au niveau de la conception des toitures. Il suppose une charpente encore légère de structure, mais différente dans sa conception. Les longues pièces placées en chevrons ou en arbalétriers sont inclinées plus fortement de manière à accroître la pente en versants jusqu’à 50°/65°, même s’il est vrai que des pentes plus faibles existent aussi, comme nous l’a signalé Jean-Christian Bans : église du Trucq en Creuse pentes à 40°/45° ; Salers (Cantal) ; gravures de Jacques Callot au XVIIe siècle ; Armorial de Guillaume Revel où les pentes sont diversifiées.

37Cette pente plus forte constitue une différence essentielle avec le XIIe siècle (20°/30°). Elle suppose l’abandon de matériaux de couverture posés ou calés (dalles, tuiles creuses, lauzes*) au profit de matériaux fixés (lauzes* et parfois chaume). Sur les 17 logis étudiés précédemment, 3 seulement ont une couverture dont l’inclinaison est inférieure à 35°. Pour les autres logis, la diversité des pentes choisies est à prendre en compte, sans oublier une nette accentuation. Les murs pignons s’élèvent et les charpentes peuvent adopter un angle de 60°. Cela doit nous alerter, car nous avons déjà constaté une forte adéquation entre la présence de forêts - avec possibilité d’exploitation en bois d’œuvre - celle de charpentes permanentes et celle de toitures fortement inclinées (Antignac - église et Roc-Vignon - Vebret). Cette adéquation semble ainsi se vérifier au XVe siècle, pour lequel on constate un allongement des modules moyens et un arrêt des mesures d’économie pour l’utilisation des bois d’œuvre. Ce constat d’une progressive accentuation des pentes depuis le XIIe siècle, allié à une consommation plus importante de bois d’œuvre, mérite vérification en Basse-Auvergne et Bourbonnais, puis en Marche.

Basse-Auvergne et Bourbonnais

La Basse-Auvergne au XIIe siècle

Permanence des données disponibles

38Que l’on prenne pour référence les plus importants édifices ou les plus modestes, les dispositions ne changent pas. Notre-Dame-du-Port à Clermont ne possède pas de charpente. Les deux versants de la nef ou de la partie droite du chœur sont inclinés à 30° et couverts de tuiles creuses, jusqu’à leur restauration au milieu du XIXe siècle. Cela a été confirmé lors des restaurations de 2002/2003 à Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), Souvigny ou Saint-Nectaire (Programme Collectif de Recherche, DRAC Auvergne, dirigé par Pascale Chevalier). Les reins des voûtes sont comblés de manière à offrir une surface régulière sur laquelle vont être fixés les matériaux de couverture. En dehors des tours, dont les parties hautes ont été refaites, il subsiste une anomalie. Elle réside dans le pignon de transept sud aux rampants* inclinés à 40°. Il s’agit en fait d’un mur plus élevé et souvent plus pentu que les couvertures situées juste en arrière. Cette pratique est relativement courante en Auvergne, Velay ou encore en Saintonge et Poitou. L’élévation d’un pignon ne reflète donc pas nécessairement la réalité des toitures. Cette remarque s’applique aussi aux petits frontons triangulaires situés en arrière de la couverture des chapelles rayonnantes.

39Cet agencement clermontois se retrouve — avant restauration — à Issoire, Saint-Nectaire, Saint-Saturnin ou Orcival. Nous ne pouvons citer en totalité la liste des édifices correspondant à ce schéma mais, sans exclure d’éventuelles exceptions, il s’y affirme un paysage monumental identique à celui de Haute-Auvergne avec, par exemple : Artonne, Auzon, Blesle, Boudes, Buxières, Chalus, Chappes, Charroux, Châtel-Montagne, Chateloy, Chauriat, Colombier, Coulandon, Domeyrat, Ennezat, Escurolles, Espirat, Glaine-Montaigut, Herment, Lavaudieu, Léotoing, Luzillat, Mailhat, Prades, Rochegude, Sainte-Thérence, Saint-André-le-Coq, Saint-Désiré, Saint-Dier, Saint-Hérent, Saint-Ilpize, Saint-Myon, Thuret ou Vals-le-Chastel. De plus, les édifices du XIe siècle ne contredisent pas les données du XIIe siècle : Ebreuil, nef charpentée, entraits de 6,50 m, pentes à 30° ; Chamalières ou Manglieu, entraits de 6,50 m et 7 m au Moûtier de Thiers. Plus on s’éloigne des zones de reliefs, plus la tuile creuse s’impose, si l’on considère que les données disponibles pour la première moitié du XIXe siècle pérennisent des usages médiévaux. Malgré les travaux de restauration affectant les parties sommitales des églises, de nombreux détails signalent des dispositions du XIIe siècle : corniches de modillons, solins, rampants de pignons*.

40La première différence notable apparaît dans les dimensions des édifices. Saint-Julien de Brioude apparaît bien isolé à une trentaine de kilomètres au sud d’Issoire. C’est en effet à ce niveau que l’on trouve une forte concentration d’églises dont les dimensions sont surprenantes, au regard de ce que l’on peut connaître de la Haute-Auvergne : Issoire, Saint-Nectaire, Saint-Saturnin, Orcival et Clermont (Notre-Dame et Notre-Dame-du-Port). Sans prétendre à l’exhaustivité, une enquête menée au niveau des largeurs de cintres n’amène pas de bouleversements majeurs. Cependant, l’étude indistincte de la totalité des édifices romans est trompeuse car elle tend à gommer certaines nuances. Ainsi, les églises les plus modestes s’accordent toutes à confirmer les modules de cintres connus en Haute-Auvergne, soit 5 m environ. En revanche, en prenant en compte les seuls programmes architecturaux ambitieux, nous réunissons 6 édifices : Orcival (6,80 m), Notre-Dame-du-Port (6,20 m) et Notre-Dame (7,60 m) à Clermont, Issoire (7,80 m), Mozat (7,54 m), Brioude (6,50 m). La moyenne obtenue pour les largeurs de nefs donne 7 m, pour un maximum atteint à Saint-Austremoine d’Issoire avec 7,80 m. Par contre, les édifices de Saint-Nectaire et de Saint-Saturnin dépassent avec peine 5 m de largeur. Evidemment, tous les arcs et toutes les autres voûtes sont de portée inférieure. En Haute-Auvergne, la largeur maximum est de 7,50 m, ce qui cadre bien avec les moyennes obtenues pour les plus grands chantiers religieux de Basse-Auvergne : Aurillac (7/7,50 m ?) et Mauriac (7,50 m). Dans les montagnes méridionales, Mauriac est l’unique construction subsistante rivalisant avec les plus importantes de Basse-Auvergne. Même si on ajoute à cette dernière église Saint-Géraud d’Aurillac et Saint-Pierre de Mauriac, cela donne 3 édifices pour la Haute-Auvergne et 6 pour la Basse-Auvergne. Les possibilités semblent donc plus importantes entre Issoire et Clermont. Elles sont bien sûr liées aux moyens financiers des cités, ainsi qu’à la présence de l’évêque et de la famille comtale. Finalement, la seule différence réside dans l’ampleur donnée aux programmes architecturaux. Contrairement aux églises de Haute-Auvergne, celles de Basse-Auvergne utilisent plus volontiers les tribunes, les nefs plus hautes (15 à 19 m), les travées nombreuses ou encore le déambulatoire avec ou sans chapelles rayonnantes. Tous les modules rencontrés sont respectés, y compris pour la nef d’Issoire. Ainsi, les boisages temporaires, récupérables après décintrage, ne dépassent jamais une longueur de fût de 8 m. Du point de vue du couvert forestier, aucune différence n’est alors notable entre pays de plaines et de montagnes. En revanche, si l’élancement* des arbres ne varie guère, la quantité de bois utilisée est en augmentation. La présence seule de grands chantiers signale déjà cela.

41Ensuite, une autre variation est à enregistrer. Les couvertures à tuiles creuses sont généralement posées à bain de mortier* directement sur l’extrados des voûtes du chevet principalement. Mais, dès qu’il s’agit de couvrir les bras du transept, la nef ou même des bas-côtés, des combles* bas peuvent être prévus, pour des matériaux de couverture posés et calés sur de la volige*. Les chevrons sur pannes constituent les seules dispositions charpentées si les combles* bas sont adoptés. Pour une nef, les chevrons peuvent se rejoindre dans l’axe du vaisseau principal en ménageant des combles* inaccessibles. Aucune ouverture n’est semble-t-il prévue pour les aérer. Il n’existe pas non plus d’accès par escalier, ce qui prouve l’absence de volonté et de possibilité de surveillance ou d’entretien, de ces espaces. Cette remarque est d’autant plus valable pour les bas-côtés. Les chevrons sont disposés les uns à la suite des autres en prenant appui sur la corniche du mur gouttereau et une panne sur corbeaux dans la partie supérieure : Besson, Gannat, Herment, Malicorne, Riom, Saint-Hilaire-la-Croix, Vicq. Lorsque le vaisseau central est plus bas, un petit mur peut même être établi sur les reins des voûtes au droit des grandes arcades, de manière à éviter toute rupture de versant. Ce mur se substitue alors aux pannes intermédiaires d’une charpente à fermes : Fleuriel, Le Crest, Ygrande, Jenzat et Vallon-en-Sully. Une troisième solution peut avoir existé pour la nef de Saint-Julien de Brioude. Antérieurement aux restaurations du XIXe siècle, la nef est représentée sur un tableau daté de 1636, conservé à la sacristie de l’église. Chacune des travées est bien délimitée sur toute la longueur de la toiture. La partie haute d’arcs diaphragmes semble dépasser, comme s’il s’agissait de dispositions du bas Moyen Âge (Cuxa, Lamourguié à Narbonne). Néanmoins, le fait n’est aucunement présent dans les édifices romans et il ne subsiste actuellement aucune trace d’un tel dispositif.

D’autres données plus relatives

42En envisageant la question sous l’angle des logis, les tours seigneuriales étroites sont apparemment aussi nombreuses. Des dizaines de tours ponctuent le paysage, pour des dimensions toutes aussi modestes que celles de Haute-Auvergne (Phalip 2000). Les poutraisons internes sont identiques dans leurs dimensions moyennes et respectent généralement le module de 400 cm. Pourtant, une différence existe à propos des échafaudages. En Haute-Auvergne, la recherche d’économie de boisage entraîne une organisation particulière du chantier. La tour est échafaudée d’un seul côté, alors qu’en Basse-Auvergne, la tour est totalement enveloppée. Dans ce dernier cas, l’échafaudage ne laisse pas de trace en parements. Il n’y a pas de trous de boulins ou très peu. L’échafaudage paraît bien y être conçu différemment. Deux rangées parallèles de perches viennent soutenir les platelages sur les quatre côtés, au lieu d’une rangée en Haute-Auvergne sur un côté seulement. Les conséquences sont notables ici. Les bois permanents de plafonds et charpentes à faible portée sont équivalents à ceux des montagnes, mais les bois temporaires d’échafaudages sont plus facilement utilisés.

43Tout comme en Haute-Auvergne, il n’est plus possible de s’en rendre compte par l’étude des logis romans. En majorité, seules des élévations de façade subsistent (Phalip 2003). Les dispositions intérieures, les plafonnements et les toitures ont tous été très modifiés. Pourtant, il faut convenir aussi d’un déséquilibre géographique. En observant la répartition des tours seigneuriales étroites en Basse-Auvergne, l’essentiel est concentré en Brivadois et au sud d’Issoire. Au nord de cette limite — dans une moindre mesure en Brivadois — s’impose peu à peu un autre modèle architectural, le donjon intermédiaire (Phalip 2000) qui gagne en ampleur architecturale : Saugues (5,60 m), Vissac (7 m), Tournoël (Volvic, donjon roman) et, plus au nord, Huriel ou Hérisson. Toutes ces tours présentent les mêmes caractéristiques architecturales : un plan rectangulaire aux vastes salles ; plusieurs niveaux planchéiés ; un module moyen supérieur à 6 m. À propos des charpentes et couvertures, les éléments archéologiques sont rares. Au milieu du XVe siècle, l’Armorial de Guillaume Revel indique des toitures basses (Tournoël à Volvic, Montaigut-le-Blanc, Saint-Amant-Tallende), qui semblent confirmées pour le donjon de Huriel dans l’Allier. Cependant, les certitudes manquent et, pour l’essentiel, ces tours datent de l’extrême fin du XIIe siècle, avant d’être achevées au début du siècle suivant.

Basse-Auvergne et Bourbonnais au XIIIe siècle

Des réalités contrastées

44L’architecture des tours seigneuriales ne change donc pas fondamentalement avant la fin du premier tiers du XIIIe siècle. Il n’en va pas de même dans le cadre de l’architecture religieuse, pour laquelle les indices d’une mutation se multiplient entre 1150 et 1250. Néanmoins, sur près d’une centaine d’édifices concernés par l’adoption d’un vocabulaire architectural gothique, une douzaine seulement touche les régions situées au sud de Clermont (Courtillé 1989). Cette limite correspond aussi à celles que nous avons reconnues à propos des grands chantiers romans et des tours seigneuriales. Les premiers sont rarement situés au sud d’Issoire. Les secondes ne marquent pas les paysages au nord de cette même ville.

45Sans étudier précisément les étapes d’une adoption de l’architecture gothique en Auvergne, nous pouvons noter des modifications. L’exemple précoce du chevet de Blesle (1170/1200) possède une largeur exceptionnelle : près de 11 m. À Billom, Aigueperse, Mègemont (Chassagne), Brioude (fin XIIe siècle et modification du voûtement de la nef au XIIIe siècle) ou même à Entraigues, les espaces à voûter sont importants. Ils ne dépassent toutefois pas 11 m, y compris à la cathédrale de Clermont. Les hauteurs sous voûtes y sont évidemment plus importantes que dans les réalisations romanes : 28 m à la cathédrale de Clermont, contre 18 m environ à Issoire ou Orcival. Tout comme nous l’avions constaté en Haute-Auvergne à propos des logis seigneuriaux du XIIIe siècle, l’élancement* des troncs ne permet pas de franchir de plus vastes espaces, même s’il convient de distinguer un entrait de cintre temporaire aux bois aboutés, d’une charpente permanente dont les bois longs* sont bien assemblés. En charpente permanente, nous devrions trouver des entraits de plus de 11 m de longueur à la cathédrale de Clermont.

46S’il est effectivement question d’entraits de plus de 11 m pour la nef, le chœur ou les bras du transept, cela concerne en fait une charpente basse aux pièces aboutées (2 x 5,50 m). L’Armorial de Guillaume Revel, au milieu du XVe siècle, n’indique d’ailleurs nullement une toiture haute, mais des tuiles creuses non différenciées de celles de Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand). Cela implique des pentes basses, dont les solins sont effectivement conservés au revers des murs pignons du transept actuel. Cette situation était d’ailleurs assez courante, puisqu’on la trouve aux cathédrales de Limoges (avant restauration), Saint-Flour, Narbonne, Toulouse ou Bordeaux. C’est seulement entre 1505 et 1512 que l’on munira le vaisseau central d’une haute charpente inclinée à 60°. À titre de comparaison, la cathédrale de Bourges — 200 km au nord-ouest de Clermont — qui date des années 1195/1250, est dotée d’une nef large de 14 m. Sa charpente possède des entraits longs d’une quinzaine de mètres pour des versants inclinés à 55°. La cathédrale de Clermont est donc très méridionale au regard de ses couvertures. Elle l’est également du point de vue de sa charpente primitive, dont quelques dispositions sont conservées avec des entraits aboutés d’environ 5 m de longueur (Phalip 2001). Une nouvelle fois, les modules moyens ne sont donc pas dépassés.

47Toutefois, la situation apparaît plus contrastée qu’au siècle précédent et des églises n’entrent plus dans cette catégorie définie : pentes basses, tuiles creuses, bois courts*. Des toitures à fortes pentes sont visibles à Bessay, Braize, Le Brethon, Chastreix, Couleuvre, Heume-l’Église, Lamaids, Montaigut-en-Combraille, Ronnet, Venas et Le Vilhain pour des datations oscillant entre 1160 et 1250. Toutes ces églises possèdent des murs pignon non remaniés ou encore des traces de solins. Leur inclinaison ne correspond plus à ce que nous trouvions encore couramment jusque-là. Les pentes oscillent maintenant entre 40° et 50°, avec une forte prédilection pour les versants à 45°. Qui plus est, la totalité de ces édifices concerne le Bourbonnais et le nord du diocèse de Clermont.

48Par ailleurs, afin de compléter cet aperçu archéologique, les éléments charpentés sont également présents pour des auvents : Vic-le-Comte, Gannat, Magnet, Ravel, Herment, Saint-Hilaire-la-Croix, Reugny ou Lamaids. Seuls ceux de Saint-Hilaire-la-Croix et de Saint-Pourçain sont romans ou installés à l’extrême fin du XIIe siècle. Tous les autres sont datables du XIIIe siècle. Enfin, tous sont situés au nord d’Issoire et principalement dans le nord du diocèse de Clermont, ce qui renforce nos observations à propos des pentes de toitures (fig. 15).

15 - Les églises gothiques en région Auvergne (1160-1248) ; les concentrations correspondent à l’aire d’utilisation de l’auvent, de la charpente à combles supérieurs à 40°, au chevron-formant-ferme et à l’usage courant de l’enrayure.

Les premières charpentes conservées

49Pour les édifices religieux, la première et plus ancienne charpente connue est celle de Manglieu. Le chevet préroman conservé et remanié au XIIe siècle, possède une charpente médiévale publiée en 1924 (Deshoulières 1925). Elle est composée d’entraits (6,50 m), espacés d’environ 0,70 m, reposant sur des sablières jumelées peu épaisses. L’ensemble comporte des poteaux et potelets latéraux, des pièces peu épaisses formant semelles, une panne de sous-faîtage et une panne faîtière*. Les chevrons-formant-fermes* sont assemblés à mi-bois, comme l’ensemble des autres pièces. À propos de cette charpente, Henri Deneux propose une datation plutôt postérieure au milieu du XIIIe siècle. Malgré cela, la persistance d’assemblage à mi-bois et l’organisation en « portiques » successifs ne cessent de faire penser à une charpente plus ancienne. Ajoutons que les pentes de versants sont inclinés à 37°, ce qui est une mesure intermédiaire entre les habitudes romanes (20/30°) et celles du milieu du XIIIe siècle (40/50°). En fonction de cet élément, il nous paraît possible de proposer une date située dans la première moitié du XIIIe siècle. De plus, pour la charpente (milieu du XIIe siècle) de l’abbatiale de Boscherville en Normandie, un parallèle est fait avec celle de Manglieu (Impey 1997). Derniers enseignements : les extrémités d’entraits et les techniques des scieurs de long (fig. 16).

16 - Manglieu (Puy-de-Dôme), début XIIIe siècle, chevet, charpente à chevrons-formant-fermes.

50Toutes les extrémités visibles montrent la position du cœur du bois dans la section rectangulaire des pièces. Dans deux cas, le cœur du bois est situé en moitié de hauteur de la pièce, très proche de sa surface latérale. Dans deux cas, le cœur du bois est situé moins précisément. Il n’est plus placé exactement à la moitié de la hauteur, tout en s’écartant légèrement de la surface latérale. Enfin, dans le dernier cas, le cœur du bois est approximativement situé à la moitié de la hauteur de la pièce et au centre de son épaisseur. Dans les faits, à la suite du travail du bûcheron, le scieur de long tente d’exploiter au mieux les possibilités des grumes*. Certains troncs sont droits, mais très légèrement tronconiques. D’autres présentent une courbure ou encore des irrégularités qu’il s’agit de faire disparaître. Cette opération se nomme l’équarrissage* dans un premier temps, puis le délignage*. Les deux opérations supposent le calcul d’une section régulière pour éliminer les dosses* et les flaches*. Lorsque le tronc est d’un fort diamètre, deux pièces peuvent être obtenues grâce au débit sur dosse*. Ces pièces peuvent être alors, comme à Manglieu, d’une hauteur égale au double de la largeur (26 x 13 cm environ). C’est-à-dire qu’à partir d’une pièce de bois de brin* d’environ 26 x 26 cm (soit un tronc d’environ 40 cm de diamètre, écorce et aubier* disparaissent à l’équarrissage*), il est possible d’en obtenir deux de dimensions égales. Dans ce cas, le cœur se trouve théoriquement à moitié de la hauteur contre une des deux faces latérales. Néanmoins, dans la mesure où le fût peut comporter des irrégularités, le repérage du cœur du bois à une extrémité subit des altérations à l’autre extrémité. Cela permet alors d’affirmer que 4 pièces sur 5 ont été tirées de grumes* ne comportant que peu d’irrégularités. La cinquième a nécessité un travail plus important. L’équarrissage* a d’abord permis d’éliminer les dosses* du dessus et du dessous. Puis, la courbure ou les défauts du tronc ont impliqué le retrait de dosses* latérales plus épaisses permettant de faire disparaître les flaches*. Des faits similaires peuvent être constatés à Saint-Pourçain pour une charpente du XVe siècle. La deuxième charpente connue est conservée dans les combles* de la chapelle de Vauclair à Molompize, fondée entre 1153 et 1168, puis reconstruite dans la première moitié du XIIIe siècle (Courtillé 1989, p. 567 et suiv.). Le premier indice d’un changement est fourni par l’usage de voûtes d’ogives supposant celui de combles*. Le second indice réside dans la présence d’une tour d’escalier dans l’angle sud de la façade. Cet élément seul permet de faire la différence avec les édifices romans. Ces derniers, ne possédant généralement pas de charpentes, n’ont nul besoin de tourelle d’escalier pour l’entretien des parties hautes. Une hésitation est perceptible à l’abbaye de Mègemont (Chassagne), pour un édifice dont toutes les couvertures sont posées directement sur les reins des voûtes. Un escalier à vis permettait d’accéder aux parties hautes afin d’entretenir un clocheton pour un chantier du premier tiers du XIIIe siècle. À Vauclair (Molompize), le pignon de façade n’a pas été trop remanié et le clocheton paraît également dater du XIIIe siècle (fig. 17).

17 - Molompize, chapelle de Vauclair (Cantal), charpente à sablières, entraits et fermes latines rapprochées, début XIIIe siècle ( ?).

51Tout comme les parties extérieures, les combles* ne révèlent pas de réfections et remaniements majeurs. À l’achèvement de la construction, l’extrados des voûtes est couvert d’une toiture provisoire. L’eau est alors évacuée par l’intermédiaire de trous percés dans les murs gouttereaux. Ce dispositif n’a pas servi longtemps, car une charpente a été élevée rapidement pour couvrir la nef. Elle comporte une sablière simple recevant les extrémités des entraits de fermes. Ces pièces de sablières sont assemblées en sifflet pour une section de 15 cm sur 15 (diamètre de grume* estimé à 24 cm). Les bois d’œuvre utilisés sont très irréguliers et signalent des arbres aux fûts sinueux. Les entraits sont espacés d’environ 1,80 m en moyenne et leur section atteint fréquemment 30 sur 25 cm (diamètre de la grume* estimé à 44 cm). L’essence utilisée doit être le chêne. Pour ces pièces, les nœuds les plus gros sont situés à une seule extrémité. Seuls de petits nœuds sont visibles sur les 4 faces des entraits, ce qui implique un arbre haut branchu, dont les premières branches du houppier sont discernables. La longueur visible de ces entraits est de 6,30 m, ce qui donne une longueur totale d’environ 7 m de fût. En arêtes, des flaches* sont visibles avec des traces de bois d’aubier* écorcé (fig. 18). Une première particularité de cette charpente réside dans la présence de 3 entraits récupérés placés en combles* (entraits n° 2, 7 et 8 depuis l’ouest). Ces derniers montrent des traces de l’ancien assemblage : deux mortaises rectangulaires peu profondes formant embrèvement arrière, assemblage à tiers-bois sans cheville, trois autres mortaises également inachevées dont une en poinçon. Cette disposition résiduelle semble témoigner d’une hésitation entre deux partis. Une première solution prévoit des entraits portant des arbalétriers soulagés à mi-longueur par des potelets. Cette solution est abandonnée, puisque les mortaises sont inachevées, sans possibilité de placer des chevilles (fig. 19). La seconde solution est celle qui existe actuellement : entraits portant des arbalétriers croisés à mi-bois au sommet sans poinçon, ni jambette. Ce dispositif est connu à Riom et à Montferrand, pour des charpentes datées de la première moitié du XIIIe siècle. Les arbalétriers sont alors assemblés à tiers-bois à leur base et à mi-bois à leur sommet. Toutefois, les extrémités des arbalétriers débordent légèrement, afin de recevoir une panne faîtière* servant au contreventement* longitudinal, tout comme les pannes. Tous les points d’assemblage sont fortement chevillés. Les bois sont sciés et seuls quelques rares exemples sont travaillés à l’herminette* sur une face ou deux. Là encore, de gros nœuds sont visibles à une extrémité, tandis qu’à l’autre ils sont nettement réduits. Plusieurs possibilités se présentent toutefois. Si le cœur est au centre de la pièce, les flaches* sont visibles sur les quatre arêtes et les nœuds sur les quatre faces. Si le coeur est situé en arête, nous avons affaire à une pièce sciée en quatre (débit sur quartier*) (fig. 20). Les flaches* peuvent être visibles sur l’arête opposée à celle du cœur. Dans ce dernier cas, les nœuds ne peuvent être repérés que sur les deux faces voisinant l’arête à flaches*. Enfin, si le cœur est situé en bordure et en milieu de face, nous avons affaire à une pièce sciée en deux (débit sur dosse*) à section rectangulaire (disposition constatée en panne et non en arbalétrier). Obtenir deux pièces de mêmes section et longueur à partir d’une bille* suppose alors un débit sur dosse*. Obtenir quatre pièces de mêmes section et longueur à partir d’une bille* suppose un débit sur quartier*. Dans ce cas, le cœur du bois est alors nécessairement dans un des quatre angles ou arêtes. Néanmoins, dans les deux cas, la position des cernes de croissance est soit perpendiculaire, soit inclinée à 45°, vis-à-vis des faces de parement, ce qui a pour effet de limiter théoriquement le gauchissement possible (Souvigny).

18 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce montrant le cœur placé sur une arête, trace de bois d’aubier sur l’arête opposée, débit sur quartier.

19 - Molompize, chapelle de Vauclair (Cantal), charpente à sablières, entraits et fermes latines rapprochées dépourvues de poinçons, arbalétriers croisés au sommet, début XIIIe siècle ( ?) ; les 3 entraits remployés suggèrent un dispositif de charpente à chevrons-formant-fermes qui a été abandonné.

20 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce dépourvue de ses dosses, trace de bois d’aubier sur une arête, cœur sur l’arête opposée ; débit sur quartier.

52Les pannes sont ensuite fixées aux arbalétriers par de fortes chevilles sans échantignolles*. Le bois utilisé n’est plus du chêne, mais du sapin plus clair. De très nombreux remplois sont visibles, ce qui signale aussi des restaurations (chevrons). Malgré les remplois, nombre de pièces anciennes sont en place. Toutes les lauzes* sont encore assemblées grâce à des chevilles sur une forte volige*, sauf dans les parties restaurées au XXe siècle. Dernier élément à retenir, la pente des versants de la toiture est inclinée à 40° environ. Il est tout à fait possible qu’il s’agisse là d’une charpente édifiée dans la première moitié du XIIIe siècle. Les dispositions connues à Manglieu, Montferrand ou Riom semblent corroborer cette proposition.

Les logis seigneuriaux

53L’étude des logis seigneuriaux ne modifie pas fondamentalement cette première impression. Dès la fin du XIIe siècle, en Basse-Auvergne, quelques châteaux adoptent le plan royal capétien. De vastes enceintes quadrangulaires cantonnées de tours sont construites à Nevers, à Druyes-les-Belles-Fontaines ou encore à Châtel-Guyon. Cela implique le développement de logis le long des courtines. Plus tard, au milieu du XIIIe siècle, ces enceintes sont plus nombreuses et témoignent de la pénétration de l’architecture royale française en Auvergne (Phalip 2000) : Blesle, Châlus, Champeix, Coppel, Léotoing, Mauzun, Tournoël (Volvic)... Notons aussi que l’architecture des tours n’apparaît pas modifiée, mis à part le plan qui passe de quadrangulaire à circulaire. Les voûtes sont des coupoles pour les plus anciennes ou encore des calottes fuselées pour les plus communes. Pour toutes ces voûtes, les trous d’encastrement des poutres principales de cintres sont visibles. L’intrados des voûtes montre aussi les nombreuses empreintes des courtes planches de coffrage, dont certaines sont encore prises dans le mortier (Montpeyroux, Mauzun, Espirat, Coppel).

54Ce que l’on peut connaître des logis de Basse-Auvergne va dans le même sens que ceux de Haute-Auvergne. Les mesures courantes respectent un module de 6/6,50 m sans jamais dépasser 9 m de portée : Blot-le-Rocher, Chassignoles, Coppel, Domeyrat, Léotoing, Mauzun, Vernières... Les poutres sont semble-t-il indifféremment encastrées, posées sur des corbeaux de pierre ou sur les corniches créées par un retrait du parement. D’assez rares traces de solins ou vestiges de pignons ne modifient guère notre vision des choses en matière de couverture. Près de Saint-Floret (tour Rambaud), un pignon du XIIIe siècle indique un toit à deux versants et une pente de 45°. À Léotoing, pour des logis des premier et second tiers du XIIIe siècle, les pentes oscillent entre 20° et 30°. Ces pentes basses sont confirmées à Mauzun et Chassignoles. Plus au nord, à Blot-le-Rocher (Menat), les vestiges d’un pignon du XIIIe siècle sont associés à ceux d’un autre, plus tardif. La première pente indique 50°, la seconde près de 60° au XVe siècle. Enfin, au château de Bourbon l’Archambault, ce qui subsiste des dispositions de l’extrême fin du XIIIe siècle va dans le sens de l’adoption de combles* hauts (pentes à 45° environ). Mais c’est au château de Ravel que les dispositions sont les mieux conservées.

55Ce vaste ensemble castral comprend les traces d’un logis roman et une enceinte cantonnée de tours circulaires du milieu du XIIIe siècle. Néanmoins, à la fin du XIIIe siècle et au tout début du siècle suivant, on modifie et surélève les bâtiments comme les tours. C’est à cette dernière période que l’on doit l’aménagement et le décor de la salle dite des États. Avant les remaniements du XVe siècle, les panneaux peints en plafonnement et les blasons sur l’enduit des murs sont datés des premières années du XIVe siècle (1296/1302 ou 1300/1301). Au second niveau actuel de la salle s’observent encore les anciennes dispositions destinées à soutenir les poutres de ce plafond à panneaux : pilier doté d’une semelle de bois ou « chapeau », comme au château d’Annecy, Chillon, Cluny, Tournus ou encore dans les greniers de Metz. Le Logis Vieux du château d’Annecy, incendié en 1340, est reconstruit dans le premier tiers du XVe siècle (1428/1431) (Oursel 1960). La grande salle du bailli-châtelain du château de Chillon (Suisse) possède encore ses boiseries, panneaux, colonnes et semelles (couvertes par des panneaux de bois) du XIIIe siècle. À Cluny, Tournus ou Metz plusieurs maisons et greniers (XIIIe siècle, fin XIIIe/début XIVe siècle) comportent de tels éléments de charpente (Garrigou Grandchamp 1997, p. 84, 143 ; 1993, p. 39-47 ; Burnand 1989, p. 206-209). Ces six exemples utilisent un système équivalent de supports surmontés de pièces de bois formant encorbellement latéral (semelles ou chapeaux). Malheureusement, au château de Ravel, la majeure partie des charpentes a disparu. Seule subsiste la partie qui possède une cheminée gothique monumentale dans le logis nord-ouest (fig. 21).

21 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, coupe transversale, charpente à fermes latines, poteaux à semelle, entraits aboutés, poinçons et contreventement transversal, début XIVe siècle.

56Au niveau des combles*, sur une longue semelle, le charpentier a disposé 3 poteaux afin de séparer la salle en 4 travées sensiblement égales. Le poteau nord a visiblement été récupéré d’une charpente plus ancienne (hache puis herminette*). Les 3 semelles reposent au sommet des poteaux grâce à un assemblage à tiers-bois (tenon et mortaise). Toutes les faces indiquent le travail à la scie et des régularisations au ciseau. Les semelles reçoivent les extrémités de 2 poutres aboutées, formant entrait. La portée étant trop importante (16 m), un dédoublement a été décidé : assemblage à décrochement en crossette ou enture* à mi-bois et mortaise pour le poinçon supérieur. Pour les pièces anciennes un travail irrégulier à la scie est observable : angles non délardés à bois d’aubier*, section irrégulière. Au-dessus des entraits sont fixés des poinçons aux angles délardés et régularisés grâce à un chanfrein : marques de pose sous forme de traits courts parfois doublés, comme s’il s’agissait de chiffres romains, assemblages à tiers-bois pour une bille* coupée dans la partie branchue de la grume*, panne faîtière* à aisseliers, arbalétriers et contrefiches, jambettes assemblées par embrèvement et tiers-bois, versant incliné à 18° modifié au XVIIIe siècle.

57À partir des pièces anciennes existantes, un travail complet peut être mené. En considérant la sablière, les poteaux, les semelles, les entraits et poinçons, une estimation est possible. Les grumes* ne dépassent pas 7,50 m. Les dosses* enlevées du tronc, il subsiste du bois d’aubier* dans les angles du bois de brin* sur l’essentiel de la longueur : diamètre estimatif des grumes* à 40 cm de section (Biston 1988, p. 67 ; Rival 1991 ; Colardelle 1993 ; valeur indicative d’élancement* et de section). Soit 6 grumes* de 7,50 m pour 40 cm de diamètre (fig. 22).

22 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, axonométrie et schéma de montage, charpente à fermes latines, poteaux à semelle, entraits aboutés, poinçons et contreventement transversal, début XIVe siècle.

58Pour les semelles, les billes* ne dépassent pas 1,80 m de longueur. Après équarrissage*, la position des cœurs des bois, ainsi que la maillure indiquent un débit sur quartier* du bois de brin* en 4 pièces (27 x 20 m), pour un diamètre minimum estimatif à 74 cm. Cette importante section, pour de courtes pièces, indique le caractère exceptionnel de ces troncs courts. Il est alors possible d’admettre un chêne isolé, pour un paysage ouvert en lisière de forêts ou encore dans le cadre de formations arbustives basses. Dans ce dernier cas, la croissance se fait en diamètre au détriment de la hauteur, par manque de concurrence. Soit une grume* de 180 cm pour 74 cm de diamètre.

59Cette situation isolée ne se retrouve pas pour la pièce de sablière longue d’un peu plus de 8 m. Ses dimensions (27 x 10 m) et la position du cœur du bois indiquent un débit sur dosse* en 3 plateaux. Le délignage* de la poutre donne un diamètre de 43 cm. Soit une grume* de 8,50 m au moins pour 43 cm de diamètre.

60Pour les 3 poteaux (20 x 20 m), la faible hauteur (1,64 m) suppose une grume* tronçonnée en billes*. Il n’est pas possible d’observer la position des cœurs des bois, mais les faces visibles laissent apparaître des nœuds de branches retrouvés sur les quatre faces et donc un cœur du bois centré (Rival 1991, p. 123 et suiv.) : diamètre estimatif de 34 cm. Soit une grume* d’une longueur inférieure à 7 m pour 34 cm de diamètre.

61Les poinçons (20-22 m x 19-21 m) mesurent 2,24 m de hauteur (plus dans l’état primitif). Ils ont été raccourcis à la période moderne, tout en autorisant la récupération des arbalétriers. Là encore, la trace laissée par les nœuds de branches retrouvés sur les quatre faces suppose une bille* située à l’extrémité supérieure de la grume*, près du houppier. Soit une grume* d’environ 34 cm de diamètre.

62Au total, nous disposons d’indications moyennes à valeur relative ne contrevenant nullement aux dimensions des plus larges nefs aux XIIe et XIIIe siècles (7,50 m) ou encore des plus grands logis connus au XIIIe siècle (9 m). Les arbalétriers voient leur longueur (7,50 m) correspondre à celle des modules les plus courants. De même, si différentes projections sont possibles à propos de la longueur primitive des poinçons, celle des arbalétriers ne semble pas avoir dépassé 9 m. Dans tous les cas de figure, le module moyen de 4 m est progressivement abandonné au profit d’un module de 7 m qui semble suggérer un élancement* légèrement supérieur pour les massifs forestiers en bordure orientale de la Limagne. En définitive, les forêts exploitées à proximité de Ravel donnent des grumes* dont la longueur n’est jamais supérieure à 9 m (fig. 23). Les longueurs les plus courantes sont de loin celles comprises entre 7 et 7,50 m, ce qui nous permet de confirmer l’adoption d’un module moyen de 7 m. Le phénomène constaté en Haute-Auvergne sort donc renforcé de l’étude des boisages de Basse-Auvergne. Les pièces de 7 m, exceptionnelles aux XIe et XIIe siècles, tendent à être plus utilisées au XIIIe siècle. La Haute-Auvergne semble toutefois plus rétive que la Basse-Auvergne à l’usage de bois longs*. Ils ne concernent encore que des logis épiscopaux, tandis que la voûte d’ogives, plus courante dans le nord de la Basse-Auvergne, suppose presque toujours des combles* pour les églises. Ce constat suppose alors des possibilités d’exploitation accrues.

23 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, axonométrie de débitage des pièces les plus importantes en section, début XIVe siècle.

63En comparaison, l’étude menée sur le site du lac de Paladru (Colardelle 1993, p. 135, 137, 142-143, 212, 282), pour des bâtiments du premier tiers du XIe siècle, donne des pièces de charpente dont le diamètre initial de la grume* varie de 20 cm à 40 cm. Les fûts fournissent des bois de brin* de plus de 10 m et les espacements courants sont de 2,65 m, avec leur multiple (265/530/1060). À Ravel, les espacements courants sont de 3,10 m à 3,50 entre axe, ce qui permet de retrouver le module moyen de 7 m, multiple de la mesure. Du point de vue des diamètres, à Ravel, les pièces les plus courantes sont celles oscillant entre 34 cm et 43 cm (fig. 24). Enfin, l’élancement* des fûts du site n’est pas supérieur à 10 m, pour des pièces comportant des nœuds sur toutes leurs faces. Ces caractères se trouvent confirmés en étudiant les rares dispositions subsistantes pour des maisons de Montferrand et de Riom.

24 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, délignage des poutres et diamètre estimatif des grumes, bois d’aubier en limite externe, début XIVe siècle.

Les autres demeures médiévales

64À Montferrand, l’architecte Mallay signale des maisons dotées de charpentes anciennes (Mallay 1862). Il présente l’élévation de plusieurs d’entre elles et leurs toitures sont inclinées à 20°/25°, ce qui constitue une règle perdurant au bas Moyen Âge. Néanmoins, il semble n’y subsister aucune charpente romane. En revanche, la fin du XIIIe et le début du XIVe siècles peuvent être représentés par deux maisons dont les charpentes ont été récemment datées par dendrochronologie : 25 rue des Cordeliers (fig. 25, 26 et 27) et 27/29 rue Jules Guesde (Garrigou Grandchamp 2003) (fig. 28). Les deux structures utilisent la ferme-latine*, des pentes faibles (28° et 27°), des pièces chanfreinées voire moulurées, le tiers-bois, des poinçons ornés et des pièces de contreventement* longitudinal par panne de sous-faîtage. Comme le souligne Pierre Garrigou Grandchamp, cela semble indiquer que le poinçon est connu dès le milieu du XIIIe siècle en Basse-Auvergne. Nous nous rallions volontiers à cette conclusion, d’autant que ces poinçons sont liés ici à l’usage systématisé du tiers-bois et d’un contreventement* n’existant ni à Riom (1238), Manglieu ou Vauclair, dans la première moitié du XIIIe siècle. Cela nous aiderait à replacer la charpente très restaurée de la maison dite de « l’Éléphant » (fig. 29).

25 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, coupe transversale, charpente datée des années 1250/1260.

26 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, charpente datée des années 1250/1260, détail du poinçon.

27 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, charpente datée des années 1250/1260, détail du poinçon.

28 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 27/29 rue Jules Guesde, coupe transversale.

29 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison de l’Éléphant, charpente à fermes latines, arbalétriers croisés au sommet, milieu du XIIIe siècle ; poinçons et décharges annexes datant du XVe siècle ; relevés datant de 1941.

65La maison de « l’Éléphant » a été décrite pour sa façade romane et comporte des éléments charpentés. Ils ont été étudiés par les architectes Jarrier en 1941 et Donzet en 1969 : remontés à l’identique, rares pièces médiévales (poinçons), fermes à entraits chanfreinés, chapiteau et base en poinçon, jambettes courbes, arbalétriers croisés au sommet avec assemblage complexe, pentes à 21°. Très proche de celle de Riom, cette charpente datait probablement du milieu du XIIIe siècle tout en ayant été restaurée au XVe siècle : présence de poinçons, absence de sablière et de contreventement* longitudinal (fig. 30 et 31).

30-31 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison de l’Éléphant, poinçons du XVe siècle.

66À Riom, une maison, rue de la Caisse d’Épargne, vient de voir sa charpente datée de 1238 (Renaud 1999, p. 210-217). Sa façade ne présente aucun témoin archéologique antérieur au XVIIIe siècle. Par contre, un pignon garde une baie géminée sous arc de décharge. La retombée centrale s’effectue sur un chapiteau à crochets dont les boules sont nettement dégagées de la corbeille. Le traitement de cette dernière et la base de la colonnette confirment la période proposée : la première moitié du XIIIe siècle. Un décor de planches marouflées et peintes (charpente visible) complète les dispositions : quatre fermes entre pignons, entraits de sapin blanc d’environ 7,50 m de longueur, assemblage à tiers-bois, pan de toiture incliné à 24°, pannes de rive et de versant. Les arbalétriers se croisent à mi-bois (chevillé) au sommet de la toiture avec dépassement des extrémités. Les sommets d’arbalétriers encadrent alors deux chevrons placés dans le prolongement l’un de l’autre (mi-bois et cheville), afin de renforcer la cohésion de l’ensemble. L’absence de panne faîtière* et de poinçon renforce le côté assez atypique de l’assemblage (proche de Vauclair), tout en soulignant la relativité des datations fondées sur les typologies.

67Il reste qu’en Basse-Auvergne, les changements n’apparaissent pas fondamentaux. Au XIIe siècle, malgré la présence d’édifices religieux aux programmes architecturaux ambitieux, les modules utilisés pour les bois d’œuvre sont modestes. L’élancement* des fûts ne dépasse pas 8 m tout comme en Haute-Auvergne. Les moyennes de largeur de cintres (5 m) sont identiques et les modules les plus utilisés — ou espacements courants — sont de 4 m. Une seule différence est à noter dans la partie septentrionale de la Basse-Auvergne avec les donjons intermédiaires, dont les plafonnements ont une portée allongée (6 m en moyenne).

68Au XIIIe siècle, l’apparente unité se fait moins nette encore. Les édifices religieux, comme les logis seigneuriaux et les demeures utilisent des pièces de bois d’œuvre longues de 6 à 7 m, sans aller au-delà de 9 m. Toutefois, en Basse-Auvergne, plusieurs dizaines d’églises adoptent la voûte d’ogives et des combles* inconnus auparavant. Ces derniers connaissent des pentes oscillant entre 20° et 30°, tandis qu’une autre règle tend à s’imposer dans les plaines limagnaises face aux rares exceptions de Haute-Auvergne : Vauclair (Molompize), Saint-Thomas, Roc-Vignon (Antignac), Vebret. Une quinzaine d’églises du Bourbonnais et de Basse-Auvergne utilise désormais les pentes fortes (40°/50°, auvents plus nombreux). Plusieurs logis du XIIIe siècle adoptent eux-aussi ces combles* hauts (Blot-le-Rocher, Tour Rambaud) en correspondance exacte avec la géographie esquissée. Plus la limite fixée par Issoire est franchie, plus les programmes architecturaux sont importants dans le domaine religieux, mais également pour le château passant de la tour seigneuriale étroite au donjon intermédiaire plus vaste. Enfin, en Bourbonnais, s’affirme une conception différente de la charpente, particulièrement au bas Moyen Âge.

Basse-Auvergne et Bourbonnais aux XIVe et XVe siècles

Des charpentes d’église plus nombreuses

69Comme nous l’avons fait jusque-là, nous envisagerons d’abord la situation pour les édifices religieux avant d’aborder celle des logis. Le XIVe siècle est surtout représenté par des églises bâties dans sa seconde moitié et plus encore dans les dernières années. Commencée en 1344 (Costantini, 1995 et 1997, p. 92-97), l’église de La Chaise-Dieu possède des voûtes de bas-côtés et de nef d’égale hauteur, tout comme à Saint-Cerneuf de Billom. Si les charpentes médiévales ont disparu, elles reposaient sur un mur doté d’arcades retombant sur des piles maçonnées situées à l’aplomb de celles-ci. Ce parti d’église-halle, associé à celui des murs percés d’arcades sous combles*, renvoie aux réalisations des pays d’Ouest : Saint-Pierre de Poitiers, Saint-Michel-des-Lions de Limoges, Saint-Martin de Brive ou La Souterraine. Les pentes de toitures de La Chaise-Dieu sont inclinées à 35° (solins de pierre), pour une largeur de 24 m. Malgré l’usage de ces murettes sous combles*, l’espace central à franchir reste de 13 à 14 m selon les endroits (tours ou nef). N’ignorant pas les dangers d’une telle portée, le maître d’œuvre a prévu des aisseliers reposant sur des corbeaux de pierre pour soulager les entraits. Néanmoins, cette longueur est franchement inhabituelle dans la région, au regard de ce que nous avons pu appréhender jusqu’à présent.

70À la suite, nous pouvons enregistrer Notre-Dame de Moulins (1474/1507), la chapelle du Palais ducal de Riom (1380/1389) (fig. 32), celle d’Aigueperse (1474) ou encore celle de Vic-le-Comte (1520). Toutes sont couvertes grâce à des toitures pentues à 45° et plus : Moulins, 63° ; Vic-le-Comte, 63° ; Riom, 69°. Il s’agit bien sûr de prendre en compte l’aspect symbolique d’une haute toiture couverte d’ardoises couronnant une construction ducale. Néanmoins, l’explication nous semble partielle, car les entraits mesurent plus de 14 m et les chevrons 15 m (chevrons-formant-fermes*, poinçons, faux-entrait, pannes de sous-faîtage et faîtière*, contreventement* complet, coyau et blochets). Les décharges habituelles sont toutes réunies depuis les jambettes, les aisseliers et de nouveau des jambettes greffées sur le faux-entrait.

32 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, charpente datée de 1403, chevrons-formant-fermes à pentes fortes à 70°.

71Bien plus modestes, de petites églises et chapelles rurales n’abandonnent toutefois pas les techniques romanes. Ainsi, la chapelle du château de Peyrusse à Aubazat (Haute-Loire) possède une abside romane et une nef voûtée d’ogives (XIIIe siècle) dont les matériaux de couverture sont posés directement sur les reins en extrados. Les pentes de versants sont alors très faibles (24°), ce qui est aussi le cas des chapelles castrales édifiées à Murol. Des dizaines de sanctuaires sont concernées par un immense mouvement de restauration/reconstruction, sans qu’un changement ne soit perceptible au niveau des couvertures : solins, pignons inférieurs à 45° ; Saint-Quentin-Sous-Sauxillanges, Neuville, Saint-Vert, Esteil et Auzelles.

72Plus au nord, l’église Notre-Dame de Montferrand, construite aux XIVe et XVe siècles, possède une large nef caractérisant les édifices d’un gothique « méridional », pour des pentes de toiture n’affectant pas un angle supérieur à 23°. Nous pourrions prendre à ce propos de nombreux exemples. Les édifices du XVe siècle n’adoptent pas nécessairement les combles* hauts. Des combles* bas, à ferme-vraie* (ou fermes-latines*), sont ainsi repérables malgré les restaurations dans tous les édifices reconstruits au bas Moyen Âge, comme à Lavoûte-Chilhac, Langeac, Maringues, Saint-Julien-de-Coppel ou Ennezat.

73Les XIVe et XVe siècles en Auvergne signifient également des fortifications d’églises en assez grand nombre, comme dans tous les évêchés touchés par les bandes armées. De ce fait, le chevet surélevé de Mailhat comportait une charpente basse, tout comme les églises de Brenat, Bansat, Charroux ou Reignat. En revanche, si l’on se situe en Bourbonnais, la situation change nettement. Pour Agonges ou Colombier, les vastes combles* (Courtillé 1989, p. 471) sont bordés de parapets crénelés et dotés de pentes très aiguës à 60°. Ces pentes, inusitées jusqu’à présent pour les petits édifices, prolongent en fait le phénomène de la seconde moitié du XIIIe siècle en Bourbonnais. Au XIIe siècle, les pentes faibles (20°/30°) s’accentuent une première fois jusqu’à atteindre 40°/50° dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Enfin, au bas Moyen Âge, les pentes passent à 60°. Pour confirmer ce schéma, nous devons accroître notre corpus en enregistrant les sanctuaires suivants : Archignat, Huriel, Montaiguët-en-Forez, Saint-Pierre de Montluçon, Saint-Désiré, Saint-Pourçain, Souvigny, Trévol ou Roche-d’Agoux (vestiges chevrons-fermes et contreventement*). Toutes ces églises présentent la particularité d’être situées aux marges septentrionales de l’Auvergne et en Bourbonnais.

74L’église d’Archignat présente une nef romane remaniée dans ses parties hautes. Le mur pignon de façade est incliné à 45° et possède un clocher-mur. Cependant, en arrière, les baies de ce clocher sont masquées par une haute charpente, inclinée à plus de 55°. L’exemple est symptomatique d’un phénomène clairement inscrit dans la chronologie.

75L’église d’Huriel possédait une large nef romane dotée d’entraits de 11 m. Sa charpente primitive est remplacée au XVe siècle par une charpente en carène lambrissée, à chevrons-formant-fermes*. Les traces laissées par la charpente romane peuvent être reconnues grâce aux relevés de l’architecte Darcy datés de 1879 : solins à deux versants et pente à 30° en tour de croisée. Au XVe siècle, cette charpente est remplacée par l’actuelle, dont les pentes sont inclinées à 50° : blochets, poinçons et entraits délardés sans décor.

76L’église de Montaiguët-en-Forez possède une charpente à chevrons-formant-fermes* lambrissée couvrant la nef, large de 10 m environ. La pente de sa toiture est inclinée à 60° et date du XVe siècle.

77L’église Saint-Pierre de Montluçon possède une nef romane large de près de 11 m. La charpente actuelle date du XVe siècle. Elle a été remaniée : chevron-formant-fermes*, entraits délardés à larges chanfreins d’une douzaine de mètres, poinçons, pente à 55°.

78L’église romane de Trévol, près de Moulins, possède une courte nef charpentée, reprise au XVe siècle : entraits d’environ 14,50 m reposant sur une corniche de pierre, pièces délardées, pentes inclinées à 50°, extrémités d’entraits travaillés. Les seuls « engoulants » connus en Auvergne sont à Mozat : Saint-Pierre, nef, vestiges, après 1477.

79L’église de Saint-Désiré a été restaurée au XIXe siècle. L’architecte Darcy a produit plusieurs dessins pour son programme de travaux : nef charpentée en rapport avec un clocher du XVe siècle, zones charpentées en partie droite du chœur et en abside, chevrons-formant-fermes* et berceau lambrissé, entraits délardés à poinçons dotés de base et chapiteau, blochets, contreventement*, pente à 59° pour les plus fortes.

80Le prieuré Sainte-Croix de Saint-Pourçain-sur-Sioule (fig. 33) est d’une étude complexe. Sans reprendre ici la totalité des données archéologiques et documents historiques disponibles, considérons quelques repères. Depuis la tour-porche préromane, il faut noter la présence d’une nef romane large de plus de 15 m, dont on ignore tout des supports de bas-côtés voûtés d’arêtes. Le chantier concerne ensuite un vaste chevet, inachevé dans le dernier tiers du XIIIe siècle. Une charpente provisoire dut y être installée faute de mieux, avant d’être reconstruite dans le premier tiers du XVe siècle (Courtillé 1989 ; Fournier 1973). Dans ces dispositions prévues à la fin du XIIIe siècle, les bas-côtés sont couverts de toitures basses (18°) : corbeaux et pannes faîtières*.

33 - Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), église paroissiale, coupe transversale, charpente à chevrons-formant-fermes, XVe siècle.

81Les dispositions des charpentes du vaisseau central s’adaptent à toutes les particularités architecturales à couvrir : désaxement net dès la partie droite du chœur, assemblages adaptés, pentes à 60°, enrayure* dépourvue de goussets*, bois déformés et délardés, entraits de 11 et 15 m, épaisses sablières aboutées grâce à un trait de Jupiter simple, blochets, chevrons-formant-fermes* lambrissés en carène inversée, poinçons chanfreinés à bases et chapiteaux, poinçons et croix de Saint-André, coyau, assemblage à tiers-bois avec tenon et mortaise avec embrèvement arrière, aisseliers courbes, pannes de sous-faîtage et faîtière*, marques de pose d’est en ouest, ensemble restauré en 1858 et 2000, solins bas du XIIIe siècle et rampants pentus à 60° du XVe siècle.

82Sans nous livrer à une étude précise, nous comptons 12 entraits d’une section d’environ 25 sur 25 cm. Les longueurs sont toutes comprises entre 14,80 et 10,70 m. Par ailleurs, la longueur des poinçons passe de 14,50 m pour les plus longs à 10,50 m pour les plus courts. De ce fait, l’élancement* des fûts est compris entre 11 et 15 m. Les sections de bois nécessaires à la mise en œuvre d’une telle charpente sont de 25 cm en chevrons et de 34 cm en entraits. Ces sections se retrouvent pour la charpente de Ravel et semblent constituer une habitude de charpentiers. Néanmoins, l’élancement* des fûts traduit aussi un allongement progressif, perceptible au passage du XIIe au XIIIe siècle et plus net encore pour le bas Moyen Âge. Pour un édifice roman, le module le plus courant est en moyenne de 5 m et la longueur maximale de 7,50 m. Au XIIIe siècle, les combles* sont plus répandus dans la partie nord du diocèse, afin de correspondre à la voûte d’ogives. Les longueurs les plus courantes sont de 6,50/7 m, sans dépasser les 9 m. Enfin, au XVe siècle, les longueurs de 11 à 15 m sont courantes, quand elles étaient encore rares au XIIe siècle (Huriel, Montluçon). Parallèlement à ce mouvement, les pentes de toitures s’accroissent et passent progressivement de 18° à 63°.

83Ces premières remarques doivent être complétées par une étude plus précise des bois utilisés. Pour les entraits, l’élancement* important est tempéré par la courbure des troncs repérée aussi pour la charpente de la tour élevée en façade de l’abbatiale de Bonlieu (Creuse) ou encore pour plusieurs entraits de Vauclair (Molompize). Ces bois flacheux, sciés et travaillés à l’herminette* dans les angles, sont faiblement gercés. Le séchage des bois était donc suffisant et l’assemblage n’a pas été fait, apparemment, par grosse chaleur. Seules les charpentes des bas-côtés possèdent des bois particulièrement gercés, noueux et tordus.

84L’ancienne église Saint-Marc de Souvigny ne possédait pas de voûte pour son vaisseau central (Phalip 2004). Si les dispositions charpentées de la fin du XIIe siècle ont disparu, il subsiste une charpente à pièces courbes datée de 1625 : chevrons-formant-fermes*, berceau lambrissé, entraits visibles, pentes approchant les 60°, solins romans à pente basse (fig. 34).

34 - Souvigny (Allier), Saint-Marc, pignon moderne à pentes fortes, solin de pierre de la fin du XIIe siècle à pentes faibles.

85À propos de la prieurale, il ne peut être question de s’attacher au détail des étapes de construction. L’édifice roman (XIe et XIIe siècles) n’a probablement pas été voûté avant la fin du XIIe siècle. En revanche, dans la première moitié du XVe siècle, l’édifice est entièrement repris pour lui donner une plus importante élévation et le voûter d’ogives. Les premiers travaux sont conduits sous Eudes de La Ferrières (1417-1424), mais les parties hautes et la charpente actuelle sont réalisées par le prieur Geoffroy Chollet (1424-1454) dans le deuxième quart du XVe siècle (annexe dendrochronologique). Soulignons d’emblée la différence évidente entre les anciennes toitures et celles du XVe siècle. Pour apprécier celles de la période romane, il reste un mur pignon (extrémité occidentale du bas-côté nord) incliné à 28°, tandis que les charpentes gothiques le sont à 60° (fig. 35). Par ailleurs, des remplois de tuiles creuses sont également révélateurs de l’usage de pentes faibles : signalées en joints épais, en blocage et trous de boulin.

35 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, pignon du XVe siècle de l’ancien bras sud du transept, chevrons-formant-fermes à pentes fortes.

86Pour étudier cet ensemble, il convient de considérer les charpentes couvrant le chevet, la Chapelle Vieille (élevée vers 1410), la Chapelle Neuve (1448-1456), l’ancien transept roman, le transept gothique et la nef jusqu’à la façade dotée de ses tours romanes (fig. 36 et 37). Les principales caractéristiques à retenir sont les suivantes : enrayure* généralement sans gousset* ni coyer*, sablières jumelées à blochets ou entretoises, jambettes, entraits de 800 x 25 x 25 cm et demi-entraits de 18 x 18 cm, diamètres estimés de 38 à 42 cm (idem chapelle de Vauclair à Molompize, Ravel, Saint-Pourçain), cœur du bois centré vis-à-vis des quatre arêtes (Saint-Pourçain), arbres haut branchus, pièces moyennement à fortement gercées, bois rarement flacheux (sauf transept), rares remplois en chevet, assemblage à tiers-bois et en sifflet, chevrons-formant-fermes*, poinçons chevillés pour prévenir fentes et éclatements du bois dans les zones subissant d’importantes contraintes (sorte de cloutage. Rival 1991, p. 165), contreventement* longitudinal complet, croix de Saint-André, pentes à 60°, débit sur quartier* (fig. 38).

36 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes datée des années 1442/1444 ; contreventement supérieur longitudinal du bras sud du transept oriental.

37 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes datée des années 1442/1444 ; croix de Saint-André, chœur.

38 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, coupe transversale de la charpente du XVe siècle et localisation des marques de pose.

87Pour la totalité des assemblages et dispositions, les bois sont très majoritairement sciés. Les traces en sont parfois visibles, malgré l’usure et remarquables de régularité, alors que l’on aurait pu constater des changements d’orientation, des angles d’attaque obliques ou des rainures plus ou moins épaisses traduisant un effort irrégulier. De temps à autre, une pièce montre encore les traces laissées par l’herminette* pour faire disparaître les traces d’un sciage défectueux, les raccords triangulaires de sciage ou des irrégularités de surface. Huit mètres pour la longueur des entraits, c’est la largeur maximale de cintres pour Issoire ou encore la dimension supérieure de l’élancement* connu des fûts en Basse-Auvergne au XIIe siècle. À Souvigny, ces dimensions sont donc parfaitement logiques puisqu’il s’agissait de restaurer un sanctuaire roman. La différence essentielle réside dans le volume des bois utilisés : la longueur de l’édifice roman peut être évaluée à 110 m. Moins de 200 km séparent Souvigny d’Aurillac et déjà les massifs forestiers et les arbres sont différenciés. La différence réside aussi dans le fait que, peu à peu, la charpente permanente visible s’impose dans les paysages du Bourbonnais, où l’inclinaison des pentes de toiture s’élève également.

Les logis seigneuriaux

88Les documentations archéologiques sont moins bien conservées pour les châteaux de Basse-Auvergne. Dans le Brivadois, les sites ne dérogent toutefois pas aux normes dégagées pour les édifices religieux. À Domeyrat, Flageac, Saint-Romain, Langeac, Montgon, Laroche-Faugère ou Vals-le-Chastel, les vestiges conservés signalent des toitures basses, dont les pièces s’appuient sur des murs de refend. Partout ailleurs, les logis contredisent rarement cette situation : Chalus, Saint-Floret, Grand-Turluron (Billom), Coppel, Chauliac, Châteaugay, Murol, Mauzun ou Ravel après leurs différents réaménagements du bas Moyen Âge (largeur moyenne 6,50/7,50 m).

89Les pentes basses sont donc bien attestées. Néanmoins, les réalités sont plus contrastées puisqu’à Saint-Saturnin ou Villeneuve-Lembron plusieurs logis sont dotés de pentes à 60°, ce qui se rapproche des exemples exceptionnels de Haute-Auvergne (Vieillevie, Messilhac à Raulhac). C’est en Bourbonnais que l’on trouve confirmation des changements perceptibles au niveau d’Issoire en Basse-Auvergne. Malgré les remaniements et restaurations, des murs pignons aigus (55° ou 60°) sont conservés pour les châteaux et logis d’Ainay-le-Viel, Toury, Lapalisse, Saligny, Le Vieux-Chambord (Tréteau), Doyet (donjon de la Souche), Châtel-de-Neuvre (Moulin-Neuf), Chantelle, Montluçon (logis du château) ou encore au château de Fourchaud (Besson, 71°).

Les autres demeures médiévales

90Les fortes tendances pressenties dans le cadre des églises et des logis s’observent également pour les maisons urbaines. Des façades datant des XIIe et XIIIe siècles subsistent à Aurillac, Mauriac, Brioude, Blesle, Montferrand ou Clermont (Phalip 2003). Néanmoins, les témoins datés du bas Moyen Âge ne sont pas répartis également. À Blesle, les quelques maisons à pans de bois des XVe et XVIe siècles, n’ont jamais de pignons à versants très inclinés. Aucune des pentes ne dépasse 30°. Le constat reste valable à Laroquebrou, Le Broc, La Sauvetat, Mareugheol, Maringues ou Billom. Des changements se font en revanche sentir dans les villes et bourgs de Moulins, Lapalisse, Cusset, Courpière, Châteldon, Bourbon-l’Archambaud, Thiers, Montluçon ou Montferrand. Pour ces localités, si l’immense majorité des maisons anciennes possède des charpentes à combles* bas (ferme-vraie*), plusieurs façades de maisons à pans de bois sont à ferme débordante* et pièces courbes (Garrigou Grandchamp 2003 ; Phalip 2003). De plus, ces pignons hauts et inclinés à 55°/60° revêtent une forte signification sociale. Ils participent à la valorisation de leurs occupants soucieux de se distinguer, tout en modifiant les données disponibles pour les charpentes. Pour s’en rendre compte, il suffit d’appréhender quelques exemples tirés du vieux centre de Montferrand.

91À Montferrand, les manuscrits Mallay (Bibliothèque municipale inter-universitaire de Clermont-Ferrand) présentent les relevés de plusieurs maisons. La charpente d’un des « bâtiments de l’ancien hôpital » et celle du 13 rue de la Rodade doivent dater du XVe siècle : fermes à entraits délardés, courts poinçons (base, chapiteau) et arbalétriers, pannes de versant et faîtière*, inclinaison à 20°. Dans ces deux maisons, les pentes de toiture sont basses. De telles charpentes ne sont pas rares. Il s’en trouve à Riom (XVe siècle, annexe dendrochronologique), Clermont-Ferrand (Montferrand, XIVe et XVe siècles, idem), Châteaugay (XVIe siècle, restaurée et remontée en 1998), au Palais ducal de Riom (disparue) ou encore à Luzillat (XVIe siècle inventoriée).

92La différence essentielle avec le XIIIe siècle réside surtout dans la progressive affirmation de la charpente à chevrons-formant-fermes* face à la ferme-vraie*, mais également dans l’organisation d’un contreventement* longitudinal avec décharges, pannes faîtières*, de sous-faîtage et croix de Saint-André. Cette structure, adaptée aux pentes fortes des hautes charpentes, s’observe à Lapalisse, Thiers, Courpière, Châteldon, Montluçon ou Montferrand. Il est remarquable de constater que ces lieux sont situés dans le nord du diocèse ou en Bourbonnais. Néanmoins, ces exemples sont encore relativement rares pour se faire une idée exacte des charpentes et couvertures au XVe siècle.

Cabanes et burons

93Pour les périodes moderne et contemporaine, l’architecture des burons les plus anciens respecte également les principales limites entre Haute et Basse-Auvergne. Au nord, ce sont les « tras » formant des rangées courbes de burons, granges et annexes. Leurs charpentes sont le plus souvent temporaires, démontées après usage, recouvertes de chaume ou encore de mottes d’herbe. Ces structures semi-enterrées forment généralement des ensembles concentrés qui font l’objet, bien souvent, de conflits entre seigneurs et éleveurs (Fournier 1983, p. 199-358). De telles activités saisonnières liées à l’estive sont à l’origine de constructions réclamant des bois jeunes pour des charpentes à fortes pentes. Les pièces peu régulières et assemblées au sommet grâce à des fourches sont liées entre elles : La Védrine, Brion, La Godivelle, Fortuniers, Anzat-le-Luguet, Leyrenoux et Artoux.

94Au sud, ce sont des burons dispersés dont l’organisation est plus désordonnée. La charpente temporaire d’un cintre est alors utilisée pour monter des voûtes portant directement en extrados les matériaux de couverture. Les lauzes* peuvent être également directement assemblées comme dalles pour constituer des encorbellements ou tas-decharge*. L’avantage est évident puisque ce système évite l’usage de cintres. Les pentes de toiture sont alors basses et dépassent rarement 30° : plateaux bordant la Cère, plateau de Collandres, Chérot, Mouteyre, Montagne de la Mouche, La Bohal, Captat, Grandval, Planèze de Saint-Flour, plateaux du Limon et du Cézalier.

95Par ailleurs, les frontières ne sont pas aussi tranchées qu’il peut y paraître au premier abord. Des cabanes à charpentes légères peuvent se rencontrer au sud : plateaux du Limon et de Collandres. Des burons anciens à voûte se repèrent entre Pradiers et Anzat-le-Luguet dans le nord de la région du Cézalier. Autre indication, des constructions utilisant la voûte dans les parties supérieures se trouvent jusqu’aux abords sud d’Issoire. Ces maisons et annexes n’utilisent alors aucune charpente. Les lauzes* et tuiles creuses sont posées directement sur les reins des voûtes : Saint-Hérent, Bard (Boudes), Dauzat-sous-Vodable, Chassagne et Pouchenirgue (Phalip 2003). Aucune de ces constructions ne date de la période médiévale. Néanmoins, ces dispositions semblent bien recouvrir une géographie ancienne confirmée par l’étude archéologique et l’Armorial de Guillaume Revel.

Limousin et Marche

Limousin et Marche aux XIe et XIIe siècles

Les églises

96Différents sondages réalisés dans le diocèse de Limoges ne modifient pas fondamentalement les indications recueillies. Les plus importants édifices du XIe siècle sont charpentés à Chambon-sur-Voueize, Saint-Léonard-de-Noblat ou voûtés à Saint-Martial et à la cathédrale de Limoges (Barrière 1987 ; Desbordes 1990 ; Maury 1974 ; Saint-Léonard-de-Noblat 1988).

97Saint-Martial de Limoges ne dépasse pas en largeur les plus grands édifices de Limagne. Les résultats des fouilles et les plans de 1776 et 1784 donnent des cintres de moins de 8 m dans la nef. En revanche, les bras du transept pouvaient atteindre 8,50 m : couverture posée sur les reins des voûtes (dessins de 1726 et milieu du XVIIIe siècle).

98Saint-Étienne de Limoges est connu par les fouilles. Les fondations du transept ont été retrouvées et les traces d’un berceau apparaissent sur une face de la tour-porche : des clichés réalisés vers 1879 ne montrent toutefois pas de trace de solin.

99Chambon-sur-Voueize conserve sa nef datée de la seconde moitié du XIe siècle. Elle n’a jamais été voûtée. La charpente actuelle date du XVe siècle, mais des solins sont conservés sur les murs des clochers : charpente à combles* bas et pente de 30°, entraits de 8,50 m, tuiles creuses.

100Saint-Léonard-de-Noblat a vu sa nef modifiée au début du XIIe siècle et vers 1150. Néanmoins, cet édifice à nef unique (1030/1070) implique des entraits de 12 m de portée, 8 m en transept. Cette dernière mesure habituelle ne doit pas occulter celle de la nef expliquée par l’importance des massifs forestiers alentours.

101Au XIIe siècle, la voûte se répand sans modifier les indications connues.

102L’église de Beaulieu possède une nef (1125/1135) à entraits de 7,50 m, 8,50 m en transept (début XIIe siècle).

L’ARMORIAL DE GUILLAUME REVEL
Réalisé au milieu du XVe siècle, cet Armorial se présente sous la forme d’un dénombrement de possessions. Chaque lieu fait alors l’objet d’un dessin dont la précision est remarquable, malgré d’inévitables conventions. Géographiquement, l’Auvergne et le Forez sont concernés. Seule la partie auvergnate est considérée ici (BN, Ancien Gaignières 2896, fr 22297 ; Fournier 1973 ; De Boos 1998). Y compris pour un habitat aristocratique, la charpente à combles* bas règne (Châlus, Saint-Bonnet-le-Chastel). Elle est accompagnée par l’usage des tuiles creuses, confirmée par l’examen des maçonneries. Néanmoins, des pentes fortes sont également présentes (Le Breuil, Nonette, Vodable, Saint-Floret, Siorat, Pertus, Aubière, Thiers, Bourassol). Les combles* hauts revêtent ici une forte dimension symbolique et valorisante, d’autant que l’ardoise bleutée fait son apparition pour le château de Jean de Berry à Nonette ou celui de Riom. Parallèlement, le chaume est présent (Saint-Vincent, Montredon, Montaigut, Saint-Bonnet, Le Broc, Le Pentier, Bergonne, La Roche-Blanche, Bourassol, Chateldon) pour de nombreuses maisons à croupes. Des hourds peuvent être représentés, ainsi qu’un beffroi charpenté, des greniers, ou d’autres ouvrages charpentés (Le Broc, Julhat, Bergonne, Saint-Floret, Siorat, Montaigut, Cheynat, La Roche-Blanche, Aubière, Moulins, Tournoël, Marsat, Châtelguyon). Le détail est souvent présent, puisque le dessinateur n’omet pas les croix de Saint-André, pannes, arbalétriers, ou encore les contrefiches. De même, à Saint-Vincent, un logis laisse voir sa charpente. Elle possède des arbalétriers, mais aucun poinçon, ni système de décharge par jambettes. Cette disposition est très proche de celle connue pour la maison de l’Éléphant avant transformation. Il semble bien qu’il faille alors considérer ces structures comme habituelles. Mais, c’est à partir de Saint-Sandoux, Saint-Amant-Tallende et Saint-Saturnin que les hautes toitures à pentes fortes tendent à être plus nombreuses, tant pour les églises que les logis seigneuriaux : Marsat, Mozat, Riom, Ebreuil, Saint-Pourçain, Moulins.
À Clermont, si la toiture du chœur de la cathédrale est basse, l’église des Jacobins est couverte d’une toiture à pente forte. Il est d’ailleurs symptomatique d’y trouver également un auvent charpenté, ainsi qu’une flèche supposant la parfaite maîtrise des enrayures*. Cette complexité des assemblages se note également pour les abbayes clermontoises de Chantoin (clocher à noues*), ou Saint-Alyre (fortes pentes). Quarante-huit dessins constituent donc cet Armorial pour l’Auvergne. Il est important de souligner d’abord que les indications fournies sont en partie opposées à celles dont nous disposons pour l’habitat contemporain. Régulièrement, en effet, les villages actuellement majoritairement couverts à pentes basses pour des tuiles creuses n’apparaissent pas comme tels au milieu du XVe siècle. Il semble bien qu’un important changement se soit opéré par uniformisation progressive des toitures, dès le début de la période moderne. Au contraire, une certaine diversité règne au bas Moyen Âge.
Au sud d’Issoire, mêlés aux toitures à basses pentes, existent des édifices assez nombreux dont les couvertures sont à inclinaison moyenne (Chalus, Le Breuil, Nonette, Saint-Bonnet-le-Chastel, Vodable, Le Pentier, Bergonne, Le Broc). Seules distinctions perceptibles, les toitures très fortement inclinées du château de Nonette, et les chaumières particulièrement présentes à Saint-Bonnet-le-Chastel. Pour les sites suivants, entre Issoire et Clermont, le principal constat réside dans cette coexistence des deux modes de couvrement, l’un à pentes basses et tuiles creuses, l’autre à pentes plus accentuées. Pour ce dernier, les matériaux de couverture sont difficiles à déterminer. Il peut s’agir de lauzes* clouées sur de la volige* plutôt que d’ardoises ou de tuiles plates, dont les conventions de dessin n’apparaissent jamais. Toutefois, quelques indices témoignent d’autres changements. À Saint-Vincent, une charpente est visible. Munie d’arbalétriers, elle ne possède ni poinçon, ni jambettes, tandis que le fait est moins évident à Montaigut-le-Blanc. D’autres charpentes sont visibles à Bergonne, ou Cheynat, et possèdent : des sablières, des poteaux, des pannes, des pannes faîtières*, des aisseliers et des jambettes. Néanmoins, il s’agit à chaque fois de demi-fermes* dont les poteaux prennent la place de poinçons. Au Broc, Saint-Floret et Siorat, des tours sont munies de hourds. Cette formule n’est pas inconnue en Haute-Auvergne, tout en y étant relativement rare : Vieillevie, Oeillet. Des lucarnes font aussi leur apparition en combles* comme à Nonette, ou Ibois. Cela signale les hautes charpentes bien aérées, qui existent à Souvigny, ou Saint-Pourçain. Ailleurs, ce sont des auvents ou des passerelles (Champeix). Ces quelques détails suffisent à nous alerter face à des dispositions permanentes tendant à s’inscrire plus clairement dans les paysages. Ce qui était exceptionnel devient progressivement habituel. Pour s’en rendre compte, il suffit d’examiner les toitures des localités les plus proches de Clermont, au sud.
Comme nous l’avons souligné, les abords de Clermont marquent une rupture. Les toitures à pentes fortes s’y font plus nombreuses. Les hourds sont présents, ainsi que les croix de Saint-André. La différenciation des matériaux de couverture se fait plus évidente et réaliste : tuiles creuses, tuiles plates ou ardoises, plaques de métal pour les flèches. Mais, c’est à 40 kilomètres environ au nord de Clermont qu’une nouvelle différence est notable. Si le petit nombre de dessins (3) peut nous inciter à la prudence, les indications sont parfaitement convergentes avec les observations archéologiques à Ebreuil, Saint-Pourçain et Moulins. Dans un premier temps, à Ebreuil, l’évolution ne paraît pas nette. Quelques hautes toitures existent, et la nef de Saint-Léger est couverte d’une charpente à pente accentuée actuellement disparue. Cependant, à Saint-Pourçain, l’église Sainte-Croix est couverte de sa haute charpente conservée. Les tuiles plates, même représentées de manière conventionnelle, sont bien reconnaissables, vis-à-vis des tuiles creuses à pentes basses. Des maisons sont représentées avec les mêmes matériaux de couverture, tandis que les éléments charpentés visibles sont nettement plus présents : bretèches, tour en bois. Enfin, Moulins aux maisons adoptant principalement la tuile plate et les pentes plus élevées.
En définitive, malgré les précautions d’usage, une certaine image de la réalité existe bien. La progression est respectée depuis les zones les plus méridionales au sud d’Issoire, jusqu’aux zones les plus septentrionales en Bourbonnais. L’étude du bâti confirme totalement cette vision en tenant compte du fait que ce sont les édifices religieux et les logis seigneuriaux qui laissent apparaître les différences les plus nettes. Combles* bas et combles* hauts se côtoient malgré tout, car des phénomènes de conservatismes pérennisent d’anciennes techniques. L’habitat vernaculaire semble, quant à lui, plus à même de pérenniser des assemblages et des dispositions de charpentes ou de toitures adaptées aux précipitations des pays les plus méridionaux. Il faut convenir aussi d’une utilisation de bois d’œuvre plus évidente pour les représentants des couches sociales les plus élevées de la société (lle château) ou pour les édifices les plus prestigieux (l’église). Cela ne signifie pas pour autant une absence de changement, puisque les maisons des bourgs traduisent également peu à peu l’adoption des combles* hauts à fermes débordantes, ce qui permet de retrouver toute la cohérence voulue avec les témoins observés : Montferrand, Courpière, Lapalisse, Moulins, Thiers, Saint-Pourçain, Aigueperse. Ensuite, quelques indicateurs doivent nous alerter. En plus des maisons et annexes, les villages possèdent également des chaumières à leurs abords.

103Il est remarquable d’avoir ici un projet ambitieux pour le transept, progressivement réduit dans la nef. C’est dire que les boisages sont exceptionnels en transept, tandis que ceux de la nef et du chœur sont plus courants : toitures de lauzes* ou de tuiles creuses posées en extrados des voûtes.

104L’église de Solignac est originale par ses coupoles. On considère généralement que la présence de calcaires de très bonne qualité a joué dans l’adoption de ce parti de part et d’autre de la route reliant Cahors à Saintes (nord du Périgord et Saintonge). C’est sans doute exact, mais l’explication est incomplète. Ces coupoles supposent un tas de charge* soigné en pendentifs et certainement au-dessus. L’économie est notable : cintres temporaires larges de 11 m (2 pièces aboutées de 5,50 m ?). Toutes les assises sont montées en porte-à-faux ou encorbellement. Enfin, il est important de savoir qu’en Orient la pénurie de bois d’œuvre a imposé la coupole face aux autres voûtes (Besenval 1984).

105Saint-Junien ou Le Dorat possèdent des églises dont les caractéristiques sont habituelles : cintres ne dépassant pas 8,40 m. Les toitures, modifiées postérieurement, semblent avoir possédé deux versants à pente faible pour le vaisseau central et les bas-côtés. Les églises de Saint-Yriex, Meymac, Obazine, Bénévent-l’Abbaye, La Souterraine, Felletin, Eymoutiers, Moutier-d’Ahun, Uzerche ou Collonges ne modifient pas cette vision, malgré les restaurations. Il suffit d’évoquer le sort des vestiges de la nef romane de la cathédrale de Limoges pour comprendre cela (Andrault-Schmitt 1991).

106Il en va de même pour une multitude d’édifices romans du diocèse : Ahun (20°), Bénévent (25°), Boussac (25°), Champsanglard, Chéniers, Felletin (Le-Moutier), Glénic (25°), Gouzon, Jarnages, Jouillat (20°), La Geneytouse (20°), La Saunière, Marsac (20°), Moissannes (20°), Moutier-d’Ahun (solin ancien à 30°), Nouzerines, Roches (30°), Salles-Lavauguyon (30°/35°), Saint-Denis-des-Murs (20°), Saint-Robert, Sauviat-sur-Vige (25°) ou Vigeville (25°). Ces églises restent modestes dans leurs dimensions et tendent à s’écarter du schéma auvergnat. Quelques constructions voyaient en effet leur couverture posée sur les voûtes au moment de leur édification : Glénic, Boussac, Malval et les absides de Jouillat ou d’Ahun. Toutefois, d’autres églises adoptent des combles* bas au-dessus des voûtes : Bénévent, La-Geneytouse, Cressat, Saint-Hilaire-la-Plaine, Toulx-Sainte-Croix, Moutier-d’Ahun, Chéniers, Jarnages, Roches, Bonlieu (abbatiale, fin XIIe/début du XIIIe siècles, remaniée au XVe siècle, abside à remplois de tuiles creuses et tuiles plates). D’autres encore préfèrent ne pas voûter la nef pour la couvrir d’une simple charpente basse : Vigeville, Marsac (Saint-Léonard-de-Noblat). Il en résulte une certaine diversité des dispositions témoignant de paysages, couverts forestiers et précipitations différenciés. Par ailleurs, les pentes de toiture sont majoritairement basses (20°/30°), mais tendent parfois à s’accentuer (35°/40°) : Cressat, Obazine, Jarnages, Saint-Robert. Ces différences s’observent aussi pour l’architecture castrale de la même époque.

Tours seigneuriales et donjons intermédiaires

107Aucune étude systématique n’ayant été menée, les tours seigneuriales étroites peuvent alors apparaître moins nombreuses. La formule architecturale est pourtant identique à celle de Haute-Auvergne. Sa limite nord correspond au niveau d’Issoire et il est possible de la prolonger à l’ouest vers le Limousin (Phalip 1997). Ces tours ne dépassent pas les dimensions trouvées dans les « montagnes d’Auvergne » : Merle de Corrèze et Carbonières, Eschizadour, Salon-la-Tour, Château-Chervix, Saint-Yriex, Montbrun, Chalucet, Sermur. Toutes ces tours sont caractérisées par de courtes poutraisons : 400/500 cm, dernier niveau voûté, une seule face échafaudée, balcons et auvents.

108Une première altération de ce type est perceptible à Champniers. Cette zone, en marge de l’Angoumois, caractérisée par ses massifs forestiers, autorise des poutres de 670 cm. Ces mesures sont dépassées dans la Marche pour les donjons intermédiaires d’Aubusson, Malval et Boussac (Châtelain 1973). Ces derniers se trouvent alors en stricte coïncidence avec ceux du Bourbonnais. Ainsi, les tours seigneuriales de Haute-Auvergne et celles du sud du Limousin respectent une ligne Limoges/Ussel/Issoire, en ne la dépassant que très rarement (Sermur). Par ailleurs, les donjons intermédiaires s’établissent dans les zones plus septentrionales, pour des architectures très proches dans les plans, comme dans les élévations.

Limousin et Marche au XIIIe siècle

Les édifices religieux

109Le chœur et une partie du transept de la cathédrale de Limoges sont construits entre 1273 et 1327. Antérieurement à 1846, la cathédrale de Limoges n’est couverte que d’une toiture à pentes basses et tuiles creuses. Elle sera ensuite remplacée par une charpente à couverture d’ardoises (Soulard 1987). Nous retrouvons là un parti architectural méridional rencontré pour les cathédrales de Narbonne, Toulouse ou Bordeaux. La cathédrale de Limoges n’est pourtant pas signifiante à elle seule. Pour les charpentes et couvertures, des modifications interviennent dans le courant du XIIIe siècle. Plusieurs dizaines d’églises paroissiales sont (re)construites au XIIIe siècle. Perceptible dès le début de ce siècle, ce mouvement sera encore plus marqué par la suite :

  • Limousin : Arnac (église du Prieuré), Azat-le-Ris, Bellac, Beaulieu, Beyssac, Brive (Saint-Martin), La Roche-L’Abeille, Malemort, Meymac, Saint-Yriex, Ussel...

  • Marche : Ajain, Anzème, Blaudeix, Bonlieu, Bonnat, Bourganeuf, Bussière-Dunoise, Champsanglard, Châtelus-Malvaleix, Chénérailles, Genouillat, Gouzon, Grand-Bourg, Guéret, Jouillat, Ladapeyre, La Souterraine, Mérinchal, Néoux, Paulhac, Pionnat, Roches, Rougnat, Saint-Avit-de-Tardes, Sainte-Feyre, Saint-Fiel, Saint-Laurent, Saint-Pardoux-le-Neuf, Saint-Quentin, Saint-Vaury (Saint-Léonard-de-Noblat 1988 ; Andrault-Schmitt 1997 ; Lacrocq 1934 ; Fage 1922 ; De Laborderie 1946).

110La liste seule est éloquente et celle des églises modifiées serait encore plus longue. Afin de saisir le phénomène, nous pouvons nous attacher à d’autres détails, tels que les auvents, pignons et pentes de toiture, clochers et flèches.

Les auvents

111Les auvents sont présents dans des proportions autrement plus importantes qu’en Auvergne. Seul le Bourbonnais et le nord du diocèse de Clermont permettent de retrouver cette particularité à un niveau similaire. Dans la mesure où leurs éléments charpentés ont disparu, ils sont signalés par des solins de pierre, des corbeaux et des trous d’encastrement. Il s’en trouve notamment à Ajain (fig. 39), Bellac, Beyssac, Blaudeix, Bonnat, Bourganeuf, Champsanglard, Chénérailles, Eybouleuf, Fleurat, Gouzon, Ladapeyre (fig. 40), Paulhac, Royères, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Laurent (fig. 41), Saint-Sulpice-Laurière ou La Saunière. Sans que cela recouvre un recensement exhaustif, la valeur indicative paraît déjà signifiante : un auvent au XIIe siècle, pour plusieurs dizaines au XIIIe siècle. L’auvent, qui suppose une protection vis-à-vis des intempéries, ne paraît pas nécessaire pour l’édifice roman. Il est indispensable dans le cadre gothique.

39 - Ajain (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, le portail et ses dispositions destinées à l’installation d’un auvent.

40 - Ladapeyre (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, vue générale, toiture à pentes fortes (47°), portail doté d’un auvent.

41 - Saint-Laurent (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, détail des dispositions destinées à l’installation d’un auvent.

Pignons et toitures

112Les pignons et toitures sont également de bons indicateurs pour mieux connaître les charpentes disparues, car la visite des combles* est souvent décevante. La quasi-totalité des dispositions d’origine a été détruite au fur et à mesure des remaniements successifs. Néanmoins, dès le XIIe siècle, les matériaux de couverture sont rarement disposés directement sur les reins des voûtes (Glénic, Boussac, Malval, Jouillat). Des charpentes à combles* réduits couvrent les voûtes (Jarnages, Cressat, Chéniers, Azat-le-Ris, Obazine, Bonlieu) et permettent une ventilation minimale pour sécher les reins des voûtes. De plus, une partie des pièces reposant sur l’extrados des voûtes, ces charpentes sont économes en bois d’œuvre, puisque ne sont nécessaires que les chevrons, pannes et pannes de rive. Par ailleurs, lorsque la pente est inférieure à 30°, la tuile creuse est autorisée. Au-dessus de cette pente, c’est la tuile plate, la lauze*, l’ardoise ou les essentes* qui doivent être utilisées.

113Au XIIIe siècle, il n’en va plus de même. À la diversité des solutions, qui semble déjà trahir une hésitation, s’oppose une tendance à l’uniformisation des pentes de toiture et des combles* dans la Marche : hésitation au niveau des pentes de toiture et matériaux de couverture, diversité des pentes passant de 20°/30° à 35°. Ainsi, les murs pignons subsistants peuvent adopter des pentes de versants très accentués (45°/50°) : Saint-Léonard-de-Noblat (charpente neuve au XIIIe siècle, fortification aux XVe et XVIe siècles). Néanmoins, cela ne doit pas nous faire penser trop rapidement à l’adoption de combles* hauts (Bellac, Beyssac, Bujaleuf, Malemort). D’autres édifices semblent encore hésiter comme ceux de Bellac, Moissannes, Eybouleuf, Royères, Sauviat-sur-Vige ou de l’Artige. Les pentes ne dépassent pas 35° et autorisent des matériaux de couverture calés, bien qu’ils nécessitent de fréquentes réparations. Cela ne doit pas nous faire oublier les habitudes romanes et celle des pays d’ouest pour les édifices religieux. En effet, la présence d’un pignon aux pentes accentuées n’implique pas automatiquement des combles* hauts. Un pignon peut être plus élevé pour masquer et protéger des toitures à pentes basses situées juste en arrière. Ce procédé, connu en Vendée, Saintonge ou Poitou, existe également en Limousin à Obazine, Bénévent ou à Dorat. Il faut donc en conclure que le Limousin ne connaît pas de bouleversement. Les combles* hauts, s’ils existent, sont rares et la tendance pour la partie méridionale de ce diocèse consiste en une légère accentuation des pentes de toiture passant de 20°/25° à 30°/35°. Dans le cas de la Marche, il en va différemment (fig. 42).

42 - Ladapeyre (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, détail du pignon de chevet, toiture à pentes fortes (47°).

114L’actuel département de la Creuse révèle effectivement une situation en de nombreux points identique à celle du Bourbonnais et du nord du diocèse de Clermont. L’église d’Ajain possède les traces d’un pignon plus ancien en chevet : versants inclinés à 47°. Il en va de même pour d’autres églises conservant des témoins en parties hautes : Bonnat (45°), Blaudeix (45°), Champsanglard (45°), Chénérailles (45°), La Croix-au-Bost (47°), Ladapeyre (47°), Noth (45°, surélevée ensuite), Paulhac (45°), Pontarion (47°), Pionnat (50°), Saint-Sulpice-Laurière (40°), Sainte-Feyre (46°), Vallière (45°). En outre, quelques constructions romanes et d’autres du tout début du XIIIe siècle, ont vu leurs toitures modifiées. Celle de Chéniers montre encore son ancien pignon à pentes basses remanié au XIIIe siècle (47°). Cressat voit son mur pignon reconstruit (44°). À Bonlieu, la façade de l’abbatiale a conservé les traces de son ancien pignon (45°), pour une église consacrée en 1232. Enfin, l’église de Roches possède une nef romane achevée ou revoûtée au XIIIe siècle : solin visible sous combles*, pente à 30°, tuiles rondes. L’exemple est rare.

115Le changement est donc ici bien perceptible. Il ne s’agit plus d’hésitations, mais bien d’une normalisation des toitures et charpentes. Au XIIe siècle, les pentes basses sont encore majoritaires (20°/30°), mais tendent à l’adoption de nouveaux moyens de couverture. Les matériaux posés directement sur les reins des voûtes ne sont pas aussi fréquents qu’en Auvergne. Au contraire, une diversité de toiture s’impose, plus on se situe au nord du diocèse. La Marche franchit une nouvelle étape en adoptant plus nettement encore les pentes fortes entre 45° et 50°.

116Ces tendances sont également perceptibles dans l’adoption de nefs plus larges couvertes de voûtes d’ogives : cintres récupérables et charpentes permanentes à entraits. En Auvergne, au XIIe siècle, les moyennes sont de 5 et 7 m pour la longueur des entraits de cintre (maximales 7,50/7,80 m). Au XIIIe siècle, la longueur de 11 m n’est jamais dépassée pour les cintres (bois dédoublés sur poinçons et poteaux, 5,50 m x 2) et celle de 9 m pour les entraits. Pour le diocèse de Limoges, au XIIe siècle, les édifices modestes voient leurs cintres atteindre des largeurs de moins de 6 m en moyenne : Ahun, Azérables, Bellac, Boussac, Champsanglard, Chéniers, Cressat, Glénic, Gouzon (paroissiale), Jarnages, Malval, Roches ou Vigeville. Les églises de plus grandes dimensions dépassent légèrement les moyennes auvergnates avec 7,70 m pour les cintres : Chambon-sur-Voueize, Beaulieu, Saint-Léonard-de-Noblat (chœur), Le Dorat, Moutier-d’Ahun, Évaux, Lesterps, Limoges (cathédrale). Il est remarquable que les chantiers les moins économes en bois d’œuvre (Saint-Léonard-de-Noblat dès le XIe siècle) soient précisément situés dans les régions où la forêt domine.

117Au XIIIe siècle, en Limousin et Marche, plusieurs moyennes et mesures peuvent être retenues. La largeur du chœur de la cathédrale de Limoges est tout à fait équivalente à celle de Clermont, pour une charpente basse à fermes-latines. Pour les églises modestes, le nombre de chantiers entrepris sensiblement au même moment est impressionnant. La moyenne de largeur des cintres est d’environ 6 m et celle de longueur d’entraits de charpente de 7 m, comme par exemple à : Ajain, Anzême, Arnac, Azérables, Blaudeix, Bonlieu, Châtelus-Malvaleix, Chénérailles, Cieux, Clugnat, Jouillat, Genouillat, Gouzon, Grand-Bourg, Guéret, Ladapeyre, Paulhac, Pionnat, Pontarion, Poussanges, Roches, Sainte-Feyre, Saint-Avit-de-Tardes, Saint-Dizier-les-Domaines, Saint-Fiel, Saint-Laurent, Saint-Marien, Saint-Pardoux-le-Neuf, Saint-Priest-la-Feuille, Saint-Priest-la-Plaine, Saint-Vaury, La Souterraine ou Vareilles. Les possibilités d’exploitation forestière pour obtenir des bois d’œuvre sont donc bien plus importantes en Limousin et Marche qu’en Auvergne. Néanmoins, les bois d’œuvre sont de dimensions équivalentes ; seuls les volumes mis en œuvre marquent la différence. Là où le maître d’œuvre auvergnat peine à trouver les grumes* adaptées à son chantier, le Limousin est plus gourmand en éléments charpentés permanents. L’élancement* des fûts en Limousin peut dépasser 8 m et atteindre 9 m dès le XIIe siècle : Saint-Martial de Limoges, Beaulieu, Saint-Junien, Le-Dorat. De plus, certaines réalisations admettent des entraits de 11 à 12 m (Saint-Léonard-de-Noblat et Solignac), ce qui ne se trouve toutefois qu’assez rarement. Au XIIIe siècle, en Limousin et Marche, le module maximal de grume* semble atteint et se stabilise autour de 8/9 m. La différence essentielle avec l’Auvergne réside donc dans une utilisation de grumes* légèrement plus longues dès le XIIe siècle (moyenne basse, 6 m au lieu de 5 m ; moyenne haute, 7,70 m au lieu de 7 m), mais surtout dans les quantités de bois utilisés. Plus encore, la Marche est individualisée par un grand nombre de chantiers utilisant conjointement des boisages temporaires et permanents pour établir des combles* hauts (40°/50°).

118En définitive, au XIIe siècle, avec des nuances (couvert forestier différencié), Haute et Basse-Auvergne sont comparables aux parties les plus méridionales du diocèse de Limoges. Par ailleurs, les nefs charpentées de Chambon-sur-Voueize ou d’Ebreuil sont situées dans les parties les plus septentrionales. À la suite, au XIIIe siècle, la Haute-Auvergne, moins riche en bois d’œuvre, ne s’aligne pas sur la partie méridionale du diocèse de Limoges qui trouve une situation similaire en Basse-Auvergne. Plus au nord, enfin, la Marche trouve son équivalent en Bourbonnais. En dépit de quelques rares différences, on peut alors considérer que les évolutions se retrouvent de part et d’autre, ce qui restera valable pour le bas Moyen Âge.

Clochers et flèches

119Ils constituent notre troisième élément retenu. Toutes les parties charpentées ayant disparu, il convient de s’attacher à en déduire la présence. Le clocher de pierre est bien connu dès la fin du XIe siècle en Limousin, mais c’est surtout aux XIIe et XIIIe siècles que l’on en édifie : Saint-Martial et Saint-Étienne de Limoges (XIe/XIIe siècles), Saint-Léonard-de-Noblat (XIIe siècle), Beaulieu (XIIe siècle), Saint-Junien (XIIe siècle), Le Dorat (XIIe siècle), Collonges-la-Rouge (XIIe siècle), Évaux (XIe siècle), Uzerche (XIIe siècle), Moutier-d’Ahun (XIIe siècle), Eymoutiers (XIIe/XIIIe siècles), Chambon-sur-Voueize (XIIe/XIIIe siècles), Saint-Robert (XIIe siècle), Saint-Yriex (XIIe siècle), Meymac (XIIe siècle), La Souterraine (XIIe siècle).

120En fait, dès le XIIe siècle, une différence doit être marquée entre les clochers à flèche de pierre et ceux à flèche de bois. En prenant en compte les clochers dont les dispositions sont les plus certaines, le partage est le suivant :

  • clocher à flèche de pierre : La Souterraine, Le Dorat, Saint-Étienne et Saint-Martial de Limoges, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Junien, Tulle, Uzerche ;

  • clocher avec flèche de bois et souche maçonnée (fig. 43) : Azat-le-Ris, Biennac, Beaulieu, Bourganeuf, Chambon-sur-Voueize, Chéniers, Collonges-la-Rouge, Coussac (Bonneval), Évaux, Eymoutiers, Guéret, La Souterraine, Le Dorat, Meymac, Moutier-d’Ahun, Roches, Salles-Lavauguyon, Saint-Robert, Saint-Yriex, Toulx-Sainte-Croix.

43 - Theneuille (Allier), église paroissiale, coupe de la flèche du clocher, datée de 1226 environ.

121Les clochers à flèche de pierre sont alors majoritairement situés dans les parties méridionales du diocèse de Limoges, sauf La Souterraine et Le Dorat situés en Marche. Les clochers à flèche de bois sont à peu près également répartis entre la Marche (12) et le sud du diocèse (9). Le déséquilibre à l’avantage de la Marche n’est toutefois pas significatif. Néanmoins, ce premier état doit être complété par une liste d’églises dont l’architecture témoigne de l’existence d’une flèche de bois. Ce dispositif est signalé par un oculus de passage de cloches, un arc doubleau renforcé à la travée correspondante, ainsi que par un meilleur contrebutement : Pionnat, Ladapeyre, Sainte-Feyre, Genouillat, Grand-Bourg, Meymac, Malemort, Paulhac, Roche-L’Abeille, Saint-Yriex ou Ussel. La construction de ces églises modestes n’a en effet pu mobiliser suffisamment de richesses pour espérer une souche de clocher en pierre. Mais, en dehors de cet aspect économique, cela ne renforce guère la place de la Marche quant à l’utilisation d’éléments charpentés. En effet, il s’en trouve 6 en Marche et 5 dans la partie méridionale du diocèse. Bien qu’il s’agisse là d’un recensement non exhaustif, cela peut recouvrir une part de la réalité architecturale. En ajoutant les édifices à simple flèche de bois à ceux qui en possèdent une sur une souche de pierre, nous obtenons 32 édifices répartis de la manière suivante : 18 en Marche et 14 dans la partie méridionale du diocèse. En tenant compte de la faible présence des clochers à flèche de pierre en Marche, il faut considérer que le nord du diocèse de Limoges est plus réceptif aux charpentes. Les réalités du bas Moyen Âge renforcent cette impression.

Limousin et Marche aux XIVe et XVe siècles

Des édifices religieux fortifiés au XIVe siècle

122Dans la seconde moitié du XIVe siècle et la première moitié du XVe siècle, la fortification des églises constitue un point incontournable de l’étude à cause de la présence de combles* aménagés. En fonction de ce contexte, plusieurs dizaines d’églises sont concernées : Allassac, Collonge-la-Rouge, Compreignac, Eymoutiers, Le Dorat, Saint-Germain-les-Belles, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Robert et Uzerche en Limousin ; Ajain, Azat-le-Ris, Bonlieu, Bonnat, Champagnat, Champsanglard, Genouillat, Glénic (fig. 44), Gouzon, Guéret, Jarnages, Jouillat, Moutier-d’Ahun, Paulhac, Roches, Sainte-Feyre, Saint-Hilaire-la-Plaine, Lupersat, Mouroux, Noth, Saint-Dizier-Leyrenne, Saint-Sulpice-le-Dunois ou Saint-Vaury en Marche.

44 - Glénic (Creuse), église paroissiale, le chevet roman et ses fortifications, toit à fortes pentes, charpente du XVe siècle.

123Nécessairement, de telles dispositions architecturales impliquent de sérieuses modifications des combles*, aménagés à Collonges-la-Rouge. À Saint-Léonard-de-Noblat, les parties hautes du chevet sont surélevées, tout comme les murs de la nef. Les toitures semblent avoir été basses à tuiles creuses. Le pignon du XIIIe siècle, en revanche, indique une pente forte : charpente disparue ou pignon masquant une toiture basse ( ?). La fortification intervient ensuite à la fin du XIVe siècle ou au début du XVe siècle et une nouvelle toiture plus vaste est montée sur la nef.

124Pour l’église d’Ajain, la situation archéologique est complexe. L’édifice du XIIIe siècle est fortifié à la fin du XIVe siècle. La charpente du XIIIe siècle est connue par les vestiges d’un pignon en chevet : pentes à 47°. La charpente actuelle est soignée, au contraire des éléments de fortification (Phalip 1978). Les chevrons-formantfermes* subsistent et correspondent à 20 entraits (8 m) dont la section évolue entre 20 cm et 22 cm : bois d’aubier* en arête ; contreventement* par jambettes et des aisseliers, faux-entrait ; contreventement* longitudinal par panne de sous-faîtage, panne faîtière*, croix de Saint-André et poinçons courts, assemblage en sifflet. Tout comme à Saint-Pourçain, la fortification et la reconstruction des charpentes semblent se suivre de manière rapprochée. La parenté est renforcée par l’adoption de pentes accentuées pour l’église d’Ajain (fig. 45), 57°, ce qui correspond au schéma connu en Bourbonnais. L’édifice, particulièrement consommateur de bois d’œuvre, doit être placé dans le cadre de défrichements tardifs.

45 - Ajain (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, charpente du XVe siècle, chevrons-formant-fermes, coupe axonométrique.

125L’église de Glénic est également très parlante dans ses dispositions (fig. 46). L’édifice roman est surélevé en vue de sa fortification (fin XIVe siècle ?). Cet ensemble a été pourvu d’une vaste charpente au XVe siècle. La nef romane recevait ses matériaux de couverture directement sur les reins des voûtes : pentes à 25°, tuiles creuses (corniche conservée). Ultérieurement, une terrasse maçonnée, dotée d’un parapet, de tours et tourelles, est établie sur la partie romane. En extrémités est et ouest, deux hauts pignons sont élevés pour supporter une charpente à combles* hauts : pentes à 55°, sablières, chevrons-formant-fermes*, poinçons, faux-entrait, panne faîtière* et de sous-faîtage, jambettes et aisseliers, coyau formant égout retroussé, croix de Saint-André.

126D’autres églises fortifiées ne possèdent plus leurs charpentes d’origine mais elles en ont conservés des témoins. Ce sont les églises de :
Roches : solin d’une charpente à comble* bas (30°) ;
Jouillat possède une abside romane, ainsi qu’une nef gothique du XIIIe siècle. L’ensemble est fortifié : pentes de toiture évaluée à 45° en pignon, 20° en partie romane ;
Bonnat : édifice du XIIIe siècle aux murs pignons reconstruits, pente à 45° environ ;
Jarnages : romane, remaniée ensuite, chevet fortifié doté d’un pignon, pentes à 50° ;
Genouillat : traces d’un ancien pignon (35°) ;
Sainte-Feyre : elle date du XIIIe siècle : pignons modifiés et pentes inclinées à 45°. Au XVIe siècle au plus tôt, les charpentes sont de nouveau modifiées.

46 - Glénic (Creuse), église paroissiale, chevet roman fortifié à la fin du XIVe siècle et couvert d’une charpente à chevrons-formant-fermes (XVe siècle).

Des charpentes modifiées au XVe siècle

127En définitive, sur cet aspect et jusqu’à présent pour les églises fortifiées, les charpentes du XIIIe siècle peuvent être en partie conservées au bas Moyen Âge. Seuls les murs-pignons paraissent modifiés. Lorsque les murs gouttereaux sont surélevés (Jouillat), la charpente antérieure est sans doute démontée pour la réinstaller au-dessus. Dans ce cas seulement, les pentes de toiture respectent les pentes connues au XIIIe siècle (autour de 45°). En revanche, lorsque les charpentes et pignons sont modifiés, les pentes de toiture dépassent les 50°, pour atteindre les 60° connus en Bourbonnais. Néanmoins, cela ne signifie pas leur systématisation. Bien des églises fortifiées semblent n’avoir jamais possédé que des toitures à pentes faibles : Le Dorat, Azat-le-Ris, Compreignac. Il reste à le vérifier pour des églises non fortifiées dont les parties supérieures subsistent comme à Vigeville (fig. 47), Chambon-sur-Voueize, Anzême, Paulhac, Saint-Avit-de-Tardes, Pallier, Évaux, Pionnat, Bellac, Bersac, Eymoutiers, Felletin, Mortemart, Saint-Angel, Tarnac et le Trucq.

47 - Vigeville (Creuse), église paroissiale du XIIe siècle, vue générale prise du nord, combles hauts et charpente à chevrons-formant-fermes datant du XVe siècle.

128Vigeville : église romane remaniée. Le chevet plat conserve l’ancien pignon (XIIe siècle) à pentes basses supposant l’usage de tuiles creuses (fig. 48). La nef était primitivement charpentée. Au XVe siècle, elle est voûtée d’ogives. Des poutres sont posées à la période moderne, afin de servir de tirants (dispositif analogue en Auvergne : Jussat (commune de Randan), Saint-Vert, Leyvaux et Brousse). Au XVe siècle, le mur pignon de chevet est modifié pour correspondre à la nouvelle charpente : rampants à 45°, entraits de 6,50 m, chevrons-formant-ferme*, sablières jumelées à jambettes, faux-entraits à aisseliers, panne de sous-faîtage, panne faîtière* et croix de Saint-André, poinçons.

48 - Vigeville (Creuse), église paroissiale du XIIe siècle, vue du pignon de chevet, solin de toiture à pentes basses modifiés au XVe siècle.

129Chambon-sur-Voueize (fig. 49) : plusieurs ensembles sont à prendre en compte, la charpente de la nef, celle de la tour de croisée et celle de la tour-porche. La charpente de la nef est d’une étude complexe. Des relevés de Darcy, publiés dans l’ouvrage de Louis Lacrocq, montrent cette nef couverte d’une charpente venant directement s’appuyer contre la face est de la tour-porche et la face ouest de la tour de croisée. Or, actuellement, cette charpente se termine à ses deux extrémités par des croupes ne masquant pas les ouvertures des deux clochers. Il semble que ce soit là le résultat des restaurations du XIXe siècle (1895). La charpente primitivement visible est à chevrons-formant-fermes* dotés d’entraits de presque 9 m, blochets et entretoises en sablières, contreventement* transversal par jambettes et aisseliers, faux-entraits, contreventement* longitudinal assuré par une panne de sous-faîtage, panne faîtière*, croix de Saint-André et poinçons délardés (bases et chapiteaux), entraits chanfreinés, bois sciés peu corrigés à l’herminette*, bois peu gercés et crevassés, pentes à 57°. Aux deux extrémités, les charpentes des clochers datent également du XVe siècle : enrayures*, système de hourds, croix de Saint-André et pièces courbes.

49 - Chambon-sur-Voueize (Creuse), abbatiale, nef, coupe longitudinale de la charpente à chevrons-formant-fermes du XVe siècle.

130Évaux : charpente visible jusqu’à son incendie en 1942 (Andrault-Schmitt 1991) ; édifice roman reconstruit au XVe siècle, entraits d’environ 7,50 m, pentes à 55°, chevrons-formant-fermes*, charpente apparente à lambris ( ?), solins inclinées à 55° environ.

131Anzême : elle date du XIIIe siècle. L’ancien pignon est conservé en chevet, pentes à 40° environ modifiées au bas Moyen Âge, pour aboutir à une pente de 45°/50°.

132Paulhac : elle date du XIIIe siècle et n’a été modifiée que pour la première travée de sa nef ; pentes inclinées à 47° environ ; chapelle Saint-Fiacre du XVe siècle aux pans inclinés à 55° environ.

133Saint-Avit-de-Tardes : elle date du XIIIe siècle. Ses parties hautes ont été remaniées au XVe siècle : toitures à fortes pentes (50°).

134Pallier : l’église date du XVe siècle et conserve en chevet les traces de son ancien pignon dont les pentes sont inclinées à 55°.

135Pionnat : édifice de la seconde moitié du XIIIe siècle. Le pignon oriental n’a pas été modifié, mis à part le contrebutement (1780), pentes à 45°/50° (fig. 50). Une chapelle seigneuriale a été élevée au XIVe siècle. Son ancienne toiture était basse (22°).

50 - Pionnat (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, chapelle seigneuriale du XIVe siècle ; solin de toiture modifié au XIXe siècle.

136Bellac : romane à l’origine. Au XIIIe siècle, l’édifice est agrandi et ses toitures sont modifiées ; ancien mur-pignon visible en chevet (40°). Ultérieurement, aux XIVe et XVe siècles, les pentes sont surélevées (45°).

137Bersac : elle date en partie du XIIIe siècle, tout en étant modifiée au XVe siècle. Les couvertures n’ont jamais comporté d’autres matériaux que des tuiles creuses.

138Eymoutiers : romane, mis à part son chevet reconstruit au milieu du XVe siècle ; pignon roman conservé, pentes inclinées à 30°, non modifiées par la suite.

139Felletin : église du Moutier, romane à l’origine, reconstruite entre 1451 et 1480, vestiges d’un pignon roman aux pentes faibles, parties hautes modifiées au XVe siècle, les murs-pignons sont alors inclinés à 60°. Notre-Dame-du-Château est construite dans le dernier tiers du XVe siècle ; entraits de 15 m (mesures connues en Bourbonnais), toiture inclinée à 55°, égouts retroussés.

140Les Augustins à Mortemart : église construite au milieu du XIVe siècle, toiture à deux pans inclinée à 30°, comme l’indique le mur-pignon de façade occidentale.

141Saint-Angel : reconstruite aux XVe et XVIe siècles ; rampants de pignons et charpente inclinés à 60°.

142Tarnac : romane à l’origine et remaniée à la fin du XVe siècle. L’ancienne pente de toiture est encore visible en pignon du bas-côté nord (45°).

143Bonlieu (Peyrat-la-Nonière) : abbatiale cistercienne consacrée en 1232 (Phalip 1978). Son chevet est couvert de tuiles creuses (remplois sous corniches), tandis que la nef à la toiture plus pentue (berceau brisé) est couverte de tuiles plates (remplois en chevet). En 1421, l’ensemble est fortifié grâce à une tour encore couverte de sa charpente moderne à enrayures*, poinçons, pannes faîtières* et sous-faîtage, croix de Saint-André, pannes entre fermes principales, échantignolles*. Le mur est de cette tour conserve les solins de la charpente couvrant primitivement la nef (autour de 60°).

144Trucq (La Courtine) : église couverte de chaume jusqu’en 1995. Datant du bas Moyen Âge (XIVe ou XVe siècle), elle possède une nef unique à chevet plat ; pente de toitures à 40°. Plusieurs autres sanctuaires de la montagne limousine sont signalés couverts de chaume au XIXe siècle (Parel 2003). Le chaume est utilisé aux XIVe et XVe siècles en Haute-Auvergne pour de petites maisons-fortes (La Roche-Hubert, Le Chatelet d’Antignac).

145À en juger par cette série d’exemples, la situation paraît assez diversifiée. Au XIIe siècle, les églises du diocèse hésitent entre les matériaux de couverture posés sur les reins des voûtes, mais tendent à l’adoption des combles* bas plus efficaces pour lutter contre les infiltrations. Pour ce siècle, une limite architecturale est néanmoins parfaitement perceptible entre le sud du Limousin, où règne la tour seigneuriale et la Marche où le donjon résidentiel domine. Cette indication coïncide d’une part avec la situation rencontrée en Auvergne et trouve, d’autre part, ses prolongements au XIIIe siècle. Si la partie méridionale du Limousin hésite encore à l’emploi des combles* inclinés à 45°, la partie nord — Marche — adopte ce parti supposant des combles* hauts. Par ailleurs, les clochers entièrement bâtis en pierre sont méridionaux, tandis que les flèches charpentées sont plutôt utilisées dans le nord du diocèse. De même, les auvents, déjà trouvés en Bourbonnais, caractérisent de nombreux portails marchois.

146Au bas Moyen Âge, de nombreux édifices sont construits, remaniés ou fortifiés. Malgré les difficultés de l’étude, plus d’une vingtaine d’églises possède encore des dispositions signifiantes. Une bonne moitié adopte les combles* hauts fortement pentus (60°). Parmi ces églises, l’immense majorité concerne la Marche (10) et le restant la partie sud du diocèse (3). Ces chiffres n’ont bien sûr qu’une valeur toute relative. Néanmoins, par-delà les réalités de la conservation, jouant de manière égale pour l’ensemble des édifices médiévaux et les lacunes de la documentation, nous sommes convaincus de l’existence d’un phénomène spécifique aux régions les plus septentrionales (Marche, Bourbonnais). Ainsi, au XVe siècle, les pentes intermédiaires à 45° environ sont abandonnées ou touchent une minorité d’églises (2 au sud et 1 en Marche). Enfin, les 7 églises restantes adoptent des combles* bas à pentes faibles (inférieures à 30°). Elles se répartissent également entre le nord (4) et le sud du diocèse (3). La tendance la plus forte évidemment est celle de l’existence de hautes charpentes à chevrons-formant-fermes* qui se vérifie dans le cadre de l’architecture castrale.

Les châteaux et logis nobles

147Une multitude de châteaux et maisons-fortes est susceptible de prendre place ici. Néanmoins, les charpentes ou les parties hautes ont été refaites dans leur immense majorité. Des traces de solins et de rares charpentes nous aident pourtant à mieux comprendre les évolutions de ces deux derniers siècles du Moyen Âge : Bourganeuf (logis et tour Zizim, 60°), Boussac (charpente), Chalucet (logis, solin, pignons), Chamborant, Chiroux (Peyrat-la-Nonière, charpente, 55°), Curemonte (solins et pignons) Etang-Sanne (Peyrat-la-Nonière, pignon, 60°), Guéret (château des Comtes de la Marche, 1470/1475, 1510/1520), Jouillat, La Saunières (château du Théret, 55°), La Souterraine (Porte Saint-Jean), Lavaufranche (charpente), Le Ligondeix (pignons), Le Palais (charpente effondrée après 1980), Montaigut-le-Blanc, Montbrun, Naillat, Obazine (logis, pignons), Pompadour (pignons), Pontarion, Saint-Maixant (60°), Villemonteix (60°) (Barrière 1986). Pour l’essentiel, malgré les remaniements, ces logis gardent les traces de toitures aux pentes fortes, 50°/60°. Seuls les logis seigneuriaux les plus méridionaux (Montbrun) possèdent des toitures à combles* bas couverts et tuiles creuses.

148Le château de Boussac possède sa haute charpente à chevrons-formant-fermes* : logis à murs de refends, sablières jumelées à jambettes, contreventement* par pannes de sous-faîtage et pannes faîtières* à croix de Saint-André, faux-entraits, aisseliers, pentes à 60°.

149La commanderie de Lavaufranche possède une partie de ses combles* du XVe siècle : chevrons-formant-fermes*, sablières jumelées à jambettes ; contreventement* transversal par aisseliers, faux-entraits ; contreventement* longitudinal par pannes de sous-faîtage, pannes faîtières*, croix de Saint-André, pentes à 60° (Mousson 1981, p. 81).

150Qu’il s’agisse d’églises ou de logis nobles, les tendances générales sont alors identiques à celles connues en Auvergne et Bourbonnais. La partie sud du Limousin trahit pourtant une situation plus diversifiée dès le XIIe siècle, bien que les aspects méridionaux dominent encore. Tout comme en Haute-Auvergne, ce sont alors les mêmes mesures d’économie de boisages. Néanmoins, la largeur de quelques édifices et la présence de charpentes à combles* bas appellent des remarques. Tout en se situant en cohérence vis-à-vis des pays méridionaux, ces nuances impliquent un changement des paysages forestiers. Ces derniers produisent des grumes* plus longues, que l’on hésite moins à employer pour les plus grands édifices. Leurs modules moyens utilisés s’en ressentent nécessairement, sans toutefois bouleverser l’impression dominante d’ensemble. Au XIIIe siècle, le phénomène de différenciation s’accentue pour s’adapter aux voûtes d’ogives impliquant l’usage de combles*, mais aussi parce que cela semble correspondre à un réel besoin pour des moyens en bois d’œuvre disponibles. Ces pièces, plus longues et de section importante, signalent des possibilités que n’offre pas la Haute-Auvergne. Là où l’évêque de Clermont utilise les dernières opportunités des forêts du bailliage des « Montagnes d’Auvergne », la partie sud du Limousin ne traduit pas les mêmes pénuries aggravées, tout en étant économe.

151Par ailleurs, la partie centrale du diocèse de Limoges est à mettre en relation avec la situation connue en Basse-Auvergne. L’affirmation des éléments charpentés se fait plus nette et témoigne de réalités forestières différentes. Les marques d’hésitations se multiplient. Dès qu’un édifice est modifié ou reconstruit, de nouvelles normes s’imposent peu à peu. Les matériaux de couverture disposés directement sur les reins des voûtes disparaissent au profit de combles* bas, puis de combles* inclinés à 45° en moyenne. C’est dans la Marche que l’évolution est la plus claire et parallèle à celle constatée en Bourbonnais. Les solutions romanes sont abandonnées et les églises adoptent désormais les combles* inclinées à 45°. Au XIIIe siècle, les auvents sont également plus nombreux, tout comme les flèches charpentées. Parallèlement, les tours seigneuriales étroites sont remplacées par des donjons intermédiaires plus vastes. Non seulement les possibilités en bois d’œuvre sont plus importantes, mais ce sont également des besoins qui les guident. Les combles* bas couverts de tuiles creuses ne semblent plus remplir leur office avec suffisamment d’efficacité. Les tuiles plates et essentes* de bois prennent leur place, tout en signalant une évacuation des eaux de pluies rendue plus rapide, grâce aux pentes accentuées. Un fait n’est pas totalement à nier quant à l’origine de ces changements. La Marche, tout comme le Bourbonnais, sont des régions en contact avec les pays septentrionaux. Ainsi, la confusion des parlers se traduit-elle par l’existence du « croissant linguistique ». À tous les points de vue, malgré les résistances, ces deux petites provinces sont intégrées plus facilement et plus tôt, au domaine royal. Aussi, dans ce cadre, les combles* hauts traduisent également une perméabilité plus importante aux cultures architecturales des pays du Nord. Cependant, il s’agit aussi d’un résultat dépendant de facteurs géographiques et climatiques, comme de réalités forestières différentes.

152Au XVe siècle, les faits constatés s’accentuent. Si les toitures à pentes fortes existent dans le sud du diocèse de Limoges, elles caractérisent plus encore la Marche. De plus hautes charpentes viennent remplacer celles du XIIIe siècle, tout en adoptant maintenant des pentes à 60° en moyenne. En revanche, si les modules moyens tendent à l’allongement, les plus grandes longueurs connues en Auvergne sont rarement dépassées. Onze mètres constituent une limite rarement franchie, pour les pièces, comme pour les grumes* et les fûts. Par contre, les quantités de bois d’œuvre utilisées sont plus importantes dès le XIIIe siècle. Parallèlement, ce phénomène, limité en Basse-Auvergne, prend de l’ampleur en Bourbonnais et se cale sur la situation connue en Marche. Le Limousin, plus riche en forêts exploitables dès le XIe siècle, se conforme néanmoins à un schéma valable en Auvergne.

153Une situation de pénurie de bois d’œuvre, impliquant alors des mesures d’économie de boisages au XIIe siècle, s’impose à l’Auvergne, ainsi qu’au Limousin. Les pentes de toiture sont basses (20° à 35°), les combles* rares. Toutefois, quelques réalisations exceptionnelles permettent de nuancer le tableau. Dès le XIe siècle, de larges nefs sont charpentées à Ébreuil, Souvigny, Évaux, Chambon-sur-Voueize ou Saint-Léonard-de-Noblat. Majoritairement, elles sont situées dans des régions forestières et dans les parties les plus septentrionales des régions étudiées. Au XIIIe siècle, la pénurie est toujours de règle en Haute-Auvergne et les faits la signalant se retrouvent jusqu’à Issoire en Basse-Auvergne. En Limousin, la situation est plus contrastée et les hésitations dominent. Plus on progresse vers le nord du diocèse, moins les hésitations jouent. Les combles* hauts sont adoptés pour des pentes atteignant 45°. Dans l’ancien diocèse de Clermont, les combles* bas apparaissent en Basse-Auvergne pour les édifices religieux. Mais, c’est seulement dans le nord du diocèse et en Bourbonnais que s’imposent plus franchement les combles* hauts et les pentes accentuées à 45°.

154Enfin, au bas Moyen Âge et particulièrement au XVe siècle, les restrictions jouent moins. La Haute-Auvergne et le sud du Limousin sont touchés conjointement par l’usage de combles* hauts et de pentes accentuées à 60°. Cela ne se fait toutefois pas sans nuance ou contraste, vis-à-vis des parties les plus septentrionales de ces diocèses utilisant plus franchement les combles* hauts. Enfin et ce n’est sans doute pas seulement dû aux hasards de la conservation, les charpentes les plus nombreuses sont toutes situées dans la Marche et en Bourbonnais. Les pénuries ne jouent plus pour les régions les plus septentrionales. Cela ne peut être fortuit.

155À elle seule, la présence de forêts n’explique pas tout, à moins d’imaginer une sorte de désert forestier au sud et une vaste futaie* au nord. Des massifs forestiers sont présents au sud. Cependant, pour une même essence, les sols et reliefs ne donneront pas les mêmes bois d’œuvre. Les fûts disponibles en Haute-Auvergne sont sans doute plus courts et bas-branchus, tandis que ceux exploités en Marche sont plus longs et haut-branchus. De même, évidemment, les montagnes ne produiront pas les mêmes bois que les plaines. En fait, mises à part ces caractéristiques forestières, des conditions climatiques mouvantes semblent jouer. Il faudra également ajouter à ces paramètres celui de la qualification des artisans (le paysage perçu étant à l’origine de spécialisations renforcées ou modifiées) évoluant dans un contexte culturel et économique précis. Nous pouvons prendre conscience de situations analogues dans les régions périphériques à celles où nous sommes restés attachés jusqu’à présent.

Les zones périphériques

En Périgord

156Plusieurs dizaines de tours seigneuriales étroites confortent la géographie déjà mise en valeur. Les plafonnements ou cintres de voûtes sont de faible portée. Pour les édifices religieux, nous ne pouvons reprendre ici la question des nefs à enfilade de coupoles. Leur emploi traduit un désir d’économie de boisage pour les cintres. Le tas-de-charge* est alors largement utilisé pour les pendentifs, tout comme pour les premières rangées de moellons en sommiers.

157La Chapelle-Robert : l’église possède des caractéristiques connues en Auvergne. Au sommet de ses murs gouttereaux et sans correspondance avec les trous de boulins, d’autres trous sont ménagés sous la gouttière, afin d’améliorer le séchage des reins des voûtes. Cette technique se retrouve également en Guyenne pour les églises romanes de Cornemps, Monsempron et de Saint-Front-la-Lémance.

158Saint-Amand-de-Coly : la construction intervient dans le deuxième tiers du XIIe siècle, tandis que la fortification date de la fin de ce siècle. Les espaces voûtés de berceaux brisés, d’une coupole sur pendentifs et d’une voûte d’ogives, possèdent des combles* : solins de 45°/50°, entraits d’une dizaine de mètres, cintres de 6 à 8 m. Ces portées peuvent surprendre, néanmoins, dans l’ensemble du diocèse les coupoles sur pendentifs sont la règle et indiquent des préoccupations allant dans le sens d’économies de bois. Ainsi, à Périgueux, l’ancienne cathédrale nécessitait des cintres de plus de 13 m. Le cas est explicable. Pour les boisages temporaires, le dédoublement est habituel (poteaux intermédiaires) ce qui réduit d’autant la portée réelle (2 x 6,50 m). Enfin, pour l’essentiel, les largeurs de nefs s’établissent entre 5 et 8 m, ce qui donne les moyennes auvergnates et limousines.

159Souillac : des pierres calcaires plates couvraient l’extrados des coupoles. Elles étaient masquées par une couverture en tuiles creuses. À Artonne en Auvergne, c’était l’inverse.

160Trémolat : édifice roman remanié au bas Moyen Âge, solin à 60° en clocher.

161Paunat : tour-porche contrebutée par un logis plus tardif (fin XIIIe/XIVe siècle), solins à 55°.

162Cadouin : clocher charpenté à beffroi, pentes romanes à 35°, solins de toiture élevés à 45°/50° (XIIIe siècle), puis à 60° (XVe siècle). Cette dernière église nous aide à comprendre les situations précédentes. De façon précoce, les pentes basses sont abandonnées à Saint-Amand-de-Coly (46°), pour leur préférer des pentes plutôt communes au XIIIe siècle (45°/50°). À Trémolat, le solin indique une charpente (60°) vraisemblablement édifiée au XVe siècle. Ces tendances sont présentes à Paunat (55°) à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle. Les pentes visibles à Cadouin (35° à la période romane, 45°/50° au XIIIe siècle, plus de 60° au XVe siècle) s’insèrent parfaitement dans le cadre reconnu.

En Berry

163Deux édifices aident à mieux cerner les problèmes. L’église de Fongombault possède ses anciennes pentes de toitures bien visibles en chevet. Elles sont inclinées à 40°. En revanche, les modifications du XVe siècle montrent des solins pentus à 60° environ protégeant une charpente un peu moins élevée. L’église de Châteaumeillant est romane, mais elle a été reconstruite en partie au XVe siècle. La nef est couverte d’une charpente à chevrons-formant-fermes*, dont seuls les entraits sont visibles : cintres romans de 5,50 à 6 m, entraits du XVe siècle de 8 m, pentes romanes à 40° environ, de 50° au XVe siècle.

En Poitou

164L’église romane de Saint-Savinien de Melle possède des solins à pentes faibles. De tels solins sont également visibles à l’église Saint-Hilaire de Melle (20°). Au XVe siècle, une charpente à combles* hauts est édifiée (60°). Cette évolution est là encore commune à la région. Au XIe siècle, en Poitou, les églises sont — pour l’essentiel — couvertes de charpentes apparentes. Celles de Saint-Hilaire de Poitiers et Nouaillé avaient une portée d’entraits considérable et il existerait des vestiges d’une charpente de cette période à Ingrandes dans la Vienne. Au XIIe siècle, les extrados de voûtes sont régularisés avec de la terre ou des gravats pour y poser les matériaux de couverture. Pour l’église Saint-Savinien de Melle, la couverture de pierres calcaires plates a été retrouvée sous la couverture de tuiles creuses, tout comme à Souillac en Périgord.

165Le Périgord, le Berry, le Poitou, la Vendée ou même la Saintonge restent en-deçà de la limite Nantes/Bourges/Dijon. Malgré les inévitables nuances, ces régions se rapprochent des situations rencontrées en Massif Central. Au XIIe siècle, les pentes sont basses et tendent à s’accentuer ensuite. Des phénomènes similaires, constatés en Val-de-Loire et Touraine, trouvent surtout leur confirmation en Anjou et Maine.

Des situations plus éloignées

En Val-de-Loire et Touraine

166Les pentes basses à tuiles creuses n’y existent plus. Les versants de toiture s’inclinent à 40°/45° pour s’adapter aux tuiles plates et aux ardoises dès la période romane. C’est-à-dire que les régions situées au nord de la limite Nantes/Bourges/Dijon sont acquises aux pentes moyennes impliquant de vastes combles* et des charpentes. Ainsi, les églises romanes de Lavardin, Montoire, Rivière, Corméry, Tours (Saint-Martin, clichés 1884, 30° au XIIe, 50° ensuite), Beaulieu-les-Loches, Tavant, La Riche (Saint-Côme), Le Liget, Parçay-sur-Vienne (35°), Beaugency, Saint-Benoît-sur-Loire ou Saint-Aignan-sur-Cher, possèdent de telles pentes moyennes. Celles-ci sont parfois modifiées au XVe siècle, sans que l’on ait de témoins pour le XIIIe siècle.

En Anjou

167On y trouve plusieurs édifices particulièrement signifiants : Savennières, Restigné, Bourgueil, Bazouges-sur-Loire, Fontevraud, Saint-Martin et l’abbatiale du Ronceray d’Angers.

168Savennières : nef préromane remaniée au XIIe siècle (Mallet 1984). L’ensemble est repris et complété au XVe siècle ; rampants de pignon inclinés à 40° sans modification jusqu’au XVe siècle, puis modification à plus de 60°. Le chœur et l’abside sont des constructions romanes voûtées. La nef est charpentée : chevrons-formant-fermes*, berceau brisé lambrissé, entraits à poinçons visibles.

169Restigné : nef romane large de 9 m. Au XVe siècle, les parties hautes et toitures sont reprises. En façade, les limites d’un ancien pignon roman sont visibles ; pente à 50°. Au XVe siècle, l’ensemble est repris pour une nouvelle charpente : pente à plus de 60°, chevron-formant-fermes*, faux-entrait, aisseliers, jambettes, poinçon.

170Bourgueil : façade proche de celle de l’église de Restigné, ancien pignon incliné à 50°, nouvelle charpente établie au XVe siècle (58°).

171Bazouges-sur-Loire : trace d’un ancien pignon en bras de transept sud. Les maçonneries romanes ont été modifiées au bas Moyen Âge (60°).

172Saint-Martin d’Angers : en façade, un dessin ancien publié par Jacques Mallet montre un pignon aux pentes basses, modifié pour l’adapter à une toiture aux fortes pentes (XVe siècle) ; chevrons-formant-fermes*, berceau lambrissé. Les combles* gardent la trace de plusieurs solins ; solin primitif à combles* bas (35°), solin du XVe incliné à 50°.

173Fontevraud : la façade du bras sud du transept de l’abbatiale montre un solin bas du XIIe siècle (35°), un solin intermédiaire du XVe siècle (52°) et un solin haut datant du XVIe siècle (55°).

174Abbatiale du Ronceray d’Angers : édifice roman du XIe siècle gardant des traces de solins dans les parties hautes, à la liaison entre le mur gouttereau sud et le bras sud du transept ; solin ancien incliné à 19°, pentes modifiées à 50°/55°.

175D’autres églises comportent quelques éléments isolés. Celle de Viel-Baugé possède les traces d’un pignon intégré dans le chevet du XVe siècle. La nef, large de 8 m, était charpentée pour des pentes inclinées à 25°/30°. La charpente actuelle est inclinée à 45°/50°. L’église de La Roé garde un pignon roman incliné à 50°. L’église de Vernoil-le-Fourier semble garder un pignon roman (50°) en extrémité de bras de transept sud. La reconstruction au XVe siècle accentue les pentes à 60°. L’église d’Antoinié possède un mur-pignon de façade non remanié depuis la période romane : pentes inclinées à 45°.

Dans le Maine

176À peine plus au nord de cette dernière région, le Maine révèle au moins deux édifices dont les éléments sont utilisables : la cathédrale du Mans et Notre-Dame de Pritz, près de Laval. La cathédrale du Mans possède une nef romane remaniée au XVe siècle. La façade possède encore son ancien pignon roman aux pentes inclinées à 45°/50°. Au XVe siècle, l’inclinaison passe à 60°. L’église de Pritz est romane et la trace d’un pignon d’origine est visible en chevet : pentes à 40° environ. Au XVe siècle, la charpente est remplacée pour une inclinaison à 50°.

En Normandie

177Autre exemple des pays septentrionaux, l’ensemble de Jumièges en Normandie.

178Saint-Pierre de Jumièges : fortement remaniée au bas Moyen Âge. L’ancien pignon, aux versants inclinés à 40°, est remplacé pour correspondre à la nouvelle charpente, dont les pans sont à 60°.

179Notre-Dame de Jumièges : la façade occidentale montre un pignon roman à 40° environ, puis des remaniements pour des pentes à 60°. La tour de croisée recèle les traces de trois solins : le plus bas à 30° environ (XIe siècle), celui intermédiaire à 40° (XIIe siècle ?), le dernier incliné à près de 60° (XVe/XVIe siècles).

180Nous pourrions multiplier les exemples pour d’autres régions, ce qui ne ferait que confirmer les premières indications. Différents sondages réalisés en Alsace, Lorraine, Picardie, Champagne ou même Bourgogne vont dans ce sens. En France du Sud-Ouest, les tendances sont identiques. Néanmoins, en reprenant l’ensemble des données disponibles, quelques constantes doivent nous alerter.

181En prenant en compte les logis seigneuriaux et les édifices religieux, les pays méridionaux restent majoritairement fidèles aux pentes basses. Y compris aux XVe et XVIe siècles, les combles* ne se développent pas et les toitures sont adaptées soit aux tuiles creuses, soit aux matériaux posés — rarement fixés — sur les planches ou voliges*. La grande différence notable réside dans l’utilisation progressive de charpentes permanentes, s’ajoutant aux cintres temporaires. Cette évolution est perceptible dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Un parti architectural « français » s’impose alors peu à peu et nécessite des combles*. C’est pourtant aux XIVe et XVe siècles que des changements plus radicaux interviennent, notamment grâce aux églises construites selon les règles du « gothique méridional » (nefs larges, arcs diaphragmes). Enfin, au XVIe siècle, une nouvelle période de fortification modifie profondément l’aspect extérieur de ces constructions en rehaussant les combles* pour constituer des réduits aux parapets crénelés. Même en résumant sévèrement ces réalités, nous devons prendre conscience de deux aspects. Premièrement, les pentes de toiture ne sont pas modifiées car elles sont particulièrement bien adaptées aux conditions climatiques et précipitations habituelles. Deuxièmement, le bas Moyen Âge autorise une utilisation de bois d’œuvre, certes limitée, mais bien perceptible à cause de la consommation plus importante de cintres et de pièces servant à réaliser les charpentes à ferme-vraie*.

182Les premiers changements importants sont situés dans le Massif Central. La Haute-Auvergne ne traduit pas de modification fondamentale avant le XVe siècle. La Basse-Auvergne est plus divisée. Sa partie sud connaît une situation équivalente à celle de la Haute-Auvergne. Sa partie nord connaît un changement à partir du milieu du XIIIe siècle, tout comme en Bourbonnais. Les besoins en bois d’œuvre se font sentir du fait de l’adoption de combles*, dont les pentes de toiture sont inclinées à 45°, au détriment des précédentes pentes basses (20°/30°). Au XVe siècle, le phénomène s’accentue encore au profit de combles* hauts aux pentes très fortes inclinées à 60°. Dès lors, mise en rapport direct avec les possibilités du couvert forestier, une possible modification climatique est à prendre en compte, tout comme l’intégration de ces régions à l’aire culturelle septentrionale. Les précipitations plus fortes supposent alors une évacuation plus rapide des eaux de pluie, pour une situation presque identique en Limousin et Marche.

183Pour les Pays d’Ouest, les églises connaissent une situation simplifiée. Si la période romane et celle du bas Moyen Âge sont bien caractérisées, celle correspondant approximativement au XIIIe siècle apparaît moins clairement. La faiblesse de la documentation en est sans doute la cause. Lorsqu’ils sont étudiés, les édifices du XIIIe siècle connaissent eux aussi des pentes moyennes. Cette dernière interrogation n’est toutefois pas totalement dénuée de sens, puisque les pays septentrionaux ne connaissent pas toujours une énorme variation de combles* entre le XIe siècle et le début du XVIe siècle. Pour la période la plus haute, les combles* semblent parfois bas, tout en adoptant dès le XIIe siècle les combles* intermédiaires, aux pentes inclinées à 40°/45°. Le décalage est donc important avec les régions situées plus au sud ne connaissant ces pentes qu’au milieu XIIIe siècle. Par la suite, la situation est plus classique avec une accentuation progressive des pentes jusqu’à 60°. Dans les pays septentrionaux, les éventuels changements climatiques ont pu être pris en compte plus tôt, car le couvert forestier le permettait. Les bois d’œuvre étaient disponibles pour réaliser les immenses charpentes couvrant les donjons résidentiels romans, vastes logis seigneuriaux et églises gothiques. Leur construction restera longtemps marquée par la limite Nantes/Bourges/Dijon. Chacun de ces chantiers va alors constituer un moment de formation privilégié pour les charpentiers accumulant les qualifications. Ajouté aux questions des paysages forestiers et des modifications climatiques, c’est un aspect technique à prendre en compte pour notre synthèse.

TOITURES, PENTES ET MATÉRIAUX
Sans reprendre la totalité des sites étudiés, il est simple de trouver une logique à cette typologie des pentes de toiture. Au XIIe siècle, en Limousin et en Auvergne, les toitures sont basses. Lorsque les matériaux de couverture ne sont pas posés directement sur les reins des voûtes, des charpentes à combles* bas portent les tuiles creuses, tegulæ/imbrices et lauzes*. L’unique différence, entre les parties nord de ces diocèses et leurs parties sud, réside dans la présence peut-être plus affirmée de nefs charpentées en Marche et Bourbonnais (Chambon-sur-Voueize et Ébreuil). Au XIIIe siècle, une nette distinction apparaît entre ces deux zones et les parties méridionales du Limousin et de l’Auvergne. L’essentiel des églises et logis, construits à ce moment-là témoigne d’une accentuation des pentes de toiture. De 20° à 35° au XIIe siècle, nous passons à 40°/45° dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Enfin, au XVe siècle, les pentes s’accentuent, jusqu’à atteindre 60° et plus. De manière aussi claire et régulière, cela n’affecte que la Marche et le Bourbonnais. Quelques nuances se trouvent bien ça et là, sans compromettre toutefois la remarque générale. En Haute-Auvergne, au XVe siècle, les pentes de toiture ne sont pas aussi franchement inclinées : Branzac (45°), Escorolles (45°/50°), Jaleyrac (50°), Marzes (55°), Merle (35°/40°), Messilhac (Raulhac, 53°), Naucase (Saint-Julien-de-Torsac, 50°), Pesteils (Polminhac, 34°), Tournemire (42°), Vieillevie (60°). La tendance est donc à l’accentuation, sans atteindre les 60°. En Basse-Auvergne, à la suite de la période romane, des évolutions sont également perceptibles, sans parvenir non plus aux 60° de pente. Au XIIIe siècle, les pentes tournent autour de 37° à Manglieu, 40° à Vauclair (Molompize), 18° à Ravel, 20° à Montferrand, 24° à Riom. Au XVe siècle, la majeure partie de la Basse-Auvergne répond encore au schéma de la toiture à combles* bas : La Chaise-Dieu (35°), Vic-le-Comte (63°, début XVIe siècle), Moulins (63°, début XVIe siècle), Clermont (60°, début XVIe siècle), Peyrusse-le-Château (24°), Montferrand (24°). Nous pourrions multiplier les exemples, ils ne feraient que traduire une certaine timidité à adopter les combles* hauts. L’Armorial de Guillaume Revel, malgré ses difficultés d’interprétation, renforce cette impression. Seule la partie nord du diocèse et le Bourbonnais se reconnaissent pleinement dans les hautes charpentes à pans accentués à 60° : Archignat (55°), Huriel (50°), Montaiguët-en-Forez (60°), Montluçon (60°), Saint-Désiré (59°), Saint-Pourçain-sur-Sioule (60°), Souvigny (60°), Trévol (50°), Fourchaud (Besson, 71°, XVIe siècle). Qui plus est, des charpentes du XVIe siècle brouillent en partie la situation. Si on les écarte de l’analyse, le tableau obtenu n’en est que plus clair. L’essentiel des « saintes chapelles » est situé au nord du diocèse et les charpentes de Vic-le-Comte ou de Clermont, sont bien tardives. En Limousin, les constats sont identiques. Les pentes, faibles à la période romane, tendent à s’accentuer au XIIIe siècle. Ce phénomène est clairement perçu dans le nord du diocèse (Marche), pour des églises bâties à partir du deuxième tiers du XIIIe siècle. À ce moment-là, plusieurs dizaines d’églises adoptent une toiture à deux versants inclinés à 45° en moyenne : Ajain (fig. 51), Bonnat, Blaudeix, Champsanglard, Chénérailles, Croix-au-Bost, Ladapeyre, Noth, Paulhac, Pontarion, Pionnat, Saint-Sulpice-Laurière, Sainte-Feyre, Vallière.... Au XVe siècle, bon nombre de ces charpentes est repris et remanié pour correspondre à la norme des 60° de pentes de toiture : Ajain, Glénic (fig. 52), Chambon-sur-Voueize, Évaux-les-Bains, Paulhac, Saint-Avit-de-Tardes, Felletin, Saint-Angel. À ce titre, plusieurs édifices gardent des traces particulièrement bien lisibles de cette évolution : Chéniers, Ajain, Vigeville (fig. 53), Glénic. À en juger par le nombre de charpentes correspondant à ce schéma, il faut chercher des explications en dehors du Massif Central. À la période romane, la majorité des constructions (églises, logis seigneuriaux et demeures) est couverte de toitures à pentes basses inférieures à 35°. Au XIIIe siècle, ces constructions connaissent une évolution marquée pour la Marche et le Bourbonnais, avec des pentes inclinées à 45°. Les parties méridionales du Limousin et de l’Auvergne sont peu concernées par l’augmentation de la pente des toitures. Enfin, au XVe siècle, la Marche et le Bourbonnais adoptent les pentes à 60°, tandis que le sud des deux diocèses reste en deçà de 50°.

51 - Ajain (Creuse), église paroissiale, chevet du XIIIe siècle restauré au XVe, la pente à 45° passe à 55.

52 - Glénic (Creuse), église paroissiale, chevet roman fortifié et couvert d’une charpente au XVe siècle, pentes basses et couvertures sur voûtes au XIIe siècle, pentes fortes et charpente à chevrons-formant-fermes au XVe siècle.

53 - Vigeville (Creuse), église paroissiale, chevet roman restauré au XVe siècle, pignon de combles bas et pignon de combles hauts.

Tout d’abord, les pays septentrionaux connaissent une évolution parallèle, de moindre ampleur. Au XIIe siècle, les pentes de toiture sont déjà inclinées à 45°/50°, comme il est possible d’en juger à partir des solins et pignons en place : Paris, Saint-Germain-des-Prés, 45° ; Paris, Saint-Pierre de Montmartre, 40° ; Chabris, 48° ; Chivy, 35° ; Noirlac, 42° ; Dijon (édifice civil), 43°. Nous ne pouvons citer ici les très nombreux édifices civils, mais bon nombre de granges est concerné par les pentes à 45° comme celles de Maubuisson, Warnavillers ou Heurteauville. Certaines d’entre elles datent du XIIIe siècle, tout en adoptant des pentes à 45° ; d’autres (Vaulerent) accentuent les pentes de leurs toitures pour atteindre 54° (Kirk 1994). Au XIIIe siècle, l’accentuation se vérifie pour tous les pays du nord : Hôpital de Tonnerre (fin XIIIe siècle), 58° ; salle synodale de Sens (milieu XIIIe siècle), 53° ; Notre-Dame de Paris (début XIIIe siècle), 55° ; Notre-Dame de Reims (deuxième tiers du XIIIe siècle), 65° ; Saint-Nicaise de Reims (Idem), 60° ; Noirlac (fin XIIe/premier tiers XIIIe siècle), 44° ; cellier de Noirlac (1240/1260), 52° ; Saint-Rémi de Reims (fin XIIe et XIIIe siècles), 52° ; Saint-Pierre-le-Guillard de Bourges (milieu XIIIe siècle), 52° ; Notre-Dame de Bourges (premier tiers XIIIe siècle), 57° ; Sainte-Chapelle de Paris (milieu XIIIe siècle), 60° ; Notre-Dame de Noyon (XIIIe siècle), 61° ; Pontigny (1200), 47° ; Saint-Martin-des-Champs à Paris (XIIIe siècle), 55° ; Notre-Dame de Mantes (début XIIIe siècle), 53° ; Notre-Dame de Meaux (début XIIIe siècle), 56° ; Notre-Dame d’Étampes (début XIIIe siècle), 54° ; Madeleine d’Auxerre (début XIIIe siècle), 56° ; Saint-Étienne d’Auxerre (1233), 58° ; Saint-Serge d’Angers (1210), 47° ; Saint-Jean d’Angers (XIIIe siècle), 46° ; Notre-Dame de Bayeux (début XIIIe siècle), 54° ; Salle des États Généraux de Blois (XIIIe siècle), 54° ; cathédrale de Sens (XIIIe siècle), 61° ; Saint-Pierre de Lisieux (premier tiers du XIIIe siècle), 55° ; Madeleine de Troyes (fin XIIe et XIIIe siècles), 56° ; Puiseaux (début XIIIe siècle), 56° ; cathédrale de Tours (seconde moitié XIIIe siècle), 65° (fig. 54).
Cette trentaine d’édifices construits, entre l’extrême fin du XIIe siècle et la fin du XIIIe siècle, possède des toitures inclinées à 54° en moyenne (entre 44° et 65°). Ultérieurement, l’accentuation se poursuit de manière égale pour l’ensemble de ces pays : Saint-Maclou de Rouen (XVe et XVIe siècles), 60° ; Saint-Ouen de Rouen (fin XIVe siècle), 60° ; Palais de Justice de Rouen (XVe et XVIe siècles), 58° ; Mauléon (Blandinière, fin XVe siècle), 62° ; Saint-Germain-l’Auxerrois à Paris (XVe siècle), 58° ; Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris (1320), 54° ; Saint-Nicolas-des-Champs à Paris (1420), 57° ; Hotel-Dieu de Beaune (1443), 63° ; Saint-Jacques de Lisieux (vers 1500), 60° ; cathédrale d’Auxerre (parties XIVe et XVIe siècles), 59° ; château d’Argentan (XIVe siècle), 58° ; château de Maintenon (XIVe siècle), 63° ; Saint-Jacques et Saint-Christophe de Houdan (fin XVe et XVIe siècles), 60° ; Sainte-Gauburge (charpente XVe siècle), 54° ; Saint-Nicolas de Maules (XVe siècle), 52° ; Saint-Pierre de Beauvais (XVe siècle), 60° ; Saint-Sauveur de Dinan (fin XVe siècle), 60° ; Saint-Nicolas-de-Port (fin XVe siècle), 64° ; cathédrale de Nantes (1434), 60° ; Saint-Jean de Caen (XIVe et XVe siècles), 60° ; Hargnies (XVe siècle), 58° ; château de Sully-sur-Loire (XVe siècle), 65°. Les toitures sont alors inclinées à 59° en moyenne, pour une étude englobant 22 édifices (entre 52° et 65°). Il est possible d’en déduire l’existence d’un processus parallèle à celui connu en Marche et Bourbonnais, mais moins caractérisé en amplitude. En Marche et Bourbonnais, les toitures passent de 25°/30° à 55°/60°, soit 30° en 3 siècles. Dans les pays septentrionaux, les pentes extrêmes sont plus rapprochées. Elles passent d’environ 45°/50° au XIIe siècle, à 60°/65° à la fin du XVe siècle. Le gain est plus faible en se situant aux environs de 15°. Afin d’apprécier cette différence, il convient également de se rappeler que l’Auvergne et le Limousin sont diversement touchés par cette accentuation des pentes de toiture. En Haute-Auvergne, les toitures gagnent en moyenne 20° sans atteindre les 60° que l’on connaît en Bourbonnais. Plus au sud, de telles variations n’existent plus et les pentes de toiture se stabilisent entre 20° et 30°/35° (lauzes* et tuiles creuses). De ce point de vue, une comparaison peut s’avérer utile avec les résultats d’une étude récente menée dans la région de Laon et dans les pays mosans. Cette dernière révèle une évolution concordante, tout en proposant une adaptation plus rapide qu’en Massif Central (Hoffsummer 1995, p. 95-116). Les auteurs de cette étude aboutissent ainsi à une accentuation continue atteignant son maximum (60°) dans le courant du XIIIe siècle : XIe siècle (30°), XIIe siècle (40°), XIIIe siècle (50°/60°), XIVe-XVIe siècles (60°). Il paraît également remarquable de noter que des résultats similaires sont obtenus pour l’Anjou avec la même séquence chronologique (Hunot 2001, fig. 3.17) : 1000 (35°), 1200 (50°), 1400 (55°), 1600 (60/65°) (fig. 55).

54 - Apchon (Cantal), église paroissiale, coupe transversale sur la nef, édifice du XVIe siècle, couverture sur voûte.

55 - Degré d’inclinaison des toitures médiévales (XIe-XVIe siècles) ; une comparaison entre la situation auvergnate et celle des pays septentrionaux ; points noirs : églises mosanes ; points blancs : églises de de la région de Laon. Sources B. Phalip et P. Hoffsummer 1995, p. 106.

Il faut donc convenir d’un important mouvement de réfection des charpentes et couvertures dans la moitié nord du pays entre le XIIe siècle et la fin du XVe siècle. Dans la mesure où les pentes des édifices romans sont déjà intermédiaires dans les pays septentrionaux, le « rattrapage » concernera une quinzaine de degrés, en progressant vers la fin du XVe siècle. En revanche, la Marche et le Bourbonnais connaissent des pentes basses aux XIe et XIIe siècles. Le « rattrapage » sera alors très important avec 30°. Ces deux dernières zones ont donc basculé dans l’aire géographique septentrionale entre le XIIIe et le XVe siècle. De ce fait, l’Auvergne et le Limousin, par leurs hésitations au niveau des toitures et charpentes, deviennent des « marches » entre pays méridionaux et pays septentrionaux. Bien que l’on ne puisse ici développer cette question, de tels mouvements de « bascule » sont connus ailleurs. Avec des nuances, le Périgord, le Berry ou le Poitou respectent généralement cet ordre : pentes basses romanes, pentes intermédiaires au XIIIe siècle, fortes pentes au bas Moyen Âge. C’est en Anjou ou dans le Maine, que nous retrouvons une situation conforme au schéma des pays plus septentrionaux. Pour les édifices anciens, les faibles pentes sont rapidement abandonnées pour des pentes intermédiaires (45°) dès le XIIe siècle. Ensuite, au bas Moyen Âge, ces pentes sont remplacées par de plus fortes inclinaisons.
En définitive, l’impression persistante est celle d’une adaptation plus rapide des pays du nord. Durant le haut Moyen Âge, ces pays connaissent les pentes faibles, tout en les abandonnant dès le XIIe siècle. Ces charpentes permanentes gagnent ensuite une quinzaine de degrés d’inclinaison, pour atteindre 60° et plus. Dans les pays franchement méridionaux, les toitures ne changent guère. L’Auvergne et le Limousin témoignent aussi de cet état de fait. Leurs parties méridionales, peu touchées, s’adaptent lentement et incomplètement. La Marche et le Bourbonnais, en revanche rejoignent le schéma valable au nord de la Loire avec des toitures gagnant une trentaine de degrés. Dans les pays d’Ouest, il faut sans doute faire intervenir l’influence du climat de la façade atlantique qui paraît déterminante. Sans pouvoir traiter cette question qui réclame l’étude de plusieurs dizaines d’édifices civils ou religieux, il nous semble essentiel de l’aborder pour la Marche et le Bourbonnais.

Table des illustrations

Légende 2 - Dispositions classiques d’une gouttière en Auvergne pour un édifice religieux ; couverture sur voûtes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 3 - Mazeyrat-Aurouze (Haute-Loire), fin XIIe siècle, chevet, trous de boulins en mur gouttereau, trous destinés au séchage des reins des voûtes en corniche de modillons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende 4 - Charraix (Haute-Loire), XIIe siècle, chevet, trous destinés au séchage des reins des voûtes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 5 - Beaumont (Haute-Loire), XIIe siècle, chevet, trous destinés au séchage des reins des voûtes ; l’utilisation comme pigeonnier reste possible.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 6 - Jaleyrac (Cantal), XIIe siècle, nef, trous destinés au séchage des reins des voûtes ; l’utilisation pour les couvreurs est probable ; la couverture est en lauzes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende 7 - Bellaigues (Virlet, Puy-de-Dôme), chevet de l’abbatiale, solin de toiture supérieur correspondant à des pannes de combles bas (bas Moyen Âge) ; solin inférieur maçonné correspondant à des matériaux de couverture posés sur les reins des voûtes ; fin XIIe/début XIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 8 - Herment (Puy-de-Dôme), chevet de l’église, solins maçonnés à dalles débordantes, corniches de modillons formant gouttières ; fin XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 9 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce ne possédant plus ses dosses, le cœur est centré.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 10 - Colombine (Cantal), porte d’étage d’une tour seigneuriale, fin XIIe/début XIIIe siècles, encastrements des poutres d’une passerelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 11 - Bellaigues (Virlet, Puy-de-Dôme), bas-côté sud, trous de boulins établis en travées, solin de pierre formant larmier et corbeaux destinés à porter les pannes faîtières d’un cloître disparu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 12 - Herment (Puy-de-Dôme), façade occidentale de l’église, le portail était doté d’un auvent dont il subsiste le solin maçonné débordant formant larmier et trois corbeaux destinés à porter la panne faîtière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 13 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, section d’une bille comprenant encore son bois d’aubier et son écorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 14 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièces de section rectangulaire montrant un cœur placé aux environs du milieu d’une hauteur latérale ; débit sur dosses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 15 - Les églises gothiques en région Auvergne (1160-1248) ; les concentrations correspondent à l’aire d’utilisation de l’auvent, de la charpente à combles supérieurs à 40°, au chevron-formant-ferme et à l’usage courant de l’enrayure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 16 - Manglieu (Puy-de-Dôme), début XIIIe siècle, chevet, charpente à chevrons-formant-fermes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 17 - Molompize, chapelle de Vauclair (Cantal), charpente à sablières, entraits et fermes latines rapprochées, début XIIIe siècle ( ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 18 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce montrant le cœur placé sur une arête, trace de bois d’aubier sur l’arête opposée, débit sur quartier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 19 - Molompize, chapelle de Vauclair (Cantal), charpente à sablières, entraits et fermes latines rapprochées dépourvues de poinçons, arbalétriers croisés au sommet, début XIIIe siècle ( ?) ; les 3 entraits remployés suggèrent un dispositif de charpente à chevrons-formant-fermes qui a été abandonné.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 20 - Vertaizon (Puy-de-Dôme), scierie, pièce dépourvue de ses dosses, trace de bois d’aubier sur une arête, cœur sur l’arête opposée ; débit sur quartier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 21 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, coupe transversale, charpente à fermes latines, poteaux à semelle, entraits aboutés, poinçons et contreventement transversal, début XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 22 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, axonométrie et schéma de montage, charpente à fermes latines, poteaux à semelle, entraits aboutés, poinçons et contreventement transversal, début XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 23 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, axonométrie de débitage des pièces les plus importantes en section, début XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 24 - Ravel (Puy-de-Dôme), château, logis nord-ouest, délignage des poutres et diamètre estimatif des grumes, bois d’aubier en limite externe, début XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 25 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, coupe transversale, charpente datée des années 1250/1260.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 26 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, charpente datée des années 1250/1260, détail du poinçon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 27 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 25 rue des Cordeliers, charpente datée des années 1250/1260, détail du poinçon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende 28 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison du 27/29 rue Jules Guesde, coupe transversale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 29 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison de l’Éléphant, charpente à fermes latines, arbalétriers croisés au sommet, milieu du XIIIe siècle ; poinçons et décharges annexes datant du XVe siècle ; relevés datant de 1941.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 30-31 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montferrand, maison de l’Éléphant, poinçons du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende 32 - Riom (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle, charpente datée de 1403, chevrons-formant-fermes à pentes fortes à 70°.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende 33 - Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), église paroissiale, coupe transversale, charpente à chevrons-formant-fermes, XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 34 - Souvigny (Allier), Saint-Marc, pignon moderne à pentes fortes, solin de pierre de la fin du XIIe siècle à pentes faibles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende 35 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, pignon du XVe siècle de l’ancien bras sud du transept, chevrons-formant-fermes à pentes fortes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende 36 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes datée des années 1442/1444 ; contreventement supérieur longitudinal du bras sud du transept oriental.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende 37 - Souvigny (Allier), Saint-Pierre, charpente à chevrons-formant-fermes datée des années 1442/1444 ; croix de Saint-André, chœur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 38 - Souvigny (Allier), église Saint-Pierre, coupe transversale de la charpente du XVe siècle et localisation des marques de pose.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 39 - Ajain (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, le portail et ses dispositions destinées à l’installation d’un auvent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende 40 - Ladapeyre (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, vue générale, toiture à pentes fortes (47°), portail doté d’un auvent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende 41 - Saint-Laurent (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, détail des dispositions destinées à l’installation d’un auvent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende 42 - Ladapeyre (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, détail du pignon de chevet, toiture à pentes fortes (47°).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 43 - Theneuille (Allier), église paroissiale, coupe de la flèche du clocher, datée de 1226 environ.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 44 - Glénic (Creuse), église paroissiale, le chevet roman et ses fortifications, toit à fortes pentes, charpente du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 45 - Ajain (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, charpente du XVe siècle, chevrons-formant-fermes, coupe axonométrique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 46 - Glénic (Creuse), église paroissiale, chevet roman fortifié à la fin du XIVe siècle et couvert d’une charpente à chevrons-formant-fermes (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 47 - Vigeville (Creuse), église paroissiale du XIIe siècle, vue générale prise du nord, combles hauts et charpente à chevrons-formant-fermes datant du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende 48 - Vigeville (Creuse), église paroissiale du XIIe siècle, vue du pignon de chevet, solin de toiture à pentes basses modifiés au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende 49 - Chambon-sur-Voueize (Creuse), abbatiale, nef, coupe longitudinale de la charpente à chevrons-formant-fermes du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 50 - Pionnat (Creuse), église paroissiale du XIIIe siècle, chapelle seigneuriale du XIVe siècle ; solin de toiture modifié au XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende 51 - Ajain (Creuse), église paroissiale, chevet du XIIIe siècle restauré au XVe, la pente à 45° passe à 55.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 52 - Glénic (Creuse), église paroissiale, chevet roman fortifié et couvert d’une charpente au XVe siècle, pentes basses et couvertures sur voûtes au XIIe siècle, pentes fortes et charpente à chevrons-formant-fermes au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 53 - Vigeville (Creuse), église paroissiale, chevet roman restauré au XVe siècle, pignon de combles bas et pignon de combles hauts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 54 - Apchon (Cantal), église paroissiale, coupe transversale sur la nef, édifice du XVIe siècle, couverture sur voûte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 55 - Degré d’inclinaison des toitures médiévales (XIe-XVIe siècles) ; une comparaison entre la situation auvergnate et celle des pays septentrionaux ; points noirs : églises mosanes ; points blancs : églises de de la région de Laon. Sources B. Phalip et P. Hoffsummer 1995, p. 106.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2533/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540